Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Ibn Zohr Année Universitaire : 2018 - 2019

Faculté des sciences, Agadir Prof. F. MARAGH


Département de Mathématiques Filière : SMA

Correction d’Examen d’Analyse 2 - Session Normale (Durée : 1h30min)

Exercice 1 (Questions de cours sur 4 pts). Barème


Soit f : [a, b] → R une fonction Riemann intégrable.
Z x
(1) Montrer que la fonction F : x 7→ f (t) dt est continue sur [a, b]. (2 pts)
a
Réponse: Soient x, y ∈ [a, b] et k = sup |f (x)| on a :
a<x<b
Z x Z y

|F (x) − F (y)| = f (t) dt − f (t) dt
Zax a

= f (t) dt
y
Z x

≤ |f (t)| dt
y
≤ k |x − y| .
D’où F est k−lipschitzienne, ce qui implique sa continuité sur [a, b].
Z b
(2) Montrer que si f ≥ 0 sur [a, b] alors f (t) dt ≥ 0. (2 pts)
a
Réponse: Puisque f est positive sur [a, b], la fonction nulle appartient à l’ensemble
E− (f ) = {g ∈ E ([a, b] , R) ; g ≤ f sur [a, b]} ,
donc (Z )
b
0 ∈ A− (f ) = g (x) dx ; g ∈ E− (f )
a
et on a
I+ (f ) := sup A− (f ) ≥ 0,
Z b
d’où f (t) dt = I+ (f ) ≥ 0.
a

Exercice 2 (6 pts).
n
1 Xp 2
(1) Montrer que la suite (un ) définie par un = k − k est convergente et calculer sa limite. (2 pts)
n2
k=0
(Indication : Encadrer un par deux sommes de Riemann.)
n n
1 Xp 2 1 Xp 2
Réponse: On a un = 2 k −k = 2 k −k
n n
k=0 k=1
p
k − 1 ≤ k2 − k ≤ k
D’où
n n
1 X 1 X
(k − 1) ≤ un ≤ k
n2 n2
k=1 k=1
n−1 n
1 X k 1Xk
⇐⇒ ≤ un ≤
n n n n
k=0 k=1
1
2

et on a
n−1 n Z 1
1Xk 1Xk 1 1
lim = lim = xdx = =⇒ lim un = .
n→+∞ n n n→+∞ n n 0 2 n→+∞ 2
k=0 k=1

(2) Calculer une primitive de la fonction f définie par : (2 pts)


2x
f (x) = .
x2 − 2x + 5
Réponse: On a
2x 2x − 2 2
f (x) = = 2 +
x2 − 2x + 5 x − 2x + 5 x2 − 2x + 5
Soit F une primitive de f alors
Z  
2x − 2 2
F (x) = + dx
x2 − 2x + 5 x2 − 2x + 5
Z
1
= ln x2 − 2x + 5 + 2

dx + C
x2 − 2x + 5
Maintenant on calcule la primitive
Z Z
1 1
dx = 2 dx
x2 − 2x + 5 (x − 1) + 4
Z
1 1
= dx
4 x−1 2

2 + 1

Par changement de variable t = x−1


2 on a
Z Z
1 1
dx = 2dt
x−1 2 t2 + 1

2 +1
= 2 arctan t + C
 
x−1
= 2 arctan +C
2
Donc
 
x−1
F (x) = ln x2 − 2x + 5 + arctan

+C
2

(3) Discuter suivant la valeur du paramètre α ∈ R, la convergence de l’intégrale : (2 pts)


Z +∞
t − sin t
dt.
0 tα
R +∞ t−sin t
Réponse: Il y a deux problème, un en 0 et un +∞ pour 0 tα dt :
Z 1 Z 1
1 t − sin t
— En 0, on a t−sin

t
∼ 1
3!tα−3 et α−3
dt converge si α < 4 de même pour α
dt.
0Z t 0 Z t
+∞ +∞
1 t − sin t
— En +∞, on a t−sint α
t
∼ t
1
α−1 et α−1
dt converge si α > 2 de même pour dt.
1 t 1 tα
Z +∞
t − sin t
— Conclusion : dt converge si 2 < α < 4.
0 tα

Exercice 3 (5 pts).
(1) Calculer (2 pts)
Z x
1
F (x) = √ dt
1 t t2 + 1

à l’aide du changement de variable u = t2 + 1.
3


Réponse: on pose u = t2 + 1 ⇐⇒ u2 = t2 + 1, donc udu = tdt
Z x Z x
1 t
F (x) = √ dt = √ dt
t t 2+1 t² t2+1
1 1
Z √x²+1
1
= √ du
2 u² − 1
Z √x²+1  
1 1 1
= − du
2 √2 u−1 u+1
  √x2 +1
1 u−1
= ln
2 u + 1 √2
√ ! √ !!
1 x² + 1 − 1 2−1
= ln √ − ln √ .
2 x² + 1 + 1 2+1
Z +∞
1
(2) Montrer avec les règles de Riemann que I = √ dt converge. (1 pt)
2
t t +1
1
Réponse: la fonction t 7→ t√t12 +1 est positive sur [1, +∞[ et on a t√t12 +1 ∼ t12 au voisinage de +∞, donc I
converge
(3) Calculer la valeur de I. (2 pts)
Réponse:
√ ! √ !!
1 x² + 1 − 1 2−1
I = lim F (x) = lim ln √ − ln √
x→+∞ x→+∞ 2 x² + 1 + 1 2+1
√ !
√
1 2+1 
= ln √ = ln 2+1 .
2 2−1
En effet, c’est facile de voir que

x² + 1 − 1
lim √ = 1,
x→+∞ x² + 1 + 1
et ln est une fonction continue en 1.

Exercice 4 (5 pts).
(1) Résoudre l’équation différentielle : (3 pts)
00 0 t
z (t) + 2z (t) − 3z (t) = te + cos (t) .
Réponse:
(a) Résoudre l’équation SSM : La solution générale de l’équation SSM est : z(t) = Ae−3t + Bet (A, B) ∈ R2 .
(b) Cherchons la solution particulière de l’équation différentielle (E1 ) : z 00 + 2z 0 − 3z = tet . Comme 1 est
une racine simple de l’équation caractéristique on va chercher une solution particulière sous la forme
zp = t(at + b)et = at2 + bt et : Donc


a = 81

00 0
zp1 + 2zp1 − 3zp1 = tet =⇒ .
b = −1
12
Donc la solution particulière est : zp1 = 18 t2 − 12
1

t et .
(c) Cherchons la solution particulière de l’équation différentielle (E2 ) : z 00 + 2z 0 − 3z = cos t. Comme i n’est
pas racine de l’équation caractéristique on va chercher une solution particulière sous la forme zp2 (t) =
α cos t + β sin t. Donc
α = − 51

00 0
zp2 + 2zp2 − 3zp2 = cos t =⇒ 1
β = 10
Donc la solution particulière est : zp2 = − 51 cos t + 10
1
sin t. D’après la proposition de superposition des
solutions, la solution générale de (E) est z = zSSM + zp1 + zp2 . Donc
 
1 2 1 1 1
z(t) = Ae−3t + Bet + t − t et − cos t + sin t (A, B) ∈ R2 .
8 12 5 10
(2) Déduire la solution générale de l’équation différentielle (Euler) : (2 pts)
2 00 0
x y (x) + 3xy (x) − 3y (x) = |x| ln |x| + cos(ln |x|).
Réponse:
En posant y(x) = z(t) avec t=ln |x|
on a y 0 (x) = x1 z 0 (t)
et y 00 (x) = − x12 z 0 (t) + x12 z 00 (t)
Donc l’équation d’Euler
x2 y 00 (x) + 3xy 0 (x) − 3y (x) = |x| ln |x| + cos(ln |x|)
se transforme à l’équation de second ordre à coefficients constants suivante :
z 00 (t) + 2z 0 (t) − 3z (t) = tet + cos (t) ,
et d’après la 1) question en déduit que
 
1 2 1 1 1
y(x) = z(ln |x|) = Ae−3 ln|x| + Beln|x| + ln |x| − ln |x| eln|x| − cos ln |x| + sin ln |x| (A, B) ∈ R2 .
8 12 5 10
Alors
 
A 1 2 1 1 1
y(x) = + B |x| + |x| ln |x| − ln |x| − cos (ln |x|) + sin (ln |x|) (A, B) ∈ R2 .
|x| 3 8 12 5 10