Vous êtes sur la page 1sur 4

INTRODUCTION

La communication un des domaines clé d’une société. Elle est le relais de


la pensée politique mais aussi de l’actualité des sociétés. Comme champ
scientifique, ils ont mis du temps à se hisser, à trouver sa place au sein de la
grande famille des sciences. Au fil du temps, elle a évolué dans divers champ
avant d’arriver à ce qu’elle est aujourd’hui.

De fait, quels sont les différentes acceptions que ce terme a eu au cours de son
évolution ?

Ce travail entre dans le cadre du cours d’Histoire de la communication donné


par M. Max Olivier OBAME au niveau Licence I. Il s’agira pour nous de faire
un rappel des étapes qui ont permis à la communication d’être ce qu’elle est
aujourd’hui.

1|Page
La communication est une notion épineuse qui a eue diverses
appréhensions au cours de l’histoire. En effet, lorsque le terme a été utilisé au
départ il définissait tout ce qui est voies de communication (ponts, pavés,
routes, etc.) et qui a rendu possible les échanges. Parmi les grands noms de cette
période, il y a Vauban et Colbert. Pour ces derniers, les voies de
communications permettent la gestion des flux de personnes, les flux de
richesses. Vauban voit là que les voies de communication apportent une
cohérence à un territoire et contribuent autant à l’homogénéité des populations
que des postes-frontières. Les échanges intra-étatiques lui paraissent contribuer
le mieux à cet objectif de la solidification de l’État. Les vivres sont acheminés
par l’entremise ses voies, ce qui permet un flux des richesses et rend le royaume
souverain. La modernisation du monde a prolongé cette notion de
communication : avec l’arrivée du réseau terrestre des routes, du train, des
canaux, on parle bien alors de réseau de communication. La modernisation des
structures de communication, initiée au XVIIème siècle a réuni les citoyens
français au sein d’un même espace géographique, et des idées.

Les réseaux des voies navigables, terrestres et ferroviaires ont accéléré le


partage des idées, de même principes. Ces nouveaux réseaux permettent donc
de transmettre, de véhiculer d’un point à un autre. Une multitude de réseaux
favorise les échanges et semble unifier le monde

On constate qu’on ne voit plus dans ces réseaux de communication une «


communion », mais au contraire, de transmettre quelque chose d’un endroit à
l’autre. C’est une des visions modernes de la communication qui restera un
modèle aujourd’hui largement accepté.

Siècle de l’invention des systèmes techniques de base de la


communication et du principe du libre-échange, le 19e siècle a vu naître des

2|Page
notions fondatrices d’une vision de la communication comme facteur
d’intégration des sociétés humaines. D’abord centrée sur la question des réseaux
physiques et propulsée au cœur même de l’idéologie du progrès, la notion de
communication a englobé à la fin du siècle la gestion des multitudes humaines.
La pensée de la société comme ensemble d’organes s’acquittant de fonctions
déterminées, inspire les premières conceptions de la communication.

La communication a longtemps été utilisée pour décrire le besoin des


sociétés d’inter agir entre-elles. Mais, dans son acception elle a permet d’assoir
le pouvoir de nation forte. Pendant la guerre, les voies de communications et les
outils de communications ont rendu facile le transport d’armes, de militaire, etc.
Elle a aussi permis par le biais de la presse de suivre à temps réel les évolutions
de la guerre.

La découverte de l’imprimerie contribua à opérer le passage entre un


collectif géré par la foule et un autre agencé en un public. Et si ce public était
circonscrit à une élite au XVIe siècle, il s’est élargi au XVIIIe au gré des
événements politiques puis des inventions, dont les moyens de communication
et de transport. Ces moyens de communications sont de plusieurs genres et
visent diverses strates de la population. En effet, les orientations de programmes
télévisés ou médiatiques dépendaient du cadre sociale. Dans cette nouvelle
société, où tout le monde veut se faire connaître, tout le monde veut vendre son
image, les échanges par le biais des différents moyens de communications sont
privilégiés. La publicité devient l’outil de propagande en vue de mieux se faire
connaître.

3|Page
CONCLUSION

La communication est une notion polysémique et polymorphique qui dans


son évolution a pris plusieurs étiquettes. Elle a été l’ensemble des voies de
communication qui rendent accessibles les flux de population. Mais aussi le
moyen par lequel les richesses pétrissaient. Ensuite la communication était
l’ensemble des progrès scientifique qui ont permis à la Grande Bretagne d’être
érigé en carrefour de la science grâce aux innovations. Le progrès de la science
ont fait de la communication un outil stratégique en vue de la gestion des
espaces, de la conquête de peuple lointain mais aussi dans le contrôle des
conflits de guerre.

La communication vise une foule devenue un public car elle est destinée
à une classe sociale donnée. Dans l’histoire de cette notion, la communication
est devenue un outil de propagande, de vente de sa personne mais surtout
instrument médiatique où chacun essaye de mieux se faire voir au monde
aujourd’hui.

4|Page