Vous êtes sur la page 1sur 7

Table des Matières

I

Table des matières

TABLE DES MATIÈRES

I

ETUDE ÉLASTO-PLASTIQUE AVEC ALGOR

2

1 – Calcul préliminaire

2

2 – Calcul élasto-plastique

3

2.1 – Cacul dans le domaine élastique

3

2.2 – Cacul dans le domaine plastique

6

3 – Cycle de chargement avec écrouissage

7

2

ALGOR V6 - Exemples de formation

ETUDE ÉLASTO-PLASTIQUE AVEC ALGOR

Nous allons apprendre à utiliser l’interface SD3 pour effectuer la mise en données d’un problème élasto- plastique. Nous utiliserons l’essai de flexion simple présenté dans le chapitre 3 du cours « plasticité des poutres ».

Une poutre de section rectangulaire sur deux appuis est chargée en son centre par une
Une poutre de section rectangulaire sur deux appuis
est chargée en son centre par une force supposée
ponctuelle.
F
Les caractéristiques géométriques sont :
• L = 1 m
section
b
2
3
• h = 6 cm
b = 5 cm
,
 I
=
b h
3
Les caractéristiques mécaniques sont :
2h
2
z( h )
=
b h
• , ν = 0.3
E = 8 10 10 PA
• σ o = 2.510 8 Pa
2
~
2
σ
=
b h
σ
o
Les moments de début et de fin de plastification de la section centrale sont respectivement :
3
~
2
σ
= b h
σ
1
o

o

Ce qui compte tenu des valeurs numériques nous donne F o = 12 10 4 N et F 1 = 18 10 4 N comme charges associées.

Pour ces charges la flèche calculée au centre de la poutre vaut : v (Fo) = 4.34 mm et v (F1) = 9.645 mm.

Après décharge à partir de F 1 nous obtenons une flèche résiduelle de 3.1346 mm

Nous pourrons comparer ces résultats obtenus à partir d’un modèle poutre aux résultats numériques obtenus par un modèle éléments finis basé sur l’hypothèse de contraintes planes.

1 – Calcul préliminaire

Pour traiter un problème non linéaire il est toujours préférable de valider son modèle numérique par un calcul linéaire. Vous connaissez déjà toutes les procédures pour réaliser un calcul statique en utilisant l’interface graphique SuperDraw3 (cf proj1). Nous vous rappelons la démarche à suivre :

Lancement de l'interface graphique (choix du système d'unités)

Maillage à partir des 4 sommets de la plaque

Définition des paramètres éléments finis (Model data)

- Le type de problème (ici 2D)

- La nature du problème (ici contraintes planes)

- Les caractéristiques du matériau

Définition des conditions aux limites (déplacements) et du chargement (force ponctuelle)

Définitions des paramètres de calcul (menu global de model data) - vérification

Exécution d'un calcul - Affichage des résultats

Nous vous proposons de réaliser un maillage réglé du domaine utilisant (6*20) éléments de type Q4. Pour éviter les concentrations de contraintes au niveau des appuis et du chargement, nous avons bloqué le déplacement en z des nœuds des sections extrêmes et le déplacement en y d’un nœud sommet. La charge a été introduite sur deux nœuds de la section milieu, soit 6 10 4 N pour obtenir la charge de début de plastification de la structure.

Ce modèle est représenté ci-dessous (vérification du modèle sous ALGOR)

ci-dessous (vérification du modèle sous ALGOR) La figure ci-dessous représente les valeurs non lissées de

La figure ci-dessous représente les valeurs non lissées de la contrainte de Von Mises sur la structure.

Premiers pas avec ALGOR: exemple 3

3

Premiers pas avec ALGOR: exemple 3 3 La contrainte de Von Mises maximale est de 247.5

La contrainte de Von Mises maximale est de 247.5 MPa au centre des 2 fibres situées à z = ± h

Ces résultats sont cohérents avec ceux obtenus par le modèle poutre. Nous conservons donc ce modèle pour les calculs non linéaire.

2 – Calcul élasto-plastique

2.1 – Cacul dans le domaine élastique

Reprenez le fichier SD3 du modèle linéaire, et modifier le type d’analyse comme indiqué ci-dessous.

et modifier le type d’analyse comme indiqué ci-dessous. Il faut alors reprendre le menu « Model

Il faut alors reprendre le menu « Model Data Contrôle » pour redéfinir les paramètres du modèle éléments finis que l’on souhaite utiliser pour cette analyse non linéaire.

- Le type de problème (éléments 2D)

- La nature du problème (data) détaillons ce menu

- Le type de matériau

Nous allons utiliser un matériau répondant au critère de Von Mises avec écrouissage. Sur la figure ci- contre nous avons sélectionné l’écrouissage isotrope.

Dans un premier temps nous utiliserons un module d’écrouissage nul pour pouvoir comparer les résultats avec ceux du cours.

pour pouvoir comparer les résultats avec ceux du cours. - La nature du problème reste contraintes

- La nature du problème reste contraintes planes

- et l’épaisseur n’est pas modifiée : 5 10 -2 m

- La rubrique suivante permet d’utiliser des éléments de type Q8 en incluant des nœuds sur les cotés des éléments. Dans un premier temps nous conserverons des éléments de type Q4 pour pouvoir comparer les résultats à ceux de l’analyse linéaire.

- Les caractéristiques du matériau : le menu correspondant à un matériau de Von Mises avec écrouissage est représenté ci-dessous, il suffit de renseigner les cases correspondant aux caractéristiques demandées.

4

ALGOR V6 - Exemples de formation

4 ALGOR V6 - Exemples de formation Le menu « Global Data » permet de définir

Le menu « Global Data » permet de définir les paramètres du calcul non linéaire, il est représenté ci-desous.

du calcul non linéaire, il est représenté ci-desous. Nous effectuons une analyse statique non linéaire (Analysis

Nous effectuons une analyse statique non linéaire (Analysis type)

La courbe de chargement est définie par le tableau donnant un temps cinématique associé à un coefficient de chargement. Ici nous effectuons un cycle charge- décharge pour une charge maximale correspondant à la charge de début de plastification Fo.

Dans les cases « event » indiquer le temps total du cycle et le nombre de mémorisation des résultats. Dans notre cas nous aurons 2 résultats conservés pour l’exploitation : à 1 et 2 « secondes ». En indiquant 4 dans capture rate nous aurions 8 résultats conservés : 1 toutes les 0.25 secondes.

La figure ci-dessous représente les valeurs lissées de la contrainte de Von Mises sur la structure pour la charge maximale.

Premiers pas avec ALGOR: exemple 3

5

Premiers pas avec ALGOR: exemple 3 5 La contrainte de Von Mises maximale est de 237

La contrainte de Von Mises maximale est de 237 MPa à comparer à 247 MPa du calcul linéaire

L’écart de 5% avec les résultats du calcul linéaire est du à l’algorithme de résolution qui est différent. La méthode itérative basée sur le calcul des résidus d’équilibre nécessite une plus grande précision de calcul au niveau élémentaire. Nous allons donc effectuer le même calcul en utilisant des éléments de degré 2 (Q8).

Les résultats obtenus sont représentés ci-dessous.

(Q8). Les résultats obtenus sont représentés ci-dessous. La contrainte maximale de Von Mises est de 249,5

La contrainte maximale de Von Mises est de 249,5 Mpa, et la flèche de 4,5 mm

Ces résultats confirment que notre modèle numérique initial de degré 1 était insuffisant, nous retrouvons maintenant des résultats sensiblement équivalent à ceux du calcul linéaire.

La figure ci-dessous représente les contraintes résiduelles après décharge de la structure.

contraintes résiduelles après décharge de la structure. Cette représentation est trompeuse car il faut comparer les

Cette représentation est trompeuse car il faut comparer les 728 Pa au 250 Mpa.

Nous pouvons dire que les contraintes résiduelles sont nulles.

Comparaison avec les résultats du modèle poutre

La contrainte maximale σ xx est légèrement supérieure 266 Mpa au lieu des 250 prévu par le modèle poutre, et la flèche maximale est de 4,5 mm que l’on peut comparer au 4,34 mm du modèle poutre. Les deux modèles donnent sensiblement les mêmes résultats pour la partie linéaire du calcul.

6

ALGOR V6 - Exemples de formation

2.2 – Cacul dans le domaine plastique

Lors des calculs précédents nous n’avons pas plastifié la structure. La méthode itérative de résolution a convergé en 3 itérations à chaque pas de temps pour une précision de 10 -15 .

Nous allons reprendre ce modèle de degré 2, et appliquer un chargement correspondant à l’apparition de la rotule plastique du modèle poutre soit 1,5 fois la charge Fo.

plastique du modèle poutre soit 1,5 fois la charge Fo. Charge F1 : flèche de 8,1

Charge F1 : flèche de 8,1 mm et σ Vmmax =252 Mpa Il n’y a pas d’écrouissage la contrainte de Von Mises est identique dans les éléments plastiques.

La figure ci-dessous représente les contraintes résiduelles après décharge de la structure.

contraintes résiduelles après décharge de la structure. Après décharge : flèche de 1,36 mm et σ

Après décharge : flèche de 1,36 mm et σ Vmmax =143 Mpa

La figure ci-dessous représente les déformations résiduelles ε xx après décharge de la structure.

résiduelles ε x x après décharge de la structure. Pour pouvoir visualiser les déformations il faut

Pour pouvoir visualiser les déformations il faut le demander au niveau du menu « Global Data /out put strain » avant de lancer le calcul

Comparaison avec les résultats du modèle poutre

Premiers pas avec ALGOR: exemple 3

7

La contrainte maximale σ xx est légèrement supérieure 276 Mpa au lieu des 250 prévu par le modèle poutre, et la flèche maximale est de 8,1 mm que l’on peut comparer au 9,64 mm du modèle poutre. De plus après décharge de la structure nous obtenons une flèche résiduelle de 1,36 mm au lieu des 3,13 mm du modèle poutre et une contrainte résiduelle maximale σ xx de 139 Mpa. La dernière figure donnant les déformations résiduelles représente de fait les zones plastifiées. Or ces zones sont d’allure différente de celle prévue par la théorie de Bernoulli appliquée à des poutre élasto-plastique.

Ces résultats confirment que la théorie des poutres ne peut pas être appliquée pour prévoir de façon précise le comportement élastoplastique des poutres. Cette théorie ne sera utilisée que dans le cas du calcul des charges limites d’une structure de type portique, en utilisant le modèle de rotule plastique.

3 – Cycle de chargement avec écrouissage

Nous allons appliquer le cycle de chargement indiqué ci-dessous.

allons appliquer le cycle de chargement indiqué ci-dessous. à un matériau dont le module d’écrouissage est

à un matériau dont le module d’écrouissage est de 8 E 9 MPA.

Les figures suivantes représentent l’évolution de la contrainte maximale de Von Mises pour les différents pas de temps.

Nous avons utilisé les deux types d’écrouissage isotrope et cinématique.

L’écrouissage est de type isotrope L’écrouissage de type cinématique
L’écrouissage est de type isotrope
L’écrouissage de type cinématique

On vérifie bien que l’amplitude de contrainte est uniforme sur les différents cycles pour un écrouissage cinématique, alors que l’amplitude ne cesse de croître dans le cas d’un écrouissage cinématique.