Vous êtes sur la page 1sur 8

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique)

CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

CONCOURS INTERNE D’ASSISTANT TECHNIQUE

des 18 et 19 décembre 2006

Document n°2
8 pages

QCM - Techniques bancaires

NOTA : Le questionnaire à choix multiple proposé appelle une seule réponse par question ou sous-question

QUESTIONS

1- En 1984, la loi bancaire a :

 imposé un capital minimum à tous les établissements de crédit


 élaboré un cadre juridique commun à tous les établissements de crédit
 concerné tous les organismes émettant et gérant des moyens de paiement

2- Dans le bilan des banques :

 les comptes créditeurs de la clientèle sont à l’actif


 le capital social est la dernière rubrique du passif
 les valeurs en recouvrement à l’encaissement sont au passif
 les titres d’immobilisation et de participation sont au passif

-1-
3- Le Fonds de garantie des dépôts :

 le mécanisme de garantie est déclenché par la FBF si elle constate qu’un


établissement de crédit n’est plus en mesure de restituer les fonds
 l’indemnisation des déposants est limitée à 75 000 €
 le fonds est destiné à couvrir les dépôts et les titres en cas de défaillance de la
banque

4- Le droit au compte :

 en cas de refus d’ouverture de compte, la banque doit délivrer une attestation écrite
de refus
 permet l’accès au service de base bancaire pris en charge par la banque
 la procédure de droit au compte rend le solde bancaire insaisissable en cas d’avis à
tiers détenteur (ATD)
 le service de base bancaire peut prévoir la délivrance d’un chéquier

5- Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) :

 enregistre le montant des crédits accordés


 en cas d’incident de remboursement d’un crédit, si la régularisation n’intervient
pas dans un délai de deux mois, la banque déclare l’incident à la BDF pour
inscription au FICP
 la durée d’inscription d’un incident de remboursement est de cinq ans à partir de la
déclaration par la banque

6- Un chèque est un moyen de paiement :

 dit « circulant » à partir de 6 000 €


 qui ne peut jamais être rendu circulant en dessous de 6 000 €
 qui est prescrit au bout d’un an par rapport à sa date d’émission
 frappé d’opposition, il doit être déclaré au fichier national des chèques irréguliers
(FNCI) de la Banque de France
-2-
7- Le billet à ordre :

 est un acte de commerce par nature


 doit être présenté à l’acceptation avant paiement
 est un écrit par lequel un souscripteur s’engage à payer au bénéficiaire une certaine
somme à une échéance déterminée

8- La loi Dailly (2 janvier 1981) :

 est une technique de transmission des créances de l’entreprise qui repose sur la
signature d’une convention
 permet à l’entreprise d’obtenir du crédit par la mobilisation de son poste client
 la cession de créances n’est pas opposable aux tiers
 la cession de créances sort de l’actif circulant de l’entreprise

9- Le crédit-bail, en tant que technique de financement des immobilisations, implique que :

 le bien figure dans les actifs immobilisés du bilan du preneur


 les engagements de loyers à verser (amortissements et intérêts) figurent dans
l’annexe du bilan du preneur
 l’établissement financier prenne une garantie sur le bien

10- Le taux du livret A :

 varie en fonction de l’inflation


 se situe entre les taux du marché et le taux de l’inflation
 est calculé sur la base de l’Euribor 3 mois et l’inflation française 12 mois – 0,25
 est révisé à la fin de chaque semestre civil

-3-
11- L’indice Dow Jones Stoxx est :

 un indice de référence du marché de Wall Street


 un indice de référence des grandes valeurs de la Zone euro
 un indice de référence global des marchés européens

12- Le Tracker est un instrument financier :

 qui s’apparente à un OPCVM indiciel


 seuls les Trackers européens peuvent être logés dans le PEA
 contrairement à l’action, il n’est pas éligible au Service de règlement différé (SRD)

13- Le bon de souscription :

 est apparu en France au cours des années 1990


 est pour l’entreprise qui en émet, un outil d’ingénierie financière qui permet, à
terme, d’augmenter le capital
 la fiscalité des bons de souscription est identique à celle des obligations
 est moins sensible que le Warrant à l’évolution des taux d’intérêt

14- L’actif net d’un OPCVM :

 représente les parts détenues par l’ensemble des agents économiques


 est égal à l’ensemble des valeurs mobilières (actions, obligations, TCN) détenues
et gérées par la Sicav ou le FCP pour le compte de ses souscripteurs
 correspond à la somme de l’évaluation du portefeuille effectuée sur la base des
cours de bourse de chacun des titres le composant, des liquidités et autres actifs
possédés par une Sicav ou un FCP

-4-
15- L’Earning Per Share :

 divise le cours en bourse d’un titre par ses bénéfices par action des douze derniers
mois
 est égal au bénéfice net par le nombre d’actions en circulation
 représente la valeur nette de chaque action comparée au cours
 permet de calculer les profits avant impôt de l’entreprise pour chacune de ses
actions ordinaires en circulation

16- Un chef d’entreprise peut couvrir son risque de change en :

 vendant une option de vente s’il doit encaisser une créance dans le futur
 vendant une option d’achat s’il doit régler à terme une dette
 réalisant une vente à terme s’il doit encaisser une créance dans le futur
 intervenant sur le Matif

17- L’actif sans valeur se compose notamment :

 des charges à répartir sur plusieurs exercices

 du capital souscrit appelé, non versé

 de l’écart de conversion passif

18- Le seuil de l’ISF à compter du 1er janvier 2006 est de :

 700 000 €
 850 000 €
 800 000 €
 750 000 €

-5-
19- Le taux semestriel équivalent au taux actuariel annuel de 5 % est de :

 2,5225 %
 2,5000 %
 2,4695%
 2,4555 %

20- Dans le cadre d’un paiement d’une opération de commerce international, le crédit
documentaire :

 permet de garantir le respect des engagements des deux parties, de la banque


exportateur et de la banque importateur et des banques intermédiaires
 en l’absence à l’ouverture des mentions « irrévocable » ou « révocable », le crédit
documentaire est réputé révocable
 seul le paiement à vue des documents est accepté dans le crédit documentaire

21- Pour se protéger du risque d’insolvabilité, le banquier peut exiger des garanties :

21.1. La caution :

 si le cautionnement n’est pas solidaire, la caution dispose du bénéfice de


discussion : elle peut exiger que le créancier la poursuive, ainsi que le débiteur
principal, chacun pour moitié de sa dette
 la caution qui a payé la dette à la place du débiteur est subrogée dans les droits et
privilèges du créancier

21.2 L’hypothèque :
 le bien affecté en gage peut être vendu aux enchères publiques après jugement de
condamnation
 il existe depuis 2006 deux catégories d’hypothèques : l’hypothèque dite
« classique » et l’hypothèque dite « rechargeable »
-6-
22- L’autofinancement se calcule comme suit :

 capacité d’autofinancement (CAF) + plus-values sur cessions d’actifs


 résultat net + dotation aux amortissements
 CAF – dividendes

23- La Commission bancaire :

 le gouverneur de la BCE fait partie des membres de la Commission bancaire


 est présidée par le directeur du Trésor et le gouverneur de la Banque de France
 veille au respect de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du
terrorisme par les établissements de crédits et les institutions d’investissements
 définit les règles prudentielles

24- Parmi les systèmes ci-dessous, lequel remplacera PNS et TBF en 2008 :

 SEPA
 TARGET 2
 STEP2

25- Le rapport d’activités Tracfin pour l’année 2005 :

 constate une diminution des déclarations de soupçons : 11 553 en 2004 contre


10 842 en 2005
 le nombre de dossiers transmis en justice par Tracfin est de 505
 82% des déclarations sont issues du secteur bancaire

-7-
26- La Directive du Parlement Européen du 26 octobre 2005 relative à la prévention de
l’utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux et du financement du
terrorisme :

 impose des obligations de vigilance renforcée à l’égard de la clientèle et


notamment envers les PPE (Personnes Politiquement Exposées)
 concède aux Etablissements de crédit de maintenir une relation de correspondant
bancaire avec une société bancaire écran
 oblige de conserver la copie ou les références des documents exigés lors de l’entrée
en relation pendant au moins 10 ans après la fin de la relation

-8-