Vous êtes sur la page 1sur 13

SOMMAIRE

Les nouveaux mots naissants_________________________ 9

Blog et Les Choses… Une Réflexion sur les blogs dans

notre société de consommation____________________ 10

Quelques ouvrages sur blogs_______________________ 12

1
Ce lexique consiste à appréhender le terme « blog » à travers cinq mots de vocabulaire
liés ; blog (en tant qu’objet technique), blogosphère (espace public, communautaire),
blogueur (point de vue individu usager), post (contenu apporté par l’usager, la longue
traîne) et blogging (logique de l’usage).

Ensuite nous aborderons les nouveaux mots naissants avec des technologies toujours
innovantes.

Enfin, nous imaginerons les choses que les blogs auraient pu modifier dans notre
société de consommation par rapport aux années soixante à travers le roman de
George Perec, « Les Choses : Une histoire des années soixante ».

2
BLOGS : L’abréviation de mots Web et Log.

Il est difficile de trouver une définition exacte du « blog ». Les définitions sont aussi
nombreuses que leurs auteurs. Selon l’ouvrage Blogs pour les pros, les blogs
présentent trois caractéristiques essentielles qui les distinguent des sites classiques1 :
- Ils sont très faciles à utiliser, permettant de publier ses idées aussi facilement
que de surfer sur le web
- Ils génèrent des conversations en permettant aux lecteurs de commenter les
billets publiés afin de l’enrichir et de relancer le débat.
- Leur auteur peut facilement atteindre une audience non négligeable, en
particulier du fait de leur excellent référencement dans les moteurs de
recherche comme Google.

Le blog est un sujet qui peut être traité à travers plusieurs aspects :
- Le blog en tant que moyen de communication pour les individus relationnels
(formation des liens sociaux)
- La manifestation des individus expressifs (construction identitaire)
- Le blog au sens journalistique à travers lequel on entend la « nouvelle tendance
journalistique » (contre pouvoir médiatique ou journal alternatif)
- Le blog en tant que moyen marketing communicationnel pour les entreprises les
politiciens ou les individus lambda. (outil marketing et publicitaire)

Le blog en tant qu’objet technique, n’est pas un produit tout à fait nouveau ou
révolutionnaire : c’est un mélange de deux concepts de technologies récentes, le forum
et la page personnelle. L’association de la fonction de publication de pages personnelles
et celle d’interaction des forums de discussion nous permet donc à la fois de parler de
soi et de rencontrer les autres à partir de ce que l’on a dit2 . Dans ce contexte là, les
blogs participent à la construction de l’identité des individus et des liens sociaux
affinitaires.

Le blog est un média individuel. Le blog agit au sein de deux espaces : l’espace privé
dans le sens où le blog peut être utilisé pour un usage personnel avec des accès
restreints, et l’espace public dans le sens où il permet de discuter ouvertement avec les
lecteurs qui ne sont pas définis préalablement. Le choix de l’un ou l’autre espace
dépend de la volonté de blogueur.

Je considère le blog comme un outil indispensable aux individus modernes pour la


quête de soi.

1
LE MEUR Loïc, BEAUVAIS Laurence, Blogs pour les pros, Paris, Dunod, 2005.
2
Hélène Delaunay, Le "blog" : un nouveau support facilitant l'auto publication sur Internet,
(http://www.francetelecom.com/fr/groupe/rd/une/usages_ici_ailleurs/blog.html)

3
BLOGOSPHERE : Mot composé par Blog et Sphère3 .

La gigantesque communauté constituée par l’ensemble des internautes exerçant


l’activité de blogs.

La blogosphère, dans laquelle les blogs s’inscrivent, est un espace public. Que les
blogueurs le veuillent ou non, ils sont dans un espace public, le lieu du croisement de
l’information et de communication interpersonnelle, le lieu des ragots quotidiens, le lieu
où il existe certaines règles à respecter, le lieu qui n’existe pas physiquement ; un
espace public plastique. Le blog est un moyen de donner corps à ma personne dans cet
espace virtuel qui se surimpose au réel.

Pour cela, j’ose appeler le blog « Le logiciel social du 21ème siècle ». Le mot « logiciel4 »
dépasserait, en l’occurrence, le sens informatique pour devenir un « logiciel social5 »,
aujourd’hui, nécessaire au fonctionnement d’un réseau de liens où se tisse ma
démarche individuelle.

Ainsi, les blogs sont à la fois un moyen par lequel on s’exprime soi-même et aussi un
moyen de communiquer vers un monde extérieur. C’est grâce à ce principe assisté par
la technologie « Trackback » que les blogueurs peuvent communiquer entre eux. Pour
simplifier, le Trackback a été conçu pour permettre les notifications entre sites : c’est la
méthode par laquelle une personne A dit à une personne B « Voilà quelque chose qui
pourrait t’intéresser » ou « Je viens de parler de ta note sur mon blog ». Pour ce faire,
la personne A envoie un Trackback à la personne B6

En raison de ces caractéristiques spatiales et techniques, les blogs élargissent la


possibilité de retrouver les autres avec qui nous pouvons partager les mêmes centres
intérêt. Il faut, toutefois, ne pas négliger le revers de médaille. C’est aussi à cause de
ces caractéristiques que nous observons une collision inévitable entre voyeurisme et
exhibitionnisme.

3
Le Petit Robert décrit le mot sphère comme « domaine circonscrit à l’intérieur duquel s’exerce une activité,
une science, un art ».
4
Le Petit Robert décrit le mot logiciel comme « ensemble des programmes et des procédures nécessaires au
fonctionnement d’un système informatique »
5
Celui qui définit et circonscrit la communauté électronique dont je me revendique, à laquelle j’appartiens.
Mon blog, mon logiciel social, publié le 6 novembre 2004 (http://www.a-brest.net/article985.html)
6
Ibid. Loïc Le Meur, Laurence Beauvais.

4
BLOGUEUR : Celui ou celle qui publie un blog. Blogger en
anglais.

Entre janvier 2004 et janvier 2006, le nombre de blogs est passé de 1,6 à 26,6 millions
dans le monde. Bien que ces estimations soient sujettes à caution, on estime que plus
de 2 millions de blogs sont actifs en France.

Dans son ouvrage, Blog : understanding the information reformation that’s changing
your world, Hugh Hewitt pose la question : Why do we blog and why does it matter to
us ? Il y consacre un chapitre entier.

Mon mémoire de Master 2 consiste à comprendre pour quelles raisons les internautes
se mettent à bloguer et avec quelles motivations ils continuent à le faire.
Le sociologue Francis Jauréguiberry explique une grande partie du succès par un
immense besoin de reconnaissance : « Etre » et être reconnu par des inconnus pour
être connu, y compris de soi dans une société où le lien social s’effiloche 7 . A mon sens,
les blogueurs cherchent la reconnaissance d’autrui à travers leur blog. Le blogging
s’inscrit dans une dimension de notoriété, ou pour le moins, de reconnaissance de soi
par les autres. Plus un blog est visité, plus le blogueur devient célèbre8 .

Les blogueurs affirment que c’est un plaisir de voir les commentaires de leurs amis qui
les envient. En effet, les commentaires sont des résonnances sur ce qu’ils ont montré
et pour cela la communication est différente que l’échange sur « visitor » qui joue un
rôle « phatique » de la construction du lien. Avoir une résonnance sur ce que l’on
montre est importante car « on ne peut pas découvrir isolément son identité ». On la
négocie dans un dialogue, en partie extérieur, en partie intérieur, avec l’autre. C’est
pourquoi le développement de l’idéal de l’identité dépend essentiellement de mes
relations dialogiques avec les autres9 .

Nous observons, à travers l’étude de cas en Corée, la soudaine célébrité peut mettre
les blogueurs mal à l’aise. Le public d’un blog est souvent l’entourage de son auteur. Je
choisi, donc, la littérature de Charles Taylor parmi les auteurs de la philosophie de la
reconnaissance pour comprendre ce besoin de reconnaissance sélective : Nous nous
définissons toujours dans un dialogue, parfois par opposition, parfois par identité, avec
les « autres qui comptent ». Les autres sont donc préalablement définis contrairement
au public non préalablement défini des blogs en général.

7
Francis Jauréguiberry, Sur l’Internet, l’individu peut s’essayer à différentes formes de soi, Supplément Ecrans
de Libération, le 27 mai 2006
8
Anne-Claire, ORBAN, Je blogue, tu blogues, nous bloguons, CLEMI Janvier – Mars 2005
9
Charles Taylor, Le malaise de la modernité, traduit de l’anglais par Charlotte Melançon, Humanités, Les
éditions du CERF, Paris, 2005.

5
Nous pouvons aussi traiter ce sujet sous l’angle de « Usages et Gratifications ».

6
POST (ou billet) : Message publié sur un blog

Les contenus peuvent être personnels mais également très pointus, ils peuvent avoir
plusieurs forme : texte, photo, lien, vidéo ou musique. Il est difficile de faire une
catégorisation des blogs selon leur nature de contenu car les contenus d’un blog
peuvent être thématiques mais souvent très souvent hybrides. Ces contenus sont
toutefois intéressant pour deux spécificités ; l’impact de « Long Tale » sur la
consommation et « User-generated content » sur la production.

Nous pouvons expliquer la logique de la consommation de ces contenus à travers


« Long Tale », en français « la longue traîne ». La longue traîne permet, à la base,
d’expliquer l’importance d’un micro produit musical téléchargeable sur Internet qui fait
un Chiffre d’Affaires non négligeable. En l’occurrence, les contenus rares sont des
micros contenus que l’on avait considérés comme ‘inutiles’. Ces micro contenus créent
de la valeur quand ils sont consultés par des internautes qui le recherchent.
C’est pour cela que l’on observe le lancement du service blog sur des sites de médias
traditionnels et la concentration des plates-formes par des grands groupes de
communication.

Pour ce « contenu apporté par les utilisateurs » (User-generated content), le débat


tourne souvent autour du manque de fiabilité des informations publiées. Le côté positif
serait que cette participation du public peut offrir un espace public alternatif, sorte de
contre-pouvoir médiatique.

Ces messages peuvent circuler plus facilement grâce aux technologies « fils RSS10 » et
la zone de diffusion devient quasi illimitée. Les contenus sont souvent classifiés par mot
clé choisis par les blogueurs. Toutefois, cela a pour conséquences la multiplication du
même texte contenant la même information, car les données sont triées en fonction de
mot clé et parce que le Track Back permet de dupliquer un contenu d’un site à un autre
en un seul clic. C’est pour cela que, souvent, on tombe sur des pages contenant la
même information lors d’une recherche par mot clé. L’information ne serait donc pas
diversifiée, mais simplement dupliquée voire homogénéisée.

10
Outil de syndication de contenus sur le Net, surtout utilisés pour recevoir automatiquement les nouvelles
informations de sites d’actualités, weblogs ou podcasts auxquels l’internaute a choisi de se relier.

7
BLOGGING : Activité de blogs (mise en ligne, consultation…)

L’usage d’un blog est hybride tout comme les contenus. Le premier usage du blog
s’apparente comme moyen de communication qui se situe entre l’usage de téléphone
mobile et le courrier électronique. L’usage d’un blog comprend un caractère continuel
de flux d’échanges ponctuels permettant d’entretenir le sentiment d’une connexion
permanente.

Dans le cadre d’un lien entre proches, les messages, tout comme les appels
téléphoniques, tendront à être aussi fréquents que possible, car plus cette présence
entretenue à distance à travers le blog est continue, plus rassurante elle est quant aux
termes du lien. Dans ce sens, l’usage du blog a une modalité « phatique » d’entretien
du lien.

Cet objet est non seulement utilisé en tant qu’il a été conçu par les auteurs de
technologie mais on observe aussi des usages secondaire voire pervers. Le
comportement des usagers est souvent en décalage par rapport au mode d’emploi d’un
appareil. Il n’est pas unique non plus. Il y a grandes variétés d’attitudes et de
comportement. […] Pour l’usager, la finalité de l’appareil n’est pas, en général, de faire
fonctionner l’appareil mais de s’en servir pour un service qui n’a rien à voir avec la
technologie. […] L’instrument connaît des détournements. On l’emploie pour un projet
autre que le projet initial en lui conférant une autre fonction11 . Pour cela, nous
observons autant d’usages différents que les usagers. Ces différents emplois d’une
machine sont liés pour une bonne part à la société globale, à son imaginaire, à ses
normes.

Le blog, c’est aussi un moyen pour les individus de se situer par rapport à autrui, pour
savoir s’ils sont dans la norme, sans forcément demander ouvertement aux autres.
Exprimer son intimité et observer celle des autres, tel est le processus qui se développe
dans toutes les sphères de la société, que ce soit dans des situations de face-à-face
(couple, groupe d’amis) ou par des médiations diverses (télévision, Internet), sous
forme de fictions ou de manière plus réaliste. Le double mouvement, qui s’alimente
mutuellement, part de préoccupations individualistes : c’est la centration sur le sujet
qui explique à la fois la propension à se montrer et à observer 12 . Ainsi, de façon très
indirecte et perverse, nous sommes informés de ce que les autres font et de ce qu’ils
sont.

Hélène Delaunay-Téterel nous apprend que le blog a également un usage comme


moyen de conserver une ‘trace’ de son existence. Que ce soit des faits passés, des

11
Jacques Perriault, La logique de l’usage : Essai sur les machines à communiquer, Flammarion, 1989.
12
Jean-Claude Kaufmann, L’expression de soi, Le Débat n° 119, p. 116, Mars-Avril 2002.

8
idées ébauchées, des débats mouvementés ou des réflexions mûrement pensées, le
blogueur semble souvent enjoué à l’idée de conserver une trace de son passé. Cette
volonté de garder une trace, un souvenir, une mémoire est motivée pour une relecture
future, qui leur permettrait de revenir quelques années en arrière13 .

Les nouveaux mots naissants

Nous observons également un nouveau vocabulaire naissant avec ces technologies


toujours innovantes.

MOBLOG : Contraction de « mobile blog »

Blog pouvant être mis à jour à distance par un téléphone portable ou un assistant
numérique. Ce sont souvent des formats téléphone portable des plates-formes de
blogging qui existe sur Internet « standard ». Ce nouveau format permet d’avoir une
interaction plus rapide entre les blogueurs et de bloguer à tous les moments de la
journée.

VLOG : Contraction de « vidéo » et de « blog »

Système identique à celui des blogs à la différence près que le blogueur s’exprime
majoritairement en images.

Ces blogs font partie du dernier cri de l’Internet. L’intégration de caméra numérique sur
les téléphones portables et de nombreux logiciels, permettent aux amateurs de monter
leurs vidéos à la maison et enfin de les publier grâce aux nombreuses plates-formes de
vidéos en ligne et les vlogs.

13
Hélène Delaunay-Téterel, Les usages du blog : une production et une diffusion de contenu personnel
destinées à la rencontre de l'autre et de sa culture, Mémoire de DESS, Lille, septembre 2004.

9
Blog et Les Choses… Une Réflexion sur les blogs dans notre société de consommation

George Perec témoigne de la société de consommation à travers une histoire d’un


couple Jérôme et Sylvie dans son roman « Les Choses : une histoire des années
soixante ». Plus de trente ans après, il est évident que Les Choses ne se réduisent pas
à un témoignage de ce que l’on a appelé la « société de consommation ».
Toutefois, aujourd’hui, nous pouvons imaginer cette histoire avec les blogs. Qu’aurait-
elle eu de différent?

Les Choses raconte la vie d'un couple moderne, de classe moyenne, qui idéalise la
bourgeoisie. Ils y aspirent en pensant se départager de leurs amis chaque jour par
défaut d'ambition. Jérôme et Sylvie partent en Tunisie où ils peuvent vivre une vie
meilleure, telle qu’ils espéraient tant. Ils ont tout ; le matériel, les « choses » censés
les rendre heureux.

Ils cherchaient autour d’eux des signes de connivence. Rien


ne leur répondait. C’était une sensation presque douloureuse
d’isolement. Ils étaient dépossédés de ce monde, ils n’y
baignaient pas, ils ne lui appartenaient pas et ne lui
appartiendraient jamais.

Monde sans souvenirs, sans mémoire. Du temps passa


encore, des jours et des semaines désertiques, qui ne
comptaient pas. Ils ne se connaissent plus d’envie. Monde
Indifférents.

D’un passage à l’autre, ils décident de revenir sur Paris.

Il leur sembla que la seule impression qu'ils pouvaient


ressentir était celle d'un achèvement, d'une fin, d'une
conclusion. Non pas un happy end, non pas un coup de
théâtre, mais, au contraire, une fin languissante,
mélancolique, laissant derrière elle un sentiment de vide,
d'amertume, noyant dans l'ombre les souvenirs. Du temps
s'étaient trainé, s'était enfui; (...) Sept années d'un seul coup
basculaient dans le passé : leurs années d'étudiants, les
années de leurs rencontres, les meilleures années de leur vie.

S’il y avait le blog pour qu’ils puissent communiquer avec leurs amis, leur montrer
comment ils vivent aisément et tout ce qu’ils consomment, ils seraient peut-être restés
en Tunisie. Sans pouvoir générer de résonnance de leur entourage, qui les envie, ils ne

10
pouvaient obtenir cette reconnaissance, indispensable à leur « épanouissement ». Avec
les blogs, ils auraient eu les réponses et réactions des autres. Ils ne seraient pas
totalement isolés. Les commentaires de leurs amis, les enviant, leur auraient fait
ressentir une sorte de gratification. Le blog nous permettra-t-il de promouvoir nos
identités consuméristes ?
S’ils avaient eu le blog pour sauvegarder les souvenirs de leur passé, pour qu’ils
puissent y retourner de temps en temps, ils ne se seraient peut-être pas sentis aussi
nostalgiques.

11
Quelques ouvrages sur blogs

- Anderruthy Jean-Noël, Blogs, podcasts, RSS, Paris, Micro application, 2006, 412 p.
- Bachir Youssef, Votre blog !, Nantes, Éd. ENI, cop., 2005, 179 p.
- Béchet Christine, Créer son blog en 5 minutes, Paris, Eyrolles, 2006, 115 p.
- Boni Alexandre, Communiquez sur internet, Paris, Micro application, DL 2006, 159 p.
- Boudier-Ducloy Nicolas, Je me lance ! avec mon blog, Paris, Micro application, 2006,
236 p.
- Castro Elizabeth, Créer un blog avec blogger (Trad. Publishing a blog with blogger),
Paris, Peachpit press, cop. 2005, 130 p.
- Cauquelin Anne, L'exposition de soi : du journal intime aux webcams, Paris, Eshel,
cop. 2003, 95 p.
- Charton Éric, Weblogs, Paris, CampusPress, 2005, 249 p.
- Clyde Laurel A., Weblogs and libraries, Oxford, Chandos, 2004, 181 p.
- Colombot Stéphane, Créez votre blog : c'est si facile !, Paris, Dunod, 2005, 191 p.
- Desavoye Benoît, Les blogs : nouveau média pour tous, Paris, M2 éd., 2005, 213 p.
- Dumesnil Franck, Les podcasts : écouter, s'abonner, créer, Paris, Eyrolles, 2006, 134
p.
- Fiévet Cyril, Turrettini Émily, Blog story, Paris, Eyrolles, 2004, 306 p.
- Hewitt Hugh, Blog : understanding the information reformation that's changing your
world, Nashville (Tenn.), T. Nelson, 2005, 225 p.
- Lejeune Philippe, Cher écran : journal personnel, ordinateur, internet, Paris, Éd. du
Seuil, 2000, 443 p.
- Le Meur Loïc, Beauvais Laurence, Blogs pour les pros, Paris, Dunod, 2005, 268 p.
- Maistrello Sergio, Come si fa un blog, Milano, Tecniche nuove, cop. 2004, 173 p.
- Martinie Benjamin, Je crée mon blog, Paris, Eyrolles, Demos, 2006, 141 p.
- Martin, Michel, Blogs, podcasts et videoblogs : guide pratique : découvrez les blogs,
radios et télés libres et créez les vôtres, Paris, CampusPress, 2005, 246 p.
- Monnot Olivier ,Levis Grégory, Le guide des blogs francophones 2006, Paris, Micro
application, 2005, 347 p.
- Morand Jean-Claude, RSS, Blogs : un nouvel outil pour le management : version 2,
Paris, MM2 éd., 2006, 295 p.
- Muller Pierre-Emmanuel, Blogs : créez et partagez votre journal personnel sur
Internet, Paris, Micro application, 2004, 191 p.
- Nonnenmacher François, Blogueur d'entreprise, Paris, Éd. d'Organisation, 2005, 268
p.
- Salmandjee Yasmina, Blogs pour tous, Paris, First interactive, 2005, 150 p.
- Serfaty Viviane, The mirror and the veil : an overview of American online diaries and
blogs, Amsterdam, New York, Rodopi, 2004, 144 p.
- Wright Jeremy, Blog marketing : instaurez le dialogue avec vos clients (traduit de

12
l'anglais par Sébastien Marty), Paris, Village mondial, 2006, 308 p.

13