Vous êtes sur la page 1sur 5

Régulation physiologique

Chapitre 2 : Synthèse des hormones

1. Quelques éléments généraux

La synthèse des hormones sont synthétisé dans des cellules spécialisées. Ces cellules
possèdent des marqueurs de cette spécialisation qui caractérise les voies de synthèses des
hormones. Cette notion doit être revu, parce que certaines cellules non spécialisées peuvent
envoyer des signaux chimique (ex : adipocyte) de plus la synthèse de la même hormone peut
se faire dans des cellules qui n’appartienne pas à la glande étudié (=synthèse extra-
glandulaire ex : synthèse d’insuline dans le cerveau), en générale cette synthèse est faible et
n’est pas contrôlé de la même manière.

Les mâles et les femelles ne produisent pas les mêmes hormones dans les mêmes quantités
et dans le temps. Les voies de synthèse en revanche sont les mêmes.

Les cellules endocrines possèdent en générale de faible quantité de réserve (stocks moins
que la consommation journalière) les stocks doivent donc être reconstitué constamment. On
peut en déduire que les cellules endocrines sont des cellules très active.
Il y a deux contre-exemples :
 Les hormones thyroïdiennes sont stockées de manière à correspondre à plusieurs
semaines/mois de sécrétion.
 Il peut ne pas y avoir de stocks pour les hormones lipidiques (car leur liposolubilité leur
permet de diffuser via les membranes.

2. Synthèse des hormones protéiques

La transcription des gènes permet d’obtenir de l’ARN qui est maturé en ARNm. Cette ARNm
va aller dans le cytoplasme puis se lie à des ribosomes liés à une membrane, celle du REG.
Ces ribosomes traduisent l’ARNm en protéine.
L’association avec le REG permet de traduire à l’intérieure de la lumière du REG, où elles vont
progresser jusqu’à l’appareil de Golgi. Qui va les empaqueter dans des vésicules
membranaires. Ces vésicules seront stockées dans le cytoplasme des cellules.
Dans ces vésicules c’est souvent une pro-hormone qui est stocké ou elle subit des
transformations pour donner sa forme mature, ces transformations ont lieu durant le trajet
jusqu’à la vésicule ou même dans la vésicule.
Parfois l’hormone final est directement traduite et ne nécessite pas de transformation.

Il faut une stimulation de la cellule pour entrainer le mouvement des vésicules vers la
membrane plasmique afin qu’elles déversent leur contenue dans le LEC.

On peut en déduire que les cellules endocrines doivent posséder un noyau actif, un REG et
un appareil de Golgi développer et actif ainsi qu’un grand nombre de vésicule.

1
Le noyau est décondensé claire
aux électrons = actif

Réseau de membrane du REG


très nombreuse = actif

On peut trouver l’appareil de


Golgi si on coupe au bon
endroit.

Et un grand nombre de cellule


de sécrétion

La phase de maturation de l’ARN (via l’épissage) est un processus qui permet d’obtenir
plusieurs protéine (et donc hormone) différente à partir d’un même gène.

Modification post-traductionnelle : clivage enzymatique du peptide signal.

Puis il peut y voir peu de modification post-traductionnelle (donc résumé à quelque petit
clivage et la formation de pont disulfure) comme l’hormone de croissance.

Beaucoup de modification de post-traductionnel comme de nombreuse coupure


enzymatique qui font que à partir d’une grosse protéine on obtient de nombreux petit
peptide (poly-protéine) comme le glucagon

La pro-hormone est produite puis coupé puis réassemblé comme l’insuline.

Composé de deux fragments protéiques qui sont codé par deux gènes différents. Comme la
gonadotrophine.

3. Synthèse des monoamines ou catécholamine

Ces hormones sont synthétisées à partir


d’acide aminé. L’hormone n’est donc pas
codée par des gènes c’est le cas de
l’adrénaline, la noradrénaline…
En revanche les gènes interviennent pour
coder les enzymes qui catalyse les
réactions.

Il y a de forte contrainte en effet il faut que


toutes les enzymes soient fonctionnelles
pour arriver au produit final.

2
On peut avec des inhibiteurs pharmacologiques bloquer certaine protéine (et donc connaitre
la fonction de certaines hormones sans bloquer les autres).

4. Synthèses des stéroïdes

Les hormones d’origine lipidique ne


sont pas codées par des gènes. Mais les
gènes codent pour les enzymes
catalytiques.

On transforme le cholestérol en
hormone. Tous les stéroïdes possèdent
donc le noyau stéroïde qui provient du
cholestérol.

Des enzymes catalysent la


transformation progressive du
cholestérol.

La première étape (cruciale) consiste à


couper la chaine carbonée latéral. On
obtient alors de la prégnénolone. C’est cette étape qui régule la sécrétion des hormones,
l’enzyme qui catalyse cette réaction est contrôlé par des hormones dont l’hormone
hypophysaire l’ACTH. Cette ACTH va activer une hormone membranaire mitochondrial qui va
catalyser cette réaction.
Une foi la prégnénolone formée il y a une chaine d’étape enzymatique qui s’enchaine pour
former les différentes molécules.

Elles sont classées en fonction de leur action métabolique :

 Reproduction, stéroïde sexuel : donc œstrogène (femelle) et androgène (mâle).

 Stéroïde qui contrôle la croissante cellulaire : progestérone.

 Stéroïde qui contrôle l’activité métabolique, métabolisme énergétique : cortisol. Et


métabolisme hydrominéral.

Nous avons donc besoin de cholestérol, celui-ci provient de l’alimentation et du métabolisme


(synthèse endogène). Il est alors stocké.

Synthèse multi-compartimental : qui donc besoin de nombreux compartiment différent. Par


exemple dans le cas de la synthèse du cortisol :

Le cholestérol (qui à été absorbé au niveau du tube digestif (TD) ou produit) est stocké sous
la forme d’ester de cholestérol.

3
L’ACTH va alors activer la première étape (mitochondrial), pour former la prégnénolone. La
deuxième étape se fait dans le REL, ou il y a des enzymes qui modifie la prégnénolone en
d’autre molécule. Puis ces molécules retournent dans la mitochondrie ou se passe la
dernière étape du cortisol.

Il n’y aura pas de vésicule de sécrétion.

5. Conclusion :

Il n’y a que les adipocytes qui peuvent faire à la foi une synthèse d’hormone lipidique et
protéique.

Il existe des voies de synthèse multiples et redondantes. Qui sont très complexe.

Chez certaine espèce les stéroïdes changent dans les proportions

 Des modalités de synthèse différentes.


 Conditionnées par la nature chimique des molécules.
 Une synthèse impliquant plusieurs compartiments.
 Et qui peuvent impliquer plusieurs types cellules
 Implique certaine caractéristique histologique
 Autres exemples de synthèse (Chapitre sur l’insuline)

Question d’examen :

4
 Caractéristique de la synthèse d’hormone d’origine protéique ? (Il faut citer des
exemples)
 Influence de la structure chimique sur la synthèse des hormones ? (Pas le détail de
chaque voie de synthèse)
 QCM.