Vous êtes sur la page 1sur 50

Les Carnets des Dialogues du Matin

...................................................................................................................................................................................
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GÉNÉRAL VINCENT DESPORTES

L’avenir
des armées
françaises
...................................................................................................................................................................................
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

www.institutdiderot.fr
Les Carnets des Dialogues du Matin
..................................................................................................................................................................................
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GÉNÉRAL VINCENT DESPORTES 

L’avenir
des armées
françaises
..................................................................................................................................................................................
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

AUTOMNE 2016
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sommaire

Présentation p. 5
Jean-Claude Seys

Avant-Propos p. 9
Dominique Lecourt

L’avenir des
armées françaises p. 13
Général Vincent Desportes

Débat avec la salle p. 35

Les publications
de l’Institut Diderot p. 51
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Présentation

Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Chers Amis,

Je suis doublement heureux d’accueillir le Général de


division Vincent Desportes alors que l’un des fondateurs
de l’Institut Diderot, la GMF avec l’appui de Covéa, qui
nous accueille, vient de s’associer à Unéo, la mutuelle
des forces armées, et la Mutuelle Générale de la Police.
Cette alliance donne naissance à UNÉOPÔLE, le pôle
mutualiste de protection sociale « Défense et Sécurité ».
Doublement heureux parce que dans la situation actuelle
de notre pays, il est urgent de rappeler que les armées
sont l’ultime rempart des institutions lorsqu’elles sont
menacées.
Vous me permettrez de rappeler que l’histoire de notre
pays est émaillée d’événements qui ont mis en lumière
l’importance de l’action de nos armées pour sa survie. À
ce titre, elles doivent donc être préservées et respectées.

5
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Mon Général, je vais vous présenter en quelques mots,


avant de passer la parole au Professeur Lecourt qui
introduira votre intervention.
Après une carrière opérationnelle qui vous a conduit
à exercer des commandements multiples, vous vous
êtes orienté vers la formation supérieure, la réflexion
stratégique et l’international.
Dans ce cadre, vous avez notamment exercé aux États-
Unis entre 1998 et 2003. Après deux années au sein
même de l’US Army dont vous sortez diplômé du War
College, vous êtes nommé Attaché à l’Ambassade de
France à Washington.
De retour en France, vous êtes nommé Conseiller
défense du Secrétaire général de la défense nationale
avant de prendre la direction du « Centre de doctrine
d’emploi des forces ». Vous dirigez donc l’élaboration
des stratégies et du retour d’expérience de l’armée de
terre.
A l’été 2008, vous prenez le commandement de l’École
supérieure de guerre, l’actuelle École de guerre, que
vous dirigerez jusqu’à l’été 2010.
Vous êtes également conseiller stratégique du président
de l’IFRI 1, membre du conseil scientifique du Conseil
supérieur de la formation et de la recherche stratégique.
Vous êtes aujourd’hui Professeur Associé à Sciences
Po Paris, et vous enseignez également dans plusieurs
.................................................................................................................................................................................................................

1. Institut Français des Relations Internationales.

6
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

grandes écoles, dont HEC. Et enfin, vous êtes l’auteur


d’une dizaine d’ouvrages et directeur de la collection
« Stratégies et doctrines » chez Economica.
Je laisse maintenant la parole au Professeur Lecourt,
Directeur général de l’Institut Diderot, qui va introduire
notre dialogue.

Jean-Claude Seys
Président de l’Institut Diderot

7
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Avant-Propos

Mon Général,
La génération intellectuelle à laquelle j’appartiens a
entretenu avec notre armée des relations de profonde
incompréhension.
Vous montrez avec force dans votre ouvrage que nous
continuons aujourd’hui d’en payer le prix.
Nos parents avaient connu l’effondrement moral de
1940. Ils n’en parlaient guère.
Nos familles s’étaient déchirées face à la collaboration
et à la Résistance. On évitait le sujet.
Ces divisions avaient connu un regain passionnel avec
le retour mouvementé du Général de Gaulle en 1958.
Putsch et attentats hantaient nos esprits. La guerre
d’Algérie avait été vécue par l’armée comme sa croix
malgré ses succès de terrain.
Antimilitarisme, pacifisme et anarchisme avaient em-
porté une jeunesse séduite par l’esprit de révolte.
Ce composé idéologique a finalement triomphé après
1968 du côté de Nanterre.
9
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

En Allemagne de l’Ouest, la lutte contre l’installation


des missiles Pershing allait ouvrir l’ère des mouvements
pro-désarmement en Europe.
Une conception du monde s’est imposée qui excluait les
traditionnelles valeurs militaires. Les seules revendiquées,
furent, en définitive, celles de la guerre révolutionnaire
théorisée par Mao et Giàp.
L’esprit militaire disparu, le pouvoir politique, de droite
et de gauche, procéda à l’affaiblissement méthodique de
l’institution.
Cela se traduisit par l’amaigrissement continu des
budgets.
Le service national fit l’objet de critiques de plus en plus
aiguës jusqu’à ce que le président Chirac crut devoir
prendre acte de son obsolescence.
La fin de la guerre froide était passée par là.
Vous usez de mots très forts pour décrire la situation
quasi-surréaliste d’une armée « fragilisée », « dégradée »,
« lézardée ». « Une armée étonnante dont un avion sur
deux ne peut plus voler, un bateau sur deux ne peut
plus prendre la mer, un blindé sur deux ne peut plus
rouler ! ».
Et avec cela, cette armée se trouve néanmoins engagée
sur de multiples terrains.
En Irak contre l’État islamique, au Liban, en Centrafrique,
sur la bande sahélo-saharienne, à l’intérieur du territoire
national dans le cadre de l’opération Sentinelle…
10
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Où est la cohérence ?
Tel apparaît le résultat gravissime des politiques qui se
sont succédé pour soumettre l’armée aux exigences de
Bercy.
Elle est devenue, au fil des lois de programmation
successives une « variable d’ajustement » dans le budget
de l’État.
Nous découvrons aujourd’hui que nous sommes par-
venus « au bord du gouffre ».
Fort de votre expérience et de vos convictions, vous
nous appelez au courage.

Pr. Dominique Lecourt


Directeur général de l’Institut Diderot

11
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’avenir des
armées françaises
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

INTRODUCTION

L’avenir des armées françaises ne m’intéresse pas en


lui-même. Ce qui m’intéresse, c’est la France. C’est en
fonction d’elle, de ce que nous voulons pour elle, que
l’avenir des armées doit être pensé. Or l’intérêt national
et la vision que nous avons de la France nous imposent
de donner à notre armée un avenir sensiblement
différent de ce qui a été fait depuis vingt-cinq ans. La
situation est devenue insoutenable. On ne peut plus
accepter que seule la moitié de nos navires ou de nos
avions soient en état de prendre part aux combats.

Il aura malheureusement fallu les attentats de Charlie-


Hebdo, du Bataclan, et surtout de Nice, pour que les
responsables politiques de notre pays comprennent
enfin la nécessité de remédier à la décrépitude de notre
armée. Un accord bipartisan assez large sur la question
est en train de se dessiner – on l’a vu aux dernières
Universités d’été de la Défense. Espérons que cette
prise de conscience perdure, et que notre prochain
président de la République, quel qu’il soit, prenne acte
13
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

de cette impérieuse nécessité de relever notre force de


défense, pour la porter à la hauteur des ambitions de la
France et des menaces qui pèsent sur elle.

I. UNE SITUATION INTENABLE

A. Les incohérences de la politique actuelle


Deux grandes contradictions expliquent les difficultés
actuelles de notre armée, qui sont incontestables.

Première contradiction : entre la diminution des moyens


alloués à celle-ci, et la façon dont évolue notre monde.
Ainsi, quand on lit les Livres blancs de 1994, 2008 et
2013, on y apprend, en première partie, que le monde
devient de plus en plus dangereux, instable, mais, en
deuxième, qu’il est nécessaire de diminuer drastiquement
nos moyens de défense...

Deuxième grande contradiction : entre cette même


baisse des moyens, et le surengagement de nos armées
sur différents théâtres d’opérations.

Conséquence de ces contradictions, les moyens phy-


siques dont disposent nos armées sont très largement
sous-dimensionnés par rapport aux contrats opération-
nels définis dans le dernier Livre blanc. À ce problème
structurel s’ajoute un problème conjoncturel, à savoir
que ces contrats opérationnels sont eux-mêmes sous-
dimensionnés relativement à la réalité des menaces qui
14
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

pèsent sur nous, et des déploiements actuels de notre


armée.

Nous aboutissons ainsi à la situation actuelle : la France


a des armées capables du meilleur, sur les plans tactique
et technique, mais elle a de très grandes difficultés à
obtenir des résultats stratégiques et politiques – les
seuls qui comptent. Nos armées tournent beaucoup
trop vite d’un théâtre d’opérations à un autre, elles
s’usent, au point que beaucoup disent que même sur
le plan tactique, nous risquons bientôt de ne plus
pouvoir assurer une mission comme l’opération Serval.
Nous avons des armées que leur suremploi asphyxie
chaque jour davantage, proches du burn-out, au moral
constamment en baisse. Parlez avec des officiers ou
des sous-officiers : tous vous diront que leur taux de
déploiement, la différence entre les missions et les
moyens, font que le moral des armées baisse encore
et encore – or on sait bien que la force d’une armée
dépend en très grande partie de son moral.

Nous souffrons ainsi d’un problème de cohérence.


Foch disait, dans son discours de réception à l’Académie
française, le 5 février 1920, qu’ « un gouvernement ne
peut avoir que la politique de son état militaire. » Notre
drame est que nous avons une politique extérieure
largement déconnectée de notre état militaire réel.
Donnons quelques chiffres : le pourcentage du budget
de la Défense, relativement au PIB, est passé de 3 % en
1982, à 1,45 % en 2016. Il devrait être porté à 1,47 % en
2017 pour un pays qui depuis deux ans se dit en guerre.
15
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

En ce qui concerne le budget de la défense relativement


à celui de l’État, il était de 14 % en 1982, contre 8,57 %
cette année.

B. Une armée en passe de devenir un kit


expéditionnaire
Les conséquences de ces choix budgétaires sont bien
connues.

Nos armées sont sous-équipées, minées par ce que l’on


nomme pudiquement des « réductions temporaires de
capacité ». Puisqu’on pense que, dans les années à venir,
nous ne serons pas engagés dans un conflit majeur, sur
notre sol, on accepte de perdre une capacité militaire
pourtant fondamentale, mais que nous ne serions plus
capables de nous offrir. Les « réductions temporaires
de capacité » se sont ainsi multipliées au cours des
années, sans jamais être comblées. Résultat : nos armées
sont dans un état déplorable. Il suffit de regarder le
nombre d’engins réellement disponibles afin de remplir
les missions qui leur sont confiées. On estime qu’il
faudrait plus d’un milliard d’euros par an consacré au
maintien en condition opérationnelle uniquement pour
que nos matériels retrouvent un taux de disponibilité
correspondant à nos besoins.

Le problème ne concerne pas seulement le matériel.


Nos soldats sont progressivement sous-entraînés. On
maintient l’entraînement individuel, mais l’entraînement
collectif, excepté pour certaines unités, tend à disparaître,
car les armées n’ont plus le temps de l’assurer. Or on
16
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

sait bien que la force d’une armée, c’est le collectif. On


laisse ainsi ce qui fait l’essentiel d’une armée se dégrader
progressivement. De même, on diminue la formation
de nos cadres. On ne s’en aperçoit pas, parce que cela
se fait petit à petit, au cours des années, mais l’exemple
suivant permet de saisir le problème : quand j’ai fait
l’École de guerre, il y a vingt-cinq ans, la formation
durait deux ans. Quand j’ai pris sa direction, il y a huit
ans de cela, la scolarité ne durait plus qu’une année. En
vingt ans, on a donc réduit le temps de formation de
moitié – alors qu’on sait bien que plus une armée est
réduite, plus c’est la formation et l’excellence de ses
cadres qui en feront la qualité.

Le budget OPEX, qui sert à financer le surcoût du


déploiement des armées en opération est, lui aussi,
sous-dimensionné. Depuis quatre ans, ce surcoût est de
plus d’1 milliard d’euros par an. Or le budget OPEX
est limité à 450 millions. On répond que la solidarité
interministérielle va remédier à ce déficit, et que c’est
donc, en fin de compte, une bonne affaire pour les
armées. Je prétends l’inverse : comme le budget est
sous-dimensionné, ces opérations extérieures sont
constamment planifiées avec des contraintes de coût
très importantes. Résultat : on n’envoie pas les effectifs
qui correspondent aux besoins opérationnels (on
l’a très bien vu avec l’opération Sangaris en 2013 en
Centrafrique) et on programme au plus vite le retrait,
parce qu’il faut absolument réduire la dépense. Ce
sous-dimensionnement du budget OPEX est donc
extrêmement préjudiciable à la capacité des armées
17
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

françaises. Il nous condamne à n’avoir que des succès


tactiques ponctuels sans pouvoir les transformer en
succès stratégiques parce que ceux-ci demandent tou-
jours des déploiements importants, sur des durées
longues, ce que les armées françaises sont de moins en
moins capables de faire.

Notre politique de ressources humaines obéit égale-


ment à une logique essentiellement budgétaire. On le
voit clairement avec le fait que la gestion est désormais
déconnectée de l’organisation. Les armées sont respon-
sables de celle-ci, mais c’est le ministère de la Défense
qui maintenant assure la gestion, avec pour premier
objectif la diminution du coût des rémunérations et
des charges sociales. On se retrouve ainsi, par exemple,
avec un déficit de colonels par rapport au nombre de
postes proposés. Car un colonel sait qu’il ne pourra très
certainement pas avancer dans sa carrière, puisque les
postes de généraux ont diminué. Cela a des conséquences
délétères sur le moral. Et d’excellents officiers se disent
que puisque de toute façon leurs chances d’arriver au
sommet sont extrêmement réduites, autant aller pro-
poser leurs talents ailleurs, là où ils seront mieux utilisés.

Bilan de tout cela : étant donné la vétusté de la plupart de


nos équipements militaires, nos soldats sont en danger ;
notre armée est sur le point de devenir un simple kit
expéditionnaire, capable de projection de puissance,
mais plus véritablement de force ; nous pouvons, certes,
le meilleur dans un temps court, mais notre armée a de
grandes difficultés à produire des résultats stratégiques.
18
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

C. Les carences de l’armée française


Nous nous retrouvons ainsi avec un certain nombre de
carences, que je résume en trois formules :

1. Un manque d’épaisseur stratégique. Les armées fran-


çaises sont incapables à l’heure actuelle de déployer
suffisamment d’effectifs, suffisamment longtemps,
pour transformer leurs succès tactiques en succès
stratégiques et politiques. On l’a très bien vu au Mali,
il a fallu partir extrêmement rapidement de l’Adrar
des Ighoras, parce qu’il fallait mener l’opération
Sangaris, et puis on est partis de Centrafrique non
pas parce qu’on avait terminé la mission, mais parce
qu’on avait Barkhane et Chamal qui commençaient,
etc. Donc à chaque fois nous sommes limités par
ce défaut d’épaisseur stratégique qui est un défaut
extrêmement fort, que n’ont pas les États-Unis,
qui eux arrivent à projeter suffisamment d’effectifs
suffisamment longtemps.

2. Des discontinuités capacitaires. Nous n’avons, par


exemple, pas d’armes capables de détruire les dé-
fenses antiaériennes ennemies. En Libye, il a fallu
que les États-Unis fassent ce travail pour que les
avions français et britanniques puissent ensuite faire
le leur. Ces discontinuités pouvaient avoir un sens
pendant la guerre froide, mais plus maintenant. Nous
n’avons pas d’hélicoptères lourds, alors que nous
sommes la seule nation européenne à être projetée en
permanence dans des espaces gigantesques comme
le Sahel. Nos ravitailleurs ont plus de cinquante ans,
19
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

et nous ne pouvons faire des opérations au Mali ou


en Libye que parce que les Américains veulent bien
nous prêter du ravitaillement. Nous n’avons pas non
plus d’avions gros porteurs : nous devons les louer, ce
qui au début de l’opération Serval, je vous le rappelle,
a créé des problèmes importants quand il nous a fallu
convaincre les États-Unis de bien vouloir nous en
prêter au lieu de nous en louer. Last but not least,
ces déficits capacitaires frappent aussi nos services
de renseignement : j’ai été frappé d’apprendre qu’en
Libye 80 % de nos cibles nous avaient été données par
les États-Unis, simplement parce que nous n’avions
pas de moyens de renseignement suffisants. Or qui
détient le renseignement détient la manœuvre, et
donc l’objectif final. Les choses, certes, s’améliorent
un peu sur ce point. Jean-Yves Le Drian a ainsi fait
commander un certain nombre de drones. Mais il ne
s’agit pour l’instant que d’un rattrapage.

3. 
La gériatrie capacitaire. L’armée française a, d’un
côté, le matériel le plus sophistiqué : ses Rafales, ses
hélicoptères Tigre ou Caïman, le Charles de Gaulle, etc.
Mais dans le même temps, nos soldats font la guerre
au Sahel avec des équipements qui ont deux fois leur
âge. Je pense par exemple aux VAB 2, aux VBL 3,
à l’ERC 90, dont les pannes ralentissent les opé-
rations. Des mesures ont été prises, mais nous
allons devoir vivre avec ces équipements pendant
.................................................................................................................................................................................................................

2. VAB : Véhicule de l’Avant Blindé.


3. VBL : Véhicule Blindé Léger.

20
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

encore dix ans, voire plus. Il faut accélérer le


remplacement de notre matériel. Il n’est plus accep-
table que nos soldats continuent à se battre avec
ces équipements vétustes. Le chef d’état-major des
armées disait ainsi récemment qu’il fallait d’urgence
boucher certains trous capacitaires (flotte d’avions
de transport, ravitailleurs, patrouilleurs, drones) et
ensuite respecter le contrat opérationnel des armées
qui est inatteignable avec le budget actuel. D’où la
nécessité de porter le budget annuel de la défense à
40 milliards d’euros, uniquement pour permettre aux
armées de remplir la mission qui leur est donnée, pas
plus.

Enfin, on le sait bien, il faut financer le renouvellement


de la dissuasion nucléaire dans ses deux composantes,
océaniques et aéroportées. Mais cela ne doit pas se
faire à budget constant. Cela reviendrait à délaisser nos
forces conventionnelles. Or une force nucléaire sans
forces conventionnelles ne sert à rien. Ce n’est pas
avec des sous-marins nucléaires que vous protégerez
les 6 000 Français de Bamako comme en janvier 2013.
Ce n’est pas avec des Rafales et leurs missiles que
vous stabiliserez la Centrafrique. Il faut les deux :
dissuasion nucléaire et forces conventionnelles, et la
modernisation de l’arme nucléaire, si elle est décidée,
doit obligatoirement s’accompagner d’une remontée
des budgets au risque, sinon, de remettre en cause tout
l’équilibre de notre outil de défense nationale – ou
plutôt d’aggraver le déséquilibre déjà existant.

21
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

D. Une dégradation accentuée par une décennie


de réformes
L’état présent de notre armée ne résulte pas seulement
de choix budgétaires. Il est aussi la conséquence d’une
succession de réformes qui n’ont pas véritablement
été débattues – ce que j’appelle « le débat escamoté ».
En effet, d’une part, les militaires ont petit à petit été
repoussés en marge de la société, pour des raisons
historiques, que l’on peut comprendre : le militaire, avec
ses armes, représente le tragique de l’histoire, quelque
chose que l’on préfère ne plus voir. De plus, les militaires
ne s’expriment pas, alors qu’ils le pourraient : la loi ne
le leur interdit pas, mais ils s’autocensurent. Mais ce
silence n’est pas le meilleur service qu’ils rendent aux
armées et à la France. Ils auraient dû s’exprimer à haute
voix sur les multiples réformes qu’a subies notre armée,
qui ont toutes conduit à la situation présente.

La première de ces réformes est la LOLF 4, mise en


application à partir de 2006. Quel a été son résultat dans
le domaine de la Défense ? La perte de quelque chose de
fondamental dans les armées, le rapport du supportant
au supporté. Le ministère de la Défense est fait pour
produire des armées opérationnelles. Le chef d’état-
major des armées avait donc une prééminence sur les
services, sur le secrétariat général de l’administration,
sur la délégation générale à l’armement. Or la LOLF
a fait en sorte que tout le monde devienne égal, et
qu’un certain nombre de décisions au ministère ne sont
.................................................................................................................................................................................................................

4. LOLF : Loi Organique relative aux Lois de Finances.

22
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

pas prises dans l’intérêt des armées, en vue d’assurer


leurs capacités opérationnelles, mais selon des logiques
différentes.

La RGPP 5, ensuite, a voulu « interarmiser », alors que


les différences entre armées sont essentielles : elles
créent une personnalité, une tradition, indispensables
pour produire une véritable capacité opérationnelle.
Même aux plus petits niveaux techniques, les
contraintes propres à telle ou telle armée créent des
différences, qui font qu’il est inefficace d’uniformiser,
de tout mélanger : ce n’est pas la même chose d’être
cuisinier pour l’armée de l’air, sur une base, ou dans
l’armée de terre, où vous pouvez être projeté pour
remplir votre mission en casque lourd sur une base
opérationnelle avancée en Afghanistan sous la menace
des obus. Avec cette idée stupide que tous les soldats
étaient interchangeables, on a ainsi créé des « bases de
défense » où on a imaginé qu’on pouvait mutualiser des
moyens et des personnels, avec, comme Jean-Yves Le
Drian lui-même le reconnaît, des résultats désastreux,
contraires au bon fonctionnement des armées. La
RGPP a aussi « matricialisé » les armées : on a des
directions régionales, fonctionnelles, et on multiplie
les réunions de coordination, en lieu et place d’un
commandement hiérarchisé, pourtant indispensable
en termes d’efficacité. Cette « matricialisation » est un
facteur assez fort de dégradation de nos armées.

.................................................................................................................................................................................................................

5. RGPP : Révision Générale des Politiques Publiques.

23
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Enfin, en 2012, la « nouvelle gouvernance » mise en


place par le ministère a enlevé au chef d’état-major
des armées les quelques pouvoirs de régulation dont
il disposait encore sur son propre outil. En particulier,
on lui a retiré une très grande partie de ses pouvoirs
en matière de relations internationales, comme si ce
domaine était accessoire pour des armées qui passent
leur temps à s’en occuper sur le terrain. On a ainsi
substitué la DGRIS à la DAS 6, en retirant au chef
d’état-major des armées la possibilité de faire son
métier dans ce domaine. Pire, on lui a enlevé la politique
des ressources humaines, c’est-à-dire la responsabilité
des hommes, ce qui est très grave : l’instrument
premier du combat, ce sont les hommes, or la gestion
globale des ressources humaines relève maintenant du
ministère de la Défense, c’est-à-dire d’un responsable
civil certainement très compétent, mais qui n’a pas
la sensibilité militaire nécessaire pour gérer au mieux
les hommes en termes de capacité opérationnelle. À
mon sens, avoir ainsi retiré la gestion des hommes aux
militaires me paraît la faute la plus lourde.

.................................................................................................................................................................................................................

6. DGRIS : Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie.


DAS : Délégation aux Affaires Stratégiques
24
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

II. QUELLE ARMEE POUR DEMAIN ?

A. Substituer une vision stratégique à la logique


budgétaire
Penser l’armée de demain demande de savoir ce que
nous souhaitons lui demander. Donc, d’avoir une idée
du rôle que nous entendons jouer dans le monde. Or
une telle vision nous manque complètement. C’est alors
l’argument budgétaire qui prévaut.

Une armée devrait pourtant être conçue en fonction


d’une doctrine stratégique claire.

Sinon, elle sera inadaptée et façonnée en fonction


principalement de critères budgétaires, comme c’est le
cas actuellement.
Il faut aussi comprendre qu’il existe une différence
entre armée des nécessités et armée des choix. D’un
côté, personne ne peut nier que la France est menacée
et qu’elle doit avoir la capacité de faire face, d’où la
nécessité de boucher certaines déficiences capacitaires.
Mais il n’y a pas que cela. Il y a aussi l’armée des choix,
l’armée que l’on décide d’avoir si l’on pense que la
France a encore quelque chose à dire au monde : si
on le croit, alors elle a besoin de forces armées qui se
tiennent. Si la France veut encore être ce qu’elle est, ce
qu’elle doit être, il est nécessaire qu’elle retrouve des
capacités militaires qui correspondent à sa volonté de
prise de parole dans le monde.

25
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Elle doit être capable d’ouvrir un théâtre d’opérations,


d’être une nation-cadre dans une intervention, et de
pouvoir rester suffisamment longtemps avec suffisam-
ment de forces suffisamment équipées et entraînées
pour obtenir des résultats stratégiques.

La France a des valeurs, des intérêts, des responsabilités.


Nous avons, par exemple, la deuxième zone économique
exclusive, mais une marine sous-dimensionnée par
rapport à ce très grand atout. Nous avons par ailleurs
oublié, parce que cela semblait aller de soi, que nos
valeurs ne tiennent que par l’épée qui les soutient. Si ces
valeurs que nous pensons universelles se sont répandues
dans le monde, c’est qu’elles étaient portées par notre
épée, et on voit bien que celle-ci s’émoussant, l’influence
de nos valeurs se réduit. Nous avons été incapables de
les imposer en Irak, à l’Afghanistan, et si nous voulons
continuer à en jouir ici même, il faudra retrouver du
tranchant à notre sabre. Ceci est encore plus vrai de
l’Afrique, dont les problèmes nous touchent de bien plus
près. Nous avons voulu nous en retirer, abandonner les
bases. Je crois que cela a été une vision à court terme.
Les problèmes sahéliens, ceux de l’Afrique noire, sont
nos propres problèmes, pour un certain nombre de
raisons : sa proximité stratégique, le fait que nous y
avons des intérêts, et enfin parce que si l’Afrique n’est
pas suffisamment stabilisée et développée, le milliard
d’Africains qui naîtra dans les vingt années à venir
n’acceptera pas de stagner dans les rues d’Abidjan ou
de Bamako. Notre intérêt, si nous voulons vivre comme
nous le voulons, et les Africains comme ils l’entendent,
26
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

c’est de participer très directement à la stabilité et plus


encore à la croissance de l’Afrique.

Notre absence de vision stratégique a eu pour résultat


que l’évolution de nos armées s’est faite à partir de
points de vue parcellaires, d’intérêts de chapelle qui
ont abouti, au total, au résultat décrit plus haut. Nous
sommes excellents dans un certain nombre de domaines,
mais nous avons renoncé à toute cohérence globale, et
tout le monde est responsable de cette situation, les
militaires compris.

Nous n’avons ainsi, aujourd’hui, ni armée des néces-


sités, ni armée des choix. Nous sommes surexposés
stratégiquement, sans mesures correspondant à cette
surexposition, notamment en termes de politique sécu-
ritaire ou militaire. Autrement dit, nous avons bombardé
Daech suffisamment pour provoquer le Bataclan et
Nice, mais pas assez pour l’en empêcher.

B. Rompre avec les illusions


L’avenir de notre armée demande donc de reconstruire
une doctrine stratégique précise fondée sur une vision
claire de l’état présent du monde et du rôle que nous
voulons y jouer. Cela implique de rompre avec trois
illusions.

1. La première d’entre elles est l’illusion américaine, qui


présente en fait deux aspects.

Tout d’abord, l’idée que le soldat Ryan pourrait revenir


27
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

mourir sur les plages de Normandie. Autrement dit,


que les Américains seront toujours prêts à payer le
prix du sang pour nous aider. Je crois qu’il s’agit d’une
illusion, ne serait-ce que pour cette raison que, dans
peu de temps, vers 2040, la majorité des Américains ne
sera plus d’origine européenne, mais afro- ou latino-
américaine. Le lien sentimental et historique avec
l’Europe, qui pouvait justifier d’envoyer mourir des
soldats sur ses plages, sera trop faible. Il en va de même
d’un point de vue économique : qu’on le veuille ou non,
l’avenir des États-Unis dans ce domaine se situe plutôt
du côté de l’Asie que de celui de l’Europe. L’OTAN
me semble donc désormais plutôt un problème qu’une
réassurance. Car si les États-Unis, je le pense, ne
reviendront pas, l’OTAN, en revanche, empêche les
Européens de prendre en charge leur propre défense.
Et quant à l’Europe de la défense, cela fait soixante
ans que l’on essaye de la faire, en vain. Quand la
France intervient au Mali, personne ne vient. Nous
n’avons encore déployé aucun des Battlegroups de
1 500 hommes que nous avons créés et qui devaient
être le fer de lance d’une force armée européenne. Il
me semble donc plus important de repartir sur une base
solide, à savoir la défense nationale.

Rompre avec l’illusion américaine, c’est aussi se dé-


prendre de notre fascination pour la sophistication
absolument extraordinaire des équipements militaires
outre-Atlantique. Nous avons payé très cher des maté-
riels de pointe, afin d’améliorer notre force et de nous
mettre aux normes américaines – car les États-Unis ont
28
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

gagné la bataille des normes. Ce faisant, nous avons


oublié deux choses. Premièrement, qu’avec nos pauvres
budgets nous sommes totalement incapables de nous
payer le modèle américain. Deuxièmement, que ce
modèle n’a en fait jamais gagné de guerres. Cela fait en
effet un certain temps maintenant que les Américains
gagnent des batailles, mais pas les guerres. Je ne pense
donc pas que nous devrions imiter ce modèle aux
dépens de notre efficacité opérationnelle et de notre
culture stratégique dont rien ne prouve qu’elles soient
inférieures au modèle américain. Mais les équipements
absolument superbes des Américains nous éblouissent,
et au lieu de penser l’armée comme un système, chacun
y va de sa petite exigence pour obtenir tel ou tel matériel
dernier cri.

2. Deuxième illusion : celle d’un monde pacifié qui


aurait banni la guerre, alors que celui-ci est de plus en
plus dangereux et dérégulé. Il y a un décalage important,
même si les choses sont en train de changer, entre la
perception que les Européens et les Français ont du
monde et la réalité. Nous vivons encore dans l’idée d’un
monde postmoderne qui aurait tué la guerre. Mais cela
n’est vrai qu’en Europe – dans le reste du monde, de la
Mauritanie à l’Ukraine en passant par le Moyen-Orient,
la réalité est tout autre. Un feu entoure l’Europe, et ses
escarbilles s’appellent Bruxelles, le Bataclan, Nice. Le
monde est devenu de plus en plus dangereux. Il n’est
plus régulé. Pour différentes raisons, les États-Unis
ne veulent plus assurer cette régulation, et les Nations
Unies ne sont rien sans la puissance militaire des États-
29
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Unis en soutien. Le monde bâti à San Francisco en 1945


va disparaître, et ce ne sont pas les G8 ou G20 qui vont
les remplacer. L’histoire du monde est l’histoire d’une
série de dominations successives, d’un grand empire à
un autre, et entre deux séquences il se passe beaucoup
de temps, avec des phases de chaos. Nous sommes
actuellement dans cette situation, étant donné que la
domination américaine est en train de s’affaisser, et l’on
ne voit pas encore ce qui va la remplacer – pour l’instant
sûrement pas Poutine ou la Chine. Nous allons donc
rentrer dans une période de troubles importants. Dieu
est à nouveau enrôlé dans les conflits, ce qui n’est pas
une bonne nouvelle : quand Dieu entre dans la guerre,
celle-ci est toujours plus cruelle. Nous devons par
conséquent assurer l’avenir de nos armées si l’on veut
que celui de la France le soit aussi. Car l’évolution du
monde n’est pas une évolution linéaire vers le bien. En
raison de notre culture judéo-chrétienne, nous avons
tendance à le croire, mais il y a en fait de profondes
ruptures. Il suffit de regarder l’histoire du XXe siècle.
Ces ruptures, il faut les préparer, et les armées sont
un outil de résilience formidable. Car l’armée, c’est ce
qui fonctionne quand tout est détruit. Elle a sa propre
logistique, elle sait vivre et rétablir l’ordre dans des
conditions épouvantables. Regardez Fukushima : les
armées japonaises ont été capables de déployer 100
000 hommes en huit jours et de remettre de l’ordre
dans une zone grande comme plusieurs départements,
aux infrastructures dévastées, où l’approvisionnement
n’était plus assuré. L’armée française serait actuellement,
complètement incapable de faire la même chose. Ne
30
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

serait-ce que parce qu’elle ne dispose pas de ces 100 000


hommes, même en se dégageant de tous les théâtres sur
lesquels elle est engagée. Par courte vue, la France se
prive de ce formidable instrument de résilience qu’est
l’armée.

3. Nous devons aussi ne plus nous laisser endormir par


ce que j’appelle « le marchand de sable nucléaire » :
parce que l’arme nucléaire était censée suffire à assurer
la défense de notre territoire, nous avons laissé s’étioler
nos forces conventionnelles. Nous le payons aujour-
d’hui, incapables de déployer au Sahel ou en Syrie et
ailleurs les volumes de force dont nous avons besoin.

C. Les 2 % du PIB ne seront pas suffisants


Le chef d’état-major des armées soutient, à juste titre,
que le budget de la Défense doit dépasser les 2 % du
PIB, ce qui supposerait de passer de 32 milliards d’euros
aujourd’hui à un peu plus de 40 milliards en 2020. Cette
proposition fait plutôt consensus.

Je crois pour ma part que ce n’est pas suffisant.

Car ces 2 % ne sont en fait que la somme indispen-


sable pour simplement redonner aux armées françaises
actuelles leurs pleines capacités opérationnelles.

On est donc très loin d’une remontée en puissance.


Certes, la loi de programmation militaire 2014-2019 a été
revue l’année dernière. Mais cette correction correspond
simplement à un coup de pouce dans un contexte où
31
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

les armées sont bien en dessous de ce qu’elles devraient


avoir pour maintenir leur capacité opérationnelle au
niveau. Rien à voir avec les besoins de la France et ce
qui serait nécessaire pour nos armées.

Les 2 % dont il est question correspondent en fait à


une décision de principe prise au sommet de l’OTAN
à Newport en 2014. Or si cette somme suffit pour des
États isolationnistes comme le Danemark ou les Pays-
Bas, des États qui en outre n’ont pas l’arme nucléaire,
on voit bien qu’il en faut plus pour la France, État
interventionniste et puissance nucléaire. Nous devons
donc aller au-delà des 2 % et probablement viser les 3 %.
Il ne s’agit pas d’un problème de finances publiques,
mais de volonté politique, qui d’ailleurs ne concerne
pas que la Défense. Tout ce que je viens de dire sur
les armées est vrai de façon générale pour toutes les
fonctions régaliennes de l’État. Les dépenses publiques
croissent de façon inconsidérée, on est à 57 % du PIB, et
en même temps les dépenses régaliennes baissent avec
le même coefficient de pente : 2,7 % pour la justice,
la police, la défense et la diplomatie, contre 4,7 % il y
a encore quinze ans. Or l’État existe pour exercer ces
fonctions. S’il ne les assure plus, il sera de plus en plus
contesté. Il faut donc réinvestir dans ces domaines si
on veut l’éviter, et demander aux Français les sacrifices
nécessaires pour avoir l’État dont ils ont besoin.

32
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Conclusion
L’émotion, l’indignation, la compassion ne suffiront pas
à dissuader Daech. Il faut réinvestir dans la sécurité et la
défense, et faire les guerres que nous avons à mener si
nous voulons que la France redevienne la France. Nous
n’avons plus à nous armer de patience, mais les Français
ont à s’armer d’exigence. L’excellence a un coût : nos
concitoyens sont habitués à voir des soldats français qui
exercent parfaitement leur métier, et qui le font jusqu’au
bout, parce que cela fait partie de leur éthique, mais la
corde est sur le point de casser.

Avec le Brexit nous échoit une nouvelle responsabilité :


nous sommes désormais le seul pays européen à dis-
poser d’une force de dissuasion nucléaire et d’un siège
permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies.
Mais ce dernier statut est précaire. En effet, nous ne le
devons pas à l’arme nucléaire, dont nous ne disposions
pas en 1945. Les raisons démographiques, pertinentes
quand nous avions un empire colonial, n’ont plus cours.
Qu’est-ce qui justifie alors notre présence comme
membre permanent au Conseil de Sécurité ? Notre
capacité à intervenir dans les crises. Une fois cette
capacité disparue, plus rien ne la justifiera. D’autant
plus que la présence de la Chine, de la Russie et des
États-Unis n’est, elle, contestée par personne, et que ces
derniers soutiendront toujours la présence du Royaume-
Uni pour être sûrs d’avoir au moins deux voix.
33
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La France doit donc maintenir sa capacité d’inter-


vention. Car la France a un rang, qu’elle doit tenir. Il y a
aussi de nouvelles opportunités ouvertes avec le Brexit,
la possibilité de relancer l’Europe de la défense avec le
couple franco-allemand. Cette opportunité, la France
doit la saisir si elle veut redevenir la France que nous
aimons et qu’elle doit être à l’avenir

34
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Débat avec la salle


Jean-Michel Quatrepoint 7 : Êtes-vous favorable au
rétablissement d’un service national obligatoire de six
mois ?

Vincent Desportes : Le problème est d’abord mathé-


matique. Un service obligatoire de six mois, c’est 400 000
Françaises et Français à incorporer tous les mois. Premier
point : où les loger ? Dans les casernes, impossible :
nous les avons presque toutes vendues, pour un euro
symbolique. Deuxième point : 400 000 jeunes soldats,
cela implique de recruter au minimum 100 000 officiers
et sous-officiers. Ce n’est pas exactement dans l’air du
temps... Admettons cependant que nous y arrivions,
avec un peu de volonté politique et d’effort budgétaire.
Le véritable problème, c’est que le service militaire doit
avoir un sens : il faut savoir pourquoi nous demandons
aux jeunes Français de payer un impôt très lourd, six
mois de leur vie. Cela avait un sens auparavant, mais
maintenant, cela ne me semble plus le cas, d’autant plus
que nous n’en avons pas besoin sur le plan opérationnel :
l’armée française n’a pas de besoin de 400 000 soldats
en plus des 200 000 déjà sous les drapeaux, et ça n’a
donc pas beaucoup de sens de mettre les jeunes dans
les casernes uniquement pour les balayer...
.................................................................................................................................................................................................................

7. Journaliste économique.

35
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jean-Michel Quatrepoint : Ma question portait sur


un service national, plutôt que militaire.

Vincent Desportes : Mais même dans ce cas, les


arguments mathématiques que je viens de donner sont
toujours valables. Je pense que mettre en place un tel
service est difficile, on le voit bien en Allemagne.
Je suis en revanche plus ouvert à l’idée, émise par un
député, d’un service civique militaire. De 20 à 40 000
personnes pourraient, pendant un an, avec deux mois
de formation, remplir les missions menées actuellement
par nos soldats du premier rang devant les gares ou la
Tour Eiffel, ce qui est une gabegie en termes financiers
et opérationnels. Ce serait une bonne chose, mais
cela ne doit pas se faire au détriment des armées.
Autrement dit, même dans ce cas, il faudrait pour
l’encadrement recruter 1/4 ou 1/3 d’officiers ou de
sous-officiers. La question se posera aussi de savoir
où mettre ces recrues. Dans des régiments à part, je
ne crois pas que cela marcherait. Donc il faudrait
plutôt les intégrer dans les régiments existants, pour
qu’elles puissent se former à leur contact, mais cela
pose à nouveau un certain nombre de problèmes...
En tout état de cause, je suis assez ouvert à ce type de
propositions, tournant autour de 40 000 recrues. Mais
pas aux 400 000 d’un service obligatoire.

Majid Javanmard  8 : Il existe maintenant une quatrième


.................................................................................................................................................................................................................

8. Conseiller en charge des études politiques et académiques, ambassade de


la République Islamique d’Iran en France.

36
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

armée, en plus des trois traditionnelles (terre, air,


marine) : la cyberarmée, plus importante que les trois
autres. Quelle est votre analyse sur ce point ? J’aurais
aussi aimé connaître votre avis sur la question d’une
armée européenne, maintenant que le Royaume-Uni,
qui s’y était toujours opposé, vient de décider de quitter
l’Union européenne ?

Vincent Desportes : Au sujet de la cyberarmée, je


crois qu’il faut se déprendre de l’illusion selon laquelle
les outils de la guerre transforment la guerre. Non, les
outils de la guerre ne transforment pas la guerre, car la
guerre, c’est l’affrontement armé des volontés, et c’est
toujours, en fin de compte, l’affrontement des hommes.
Certes, l’histoire voit régulièrement de nouvelles cou-
ches s’ajouter à cette couche fondamentale, à mesure
que l’homme conquiert de nouveaux espaces. La
guerre s’est ainsi élargie à la mer, à l’air, à l’espace, au
cyberespace maintenant, et elle s’étendra au prochain
espace que l’homme découvrira. Mais en fin de compte,
ces nouveaux espaces n’ont pas radicalement trans-
formé la guerre. Il ne s’agit que d’outils : l’armée
française a pris conscience de la nécessité d’investir
dans ce que vous appelez la cyberguerre et nous avons
désormais des moyens offensifs dans ce domaine, mais
croire qu’on peut gagner la guerre simplement avec
le cyber est faux. Comme l’aviation, le cyber est un
facilitateur, mais ce n’est pas ce qui permet de gagner
la guerre. Car, pour la gagner, il faut bien à un moment
que les hommes se battent au sol : il faut vaincre les
résistances humaines chez l’adversaire, qui ne s’avoue
37
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

pas nécessairement vaincu simplement parce qu’il a


perdu ses robots ou qu’il a été battu dans le cyberespace.
La guerre, c’est toujours, à la fin, la guerre des hommes.
C’est ce qu’avait vu von Molkte l’Ancien : alors que
la supériorité allemande dans le chemin de fer venait
de contribuer à la victoire de 1870, von Molkte avait
déjà compris que la technologie allait devenir une gêne.
Car la technologie sert à gagner les batailles, mais de
moins en moins à gagner la guerre : c’est un facilitateur
tactique, mais qui en fin de compte empêche de gagner
la guerre.

En ce qui concerne l’armée européenne, les choses


sont assez simples : une armée, premièrement, est
l’armée d’une nation, d’un ensemble politique unifié ;
deuxièmement, il s’agit d’un outil, que vous ne pouvez pas
fabriquer avant de savoir à quoi vous voulez l’employer.
De ce point de vue, l’idée d’une armée européenne me
semble sujette à caution, parce que l’armée ne peut être
qu’au service d’une volonté et d’une vision politique,
qui n’existent pas à l’heure actuelle au niveau européen.
Nous n’avons pas le même point de vue stratégique que
la Pologne, par exemple : leur problème, ainsi qu’aux
pays baltes, c’est plutôt la Russie, tandis que nous
sommes plus détachés à ce sujet, tandis que le Sahel ne
les intéresse pas, contrairement à nous. Comment faire
une armée européenne sans vision commune ? On a cru
qu’on construirait un peu l’Europe à partir de l’Europe
de la Défense, qu’en mettant des petits morceaux
d’armée, on finirait par faire une armée et qu’un besoin
politique allait se créer, ce qui allait faciliter la création
38
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

de l’Europe... Soixante ans après, on voit bien que


c’est une erreur : pour avoir une armée, il faut avoir
une vision politique, une nation. Il n’y aura pas d’armée
européenne tant qu’il n’y aura pas une confédération
minimale, une fédération européenne avec une vision
politique commune. Donc peut-être que l’Europe est
notre avenir, mais... c’est notre avenir : à l’heure actuelle,
nous ne pouvons pas compter sur l’Europe face à ce qui
nous menace. Donc s’il faut, certes, aller vers l’Europe,
il faut aussi être lucide et renforcer immédiatement
notre armée, en réinvestissant tout de suite dans la
sécurité nationale.

Franck Montauge 9: Vous avez dit : « Nous avons


bombardé Daech suffisamment pour provoquer le
Bataclan ou Nice, mais pas assez pour l’en empêcher ».
Pourriez-vous préciser cette pensée – ce que vous venez
de dire sur von Molkte pouvant d’ailleurs illustrer ce
que vous allez peut-être répondre ?

Vincent Desportes : Fin 2014, j’ai dit au Sénat devant


la Commission des affaires étrangères, de la défense et
des forces armées que Daech n’était pas notre affaire.
Ce sont les États-Unis qui portent la responsabilité du
désastre au Moyen-Orient. Nous n’en serions pas là
si Georges Bush n’avait pas eu l’illusion de croire que
la guerre pouvait aisément déboucher sur un résultat
politique. La France est, elle aussi, responsable du
chaos, mais au Sahel, pas au Moyen-Orient. Comme je
.................................................................................................................................................................................................................

9. Sénateur du Gers (Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées).

39
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

le disais devant les sénateurs, étant donné, de surcroît,


le peu de moyens dont nous disposons, nous devrions
nous concentrer sur cette région et laisser les États-
Unis s’occuper des problèmes du Moyen-Orient, qu’ils
ont eux-mêmes créés. Ce n’est pas ce qui a été décidé,
pour des raisons sur lesquelles je n’épiloguerai pas.
Maintenant, si nous n’étions pas intervenus, si nous
nous étions uniquement concentrés sur notre zone
de responsabilité, la bande sahélo-saharienne, est-ce
que cela n’aurait rien changé ? Je n’en suis pas certain.
Personne ne peut affirmer avec certitude que le Bataclan
est une suite des bombardements que nous avons
entrepris. Mais il y a probablement un lien très fort.
Nous sommes devenus le premier ennemi occidental de
Daech, et il est bien plus facile de s’introduire en France
qu’aux États-Unis, de revenir de Syrie en France que
d’aller aux États-Unis. Donc il est très probable qu’il y
a un lien entre notre premier investissement dans cette
crise-là et le Bataclan. Et je soutiens qu’alors, quitte
à y aller, il fallait y aller vraiment. Ne pas surexposer
stratégiquement la France sans prendre les mesures
de réassurance intérieure nécessaires. Considérer que
l’ennemi ne va pas réagir, c’est violer le premier axiome
de la guerre et de la stratégie. À partir du moment,
par conséquent, où vous vous engagez pour porter
un coup, vous devez prévoir une réaction et changer
votre politique militaire et votre politique sécuritaire.
Je ne remets pas en cause les différents engagements
de la France à l’étranger, mais je remets en cause la
déconnexion de la politique extérieure et de la politique
militaire et sécuritaire.
40
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

En tout état de cause, maintenant que nous sommes


engagés au Moyen-Orient, il faut faire davantage.
Daech est notre adversaire, nous sommes sa première
cible en Occident, nous devons donc prendre la main
et augmenter nos moyens. Tous les bons militaires
savent qu’une fois que l’ennemi est déséquilibré, il
faut ajouter des moyens et avancer jusqu’à ce qu’il
tombe définitivement. Au lieu de se laisser terroriser
par les terroristes, c’est à nous de les terroriser, et
l’armée française a les moyens de le faire. Mais ce n’est
pas suffisant. Daech va mourir, c’est sûr, mais, plus
profondément, il faudrait se donner les moyens de régler
la crise, or nous n’investissons pas assez pour cela :
comme je le répète, le problème des armées françaises
est qu’elles manquent d’épaisseur stratégique, avec pour
conséquence, par exemple en Afghanistan où ce sont
les Américains qui décident de la stratégie, tandis que
nous nous cantonnons à un rôle d’exécutants tactiques.
C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-
Orient : nous sommes présents, mais pas suffisamment.
Résultat : l’affaire se conclura entre les États-Unis, la
Russie, l’Iran, l’Arabie Saoudite, Israël, mais pas la
France. C’est dur à dire, mais c’est ainsi : la présence à la
table des négociations est fonction du prix du sang. Tant
que vous vous contentez d’envoyer des avions, vous ne
serez pas qualifiés pour être à la table des négociations.
Nous pouvons nous contenter d’attendre que Daech
tombe, mais cela signifie qu’en fin de compte que nous
aurons investi nos hommes et nos moyens pour rien.

41
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sophie Fiszman 10 : Quand la France est menacée


par des conflits asymétriques comme celui qui nous
oppose actuellement à Daech, le hard power suffit-il ?
Le soft power, qui est largement utilisé par l’État isla-
mique, n’est-il pas aussi indispensable pour gagner
cette guerre ? Que signifie gagner une guerre dans ce
contexte où il ne s’agit plus d’une guerre de frontières
mais d’un conflit de civilisation ?

Vincent Desportes : La réponse est, évidemment, non :


nous ne gagnerons pas cette guerre par la force, mais
nous ne la gagnerons pas sans la force. Et il faut quand
même comprendre que le hard power et le soft power
sont en fait très liés. Il suffit de regarder les États-Unis.
Le soft power ne vaut que s’il est appuyé sur le hard
power. On peut se contenter d’utiliser le soft power que
lorsqu’on dispose aussi derrière du hard power. Et, dans
le cas des États-Unis, on voit bien que la diminution
relative de leur puissance militaire s’accompagne d’une
diminution de leur soft power. Le soft power de Daech,
de même, s’appuie sur un hard power, qui s’appelle le
Bataclan ou Nice. Le soft power par lui-même ne sert
par conséquent à rien. Il faut les deux. Et donc aussi, en
effet, autre chose que la seule force militaire : la guerre,
en fin de compte, n’est pas un objet militaire, c’est un
objet politique. On ne gagne pas la guerre avec les
armées – celles-ci permettent de modifier une situation
afin d’obtenir un résultat politique. Donc on ne gagnera
pas la guerre par le hard power, mais il faudra livrer
.................................................................................................................................................................................................................

10. Directrice générale adjointe d’OFI Asset Management.

42
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

des batailles pour la gagner, et ces batailles ne seront


gagnées qu’au moyen du hard power.

Dominique Leglu 11 : Vu ce que vous avez dit sur la


technologie, j’aimerais avoir votre réaction aux annonces
de Jean-Claude Juncker qui veut faire passer la R&D de
l’Union européenne de 350 millions à 500 millions ?

Vincent Desportes : C’est une question fondamentale.


Je ne sais pas ce qu’il adviendra de cette proposition de
M. Juncker, mais ce qui est certain, c’est que l’avenir
des armées passe par la recherche fondamentale et
appliquée, et que pendant longtemps les armées ont
sous investi dans ces deux domaines.

Alexis Nikolaev 12 : Je voudrais vous poser une question


au sujet des Livres blancs sur la défense. Depuis les
années 2000, de manière de plus en plus nette, il est
dit que la Russie constitue une menace pour la France.
Or la Russie n’a jamais attaqué la France – le contraire,
en revanche, s’est produit à plusieurs reprises. Ce n’est
pas la Russie qui espionne la France dans le cyberespace
avec l’aide des Allemands. Ce sont les États-Unis. Et
pourtant c’est la Russie qui est censée représenter une
menace. Partagez vous ce point de vue ?

Vincent Desportes : Je pense pour ma part que sur


cette question, l’Europe a tort de s’aligner sur la position
.................................................................................................................................................................................................................

11. Directrice de la rédaction de Sciences et Avenir.


12. Premier secrétaire, ambassade de la Fédération de Russie en France.

43
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

américaine. La Russie et l’Europe sont ensemble sur


ce grand continent qu’est l’Eurasie, nous sommes
condamnés à nous entendre. La remontée des tensions
qui est quand même assez largement le fait des Américains
correspond à une vision américaine des choses, voire
une vision otanienne – la première fonction de l’OTAN
était la lutte contre le bloc de l’Est et l’OTAN, comme
toute institution, composée d’individus qui y font
carrière, doit justifier son existence... Il y a donc une
politique américaine ou d’institutions comme l’OTAN
qui poussent à la montée des tensions entre la Russie
et le reste de l’Europe. Je crois que cela ne correspond
pas à l’intérêt de la France et que, dans cette affaire-là,
la France doit définitivement se rendre compte que les
intérêts stratégiques américains ne sont pas les intérêts
stratégiques européens et encore moins les intérêts
stratégiques français. Je crois que dans cette affaire-
là nous sommes condamnés à nous entendre avec la
Russie et avec M. Poutine. Nous devons aussi admettre
que dans cette grande réingénierie de l’Europe à laquelle
il faudra bien se décider, il faudra faire des compromis,
et que certains n’auront pas ce qu’ils voudront, etc. Mais
nous devons mener une politique réaliste, et vivre avec la
Russie, qui a une histoire qui fait qu’elle ne supporte pas
d’avoir des adversaires à sa porte. J’estime pour ma part
que la Russie agressive est profondément le produit de
George W. Bush. Quand on élargit l’OTAN jusqu’à la
frontière de la Russie, on ne peut pas ne pas provoquer
une réaction. Quand on parle de faire rentrer la Géorgie
ou l’Ukraine dans l’OTAN, on est irresponsable. Quand
on déploie le bouclier antimissile, en expliquant que
44
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

c’est en fait contre l’Iran, quand on contourne la Russie


par l’Asie centrale, il est évident que la Russie réagira, et
elle a réagi. Nous devrions, pour notre part, faire baisser
ces tensions. Il faudra bien trouver un modus vivendi et
qui sera certainement différent de ce que souhaitent les
Américains.

Gérard Longuet 13 : En tant que président au Sénat du


groupe d’amitié France-Russie, je puis vous dire que la
majorité du parlement français est favorable à l’alliance
avec la Russie et ne la considère en rien comme un
adversaire, mais au contraire voit en elle un allié. Vous
avez eu raison de rappeler que toute l’histoire de notre
pays prouve que lorsque la France et la Russie savent
s’entendre, c’est au bénéfice de la France, et que lorsque
nous oublions la Russie, c’est à notre détriment.

Yves Riou : Mon Général : je suis nommé Premier 14

ministre, et étant donné que je partage beaucoup de


vos idées, je vous nomme ministre des Armées, avec
une enveloppe de 20 milliards pour parvenir à vos
fins. Mais... Derrière les milliards et le matériel, il faut
des hommes. Le problème du recrutement est crucial.
Qu’avez-vous à dire sur ce sujet, d’autant plus que
vous avez vous-mêmes insisté sur le fait que, malgré la
technologie, la guerre ne fera jamais l’économie d’une
lutte entre soldats ?
.................................................................................................................................................................................................................

13. Ancien ministre, Sénateur de la Meuse (Alsace-Champagne-Ardenne-


Lorraine).
14. Délégué général de la Fédération des syndicats de la distribution
automobile.

45
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Vincent Desportes : Si j’étais ministre... je solliciterais


immédiatement un entretien avec le président de la
République, pour lui demander ce qu’il veut pour la
France, et comment il voit son action dans le monde.
Tant que je ne le sais pas, je ne sais pas quoi faire, je
ne sais pas quel type d’hommes recruter. J’ai besoin de
connaître la finalité que l’on donne à notre armée. Or
depuis plusieurs années, les Livres blancs en témoignent,
nous raisonnons d’abord d’un point de vue comptable,
en termes de contrainte budgétaire. Pas en fonction
des finalités. Ce n’est que lorsque je serai au clair avec
ce que veut la France, que je pourrai commencer à
travailler. Vous soulignez néanmoins un réel problème :
la remontée en puissance est entravée par les difficultés
du recrutement. Lorsque l’US Army a voulu remonter
en puissance dans les années 2000, les Américains ont
vite compris qu’il fallait recruter 100 000 hommes de
plus, et cela leur a pris une dizaine d’années, alors que
ce sont les États-Unis. On voit bien que la remontée en
puissance ne peut pas se faire rapidement, cela prend
forcément du temps. D’autant plus que si vous voulez
des cadres, vous ne pouvez pas faire comme dans une
entreprise et aller recruter le DG d’une autre société :
pour faire un général, il faut compter vingt-cinq ans,
un colonel, vingt, un bon chef de section, dix, etc. :
la remontée en puissance est forcément longue, et
donc elle ne peut s’inscrire que dans une vision à long
terme. On dit aux militaires : « Vous n’avez pas à vous
occuper des armées, le militaire doit être subordonné
au politique, d’ailleurs Clemenceau a dit, etc. ». Certes.
Mais l’avantage du militaire par rapport à d’autres, parce
46
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

que c’est son métier, est qu’il a une sensibilité au temps


long. Les militaires doivent faire entendre leur voix,
pour expliquer par exemple que construire une flotte,
ça prend trente ans, qu’augmenter l’armée de terre de
30 000 hommes, comme le propose M. Le Maire, ça ne
peut pas prendre moins de dix ans, et donc que celui qui
réfléchit aux évolutions de l’outil de défense doit avoir
une vraie réflexion sur le long terme.

Majid Javanmard : Pour lutter contre Daech, il


faut frapper à la racine, et celle-ci, notamment sur
le plan idéologique, est l’extrémisme, en particulier
le wahhabisme, minoritaire dans le monde sunnite.
Cette racine se nourrit de l’argent que lui donne une
pétromonarchie – je pense aussi aux 28 pages du rapport
du Sénat américain sur le 11 septembre. Les terroristes,
par ailleurs, ont une stratégie : ils étudient les problèmes
sociaux de la France, afin de les mettre à profit et de
frapper la France de manière indirecte.

Gérard Longuet : Je souhaiterais répondre à cette


question, et par la même occasion réagir à l’intervention
de M. Desportes. Par principe, si un homme politique
prétend qu’il fera remonter le budget de la défense à 2 %
du PIB, voire 3 %, mais sans vous dire quelle est sa
conception de la France, qui sont, selon lui, ses alliés et
des adversaires, ne le croyez pas ! La défense n’a de sens
que si elle est comprise comme un outil au service d’une
vision de la politique internationale de la France. Pour
prendre un exemple : comme l’a dit le général Desportes,
dans l’arc des tensions terroristes, notre affaire, c’est
47
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

l’Afrique, et l’Afrique subsahélienne principalement.


Comprendre cela demande aussi de comprendre qu’elle
est déstabilisée par des interventions extérieures qui
s’appuient sur des ressources financières considérables ;
les chefs d’État de la région constatent que les mosquées
et les écoles se multiplient sur leur territoire tout à
fait indépendamment des communautés musulmanes
traditionnelles de ces pays. Ce qui déstabilise le Sahel
n’est pas en Afrique, mais ailleurs, et il faudra bien se
poser la question de savoir si nous voulons indéfiniment
que l’argent de nos achats d’énergie se retourne contre
nous.

Je voudrais ajouter deux remarques. La première est que


nous avons beaucoup donné depuis un siècle et demi en
ce qui concerne la présence de la France dans le monde
et, pour être honnête, nous n’avons pas beaucoup reçu.
Du point de vue de la démographie française, pour
le dire sans fard, le ventre des femmes n’a pas envie
de se sacrifier pour mettre de l’ordre dans des pays
définitivement et durablement chaotiques. Pour le dire
autrement, les jeunes français courageux, engagés, sont
en fin de compte un bien rare, et nous en avons plus
besoin comme universitaires, scientifiques, industriels,
ingénieurs, etc., que comme missionnaires et coloniaux.
Et nos partenaires le savent : on part toujours, c’est ce
qui se passe en Afghanistan, où la population sur place
sait que l’étranger partira forcément un jour ou l’autre,
ce qui retire toute crédibilité à une force étrangère qui
vient sans solution politique. J’en déduis cependant que
la question n’est pas le pourcentage de prélèvement sur
48
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

le PIB que nous consacrons à la défense. Nos officiers


veulent le meilleur, mais cela a un coût astronomique,
je peux en témoigner comme ancien ministre de la
Défense, et on peut se demander si cela a vraiment
un sens quand il s’agit d’aller faire la guerre contre des
armées au Sahel.

Deuxième remarque, qui me permet de répondre à


la question posée tout à l’heure : il n’y aura d’armée
européenne que s’il y a un projet politique européen.
Cela implique au moins deux choses. Premièrement, tout
en tenant compte des craintes bien compréhensibles
de la Pologne et des Pays baltes, clarifier la situation avec
la Russie. Deuxièmement, avoir un minimum de soli-
darité concernant notre position vis-à-vis de l’Afrique.
Mais cela pose deux problèmes. D’une part, si nous
demandons ainsi à l’Allemagne de nous suivre au sujet
de l’Afrique, il faudra en retour ne plus se désintéresser
des Balkans et de la Turquie. D’autre part, dans la mesure
où la question africaine aboutit en fait à la question du
Moyen-Orient, se pose la question de nos moyens. Pas
tant de nos moyens militaires, mais de notre résistance à
la mort : pour avoir des curés et des militaires, il faut des
familles nombreuses, or il n’y en a plus. Sans familles
nombreuses, plus beaucoup de curés, et plus beaucoup
de militaires : on ne veut plus sacrifier ses enfants. Le
recrutement commence donc à être un problème pour
l’armée de métier. Je suis extraordinairement préoccupé
à ce sujet, et ma conclusion, de façon générale, serait :
avant de donner de l’argent à l’armée, donnons une
politique à la France.
49
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Bernard Granger 15 : J’ai été très sensible à ce que vous


avez dit au sujet des missions régaliennes de l’État. Vous
avez évoqué l’armée, la police, la diplomatie – vous
auriez pu ajouter les hôpitaux publics. Vétusté, manque
de moyens, logique managériale aux conséquences
toujours plus catastrophiques, avec la démoralisation
qui en découle : tout cela s’applique aussi parfaitement
à l’hôpital public. Qu’en est-il de l’évolution du service
de santé des armées ?

Vincent Desportes : Je ne suis pas particulièrement


compétent sur ce sujet, mais ce que je constate, c’est,
encore une fois, que l’évolution se fait selon une logique
budgétaire, et non une logique opérationnelle. On n’a
pas compris que la médecine militaire demande un
entraînement spécifique : le personnel des hôpitaux
français est de haute qualité, mais travailler dans les
hôpitaux en France ou pouvoir être basculé sur une
zone d’opérations ne sont pas la même chose. Si l’on
veut une bonne médecine militaire, il faut consentir à
en payer le prix. Les économies qui ont été faites sur les
services de santé sont de mauvaises économies. J’ajoute
qu’à titre personnel, j’ai été outré de la fermeture du
Val-de-Grâce. Le Val-de-Grâce était un joyau national.
Je ne sais pas si sa fermeture entraînera une perte de
compétences, mais je sais que ce sont ces joyaux qui
font briller la France, et qu’elle devrait les conserver.

Retrouvez l’intégralité du débat en vidéo sur www.institutdiderot.fr


.................................................................................................................................................................................................................

15. Professeur de psychiatrie à l’Université René Descartes et directeur du


service psychiatrie de l’hôpital Tarnier.

50
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les publications
de l’Institut Diderot
Dans la même collection
• L’avenir de l’automobile - Louis Schweitzer
• Les nanotechnologies & l’avenir de l’homme - Etienne Klein
• L’avenir de la croissance - Bernard Stiegler
• L’avenir de la régénération cérébrale - Alain Prochiantz
• L’avenir de l’Europe - Franck Debié
• L’avenir de la cybersécurité - Nicolas Arpagian
• L’avenir de la population française - François Héran
• L’avenir de la cancérologie - François Goldwasser
• L’avenir de la prédiction - Henri Atlan
• L’avenir de l’aménagement des territoires - Jérôme Monod
• L’avenir de la démocratie - Dominique Schnapper
• L’avenir du capitalisme - Bernard Maris
• L’avenir de la dépendance - Florence Lustman
• L’avenir de l’alimentation - Marion Guillou
• L’avenir des humanités - Jean-François Pradeau
• L’avenir des villes - Thierry Paquot
• L’avenir du droit international - Monique Chemillier-Gendreau
• L’avenir de la famille - Boris Cyrulnik
• L’avenir du populisme - Dominique Reynié
• L’avenir de la puissance chinoise - Jean-Luc Domenach
• L’avenir de l’économie sociale - Jean-Claude Seys
• L’avenir de la vie privée dans la société numérique - Alex Türk
• L’avenir de l’hôpital public - Bernard Granger
• L’avenir de la guerre - Henri Bentegeat & Rony Brauman
• L’avenir de la politique industrielle française - Louis Gallois
• L’avenir de la politique énergétique française - Pierre Papon
• L’avenir du pétrole - Claude Mandil
• L’avenir de l’euro et de la BCE - Henri Guaino & Denis Kessler
• L’avenir de la propriété intellectuelle - Denis Olivennes
• L’avenir du travail - Dominique Méda
• L’avenir de l’anti-science - Alexandre Moatti
• L’avenir du logement - Olivier Mitterand
• L’avenir de la mondialisation - Jean-Pierre Chevènement
• L’avenir de la lutte contre la pauvreté - François Chérèque
• L’avenir du climat - Jean Jouzel

51
.................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

• L’avenir de la nouvelle Russie - Alexandre Adler


• L’avenir de la politique - Alain Juppé
• L’avenir des Big-Data - Kenneth Cukier & Dominique Leglu
• L’avenir de l’organisation des Entreprises - Guillaume Poitrinal
• L ’avenir de l’enseignement du fait religieux dans l’École laïque - Régis Debray
• L’avenir des inégalités - Hervé Le Bras
• L’avenir de la diplomatie - Pierre Grosser
• L’avenir des relations Franco-Russes - Alexandre Orlov
• L’avenir du Parlement - François Cornut-Gentille
• L’avenir du terrorisme - Alain Bauer
• L’avenir du politiquement correct - André Comte-Sponville
& Dominique Lecourt
• L’avenir de la zone euro - Michel Aglietta & Jacques Sapir
• L’avenir du conflit entre chiite et sunnites - Anne-Clémentine Larroque
• L’Iran et son avenir - Ali Ahani
• L’avenir de l’enseignement - François-Xavier Bellamy
• L’avenir du travail à l’âge du numérique - Bruno Mettling
• L’avenir de la géopolitique - Hubert Védrine

Les Notes de l’Institut Diderot


• L’euthanasie, à travers le cas de Vincent Humbert - Emmanuel Halais
• Le futur de la procréation - Pascal Nouvel
• La République à l’épreuve du communautarisme - Eric Keslassy
• Proposition pour la Chine - Pierre-Louis Ménard
• L’habitat en utopie - Thierry Paquot
• Une Assemblée nationale plus représentative - Eric Keslassy
• Où va l’Égypte ? - Ismaïl Serageldin
• Sur le service civique - Jean-Pierre Gualezzi
• La recherche en France et en Allemagne - Michèle Vallenthini
• Le fanatisme - Texte d’Alexandre Deleyre présenté par Dominique Lecourt
• De l’antisémitisme en France - Eric Keslassy
• Je suis Charlie. Un an après... - Patrick Autréaux
• Attachement, trauma et résilience - Boris Cyrulnik
• La droite est-elle prête pour 2017 ? - Alexis Feertchak

Les Dîners de l’Institut Diderot


• La Prospective, de demain à aujourd’hui - Nathalie Kosciusko-Morizet
• Politique de santé : répondre aux défis de demain - Claude Evin
• La réforme de la santé aux États-Unis :
quels enseignements pour l’assurance maladie française ? - Victor Rodwin
• La question du médicament - Philippe Even
• La décision en droit de santé - Didier Truchet

Les Entretiens de l’Institut Diderot


• L’avenir du progrès (actes des Entretiens 2011)
• Les 18-24 ans et l’avenir de la politique

52
L’avenir des armées françaises
....................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le Général de division Vincent Desportes use de mots très forts pour décrire
la situation quasi-surréaliste d’une armée « fragilisée », « dégradée »,
« lézardée ». « Une armée étonnante dont un avion sur deux ne peut plus voler,
un bateau sur deux ne peut plus prendre la mer, un blindé sur deux ne peut plus
rouler ! ».
Et avec cela, cette armée se trouve néanmoins engagée sur de multiples terrains.
En Irak contre l’État islamique, au Liban, en Centrafrique, sur la bande sahélo-
saharienne, à l’intérieur du territoire national dans le cadre de l’opération
Sentinelle…
Où est la cohérence ?
Tel apparaît le résultat gravissime des politiques qui se sont succédé pour
soumettre l’armée aux exigences de Bercy. Elle est devenue, au fil des lois de
programmation successives une « variable d’ajustement » dans le budget de
l’État.
Nous découvrons aujourd’hui que nous sommes parvenus « au bord du gouffre ».
Fort de son expérience et de ses convictions, l’ancien directeur de l’École de
Guerre nous appelle au courage.
Dominique LECOURT
Directeur général de l’Institut Diderot

....................................................................................................................................................................................................................

Général de Division, ancien directeur du Centre


de Doctrine d’Emploi des Forces et ancien directeur
de l’École supérieure de guerre, Vincent DESPORTES est
aujourd’hui conseiller stratégique du président de l’IFRI,
membre du conseil scientifique du Conseil supérieur
Réalisation www.idcomm.fr - Imprimé sur papier issu de forêts gérées durablement.

de la formation et de la recherche stratégique et Professeur


Vincent
Associé à Sciences Po Paris.
DESPORTES

....................................................................................................................................................................................................................
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La présente publication ne peut être vendue

ISBN 979-10-93704-30-2

ISSN 2496-4948 (en ligne)


ISSN-L 2272-835X (imprimé)

FONDS DE DOTATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE SOCIALE REGI PAR LA LOI N°2008-776 DU 4 AOUT 2008 – SIRET N° 513 746 651 00019
86-90, rue Saint-Lazare 75009 Paris / T. +33 (0)1 55 50 65 60 / contact@institutdiderot.fr / www.institutdiderot.fr