Vous êtes sur la page 1sur 17

RASSEMBLEMENT DES ORGANISATIONS SOCIAUX POUR

L’AVANCEMENT

(ROSA/peg)

PROJET D’APPUI A L’INTENSIFICATION DE LA PECHE


DANS LA COMMUNE DE PETIT GOAVE

Juillet 2011
RESUME DU PROJET

1. Titre du Projet
Projet : Appui à l’Intensification de la pêche dans la Commune de Petit Goave

Zone d’implantation du projet : Commune de Petit Goave

2. Exécutant: Rassemblement des Organisations Sociaux pour l’Avancement


(ROSA/peg)

3. Nombre de bénéficiaires directs : population de Petit Goave et les Communes


avoisinantes

4. Objectif général du projet : L’objectif général visé par ce projet est de satisfaire les
besoins actuels et futurs des Paysans de Petit Goave et Permettre aux Pêcheurs de
pratiquer la grande pêche pour l’augmentation de leurs revenus

5. Résultats attendus au terme du projet :

- Augmentation des fruits de mer dans la Commune.


- Satisfaire à 80 % la population.
- Les pêcheurs sont améliorés socialement et économiquement.
- Améliorer l’état nutritionnel de la population de la Commune de Petit Goave
- et les avoisinantes.
- Produire quelques revenus permettant de couvrir au moins les dépenses de productions
variables.

7- Activités envisagées:
- Lancer une forte campagne de sensibilisation et mobilisation
- Location local
- Aménagement local
- Choisir des formateurs pour la formation des bénéficiaires
- Organiser des rencontres de formation
- Soumission des rapports d’étape à l’Organisme de financement. Les rapports seront organisés
de manière à démontrer les progrès accomplis, les problèmes rencontrés, les correctifs
envisagés et recommandations.
- Formation d’un Comité d’achat et de vente
- Implantation des matériels
- Choix d’un Comité pour la gestion du Projet
- Les outils comptables et gestion financière
- Rédiger le rapport final

9-Durée du projet: 6 mois

10- Coût du projet: 25, 362,734.00 Gourdes.


I- TITRE DU PROJET : « PROJET D’APPUI A L’INTENSIFICATION DE LA
PECHE

II- INTRODUCTION

Il s’agit d’un projet d’intensification de la pêche par et pour Rassemblement des


Organisations Sociaux pour l’Avancement (ROSA/Peg) est fondée le 23 Avril 1985 dans le
cadre de résoudre les problèmes que confrontent les paysans de la dite zone surtout des
programmes de développement de la zone de Petit Goave plus précisément les Lahatte, Ti ginen,
Kasoula, Letang anou, Letan dourisi, Lakil, Anba Bannann et Glome etc. Son siège social se
trouve La hatte sur la route nationale, # 46 rue républicaine. Dès sa création elle comptait 300
membres, aujourd’hui nous avons 650 personnes repartissent comme suit : 350 femmes et 300
garçons. Son objectif général est d’améliorer les conditions de vie des gens dans la zone.
ROSA/Peg dispose une reconnaissance légale délivrée par la Mairie et par le Ministère des
Affaires Sociales. Dès son fonctionnement est régit par des statuts et quelques principes
règlementant non seulement ses relations mais aussi ses relations avec d’autres organisations
dans la zone.

ROSA/Peg est dirigée par un comité de neuf (9) membres chargé de coordonner l’ensemble des
activités de l’organisation. Ce comité est composé d’un président, d’un vice président, deux
secrétaires, d’un trésorier, deux délégués, un préfet de discipline, un conseillé.

C’est une Organisation à but non lucratif, apolitique travaillant dans le domaine du
développement. On retrouve ses membres dans beaucoup habitations au niveau du Centre ville,
dans les sections et autres.

ROSA/Peg est divisé en différents secteurs parmi lesquels on retrouve, Secteur agriculture, les
petits marchants, les pêcheurs (Ami de Pêche).

III- Présentation de la zone d’étude

3.1- Situation Géographique

La Commune de Petit Goave est située à 64 km de la capitale du Pays, elle est fondée en 1663,
elle est la plus ancienne du Département de l’Ouest se trouve dans la première section. Elle est
bornée au Nord par Leogane à l’Est Vialet, au Sud par le C et à l’Ouest par ………. Sa superficie
est de 377.63 km2 d’après le dernier rapport du seisme du 12 Janvier dernier et la population est
estimée à 144.500 habitants. Le relief de la section est constitué de 20% plaines et 80% de
Mornes. Les versants sont en partie demandés. La population vit essentiellement des transferts de
la Diaspora et de l’agriculture.
3.2- Ressources

Petit Goave est une Commune à grande potentialité agricole. Ensuite vient : Le petit commerce,
les petits métiers. Les exploitations agricoles de Petit Goave étant de caractère Marchand, ils
pratiquent des systèmes de culture qui leur permettent de produire non seulement pour couvrir
les besoins alimentaires mais aussi pour obtenir un surplus. Les espèces cultivées sont : maïs,
pois Congo, manioc, petit mil, haricot. La population est acculée également à la coupure des
arbres pour faire du charbon. Comme conséquence, elle connaît de jour en jour un
appauvrissement accru, ce qui pousse la population dans un état de migration perpétuelle dans
les Antilles ou ailleurs. Les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles dans la zone.
En dépit de tout, on constate une certaine harmonie au sein de la population. Toutes les couches
sociales participent aux efforts d’entraide effectués lors de la réalisation des travaux
communautaires.

3.3- Education

Les centres d’enseignement existant dans la zone sont encadrés par des professeurs en nombre
insuffisant. Les locaux sont assez peu équipés. A Petit Goave on retrouve plusieurs écoles
secondaires fonctionnent jusqu’à la rhétorique. Elles sont logées pour la population dans les
locaux de fortune.

2.4- Cadre écologique

Le climat général est sec, mais assez doux. Il conserve une certaine douceur le soir avec la
proximité de la mer. La température annuelle oscille autour de 25 0 C. Il n’existe pas de station
pluviométrique dans la zone d’intervention du projet. Les pluies cycloniques sont assez
courantes durant les mois de Septembre – Octobre.

L’évapotranspiration potentielle (ETP) est de l’ordre de 1700 mm. Si nous prenons les
pluies utiles à 80%, le déficit annuel serait d’environ 700 mm.

Tableau 1.- Résumé des informations climatologiques

Mois Pluie Pluie Températur ETP


moyenne probable à e (mm)
(P) sur 80% (°C)
70ans
(mm)
Janvier 24 3 24.3 113
Février 42 6 24.6 122
Mars 71 17 25.3 150
Avril 145 57 26.0 151
Mai 196 114 26.8 161
Juin 111 40 27.6 163
Juillet 127 70 27.7 173
Août 165 96 27.9 171
Septembre 148 84 27.6 155
Octobre 134 71 27.2 137
Novembre 72 28 26.0 111
Décembre 28 1 24.8 109
Annuel 1262 1013 26.3 1716

2.5- Les activités agricoles et d’élevage

Les systèmes de cultures reposent sur les cultures associées aussi bien dans les mornes
environnants que dans l’aire irriguée de la Commune. Au niveau de la plaine, les
cultures saisonnières sont constituées essentiellement par la banane (Musa paradisiaca,
Musa sinensis), le haricot (Phaseolus vulgaris), le maïs (Zea mays). Cette dernière culture
est depuis quelque temps en nette régression sur le périmètre irrigué compte tenu de sa
faible rentabilité. Quelques parcelles de piment (Capsicum frutecens) sont également
observées ; son introduction dans la zone date seulement d’une année. La principale
période de plantation se situe en décembre/janvier.

A part les cultures vivrières, on retrouve une végétation arborée assez dense. Cette
végétation, à dominance fruitière comprend des espèces comme l’arbre véritable
(Artocarpus incisa), le cerisier (Malpighia punicifolia), le manguier (Mangifera indica), le
cocotier (Cocos nucifera), les agrumes (Citrus sp), l’avocatier (Persea americana, Pomme
d’acajou et des essences forestières comme : l’eucalyptus (Eucalyptus sp.), bayaronde (Prosopis
juliflora), bois blanc, Cajou. Il faut noter que dans cette localité l’essence fruitière dominante est
le Pomme d’acajou. Ces arbres fruitiers sont associés de manière permanente aux
plantations de bananes qui durent en moyenne trois années.

Sur les terres sèches des versants surplombant le périmètre irrigué, on cultive surtout le
maïs, le manioc, la patate et le pois Congo.

L’élevage est principalement de type familial mais encore peu intégré à l’agriculture. Les
principales espèces rencontrées sont les caprins, les ovins, les bovins, les porcins et les
volailles.

2.6- Ressources forestières

Dans cette localité, la strate arborée est dominée par des essences fruitières connues : le cocotier
(Cocos nucifera), les agrumes (Citrus sp), l’avocatier (Persea americana), le manguier
(Mangifera indica) et des essences forestières comme : l’eucalyptus (Eucalyptus sp.), bayaronde
(Prosopis juliflora). Il faut noter que dans cette localité l’essence forestière dominante est le
bayaronde.

2.7- La situation environnementale


Le déboisement est très prononcé. Le commerce du charbon de bois qui s’intensifie
quotidiennement augmente les pressions sur les dernières réserves ligneuses. La coupe des arbres
pour la fabrication et le commerce du charbon sont la principale activité lucrative des paysans.
Ceci a un effet certains sur l’accélération de l’érosion et provoque l’aggravation de la
dégradation de l’environnement.

2.8- Les Atouts et Contraintes de la zone

Elle a comme atouts : accueil, des sites touristiques, la paisibilité des gens et leur beauté.

2.9-Ressources naturelles

Rivières de Petit Goave qui alimentent les deux systèmes d’irrigation de la zone, la mer, les
plages, les roches, les terres, les aviaires. Elle est favorablement touristique à cause de ses plages
et de plusieurs sites d’accueil.

2.10- Ressources humaines

a. Travailleurs agricoles
b. Professeurs d’école
c. Pêcheurs
d. Pasteurs
e. Sacristains
f. Médecins naturels
g. Les leaders de communication

2.11- Moyen de communication

Trois réseaux de communication sont disponibles dans la commune : Voilà, Haitel, Digicel.

III- PRESENTATION GENERAL DU PROJET

Le projet d’achat de matériels de pêche au profit de ROSA/Peg est en ligne droite avec le
programme de renforcement de la sécurité alimentaire et de l’amélioration des conditions de vie
de la population prônée par les responsables du Ministère de l’Agriculture.
V- OBJECTIFS DU PROJET

V.1- Objectif Général du Projet

L’objectif général visé par ce projet est de satisfaire les besoins actuels et futurs des paysans et
d’augmenter de manière durable la production des fruits de mer et les revenus des Pêcheurs.

V.2- Objectifs spécifiques

Plus spécifiquement, le projet se propose de:

- Optimiser l’efficience du système de pêche de Petit Goave et rendre les fruits de mer
disponible pour une plus grande population
- Améliorer graduellement de 10% à 50% le niveau des pratiques de pêche en inculquant
aux pêcheurs le savoir faire approprié pour en devenir un acquis dans le milieu.
- Intégrer les femmes à tous les niveaux des réalisations du projet
- Renforcer les capacités d’auto développement des bénéficiaires et leurs organisations en
vue d’assurer la gestion durable et autonome des infrastructures de production ;
- Fournir des services de base aux communautés défavorisées afin de favoriser un
développement plus participatif.
- Protéger notre environnement tout en conciliant les besoins quotidiens de la paysannerie

- Intensifier les systèmes de pêche ;


- Contribuer à améliorer l’accès aux intrants agricoles et au crédit rural, à travers la
mise en place des structures de proximité
- Accroître la capacité productive, nutritionnelle et économique des Pêcheurs
- Rendre les gens beaucoup plus confiant, autonome, stable pour contribuer intégralement
au développement local
- Améliorer les conditions de vie des pêcheurs
- Capturer beaucoup plus d’espèces
- Former plus de 200 Pêcheurs sur l’importance de la pêche, sur le mode de pêches

III- Problématique

La situation socio-économique que connaît le pays affecte particulièrement l’agriculture. Les


secteurs des productions animales et de la pêche n’ont pas épargné. En effet, au cours de la
dernière décennie, les revenus générés par les activités de pêche n’ont pas augmenté alors que les
besoins n’ont cessé de croître. L’affaiblissement de ce sous-secteur se vérifie par l’accroissement
considérable du volume des importations en produits d’origine animale. Ainsi, pour 1994, les
importations en viande se sont chiffrés à peu près de 10.000000 de dollars américains comparé à
1976-1977 ou elles s’élevaient à plus de 760000 dollars (Poitevin, 1994).
Durant les trente dernières années, on a remarqué une certaine irrégularité de l’Etat dans l’apport
d’encadrement technique qu’il devrait offrir aux planteurs. Cette irrégularité cause pas mal de
problèmes en ce qui a trait au rendement de la productivité agricole haïtienne et sur notre
environnement. Ce faible rendement au niveau du secteur agricole est dû par l’absence des
systèmes des matériels équipés pour la pêche et des réseaux d’irrigation. Ce qui engendre
l’exode rural et la dégradation environnementale. L’exode rural entraîne une perte de bras pour
le secteur agricole et ceux qui restent se livrent à la coupe abusive des arbres, au point que de
trois à quatre camions de charbon sont produits chaque semaine Cette situation naturellement
favorise l’érosion.

La population cherche à s’en sortir de cette situation problématique. Parmi les activités les plus
importantes identifiées par la communauté, on trouve Projet d’Appui à l’intensification de la
pêche pour renforcer la production agricole qui, depuis l’abattage des porcs créoles en 1981, joue
un rôle moteur dans l’économie de la commune de Petit Goave. La vente hebdomadaire des
produits divers des denrées au niveau du marché local et de la ville voisine montre que ce secteur
reste et demeure un atout économique indispensable pour les pêcheurs de la zone cible.

VI- JUSTIFICATION

Actuellement dans le département de l’Ouest les changements climatiques affectent sérieusement


l’agriculture dans les zones non irriguées. Dans certaines régions il n’est pas rare que les
agriculteurs perdent consécutivement trois récoltes à cause de longues périodes de sécheresse. La
pêche représente pour ces régions une activité économique beaucoup plus sûre car les fruits de
mer sont moins sensibles aux aléas climatiques. De plus la vente des fruits de mer permet aux
pêcheurs d’améliorer la qualité de leur vie.

Constatant ce vide dans la communauté, et pour améliorer la condition économique des membres
de notre organisation dénommée (ROSA/Peg /ASPTIG /Sud), nous avons identifié un projet
rentable, durable et faisable, qui consiste à l’intensification de la pêche dans la Commune de
Petit Goave.
Ce projet aura pour but également de combler un déficit en protéines chez les enfants et les
adultes qui souffrent souvent de la carence des éléments nutritifs, indispensables à la croissance
des êtres vivants.

C’est aussi une activité génératrice de revenu. Voila pourquoi ROSA/Peg consciente de sa
mission qui vise le développement, a élaboré cette ébauche de projet.
L’organisation espère que ceci retiendra votre haute attention.

VII- ASPECTS SOCIAUX DU PROJET

Les bénéficiaires du projet sont issus des couches les plus défavorisées de la zone. Ils sont au
nombre de 650 provenant du Centre Ville de Petit Goave, Lahatte, Ti Ginen, Kasoula et dans
toutes les autres sections de la Commune. Ce sont des personnes à revenu extrêmement faibles
qui se débrouille au jour le jour pour survivre.

Les femmes, au nombre 350, en grande partie, épousent des pêcheurs, achètent et revendent
certains fruits de mer tenus par les pêcheurs.
Avec l’achat des matériels, on enregistrera une augmentation de la production des fruits de mer
et une amélioration des revenus des familles impliquant dans les activités.

VIII- ASPECTS COMMERCIAUX

La production des fruits de mer sera écoulée sur le marché local et sur le marché national.

Sur le marché local, une portion des fruits de mer de ROSA/Peg est achetée et le sera
encore par les femmes de l’association qui vont la revendre sur le marché publique de la ville.
Un autre groupe d’acheteurs est formé par les agences locales opérant pour le compte d’autres
agences nationales ou externes s’impliquant dans cette activité.

Au niveau national, nous sommes en contact avec certains propriétaires de Markets Port-au-
Prince, Grand Goave, Leogane disposés à recevoir toute la production de l’association à un prix
supérieur à celui du marché local.

IX- IMPACTS DU PROJET

Actuellement il existe une forte demande des fruits de mer en provenance des Markets
de Grand Goave, de Port-au-Prince ou de certaines agences locales travaillant pour le compte
d’autres instances. La production est largement insuffisante par rapport à cette demande qui va
croissant : les pêcheurs, dépourvus de matériels d’équipements, mal organisés, ne pratiquent
pour la plupart qu’une activité de subsistance. Cependant, les pêcheurs réunis en association,
équipés et formés, bénéficieront d’une augmentation sensible de leurs revenus puisqu’ils
enregistrent une augmentation de la production des fruits de mer.

A côté de cette amélioration des revenus des pêcheurs, on peut encore compter comme
impact positif, le fait que ce projet permettra d’une plus grande disponibilité des fruits de mer
pouvant satisfaire les besoins des consommateurs.

Au niveau de ROSA/Peg, 60% du revenu de la pêche va aux pêcheurs, le reste est affecté
à couvrir les frais de fonctionnement et d’amortissement des matériels. Une augmentation de la
production des fruits de mer sera d’un atout très favorable au développement de l’association.

IX.1- Aspect Technique

Sur le plan technique, les connaissances acquises par les pêcheurs de l’association et la
disponibilité des matériels et équipements vont rendre les activités de pêche rentables et
motiveront les autres pêcheurs à modifier leurs systèmes et à vouloir intégrer ROSA/Peg

IX.2- Aspect Social

Sur le plan social, ce projet est appelé à créer les liens de fraternité et de solidarité entre les
pêcheurs de l’association. De plus, ce projet contribuera grandement au renforcement du prestige
de l’association.
IX.3- Aspect Ecologique

Ce projet aura également un impact positif sur l’environnement (l’écologie) car, grâce à
la formation reçue par les pêcheurs, ceux-ci éviteront de pêcher dans les zones de fécondation
des poissons. De plus, grâce aux matériels que nous aurons à utiliser, les fruits de mer non encore
arrivés à maturité ne pourront plus être pêchés.

IX.4- Aspect Economique

L’association a un effectif de cent cinquante (650) membres dont trente (350) femmes, et
soixante (300) pêcheurs.

Faute de matériels, nous sommes en mesure d’employer 100 seulement avec nos deux
équipes de pêche, en effet chaque équipe contient un bateau, un moteur, des filets et quatre
pêcheurs.

A cela nous sommes obligés de leur faire travailler à tour de rôle soit 100 autres chaque
mois. Donc si nous recevons les matériels que demandons, nous serons en mesure de créer des
emplois pour tous les pêcheurs et les commerçants.

Car il y a des lambis, des chevrettes et des homards que nous aurons à capturer aussi avec les
matériels reçus et ce sont des produits qui se vendent très chers sur le marché. Nous sommes sûr
de ce que notre profit annuel s’élèvera à plus 800000 gourdes et cela moins de trois ans nous
pourrons amortir nos matériels, multiplier nos emplois.

A ce moment là nous n’aurons plus besoin d’aides des organismes de financement parce que
nous serons financièrement autonome.

X- FAISABILITE DU PROJET- CONTRAINTS

Ce projet est faisable, tenant compte de la durée (6) mois chacune de ses étapes
et surtout de l’expérience de certains membres de l’organisation dans ce domaine.
Les contraintes sont minimes, sauf en cas de cyclone. A ce niveau, des moyens préventifs
seront utilisés pour éviter ou pallier à cette situation.
Les risques sont négligeables car tous les acteurs impliqués dans cette activité mettront tout en
œuvre pour parvenir au succès espéré.

XI- ORGANISME DE GESTION ET D’EXECUTION

Dès que les matériels seront mis à la disposition de l’association, cette dernière se
chargera de la gestion des matériels et des activités de pêche dans lesquels elle a déjà une
certaine expérience.
XII- ACTIVITES PREVUES

- Lancer une forte campagne de sensibilisation et mobilisation


- Construction locale
- Organiser des rencontres de formation
- Soumission des rapports d’étape à l’Organisme de financement. Les rapports seront organisés
de manière à démontrer les progrès accomplis, les problèmes rencontrés, les correctifs
envisagés et recommandations.
- Choix d’un Comité pour la gestion du Projet
- Recrutement des personnels cadres
- L’achat des matériels
- Séminaire de Formation
- Les outils comptables et gestion financière

XIII- DUREE DU PROJET

La durée du Projet est de six mois suivant le calendrier de chaque activité présenté en annexe.
Mais toutefois la durée du Projet est indéfinie

XIV- LE COUT DU PROJET

Le projet d’achat des matériels de pêche s’élève à vint cinq million trois cent soixante deux
mille sept cent trente quatre gourdes (25,362,734.00 Gourdes).

La participation communautaire s’élève à quatre cent mille (800000) gourdes

Les détails y relatifs se trouvent au niveau de devis détaillés en annexe

XV- COUT IMPREVUS

Ce coût correspond à 6% du coût total brut du Projet


XVI- CALENDRIER D’OPERATION

No Activités Mois 1 Mois 2 Mois 3 Mois 4 Mois 5 Mois 6


1 Rencontre avec l’Organisme XXX
de financement
2 Sensibilisation et Motivation XXX XXX
Aménagement local XXX
4 Recherche des cadres XXX XXX XXX
5 Rencontre avec les cadres XXX XXX
6 Soumission d’un Rapport XXXX XXXX XXXX
7 Séminaire de formation XXXX
8 Achat des matériels de pêche XXXX XXXXX XXXX XXXX
9 Soumission des rapports XXXX XXXX
XVII- DEVIS ESTIMATIFS POUR L’ACAHT DES EQUIPEMENTS DE PECHE

Quantité Description Prix Unitaire en Prix Total en


Gourdes Gourdes
30 Paires Patch 3825 114750
50 Sauvetages 11475 573750
18 Filets Naïlonnes 96390 1735020
2 Génératrice Cubotta 210375 420750
1 Inverter 3600 watts 57375 57375
Trace
12 Batterie trojans 5355 64260
15 Sachets ligne no 100 65 975
5 Cannots a moteur 25 chevaux 95625 478125
25 Caisse Zinc no 7 39741,75 993543.75
2 Freezers PFR 150 premium 27425,25 54850.5
720 Nasses en roseau no 22 300 216000
Chambre froide FF 1,000000
60 Caisses fil # 24 755625 7556250
2 Balances, Plateau 201500 403000
Fil, Plomb FF 300000
10 Petits Bateaux en bois 25 pieds 225000 2250000
5 Petit Bateau en bois 16 pieds 150.000 750000
75 filets ligne 50.000 3750000
4 DCP 40000 160000
2 Chaloupe 125000 250000
15 Thermos 10.000 150000
20 Fusies de mer FF 70000
Equipements de mer FF 40000
10 Aiguilles plastic 25 250
2 Flaches 500 1000
2 Compresseurs FF 50000
30 Masse 400 12000
25 Caisses ligne 20000 500000
15 Moteur 15 à 4 temps 110000 1650000
Total 23, 601,899.25
Logistique

Quantité Description Unité Prix Unitaire Prix Total


1 Motocyclette Hondas 200000 200000
Y compris casque
et assurance
1 Machine Daihatsu 1240000 1,240000
Communication Cartes FF 75000
Téléphone et
radio
100 Carburant Gallons 300 30000
1 Ordinateur Toshiba FF 64000
1 Panneau Visibilité FF 40000
Matériels de FF 50000
Bureau
Transport FF 60000
Total 1, 759,000.00
Gourdes

COÛTS ADMINISTRATIFS

Personnel de Quantité Coût Unitaire en Coût Total en


Terrain Gourdes Gourdes
Responsable 2 422709 845418
Technique
Administrateur 1/6 mois 25000 150000
Exécutant 1/6 mois 50000 300.000
Formation FF 50.000
Location d’une 3 pièces / 5 ans 50000 / an 250000
maison
Comptable 1 /6 mois 40000 240000
Total 1, 835,418 Gourdes
Grand Total 25,362,734.00 Gourdes
Petit Goave, le 9 Juillet 2011

Au :
De : Rassemblement des Organisations Sociaux de l’Avancement (ROSA/Peg)

Objet : Demande de Financement

Cher responsable,
Par la présente le Comité de l’Organisation pour le Développement de la
Première Section d’Aquin (ODEPSA) vous présente ses compliments et vous félicite pour les
efforts déployés pour le bien être du pays. Je profite aussi de cette situation pour vous faire part
d’un projet : « d’Appui à l’Intensification de la Pêche de Saint Louis du Sud ».

La situation des pêcheurs dans la Commune d’Aquin est préoccupante, car les pêcheurs sont
obligés de prendre la mer pour s’approvisionner sans aucuns matériels de valeur qui répond aux
normes établis pour circuler la mer.

De ce fait, l’ODEPSA vous soumet le Projet : « d’Appui à l’Intensification de la


Pêche de la Commune d’Aquin » d’un montant de vint sept million cent trente neuf mille
soixante dix sept et 25% gourdes (25,18977.25 gourdes)

Espérant que cette demande sera prise en considération, je vous prie, Monsieur le Responsable
de recevoir nos salutations et nos remerciements anticipés

Pour le Comité :

_____________________________ _______________________________
JN LOUIS Etzer MERCIER Marie Venette, Ing. Agr
Coordonateur Général Responsable Projet

__________________________

Secrétaire