Vous êtes sur la page 1sur 6

Questions philosophiques

Par : Sheila Tovar.

1. Quelle est l'origine du langage ?

Il semble que la langue soit née principalement du besoin de l’être humain de

communiquer, d’exprimer son environnement, d’exprimer ses sentiments et ses besoins. On

pense que l’être humain avant de communiquer avec le langage le faisait sous forme de

signes et de sons qu’il imitait des animaux "Je ne peux douter que le langage doive son

origine à l’imitation et à la modification, accompagnées de signes et de gestes, de divers

sons naturels, des voix d’autres animaux et des mêmes pleurs instinctifs humains."

(Darwin, 1871, p. 22).

La théorie gestuelle postule que la langue humaine s’est développée à partir des gestes qui

étaient utilisés pour la communication simple. Au fil du temps, les humains ont commencé

à fabriquer plus d’outils et à les utiliser, de sorte qu’ils ne pouvaient plus utiliser leurs

mains pour se faire comprendre et ont cherché une autre forme de communication.

On pense qu’il y a 400000 ans l’homo erectus aurait déjà développé les zones cérébrales de

Broca et de Wernicke, liées respectivement à la production et à la compréhension du

langage. On pense que nos ancêtres ont commencé à parler avec des mots détachés, c’est-à-

dire comment les enfants commencent à parler quand ils apprennent cela même, mais toutes

les théories ne disent pas cela. On pense qu’il y a 400000 ans l’homo erectus aurait déjà

développé les zones cérébrales de Broca et de Wernicke, liées respectivement à la

production et à la compréhension du langage. On pense que nos ancêtres ont commencé à

parler avec des mots détachés, c’est-à-dire comment les enfants commencent à parler quand
ils apprennent cela même, mais toutes les théories ne disent pas cela. Ils pensent que le

langage humain s’est développé à travers de longs groupes de sons qui dénotaient des

situations concrètes. C’est-à-dire des prières. À partir de ces phrases, selon cette théorie, la

langue s’est fragmentée et des structures plus complexes se sont développées, en fonction

du lieu et du temps, comme le lexique.

2. Quelle est la relation entre le langage et

a. la réalité ?

Le langage nous permet d’exprimer notre réalité, mais aussi de comprendre et de percevoir

la réalité des autres, tout cela est accompli par la communication en différents types, par

exemple, nous pouvons comprendre la réalité que vivent d’autres pays (qui se passe et quel

est son contexte actuel) par le biais de la télévision et de l’internet, nous pouvons

comprendre la réalité d’une autre personne (comment elle vit, comment elle voit les choses,

qui est juste et incorrect pour cette personne) par la parole ou des conversations écrites. De

la même manière, nous pouvons exprimer notre réalité à d’autres personnes afin qu’elles

puissent comprendre le contexte dans lequel nous vivons. Exprimer la réalité par le langage

est nécessaire pour pouvoir communiquer correctement, comprendre et comprendre les

différents contextes, pensées et façons d’agir des autres personnes.

b. la pensée ?

La relation entre le langage et la pensée est que les deux sont fondamentaux dans le

processus de construction du développement personnel, car le langage est l’un des

principaux outils pour intérioriser et exprimer nos pensées. D’autre part, le langage dans

lequel nous communiquons influence la façon dont nous voyons les choses autour de nous,
par exemple dans des langues latines comme l’espagnol où nous n’avons que deux genres

(masculin et féminin) nous pouvons établir une forte relation entre le genre naturel et

grammatical. En revanche, dans des langues plus complexes grammaticales comme

l’allemand, il existe plus de deux genres non seulement pour la catégorisation d’objets,

mais aussi de personnes, donc dans ce type de langues le genre grammatical affecte les

représentations de certains objets ou personnes.

L’hypothèse bien connue du déterminisme linguistique de Sapir-Whorf (Sapir, 1921, p. 100

; Whorf, 1956) défend un rôle déterminant des modèles concrets de notre langue sur notre

façon de conceptualiser et d’organiser le monde. Cette hypothèse souligne le rôle du

langage dans la représentation de la réalité, au-delà de sa fonction de système d’usage

conventionnel au service de la communication. Dans sa version la plus radicale, cette

hypothèse postule que la pensée et l’action sont entièrement déterminées par le langage. Par

conséquent, les locuteurs de différentes langues auraient des perceptions différentes de

situations objectivement identiques (Whorf, 1956, p. 62).

c. la connaissance ?

La langue est directement associée à la connaissance, car ce qui nous permet d’acquérir la

connaissance, c’est la langue. Nous apprenons de nouvelles choses par la lecture et

l’écoute, nous pouvons aussi acquérir de nouvelles connaissances pendant que nous parlons

et que nous écrivons, nous pouvons même apprendre par le langage des signes ou le

langage gestuel. Par exemple, pour pouvoir faire ce travail, j’ai dû utiliser le langage, je l’ai

utilisé pour pouvoir écrire mes idées en espagnol et en français, je l’ai utilisé pour écouter

des vidéos sur le sujet, aussi pour lire des informations qui me permettaient de parler de ce
sujet, toutes les nouvelles connaissances que j’ai acquises pour pouvoir faire ce travail,

n’ont été possibles que grâce au langage.

d. d'autres modes d'expression ?

Le langage a des relations avec plusieurs modes d’expression qui peuvent être compris

comme un type de langage, mais qui n’entrent pas vraiment dans le domaine de l’écriture,

de la lecture, ou de la parole. On peut se référer à la peinture, à la musique et à la danse

comme à d’autres modes d’expression, celles-ci étant liées au langage, mais ne faisant pas

directement partie de celui-ci. En ce qui concerne la musique, la musique et la langue sont

des compétences universelles qui ont leurs propres codes linguistiques et leurs propres

univers cognitifs, dans lesquels nous pouvons marquer des étapes communes de

développement. Ils utilisent les mêmes instruments : l’appareil respiratoire, l’auditif et le

phoniste sont les plus impliqués dans le processus, bien que tout le corps entre en jeu dans

la compréhension et l’expression, en plus que la musique comme le langage, nous permet

d’exprimer des sentiments. Il en va de même pour la peinture, la peinture comme le

langage, nous permet d’exprimer des sentiments, des idées, de raconter des histoires et à

travers elle nous pouvons acquérir de nouvelles connaissances. À mon avis, la danse est un

peu plus difficile à comprendre, mais de la même manière, elle est liée au langage parce

qu’elle nous permet aussi d’exprimer des sentiments et de raconter des histoires.

e. la langue ?

Entre la langue et la langue il y a une relation directe, aujourd’hui les langues sont la

principale forme de communication étant la langue verbale et écrite, mais ayant des codes
différents lors de l’écriture et utilisant une manière différente de parler selon la culture et le

lieu. Compte tenu de ce qui précède, pour que la communication soit fructueuse, il faut que

l’émetteur et le destinataire parlent la même langue, et pour mieux comprendre, qu’ils

comprennent le même lexique et le même jargon, Par exemple, pour les personnes

originaires de Colombie, il est souvent difficile de comprendre ce que dit un Argentin,

parce que même si elles parlent la même langue, elles ne partagent pas le lexique et le

jargon de ce pays. Même pour les personnes qui vivent dans la région andine de Colombie,

il est difficile de comprendre ceux qui vivent dans la région côtière de Colombie car leur

jargon est très différent. Un autre exemple clair serait que quelqu’un qui parle seulement

espagnol ne peut pas comprendre quelqu’un qui parle anglais, la communication entre les

deux n’est pas réussie car ils ne partagent pas la même langue. Cela dit, nous pouvons

conclure que l’existence de la langue est extrêmement nécessaire dans le langage, car c’est

grâce à la langue que nous pouvons mieux comprendre et nous comprendre au sein de la

société.

3. Est-ce que la multiplicité des langues mène à la diversité des modes de penser ?

Oui, à mon avis, dans la plupart des cas, c’est ce qui se passe. La langue d’un pays fait

partie de sa culture, même s’il y a plusieurs pays qui partagent la même langue, dans tous

on parle différemment, dans tous ils ont des mots propres à leur façon de penser et à leur

culture. Dans tous les pays, il y a une façon différente de penser et une culture différente,

donc votre langue est adaptée à cette façon de penser et à cette culture, même les structures

grammaticales et phonétiques sont adaptées, cela se voit dans l’exemple que j’ai donné ci-

dessus sur les locuteurs de la langue espagnole et les locuteurs de la langue allemande, les

locuteurs hispaniques peuvent relier les objets seulement avec masculin et féminin, tandis
que ceux qui parlent allemand, Ils pensent même aux objets de manière neutre, parce qu’ils

utilisent l’article "das" en se référant à un objet qui ne peut être ni masculin ni féminin pour

eux. Chaque pays a une culture différente et donc des besoins différents, il arrive souvent

qu’ils adaptent la langue à ces besoins, même s’il est nécessaire qu’ils utilisent des mots de

langues mortes, qui étaient autrefois parlées là où ils vivent.

Bibliographie

1. Darwin, C. (1896). The descent of man and selection in relation to sex (Vol. 1), pp. 22.

D. Appleton.

2. Sapir, E. (1921). Language: An introduction to the study of speech, pp. 100. New York:

Harcourt Brace.

3. Whorf, B. L. (1956). Language, thought and reality: Selected writings of Benjamin Lee

Whorf, pp. 62. Cambridge, MA: MIT Press.