Vous êtes sur la page 1sur 7

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

MENTION : GENIE ELECTRIQUE


Surt
PARCOURS : MACHINES ELECTRIQUES /RESEAUX D’ENERGIE
e
ELECTRIQUE / ENERGIES RENOUVELABLE

n
Haute tension
s
i
o
n
s

Présenté par: ANDRIANANTENAINA Hery Nambinina


N°02

RAFANOMEZANTSOA Jocelyn
N°11

RAKOTOARISOA ANDRIAMANANA Narisoa Olivier


N°13
RAZAFINDRASATA Nambinintsoa
N°23
SURTENSION
1. Définition

On désigne par surtension toute différence de potentiel anormale apparaissant dans les
circuits électriques et qui est susceptible d'endommager les éléments de ces circuits (lignes,
machines, etc...).

On distingue deux sortes de surtensions :

 transversales apparaissant entre un conducteur et la terre ou entre deux conducteurs,


 longitudinales ou entre spires, correspondant à un accroissement exagéré de la
différence de potentiel entre deux points voisins d'un même conducteur.

Quatre types de surtension peuvent perturber les installations électriques et les récepteurs :

 surtensions de manœuvre :

Surtensions à haute fréquence ou oscillatoire amortie (Figure 2) causées par une modification
du régime établi dans un réseau électrique (lors d’une manœuvre d’appareillage).

 les surtensions à fréquence industrielle :

Surtensions à la même fréquence que le réseau (50, 60 ou 400 Hz) causées par un changement
d’état permanent du réseau (suite à un défaut : défaut d’isolement, rupture conducteur neutre).

 surtensions causées par des décharges électrostatiques.

Surtensions à très haute fréquence très courtes (quelques nanosecondes) causées par la
décharge de charges électriques accumulées (Par exemple, une personne marchant sur une
moquette avec des semelles isolantes se charge électriquement à une tension de plusieurs
kilovolts).

 surtensions d’origine atmosphérique.


2. Surtension direct

L’impact direct sur une ligne électrique ou téléphonique, génère une onde de tension qui se
propage. Cette onde, qui est amortie par l’effet couronne et la longueur de la ligne, est coupée
soit par l’isolateur à cornes soit par les moyens de protection au poste.
3. Surtension induit (indirect)

Si la foudre tombe à proximité de la ligne, le courant provoque une variation extrêmement


rapide du champ électromagnétique. A cause des ondes électromagnétiques générées par la
foudre, des surtensions sont induites dans des conducteurs situés loin du point d’impact. Ses
effets se font sentir à plusieurs centaines de mètres, voire plusieurs kilomètres.

Onde de
tension

Figure 1 : Schémas d’une surtension induit

Les ondes induites sur la ligne sont similaires en forme et en amplitude à celles obtenues par
choc de foudre direct. Leur caractéristique principale est leur front très raide, et leur
amortissement très rapide. Ce rayonnement est d’autant plus important que le front de montée
est raide. Un coup de foudre tombant à proximité d’une ligne développe un champ
d’induction magnétique suffisamment important pour y créer une surtension induite, dont
l’ordre de grandeur peut être estimé par la formule suivante :

U ind =Z 0∗I∗h/d

Avec : Z 0=( 0,25/ π ) ( √ μ 0 /ε 0 )

h : hauteur du conducteur

d : distance entre la ligne et le point d’impact de la foudre.

I : courant de la foudre.
4. Problème

Surtension de manœuvre

La modification brusque de la structure d’un réseau électrique provoque l’apparition de


phénomènes transitoires. Ceux-ci se traduisent souvent par la naissance d’une onde de
surtension ou d’un train d’ondes haute fréquence de type apériodique ou oscillatoire à
amortissement rapide.

Figure 2 : Exemple de surtension

5. Solution

Les solutions qu’on prend en charge les effets indirects de la foudre et/ou des surtensions de
manœuvre ou à fréquence industrielle.

Elles regroupent :

o les parafoudres pour réseaux BT,


o les filtres,
o les absorbeurs d'ondes.

Dans certaines conditions d'autres appareils peuvent aussi remplir cette fonction :

o les transformateurs,
o les limiteurs de surtensions,
o les conditionneurs de réseau et les Alimentation Statique sans Interruption (ASI).
En pratique ces dispositifs ont deux effets : soit ils limitent la tension de choc (ce sont les
protections «parallèle»), soit ils limitent la puissance transmise (ce sont les protections
«série»).

 les filtres et les transformateurs

Un filtre utilise le principe du circuit RLC. Il se calcule aisément dès que la perturbation à
filtrer a été correctement identifiée. Son rôle se situe plus particulièrement dans l'atténuation
de surtensions de manœuvre.

Un transformateur peut également jouer le rôle de filtre : sa self atténue les surtensions et
réduit la pente de leur front d'onde.

 les absorbeurs d'ondes

Un absorbeur d'onde est un «super» parafoudre/filtre dans le sens où il peut dissiper des
énergies importantes (dues aux surtensions) et que son niveau de protection est bien adapté
aux matériels électroniques.

Ces dispositifs ont cependant un gros défaut puisque leurs filtres, de par leur montage en
série, imposent un dimensionnement directement lié au courant nominal à transiter. Ils sont
donc plutôt destinés à une utilisation terminale.

 les limiteurs de surtensions

Les limiteurs de surtension sont définis par la norme NF C 63-150. Ils sont utilisés sur des
réseaux dits à neutre isolé ou impédant et installés à la sortie du transformateur HT/BT. Ils
permettent d'écouler à la terre des surtensions de forte énergie et supportent le courant de
défaut «terre» du réseau HT.
Figure 3 : Schémas de principe d’un limiteur de surtension

Principe de fonctionnement

Lorsqu’une surtension se produit entre les électrodes et dépasse un certain seuil :

o Soit un simple effluvage n’entraînant pas de mise à la terre directe.


o Soit un amorçage avec soudure des parties actives du limiteur de surtension.
Dans ce cas le limiteur de surtension doit être remplacé.