Vous êtes sur la page 1sur 245

PHYSIQUE 3

S O L U T I O N N A I R E

5e ÉDITION

ONDES, OPTIQUE ET
PHYSIQUE MODERNE

HARRIS BENSON
Bernard Marcheterre
Olivier Barron
Avant-propos

L’objectif premier d’un solutionnaire est de fournir des explications sur la manière de faire
les exercices et les problèmes proposés dans un manuel. Toutefois, pour des raisons à la fois péda-
gogiques et techniques, on ne peut pas tout y mettre; il faut viser à un juste équilibre, et c’est là
parfois une tâche délicate. Nous avons cherché, dans cette réédition du solutionnaire de la collection
Physique, à en dire un peu plus, mais sans aller trop loin. Nous avons ciblé un public large : certaines
des explications sembleront superflues au lecteur qui cherche simplement à mieux comprendre le
sens d’une question, mais largement utiles à l’élève qui s’efforce de comprendre de nouvelles notions
de physique.
Pour faciliter l’utilisation du solutionnaire, nous en décrivons ci-dessous les principales ca-
ractéristiques.
B La présentation typographique respecte maintenant l’usage scientifique : les variables sont
en italiques et les unités en romain. Les vecteurs sont, comme dans le manuel, en gras et
surmontés d’une flèche.

B Les réponses sont encadrées, pour qu’on puisse les repérer facilement. Dans les exercices
ou les problèmes qui demandent une démonstration, le résultat de la démonstration est lui
aussi encadré.

B En accord avec la règle énoncée à la section 1.4 du tome 1, tous les résultats comportent
trois chiffres significatifs, à moins qu’il s’agisse d’une approximation ou que la question
exige une réponse plus précise. Notez que l’obtention de résultats légèrement différents peut
s’expliquer par l’utilisation, dans les calculs intermédiaires, de valeurs plus précises ou moins
précises que celles que nous avons utilisées ici. En général, lorsqu’une valeur correspond au
résultat d’une sous-question, ce résultat arrondi à trois chiffres significatifs est utilisé pour
les calculs subséquents.

B Dans les exercices ou les problèmes qui exigent un système d’axes, on utilise les directions
habituelles à moins d’avis contraire: l’axe des  positifs pointe vers la droite et l’axe des
 positifs pointe vers le haut. Lorsqu’il est fait référence aux points cardinaux ou lorsqu’il
s’agit d’une situation à trois dimensions, l’est, le nord et le haut sont respectivement associés
à l’axe des  positifs, à l’axe des  positifs et à l’axe des  positifs.

B Dans la plupart des calculs intermédiaires, les unités des valeurs ne sont pas précisées, à
moins qu’il ne s’agisse d’unités qui ne sont pas utilisées habituellement dans le système
international.

B Les transformations algébriques ne sont pas données dans tous les détails, mais la flèche
d’implication (=⇒) est fréquemment utilisée pour montrer qu’un résultat conduit à un
autre.

B Pour simplifier les écritures, aucune distinction n’est faite entre l’accélération de chute libre
et le champ gravitationnel (voir la section 13.3 du tome 1).

iii
Les exercices et les problèmes du manuel qui exigent le recours à l’ordinateur ou à une
calculatrice graphique ont été résolus avec le logiciel de calcul symbolique Maple. Dans chaque cas,
le solutionnaire donne les lignes de commande propres à l’environnement "worksheet" du logiciel
et qui permettent d’obtenir le résultat cherché. Afin de favoriser un apprentissage plus dynamique,
le résultat des lignes de commande n’est pas reproduit, sauf en de rares cas. On souhaite ainsi que
le lecteur voudra tenter sa chance directement sur l’ordinateur et découvrir, par lui-même, ce que
le logiciel affiche.

Comme tout ouvrage scientifique, ce document n’est pas à l’abri d’erreurs ou de coquilles,
bien que chaque réimpression permette d’en améliorer la précision. C’est pourquoi nous invitons
les lecteurs à nous faire part de tout commentaire à notre adresse électronique. On pourra aussi, en
communiquant à la même adresse, obtenir la version électronique des lignes de commande Maple
utilisées dans ce solutionnaire.

Olivier Barron
Julie-Anne Denis
Bernard Marcheterre
bernard.marcheterre@cegep-lanaudiere.qc.ca

iv
Chapitre 1 : Les oscillations

Exercices

E1. Étant donné les identités trigonométriques cos  = cos( + 2) et cos  = sin( + 2 )

l’équation () =  cos( − 3 ) est équivalente aux expressions


 5 
 cos( − 3 + 2) =  cos( + 3 ) et  sin( − 3 + 2 ) =  sin( + 6 )

donc aux expressions (b) et (c)

E2. La position du bloc est donnée par () =  sin( + ) = 003 sin(20 + 4 ) m. Donc
l’amplitude vaut  = 003 m et la phase est () =  +  = 20 + 4 

(a) On cherche la plus petite valeur de   0 telle que |()| =  = 003 ce qui implique que
¡ ¢
sin 20 + 4 = ±1 =⇒ 20 + 4 = ± 2 =⇒  = 00125 s ou −00375 s

Pour avoir min  0 on conserve le premier résultat, soit  = 00125 s

(b) Selon l’équation 1.3, la vitesse du bloc est donnée par


¡ ¢ ¡ ¢
 =  
 = (20) (003) cos 20 + 4 = 06 cos 20 + 4

On cherche la plus petite valeur de   0 telle que | | =  = 06. Ainsi, la vitesse
peut prendre deux valeurs, et
¡ ¢ ¡ ¢
 = ±06 = 06 cos 20 + 4 =⇒ cos 20 + 4 = ±1

Cette condition est obtenue pour



20 + 4 = 0; ; 2;  =⇒  = −00125 s; 00375 s; 00875 s; ...

Pour avoir min  0 on conserve le second résultat, soit  = 00375 s

(c) Selon l’équation 1.4, l’accélération du bloc est donnée par


¡ ¢ ¡ ¢
 =   2
 = − (20) (06) sin 20 + 4 = −12 sin 20 + 4
 

On cherche la plus petite valeur de   0 telle que | | =  2 = 12 2  ce qui implique
¡ ¢
que sin 20 + 4 = ±1 comme on l’a vu en (a), donc  = 00125 s

(d) On définit dans le logiciel Maple l’expression de la position, de la vitesse et de l’accéléra-


tion du bloc. Au moment de superposer les graphes, on corrige l’amplitude de la vitesse
et de l’accélération :

 restart:
 x:=0.03*sin(20*Pi*t+Pi/4);
 vx:=diff(x,t);
 ax:=diff(vx,t);

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 1

© ERPI, tous droits réservés.


 omega:=20*Pi;
 plot([x,vx/omega,ax/omega^2],t=0..0.05,color=[red,blue,green]);

E3. Les masses respectives correspondent à a = 1450 kg (automobile) et à p = 150 kg

(soit deux passagers de 75 kg). Comme il y a quatre roues et quatre ressorts, on résout
le problème en considérant que chaque roue supporte le quart du poids de l’auto et des
passagers.

(a) La loi de Hooke (équation 1.6) associe la force de rappel d’un ressort à sa compression ou
à son allongement. Comme la relation est linéaire, on peut aussi l’exprimer de la manière
suivante : ∆res =  |∆| ; un accroissement de l’allongement ou de la compression du
ressort entraîne un accroissement de la force de rappel.
p 
Ici, le poids ajouté sur chaque roue par les passagers ( 4 ) est équilibré par une com-
pression supplémentaire, soit 001 m. Donc, on obtient
∆ p  150(98)
= ∆ = 4∆ = 4(001) =⇒  = 368 × 104 N/m

(b) La période d’oscillation dépend de la masse totale que supporte chaque roue, à savoir
a +p
= 4 = 400 kg

Conséquemment, on trouve
p q
 = 2  = 2 400
368×104
s =⇒  = 0655 s

E4. La position du bloc est donnée par  = 02 sin(12+02) m dans laquelle la phase équivaut
à () =  +  = 12 + 02. La vitesse du bloc est donnée par

 =  = 24 cos(12 + 02) m/s, et l’accélération, selon l’équation 1.5b, correspond à

 =  = − 2  = −288 sin(12 + 02) m/s2

(a) Quand  = 008 m, −2  = − (12)2 (008) =⇒  = −115 m/s2


 5
(b) Si  = 01 m =⇒ sin(12 + 02) = 05, on a () = 12 + 02 = 6 ou 6  mais la
 3
condition   0 implique que cos(12 + 02)  0 c’est-à-dire 2 ≤  () ≤ 2 ; la phase
doit avoir une valeur se situant dans le second ou le troisième quadrant. On retient la
5
solution  () = 6 =⇒  = 0201 s

(c) On définit dans le logiciel Maple l’expression de la position et de l’accélération du bloc.


Au moment de superposer les graphes, on corrige l’amplitude de l’accélération :

 restart:
 x:=0.2*sin(12*t+0.2);
 ax:=diff(x,t$2);

2 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


 omega:=12;
 plot([x,ax/omega^2],t=0..0.4,color=[red,blue]);

E5. La position du bloc est donnée par () = 035 sin(36 + 107) et, selon l’équation 1.3 du
manuel, la vitesse du bloc est  () =  cos(36 + 107).

On veut que

| | = 05 =⇒ cos(36 + 107) = ±05

Cette égalité est satisfaite pour () = ± 3 ; ± 2 4 5 7


3 ; ± 3 ; ± 3 ; ± 3 , donc

(36 + 107) = ± 3 ; ± 2 4 5
3 ; ± 3 ; ± 3 

Comme on cherche les quatre premiers instants positifs (  0) et que 3  107, les valeurs
2 4 5 7
d’angle à conserver sont 3  3  3 et 3 . Avec ces quatre valeurs, on calcule

1 = 0285 s; 2 = 0866 s; 3 = 116 s; 4 = 174 s

E6. Selon l’exemple 1.3, si un bloc est lâché à l’instant initial de  = +, sa position pour
les instants ultérieurs est décrite par
¡ ¢
 =  sin  + 2 où  = 2  et () =  +

2 = 2
 + 2 .

De plus, dans ce cas,


¡ 2  ¢ 
¡ 2 ¢
 = 
 =  cos  + 2  et  =  = − 2  = −2  sin  + 
2 .

(a) On veut que


¡ ¢
| | = 05 =⇒ cos  + 2 = ±05

Cette égalité est satisfaite pour () = ± 3 ; ± 2 4 5 7


3 ; ± 3 ; ± 3 ; ± 3 , donc
2 
 + 2 = ± 3 ; ± 2 4 5 7
3 ; ± 3 ; ± 3 ; ± 3 

Comme on cherche les quatre premiers instants positifs (  0) et que 2  3 , les valeurs
2 4 5 7
d’angle à conserver sont 3  3  3 et 3 . On obtient ainsi
2  2 4 5 7 2
 + 2 = 3 ; 3 ; 3 ; 3 =⇒  = 6 ; 5 7 11
6 ; 6 ; 6 =⇒
 5 7
1 = 12 ; 2 = 12 = 11
; 3 =
12 12 ; 4
¡ ¢ √
À chacun de ces instants, sin  + 2 = ± 23 = ±0866, soit  = ±0866

(b) On veut que


¡ ¢
| | = 05 2 =⇒ sin  + 2 = ±05

Cette égalité est satisfaite pour () = ± 6 ; ± 5 7 11 13


6 ; ± 6 ; ± 6 ; ± 6 , donc
2 
 + 2 = ± 6 ; ± 5 7 11 13
6 ; ± 6 ; ± 6 ; ± 6 

Comme on cherche les quatre premiers instants positifs (  0) et que 2  6 , les valeurs
5 7 11 13
d’angle à conserver sont 6  6  6 et 6 . On obtient ainsi

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 3

© ERPI, tous droits réservés.


2  5 7 11 13 2
 + 2 = 6 ; 6 ; 6 ; 6 =⇒  = 3 ; 2 4 5
3 ; 3 ; 3 =⇒
  2
1 = 6 ; 2 = 3 = 5
; 3 =
6 3 ; 4
¡ ¢
À chacun de ces instants, sin  + 2 = ± 12 = ±05, soit  = ±0500

E7. Puisque  = 50 N/m et  = 05 kg, la fréquence angulaire est


q q
 50
=  = 05 = 100 rad/s

Les équations de position et de vitesse (équations 1.2 et 1.3) s’écrivent alors

 () =  sin(10 + ) et  () = 10 cos(10 + )

dans lesquelles  et  sont inconnues.

À  = 01 s, on trouve  = 10 (01) = 1 rad, ce qui implique que

 = −02 =  sin (1 + ) (i)

 = 05 = 10 cos (1 + ) =⇒ 005 =  cos (1 + ) (ii)

(a) On divise (i) par (ii) afin d’isoler  :


−02  sin(1+)
005 =  cos(1+) =⇒ − 40 = tan (1 + ) =⇒

(1 + ) = arctan(−40) = −1330 rad ou 182 rad

Pour choisir la bonne constante de phase, on suit le même raisonnement qu’à l’exemple

1.5.

L’équation (i) implique que sin (1 + )  0 et l’équation (ii) entraîne que cos (1 + )  0.
Pour satisfaire ces deux conditions, on doit choisir une valeur pour (1 + ) qui se situe
dans le quatrième quadrant.

On choisit donc le premier résultat, et  = −1330 − 1 = −233 rad. Toutefois, la règle


énoncée à la section 1.2 du manuel indique que la constante de phase doit posséder une
valeur qui se situe entre 0 et 2 radians. On ajoute donc 2 radians à la réponse et

 = 2 − 233 =⇒  = 395 rad

On résout ensuite pour  au moyen de l’équation (i) :


−02 −02
= sin(1+) = sin(495) =⇒  = 0206 m

(b) On utilise les valeurs de  et de  ce qui donne  () = 0206 sin(100 + 395) , où 

est en mètres et  en secondes.

(c) La condition  = 02 m et  = −05 m/s implique que sin (())  0 et que cos (())  0

ce qui survient lorsque l’argument  () = 10 + 395 appartient au deuxième quadrant.
Si on reprend l’équation de la position, on trouve

4 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


 = 02 = 0206 sin (10 + 395) =⇒ sin (10 + 395) = 0971 =⇒

 () = 10 + 395 = arcsin(0971) = 1330 rad ou 1812 rad

On conserve 1812 rad pour que l’argument se trouve dans le deuxième quadrant, et on
obtient

10+395 = 1812 =⇒  = −0214 s. Toutefois, il faut rejeter cette valeur parce qu’elle est

négative. On obtient la bonne valeur en remplaçant 1812 rad par (1812 rad + 2 rad),
soit la même position dans le cercle trigonométrique, mais avec un tour supplémentaire.

Ainsi,

10 + 395 = 1812 + 2 =⇒  = 0414 s

(d) On définit dans le logiciel Maple l’expression de la position et de la vitesse du bloc. Au


moment de superposer les graphes, on corrige l’amplitude de la vitesse :

 restart:
 x:=0.206*sin(10*t+3.95);
 vx:=diff(x,t);
 omega:=10;
 plot([x,vx/omega],t=0..0.7,color=[red,blue]);

E8. Puisque  = 4 N/m et  = 025 kg, la fréquence angulaire est


q q
 4
=  = 025 = 400 rad/s

Les équations de position, de vitesse et d’accélération (équations 1.2, 1.3 et 1.4) s’écrivent
alors

 =  sin(4 + ),  = 4 cos(4 + ) et  = −16 sin(4 + )

À  = 015 s, on a  = 4 (015) = 06 rad, donc


−0174
 = −0174 = 4 cos(06 + ) =⇒ 4 = −00435 =  cos(06 + ) (i)
0877
 = 0877 = −16 sin(06 + ) =⇒ −16 = −00548 =  sin(06 + ) (ii)

On divise (ii) par (i) afin d’isoler  :


−00548  sin(06+)
−00435 =  cos(06+) =⇒ 126 = tan (06 + ) =⇒ (06 + ) = 0900 rad ou 4042 rad

Pour choisir la bonne réponse, on doit revenir aux équations (i) et (ii). À  = 015 s,
le cosinus et le sinus sont négatifs ; on doit donc choisir la valeur pour (06 + ) qui se
trouve dans le troisième quadrant, soit 4042 rad. Avec cette valeur, on obtient

 = 4042 − 06 = 344 rad

On résout ensuite pour  au moyen de l’équation (i) :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 5

© ERPI, tous droits réservés.


−00435
= cos(4042) = 00700 m

On utilise les valeurs de  et de  et on écrit  () = 00700 sin(400 + 344) , où  est

en mètres et  en secondes.

E9. On utilise un axe des  positifs vers le bas, dont l’origine se situe à l’extrémité du ressort.
La position d’équilibre du bloc se situe à éq = 016 m. On en déduit, en suivant le
raisonnement de l’exemple 1.6, que  =  = 05(98)
016 = 3063 N/m et que l’oscillation
q éq


aura une fréquence angulaire de  =  = 7826 rad/s.

(a) Comme on l’a vu à l’exemple 1.6, l’oscillation du bloc se fait autour de éq . La variable
0 donne la position par rapport à ce point et sa valeur, au moment où on lâche le bloc,
est donc 0 = 008 m.

Comme la vitesse initiale est nulle, il s’agit d’une situation similaire à celle qui est décrite

dans l’exemple 1.3 et pour laquelle on a déjà montré que la constante de phase équivaut

à= 2 rad. Ainsi, la position du bloc par rapport à éq sera décrite par
¡ ¢
0 () = 00800 sin 783 + 2 , où  est en mètres et  en secondes.

(b) Lorsque l’allongement du ressort correspond à  = 01 m, la variable 0 qui décrit


l’oscillation a pour valeur 0 =  − éq = 010 − 016 = −006 m. On trouve donc
¡ ¢ ¡ ¢
−006 = 008 sin 783 + 2 =⇒ sin 783 + 2 = −075
¡ ¢
La vitesse du bloc est proportionnelle à cos 783 + 2 ; or, puisque cos2  + sin2  = 1
alors
¯ ¡ ¢¯ q ¡ ¢
¯cos 783 +  ¯ = 1 − sin2 783 +  = 0661 de sorte que
2 2
¯ ¡ ¢¯
| | =  ¯cos 783 + 2 ¯ =⇒ | | = 0414 m/s

De plus, selon l’équation 1.5b, on obtient

 = − 2 0 =⇒  = +368 m/s2
q

E10. Sachant que la fréquence angulaire est de  = 
le rapport des fréquences d’oscillation
q
= 
2 en fonction des masses s’écrit ainsi : 12 = 1  Si 1 = 12 Hz pour 1 =  et
2

¡ ¢
si 2 = 09 Hz pour 2 =  + 50 × 10−3 g , le rapport des fréquences devient
q
+50×10−3 −3
12
09 =  =⇒ (1333)2 − 1 = 50×10  =⇒  = 643 × 10−3 kg
q
2
et puisque 1 = 21 = 2
1 
 =⇒  = (21 )  =⇒  = 366 N/m

E11. On donne  = 14 N/m et  = 003 kg, de sorte que


q q
 14
=  = 003 = 683 rad/s

6 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


On donne aussi  = 12 cm.

(a) Les équations générales pour la position et la vitesse du bloc sont

 () =  sin( + )

 () =  cos( + )

Si on insère  = −4 cm et la valeur de l’amplitude dans l’équation de la position, on


calcule
 −4 cm
 = sin ( + ) =⇒ sin ( + ) = 12 cm = − 13

Bien que l’instant  soit inconnu et qu’aucune information ne soit donnée sur la constante
de phase , on peut calculer le cosinus du même argument en faisant appel à l’identité
trigonométrique sin2 ( + ) + cos2 ( + ) = 1 :
p
cos ( + ) = ± 1 − sin2 ( + ) = ±09428

ce qui permet de calculer la vitesse du bloc :

 =  cos ( + ) = (683) (012) (±09428) =⇒  = ±0773 m/s

On obtient l’accélération du bloc au moyen de l’équation 1.5b :

 = − 2  = − (683)2 (−004) =⇒  = 187 m/s2

(b) Si  = 8 cm, on trouve


 8 cm 2
 = sin ( + ) =⇒ sin ( + ) = 12 cm = 3 =⇒
p
cos ( + ) = ± 1 − sin2 ( + ) = ±0745 =⇒

 =  cos ( + ) =⇒  = ±0611 m/s

 = − 2  =⇒  = −373 m/s2

E12. (a) et (b) Dans ces deux situations, on exprime la force propre à chaque ressort au moyen

de  soit la position du bloc. Ainsi, pour les deux ressorts, la composante de force porte
le même signe :
P
 = −1  − 2  =  =⇒ − (1 + 2 )  =  =⇒ − eff  = 

Dans cette expression, eff désigne la constante d’un ressort unique qui remplacerait les
deux ressorts actuellement fixés au bloc, ce que l’on désigne aussi par la valeur efficace
de la constante des deux ressorts. Puisque
q q
eff = 1 + 2 et que  = 2  eff
=⇒  = 2 
1 +2

(c) Pour ce système, on considère la somme des forces sur le bloc et sur le point de contact
entre les deux ressorts. On désigne par 1 et 2 l’allongement de chacun des ressorts et

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 7

© ERPI, tous droits réservés.


par  la position du bloc. La somme des forces sur le point de contact des deux ressorts
est nulle parce que la masse de ce point est nulle. On a 1 ou 2  0 lorsqu’un ressort est
étiré et 1 ou 2  0 lorsqu’un ressort est comprimé. Ainsi, quelle que soit la situation

considérée, on trouve, sur le point de contact des deux ressorts :


P
 = −1 1 + 2 2 = 0 =⇒ 1 1 = 2 2 (i)

D’autre part, seul le ressort 2 crée une force sur le bloc, ce qui donne
P
 = −2 2 =  (ii)

On cherche la valeur efficace des deux ressorts, de sorte que le côté gauche de (ii) corres-
pond à

−2 2 = −eff  (iii)

où  désigne la position du bloc et non l’étirement du ressort qui lui est attaché. Comme

 = 1 + 2 (iv)

on peut résoudre les équations (i), (iii) et (iv), pour eff et aboutir à
1 2
eff = 1 +2
q q
 (1 +2 )
Puisque  = 2 eff =⇒  = 2 1 2

E13. Le module de la vitesse tangentielle de la particule et la vitesse angulaire de son mouve-


ment circulaire sont liés par l’équation 11.5, t =  Comme t est constant,  le sera

aussi. En coordonnées planes polaires (voir la section 1.7 du manuel), la position de la par-
ticule selon chaque axe est donnée par  =  cos () et  =  sin ()  où  =  augmente
à un taux constant. Il s’ensuit que  =  cos () et  =  sin () ; on en conclut que

ces équations de trajectoire décrivent toutes deux des mouvements harmoniques simples
étant donné qu’elles ont la même forme que l’équation 1.2. =⇒ CQFD
q q
 32
E14. On donne  = 32 N/m et  = 005 kg, de sorte que  =  = 005 = 2530 rad/s, ce
2
qui permet de déduire que la période des oscillations est  =  = 2483 ms. On donne
aussi  = 02 m, et les équations de position et de vitesse sont
¡ ¢ ¡ ¢
 () =  sin  + 2 et  () =  cos  + 2
2
(a) À  = 02 on a  =  (02 ) = 04, et, sachant que  = 12 2 et  = 12 2  on
obtient
¡ ¡ ¢¢2 
= 
2  cos 04 + 2 = 2 ( cos (09))2 =⇒  = 579 mJ
¡ ¡ ¢¢2 
 = 2  sin 04 + 2 = 2 ( sin (09))2 =⇒  = 611 mJ

8 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


(b) On insère la valeur  = 2 dans l’équation de la position et on calcule

¡ 
¢ ¡ ¢
2 =  sin  + 2 =⇒ sin2  + 2 = 14

Ce qui implique, pour le cosinus du même argument, que


¡ ¢ ¡ ¢
cos 2  + 2 = 1 − sin 2  + 2 = 34

On remplace ensuite par ces deux fractions dans les équations de l’énergie cinétique et

de l’énergie potentielle. On obtient


¡ ¡ ¢¢
 2
= 2  cos  + 2 = 38  ()2 =⇒  = 480 mJ
¡ ¡ ¢¢2 1 2
 = 2  sin  + 2 = 8  =⇒  = 160 mJ

(c) La condition  =  implique que



¡ ¡ ¢¢
 2
¡ ¡ ¢¢2
2  cos  + 2 = 2  sin  + 2 (i)

Toutefois, si  = 2  l’équation (i) devient



¡ ¡ ¢¢
 2 2 ¡ ¡ ¢¢2
2  cos  + 2 = 2  sin  + 2 =⇒
¡ ¢ ¡ ¢
cos2  + 2 = sin2  + 2

Cette égalité est satisfaite pour toute valeur d’angle correspondant à un multiple impair

de la valeur 4 , soit 4  3 5
4  4 et ainsi de suite. Dans un langage mathématique concis, cette

condition s’écrit

 (2+1)
 + 2 = 4  où  ∈ N

Si on développe cette dernière égalité, on obtient


(2+1)  (2+1)−2 (2−1) 2 (2−1) (2−1)
 = 4 − 2 = 4 = 4 =⇒   = 4 =⇒  = 8

Avec  = 0 on obtient un temps négatif, que l’on doit exclure. Si on veut éviter cette
première réponse négative, on change le signe apparaissant dans la parenthèse et on écrit
(2+1)
= 8 = (2 + 1) · 310 ms, où  ∈ N

(d) On définit dans le logiciel Maple l’expression de l’énergie potentielle et de l’énergie ciné-

tique du bloc. On superpose ensuite le graphe de ces deux paramètres sur une période :

 restart:
 omega:=2*Pi/T;
 x:=A*sin(omega*t+Pi/2);
 vx:=diff(x,t);
 U:=’k*x^2/2’;
 K:=’m*vx^2/2’;
 k:=32; A:=0.2; m:=0.05; T:=2*Pi*sqrt(m/k);
 plot([K,U],t=0..T,color=[red,blue]);

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 9

© ERPI, tous droits réservés.


q q
 60
E15. On donne  = 60 N/m et  = 0080 kg, de sorte que  =  = 0080 = 274 rad/s et
l’amplitude du mouvement est  = 12 cm.

Sachant, selon l’équation 1.13 du manuel, que  +  =  = 12 2 , la condition  = 12 


implique que
1
¡1 ¢
2 +  =  =⇒  = 23  =⇒ 1
2 
2 = 2
3 2 
2
q
On en déduit que  = ± 23 .

En insérant cette condition pour  dans  () =  sin ()  on obtient


q ³ q ´
sin () = ± 23 =⇒  = arcsin ± 23

Le calcul de l’arcsinus avec la valeur positive du radical donne  = 09553 rad. Les trois
résultats suivants sont, en faisant croître la valeur de l’angle,  − 09553 = 2186 rad,
 + 09553 = 4097 rad et 2 − 09553 = 5328 rad.

Puisque  () =  sin () = (12 cm) sin (274)  on trouve

 = 980 cm à 1 = 349 ms et 2 = 798 ms

 = −980 cm à 3 = 150 ms; 4 = 194 ms

E16. On calcule directement avec  = 1012 Hz,  = 005 nm et  = 10−26 kg

(a)  = 2  =⇒  = 314 m/s

(b)  = max = 12  ()2 =⇒  = 493 × 10−22 J

(c) 2  = (2)2  =⇒ 2  = 197 × 1015 m/s2

(d)  = 2  = (2 )2  =⇒  = 0395 N/m

E17. L’équation de la position s’écrit  () = 02 sin (4 + 0771) et on donne  = 12 N/m. De
cette équation, on déduit que  = 4 rad/s et que  = 02 m.

(a) Au moyen de l’équation 1.9, on calcule


q

=  =⇒  = 2 = (4) 12
2 = 0750 kg

(b) Au moyen de l’équation 1.13, on obtient

 = 12 2 = 1
2 (12) (02)2 = 0240 J

(c) On cherche le premier instant où  = 12  . Si on insère cette condition dans l’équation


1.13, on obtient
1
¡ ¢
 +  =  =⇒ +  =  =⇒  = 23  =⇒ 12 2 = 23 12 2 =⇒ 2 = 23 2
2
q
Cette condition implique que  = ± 23  = ±08165, mais nous cherchons le premier
instant   0 pour lequel cette condition est respectée.

10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


Si  = −08165 alors  sin (4 + 0771) = −08165 ou encore que

sin (4 + 0771) = −08165 =⇒

(4 + 0771) = arcsin (−08165) = 4097 rad ou 5328 rad

Si  = 08165 alors  sin (4 + 0771) = 08165 ou encore que

sin (4 + 0771) = 08165 =⇒ (4 + 0771) = arcsin (08165) = 09553 rad ou 2186 rad

Puisqu’on cherche le premier instant positif, il faut retenir le troisième résultat, ce qui

donne
09553−0771
(4 + 0771) = 09553 =⇒  = 4 = 00461 s

(d) On calcule la position à l’instant fourni,

 = 02 sin (4(01) + 0771) = 01842 m

et on obtient l’accélération à partir de l’équation 1.5b :

 = − 2  = − (4)2 (01842) = −295 m/s2



E18. Si la masse du système passe de  à 0 =  + 2 = 32  on observe

(a) que, comme l’amplitude ne dépend pas de la masse, cela ne produit aucun effet

(b) que, comme l’énergie mécanique ne dépend pas de la masse, mais plutôt de l’amplitude
du mouvement, cela ne produit aucun effet

(c) que, comme la période dépend de la masse, on trouve


q q
0 0 0 2 0
 =  =⇒  = 3 =⇒  = 0816

(d) que, comme le déphasage ne dépend pas de la masse, cela ne produit aucun effet

E19. On donne  = 0050 kg et  = 4 N/m.

(a) La situation est décrite à l’aide de la figure suivante :

La partie A montre le bloc au moment initial, à un niveau tel que le ressort n’est pas étiré.

En accord avec la description de l’oscillation verticale d’un bloc faite à l’exemple 1.6 du
manuel, la partie B décrit la position 0 d’équilibre que prendrait le bloc s’il n’oscillait

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 11

© ERPI, tous droits réservés.


pas. Si le bloc se met à osciller, par exemple en le lâchant de la position A, cette position
 = 0 constitue le centre de l’oscillation. C’est pourquoi il est préférable d’utiliser une
autre variable, 0 , dont l’origine est en  = 0 , pour décrire l’oscillation.

Par rapport à cette nouvelle variable, la position initiale du bloc lâché en A est −0 et
on peut conclure que dans son mouvement vers le bas, le bloc va étirer le ressort jusqu’à
atteindre un point où 0 = 0  qui correspond à un étirement du ressort de  = 20 . C’est

ce que montre la partie C de la figure.


 (0050)(98)
Selon l’exemple 1.6, 0 =  = 4 = 01225 m, de sorte l’étirement maximal du
ressort sera de  = 2 (01225) = 0245 m

On peut aussi trouver la solution en considérant l’égalité entre l’énergie mécanique du


bloc exprimée au point de départ (i ) et au point le plus bas (f ). Si on utilise la variable

, qui correspond à l’étirement du ressort, on a i = 0 f = 12 2 +  (−) et


2
i = f =⇒ 0 = 12 2 −  =⇒  =  = 0245 m

Soit le même résultat que nous avions trouvé plus haut.

(b) Le temps mis par le bloc pour atteindre le point le plus bas correspond à la moitié de la

période du mouvement d’oscillation qui s’amorce. Au moyen de l’équation 1.10, on trouve


p
∆ = 12  =   =⇒  = 0351 s

E20. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.3 et de l’exercice 6.


2 
On donne  = 09 s, donc  =  = 6981 rad/s. À  = 0  =  = 8 cm =⇒  = 2

L’expression de la position en fonction du temps est alors


¡ ¢ ¡ ¢
() =  sin  + 2 = 008 sin 6981 + 2
¡ ¢
(a) À  = 12 s,  = 008 sin 6981 (12) + 2 = −00400 m
¡ ¢ ¡ ¢ q ¡ ¢
(b) À  = −005 m, sin  + 2 = − 58 =⇒ cos  + 2 = ± 1 − sin2  + 2 =⇒
¡ ¢
cos  + 2 = ±07806 et, selon l’équation 1.3
¡ ¢
 =  cos  + 2 = (008) (6981) (±07806) = ±0436 m/s

(c) Au moyen de l’équation 1.5b, à  = −005 m, on obtient  = − 2  = 244 m/s2

(d) Lorsque  = 0 on trouve l’énergie mécanique au moyen de la vitesse maximale :

 = 12  ()2 = 935 mJ

E21. Pour un bloc attaché à un ressort, l’énergie mécanique s’exprime comme suit, quels que
¡  ¢¡ 2 ¢
soient  et  :  = 12 2 + 12 2 = 12 2 =⇒ 2 =   − 2 =⇒

12 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.



 = ± 2 − 2 =⇒ CQFD
q q
 98
E22. Pour un pendule simple, on a  =  = 08 = 35 rad/s.

À  = 0 on donne  ( = 0) = 015 rad, et la vitesse tangentielle a pour valeur


¡ ¢
t =  
 =0 = +60 cm/s

L’équation 11.5 du manuel associe la vitesse tangentielle du pendule à la vitesse angulaire

de son mouvement :
¡  ¢ t 060
 =0 =  = 080 = 075 rad/s.

Si 0 représente l’amplitude angulaire du mouvement, les équations donnant la position


et la vitesse angulaires s’écrivent comme suit :
()
 () = 0 sin ( + ) =⇒ 0 = sin ( + ) (i)
 1 
 = 0 cos ( + ) =⇒ 0  = cos ( + ) (ii)

(a) On divise (i) par (ii) en posant que  = 0 afin d’isoler  :


³ ´
sin  (=0) 35(015)
cos  =  =⇒  = arctan 075 =⇒  = 0611 rad ou 3753 rad
(  )=0
¡  ¢
Comme  ( = 0) et  =0 sont positifs, on en déduit que le sinus et le cosinus des
équations (i) et (ii) doivent être positifs et que  doit se situer dans le premier quadrant,

soit  = 0611 rad

D’après l’équation (i), on obtient


(=0) (=0) 015
sin  = 0 =⇒ 0 =  = 0573 =⇒ 0 = 0262 rad

(b) Avec  = 004 kg, on calcule l’énergie mécanique pour t = 06 m/s et

 ( = 0) = 015 rad, ce qui donne


³ ´
(06)2
 = 12 t2 +  (1 − cos ) = 004 2 + 98 (08) (1 − cos (015)) = 107 mJ

(c) À la hauteur maximale, on pose t = 0 dans  = 12 t2 +  =⇒

 = 274 cm
q

E23. Pour un pendule composé, la période est  = 2   où, pour une règle ( = 1 m), le
1 2
moment d’inertie  s’obtient par le théorème des axes parallèles  = 12  + 2 

(a) Lorsque le pivot passe par l’extrémité avec  = 2 , on trouve


q
1
 = 12 2 + 2 = 0333 =⇒  = 2 0333  
= 164 s
2

(b) Lorsque le pivot passe par  = 060 m avec  =  − 2 = 010 m on obtient


r
1 00933
 = 12 2 + 2 = 00933 =⇒  = 2  = 194 s
(− 2 )

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 13

© ERPI, tous droits réservés.


E24. Pour un disque homogène de masse  et de rayon  la période du pendule composé
équivaut à
q q

 = 2  où  = 32  2 =⇒  = 2 3
2

E25. Pour un pendule à torsion formé d’un disque dont  = 12  2  on calcule directement la
fréquence :
p q q
1 1 2 1 2(2)
 = 2  = 2  = 2(005) 01 = 201 Hz
1 2
E26. Pour un pendule à torsion formé d’une tige dont  = 12    on calcule directement la

fréquence :
q q q
01
 = 2  = 2 12

= 2(05) 12(25) = 0181 s
q q
  98
E27. On calcule directement pour 0 = 20◦ = 9 rad et  =  = 04 = 495 rad/s, ce qui
permet d’obtenir
q q
(a)  = 2  = 2 04 98 = 127 s
¡  ¢ ¡ ¢
(b)  max = 0  tmax =   
 max =  0 = 04 (495) ( 9 ) = 0691 m/s

(c)  = 12 t2max = 12 (005) (0691)2 = 119 mJ



E28. Puisque  ∝  pour une même constante de torsion, le rapport des périodes s’établit
comme suit :
q q
2 2 4 05+
1 = 1 =⇒ 3 = 05 =⇒  = 0389 kg·m2
√ √
E29. Puisque  ∝  ∝    où  = 12 1
 2 , et sachant que 2
1 = 1
2 et que 2
1 = 2 on
obtient
q √
2 2 2 1 √1
1 = 1 1 = 2 2=
où 1 = 09 s =⇒ 2 = 0636 s
2
q
E30. (a) On calcule directement  sachant que  = 2 
2
Pour  = 20 s, on trouve  = 42 = 2 = 0993 m
√ q
(b) Puisque  ∝  et 12 = 6 on obtient 2 = 1 12 = 490 s

E31. La position angulaire initiale doit être exprimée en radians, soit 0 = 30◦ = 0524 rad, et
q q
la fréquence angulaire équivaut à  =  = 98 08 = 35 rad/s.
2
(a)  =  = 180 s

(b) Ce mouvement est similaire à celui d’un bloc qu’on lâche à l’instant initial comme à

l’exemple 1.3 : la position initiale correspond à l’amplitude, et la constante de phase à


 = 2 , de sorte que
¡ ¢ ¡ ¢
 () = 0 sin  + 2 = 0524 sin 350 + 2 , où  est en radians et  en secondes.

14 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


(c) On obtient l’énergie mécanique au moyen de l’équation 1.13, où le terme correspondant
à l’énergie potentielle gravitationnelle est nul lorsque la masse se trouve au point le plus
bas de sa trajectoire. En ce point, le module de la vitesse tangentielle de la masse est

maximal et correspond à 0 . Ainsi, on trouve  = 12 2 = 12  (0 )2 = 215 mJ


¡ ¢
(d) À () = 15◦ = 20 , on a sin  + 2 = () 1
0 = 2 =⇒
¡ ¢ q ¡ ¢ ¡ ¢
cos  + 2 = ± 1 − sin2  + 2 =⇒ cos  + 2 = ±0866
¯ ¯ ¯ ¡ ¢¯
On calcule alors t =  ¯  ¯ ¯
 =  0 cos  + 2
 ¯
= 127 m/s
2
E32. Comme  = 2 s,  =  =  rad/s, et la position angulaire du pendule est donnée par

 () = 0 sin ( + ) = 0 sin ( + ) où 0 = 20◦ = 9 rad. Dans cet exercice, la valeur
de la constante de phase n’a pas d’importance : on cherche le délai en temps entre deux
positions et non le moment précis où une position angulaire est atteinte. On pose donc
 = 0 et  () = 0 sin (). Avec une telle constante de phase, le pendule est au point le
plus bas lorsque  = 0 s.
0 1  1
Quand il atteint () = 10◦ = 2 , on a sin () = 2 =⇒  = 6 rad =⇒  = 6 s

Comme le mouvement est symétrique, le temps requis pour passer de −10◦ à 10◦ est
2 = 0333 s
2(024)
E33. (a)  = 06= 08 s =⇒  = 2  = 785 rad/s
¡ ¢
(b) max =  2  = 0150 (785)2 (012) = 111 N

(c)  = 785 (012) = 0942 m/s


2 2
E34. (a)  =  = 5 = 0400 s

(b)  = 0250 m

(c) 4 rad

(d)  = 5 (025) = 393 m/s

(e) 2  = (5)2 (025) = 617 m/s2


¡ ¢
E35. (a)  = 025 sin 5 (02) + 4 = −0177 m
¡ ¢
(b)  =  cos 5 (02) + 4 = −278 m/s

(c)  = − 2  = − (5)2 (−0177) = 437 m/s2

E36. (a)  = 016 sin (8 (01) + 598) = 763 × 10−2 m

(b)  = 8 (016) cos (8 (01) + 598) = 113 m/s


¡ ¢
(c)  = − 2  = − (8)2 763 × 10−2 = −488 m/s2

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 15

© ERPI, tous droits réservés.


E37. (a)  = 2 et 2  = (2)2  =⇒  = 704 × 10−2 m et  = 4 = 0282 m

(b)  = (2 )  = 0531 m/s


2  90
E38. (a)  = 125 m/s et  2  = 90 m/s2 =⇒  =  = 125 =⇒  = 720 rad/s et
125
=  =⇒  = 0174 m

(b)  = 12 2 + 12 2 = 12 2 et  =  2 =⇒  = 0907 m/s


2
E39. (a)  = 120 cm et  = 2 (06) = 12 s =⇒  = 12 =⇒  = 524 rad/s

(b)  = 0628 m/s

(c) 2  = 329 m/s2


2  090
E40. (a)  = 015 m/s et 2  = 090 m/s2 =⇒  =  = 015 =⇒  = 600 rad/s =⇒
2
 =  = 105 s
015
(b)  =  =⇒  = 250 cm

E41. (a)  = (2 )  = 0314 m/s

(b)  2  = 987 m/s2

E42. (a)  = (2 )  = 221 m/s

(b)  2  = 611 × 103 m/s2


2 2
E43. (a)  =  = 04 = 157 rad/s et  2  = 28 m/s2 =⇒  = 0113 m

On insère  = 0 s et  =  2  dans l’équation 1.4, ce qui permet d’obtenir

−2  sin () = 2  =⇒ − sin () = −1 =⇒  = 3 2 rad


¡ ¢
(b)  = 0113 sin 157 + 3
2 , où  est en mètres et  en secondes.

E44. (a) On pose  =  = 008 m dans  = 008 sin (515), de sorte que

1 = sin (515) =⇒ arcsin(1) = 2 = 515 =⇒  = 0305 s

(b) Si  =  = (008) (515) dans  = (008) (515) cos (515) alors 1 = cos (515).

Toutefois, comme on veut le premier instant pour lequel   0, on exclut le résultat

arccos(1) = 0. De sorte que arccos(1) = 2 = 515 =⇒  = 122 s

(c) Avec  = 2 = (008) (515)2 dans  = − (008) (515)2 sin (515) on obtient
3
−1 = sin (515) =⇒ arcsin(−1) = 2 = 515 =⇒  = 0915 s

E45. (a) La période ne change pas.


¡  ¢12 ¡  ¢12
(b)  =  et  = 2
 = 2  =⇒
³ 0 ´12 ¡ ¢ ¡ ¢ ³ ¡  ¢12 ´ ¡ 12 ¢
12
 0 = 2  = 2 2  = 2 12 2  = 2  = (2)12 (25) = 354 s
¡ ¢12 ¡  ¢12
(c)  0 = 2  0 = 2 2 = 12 = 25 12 = 177 s
(2) (2)

16 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


E46. Selon l’exemple 1.6, il existe une relation simple entre la position 0 d’équilibre du ressort
et sa constante  :
0  0025(98)
0  = 0 =⇒  = 0 = 016 = 153 N/m
2 2
Pour un bloc de masse  = 0040 kg, on obtient  =  = 12 = 102 s
(  )
056 ¡  ¢12 
E47.  = 056 m/s =⇒  = 016 = 35 rad/s et  =  =⇒  = 2
= 0200 kg

E48. On donne  = 019 kg, 0 = −225 cm et 0 = 0. Comme la vitesse initiale est nulle,
on peut déduire facilement que l’amplitude du mouvement est  = |0 | = 0225. À partir
de sa position initiale, le bloc va accélérer, passer au centre et se rendre jusqu’en un
point où  = . Ce n’est qu’à ce moment que sa vitesse redeviendra nulle. Il se sera
écoulé un temps  = 035 s qui correspond à la moitié d’une période. On conclut donc
que  = 2(035) = 070 s.

(a) Au moyen de l’équation 1.10, on calcule la constante du ressort :


p ¡ 2 ¢2 ³ ´2
 = 2  =⇒  =   = 2
070 (019) = 153 N/m

(b) Toujours au moyen de l’équation 1.10, on calcule la fréquence angulaire :


2 2 2
 =  =⇒  =  = 070 = 898 rad/s

On calcule ensuite le module de la vitesse maximale du bloc :

 = (898) (0225) = 202 m/s

(c) 2  = (898)2 (0225) = 181 m/s2


p l  05(98)
E49. D’après l’exemple 1.6, on trouve pl  = 0 =⇒  = 0 = 014 = 350 N/m

Si on ajoute le poisson (po) sur le plateau (pl), on obtient


  
2 = p l +p o =⇒ (pl + po ) = 2 = (2 )2
= 0807 kg =⇒ po = 0307 kg

E50. (a)  = 2 = 880 rad/s et  = 029 m/s =⇒  = 330 cm

(b)  =  2 = 002(880)2 = 155 N/m


4
(c)  = 185 cm/s
40
E51. (a)  = 4 = 10 cm et  2  = 36 m/s2 =⇒  = 6 rad/s

Puisque  = + lorsque  = 0, la constante de phase est  = 2 comme dans l’exemple


¡ ¢
1.3, et la position du bloc est donnée par  = 0100 sin 600 + 2 , où  est en mètres

et  en secondes.
¡ ¢ ¡ ¢
(b)  = 0100 sin 600 + 2 = 0 =⇒ 600 + 2 =  =⇒  = 0262 s
60
E52. La distance totale parcourue durant un cycle est 4 =⇒  = 4 = 015 m.

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 17

© ERPI, tous droits réservés.


2
De même, puisque  = 2 s =⇒  =  =  rad/s.

Si on insère  = 0 dans l’équation 1.2, on obtient  =  sin  = 0 =⇒  = 0 ou 

Toutefois, au même instant  =  cos  et l’énoncé de la question précise que cette


vitesse est négative. On choisit donc  =  de sorte que

 = 0150 sin ( + ) , où  est en mètres et  en secondes.

E53. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.5 et de l’exercice 7. À  = 0


 =  sin  = 015, et  = 6 cos  = 13; donc

(a)  = 0264 m

(b)  = 0606 rad

E54. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.3 et de l’exercice 6.

(a)  = −2  = 85 m/s2 =⇒  = 5 rad/s

À  = 0  =  =⇒  = 2 et
¡ ¢
 = 0340 sin 500 + 2 , où  est en mètres et  en secondes.

(b)  = 5 (0340) = 170 m/s


¡ ¢ ¡ ¢
(c)  = 170 cos 5 + 2 = 170 =⇒ cos 5 + 2 = 1 =⇒ 5 + 
2 = 0 ou 2 On choisit
2 pour que l’instant trouvé soit positif, et  = 0943 s

E55. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.3 ou de l’exercice 6. Comme


dans ces deux situations, le bloc est relâché à l’instant initial ( = 0), ce qui implique que
0 = , 0 = 0 et entraîne que la constante de phase prend la valeur  = 2 .
2
On donne  = 061 s, de sorte que  =  = 103 rad/s. La position du bloc, à l’instant
, est

 =  sin(103 + 2 ) =  cos(103)

Et vitesse est donnée par



 =  = − sin(103)

Mais à  = 005 s,  = − sin(103) = −0964 m/s =⇒  = 0190 m


q
E56. (a)  = − 2  =⇒  = −(−405)
2 = 450 rad/s

(b) Puisque  =  2 dans l’équation 1.13, on obtient


1 2
2 
2 + 12 2 = 12 2 =⇒ 2 + 2 = 2 =⇒  = 268 cm

E57. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.5 et de l’exercice 7. À  = 0


 =  sin  et  =  cos . Pour chaque cas, on considère la valeur de  et le signe de

18 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


la vitesse.

(a)  =  sin  =  =⇒ sin  = 1 =⇒  = 2
3
(b)  =  sin  = − =⇒ sin  = −1 =⇒  = 2

(c)  =  sin  = 0 =⇒  = 0 ou  Mais   0 =⇒ cos   0 =⇒  = 


 1  5
(d)  =  sin  = 2 =⇒ sin  = 2 =⇒  = 6 ou 6  Mais   0 =⇒

cos   0 =⇒  = 6
 1  5
(e)  =  sin  = 2 =⇒ sin  = 2 =⇒  = 6 ou 6  Mais   0 =⇒
5
cos   0 =⇒  = 6

E58. (a) 12 2 = 12 2 = 9 mJ =⇒  = 490 cm


p
(b) Le temps de contact est 2 =   = 0257 s

E59. (a) La variable 0 représente la position d’équilibre lorsque le bloc de masse inconnue  est
accroché au ressort. Selon l’exemple 1.6,  = 0  Si on accroche le second bloc de

0050 kg, la nouvelle position d’équilibre est donnée par

( + (0050 kg) ) =  (0 + 038 m)


(0050 kg)
Si on combine les deux équations, on arrive à  = 038 m = 129 N/m
p  2
(b)  = 2   =⇒ 1 = 4 2 = 00209 kg

E60. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.5 et de l’exercice 7. On donne


¡  ¢12
=  = 112 rad/s. À  = 0  = − =⇒ sin  = −1 =⇒  = 3 2 
3
 = 00500 sin(112 + 2 ) , où  est en mètres et  en secondes.

E61. (a)  = − 2  = −197 m/s2

(b) Si  = 008 sin (2) = 005 et que sin2  + cos2  = 1 =⇒ cos (2) = ±07806 =⇒

 =  cos (2) = ±0392 m/s

E62. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.5 et de l’exercice 7. À  = 0


3
 = − =⇒ sin  = −1 =⇒  = 2

On donne la vitesse lorsque  = 0 c’est-à-dire lorsqu’elle est maximale; donc


3
 = 90 cm/s =⇒  = 6 rad/s, et  = 0150 sin(600 + 2 ) , où  est en mètres et 
en secondes.

E63. On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.5 et de l’exercice 7.


q

(a) On donne  =  = 433 rad/s. À  = 0  =  sin  = 0 =⇒  = 0 ou  Comme
 =  cos   0 =⇒  = 0 =⇒  = 0150 sin(433) , où  est en mètres et  en

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 19

© ERPI, tous droits réservés.


secondes.

(b) 1 = 0150 sin(4331 ) = 002 =⇒ 1 = 309 ms et

2 = 0150 sin(4332 ) = 012 =⇒ 2 = 2142 ms =⇒ ∆ = 183 ms

E64. (a) On assimile les trois molécules à des systèmes bloc-ressort. On suppose que pour les trois
q

molécules, la valeur effective de  est à peu près la même dans l’équation  =   La

fréquence angulaire d’oscillation ne dépend alors que de la masse  de la molécule. À


partir d’un tableau périodique, il est facile de voir que :

C=O   C=N   C=C

E65. (a)  = 12 2 = 04 J =⇒  = 200 N/m


2 
(b)  =  = 785 rad/s =⇒  = 2
= 0324 kg
2
E66. =  = 126 rad/s,  = 2 = 316 N/m

 = 12  2 + 12 2 = 362 mJ et  = 12 2 =⇒  = 479 cm

E67. (a)  = 12 2 = 02 J =⇒  = 100 cm

(b) Lorsque l’amplitude est nulle,  = 12  ()2 = 02 J =⇒  = 183 m/s

(c)  = 12 2 + 12 2 = 02 J =⇒  = 702 cm


¡  ¢2
(d)  2  =   = 333 m/s2
2
E68. (a)  =  = 524 rad/s =⇒  =  2 = 219 N/m =⇒  = 12 2 = 158 mJ

(b)  = 0628 m/s

(c)  = 12 2 + 12 2 = 158 mJ, à  = 006 m =⇒  = 0544 m/s

E69. (a)  =  2 = 864 N/m,  = 12 2 = 0249 J,

 = 12 2 + 12 2 = 0249 J =⇒  = ±271 m/s

(b)  = 12 2 + 12 2 = 0249 J =⇒  = ±0205 m

(c)  = 0249 J
2
E70. (a)  =  = 140 rad/s =⇒  =  2 = 156 N/m =⇒  = 12 2 = 0344 J =⇒

 = 0210 m

(b)  = 293 m/s

(c)  = 12 2 + 12 2 = 0344 J =⇒  = 258 m/s

E71. (a) Lorsque l’amplitude est nulle,  = 12  ()2 = 018 J =⇒  = 0230 kg

(b)  = 12 2 = 018 J =⇒  = 184 N/m



(c)  = 125 m/s =⇒  = 893 rad/s =⇒  = 2 = 142 Hz

20 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


(d)  = 12 2 + 12 2 = 018 J =⇒  = ±108 m/s

E72. (a)  = 12  ()2 = 022 J et  =  2 = 1956 N/m =⇒  = 930 g

(b)  = 218 m/s

(c)  =  − 12 2 = 0185 J

(d)  =  − 12 2 = 0153 J

E73. (a)  = 12 2 + 12 2 = 121 mJ

(b)  = 12 2 = 121 J =⇒  = 695 cm

(c) Lorsque l’amplitude est nulle,  = 12  ()2 = 121 mJ =⇒  = 634 cm/s

E74. (a)  = − 2  =⇒  = 137 rad/s



(b)  2 =  =⇒  = 0192 kg

(c)  = 12 2 + 12 2 = 461 mJ


2
E75. (a) 2  = 77 m/s2 =⇒  =  = 981 rad/s =⇒  = 0640 s

(b)  =  2 = 722 N/m =⇒  = 12 2 = 231 mJ

E76. (a) cos (47 + 605) = 1 =⇒ 47 + 605 = 0 =⇒   0

Toutefois, on aura de nouveau cos (47 + 605) = 1 lorsque 47 + 605 = 2 ce qui

implique que  = 489 ms

(b) L’accélération est maximale et positive lorsque


3
 = − =⇒ sin (47 + 605) = −1 =⇒ 47 + 605 = 2 =⇒   0
7
Comme en (a), on aura de nouveau sin (47 + 605) = −1 lorsque 47 + 605 = 2  ce
qui implique que  = 105 s

E77. (a) On suit un raisonnement similaire à celui de l’exemple 1.3 et de l’exercice 6.


q

On donne  =  = 20 rad/s. À  = 0  =  =⇒  = 2

L’expression de la position en fonction du temps est alors


¡ ¢
 =  sin 20 + 2 ou encore  =  cos (20) =⇒  = − sin(20)

À  = 005 s,  = − sin(20 (005)) = −069 m/s =⇒  = 00410 m

(b)  = 12 2 = 202 mJ


¡1 ¢
E78. (a) Si  = 12  =⇒  = 14 max = 14  =⇒  = 34  = 3
4 2 
2 =⇒
1 2
¡
3 1 2
¢
2  = 4 2  =⇒  = ±173 cm

(b) Si  =  =⇒  = 12  =⇒ 2 = 12 2 =⇒  = ±141 cm
q 2
E79.  = 2  et  = 198 s = 238 s =⇒  = 4 2 = 980 m/s2

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 21

© ERPI, tous droits réservés.


q
  2
E80.  = 2  et  = 200 s =⇒  = 4 2 = 0993 m
q 2
E81.  = 2 
 =⇒  = 
42
= 226 × 10−3 kg·m2
q r q
2

E82.  = 2  = 2 3  =⇒  = 2 2 3
(2) q
0
Pour un pendule simple,  = 2   de sorte que 0 = 2 3 = 0800 m
¡ ¢2 ¡ ¢2 5
E83.  =  4 +  3 = 8 2
q
4 r q
q ( 58 2 )
  5
 = 2  = 2 2  = 2 2 = 2 4 = 203 s
(4) ( 4 )
E84. Selon la conservation de l’énergie mécanique, 12 max 2 =  (1 − cos 0 ) =⇒
q
2
max = 2 (1 − cos 0 ) =⇒  = 0389 m =⇒  = 2  = 125 s

E85. (a) Selon la conservation de l’énergie mécanique, 12 max


2 =  (1 − cos 0 ) =⇒
2
max = 2 (1 − cos 0 ) =⇒ 0 = 0353 rad
q
(b)  =  = 374 rad/s et  = 0 sin () 0353 sin (374) = 02 =⇒  = 0161 s
q
2 2
E86. 1 = 1 = 1125 De plus, 2 = ( + 1) 1 =⇒  = 8 et  = 2 = 145 s

E87.  2 = (2 )2 = 


 =⇒  = 1282  D’après le thérorème des axes parallèles, on a
2
= 12 +  2  et on combine les deux expressions pour obtenir
2
1282  =  2 1 2
12 +   =⇒ 0 = 12 +  − 1282 =⇒  = 687 cm
q
 2
E88.  = 2   et au moyen du théorème des axes parallèles, on trouve  = 2 +  2 
de sorte que  = 115 s

Problèmes
q q
 32
P1. On a  =  = 05 = 8 rad/s.

L’énergie cinétique initiale du bloc correspond à l’énergie cinétique maximale du système

bloc-ressort, soit

max = 12 2 = 1
2 (05) 22 = 1 J

La conservation de l’énergie mécanique implique que


q
 = max =⇒ max = 12 2 =⇒  = 2max = 025 m

Étant donné les conditions initiales 0 = 0 et 0  0 et au moyen d’un raisonnement


similaire à celui de l’exemple 1.5, on déduit que

 = 0250 sin(800 + ) , où  est en mètres et  en secondes.

P2. La pièce cessera d’être en contact avec le piston si la valeur maximale de l’accélération
dépasse le module de l’accélération de chute libre  Avec  = 010 m et  = 2 , on

22 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


q √
1  1
aura au point critique 2  =  =⇒  = 2  = 2 98 = 158 Hz

P3. Le raisonnement qu’il faut suivre ici est similaire à celui de l’exemple 1.6. On utilise un
axe des  positifs vers le bas. L’origine de l’axe se situe à l’extrémité libre de la corde,
avant qu’on y attache le bloc. Ainsi, la position verticale du bloc et l’étirement du ressort

sont décrits par la même variable  =  0 + 0  Dans cette somme, 0 =  , représente
la position d’équilibre du bloc et 0 est l’écart par rapport à ce point. Comme l’énergie

mécanique est conservée dans ce système, on calcule

∆ = f − i = 0 =⇒

∆ = 12 2 + 12  2r + 12  ( 0 + 0 )2 −  ( 0 + 0 )

Mais comme r =  et  = 12  2  on trouve
¡ ¢ 2 1 2
∆ = 12  +  0 0
2  + 2  ( + 0 ) −  ( + 0 ) (i)
 (∆)
L’énergie mécanique reste constante dans le temps, donc  = 0 =⇒  =0
0 
Si 0 =  et qu’on se rappelle que  =  et que  =   la dérivée de l’équation
(i) donne
¡ ¢
+  0
2   +  ( + 0 )  −  =⇒
¡ ¢
+  0
2  +  = 0 =⇒  = − +  
 0 (ii)
2

Si on compare l’équation (ii) avec l’équation 1.7, on en déduit que la fréquence angulaire
d’oscillation de ce système est
q
2 2
 2 = +2 =⇒  = +2 =⇒ CQFD

P4. La fréquence angulaire du système formé des deux blocs et du ressort est
q q
 20
 = + = 5+1 = 1826 rad/s.
P P
À l’aide de  et de   on trouve, pour le module de l’accélération du bloc ,

 = s 

Comme  = 04 m, la valeur maximale de ce module est


2 
max = 2  = s  =⇒ s =  = 0136

P5. (a) La situation est identique à celle d’un pendule simple, et on le vérifie en partant de
 =  :
2
− ( sin )  = 2 2 (i)
2 
Mais, comme sin  ≈  (i) devient −   = 2
 qui possède la même forme que l’équation
1.5a =⇒ CQFD

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 23

© ERPI, tous droits réservés.


q
 
(b)  2 =  =⇒  = 2 

P6. (a) La force de rappel vient du poids de l’eau sur une hauteur 2. Si on considère un axe des
 parallèle au volume d’eau, on a

 = − = − (2) 

Cette composante de force agit sur la masse totale d’eau contenue dans le tube, soit
 =  :
P 2 2  2  2
 = − =   =⇒ − (2)  =  =⇒ −   = 2
=⇒ 2
+   =0

Ce dernier résultat possède la même forme que l’équation 1.5a =⇒ CQFD


q
2 
(b)  2 =  =⇒  = 2 2

P7. En posant égale à zéro la dérivée de l’équation 1.29a par rapport à  e  on trouve le
maximum : Ã !
 e  1
e =  e
q
2 2
=⇒
(20 −2e ) +( 
 )
e
à ! à 2
!
e
2 2 e
2( − )(−2e )+2(  )(  ) 
2( 2e −20 )+  2

e =  − 12 ³0 e 2
´32 = − e e ³
´32 =0 
e 2 2 e 2
(20 −2e ) +( 
 ) (20 −2e ) +( 
 )
Si on exclut la possibilité que  e = 0 ou que  e −→ ∞ cette égalité n’est vraie que si le
numérateur de l’expression entre parenthèses est nul :
¡ ¢ 2 2
2 2e − 20 + 2 = 0 =⇒  2e =  20 − 2 2 =⇒ CQFD

P8. À l’équilibre, le poids du bloc égale le poids du volume d’eau déplacée par la partie im-
P
mergée du bloc (principe d’Archimède), et  = 0 Pour un déplacement hors équilibre
de  vers le bas, une force de rappel résultante B agit sur le bloc B. Cette force de

flottaison est égale au poids du volume supplémentaire d’eau déplacée et dépend de 


comme dans le cas du mouvement harmonique simple, soit B = −f . Cette force
agit sur tout le bloc de masse B = B  de sorte que
P 2 f  2 
 = B = B  =⇒ − f  = B 2 =⇒ − B   = 2
 qui possède

la même forme que l’équation 1.5a =⇒ CQFD



P9. (a) Chaque élément infinitésimal de ressort possède une longueur  et une masse  =  

On suppose que la vitesse de cet élément est proportionnelle à la position  évaluée à


partir de l’extrémité fixe. Si le module de la vitesse du bloc est  la vitesse selon 
d’un élément de ressort sera 0 = ±   L’énergie cinétique d’un élément infinitésimal du
ressort est

24 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢ ¡  ¢2 1 2 2
 = 1
2 () (0 )2 = 1
2    = 2 3  

et l’énergie cinétique totale du ressort


R 2 R

 =  = 12  3 2  =⇒  = 16  2 =⇒ CQFD
0 0
(b) On calcule l’énergie mécanique  du système formé du ressort et du bloc :
¡ ¢ 2 1 2
=  
2 + 6  + 2 

Puisque l’énergie mécanique est constante et que  = 


 , on trouve
¡¡  ¢ 2¢ q
   2   + 
 = 0 =⇒  2 + 6  = 0 =⇒ 2
+ +   = 0 =⇒  = 2 
3
3

P10. (a) Au moyen de l’équation  = − on trouve [] = M2 L2 T−2 ; les unités sont donc des

Nm/rad

(b) En se servant de l’analyse dimensionnelle, on obtient


¡ ¢ ¡ 2 2 −2 ¢
 =    =⇒ [ ] = ML2 M L T =⇒ 1 = −2 et 0 =  +  =⇒
q
 = − 12 et  = 12 =⇒  ∝ 

P11. On calcule directement avec l’argument  en radians, et on obtient



(a)  = 15◦ = 12 rad =⇒  = 100430 s

(b)  = 30◦ = 6 rad =⇒  = 101738 s

(c)  = 45◦ = 4 rad =⇒  = 103963 s

(d)  = 60◦ = 3 rad =⇒  = 107129 s

(e) Dans le logiciel Maple, on pose l’équation du problème et on la résout comme suit

 restart:
 solve((9/64)*(sin(theta/2.0))^4=0.01,theta);

 = 0403 rad

(f) On pose l’équation du problème et on la résout comme suit

 solve((1/4)*(sin(theta/2.0))^2=0.01,theta);

 = 109 rad

P12. (a) Pour un bloc attaché à un ressort vertical, l’énergie mécanique s’exprime en fonction de
, la position du bloc par rapport au point où se trouvait l’extrémité du ressort avant

qu’on y attache le bloc. Si on suppose que l’axe des  positifs est orienté vers le bas,
comme dans l’exemple 1.6, on obtient
1
 =  + res +  =⇒  = 2
2  + 12 2 − 
 2
(b)  = 0 =⇒  2 +  −  = 0 (i)

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 25

© ERPI, tous droits réservés.



Soit 0 =  − 0  où 0 =  correspond à la position d’équilibre du bloc. Avec ce
changement de variable, l’équation (i) devient
2 0
 2 + 0 = 0 qui correspond précisément à celle d’un mouvement harmonique par
rapport à 0 =⇒ CQFD

P13. (a) La force gravitationnelle est  =   dirigée vers le centre de la Terre. On la projette
le long du tunnel, c’est-à-dire le long de l’axe des  de la figure 1.38, ce qui donne

 = − 
 sin  où sin  =

Puisqu’il s’agit de la seule force agissant sur la particule de masse , on a


P 2 
 = −  
 =  =⇒ 2 +   = 0 qui possède

la même forme que l’équation 1.5a =⇒ CQFD


q
(b)  2 =  =⇒  = 2  ≈ 844 min

P14. (a) Lorsqu’on applique  =  à cette tige, pour laquelle  = 13  2 , on trouve


2 2
(i) − ()  =  2 = 13  2 2  où  est l’allongement du ressort. L’équation associant
 à  s’obtient en considérant que  ≈ , dans la mesure où il s’agit de faibles déviations

angulaires. Si on insère cette approximation dans (i), on obtient


2 2 2 
− ()  = 13  2 2 =⇒ − = 13  2 =⇒ 2
+ 3
 = 0 qui possède

la même forme que l’équation 1.5a =⇒ CQFD


q
3
(b)  2 =  =⇒  = 2  3

P15. (a) La fréquence angulaire amortie est donnée par


q r
0 2
¡  ¢2 q  ¡  ¢2 420
³
0133
´2
 = 0 − 2 =  − 2 = 0600 − 2(0600) = 8366 rad/s et
2
 = 0 = 0751 s

(b) La diminution de l’amplitude est déterminée par le facteur − 2  Au bout d’une période
 l’amplitude a diminué de
 0133(0751)

1 − − 2 = 1 −  = 00799 ou 799 %
2(0600)

q

(c) On obtient le mode critique si  = 2 0 = 2  =⇒
¡ ¢2 ³ ´2
 = 1 2 = 420
1 0133
2 = 0105 g

P16. (a) On donne  = 0500 kg et  = 10 N/m. Selon le problème 15, la diminution de l’amplitude

au bout d’une période est donnée par


 
− 2(0500) 0105
1 − − 2 = 010 =⇒  = − = 090 =⇒  = 

D’autre part, la fréquence angulaire amortie est associée à la période, ce qui donne

26 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


q r ³ ´2
2 
¡  ¢2 10  2
p
0 =  =  − 2 = 0500 − 2(0500) =⇒ 0105 = 20 −  2 =⇒
20
3581 2 = 20 −  2 =⇒  2 = 3582 =⇒  = 00747 kg/s
2 2 2(00747)
(b)  0 =  = 0105 =⇒  0 = 0105 = 447 rad/s

P17. Pour ne pas alourdir la démonstration, on pose que  = 0 La position en fonction du


−
temps est donnée par  = 0  2 sin(0 ); l’énergie potentielle du système a donc pour
expression
−
res = 12 2 = 12 20   sin2 ( 0 )

On a besoin de l’expression de la vitesse pour obtenir celle de l’énergie cinétique. Comme



 =  
alors
³ −
´ − −
 
 =  0  2 sin( 0 ) = 0 0  2 cos( 0 ) − 2 0 
2 sin(0 ) (i)

On suppose que la situation est sous-amortie et que, de plus, 0 ≈  0  Dans l’équation



1.25, cette condition implique que 0 À 2 et permet de négliger le deuxième terme de
l’équation de la vitesse.

En effet, si on examine de plus près l’équation (i), on constate que  0 et 2 sont les
seuls termes différents de l’amplitude devant le cosinus et le sinus. Il devient alors facile
d’exprimer l’énergie cinétique du système comme
−
 = 12 2 = 12  02 20   cos2 (0 )
−
02   
Puisque  0 ≈  0 =⇒ 2 = 2  = 2 et  = 2 20   cos2 ( 0 )

L’énergie mécanique est la somme des énergies potentielle et cinétique :


− − −
 =  + res = 12 20   cos2 ( 0 ) + 12 20   sin2 ( 0 ) = 12 20   =⇒
−
 = 0   , où 0 = 12 20 =⇒ CQFD

P18. (a) On traite les trois termes séparément, on les additionnera ensuite :
−
(i)  = 0  2 sin(0  + )
³ −
´
(ii)  
 =  
 0  2 sin( 0  + ) =⇒
− 2 −

  0
 =  0 
2 cos( 0  + ) −
2 0 
2 sin( 0  + ) =⇒

− ¡ ¢

 
 = 0 
2 0 cos( 0  + ) − 2 sin( 0  + )
2
³ − ¡ ¢´
(iii)  2 =   
=  
  2  0 cos( 0  + ) −  sin( 0  + ) =⇒
  0 2
2  − ¡  ¢
 2 = − 2 0  2 0 cos( 0  + ) − 2 sin( 0  + )
−
³ 0
´
+0  2 −02 sin( 0  + ) − 2 cos( 0  + )

Après simplifications, ce dernier terme devient

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 27

© ERPI, tous droits réservés.


−
³³ ´ ´
2 2 0
 2 = 0  2 42
−  02 sin(0  + ) −  cos( 0  + )

On additionne (i), (ii) et (iii). Après la mise en évidence et l’élimination des termes
communs, on obtient
¡  ¢
 sin( 0  + ) +   0 cos( 0  + ) − sin(0  + )
2
³³ 2 ´ ´
 02 sin( 0  + ) − 0
+ 4 2 −  cos(0  + ) = 0

On regroupe tous les termes qui contiennent un "sinus" et tous les termes qui contiennent
un "cosinus" :
h ³ 2 ´i
2  02
 − 2 +  4 2 − sin( 0  + ) + [ 0 − 0 ] cos( 0  + ) = 0

Le deuxième terme disparaît. Quant au premier terme, il sera nul si


³ 2 ´
2  02 = 0 =⇒  −  2 −  02 = 0
 − 2 +  4 2 −  42

On voit facilement que cette dernière équation conduit à la formule permettant de calculer
la fréquence angulaire amortie (équation 1.25) et en constitue la preuve =⇒ CQFD

(b) La partie (a) de cette solution donne la méthode permettant de montrer que l’expression
−
 =  2 [ cos( 0 ) +  sin( 0 )] est bien une solution de l’équation différentielle. Quant
aux valeurs de  et de  on les trouve en comparant la position initiale et la vitesse
initiale à son expression évaluée à  = 0

Dans le cas de la position, on obtient


−(0)
0 =  2 [ cos(0 ) +  sin( 0 )] =⇒ 0 = (0)  = 
³ − ´
 
L’expression de la vitesse est donnée par  =  =   2 [ cos( 0 ) +  sin( 0 )]
− −

 = − 2  2 [0 cos( 0 ) +  sin( 0 )] +  2 [− 0 0 sin(0 ) +  0 cos( 0 )]

où on a remplacé  par la position initiale. À l’instant initial, on a


−(0)

0 = − 2  2 [0 cos(0 (0)) +  sin(0 (0))]
−(0)
+ 2 [−0 0 sin( 0 (0)) +  0 cos( 0 (0))] =⇒

 0 + 2 0
0 = − 2 0 + 0 =⇒  =  0 =⇒ CQFD

P19. On traite les trois termes de gauche séparément; on les additionnera ensuite. La solution

prend la forme  =  cos( e  − ); ainsi, on a

 =  cos( e  − ) (1)
( cos(e −))
 
 =   = − e sin( e  − ) (2)
2 (−e sin( e −))
 2 =  
 = 

 = −2e cos(e  − ) (3)

Ces 3 termes, insérés dans l’équation différentielle, conduisent à

28 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


− 2e cos( e  − ) − e sin(e  − ) +  cos( e  − ) = e cos(e ) (i)

Toutefois, cos(e  − ) = cos( e ) cos  + sin( e ) sin 

et sin( e  − ) = sin(e ) cos  − cos(e ) sin 

Cela implique que l’équation (i) devient

− 2e (cos(e ) cos  + sin(e ) sin )

− e (sin( e ) cos  − cos( e ) sin )

+ (cos( e ) cos  + sin( e ) sin ) = e cos(e )

Si on distribue tous les termes, on peut ensuite séparer l’équation en deux morceaux : un
groupe de termes multipliant cos( e ) l’autre groupe multipliant sin( e ) Pour que

 =  cos( e −) soit une solution de l’équation différentielle, chacun de ces deux groupes
doit former une équation dont le résultat est nul. Ces deux équations sont

( −  2e ) sin  −  e cos  = 0 (ii)


£ ¤
 ( − 2e ) cos  +  e sin  = e (iii)

De (ii), en considérant que  =  20  ce qui correspond au carré de la fréquence angulaire
naturelle d’oscillation du système, on obtient facilement que

( ) e
tan  = 2
 0 −2e
(iv)

Ce qui est l’expression permettant de déterminer l’angle de déphasage entre la force


d’entraînement et le mouvement de l’oscillateur. Pour la suite, il faut remanier l’équation
(iii) :

£¡  ¢ ¡¢ ¤
e −  2e cos  + 
  e sin  = 1 =⇒

£¡ 2 ¢  ¤
e  0 − 2e cos  + (  )e sin  = 1 (v)

Cette équation a presque la même forme que l’équation (ii). Pour en extraire une infor-
mation valable, il faut introduire le résultat (iv), mais de deux façons. D’abord comme
ceci :
h  i
 ( ) e 
e tan  cos  + (  )e sin  = 1 =⇒

£   ¤
sin e (  ) e cos2  + (  ) e sin2  = 1 =⇒
 
e (  ) e = sin  (vi)

Puis comme cela :



£¡ 2 ¢ ¡ ¢ ¤
e  0 − 2e cos  +  20 − 2e tan  sin  = 1 =⇒

£¡ 2 ¢ ¡ ¢ ¤
2 cos2  +  2 −  2 sin2  = 1 =⇒
cos e  0 −  e 0 e

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 29

© ERPI, tous droits réservés.



¡ 2 ¢
e  0 −  2e = cos  (vii)
Si on élève les équations (vi) et (vii) au carré et qu’on les additionne, on arrive à
³ ´2 ¡ ¢ ³ ´2 ¡ ¢2

 2 −  2 2 +  (
) e = cos2  + sin2  =⇒
e 0 e e
³ ´2 ¡ ¢ ³ ´2 ¡ ¢2

 2 −  2 2 +  (
) e = 1 =⇒
e 0 e e
¡ 2 ¢2 ¡  ¢2 ¡ e ¢2
0 −  2e + (  )e = 
Après quelques manipulations, on arrive à l’équation 1.29a, qui définit l’amplitude du
mouvement :
e
= q 
2 2
( ) ((  )e )
20 − 2e +

En conclusion, l’équation différentielle est respectée si ce dernier résultat et l’équation

(iv) servent à définir l’amplitude et le déphasage. =⇒ CQFD


P20. Si on tient compte de la définition du facteur de qualité, l’expression de l’amplitude
devient
e e
= q 
2 2
= r 
2  2
( ) ((  )e )
20 − 2e + (20 −2e ) + 0 2 e
2

Si le facteur d’amortissement est faible, le pic de résonance sera élevé, et la fréquence


angulaire de résonance sera très proche de la fréquence angulaire naturelle de l’oscillateur,

soit e ≈ 0  À cette fréquence angulaire, l’amplitude devient


e
e 
max = 
2
=  20
0

On cherche la fréquence angulaire donnant, de part et d’autre du maximum, la moitié du
carré de ce maximum, c’est-à-dire
e
e2 2 √e  2
2 = 12 2max = 22  40
=⇒  = = r 
=⇒
2 0 2 2
2 0 e
(20 −2e ) +
2
240 2 2  20 2e 2 40
2 = ( 20 −  2e )2 + 0 2 e =⇒ 0 =  40 +  4e − 2 20  2e + 2 − 2 =⇒
³ ´ ³ ´
0 = 4e +  20  2e 12 − 2 +  40 1 − 22

Il s’agit d’une équation quadratique en 2e , dont les solutions sont données (après quelques
étapes) par
³ q ´
1 1 1
 2e =  20 1 − 22
± 44
+ 2

Puisque le facteur de qualité est élevé, on néglige 4 sous le radical, de sorte que
³ q ´ ³ ´ ³ ´
1 1 2 1 − 1 ± 1 = 2 1 ± 1
 2e =  20 1 − 2 2 ± 2 =  0 22  0 

si on néglige en plus le terme en 2 dans la dernière somme. De ce dernier résultat, on

tire, en prenant appui sur l’approximation du binôme pour le dernier terme


q ³ ´
1 1
e = 0 1 ±  =  0 1 ± 2

30 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations v10

© ERPI, tous droits réservés.


Les deux valeurs possibles sont  1 et  2 , et on peut facilement montrer que
2 − 1 ∆ 1
0 = 0 =  =⇒ CQFD
P21. On définit comme suit dans le logiciel Maple les lignes de commande nécessaires pour

résoudre le problème :
 restart:
 A0:=0.2; m:=0.5; w0:=5;
 x1:=A0*exp(-0.316*t)*sin(4.99*t);
 w2:=0.98*w0;
 solve(ga^2=4*m^2*(w0^2-w2^2),ga);
 x2:=A0*exp(-0.994987*t)*sin(w2*t);
 x3:=A0*exp(-5*t)*sin(w0*t);
 plot({x1,x2,x3},t=0..5);
P22. (a) On définit comme suit dans le logiciel Maple les lignes de commande nécessaires pour
produire le graphe :
 restart:
 A:=(Fe/m)/sqrt((wo^2-we^2)^2+(ga*we/m)^2);
 wo:=sqrt(k/m);
 m:=1; k:=1; Fe:=1;
 A1:=subs(ga=m*wo/6,A);
 A2:=subs(ga=m*wo/2,A);
 A3:=subs(ga=sqrt(2)*m*wo,A);
 plot({A1,A2,A3},we=0.2*wo..2*wo);

(b) Il suffit de changer l’intervalle pour  e dans le graphe de la question précédente.

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 1 : Les oscillations 31

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 2 : Les ondes mécaniques

Exercices

E1. On cherche les longueurs d’onde  associées à des fréquences  d’ondes électromagné-
tiques. Selon l’équation 2.5c, la relation entre la vitesse de propagation de ces ondes
¡ ¢
 = 3 × 108 , leur longueur d’onde et leur fréquence est  =  de sorte que  =  
(a) Pour la bande AM, on donne min = 550 kHz et max = 1600 kHz, de sorte que
 3×108  3×108
min = max = 1600×103
= 188 m et max = min = 550×103
= 545 m

L’intervalle de longueurs d’onde va de 188 m à 545 m .


(b) Pour la bande FM, on donne min = 88 MHz et max = 108 MHz, de sorte que
 3×108  3×108
min = max = 108×106
= 278 m et max = min = 88×106
= 341 m
L’intervalle de longueurs d’onde va de 278 m à 341 m .
E2. On cherche la fréquence du signal enregistré sur le microsillon. Lorsque le microsillon
33 13 tours 2 rad 1 min
tourne à raison de  r = min × 1 tour × 60 s = 349 rad/s, l’ondulation présente
sur la circonférence ( = 15 cm) est équivalente à une onde sinusoïdale progressive de
longueur d’onde  = 12 mm. On calcule la vitesse de propagation de cette onde au

moyen de l’équation 11.9 du tome 1 :


 =  r  = 349 (015) = 05235 m/s
Au moyen de l’équation 2.5c, on obtient
 05235
 =   =⇒  =  = 12×10−3
= 436 Hz
E3. L’onde transversale, de forme sinusoïdale, se propage à  = 40 cm/s vers la droite et, en
observant la figure 2.35 du manuel, on obtient les autres données nécessaires.
(a) Comme  = 4 cm, on obtient au moyen de l’équation 2.5c
 040
=  = 4×10−2
= 100 Hz

(b) Selon le paragraphe qui précède dans le manuel l’équation 2.5b, la phase à une position
¡ ¢
quelconque de l’onde est fixée par 2  .
Si la distance entre deux points est ∆ = 25 cm, la variation de phase entre ces deux

points est donnée par


¡ ¢ ³ ´
25×10−2
∆ = 2 ∆  = 2 4×10−2 = 393 rad
(c) Selon le paragraphe qui précède dans le manuel l’équation 2.5a, la phase de l’onde à un
¡ ¢
instant quelconque est fixée par 2  et la période de l’onde est  = 1 = 100
1
= 01 s.

32 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


En un point donné, si la variation de phase est de ∆ = 3 rad, le temps écoulé est
¡ ¢  ∆ 010( 3 )
∆ = 2 ∆ =⇒ ∆ = 2 = 2 = 010
6 = 00167 s

(d) Chaque particule de la corde subit un mouvement harmonique simple. Comme on le voit
à la figure 1.3, lorsque la position d’une particule est nulle, sa vitesse est maximale et
donnée par ± selon l’équation 2.9. Comme l’onde se propage vers la droite, le point

P se déplace vers le bas à l’instant représenté. Si l’amplitude de l’onde est  = 2 cm, on


en conclut, au moyen de l’équation 2.5a, que
¡ ¢ ³ ´¡ ¢
 = − = − 2   = − 2
010 2 × 10−2 = −126 m/s

E4. La fréquence du signal sonore enregistré sur le microsillon est  = 1 × 104 Hz. On donne
33 13 tours 2 rad 1 min
 = 15 cm, le rayon du microsillon, et  r = min × 1 tour × 60 s = 349 rad/s, sa
vitesse de rotation.

(a) À  = 145 cm, la vitesse tangentielle d’un point sur le disque est donnée par l’équation

11.9 du tome 1 :

 =  r  = 349 (0145) = 0506 m/s

L’ondulation présente sur le microsillon à ce rayon est équivalente à une onde sinusoïdale
progressive de fréquence  = 1 × 104 Hz. Sa longueur d’onde est donnée par l’équation
2.5c :
 0506
 =   =⇒  =  = 1×104
= 506 × 10−5 m

(b) L’onde sinusoïdale progressive gravée sur le disque et le son qui lui est associé possèdent
la même fréquence, mais leur vitesse diffère.

Dans le cas du son, pour lequel s = 340 m/s, la longueur d’onde est, selon l’équation
2.5c
 340
=  = 1×104
= 340 × 10−2 m

E5. Étant donné les deux vitesses de propagation, S = 5 km/s et P = 8 km/s, le délai

d’arrivée ∆ = 18 min entre les deux ondes s’exprime en fonction de la distance ∆
entre l’épicentre et la station d’observation :
³ ´ ³ ´ ³ ´
P −S S P
∆ = ∆S − ∆
P = ∆ 1
S − 1
P = ∆ S P =⇒ ∆ = ∆ P −S =⇒
¡ ³
¢ 5(8) ´
s
∆ = 18 min × 160min 8−5 = 144 × 10 m
6

 25×10−3
E6. On donne  = 25 g et  = 3 m; donc,  =  = 3 = 833 × 10−3 kg/m.

Avec  = 40 m/s et l’équation 2.1, on trouve

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 33

© ERPI, tous droits réservés.


q ¡ ¢
= 
 =⇒  =  2 = 833 × 10−3 (40)2 = 133 N

E7. On donne  = 20 m/s,  = 30 N et  = 75 m. Si on combine  =  avec l’équation 2.1,

on trouve
q
(75)(30)
 =  =⇒  2 = 
 =⇒  = 
2
=⇒ 
 = 
2
=⇒  = 
2
= 202
= 0563 kg

E8. Pour 1 = 15 N, on a 1 = 28 m/s et on cherche 2 pour que 2 = 45 m/s. Selon


l’équation 2.1, on sait que  = 2 , ce qui permet d’établir le rapport des tensions et de
trouver directement l’inconnue, soit
³ 2´ ³ 2´
2 22 2 45
1 =  2 =⇒ 2 =  1  2 = 15 282 = 387 N
1 1

E9. (a) Si on combine les équations 2.1 et 2.5c, on peut établir une relation entre la fréquence 
la longueur d’onde  et le module de la tension  dans la corde :
q q
 1 
 =  =   =⇒  =  

Soit 1  1 et 1  les valeurs initiales de ces trois paramètres. Comme il s’agit de la même
corde, le terme  n’est pas modifié. Si 2 = 21 et que 2 = 1  le rapport entre les
valeurs finales
q
et initiales donne
1 2 q q
2 2
q  = 1 2 1 21 2
1 = 1 1 2 1 = 1 1 =⇒ 1 = 141
1 
(b) Selon l’équation 2.5c, la vitesse de propagation et la fréquence sont directement propor-
tionnelles, de sorte que
2
1 = 141
E10. On donne  = 2 cm/s pour la vitesse de propagation de l’impulsion sur la corde.
(a) Chaque figure montre la déformation réelle de la corde en trait plein. L’impulsion initiale

continuant d’avancer au delà de l’extrémité et l’impulsion imaginaire se déplaçant vers


la gauche sont représentées en traits pointillés. Les échelles horizontale et verticale sont
graduées en centimètres.

34 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


(b) La vitesse moyenne de la particule pendant sa montée est donnée par l’équation 3.3 du
tome 1. La particule se déplace de ∆ = 1 cm pendant que l’impulsion progresse vers
l’avant de ∆ = 1 cm, ce qui correspond à un délai en temps de ∆ = 05 s. Ainsi
∆ 1 cm
m oy = ∆ = 05 s = 200 cm/s

E11. On donne  = 2 cm/s pour la vitesse de propagation de l’impulsion sur la corde.


(a) Chaque figure montre la déformation réelle de la corde en trait plein. L’impulsion initiale

continuant d’avancer au delà de l’extrémité et l’impulsion imaginaire se déplaçant vers


la gauche sont représentées en traits pointillés. Les échelles horizontale et verticale sont
graduées en centimètres.

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 35

© ERPI, tous droits réservés.


(b) La vitesse moyenne de la particule pendant sa descente est donnée par l’équation 3.3 du
tome 1. La particule se déplace de ∆ = −1 cm pendant que l’impulsion progresse vers
l’avant de ∆ = 2 cm, ce qui correspond à un délai en temps de ∆ = 10 s. Ainsi
∆ −1 cm
m oy = ∆ = 10 s = −100 cm/s

E12. Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de la fonction d’onde de l’impulsion :

 restart;
 y:=5/(2+(x-2*t)^2);

(a) On fixe la valeur de  et on trace le graphe demandé sur un intervalle pour  allant de 0
à 10 cm :

 t:=2;
 plot(y,x=0..10);

(b) On change la valeur de  et on relance la commande qui trace le graphe :

 t:=3;
 plot(y,x=0..10);

Le nouveau graphe permet de constater que le sommet de l’impulsion a avancé de

∆ = 2 cm, ce qui est concorde avec  = 2 cm/s.

(c) Non , l’équation mathématique choisie ne représente pas parfaitement une impulsion
puisque, si on élargit l’intervalle sur l’axe des  dans l’un ou l’autre des deux graphes,
on constate que la déformation  de la corde s’approche de 0, mais ne devient nulle que

36 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


pour  −→ ±∞. Ce résultat implique que l’impulsion décrite par l’équation possède une
largeur infinie .

E13. Soit la forme suivante d’une impulsion à  = 0 :


2×10−3
 (; 0) = 4−2

On cherche la fonction d’onde de l’impulsion dont la vitesse de propagation est de 12 m/s


dans la direction des  négatifs. On substitue pour ce faire l’argument ( + ) à , où
 = 12 m/s pour que l’onde progresse selon les  négatifs :
2×10−3
 (; 0) = 4−(+12)2

où  est en mètres et  en secondes.

E14. Selon l’énoncé, la crête  se trouve en  = 0 lorsque  = 0. À partir de la figure 2.38, on


en conclut que l’onde se déplace vers la droite et on cherche une expression de la forme
 (; ) =  sin ( −  + ), où  = 002 m. Toujours selon l’énoncé et la figure 2.38,
∆ 0012
on conclut aussi que  = 0075 m et  = ∆ = 03 = 004 m/s, ce qui implique que
004
 = 2  = 2 0075 = 335 rad/s
2 2
=  = 0075 = 838 m−1

Si la crête se trouve à  = 0 à l’instant  = 0 on obtient  = 2, et la fonction d’onde
s’écrit
¡ ¢
 = 00200 sin 838 − 335 + 2

où  et  sont en mètres et  en secondes.

E15. Une onde sinusoïdale progressive sur une corde s’exprime par

 (; ) =  sin ( − ).

(a) La pente de la corde en fonction de  est



 =  cos ( − )
³ ´

(b) La valeur maximale de la pente est  max = , la vitesse de propagation de l’onde est
 =  , et le module de la vitesse maximale d’une particule sur la corde est ( )max = 
³ ´

Puisque  =  =  (), on obtient ( )max =  
max
E16. Dans le logiciel Maple, on définit d’abord l’expression de la fonction d’onde :

 restart:
 y:=’3.2*cos(0.2*x-50*t)’;

On définit ensuite 1  la forme de cette expression à 1 = 0 s, et 2  à 2 = 01 s :

 y1:=subs(t=0,y);

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 37

© ERPI, tous droits réservés.


 y2:=subs(t=0.1,y);

On trace finalement le graphe superposé de ces deux expressions :

 plot([y1,y2],x=0..50,color=[blue,red]);

(a) Le graphe permet d’observer que la crête se trouvant à  = 0 cm lorsque 1 = 0 s s’est

déplacée de ∆ = 25 cm vers la droite. Comme ∆ = 01 s, on en conclut que


∆ 25 cm
= ∆ = 01 s = 250 m/s

(b) On note dans le graphe que  = 10 cm Selon le paragraphe qui précède dans le manuel
¡ ¢
l’équation 2.5b, la phase à une position quelconque de l’onde est fixée par 2  . Si la
variation de phase entre deux points correspond à ∆ = 2
3  on obtient
¡ ¢ ¡ ∆ ¢
∆ = 2 ∆  =⇒ 2 3 = 2  =⇒ ∆ = 3 = 103 cm = 0105 m

E17. Une onde sinusoïdale progressive est décrite par


¡ ¢ ¡ ¢
 = 24 cos 20 (05 − 40) = 24 cos 40  − 2

où  et  sont en centimètres, et  en secondes.

(a) Le module de la vitesse maximale d’une particule est

 = 2 (24) = 151 cm/s

(b) L’équation générale de la vitesse d’une particule est


¡ ¢ ¡ ¢
 = 
 = −24 (−2) sin 40  − 2 = 24 (2) sin 40  − 2

Pour  = 15 cm et  = 025 s, on calcule


¡ ¢
 = 24 (2) sin 40 (15) − 2 (025) =⇒ | | = 150 cm/s

(c) Le module de l’accélération maximale d’une particule est

 2  = (2)2 (24) = 947 cm/s2

(d) L’équation générale de l’accélération d’une particule est


 ¡ ¢ ¡ ¢
 =  = −24 (−2)2 cos 40  − 2 = −24 (2)2 cos 40  − 2

Pour  = 15 cm et  = 025 s, on calcule


¡ ¢
 = −24 (2)2 cos 40 (15) − 2 (025) = −111 cm/s2

(e) Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de la fonction d’onde et la valeur du temps,
et on trace le graphe de  pour  allant de l’origine à 3 cm :

 restart:
 y:=’2.4*cos(Pi*x/40-2*Pi*t)’;
 t:=0.25;
 plot(y,x=0..3);

38 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


Comme la particule se trouve au-dessus de l’axe des  à l’instant représenté, on en conclut
que l’accélération qu’elle subit doit être négative, si elle doit revenir vers le bas.

E18. Une onde sinusoïdale progressive est décrite par

 = 003 cos (24 − 12 + 01)

où  et  sont en centimètres, et  en secondes.


 12
(a) On calcule la fréquence, soit  = 2 = 2 = 191 Hz
 12
(b) On calcule la vitesse de propagation, soit  =  = 24 = 500 cm/s

(c) On note l’amplitude, soit  = 00300 cm

(d) L’équation générale de la vitesse d’une particule est



 =  = (12) (003) sin (24 − 12 + 01)

Pour  = 15 cm et  = 02 s, on calcule

 = (12) (003) sin (24 (15) − 12 (02) + 01) = 0272 cm/s

(e) Le module de l’accélération maximale d’une particule est

 2  = (12)2 (003) = 432 cm/s2

E19. Une onde progressive doit présenter un argument qui est linéaire par rapport aux variables
 et . Autrement dit, cet argument doit prendre la forme d’un binôme  + , où 

et  sont des constantes. Les fonctions d’ondes progressives a, b, d, e respectent cette


contrainte.

E20. Une onde sinusoïdale possède une longueur d’onde  = 20 cm et une période  = 002 s.

(a) Selon le paragraphe qui précède dans le manuel l’équation 2.5b, la phase à une position
¡ ¢
quelconque de l’onde est fixée par 2  . Si la distance entre deux points équivaut à
∆ = 8 cm, la variation de phase entre ces deux points est donnée par
¡ ¢ ³ ´
8×10−2
∆ = 2 ∆
 = 2 20×10−2 = 251 rad

(b) Selon le paragraphe qui précède dans le manuel l’équation 2.5a, la phase de l’onde à un
¡ ¢
instant quelconque est fixée par 2  . En un point donné, s’il s’écoule ∆ = 0035 s, la
variation de phase durant ce délai en temps correspond à
¡ ¢ ³ ´
0035
∆ = 2 ∆  = 2 002 = 110 rad

Comme elle est supérieure à 2 cette valeur de déphasage est équivalente à

∆ = 110 − 2 = 472 rad

(c) Dans le logiciel Maple, on définit l’expression d’une onde sinusoïdale d’amplitude

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 39

© ERPI, tous droits réservés.


 = 1 cm, de déphasage  = 0 de longueur d’onde  = 20 cm et de période  = 002 s.
On choisit arbitrairement une onde se propageant vers la droite :

 restart;
 A:=1; phi:=0; lambda:=20; T:=0.02; k:=2*Pi/lambda; omega:=2*Pi/T;
 y:=A*sin(k*x-omega*t+phi);

On trace le graphe demandé pour  = 0 s :

 plot(subs(t=0,y),x=0..lambda);

Le graphe confirme la réponse obtenue en (a).

(d) On trace le graphe demandé pour  = 0 cm :

 plot(subs(x=0,y),t=0..T);

Lorsqu’on l’examine à  = 0035 s −  = 0015 s, le graphe confirme la réponse obtenue


en (b).

E21. Une onde sinusoïdale progressive est décrite par

 = 002 sin(04 + 50 + 08)

où  et  sont en centimètres, et  en secondes.


2 2
(a) On calcule la longueur d’onde, soit  =  = 04 = 157 cm

(b) On note le déphasage, soit  = 0800 rad


2 2
(c) On calcule la période, soit  =  = 50 = 0126 s

(d) On note l’amplitude, soit  = 00200 cm


 50
(e) On calcule la vitesse de propagation, soit  =  = 04 = 125 cm/s

(f) L’équation générale de la vitesse d’une particule est



 =  = (50) (002) cos (04 + 50 + 08)

Pour  = 1 cm et  = 05 s, on calcule

 = (50) (002) cos (04 (1) + 50 (05) + 08) = 0483 cm/s

E22. Une onde sinusoïdale progressive est décrite par

 = 004 sin( 5 − 2) = 004 sin(02 − 2)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.


2 2
(a) On calcule la longueur d’onde, soit  =  = 02 = 314 m
2 2
(b) On calcule la période, soit  =  = 2 = 314 s
 2
(c) On calcule la vitesse de propagation, soit  =  = 02 = 100 m/s

40 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


E23. On donne : la longueur d’onde,  = 0025 m; la période,  = 001 s; et l’amplitude,
 = 003 m. Si l’onde se propage dans la direction des  négatifs, on a
¡ ¢ ³ ´
 =  sin 2
  + 2
  +  = 003 sin 2
0025  + 2
001  +  = 003 sin (251 + 628 + )

À  = 0 s et  = 0 m,  = −002 m, et donc

−002 = 003 sin  =⇒  = arcsin (−0667) =⇒  = 387 rad ou 555 rad

L’expression générale de la vitesse d’une particule est



 =  = (003) (628) cos (251 + 628 + )

À  = 0 s et  = 0 m, on veut que   0 Dans l’expression de la vitesse, cela implique


que cos   0 On en déduit que  = 555 rad, et l’expression de la fonction d’onde
devient

 = 00300 sin (251 + 628 + 555)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.

E24. On donne : le nombre d’onde,  = 01 rad/m; la vitesse de propagation,  = 50 m/s; et


l’amplitude,  = 005 m.

La fréquence angulaire équivaut à  =  = 01 (50) = 500 rad/s, et, si l’onde se propage
dans la direction des  négatifs, on a

 =  sin ( +  + ) = 00500 sin (0100 + 500 + )

À  = 2 s et  = 0 m,  = 00125 m, et donc

00125 = 00500 sin (500 (2) + ) = 00500 sin (10 + ) =⇒


00125
sin (10 + ) = 00500 = 0250 =⇒

(10 + ) = arcsin(0250) =⇒ (10 + ) = 0253 rad ou 289 rad

L’expression générale de la vitesse d’une particule est



 =  = (500) (00500) cos (0100 + 500 + )

À  = 2 s et  = 0 m, on veut que  =   0 Dans l’expression de la vitesse, cela
implique que cos (10 + )  0 Ainsi, des deux valeurs d’angles calculées plus haut, on
conserve 289 rad, dont le cosinus est négatif. On obtient alors pour  :

(10 + ) = 289 =⇒  = 289 − 10 = −711 rad

Selon la consigne présentée à la section 1.2 du manuel, la valeur de la constante de phase

 doit être comprise entre 0 et 2 rad. Pour y arriver, on modifie le résultat obtenu en lui
ajoutant un multiple entier de 2. Ici, l’ajout de 2 ≈ 628 n’est pas suffisant, de sorte

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 41

© ERPI, tous droits réservés.


qu’on obtient une valeur adéquate avec

 = −711 + 2 (2) = 546 rad

et l’expression de la fonction d’onde devient

 = 00500 sin (0100 + 500 + 546)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.

E25. Les différentes expressions équivalentes à  =  sin ( − ) sont


¡ ¢
(a)  sin 2 ( − )
¡ ¡ ¢¢
(b)  sin 2  − 

(c)  sin ( ( − ))


¡ ¡ ¢¢
(d)  sin 2  −  

E26. Une onde stationnaire est décrite par  = 40 sin(05) cos (30), où  et  sont en centi-
mètres, et  en secondes.
 30
(a) On calcule la fréquence, soit  = 2 = 2 =⇒  = 477 Hz

On calcule l’amplitude de l’une ou l’autre des deux ondes progressives, soit


004
= 2 =⇒  = 200 cm
 30
On calcule la vitesse de propagation, soit  =  = 05 =⇒  = 600 cm/s

(b) L’expression générale de la vitesse d’une particule est



 =  = − (30) (40) sin(05) sin (30) = −120 sin(05) sin (30)

Pour  = 24 cm et  = 08 s, on obtient

 = −120 sin(05 (24)) sin (30 (08)) = 101 cm/s

(c) Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de la fonction d’onde et la valeur du temps,
et on trace le graphe de  pour  allant de l’origine à 5 cm :

 restart;
 y:=’4.0*sin(0.5*x)*cos(30*t)’;
 t:=0.8;
 plot(y,x=0..5);

Ce graphe ne permet pas de vérifier le signe de la vitesse. En effet, on ne sait pas si

la particule monte ou descend. Pour trouver la réponse, on superpose le graphe de la


fonction à 1 = 08 s et à 2 = 0801 s. Dans le logiciel Maple, on redonne au temps le
statut de variable et on crée le graphe superposé en intégrant un code de couleur :

 t:=’t’;

42 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


 plot([subs(t=0.8,y),subs(t=0.801,y)],x=0..5,color=[blue,red]);

Ce nouveau graphe permet de vérifier le signe de la vitesse.

E27. L’onde stationnaire a pour forme  = 2 sin () cos () 

(a) On calcule 2 = 2 (002) = 004 m. On calcule la longueur d’onde, soit


 40 cm/s 2 2
=  = 8 Hz = 005 m. On calcule le nombre d’onde, soit  =  = 005 = 126 rad/m,

et finalement la fréquence angulaire,  = 2 = 2 (8) = 503 rad/s. L’expression de la


fonction d’onde devient

 = 00400 sin(126) cos (503)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.


 005
(b) La distance entre 2 nœuds est 2 = 2 = 250 cm

(c) Le déplacement maximal d’une particule en  = 05 cm s’obtient en posant cos () = 1
donc max ( = 0005 m) = 00400 sin(126 (0005)) = 236 cm

(d) Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de la fonction d’onde et on superpose son
graphe pour trois valeurs successives du temps :

 restart;
 y:=0.0400*sin(126*x)*cos(50.3*t);
 lambda:=0.05;
 T:=1/8.0;
 y1:=subs(t=0.5*T,y);
 y2:=subs(t=0.6*T,y);
 y3:=subs(t=0.7*T,y);
 plot([y1,y2,y3],x=0..2*lambda,color=[red,blue,green]);

On peut aussi créer directement une animation en faisant appel à la commande "animate",

issue de la librairie "plots". On procède en chargeant d’abord la librairie puis en lançant


la commande qui crée l’animation :

 with(plots):
 animate(y,x=0..2*lambda,t=0..T);

E28. On donne 2 = 450 Hz, pour le deuxième harmonique d’une corde de guitare de longueur
 = 06 m et de densité de masse linéique  = 00015 kg/m. On calcule le module de la
tension en combinant les équations 2.1 et 2.16 :
q
2
2 = 2 = 1  =⇒  = 22 2  = (450)2 (06)2 (00015) = 109 N

E29. Lorsqu’une onde stationnaire existe sur une corde de longueur  la distance entre deux

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 43

© ERPI, tous droits réservés.


noeuds correspond à la moitié de la longueur d’onde d’un mode particulier.

Dans cet exercice, on donne la distance entre deux noeuds pour deux modes consécutifs,
mais sans spécifier la valeur de  pour ces deux modes. Toutefois, comme ils sont consé-

cutifs, on dira que le premier mode est  et que le second est  + 1. De plus, comme
la valeur du mode correspond au nombre de ventres qui sont présents sur la corde, on
peut affirmer que le mode  est associé à la plus grande valeur de la distance entre deux
noeuds, soit 18 cm, alors que le mode  + 1 est associé à la distance de 16 cm.

Puisque ces deux distances correspondent à la moitié de la longueur d’onde dans un mode

donné, alors

 = 2 (18 cm) = 36 cm

+1 = 2 (16 cm) = 32 cm


2 2
(a) La condition de résonance implique, pour chacun des modes, que  =  , ou +1 = +1

Si on isole 2 dans ces deux équations, on obtient

 = ( + 1) +1 =⇒ 36 = 32 ( + 1)


 8(36 cm)
d’où on tire que  = 8, ce qui implique que  = 2 = 2 = 144 cm

(b) Si le module de la tension est  = 10 N et que la densité de masse linéique équivaut à


 = 4 × 10−3 kg/m, on calcule ainsi la fréquence fondamentale :
q q
1  1 10
1 = 2  = 288 4×10−3
= 174 Hz

E30. Les fréquences des modes d’onde stationnaire consécutifs sont +1 = 600 Hz et

 = 480 Hz.

(a) La fréquence fondamentale de la corde correspond à 1 = +1 −  = 120 Hz

(b) On donne  = 12 N et  = 26×10−3 kg/m. On calcule d’abord la vitesse de propagation,


q q
 =  = 26×1012
−3 = 6794 m/s, puis la longueur de la corde, soit

 6794
= 21 = 2(120) = 0283 m

E31. On donne  =  = 005 (98) = 049 N et  = 12×10−3 kg/m. On cherche à déterminer


la longueur de corde lui permettant de résonner avec le diapason.

(a) Pour la fréquence fondamentale, 1 = 440 Hz, au moyen de l’équation 2.16, on calcule
q q
  1  1 049
1 = 2 1
=⇒ 1 = 21 = 21  = 2(440) 12×10−3
= 230 cm

(b) Pour le troisième harmonique, on calcule 3 = 31 = 689 cm

E32. On donne  = 15 N et  = 3 × 10−3 kg/m. Une onde stationnaire possède une amplitude

44 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


dont la valeur est 2 = 2 × 10−3 m, et sa longueur d’onde correspond au double de la
distance entre deux nœuds, soit  = 2 (012) = 024 m.
2 2
On calcule le nombre d’onde, soit  = = = 262 m−1 
024
q q
 15
On calcule la vitesse de l’onde, soit  =  = 3×10 −3 = 707 m/s.

 707
On calcule la fréquence de l’onde, soit  =  = 024 = 295 Hz, et la fréquence angulaire,
soit  = 2 = 2 (295) = 185 × 103 rad/s.

L’équation générale d’une onde stationnaire est  = 2 sin() cos (); donc
¡ ¢ ¡¡ ¢ ¢
 = 200 × 10−3 sin (262) cos 185 × 103 

où  et  sont en mètres, et  en secondes.


q
2 1
E33. Pour une même tension le rapport des fréquences des deux fils est 1 = 2  Cependant,
pour une longueur  de corde possédant une masse  et une aire de section s = 2 ,
on peut établir une relation entre les densités de masse linéique et volumique :

 =  =  = s  = 2  =⇒  = s = 2


1 1
En fonction du rapport des rayons, 2 = 2, et du rapport des masses volumiques, 2 = 05
le rapport des fréquences devient
r q
2 1 12 1 1 √ 2
1 =  2
= 2  = 2 05 =⇒ 1 = 141
2 2 2

1
E34. Deux cordes identiques (même ) ont un rapport des tensions de 2 = 2 et un rapport
1
de longueur de 2= 13  On calcule ainsi le rapport des fréquences fondamentales :
q
1 1 q √
1 1
2 = 21
1
q 
2
=2
1
1
2 = 3 2 =⇒ 2 = 424
22 
E35. La fonction d’onde d’une onde stationnaire est

 = 002 sin (03) cos (25) = 2 sin () cos ()

où  et  sont en centimètres, et  en secondes.


2 2
(a) On calcule la longueur d’onde, soit  =  = 03 =⇒  = 209 cm
 25
On calcule la vitesse de propagation de l’onde, soit  =  = 03 =⇒  = 833 cm/s

(b) Pour le troisième harmonique, la longueur de la corde est


¡ ¢ ³ ´
3 = 3 2 = 3 2092 cm = 314 cm
 2
(c) La vitesse d’une particule est nulle à la position des nœuds, soit à  = 0 3 3 et ;

donc  = 0 cm, 105 cm, 209 cm, 314 cm

E36. Lorsqu’on pince une corde de guitare dont la fréquence fondamentale est 1 = 320 Hz
de façon à réduire sa longueur d’un tiers, la longueur d’onde associée à cette nouvelle

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 45

© ERPI, tous droits réservés.


21
fréquence fondamentale est 2 = 3  mais la vitesse de propagation ne change pas. On
calcule la nouvelle fréquence fondamentale en établissant un rapport
2 2  2 1
1 1 =  =⇒ 1 = 2 =⇒ 2 = 32 1 = 3
2 (320) = 480 Hz

E37. Une fonction d’onde vérifiant l’équation d’onde doit être de la forme  ( ± ). Le cas
(a) satisfait cette exigence. Le cas (b) aussi, mais uniquement si  ( − )  0 

E38. On vérifie directement qu’une fonction d’onde  =  sin () cos () est une solution de
l’équation d’onde en calculant
2
2
= −2  sin () cos ()

et, ensuite,
2 ¡1¢
2
= −2  sin () cos () = − 2
 2  sin () cos () =⇒
2 1 2
2
= 2 2
=⇒ CQFD

E39. On donne 0 = 0015 m,  = 04 m,  = 2 × 10−2 kg/m et  = 30 m/s. On calcule la


2 2(30)
fréquence angulaire,  =  =  = 04 = 4712 rad/s, puis la puissance moyenne
fournie :
¡ ¢
moy = 12  (0 )2  = 1
2 2 × 10−2 (4712)2 (0015)2 (30) = 150 W

E40. On donne moy = 3 W,  = 30 Hz,  = 15 m,  = 0045 kg et  = 40 N. On calcule


0045
la densité de masse linéique,  =  = 15 = 3 × 10
−3 kg, la vitesse de propagation,
q q
 =  = 3×10 40
−3 = 1155 m/s, la fréquence angulaire,

 = 2 = 2 (30) = 1885 rad/s, et, finalement, on trouve l’amplitude à l’aide de


l’équation 2.19 :
q q
2m oy 2(3)
moy = 12  (0 )2  =⇒ 0 = 1
  = 1
1885 3×10−3 (1155)
= 00221 m

E41. On donne 0 = 0008 m,  = 50 Hz,  = 35 × 10−3 kg/m et  = 60 m/s.

(a) On calcule la fréquence angulaire, soit  = 2 = 100 rad/s, et la puissance moyenne :
¡ ¢
moy = 12  (0 )2  = 12 35 × 10−3 (100 (0008))2 (60) = 663 mW

(b) Pour doubler la puissance moyenne à fréquence constante, la vitesse doit doubler, donc
 = 120 m/s, et le module de la tension nécessaire devient
¡ ¢
 =  2 = 35 × 10−3 (120)2 = 504 N

E42. On donne 1 = 275 N, 1 = 3 m/s et 2 = 36 m/s. On obtient le nouveau module de la

tension par le rapport suivant


2 22  22 (36)2
1 = 12 
=⇒ 2 = 
12 1
= 32 (275) = 396 N

46 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


E43. Cette figure indique la réponse

E44. Cette figure indique la réponse

E45. Cette figure indique la réponse

24 osc.
E46. On calcule la fréquence,  = 12 s = 20 Hz, puis la vitesse de propagation,
∆ 270 cm
= ∆ = 225 s = 120 cm/s, et enfin la longueur d’onde,

=  = 600 cm
2 2
E47. (a) On donne  = 004 =  , donc  = 00400 m
2 2
On donne  = 005 =  , donc  = 00500 s

(b) On calcule ainsi la vitesse de propagation :


 00400
=  = 00500 = 0800 m/s

(c) Le module de la vitesse maximale d’une particule est


2
¡ ¢
 = 005 02 × 10−4 = 251 mm/s
2 2
E48. On calcule le nombre d’onde,  =  = 003 = 209 rad/s, et la fréquence angulaire,
 = 2 = 2 (40) = 251 rad/s.

À  = 0 et  = 0 on précise que  = 0 Dans l’équation générale d’une onde sinusoïdale


progressive se déplaçant dans le sens des  négatifs, soit  =  sin ( −  + ), cette
condition entraîne que sin  = 0 donc que  = 2  Ainsi, on obtient
¡ ¢
 = 00600 sin 209 − 251 + 2

où  et  sont en mètres, et  en secondes.


 270
E49. (a) On calcule la vitesse de propagation,  =  = 36 = 75 m/s, puis la densité de masse
 018
linéique,  = 2 = (75)2
= 320 × 10−3 kg/m

(b) Le module de la vitesse maximale d’une particule est

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 47

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢
 = 270 24 × 10−3 = 0648 m/s
 2
E50. (a) On donne  = 2 =  , donc  = 400 m

On calcule ainsi la vitesse de propagation :


 2
=  = =⇒  = 0500 m/s
4
¡ ¢ ¡ ¢
(b) On indique que  = 03 sin 2  − 4  . À  = 0 cette équation devient  = 03 sin 2  ,
ce qui se traduit par le graphe suivant :

¡ 3
¢
À  = 3 s, on obtient  = 03 sin 2 − 4 . Comme l’onde avance à  = 0500 m/s vers
la gauche, il suffit de reprendre le graphe précédent en décalant la courbe de

∆ = − = −0500(3) = −15 m, soit

E51. (a) On obtient facilement


¡ ¢
 = 500 × 10−3 sin (300) cos (420)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.

(b) Pour une valeur donnée de la position sur la corde, l’amplitude de l’onde stationnaire
prend une valeur maximale que l’on calcule ainsi :
¡ ¢
max =  sin() = 500 × 10−3 sin (300 (017)) = 463 × 10−3 m

(c) On trouve un ventre chaque fois que sin() = ±1 donc lorsque  = 2  3 5
2  2 , ou encore
(2+1)
lorsque  = 2 dans laquelle  ∈ N On peut modifier cette égalité et écrire que
(2+1) (2+1)
= 2 = 2(300) = (2 + 1) (005236)

48 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


La valeur la plus proche de 025 m s’obtient lorsque  = 2 soit

 = (2(2) + 1) (005236) = 0262 m

(d) Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de la fonction d’onde et la valeur du temps,
et on trace le graphe de  pour  allant de l’origine à 5 cm :

 restart;
 y:=’5e-3*sin(30*x)*cos(420*t)’;
 t:=0;
 plot(y,x=0..0.30);

Ce graphe permet de vérifier les réponses obtenues en (a) et en (b). Toutefois, si on crée
une animation, la vérification s’avère plus facile. On y arrive en redonnant à  le statut
de variable, en définissant la période  en chargeant la commande « animate » et en
lançant cette commande sur le même intervalle pour  et sur toute une période :

 t:=’t’;
 T:=2*Pi/420.0;
 with(plots):
 animate(y,x=0..0.30,t=0..T);

E52. (a) Comme on l’a vu à l’exercice 33, la densité de masse linéique peut être exprimée en
fonction de la masse volumique  et de l’aire de la section du fil s , soit  = s . Pour
 = 2  la contrainte de traction  devient
2 2
q
 = s = s =  
s
s
=  2  =⇒  = 
 =⇒ CQFD

(b) On calcule directement


q q
9
 =  = 4×10 7860 = 713 m/s

E53. On utilise le résultat de l’exercice 33,  = 2  avec


¡ ¢2
 = 2  =  2 2 = (230)2 (7860)  03 × 10−3 = 118 N

E54. On donne 1 = 120 m/s. On conserve la même tension et le même métal, mais on double
le rayon du fil, soit 2 = 21 .

On combine le résultat de l’exercice 33,  =  2  avec  =  2 , ce qui donne


q

 = 2  =  2 2 =⇒  =  2

On établit ensuite le rapport entre les vitesses finale et initiale :


q q
2  12 1 1 1
1 =  2
2
 = 2 =⇒ 2 = 2 1 = 2 (120) = 600 m/s
 ∆
E55. (a) 2 =  =⇒ ∆ = 0191 m
 ∆
(b) 2 =  =⇒  = 377 rad

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 49

© ERPI, tous droits réservés.


E56. On donne  = 15 × 103 m/s la vitesse de chacune des impulsions comportant quatre
périodes d’une onde sinusoïdale de fréquence  = 200 MHz.

(a) On suppose qu’une impulsion frappe un premier interface entre deux couches de tissus
différents. Cette impulsion est partiellement réfléchie et partiellement transmise. Le temps
que mettra cette impulsion avant d’être totalement réfléchie correspond à
³ ´ ³ ´
réflexion = 4 = 4 1 = 4 200×10
1
6 = 200 × 10−6 s

soit le délai qui sépare l’arrivée du début et de la fin de l’impulsion, constituée de quatre
longueurs d’ondes complètes, à l’interface.

Soit  la distance qui sépare le premier interface du suivant. Pour que la fraction de
l’impulsion transmise du premier interface traverse cette distance , frappe le second
interface, s’y réfléchisse partiellement et revienne vers la sonde émettrice après ce qui
a été réfléchi au premier interface, la distance  doit posséder une valeur minimale qui
satisfait l’équation suivante de la cinématique :
réfl e x io n (15×103 )(200×10−6 )
2 = réflexion =⇒  = 2 = 2 = 150 mm

Le facteur 2 vient de ce que la distance  est franchie à l’aller et au retour.

(b) Chacune des impulsions émise par la sonde est réfléchie et transmise à la surface du corps

sur lequel on opère l’examen. Le temps nécessaire à la réflexion de l’impulsion constituée


de quatre longueurs d’onde est celui déjà calculé en (a):

réflexion = 200 × 10−6 s

Le point initial de la fraction transmise de l’impulsion voyage à travers la couche d’épais-

seur  = 002 m, ira se réfléchir à l’unique interface et remontera vers la surface du corps
en un temps interface dont la valeur correspond à
2 2(002)
2 = interface =⇒ interface =  = 15×103
= 267 × 10−5 s

On suppose que lorsqu’un délai correspondant à

∆ = interface − réflexion = 267 × 10−5 − 200 × 10−6 = 247 × 10−5 s

s’est écoulé, une nouvelle impulsion est émise par la sonde. Si c’est le cas, lorsque la se-
conde impulsion aura terminé de se réfléchir, la partie transmise de la première impulsion
reviendra à la surface en suivant directement la fin de la seconde impulsion réfléchie. Dans

ce cas, la partie réfléchie de la seconde impulsion et la partie transmise de la première


seront indicernables.

50 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


Pour éviter ce problème et faire en sorte que la réflexion sur l’interface qui se trouve à 2
cm sour la surface soit détectable, la fréquence à laquelle il faut émettre les impulsions
doit être inférieure à
1 1
 ∆ = (247×10−5 )
= 405 kHz

E57. On donne  = 45 m,  = 3 m/s et  = 20 s.

À partir de l’équation 2.5c, on calcule la longueur d’onde des vagues :

 =  = 3 (2) = 600 m

On peut combiner les équations 2.11a et 2.11b afin d’obtenir le déphasage total lorsqu’il
provient d’une différence de pas et d’un délai :
¡ ¢
∆ = ∆ + ∆∆ = 2  + ∆  (i)

(a) Dans cette situation, il n’y a pas de délai temporel ∆ puisque les deux bateaux oscillent
en phase :
¡ ¢ ³ ´
∆ = 2  = 2 45
6 = 3
2 rad

(b) Les deux bateaux sont maintenant déphasés d’une demi-période. Comme on ne spécifie
pas lequel des bateaux est déphasé alors ∆ = ± 2 et l’équation (i) devient
¡ ¢ ³ ´
45  2
∆ = 2  + ∆  = 2 6 ±  = 5  
2 ou 2 = 2 rad

(c) Si le bateau le plus près de l’observateur oscille avec une avance d’un quart de période

sur l’autre bateau alors le délai temporel correspond à ∆ = 4 et
¡ ¢ ³ ´
 4
∆ = 2  + ∆  = 2 456 +  = 2 ou encore 0 rad

E58. On donne  = 40 N, 2 = 03 m et 2 = 41 = 0016 kg/m. Comme la tension est la


même sur toute la corde, la vitesse des ondes sur la portion 2 correspond à
q q
2 =  = 001640
= 50 m/s
2

Pour que l’onde transmise sur la portion 3 interfère constructivement, une onde station-
naire (voir la section 2.9) doit s’installer sur la portion 2 de la corde. Si on cherche la
fréquence minimale, cette onde stationnaire ne doit posséder qu’un ventre et la longueur

d’onde sur la partie 2 correspond à

2 = 22 = 2 (03) = 06 m

On obtient la fréquence de l’onde initiale en faisant appel à l’équation 2.5c :


2 2 50
2 =  =⇒  = 2 = 06 = 803 Hz

E59. À travers la portion plus longue du trombone, pour laquelle on ajoute un parcours sup-

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 51

© ERPI, tous droits réservés.


plémentaire de 2∆on ajoute un délai temporel ∆ correspondant à
2∆
∆ =  (i)

Si l’interférence doit être destructive, ce délai est déterminé par l’équation 2.12d :
¡ ¢
∆ =  + 12  (ii)

On cherche la valeur minimale, de sorte  = 0. Pour obtenir la relation cherchée on

combine les équations (i) et (ii) en rappelant que  =  −1 :


2∆
¡ 1
¢ 2∆ 1 
 = 0 + 2  =⇒  = 2 =⇒ ∆ = 4

E60. On donne  = 2 m. À  = 10 s, la première onde possède un maximum à 1 = 12 m. Au


même moment, la deuxième onde possède un maximum à 2 = 295 m.

(a) Afin de trouver la plus petite valeur possible de , la différence de marche, on doit trouver
la distance entre les deux premiers maximum de chaque onde.

La deuxième onde possède un maximum à 2 = 295 m, mais cette valeur est supérieure

à la longueur d’onde  = 2 m. Le premier maxima de cette onde se situe donc plutôt à

02 = 2 −  = 295 − 2 = 095 m

et la différence de marche est

 = 1 − 02 = 120 − 095 = 250 cm

(b) Selon l’équation 2.11a, la différence de phase est


¡ ¢ ³ ´
∆ = 2  = 2 025 2 = 4

(c) On fait directement la différence entre 1 et 2 puis on prend la valeur absolue du résultat :

 = |1 − 2 | = |120 − 295| = 175 cm


¡ ¢ ³ ´
(d) ∆ = 2  = 2 175 2 = 74

E61. (a) On superpose les deux ondes sur la corde et on calcule la déformation au même instant
 = 0. La déformation totale correspond à

 = 1 + 2 (i)

Les deux ondes possèdent la même amplitude  = 150 mm et la même fréquence  .


Comme il s’agit de la même corde, on en déduit que la longueur d’onde  et le nombre

d’onde  sont les mêmes pour les deux ondes. La déphasage entre les deux ondes est
2
= 3 et on fait l’hypothèse que les ondes voyagent vers la droite. Avec ces informations,
l’équation (i) devient

 =  sin( −  + ) +  sin( − ) =  sin( + ) +  sin() (ii)

52 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


On fait appel à l’identité trigonométrique qui permet d’additionner deux sinus,
¡ ¢ ¡ ¢
sin() + sin () = 2 sin +2 cos −
2

afin de réécrire l’équation (ii) :


¡ ¢ ¡ ¢ ¡ ¢ ¡ ¢ ¡ ¢
 = 2 sin 12 (2 + ) cos 12 () = 2 sin  + 3 cos 3 =  sin  + 3 (iii)

On constate que l’amplitude reste la même à  = 150 mm

(b) On reprend l’équation (iii) en supposant que la valeur du déphasage est inconnue :
³ ´ ³ ´
 = 2 sin  + 2 cos 2 (iv)

Si l’amplitude de la déformation totale est 0 = 3 mm, alors 0 = 5 et en faisant appel
à l’équation (iv), on a
³ ´ ³ ´ ³ ´
0 = 2 cos 2 =⇒ 
5 = 2 cos 
2 =⇒ cos 
2 = 1
10 =⇒

2 = 147 =⇒  = 294 rad
1 07×10−3
E62. On donne 2 = 05×10−3
= 140

(a) On utilise le résultat de l’exercice 33,  =  2  avec les équations 2.1 et 2.16 pour établir
le rapport des fréquences fondamentales :
2
q
 q r
2 2 1 2
=  = 12 = 12 = 140
2
1 = 1 = 1 =
2 q
 2
2 2
1

(b) Comme on l’a vu en (a), si les cordes ont la même fréquence fondamentale, la vitesse de
propagation est la même, soit
³ ´2
2 2 2 2 22 22 1
1 = 1 2 = 1 = 12
= 12
= 140 = 0510
2
E63. (a) 2 = 2 =⇒  = 2  = 480 m/s
  
(b)  =  = 2
=⇒  = 2
= 0911 g
3
E64. (a)  = 2 =⇒  = 105 × 103 Hz

= 3 =⇒  = 0400 m

(b) On donne 2 = 2 × 10−3 m. On calcule le nombre d’onde,  = 2 2


 = 4 = 157 rad/m, et
¡ ¢
la fréquence angulaire,  = 2 = 2 105 × 103 = 660 × 103 rad/s. On obtient ainsi
¡ ¢ ¡¡ ¢ ¢
 = 200 × 10−3 sin (157) cos 660 × 103 

où  et  sont en mètres, et  en secondes.


¡ ¢ ¡ ¡ ¢ ¢
(c)  = 100 × 10−3 sin 157 ± 660 × 103 

où  et  sont en mètres, et  en secondes.


1
E65. On donne 2 = 12  Avec les équations 2.1 et 2.16, on établit le rapport des fréquences
fondamentales :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 53

© ERPI, tous droits réservés.


q
2  q q q
2 2 2 1 1 1
1 = 2
1 = 1 = q

= 2 =⇒ 2 = 1 2 = (180) 2 = 127 Hz
2 1

E66. (a) 1 = 2 =⇒  = 21  = 132 m/s

(b)  =  2 = 523 N
2
E67. = 
2 =⇒ 1 = 1
2 =⇒ 2 = 1 21 = 0450 m

On produit le son demandé en appuyant à 150 cm du bout .


q q
E68. On calcule la vitesse de propagation,  =  =  = 800 m/s, et les fréquences sont

obtenues grâce à l’équation 2.16,  = 2 

Pour 1  2 et 3 , on obtient 160 Hz, 320 Hz, 480 Hz .


q
3 3  −3 kg/m
E69. 3 = 2 = 2  =⇒  = 161 × 10
q
2 2
E70. 1 =  =⇒ 2 = 287 N
q 1
E71.  =  = 553 m/s =⇒ 3 = 2 3
= 593 Hz
2
E72. (a)  =  = 3 m =⇒ ∆ = 150 m

(b)  = − sin () cos () = −0145 m/s

E73. (a)  = 00600 sin (628) cos (314)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.

(b)  =  où  ∈ N =⇒  = 0500 m, 100 m


(2+1)
(c)  = 2 où  ∈ N =⇒  = 0250 m, 0750 m
¡ ¢
(d)  = 00600 sin 2
8 = 424 × 10
−2 m

E74. Puisque  = 24 ms et  =  = 037 m, on obtient


¡ ¢
 = 300 × 10−3 sin (170 ± 262)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.

E75. Selon l’exercice 33,  = s . On a donc


q
 1  2
 = 2 = 2 s =⇒  = (2 ) s =⇒
2 (22 )2 s2 22 s2
1 = (21 )2 s1
= 12 s1

Selon la donnée, s2 = 2s1  1 = 320 Hz et 2 = 400 hz. Ainsi,


2 (400)2 (2s1 )
1 = (320)2 s1
= 313

E76. Selon l’exercice 33,  = s ; donc


q ³ ´2
3 3  2
3 = 2 = 2 s =⇒  = 3 s = 889 N
¡ ¢
E77. Soit  = 1 + 2 = 2 sin 84 + 6 cos (50)  Les nœuds se produisent lorsque

84 + 6 = , où  ∈ N =⇒  = 0312 m, 0686 m

54 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


q
 1 
E78. On sait que  = 2 = 2 
1
(a)  ∝  =⇒  = 08001

(b)  ∝ √1
=⇒  = 1121


(c)  ∝  =⇒  = 1091

(d)  = (08) (112) (109) 1 = 09771

E79. On donne  = 0018 m et les fréquences fondamentales ( = 1) se trouvent entre min =


100 Hz et max = 400 Hz.

(a) On utilise l’équation 2.16 du manuel afin de trouver une expression pour la vitesse des
ondes :

 = 2 =⇒  = 2 

On calcule ensuite les vitesses minimale et maximale des ondes sur les cordes vocales avec
cette expression :

min = 2 (100) (0018) = 360 m/s

max = 2 (400) (0018) = 144 m/s

L’intervalle des valeurs de vitesse va donc de 360 m/s à 144 m/s

(b) Selon l’équation 2.1 :


q
 =  =⇒  =  2

On cherche le rapport entre les valeurs de tension qui découlent de l’écart des vitesses.
Dès lors, on peut écrire que
max 2
max 2
max (360)2
min = 2
min
= 2
min
= (144)2
= 160

E80. = 
2
= 5 × 10−3 kg/m =⇒  = 12  ()2  = 568 mW

E81. On calcule  = 2
 = 251 rad/s; puis  = 
 = 16 m/s, donc  = 12  ()2  = 806 mW
q
E82. On calcule  = 
 = 707 m/s. Comme  = 12  ()2  on obtient  = 276 mm

E83. On calcule  = 
 = 125 m/s; donc  = 12  ()2  = 144 mW

Problèmes

P1. La contrainte de traction  du fil d’acier équivaut au rapport entre le module de la tension

 dans le fil et son aire de section s :  = s = 2 × 108 N/m2 . La masse volumique de

l’acier est de  = 7860 kg/m3 . Selon l’exercice 33,  = s ; donc


q q q
 =  =  
s
= 
 = 160 m/s

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 55

© ERPI, tous droits réservés.


q
 
P2. (a) On sait que  = 2   En dérivant par rapport à  on obtient
q ³ ´ q ¡ ¢
  1 1 √1   1 1  
 = 2  2  = 2  2 =⇒  = 2

Pour une faible variation du module de la tension, on obtient


  ∆
∆ =  ∆ =⇒ ∆ = 2 ∆ =⇒  = 05 ∆
 =⇒ CQFD

(b) Si  = 400 Hz et que le module de la tension est abaissé de 3 % on arrive à


∆
 = −003 =⇒ ∆ = 05 ∆ 0
 = −6 Hz =⇒  =  + ∆ = 394 Hz

(c) Si la fréquence fondamentale varie de 260 Hz à 262 Hz, le module de la tension doit

augmenter de
¡ ¢
∆
 = 2 ∆
 =2
2
260 = +154 %

P3. Le fil va cesser d’être en contact avec la corde lorsque lorsque le module de l’accélération
maximale de la parcelle de corde qui supporte le morceau de fil devient supérieur au
module de l’accélération gravitationnelle, ( )max  . Lorsque cela se produit, la corde

se dérobe sous le fil plus rapidement qu’il ne peut tomber. On calcule la valeur limite de
l’amplitude en supposant que la valeur maximale de l’accélération a été atteinte :

( )max =  =⇒  2  =  =⇒ (21 )2  =  =⇒  = 


4 2 12

P4. On calcule la vitesse de propagation avec l’équation 2.5c, soit  = sol sol = 2509 m/s.
 
Comme 1 = 2  on trouve la longueur de corde d’une note avec  = 21 :

la = 2la = 570 cm

si = 2si = 508 cm

do = 2d o = 479 cm

ré = 2ré = 427 cm

P5. (a) Pour une onde de faible amplitude, on calcule la puissance transmise de proche en proche

par la projection de la tension dans la direction du déplacement de la particule, soit


verticalement. Si  =  sin  on a

 =   
 =  sin   (i)

Si l’amplitude est faible et parce que la pente est négative à la figure 2.42, on peut affirmer

que sin  ≈ tan  = −  . Avec ce remplacement, l’équation (i) devient
³ ´
   
 =  −   =⇒  = −   =⇒ CQFD
 
(b) Si  =  sin ( − ), on a  = − cos ( − ) et  =  cos ( − ), que l’on
insère dans le résultat de la partie (a) :

56 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


 
 = −   = − ( cos ( − )) (− cos ( − )) =⇒
¡ ¢ ¡ ¢
 =  2  cos2 ( − ) = 2 2   cos2 ( − ) =⇒

 =  ()2  cos2 ( − ) (ii)

Pour une certaine valeur de la position, durant une période, la valeur moyenne de
cos2 ( − ) est de 12  Avec ce résultat, on exprime la valeur moyenne de la puissance
transmise au moyen de l’équation (ii) :

moy =  =  ()2  cos2 ( − ) = 1 2


2  () 

Ce résultat est identique à l’équation 2.19.

P6. Soit  la position d’un élément de la corde de longueur  mesurée à partir de l’extrémité

inférieure. Le module de la tension dans la corde augmente linéairement à partir de


l’extrémité inférieure, ce qui permet d’exprimer la vitesse de propagation d’une onde
comme une fonction de la position :
q √
 =  = ()  =⇒  =  = 

Comme  =   on a  = 1  = √1 ,
 et le temps que prend une impulsion pour aller
de l’extrémité inférieure à l’extrémité supérieure est donné par
R R h q ¯ q
¯
 = √1  =⇒  = 2  ¯ =⇒  = 2  =⇒ CQFD
0 0 0
P7. Selon l’équation (ii) du problème 5, pour une onde sinusoïdale progressive de forme
 =  sin ( − )  la puissance instantanée transmise le long d’une corde s’exprime
comme suit

 =  ()2  cos2 ( − )

En fonction de l’identité trigonométique sin2  + cos2  = 1 on voit que

 = 0 =⇒ sin ( − ) = 0 =⇒ cos2 ( − ) = 1

Donc,  est maximale lorsque  = 0 =⇒ CQFD

À l’inverse,

 = ± =⇒ sin2 ( − ) = 1 =⇒ cos2 ( − ) = 0

Donc,  est minimale lorsque  = ± =⇒ CQFD



P8. Si  = 0 est un nœud et que  =  est un ventre, les valeurs possibles pour  sont 4
3 5 7 (2−1) 4
4  4  4  soit  = 4  où  ∈ N∗  de sorte que  = (2−1)  Les différentes valeurs

de fréquence sont données par


  (2−1)
 =  = 4

= 4 où  ∈ N∗
(2−1)

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 57

© ERPI, tous droits réservés.


P9. Selon l’équation 14.5 du tome 1, le module de Young  et la contrainte de traction

= s sont liés par  =  =  ∆
  Selon l’exercice 33,  = s  de sorte que la vitesse

de propagation est donnée par


q q q q
 =  =  
s
= 
 =⇒  = ∆
 =⇒ CQFD

P10. Pour une onde stationnaire,  = 2 sin () cos (), et la vitesse d’une particule est

donnée par  =  = −2 sin () sin (). Pour une parcelle de corde de masse

 =  l’énergie cinétique est donnée par


2 
 = 2 = 
2 (−2 sin () sin ())2  = 2 ()2 sin2 () sin2 () 

L’énergie cinétique par unité de longueur est donc



 = 2 ()2 sin2 () sin2 ()

La valeur moyenne de sin2 () sur une période est de 12 , de sorte que
¡  ¢ 2 2 2
¡  ¢ 2 2
 moy = 2 () sin () sin () =⇒  moy =  () sin () =⇒ CQFD

Pour la même parcelle de corde, l’énergie potentielle associée à l’étirement


r infinitésimal de
p ³ ´2

la corde est  =  ( − ). On sait que  = 2 + 2 =  1 +   Toutefois,

si l’amplitude est faible  ¿ 1 et qu’on fait appel à l’approximation du binôme, qui veut
que (1 + ) ≈ 1 +  lorsque  ¿ 1 on obtient
µ ³ ´2 ¶12 ³ ´2
 
 =  1 +  ≈  + 
2  et
µ ³ ´2 ¶ ³ ´2
    
 =  ( − ) =   + 2  −  = 2  (i)

Avec  = 2 cos () cos (), l’équation (i) devient

 =  
2 (2 cos () cos ())2 = 2 ()2 cos2 () cos2 ()

L’énergie potentielle par unité de longueur est donc



 = 2 ()2 cos2 () cos2 ()

La valeur moyenne de cos 2 () sur une période est de 12 , de sorte que
¡  ¢ 2 2
¡  ¢ 2 2
2
 moy = 2 () cos () cos () =⇒  moy =  () cos () =⇒ CQFD

P11. (a) Comme  =  + on peut exprimer l’énergie mécanique moyenne par unité de longueur
en utilisant le résultat obtenu au problème 10 :
¡  ¢ ¡  ¢ ¡  ¢ 2 2 2 2
 moy =  moy +  moy =  () sin () +  () cos () (i)

Toutefois, comme  2 = 2  2 = 2 , l’équation (i) devient


¡  ¢ 2¡ 2 2
¢ 2
 moy =  () sin () + cos () =  ()

Pour une corde de longueur  l’énergie mécanique est

58 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


¡  ¢
=  moy  =⇒  =  ()2  =⇒ CQFD

(b) La distance entre 2 nœuds est de 2, et  = 2 Sur une telle longueur, l’énergie
mécanique est
¡ ¢ 2 ¡¢
 =  
 moy 2 =  (2)

2 = 2 2   2  =⇒  = 2 2 2  =⇒ CQFD

P12. On donne  = 06 m et  = 2 × 10−3 kg; donc  = = 333 × 10−3 kg/m et le module

q
de la tension est  = 200 N. On calcule la vitesse de propagation,  =  = 245 m/s,

la longueur d’onde,  = 2 = 12 m, et la fréquence,  =  = 204 Hz.

D’après le problème 11, avec  = 1 × 10−3 m, l’énergie mécanique dans la corde est
¡ ¢¡ ¡ ¢¢2
 =  ()2  =  (2)2  = 333 × 10−3 2 (204) 1 × 10−3 (06) = 328 mJ

Comme l’énergie est proportionnelle au carré de l’amplitude, si cette dernière diminue à


0 = 09 on trouve que  0 = 081 La moitié de la perte rayonne sous forme de son,
019
donc ∆son = 2 = 0095 L’autre moitié est perdue en chaleur ou en déformation
plastique comme, par exemple, dans l’usure des doigts du musicien !

L’émission du son s’effectue en ∆ = 01 s, ce qui correspond à une puissance sonore de


∆so n 0095
son = ∆ = 01 = 312 mW

P13. D’après la section 2.11 et le problème 11, la densité d’énergie linéique s’exprime comme
= 
 = 12  ()2 . Toutefois, comme  = 12  ()2  on obtient  =  =⇒ CQFD

P14. (a) La deuxième loi de Newton appliquée à la particule  contient deux forces de rappel, l’une
dirigée vers la particule  − 1, qui se trouve à gauche et l’autre dirigée vers la particule
qui se trouve à droite,  + 1. Si  est la masse de la particule  et  sa position à tout
moment, on obtient
2
 2 = − ( − −1 ) +  (+1 −  ) =⇒
2
 2 =  (+1 + −1 − 2 ) =⇒ CQFD

(b) La position d’équilibre de la particule  est  = , et on suppose que cette particule
oscille autour de cette position d’équilibre selon  =  sin ( − ). Si on utilise cette

expression pour les particules  − 1  et  + 1 dans le résultat obtenu en (a), on trouve

− 2  sin ( − ) =

 (sin ( ( + 1)  − ) + sin ( ( − 1)  − ) + 2 sin ( − )) (i)


¡ ¢ ¡ ¢
Si on applique l’identité trigonométrique sin  + sin  = 2 sin + 2 cos −
2 aux deux
termes du centre, l’équation (i) devient

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques 59

© ERPI, tous droits réservés.


− 2  sin ( − ) = 2 sin ( − ) (cos () − 1)
L’annexe E donne une autre identité trigonométrique, cos (2) = 1 − 2 sin , qui permet
de modifier le dernier terme à droite. Ainsi,
¡ ¡ ¢ ¢
− 2  sin ( − ) = 2 sin ( − ) 1 − 2 sin 
2 −1 =⇒
¡ ¢
− 2  sin ( − ) = −4 sin ( − ) sin 
2 =⇒
¡ ¢ ¡ ¢
 2 = 4 sin 2 =⇒  2 = 4 sin 2

=⇒ CQFD
P15. (a) La loi de Hooke appliquée à de petites déformations du Slinky donne, si  À 0 
q q q
 =  ( − 0 ) ≈ 0 =⇒  =  =   =⇒  =   
=⇒ CQFD

q
(b) On trouve ∆ =  =  
 une quantité indépendante de la longueur. =⇒ CQFD
P16. (a) On pose
1 1
1 + 2 = 0 =⇒ 1 = −2 =⇒ 2+(2−3)2
= 2+(2−3−6)2
=⇒
2 − 3 = ± (2 − 3 − 6) (i)
Comme on cherche un résultat indépendant du temps, on choisit  = 0 de sorte que

±2 = 2 − 6 et le seul résultat cohérent est  = 150 m


(b) Comme on cherche un résultat indépendant de la position, on pose  = 0, et l’équation
(i) devient ±3 = 3 − 6, et le seul résultat cohérent est  = 100 s
2
P17. On calcule la fréquence angulaire,  =  = 314 rad/s, puis la longueur d’onde,
2
 =  = 05 m, et le nombre d’onde,  =  = 126 rad/m, de sorte que, pour une onde
se déplaçant dans le sens des  négatifs, on obtient
 =  sin( +  + ) =  sin (126 + 314 + )
Et la vitesse d’une particule est donnée par

 =  = 314 cos (126 + 314 + )
À  = 0 et  = 0

 = 3 × 10−3 =  sin  (i)


 = −2 = 314 cos () =⇒ − 637 × 10−3 =  cos () (ii)
Si on additionne le carré de l’équation (i) avec le carré de l’équation (ii) et qu’on utilise
l’identité sin2  + cos2  = 1 on trouve  = 704 × 10−3 m. Puis, en divisant l’équation
(i) par l’équation (ii), on trouve  = 270 rad, de sorte que
¡ ¢
 = 704 × 10−3 sin (126 + 314 + 270)

où  et  sont en mètres, et  en secondes.

60 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 2 : Les ondes mécaniques v10

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 3 : Le son

Exercices

E1. On insère les données directement dans l’équation 2.5c, et on trouve ainsi la longueur

d’onde :
 340
=  = 1×105
= 340 mm

E2. On insère les données directement dans l’équation 2.5c, et on trouve ainsi la longueur

d’onde :
 340
=  = 35×104
= 971 mm

E3. On insère les données directement dans l’équation 2.5c, et on trouve ainsi la longueur
d’onde :
 1500
=  = 4×106
= 0375 mm

E4. L’intervalle de temps qui sépare l’arrivée du son voyageant dans les deux milieux équivaut
à ∆ = 32 s.
∆
Toutefois, pour chaque son, l’intervalle de temps est donné par ∆milieu = m ilieu . Ainsi
³ ´−1
∆ = ∆air − ∆eau = ∆a ir
− ∆
e a u =⇒ ∆ = 1
a ir − 1
e a u ∆ =⇒
¡ 1 1
¢−1
∆ = 340 − 1500 (32) = 141 × 103 m

E5. (a) On insère directement les données dans l’équation 3.2a, et on calcule ainsi la vitesse du
son :
q q
 28×1010
=  = 136×10−3 = 143 km/s

(b) On calcule la longueur d’onde avec l’équation 2.5c :


 143×103
=  = 41000 = 143 m

E6. En utilisant l’équation 3.2a on obtient


q q
141×105
(a) Pour l’oxygène,  =   = 143 = 314 m/s
q q
170×105
(b) Pour l’hélium,  =   = 018 = 972 m/s

E7. On insère les données dans l’équation fournie, ce qui donne


q q
2×1011
 =  = 78×10 3 = 506 km/s

E8. Le premier son voyage le long du tuyau, alors que le second voyage dans l’air. Pour
∆
chaque son, l’intervalle de temps est donné par ∆milieu = m ilie u et l’intervalle qui les
sépare correspond à

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 61

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´ ¡ ¢
∆ ∆ 1 1 1 1
∆ = ∆air − ∆Pb = a ir − P b = ∆ a ir − P b = 100 340 − 1320 = 0218 s

E9. On insère les données dans l’équation fournie, ce qui donne


q q 10
 =  = 25×10

27×103 = 304 km/s

E10. On insère
r les données
r dans l’équation fournie, ce qui donne
10
+  14×1011 + 42×10
= 
3
= 892×103
3
= 416 km/s

E11. Pour une onde longitudinale dans un fluide, l’équation 3.18 décrit l’amplitude de dépla-
0
cement, soit  = 0 sin ( − ). Avec  =  et 0 = 0  qui se réécrit 0 =   on
calcule

 = −0 cos ( − ) = −0 cos ( − ) = − 0
 cos ( − ) =⇒
 
  = −0 cos ( − )

Si on compare ce résultat avec l’équation 3.15, qui décrit l’amplitude de pression, on voit
 
que  =   =⇒ CQFD

E12. Par analogie avec les ondes stationnaires transversales étudiées à la section 2.8, on déduit
¡ ¡ ¢ ¢
que 1 et 2 sont décrits par 200 sin 530 ± 180 × 103  , où  est en pascals,  en
mètres et  en secondes.

E13. On trouve les longueurs des colonnes d’air grâce à l’équation des tuyaux fermés,  = 4 

où  = 1 3 5 ce qui donne


(1) (1)(340) 3 (3)(340)
1 = 41 = 4(440) = 193 cm et 3 = 43 = 4(440) = 580 cm
1
E14. Selon l’équation 3.4, le graphe de la fréquence fondamentale en fonction de 2 a pour
pente la vitesse du son. Dans le logiciel Maple, on crée un ensemble de données pour 
1
et on modifie l’ensemble pour qu’il contienne les valeurs de 2 correspondantes :

 restart;
 data_L:=[0.18,0.35,0.52,0.76];
 data_x:=map(x-1/(2*x),data_L);
£ 1
¤
On crée ensuite un ensemble de données pour les couples de valeurs 2  et on trace le

graphe avec la commande "pointplot" qui est associée à la librairie "plots". Pour qu’elle
fonctionne, on doit invoquer cette libraire :

 data:=[[2.78,944],[1.43,472],[0.961,321],[0.658,221]];
 with(plots):
 pointplot(data);

Le graphe montre un alignement des points selon une droite. Pour obtenir la pente de

62 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.


cette droite, on charge la librairie "CurveFitting" et on lance la commande qui permet
d’effectuer une régression linéaire des données :

 with(CurveFitting):
 LeastSquares(data, x);

Selon ces résultats, la vitesse du son possède une valeur approximative de ≈ 340 m/s .

E15. On combine les équations 3.3, 2.16 et 2.1, et on pose que


q ³ ´2 ³ ´2
3 2  3c 3(340)(06)
4t = 2c  =⇒  =  4t = (12) 4(1) = 281 N

E16. À chaque tour du disque percé, 40 oscillations se produisent. La fréquence de rotation


1200 tours
équivaut à r = 1 min = 20 tours/s.

(a) On calcule ainsi la fréquence fondamentale de l’onde sonore émise :

 = 40r = 800 Hz

(b) Non , cette fréquence n’est pas unique, car plusieurs harmoniques sont associées à des
fréquences plus élevées.

E17. On calcule les trois plus basses fréquences associées aux trois premiers modes au moyen

de l’équation 3.4 :

 = 2 =⇒ 1 = 850 Hz , 2 = 170 Hz , 3 = 255 Hz

E18. En se servant des équations 3.1 et 2.5c, et en se rappelant que  s’exprime en Kelvins,
on pose que
√ √ q
10◦ 10◦ 10◦
 ◦ =
√ =⇒ 10 = 20
◦ ◦ √ = 1000 283
293 = 983 Hz
20 20◦ 20◦

E19. (a) Si tous les trous de la flûte sont bouchés, on obtient


 340
1 = 2 = 2(06) = 283 Hz

(b) En utilisant de nouveau l’équation 3.4, on trouve


 340
= 21 = 2(330) = 515 cm

E20. (a) On utilise l’équation 3.3 pour les tuyaux fermés et on obtient
 340
= 41 = 4(25) = 340 m

(b) On utilise l’équation 3.4 pour les tuyaux ouverts et on obtient


 340
= 21 = 2(500) = 0340 m

E21. On cherche ∆ = 20◦ − 5◦  mais on sait que  = 2  dans le cas du mode fondamental
pour un tuyau ouvert. Ainsi
20◦ −5◦ 344−335
∆ = 20◦ − 5◦ = 2 = 2(030) = 150 Hz

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 63

© ERPI, tous droits réservés.


E22. (a) Si la voiture se déplace vers l’observateur, on peut dire, grâce à l’équation 3.7, que ce
dernier percevra une fréquence
³ ´ ³ ´
 340
 0 = − S
 = 3
340−30 1200 = 132 × 10 Hz

(b) Si la voiture s’éloigne de l’observateur, toujours au moyen de l’équation 3.7, on obtient


³ ´ ³ ´
 340
 0 = + S
 = 340+30 1200 = 110 × 10 Hz
3

E23. (a) On arrive à calculer la longueur d’onde effective au moyen de l’équation qu’on trouve à
la section 3.3 :
−S
0 =  = 340−25
400 = 788 cm

(b) De la même façon, on calcule


+S
0 =  = 340+25
400 = 913 cm

E24. En comparant l’équation de la section 3.3 et les nouvelles données, on constate que la
longueur d’onde effective ne varie pas d’une situation à l’autre. Ainsi
 340
=  = 400 = 850 cm
³ ´
±O ±S
E25. Pour chacun des cas, on utilise les équations  0 = ±S  et 0 =  
³ ´ ³ ´
 340
(a)  0 = −S
 = 0
340−40 200 =⇒  = 227 Hz
−S
0 =  = 340−40
200 =⇒ 0 = 150 m
¡ O¢ ¡ ¢
(b)  0 = +
  = 340+40
340 200 =⇒  0 = 224 Hz

0 = 
 = =⇒ 0 = 170 m
340
200
³ ´ ³ ´
(c)  0 = + O
−S  = 340+20 0
340−20 200 =⇒  = 225 Hz
−S
0 =  = 340−20
200 =⇒ 0 = 160 m

E26. On doit d’abord trouver la vitesse de la source responsable des changements de fréquences
perçues. Avec j = 24 tr/s, la fréquence de rotation du jouet et l’équation 11.9 du tome
1, on trouve que

S =  j  = 2j  = 2 (24) (12) = 181 m/s

On peut maintenant trouver les deux valeurs de fréquence avec l’équation 3.7 :
³ ´ ³ ´
0  340 0 3
min = + S
 = 340+181 200 =⇒ min = 171 × 10 Hz
³ ´ ³ ´
0  340 0 3
max = − S
 = 340−181 200 =⇒ max = 190 × 10 Hz

E27. Le klaxon de l’automobile est la source (S = 40 m/s) émettant à  = 400 Hz et le

chauffeur du camion est l’observateur (O = 15 m/s). Soit 10 , la fréquence perçue par
le chauffeur du camion pendant que l’automobile s’approche et 20 , la fréquence perçue

64 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.


après que l’automobile ait dépassé le camion. Dans les situations présentées en (a) et (b),
comme l’automobile roule initialement vers le camion, il est évident que 10  20 et on
cherche ∆ 0 = 10 − 20 . On utilise l’équation 3.7 du manuel pour le calcul de 10 et 20 .

(a) Le sens du mouvement de l’automobile et celui du camion permettent d’établir les signes
adéquats dans l’équation 3.7 :
³ ´ ³ ´
10 = − O
−S  = 340−15
340−40 (400) = 4333 Hz
³ ´ ³ ´
20 = + O
+S  = 340+15
340+40 (400) = 3737 Hz

De sorte que

∆ 0 = 20 − 10 = 3737 − 4333 = −596 Hz

(b) Il suffit de modifier le signe apparaissant devant O :


³ ´ ³ ´
10 = + O
−S  = 340+15
340−40 (400) = 4733 Hz
³ ´ ³ ´
20 = − O
+S  = 340−15
340+40 (400) = 3421 Hz

De sorte que

∆ 0 = 20 − 10 = 3421 − 4733 = −131 Hz

E28. (a) Le son est initialement émis par la source (la voiture de police) à une fréquence  Il
atteint l’observateur (le camion) et est perçu à une fréquence  0 . La réflexion du son sur
le camion ne modifie pas sa fréquence  0 . Le son se dirige vers la voiture de police et subit

un second effet Doppler. La voiture de police se déplace à une vitesse de module

p = 40 m/s vers le camion, alors que ce dernier se déplace à c = 20 m/s dans le même
sens. La fréquence  00 finalement perçue au retour à la voiture de police est donnée par
³ ´ ³ ´³ ´ ³ ´³ ´
+ + −c 340+40 340−20
 00 = +pc  0 = +pc −p  = 340+20 340−40 (600) = 676 Hz

(b) À cause du vent, les vitesses de la voiture de police et du camion par rapport à l’air
immobile sont p = 50 m/s et c = 30 m/s, et on obtient
³ ´³ ´ ³ ´³ ´
00 +p −c 340+50 340−30
 = +c −p  = 340+30 340−50 (600) = 676 Hz

(c) Dans ce cas, les vitesses sont p = 30 m/s et c = 10 m/s, et on obtient


³ ´³ ´ ³ ´³ ´
+ −c 340+30 340−10
 00 = +pc −p  = 340+10 340−30 (600) = 675 Hz

E29. Si l’observateur se situe entre le mur et l’auto, la fréquence a0 du son perçu en provenance
de l’auto est donnée par l’équation 3.7 :
³ ´ ³ ´
 340
a0 = − S
 = 340−833 (500) = 512558 Hz

Le son qui frappe le mur est modifié de la même manière et réfléchi vers l’observateur. La

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 65

© ERPI, tous droits réservés.


0 de ce son possède donc la même valeur que  0 , et la fréquence de battement
fréquence m a

entre ces deux sons équivaut à

bat = |a0 − m
0 | = 0 Hz

Si l’observateur se trouve sur le trajet déjà parcouru par l’auto, on obtient


³ ´ ³ ´
 340
a0 = + S
 = 340+833 (500) = 488043 Hz
0 = 51256 Hz, comme dans le premier calcul. La fréquence de battement
alors que m
entre ces deux sons devient ainsi :

bat = |a0 − m
0 | = |488043 − 512558| = 245 Hz

E30. Si la voiture s’éloigne du mur, l’observateur perçoit un battement lorsqu’il se situe sur
le trajet futur de la voiture. La valeur de ce battement est la même qu’à l’exercice
précédent puisque le signe devant S change lorsqu’on calcule a0 et m
0 . Il n’y a pas de

battement lorsque l’observateur se place entre la voiture et le mur, et les deux réponses
sont 0 Hz, 245 Hz .

E31. On doit d’abord trouver, au moyen de l’équation 3.7, la vitesse de la source :


³ ´ ³ ´
0
 0 = −
S
 =⇒  = 
−S =⇒  − S =  0 =⇒
³ ´ ¡ ¢
S =  1 − 0 =  1 − 600 640 = 00625

On reprend ensuite l’équation 3.7 pour le cas où la source s’éloigne et on obtient


³ ´ ³ ´ ³ ´
  1
 0 = +S
 = +00625  = 10625 (600) = 565 Hz

E32. On doit d’abord trouver l’intensité du son  produit par une personne, puis multiplier
cette intensité par le nombre total de personnes, soit  = 2 × 104 spectateurs. Au moyen
de l’équation 3.12 et de  = 50 dB, on trouve
³ ´  ¡ ¢
 = 10 log 0 =⇒  = 0 10 10 = 1 × 105 0
¡ ¢¡ ¢ ¡ ¢
Comme  0 =   = 2 × 104 1 × 105 0 = 2 × 109 0  alors
³ 0´ µ ¶
0  (2×109 )0
 = 10 log 0 = 10 log 0 = 930 dB

E33. On donne  = 04 cm2 = 4 × 10−5 m2 



Si on modifie l’équation 3.12, on obtient  = 0 10 10  En combinant ce résultat avec
l’équation 3.9, on obtient

 =  =⇒  = 0 10 10 (i)

(a) Avec  = 120 dB, dans l’équation (i), on obtient


µ ¶
¡ ¢¡ ¢ 120
 = 4 × 10−5 1 × 10−12 10 10 = 400 × 10−5 W

66 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Avec  = 0 dB, dans l’équation (i), on obtient
µ ¶
¡ ¢¡ ¢ 0
 = 4 × 10−5 1 × 10−12 10 10 = 400 × 10−17 W

E34. On reprend l’équation (i) de l’exercice 33 avec  = 42  qui correspond à l’aire d’une
sphère de rayon , ce qui donne
µ ¶
2¡ ¢
  100
 = 0 10 10 = 42 0 10 10 = 4 (40) 1 × 10−12 10 10 = 201 W

E35. On doit d’abord calculer l’intensité totale au moyen de l’équation 3.12 :


µ  ¶
1 2 ¡ ¢¡ ¢
tot = 1 + 2 = 0 10 + 10
10 10 = 1 × 10−12 108 + 1085 = 416 × 10−4 W/m2

On calcule ensuite le nombre total de décibels :


³ ´ ³ −4
´
 tot = 10 log to0t = 10 log 416×10
1×10−12 = 862 dB

E36. On utilise l’équation 3.12 dans les deux cas et on obtient


³ ´ ³ ´
5×10−7
(a)  = 10 log 0 = 10 log 1×10 −12 = 570 dB
µ ¶
 ¡ ¢ 75
(b)  = 0 10 10 = 1 × 10−12 10 10 = 316 × 10−5 W/m2

E37. (a) On combine les équations 3.9 et 3.21 pour calculer l’intensité moyenne. Ainsi, comme
moy = 12  (0 )2  et que  = 2 on obtient
 ¡ ¡ ¢¢2
moy = moy = 12  (0 )2  = 12 (129) 2 (600) 8 × 10−9 (340) = 199 × 10−7 W/m2

(b) Au moyen de l’équation 3.22, on obtient directement


20 (35)2
moy = 2 = 2(129)(340) = 140 × 10−2 W/m2

E38. On modifie l’équation 3.12 et on l’applique au signal (s) et au bruit (b), successivement :
s
s = 0 10 10 (i)
b
b = 0 10 10 (ii)

Si on divise l’équation (i) par l’équation (ii), on obtient


 s − b 
s s
b = 10 10 =⇒ b = 10 10 (iii)

où  = 80 dB représente la différence d’intensité entre le signal et le bruit sur l’échelle des


s
décibels; conséquemment, b = 100 × 108  Comme on sait que la puissance et l’intensité
s
sont proportionnelles, selon l’équation 3.9, il s’ensuit que b = 100 × 108 .

E39. On applique l’équation (iii) de l’exercice 38 à cette situation, ce qui donne


 3
2
1 = 10 10 = 10 10 = 200

Selon l’équation 3.22, l’intensité est proportionnelle au carré de l’amplitude de déplace-

ment. On en déduit que le rapport des amplitudes de déplacement est


q √
20 2
10 = 1 = 200 = 141

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 67

© ERPI, tous droits réservés.


E40. (a) On applique l’équation (iii) de l’exercice 38 à cette situation, ce qui donne
 ³ ´
2
1 = 10
10 =⇒  = 10 log 21 = 10 log (1000) = 300 dB

(b) Selon l’équation 3.22, l’intensité est proportionnelle au carré de l’amplitude de pression.
On en déduit que le rapport des amplitudes de pression est
q √
20 2
10 = 1 = 1000 = 316

E41. La puissance acoustique du haut-parleur correspond à  = (05 %) (40 W) = 02 W.

Dans chaque cas, on calcule l’intensité en modifiant l’équation 3.12 et la distance corres-
pondante au moyen de l’équation 3.10 :
³ ´  ¡ ¢
(a)  = 10 log 0 =⇒  = 0 10 10 = 1 × 10−12 1012 = 1 W/m2

Puis
q q
  02
= 42
=⇒  = 4 = 4(1) = 126 cm
³ ´  ¡ ¢
(b)  = 10 log 0 =⇒  = 0 10 10 = 1 × 10−12 106 = 1 × 10−6 W/m2

Puis
q q
  02
= 42
=⇒  = 4 = 4(1×10−6 )
= 126 m
0 p
E42. (a) Sur le bord avant de l’impulsion, on a le rapport  =   où p est le module de la vitesse
de la particule, et  la vitesse du son. Ainsi
0 (10−6 )(340)
p =  = 005 = 680 × 10−3 m/s

Comme  est mesuré dans le sens de propagation, on obtient



− →

v p = 680 × 10−3 i m/s

(b) Sur le bord arrière, on trouve


(10−6 )(340) →

p = 0
2 = 2(005) = 340 × 10−3 m/s =⇒ →

v p = −340 × 10−3 i m/s

E43. (a) On utilise d’abord l’équation 2.5c pour calculer la vitesse de propagation de l’onde sonore :
 2700
=  = 818 = 330 m/s

On peut maintenant trouver l’amplitude de déplacement avec l’équation 3.20 :


0 12
0 = 0 =⇒ 0 =  = 129(2700)(330) = 104 × 10−5 m

(b) On obtient l’intensité moyenne avec l’équation 3.22 :


20 (12)2
moy = 2 = 2(129)(330) = 0169 W/m2

E44. On obtient l’amplitude de déplacement avec l’équation 3.20 :


0 03
0 = 0 =⇒ 0 =  = 129(1200)(340) = 181 × 10−7 m

E45. Au moyen de l’équation 3.20, en se rappelant que  = 2 on obtient

68 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.


0 0 0
0 = 0 =⇒ 0 =  = (2 ) =⇒  = 20  =⇒
42×10−2
= 2(129)(24×10−9 )(340)
= 635 kHz

E46. (a) On calcule la vitesse du son dans l’air à l’aide de l’équation 3.1 :
p
−10◦ C ' 20 (−10 + 273) = 324 m/s

Les sons audibles possèdent une fréquence allant de 20 Hz à 20000 Hz. Avec l’équation
2.5c, on trouve l’intervalle des longueur d’ondes :
−10◦ C 324
max = min = 20 = 162 m
−10◦ C 324
min = max = 20000 = 162 mm

L’intervalle des longueurs d’onde s’étend de 162 mm à 162 m

(b) On reprend les mêmes calculs avec la nouvelle valeur de température :


p
30◦ C ' 20 (30 + 273) = 348 m/s
30◦ C 348
max = min = 20 = 174 m
−10◦ C 348
min = max = 20000 = 174 mm

L’intervalle des longueurs d’onde s’étend de 174 mm à 174 m



E47. (a) 1 = 4 = 607 Hz
7
(b) 7 = 4 = 425 Hz
1300 +1
E48. (a) Avec 929 = 140 et  = 14, on a  = 25; donc, le tuyau n’est pas ouvert. Avec
+2
 = 14, on a  = 5, et le tuyau est fermé .
5
(b) 4 = 929 =⇒  = 334 m/s

E49. Comme on l’explique à l’exemple 3.4 du manuel, le conduit auditif est ouvert vers l’ex-
térieur mais fermé à l’autre extrémité par le tympan. On peut ainsi le modéliser comme

un tuyau fermé. On néglige le fait qu’il n’est pas rectiligne et que sa section n’est pas
parfaitement uniforme.

La vitesse de propagation du son dans l’air étant de 340 m/s, on utilise l’équation 3.3 :
 (1)(340)
 = 4 =⇒ 1 = 4(004) = 213 kHz
³ ´

E50. Sur le mur, 1 = 0 −S , et il s’agit d’une nouvelle source au repos. Pour l’observateur,
¡ O¢
2 = 1 +
 = 716 Hz

E51. On suppose que le camion (S) et l’automobile (O) se dirigent directement l’un vers l’autre.

On donne  = 800 Hz et  0 = 960 Hz. En considérant la direction dans laquelle vont la


source et l’observateur, l’équation 3.7 permet d’écrire que

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 69

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´ ³ ´
+O 340+O
0 =  −S =⇒ 960 = 800 340−S =⇒ 68 = 12S + O (i)

De plus, on sait que S + O = 61 (ii)

Si on résout les équations (i) et (ii), on trouve S = 350 m/s et O = 260 m/s .
³ ´ ³ ´
 
E52. A = 0 − S
et E = 0 +S =⇒
A +S
E = −S = 10595 =⇒ S = 778 m/s
³ ´ ³ ´
 
E53. (a) A = 0 −S et E = 0 +S =⇒
A +S 475
E = −S = 410 =⇒ S = 250 m/s

(b) En remplaçant S dans A ou E  on trouve 0 = 440 Hz .


³ ´ ³ ´
E54. 1 = 0 − O
−S = 8400 Hz et 2 = 0
+O
+S = 7684 Hz =⇒

∆ = 2 − 1 = −716 Hz
³ ´ ³ ´
E55. 1 = 0 + O
−S = 9733 Hz et 2 = 0
−O
+S = 6632 Hz =⇒

∆ = 2 − 1 = −310 Hz

E56. Soit la figure suivante, montrant une source sonore à deux instants successifs A et B,
séparés par l’intervalle de temps ∆ :

La figure montre un front d’onde émis à l’instant A et le segment CB précisant le cône


de l’onde de choc. Par définition, le segment CB est tangent au front d’onde. Comme le
triangle formé des trois segments est rectangle, on a
∆ 
sin  = S ∆ =⇒ sin  = S =⇒ CQFD

E57. On donne  = 4 MHz, la fréquence du signal provenant de la sonde,  = 0006 m, le

diamètre de l’artère et  = 1570 m/s, la vitesse de propagation du son dans le sang.

La fréquence du signal qui revient à la sonde possède un gain moyen ∆ = 535 Hz, de
sorte que

 00 =  + ∆ = (4 × 106 + 535) Hz

Comme à l’exemple 3.8 du manuel, puisque le gain est positif, on en déduit que les

globules rouges se déplacent vers la sonde.

Dans le calcul du premier effet Doppler, la source, qui est la sonde, est immobile. Les

70 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.


globules rouges jouent le rôle d’observateur, se déplaçant à g . Dans ce cas, l’équation 3.7
devient
³ ´ ³ ´
 0 =  + O
=⇒  0 =  +g (i)
−S 

Le signal se réfléchit sur les globules rouges et repart vers la source. Pour le calcul du

second effet Doppler, l’observateur (la sonde) est immobile et la source (les globules
rouges) se déplace à g , de sorte que
³ ´

 00 =  0 −g
(ii)

En combinant les équations (i) et (ii), on arrive à


³ ´ ³ 00 ´ ³ ´
+
 00 =  −gg =⇒ g =  00 −
+  = ∆
2 +∆  =⇒
³ ´
g = 8×105356 +535 (1570) = 0105 m/s

La vitesse des globules rouges est aussi celle du fluide sanguin, de sorte que le débit 
dans l’artère correspond à
³ 2´ ³ ´ ¡ ¢ ³ 1 L ´ ¡ 60 s ¢
(0006)2
 = g  = g  4 = (0105) 4 = 297 × 10−6 m3 s ×
0001 m 3 × 1 min =⇒

 = 0178 L/min
¡ ¢2
E58.  ∝  2 , et  doit décroître; donc 2 = 220
222 1 = 589 N
³ ´
  1010 06 = 22
E59. Puisque  = 4 2 et  = 10 log 0 , on obtient alors 1094 = 10 12
et 2 = 700 m

E60. (a) 0 = 0 = 344 × 10−2 N/m2


0
(b) 0 =  = 218 × 10−10 m
2
E61. Puisque 0 = 0 et  = 2  , on obtient 0 = 2 0 =⇒  = 137 m
³ ´  ¡ ¢
E62. Puisque  = 10 log 0 , on trouve  = 0 10 10 = 1 × 10−12 1085 = 317 × 10−4 W/m2 
Si on suppose qu’il s’agit de l’intensité moyenne, on obtient
20
moy = 2 =⇒ 0 = 0527 N/m2
 1800
E63. (a)  =  = 53 = 340 m/s

(b) 0 = 0 = 553 × 10−2 Pa

(c) 0 = 0126 mm/s

Problèmes

P1. (a) Avec l’équation 3.10, on obtient


 1×10−3
= 42
= 4(4)2
= 497 W/m2

(b) Avec l’équation 3.12, on obtient

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 71

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´ ³ ´
 497×10−6
 = 10 log 0 = 10 log 1×10−12
= 670 dB

(c) Avec l’équation 3.22, on obtient


20 p p
moy = 2 =⇒ 0 = 2moy  = 2 (497 × 10−6 ) (129) (340) = 660 × 10−2 Pa

(d) Avec l’équation 3.20, on obtient


0 0 660×10−2
0 = 0 =⇒ 0 =  = (2 ) = 129(2(240))(340) = 999 × 10−8 m

P2. On donne  = 80 Hz et 0 = 10 Pa à 1 m.

(a) On utilise le résultat du problème 7 et on calcule l’amplitude de déplacement à  = 5 m,

ce qui donne
1 0
0 = 5  = 907 × 10−6 m

(b) Le nombre de décibels à  = 5 m se calcule avec les intensités moyennes :


20 1 m
1 m = = 0114 W/m2 =⇒ 5 m =
2 25 = 456 × 10−3 W/m2 =⇒
³ ´
 = 10 log 50m = 966 dB

P3. (a) En dérivant l’équation 3.1, on obtient


 10  √ 10 
 = √

=⇒  = √
 (20  )
=⇒  = 05 
 =⇒ CQFD

(b) On utilise  ∝  et la relation trouvée en (a), et on calcule


³ ´
    400(20)
 = 05  =⇒  = 05  = 05 285 = 1404 Hz

De sorte que  0 =  + ∆ = 400 + 14 = 414 Hz

(c) La variation de fréquence correspond à


∆ 1404 ∆
 = 400 =⇒  = 351 %

ce qui est inférieur à la variation de fréquence d’un demi-ton.

P4. On résout ce problème avec les équations des tuyaux ouverts et fermés.

(a) Si on suppose que le tuyau est ouvert, on obtient


(+1)
+1 2 850 +1
 =  =⇒ 607 =  =⇒  = 25
2
ce qui est impossible, car une des conditions de l’équation 3.4 est que  = 123

Si le tuyau est fermé, on trouve


(+2)
+1 4 850 +2
 =  =⇒ 607 =  =⇒  = 5
4
Comme ce résultat respecte les conditions de l’équation 3.3, on doit conclure que le tuyau
est fermé .

(b) On connaît déjà la fréquence du troisième harmonique. On l’utilise dans l’équation 3.3,
ce qui donne

72 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.



1
5 = 4
5 =⇒ 1 = 15 5 = 607
5 = 121 Hz
4 ³ ´
P5. On applique l’équation 3.15 du tome 1 à la pierre qui accélère  = 98 m/s2 en tombant
d’une hauteur  et on trouve temps de chute 1 :

 = 12 21 = 4921 (i)

On calcule ensuite le temps 2 que met le son à remonter vers l’observateur :

 = 2 = 3402 (ii)

Si on isole 1 et 2 dans les équations (i) et (ii) et qu’on remplace ensuite dans

1 + 2 = 22 s, on arrive à
³ ´12
 
49 + 340 − 22 = 0

Cette relation a presque la forme d’une équation quadratique. On y arrive en posant



 = :
√ 2
49
+ 340 − 22 = 0

Si on résout cette équation pour , on calcule finalement que  = 223 m .

P6. (a) On sait qu’un tuyau fermé résonne pour des longueurs qui correspondent aux multiples
entiers de 4  On peut donc poser que

4 = 0182 + 06 (i)
3
4 = 0557 + 06 (ii)

Si on résout ce système d’équations, on trouve que  = 917 mm .

(b) En utilisant l’équation 2.5c et la relation (i) de la partie (a), on obtient

= ³ ´ = 
= 340
= 453 Hz

4 4 4(0182+06) 4(0182+06(917×10−3 ))

P7. La déformation ou la perturbation  associée à une onde progressive est décrite par
l’équation 2.8 :

 =  sin ( − )

De plus, l’intensité d’une onde émise par une source ponctuelle décroît avec l’inverse du

carré de la distance, soit  = 42
 tandis que l’intensité moyenne dépend du carré de
l’amplitude de déplacement, soit moy = 12  (0 )2 . Si on combine ces deux équations, on

en déduit que 0 ∝ 1  Si  correspond à l’amplitude de l’onde au moment de son émission,



on peut affirmer que sa valeur sera modifiée en , et l’équation de l’onde devient

=  sin ( − ) =⇒ CQFD

P8. On cherche la fréquence de battements perçue lorsqu’un sol diatonique et un sol tempéré

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 73

© ERPI, tous droits réservés.


sont entendus simultanément, ce qu’on obtient ainsi
27
bat = dia − temp = 32 do − 
212 do
= 0443 Hz

P9. (a) Si une hausse de tension dans la corde diminue la fréquence de battements, c’est que la

fréquence émise par la corde (c) est préalablement inférieure à la fréquence du tuyau (t) :

bat = t − c =⇒ t = c + bat = 404 Hz

(b) On trouve la tension initiale de la corde, sans connaître la vitesse du son, au moyen des

équations 2.5c et 2.1. Comme il s’agit du mode fondamental,  = 2 et on obtient


q
 =  =⇒  = (2 )2  = 346 N
 
(c)  = 2 =⇒  = 2 = 421 cm

P10. On peut trouver l’expression de l’impédance acoustique  en divisant l’équation 3.22, où


0 = , par l’équation que fournit la donnée de la question :
1 2
m oy
= 2 ()  =⇒ 1 = 
=⇒  = 
m oy 1 2 
2 () 
On sait, grâce à l’équation 3.2a, que la vitesse du son dans un fluide s’exprime comme
q q √
=    donc  =  
 =⇒  =  =⇒ CQFD

P11. On donne  = 1 m, la distance entre la première auto et le piéton, ou encore la distance


entre chacune des voitures de longueur  = 5 m. Le nombre de décibel associé à la
première voiture est de 75 dB.

(a) On combine les équations 3.10 et 3.12 afin de trouver la puissance de chacun des klaxons,
soit
³ ´ ³ ´ µ ¶

 
 = 10 log 0 = 10 log 42 0
=⇒  = 42 0 10 10 = 39738 × 10−4 W

Comme il y a trois klaxons, l’intensité sonore totale est donnée par


³ ´
    1 1 1
tot = 42 + 4(+(+))2
+ 4(+2(+))2
= 4 2 + (+(+))2
+ (+2(+))2
(i)

Si on insère le résultat du calcul dans l’équation 3.12, on obtient


³ ´
 tot = 10 log to0t = 751 dB

Une modification assez faible de l’intensité en décibels !

(b) Pour un nombre  de voitures placées l’une derrière l’autre, l’équation (i) prend la forme
 P

1
tot = 4 (+(−1)(+))2
=1
et l’expression de l’intensité en décibels donne
µ ¶
 P

1
 tot = 10 log 40 (+(−1)(+))2
=1
Dans le logiciel Maple, on crée l’expression pour  et on fixe la valeur des paramètres.

74 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son v10

© ERPI, tous droits réservés.


Finalement, on calcule la valeur limite de cette expression lorsque  −→ ∞ :
 restart;
 I_0:=1e-12;
 d:=1;
 L:=5;
 P:=3.9738e-4;
 beta:=’10*log10((P/(I_0*4*Pi))*(sum(1/(d+(d+L)*(n-1))^2,n=1..N)))’;
 limit(beta,N=infinity);

On trouve  tot = 752 dB , une valeur assez proche du résultat pour une seule voiture.
P12. (a) On reprend l’équation qui donne la vitesse du sang en fonction de la fréquence de l’exemple
3.8 :
³ ´ ³ ´
 00 − ∆
s =  00 +  =⇒ s =  00 +  =⇒ ∆ = ( 00 +  ) s (i)
Toujours selon l’exemple 3.8, on sait aussi que
³ ´
 00 =  + s
−s (ii)
Mais comme s ¿  l’équation (ii) implique simplement que  00 '  En insérant ce
dernier résultat dans l’équation (i), on trouve

∆ = ( +  ) s =⇒ ∆ = 2 s  =⇒ CQFD


(b) Le son doit être parallèle au flux sanguin .
(c) On obtient les mêmes résultats.

P13. L’augmentation de pression correspond à ∆ = 1 Pa, la déformation du tympan associée


à cette augmentation est ∆ = 005 m. L’aire du tympan est  = 5 × 10−5 m2 et sa
masse est  = 25 × 10−6 kg.

L’augmentation de pression permet de déterminer le module de la force que subit le


tympan, au-delà de ce qui découle de la pression atmosphérique :L
¡ ¢
 =  =⇒  =   = (1) 5 × 10−5 = 5 × 10−5 N
On suppose que le tympan se comporte comme un ressort, de sorte que :
 5×10−5
 = ∆ =⇒  = ∆ = 005×10−6
= 1000 N/m
Avec l’équation 1.10 du manuel, on calcule la fréquence naturelle de vibration du tympan :
q q
1  1 1000
 = 2  = 2 25×10−6
= 101 kHz

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 3 : Le son 75

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière

Exercices

E1. On veut démontrer que lorsqu’on tourne un miroir M d’un angle , le rayon réfléchi est

dévié d’un angle 2. Pour y arriver, on dessine le trajet d’un rayon lumineux provenant
d’une direction fixe avant (1) et après (2) que le miroir ait subi une rotation d’un angle .
Dans les deux figures, on fait appel à la loi de la réflexion et à l’équation 4.6 du manuel

pour fixer la direction dans laquelle repart le rayon lumineux :

On note que le rayon réfléchi subit une déviation correspondant à ∆ =  1 −  2 . Pour


calculer cette déviation on rappelle que, dans la première figure,  1 = 21 . De plus, si on
compare les deux figures, on observe que 2 = 1 − , ce qui permet d’établir une valeur
pour  2 :

 2 = 22 = 2 (1 − ) = 21 − 2 =  1 − 2


Et alors,

 1 −  2 = 2 =⇒ ∆ = 2 =⇒ CQFD
E2. Soit le montage suivant, composé de deux miroirs M1 et M2 disposés perpendiculaire-
ment :

Afin d’établir que les rayons incident et dévié sont parallèles et de sens opposés, on doit
démontrer que  =  Comme

76 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


 = 2 = 180◦ − 90◦ − 1 = 90◦ − 1 =⇒  =  =⇒ CQFD

E3. Deux des tracés sont obtenus par réflexion directe (1, 2), deux autres par réflexion sur

les deux miroirs (3, 4) et le dernier par une triple réflexion (5). Dans ce dernier cas, les
trois réflexions sont rapprochées et il est impossible de les dessiner correctement :

E4. Pour trouver de quel angle  s’écartent les rayons incidents, on fait varier l’angle 
entre les deux miroirs auxquels sont équivalents les côtés du prisme. On pose d’abord
que  = 0◦  de sorte que les rayons incidents effleurent les miroirs sans être déviés de

la verticale ( = 0◦ )  Selon l’exercice 1, lorsque l’un des miroirs est ensuite tourné d’un

angle 2  0◦  le rayon réfléchi est dévié du double, soit  Puisque les côtés du prisme sont
disposés symétriquement de part et d’autre de la verticale, chacun étant tourné de 2  les

rayons incidents s’écartent donc, après les réflexions, d’un angle  = 2 =⇒ CQFD

E5. On considère trois miroirs perpendiculaires deux à deux, ce qui constitue la cellule élé-
mentaire d’un cataphote. On choisit un système d’axes tel que les miroirs sont disposés
selon les plans   et  Un rayon lumineux incident de direction quelconque est

− →
− →

décrit par −
→r i =  i + j +k

Quand ce rayon atteint le premier miroir et s’y réfléchit, l’une des composantes de sa direc-
tion est perpendiculaire au plan du miroir et change de signe à cause du changement dans

la direction de propagation de la lumière. Les deux autres composantes changent de signe


à cause de la réflexion. Comme le rayon lumineux se réfléchit sur les trois miroirs, le chan-

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 77

© ERPI, tous droits réservés.


gement de signe a lieu trois fois. De sorte qu’après trois réflexions, la direction du rayon

− →
− →

réfléchi devient −

r f = − i −  j −  k  ce qui implique que − →r i = −−
→r f =⇒ CQFD

E6. (a) Au moyen de l’équation 4.5, on établit le rapport entre les deux longueurs d’onde et les
deux valeurs d’indice, ce qui donne
0
1 1 2 1 1 133(450×10−9 )
2 = 0 = 1 =⇒ 2 = 2 = (400×10−9 ) = 150
2
(b) Avec l’équation 4.2b, on obtient
  3×108
2 = 2 =⇒ 2 = 2 = 150 = 200 × 108 m/s

E7. On calcule l’angle d’incidence 1 avec l’équation 4.7b :


³ ´ ³ ´
14 sin(32◦ )
1 sin 1 = 2 sin 2 =⇒ 1 = arcsin 2 sin
1
2
= arcsin 1 = 479◦

Comme on peut s’en rendre compte en combinant les figures 4.21 et 4.24 du manuel,
l’angle  entre les rayons réfléchi et réfracté correspond à
¡ ¢
 = 90◦ − 01 + (90◦ − 2 ) = (90◦ − 1 ) + (90◦ − 2 ) =⇒  = 180◦ − 1 − 2 (i)

Si on insère les valeurs d’angle, on obtient

 = 180◦ − 479◦ − 32◦ = 100◦

E8. L’équation (i) de l’exercice 7 établit un lien entre l’angle de déviation  l’angle d’incidence
1 et l’angle de réfraction 2  Pour  = 90◦  cette équation donne

90◦ = 180◦ − 1 − 2 =⇒ 2 = 90◦ − 1

Avec l’équation 4.7b et l’identité trigonométrique sin ( − ) = sin  cos  − cos  sin ,
on obtient
2 152
1 sin 1 = 2 sin 2 = 2 sin (90◦ − 1 ) = 2 cos 1 =⇒ tan 1 = 1 = 1 =⇒

1 = 567◦

E9. La figure qui suit montre le trajet du rayon lumineux entre sa source et l’observateur qui

se trouve dans la barque :

La distance parcourue dans l’eau par le rayon indicent à 1 = 30◦ est 1 et elle dépend de
∆1
la profondeur, ∆1 = 3 m. Comme 1 = cos 1  on calcule la première contribution ∆1 à

78 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


la distance horizontale qui sépare la source de l’observateur :
³ ´
∆1 ◦
∆1 = 1 sin 1 = cos 1 sin  1 = ∆1 tan  1 = 3 tan(30 ) = 173 m

On calcule l’angle de réfraction 2 avec l’équation 4.7b :


³ ´ ³ ´
133 sin(30◦ )
1 sin 1 = 2 sin 2 =⇒ 2 = arcsin 1 sin
2
1
= arcsin 1 = 417◦
La deuxième contribution ∆2 à la distance horizontale se calcule de la même manière

que ∆1 :
∆2 = ∆2 tan 2 = (1) tan (417◦ ) = 089 m
Finalement, la distance horizontale totale est
∆ = ∆1 + ∆2 = 173 + 089 = 262 m
E10. Dans le logiciel Maple, on crée un ensemble pour le sinus des valeurs d’angles fournies.
Cet ensemble de valeurs (sin  sin ) est ensuite porté en graphique :

 restart;
 data:=[[.139, .173], [.267, .342], [.382, .500], [.484, .642], [.573, .766], [.649, .866],

[.713, .939], [.766, .984]];


 with(plots):
 pointplot(data);

Le graphe montre un alignement des points selon une droite. Au moyen de l’équation
4.7b, on constate que sin  = eau sin  La pente de la droite correspond donc à l’indice
de réfraction de l’eau. Pour obtenir la pente de cette droite, on charge la librairie "Cur-

veFitting" et on lance la commande qui permet d’effectuer une régression linéaire des
données :
 with(CurveFitting):
 LeastSquares(data, x);
Selon ces résultats, l’indice de réfraction de l’eau possède une valeur approximative de

≈ 132 .
E11. Un rayon incident à angle  sur une plaque de verre est dévié latéralement d’une distance
 On reprend la figure 4.77 du manuel et on y ajoute quelques détails :

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 79

© ERPI, tous droits réservés.



Selon la figure,  = cos   que l’on insère dans
 sin(−)
 =  sin ( − ) =⇒  = cos  =⇒ CQFD

E12. On insère les données de l’énoncé dans l’équation 4.8 et on trouve


a 133
i sin c = a =⇒ i = sin c = sin(68◦ ) = 143

Avec l’équation 4.2b, on obtient


  3×108
i = i =⇒ i = i = 143 = 210 × 108 m/s

E13. On insère les données de l’énoncé dans l’équation 4.8 et on trouve


³ ´ ³ ´
i sin c = a =⇒ c = arcsin ai = arcsin 1331
= 488◦

Si la profondeur est de ∆ = 2 m, le rayon  du cercle qui délimite la zone sans réflexion


totale interne est déterminé par la composante ∆ du trajet lumineux projeté à la surface
de l’eau. Si on utilise la portion de la figure de la solution de l’exercice 9 qui montre le
trajet sous l’eau, on note que
∆
tan c = ∆ =⇒  = ∆ = ∆ tan c = 2 tan (488◦ ) = 228 m

E14. (a) Si l’indice de réfraction du milieu inconnu est supérieur à celui de l’hémisphère transparent
(2  1 ), tout rayon lumineux, quelle que soit la valeur de , sera réfléchi et réfracté à
l’interface entre les deux milieux. Il n’existe alors aucune manière simple de déterminer
2 , il faut procéder à la mesure des angles d’incidence et de réfraction.

Toutefois, si 2  1 , la situation est différente. Lorsqu’un rayon se propageant selon

l’axe de l’hémisphère ( = 0◦ ) arrive à l’interface, il est réfléchi et réfracté. Pour toute


valeur non-nulle de , l’angle du rayon réfracté sera toujours supérieur à . En augmentant
la valeur de , on atteint la situation critique pour laquelle il se produit réflexion totale
interne. Ainsi, la valeur de 2 peut être obtenue lorsqu’on observe ce phénomène en ne
mesurant que la valeur de l’angle d’incidence .

(b) Si la situation décrite au paragraphe précédent se produit, on a  = c . Dans l’équation

80 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


4.8, i = 1 et a = 2  de sorte que
i sin c = a =⇒ 2 = 1 sin 
E15. On insère les données dans l’équation 4.8, ce qui donne l’angle critique pour l’interface

entre la fibre et l’air :


³ ´ ³ ´
a 1
i sin c = a =⇒ c = arcsin i = arcsin 15 = 418◦
On considère l’angle d’incidence le plus élevé à l’entrée dans la fibre, soit 1 = 90◦  On
calcule l’angle du rayon réfracté au moyen de l’équation 4.7b :
³ ´ ³ ´
1 sin(90◦ )
1 sin 1 = 2 sin 2 =⇒ 2 = arcsin 1 sin
2
1
= arcsin 15 = 418◦
Sur la paroi de la fibre, le rayon fera un angle  = 90◦ − 2 = 90◦ − 418◦ = 482◦ 
Comme   c pour ce cas et pour toute autre valeur de 1  on conclut qu’il y aura
réflexion totale interne pour toutes les valeurs d’angle d’incidence 1 =⇒ CQFD

E16. Comme le rayon incident est parallèle à la normale, il pénètre à l’intérieur du prisme sans
changer de direction. Lorsqu’il atteint la face de droite, le rayon lumineux est réfracté et

réfléchi. Toutefois, on ne s’intéresse qu’au rayon qui se réfléchit pour ensuite aller frapper
la face inférieure.
On reprend la figure 4.79 du manuel et on y dessine le trajet du rayon lumineux jusqu’à
sa sortie, sur la face inférieure :

La géométrie de la figure permet d’affirmer que  =  = 30◦  On calcule ensuite l’angle


du rayon lumineux à la sortie au moyen de l’équation 4.7b :
1 sin 1 = 2 sin 2 =⇒ (15) sin  = sin  =⇒
 = arcsin ((15) sin (30◦ )) = 486◦ par rapport à la verticale

E17. Pour un prisme dont l’angle au sommet est de  = 60◦  l’angle minimal de déviation
est de  min = 41◦  On calcule l’indice de réfraction du prisme au moyen de l’équation

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 81

© ERPI, tous droits réservés.


obtenueµ à l’exemple

4.10
µ
du manuel,

ce qui donne
+ min 60◦ +41◦
sin 2 sin 2
= µ ¶ = µ ¶ = 154
 60◦
sin 2 sin 2

Avec l’équation 4.2b, on obtient


  3×108
=  =⇒  =  = 154 = 194 × 108 m/s

E18. L’équation 4.7b appliquée à l’interface gauche du prisme de la figure 4.42 du manuel

permet d’écrire que eau sin  = prisme sin  Toutefois, comme on traite le cas de la
déviation minimale, on montre à l’exemple 4.10 que  =  min
2 +  et que  = 2  Dès lors,

avec  = 60◦  l’équation 4.7b s’écrit


³ ´ ³ ´ ³ ´ ³ ´

eau sin min2 + = prisme sin 2 =⇒ sin min2 + = prism ea u
e
sin 
2 =⇒
³ ³ ´´
 min + 
2 = arcsin p rism
ea u
e
sin 2 =⇒
³ ³ ´´ ³ ´
  16
 min = 2 arcsin p rism
ea u
e
sin 2 −  = 2 arcsin 133 (05) − 60◦ = 140◦

E19. On reprend la figure 4.81 du manuel et on y dessine le trajet des rayons lumineux après
qu’ils ont pénétré dans le prisme, ce qui donne

Les rayons sont intervertis, le montage peut donc servir à inverser une image .

E20. On calcule le pouvoir dispersif d à partir de l’équation de la donnée :


B −R 1633−1611
d = J −1 = 1620−1 = 00355

E21. On constate, à la figure 4.82 du manuel, que le rayon lumineux frappe les deux parois
intérieures du prisme à un angle de 45◦ 

(a) On trouve la valeur minimale de l’indice de réfraction du prisme en posant que c = 45◦

dans l’équation 4.8, où a = 1 :


a 1
i sin c = a =⇒ i = sin c = sin(45◦ ) = 141

(b) On reprend le même calcul avec a = 133 :


a 133
i = sin c = sin(45◦ ) = 188

82 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


E22. L’équation 4.7b appliquée à l’interface gauche du prisme de la figure 4.42 du manuel
permet d’écrire que eau sin  = prisme sin  Toutefois, comme on traite le cas de la

déviation minimale, on montre à l’exemple 4.10 que  = 2 Dès lors, avec  = 60◦ 

l’équation 4.7b s’écrit


³ ´ ³ ³ ´´

air sin  = prisme sin  =⇒ sin  = prisme sin 2 =⇒  = arcsin prisme sin 2 =⇒

 = arcsin ((16) sin (30◦ )) = 531◦

E23. La figure qui suit définit les angles et montre le trajet du rayon lumineux à travers le

prisme :

Avec  = 45◦  on calcule l’angle de réfraction  sur la première face au moyen de l’équation
4.7b :

air sin  = prisme sin  =⇒ sin  = psin 


rism e
=⇒
³ ´ ³ ◦
´
 = arcsin psin 
rism e
= arcsin sin(45
15
)
= 281◦

Selon la figure qui précède, l’angle d’incidence sur la deuxième face est de  −  = 319◦ 
Toujours avec l’équation 4.7b, on calcule  le deuxième angle de réfraction :

prisme sin ( − ) = air sin  =⇒  = arcsin (prisme sin ( − )) =⇒

 = arcsin ((15) sin (319◦ )) = 524◦

Le rayon lumineux subit une première déviation qui correspond à un angle  −  et une
seconde déviation de  − ( − )  La déviation totale  est donc de

 = ( − ) + ( − ( − )) = (45◦ − 281◦ ) + (524◦ − 319◦ ) = 374◦

E24. Pour les petits angles, on a sin  ≈  On suppose que le rayon incident frappe la face
gauche du prisme avec un angle qui se rapproche de la normale à cette face. L’équation
4.7b donne alors

air sin  = prisme sin  =⇒  =  (i)

On voit, dans la figure de l’exercice précédent, que l’angle d’incidence sur la deuxième
face est de  −  Toujours avec l’équation 4.7b, si  est le deuxième angle de réfraction

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 83

© ERPI, tous droits réservés.


et que tous les angles sont petits, on note que
prisme sin ( − ) = air sin  =⇒  =  ( − ) (ii)
Toujours selon l’exercice 23, la déviation totale  est donnée par  = ( − )+( − ( − )) 
Si on insère les équations (i) et (ii) dans cette équation, on obtient
 = ( − ) + ( ( − ) − ( − )) =⇒  = ( − 1) =⇒ CQFD

E25. La figure qui suit définit les angles et montre le trajet du rayon lumineux dans le cas
critique :

Comme  +  = 90◦  on note que cos  = sin  Ainsi, si on applique l’équation 4.7b à la
première face du prisme, on obtient
air sin  = prisme sin  =⇒ cos  = prisme sin  (i)
Comme on peut le constater pour le triangle formé par  et c  la relation entre les angles
est

180◦ −  − c = 180◦ −  =⇒  =  − c (ii)


Si on insère le résultat (ii) dans l’équation (i), on obtient
cos  = prisme sin ( − c ) =⇒ CQFD

E26. On donne  = 40 cm, donc  = 2 = 20 cm.
(a) Avec  = 15 cm dans l’équation 4.11, on obtient
³ ´−1 ¡ ¢−1
1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = 20 1cm − 15 1cm =⇒  = −600 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :


 = −  = − −60 cm
15 cm =⇒  = 400

Le tracé de deux des rayons principaux donne

84 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Avec  = 60 cm dans l’équation 4.11, on obtient
³ ´−1 ¡ ¢−1
1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = 20 1cm − 60 1cm =⇒  = 300 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

 = −  = − 30 cm
60 cm =⇒  = −0500

Le tracé de deux des rayons principaux donne

(c) Avec  = −15 cm dans l’équation 4.11, on obtient


³ ´−1 ³ ´−1
1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = 20 cm − −15 cm =⇒  = 857 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

 = −  = − 857 cm
−15 cm =⇒  = 0571

(d) Avec  = −60 cm dans l’équation 4.11, on obtient


³ ´−1 ³ ´−1
1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = 20 1cm − −601 cm =⇒  = 150 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

 = −  = − −60
15 cm
cm =⇒  = 0250

E27. On donne  = −40 cm, donc  = 2 = −20 cm.

(a) Avec  = 15 cm dans l’équation 4.11, on obtient

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 85

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´−1 ³ ´−1
1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = −20 cm − 15 cm =⇒  = −857 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

 = −  = − −857
15 cm
cm
=⇒  = 0571

Le tracé de deux des rayons principaux donne

(b) Avec  = 40 m dans l’équation 4.11, on obtient


³ ´−1 ³ ´−1
1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = −20 cm − 40 cm =⇒  = −133 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

 = −  = − −133
40 cm
cm
=⇒  = 0333

Le tracé de deux des rayons principaux donne

(c) Avec  = −15 cm dans l’équation 4.11, on obtient


³ ´−1 ³ ´−1
1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = −20 cm − −15 cm =⇒  = 600 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

 = −  = − 600 cm
−15 cm =⇒  = 400

(d) Avec  = −40 m dans l’équation 4.11, on obtient


³ ´−1 ³ ´−1
1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  =  −  = −20 cm − −40 cm =⇒  = −400 cm

On calcule le grandissement linéaire avec l’équation 4.12 :

86 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


 = −  = − −400 cm
−40 cm =⇒  = −100

E28. On donne  = 40 cm, O = 2 cm et I = 36 cm. Selon l’équation 4.12, le grandissement


linéaire est
I 36 cm
= O = 2 cm = 18
(a) L’équation 4.11 du manuel établit un lien entre la distance objet, la distance image et
la distance focale d’un miroir. On peut la combiner avec l’équation 4.12 et ainsi déduire
quel type de miroir est utilisé dans cet exercice. De l’équation 4.11, on a
1 1 1 1 1 1 − 
 +  =  =⇒  =  −  =  =⇒  = − (i)

On insère ensuite le résultat (i) dans l’équation 4.12 :


³ ´
 = −  = − 1 −
 −
= − (ii)
Si le miroir est convexe, alors   0 et le résultat (ii) est nécessairement positif et inférieur

à 1. Comme la valeur du grandissement a été établie à 18, on en déduit qu’il s’agit d’un
miroir concave .

(b) On calcule  directement au moyen de l’équation 4.12 :


 = −  =⇒  = − = − (18) (40 cm) = −720 cm
(c) On calcule  directement au moyen de l’équation 4.11 :
1 1 1 1 1
 =  +  = 40 cm + −720 cm =⇒  = 900 cm
E29. On donne  = 60 cm et |I | = 04O . Comme l’image est réelle,   0 donc   0 ou
encore  = −04. La valeur du grandissement linéaire étant connue, on peut calculer la

position de l’image :
 = −  =⇒  = − = − (−04) (60 cm) = 24 cm

On calcule ensuite le rayon de courbure  en combinant les équations 4.10 et 4.11 :


2 1 1 1 1
 =  +  = 60 cm + 240 cm =⇒  = 343 cm
E30. On donne  = 30 cm et |I | = 25O 

(a) Si l’image est droite, on a   0 ou encore  = 25 et l’équation 4.12 s’écrit


 = − =⇒  = −25
On insère ensuite cette relation dans l’équation 4.11 :
1 1 1 1 1 1
 =  +  =  + −25 =  (06) =⇒  = (06)  = (06) (30 cm) = 180 cm
Le tracé de deux des rayons principaux donne

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 87

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Si l’image est renversée, on a   0 ou encore  = −25 et l’équation 4.12 s’écrit

 = − =⇒  = 25
On insère ensuite cette relation dans l’équation 4.11 :
1 1 1 1 1 1
 =  +  =  + 25 =  (14) =⇒  = (14)  = (14) (30 cm) = 420 cm
Le tracé de deux des rayons principaux donne

(c) Non, car l’image ne serait jamais agrandie .


E31. On donne  = −30 cm et  = 04 L’équation 4.12 permet d’écrire que
 = − =⇒  = −04
On insère ensuite cette relation dans l’équation 4.11 :
1 1 1 1 1 1
 =  +  =  + −04 =  (−15) =⇒  = (−15)  = (−15) (−30 cm) = 450 cm
E32. On donne  = 22 cm et  = −32 On peut calculer la position de l’image avec l’équation
4.12 :
 = −  =⇒  = − = − (−32) (22 cm) = 704 cm
On insère ensuite ces valeurs dans l’équation 4.11 :
1 1 1 1 1
 =  +  = 22 cm + 704 cm =⇒  = 168 cm

Le tracé de deux des rayons principaux donne

88 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.



E33. On donne  = −16 cm, donc  = 2 = −8 cm, et  = 0333

(a) L’équation 4.12 permet d’écrire que

 = − =⇒  = −0333

On insère ensuite cette relation dans l’équation 4.11 :


1
 = 1 + 1 = 1 + −0333
1
= 1
 (−200) =⇒  = (−200)  = (−200) (−8 cm) = 160 cm

(b) On reprend l’équation 4.12, ce qui donne

 = − =⇒  = −0333 (160 cm) = −533 cm

E34. On donne  = 32 cm et  = 04

(a) On peut calculer la position de l’image avec l’équation 4.12 :

 = −  =⇒  = − = − (04) (32 cm) = −128 cm

(b) On insère ensuite les valeurs obtenues en (a) dans l’équation 4.11 :
1 1 1 1 1
 =  +  = 32 cm + −128 cm =⇒  = −213 cm

E35. On donne  = 20 cm et |I | = 14O 

Si l’image est inversée, on a   0 ou encore  = −14 et l’équation 4.12 permet de


calculer la position de l’image :

 = − =⇒  = − (−14) (20 cm) = 28 cm

On insère ensuite ces valeurs dans l’équation 4.11 et on trouve la première valeur de la
distance focale :
1 1 1 1 1
1 =  +  = 20 cm + 28 cm =⇒ 1 = 117 cm

Si l’image est droite, on a   0 ou encore  = 14 et l’équation 4.12 permet de calculer


l’autre position de l’image :

 = − =⇒  = − (14) (20 cm) = −28 cm

On insère ensuite ces valeurs dans l’équation 4.11 et on trouve la seconde valeur de la

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 89

© ERPI, tous droits réservés.


distance focale :
1 1 1 1 1
1 =  +  = 20 cm + −28 cm =⇒ 1 = 700 cm
E36. On donne  = 60 cm et   0

(a) Si   0 et que |I | = 06O , on a  = −06, et l’équation 4.12 permet de calculer la


position de l’image :
 = − =⇒  = − (−06) (60 cm) = 360 cm
On calcule ensuite le rayon de courbure  en combinant les équations 4.10 et 4.11 :
2 1 1 1 1
 =  +  = 60 cm + 360 cm =⇒  = 450 cm

(b) Si   0 et que |I | = 125O , on a  = −125, et l’équation 4.12 permet de calculer la


position de l’image :
 = − =⇒  = − (−125) (60 cm) = 750 cm

On calcule ensuite le rayon de courbure  en combinant les équations 4.10 et 4.11 :


2 1 1 1 1
 =  +  = 60 cm + 750 cm =⇒  = 667 cm
(c) Si   0 et que |I | = 180O , on a  = 180, et l’équation 4.12 permet de calculer la
position de l’image :
 = − =⇒  = − (180) (60 cm) = −108 cm

On calcule ensuite le rayon de courbure  en combinant les équations 4.10 et 4.11 :


2 1 1 1 1
 =  +  = 60 cm + −108 cm =⇒  = 270 cm
E37. Bien qu’il s’agisse ici d’un miroir et non d’une lentille, cette situation est similaire à celle
que décrit la figure 5.35 du manuel et qui traite de l’image formée par les télescopes. Si
l’objet se trouve loin du miroir, la lumière en provenance de tous ses points forment des

familles de rayons quasi parallèles entre eux. Pour chaque point et en particulier pour
celui qui se trouve au sommet de l’objet, ces rayons convergent au foyer du miroir, à une
certaine distance au-dessous de l’axe optique, et l’image réelle y apparaît, comme dans

cette figure :

90 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


(a) Comme on peut s’en rendre compte en examinant le rayon lumineux qui frappe le centre
du miroir, l’angle  que sous-tend l’image par rapport au miroir est le même que celui que
|I |
sous-tend l’objet (O = 2) situé à une distance  du miroir. Dès lors, comme tan  = 
O 2
et tan  =  =  on arrive à
|I | 2 2
 =  =⇒ |I | =  =⇒ CQFD

(b) On donne  = 168 m et  = 174 × 106 m. Comme la distance Terre-Lune correspond à


 = 384 × 108 m, on obtient
2 2(174×106 )(168)
|I | =  = 384×108
= 152 cm

E38. Le délai en temps ∆ nécessaire à la lumière pour parcourir une distance  équivaut à
∆ =  , où  = 300 × 108 m/s.
 384×108
(a) Pour  = 384 × 108 m, on obtient ∆ =  = 300×108
= 128 s
 15×1011
(b) Pour  = 15 × 1011 m, on obtient ∆ =  = 300×108
= 500 s = 833 min

E39. (a) Une année-lumière (a.l.) correspond à la distance  que franchit la lumière durant 1 an :
¡ ¢ ³ ´ ³ ´
j
 = ∆ = 2998 × 108 m/s (1 an) × 365241 an × 86400 s
1j = 946 × 1015 m

(b) En années-lumière, la distance Terre-Soleil correspond à


¡ ¢ ³ 1 a.l. ´
 = 15 × 1011 m × 946×10 15 m = 159 × 10−5 a.l.

E40. Selon la méthode Römer, on calcule la vitesse de la lumière en faisant le rapport entre

le rayon de l’orbite terrestre (T ) et la moitié du délai (∆orb = 22 min) de variation des
éclipses, ce qui donne
T 15×1011
= 1 = 1 = 227 × 108 m/s
∆
2 o rb 2 (22 min)
E41. Dans l’expérience de Michelson, le temps requis pour un tour complet avec  = 35 km

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 91

© ERPI, tous droits réservés.


est
2 2(35×104 )
∆ =  = 3×108 = 233 × 10−4 s
1
Le prisme doit effectuer 8 tour pendant la durée ∆ ce qui donne la fréquence
¡1¢
 = 18 ∆ = 536 tr/s
1
E42. Dans l’expérience de Fizeau, une roue ayant 360 dents doit effectuer 360 tour en
2 2( 4×103 )
∆ =  = 3×108 = 267 × 10−5 s

La fréquence de rotation est alors de


1
¡1¢
 = 360 ∆ = 104 tours/s
N C2
E43. (a) Les unités de 0 sont [0 ] = A2
et celles de 0 sont [0 ] = Nm 2
 Si on multiplie les unités
de ces deux variables, on obtient
h i
C2 N C2 C2 s2 √1 m
[0 0 ] = Nm 2 A 2
= A2 m2
= C 2 2
= m2 =⇒
=⇒ CQFD 0 0 = s
(s) m h i
(b) Comme  = 2
0
et que  = 2
0 A
, les unités de ce rapport sont  = m  Les unités de
0 0
h i h i
  V A 
 sont  =m m =⇒  = mW2 =⇒ CQFD
0 0 0

E44. (a) L’expression générale pour la composante selon  du champ magnétique est

− →

B = 0 sin ( + ) j  Si on compare cette expression avec celle qu’on présente dans
l’énoncé de la question, on découvre que
2 2
=  = 50 × 102 =⇒  = 50×102
=⇒  = 126 cm
15×1011
et que  = 2 = 15 × 1011 =⇒  = 2 =⇒  = 239 GHz

(b) Pour répondre à la question, on doit d’abord découvrir l’orientation de −



c  Pour ce faire,
on doit analyser correctement l’argument de la fonction qui décrit le champ magnétique.
La description d’une onde, quelle qu’elle soit, nécessite le recours aux fonctions sinu-
soïdales et en particulier à un argument qui contient une coordonnée d’espace et une

coordonnée de temps.

Dans cet exercice, cet argument prend la forme ( + )  La coordonnée d’espace est
; l’onde se transforme donc selon cet axe et le vecteur →

c lui est parallèle. Le signe

apparaissant entre  et  a aussi son importance. S’il s’agit d’un signe + c’est que la
fonction sinusoïdale se déplace vers la gauche au fur et à mesure que le temps avance.
Lorsqu’un signe − apparaît, c’est que la translation se fait vers la droite.

Ici, on a un + l’onde électromagnétique se transforme selon les  négatifs et on peut



− →

affirmer que − →
c = − i ou encore que − →
u  = − i  Cette méthode fonctionne aussi bien

92 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


avec le champ électrique et on l’utilisera dans d’autres exercices.


On peut maintenant décrire le vecteur E  Si on reprend la relation démontrée à l’exercice

− →´
³− →

10, −

u ×− →
u = −→u   et que l’on pose que −

u  = j  alors −

u × j = − i 
³−
→ − → →´ →
− →

En raison de la règle de la main droite k × j = − i  − u  = k : le champ électrique


E est orienté selon l’axe des  positifs lorsque  = 0 et  = 0 La valeur maximale du
module du champ électrique est donnée par :
¡ ¢¡ ¢
0 = 0 = 3 × 108 20 × 10−7 = 600 V/m

de sorte que

− →
− ¡ ¢−

E = 0 sin ( + ) k = 600 sin 500 + 15 × 1011  k V/m

− →

E45. On donne E = 0 sin ( + ) k  À partir de cette expression et en raisonnant comme


à la partie (b) de l’exercice précédent, on établit que −

u  = − j ; l’onde électromagnétique
se propage selon l’axe des  négatifs.

− → →
− →

Si on reprend −

u ×− →u = −→u   et que l’on pose que −

u  = k  alors k × −
u = − j 
→ ³ −
³− →´ →´ →
− →

En raison de la règle de la main droite k × − i = − j  − u  = − i  Le champ


magnétique B est orienté selon l’axe des  négatifs lorsque  = 0 et  = 0 La valeur
0
maximale du module du champ magnétique est 0 =  et, finalement,

− →
− →

B = −0 sin ( + ) i = − 0 sin ( + ) i

E46. On trouve
02
moy = 20 = 333 N/m2

E47. Le rayon de la Terre est  = 637×106 m. L’énergie solaire que la Terre intercepte dépend
de l’aire de section qu’elle présente au Soleil :
¡ ¢2
 = 2 =  637 × 106 = 127 × 1014 m2

On calcule l’énergie en multipliant l’intensité par l’aire et l’intervalle de temps :


¡ ¢¡ ¢
 = moy ∆ = 127 × 1014 103 (3600) = 457 × 1020 J

E48. Soit   la puissance de la balise (la lettre  est réservée dans ce chapitre pour la pression).

L’intensité mesurée à une certaine distance dépend de l’aire de la sphère,  = 42  sur
laquelle se développe et s’étend l’énergie de l’onde à partir de la source ponctuelle :
 
moy =  = 42
(i)
25
(a) Pour  = 25 km, moy = 4(25×103 )2
= 318 × 10−9 W/m2

On trouve

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 93

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´ q q
0 02 2m oy 2(318×10−9 )
moy = 2  =⇒ 0 = 0  = (885×10−12 )(3×108 )
=⇒

0 = 155 × 10−3 V/m


0 155×10−3
0 =  = 3×108 =⇒ 0 = 517 × 10−12 T
25
(b) Pour  = 34000 km, moy = 4(34×10 6 )2
= 172 × 10−15 W/m2 et
q q
2m oy 2(172×10−15 )
0 = 0  = (885×10−12 )(3×108 )
=⇒ 0 = 114 × 10−6 V/m
0 114×10−6
On trouve 0 =  = 3×108
=⇒ 0 = 380 × 10−15 T
0 10
E49. (a) 0 =  = 3×108 =⇒ 0 = 333 × 10−8 T

(b) On trouve d’abord l’intensité moyenne,


0 0 10(333×10−8 )
moy = 20 = 2(4×10−7 )
= 0132 W/m2

Pour une source ponctuelle,

moy = 
 = 
42 =⇒  = 42 moy = 4 (6)2 (0132) = 597 W

E50. 1 sin 1 = 2 sin 2 = 3 sin 3 =⇒ (1) sin (30◦ ) = (133) sin 2 = (15) sin 3 =⇒

3 = 195◦ =⇒ ∆ = 105◦

E51.  sin (45◦ ) = (15) sin 2 =⇒  = 1306 =⇒  =  = 230 × 108 m/s

E52. On calcule d’abord l’angle eau-V que forme le rayon lumineux par rapport à la verticale,
dans l’eau :
³ ´
sin(75◦ )
sin (75◦ ) = (133) sin eau-V =⇒ eau-V = arcsin 133 = 4657◦

Comme le vase est cylindrique, toute normale à la paroi est perpendiculaire à celle de la
surface et ce même rayon forme un angle eau-P = 90◦ − eau-V = 4343◦ par rapport à la

normale à la paroi.

La lumière traverse alors les deux interfaces qui la conduise dans le verre, puis l’air.

Comme ces deux interfaces sont parallèles, on peut omettre le calcul dans le verre et
obtenir directement la valeur de l’angle  apparaissant à la figure 4.85 du manuel :

(133) sin eau-P = (1) sin air =⇒ air = arcsin ((133) sin (4343◦ )) = 661◦

E53. On donne 1 = 340 m/s, 2 = 1540 m/s et 1 = 10◦ . Avec l’équation 4.7a, on calcule

l’angle de réfraction :
³ ´
sin 1 1 2
sin 2 = 2 =⇒ 2 = arcsin 1 sin 1 = 478◦

L’angle entre le rayon réfléchi et le rayon réfracté correspond à :

 = 180◦ − 1 − 2 = 122◦

E54. On donne l’épaisseur du tissus adipeux 1 = 003 m, la distance entre la surface de

94 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


l’organe et la tumeur, 2 = 002 m et l’angle d’incidence du faisceau à la surface de
l’organe 1i = 30◦  De plus, on précise que la vitesse du son est 12% plus faible dans
l’organe que dans le tissus adipeux de sorte que o a = 088

À partir de l’équation 4.7a, on détermine :


³ ´
1r = arcsin oa sin (1i ) = 261◦

Comme 1r et 2i sont des angles alternes-internes :

2i = 1r = 261◦

Le faisceau d’ultrason est alors réfléchi sur la tumeur. Par conséquent,

2r = 2i = 261◦

Comme 2r et 3i sont des angles alternes-internes :

3i = 2r = 261◦

On reprend l’équation 4.7a :


³ ´
3r = arcsin ao sin (3i ) = 300◦

La distance  entre le point d’entrée du faisceau et son point de sortie sur la peau est

 = 1 tan (1i ) + 22 tan (2i ) + 1 tan (3r ) = 542 cm

E55. Le cône est formé dans le sérum et l’angle donné correspond au double de la valeur de
l’angle critique pour un passage du sérum à l’air. À partir de l’équation 4.8, on obtient
³ ◦´
 sin c = 1 =⇒  sin 9562 = 1 =⇒  = 135

E56.  sin (60◦ ) = 1 =⇒  = 115

E57. L’angle de réfraction dans la lame de verre est calculé à partir de l’équation 4.7b. On
donne 400 nm = 166 et 700 nm = 161, de sorte qu’avec sin (40◦ ) =  sin , on calcule
400 nm = 2278◦ et 700 nm = 2353◦ , l’angle que font chacun des deux rayons par rapport

à la normale après leur entrée dans la lame de verre.

Chacun des deux rayons touche la deuxième face à une distance de la première normale
qui est donnée par

400 nm = (24) tan 400 nm = 10078 cm ou 700 nm = (24) tan 700 nm = 10450 cm

La distance entre les deux rayons mesurée sur la deuxième face est donc

∆ = 700 nm − 400 nm = 00372 cm.

∆ correspond à l’hypothénuse du triangle qui contient la distance perpendiculaire 


entre les deux rayons sortants, telle qu’elle apparaît dans la figure 4.77. On calcule cette

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 95

© ERPI, tous droits réservés.


distance  gràce à
 = ∆ sin (50◦ ) = 00285 cm
E58. sin (45◦ ) = (155) sin  =⇒  = 271◦ et 0 = 45◦ − 271◦ = 179◦ =⇒

(155) sin (179◦ ) = sin  =⇒  = 285◦


E59. Au moyen de la figure 4.42, on obtient

sin  = (161) sin (15◦ ) =⇒  = 246◦ =⇒  = 2 ( − ) = 193◦


E60. On utilise la technique des miroirs virtuels pour prolonger les miroirs réels M1 et M2 
De cette façon, on arrive à former toutes les images possibles en les disposant à distance
égale de part et d’autre des miroirs. On trouve les premières images I1 et I2  puis les
images de ces images, respectivement I3 et I4  et finalement I5 , qui est à la fois l’image
de I4 et de I3 :

Pour un angle de séparation  = 60◦ entre les miroirs, on observe qu’il y a en effet
¡ 360◦ ¢
 − 1 = 5 images produites. Cette relation se vérifie pour d’autres valeurs d’angle


E61. On utilise la technique des miroirs virtuels. De cette façon, on arrive à former toutes

les images possibles en les disposant à distance égale de part et d’autre des miroirs. On
trouve les premières images I1 et I2  puis les images de ces images, respectivement I3 et
I4 :

96 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


E62.  = −  = 3 =⇒  = −3 Avec 1
 + 1
 = 1
36 cm =⇒
1 1 1
 − 3 = 36 cm =⇒  = 240 cm , objet réel

E63. Si l’image est droite,  = −  = 1


3 =⇒  = − 3  Avec 1
 + 1
 = − 24 1cm =⇒
1 3
 −  = − 24 1cm =⇒  = 480 cm

Si l’image est inversée,  = −  = − 13 =⇒  = 3  Avec 1


 + 1
 = − 24 1cm =⇒
1 3
 +  = − 24 1cm =⇒  = −960 cm

E64.  = −  = 4 =⇒  = −4 Avec 1


 + 1
 = 1
 =⇒  = 240 cm
1 1 1
E65. 10 cm + −14 cm =  =⇒  = 35 cm =⇒
1 1 1
20 cm +  = 35 cm =⇒  = −476 cm et  = 234

L’image est virtuelle .


1 1 1 1 1 1
E66. 27 cm + 159 cm =  =⇒  = 10 cm =⇒ 15 cm +  = 10 cm =⇒  = 300 cm

E67. Pour établir la solution de cet exercice, on utilise la figure 4.69 du manuel. L’objet, dans
cette figure, correspond à la Lune et l’angle de 052◦ qu’elle sous-tend est l’angle . De
plus, comme la Lune est suffisamment loin de la Terre, on peut faire l’hypothèse que
l’image se forme au foyer du miroir. En considérant que  = 008 m, on peut écrire que
I I
tan (052◦ ) =  =  =⇒ I =  tan (052◦ ) = 726 × 10−4 m
1 1 1
E68. (a)  + −60 cm = 60 cm =⇒  = 300 cm

(b)  = −  = 200

E69. (a) nette,  = 08 m, I = −05 cm

(b) floue car située à  = 0 derrière les yeux

(c) nette,  = 229 m, I = +0357 cm

E70. (a) nette,  = 04 m, I = −300 cm

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 97

© ERPI, tous droits réservés.


(b) nette,  = 235 m, I = −0882 cm
(c) nette,  = 352 m, I = −0259 cm

Problèmes

P1. En vertu de la loi de Snell-Descartes, on a pour  = 10 cm,  = 133 et r = 5◦ :


sin r =  sin i =⇒ sin (5◦ ) = (133) sin i =⇒ i = 376◦

Pour trouver la profondeur apparente , on observe géométriquement que  =  cos i et


 =  sin i =⇒  =  tan i
  tan i
 =  tan r =⇒  = tan r = tan r =⇒  = 751 cm

P2. On cherche la hauteur d’eau dans la piscine afin que l’image de la pièce parvienne à
l’observateur. La géométrie du problème est alors déterminée par la position de ce dernier :

4
tan  = 2 = 2 =⇒  = 634◦ et (133) sin  = sin  =⇒  = 423◦
On observe, au niveau de l’interface entre l’eau et l’air, que
4− 
tan  = 25− = 2 =⇒ 4 −  = 5 − 2 et  = tan  = tan (423◦ ) = 0909 =⇒
4 − 0909 = 5 − 2 =⇒ (2 − 0909)  = 1 =⇒  = 0916 m

P3. Un rayon incident à angle  sur une plaque de verre est dévié latéralement d’une distance
:

98 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumière v10

© ERPI, tous droits réservés.


On établit directement au moyen de cette figure la relation entre   et  :
 
 =  sin ( − ) où  = cos  =⇒  = cos  sin ( − )

où la relation entre  et  correspond à la loi de Snell-Descartes, qui s’écrit avec la

condition «  est petit » selon les approximations suivantes :

sin  =  sin  avec sin  ≈  =⇒  =  pour  et  en radians

La condition «  est petit » implique de plus que  est petit aussi


1
(car sin  =  sin   sin ), donc

¡ ¢ ¡ ¢
= cos  ≈  =⇒  ≈  ( − ) =  1 + 1 =⇒  =  −1
 =⇒ CQFD

P4. On considère une plaque de verre d’épaisseur  = 24 cm et les indices de réfraction pour
les lumières rouge et bleu, R = 158 et B = 162

(a) L’angle entre les rayons réfractés dans la plaque pour un angle d’incidence  = 30◦ est

R sin R = sin (30◦ ) =⇒ (158) sin R = 05 =⇒ R = 184487◦ et

(162) sin B = 05 =⇒ B = 179774◦ =⇒ ∆ = 0471◦

(b) On utilise l’équation obtenue à l’exercice 11 et on obtient, avec , R et B


 sin(−)
= cos  =⇒ R = 05066 cm et B = 05256 cm =⇒ ∆ = 0190 mm

P5. Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de la loi de Snell-Descartes pour 1 = 133
et 2 = 1, et dans laquelle on isole  l’angle de réfraction. L’équation est modifiée pour
que les angles soit fournis et calculés en degrés :

 restart;
 eq:=n*sin(i*Pi/180)=sin(r*Pi/180);
 r:=solve(eq,r);
 n:=1.33;
 i:=2;
 evalf(r);

On calcule ensuite les angles de réfraction  et 0 pour les angles d’incidence  et  + 2◦

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 99

© ERPI, tous droits réservés.


du tableau ci-dessous. On obtient
 0◦ 10◦ 20◦ 30◦ 40◦ 45◦

 0◦ 1335◦ 2706◦ 4168◦ 5875◦ 7013◦

0 266◦ 1605◦ 2988◦ 4481◦ 6287◦ 7658◦

Ce qui donne la figure qui suit si on trace les rayons réfractés en les prolongeant vers
l’arrière de façon à déterminer les profondeurs apparentes aux points d’intersection. La
courbe ainsi définie par les points-images est appelée caustique. Partant de la verticale

au-dessus de l’eau, un observateur qui se déplace verra la position apparente de l’objet


immergé se déplacer le long de la caustique.

P6. Considérant que l’équation des miroirs est l’expression d’une fonction  (), on calcule la
dérivée de cette équation par rapport à la variable indépendante  :
³ ´ ³ ´ ³ ´ ³ ´2 ³ ´2 2
 

 
1
+ 
 
1
= 
 
1
=⇒ − 1
 − 1  = 0 =⇒  = −  2 =⇒ CQFD

P7. On utilise le résultat de l’exercice 11 où l’on développe le sinus d’une différence :


¡ ¢
 =  sin(−)
cos  = cos  (sin  cos  − cos  sin ) =  sin  − coscos
 sin 

¡ ¢
2  = 1 − sin2  , on obtient directement
Avec les relations
⎛ sin  =  sin
⎞  et cos
µ ¶
 =  sin  ⎝1 − r cos  2 ⎠ =⇒  =  sin  1 − √ cos 2

2
=⇒ CQFD
sin   −sin 
 1−
2
P8. Entre les deux milieux d’indices  et 0  la réflexion totale interne survient dans le
cylindre pour un angle d’incidence supérieur ou égal à c  Cet angle d’incidence c est

complémentaire à l’angle , qui est lui-même lié à l’angle d’incidence  par la réfraction
initiale à l’interface entre les milieux d’indices 0 et .

100 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumièrev10

© ERPI, tous droits réservés.


Pour la réflexion totale interne à l’interface ( 0 ) on a  sin c = 0 .

Pour la réfraction initiale à l’interface (0  ) on a 0 sin  =  sin .

Or,  = 90◦ − c =⇒ 0 sin  =  sin (90◦ − c ) =  cos c


¡ ¢
(a) Avec les relations  sin c = 0 et cos2 c = 1 − sin2 c , on obtient directement
r ³ 0 ´2
p 0
cos c = 1 − sin2 c et sin c =  =⇒ cos c = 1 −  =⇒
r ³ 0 ´2 √
0 sin  =  cos c =  1 −  =⇒ 0 sin  = 2 − 02 =⇒ CQFD

(b) Le cas particulier d’une fibre optique entourée d’air donne


p q √
sin  =  sin  =  cos c =  1 − sin2 c =  1 − 12 =⇒ sin  = 2 − 1

P9. Le principe de Fermat appliqué à la réflexion sur un miroir stipule que la lumière em-

prunte le chemin optique qui minimise le temps de parcours entre deux points  et  On
paramétrise tous les chemins optiques possibles avec un point d’incidence repéré par la
variable  sur le miroir. On cherche ensuite l’expression du temps de parcours en termes
de  et , et il s’agit de montrer que le temps minimal correspond à la loi de réflexion,
 1 = 2 

(a) L’expression du temps de parcours est


√ √
1 2 2 +2 (−)2 +2
 =  +  =⇒  =  +  =⇒ CQFD

(b) Avec la condition d’un délai minimal et au moyen de la figure 4.92, on trouve
  √  −
  = 0 =⇒   = 2 −2
−√ = 0 =⇒
(−)2 +2
sin 1 − sin 2 = 0 =⇒ sin 1 = sin 2 =⇒ 1 = 2 =⇒ CQFD

P10. Le principe de Fermat appliqué à la réfraction à l’interface entre deux milieux stipule
que la lumière emprunte le chemin optique qui minimise le temps de parcours entre  et

.

(a) On paramétrise tous les chemins optiques possibles avec un point d’incidence repéré par
 et on exprime le temps de parcours dans chaque milieu par
√ √
2 2 (−)2 +2
 = 11 + 22 =⇒  = 1+ + 2 =⇒ CQFD

(b) Avec la condition d’un délai minimal et au moyen de la figure 4.93, on trouve
  √ √ −
 = 0 =⇒  = 1 2 −2
− = 0 =⇒
2 (−)2 +2
sin 1 sin 2 sin 1 sin 2
1 − 2 = 0 =⇒ 1 = 2 =⇒ CQFD

P11. La figure 4.94 décrit la formation de l’arc-en-ciel principal, où, après avoir subi une
réflexion, la lumière est de nouveau dispersée lorsqu’elle sort de la goutte.

v10 Ondes, opt. et physique moderne, Chapitre 4 : Réflex. et réfrac. de la lumière 101

© ERPI, tous droits réservés.


(a) Chaque réflexion correspond à un changement de direction de ( − ), et la réflexion
correspond à un changement de direction de ( − 2). La déviation totale est donc
 = 2 ( − ) + ( − 2) =⇒  =  + 2 − 4 =⇒ CQFD

(b) Pour montrer que  possède une valeur minimale, on calcule



 = 2 − 4 
 = 0 =⇒

 = 2
4 = 1
2

En dérivant par rapport à  l’équation sin  =  sin , on obtient


 
 (sin ) =  ( sin ) =⇒ cos  =  cos  
 =
 cos 
2 =⇒ 2 cos2  = 4 cos2 
Avec sin2  = 2 sin2  et l’identité sin2  + cos2  = 1 applicable aux deux angles, on

obtient
q
2 −1 4
cos  = 3 où  = 3 =⇒  = 594◦
sin  =  sin  =⇒  = 402◦ et (2 − 4) = −420◦ =⇒  = 180◦ − 42◦ =⇒ CQFD

P12. La figure 4.95 décrit la formation de l’arc-en-ciel secondaire, où, après avoir subi deux
réflexions, la lumière est de nouveau dispersée lorsqu’elle sort de la goutte.

(a) Chaque réflexion correspond à un changement de direction de ( − ), et les deux réflexions
correspondent à un changement de direction de ( − 2). La déviation totale est donc
 = 2 ( − ) + 2 ( − 2) = 2 + 2 − 6

(b) Pour montrer que  possède une valeur minimale, on calcule



 = 2 − 6 
 = 0 =⇒

 = 2
6 = 1
3

En dérivant par rapport à  l’équation sin  =  sin , on obtient


 
 (sin ) =  ( sin ) =⇒ cos  =  cos  
 =
 cos 
3 =⇒ 2 cos2  = 9 cos2 
Avec sin2  = 2 sin2  et l’identité sin2  + cos2  = 1 applicable aux deux angles, on

obtient
q
2 −1 2 −1
cos  = 8 =⇒ cos2  = 8 =⇒ CQFD

102 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 4 : Réflexion et réfraction de la lumièrev10

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d’optique

Exercices

E1. (a) On a 1 = 133 , 2 = 1  = 10 cm et  = −20 cm. En utilisant l’équation 5.2, on


obtient
133 1 1−133
10 cm +  = −20 cm =⇒  = −858 cm
Le chat voit le poisson à 858 cm derrière la paroi .
(b) Selon l’équation 5.3, on obtient
cm)
 = − 12  = − (133)(−858
(1)(10 cm) = 114 =⇒ I = O = (114) (2 cm) = 228 cm
(c) Les données équivalent maintenant à 1 = 1 , 2 = 133  = 15 cm et  = 20 cm. En
utilisant l’équation 5.2, on obtient
1 133 133−1
15 cm +  = 20 cm =⇒  = −265 cm
Le poisson voit le chat à 265 cm derrière la paroi .
cm)
(d)  = − 12  = − (1)(−265
(133)(15 cm) = 133

E2. On retrouve dans cet exercice les mêmes conditions qu’à la partie (c) de l’exemple 5.2;
on peut ainsi considérer que le rayon de courbure du dioptre tend vers l’infini. Puisque

1 = 133, 2 = 1 et  = −05 m, si l’image est virtuelle, on obtient


133 1
 + −05 = 0 =⇒  = 0665 m
Le saumon est donc en réalité à 665 cm sous la surface de l’eau .

E3. On donne 2 dioptres de rayon de courbure infini, comme à la partie (c) de l’exemple 5.2.
On considère d’abord le passage de la lumière à travers le premier dioptre séparant le
verre et l’eau. On a ici 1 = 15 2 = 133, 1 = 10 cm et on calcule
15 133
10 cm + 1 = 0 =⇒ 1 = −887 cm
Cette image devient l’objet pour le deuxième dioptre. Si l’on considère les 30 cm d’eau

au-dessus du verre, cela se traduit par 1 = 133 2 = 1


2 = (887 cm) + (30 cm) = 3887 cm, et on trouve
133 1
3887 cm + 2 = 0 =⇒ 2 = −292 cm

La mouche semble se trouver à 292 cm sous le niveau de l’eau .


E4. Pour un dioptre sphérique ( = ±4 cm), la relation entre  et  est donnée par l’équation
1 2 2 −1
5.2, soit  +  =   dans laquelle 1 et 2 sont les indices de l’air (1) et du verre
( = 15) 

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 103

© ERPI, tous droits réservés.


(a) Si 1 −→ ∞ on a à l’entrée puis à la sortie de la sphère des images produites respecti-
vement en 1 et 2 :
1  −1 05
∞ + 1 =  = 4 cm =⇒ 1 = 3 = 12 cm =⇒ 2 = 2 − 1 = −4 cm
 1 1− 15 1 −05
2 + 2 =  =⇒ −4 cm + 2 = −4 cm =⇒ 2 = 200 cm

L’image finale est à 600 cm du centre de la sphère .

(b) Si l’objet est à 20 cm du centre de la sphère, on a 1 = 16 cm. On a à l’entrée puis à la

sortie de la sphère des images produites respectivement en 1 et 2 :


1 15 −1 05
16 cm + 1 =  = 4 cm =⇒ 1 = 24 cm =⇒ 2 = 2 − 1 = −16 cm
 1 1− 15 1 −05
2 + 2 =  =⇒ −16 cm + 2 = −4 cm =⇒ 2 = 457 cm

L’image finale est à 857 cm du centre de la sphère .

E5. Quelle que soit la position de l’objet devant la tige de verre d’indice  = 15 représentée
à la figure 5.51, la lumière doit traverser deux dioptres. La surface convexe constitue le
premier avec un rayon de courbure 1 =  = 8 cm. La face plane est le second avec
2 −→ ∞. Pour les deux dioptres, on utilise l’équation 5.2. L’image du premier dioptre
est l’objet pour le second, ce qui permet de calculer la position de l’image finale.

(a) Avec l’objet situé à 1 = 24 cm de la surface convexe, on calcule la position de la première


image 1 :
1  −1 1 15 05
1 + 1 = 1 =⇒ 24 cm + 1 = 8 cm =⇒ 1 = 72 cm

Comme elle se situe au-delà de l’extrémité de la tige de verre, cette image devient un
objet virtuel pour ce second dioptre. On calcule ainsi, en respectant les conventions de
signe :

2 = 3 − 1 = −48 cm

Ce qui permet de calculer la position de l’image finale, avec 2 −→ ∞ :


 1 1− 15 1
2 + 2 = 2 =⇒ 48 cm + 2 = 0 =⇒ 2 = 320 cm

L’image finale se trouve à 320 cm de la face plane, dans l’air .

(b) Avec l’objet situé à 1 = 6 cm de la surface convexe, on calcule la position de la première


image 1 :
1  −1 1 15 05
1 + 1 = 1 =⇒ 6 cm + 1 = 8 cm =⇒ 1 = −144 cm

Cette image virtuelle du premier dioptre est un objet réel pour la face plane :

2 = 3 − 1 = 384 cm =⇒

104 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


 1 15 1
2 + 2 = 0 =⇒ 384 cm + 2 = 0 =⇒ 2 = −256 cm
L’image finale se trouve à 160 cm de la face convexe, dans l’air .
E6. Pour une lentille mince plan-convexe, on cherche la position de l’image en utilisant la
formule
³ ´
1 1 1 1 1 1
 +  =  où  = ( − 1) 1 − 2 avec  = 15
(a) Si l’objet est dans l’air, à l’infini du côté convexe de la lentille, on a 1 = 12 cm et
2 −→ ∞ de sorte que
³ ´
1 1 1 1 1
∞ +  = ( − 1) 1 − ∞ =⇒  = −1 = 240 cm

(b) Si l’objet est dans l’air, à l’infini du côté plan de la lentille, on a 1 −→ ∞ et


2 = −12 cm de sorte que
³ ´
1 1 1 1 −2
∞ +  = ( − 1) ∞ − 2 =⇒  = −1 = 240 cm

E7. Pour une lentille mince ( = 15), la distance focale s’exprime au moyen de l’équation
5.5.

(a) Si  = 16 cm et 1 = 12 cm, on calcule 2 ainsi :


³ ´ ³ ´
1 1 1 1 1 1
 = ( − 1) 1 − 2 =⇒ 16 cm = (15 − 1) 12 cm − 2 =⇒ 2 = −240 cm
(b) Si  = −40 cm et 1 = 12 cm, on calcule 2 ainsi :
³ ´ ³ ´
1 1 1
 = ( − 1) 1 − 2 =⇒ −401 cm = (15 − 1) 12 1cm − 1
2 =⇒ 2 = 750 cm
E8. D’après la formule des lentilles minces, on a, en fonction de  = 4 m et de O = 2 m,
(a) pour une distance focale  = 005 m :
1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 005 − 4 =⇒  = 00506 m
 = −  = −00127 =⇒ I = O =⇒ |I | = 253 cm

(b) pour une distance focale  = 02 m :


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 02 − 4 =⇒  = 0211 m
 = −  = −00526 =⇒ I = O =⇒ |I | = 105 cm

E9. Cette situation est similaire à celle que décrit la figure 5.35 du manuel. Si l’objet est loin
de la lentille, la lumière en provenance de tous ses points forment des familles de rayons
quasi parallèles entre eux. Pour chaque point et en particulier pour celui qui se trouve au

sommet de l’objet, ces rayons convergent au foyer de la lentille, à une certaine distance
au-dessous de l’axe optique, et l’image réelle y apparaît, comme dans cette figure :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 105

© ERPI, tous droits réservés.


Comme on peut s’en rendre compte en examinant le rayon lumineux qui, en provenance
de l’objet, frappe le centre de la lentille, l’angle  que sous-tend l’image par rapport à la
lentille est le même que celui que sous-tend l’objet (O = 2) situé à une grande distance
|I | O 2 |I | 2
 de la lentille. Dès lors, comme tan  =  et tan  =  =  on arrive à  =  =⇒
2
|I | = 

On peut aussi suivre le raisonnement suivant : comme  =  est grand alors, dans l’équa-
1
tion 5.6a,  −→ 0 de sorte que  =  . Selon l’équation 4.12, en rappelant que O = 2,
on a que
I
= O = −  =⇒ |I | = O 
 = 2

(a) Pour les rayons issus de la Lune, on trouve


2 2(174×106 )(2)
|I | =  = 384×108
=⇒ |I | = 181 mm

(b) Pour les rayons issus du Soleil, on trouve


2 2(696×108 )(2)
|I | =  = 15×1011
=⇒ |I | = 186 mm

E10. On donne  = 2 m, O = 1 cm et |I | = 5 cm. Comme l’image est réelle,   0 ou

 = −5

(a) On calcule la position de l’objet, soit

 = −  = −5 =⇒  = − 
 2
= − −5 = 0400 m

(b) Quant à la distance focale, elle est de


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 04 + 2 =⇒  = 0333 m

E11. D’après la formule des lentilles minces et avec  = 4 et  = −16 cm (image virtuelle),

(a) on calcule la position de l’objet, soit

106 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


 = −  = 4 =⇒  = − 

= − −164 cm = 400 cm

(b) et la distance focale, soit


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 4 cm + −16 cm =⇒  = 533 cm

E12. D’après la formule des lentilles minces et avec  = − 13 et  = 6 cm (image réelle),

(a) on calcule la position de l’objet, sot

 = −  = − 13 =⇒  = − 

= − 6 cm
1 = 180 cm
−3
(b) et la distance focale, soit
1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 18 cm + 6 cm =⇒  = 450 cm

E13. On donne O = 36 mm. On suppose pour l’instant que la distance objet  est supérieure
à la distance focale de la lentille, de sorte que l’image sera renversée comme à la figure
5.21a du manuel. Dans ce cas, la largeur de l’image voulue correspond à I = −2 m. On
I −2
calcule le grandissement linéaire en utilisant sa définition,  = O = 0036 = −556.

La distance image étant  = 7 m, on calcule la distance objet à partir de l’équation 5.6b :

 = −  =⇒  = − 
 7
= − −556 = 0126 m

On calcule ensuite la distance focale de la lentille du projecteur :


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 0126 + 7 =⇒  = 0124 m

On note finalement que    , bien que ce soit par une très faible distance.

E14. D’après la formule des lentilles minces et avec  = 50 mm, on cherche la position de
l’image,

(a) si la position de l’objet est  = 2 m, ce qui donne


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 005 − 2 =⇒  = 00513 m

(b) si la position de l’objet est  = 05 m, ce qui donne


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 005 − 05 =⇒  = 00556 m

E15. On considère une lentille convergente ( = 15 cm) et le grandissement linéaire || = 2


Voici les positions possibles de l’objet :
1 1 1
si  = −2 =⇒  = − = 2 =⇒  + 2 = 15 cm =⇒  = 225 cm
1 1 1
ou si  = 2 =⇒  = − = −2 =⇒  + −2 = 15 cm =⇒  = 750 cm

L’objet peut donc se trouver à 225 cm ou à 750 cm .

E16. D’après la formule des lentilles minces et avec  = − 23 et  = 12 cm,

(a) on calcule la position de l’image, soit

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 107

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢
 = −  = − 23 =⇒  = − = − − 23 (12 cm) = 800 cm

(b) et la distance focale, ce qui donne


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  = 12 cm + 8 cm =⇒  = 480 cm

E17. La lentille est convergente ( = 35 cm) et la valeur absolue du grandissement linéaire est

fournie (|| = 25). Comme l’objet est réel (  0), le type d’image permet de déterminer
le signe du grandissement à partir de l’équation 5.6b ( = −) :

(a) Si l’image est réelle,   0, le grandissement linéaire est


1 1 1
 = −25 =⇒  = − = 25 =⇒  + 25 = 35 cm =⇒  = 490 cm

(b) Si l’image est virtuelle,   0, le grandissement linéaire est


1 1 1
 = 25 =⇒  = − = −25 =⇒  + −25 = 35 cm =⇒  = 210 cm

E18. On considère une lentille convergente ( = 20 cm) et le grandissement linéaire || = 04.

(a) Si l’objet et l’image sont de même nature, alors le rapport  est positif et   0 dans
l’équation 5.6b. On en déduit que
1 1 1
 = −04 =⇒  = − = 04 =⇒  + 04 = 20 cm =⇒  = 700 cm

(b) Si l’objet et l’image sont de nature différente, alors le rapport  est négatif et   0
dans l’équation 5.6b. On en déduit que
1 1 1
 = 04 =⇒  = − = −04 =⇒  + −04 = 20 cm =⇒  = −300 cm

(c) Non

E19. Pour une lentille mince biconvexe, on cherche la position de l’image en utilisant la formule
³ ´
1 1 1 1 1 1
 +  =  où  = ( − 1) 1 − 2 avec  = 15.

Si l’objet est situé à  = 20 cm de la lentille et que l’on pose 1 = 12 cm et

2 = −16 cm, on peut calculer la position de l’image et ensuite le grandissement linéaire :


³ ´
1 1 1 1
20 cm +  = (15 − 1) 12 cm − −16 cm =⇒  = 436 cm

 = −  = − 436 cm
20 cm = =⇒  = −218

E20. Pour une lentille mince biconcave, on cherche la position de l’image en utilisant la formule
³ ´
1 1 1 1 1 1
 +  =  où  = ( − 1) 1 − 2 avec  = 15.

Si l’objet est situé à  = 20 cm de la lentille et que l’on pose 1 = −12 cm et

2 = 16 cm, on peut calculer la position de l’image et ensuite le grandissement linéaire :


³ ´
1 1 1 1
20 cm +  = (15 − 1) −12 cm − 16 cm =⇒  = −814 cm

 = −  = − −814 cm
20 cm = =⇒  = 0407

108 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


On doit faire remarquer que les résultats seraient les mêmes avec 1 = 12 cm et 2 = −16
cm, c’est-à-dire si on avait inversé l’ordre dans lequel la lumière atteint les deux faces de
la lentille.

E21. On considère une lentille divergente ( = −20 cm) et on cherche la position de l’objet.

Pour les deux questions, on donne la nature de l’image, virtuelle ou réelle, mais cette
information ne permet pas d’obtenir la solution. On ne peut que vérifier, lorsque la

distance  a été calculée, si le résultat correspond bien à ce qui était affirmé.

(a) On pose que l’image est virtuelle, ce qui implique que   0. On affirme aussi que cette
image est droite, ce qui implique que le grandissement linéaire est positif. Si la dimension

de l’image correspond à 20% de l’objet alors sa valeur est  = 02.

L’équation 5.6b permet d’écrire que

 = − = −02

ce qui entraîne, dans l’équation 5.6a, que


1 1 1
 + −02 = −20 cm =⇒  = 800 cm

On peut facilement vérifier que  = −02 = −02(800) = −160 cm, donc que l’image
est virtuelle.

(b) Si l’image est réelle alors   0. Si cette image est droite, alors le grandissement linéaire
est positif et sa valeur est  = 15. En utilisant les mêmes équations qu’en (a), on trouve
1 1 1
 = − = −15 =⇒  + −15 = −20 cm =⇒  = −667 cm

À nouveau, on vérifie que  = −15 = −15(−667) = 100 cm, donc que l’image est
réelle.

E22. On calcule la position de l’image issue de la première lentille (1 = 10 cm) avec

1 = 20 cm :
1 1 1
20 cm + 1 = 10 cm =⇒ 1 = 20 cm

Puisque la seconde lentille (2 = −15 cm) se trouve à 10 cm de la première, on obtient

comme suit la position de l’objet pour cette dernière et la position de l’image résultante :
1 1 1
2 = (10 cm)−1 = −10 cm (objet virtuel) =⇒ −10 cm + 2 = −15 cm =⇒ 2 = 300 cm

E23. On calcule la position de l’image issue de la première lentille (1 = 10 cm) avec

1 = 12 cm :
1 1 1
12 cm + 1 = 10 cm =⇒ 1 = 60 cm

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 109

© ERPI, tous droits réservés.


Puisque la seconde lentille (2 = 20 cm) est à 15 cm de la première, on obtient comme
suit la position de l’objet pour cette dernière et la position de l’image résultante :
1
2 = (15 cm)−1 = −45 cm (objet virtuel) =⇒ −45 cm + 12 = 1
20 cm =⇒ 2 = 138 cm

E24. On calcule la position de l’image I1 issue de la première lentille (1 = 8 cm) avec

1 = 40 cm :
1
40 cm + 1
1 = 1
8 cm =⇒ 1 = 10 cm =⇒ 1 = − 11 = − 10 cm
40 cm = −0250

Puisque la seconde lentille (2 = 12 cm) est à 20 cm de la première, on obtient comme


suit la position de l’objet pour cette dernière et la position de l’image résultante I2 :
1 1 1
2 = (20 cm) − 1 = 10 cm =⇒ 10 cm + 2 = 12 cm =⇒ 2 = −600 cm

On calcule ensuite le grandissement transversal de la seconde lentille et le grandissement


total :

2 = − 22 = − −60 cm
10 cm = 600 =⇒  = 1 2 = (−0250) (600) =⇒  = −150

Le tracé de deux des rayons principaux donne

E25. Pour la première et la seconde lentille, on a


1 1 1 1 1 1
1 + 1 = 1 et 2 + 2 = 2 , où 2 = −1

puisque les deux lentilles minces sont accolées et que l’image réelle de la première devient
l’objet virtuel de la seconde. On additionne les deux équations pour trouver
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
1 + 1 + −1 + 2 = 1 + 2 =⇒ 1 + 2 = 1 + 2

Le côté droit de l’équation peut être assimilé à l’effet d’une seule lentille équivalente de
distance focale  . Sa valeur n’est qu’approximative puisqu’on ne peut négliger totalement

l’épaisseur des deux lentilles initiales; donc


1 1 1 1 2
 ≈ 1 + 2 =⇒  ≈ 1 +2 =⇒ CQFD

110 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


E26. D’après l’expression de la distance focale combinée obtenue à l’exercice 25, on trouve
1 2 1 1 1 1 1 1
= 1 +2 =⇒  = 1 + 2 =⇒ 14 cm = 10 cm + 2 =⇒ 2 = −350 cm

E27. On considère une loupe avec les données  = 57 cm et  = 6 cm.

(a) On calcule ainsi le grossissement angulaire :


025 025
=  = 0057 = 439

(b) En vertu de la loi des lentilles minces, on obtient ainsi la position de l’image :
1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒ 6 cm = 57 cm +  =⇒  = −114 cm

E28. Pour une lentille convergente ( = 4 cm), on obtient l’image virtuelle ( = −40 cm) d’un
objet ayant O = 1 mm de largeur.

(a) La dimension de l’image donnée par la lentille équivaut à


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒ 4 cm =  + −40 cm =⇒  = 364 cm

 = −  = − −40 cm
364 cm = 110 et  =
I
O =⇒ I = O =⇒ I = 110 mm

(b) Le grossissement angulaire correspond à


025 025
=  = 00364 = 687

E29. (a) Si l’image donnée par la loupe se trouve au punctum proximum normal ( = −25 cm),
la loi des lentilles minces et l’équation du grossissement indiquent que
1 1 1 1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  =  + −025 =⇒  =  + 025 =⇒
³ ´
025 1 1 025
=  = 025  + 025 =⇒  = 1 +  =⇒ CQFD

(b) La distance focale correspondant au grossissement angulaire  = 24 équivaut à


025 025
=1+  = 24 =⇒  = 14 =⇒  = 0179 m

E30. La distance focale d’une loupe est  = 10 cm.

(a) On obtient comme suit la position de l’objet qui donne le grossissement angulaire maxi-
mal, ce qui se produit si l’image donnée par la loupe se trouve au punctum proximum

normal ( = −25 cm) :


1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒ 10 cm =  + −25 cm =⇒  = 714 cm

(b) On trouve aussi la taille de l’image, connaissant celle de l’objet (O = 2 mm) :
³ ´
 = −  = − −25 cm I
714 cm = 35 et  = O =⇒ I = O =⇒ I = 700 mm

(c) Lorsque  =  , donc  = 100 cm

E31. Lorsque l’image finale est à l’infini, l’image donnée par l’objectif coïncide avec le foyer
de l’oculaire. D,après les données ∞ = −400  = 16 cm et ob = 05 cm, la distance

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 111

© ERPI, tous droits réservés.


focale de l’oculaire équivaut à
025
∞ = − ob o c = −400 =⇒ oc = 200 cm

E32. Les distances focales du microscope sont ob = 08 cm et oc = 3 cm.

Comme la distance entre les lentilles est  = 175 cm, la longueur optique équivaut à
 =  − oc − ob = 137 cm. L’image virtuelle finale étant située à oc = −40 cm de
l’oculaire (cette figure est similaire à la figure 5.33), on en déduit que
1 1 1 1 1 1
o c + o c = o c =⇒ o c + −40 cm = 3 cm =⇒ oc = 279 cm

La position de l’image de l’objectif est ob =  − oc = 147 cm, et on détermine que
1 1 1 1 1 1
o b + o b = o b =⇒ o b + 147 cm = 08 cm =⇒ ob = 0846 cm

 = − oo bb 25 cm
o c
147 cm 25 cm
= − 0846 cm 279 cm = −156

E33. Les distances focales du microscope sont ob = 06 cm et oc = 24 cm. L’objet est situé
à ob = 0625 cm de l’objectif. On calcule ainsi la position de l’image de l’objectif :
1 1 1 1 1 1
o b + o b = o b =⇒ 0625 cm + o b = 06 cm =⇒ ob = 15 cm

Si l’image finale est à l’infini, l’image donnée par l’objectif coïncide avec le foyer de
l’oculaire. Puisque oc = oc  on a ob =  + ob (voir la figure 5.33), et on en déduit que

 = ob − ob = 144 cm et  =  + ob + oc = 174 cm

Le grossissement se calcule alors directement, comme suit


cm 25 cm
∞ = − ob 25 cm
o c = − 144
06 cm 24 cm = −250

E34. L’objectif du télescope astronomique a une distance focale ob = 60 cm. Puisque l’objet
à observer est situé à l’infini, on a ob −→ ∞ et on déduit la position de l’image produite
par l’objectif :
1 1 1 1 1 1
o b + o b = o b =⇒ ∞ + o b = 60 cm =⇒ ob = 60 cm

La distance entre les lentilles est  = 65 cm, et, comme  = ob + oc  on obtient

oc = 5 cm. L’instrument est réglé pour un œil normal au repos, c’est-à-dire un œil dont
le punctum remotum est situé à l’infini, de sorte que l’image finale est située aussi à

l’infini, oc −→ ∞ ce qui donne, pour la distance focale de l’oculaire


1 1 1 1 1 1
o c + o c = o c =⇒ 5 cm + ∞ = o c =⇒ oc = 500 cm

On en déduit que  = ob + oc = ob + oc ou encore que les foyers sont confondus.

On calcule finalement le grossissement angulaire du télescope comme suit

∞ = − oo bc = − 60 cm
5 cm = −120

112 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


E35. On traite cet exercice d’une manière similaire à l’exercice précédent. Si l’image finale
est à l’infini, le grossissement angulaire s’exprime comme le rapport des distances focales
du télescope, qui sont ob = 180 cm, pour le miroir, et oc = 5 cm, pour l’oculaire. On

obtient donc directement :

∞ = − oo bc = − 180 cm
5 cm = −360

E36. Une lunette de Galilée est réglée pour un œil normal au repos, ce qui signifie que l’image

finale est située à l’infini, oc −→ ∞ et que les foyers sont confondus, comme à la figure
5.37. Le grossissement angulaire s’exprime alors comme le rapport des distances focales
du télescope, soit ob = 36 cm et oc , qui est inconnue. On déduit ainsi la valeur de oc :

∞ = − oo bc =⇒ 8 cm = 36 cm
o c =⇒ oc = −450 cm

E37. On donne ob = 5 m et oc = 10 cm.

(a) On calcule ainsi le grossissement angulaire lorsque l’image finale est située à l’infini :

∞ = − oo bc = − 500 cm
10 cm = −500

(b) Lorsque l’image finale est située à oc = −40 cm de l’oculaire, on trouve
1 1 1 1 1 1
o c + o c = o c =⇒ o c + −40 cm = 10 cm =⇒ oc = 800 cm

 = − oobc = − 500 cm
8 cm = −625

E38. La distance entre les lentilles d’un télescope astronomique est  = 65 cm. L’image finale
est située à l’infini, de sorte que  = ob + oc ; puisque le grossissement angulaire est
∞ = −25 on en déduit que

 = ob + oc = 65 cm et ∞ = − oo bc = −25 =⇒ 25oc + oc = 65 cm =⇒

oc = 250 cm =⇒ ob =  − oc =⇒ ob = 625 cm

E39. Une lunette de Galilée a une longueur  = 15 cm et un objectif possédant une distance

focale ob = 20 cm. L’image finale est située à l’infini, de sorte que ob =  + |oc |. On
obtient comme suit oc  0 et le grossissement angulaire de la lentille :

oc = − |ob − | = − |(20 cm) − (15 cm)| = −5 cm

∞ = − oo bc = − −5
20 cm
cm = 400

E40. Lorsque l’image finale est à l’infini, le grossissement angulaire du télescope astronomique
s’exprime comme le rapport des distances focales du télescope, qui sont ob = 168 m et

oc = 35 cm, ce qui donne

∞ = − oo bc = − 0035
168
= −480

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 113

© ERPI, tous droits réservés.


E41. Les distances focales du télescope sont ob = 18 m et oc = 11 cm. On trouve le
grossissement angulaire, si l’image finale est située à oc = −40 cm de l’œil, en obtenant
d’abord oc :
1 1 1 1 1 1
o c + o c = o c =⇒ o c + −040 = 011 =⇒ oc = 00863 m =⇒

 = − oobc = − 00863
18
= −209

E42. Une lunette de Galilée possède les distances focales ob = 24 cm et oc = −8 cm. L’objet
est situé en ob = 12 m.

(a) Les lentilles sont à une distance  = 16 cm l’une de l’autre; on obtient ainsi la position
de l’image finale :
1 1 1 1 1 1
o b + o b = o b =⇒ 12 + o b = 024 =⇒ ob = 2449 cm =⇒

oc =  − ob = −849 cm =⇒


1 1 1 1 1 1
o c + o c = o c =⇒ −849 cm + o c = −8 cm =⇒ oc = −139 cm de l’oculaire

(b) Pour que l’image finale soit à l’infini, il faut que la position de l’objet de l’oculaire se
trouve au foyer de l’oculaire, soit oc = oc = −8 cm. Puisque cet objet est l’image de
l’objectif, on en déduit directement la distance entre les deux lentilles :

 = ob + oc = (245 cm) + (−8 cm) = 165 cm

E43. Une prescription corrective de puissance  = 28 D requiert une lentille correctrice de
1
distance focale  =  = 0357 m. Cette lentille agit de telle sorte que l’image virtuelle
(  0) d’un objet situé à  = 025 m apparaît au punctum proximum de l’œil (PP = −).
Ainsi, lorsque la personne enlève ses lunettes, le punctum proximum se trouve à une
distance de
1 1 1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  + −P P =  =⇒ 025 + −P P = 0357 =⇒ PP = 833 cm

E44 (a) Puisque PP = 15 cm, le punctum proximum ne nécessite pas de correction. Toutefois,
puisque PR = 40 cm, le punctum remotum exige une correction. Avec la lentille correc-

trice, l’objet qui est à l’infini doit paraître situé à  = −PR = −40 cm.

Avec  −→ ∞, on obtient la bonne prescription :


1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒ ∞ + −40 cm =  =⇒  = −400 cm

(b) Si la personne conserve toujours ses verres, son punctum proximum change de place.

Sa nouvelle valeur, 0PP  est la position d’un objet dont l’image se situe au punctum
proximum initial ( = −PP ), donc

114 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


1 1 1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒  + −P P =  =⇒  + −15 cm = −40 cm =⇒ 0PP = 240 cm

E45. On donne PP = 40 cm et PR = 4 m.

(a) Avec une première lentille correctrice, l’objet qui est à l’infini doit paraître situé au
punctum remotum,  = −PR = −4 m. Comme  −→ ∞ on obtient ainsi la puissance

de cette lentille :
1 1 1 1 1 1 1
 +  = 1 =⇒ ∞ + −4 = 1 =⇒ 1 = −40 m =⇒ 1 = 1 = −0250 D

Le punctum proximum, PP = 40 cm, nécessite aussi une correction, telle que l’image
virtuelle d’un objet situé à  = 025 m apparaisse au punctum proximum de l’œil,

 = −PP = −040 m. La puissance de cette seconde lentille équivaut à


1 1 1 1 1 1 1
 +  = 1 =⇒ 025 + −04 = 2 =⇒ 2 = 0667 m =⇒ 2 = 2 = 150 D

Les puissances des deux lentilles sont donc de −0250 D et de 150 D .

(b) On a déjà établi l’effet de cette lentille pour la vision de loin et on sait que la personne
voit nettement ce qui est à l’infini. Toutefois, les objets rapprochés ne peuvent se situer
à l’intérieur du punctum proximum ( = −PP ), et la valeur minimale de  est
1 1 1 1 1 1
 +  = 1 =⇒  + −04 = −40 =⇒  = 444 cm

Le domaine de vision nette s’étend donc de 444 cm à l’infini .

(c) On a déjà établi l’effet de cette lentille pour la vision de près et on sait que la personne
voit nettement les points situés au punctum proximum et au-delà. Toutefois, les objets

éloignés ne peuvent se situer au-delà du punctum remotum ( = −PR ), et la valeur


maximale de  est
1 1 1 1 1 1
 +  = 2 =⇒  + −4 = 0667 =⇒  = 572 cm

Le domaine de vision nette s’étend donc de 250 cm à 572 cm .

E46. (a) Le punctum proximum, PP = 34 cm, nécessite une correction telle que l’image virtuelle
d’un objet situé à  = 025 m apparaisse au punctum proximum de l’œil :

 = −PP = −034 m

La puissance de cette lentille est donc de


1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒ 025 + −034 =  =⇒  = 0944 m =⇒  =  = 106 D

(b) Avec une lentille correctrice, l’objet qui est à l’infini doit paraître situé au punctum

remotum,  = −PR = −034 m. Comme  −→ ∞ on obtient comme suit la puissance


de cette lentille :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 115

© ERPI, tous droits réservés.


1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒ ∞ + −034 =  =⇒  = −034 m =⇒  =  = −294 D

E47. Avec la correction, l’objet qui est l’infini ( −→ ∞) apparaît au punctum remotum,
 = −PP = −2 m. La puissance de la lentille utilisée équivaut à
1 1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒ ∞ + −2 =  =⇒  = −2 m =⇒  =  = −05 D

Avec ces lunettes, un objet situé à  = 028 m, la position du punctum remotum avec
lunettes, doît apparaître à la position du punctum proximum de l’œil nu ( = −PP )  ce
qui donne
1 1 1 1 1 1
 +  =  =⇒ 028 + −P P = −2 =⇒ PP = 246 cm

E48. Avec les vieilles lunettes de puissance  = 15 D, un objet situé à  = 040 m, la position
du punctum proximum avec lunettes, doit apparaître à la nouvelle position du punctum
proximum de l’œil nu ( = −PP )  On calcule d’abord PP :
1 1 1 1 1
 +  =  =  =⇒ 04 + −P P = 15 =⇒ PP = 1 m

Avec la nouvelle correction  0  l’image virtuelle d’un objet situé à 0 = 025 m doit
apparaître à la nouvelle position du punctum proximum de l’œil ( 0 = −PP = −1 m) :
1 1 1 1 1 1 1
0 + 0 = 0 =⇒ 025 + −1 = 0 =⇒  0 = 0333 m =⇒  0 = 0 = 300 D

E49. (a) La personne utilise une lentille divergente de puissance  = −2 D pour que l’image d’un
objet placé à l’infini ( −→ ∞) apparaisse au punctum remotum ( = −PR ) :
1 1 1 1 1
 +  =  =  =⇒ ∞ + −P R = −2 =⇒ PR = 500 cm

(b) Le punctum proximum avec lunettes, 0PP  correspond à la position d’un objet ( = 0PP )
dont l’image se forme au prunctum proximum sans lunettes ( = −PP = −020 m) :
1 1 1 1 1
 +  =  =  =⇒ 0P P + −020 = −2 =⇒ 0PP = 333 cm
1 1 1
E50. (a) 50 cm + −20 cm =  =⇒  = −333 cm
1 1 1
(b) 50 cm + 20 cm =  =⇒  = 143 cm
1 1 1
E51.  + (100 cm)− = 20 cm =⇒  = 276 cm et 724 cm

E52. (a)  = −  = 15 et 1


 + 1
−15 = 1
12 cm =⇒  = 400 cm

(b)  = −  = −15 et 1
 + 1
15 = 1
12 cm =⇒  = 200 cm

E53. On donne O = 18 m et  = 55 mm. Comme la distance objet  est probablement


supérieure à la distance focale de la lentille, l’image est renversée comme à la figure 5.21a
du manuel. Dans ce cas, la hauteur de l’image voulue correspond à I = −24 mm. On
I −24 mm 1
calcule le grandissement linéaire en utilisant sa définition,  = O = 1800 mm = − 750 .

116 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


Avec l’équation 5.6b, on établit une relation entre la distance image et la distance objet :
 = −  =⇒  = − =⇒  = 
750

On calcule finalement la distance objet à partir de l’équation 5.6a :


1 1 1 1 750 1
 +  =  =⇒  +  = 55 mm =⇒  = 418 m
1 1 1
E54. 10 cm + 1 = 12 cm =⇒ 1 = −60 cm =⇒ 2 = 75 cm =⇒
1 1 1
75 cm + 2 =
=⇒ 2 = −214 cm
−30 cm
³ ´³ ´ ¡ ¢ ³ −214 cm ´
 = 1 2 = − 11 − 22 = − −60 cm
10 cm − 75 cm = 171 =⇒
I = O =⇒ I = 206 cm
1 1 1
E55. (a) 40 cm + 1 = 15 cm =⇒ 1 = 24 cm =⇒ 2 − 14 cm =⇒
1 1 1
−14 cm + 2 =
=⇒ 2 = −350 cm
−10 cm
³ ´³ ´ ¡ ¢ ³ −35 cm ´
(b)  = 1 2 = − 11 − 22 = − 24 cm
40 cm − −14 cm = 150
1 1 1
E56. 18 cm + 1 = 10 cm =⇒ 1 = 225 cm =⇒ 2 = 75 cm =⇒
1 1 1
75 cm + 2 =
=⇒ 2 = −500 cm
−15 cm
³ ´³ ´ ³ ´³ ´
 = 1 2 = − 11 − 22 = − 225 cm
18 cm − −5 cm
75 cm =⇒  = −0833
1 1 1
E57. (a)  + −25 cm = 10 cm =⇒  = 714 cm
(b)  = −  = 350

E58.  = tan  =⇒  = 2 tan (052◦ ) = 182 cm
E59. (a) ∞ = − oo bc = − 240 cm
12 cm = −20 =⇒ ∞ =

 =⇒  = ∞ = 104◦
1 1 1
(b) ob = 240 cm, alors o c + −25 cm = 12 cm =⇒ oc = 811 cm
 = − oobc = −296 =⇒  =  || = 154◦
1 1 1 1
E60. ∞ + −075 =  =⇒  = −075 m =⇒  =  = −133 D
1 1 1
E61. 25 cm + −80 cm =  =  =⇒  = 275 D
E62. (a) Si la loupe est à  = 50 cm de l’oeil, alors l’image se forme en  = −30 cm si elle se trouve
au punctum proximum et en  = −70 cm si elle se forme au punctum remotum. Selon

l’équation des lentilles minces, la première valeur de  est obtenue pour  = 4286 cm et
la seconde pour,  = 4667 cm . Si on place l’objet n’importe où entre ces deux positions,
l’image sera nette pour l’observateur. L’intervalle des valeurs possibles pour la position

de l’objet est donc ∆ = 0381 cm .


(b) Par un raisonnement similaire, on calcule que  va de 0 cm à 444 cm, donc ∆ = 444 cm .

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 117

© ERPI, tous droits réservés.


Problèmes

P1. (a) On donne 1 = 4 cm. On calcule la position de l’image I1 avec 1 = 5 cm :


1
5 cm + 1
1 = 1
4 cm =⇒ 1 = 20 cm =⇒ 1 = − 11 = − 20 cm
5 cm = −4

La seconde lentille (2 = 7 cm) se situe à  = 12 cm de la première. On trouve la position


de l’objet 2 et on calcule la position résultante de l’image finale I2 :
1 1 1
2 =  − 1 = −8 cm =⇒ −8 cm + 2 = 7 cm =⇒ 2 = 373 cm
On peut ensuite obtenir le grandissement latéral de la seconde lentille et le grandissement

total :
2 = − 22 = − 373 cm
−8 cm = 0467 =⇒  = 1 2 =⇒  = −187

Le tracé de deux des rayons principaux donne

(b) On reprend les mêmes calculs qu’en (a), mais avec 1 = 12 cm, ce qui donne
1
12 cm + 1
1 = 1
4 cm =⇒ 1 = 6 cm =⇒ 1 = − 11 = − 12
6 cm
cm = −05
1 1 1
2 =  − 1 = 6 cm =⇒ 6 cm + 2 = 7 cm =⇒ 2 = −420 cm

2 = − 22 = − −420
6 cm
cm
= 7 =⇒  = 1 2 =⇒  = −350
Le tracé de deux des rayons principaux donne

118 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


P2. On donne 1 = 10 cm. On calcule la position de l’image I1 avec 1 = 20 cm :
1
20 cm + 1
1 = 1
10 cm =⇒ 1 = 20 cm =⇒ 1 = − 11 = − 20 cm
20 cm = −1

La seconde lentille (2 = −5 cm) se situe à  = 30 cm de la première. On trouve la


position de l’objet 2 et on calcule la position résultante de l’image finale I2 :
1 1 1
2 =  − 1 = 10 cm =⇒ 10 cm + 2 = −5 cm =⇒ 2 = −333 cm

On obtient ensuite le grandissement latéral de la seconde lentille et le grandissement


total :

2 = − 22 = − −333 cm
10 cm = 0333 =⇒  = 1 2 =⇒  = −0333

Le tracé de deux des rayons principaux donne

P3. On donne 1 = 10 cm. On calcule la position de l’image I1 avec 1 = 20 cm :


1
20 cm + 1
1 = 1
10 cm =⇒ 1 = 20 cm =⇒ 1 = − 11 = − 20 cm
20 cm = −1

La seconde lentille (2 = −15 cm) se situe à  = 12 cm de la première. On trouve la


position de l’objet 2 et on calcule la position résultante de l’image finale I2 :
1 1 1
2 =  − 1 = −8 cm =⇒ −8 cm + 2 = −15 cm =⇒ 2 = 171 cm

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 119

© ERPI, tous droits réservés.


On obtient ensuite le grandissement latéral de la seconde lentille et le grandissement
total :

2 = − 22 = − 171 cm
−8 cm = 214 =⇒  = 1 2 =⇒  = −214

Le tracé de deux des rayons principaux donne

P4. (a) On donne 1 = −15 cm. On calcule la position de l’image I1 avec 1 = 25 cm :


1
25 cm + 1
1 = 1
−15 cm =⇒ 1 = −938 cm =⇒ 1 = − 11 = − −938 cm
25 cm = 0375

La seconde lentille (2 = 14 cm) se situe à  = 12 cm de la première. On trouve la position


de l’objet 2 et on obtient la position résultante de l’image finale I2 :
1 1 1
2 =  − 1 = 214 cm =⇒ 214 cm + 2 = 14 cm =⇒ 2 = 406 cm

(b) Le grandissement latéral de la seconde lentille et le grandissement total s’obtiennent


comme suit

2 = − 22 = − 406 cm
214 cm = −190 =⇒  = 1 2 =⇒  = −0711

Le tracé de deux des rayons principaux donne

P5. Une lentille convergente est placée entre une source ponctuelle et un écran séparés par

120 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


une distance  La lentille est placée à une distance  de l’objet, de façon à produire une
image nette telle que  =  − .

(a) Les positions possibles s’obtiennent au moyen de la formule des lentilles minces :

1 1 1 1 1 1 2 ± 2 −4 
 =  +  =⇒  =  + − =⇒  −  +  = 0 =⇒  = 2

La solution implique deux valeurs pour  =⇒ CQFD

(b) La distance entre les deux positions possibles de l’objet équiavaut donc à
√ √ p
+ 2 −4  − 2 −4 
∆ = 1 − 2 = 2 − 2 =⇒ ∆ =  ( − 4 ) =⇒ CQFD

P6. Si  et 0 correspondent aux distances de l’objet et de l’image à partir du premier et

deuxième foyer, la formule des lentilles minces s’exprime alors sous la forme newtonienne
avec  =  +  et  =  + 0 :
1 1 1 1 1 1
 =  +  =⇒  =  + +  +0 =⇒ ( + ) ( + 0 ) = (2 +  + 0 )  =⇒

f2 +  ( + 0 ) + 0 = 2 2 +  ( + 0 ) =⇒  2 = 0 =⇒ CQFD

P7. Un télescope astronomique (ob = 80 cm, oc = 5 cm) permet d’observer un objet ayant
une hauteur O =  = 4 cm, situé à ob = 20 m et pour lequel oc = −25 cm.

(a) On doit d’abord calculer oc et ob :


1 1 1 1 1 1
o c + o c = o c =⇒ o c + −25 cm = 5 cm =⇒ oc = 417 cm
1 1 1 1 1 1
o b + o b = o b =⇒ 20 m + o b = 08 m =⇒ ob = 833 cm

On calcule ensuite le grandissement linéaire, et on obtient ainsi la dimension de l’image

finale :
³ ´³ ´ ³ ´³ ´
 = ob oc = − oo bb 833 cm
− oo cc = − 2000 cm − −25 cm
417 cm = −025 =⇒

|I | = |O | = |(−025) (4 cm)| = 100 cm

(b) Selon l’équation 5.15,  = − oobc  Mais cette équation n’est valable que si l’objet initial

est à l’infini. Si l’objet n’est pas à l’infini, l’image de l’objectif se situe au-delà du foyer de
cette lentille (ob  ob ), et l’angle  prend une valeur inférieure à celle qui apparaît à la
figure 5.36. En remplaçant ob par ob dans l’équation 5.15, on obtient donc une valeur

représentative du grossissement angulaire du télescope :

 = − oobc = − 833 cm
417 cm = −200

P8. La source ponctuelle se situe à 1 = 15 cm d’une lentille ( = 10 cm). Du côté opposé, à

10 cm de la lentille, se trouve un miroir plan. On calcule d’abord la position de l’image


après un premier passage à travers la lentille (vers la droite) :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 121

© ERPI, tous droits réservés.


1 1 1 1 1 1
 = 1 + 1 =⇒ 10 cm = 15 cm + 1 =⇒ 1 = 30 cm

L’image se situe à 20 cm derrière le miroir plan. Mais, parce que les rayons sont réfléchis,
l’image du miroir apparaît à 20 cm devant le miroir. Cette image constitue un objet
virtuel pour la lentille et est située à 2 = −10 cm pour le second passage à travers la
lentille (vers la gauche) :
1 1 1 1 1 1
 = 2 + 2 =⇒ 10 cm = −10 cm + 2 =⇒ 2 = 5 cm

L’image finale se trouve à 500 cm de la lentille, entre l’objet initial et la lentille .

P9. Pour un dioptre sphérique ( = −3 cm), la relation entre  et  est donnée par l’équation
1 2 2 −1
5.2, soit  +  =  , où 1 =  = 15 et 2 = 1

Compte tenu de la géométrie illustrée à la figure 5.52, on calcule la position de l’image 

en considérant le fait que les rayons sortent radialement, sans réfraction :


 1 1− 15 1 1−15
3 cm +  = −3 cm =⇒ 3 cm +  = −3 cm =⇒  = −300 cm

Vue d’au-dessus, l’image de la tache est à 3 cm sous le sommet de l’hémisphère .

P10. Un faisceau parallèle est produit par une source située à l’infini. Puisqu’on veut maintenir
parallèle le faisceau sortant en modifiant seulement sa largeur, le dispositif optique peut
utiliser deux lentilles dont les foyers sont confondus et dont le grossissement angulaire
s’exprime par ∞ = − 21 

(a) Si la seconde lentille est convergente, le montage est celui d’une lunette astronomique
(1 =   02  0), comme à la figure 5.36, et il inverse l’image (∞ = −2). Dans un
tel montage, la distance  entre les lentilles est telle que

 =  + 2 et ∞ = − 2 = −2 =⇒

2 = 200 située à 300 de la première lentille

122 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Si l’une des lentilles est divergente, le montage est celui d’une lunette de Galilée inversée
(2  01 =   0), comme si la figure 5.37 était inversée. Dans un tel montage, où
l’image reste droite (∞ = 2), la distance  entre les lentilles est telle que

 =  + 2 et ∞ = − 2 = 2 =⇒

2 = −0500 située à 0500 de la première lentille

P11. Si la lentille convergente est symétrique, on a 1 = 10 cm et 2 = −10 cm. Les indices de


réfraction respectifs pour la lumière rouge et la lumière bleue correspondent à R = 158
et à B = 162 On calcule la distance focale avec l’équation 5.4b, dans laquelle 1 = 1 :
³ ´ ³ ´
1 1 1 1 1 cm
 = ( − 1) 1 − 2 = ( − 1) 10 cm − −10 cm =⇒  = 5−1
5 cm 5 cm
Si  = R = 158 R = 158−1 = 8621 cm, avec  = B = 162 B = 162−1 = 8065 cm;
finalement, ∆ = R − B = 0556 cm .

P12. On exprime le diamètre  de la lentille en divisant la distance focale  par un nombre



sans dimension   =  La quantité  de lumière qui atteint la pellicule est propor-
tionnelle à l’aire  de la lentille, donc proportionnelle au carré du diamètre de la lentille
µ ³ ´2 ¶
 ∝  ∝  = 
2 . On exprime la variation dans la quantité de lumière qui atteint
0
la pellicule par le rapport  donc
µ ¶2

0 0 0 2
 = µ ¶2 =⇒  = 02


0 (20)2
(a) Avec  = 20 et 0 = 28 on obtient  = (28)2
= 0510 .
0 (56)2
(b) Avec  = 56 et 0 = 8 on obtient  = (8)2
= 0490 .

P13. Pour une lentille mince remplie d’air (2 = 1) immergée dans l’eau (1 = 133) dont les
rayons de courbure sont 1 = 12 cm et 2 = −16 cm, on calcule la distance focale à

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 123

© ERPI, tous droits réservés.


l’aide de l’équation 5.4b :
³ ´ ³ ´³ ´
1 2 −1 1 1 1−133 1 1
 = ( 1 ) 1 − 2 = 133 12 cm − −16 cm =⇒  = −276 cm

P14. Soit la figure suivante, similaire à la figure 5.11, et dans laquelle on respecte l’hypothèse

des petits angles :

Le grandissement latéral est défini comme le rapport entre la hauteur de l’image et la


hauteur de l’objet. L’inversion de l’image par rapport à l’objet, comme c’est le cas ici,

implique que ce rapport est négatif. En partant des deux triangles apparaissant dans
cette figure, on peut écrire

 = −  tan 2
tan 1 (i)

Si les angles sont petits, on a tan  ≈ sin  et on modifie l’équation (i). On considère
finalement la loi de la réfraction, ce qui donne

 = −  sin 2 1 
sin 1 =⇒  = − 2  =⇒ CQFD

P15. La solution est une démonstration graphique.

P16. (a) On donne  = 15 pour le verre de la lentille et en faisant appel aux conventions pour les

dioptres, on peut affirmer que le rayon de courbure de la première face est 1 = 10 cm


alors que celui de la seconde face est 2 = −20 cm.

On réalise le calcul de la postion de l’image de la première face avec l’équation 5.2, en


posant que 1 = 80 cm :
1  −1 1 15 05
1 + 1 = 1 =⇒ 80 cm + 1 = 10 cm =⇒ 1 = 400 cm

Le grandissement de la première face est donné par l’équation 5.3 :

1 = − 1 11 =⇒ 1 = −0333

À cause de l’épaisseur de la lentille et parce qu’on doit respecter les conventions de signe
pour les dioptres, on sait que

124 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


2 = −1 + (1 cm) = −390 cm

À nouveau, avec l’équation 5.2, on obtient


 1 1− 15 1 −05
2 + 2 = 2 =⇒ −39 cm + 2 = −20 cm =⇒ 2 = 158 cm

Et le grandissement de la seconde face donne

2 = − 1 22 =⇒ 2 = 0607

La distance entre l’objet initial et l’image finale correspond à

 = 1 + (1 cm) + 2 = 968 cm

Et le grandissement total est

 = 1 2 = (−0333) (0607) = −0202

(b) Soit deux triangles formés par un rayon partant du sommet de l’objet et atteignant le
sommet de l’image finale, qui est inversée. Ces deux triangles se rejoignent en un point
qui joue le rôle de centre optique de la lentille. Soit  la longueur de la base du triangle
qui se trouve du côté objet, à cause du grandissement total, la base du triangle qui se
trouve du côté image est 0202On peut alors calculer  en posant que

 + 0202 = 1202 = 968 cm =⇒  = 805324 cm

La distance entre le centre optique et le centre géométrique de la lentille est donc

 = 805324 − 805 = 00324 cm

P17. Soit  la distance entre la face courbe et le centre de courbure. La distance  entre la face
plane et ce même centre de courbure est donnée par le théorème de Pythagore appliqué
au triangle que forme ce segment , le rayon de la face de la lentille 2 et le rayon de

courbure de la lentille  qui joue le rôle d’hypoténuse :


¡ ¢2 p
2 = 2 +  2 =⇒  = 2 − 2 4

De sorte que l’épaisseur  cherchée est


p
 =  −  =⇒  =  − 2 − 2 4

P18. On utilise le résultat de l’exercice E25 qui donne la distance focale combinée  de deux
lentilles minces de distances focales 1 et 2 collées l’une sur l’autre
1 2 1 1 +2 1 1
= 1 +2 =⇒  = 1 2 = 1 + 2 (i)

En appel à la définition de la vergence (équation 5.1), le résultat (i) correspond tout


simplement à

 = 1 + 2 =⇒ CQFD

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lent. et les inst. d’opt. 125

© ERPI, tous droits réservés.


P19. (a) La lumière entre dans l’oeil par la cornée, un dioptre de rayon  Comme l’objet est à
l’infini, tous les rayons lumineux convergent vers le foyer de ce dioptre, qu’on place sur
la rétine. À l’aide de l’équation 5.2, on écrit
1 2 2 −1 1 135 135−100
 +  =  =⇒ ∞ + 2+ =  =⇒
³ ´−1
 135
 = 135−100 −1 · 2 = 0700
(b) On plonge le système dans l’eau. L’équation 5.2 permet de calculer la distance  selon
que le dispositif est dans l’air ou plongé dans l’eau (1 = 133) :
1 135 135−100 135
(air) ∞ +  =  =⇒  = 035 = 385
1 135 135−133 135
(eau) ∞ +  =  =⇒  = 002 = 675
Étant donné que l’image se forme à une distance supérieure de la cornée dans l’eau on
en conclut que le dispositif devient hypermétrope .

(c) Il suffit de poser que


1 2 2 −1 133 135 135−133
 +  =  =⇒ ∞ +  =  =⇒  = 473
De sorte que
 = 473

126 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 5 : Les lentilles et les instr. d’opt. v10

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 6 : L’optique physique (I)

Exercices

E1. On utilise l’équation obtenue à l’exemple 6.2 et qui associe la position d’une frange sur

l’écran aux autres paramètres. Avec  = 6 on obtient


6(490×10−9 )(22)
6 = 6
 =⇒  = 66 = 38×10−2
= 0170 mm

E2. On utilise, pour chaque longueur d’onde, l’équation obtenue à l’exemple 6.2, qui associe
la position d’une frange sur l’écran aux autres paramètres. Avec  = 2 I = 480 nm et
II = 650 nm, on obtient
2(480×10−9 )(20)
I = 2I  = 40×10−4
= 48 × 10−3 m
2(650×10−9 )(20)
II = 2I I  = 40×10−4 = 65 × 10−3 m

La distance entre les deux franges sur l’écran équivaut donc à

∆ = II − I = 170 mm

E3. (a) On adapte l’équation obtenue à ³l’exemple


´
6.2 à une situation d’interférence destructive
¡ 1
¢ + 2 
 =  + 12 et on obtient  =   Pour  = 0 cette équation donne la position
du premier
³ ´
lieu d’interférence destructive :
1
 (450×10−9 )(2)
0 = 2  =⇒  = 2 
0
= 2(32×10−3 )
= 0141 mm

(b) On utilise l’équation obtenue à l’exemple 6.2 et on obtient, pour  = 1 :


(450×10−9 )(2)
1 = 
 =⇒  = 1 =

32×10−3
= 0281 mm

E4. On adapte l’équation obtenue à l’exemple


³ ´
6.2 à une situation d’interférence destructive
¡ ¢ 1
+ 2 
 =  + 12 et on obtient  =   Avec  = 3 (troisième ordre) et 0 = 2
(deuxième ordre)
³
on ´arrive ³à ´
1 1
3+ 2  2+ 2  (546×10−9 )(18)

∆ = 3 − 2 =  −  =  = 32×10−4
= 307 mm

E5. Si la distance entre les deux franges d’ordre  = 4 est de 7 cm, on a 4 = 35 cm. En
utilisant l’équation obtenue à l’exemple 6.2, on obtient
(35×10−2 )(2×10−4 )
4 = 4
 =⇒  = 44
= 4(30) = 583 nm

E6. (a) En utilisant l’équation obtenue à l’exemple 6.2, et pour  = 3, on trouve


3(590×10−9 )(2)
3 = 3
 =⇒  = 3 3 = 16×10−2 = 0221 mm

(b) Avec  = 1 on calcule la position de la frange brillante, ce qui donne


(590×10−9 )(2)
1 = 
 = 0221×10−3 = 534 mm

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 127

© ERPI, tous droits réservés.


E7. La cinquième frange sombre est celle pour laquelle  = 4 dans l’équation 6.3. Si on
combine les équations 6.3 et 6.5, on obtient
¡ ¢ (2×10−4 ) sin(07◦ )
 sin  =  + 12  =⇒  =  sin1 = 1 = 543 nm
+ 2 4+ 2
E8. On donne 1 = 10 2 = 9 1 = 560 nm et 2 est inconnue dans
¡ ¢ 10(560)
 = 1 1 = 2 + 12 2 =⇒ 2 = 10
95 =
1
95 =⇒ 2 = 589 nm

E9. On cherche la position  où

 = 1 1 = 2 2 =⇒ (480 nm) 1 = (560 nm) 2 =⇒ 61 = 72 =⇒ 1 = 7 et

2 = 6

On obtient  en utilisant l’une ou l’autre des longueurs d’onde dans l’équation de l’exemple

6.2 :
1 1  7(480×10−9 )(12)
=  = 24×10−4
= 168 cm

E10. On adapte l’équation obtenue à l’exemple 6.2 à une situation d’interférence destructive
¡ ¢
 = ³ + 12 ´ et on obtient,³ pour´
 = 7:
1 1
+ 2  7+ 2  (75)(589×10−9 )(12)
 =  =⇒  = 7 = 65×10−3
= 0816 mm

E11. Pour les deux premières franges d’interférence constructive qui suivent le pic central, les
équations 6.2 et 6.5 donnent

 sin 1 = (1) =⇒  = sin 1 (i)
 sin 2
 sin 2 = 2 =⇒  = 2 (ii)

On veut que 2 = 1 + 10◦  On combine les équations (i) et (ii), et on remplace 2 dans
le résultat :
sin(1 +10◦ )
sin 1 = 2 =⇒ 2 sin 1 = sin (1 + 10◦ ) = sin 1 cos (10◦ ) + cos 1 sin (10◦ ) =⇒

2 sin 1 − sin 1 cos (10◦ ) = cos 1 sin (10◦ ) =⇒


sin(10◦ )
sin 1 (2 − cos (10◦ )) = cos 1 sin (10◦ ) =⇒ tan 1 = 2−cos(10◦ ) =⇒ 1 = 971◦

Finalement, si on revient à l’équation (i), on obtient


  3×10−2
 = sin (971◦ ) =⇒  = sin(971◦ ) = sin(971◦ ) = 178 cm

E12. Si les angles sont faibles, la distance entre chaque frange est à peu près constante. Si
 = 1 cm correspond à la distance entre la première et la huitième frange, la distance

entre chaque paire de frange équivaut à ∆ = 7  On utilise ensuite le résultat de l’exemple


6.2 et on trouve
  (510×10−9 )(2)
∆ =  =⇒  = ∆ = 1×10−2
= 0714 mm
7

128 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


3 3
E13. Si le retard de phase est de 2  la différence de marche  sera de 4  Ainsi
3  3 3(600×10−9 )(24)
= 4 =  =⇒  = 4 = 4(5×10−4 )
= 216 mm

La frange est décalée vers le haut , car c’est ainsi que l’on fait parcourir une plus grande

distance au signal émis par la fente du bas.

E14. On sait, par l’équation  =  que la longueur d’onde du son émis est
 340
=  = 200 = 170 m

On cherche  la distance au mur, telle qu’elle est décrite dans cette figure :

Soit 1 et 2  la longueur de chacun des trajets sonores, selon, respectivement, qu’il rejoint
directement le point  ou se réfléchit sur le mur. S’il doit se produire de l’interférence

constructive et que la distance  doit être minimale, la différence de marche  = 2 − 1


correspond à une longueur d’onde. On donne 1 = 8 m, donc
q¡ ¢ √
1 2
 = 2 − 1 =⇒ 170 = 2 2 + 2 − 8 =⇒ 42 + 2 = 485 =⇒
q
 = (485)2 − 42 = 274 m

E15. Si la fréquence vaut 1000 Hz, la longueur d’onde est de 34 × 10−1 m. La distance entre
le maximum central d’intensité sonore et le premier minimum est donnée par le résultat

de l’exemple
³ ´
6.2 adapté à une situation d’interférence destructive ( = 0) :
1
+ 2  (34×10−1 )(8)
 =  = 
2 = 2(1) = 136 m
 340
E16. On calcule, avec l’équation 2.5c, une longueur d’onde  =  = 95 = 359 m pour le son
émis par l’un ou l’autre des haut-parleurs.

(a) Si l’intensité sonore est nulle au point P, c’est qu’il se produit de l’interférence destructive.

Dans une telle situation, la différence de marche  entre les sons émis par S1 et S2 est
¡ ¢
donnée par l’équation 6.3,  =  + 12 .

La figure 6.33 et le théorème de Pythagore permettent d’établir une équation pour  qui

contient la distance  :

 = 42 + 2 − 4

Comme on cherche une valeur minimale à la distance , on pose que  = 0 et


√ ¡ ¢ √ √
42 + 2 − 4 =  + 12  =⇒ 42 + 2 − 4 = 2 =⇒ 42 + 2 = 2 + 4 =⇒

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 129

© ERPI, tous droits réservés.


q¡ r³ ´2

¢2 359
= 2 + 4 − 42 = 2 + 4 − 42 = 419 m

(b) Pour le point Q, l’équation de la différence de marche s’écrit  = ( + 2) − 2 = .

Comme on cherche la valeur minimale de  on pose encore une fois que  = 0 dans

l’équation 6.3 et on calcule


 
= 2 =⇒  = 2 = 179 m

E17. L’équation 2.5c nous donne  = 68 × 10−1 m. Puisqu’un des haut-parleurs est déphasé

de  radians par rapport à l’autre, on doit créer une différence de marche de 2 pour
obtenir une interférencerconstructive. On cherche  tel que
q¡ ¢2 ³ ´2
 2 = 68×10−1
= 2 + 4 − 4 2 + 4 − 42 = 168 m

E18. Chercher la fréquence la plus basse équivaut à chercher la longueur d’onde la plus élevée
ou l’ordre de marche le plus bas.

(a) Avec  = 1 on cherche  tel que


√ 
 = 22 + 42 − 4 = 472 × 10−1 m =⇒  =  = 720 Hz

(b) Avec  = 0 on cherche  tel que



√ −1 m =⇒  = 
2 2
2 = 2 + 4 − 4 =⇒  = 944 × 10  = 360 Hz

E19. (a) On cherche une différence de marche telle que


¡ ¢ ¡ ¢ ¡ ¢
 =  + 12  =⇒ ( − ) −  =  + 12  =⇒  − 2 =  + 12  =⇒
³ ´
1
− + 2 
= 2

(b) On cherche une différence de marche telle que


−
 =  =⇒ ( − ) −  =  =⇒  = 2

E20. La différence de marche correspondant à un certain déphasage de la longueur d’onde, on


peut poser que
   
 = 2 =⇒  = 2 =⇒  sin  = 2

où  est la distance entre les deux antennes. Ainsi


³ ´ µ ¶
 (3×10−2 )(5)
 = arcsin 2 = arcsin 2(8×10−1 ) = 170◦

Donc  = 170◦ au-dessus de la droite qui arrive à l’amplificateur, perpendiculairement à


la droite qui joint les deux antennes.

E21. Partant simultanément de la source, les trajets de deux rayons parallèles diffèrent une
première fois parce qu’ils sont incidents, en faisant un angle  avec la normale aux niveaux
des fentes. Une des fentes, la fente supérieure, est ainsi plus éloignée de la source d’une

130 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


distance  sin 

(a) À la position angulaire  indiquée dans la figure 6.35, une distance de  sin  s’ajoute au
trajet du rayon provenant de la fente inférieure, de sorte que la différence de marche pour
la fente inférieure la différence entre les deux contributions :

 =  (sin  − sin )

(b) Le maximum correspondant au pic central apparaît pour une différence de marche nulle :

 =  (sin  − sin ) = 0 =⇒  = 

(c) Au centre de l’écran, on a  = 0◦  d’où  = − sin  Afin d’avoir l’interférence destructive

nécessaire pour produire un premier minimum, il faut que


¡¢
 = − 2 =⇒  = arcsin 2
³ ´
1
+ 2 
E22. La position des minima est donnée par  =   Ici, comme  =  on obtient
³ ´
1
+ 2  
 =  =⇒ CQFD

E23. L’équation de la différence de trajet pour produire des maxima est  =  sin  =  Si
on utilise l’équation de la position des maxima, on en déduit que
(147×10−2 )(04×10−3 )
 =  =⇒  =  
=⇒  =  
= (600×10−9 )(14)
=7

La frange brillante observée est donc la septième après le pic central. Il y a donc 7 franges
sombres entre le centre et cette frange brillante.

E24. (a) 0540 mm

(b) Oui, car il n’y en a qu’à proximité du miroir .

(c) On doit trouver les hauteurs minimale et maximale où il y a interférence par réflexion
sur le miroir. En utilisant l’approximation des petits angles (sin  ≈ tan ) et la loi de la
¡ ¢
réflexion  = 0 , on obtient
 max
 = 24 =⇒ max = 24 = 96 × 10−3 m
 min
5 = 20 =⇒ min = 4 = 16 × 10−3 m

L’intervalle où on trouve des franges est donc de ∆ = max − min = 800 mm .

E25. L’intensité sur une figure d’interférence est donnée par l’équation 6.9a. Si la phase 
correspond à la différence de marche angulaire, on sait par  = 2 que
³ ´¡ ¢
  2  2
2 =  =⇒  =  =  

Ainsi, on obtient
³ ´ ³ ³ ´´ ³ ´
 = 40 cos2 2 = 40 cos2 12 2

=⇒  = 40 cos2 
 =⇒ CQFD

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 131

© ERPI, tous droits réservés.


E26. En utilisant la relation démontrée à l’exercice précédent, on obtient
³ ´ ³ ´
 = 40 cos2 
 = 
2 =⇒ cos2  = 1 =⇒
 2
³q ´ −9 (16) ³q ´
(560×10 )
 = 
 arccos 1
2 = −4
(2×10 )
arccos 1
2 = 112 mm

E27. En utilisant le résultat de l’exercice 25, on obtient


³ ´ µ ¶
2  2  (6×10−4 )(45×10−4 )
 = 40 cos  = 40 cos (480×10−9 )(125)
= 009790

E28. Si une fente produit un signal avec une phase de 2 rad, l’équation 6.9a devient
¡ ¢
 = 40 cos2 4 =⇒  = 20

E29. Puisque l’intensité du maximum central est égale à 40  on cherche  tel que
³ ´ ³q ´ ¡ ¢
27×10−9 
cos2 2 = 14 =⇒  =  arccos 1
4 =  3 = 209 mm
2 sin 
E30. Avec  =  et  = 2 l’équation 6.9a devient
³ ´

 = 40 cos2 2 =⇒  = 40 cos2 (2 sin )

Si, de plus, 0 = 1 W/m2  on a

 = 4 cos2 (2 sin )

Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de l’intensité  en fonction de l’angle  et


on crée le graphe demandé pour  allant de 0 à 15 radians :

 restart;
 I_:=4*(cos(2*Pi*sin(theta)))^2;
 plot(I_,theta=0..1.5);

E31. Cette situation est similaire à celle de l’exemple 6.4 du manuel. Mais, contrairement à
l’exemple du manuel, on nous fournit l’épaisseur  de la pellicule et on veut déterminer
les longueurs d’onde de la lumière blanche (400 nm ≤ 0 ≤ 700 nm) pour lesquelles il

y aura interférence destructive. Selon l’exemple 6.5a, l’équation qui permet de calculer
l’épaisseur de la pellicule est
³ ´
 = (2+1)
4
0
p

On modifie algébriquement ce résultat pour qu’il serve à déterminer la longueur d’onde


0 , sachant que  = 83 × 10−5 cm = 830 nm et p = 138 :
4p  4(138)(830 nm) 4582 nm
0 = 2+1 = 2+1 = 2+1

Pour  = 34 et 5, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible

pour lesquelles il y aura interférence destructive, soit 417 nm, 509 nm, 655 nm .

E32. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 14 et que
2 = 15 on a  =  = . Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de

132 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 2 4p 1583×10−6 m
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = p = 0 = 0

On calcule ensuite ∆ pour les différentes valeurs de 0 :


1583×10−6
(a) ∆ = 400×10−9 = 396 rad
1583×10−6
(b) ∆ = 550×10−9 = 288 rad
1583×10−6
(c) ∆ = 700×10−9 = 226 rad

E33. (a) On donne p = 15. On calcule le résultat au moyen des équations 6.14 et 6.12 :
p 0 600×10−9
∆ = 2 = 2p = 2(15) = 200 nm

(b) Comme on peut le voir à la figure 6.20b du manuel, l’angle  du coin de verre possède la
même valeur que celui formé par les segments ∆ et  qui correspondent respectivement
à la variation d’épaisseur et à la distance entre deux franges brillantes successives. Comme
∆
tan  =  ,
la valeur de l’angle est
¡ ∆ ¢ ³ −9
´
 = arctan  = arctan 200×102×10−3 = 100 × 10−4 rad
1 cm
E34. On utilise le résultat de l’exemple 6.7 avec  = 6 = 167 × 10−3 m et on calcule
l’épaisseur maximale du coin  :
 (480×10−9 )(12×10−2 )
= 2 = 2(167×10−3 ) = 1724 × 10−5 m

Le rayon du fil correspond à la moitié de son épaisseur, donc



= 2 = 862 × 10−6 m

E35. (a) Il s’agit d’une situation similaire à celle de la partie (b) de l’exemple 6.5. Ainsi, pour une
épaisseur minimale ( = 1), on détermine que
p 0 550×10−9
= 2 = 2p = 2(133) = 207 nm

(b) Il s’agit d’une situation similaire à celle de la partie (a) de l’exemple 6.5. Ainsi, pour une

épaisseur minimale ( = 0), on obtient


(2+1)p 0 550×10−9
= 4 = 4p = 4(133) = 103 nm

E36. (a) Si on adapte l’équation (ii) de l’exemple 6.7 à l’interférence destructive, on obtient
0 42(640×10−9 )
= 2 = 2 = 134 × 10−5 m

(b) Si on utilise ce résultat dans l’équation (i) de l’exemple 6.7 avec , le rayon de la 42e
frange, on obtient
2
2 (11×10−2 )
= 2 = 2(134×10−5 ) = 451 m

E37. Si on adapte l’équation (ii) de l’exemple 6.7 à l’interférence destructive, on obtient

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 133

© ERPI, tous droits réservés.


0 0
air = 2  pour la pellicule d’air, et huile = 2  pour la pellicule d’huile d’indice .
Comme il s’agit, dans les deux cas, de la huitième frange sombre ( = 8) et que 2 = 2
on peut écrire deux équations :
³ ´
2
huile 2
= 2huile =⇒ huile = 2  2
0
(i)
³ ´
2 = 2 2 0
air air =⇒ air = 2 2 (ii)

En divisant l’équation (ii) par l’équation (i), on obtient


³ ´2 ³ ´2
2 18 cm
 = 2a ir = hua irile = 164 cm = 120
hu ile

E38. On considère que le décalage d’une frange équivaut à une longueur d’onde et que la
lumière parcourt deux fois la distance  = 8 × 10−5 m. On peut donc écrire que
 8×10−5
2 = 240 =⇒  = 120 = 120 = 667 nm

E39. Le déphasage correspondant à un décalage de 5 franges s’exprime comme suit


³ ´
 = 2 1p − 1 = 2 5
 ( − 1) = 5 (2) =⇒  =  + 1
¡ ¢
Comme  = 2 = 2 2 × 10−6 m = 4 × 10−6 m, on obtient
5(600×10−9 )
= 4×10−6
+ 1 = 175

E40. (a) On résout cet exercice à partir de l’équation 6.8 :


∆  ∆ (600 nm)(23)
2 =  =⇒  = 2 = 2 = 200 nm

(b) Toujours en faisant appel à l’équation 6.8, on obtient


∆  2 2 (25×10−6 )
2 =  =⇒ ∆ =  = 480×10−9 = 327 rad
2
E41. Le nombre de longueur d’onde dans la pellicule correspond à   donc
(2 −1 )
∆ =  et ∆ = 2 (∆ ) = 377 rad

E42. ∆ =  = 225 × 10−3 m, donc il a 444 franges par centimètre ou 4 franges .

E43. =  =⇒  = 520 nm

E44. ∆ =  = 225 × 10−3 m, donc  = 0690 mm
2
E45. ∆ =  = 530 mm

E46. ∆ =  = 2 × 10−3 m, donc  = 195 m
 sin(1◦ )
E47.  sin  =  =⇒  =  = 113 donc 11 franges .
2
E48. (a)  =  sin  et  =  = 271 rad
6×10−3 2 sin 
(b) tan  = 120 =⇒  = 0005 rad =⇒  =  = 194 rad
2 sin  
E49. (a)  =   donc sin  = 2 =⇒  = 698 × 10−4 rad

(b)  =  sin  =⇒ sin  =  =⇒  = 877 × 10−4 rad

134 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


37×10−3 2 sin 
E50. (a) tan  = 160 =⇒  = 00023 rad =⇒  =  = 179 rad
³ ´
 
(b) 40 = cos2 2 = 0800

E51.  sin  =  mais ( + 1) (500 nm) =  (600 nm) =⇒  = 5 =⇒  = 0215◦


2
E52.  = 55 m et  = 5385 − 5016 = 0369 m, donc  =  = 0422 rad

E53.  = 5590 − 5025 = 0565 m = 2 =⇒  = 113 m
2 ∆
E54. ∆ =  =⇒  = 2 = 625 nm

E55. (a) (5 + ) − (5 − ) = ±05, ±15 =⇒  = ±150 m, ±450 m

(b) (5 + ) − (5 − ) = ±, ±2 =⇒  = 0, ±300 m



E56. (a)  = 22 + 2 − 

Pour  = 2  on trouve  = 375 m. Pour  = 3


2  on trouve  = 0583 m .

(b) Pour  =  on trouve  = 150 m .

E57. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 14 et que
2 = 133 on a  =  et  = 0.

(a) On donne 0 = 602 nm. Au moyen de l’équation 6.12, on calcule


0 602 nm
p = p = 14 = 430 nm

(b) On donne  = 12 × 10−6 m, ce qui permet de calculer que


 12×10−6
p = 430×10−9 = 279

Comme on veut le nombre de longueurs d’onde complètes, la réponse est 2 .

(c) Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie par le rayon qui
voyage dans la pellicule mince :
³ ´
2 
∆ = ∆PS + ( −  ) = p −  = 4 p −  = 4 (279) − 314 = 319 rad
0 ∆ 
E58. ∆ = 2 entre deux franges successives et  =  =⇒
∆ 0 
=  = 2 = 138 × 10−3 m, et il y a 725 franges/cm .

E59. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 122 et que
2 = 133 on a  =  = . On donne  = 450 nm et la pellicule est éclairée par de la
lumière blanche (400 nm ≤ 0 ≤ 700 nm). Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la

différence de phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = 0

(a) Comme on cherche les longueurs d’onde renforcées, la différence de phase doit prendre
les valeurs de l’interférence constructive. Ainsi, ∆ = 2 avec  ∈ N et on calcule

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 135

© ERPI, tous droits réservés.


4p 2p 2p 1098 nm
0 = 2 =⇒ 0 =  =⇒ 0 =  = 

Pour  = 2, on obtient l’unique longueur d’onde faisant partie de la lumière visible et


qui subira de l’interférence constructive, soit 549 nm .

(b) On cherche maintenant les longueurs d’onde atténuées et la différence de phase doit

prendre les valeurs de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et


on calcule
4p 4p 4p 2196 nm
0 = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 1 =⇒ 0 = 2+1 = 2+1

Pour  = 2, on obtient l’unique longueur d’onde faisant partie de la lumière visible et

qui subira de l’interférence destructive, soit 439 nm .

E60. Comme il s’agit d’une pellicule mince d’air entre deux blocs de verre, toutes les réflexions
subies par un rayon voyageant à l’intérieur de la pellicule seront dures. À la figure 6.38
du manuel, le changement de phase supplémentaire ∆ que subit le rayon qui sort de la
pellicule en haut à droite par rapport à celui qui sort en bas est donc de  +  = 2 pour
les deux réflexions dures qu’il subit, additionné au changement de phase PS qui vient du

parcours supplémentaire dans la pellicule mince. Comme on néglige l’aller initial, pour
lequel les deux rayons subissent un changement de phase identique, l’expression pour PS
est la même que celle des autres situations décrites à la section 6.5, avec p = 1. Ainsi,
2 2(2)p 4
∆ = 2 + p = 2 + 0 = 2 + 0

On cherche les conditions de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec


 ∈ N et on calcule
4 4 4 4
(2 + 1)  = 2 + 0 =⇒ (2 + 1) − 2 = 0 =⇒ 2 − 1 = 0 =⇒ 0 = 2−1

E61. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 138 et que
2 = 15 on a  =  = . On donne  = 540 nm et la pellicule est éclairée par de la

lumière blanche (400 nm ≤ 0 ≤ 700 nm). Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la


différence de phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = 0

Comme on cherche les longueurs d’onde atténuées, la différence de phase doit prendre les

valeurs de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule


4p 4p 4p 2981 nm
0 = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 1 =⇒ 0 = 2+1 = 2+1

Pour  = 2 et 3, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible pour

136 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


lesquelles il y aura interférence destructive, soit 426 nm, 596 nm .

E62. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 122 et que
2 = 133 on a  =  = . On donne 0 = 566 nm qui subit de l’interférence

constructive. Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie par


le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = 0

Comme il se produit de l’interférence constructive cette différence de phase correspond à

∆ = 2 avec  ∈ N, de sorte que


4p 2p 0
0 = 2 =⇒  = 0 =⇒  = 2p

Si on cherche l’épaisseur minimale, on pose  = 1 et


0 566 nm
min = 2p = 2(122) = 232 nm

E63. Comme il s’agit d’un coin d’air (p = 1) entre deux lames de verre, on a  = 0 et
 = . Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie par le
rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p 4
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + = 0 + = 0 +

Comme on s’intéresse aux franges sombres, la différence de phase doit prendre les valeurs
de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule
4 4
0 +  = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 =⇒ 2 = 0 (i)

Soit  la distance entre l’extrémité du coin et la frange sombre associée à l’épaisseur


. Comme ces deux segments sont perpendiculaires, on peut écrire  =  tan , avec
 = 004◦ = 698 × 10−4 rad, l’angle au sommet du coin. En remplaçant  dans (i) par

cette relation, on obtient


0
2 ( tan ) = 0 =⇒  = 2 tan 

Avec  = 60, 01 = 460 nm et 02 = 660 nm, on calcule


(60)01 (60)(460×10−9 )
1 = 2 tan(698×10−4 )
= 2 tan(698×10−4 )
= 001977 m
(60)02 (60)(660×10−9 )
2 = 2 tan(698×10−4 ) = 2 tan(698×10−4 ) = 002837 m

Finalement, on calcule la distance entre les deux franges

∆ = 2 − 1 = 002837 − 001977 = 860 mm


0 1 cm
E64. Entre deux franges successives, ∆ = 2 et ∆ = ∆ tan  Comme ∆ = 6  on obtient
0
tan  = 2∆ =⇒  = 000939◦

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 137

© ERPI, tous droits réservés.


E65. Comme il s’agit d’un coin de verre (p = 15) plongé dans l’air (1 = 2 = 1), on a  = 
et  = 0. Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie par le
rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p − = 0 − = 0 −

Comme on s’intéresse aux franges sombres, la différence de phase doit prendre les valeurs
de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule
4p 4p (+1)0
0 −  = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 2 =⇒  = 2p (i)

On donne 0 = 420 nm et 0 = 425 nm, les deux longueurs d’onde dont on veut
qu’une frange sombre se superpose. Cette superposition se produit à la même épaisseur
 et pour des valeurs d’ordre  qui diffèrent pour chaque longueur d’onde. Comme
0  0 , l’équation (i) permet toutefois de conclure que    . Autrement dit, on

peut affirmer que  =  − 1 ou  − 2 ou  − 3 et ainsi de suite. On doit donc


procéder par étape, en cherchant la valeur de  qui est la plus proche de  . À partir
de l’équation (i), on teste la première possibilité :
( +1)0 ( +1)0
2p == 2p =⇒ ( + 1) 0 = ( + 1) 0 =⇒

( + 1) 0 = ( − 1 + 1) 0 =⇒ ( + 1) (420 nm) =  (425 nm) =⇒

 = 84

Comme  possède une valeur entière, il est inutile d’explorer les autres éventualités.

Soit  la distance entre l’extrémité du coin et une frange sombre d’épaisseur . Comme
ces deux segments sont perpendiculaires, on peut écrire  =  tan , avec

 = 008◦ = 140 × 10−3 rad, l’angle au sommet du coin. On revient à l’équation (i) pour
0 et on calcule
( +1)0 ( +1)0 85(420×10−9 )
2p =  tan  =⇒  = 2p tan  = 2(15) tan(140×10−3 )
= 850 mm

E66. Cet exercice est très similaire à l’exercice 60. La différence est qu’il s’agit d’une pellicule
mince de verre placée dans l’air et qu’ainsi, toutes les réflexions subies par un rayon
voyageant à l’intérieur de la pellicule sont molles. En suivant un raisonnement similaire
à celui de l’exercice 60, on exprime le déphasage ∆ entre les deux rayons sortant au bas
de la pellicule à la figure 6.39 par
2 2(2)p 4p
∆ = p = 0 = 0

(a) Comme on cherche à établir les conditions d’un maximum, la différence de phase doit

138 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


prendre les valeurs de l’interférence constructive. Ainsi, ∆ = 2 avec  ∈ N et on
obtient
4p 2p 2p
0 = 2 =⇒ 0 =  =⇒ 0 = 

(b) Dans le cas d’un minimum, la différence de phase doit prendre les valeurs de l’interférence

destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on obtient


4p 2p 1 2p
0 = (2 + 1)  =⇒ 0 =+ 2 =⇒ 0 = 1
+ 2

E67. On donne 1 = 158, p = 156 et 2 = 152, donc on a  =  = 0.

L’épaisseur de la pellicule est  = 125 m = 1250 nm et elle est éclairée par de la lumière

blanche (400 nm ≤ 0 ≤ 700 nm). Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence


de phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p = 0

Comme on cherche les longueurs d’onde atténuées, la différence de phase doit prendre les
valeurs de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule
4p 4p 4p 7800 nm
0 = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 1 =⇒ 0 = 2+1 = 2+1

Pour  = 6 7 8 et 9, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière pour


lesquelles il y aura interférence destructive, soit 411 nm, 459 nm, 520 nm, 600 nm .

E68. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 125 et que
2 = 133 on a  =  = . Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de
phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = 0

Comme on s’intéresse aux longueurs d’onde atténuées, la différence de phase doit prendre
les valeurs de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule
³ ´
1
4p 4p + 2 0
0 = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 1 =⇒  = 2p (i)

Cette équation n’a de solution que pour des valeurs entières de  et on donne

0 = 483 nm et 0 = 621 nm, les deux longueurs d’onde qui sont atténuées pour la
même épaisseur de pellicule . Comme 0  0 , l’équation (i) permet de conclure que
   , donc que  =  + 1 si on s’intéresse à la valeur minimale de l’épaisseur.

À partir de l’équation (i), on écrit


³ ´ ³ ´
1 1
 + 2 0 ¡
 + 2 0 ¢ ¡ ¢
2p == =⇒  + 1 + 12 0 =  + 12 0 =⇒
2p
¡ ¢ ¡ ¢
 + 32 (483 nm) =  + 12 (621 nm) =⇒ 483 + 7245 = 621 + 3105 =⇒

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 139

© ERPI, tous droits réservés.


135 = 414 =⇒  = 307

On arrondit ce résultat et on conclut que  = 3. Si on reprend l’équation (i), on calcule


³ ´ ³ ´
1 7
 + 2 0 2 (621 nm)
min = 2p = 2(125) = 869 nm

E69. Comme il s’agit d’une pellicule d’indice p = 131 plongée dans l’air (1 = 2 = 1), on a

 =  et  = 0. Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie


par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p − = 0 − = 0 −

Pour les franges brillantes ou renforcées, ∆ = 2 avec  ∈ N et on obtient


4p 4p ¡ ¢
0 −  = 2 =⇒ 2 = 0 − 1 =⇒  + 12 0 = 2p (i)

Pour les franges sombres ou atténuées, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on obtient


4p 4p
0 −  = (2 + 1)  =⇒ 2 + 1 = 0 − 1 =⇒ ( + 1) 0 = 2p (ii)

Les équations (i) et (ii) n’ont de solution que pour des valeurs entières de . On donne
0 = 620 nm, qui est renforcée, et 0 = 465 nm, qui est atténuée. Dans les deux cas,
il s’agit de la même épaisseur de pellicule . Comme 0  0 et que l’on s’intéresse

à la valeur minimale de l’épaisseur, les équations (i) et (ii) permettent de conclure que
la même valeur d’ordre  apparaît dans les deux équations. À partir des équation (i) et
(ii), on écrit
¡ ¢ ¡ ¢
 + 12 0 = 2p = ( + 1) 0 =⇒  + 12 0 = ( + 1) 0 =⇒
¡ ¢
 + 12 (620 nm) = ( + 1) (465 nm) =⇒ 620 + 310 = 465 + 465 =⇒

155 = 155 =⇒  = 1

Si on reprend l’équation (i), on calcule


³ ´ ³ ´
1 3
+ 2 0 2 (620 nm)
min = 2p = 2(131) = 355 nm

E70. Comme il s’agit d’une pellicule d’indice p = 14 comprise entre deux lamelles de verre
(1 = 2 = 15), on a  = 0 et  = . On donne  = 12 m = 1200 nm et la pellicule

est éclairée par de la lumière blanche (400 nm ≤ 0 ≤ 700 nm). Au moyen de l’équation
6.10, on exprime la différence de phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule
mince :
2 4p 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + = 0 + = 0 +

(a) Pour les franges sombres ou atténuées, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on obtient


4p 4p 2p 3360 nm
0 +  = (2 + 1)  =⇒ 2 = 0 =⇒ 0 =  = 

140 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


Pour  = 5 6 7 et 8, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible
pour lesquelles il y aura interférence destructive, soit 420 nm, 480 nm, 560 nm, 672 nm .

(b) Pour les franges brillantes ou renforcées, ∆ = 2 avec  ∈ N et on obtient


4p 4p 2p 3360 nm
+ 0 = 2 =⇒ 2 − 1 = 0 =⇒ 0 = 1 = 1
− 2 − 2
Pour  = 6 7 et 8, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible

pour lesquelles il y aura interférence constructive, soit 448 nm, 517 nm, 611 nm .
³ ´
1
+ 2 0
E71. Pour les franges brillantes, on a  = 2p et  =  tan .

(a) Pour la première frange brillante de chacune des longueurs d’onde, on a


1 1 1 680 nm
01 = 01
=⇒ 12 cm = 425 nm =⇒ 1 = 192 cm

(b) Pour la première et la deuxième frange brillante de 425 nm, on a


2 15 cm
1 = 05 cm =⇒ 2 = 360 cm

E72. Comme il s’agit d’une pellicule d’indice p = 14 plongée dans l’air (1 = 2 = 1), on a
 =  et  = 0. Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie
par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p − = 0 − = 0 −

Pour les franges brillantes ou renforcées, ∆ = 2


³
avec
´
 ∈ N et on obtient
1
4p 4p + 2 0
0 −  = 2 =⇒ 2 = 0 − 1 =⇒  = 2p (i)

(a) L’équation (i) n’a de solution que pour des valeurs entières de  et on donne

0 = 411 nm et 0 = 685 nm, les deux longueurs d’onde qui sont renforcées pour la
même épaisseur de pellicule . Comme 0  0 , l’équation (i) permet de conclure que
   , donc que  =  + 1 si on s’intéresse à la valeur minimale de l’épaisseur.

À
³
partir
´
de l’équation
³
(i),´on écrit
1 ¡ 1 ¢ ¡ ¢
 + 2 0  + 2 0
2p == =⇒  + 1 + 12 0 =  + 12 0 =⇒
2p
¡ ¢ ¡ ¢
 + 32 (411 nm) =  + 12 (685 nm) =⇒ 411 + 6165 = 685 + 3425 =⇒

274 = 274 =⇒  = 1

Si on reprend
³
l’équation
´ ³ ´
(i), on calcule
1 3
 + 2 0 2 (685 nm)
min = 2p = 2(14) = 367 nm

(b) Pour les franges sombres ou atténuées, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on obtient


4p 4p 2p 1028 nm
0 −  = (2 + 1)  =⇒ 2 + 2 = 0 =⇒ 0 = +1 = +1

Pour  = 1, on obtient la longueur d’onde faisant partie de la lumière visible pour

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 141

© ERPI, tous droits réservés.


laquelle il y aura interférence destructive, soit 514 nm .
E73. Le passage d’une frange indique une longueur d’onde. On considère donc la différence du
nombre de longueurs d’onde dans le tube, soit
2(−1)
 = 195 franges

Problèmes

P1. Comme il s’agit d’une pellicule d’indice p = 16 plongée dans l’air (1 = 2 = 1), on a
 =  et  = 0. Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de phase subie

par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :


2 4p 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p − = 0 − = 0 −
(a) Pour les franges sombres ou atténuées, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on obtient
4p 4p (+1)0
0 −  = (2 + 1)  =⇒ 2 + 2 = 0 =⇒  = 2p (i)
L’équation (i) n’a de solution que pour des valeurs entières de  et on donne

0 = 504 nm et 0 = 672 nm, les deux longueurs d’onde qui sont atténuées pour la
même épaisseur de pellicule . Comme 0  0 , l’équation (i) permet de conclure que
   , donc que  =  + 1 si on s’intéresse à la valeur minimale de l’épaisseur.

À partir de l’équation (i), on écrit


( +1)0 ( +1)0
2p == 2p =⇒ ( + 1 + 1) 0 = ( + 1) 0 =⇒
( + 2) (504 nm) = ( + 1) (672 nm) =⇒ 504 + 1008 = 672 + 672 =⇒

168 = 336 =⇒  = 2
Si on reprend l’équation (i), on calcule
( +1)0 (3)(672 nm)
min = 2p = 2(16) = 630 nm
(b) Pour les franges brillantes ou renforcées, ∆ = 2 avec  ∈ N et on obtient
4m in p 4m in p 2m in p 2016 nm
0 −  = 2 =⇒ 2 + 1 = 0 =⇒ 0 = 1 = 1
+ 2 + 2
Pour  = 3 et 4, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible pour
lesquelles il y aura interférence constructive, soit 448 nm, 576 nm
P2. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 122 et que

2 = 133 on a  =  = . Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de


phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :
2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = 0

(a) Pour les franges brillantes ou renforcées, ∆ = 2 avec  ∈ N et on obtient

142 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


4p 4p
0 = 2 =⇒ 2 = 0 =⇒ 0 = 2p (i)

Pour les franges sombres ou atténuées, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on obtient


4p 4p ¡ ¢
0 = (2 + 1)  =⇒ 2 + 1 = 0 =⇒  + 12 0 = 2p (ii)

Les équations (i) et (ii) n’ont de solution que pour des valeurs entières de . On donne

0 = 680 nm, qui est brillante, et 0 = 544 nm, qui est absente. Dans les deux cas,
il s’agit de la même épaisseur de pellicule . Comme 0  0 et que l’on s’intéresse
à la valeur minimale de l’épaisseur, les équations (i) et (ii) permettent de conclure que
la même valeur d’ordre  apparaît dans les deux équations. À partir des équation (i) et
(ii), on écrit
¡ ¢ ¡ ¢
0 = 2p =  + 12 0 =⇒ 0 =  + 12 0 =⇒
¡ ¢
 (680 nm) =  + 12 (544 nm) =⇒ 680 = 544 + 272 =⇒

136 = 272 =⇒  = 2

Si on reprend l’équation (i), on calcule


0 2(680 nm)
min = 2p = 2(12) = 567 nm

(b) Pour  = 3 dans l’équation (i), on obtient la seule autre longueur d’onde faisant partie
de la lumière visible pour laquelle il y aura interférence constructive. En effet,
2m in p 1361 nm
0 =  = 3 = 454 nm

P3. La phase étant de 4 on peut dire que la différence de marche sera de
   (600×10−9 )(4)
2 =  =⇒  = 2 = 2 = 12 × 10−6 m

Ainsi, par  =  sin  =  on a
 4(12×10−6 )
=  = 3×10−4 = 160 cm

Le décalage de 16 cm se fait vers le haut , car le trajet du rayon du haut est le plus
court.

P4. On suppose que le rayon initial voyage dans l’air (1 = 1)  Comme p = 12 et que
2 = 15 on a  =  = . Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence de

phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :


2 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p + ( − ) = 0

(a) Comme on s’intéresse aux longueurs d’onde atténuées, la différence de phase doit prendre
les valeurs de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule
³ ´
1
4p 4p + 2 0
0 = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 1 =⇒  = 2p (i)

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 143

© ERPI, tous droits réservés.


Cette équation n’a de solution que pour des valeurs entières de  et on donne

0 = 406 nm et 0 = 522 nm, les deux longueurs d’onde qui sont atténuées pour la
même épaisseur de pellicule . Comme 0  0 , l’équation (i) permet de conclure que

   , donc que  =  + 1 si on s’intéresse à la valeur minimale de l’épaisseur.


À partir de l’équation (i), on écrit
³ ´ ³ ´
1 1
 + 2 0 ¡ ¢
 + 2 0 ¡ ¢
2p == =⇒  + 1 + 12 0 =  + 12 0 =⇒
2p
¡ ¢ ¡ ¢
 + 32 (406 nm) =  + 12 (522 nm) =⇒ 406 + 609 = 522 + 261 =⇒

116 = 348 =⇒  = 3

Si on reprend l’équation (i), on calcule


³ ´ ³ ´
1 7
 + 2 0 2 (522 nm)
min = 2p = 2(12) = 761 nm

(b) Pour les franges brillantes ou renforcées, ∆ = 2 avec  ∈ N et on obtient


4m in p 4m in p 2m in p 18264 nm
0 = 2 =⇒ 2 = 0 =⇒ 0 =  = 

Pour  = 3 et 4, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible pour
lesquelles il y aura interférence constructive, soit 457 nm, 609 nm

P5. Comme il s’agit d’une pellicule d’indice p = 15 plongée dans l’air (1 = 2 = 1), on a
 =  et  = 0. On donne  = 900 nm et la pellicule est éclairée par de la lumière
blanche (400 nm ≤ 0 ≤ 700 nm). Au moyen de l’équation 6.10, on exprime la différence

de phase subie par le rayon qui voyage dans la pellicule mince :


2 4p 4p
∆ = ∆PS + ( −  ) = p − = 0 − = 0 −

(a) On cherche les longueurs d’onde atténuées et la différence de phase doit prendre les

valeurs de l’interférence destructive. Ainsi, ∆ = (2 + 1)  avec  ∈ N et on calcule


4p 4p 2p 2700 nm
0 −  = (2 + 1)  =⇒ 0 = 2 + 2 =⇒ 0 = +1 = +1

Pour  = 3 4 et 5, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible

pour lesquelles il y aura interférence destructive, soit 450 nm, 540 nm, 675 nm .

(b) On cherche maintenant les longueurs d’onde renforcées et la différence de phase doit
prendre les valeurs de l’interférence constructive. Ainsi, ∆ = 2 avec  ∈ N et on
calcule
4p 2p 1 2p 2700 nm
0 −  = 2 =⇒ 0 − 2 =  =⇒ 0 = 1 = 1
+ 2 + 2
Pour  = 4 5 et 6, on obtient les longueurs d’onde faisant partie de la lumière visible
pour lesquelles il y aura interférence constructive, soit 415 nm, 491 nm, 600 nm .

144 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.



P6. Les rayons subissent un déphasage de en raison des indices de réfraction des milieux
2
¡ ¢
qu’ils rencontrent. Selon l’exemple 6.6, on sait que  ∆ 1
 =  et que 2p  =  + 2 0 

On pose donc que la distance  entre le bord mince et la 20e frange brillante ( = 19)

est
¡ ¢
1 0
 =  −  où  = ∆ 
 =  19 + 2 2p
³ ¡ ¢ 0 ´ ¡ ¢³ ¡ 39 ¢ ³ 490×10−9 ´´
 =  1 − 19 + 12 2 p
= 12 × 10−1 1 − 2 2(15) = 0101 m
¡ ¢
P7. On peut trouver  directement en combinant les équations 2 = 2 et 2 =  + 12 0 :
2
¡ 1
¢ 2 1 64×10−5 1
 =  + 2 0 =⇒  =  − 2 = 3(600×10−9 ) − 2 = 35

À cause de la valeur  = 0 il y a donc 35 + 1 = 36 franges brillantes.


2
P8. On utilise l’équation 6.9a où l’on substitue  pour la phase. Pour  = 400 nm et
 = 050 (40 ), on obtient
³ ´ ³ ´ ¡ ¢
050 (40 ) = 40 cos2 2 =⇒ cos2 2 = 05 =⇒ cos 
 = 0707 =⇒
¡¢ ¡ 400 nm ¢
 = 07855  = 07855  = 100 nm

On peut maintenant calculer la longueur d’onde pour laquelle on aurait, au même endroit,
 0 = 064 (40 ) :
³ ´ ³ ´ ¡  ¢
 
064 (40 ) = 40 cos2 2 =⇒ cos2 2 = 064 =⇒ cos  = 07800 =⇒
  (100×10−9 )
= arccos(0800) = arccos(0800) = 488 nm

P9. Par l’équation 2.5c, on sait que  =   Ainsi, on obtient les positions des maxima et des
minima recherchés au moyen des équations 6.5 et 6.4 :
³ ³ ´´ ³ ³ ´´
(a)  = 10 tan arcsin  340
= 10 tan arcsin 2(300) = 688 m
³ ³ ´´ ³ ³ ´´
 340
(b)  = 10 tan arcsin 2 = 10 tan arcsin 2(2)(300) = 688 m

P10. (a) Les franges qui apparaissent par intermittence sont associées à l’alternance des

interférences constructives et destructives en fonction de la différence de marche.

(b) On aura interférence constructive pour les épaisseurs 1 et 2 telle que

21 = 1 1 = (1 + 1) 2 =⇒ 061 = 589 nm =⇒ 1 = 982

22 = 2 1 = (2 + 2) 2 =⇒ 062 = 2 (589 nm) =⇒ 2 = 21


(2 −1 )1 1 1 982(5892×10−9 )
2 − 1 = 2 = 2 = 2 = 0290 mm

P11. L’épaisseur  de la pellicule de plastique doit contenir 12 oscillations supplémentaires

complètes de la lumière que pour le pic central se situe là où  = 12. Ainsi, si on compte
le nombre de ces oscillations dans le vide et dans le plastique, on obtient

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) 145

© ERPI, tous droits réservés.


   
0 − p la stiq u e = 0 − 0 = 12 =⇒ 120 = ( − 1)  =⇒  = 130 m
P12. (a) On observe des franges circulaires dont on pourra trouver les rayons  en posant que
 cos  =  pour la différence de marche.
(b) Par l’approximation des petits angles, on sait que
√ q ¡ ¢2
 =  sin  ≈  1 − cos  =⇒  =  1 − 
2

P13. Un décalage de 40 franges indique que


200
2 ( − 1)  = 400 =⇒  =  + 1 = 10003
P14. La différence de phase vient de trois contributions. La première est liée à la distance
2
parcourue dans la pellicule par le rayon 2,  2 = 2 = cos  , la seconde vient de la réflexion
dure du rayon 2 au bas de la pellicule ( = ) et, finalement, la troisième vient de
l’avance parallèle du rayon 1 sur le rayon 2 après sa réflexion sur la face du haut,
2 sin  sin 
 1 = 2 sin  sin  = cos  .
2 sin2 
À cause de la loi de la réfraction, sin  =  sin  de sorte que  1 = cos  

Avec p = , la condition d’interférence destructive entre les deux rayons s’exprime
comme suit ( ∈ N) :
³ ´
(2 + 1)  = ∆ = 2 p
2
+  − 2

1
=⇒  = 2 − 1 =⇒
2 sin2 
¡ ¢
 = 2 2
cos  −  cos  =  cos  1 − sin 
2
=⇒  = 2cos  =⇒
 = 2 cos  =⇒ CQFD
P15. Avec la condition de départ fournie, on sait, puisqu’il y a déjà un déphasage de  rad,
p 0
que la pellicule possède une épaisseur 2  donc que 2 = 

(a) La phase s’exprimant par  = 2


 −  on trouve
20
2 (550×10−9 )
 = 1 −  = 400×10−9 −  = 549 rad

(b) De même, pour 2 = 700 nm, on détermine que  = 180 rad
(c) En posant l’équation 6.9a de la façon suivante, on obtient pour 1
³ ´
cos2 2 = 40 =⇒ 40 = 0851
(d) On calcule ensuite pour 2 :
³ ´
cos2 2 = 40 =⇒ 40 = 0386

146 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 6 : L’optique physique (I) v10

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 7 : L’optique physique (II)

Exercices

E1. On combine l’approximation des petits angles, sin  ≈ tan  l’équation 6.4 et l’équation
7.1.

(a) La largeur 21 du pic central est donnée par les positions des minima ( = 1) qui le

bornent :
2 2(18)(680×10−9 )
21 = 2 tan 1 = 2 sin 1 =  = 6×10−5 = 408 cm

(b) La distance entre les minima de premier ( = 1) et deuxième ( = 2) ordre est donnée
par

∆ = 2 − 1 =  tan 2 −  tan 1 =  sin 2 −  sin 1 =⇒


18(680×10−9 )
∆ = 2 
 −  =  =

6×10−5 = 204 cm

E2. Le résultat obtenu en E1(a) indique que la largeur 21 du pic central est proportionnelle
à , ce qui permet d’écrire un rapport pour les deux longueurs d’onde A et B :
2B B (2A )B (3×10−2 )(436×10−9 )
2A = A =⇒ 2B = A = 589×10−9
= 222 cm

E3. On donne 21 = 8 mm. On utilise le résultat obtenu E1(a) et on obtient


2(2)(546×10−9 )
21 = 2
 =⇒  = 2
21 = 8×10−3
= 273 × 10−4 m

E4. On donne ∆ = 2 − 1 = 3 cm. On utilise le résultat obtenue en E1(b) et on obtient


280(480×10−9 )
∆ =  
 =⇒  = ∆ = 3×10−2
= 448 × 10−5 m

E5. (a) On cherche la fréquence sonore  qui remplit la condition  = 4. Avec l’équation  =  ,
on peut écrire
4 4 4(340)
=  =⇒  =  = 076 = 179 × 103 Hz

(b) On utilise l’équation 7.1 avec  = 1, ce qui permet d’obtenir


³ ´ ³ ´
 sin  =  =  =⇒  = arcsin  340
= arcsin 076(179×103) = 145◦

E6. Cette situation est similaire à celle de l’exemple 7.2, dans lequel on compare les figures
d’interférence et de diffraction pour un système à deux fentes. Si on pose que l’angle 
 
est le même dans les équations (i) et (ii) de l’exemple 7.2, on arrive à  = . Comme

on cherche le nombre complet d’ordre à l’intérieur du pic central de diffraction, on pose


 = 1 et on obtient
(1)(06×10−3 )
 = 
 = 015×10−3 =4

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 147

© ERPI, tous droits réservés.


Ainsi, la frange d’interférence constructive associée à  = 4 coïncide avec le premier
minimum de diffraction. On peut donc observer le pic central d’interférence de Young
( = 0) et les trois franges qui se trouvent de part et d’autre de ce pic central, soit

7 franges .
 340
E7. On sait, grâce à l’équation 2.5c, que  =  = 10000 = 34 × 10−2 m. On sait aussi que

la largeur angulaire du pic central est de ∆ = 2, où  est la position angulaire du


premier minimum lorsque l’onde traverse une ouverture circulaire. Cet angle est donné
122
par l’équation 7.2, sin  =  .

(a) Pour  = 8 cm, on obtient


³ ´ µ ¶
122 122(34×10−2 )
∆ = 2 arcsin  = 2 arcsin 8×10−2
= 625◦

(b) Pour  = 30 cm, on obtient


³ ´ µ ¶
122 122(34×10−2 )
∆ = 2 arcsin  = 2 arcsin 30×10−2 = 159◦

E8. Le pic de diffraction circulaire est borné par le premier minimum. La position angulaire
122
de ce premier minimum est donnée par l’équation 7.2, sin  =  , dans laquelle  =
2 = 2 (05 mm). Si on fait appel à l’hypothèse des petits angles, sin  ≈ tan , et à

l’équation 6.4, on calcule ainsi la largeur ∆ de ce pic :


³ ´
∆ = 2 tan  = 2 sin  = 2 122  =⇒
µ ¶
¡ ¢ 122(500×10 )−9
∆ = 2 22 × 10−2 2(5×10−4 ) = 268 × 10−4 m

E9. Comme à l’exemple 7.4 du manuel, pour trouver la distance minimale  entre les deux
sources, on doit d’abord calculer l’angle critique c  considérer ensuite que la séparation
angulaire  entre les sources est telle que  = c et finalement calculer  d’après  = c

en faisant appel à l’hypothèse des petits angles (tan  ≈ ), ce qui donne
122 122(600×10−9 )
c =  = = 915 × 10−4 rad =⇒
8×10−4
¡ ¢
 = c = 16 915 × 10−4 = 146 cm

E10. On suit le même raisonnement qu’à l’exemple 7.4 du manuel ou qu’à l’exercice 9, et on

obtient
122(3×10−2 )
122
c = =
 1 = 00366 rad =⇒
¡ ¢
 = c = 2 × 104 (00366) = 732 m
122
E11. On suit le même raisonnement qu’à l’exemple 7.4 du manuel. Si on combine c = 
122
et  = c  on obtient directement  =  

148 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) v10

© ERPI, tous droits réservés.


(a) Si l’image est perçue par une caméra miniature ( = 5 mm), on obtient
122(550×10−9 )(384×108 )
 = 122
 = 5×10−3
= 515 km

(b) Si l’image est perçue par un télescope ( = 45 m), on obtient


122(550×10−9 )(384×108 )
= 45 = 573 m

E12. On utilise l’équation de l’exercice 11 et on trouve


122(280×10−9 )(18×105 )
 = 122
 = 3×10−1 = 0205 m

E13. Bien que les deux petits objets ne soient qu’à 25 cm de l’œil, comme la pupille ne possède
qu’un diamètre de 3 mm, on peut encore supposer valide l’hypothèse des petits angles.
On utilise donc l’équation de l’exercice 11, ce qui donne
122(500×10−9 )(025)
 = 122
 = 3×10−3
= 508 m

E14. Le côté droit de l’équation 7.3 a pour valeur :


122 122(550×10−9 )
 = 15×10−2 = 447 × 10−5

Le résultat étant petit, on peut considérer valide l’hypothèse des petits angles. On utilise
donc l’équation de l’exercice 11 et on obtient
2(15×10−2 )
 = 122
 =⇒  = 122
= 122(550×10−9 ) = 447 × 104 m

E15. (a) On utilise l’équation de l’exercice 11 et on obtient, pour le télescope du mont Palomar
( = 508 m)
122 122(500×10−9 )(1×1016 )
=  = 508 = 120 × 109 m

(b) Pour le radiotélescope d’Arecibo ( = 305 m), on trouve


122(21×10−1 )(1×1016 )
 = 122
 = 305 = 840 × 1012 m

E16. (a) En utilisant l’équation de l’exercice 11, on obtient, pour l’œil ( = 5 mm)
(18)(5×10−3 )
 = 122


=⇒  = 122 = 122(650×10−9 ) = 113 km

(b) Pour le télescope ( = 28 m), on trouve


 (18)(28)
= 122 = 122(650×10−9 )
= 636 × 106 m

E17. Ayant trouvé un pas de réseau  = 333×10−6 m, on peut calculer la séparation angulaire
³ ´ ³ ´
∆ = 2 − 1 = arcsin  
2
− arcsin 1
 , de l’ordre 

(a) Pour le premier ordre, on obtient


³ −9
´ ³ ´
4101×10−9
∆ = arcsin 6562×10
333×10−6 − arcsin 333×10−6 =⇒ ∆ = 429◦

(b) Pour le second ordre, on obtient


µ ¶ µ ¶
2(6562×10−9 ) 2(4101×10−9 )
∆ = arcsin 333×10−6
− arcsin 333×10−6
=⇒ ∆ = 895◦

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 149

© ERPI, tous droits réservés.


(c) On cherche à savoir si 2 ( = 2) ≈ 1 ( = 3), c’est-à dire si l’égalité suivante est vraie :
µ ¶ µ ¶
2(6562×10−9 ) 3(4101×10−9 )
arcsin 333×10−6
≈ arcsin 333×10−6
=⇒ 232◦ ≈ 217◦

À 7 % près, on peut estimer que les deux maxima d’intensité se chevauchent. La largeur
du réseau étant inconnue, on ne peut en être certain, car on ne peut calculer l’angle
critique de résolution. La réponse est oui .

E18. Partant simultanément de la source, les trajets de deux rayons parallèles, parce qu’ils
sont incidents, diffèrent une première fois en faisant un angle  avec la normale au niveau
des fentes. Une des fentes, la fente supérieure, est ainsi plus éloignée de la source d’une
distance  sin  À la position angulaire  une distance  sin  s’ajoute au trajet du rayon
provenant de la fente inférieure de sorte que la différence de marche équivaut à la somme

des deux contributions, soit  =  (sin  ± sin ) =  =⇒ CQFD

Le signe à choisir entre les deux sinus dépend de la direction du rayon incident. Dans la
figure qui suit, le signe approprié est le signe négatif :

E19. On trouve le nombre d’ordres complets de la lumière visible perçus en utilisant pour les
calculs la longueur d’onde supérieure, plus fortement déviée.
1×10−2
Avec  = = 167 × 10−6 m,  = 90◦ et  = 700 nm, on obtient
6000
(167×10−6 )(1)
 sin  =  =⇒  =  sin


= 700×10−9
= 239

La valeur maximale pour  est donc 2, et on voit, en comptant le maximum central, 5


ordres complets.

E20. On cherche l’angle ∆ = 2 − 1  exprimé par


³ ´ ³ ´ µ ¶ µ ¶
2 1 2(5896×10−9 ) 2(589×10−9 )
∆ = arcsin  − arcsin  = arcsin 2×10−6
− arcsin 2×10−6

En gardant suffisamment de chiffres significatifs, on obtient

∆ = 3612863◦ − 3608608◦ = 00426◦

E21. Pour trouver la position angulaire des maxima d’intensité, on doit trouver le pas du

150 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) v10

© ERPI, tous droits réservés.


réseau ou le poser égal aux deux expressions suivantes :
1 1 2 2
= sin 1 et  = sin 2

où les indices 1 et 2 désignent respectivement les longueurs d’ondes 640 nm et 490 nm.
En résolvant ces deux équations, on obtient
³ ´ µ ¶
1 1 2 2 2 2 sin 1 2(490×10−9 ) sin(11◦ )
sin 1 = sin 2 =⇒  2 = arcsin 1 1 = arcsin (1)(640×10−9 ) = 170◦

E22. On calcule d’abord le pas du réseau . On divise ensuite la largeur du réseau  par son
pas pour obtenir le nombre de traits  que comporte le réseau, ce qui donne
 2(468×10−7 )  28×10−2
= sin  = sin(21◦ ) = 261 × 10−6 m =⇒  =  = 261×10−6
= 107 × 104 fentes

E23. Cette situation est similaire au cas de trois fentes décrit à la section 7.5. On traite le

problème en considérant trois vecteurs de Fresnel dont la projection verticale correspond


°→°
à la composante selon  du champ électrique issu de chaque fente. On cherche °− e °  le
module du vecteur de Fresnel résultant décrit à la figure 7.30c du manuel; cette quantité


correspond à l’amplitude du champ électrique résultant E .
→ −
− → →

On sait que −

e =− e 1 +−
→ →e 2 +−
→e 3 et, par suite de la description fournie de E 1  E 2 et E 3 ,
on peut écrire que

− →
− →

e 1 = 0 sin () i + 0 cos () j

→ →
− →

e 2 = 0 sin ( + ) i + 0 cos ( + ) j

− →
− →

e 3 = 0 sin ( + 2) i + 0 cos ( + 2) j

Comme on le voit à la figure 7.30 du manuel, le module de →



e ne dépend pas de  On
°− °
choisit donc d’évaluer °→e ° à  = 0 À cet instant, on a

− →

e 1 = 0 j

− →
− →

e 2 = 0 sin () i + 0 cos () j

→ →
− →

e 3 = 0 sin (2) i + 0 cos (2) j

de sorte que l’amplitude du champ électrique résultant a pour valeur


°− ° °→ °
°→e ° = °−e1+− →
e2+− →e 3 ° =⇒
°− ° q
°→e ° = (0 + 0 sin () + 0 sin (2))2 + (0 cos () + 0 cos (2))2 =⇒
°− ° q
°→e ° = 0 (1 + sin () + sin (2))2 + (cos () + cos (2))2

(a) Avec  = 30◦  on obtient


°− ° q
°→ °
e = 0 (1 + sin (30◦ ) + sin (2 (30◦ )))2 + (cos (30◦ ) + cos (2 (30◦ )))2 =⇒
°− °
°→
e ° = 2730

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 151

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Avec  = 60◦  on obtient
°− ° q
°→
e ° = 0 (1 + sin (60◦ ) + sin (2 (60◦ )))2 + (cos (60◦ ) + cos (2 (60◦ )))2 =⇒
°− °
°→
e ° = 20

(c) Avec  = 90◦  on obtient


°− ° q
°→
e ° = 0 (1 + sin (90◦ ) + sin (2 (90◦ )))2 + (cos (90◦ ) + cos (2 (90◦ )))2 =⇒
°− °
°→
e ° = 0

(d) Avec  = 120◦  on obtient


°− ° q
°→
e ° = 0 (1 + sin (120◦ ) + sin (2 (120◦ )))2 + (cos (120◦ ) + cos (2 (120◦ )))2 =⇒
°− °
°→
e°= 0

E24. Par analogie avec le cas à trois fentes décrit à la section 7.5, on peut construire la figure
suivante montrant l’addition des deux vecteurs de Fresnel :

On donne  = 16 sin ( + 518) et on sait que

 = 1 + 2 = 0 sin () + 0 sin ( + )

où 0 correspond au module de chacun des vecteur de Fresnel et  à la différence de


phase. Comme −

e 1 et −

e 2 possèdent le même module, le triangle formé par ces deux
vecteurs et par −

e est tel que
°− °
°→e ° = 16 = 20 cos (518) =⇒ 0 = 16
=⇒ 0 = 124 V/m
2 cos(518)

De plus, comme le triangle est isocèle, il est facile de voir que  =  − 2 (518) = 49
et que  =  − , donc que  = 59 .

E25. On obtient la différence de phase minimale au moyen de l’équation 7.6 en posant  = 1


et  = 5 ce qui correspond à un polygone fermé :
2 2(1) 2
=  = 5 = 5 rad

E26. On associe l’expression de la différence de marche en fonction de la position angulaire


( =  sin ) avec l’expression de la différence de marche en fonction de la phase entre

152 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) v10

© ERPI, tous droits réservés.


deux sources adjacentes. On obtient de la sorte, pour  =  la position angulaire du pic
central, soit
¡  ¢
 = arcsin 2

E27. (a) Le premier minimum est causé par une différence de phase de 2 entre les ondes issues
du haut et du bas, et la position angulaire est donnée par l’équation 7.11 où  = 1 :
¡ ¢ ³ −9
´
 = arcsin  = arcsin 6562×10
8×10−5 = 0470◦
(b) On cherche l’intensité lumineuse à mi-chemin d’arc entre le premier minimum et le pic

central. Pour ce faire, on doit d’abord trouver la phase en ce point entre les deux rayons
extrêmes : µ ¶
³ ´ 0470◦
 2(8×10−5 ) sin
2 sin 2 2
=  = 6562×10−9 = 3142 rad
On obtient ensuite l’intensité
µ ¶ au moyen de l’équation 7.10 :
3142

0 sin2 ( 2 ) 0 sin2 2
=  2 = µ ¶2 = 04050
(2) 3142
2
E28. Par l’approximation des petits angles, on peut affirmer que la phase, à cet endroit, est
de
2 2 (6×10−5 )(2×10−2 )
=  = (34)(523×10−9 ) = 4240 rad
Avec l’équation 7.10, µon calcule
¶ une intensité de
4240

0 sin2 ( 2 ) 0 sin2 2
= = µ ¶2 = 01620
( 2 )
2
4240
2
E29. Si on double la largeur de la fente, il passe deux fois plus de lumière, ce qui implique que
 = 20  Comme  ∝  2 et 0 ∝ 02  on trouve

 ∝  2 =⇒  ∝ 402 =⇒  ∝ 40 =⇒ CQFD


E30. Au moyen de l’équation 7.14, on détermine que le pouvoir de résolution de ce réseau est

de
 5893×10−9
= ∆ = 6×10−10
= 982

Comme on peut aussi exprimer  avec  =   pour une différenciation au premier


ordre, on doit avoir 982 fentes. Dans ce cas-ci, le réseau possède 300 traits/mm. Il doit
donc avoir une largeur minimale de
¡ mm ¢
 =  = 982 × 1300 = 327 mm

E31. Ce réseau compte  =  = 11760 fentes. Selon l’équation 7.14, au deuxième ordre, la

différence minimale de longueur d’onde que le réseau peut discerner autour de 550 nm
est de

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 153

© ERPI, tous droits réservés.


  550×10−9
∆ =   =⇒ ∆ =  = 11760(2) = 00234 mm

E32. (a) Le pouvoir de résolution requis équivaut à


2 +1
2 +1 58685×10−9 +58632×10−9
= 2
2 −1 = 2(2 −1 ) = 2(58685×10−9 −58632×10−9 ) = 111 × 103
1
(b) Au deuxième ordre, le nombre minimal de trait requis est donné par l’équation 7.14, soit
 111×103
 =   =⇒  =  = 2 = 555

E33. L’angle du faisceau diffracté de premier ordre est donné par l’équation 7.15 où  = 1,
soit
µ ¶
¡  ¢ (1)(14×10−10 )
 = arcsin 2 = arcsin 2(32×10−10 ) = 126◦

E34. (a) On trouve la longueur d’onde au moyen de l’équation 7.15 en posant  = 1  = 028 nm
et  = 15◦ :
2 sin  2(028×10−9 ) sin(15◦ )
2 sin  =  =⇒  =  = (1) = 145 × 10−10 m

(b) On trouve l’angle du maximum de deuxième ordre avec  = 2 dans l’équation 7.15 :
µ ¶
¡  ¢ 2(145×10−10 )
2 sin  =  =⇒  = arcsin 2 = arcsin 2(028×10−9 ) = 312◦

E35. La longueur d’onde du rayonnement est donnée par l’équation 7.15, dans laquelle  = 2 :
2 sin  2(028×10−9 ) sin(195◦ )
=  = 2 = 935 pm

E36. La distance  entre les plans atomiques est donnée par l’équation 7.15, dans laquelle
 = 1:
 (1)(13×10−10 )
2 sin  =  =⇒  = 2 sin  = 2 sin(9◦ ) = 416 × 10−10 m

E37. Quel que soit la direction de l’axe du premier polariseur, la lumière perd 50 % de son
0
intensité en le traversant, et 1 = 2  Ainsi, après le second polariseur, l’intensité transmise
équivaut à
0 cos2 (60◦ )
2 = 1 cos2 (60◦ ) = 2 = 01250

E38. L’intensité transmise est fonction des conditions suivantes :


0
1 = 2 2 = 1 cos2 (45◦ )  3 = 2 cos2 (45◦ )
0 cos4 (45◦ )
Ainsi, la valeur finale est 3 = 2 = 01250 .
2
E39. L’angle de polarisation est donné par tan p = 1 , et l’angle critique de réflexion totale
interne s’exprime au moyen de l’équation 4.8, soit 2 sin c = 1  Si on combine ces deux
équations, on obtient
1
sin c = tan p =⇒ sin c = cotan p =⇒ CQFD

E40. On utilise le résultat de l’exercice précédent et on obtient

154 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) v10

© ERPI, tous droits réservés.


p = arccot (sin c ) = arccot (sin (38◦ )) = 584◦

E41. Comme l’angle de polarisation est mesuré en fonction de la normale, on peut écrire, en

accord avec l’équation 7.17, que l’orientation s des rayons du soleil au-dessus de l’horizon
est de
³ ´ ³ ´
2 133
s = 90◦ − p = 90◦ − arctan 1 = 90◦ − arctan 1 = 369◦
0 0
E42. On sait que 1 = 2 Pour que 2 = 5
on doit trouver la valeur de  telle que
0 0
¡√ ¢
2 = 1 cos2  = 2 cos2  = 5 =⇒ cos2  = 04 =⇒  = arccos 04 = 508◦

E43. On trouve l’angle de polarisation avec l’équation 7.17 :


³ ´ ³ ´
16
p = arctan 21 = arctan 133 = 503◦

E44. L’angle d’incidence  est égal à l’angle de polarisation p qui est donné par l’équation
7.17 :
³ ´ ³ ´
2 1
 = p = arctan 1 = arctan 133 = 369◦

E45. Comme le rayon réfracté forme un angle de 90◦ avec le rayon réfléchi, on peut écrire que
³ ´ ³ ´
 = 90◦ − p = 90◦ − arctan 21 = 90◦ − arctan 16
1 = 320◦

E46. sin 1 =   1 = 044◦ et  =  tan  = 186 cm =⇒ 2 = 372 cm


 
E47. =  = 0567 m, sin 1 =  =⇒ 1 = 451◦

E48. La condition d’interférence est  sin  = ; pour la diffraction, on a  sin  =   donc

 = 4, ce qui implique que  = 0600 mm .
 2
E49. Puisque sin 1 =  et sin 2 =  , alors 1 = 725 × 10−3 rad et 2 = 145 × 10−2 rad, on
détermine ensuite que ∆ =  (tan 2 − tan 1 ) = 232 cm

E50. Au premier minimum de diffraction, la condition d’interférence est  sin  =  = 5



et, pour la diffraction, on a  sin  =  donc  = 5

Pour le second minimum de diffraction, la condition d’interférence est toujours

 sin  =  et celle de la diffraction est  sin  = 2 Ainsi,


  
 = 2 =⇒ 5 = 2 =⇒  = 10

Il y a donc 4 franges brillantes entre les deux premiers minimum de diffraction.


122  122
E51. c =  =  =⇒  =  = 0488 m
122
E52. (a) c = = 280 × 10−7 rad

¡ ¢¡ ¢
(b)  =  = 50000 94607 × 1015 280 × 10−7 = 132 × 1014 m
122  122
E53. c =  =  =⇒  =  = 376 m

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 155

© ERPI, tous droits réservés.


E54. On donne le diamètre de la lentille  = 0007 
(a) À partir du critère de Rayleigh, on calcule :
122(450×10−9 )
c = 122
 = 0007 = 784 × 10−5 rad
(b) À nouveau, à partir du critère de Rayleigh, on calcule :
122(650×10−9 )
c = 122
 = 0007 = 113 × 10−4 rad
(c) On calcule d’abord la séparation angulaire pour la lumière jaune :
122(550×10−9 )
c = 122
 = 0007 = 959 × 10−5 rad
En supposant que les bactéries sont au foyer de la lentille, la séparation minimale est
donnée par l’équation :
¡ ¢
 = c = (0005) 959 × 10−5 = 0480 m
18 cm
E55. (a)  sin  = 2 =⇒  = 344 × 10−6 m =⇒  =  = 523 × 103

(b)  sin 3 = 3 =⇒ 3 = 284◦


0001 2
E56. = 650 = 154 × 10−6 m, sin  =   1 = 3435◦ et 2 = 3918◦  donc
∆ = 483◦

Problèmes

P1. On examine la figure 7.68 du manuel et on note que, pour une distance  entre les
graduations de la règle, la différence de chemin entre deux rayons incidents successifs est
 cos , tandis que la différence de trajet entre les rayons diffractés correspondants vaut

− cos  Pour obtenir un maximum principal à l’angle d’observation  la condition pour


l’interférence constructive est  (cos  − cos ) =  .

P2. (a) Au moyen de la figure 7.32 et de l’équation 7.6, on note que la position du premier
maximum principal après celui du centre est donnée par l’équation 7.5 lorsque  = 1
dans l’expression de la phase :
2  (36)(1)(450×10−9 )
sin  = 2 =⇒  =  = 5×10−4 = 324 mm
(b) Les maxima secondaires de premier et de deuxième ordre ont lieu lorsque leurs différences
de phase valent  et 3 :
(36)(450×10−9 )
1 = 
2 = 2(5×10−4 ) =⇒ 1 = 162 mm
−9
(36)(3)(450×10 )
2 = (3)
2 = 2(5×10−4 )
=⇒ 2 = 486 mm
2 4
(c) Les deux premiers minima ont lieu pour des différences de phase de 3 et de 3 , ce qui
permet d’obtenir

156 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) v10

© ERPI, tous droits réservés.


 (36)(450×10−9 )
1 = 3 = 3(5×10−4 )
=⇒ 1 = 108 mm
−9
(36)(2)(450×10 )
(2)
2 = 3 = 3(5×10−4 ) =⇒ 2 = 216 mm

P3. (a) Au moyen de la figure 7.32 et de l’équation 7.6, on note que la position du premier
maximum principal après le pic central est donnée par
 (36)(450×10−9 )
=  = 8×10−5 = 203 mm

(b) Les positions des deux premiers minima sont données par des valeurs de phase égales à

2 et  soit
 (36)(450×10−9 )
1 = 4 = 4(8×10−5 )
=⇒ 1 = 506 mm
 (36)(450×10−9 )
2 = 2 = 2(8×10−5 ) =⇒ 1 = 101 mm

P4. On prend l’équation 7.4, où  =  sin , qui donne la position des maxima principaux en
fonction de la longueur d’onde, et on la dérive :

 sin  =  =⇒  cos  =  =⇒  =  cos 
∆
Comme ∆ est petit, ce résultat implique que ∆ =  cos  =⇒ CQFD

P5. (a) On considère l’équation de la position angulaire d’un maximum principal, soit

 sin  =  (i)

et l’équation du minimum supérieur qui le borne, exprimée par l’équation 7.13b :

 sin ( + ∆) = ( + 1)  =⇒  (sin  cos ∆ + cos  sin ∆) = ( + 1)  (ii)

Pour obtenir la demi-largeur angulaire du maximum, ∆ on n’a qu’à soustraire l’équation
(i) de l’équation (ii), en supposant que ∆ est petit, donc cos ∆ ≈ 1 et sin ∆ ≈ ∆ :

 (sin  cos ∆ + cos  sin ∆) −  sin  = ( + 1)  −  =⇒


  
 sin  +  cos ∆ −  sin  =  =⇒  cos ∆ =  =⇒ ∆ =  cos  =⇒ CQFD

(b) Dans ce cas particulier, ∆ vaut


 21×10−2
∆ =   cos  = 32(70) cos(0◦ ) = 938 × 10−5 rad

P6. On dérive l’équation  sin  =  et on obtient


   sin   tan 
 cos  =  =⇒ cos   =  =⇒ cos   =  =⇒  =  =⇒ CQFD

P7. L’intensité transmise est fonction des conditions suivantes :


0
1 = 2 2 = 1 cos2 (30◦ )  3 = 2 cos2 (30◦ )
0 cos4 (30◦ )
Ainsi, la valeur finale est 3 = 2 = 02810 .

P8. Le pic central pourra être orienté ainsi seulement si la différence de phase est de  entre
une source et celle qui est le plus au nord, soit

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 157

© ERPI, tous droits réservés.


2 sin  2(100) sin(11◦ )
=  = 600 =⇒  = 0200 rad

P9. (a) Aux maxima secondaires d’intensité, la variation d’intensité en fonction de la variation de
phase entre les deux rayons extrêmes du dispositif est momentanément de zéro. On peut
donc trouver la condition qui donne les positions angulaires de ces maxima en posant

 = 0 dans l’équation 7.10 :

0 sin2 ( 2 )
 () =  2
(2)
On dérive cette équation en faisant appel à la règle usuelle de dérivation d’un quotient,
 
¡ ¢ 1
¡  
¢
soit   =  2   −   :
³¡ ¢ ¡ ¢ ¡  ¢ ¡  ¢ 2 ¡  ¢´
 1  2 
= sin cos 2 − 2 sin = 0 =⇒
( 2 )
 4 2 2 2
 
sin( 2 ) cos( 2 )

sin2 ( 2 ) ¡ ¢
 2 =  3 =⇒ tan 2 = 2 =⇒ CQFD
(2) (2)
(b) Il n’est pas possible de résoudre algébriquement cette équation, que l’on qualifie de
transcendante pour cette raison. On pourrait y arriver au moyen de la méthode de Newton

appliquée manuellement, mais il est plus intéressant de s’en remettre aux fonctionnalités
d’analyse numérique du logiciel Maple.

On commence par créer un graphe des deux fonctions qui apparaissent de part et d’autre

de l’égalité afin de localiser approximativement le point d’intersection. Puis, il suffit


de définir l’expression de  et de la résoudre numériquement dans la région du point
d’intersection :

 restart;
 plot({alpha/2,tan(alpha/2)},alpha=0..15,-10..10);
 eq:=alpha/2=tan(alpha/2);
 fsolve(eq,alpha,8..10);

On détermine que  = 899 rad

P10. On cherche la position angulaire  telle que  = 0250  On doit commencer par trouver

la phase entre les deux rayons au moyen de l’équation 7.10 :



0 sin2 ( 2 ) ¡ ¢2 ¡ ¢ ¡ ¢
=  2 =⇒ 0250 2 = 0 sin2 2 =⇒ 025 = sin 2
(2)
Comme au problème précédent, on peut résoudre cette équation transcendante à partir

du logiciel Maple. On commence par créer un graphe des deux fonctions qui apparaissent
de part et d’autre de l’égalité afin de localiser approximativement le point d’intersection.

Puis, il suffit de définir l’expression de  et de la résoudre numériquement dans la région


du point d’intersection :

158 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) v10

© ERPI, tous droits réservés.


 restart;
 plot({0.25*alpha,sin(alpha/2)},alpha=0..15,-10..10);
 eq:=0.25*alpha=sin(alpha/2);
 fsolve(eq,alpha,3..5);
On trouve ainsi que  = 379099 rad et, comme  = 600 nm et  = 05 mm, on calcule
finalement l’angle , comme suit
¡  ¢
 = 2sin  =⇒  = arcsin 2 = 00415◦
P11. Dans la portion gauche de la figure 7.33, à partir du triangle isocèle dont l’angle au

sommet est de  on note que le module de chaque vecteur individuel de Fresnel, qui
correspond à l’amplitude du champ électrique sortant de chaque fente, s’exprime comme
suit
°− ° °→ ° ³ ´
°→e 1 ° = °−
e  ° = 0 = 2 sin 2 (i)
°→°
Le module de °− e °, qui correspond à l’amplitude  du champ résultant, peut aussi être
décrit géométriquement par
°− ° ³ ´
°→e ° = 2 sin  (ii)
2

Si on isole  dans l’équation (i) et qu’on remplace le résultat obtenu dans l’équation (ii),

on obtient µ ¶

°− ° 0 sin 2
°→ °
e = µ ¶

sin 2

Puisque  ∝  2  on a donc pour l’intensité totale


µ ¶

0 sin2 2
= µ ¶ =⇒ CQFD
2 
sin 2

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 7 : L’optique physique (II) 159

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 8 : La relativité restreinte

Exercices

E1. Au moyen de l’équation 8.3, on détermine le module de la vitesse du mètre :


2 2
q
 = r 1 2 =⇒ 1 − 2 = 12 =⇒ 2 = 1 − 12 =⇒  =  1 − 12

1−
2
0
Sachant que  =  , soit le rapport de la longueur propre du mètre (0 ) sur sa longueur
mesurée dans le référentiel en mouvement (), on a
r
 =  1 − ³ 1 ´2 =⇒  = 0600
0

E2. Si  = r 1 et que  ¿  le développement donne
2
1− 2
³ ´
2 −12 ¡ ¢³ 2´ 2
(a)  = 1 − 2 = 1 − − 12 2 =⇒  = 1 + 2 2 =⇒ CQFD
³ ´
2 12
³
¡ ¢ 2 ´
2
(b) 1 = 1 − 2 = 1 − 12 2 =⇒ 1 = 1 − 2 2 =⇒ CQFD

(c) On définit, dans le logiciel Maple, l’expression correcte de  et le résultat de la question


(a). On résout ensuite en fonction de la condition posée :

 restart;
 g1:=1/sqrt(1-v^2/c^2);
 g2:=1+v^2/(2*c^2);
 eq:=g1-g2=0.001*g1;
 solve(eq,v);

La seule solution réelle acceptable est  = 0228

(d) Toujours dans le logiciel Maple, on donne une valeur à la vitesse de la lumière et on trace
le graphe pour les deux expressions de  :

 c:=3e8;
 plot([g1,g2],v=0..0.999*c,color=[red,blue]);

Les deux courbes se séparent de façon marquée lorsqu’on atteint la moitié de la vitesse
de la lumière.

E3. La longueur propre de la tige est mesurée dans son référentiel. La théorie de la relativité
indique que la longueur propre est plus grande que la longueur mesurée en laboratoire,

soit
r  12
0 =  = =√ = 150 m
2 1−(06)2
1− 2

E4. L’équation 8.5 nous donne

160 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


0 0 10 a.l.
=  =⇒  =  = 3 a.l. = 3333

Au moyen de l’équation 8.3, on établit le module de la vitesse la fusée :


2 2
q
 = r 1 2 =⇒ 1 − 2 = 12 =⇒ 2 = 1 − 12 =⇒  =  1 − 12 =⇒

1− 2
q 
1
 = 1− (3333)2
= 0954
2
E5. (a) Avec  = 0 et, selon l’exercice 2,  = 1 + 22
 on obtient
 −0 0 (−1) 2 2
0 = 0 =−1=1+ 22
−1= 22
0 1 2
(b) Avec  = et, selon l’exercice 2, =1− 22
 on obtient
³ ´ 
1
0  −1
−0 1 2  2
0 = 0 =  −1=1− 22 − 1 = − 2 2

E6. On cherche ∆ =  − 0  le retard de l’horloge ayant voyagé.

(a) Si le module de sa vitesse est de  = 01 on a


= r 1 =√ 1
= 100504
2 1−(01)2
1− 2

Le retard vaut donc

∆ =  − 0 = 0 ( − 1) = (1 a) (100504 − 1) = 159 × 105 s

(b) Si le module de sa vitesse est plutôt de  = 0998 on a


= r 1 =√ 1
= 158
2 1−(0998)2
1− 2

Le retard vaut alors

∆ =  − 0 = 0 ( − 1) = (1 a) (158 − 1) = 467 × 108 s


E7. Le module de la vitesse qu’implique ce retard est donné par l’équation trouvée en E5a,
soit
q q
 −0 2 22 ∆ 22 (1)
0 = 22 =⇒  = 0 = (36524)(24)(3600) = 755 km/s
E8. Le délai de 22 s correspond au temps propre 0 dans le référentiel du muon, alors que

la distance de 400 m est la longueur propre 0 du laboratoire. Dans le référentiel du


laboratoire, le muon franchit cette distance en un temps  = 0 = r 0 et possède
2
1−
2
une vitesse de module  que l’on détermine ainsi
2
³ ´2
0 =  = 0 = r 0 =⇒ 00 = r  2 =⇒  2 = 0
=⇒
2  0
1− 2 1− 2 1− 2
³ ´2 2
³ ´2 2
³ ´2 ³ ´ 2
 2 = 00 − 2 00 =⇒ 2 + 2 00 = 00 =⇒
µ ³ ´2 ¶ ³ ´2
0
 2 1 +  0
= 00 =⇒
v v
u ³
0 2
´ u ³
400
´2
u u
=t ³
0
 2
´ =t µ
22×10−6
¶2 = 155 × 108 m/s
1+ 0 400
1+
0 (3×108 )(22×10−6 )

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 161

© ERPI, tous droits réservés.


E9. (a) L’intervalle de temps de 5 s représente le temps propre de l’observateur au repos mesuré
à l’aide d’une seule horloge. La même mesure de passage prise à bord du train nécessite
deux horloges qui, selon le tableau 8.2, indiquent un intervalle dilaté de
¡ ¢
 = 0 = 53 (5 s) = 833 s

(b) La longueur propre du train correspond à la distance franchie par l’observateur pendant

qu’il passe de l’avant à l’arrière du train à une vitesse de module  dans le référentiel du
train
¡ ¢
0 =  = (08) 833 × 10−6 = 200 × 103 m

(c) La longueur du train mesurée par l’observateur sur le quai se calcule avec le temps propre
de l’observateur qui se trouve sur le quai :
¡ ¢
 = 0 = (08) 5 × 10−6 = 120 × 103 m
³ ´
E10. On cherche ∆ =  − 0 =  1 − 1 . On a choisi de mettre  en évidence parce que
0
sa valeur est donnée par  =   Ainsi, si on fait appel au résultat de l’exercice 2, on
obtient
³ ´ ³ ³ ´´ 400(200×103 )
20
∆ =  1 − 1 = 1 − 1 − 22
 = 
22 = 2(3×108 )2 = 444 × 10
0 −10 s
³ ´
E11. On veut que ∆ =  − 0 =  1 − 1 = 05 donc
q p
1 2
 = 05 =⇒ 1 − 2 = 05 =⇒  = 0752 = 0866
0
E12. (a) Le temps propre dans le vaisseau est égal à la distance  =  mesurée par un observateur
dans le vaisseau et divisée par le module de sa vitesse. Lorsqu’une distance exprimée en
année-lumière est divisée par une vitesse exprimée comme une fraction de la vitesse de
la lumière, le temps obtenu est en années :
 0 42 a.l. (42 a)
0 =  =  = 5(098) = 5(098) = 0857 a

(b) Cet intervalle de temps, observé dans le référentiel Terre-étoile vaut

 = 0 = 5 (0857 a) = 429 a

(c) La distance Terre-étoile observée à bord du vaisseau est de


0 42 a.l.
=  = 5 = 0840 a.l.

E13. (a) Avec l’équation 8.5, on détermine que la longueur propre de  est de
0 r  150
=  =⇒ 0 =  = =√ = 153 m
2 1−(02)2
1− 2

(b) Pour déterminer le temps que  prend pour défiler devant  on n’a besoin que d’un
seul observateur en ce point et on obtient

162 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


 150
0 =  = 6×107 = 250 s

(c) Mesuré à partir du vaisseau  par deux horloges situées aux deux extrémités, le délai
en temps est de
250×10 −6
 = 0 = r 0 =√ = 255 s
2 1−(02)2
1− 2
E14. La distance propre entre la Terre et l’étoile, mesurée par un observateur sur la Terre est

0 = 80 a.l. = (80 a) 

Si le temps propre à bord du vaisseau est de 70 a, le module de la vitesse du vaisseau

s’exprime par
³ ´2 ³ ´2
 0 0 2 0
= 0 = 0 =⇒ 2  2 = 0 =⇒ 2
= 0
1− 2
Si, pour cette égalité, on suit le même développement algébrique qu’à l’exercice 8, on
arrive à v
v u µ ¶
u ³
0 2
´
u (80 a) 2
u u 70 a
=t ³
0
 2
´ =t µ ¶
(80 a) 2
= 226 × 108 m/s
1+ 0 1+ (70 a)
0

E15. (a) On cherche le temps propre mesuré par un observateur immobile par rapport à l’arbre
au moyen de la longueur mesurée :
 320
0 =  = 06 = 178 s

(b) Pour deux observateurs situés aux deux extrémités du train, le délai en temps est plutôt
de
178×10 −6
 = 0 = r 0 =√ = 222 s
2 1−(06)2
1− 2
5
E16. (a) Comme  = 06 on a  = 4 selon le tableau 8.2. La longueur propre du train est donc
de
¡5¢
0 =  = 4 (1200) = 150 km

(b) Mesuré dans le référentiel du quai par deux observateurs, le délai en temps est de
0 1500
 =  = 06 = 833 s

(c) Cet intervalle de temps, tel que mesuré par un seul observateur dans le train, correspond
au temps propre, soit
 1200
0 =  = 06 = 667 s

E17. (a) Si la longueur contractée du vaisseau est de 120 m, son passage devant un observateur
de la station spatiale durera, pour l’observateur
 120
0 =  = 098 = 0408 s

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 163

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Comme  = 098 on a  = 5 selon le tableau 8.2. À bord du vaisseau, il se sera écoulé
¡ ¢
 = 0 = 5 0408 × 10−6 = 205 s
0
E18. (a) On veut que  =  = 36 a.l. Sachant que 0 = 42 a.l., on déduit que
0 42
a =  = 36 = 1167 Ainsi, en exprimant a en termes de  a comme à l’exercice 1, on
obtient
q q
1 1
a =  1 −  2a
= 1− (1167)2
= 0515

(b) On cherche b tel que 0 = 24 a; donc


³ ´2 ³ ´2
 0 0 0 b2 0
b = 0 =  b 0 =⇒ b  b = 0 =⇒ b2  2b = 0 =⇒ 2
= 0
1− b2

Si, pour cette égalité, on suit le même développement algébrique qu’à l’exercice 8, on
arrive à v
v u µ ¶
u ³
0 2
´
u (42 a) 2
u u 24 a
b = t ³
0
 2
´ =t µ ¶ = 0172
1+ 0 (42 a) 2
0
1+ (24 a)

(c) On cherche le temps écoulé sur Terre pendant le voyage des astronautes de la question
(b). On doit d’abord calculer le facteur gamma pour ce module de vitesse :

b = r 1 =√ 1
= 1015
2 1−(0172)2
1− 2b

On obtient ensuite le résultat à partir du temps propre (0 = 24 a) des astronautes :

 =  b 0 = (1015) (24 a) = 244 a


0
E19. (a) La durée du voyage 0 pour le pilote est donnée par 0 =   On calcule d’abord  :

= r 1 =√ 1
= 10206
2 1−(02)2
1− 2
On obtient ainsi
0 5×105
0 =  = (10206)(02) = 817 ms

(b) Le pilote mesure une distance de


0 5×105
=  = 10206 = 490 km

E20. (a) On obtient la durée de vie moyenne mesurée dans un référentiel en mouvement au moyen

de l’équation 8.4, en utilisant le tableau 8.2 :


¡ ¢¡ ¢
 = 0 = 53 26 × 10−8 = 433 × 10−8 s

(b) On mesure la distance parcourue dans le laboratoire, qui correspond à une longueur
propre, ce qui donne
¡ ¢
0 =  = (08) 433 × 10−8 = 104 m

(c) Mesurée par les pions, cette longueur est contractée, et sa valeur est de

164 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


= 0
= ³104
´ = 624 m
 5
3
E21. (a) Leur durée de vie moyenne paraît plus longue pour un observateur immobile par rapport
à la Terre. On obtient sa valeur en utilisant le tableau 8.2, soit
¡ ¢
 = 0 = 10 22 × 10−6 = 220 s

(b) Selon des observateurs immobiles, les particules mettront, par rapport au laboratoire, un

temps  pour parvenir au sol :


0 1×104
 =  = 0995 = 335 s

(c) Cependant, une fraction importante des muons auront le temps de parvenir au sol, car,
dans leur propre référentiel, la chute vers le sol dure un temps propre 0 égal à
0 1×104
0 =  = 10(0995) = 335 s

E22. (a) On calcule  au moyen de l’équation 8.7 dans le cas où le vaisseau s’approche de la Terre,
donc en inversant les signes, ce qui donne
q q
+06 ¡ ¢
 = + 
− 0 = −06 720 × 10
3 = 144 × 106 Hz

(b) Si le vaisseau s’éloigne de la Terre, on obtient plutôt


q q
−06 ¡ ¢
 = −+ 0 = +06 720 × 10
3 = 360 × 105 Hz

E23. Grâce à l’équation 2.5c, on sait que la fréquence radio du détecteur est de
 3×108
0 = 0 = 3×10−2
= 100 × 1010 Hz

La vitesse de la voiture soumise au détecteur est  = 108 km/h = 300 m/s. Comme
 ¿  on utilise l’équation 8.8b pour exprimer la fréquence perçue par l’automobile 1 et
la fréquence perçue par le détecteur au retour 2 . On inverse le signe de l’équation parce
¡ ¢ ¡ ¢
que la voiture s’approche du détecteur et on écrit 1 = 1 +  0 et 2 = 1 +  1 .
Ainsi
¡ ¢¡ ¢ ¡ ¢ ³ ´
   2 2 2
2 = 1 +  1 +  0 = 1 +  0 = 1 +  + 2
0

On cherche ∆ = |2 − 0 |  Si, parce que  ¿  on néglige le terme au carré, on obtient


¯¡ ¢ ¯ 20
∆ = |2 − 0 | = ¯ 1 + 2 ¯
 0 − 0 =  (i)

Si on insère les données dans l’équation (i), on obtient


2(300)(100×1010 )
∆ = 3×108 = 200 kHz
 500×10−9
E24. On note que 0 = 700×10−9 = 57  Au moyen de l’équation 8.7, où l’on inverse les signes
parce que l’automobiliste s’approchait de la source, on obtient
q q q ³ ´2
 = + 
− 0 =⇒ 
 = + 
− 0 =⇒  = −

+ 0 =⇒ −
+ = 
0 =⇒

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 165

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´2 ³ ´2 ³ ´2 ³ ´2
   
− = 0 + 0 =⇒  +  0 =− 0 =⇒
³ ´2 ³ ´2
 5
1−  1− 7
0
= ³ ´2 

= ³ ´2 
5
= 0324
1+  1+ 7
0
E25. Au moyen de l’équation 8.7, qu’on utilise parce que la galaxie s’éloigne de la Terre, on

obtient
q q q q
 = − 
+ 0 =⇒ 
 = − 
+ 0 =⇒  = +

− 0 =⇒ 0 = −
+  =⇒
q ¡ ¢
0 = −02
+02 600 × 10
−9 = 490 nm
q q
E26. On cherche 2 tel que 1 = + − 0 et 2 = +
− 1 ; donc
³ ´ ³ ´¡ ¢
+01
2 = +
− 0 = −01 1 × 109 = 122 × 109 Hz
 3×108
E27. (a) On donne 0 = 0 = 2×10−2 = 15 × 1010 Hz. On utilise l’équation (i) de l’exercice 23 et
on arrive à
20 2(40)(15×1010 )
∆ =  = 3×108
= 400 kHz

(b) Comme ∆ correspond à la valeur absolue de la différence entre les fréquences, la dé-
monstration de l’exercice 23 demeure valide même si la source et l’observateur s’éloignent
l’un de l’autre, et on arrive à
2(40)(15×1010 )
∆ = 2 0
 = 3×108
= 400 kHz

E28. On convertit les coordonnées 0 et 0 avec les équations 8.11 et 8.12, ce qui donne
¡ ¢ ¡¡ ¢ ¢
 =  (0 + 0 ) = 54 4 × 105 + (06) (001) =⇒  = 275 × 106 m
³ ´ ¡ ¢µ (06)(4×105 )

0 0 5
 =   + 2 = 4 (001) + 2
=⇒  = 135 × 10−2 s

E29. On applique les équations 8.11 et 8.12 à des intervalles ∆0 = 480 km et ∆0 = 0, ce qui
donne
¡ ¢ ¡¡ ¢ ¢
∆ =  (∆0 + ∆0 ) = 54 48 × 105 + (06) (0) =⇒ ∆ = 600 km
³ ´ ¡ ¢µ (06)(48×105 )

0 ∆0 5
∆ =  ∆ + 2 = 4 (0) + 2
=⇒ ∆ = 120 ms

E30. Comme  = 098 on a  = 5 selon le tableau 8.2. Avec ∆0 = 12 km et ∆0 = 0 on

trouve ∆ grâce à l’équation 8.11 :


¡¡ ¢ ¢
∆ =  (∆0 + ∆0 ) = 5 12 × 103 + (098) (0) = 600 km

Vue autrement, la distance entre les deux traces d’impact sur le quai est simplement le
résultat de 0 =  où 0 est la longueur propre de ce qui apparaît comme mesurant

 = 12 km dans le référentiel du train, donc 0 = 5 (12 km) = 600 km.

E31. On cherche ∆ = 2 − 1 

Avec l’équation 8.11, on peut écrire, en se rappelant que 02 = 01 + 01

166 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


∆ = 2 − 1 =  (02 + 02 ) −  (01 + 01 ) =  ((02 − 01 ) +  (02 − 01 )) =⇒
¡ ¢
∆ = 53 (0 − 0 + (08) (001 − 0)) = 400 × 106 m

E32. (a) Dans le référentiel  0 du train, les deux impulsions mettront un temps 00 = 0 0 à
atteindre les extrémités. Ce temps est égal à
0 32
00 = 2 = 2(3×108 ) = 533 × 10−8 s

(b) Dans le référentiel  l’impulsion qui arrive en 0 prend un temps


∆  ¡ ¢ ³ 5
´¡ ¡ ¢¢
0 = −0 = − ∆00 + ∆00 = −4(3×10 8) (−16) + (06) 533 × 10−8 =⇒

0 = 267 × 10−8 s

L’impulsion qui arrive en  0 prend un temps


∆ ¡ ¢ ³ 5 ´¡ ¡ ¢¢
 0 = 0 =  ∆0 0 + ∆0 0 = 4(3×10 8) (16) + (06) 533 × 10−8 =⇒

 0 = 107 × 10−8 s
¡ ¢
E33. Pour rejoindre la Terre ( = 0), à partir du vaisseau 0 = 108 m , la lumière met un
−0 0
temps ∆aller = − =  , mesuré dans le référentiel de la Terre. Comme le vaisseau
avance vers la Terre ( = −08), la lumière n’aura qu’à franchir 0 − ∆aller − ∆retour
pour y retourner. De sorte que ∆retour est donné par

∆retour = 0 − ∆aller − ∆retour =⇒ ∆retour = 0 −∆ +


a ller
=⇒
0
0 −(08)(  )
³ ´ ³ ´
108
∆retour = +08 = 0+08
−080
= 0 02 02
18 = 3×108 18 = 370 ms

E34. (a) On pose 0 = 0 et on utilise l’équation 8.10, ce qui donne


¡ ¢ 2 
2
(3×108 ) (16×10−4 )
0 =   − 
2 = 0 =⇒  =  = 6×104 = 0800

(b) Si la vitesse du vaisseau dépasse 08 l’éclair vert arrive avant l’éclair rouge .

E35. On applique les équations 8.9 et 8.10, et on trouve, si ∆ = 0


¡ ¢ (10)(0995)(240)
∆0 =  ∆ − ∆
2 = − ∆
2 = − (3×108 )2
=⇒ ∆0 = −796 s

Le signe négatif signifie que l’éclair vert arrive avant l’éclair rouge. L’espacement entre
les éclairs, mesuré en  0 , donne

∆0 =  (∆ − ∆) = ∆ = 10 (240) =⇒ ∆0 = 240 km

E36. Si l’intervalle d’espace-temps est un invariant, on doit pouvoir soustraire (∆0 )2 de (∆)2
et obtenir zéro. On élève au carré les quatre termes de ∆, qui sont donnés par les


équations 8.11 et 8.12, les deux autres étant invariants si − →v = i :
³ ³ ´´2 ³ ´2
(∆)2 =  ∆0 + ∆
0
=  2 (∆0 )2 +  2 ∆0 ∆0 +  2 ∆0
2 2 2

(∆)2 = ( (∆0 + ∆0 ))2 =  2 (∆0 )2 +  2 ∆0 ∆0 +  2 (∆0 )2

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 167

© ERPI, tous droits réservés.


(∆)2 = (∆ 0 )2

(∆)2 = (∆ 0 )2

On calcule ensuite
h i
(∆)2 − (∆0 )2 = 2 (∆)2 − (∆)2 − (∆)2 − (∆)2
h i
− 2 (∆0 )2 − (∆0 )2 − (∆0 )2 − (∆ 0 )2 =⇒
µ ³ ´2 ¶
2 0 2 2 2 0 2  2 ∆0 ∆0 2 ∆0
(∆) − (∆ ) =   (∆ ) + 2 + 2
³ ´
−  2 (∆0 )2 +  2 ∆0 ∆0 +  2 (∆0 )2 − (∆ 0 )2 − (∆ 0 )2

−2 (∆0 )2 + (∆0 )2 + (∆0 )2 + (∆ 0 )2 =⇒


 2  2 (∆0 )2
(∆)2 − (∆0 )2 = 2  2 (∆0 )2 +  2 ∆0 ∆0 + 2

− 2 (∆0 )2 −  2 ∆0 ∆0 −  2 2 (∆0 )2 − 2 (∆0 )2 + (∆0 )2 =⇒


 2  2 (∆0 )2
(∆)2 − (∆0 )2 = 2  2 (∆0 )2 + 2

− 2 (∆0 )2 −  2  2 (∆0 )2 − 2 (∆0 )2 + (∆0 )2 =⇒

(∆)2 − (∆0 )2 = 2  2 (∆0 )2 −  2 2 (∆0 )2 − 2 (∆0 )2


2  2 (∆0 )2
+ −  2 (∆0 )2 + (∆0 )2 =⇒
2
¡ ¢ ³ 2 2 ´
(∆)2 − (∆0 )2 = (∆0 )2 2  2 −  2  2 − 2 + (∆0 )2  2 −  2 + 1 =⇒
³ ³ 2
´ ´ ³ ³ 2
´ ´
(∆)2 − (∆0 )2 = (∆0 )2 2  2 1 − 2 − 2 + (∆0 )2 − 2 1 − 2 + 1 =⇒
¡ ¢
(∆)2 − (∆0 )2 = (∆0 )2 2 − 2 + (∆0 )2 (−1 + 1) = 0

(∆)2 est donc un invariant =⇒ CQFD

E37. (a) Comme la distance parcourue par l’éclair est ∆ on a



∆ =  + ∆ =⇒ ∆ − ∆ =  =⇒ ∆ = −

(b) On cherche la position de deux événements dans  0 avec l’équation 8.9. L’émission de
la lumière se produit en 0 =  ( −  ) = −  puisque l’émission de la lumière se
produit à l’origine de  De la même façon, en utilisant le résultat obtenu en (a), l’arrivée

de la lumière se produit en

0 =  ( + ∆ −  ) =  ( +  ( −  ) −  ) =  ( −  )

On trouve donc

∆0 = 0 − 0 =  ( −  ) +  = 


∆0 
et le délai en temps dans  0 est de ∆0 =  = 

E38. La vitesse relative d’un proton (1) par rapport à l’autre (2) est donnée par l’équation
8.17, réécrite comme à l’exemple 8.10, soit

168 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


1 L  +L 2  096+096
12 =   = (096)(096) = 0999
1+ 1L 2 L 2  1+
2
E39. On reprend directement l’équation 8.18 de l’exemple 8.10 et on obtient
AT  +T B  08−06
AB =   = (08)(−06) = 0385
1+ AT  2 T B  1+
 2
E40. La vitesse relative du missile (m) par rapport à la Terre (T) est donnée par l’équation
8.17, réécrite comme à l’exemple 8.10.

(a) Si mV = 01 on obtient


m V  +V T  01+07
mT =   = (01)(07) = 0748
1+ m V 2 V T  1+
 2
(b) Si mV = −01 on obtient
m V  +V T  −01+07
mT =   = (−01)(07) = 0645
1+ m V 2 V T  1+
 2
E41. (a) On calcule d’abord la vitesse du vaisseau B par rapport au vaisseau A au moyen de
l’équation 8.17, réécrite comme à l’exemple 8.10, ce qui donne
B T  +TA  08−06
BA =   = (08)(−06) = 0385
1+ B T 2 TA  1+
2
La vitesse du missile par rapport au vaisseau A doit donc être supérieure à 0385, si
ce dernier doit atteindre le vaisseau B. Dans l’état actuel, non , il n’atteindra pas le
vaisseau B, puisque mA = 03

(b) On doit avoir mA  0385 .

E42. On utilise un axe des  parallèle au mouvement des deux fusées. On suppose que la fusée
A se déplace dans le sens positif de cet axe, de sorte que AT  0. La fusée B avance vers

la fusée A et sa vitesse par rapport à la Terre est de même module donc BT = −AT .
On cherche le module de la vitesse de l’une ou l’autre des deux fusées par rapport à la
Terre

Avec l’équation 8.18, on obtient


³ ´
AT  +T B  + 2
AB =   =⇒ 05 = 2
=⇒ 05 1 + 2
= 2 =⇒
1+ AT  2 T B  1+ 2

2
05 + 05  − 2 = 0 =⇒ 052 + 05 2 − 2 = 0 =⇒  2 − 4 + 2 = 0

On résout cette équation quadratique en  et on trouve  = 0268 et 3732 Seule la


première réponse est compatible avec la théorie de la relativité, de sorte que  = 0268 .

E43. Selon l’équation 8.21 du manuel, si une quantité d’énergie est retirée d’un corps, la masse
de ce corps diminue. Ainsi, l’énergie rayonnée par le Soleil diminue la masse de ce dernier.

(a) La puissance  correspond à l’énergie rayonnée par unité de temps. L’énergie rayonnée
durant 1 seconde est donc

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 169

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢ ³ 26 J
´
∆ =  ∆ = 39 × 1026 W (1 s) = 39×10
1s (1 s) = 39 × 1026 J

Au moyen de l’équation 8.21, on calcule la variation de masse associée à cette énergie :


∆ 39×1026
∆ = ∆2 =⇒ ∆ = 2
= (3×108 )2
= 433 × 109 kg

(b) Puisqu’elle représente la variation de masse du Soleil durant 1 seconde, la réponse de la


¯ ¯
question (a) correspond aussi au taux de changement ¯  ¯ de la masse de dernier. On


estime la durée de vie du Soleil en divisant sa masse totale par ce taux :


 ¯ 2×1030 kg ¡ ¢ ³
20 s × 1a
´
∆ = ¯¯  ¯ = 433×109 kg/s
= 4619 × 10 3156×107 s
= 146 × 1013 a
¯  ¯
Notons que ce résultat n’est qu’une approximation grossière puisqu’il ne tient pas compte

d’une modification dans le temps de la puissance rayonnée par le Soleil.

E44. On obtient le module de la quantité de mouvement du proton en combinant les équations


8.19 et 8.20 :
−27 (0998)
r0 
(1674×10 )
 =  = 0  = = √ = 793 × 10−18 kg·m/s
2 1−(0998)2
1− 2
¡  ¢
E45. (a) On donne  = 104 eV = 104 16 × 10−19 J = 16 × 10−15 J. On utilise l’équation 8.22,
qui donne l’énergie cinétique relativiste, soit
 16×10−15
 = 0 2 ( − 1) =⇒  = 0 2 +1= (91×10−31 )2 + 1 = 10195

On calcule ensuite le rapport  au moyen de l’équation 8.3, et on obtient


q

 = 1 − 12 =⇒  = 0195

(b) Avec  = 107 eV = 16 × 10−12 J, on obtient plutôt


16×10−12
 = 0 2 ( − 1) =⇒  = 
0
2 +1 = (91×10−31 )2
+ 1 = 2054
q

 = 1 − 12 =⇒  = 0999

E46. (a) Au moyen de l’équation 8.3, on calcule

= r 1 =√ 1
= 1582
2 1−(0998)2
1− 2

On utilise ensuite l’équation 8.22, qui donne l’énergie cinétique relativiste, et on trouve
¡ ¢
 = 0 2 ( − 1) = 91 × 10−31 2 (1582 − 1) = 1214 × 10−12 J = 759 MeV

(b) On obtient le module de la quantité de mouvement du proton en combinant les équations

8.19 et 8.20 :
¡ ¢
 =  = 0  = (1582) 91 × 10−31 (0998) = 431 × 10−21 kg·m/s

E47. On cherche ∆ =  (2 ) −  (1 )  Avec l’équation 8.22, on trouve

∆ = 0 2 ( 2 − 1) − 0 2 ( 1 − 1) = 0 2 ( 2 −  1 )

(a) Pour l’intervalle allant de 1 = 06 à 2 = 08 le tableau 8.2 permet d’écrire

170 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢
∆ = 0 2 53 − 54 =⇒
¡ ¢¡ ¢2 ¡ 5 5 ¢ ³ 1 eV ´
∆ = 911 × 10−31 300 × 108 3 − 4 × 16×10−19 J = 214 keV

(b) Pour l’intervalle allant de 1 = 0995 à 2 = 0998 si on utilise le calcul de l’exercice


46 et le tableau 8.2, on obtient
¡ ¢¡ ¢2
∆ = 911 × 10−31 300 × 108 (1582 − 10) = 298 MeV
q
E48. On combine l’équation 8.22,  = 0 2 ( − 1), avec  = 1 − 1
2 , qui découle de l’équa-
tion 8.3.

(a) Si  = 0 2 =⇒ 0 2 = 0 2 ( − 1) =⇒  = 2 =⇒  = 0866

(b) Si  = 110 2 =⇒ 110 2 = 0 2 ( − 1) =⇒  = 12 =⇒  = 0997

E49. Dans cet exercice, on combine la notion d’intensité lumineuse avec la théorie de la rela-
tivité. On représente l’intensité lumineuse par le symbole , cette quantité s’exprime en

W/m2 . Lorsqu’une surface d’aire  est éclairée par une source lumineuse d’intensité , la
puissance absorbée par cette surface, en supposant que tout le rayonnement est absorbé,

correspond à  = .

Muni de cette relation, on peut alors calculer l’énergie absorbée au moyen de l’équation

3.9 :

∆ =  ∆ = ∆ = T 2 ∆ =⇒

¡ ¢2 ¡ ¢¡ ¢
∆ =  637 × 106 1 × 103 31536 × 107 = 40201 × 1024 J

On calcule ensuite la modification de masse associée à cet apport d’énergie avec l’équation
8.21 :
∆ 40201×1024
∆ = 2 = (3×108 )2
= 4467 × 107 kg

Le poids supplémentaire aura donc pour valeur


¡ ¢
∆ = ∆ = 4467 × 107 (98) = 438 × 108 N

E50. Si on modifie l’équation 8.23, on obtient

 2 − 2 2 = 20 4

Comme le côté droit de cette équation est toujours constant, on en conclut que

 2 − 2 2 est un invariant =⇒ CQFD

E51. L’énergie totale  vaut trois fois l’énergie au repos, de sorte que  = 30 2 

(a) On utilise l’équation 8.23 et on obtient

 2 − 2 2 = 20 4 =⇒ 920 4 − 2 2 = 20 4 =⇒ 2 2 = 820 4 =⇒  = 2830 

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 171

© ERPI, tous droits réservés.


(b) On combine  = 0  avec le résultat obtenue en (a), et on trouve
³ 2
´
0  = 2830  =⇒ r  2 = 283 =⇒  2 = 8002 1 − 2 =⇒

1−
2 q
8002
 2 = 8002 − 800 2 =⇒  = 900 = 0943

E52. Comme le rendement proposé est de 01% ou 11000, alors il faut transformer mille fois

plus de masse pour récupérer l’énergie  que consomme le Québec sur la période d’un

an. Ainsi, la masse nécessaire correspond à n = 1000, dans laquelle  = 2
. Avec la

valeur fournie pour , on trouve


¡ ¢ ³ ´
1×1018
n = 1000 2 = 1000 (3×10 8)2 = 111 × 104 kg

E53. Si le rapport  est important, le deuxième terme du développement binômial sous l’équa-

tion 8.22 est


³
significatif.
´
Dans ce cas-ci, il représente
3  4 6 2
0 2 8 (  )
∆ 32 3 (22×10 )
 = 1 2
= 42 = 4 (3×108 )2 =⇒ ∆  = 403 × 10
−5
2 0 
re l −cla
E54. On cherche le module de la vitesse qui fait en sorte que cla = 001 Si on développe
cette expression, on obtient
0 −0 
0  = 001 =⇒  − 1 = 001 =⇒  = 101
On fait ensuite appel à l’équation 8.3 et on arrive à
q
 = r 1 2 =⇒  =  1 − 12 =⇒  = 0140

1−
2
E55. On cherche le module de la vitesse qui fait en sorte que rel = 2cla  Si on développe cette
expression, on obtient

0  = 20  =⇒  = 2

On fait ensuite appel à l’équation 8.3 et on arrive à


q
 = r 1 2 =⇒  =  1 − 12 =⇒  = 0866

1− 2
E56. En raison de l’équivalence de masse-énergie, on a
(50×106 )(16×10−19 )
 = 0 2 = 50 MeV =⇒  = (91×10−31 )(3×108 )2 = 9768
q
 =  = 1 − 12 = 099995

E57. (a) En raison de l’équation de la mécanique classique, on a


¡ ¢
∆ =  − 0 = 12  2 − 12 02 = 12 2 = 12 91 × 10−31 (09)2 = 332 × 10−14 J
∆ 332×10−14
∆ =  = 16×10−19
= 208 kV

(b) Avec la même énergie et l’équation 8.22, on calcule le facteur , ce qui donne
∆ 332×10−14
= 0 2
+1= (91×10−31 )(3×108 )2
+ 1 = 1405
Avec la valeur de  on obtient le module de la vitesse, soit

172 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


q
1
 = 1− 2
= 0702
∆
E58. On l’utilise l’équation de l’exercice 53 en posant que  = 1 % et on trouve une vitesse

dont le module est de


q
32 32
∆
 = 42
=⇒ 001 = 42
=⇒  =  4(001)
3 = 0115

E59. (a) On trouve le module de la vitesse au moyen de l’équation 8.22, soit


r
 = 0 2 ( − 1) =⇒  =  0
2 + 1 =⇒  = 1 − ³  1 ´2 =⇒
0 2 +1
v
u 1
 = u1 − Ã !2 = 09997
t (40×109 )(16×10−19 )
+1
(167×10−27 )(3×108 )2

(b) Le module de la quantité de mouvement s’exprime par


¡ ¢ ¡ ¢
 = 0  = (4358) 167 × 10−27 (09997) 3 × 108 = 218 × 10−17 kg·m/s

E60. On calcule d’abord le facteur  de l’électron en fonction de l’énergie totale qu’il possède :
 (10×109 )(16×10−19 )
 =  0 2 =⇒  = 0 2
= (91×10−31 )(3×108 )2
= 19536

(a) La longueur  du tube est donnée par


0 3200
=  = 19536 = 0164 m

(b) Avec une valeur aussi élevée de  on peut poser que le module de la vitesse est prati-
quement  bien que, du point de vue théorique, l’électron n’atteigne jamais la vitesse de

la lumière. Avec  =  on arrive à


 0164
0 =  = 3×108
= 547 × 10−10 s

(c) Les expérimentateurs dans la station de contrôle enregistreront une durée de voyage égale
à
¡ ¢
 = 0 = (19536) 547 × 10−10 = 107 s
r 1 0
E61. (a)  = = 14 =⇒  =  = 0857 km
2
1− 2

(b) 0 =  = 408 s
0
(c)  =  = 571 s
0 240 r 
E62. 0 =  =⇒  = 276×10−6
= 869 × 107 =⇒ = 869 × 107 m/s =⇒
2
1− 2

 = 835 × 107 m/s
Q 0 T 0
E63. =  +  , où Q0 et T0 sont respectivement les longueurs propres du quai et du
train. Avec  = r 1 = 125 on trouve  = 911 s .
2
1− 2
E64. (a) Selon l’équation 8.18, la vitesse relative d’un train par rapport à l’autre est de

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 173

© ERPI, tous droits réservés.


A Q  +Q B  065+065 1
AB = A Q  Q B  = (065)(065) = 0914 =⇒  = r = 2465 =⇒
1+ 1+ 2
2 2 1− A2B
0
=  = 0406 km
0
(b) 0 =  = 0602 s

E65. (a) Selon l’équation 8.18, la vitesse du projectile par rapport au sol est de

PS = P T  +T S 
  = 06+04  8
(06)(04) = 124 = 2419 × 10 m/s =⇒
1+ P S  2 T S  1+
 2
=r 1
= 1691 =⇒  = P0S = 2419×1010000
8 = 413 s
P2 S
1− 2

(b) 0 = P0S = 244 s

E66. Le résultat est calculé pour un observateur immobile par rapport au train et situé à

l’endroit où le projectile atteint la cible. Celle-ci avance vers cet observateur à une vitesse
CT = −04, et le projectile va à PT = 06 Dans ce système de référence, la distance
totale à franchir est de
q q
2
 = 0 = 0 1 − T2S = (10000) 1 − (04)2 = 9165 m
TS

Cette distance est franchie par le projectile et la cible en un temps que fournit l’équation
suivante :
 9165 9165
 = |CT | ∆ + PT ∆ =⇒ ∆ = |C T  |+P T  = 04+06 =  = 306 s

Plus directement, on arrive à ce résultat en rappelant que le projectile mesure un temps


propre 0 entre le départ du train et l’arrivée à la cible.

Comme le facteur  du train est  = 54  le temps mesuré par cet observateur immobile

par rapport au train, placé là où le projectile atteint la cible, est


¡ ¢
 = 0 = 54 2444 × 10−6 = 306 s.

E67. = r 1 =⇒  08 = 1 r = 1667  09 = r 1


= 2294
2 (08)2 (09)2
1− 2 1− 2 1− 2

∆08−→09 = ∆ 08−→09 0 2 = 06270 2
1
(a)  0 = 1  01 = r = 1005 =⇒ ∆ 0−→01 = 0005
(01)2
1−
2
∆08−→09  08−→09 0627
∆0−→01 =  0−→01 = 0005 = 125
1
(b)  05 = r = 1155  06 = r 1 2 = 1250 =⇒ ∆ 05−→06 = 0095
(05)2 (06)
1− 2 1− 2
∆08−→09  08−→09 0627
∆05−→06 =  05−→06 = 0095 = 660

E68. (a)  = 0 =⇒  = 359 = r 1 =⇒  = 288 × 108 m/s


2
1− 2

(b)  = ( − 1) 0 2 = 274 MeV

174 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


E69. (a)  = r 1 =⇒  = 1005 =⇒  = ( − 1) 0 2 = 453 × 1019 J
2
1− 2


(b)  = 2
= 503 kg

E70.  = 0  = 0  =⇒ r  =  =⇒  = 0707


2
1− 2

E71. (a)  = 0 2 =  + 0 2 = 171 MeV


q
 171 MeV 1
(b)  = 0 2 = 0511 MeV = 3346 =⇒  =  1 − 2 = 286 × 108 m/s

(c)  = 0  = 872 × 10−22 kg·m/s

E72. (a) On donne  = 20 GeV = 20 × 103 MeV et, selon la partie (a) de l’exemple 8.12 du

manuel, l’énergie au repos de l’électron correspond à 0 2 = 0511 MeV. On insère ces


deux valeurs dans l’équation 8.22 et on calcule :
 20×103 MeV
 = 0 2 ( − 1) =⇒  = 0 2 +1= 0511 MeV + 1 =⇒  = 391 × 104

(b) Dans cette situation  À 0 2 , de sorte que le deuxième terme de l’équation 8.23 peut
être négligé. On calcule alors µ ¶
16×10−19 J
(20×109 eV )× 1 eV
 =  =⇒  =  = 3×108 m/s = 107 × 10−17 kg·m/s

Problèmes

P1. On utilise l’équation 8.21 et on l’élève au carré, ce qui donne

 = 0 2 =⇒  2 =  2 20 4 (i)

On utilise ensuite l’équation 8.19, on la multiplie par  et on l’élève au carré :

 = 0  =⇒ 2 2 =  2 20  2 2 (ii)

On soustrait l’équation (ii) de l’équation (i), et on obtient

 2 − 2 2 =  2 20 4 −  2 20  2 2 =⇒  2 = 2 2 +  2 20 4 −  2 20 2 2 =⇒


¡ ¢ ³ 2
´
 2 = 2 2 +  2 20 2 2 −  2 = 2 2 +  2 20 4 1 − 2 =⇒
³ ´
 2 = 2 2 +  2 20 4 12 =⇒  2 = 2 2 + 20 4 =⇒ CQFD

P2. On utilise l’expression qui associe la force au taux de changement de la quantité de


mouvement, et l’équation 8.19, ce qui permet d’obtenir le résultat suivant :
∙³ ´−12 ¸
       2
 =  =  (0 ) =⇒ 0 =   +   =   +   1 − 2 =⇒

 
¡ 1 ¢ ¡ 2 ¢ ³ 2
´−32
  2 3 
0 =   +  − 2 − 2 1 − 2  =   + 2   =⇒
³ ´ ³ ³ ´ ´
  2  2  1
0 =   1 + 2
=   1 + 1 − 2
 2 =⇒

0 =  3 
 =⇒

 = 
 3 0
=⇒ CQFD

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 175

© ERPI, tous droits réservés.


P3. Dans l’équation 8.19 élevée au carré, on remplace  par l’expression qui est fonction de
q
, soit  =  1 − 12  et on remplace ensuite  par l’expression qui dépend de , soit

= 0 2
+ 1 On trouve ainsi que
³ ´ ¡ ¢
2 =  2 20 2 =⇒ 2 =  2 20 2 1 − 12 =⇒ 2 =  2 − 1 20 2 =⇒
µ³ ´2 ¶ ³ 2 ´
2  2 2 =  2
 = 0 2
+ 1 − 1 0 2 4
+ 0 2
+ 1 − 1 20 2 =⇒
0

¡  ¢2 q ¡ ¢2
 =  + 20  =⇒  = 20  + 
2 =⇒ CQFD

P4. On utilise l’équation 8.17 afin de trouver à quelle vitesse la lumière se déplace par rapport

au laboratoire. D’une part, la lumière se déplace dans l’eau à la vitesse 0 = , et le

milieu, soit l’eau, est en mouvement à  =  Ainsi


 
 = 0 +
=  + =⇒  =  1+ 
=⇒ CQFD
0     1+ 
1+ 2 1+  2 

P5. (a) Si l’électron et le proton ont la même quantité de mouvement, on obtient
¡ ¢
e = ( e e ) e =  e e  e  et p =  p p p =  p p  p 

e = p =⇒  e e  e  =  p p  p  où  e = 316 et  e = 09995 =⇒

 p = 172 × 10−2 =⇒ p =  p = 516 × 106 m/s

(b) Si l’électron et le proton ont la même énergie cinétique, on trouve plutôt


¡ ¢
e = p =⇒ e 2 ( e − 1) = p 2  p − 1 =⇒  p = 10167 =⇒

p = 543 × 107 m/s

P6. (a) Dans le référentiel du vaisseau, la lumière parcourt deux fois la longueur propre

0 = 100 m. Pour l’observateur qui émet et reçoit la lumière, il s’écoule un temps propre
de
20 200
0 =  = 2(3×108 ) = 667 × 10−7 s

(b) Comme  = 0995 on a  = 10 selon le tableau 8.2. Dans le référentiel  ce délai est
dilaté et mesuré par deux horloges, soit
¡ ¢
 = 0 = (10) 667 × 10−7 = 667 s

(c) On trouve , la position où l’éclair revient à son point de départ dans le vaisseau, au
moyen de l’équation 8.11. On note que 0 = 0  On obtient donc
¡ ¡ ¢¡ ¢¢
 =  (0 + 0 ) = (10) 0 + (0995) 3 × 108 667 × 10−7 = 199 × 103 m

P7. (a) On représente un rayon lumineux se propageant dans la direction 0 par rapport à l’axe
des 0 :

176 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


Dans l’un ou l’autre des systèmes de référence, la quantité cos  correspond au rapport
entre la composante de la vitesse de la lumière selon  et son module  Ainsi, pour 
 1 0 0
et  0  on peut écrire cos  = 1 
  =  et cos 0 =   =   On peut ensuite réécrire

l’équation 8.17 comme suit :


0  
0 +   +  cos 0 + 
 = 0 
=⇒  = 0 
=⇒ cos  = 0
 
1+ 2 1+ 2 1+ 2
  
  cos 0 +
Comme  =  =   on arrive à cos  = 1+ cos 0
=⇒ CQFD

(b) Dans le logiciel Maple on définit la valeur de  l’expression pour  et on trace le graphe
demandé pour 0 allant de 0 à 90◦ :

 restart;
 beta:=0.9;
 theta:=arccos((cos(t)+beta)/(1+beta*cos(t)));
 plot(theta,t=0..Pi/2);

Comme on le voit dans le graphe, les rayons lumineux forment un angle de plus en plus
réduit par rapport à l’axe des  au fur et à mesure que  augmente. C’est pourquoi un
parle d’un effet projecteur.

P8. Par définition, on sait que  =   La différentiation de l’équation 8.12 permet d’écrire
¡ ¢
que  =  0 + 2 0 , donc

  µ  ¶  µ 0 0 ¶
 =  =  = 0
=  = 
=⇒
 (0 + 2 0 ) 
  + 2 0 0
0  (0 + 2 0 0 )  1+ 2

0
 = µ ¶ =⇒ CQFD
0
 1+ 2

P9. Comme  = 098 on a  = 5 selon le tableau 8.2.

(a) Dans leur référentiel propre, la distance parcourue par chacun des muons est de
0 3000
=  = 5 = 600 m

Ils parcourent cette distance en un temps


 600
0 =  = 098(3×108 ) = 204 s

On donne  = 22 s. Après cet intervalle 0 , le nombre de muons restant s’élève à

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 177

© ERPI, tous droits réservés.


0 204×10−6

= 0 −  = (1000)  22×10−6 = 395

(b) Dans le référentiel de la Terre, les observateurs mesurent une distance 0 = 3000 m

parcourue par les muons en un temps


0 3000
 =  = 098(3×108 ) = 102 s

Selon les observateurs, après cette distance, il reste  0 muons dont la durée de vie
moyenne est de  0 =  = 11 s. Ce nombre s’élève à
 204×10−6
−0 −
0 = 0  = (1000)  11×10−6 = 395

P10. La phase étant invariante, on peut écrire


¡ ¢
 = 0 où  = ( − ) et 0 = (0 0 −  0 0 ) = 0  ( − ) − 0   − 
2

L’invariance est démontrée si  − 0 = 0 à tout moment et en tout point; donc


¡ ¢
( − ) − 0  ( − ) −  0   − 
2
= 0 =⇒
³ 0
´
 −  0  − 
2  − ( − 0  − 0 )  = 0

Comme cette expression doit donner zéro quelles que soient les valeurs de  et de  on
en déduit que
³ ´
 0  0  0 
 − 0  − 2 = 0 =⇒  = 0  + 2 =⇒  =  0 + 2

 − 0  −  0  = 0 =⇒  =  0  +  0  =⇒  =  ( 0 +  0 ) =⇒ CQFD

P11. (a) Dans les deux systèmes de référence, on sait que les tangentes des angles s’expriment par
  0
tan  =  et tan 0 = 0  On sait aussi que  = 0 et que 0 est une longueur propre
0
parce que mesurée dans le référentiel où la tige est immobile. Ainsi,  =  ou encore
 = 0 , et on peut écrire
0 
tan 0 = 0 =  = 1
 tan  =⇒ tan  =  tan 0 =⇒ CQFD

(b) La longueur d’une tige en mouvement orientée dans le plan  et mesurée dans  est
donnée par
³ ´2 ¡ ¢2 ³ 2 0 ´
0
2 = 2 + 2 = 2 = 0 cos + 0 sin 0 = 20 cos 2  + sin2 0 =⇒
³ 2 0 2 2 0´ µ ¶ µ ¶
2 2 cos  + sin  2 cos2 0 + 2 (1−cos2 0 ) 2 cos2 0 (1− 2 )+ 2
 = 0 2
= 0 2
= 0 2
=⇒
³ ³ ´´ ³ ³ 2
´´
2 = 20 1 + cos2 0 12 − 1 = 20 1 + cos2 0 1 − 2 − 1 =⇒
³ 2
´
2 = 20 1 + 2 cos2 0

Avec 0 = 0  ce résultat devient


³ 2
´12
 = 0 1 + 2 cos2 0 =⇒ CQFD

178 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


∆ −0
P12. On cherche une autre expression pour  =  lorsque  ≈ 0  Au moyen de l’équation
8.7, on trouve
q ¡ ¢ ¡ ¢−12
 12
 = 0 +− = 0 1 +  1 − 

Comme  ¿ 1 on fait appel au développement du binôme et à son approximation lorsque

 ¿ 1 soit (1 + ) = 1 +  Ainsi


¡ ¢¡ ¢ ³ ´
2
 ≈ 0 1 + 12  1 + 12  = 0 1 +  + 42

Encore une fois, comme  ¿ 1 on peut négliger le dernier terme et
¡ ¢
 ≈ 0 1 + 

Finalement,

∆ ∆ −0 0 (1+  )−0 ∆ 
 ≈ 0 = 0 = 0 =⇒  ≈  =⇒ CQFD
5
P13. Comme  = 06 on a d’une part   = 4 et, comme  = 08 on a d’autre part
5
 = 3 selon le tableau 8.2.

(a) On trouve les longueurs contractées, telles que mesurées par l’observateur, ce qui donne
0 4(1000) 0 3(1000)
 =  = 5 = 800 m et  =  = 5 = 600 m

On construit ensuite deux équations de position qui repèrent la position  de l’arrière


du train  et la position  de l’avant du train  À l’instant  = 0 l’avant du train 

coïncide avec l’arrière du train  en un point qui correspond à l’origine de l’axe des 
utilisé de sorte que  = 800 + 06 et  = −600 + 08 On cherche l’instant pour
lequel  =   donc
1400
800 + 06 = −600 + 08 =⇒  = 02 = 0233 s

(b) La vitesse du train  par rapport au train  est de


 +
 =   = 0385
1+
2
ce qui implique que   = 108 On calcule donc une longueur du train  dans le

référentiel du train  de
0 1000
 =   = 108 = 926 m

Avec toutes ces données, on peut calculer l’intervalle de temps  que prendra le train 

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 179

© ERPI, tous droits réservés.


à dépasser le train  dans le référentiel de , et on obtient
0 + 1926
 =  = 0385 = 167 s

P14. (a) On obtient directement


¡ ¡ ¢¢
∆ =  (∆0 + ∆0 ) = 5 −103 + (098) 4 × 10−6 =⇒ ∆ = 880 m
³ ´ µ ¶
0 ¡ ¢ (098)(−103 )
∆ =  ∆0 + ∆
2
= 5 4 × 10−6 + 2
=⇒ ∆ = 367 s

(b) On obtient directement


∆
 = ∆ −  = (367 s) − (293 s) = 0734 s

P15. (a) Le temps que mettront les deux trains à se dépasser mutuellement est équivalent au temps

que mettrait un seul des deux trains pour s’installer vis-à-vis du deuxième, immobile dans
le référentiel du premier. En tenant compte de la contraction des longueurs des trains
pour l’observateur immobile par rapport au sol, on obtient
0 0 4(1000)
∆ =  =  =⇒  =  = 5(06) = 444 s

(b) La vitesse du train  par rapport au train  est de


 +
 =  =   = 0882 =⇒   = 2125
1+
2
En appliquant le même raisonnement qu’en (a), on trouve
0 0 0 1000 1000
∆ = 0 +  =  =⇒  =  +  = 0882 2125(0882) = 556 s

P16. On sait, grâce au problème 8, que la relation entre les composantes de vitesse selon 
0 0 +
dans les deux référentiels est de  = µ ¶ et  = pour le mouvement selon
0 0 
 1+ 2 1+ 2

 Dans les deux systèmes de référence, le rapport entre la vitesse selon  et  correspond
à la tangente de  Ainsi,
0
µ ¶ Ã !
0 0 0 1 tan 0
 1+ 2
   0 
tan  =  = 0 +
= 0 + = 0 + 1 =  =⇒
1+ 0
0  0 
1+ 2

0 0
tan  = ³tan  ´ =⇒ tan  = ³ tan  ´ =⇒ CQFD
 
 1+ 0  1+ 0
  cos 0
P17. On écrit les expressions pour l’énergie totale et la composante de quantité de mouvement
selon  pour les deux systèmes de référence, soit

 =   0 2 (i)

 0 =  0 0 2 (ii)
  0  2  
 =   0  = 2
= 2
(iii)

0 =  0 0 0 (iv)

180 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte v10

© ERPI, tous droits réservés.


Pour pouvoir établir une relation entre ces termes, on doit avoir l’expression de  0 en
fonction de    On la trouve en utilisant la définition de  :
³ ´
0 2 −12
³ 2 0 2 ´−12 ³ ´−12
 0 = 1 − (2) =  −(
2
)
=  2 − (0 )2
 =⇒
à ! ⎛ ⎞−12
µ ¶2 −12
2 2
2
 0 =   −  −
  = ⎝ 2 − (2 − ) 2 ⎠ =⇒
1− 2
2
( −  )
 4
³ ´ µ 2
¶−12
2 2 −12 ( −  ) − ( − )2
2 2
 0 = 1 − (2(−
 − )
 )2
= (2 −  )2
=⇒
   

2 − 
 0 = 12 =⇒
((2 −  )2 −2 ( − )2 )
2
¡  
¢
 0 = 2 12 1− 2 =⇒
((2 −  ) −2 ( − )2 )
2
¡  
¢
 0 = 1− 2 =⇒
(4 −2  2 +2 2 −2 (2 +2 −2  ))12

2
¡  
¢ 2
¡  
¢
 0 = 1− 2 = 1− 2 =⇒
(4 +2 2 −2 2 −2 2 )12 ((2 −2 )(2 −2 ))12

 
¡  
¢
 0 = 1− 2
(2 −2 )12 (2 −2 )12
³ 2
´−12 ³ ´−12
 2
Finalement, avec  = 1 − 
2 et   = 1 − 2  on obtient
¡ ¢
 0 =    1 − 2
Si on remplace  0 par ce résultat dans l’équation (ii), on obtient
¡ ¢ ¡ ¢ ¡ ¢
 0 =    1 − 2 0 2 =  1 − 2  =   − 2 
D’après l’équation (iii), ce résultat devient  0 =  ( −   )

Pour la quantité de mouvement, au moyen de l’équation (iv) dans laquelle on remplace


aussi  0 , on trouve
µ ¶
¡ ¢ ¡ ¢
0 =    1 − 2 0 0 =    1 − =⇒ 
2
0  −
 
1− 2 

¡  
¢
0 =   0 ( −  ) =  (  0  −   0  ) =⇒ 0 =   − 2 =⇒ CQFD

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 8 : La relativité restreinte 181

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique

Exercices

E1. La longueur d’onde du pic de rayonnement du corps noir est donnée par l’équation 9.1 :
2898×10−3
max  = 2898 × 10−3 m·K =⇒ max = 

(a) À 3 K, la longueur d’onde est de


2898×10−3
max = 3 = 0966 mm
(b) À 3000 K, la longueur d’onde est de
2898×10−3
max = 3000 = 0966 m
(c) À 1 × 107 K, la longueur d’onde est de
2898×10−3
max = 1×107
= 0290 nm

E2. (a) Si la surface du Soleil se comporte comme un corps noir, sa température est donnée par
l’équation 9.1, soit
2898×10−3 2898×10−3
 = max = 5×10−7 = 580 × 103 K
(b) De nouveau, avec l’équation 9.1, on obtient
2898×10−3
 = 35×10−7
= 828 × 103 K
E3. D’après l’équation 9.1, la lumière visible est bornée par les températures suivantes :
2898×10−3 2898×10−3
min = (max )max = 700×10−9
= 414 × 103 K
2898×10−3 2898×10−3
max = (max )min = 700×10−9
= 725 × 103 K
Ainsi, la température va de 414 × 103 K à 725 × 103 K .
E4. On rappelle que  (K) =  (◦ C) + 27315

(a) Au moyen de l’équation 9.2, modifiée pour tenir compte de la température de l’environ-
nement, on obtient
¡ ¢ ¡ ¢³ ´
 =   4 − 04 = 567 × 10−8 (227315)4 − (29315)4 = 151 MW/m2
¡ ¢ ¡ ¢³ ´
(b)  =   4 − 04 = 567 × 10−8 (30715)4 − (28315)4 = 140 W/m2
¡ ¢
E5. Avec  = 42   = 2 696 × 108 et 0 = 0 K, on utilise l’équation 9.3 et l’équation 9.2
modifiée pour tenir compte de la température de l’environnement, et on obtient
¡ ¢¡ ¢ ¡ ¢ ³ ¡ ¡ ¢¢2 ´
 =  =   4 − 04 42 = 567 × 10−8 (8830)4 4 2 696 × 108 =⇒
 = 839 × 1027 W

E6. Avec  = 2 et 0 = 0 K, on utilise l’équation 9.3 et l’équation 9.2 modifiée pour tenir
compte de la température de l’environnement, et on obtient

182 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢ ¡ ¢ ¡ ¡ ¢ ¢
 =  =   4 − 04 (2) = 567 × 10−8 (2000)4 2 2 × 10−3 (020) =⇒

 = 228 kW

E7. La longueur d’onde du pic de rayonnement du corps noir est donnée par l’équation 9.1,

soit
2898×10−3 2898×10−3
max  = 2898 × 10−3 m·K =⇒ max =  = 300 = 966 m

E8. On donne  = 51 × 1013 Hz. On utilise l’équation 9.6 et on convertit le résultat final en
électronvolt, ce qui donne
¡ ¢¡ ¢
∆ = +1 −  = ( + 1)  −  =  = 6626 × 10−34 51 × 1013 =⇒
¡ ¢ ³ 1 eV ´
∆ = 3379 × 10−20 J × 16×10 −19 J = 0211 eV

E9. La puissance totale rayonnée  = 400 kW est la somme des énergies de tous les photons
émis par unité de temps à la fréquence  = 100 MHz. Si  correspond au nombre de
photons par seconde et que  =  est l’énergie de chacun d’eux, on obtient
  4×105
 =  =⇒  =  =  = (6626×10−34 )(1×108 )
= 604 × 1030 photons/s

E10. (a) L’énergie d’un photon s’exprime, en joules, sous la forme  =  Avec  =  cette
expression devient
³ ´ ³ ´
(6626×10−34 )(3×108 ) 1988×10−25 J·m
 = 
 =  =  × 1 nm
1×10−9 m × 1 eV
16×10−19 J =⇒
124×103 eV·nm
=  =⇒ CQFD

(b) L’intervalle d’énergie de la portion visible du spectre électromagnétique est borné par
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
min = max = 700 nm = 177 eV

et
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
max = min = 400 nm = 310 eV

L’intervalle va donc de 177 eV à 310 eV .

E11. (a) L’énergie cinétique maximale des photoélectrons n’est pas fonction de l’intensité, mais
bien de la fréquence du rayonnement utilisé. Avec l’équation 9.9, on obtient donc
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
max =  −  =  − (225 eV) = 400 nm − (225 eV) = 0855 eV

(b) La valeur réelle de l’intensité qui atteint et provoque l’émission d’un électron (efficace )
correspond à 3 % de l’intensité du rayonnement incident (). Si  correspond au nombre
d’électrons éjectés par seconde et par mètre carré, on obtient
(003)(1×10−9 )
efficace =  = (003)  =⇒  = (003)
 = (003)
 = =⇒

(6626×10−34 )(3×108 )
400×10−9
= 604 × 107 photons/(m2 ·s)

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 183

© ERPI, tous droits réservés.


E12. (a) Si le diamètre de la pupille est de 05 mm, la puissance minimale du rayonnement que
l’œil peut détecter est donnée par l’intensité de ce rayonnement multipliée par l’aire de
la pupille, soit
³ ´2 ¡ ¢
5×10−3
 =  = 2  =  2 5 × 10−13 = 982 × 10−18 W

(b) Soit , le nombre de photons reçus par seconde par l’œil, et  =  , l’énergie de chacun
d’eux. Pour une telle puissance, on a besoin de
  982×10−18
 =  =⇒  =  =  = = 250 photons/s

(6626×10−34 )(3×108 )
500×10−9
E13. On détermine le module de la vitesse maximale des électrons en combinant les équations

9.7, 9.11 et 2.5c, ce qui donne


³ ´
1 2 2 2  
max = 2 max
=  ( − 0 ) =⇒ = max
−   0 =⇒
r ³ ´ r 2 6626×10−34 ³ ´
( ) 3×108 3×108
max = 2  
  − 0 = 91×10−31 470×10−9
− 686×10−9
= 541 × 105 m/s

E14. On trouve l’énergie de ces photons au moyen de l’équation 9.8 ou de l’équation démontrée
à l’exercice 10.

(a) Si le photon possède une longueur d’onde de 550 nm, son énergie est de
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 550 nm = 225 eV

(b) Si le photon possède une fréquence de 100 MHz, son énergie est de
¡ ¢¡ ¢ ³ 1 eV ´
 =  = 6626 × 10−34 100 × 106 × 16×10 −19 J = 414 × 10−7 eV

(c) Si le photon possède une fréquence de 940 kHz, son énergie est de
¡ ¢¡ ¢ ³ 1 eV ´
 =  = 6626 × 10−34 940 × 103 × 16×10 −19 J = 389 × 10−9 eV

(d) Si le photon possède une longueur d’onde de 0071 nm, son énergie est de
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 0071 nm = 175 × 104 eV

E15. (a) Si l’énergie de dissociation est 


µ
on trouve ¶ainsi la fréquence minimale 0 :
16×10−19 J
(11 eV)× 1 eV

 = 0 =⇒ 0 =  = 6626×10−34
= 266 × 1015 Hz

(b) On utilise l’équation démontrée à l’exercice 10 et on obtient


124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 175 nm = 709 eV

E16. On utilise l’équation démontrée à l’exercice 10 et on obtient


124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 28 nm = 443 nm

Cette longueur d’onde appartient à la portion visible du spectre électromagnétique.

E17. Soit , le nombre de photons reçus par seconde et par mètre carré, chacun possédant une
énergie  =  . L’intensité du rayonnement correspond alors à

184 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


  (134×103 )
 =  =  =⇒  =  =  = = 371 × 1021 photons/(m2 ·s)

(6626×10−34 )(3×108 )
550×10−9
E18. Soit , le nombre de photons reçus par seconde, chacun possédant une énergie  =  .

La puissance émise par le laser est donc de


  1×10−3
 =  =  =⇒  =  =  = = 318 × 1015 photons/s

(6626×10−34 )(3×108 )
6328×10−9
E19. (a) On utilise l’équation 9.9, le résultat de l’exercice 10 et on obtient
3
³ 3 eV·nm
´
max =  −  = 124×10 eV·nm − (23 eV) = 124×10 400 nm − (23 eV) = 0800 eV

(b) On utilise les équations 9.10 et 9.11, et on obtient


∆0 +0
∆0 = ( − 0 ) =⇒  =  = ∆0 + =⇒  = 
∆0 + =⇒
(6626×10−34 )(3×10
µ
8
) ¶ = 428
= 16×10 −19 J nm
(16×10−19 )(06)+(23 eV)× 1 eV
E20. (a) On utilise l’équation 9.9, le résultat de l’exercice 10 et on obtient
3
³ 3 eV·nm
´
max =  −  = 124×10 eV·nm − (45 eV) = 124×10 200 nm − (45 eV) = 170 eV

(b) On utilise l’équation 9.7 et on arrive à


max
max = ∆0 =⇒ ∆0 =  = 170 V

E21. Puisqu’il s’agit de la même surface, on doit poser que le travail d’extraction reste le
même dans les deux cas. On trouve d’abord  au moyen de la première longueur d’onde
(1 = 350 nm), et max = 12 eV :
³ ´
124×103 eV·nm
max = 1 −  =⇒  = 1 − max = 350 nm − (12 eV) = 234 eV

Si on combine les équations 9.10 et 9.11 pour la deuxième longueur d’onde

(2 = 230 nm)  on obtient


124×103 eV·nm
 − 230 nm −(234 eV)
∆0 = ( − 0 ) =  −  =⇒ ∆0 =  =  = 305 V

E22. On utilise l’équation 9.11 et on obtient



−∆0
∆0 = ( − 0 ) =⇒ 0 =  −∆ 
0
=   =⇒
−34 3×108
(6626×10 )( )
420×10−9 −(16×10−19 )(24)
0 = 6626×10−34
= 135 × 1014 Hz

E23. (a) L’énergie émise sous forme de rayonnement équivaut à  = 005 (100 W) = 500 W. Si
 correspond au nombre d’électrons émis par seconde qui possèdent une énergie  = 

on trouve
  5
 =  =  =⇒  =  =  = = 151 × 1019 photons/s

(6626×10−34 )(3×108 )
600×10−9
(b) L’œil peut détecter un minimum de 20 photons/s. Si chaque photon possède une énergie
 =  la puissance qui fait réagir l’œil est de œil = 20 On calcule l’intensité

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 185

© ERPI, tous droits réservés.


du rayonnement qui atteint la pupille œil avec l’équation 9.3, dans laquelle on insère
œ il = 2  qui correspond à l’aire de la pupille, ce qui donne
œ il 20 20
œil = œil œil = œil 2 =⇒ œil = 2
= 2
= 2 
=⇒
20( 6626×10−34)( 3×108
)
œil = µ ¶2 = 937 × 10−13 W/m2
3×10−3
 2 (600×10−9 )

La luminosité de la source correspond à  =  calculée en (a). Si on utilise de nouveau

l’équation 9.3, mais où  = 42 correspond à l’aire de la sphère sur laquelle s’étend le
rayonnement au moment où il atteint l’œil, on obtient
¡ ¢ q

 =  = œil  = œil 42 =⇒  = 4 = =⇒
r œ il

(151×1019 )(6626×10−34 )(3×108 )


= 4(937×10−13 )(600×10−9 ) = 652 km

E24. L’augmentation de l’énergie cinétique maximale de 1 = 13 eV à 2 = 36 eV est décrite


3
par les deux équations suivantes, désignant respectivement les fréquences  et 2 :

1 = ( − 0 )
³ ´
2 =  32 −  0

On isole la fréquence  dans chaque équation :

1 = ( − 0 ) =⇒  = 1 +

0

³ ´ ³ ´
2 =  32 −  0 =⇒  = 2 2 +0
3 

On pose l’égalité des membres et on isole 0 , ce qui donne


¡ ¢
0 − 23 0 = 23 2 − 1 =⇒ 1
3 0 = 23 2 − 1 =⇒ 0 = 3 2
 3 2 − 1 =⇒
µ ¶
16×10−19 J
3
¡2 ¢ (22 −31 )
(2(36 eV)−3(13 eV))× 1 eV
0 =  3 2 − 1 =  = 6626×10−34 = 797 × 1014 Hz

E25. L’œil peut détecter un minimum de 8 photons/s. Si chaque photon possède une énergie
 =  la puissance qui fait réagir l’œil est de œil = 8

On calcule l’intensité du rayonnement qui atteint la pupille œil avec l’équation 9.3, dans
laquelle on insère œil = 2  qui correspond à l’aire de la pupille, ce qui donne
œ il 8 8
œil = œil œil = œil 2 =⇒ œil = 2
= 2
= 2 
=⇒
6626×10−34
8( )( 3×108
)
œil = µ ¶2 = 162 × 10−13 W/m2
5×10−3
 2 (500×10−9 )

(a) À la distance TL , la luminosité requise est, selon l’équation 9.3, de


¡ ¢³ ¡ ¢2 ´
 = œil  = œil (42 ) = 162 × 10−13 4 384 × 108 = 300 kW
³ 15 m
´
(b) Avec T = (42 a.l.) × 94607×10
1 a.l. = 39735 × 1016 m, on obtient
¡ ¢³ ¡ ¢2 ´
 = œil  = œil (42 ) = 162 × 10−13 4 39735 × 1016 = 321 × 1021 W

186 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


E26. (a) Dans le logiciel Maple, on utilise les valeurs fournies de longueurs d’onde  et de potentiel

d’arrêt ∆0  et on trace le graphe de la fréquence correspondante,  = , en fonction
de ∆0 . Comme le graphe montre une droite, on effectue une régression linéaire sur les

données afin de trouver l’expression de cette droite :

 restart;
 c:=3e8;
 data:=[[c/500e-9,0.37],[c/450e-9,0.65],[c/400e-9,1.0],[c/350e-9,1.37],[c/300e-9,2.0]];
 with(plots):
 pointplot(data);
 with(CurveFitting):
 LeastSquares(data, x);

Si on modifie l’équation 9.11, on observe que le graphe créé correspond à

 =  ∆0 + 0

La quantité cherchée,  est donc l’inverse de la pente de cette droite, soit
 1
 = 24827×1014
= 403 × 10−15 V·s

(b) La fréquence de seuil est tout simplement l’ordonnée à l’origine dans le graphe obtenu,
soit 0 = 507 × 1014 Hz

E27. (a) La fréquence  du photon est donnée par l’équation suivante :


2
2 2(91×10−31 )(3×108 )
 = 20 2 =⇒  = 20  = 6626×10 −34 = 247 × 1020 Hz

(b) Le module de la quantité de mouvement du photon est donné par l’équation 9.12 :
(6626×10−34 )(247×1020 )
 = 
 = 3×108
= 546 × 10−22 kg·m/s

E28. (a) La longueur d’onde du photon diffusé est donnée par l’équation 9.16. En faisant de plus
appel au résultat de l’exercice 10, on obtient
124×103 eV·nm
0 =  
0  (1 − cos ) +  = 0  (1 − cos ) +  =⇒
(6626×10−34 ) 124×103 eV·nm
0 = ◦
(91×10−31 )(3×108 ) (1 − cos (50 )) + 30×103 eV = 422 × 10−11 m

(b) Au moyen de l’équation 9.15, on obtient


¡1 ¢
 =   1
 − 0 =   − 0 =⇒
¡ ¢ ¡ ¢ ³ 30×103 eV 1
´
 = 6626 × 10−34 3 × 108 124×10 3 eV·nm − 422×10−11
= 988 × 10−17 J

E29. Si les photons sont diffusés avec un angle de 180◦ par rapport à leur direction incidente,

les électrons diffusés auront une énergie cinétique maximale. On calcule d’abord  avec
le résultat de l’exercice 10, ce qui donne
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 40×103 eV = 0031 nm

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 187

© ERPI, tous droits réservés.


On calcule ensuite 0 avec l’équation 9.16 :
(6626×10−34 )
0 = 0  (1 − cos ) +  = (91×10−31 )(3×108 ) (1 − cos (180◦ )) + 0031 × 10−9 = 003586 nm

Finalement, on calcule l’énergie cinétique avec l’équation 9.15, et on obtient


¡1 ¢
 =  
 − 0 =   − 0
1
=⇒
¡ ¢ ¡ ¢³ 1 1
´ ³
1 eV
´
 = 6626 × 10−34 3 × 108 0031×10 −9 − 003586×10−9
× 16×10−19 J
= 543 keV
0 −
E30. On cherche l’angle  tel que = 002 % On utilise l’équation 9.16 et on obtient

³ 0 ´³ ´
0 −   − 0 
 = 0  (1 − cos ) =⇒ 1 − cos  =   =⇒
³ 0 ´³ ´ ³ ³ 0 ´³ ´´
0  0 
cos  = 1 −  −  =⇒  = arccos 1 −  −
 =⇒
µ µ ¶¶ 
(0071×10−9 )(91×10−31 )(3×108 )
 = arccos 1 − (00002) 6626×10−34
= 620◦

E31. Avec  = 0  = 000243 nm, on utilise le résultat de l’exercice 10 et on obtient
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 000243 nm = 0510 MeV

E32. (a) On note que = 000243 nm et on utilise l’équation 9.16, ce qui donne
0 
¡ ¢
∆ = 0 −  = 0  (1 − cos ) = 243 × 10−12 (1 − cos (37◦ )) = 489 × 10−13 m

(b) On cherche l’énergie du photon diffusé de longueur d’onde 0  On utilise le résultat de


l’exercice 10 en séparant les deux contributions à 0 , ce qui donne
3
³ 0
´−1 ³ ´−1
 = 124×100 eV·nm = 124×103 eV·nm = 124×10+∆
3 eV·nm =⇒
³ ´−1 ³ −4
´−1
489×10 nm
 = 124×103 eV·nm + 124×10 ∆
3 eV·nm = 1
30 keV + 124×103 eV·nm =⇒
³ ´−1 ³ ´−1
 = 30×101 3 eV + 254×10
1
6 eV
1
= 296×104 eV = 296 keV

E33. Si la variation de longueur d’onde est de trois parties par dix mille, on a
∆ (3×10−4 )
 =  = 3 × 10−4  Si l’angle de diffusion est de 53◦  la longueur d’onde du
photon incident est de
0 − ∆
¡  ¢ 
 = 0  (1 − cos ) =⇒  = ∆
=  0  (1 − cos ) =⇒
³ ´¡ ¢
1
 = 3×10−4 243 × 10−12 (1 − cos (53◦ )) = 323 nm

ce qui permet de trouver l’énergie du photon incident grâce au résultat de l’exercice 10 :


124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 323 nm = 384 eV

E34. (a) On utilise l’équation 9.16 et on obtient


¡ ¢
∆ = 0 −  = 0  (1 − cos ) = 243 × 10−12 (1 − cos (70◦ )) = 160 × 10−12 m

(b) L’énergie cinétique de l’électron diffusé correspond à la différence entre l’énergie du


photon incident et l’énergie du photon diffusé, soit
³ ´
 = 
 − 
0
=  1
 − 1
+∆ =⇒

188 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


¡ ¢¡ ¢³ ´
 = 6626 × 10−34 3 × 108 8×101 −11 − (8×10−11 )+(160×10
1
−12 ) =⇒
¡ ¢ ³ ´
1 eV
 = 487 × 10−17 J × 16×10 −19 J = 304 eV

E35. Pour obtenir  0 = 0
 on doit d’abord calculer la longueur d’onde des photons incidents :
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
=  = 5×104 nm
= 00248 nm

Avec les équations 2.5c et 9.16, on peut maintenant trouver  0 :


 3×108
0 =  = (243×10−12 )(1−cos(45◦ ))+(248×10−11 ) = 118 × 1019 Hz
0  (1−cos )+
E36. On calcule le déplacement de longueur d’onde au moyen de l’équation 9.16 :
¡ ¢
(a) ∆ = 0  (1 − cos ) = 243 × 10−12 (1 − cos (30◦ )) = 326 × 10−13 m
¡ ¢
(b) ∆ = 243 × 10−12 (1 − cos (90◦ )) = 243 × 10−12 m
¡ ¢
(c) ∆ = 243 × 10−12 (1 − cos (150◦ )) = 453 × 10−12 m

E37. (a) Si on additionne l’énergie des électrons à l’état fondamental (1 ) et l’énergie fournie par
le bombardement (b ), 1 + b = (−136 eV) + (125 eV) = −11 eV, on conclut, grâce

à la figure 9.29, que les électrons ont maintenant suffisamment d’énergie pour accéder au
niveau  = 3 En se désexcitant, les électrons passent de  = 3 à  = 1 Ainsi, on observe
les trois rayonnements suivants, calculés avec le résultat de l’exercice 10 :
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
31 = 1 −3 = (−136 eV)−(−151 eV) = 1209 nm = 103 nm
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
21 = 1 −2 = (−136 eV)−(−34 eV) = 1020 nm = 122 nm
124×103 eV·nm 124×103eV·nm 124×103 eV·nm
32 = 2 −3 = (−34 eV)−(−151 eV) = 189 nm = 656 nm

(b) Si les électrons incidents sont remplacés par des photons de même énergie, on n’observera
pas de rayonnement venu du gaz atomique, donc pas de raies d’émission , car les photons
n’ont pas l’énergie exacte pour permettre le passage d’un niveau d’énergie à un autre et
ne seront pas absorbés.

E38. (a) Plus la longueur d’onde du rayonnement est grande, plus son énergie est basse. Ainsi,

grâce à la figure 9.29, on note que les trois longueurs d’onde les plus grandes de la série
de Paschen sont données par les ∆ suivants, calculés au moyen de l’équation 9.23c :
−136 eV −136 eV
∆43 = 3 − 4 = 32
− 42
= −0661 eV
−136 eV −136 eV
∆53 = 3 − 5 = 32 − 52 = −0967 eV
−136 eV −136 eV
∆63 = 3 − 6 = 32 − 62 = −113 eV

On peut dès lors calculer la longueur d’onde de ces sauts d’énergie avec le résultat de
l’exercice 10 :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 189

© ERPI, tous droits réservés.


124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
43 = |∆43 | = 0661 eV = 189 × 10−6 m
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
53 = |∆53 | = 0967 eV = 128 × 10−6 m
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
63 = |∆63 | = 113 eV = 110 × 10−6 m

(b) La plus courte longueur d’onde est obtenue pour le passage de  −→ ∞ à  = 3. Ainsi
−136 eV
∆∞3 = 3 − ∞ = 32
− 0 = −151 eV =⇒
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
∞3 = |∆∞3 | = 151 eV = 821 nm

E39. On cherche la longueur d’onde du rayonnement auquel il faut soumettre un atome d’hy-
drogène pour que son électron passe de l’état  = 1 à  −→ ∞, Ce qu’on obtient ainsi :
−136 eV
∆1∞ = ∞ − 1 = 0 − 12
= 136 eV =⇒
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
∞1 = ∆∞1 = 136 eV = 912 nm

Cette longueur d’onde se trouve dans la portion ultraviolette du spectre.

E40. Pour calculer la fréquence de l’orbite de l’électron, on doit d’abord trouver le module
de la vitesse de l’électron et le rayon de son orbite. On peut exprimer son rayon avec
l’équation 9.22a et sa vitesse avec l’équation 9.21 :
2
2 } 2 }2 (6626×10−34 )
 = 2 =⇒ 1 = 2 = (2)2 (91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )2
= 530 × 10−11 m
} 6626×10−34
  = } =⇒ 1 = 1 = 2(91×10−31 )(530×10−11 )
= 219 × 106 m/s

Avec ces deux valeurs, on calcule la fréquence, qui correspond à l’inverse de la période
de rotation, ce qui donne
1 1 219×106
=  = 21 = 2(530×10−11 ) = 656 × 1015 Hz

Si l’électron rayonnait à cette fréquence, la longueur d’onde de ce rayonnement serait de


 3×108
=  = 656×1015 = 457 nm, donc se trouverait dans la portion ultraviolette du spectre.

E41. À l’état  = 2 le rayon de l’orbite de l’électron est de


2
2 } 2 (2)2 }2 (2)2 (6626×10−34 )
 = 2
=⇒ 2 = 2
= (2)2 (91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )2
= 212 × 10−10 m

(a) Son énergie potentielle électrique est de


2 ³ ´
2 (9×109 )(16×10−19 )
 = − 
2 = − 212×10−10 × 1 eV
16×10−19 J = −679 eV

(b) Son énergie cinétique correspond à la différence entre l’énergie mécanique et l’énergie
potentielle, soit
−136 eV
 =  −  = (2)2
− (679 eV) = 339 eV

E42. (a) On utilise l’équation 9.23c avec  = 3, ce qui permet d’obtenir les résultats suivants :
(−136 eV) 2 (−136 eV)(3)2
 = 2 =⇒ 1 = 12 = 1 = −122 eV

190 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


(−136 eV)(3)2
2 = 22
= 2 = −306 eV
(−136 eV)(3)2
3 = 32
= 3 = −136 eV
2
(−136 eV)(3)
4 = 42
= 4 = −765 eV

(b) On cherche les trois plus basses longueurs d’onde émises par des sauts entre ces quatre
états. Les variations d’énergie les plus élevées sont de

∆14 = 4 − 1 = (−765 eV) − (−122 eV) = 1148 eV

∆13 = 3 − 1 = (−136 eV) − (−122 eV) = 1088 eV

∆12 = 2 − 1 = (−306 eV) − (−122 eV) = 918 eV

Les longueurs d’onde des photons associés à ces transitions sont donc de
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
14 = ∆14 = 1148 eV =⇒ 41 = 108 nm
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
13 = ∆13 = 1088 eV =⇒ 31 = 114 nm
124×103 eV·nm 124×103 eV·nm
12 = ∆12 = 918 eV =⇒ 21 = 135 nm

E43. On utilise l’équation 9.22a et on obtient


2
2 } 2 }2 (6626×10−34 )
 =  2 =⇒ 1 = 2
= (2)2 (91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )2
=⇒ 1 = 530 × 10−11 m
2
(2)2 } 2 (2)2 (6626×10−34 )
2 = 2 = (2)2 (91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )2
=⇒ 2 = 212 × 10−10 m
2
(3)2 } 2 (3)2 (6626×10−34 )
3 = 2
= (2)2 (91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )2
=⇒ 3 = 477 × 10−10 m

E44. (a) On utilise l’équation 9.23c avec  = 2, ce qui permet d’obtenir les résultats suivants :
(−136 eV) 2 (−136 eV)(2)2
 = 2
=⇒ 1 = 12
= 1 = −544 eV
2
(−136 eV)(2)
2 = 22
= 2 = −136 eV
(−136 eV)(2)2
3 = 32 = 3 = −604 eV

(b) Si l’électron se trouve au niveau fondamental ( = 1), on doit lui fournir une énergie
égale à |1 | = 544 eV .

E45. (a) Comme on l’a démontré à l’exercice 40, le module de la vitesse de l’électron de l’atome
d’hydrogène est de 1 = 219 × 106 m/s

(b) Comme  =  est inférieur à 10 % on peut utiliser la définition classique pour le module

de la quantité de mouvement; on obtient alors


¡ ¢¡ ¢
1 = 1 = 91 × 10−31 219 × 106 = 199 × 1024 kg·m/s

(c) Le module de l’accélération centripète est donné par l’expression usuelle. On utilise le
rayon de l’orbite déjà calculé à l’exercice 40 et on obtient
2
2 (219×106 )
r = 11 = 530×10−11 = 905 × 1022 m/s2

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 191

© ERPI, tous droits réservés.


E46. Si on la réécrit pour un noyau possédant une charge , l’équation 9.19 conduit à une
expression pour la vitesse de l’électron au niveau  :
q
2
 = 

Si on insère cette relation pour  dans l’équation 9.21, on trouve pour 


³ 2´
2 } 2
  = } =⇒ 2 2 2 = 2 }2 =⇒ 2  2 2 2
  =  } =⇒  = 2
}2
Soit 1 = 2
 le rayon de l’orbite de l’électron de l’hydrogène au niveau fondamental.

En conséquence, pour l’électron au niveau  gravitant autour d’un noyau possédant une
charge  on obtient
³ ´
2 }2 2 }2 2 1
 = 2
=⇒  =  2 =⇒  =  =⇒ CQFD

E47. L’équation 9.21 permet d’affirmer que   = }, et, à l’exercice 40, on a démontré que
2 } 2
 = 2  Si on combine ces deux équations, on trouve, pour le module de la vitesse
d’un électron en orbite autour d’un noyau de charge 
2  (2)(16×10
−19 2
) ¡ ¢
 = 
} =  (6626×10−34 ) =⇒  =  22 × 106 m/s =⇒ CQFD

E48. (a) On note, à l’équation 9.23a, que  ∝  Comme la masse augmente par un facteur 207
on peut conclure que l’énergie augmente aussi par un facteur 207 .
1
(b) On note, à l’équation 9.22a, que  ∝  Comme la masse augmente par un facteur 207
on peut conclure que le rayon diminue par le même facteur ou encore qu’il est multiplié
1
par le facteur 207 , ce qui donne dans les deux cas 483 × 10−3 .
2
E49. Si la charge du noyau est  l’équation 9.20 devient  = − 
2  On a déjà démontré,
2 }2
à l’exercice 40, que le rayon de l’orbite pour l’électron est  = 2
 Si on combine ces
deux expressions, on peut écrire que
(2)2 (91×10−31 )(9×109 )
2 4 ³ ´
2 2 4 2 (16×10−19 )
 = −    
22 }2 = − 2 2(6626×10−34 )2
× 1 eV
16×10−19 J =⇒
2
 = − (136eV)
2 =⇒ CQFD

E50. (a)  =  = 122 cm

(b)  =  = 162 × 10−24 J = 101 × 10−5 eV



E51. =  − ∆0 = 190 eV

E52. (a)  = 0 = 22 eV =⇒ 0 = 564 nm
 
(b)  = max +  =⇒ max =  −  = 0750 eV
 
E53.  = max + 0 =⇒ 0 =  − 12 max
2 =⇒ 0 = 515 × 1014 Hz

E54.  = max +  =⇒ max = (48 eV) − (278 eV) = 202 eV =⇒

192 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


max = 842 × 105 m/s
³ ´
E55. max =  1 − 10 = 12 max
2 =⇒ max = 589 × 105 m/s
³ ´
E56. (a)  =  −11 m, mais 0 −  =  0 −11 m.
 = 4141 × 10 0  (1 − cos ) et  = 416 × 10

Finalement,  0 = 0
= 291 keV .

(b) En accord avec la théorie de la relativité, la vitesse du photon est  .



E57.  = 120 keV =⇒  =  = 1036 × 10−11 m et  0 = 095 = 114 keV =⇒

0 = 
= 1095 × 10−11 m
0
³ ´
Avec 0 −  = 0  (1 − cos ), on trouve  = 391◦ .

E58. (a) max = 12 max


2 =  
 − 0 =⇒
1
¡ −31
¢¡ ¢2 (6626×10−34 )(300×108 ) (6626×10−34 )(300×108 )
2 911 × 10 26 × 106 = 015×10−9
− 0
=⇒

0 = 150349 pm

(b) ∆ = 0  (1 − cos ) =⇒  = 312◦

E59. (a) On donne  = 001 × 10−9 m et  = 90 , de sorte que cos() = 0. À l’aide de l’équation
9.16, on peut alors écrire que

0 −  = 
0  (1 − cos ())) =⇒ 0 =  + 
0  = 12424 × 10−9 nm

Ensuite, on modifie l’équation 9.15 pour en extraire le gain en énergie cinétique de l’élec-
tron :
¡ ¢ ³ ´
 =   −

0
× 1 eV
16×10−19 J
= 242 keV

(b) L’énergie totale de l’électron correspond, selon le chapitre 8, à  =  + 0 2 . En


combinant cette relation avec l’équation 8.23, on obtient :
¡ ¢2
 2 = 2 2 + 20 4 =⇒  + 0 2 = 2 2 + 20 4 =⇒

2 2 4 2 2 2 2 4  2 +20 2
 + 0  + 20  =   + 0  =⇒  =  = 850 × 10−22 kg·m/s

(c) À partir de l’équation 9.14, on obtient


 
0= 0
sin (90 ) −  sin  =⇒ sin  = 0 
=⇒  = 389◦

E60. On donne l’énergie initiale des photons,  = 100 keV = 1602 × 10−14 J. En utilisant
l’équation 9.12, on modifie l’équation 9.16 qui traite de l’effet Compton :
 
=  =⇒  =  =⇒

0 −  = 
0  (1 − cos ) =⇒ 1
0 − 1
 = 1
0 2 (1 − cos ) (i)

On cherche à déterminer l’énergie  0 des photons qui percutent la cible et qui reviennent
vers le personnel médical. Ainsi, pour 0 = 911 × 10−31 ,  = 180◦ et (1 − cos ) = 2

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 193

© ERPI, tous droits réservés.


dans l’équation (i), on trouve

 0 = 719 keV
Comme il est aussi possible de recevoir des photons qui proviennent directement de
l’appareil, la plage des valeurs d’énergie pour ces photons va de 719 keV à 100 keV .

E61. (a) De  −→ ∞ à  = 2 =⇒ ∆ =  = 34 eV =⇒  = 365 nm
(b) De  −→ ∞ à  = 1 =⇒ ∆ =  = 136 eV =⇒  = 914 nm
1
¡1 1
¢
E62.  =  12 − 22 =⇒  = 122 nm

E63. 0 = 1 + 2 =⇒ 0 = 1 + 2 =⇒ 2 = 872 nm


³ ´
1 1 1
E64.  = 2 − 2 = 0889 et on trouve i = 1 et f = 3 par un jeu d’essais et erreurs.
i f

Problèmes

P1. (a) On transforme l’équation 9.15 pour isoler  et on obtient


(6626×10−34 )(µ3×108 )
 = ³  ´ = 16×10−19 J
¶ = 710 × 10−12 m
+ ((45 keV)+(130 keV))×
0 1 eV

(b) L’énergie du photon diffusé est  0 = 0
= 130 keV, ce qui implique que
0 = 956 × 10−12 m. On peut alors calculer l’angle de diffusion au moyen de l’équation

9.16, en se rappelant que = 243 × 10−3 nm, soit la longueur d’onde de Compton :
0  Ã !
0
0 −  = 
(1 − cos ) =⇒  = arccos 1 −  −
0  =⇒
³ ´ 0 
956×10−12 −710×10−12 ◦
 = arccos 1 − 243×10−12
= 907
(c) On trouve l’angle de diffusion  au moyen des équations 9.13 et 9.14 :
   
 = 0
cos  +  cos  =⇒ cos  =  − 0 
cos  (i)
 
0= 0
sin  −  sin  =⇒ sin  = 0 
sin  (ii)

On divise l’équation (i) par l’équation (ii) et onÃobtient !



sin 
0  sin  sin 
tan  =   = 0
=⇒  = arctan 0
=⇒
 − 0 cos 
Ã   −cos  !  −cos 
sin(907◦ )
 = arctan 956×10−12
= 364◦

710×10−12 −cos(907 )
P2. Il suffit de poser que  = 0 dans la loi du rayonnement de Wien pour obtenir max  la
longueur d’onde pour laquelle la radiance spectrale devient maximale. On donne


 
 ( ) = 5

Donc, Ã !
  
− − −
    −5 max    max 
 =  5
= 6max
+ 2max  5max
= 0 =⇒

194 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


 ³ ´
− −5  −5   5
 max  + = 0 =⇒ + = 0 =⇒ = =⇒
6max 7max  6max 7max  7max  6max

max  = 5

Cette équation a la même forme que l’équation 9.1, puisque le produit de la longueur

d’onde et de la température est constant. =⇒ CQFD

P3. On montre qu’un électron libre ne peut absorber complètement un photon, c’est-à-dire

son énergie et sa quantité de mouvement, en comparant l’expression de ces deux quantités,



=  = 0  et  =  = 0 2 

On observe que l’absorption de ces deux quantités implique que l’électron aurait une
vitesse égale à celle de la lumière, ce qui va à l’encontre de la théorie de la relativité
restreinte. =⇒ CQFD

P4. Les expressions de l’énergie du photon incident  et de la différence d’énergie ∆ entre


  
le photon diffusé et le photon incident sont données par  =  et ∆ = 0
−  Ainsi,
∆
la perte relative d’énergie  s’exprime comme suit
 
− −0
∆
= 0  = = −∆
=⇒ ∆
≈ −∆
=⇒ CQFD
  0 0  

P5. (a) Le moment d’inertie d’une particule correspond au produit de sa masse et du carré du
rayon de sa trajectoire. Le système de deux protons possède donc un moment d’inertie
de
¡ ¢³ −11
´
 = 22 = 2 167 × 10−27 74×10
2 = 457 × 10−48 kg·m2
 
(b) Si le moment cinétique  =  est quantifié en multiple de 2 , il est égal à 2 , où  est
un nombre entier, et on trouve, pour la vitesse angulaire
  (6626×10−34 ) ¡ ¢
2 =   =⇒   = 2 = 2(457×10−48 ) = 231 × 1013  rad/s

(c) Au moyen du résultat obtenu en (b), on trouve


1 231×1013
+1 −  = 1 = 2 = 2 = 367 × 1012 Hz

ce qui représente un rayonnement dans la portion infrarouge du spectre.

P6. En passant du niveau  = 5 au niveau  = 1 l’électron émet un photon de fréquence 


¡ ¢ ¡ ¢¡ ¢¡ ¢
égale à  =  12 − 12 = 1097 × 107 3 × 108 112 − 512 = 316 × 1015 Hz

Selon le principe de conservation de la quantité de mouvement (voir le chapitre 9 du tome


1), la quantité de mouvement du photon vers l’avant est compensée par la quantité de
mouvement que gagne l’atome dans la direction opposée.
¡ ¢
Ainsi, si  = 100782 = 100782 1661 × 10−27 kg = 1674 × 10−27 kg, selon l’annexe

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 195

© ERPI, tous droits réservés.


E (pour l’atome neutre d’hydrogène), on peut écrire que

photon = atome =⇒  = 

Si la vitesse de recul de l’atome est faible devant  on peut poser que  = 1, ce qui donne
 (6626×10−34 )(316×1015 )
 =  = (3×108 )(1674×10−27 ) = 417 m/s

P7. On élimine les termes en  des équations 9.13 et 9.14 en additionnant les carrés des

composantes de quantité de mouvement de l’électron et en faisant appel à une identité


trigonométrique :

¡ ¢2
0= 0
sin  −  sin  =⇒ 2 sin2  = 0
sin 
 
¡ ¢2
 = cos  +  cos  =⇒ 2 cos2  =  − 0 cos 
0
=⇒
¡ ¢2 ¡ ¢2
2 sin2  + 2 cos2  = 2 = 0 sin  +  − 0 cos  =⇒
³ ´
2 = 2 12 − 2 cos 
0 + 10 2 (i)
( )
2  
Au moyen des équations 2 = 2
− 20 2 ,  =  + 0 2 et  =  − 0
 on peut écrire
 2 +2 2 +20 4 2
2 = 2
− 20 2 = 2 + 20 =⇒
¡
1   2
¢ ¡   ¢
2 = 2  − 0 + 2  − 0 0 =⇒
¡ ¢2 ¡ ¢
2 = 2 1 − 10 + 20 1 − 10 (ii)

En égalisant les équations (i) et (ii), on trouve l’expression du déplacement de Compton :


³ ´ ¡ ¢2 ¡ ¢
cos 
2 12 − 2  0 + 1
0 2 = 2 1 − 10 + 20 1 − 10 =⇒
( )
³ ´ ³ ´ ¡ ¢
2 2 cos 
 2 − 0 + 10 2 = 2 12 − 
1 2
0 +
1
2 + 20 1 − 10 =⇒
( ) (0 )
¡ cos  ¢ ¡ 2 ¢ ³ 0 ´ ³ ´
0
 − 2 0 =  − 0
+ 2 0
 −
0
=⇒  −  = 
0  (1 − cos ) =⇒ CQFD

P8. (a) L’équation 9.5 exprime la radiance spectrale selon la théorie de Planck et son énoncé est
22 −5
 ( ) = 
  −1
 
Si on procède au changement de variable suivant,  =   donc  =   on obtient
l’expression suivante
³ ´ ³ ´
−5
  5
22   22   5
 ( ) = 
 −1 =  −1 =  −1

dans laquelle l’ensemble des constantes ont été remplacées par . On cherche la longueur
d’onde pour laquelle la radiance spectrale est maximale. Comme
  
¡  ¢ 
 =   = − 2  

on constate que cette longueur d’onde max peut être obtenue en posant que  = 0.
Conséquemment,
³ ´ ³ 4  ´
  5 5 ( −1)−5 
 =    −1 =  ( −1)2
=0

196 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


Le dénominateur de cette expression tend vers l’infini si  = 0 donc  −→ ∞ On trouve
la solution en posant que le numérateur devient nul, c’est-à-dire

54 ( − 1) − 5  = 0 =⇒ 54 ( − 1) = 5  =⇒ 5 ( − 1) =  =⇒

5 (1 − − ) =  =⇒ 5 −  = 5− =⇒ CQFD

Il n’est pas possible de résoudre algébriquement cette équation, que l’on qualifie de trans-
cendante. Il existe différentes méthodes d’analyse numérique permettant de la solutionner,
la méthode de Newton en étant une. Si on fait appel au logiciel Maple, on trace d’abord
le graphe des fonctions qui sont de part et d’autre de l’égalité afin de localiser le lieu
d’intersection, puis, on résout l’équation de façon numérique dans la région où se situe

l’intersection :

 restart;
 eq:=5-x=5*exp(-x);
 plot({5-x,5*exp(-x)},x=0..10);
 fsolve(eq,x,4..6);

On en arrive à  = 4965 la valeur attendue.

(b) Au moyen de la solution pour , on peut calculer la valeur de max :


  (6626×10−34 )(3×108 )
max = (4965) =⇒ max  = (4965) = (4965)(1381×10−23 ) =⇒

max  = 2898 × 10−3 m·K =⇒ CQFD

P9. On cherche à établir la loi de Stephan-Boltzmann,  =  4  Pour ce faire, on intègre sur



toutes les longueurs d’onde la loi de Planck à l’aide du changement de variable  =  

Ainsi, ³ ´ ³ ´
 −5  5
22   22  
25  5 5
 ( ) =  −1 =  −1 = 4 3  −1

De plus, comme  =   on a  = − 2 , et le changement de variable peut être
appliqué à l’intégrale qui suit :
R
∞ R0 ³ 25  5 5 ´ ¡  ¢ R ³ 25  5 5 ´ ¡  ¢

 ( ) =  ( )  = 4
  3 
 −1 − 2
 
 = 4 3  −1 2 
 =⇒
0 ∞ 0
R ³ 24  4 3 ´

24  4
R 3

 ( ) = 2
  3 
 −1  = 2
  3  −1 
0 0
Le résultat de l’intégrale est fourni dans la donnée, de sorte que
4 4
³ 4´
25 4  4
 ( ) = 2
2 3

15 = 152 3 =⇒  = 
4 =⇒ CQFD

P10. D’après la deuxième loi de Newton appliquée à ce système stable, la force électrique agit
 2 2
comme force centripète, et on peut écrire que  = (2)2
 où  représente la distance
entre chaque particule et le centre de masse du système.

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie qu. 197

© ERPI, tous droits réservés.


Puisque le module du moment cinétique de l’électron,  =  ne peut prendre que des
valeurs entières qui sont des multiples de } le module du moment cinétique du système
est 2 = }

Si on égale la vitesse dans les expressions du moment cinétique et des forces, on trouve
 :
2 2 }2 2 }2
2 = 4 = 42 2 =⇒  = 2
¡1 ¢ 2
L’énergie mécanique du système est de  =  + où  = 2 2 
2 = 2 et  = − 
2 

Si on utilise le résultat pour   l’énergie mécanique prend cette forme :


³ 2 ´
2  2 2 2 2 2 4 
 =  2 − 2 
=  4 − 2 = 4 − 2 = − 4 = − 42 } 2 =⇒
2 4 ³ ´
(9×109 ) (16×10−19 ) (91×10−31 )
 = − 12 µ ¶
−34 2
1 eV
× 16×10 −19 J =⇒  ≈ − 682eV =⇒ CQFD
6626×10
4 2
P11. Dans le logiciel Maple, on définit d’abord les constantes fondamentales comme  la
constante de Planck,  la vitesse de la lumière et  la constante de Boltzmann. Puis,
on définit l’expression de la radiance spectrale selon Wien, Rayleigh-Jeans et Planck en

remplaçant les constantes  et  de l’équation 9.4 par les valeurs définies à l’équation
9.5. La constante  qui apparait dans l’expression de la radiance spectrale de Rayleigh-
Jeans est remplacée par 2. On superpose finalement le graphe des trois fonctions de
radiance spectrale à  = 2000 K :
 restart;
 h:=6.626e-34; c:=3e8; k:=1.381e-23;
 A:=2*Pi*c^2*h; B:=h*c/k; C:=2*Pi*c*k; T:=2000;
 IW:=A*lambda^(-5)*exp(-B/(lambda*T));
 IR:=C*T/lambda^4;
 IP:=A*lambda^(-5)/(exp(B/(lambda*T))-1);
 plot({IR,IW,IP},lambda=0..9e-6,0..5e11);

198 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 9 : Les débuts de la théorie quantique v10

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Exercices

E1. On peut associer les expressions classiques du module de la quantité de mouvement et de



l’énergie cinétique au moyen de l’expression  = 2 Puisque la longueur d’onde de

Broglie associée à une particule s’exprime par  =   on trouve la longueur d’onde associée
à un électron en fonction de son énergie cinétique en combinant les deux expressions :
 √ 
(6626×10−34 ) √1
−19 m·J 12
491×10√
=  = 2
=√ =
−31
2(91×10 )  

Si on veut pouvoir insérer une valeur de l’énergie cinétique en électronvolts, on doit


multiplier ce résultat par le facteur adéquat. Ainsi
−19 12
q
 = 491×10√ m·J × 16×10 1 eV
−19 J =⇒  = 123


=⇒ CQFD

Dans ce résultat,  s’exprime en électronvolt et  en nanomètre.

E2. L’énergie cinétique de l’électron est donnée par  =  |∆ |, Grâce à l’exercice 1, on sait
donc que la longueur d’onde associée est donnée par :
√   6626×10−34 √1 1226×10−9 m
= 2
=√ =√ = √ =⇒
2|∆ | 2(91×10−31 )(16×10−19 ) |∆ | |∆ |
q
15
≈ |∆ | =⇒ CQFD

Dans ce résultat, ∆ s’exprime en volt et  en nanomètre.

E3. On utilise le résultat de l’exercice 2 et on obtient


q
15
 ≈ 120 = 0112 nm

E4. (a) On utilise le résultat de l’exercice 1 et on obtient


123√nm·eV 12
= 2 eV
= 0870 nm

(b) La longueur d’onde du proton est donnée par l’expression suivante, obtenue par un
raisonnement similaire à celui qui a conduit à la solution de l’exercice 2 :
√  6626×10−34 J·s
= 2
= s µ ¶ = 00203 nm
16×10−19 J
2(167×10−27 kg)(2 eV)× 1 eV
E5. (a) On utilise l’équation 10.1 et on obtient
  6626×10−34
=  =  = (167×10−27 )(1×103 ) = 0397 nm
 6626×10−34
(b)  =  = (167×10−27 )(1×106 )
= 0397 pm

E6. La longueur d’onde du proton est donnée par l’expression suivante, obtenue par un rai-
sonnement similaire à celui qui a conduit à la solution de l’exercice 2 :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire 199

© ERPI, tous droits réservés.


√  6626×10−34 J·s
= 2
= s µ ¶ = 0143 nm
16×10−19 J
2(167×10−27 kg)(004 eV)× 1 eV
E7. Pour trouver la largeur de la fente, on doit d’abord trouver la longueur d’onde associée
à la particule, soit
  6626×10−34
=  =  = (1×10−3 )(1×101 )
= 6626 × 10−32 m

La largeur de la fente est donnée par l’équation 7.1, dans laquelle  = 1 :


 6626×10−32
= sin  = sin(05◦ ) = 759 × 10−30 m

Non , cette expérience n’est pas réalisable. Il n’existe pas, même selon les théories connues
de la matière, de situation offrant une fente de cette largeur et les moyens d’observer la
diffraction qui s’y produirait.

E8. L’énergie du photon, qui peut être assimilée à de l’énergie cinétique, est donnée par
l’équation 9.8 :
³ ´
 (6626×10−34 )(3×108 ) 1 eV
photon =  =  = 5×10−9
× 16×10−19 J
=⇒ photon = 248 eV

En utilisant le résultat de l’exercice 1, on obtient l’énergie cinétique de l’électron :


³ ´
12 2
³ ´2
123 nm·eV 12
 = √123 =⇒ électron = 123 nm·eV
 = 5 nm =⇒
é lec tro n

électron = 605 × 10−2 eV

E9. (a) On utilise l’équation 9.8 et on obtient, pour  = 1 × 10−10 m


³ ´
(6626×10−34 )(3×108 )
 =  =   = 1×10−10
× 1 eV
16×10−19 J
= 124 keV

(b) Pour  = 1 × 10−15 m, on trouve


³ ´
(6626×10−34 )(3×108 )
 = 
 = 1×10−15
× 1 eV
16×10−19 J
= 124 GeV

E10. On utilise l’équation 10.1 et on obtient


   6626×10−34
=  =  =⇒  =  = (91×10−31 )(600×10−9 ) = 121 km/s

E11. On utilise l’équation 10.4 et on obtient


¡  ¢2 ³ ´2
 1 1 6626×10−34
 = √2∆ =⇒ ∆ = 2  = 2(167×10−27 )(16×10−19 ) 01×10−12 = 822 kV

E12. (a) On donne |∆ | = 60 V et  = 40 . À partir de la figure 10.6c, on peut écrire
 
+ 2 = 90 =⇒  = 90 − 2 = 700

(b) La valeur de , la longueur d’onde de matière des électrons, est obtenue avec l’équation
établie à l’exemple 10.1 :

= √ = 01584 nm
2|∆ |

Ensuite, on fait appel à l’équation 10.5 et on calcule



2 sin  =  = (1) =⇒  = 2 sin  = 843 × 10−11 m

200 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire v10

© ERPI, tous droits réservés.


E13. (a) On utilise le résultat de l’exercice 1 et on obtient, pour  = 80 eV
123√nm·eV 12
= 80 eV
= 0138 nm

(b) Pour  = (80 eV) + (20 eV) = 100 eV, on trouve


12
= √ nm·eV
123
= 0123 nm
100 eV

E14. On utilise l’équation 10.1 et on obtient


   6626×10−34
=  =  =⇒  =  = (91×10−31 )(01×10−9 )
= 726 × 106 m/s

E15. (a) On utilise l’équation 10.1 et on obtient


   6626×10−34
=  =  =⇒  =  = (91×10−31 )(0053×10−9 ) = 137 × 107 m/s

(b) La valeur trouvée à l’exercice 40 du chapitre 9 est de Bohr = 219×106 m/s, et le rapport

de ces deux quantités équivaut à


(a ) 137×107 (a )
B oh r = 219×106
=⇒ B o h r ≈ 2

E16. Par le principe de conservation d’énergie, on sait que le gain d’énergie cinétique de l’élec-
tron égale la perte d’énergie potentielle électrique. Ainsi, on peut exprimer sa vitesse
q
2
comme  = 2   À une distance  = 01 nm du proton, la longueur d’onde de l’élec-

tron est alors de


 
p 
 =  = 22
=⇒
r
p  ¡ ¢ 01×10−9
 =  22 = 6626 × 10−34 2(91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )2
= 0324 nm

E17. On cherche la distance entre deux raies semblables, en fonction de la longueur d’onde
 √   de sorte que
telle que  =  et  = 2
(2 m)(6626×10−34 J·s)
= √ = s µ ¶ = 287 m
 2 16×10−19 J
(1×10−4 m) 2(167×10−27 kg)(004 eV)× 1 eV

E18. (a) Un proton enfermé dans un puits de potentiel d’une largeur  = 1 × 10−14 m possède
  2 2
des niveaux d’énergie donnés par l’équation 10.12,  = 8 2  On obtient donc
−34 2
2 2 (6626×10 )
1 = (1) 
82
= 8(167×10−27 )(1×10−14 )2 =⇒ 1 = 329 × 10−13 J
2
(2)2 2 (2)2 (6626×10−34 )
1 = 82
= 8(167×10−27 )(1×10−14 )2
=⇒ 2 = 131 × 10−12 J

(b) La fréquence du photon émis par un passage du proton de 2 à 1 est donnée par
l’équation 9.8 :
∆ 2 −1 (131×10−12 )−(329×10−13 )
=  =  = 6626×10−34
= 149 × 1021 Hz

Ce photon se trouve dans la portion gamma du spectre électromagnétique.

E19. (a) Un électron enfermé dans un puits de potentiel d’une largeur  = 01 × 10−9 m dispose
2 2
de niveaux d’énergie donnés par l’équation 10.12,  = 82  On obtient donc

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire 201

© ERPI, tous droits réservés.


2 ³ ´
(1)2 2 (6626×10−34 ) 1 eV
1 = 82
= 8(91×10−31 )(01×10−9 )2
× 16×10−19 J
=⇒ 1 = 377 eV
(2)2 6626×10−34
2 ³ ´
(2)2 2 ( ) 1 eV
2 = 82
= 8(91×10−31 )(01×10−9 )2
× 16×10−19 J
=⇒ 2 = 151 eV

(b) La longueur d’onde du photon émis par un passage de l’électron de 2 à 1 est donnée
par l’équation 9.8 :
  (6626×10−34 )(µ3×108 ) ¶
= ∆ = 2 −1 = 16×10−19 J
= 110 nm
((151 eV)−(377 eV))× 1 eV
2 2
E20. On utilise l’équation 10.12,  = 82
 et on calcule la largeur du puits, pour

 = 4, ce qui donne
4(6626×10−34 )
= √ 4 = s µ ¶ = 110 nm
84 16×10−19 J
8(91×10−31 )(5 eV)× 1 eV
E21. On cherche photon = 3 − 1  Avec l’équation 10.12, on calcule
2 ³ ´
2 2
(1)2 2 2 (6626×10−34 )
photon = (3)
8

2 − 8 2 =  2 = (91×10−31 )(02×10−9 )2 × 1 eV
16×10 −19 J = 756 eV

Ce photon se trouve dans la portion des rayons X du spectre électromagnétique.

E22. On pose l’égalité suivante, pour  = 1 :


1 2 2 2 1 2 2
2  = 82
=⇒ 2  = 82
=⇒
 6626×10−34
= 2 = 2(91×10−31 )(1×10−4 )
= 364 m/s
(1)2 2
E23. (a) On donne 1 = 82
= 20 eV. Au moyen de l’équation 10.12, on peut écrire que
 = 2 1  donc 2 = (2)2 1 = 800 eV .

(b) La largeur du puits est aussi donnée par l’équation 10.12 :


2 (1)2 (6626×10−34 )
 = √(1)
8

= s µ −19
¶ = 0137 nm
1 16×10 J
8(91×10−31 )(200 eV)× 1 eV
E24. (a) On utilise l’équation 10.12 avec  = 1, ce qui donne
2 ³ ´
2 2 (6626×10−34 )
1 = (1)
8

2 = 8(91×10−31 )(1×10−14 )2 × 1 eV
16×10 −19 J
= 377 GeV

(b) L’électron n’a pas l’énergie suffisante pour être au cœur du noyau, cet état est donc
impossible .

E25. L’équation 10.15 établit que l’incertitude sur le module de la quantité de mouvement
est supérieure ou égale au quotient de la constante de Planck et de l’incertitude sur la
position, soit
 6626×10−34
∆ ≥ ∆ =⇒ ∆ ≥ 10×10−10 =⇒ ∆ ≥ 663 × 10−24 kg·m/s

E26. L’électron pouvant se trouver n’importe où dans le puits de largeur  l’incertitude sur la

position correspond à ∆ = , et on peut calculer comme suit l’incertitude sur le module


de sa quantité de mouvement :

202 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire v10

© ERPI, tous droits réservés.


 6626×10−34
∆ ≥ ∆ =⇒ ∆ ≥ 20×10−10
=⇒ ∆ ≥ 331 × 10−24 kg·m/s

E27. (a) Avec l’équation 10.16, on calcule l’incertitude sur l’énergie de l’état excité, mais avec une
incertitude sur le temps qui correspond à la durée de vie, soit
 6626×10−34
∆ ≥ ∆ =⇒ ∆ ≥ 1×10−8
=⇒ ∆ ≥ 663 × 10−26 J

(b) L’incertitude sur la fréquence du photon émis est donnée par


∆ 663×10−26 J
∆ =  =⇒ ∆ ≥ =⇒ ∆ ≥ 100 × 108 Hz
6626×10−34 J·s
¡ ¢
E28. (a) On utilise l’équation 10.15 avec ∆ = 2 = 2 20 × 10−14 et on obtient
 6626×10−34
∆ ≥ ∆ =⇒ ∆ ≥ 2(20×10−14 )
=⇒ ∆ ≥ 166 × 10−20 kg·m/s

(b) Si le module de la quantité de mouvement du proton est égal à l’incertitude sur sa mesure
trouvée en (a), l’énergie mécanique du proton prend la valeur suivante
2 ³ ´
2 (166×10−20 )
 = 12  2 = 12  = 2(167×10−27 ) × 16×10
1 eV
−19 J = 0516 MeV

E29.  = 8 × 10−15 J alors  = √  = 0128 pm


2

E30.  = 48 × 10−19 J alors  = √  = 0709 nm


2

E31. (a)  = √  =⇒  = 151 eV


2

(b)  = = 124 keV
(6626×10−34 ) √1
E32.  =  = √2

=√ =⇒
2(167×10−27 ) 
−20 12
q −11
 = 1145×10√ m·J × 16×10 1 eV
−19 J =⇒ ≈ 286×10


=⇒ CQFD

Dans ce résultat,  s’exprime en électronvolt et  en mètre.


 
E33. =  = 10667 × 10−17 kg·m/s =⇒  =  = 621 × 10−17 m

E34. La longueur d’onde des électrons doit correspondre à  = (001) 12 nm = 0012 nm.

Comme la vitesse des électrons doit être proche de celle de la vitesse de la lumière, on
utilise les équations 10.1, 8.19 et 8.20 afin de la déterminer :

= 
=⇒  =  = 
=⇒ q0  = 
=⇒
  2 
1− 2


=√ = 594 × 107 m/s
2 2 20 +2
On exprime l’énergie cinétique relativiste en utilisant l’équation 8.22. Cette énergie pro-
vient d’une différence de potentiel : Ã !
|| |∆ | =  = 0 2 ( − 1) = 0 2 q 1 −1 =⇒
2
1− 2

⎛ ⎞
0 2 ⎝ r 1 2
−1⎠
1− 2

|∆ | =  = 103 kV
2
E35. =  = 472 × 1010 rad/m =⇒  = 133 × 10−10 m =⇒

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire 203

© ERPI, tous droits réservés.



 =  = 498 × 10−24 kg·m/s
(1)2 2
E36. On donne 1 = 82 = 34 eV. Au moyen de l’équation 10.12, on peut écrire que
 = 2 1  donc 2 = (2)2 1 = 136 eV
(1)2 2
E37. 1 = 82 = 129 keV
2 2
¡ ¢
2 6024 × 10−18 J et  = ∆
E38.  = 8 2 =    Pour les trois premiers niveaux, on
obtient, de  = 2 à  = 1 12 = 273 × 1016 Hz

de  = 3 à  = 2 23 = 455 × 1016 Hz

de  = 3 à  = 1 13 = 727 × 1016 Hz

E39. On donne la largeur du puit,  = 15 × 10−9 m.

L’énergie de chaque niveau est


2 2
¡ ¢
−20 2
 = 8 2 = 2678 × 10

On peut alors déterminer l’énergie des quatre premiers niveaux :

1 = 2678 × 10−20 J

2 = 1071 × 10−19 J

3 = 2410 × 10−19 J

4 = 4285 × 10−19 J

On utilise ensuite l’équation 9.24b pour calculer la fréquence du photon absorbé lors du
passage d’un niveau à l’autre :
 f −i
i +  = f =⇒ i +  = f =⇒  = 

Plusieurs combinaisons sont possibles :


2 −1
De  = 1 à  = 2 :  =  = 121 × 1014 Hz
3 −1
De  = 1 à  = 3 :  =  = 323 × 1014 Hz
3 −2
De  = 2 à  = 3 :  =  = 202 × 1014 Hz
4 −3
De  = 3 à  = 4 :  =  = 283 × 1014 Hz
4 −2
De  = 2 à  = 4 :  =  = 485 × 1014 Hz

Dans ces cinq fréquences, les trois plus basses et qui sont du domain du visibles sont

121 × 1014 Hz, 202 × 1014 Hz, 283 × 1014 Hz

E40. Dans le logiciel Maple, on donne une valeur unitaire à  et  On définit l’expression de

la fonction d’onde donnée à l’équation 10.11 et la densité de probabilité  2 pour les trois
premiers états ( = 1 2 3)  On superpose ensuite le graphe de ces trois expressions de

204 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire v10

© ERPI, tous droits réservés.


densité de probabilité :

 restart;
 L:=1; A:=1;
 psi:=A*sin(n*Pi*x/L);
 d1:=subs(n=1,psi)^2;
 d2:=subs(n=2,psi)^2;
 d3:=subs(n=3,psi)^2;
 plot({d1,d2,d3},x=0..L);

E41.  =  = 182 × 10−23 kg·m/s, mais ∆∆ = . Donc, ∆ = ∆ = 133 × 10−23 kg·m/s
∆
et  = 00731 %

E42. (a)  =  = 543 × 1014 Hz
 1
(b) ∆∆ ≥  =⇒ ∆ ≥ ∆ =⇒ ∆ = ∆ =⇒ ∆ ≥ 769 × 106 Hz

Problèmes

P1. (a) À basse énergie, on utilise les expressions classiques, comme à l’exercice 1, et on y arrive
facilement, pour une particule de masse 0  à  ≈ √  =⇒ CQFD
20 

(b) Au problème 3 du chapitre 8, on a montré qu’en situation relativiste, c’est-à-dire à haute


q ¡ ¢2
énergie,  = 20  +   Ainsi, la longueur d’onde de la particule s’exprime comme
 r
= r ³ ´2 = ³ ´

20 +   20 2
  +1
Si, comme on le prétend dans la donnée,  À 0 2  on peut négliger le terme de gauche

sous le radical et  ≈  =⇒ CQFD

P2. Si l’électron possède une énergie totale  = 200 MeV, sa longueur d’onde est donnée par
l’équation relativiste démontrée au problème précédent. Si on néglige l’énergie au repos
de l’électron ( ≈ ), on trouve
(6626×10−34µJ·s)(3×108 m/s )
 = 
 = 16×10−19 J
¶ = 621 × 10−15 m
(200 MeV)× 1 eV
P3. (a) On trouve le module de la quantité de mouvement à l’état fondamental du modèle de

Bohr en combinant les équations 9.21 et 9.22a, et en posant  = 1 :


2
22 2 (91×10−31 )(9×109 )(16×10−19 )
 =  = }
 =⇒  =  = (1)(6626×10−34 ) = 199 × 10−24 kg·m/s

(b) On pose ∆ = 2 et on trouve l’expression de l’incertitude sur la position ∆ que l’on


compare au rayon de l’orbite fondamentale :
2 2
∆ = 42 et  = 4 2 2 =⇒ ∆ ≥ 0165 nm ≈ Bohr

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire 205

© ERPI, tous droits réservés.


q
2
P4. Pour démontrer que  =  on intègre le carré de la fonction d’onde et on le pose égal

à un :
R 2 R ¡ ¡ ¢¢2 R 2 2 ¡  ¢
  = 1 =⇒ 1 =  sin 
  =  sin   =⇒
0 0 0
R ¡
2
¡ ¢¢ 2
R 2
R ¡ ¢
1= 2 1 − cos 2
  = 2  + 2 cos 2
  =⇒
0 0 0
h ³ ´¯ ¡ ¢
2 2  2 ¯
1 = 2 [| 0 + 4 sin 
¯ = 2 2 + 4 
(sin (2) − sin (0)) =⇒
0
¡ ¢ q
 2
1 = 2 2 =⇒  =  =⇒ CQFD

P5. On utilise le résultat du problème précédent et on obtient la probabilité  en calculant

l’intégrale du carré de la fonction d’onde pour  = 1, entre les bornes fixées :


34
R ¡ ¢ 34
R ¡ ¡ ¢¢
2
 = 2 sin2 
  = 2 1 − cos 2
  =⇒
4 4
h ³ ´¯34
34
2 ¯
2 
 = 2 [|4 + 4 sin 2 
¯ =⇒
³ ³ 4
´
¡ ¢ 2  2(3) ¡ 2 ¢´ ¡ ¡ 3 ¢ ¡ ¢¢
 = 1 3
4 − 
4 +  4 sin 4 − sin 4 = 1
2 − 1
2 sin 2 − sin 2 =⇒
1 1 1 1
 = 2 − 2 (−2) = 2 −  = 0818

P6. Dans le puits de potentiel de la figure 10.24a, les conditions aux limites à  = 0 pour 

et  s’écrivent, pour la solution générale :

 I =  II (i)
I I I
 =  (ii)

Les solutions proposées ont la forme  I =  et  II =  sin () +  cos (), et on
les insère dans les équations (i) et (ii) en évaluant à  = 0 Avec l’équation (i), on obtient

0 =  sin (0) +  cos (0) =⇒  = 

Avec l’équation (ii), on obtient



0 =  cos (0) −  sin (0) =⇒  =  =⇒  =  =⇒ CQFD

P7. L’équation d’onde normalisée d’une particule confinée dans une zone de longueur  est
q ³ ´
généralement représentée par  = 2 sin 
, où  représente les niveaux d’énergie.
Cette équation décrit bien ce qui se passe dans une zone que l’on a préalablement bornée
de 0 à  Toutefois, si la zone est bornée de − 2 à 
2 la fonction qui remplit les conditions

aux limites (voir le problème 6) et qui décrit le mieux cette onde est un cosinus. La
fonction cosinus est paire de part et d’autre du domaine, ce qui est équivalent à symétrie
que possède la fonction sinus entre 0 et  Ainsi, la fonction d’onde normalisée pour les
q ¡  ¢
2
trois niveaux d’énergie les plus bas est donnée par   =  cos  , dans laquelle

206 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire v10

© ERPI, tous droits réservés.


 = 123 .

P8. On substitue  = 15 dans 1 et 2 , et on calcule  :


"√ √ #2 " √ √ #2
h i2 3   √
− ( 3−1)
 = 11 −2
+2 = √ }
3
√}

= √
√}

= 2−√3
2+ 3
= 718 × 10−2
} + } ( 3+1) }
P9. On remplace  par 12  2 2 dans l’équation 10.10 et on introduit la solution proposée,
2
soit  = − :
2 2 ¡ ¢
³2
+ 2
}2 ´
(−  )  = 0 =⇒ 2 + 2 }2
 − 12 2 2  = 0 =⇒
2
  − 2
2
¡ 1 2 2
¢ ³ −2 ´
2 + }2
 − 2   = 0 =⇒
¡ ¢ 2
³ 2 2 2
´ 2
4 2 2 − 2 − =  }2  − 2 } 2 −

Comme ce résultat doit toujours être vrai, on peut affirmer que les facteurs qui appa-

raissent de part et d’autre de cette égalité sont égaux, donc


2 2  2  2 
4 2 = }2
=⇒ 4 2 = }2
=⇒  = 2}
2  } 2 }
2 = }2
=⇒ }2
=  =⇒  =  =⇒  = 2 =⇒ CQFD
2
Si on compare la solution  = − à la distribution normale, on note que  −1 = 2 2 ,
où  2 correspond au carré de l’écart-type. Ainsi,  −1 représente la largeur, à mi-hauteur,

du paquet d’onde que décrit cette distribution normale.

P10. (a) Le niveau fondamental est tel que 21 + 22 + 23 = 1 ce qui peut être obtenu avec 3
combinaisons où les  sont entiers :

{1 2 3 } = {(001)(010)(100)}

(b) Le premier niveau excité est tel que 21 + 22 + 23 = 2 ce qui peut encore être obtenu
avec 3 combinaisons où les  sont entiers :

{1 2 3 } = {(011)(110)(101)}

P11. La fonction d’onde d’une particule dans le ième état est donnée par l’équation 10.11,
q q ¡  ¢
2 2
dans laquelle  =  ,  =  sin  . Pour obtenir la valeur moyenne du carré

de la position, on applique directement la méthode proposée. Comme la fonction d’onde


n’existe qu’à l’intérieur de la boîte, les bornes de l’intégrale sont ajustées :
­ 2 ® R 2 2 R ³q 2 ¡  ¢´2 R ¡ ¢
 =    = 2  sin   = 1 2 sin2 
  =⇒
0 0 0
­ 2® 1
R ¡ ¡ ¢¢ R R ¡ 2 ¢
 =  2 1 − cos 2
  =⇒ 1
 2  − 1
 2 cos   =⇒
0 0 0
­ 2® h ¯ R ¡ 2 ¢ R ¡ 2 ¢
1 3 ¯ 1 2 1
 =  3 ¯0 −  2 cos   = 3 −  2 cos  
0 0
On laisse le soin à l’étudiant de calculer la seconde intégrale, en appliquant deux fois la

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire 207

© ERPI, tous droits réservés.


méthode d’intégration par partie afin d’obtenir, pour la primitive :
­ 2 ® 2 h 3 ³ 2 2 2 ´ ¡ ¢ 2 
¡ 2 ¢¯¯
 = 3 − 1 83 3 4 2  − 2 sin 2  + 22  2 cos  ¯ =⇒
³
­ 2 ® 2 1 2 () ´ ­ 2® ¡ 1 0
¢
2 2
 = 3 −  22 2 cos (2) = 3 − 22 2 =⇒  = 3 − 212 2 2 =⇒ CQFD

P12. (a) Comme on considère une solution pour l’axe des  positifs à l’intérieur de la barrière
de potentiel (voir la figure 10.25), la fonction d’onde  doit se comporter comme une
exponentielle décroissante. On élève au carré le rapport de la fonction d’onde  III évaluée
des deux côtés de la barrière, et cette expression correspond au facteur  :
³ ´2 ³ − ´2
 = I I I ()
(0) = 0 =⇒  ≈ −2 =⇒ CQFD
III

Comme on le mentionne dans la donnée, le résultat est approximatif parce qu’on néglige
la réflexion interne de la fonction d’onde à la barrière.
q
2( −)
(b) On donne  = }2
,  = 01 nm,  = 100 eV et  = 50 eV, ce qui permet
d’évaluer  : r
2(−)
−2
 ≈ −2 =  v
}2 =⇒ µ ¶
u −19 J
u 2 −31 kg ((100 eV)−(50 eV))× 16×10
u
t
2(2) (91×10 ) 1 eV
−2(01×10−9 m)
(6626×10−34 J·s)2
 ≈
 ≈ −7245 = 714 × 10−4

208 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire v10

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 11 : Atomes et solides

Exercices

E1. La valeur du module du moment cinétique orbital  d’un électron dépend de la valeur
du nombre quantique orbital .
(a) Pour l’état 3 , selon le tableau 11.1, les nombres quantiques sont  = 3 et  = 1 Avec
l’équation 11.2, on obtient
p p √
 =  ( + 1)} = (1) (1 + 1)} = 2}
(b) Pour l’état 4 , selon le tableau 11.1, les nombres quantiques sont  = 4 et  = 3, ce qui
donne
p √
 = (3) (3 + 1)} = 12}

E2. Au moyen de l’équation 11.2, on calcule


p p 2 (365×10−34 )
 =  ( + 1)} =⇒  ( + 1) = } = 6626×10−34
= 34611 =⇒
 ( + 1) = (34611)2 ≈ 12 =⇒ 2 +  − 12 = 0 =⇒ ( + 4) ( − 3) = 0
La seule racine positive est  = 3 .
E3. Selon le tableau 11.2, l’état 4 implique que  = 4 et  = 2  Les valeurs possibles pour

 sont  = 0 ± 1 ± 2 et  = ± 12 . Au total, il y a donc 10 états possibles.


E4. Selon le tableau 11.2, pour la sous-couche   = 1 de sorte que  = 0 ± 1 Selon
l’équation 11.3, les valeurs possibles pour  sont  = 0 ± } .

E5. Si  = 2 les valeurs possibles de  sont  = 0 1 et celles de  sont  = 0 ± 1


(a) Selon l’équation 11.3, les valeurs possibles pour  sont  = 0 ± } .

(b) Pour  = 0  = 0, il n’y a donc aucun vecteur à décrire. Pour  = 1  = 2}, et les
valeurs possibles de l’angle sont données par l’équation 11.4 et  = 0 ± 1 :
³ ´
 } 
cos  =  = √2}
=⇒  = arccos √ =⇒
³ ´ ³ ´2
 = arccos √02 ou  = arccos √ ±1
2


On cherche l’angle que forme le vecteur L avec l’axe des  positifs; comme sa valeur doit
se situer entre 0◦ et 180◦  les valeurs possibles sont  = 45◦  90◦  135◦ .

E6. Si  = 3 les valeurs possibles de  sont  = 0 1 2 et celles de  sont


 = 0 ±1 ±2

E7. (a) La valeur maximale de  est max = 4 .


(b) La valeur maximale de  correspond à  − 1; la valeur maximale de  est donc

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides 209

© ERPI, tous droits réservés.


max = 5

E8. (a) Si  = 3 les valeurs possibles de  sont  = 0 1 2 et celles de  sont

 = 0 ±1 ±2

(b) On utilise l’équation 9.23c et on obtient


(−136 eV) 2 (−136 eV)(2)2
 = 2
=⇒ 3 = (3)2
= −604 eV

E9. (a) On utilise l’équation 9.23c et on obtient


(−136 eV) 2 (−136 eV)(3)2
 = 2 =⇒ 3 = (2)2
= −306 eV

(b) Si  = 2 les valeurs possibles de  sont  = 0 1 et celles de  sont

 = 0 ± 1


E10. On obtient la valeur minimale possible de l’angle  entre L et  lorsque  =  Si
p √
 = 4 on a  = 4  =  } = 4} et  =  ( + 1)} = 20} de sorte que
³ ´
cos min =  = √4}
20}
=⇒  min = arccos √4
20
= 266◦

E11. Au moyen de l’équation 11.2, on calcule


p p 2 (2583×10−34 )
 =  ( + 1)} =⇒  ( + 1) = } = 6626×10−34
= 2448 =⇒

 ( + 1) = (2448)2 ≈ 6 =⇒ 2 +  − 6 = 0 =⇒ ( + 3) ( − 2) = 0

La seule racine positive est  = 2 et la valeur maximale de  est  max =  = 2 La


valeur maximale de  max est alors  max =  max } = 2} .

E12. Pour chaque niveau , les nombres quantiques   et  varient selon

 = 0 1 2 ...  − 1

 = 0 ± 1 ± 2 ± 

 = ± 12

Le tableau 11.2 donne les valeurs possibles de ces nombres pour  allant de 1 à 4 Pour
 = 5 on a  = 0 1 2 3 4 Pour chaque valeur de  les valeurs de  et de  sont

  

0 0 ± 12

1 0 ± 1 ± 12

2 0 ± 1 ± 2 ± 12

3 0 ± 1 ± 2 ± 3 ± 12

4 0 ± 1 ± 2 ± 3 ± 4 ± 12

210 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides v10

© ERPI, tous droits réservés.


Pour chaque valeur de  d’après le tableau 11.2 et celui qui décrit  = 5 le nombre
d’états possibles est

 Nombre d’états

1 2

2 8

3 18

4 32

5 50

On compte donc 22 états par niveau  .




E13. Puisque  et  sont déterminés avec exactitude et que  est le module du vecteur L 

on peut déduire la somme quadratique 2 + 2 = 2 − 2 , mais non chacune de ces deux
composantes individuellement. Si on utilise les équations 11.2 et 11.3, on trouve que la

somme 2 + 2 correspond à

2 + 2 = 2 − 2 =  ( + 1) }2 − 2 }2 =⇒


q ³q ´
2 + 2 =  ( + 1) − 2 } =⇒ CQFD

E14. (a) Si  est parfaitement connu, on a ∆ = 0 et


}
lim ∆ = lim = ∞ =⇒ ∆ est complètement inconnu
∆ −→0 ∆ −→0 ∆
(b) Les conclusions de l’exercice 13 demeurent vraies, chacune des composantes, prise isolé-
ment, est indéterminée, et  et  sont inconnus .

E15. On donne 0 = 00529 pour le rayon de Bohr. On utilise l’équation 11.6 et on obtient
2(0 )
4(2 ) − −2 0541
1 (0 ) = 30  0 = 40 = (00529×10 −9 ) = 102 × 1010 m−1
0

E16. On donne 0 = 00529 pour le rayon de Bohr. On utilise l’équation 11.7 et on obtient
³ ´2 (0 )
(2 ) − −1
2 (0 ) = 803 2 − (00 )  0 = 80 = (00529×10
004599
−9 ) = 869 × 108 m−1
0

E17. On utilise l’équation 11.6 et on obtient


0
¡ 0 ¢ 4( 20 )2 − 2( 2 ) −1 0368
(a) 1 2 = 3  0 = 0 = (00529×10 −9 ) = 696 × 109 m−1
0
2(20 )
4(20 )2 − 16−4 0293
(b) 1 (20 ) = 03
 0 = 0 = (00529×10−9 )
= 554 × 109 m−1

E18. On utilise l’équation 11.7 et on obtient


µ ¶2 ( 0 )
¡ 0 ¢ ( 20 )2 ( 20 ) − 2
(a) 2 2 = 83 2 − 0  0 =⇒
0

¡ 0 ¢ ¡ ¢ −1
1 2  2 004265
2 2 = 2− 2 320 = (00529×10−9 ) = 806 × 108 m−1

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides 211

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´ (20 )
(20 )2 (20 ) 2 −  −2
(b) 2 (20 ) = 803
2− 0  0 = (2 − 2)2 20 = 0

E19. Pour démontrer que la fonction d’onde de l’état fondamental est normalisée, on doit
vérifier que l’intégrale de la probabilité sur tout l’espace est égale à 1 Chaque élément
infinitésimal de volume est une mince coquille d’épaisseur  de sorte que  = 42  :
µ ¶
R 2
∞ R q 1 −  2¡
∞ ¢
2  = 4
R 2 − 2

 1  =  0 4   0 
 3  3
0 0
0 0 0
En appliquant la méthode d’intégration par partie, on obtient
µ∙ ¯ ¶
R 2
∞ ¡ 0 ¢ − 2 2 ¯∞ ∞
R ¡ 0 ¢ −
2 ¡ 0 ¢ ∞
R 2
−
4
 1  = 3 ¯
− 2  0  ¯ − − 2 (2)  0  = 0 + 4
(2)  0 
0 03 2
0 0 0 0
De nouveau, on intègre par partie :
µ∙ ¯∞ ∞ ¶
R
∞ ¡ 0 ¢ − 2 ¯ R ¡ ¢ − 2 R − 2

2 2
 1  = 2 − 2  0 (2)¯¯ − 2 − 20  0  = 0 + 20  0  =⇒
0
0 0 0 0
∙ ¯ ∙ 2 ¯∞
R 2
∞ ¡ ¢ 2 ¯∞ ¯ R

− −
 1  = 20 − 20  0 ¯¯ =  0 ¯¯ = −∞ − 0 =⇒  21  = 1 =⇒ CQFD
0 0 0 0
E20. Soit 0  le volume d’une sphère de rayon 0  On reprend l’intégrale de l’exercice 18, mais
en changeant l’une des bornes d’intégration :
µ
R0 q

 2¡
R0

2 1 − 0
¢
2  = 4
R0 2
2 − 0 
 1  =  3  4  3 
0 0
0 0 0
En appliquant deux fois la méthode d’intégration par partie, on obtient
µ ∙ ¯ ¶
R0 ¡ 0 ¢ − 2 2 ¯0 0 R0 −
2
2 4
 1  = 3  ¯
− 2  0  ¯ + 2 (2)  0  =⇒
0
0 µ ∙ ¯0 0 ∙ ¯ ¶
R0 ¡ 0 ¢ − 2 2 ¯0 ¡ 0 ¢2 − 2 ¯0 ¡  ¢2 R0 − 2
2 4
 1  = 3 − 2  0  ¯¯ − 2  0 (2)¯¯ + 2 0
2 0  =⇒
0
0 µ ∙ ¯0 ∙ ¯0
0 0 ∙ ¯ ¶
R0 ¡ 0 ¢ − 2 2 ¯0 ¡ 0 ¢2 − 2 ¯ ¡ 0 ¢3 − 2 ¯0
2 4
 1  = 3 −2  0 ¯
 ¯ − 2  0 ¯
(2)¯ − 2 2  0 ¯ =⇒
0
¯
0 0 0 0
R0 ³ 3 ´ ¡ ¡ ¢ ¢
 03 −2 3 03 0
 21  = 4
03
− 20 −2 − 2 − 40 −2 +0+0+ 4  = 4 − 54 −2 + 14 =⇒
0
R0 R0
 21  = 1 − 5−2 = 03233 =⇒  21  ≈ 032 =⇒ CQFD
0 0
E21. L’énergie acquise par les électrons est  =  |∆ |. On calcule la différence de potentiel
au moyen de l’équation 11.10 :
   (6626×10−34 )(3×108 )
0 =  = |∆ | =⇒ |∆ | = 0 = (16×10−19 )(005×10−9 ) = 248 kV

E22. L’énergie acquise par les électrons est  =  |∆ |. On calcule la longueur d’onde au
moyen de l’équation 11.10 :
  (6626×10−34 )(3×108 )
0 =  = |∆ | = (16×10−19 )(25×103 )
= 496 × 10−11 m

E23. Les données conduisant à la loi de Moseley pour la fréquence  de la raie  sont présen-

tées à la figure 11.11. La constante  de l’équation 11.11 correspond à la pente de la droite


qui apparaît dans le graphe. On l’évalue directement pour obtenir  ≈ 5 × 107 Hz12 .

212 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides v10

© ERPI, tous droits réservés.


E24. Si les électrons subissent une différence de potentiel ∆ la longueur d’onde minimale 0
des rayons X émis s’écrit aussi sous la forme
  (6626×10−34 )(3×108 ) 1 124×103 nm·V
0 =  = |∆ | = (16×10−19 ) |∆ | =⇒ 0 = |∆ | =⇒ CQFD

E25. La figure 11.10 illustre comment les raies caractéristiques des rayons X sont désignées
d’après le niveau le plus bas dans la transition. Les énergies, et donc les fréquences,
des raies émises en cascade  et  s’additionnent, et ainsi, pour le molybdène, les
fréquences des raies  et  permettent de calculer celle de la raie  :
1 1 1 1 1
 =  −  =⇒  =  −  = 063 nm − 071 nm =⇒  = 559 nm

E26. À l’aide la loi de Moseley, on peut exprimer les rapports de longueur d’onde des raies 

en termes de rapports de numéros atomiques :


p p 1 (2 −1)2
 =  ( − 1) =⇒  =  ( − 1) =⇒ 2 = (1 −1)2

Pour le molybdène ( = 42), on donne  = 071 nm.

(a) Pour l’argent ( = 47), on trouve


¡ ¢2
 = 4146 (071 nm) = 0564 nm

(b) Pour le fer ( = 26), on trouve


¡ ¢2
 = 4125 (071 nm) = 191 nm

E27. Au moyen de l’équation 11.10, on calcule l’énergie nécessaire à chacune des transitions :
³ ´
(6626×10−34 )(3×108 )
 = 

= −9
(071×10 ) × 1 eV
16×10 −19 J = 1748 eV
³ ´
(6626×10−34 )(3×108 )
 = 

= −9
(063×10 )
× 1 eV
16×10 −19 J
= 1970 eV

On détermine ensuite l’énergie des niveaux voisins au moyen de la figure 11.10 :

1 = 2 −  = (−2870 eV) − (1748 eV) = −462 keV

3 = 1 +  = (−4618 eV) + (1970 eV) = −262 keV

E28. La configuration de l’atome d’argon [Ar] indique que le niveau  = 3 est possède 3
électrons dans la sous-couche 3 La configuration électronique 33 42 obéit donc à l’ordre
de remplissage normal décrit à la figure 11.13, car la sous-couche 4 est remplie (elle

contient 2 électrons). D’après le tableau périodique de l’annexe D, cette configuration est


celle du Vanadium .

E29. Un atome d’oxygène possède la configuration électronique 24 et contient 8 électrons


auxquels on associe les nombres quantiques suivants :

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides 213

© ERPI, tous droits réservés.


(  )
¡ ¢
1 0 0 ± 12
¡ ¢
2 0 0 ± 12
¡ ¢
2 1 1 ± 12
¡ ¢
2 1 0 ± 12

E30. En ne considérant pas le nombre quantique de spin, on arrive à

 1 2 3 4

 1 2à5 6 à 14 15

 0 0 1 0 1 2 0

 0 0 0 ±1 0 0 ±1 ±2 0

Les éléments nobles sont ceux qui présentent des sous-couches complètes, soit les numéros
1 5 et 14 donc le groupe hydrogène, bore, silicium .

E31. On donne  = 3 On utilise l’équation 11.2 et le module de l’équation 11.12, et on obtient


 }
p (16×10−19 )(6626×10−34 ) √
 = 2 = 2  ( + 1) = 2(91×10−31 )(2) 12 = 321 × 10−23 J/T
³−
→ ´
E32. L’atome d’argent possède un moment cinétique orbital nul L = 0 ; son moment ma-

gnétique orbital est donc nul, et on ne peut que lui associer un moment magnétique de
spin. Les deux valeurs possibles de  sont  = −2 B = ±B 

− →

(a) On donne B = 04 k T; selon l’équation 11.13, les deux valeurs possibles de l’énergie

potentielle sont

− ¡ ¢
 = −−→  · B = −  = ±B (04) = ± 927 × 10−24 (04) = ±371 × 10−24 J

(b) La différence d’énergie entre les deux niveaux détermine la fréquence du photon de
transition :
+ −− (371×10−24 )−(−371×10−24 )
=  = 6626×10−34
= 112 GHz

E33. En présence d’un champ magnétique, le sodium de configuration électronique 31 émet
un doublet de raies à 1 = 5890 nm et à 2 = 5896 nm lors de transitions vers le niveau
fondamental.
(a) La différence d’énergie entre les états excités est de
³ ´
∆ = 1 − 2 =  11 − 12 =⇒
¡ ¢ ¡ ¢ ³ ´ ³ ´
1 1 1 eV
∆ = 6626 × 10−34 3 × 108 5890×10 −9 − 5896×10−9 × 16×10−19 J = 214 meV

(b) Comme à l’exercice 32, les deux valeurs possibles de  sont  = −2 B = ±B , et

214 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides v10

© ERPI, tous droits réservés.


la relation entre la différence d’énergie et la composante du champ magnétique selon 


est encore  = −− →  · B = −  = ±B   Le résultat obtenu en (a) correspond à la
différence entre les deux valeurs de  Ainsi

∆ = + − − = B  − (−  ) = 2
µ B 
 =⇒
¶ B 
16×10−19 J
(214 meV)× 1 eV
∆
 =  = 2B = 2(927×10−24 ) = 185 T
³−
→ ´
E34. L’atome d’argent possède un moment cinétique orbital nul L = 0 ; son moment ma-
gnétique orbital est donc nul, et on ne peut que lui associer un moment magnétique de
spin. Les deux valeurs possibles de  sont  = −2 B = ±B  La composante de
force selon  que subit l’atome de masse  = 18 × 10−25 kg en mouvement sous l’action
du champ magnétique non uniforme est
¡ ¢
 = −   
 =   = ±B  = ± 927 × 10
−24 (120) = ±111 × 10−21 N

| | 111×10−21
(a)  = | | =  = 18×10−25
= 618 × 103 m/s2

(b) On calcule l’amplitude de la déviation verticale |∆| pour un parcours horizontal sur
∆ = 20 cm en considérant que l’accélération agit de façon constante pendant le temps
 de vol horizontal à la vitesse  = 400 m/s dans le champ magnétique :
∆ 020
=  = 400= 5 × 10−4 s =⇒
¡ ¢¡ ¢2
|∆| = 12 | | 2 = 12 618 × 103 5 × 10−4 = 0773 mm

Problèmes

2 ()
P1. On obtient la valeur la plus probable en calculant la valeur de  pour laquelle  =0
au moyen de l’équation 11.7. Comme deux maxima sont visibles à la figure 11.3, on ne

conservera que le maximum absolu.

Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de 2 () et on calcule la dérivée de cette
2 ()
expression par rapport à . On résout ensuite l’équation  = 0:

 restart;
 P2s:=(r^2/(8.0*r0^3))*(2-r/r0)^2*exp(-r/r0);
 dP2s:=diff(P2s,r);
 solve(dP2s=0,r);

Le logiciel donne 4 valeurs de  Pour identifier le bon résultat, on doit faire un graphique

de 2 () et localiser la valeur de  qui correspond au maximum absolu :

 r0:=1;

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides 215

© ERPI, tous droits réservés.


 plot(P2s,r=0..7*r0);

Le graphe confirme que la valeur à conserver est  = 520 =⇒ CQFD

P2. La dépendance radiale de la fonction d’onde pour l’état 2 dans l’hydrogène s’exprime

− 2
par  2 () =  0  On obtient la valeur la plus probable en calculant la valeur de 
2 ()
pour laquelle  = 0 au moyen de


2 () = 42  2 () = 43  20 =⇒
µ 
¶ µ  ³ ´ 

 3 − 2 2 − 2 3 1 − 2
 4  = 4 2  +  − 20  =⇒
0 0 0

 ³ ´
2 () −
 = 42  20 2 − 20 = 0

Cette égalité est vraie pour  = 0  −→ ∞, ou encore pour



2− 20 = 0 =⇒  = 40 =⇒ CQFD

P3. On reprend la même solution qu’à l’exercice 20, mais en changeant les bornes d’intégra-
tion : Ã ∙ 2 ¯20 ∙ ¯20 ∙ ¯ !
R0 2
2 ¡ ¢ −  2 ¯¯ ¡ 0 ¢2 − 2 ¯ ¡ 0 ¢3 − 2 ¯20
 1  = 4
03
− 20  0 ¯ − 2  0 (2)¯¯ − 2 2  0 ¯¯ =⇒
0 0 0 0
R0
2 ³ ´ ¡¡ ¢ −4 1 ¢
03 03
 21  = 4
03
−203 −4 − 03 −4 − 4 −4 + 0 + 0 + 4 0 = 4 − 13
4  + 4 =⇒
0
R0
2 R0
2
 21  = 1 − 13−4 = 07619 =⇒  21  ≈ 076 =⇒ CQFD
0 0
q 
1 − 0
P4. On donne  1 = et  = 42 , et on calcule
3
0

µq ¶
 2¡
R

2
R

1 − 0
¢
2  = 4
R 3 − 2

hi =  1  =   3  4  3   0 
0 0
0 0 0
En appliquant la méthode d’intégration par partie, on obtient
µ∙ ¯ ¶
¡ 0 ¢ − 2 3 ¯∞ ∞R ¡ 0 ¢ ¡ 2 ¢ − 2
4
hi = 3 
−2  0 ¯ − ¯ − 2 3  0   =⇒
0
∙ ¯ 0 0µ ¶ µ ∞ ¶
¡ 0 ¢ − 2 3 ¯∞ 30 4 ∞ R 2 − 2 R 2 − 2
hi = 3 − 2  0  ¯¯ + 2 3   0  = 0 + 2 3   0 
4 30 4
0 0 0
0 0 0
L’intégrale qui reste entre parenthèses représente la distribution de probabilité sur tout
l’espace, et, comme on l’a vu à l’exercice 19, cette inégrale vaut 1 de sorte que
30
hi = 2 (1) =⇒ hi = 150 =⇒ CQFD

P5. L’énergie cinétique gagnée par l’électron provient de l’accélération que provoque la dif-
férence de potentiel |∆ | = 40 kV, soit ∆ =  |∆ |, et l’expression relativiste de cette

énergie pour l’électron est


|∆ |
∆ = 0 2 ( − 1) =⇒  |∆ | = 0 2 ( − 1) =⇒  = 0 2
+ 1 =⇒
(16×10−19 )(40×103 )
= (91×10−31 )(3×108 )2
+ 1 = 10781

216 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides v10

© ERPI, tous droits réservés.


Au moyen de l’équation 8.3, on trouve ensuite
q µ q ¶
1 8 1
 =  1 −  2 = 3 × 10 1 − (10781)2 = 0374
Finalement, avec  = 0  l’expression relativiste du module de la quantité de mouve-

ment, on trouve la longueur d’onde de Broglie :


  6626×10−34
=  = 0  = (10781)(91×10−31 )(0374)(3×108 )
= 602 pm
P6. Dans le logiciel Maple, on définit l’expression de 1 () et 2 ()  On donne une valeur
arbitraire à 0 et on trace le graphe demandé :
 restart;
 P1s:=4*r^2*exp(-2*r/r0)/r0^3;
 P2s:=(r^2/(8.0*r0^3))*(2-r/r0)^2*exp(-r/r0);
 r0:=1;
 plot([P1s,P2s],r=0..10*r0,color=[red,blue]);

v10 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 11 : Atomes et solides 217

© ERPI, tous droits réservés.


Chapitre 12 : La physique nucléaire

Exercices

E1. On utilise l’équation 12.1.

(a) Pour le nuclide 16 O, avec  = 16 on obtient


8

 = 1213 fm = 12 (16)13 fm = 302 fm

(b) Pour le nuclide 56 Fe, avec  = 56 on obtient


26

 = 12 (56)13 fm = 459 fm

(c) Pour le nuclide 238 U, avec  = 238 on obtient


92

 = 12 (238)13 fm = 744 fm

E2. On donne T = 6400 km et T = 5500 kg/m3  La masse de la Terre est


¡ ¢ ¡ ¢
3 = 4 (5500)  6400 × 103 3 = 604 × 1024 kg
T = T T = T 43 T 3

On cherche le rayon d’une sphère possédant la même masse, mais pour laquelle la masse
volumique est n = 23 × 1017 kg/m3  Si on inverse l’équation utilisée, on obtient
³ ´13 µ 3 604×1024 ¶13
3T ( )
n = 4 = 4(23×1017 ) = 184 m
n

E3. La masse du Soleil est S = 199 × 1030 kg. Avec un rayon égal à é = 10 km, on trouve
¡ ¢ 3(199×1030 )
S = é é = é 43 é3 =⇒ é = 4S 3 = 4 3S
3 =
4(10×103 )4
= 475 × 1017 kg/m3
3 é é

Il s’agit d’une masse volumique plus élevée que celle de la matière nucléaire donnée à
l’exercice 2.
¡ ¢
E4. Le rayon d’une sphère de même masse que l’Univers Un = 1050 kg et formée d’une
³ ´
matière de densité nucléaire n = 23 × 1017 kg/m3 est
³ ´13 µ 3 1050 ¶13
3U n ( )
Un = 4 = 4(23×1017 ) = 470 × 1010 m
n

E5. Pour doubler le rayon du noyau, il faut augmenter le nombre de masse par le facteur
suivant :
13 13
2 122 2 2
1 = 13 = 2 =⇒ 13 = 2 =⇒ 1 = 800
121 1
E6. On calcule le rayon du nuclide 235 U dans l’hypothèse où il a la même densité que celle
92

de la Terre, soit T = 5500 kg/m3  de la façon suivante. On calcule d’abord la masse de


l’isotope grâce à l’information qu’on trouve dans l’annexe E :
¡ ¢
U = 23504 u = 23504 1661 × 10−27 kg = 390 × 10−25 kg

Ensuite, on calcule son rayon :

218 Ondes, optique et physique moderne, Chapitre 12 : La physique nucléaire v10

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´13 µ ¶13
3U 3(390×10−25 )
U = 4T = 4(5500) = 257 × 10−10 m

E7. L’abondance relative des deux isotopes du cuivre, 63 Cu et 65 Cu, qui forment la masse
29 29

atomique pondérée du cuivre (Cu = 6355 u), se calcule d’après la moyenne pondérée

des masses atomiques isotopiques respectives de 6293 u et 6493 u données à l’annexe


E:

Cu = 63
29 Cu
+ (1 − ) 65
29 Cu
=⇒ 6355 u =  (6293 u) + (1 − ) (6493 u) =⇒

6355 = 6293 + 6493 − 64