Vous êtes sur la page 1sur 5

CHAPITRE I : VOCABULAIRE COURANT

1- LES PARTIES DE L’OPERATION DE CONSTRUCTION

A-Maître de l'ouvrage
Sens général : Client : Personne physique ou morale qui définit la commande, conclut le marché, en assure le
financement, réceptionne l'ouvrage terminé et procède au paiement.
Sens juridique : Service contractant: Représentant légal du maître de l'ouvrage dans les marchés publics
Personne physique désignée par la loi pour représenter le maître d'ouvrages
publics 'personnes morales'.
Les ministres sont les représentants de l'état; Les maires sont les représentants des communes
Le maître de l'ouvrage conclut deux contrats pour réaliser l'ouvrage:
-L'un avec le maître d'œuvre 'bureau d'études' : pour l'étude et le suivi du projet
-L'autre avec l'entrepreneur: pour la réalisation de l'ouvrage.
B- Maître d'œuvre : Conseiller artistique et technique que le maître de l'ouvrage s'adjoint pour réaliser certaines
missions dans l'opération de construction. Il peut être :
-Une personne physique ou morale exerçant une profession libérale, exp: architecte, bureau d'étude…
-Un fonctionnaire dépendant d'un maître d'ouvrage public ‘service technique d'une administration publique'

C- L’entrepreneur ou cocontractant :
Sens général : Personne physique (entrepreneur individuel) ou moral (société) qui exécute les travaux et
s'engage envers le maître de l’ouvrage, par le marché de travaux, à obéir aux directives du
maître d'œuvre
Sens juridique : Une ou plusieurs personne (s) physique (s) ou morale (s) s'engageant au titre du marché soit
individuellement, soit conjointement et solidairement.

2- LE MARCHE

Les marchés publics : Les marchés publics sont des contrats écrits au sens de la législation en vigueur, passés
dans les conditions prévues dans le présent décret (Décret présidentiel n°02-250 du 24 juillet
2002) en vue de la réalisation, pour le compte du service contractant, de travaux, d'acquisition
de fournitures, de services et d'études.
Le marché public résulte cumulativement :
- de l'accord écrit des parties
- de la signature des deux parties (maître de l'ouvrage et l'entrepreneur) sur le document du marché
- de l'approbation du marché par l'autorité de tutelle

Les marchés privés : Sont des contrats écrits et régis par le droit commun des contrats et jugés par les tribunaux
civils et commerciaux. Le marché privé résulte de l'accord des parties qui peut être verbal.

Code des marchés publics : Recueil des textes qui fixe les règles de passation, de paiement, de constitution, de
garanties, ect... dans les marchés publics.

La réglementation de marchés publics en Algérie :

L'ordonnance n°67-90 du 17 juin 1967


Décret exécutif n°82-145 du 10 avril 1982
Décret exécutif n°91-434 du 9 novembre 1991
Décret présidentiel n°02-250 du 24 juillet 2002
Décret présidentiel n°10-236 du 10 octobre 2010
Décret présidentiel n°15-247 du 16 septembre 2015
1
3- DOCUMENTS CONTRACTUELS DU MARCHE

1- La lettre de soumission
2- La déclaration à souscrire
3- Le cahier de charges, actualisé périodiquement, précise les conditions dans lesquelles les
marchés sont passés et exécutés. Il comprend :

1- Le cahier des clauses administratives générales C C A G : contient toutes les clauses applicables à
toute catégorie de marchés (travaux, fournitures, études et de service) et précise les engagements
contractuels du titulaire du marché.
2- Le cahier des prescriptions communes C P C : fixe les dispositions techniques applicables à tous les
marchés portant sur une même nature de travaux, de fournitures, d'études ou de services.
3- Le cahier des prescriptions spéciales C P S : contient les clauses particulières ou propres à chaque
marché, il donne une description précise des prestations à réaliser et permettant de suivre le déroulement du
marché. Les cahiers sont susceptibles d'être réunis en un seul document.

4- Les devis : En général le mot devis est employé comme terme recouvrant l'ensemble des éléments d'une
étude de prix, la nature des travaux à exécuter, la qualité des matériaux à employer, le prix estimatif de
chaque partie du travail et le prix global, de cela on distingue.
-Devis descriptif : document qui comporte la description des différents ouvrages ; il précise leur mode
d'exécution et leurs particularités techniques.
-Devis quantitatif : document qui donne la mesure de quantité de chaque ouvrage élémentaire en
Fonction de mesures (m, m2, m3, kg, U…)
-Devis estimatif : document qui rassemble toute les quantités d'ouvrage, leurs prix unitaires et les
montants correspondants.
5- Documents graphiques : les plans qui concernent le projet (architecture, ferraillage, implantation,
d'assainissement, AEP, qui doivent être approuvé par le maître de l'œuvre et l'organisme
chargé du contrôle, le cas échéant.

4- OBJET DU MARCHE

Les marchés publics portent sur une ou plusieurs des opérations suivantes :
- L'acquisition de fournitures : mobilier (bureaux, tables),…
- La réalisation des travaux : construction d'un barrage, d'un réservoir…
- La prestation de services : nettoyage, désinfection,…
- La réalisation d'études : étude technique d'un barrage…

5- MODE DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS

Les marchés publics sont passés selon la procédure d'appel d'offres qui constitue la règle générale ou la procédure
de gré à gré.
1- L'appel d'offres : est la procédure visant à obtenir les offres de plusieurs soumissionnaires entrant en
concurrence et à attribuer le marché au soumissionnaire présentant les offres jugées les plus favorables et dont le
recours à la publicité par voie de presse est obligatoire.

L'appel d'offres peut être national et/ou international, il peut se faire sous l'une des formes suivantes :
L’appel d'offres ouvert : est la procédure selon laquelle tout candidat peut soumissionner.
L’appel d'offres restreint : procédure selon laquelle seuls les candidats répondants à certaines conditions
particulières.
2- La consultation sélective : est la procédure selon laquelle les candidats autorisés à soumissionner sont ceux qui
sont spécifiquement invités à le faire après présélection.

2
3- L'adjudication : est la procédure selon laquelle le marché est attribué au soumissionnaire le moins disant. Elle
porte sur des opérations simples de type courant et ne concerne que des candidats nationaux ou
étrangers installés en Algérie.
4- Le concours : est la procédure de mise en concurrence d'homes de l'art en vue de la réalisation d'une opération
comportant des aspects technique, économique, esthétique ou artistiques particuliers.
5- Le gré à gré : est la procédure d'attribution d'un marché à un partenaire cocontractant sans appel formel à la
concurrence et peux revêtir de deux formes :
a- A gré simple : est une règle de passation de contrat exceptionnelle, qui ne peut être retenue que dans les cas
suivants :
-quand les prestations ne peuvent être exécutées que par un partenaire cocontractant unique qui détient une
situation monopolistique.
-dans les cas d'urgence impérieuse motivée par un danger imminent que court un bien ou un
investissement.
-dans le cas d'un approvisionnement urgent destiné à sauvegarder le fonctionnement de l'économie ou les
besoins essentiels de la population.
-quand il s'agit d'un projet prioritaire et d'importance nationale.
b- le gré à gré après consultation : le recours au gré à gré après consultation s’effectue dans les cas suivants :
- quand l'appel à la concurrence s'avère infructueux.
-quand la nature du marché ne nécessite pas le recours à un appel d'offre (marchés d'études, de fournitures
et de services).

6- PRIX DES MARCHES

La rémunération du partenaire cocontractant intervient selon les modalités suivantes :


-à prix global et forfaitaire : le prix du marché est unique, global et forfaitaire fixé à l'avance.
-sur bordereau de prix unitaire : le prix du marché résulte de l'application aux quantités réellement exécutées des
prix unitaires d'ouvrages figurants dans la série de prix du marché en cause.
-sur dépenses contrôlées : le prix du marché résulte des dépenses réelles des travaux justifiées par l'entreprise,
affectées de majorations tenant compte des charges accessoires, des frais généraux et de bénéfices.
-à prix mixte : le prix du marché résulte de l'application d'au moins deux modes de rémunérations.

7- ACTUALISATION ET REVISION DES PRIX

1- Actualisation des prix : la révision intégrale ou la mise à jour complète des prix de soumission au début de
l’exécution des travaux
L'actualisation des prix dans le montant est fixée,
-Soit d'une manière globale et forfaitaire d'un commun accord,
-Soit par application d'une formule de révision des prix lorsqu’elle a été prévue au marché.

L'actualisation des prix tient compte de trois éléments essentiels :


La durée de validité de l'offre
La date limite de dépôt des offres
La date de l'ordre de service (ODS) de commencer les travaux

2- La révision des prix : c'est la modification des prix initiaux, au cours de l'exécution des travaux, tenant compte
des variations économiques. Le prix du marché peut être ferme ou révisable.
Lorsque le prix est révisable, la clause de révision de prix :
-doit être explicitement prévue dans le marché
-ne peut intervenir qu'au titre des seules prestations effectivement exécutées

3
Lorsque le prix est révisable, la clause de prévision de prix ne peut être mise en œuvre :
-au titre de la période couverte par les délais de validité de l'offre,
-au titre de la période couverte par une clause d'actualisation des prix, le cas échéant,
-plus d'une fois tous les trois (3) mois.

8- MODALITES DE PAYEMENT

Le règlement financier du marché s'opère par : versement d'avances et/ou d'acomptes et par règlement pour solde.

1-Avance : toute somme versée par le maître de l'ouvrage à l'entrepreneur avant exécution des travaux, objet du
contrat dont le montant cumulé ne peut dépasser, en aucun moment, 50% du montant global du marché et se
subdivisent en :
- Forfaitaire : fixées à un maximum de 15% du prix initial du marché
- Sur approvisionnement
- les avances ne peuvent être versées que si le cocontractant a préalablement présenté une caution de restitution
d'avances d'égales valeur, émise par une banque algérienne, la caisse de garantie des marchés publics ou une
banque étrangère agrée par une banque algérienne.
-les avances sont récupérées par voie de retenue opérées par le service contractant sur les sommes payées
-le remboursement doit être terminé lorsque le montant des sommes payées atteint 80% du montant du marché.
2- Acomptes : tous versements consentis par le maître de l'ouvrage (service contractant) correspondant à une
exécution partielle de l'objet du marché et sont versés en fonction de situation de travaux
-le versement des acomptes est mensuel. Toutefois, le marché peut prévoir une période plus longue, compatible
avec la nature des prestations. Ce versement est subordonné à la présentation, selon le cas, de l'un des documents
suivants : -procès verbaux ou relevés contradictoires de prise d'attachements;
-état détaillé des fournitures, approuvé par le service contractant ;
Le montant d'acompte est déterminé par : - le montant inscrit dans les décomptes (attachements)
- le prélèvement de la retenue de garantie
- le prélèvement éventuel effectue en remboursement d'avances
- des pénalités de retard, le cas échéant.
3- Règlement pour solde : le paiement à titre provisoire ou définitif du prix prévu dans le marché, après exécution
entière et satisfaisante de l'objet du marché.
1- Le règlement pour solide provisoire : le versement au cocontractant des sommes dues au titre de l'exécution
normale des prestations contractuelles, déduction faite :
- de la retenue de garantie éventuelle ;
-des pénalités restant à la charge du partenaire, le cas échéant ;
-des versements à titre d'avance et acomptes de toutes natures non encore récupérés par le service
contractant.
2-Le règlement pour solde définitif : la restitution des retenues de garantie et le cas échéant, la main levée des
cautions constituées par le partenaire cocontractant.

9- CONSTATATION ET RECEPTION DU MARCHE

1-Attachement : pièce dressée contradictoirement entre l'agent de suivi ou le métreur et l'entrepreneur, pour établir
au fur et à mesure de l'avancement des travaux, les quantités des travaux et d'approvisionnement réalisées et les
prix correspondants de ces prestations. La réunion périodique des attachements permet l'établissement des
décomptes.
2- Situations : pièce établie par l'entrepreneur, indiquant les quantités des travaux et d'approvisionnement réalisés
et les prix correspondants de ces prestations.
3-Décompte : document qui certifie la réalisation des travaux et chiffre les droits de l'entrepreneur à paiement
a-décompte provisoire : décompte effectué en cours de travaux, n'ayant qu'un caractère provisoire et
permettant le versement d'un ac

4
ompte.
b-Décompte général et définitif : Décompte effectué à la fin des travaux, qui récapitule l'ensemble des travaux
réalisés, détermine le prix total du marché et fait apparaitre par comparaison avec
le montant des décomptes provisoires le solde dû à l'entrepreneur.
4-Réception : acte juridique contradictoire par lequel le maître de l'ouvrage, ou le maître de l'œuvre au nom de ce
dernier, reconnait que les travaux ont été exécutés conformément aux clauses du marché.
a- Réception provisoire : réception, motivée par un procès verbal de réception, qui constate la réalisation de
l'objet et marque le point de départ du délai de garantie.
b-Réception définitive : réception, motivée par un procès verbal de réception, qui libère l'entrepreneur de toute
obligation envers le maître de l'ouvrage, à l'exception de celles qui découlent de la responsabilité décennale.

10- LES GARANTIES

Les garanties permettant au maître de l'ouvrage (service contractant) les meilleures conditions :
-de choix de ses partenaires et/ou d'exécution du marché.
Cautionnement :
Pour le code civil, contrat par lequel un tiers, appelé caution, promet à un créancier de le payer, si le
débiteur n'exécute pas sont engagement.
En matière de marché public : somme d'argent ou les valeurs déposées au trésor en garantie de la bonne
exécution de prestations.

La caution : est une personne physique ou est un organisme financier, agrée par le ministère des finances, qui
s'engage à verser le cautionnement (la somme de garantie).
a- la caution de soumission
b-la caution de restitution des avances
c-la caution de bonne exécution du marché : qui peut être remplacée par des retenues de bonne exécution
ou des retenues de garanties.

Retenue de garantie : prélèvement effectué par le maître de l'ouvrage, sur les acomptes dus, d'une somme destinée
à garantir la bonne exécution du marché par l'entrepreneur
Le présent décret fixe la retenue de bonne exécution ou retenues de garanties entre 5% et
10% du montant du marché.
Délai de garantie : période d'épreuve des ouvrages terminés, fixée par le contrat, qui débute à la réception
provisoire et au cours de laquelle l'entrepreneur demeure responsable de ses ouvrages et est tenu de les entretenir à
ses frais et se termine à la réception définitive.

11- L'AVENANT

L'avenant : Document contractuel accessoire au marché qui, dans tous les cas, est conclu lorsqu'il a pour objet
l'augmentation ou la diminution des prestations et/ou la modification d'une ou plusieurs clauses contractuelles du
marché initial.

12- LA RESILIATION

La résiliation : acte juridique par lequel le maître de l'ouvrage met fin au contrat.
En cas d'inexécution de ses obligations, le cocontractant est mis en demeure, par le service contractant, d'avoir à
remplir ses engagements contractuels dans un délai déterminé. Faute par le cocontractant de remédier à la carence
qui lui est imputable dans le délai fixé par la mise en demeure, le maître de l'ouvrage (service contractant) peut,
unilatéralement, procéder à la résiliation du marché.

La résiliation peut prendre deux formes : a- la résiliation unilatérale


b- la résiliation, d'un commun accord.