Vous êtes sur la page 1sur 5

 

République du Sénégal 
Un Peuple – Un But –  Une Foi 
‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ 

Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités Locales 
‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ 

Agence Nationale de l’Aménagement du Territoire 
 

        JOURNEES DE L’AMENAGEMENT ET DU DEVELOPPEMENT TERRITORIAL 

Rapport 

L’Agence nationale de l’aménagement du territoire a organisé du mardi 30 au mercredi 31 octobre 
2012  les  JOURNEES  DE  L’AMENAGEMENT  ET  DU  DEVELOPPEMENT  TERRITORIAL    à  l’hôtel  des 
Almadies. 

L’objectif  de  ces  journées  est  de  partager  et  de  discuter  sur  le  concept  de  « développement 
territorial »  en  vue  d’une  clarification  et  d’une  mise  à  niveau  des  acteurs  institutionnels  et  non 
étatiques. 

Les  journées  ont  été  ouvertes  par  le  Ministre  de  l’aménagement  du  territoire  et  des  collectivités 
locales suite à  l’allocution du Directeur Général de l’ANAT. 

Après  avoir  souhaité  la  bienvenue  aux  participants,  le  Directeur  général  de  l’ANAT  a  axé  son 
intervention  sur  l’objectif  global  de  l’aménagement  du  territoire  qui  demeure  la  promotion  d’un 
développement territorial durable.  

Il  a  tenu  à  mettre  en  exergue  que  malgré  les  efforts  consentis  par  les  autorités,  les  différentes 
politiques  publiques  initiées  n’ont  pas  eu  les  effets  escomptés  sur  l’équilibrage  du  territoire 
national.  A  cela  s’ajoutent  des  blocages  institutionnels  et  techniques  empêchant  de  mener  de 
façon efficace et satisfaisante les stratégies retenues dans les documents de planification spatiale. 

Face à cette  situation, le  gouvernement du Sénégal a inscrit l’aménagement du territoire dans le 


cadre  d’une  démarche  innovante  de  mise  en  cohérence  des  politiques  macroéconomiques  et 
sectorielles de croissance, en le définissant ainsi comme une plateforme essentielle de conception 
et de planification du développement territorial durable.  

Selon le Directeur général, l’ANAT a initié ces journées  afin  de recueillir toutes les contributions 
sur  les  nouveaux  enjeux  et  défis  d’aménagement  et  de  développement  territorial  qui  seront 
susceptibles de donner corps à la nouvelle vison des autorités étatiques.  

Dans sa communication, le Ministre a indiqué que des années durant, l’aménagement du territoire 
a  été  le  parent  pauvre  de  l’action  gouvernementale  qui  s’est  préoccupée  de  développement 
sectoriel  sans  politique  de  cohérence.  Cela  a  engendré  comme  conséquences  une  forte 
concentration des populations et des activités économiques sur la frange côtière et principalement 
dans Dakar. 

A  ce  propos,  il  invite  à  inscrire  l’action  publique  dans  le  cadre  d’un  développement  territorial 
équilibré, à travers la promotion de pôles de développement à l’intérieur du pays.  
Les  présentations  des  professeurs  Bernard  PECQUEUR,  Romain  LAJARGE  ont  suivi  l’allocution  du 
ministre.  Elles  ont  porté  sur  le  thème :  ‘’  le  développement  territorial,  nouveaux  enjeux  de 
l’aménagement du territoire : problèmes et ressources, méthodes et perspectives’’. 

A l’entame de ses propos, le professeur PECQUEUR, annonce ouvrir un débat et non donner une 
recette sur le développement territorial. Ainsi, il a évoqué les aspects conceptuels par rapport aux 
mutations  récentes  et  à  la  globalisation,  le  développement  territorial  comme  alternative  aux 
nouvelles opportunités, la valorisation des ressources territoriales cachées ou inexploitées.  

Il a abordé un certain nombre de défis : 

‐ la métropolisation ; 
‐ l’intégration et la solidarité ; 
‐ la pauvreté et l’exclusion ; 
‐ la compétitivité mondiale. 

Ces  problèmes  nécessitent  un  redressement  par  le  développement  territorial  à  partir  des 
connexions qui permettront à chaque Nation de tirer avantage des ses ressources, potentialités et 
opportunités. 

Le  professeur  PECQUEUR  conçoit  le  développement  territorial  « comme  un  concours  d’acteurs 
dans  un  contexte  géoculturel  donné  qui  révèle  et  cherche  à  résoudre  un  problème  productif 
commun ». 

Abordant  la  notion  de  ressources  territoriales,  il  retient  la  mobilisation  des  populations/acteurs, 
l’articulation entre le territoire et le produit développé et la recherche de plus value.  

Le  professeur  Romain  LAJARGE  a  présenté  le  développement  territorial  du  point  de  vue  
‘’Méthodes et perspectives’’. 

Il part du constat que le Développement Territorial s’inscrivait dans une poursuite de la politique 
d’aménagement du territoire de proximité. Mais qu’il y a lieu aujourd’hui d’intégrer de nouveaux 
paradigmes. 

En terme de « Méthodes », il invite à considérer comme préambule : 

‐ des solutions différentes en fonction des territoires ; 
‐ la reconnaissance que chaque processus du Développement Territorial a son cycle de vie ; 
‐ la  méthodologie  tenant  compte  de  très  grandes  variétés  d’acteurs  autour  de  plusieurs 
tables, en fonction des différentes échelles de territoire d’intervention. 

Il énonce cinq (5) étapes qui caractérisent le Développement Territorial : 

1. le diagnostic ; 
2. les évaluations des actions passées,  politiques publiques, programmes ; 
3. la prospective en termes de traduction  des stratégies  de l’Etat en scénarii; 
4. la construction d’un projet et d’un programme qui sous‐tend ce projet ; 
5. l’émergence de l’ingénierie territoriale. 
 
Des spécificités sont également identifiées : 

‐ la multiciplicté des échelles pour le développement territorial ; 
‐ le constat de la généralisation du développement territorial ; 
‐ la nécessité d’articulation des territoires selon leur rythme de développement respectif 

Pour les perspectives, il faut retenir : 

‐ la territorialisation des politiques publiques ; 
‐ l’examen des secteurs d’activités et leurs capacités à régler les problèmes ; 
‐ la qualité territoriale donnant une valeur à des produits qui  existent ; 
‐ une politique équitable de territoires habitables ; 
‐ l’imagination, la créativité, l’innovation ; 
‐ l’indentification  des  micro‐réussites  d’agents  nouveaux  et  la  création  de  tribunes 
d’expression. 

Le contexte Sénégalais a été présenté par le Professeur Amadou DIOP à travers l’exposé intitulé : 
‘’CONTRIBUTION  POUR  UNE  POLITIQUE  D’AMENAGEMENT  ET  DE  DEVELOPPEMENT  DES 
TERRITOIRES DU SENEGAL’’. 

Le contexte politique actuel suscite une réflexion en matière de développement territorial. 

¾ Les paradigmes du développement ont notoirement évolué, en passant d’une conception 
unitaire de la gestion du territoire à une perspective de  développement territorial ou de 
gouvernance territoriale; 

¾ Ce glissement s’est opéré dans un contexte très évolutif. Et on retiendra :  

‐ les recompositions territoriales ; 
‐ une mobilité accrue, matérielle, immatérielle et humaine ; 
‐ une dynamique active démographique et économique de l’urbanisation ; 
‐ la montée  en puissance des conflits territoriaux.  

Pour  lui,  l’aménagement  du  Territoire  et  le  développement  territorial  poursuivent  les  mêmes 
objectifs. Il considère que la période actuelle est très favorable à l’application de ces politiques. 

Toujours selon le professeur DIOP, la territorialité  se construit dans la durée en fonction de trois 
référentiels fondamentaux : l’identité, l’appropriation et l’enracinement.  

Il évoque comme condition de faisabilité du développement territorial la reconnaissance d’échelles 
plus  importantes  pour  faire  émerger  des  régions  plus  fortes  pouvant  atténuer  les  disparités 
spatiales.  A  ce  titre,    sur  la  base  de  superposition  de  cartes  (depuis  l’époque  des  royaumes 
jusqu’au  dernier  découpage  administratif)  il  propose  les  échelons  suivants :  Etat,  8  régions,  des 
départements et des communes (communes urbaines et communes rurales). 

 
Discussions 

Les grandes interrogations soulevées dans les discussions se résument autour des problématiques 
suivantes : 

‐ la viabilité des territoires en matière de découpage administratif    
‐ le lien entre développement territorial, décentralisation et déconcentration  
‐ l’atténuation des disparités régionales par l’émergence de régions fortes.  
‐ la valeur juridique du Plan national d’aménagement du territoire 
‐ l’émergence de nouveaux acteurs   

Les réponses apportées ont permis d’aboutir à la nécessité de la mise en place d’un plan national 
d’aménagement et de Développement Territorial avec l’implication de toutes les parties prenantes 
(Etat,  collectivités  locales,  secteur  privé,  société  civile,  ONG,  organisations  professionnelles, 
associations communautaires de base, etc.). 

Un panel de structures de l’Etat et de partenaires au développement a a fait des présentations qui 
ont porté sur les thèmes suivants :   

‐ l’ANIDA  avec  pour  thème :  « Les  Domaines  Agricoles  Communautaires:  Un  levier 
stratégique pour l’aménagement harmonieux et équilibré du territoire » ; 
‐ l’ANA : « les pôles aquacoles de développement économique » ; 
‐ la SCA : «  Programmes de développement des clusters locaux » 
‐ l’ARTP : « L’aménagement numérique du territoire ».  
‐ la JICA : « Modalités de coopération » 
‐ le COUD : « Pôles universitaires » 
‐ la DUA : « L’aménagement urbain » 
‐ la DGAT «  schéma directeur de modernisation de l’action territoriale » 
‐ l’ADM : « L’ADM dans le contexte de la décentralisation » 

CONCLUSION : 

Il y a un consensus sur la place centrale que doivent occuper l’aménagement du territoire et le 
développement territorial dans les politiques publiques. 

Ce  présent  séminaire  sera  le  point  de  départ  de  la  définition  consensuelle  d’une  nouvelle 
politique d’aménagement du territoire. A cet égard il sera mis en place un comité scientifique 
dans le but d’accompagner le processus d’élaboration d’un plan national d’aménagement et de 
développement territorial. 

Le rapport final sera mis à la disposition des différents acteurs et diffusé sur le site internet de 
l’ANAT.