Vous êtes sur la page 1sur 10

assises des libertés locales

La répartition des compétences

 

COMMUNE (OU EPCI)

DÉPARTEMENT

Sécurité

 

Maire : officier de police judiciaire (par délégation de l’État)

Police de la circulation sur le domaine départemental.

Exercice de la police municipale (bon ordre, sûreté, sécurité, salubrité publiques).

Moyens des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS), cofinancés par les communes.

Pouvoirs de police portant sur des objets particuliers (circulation, stationnement….).

Participation au conseil départemental de prévention.

Délinquance (conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance).

Possibilité de créer une police municipale ou des postes de gardes champêtres.

Action sociale et santé

Possibilité pour une commune d’exercer les compétences sociales attribuées au département au moyen d’une convention.

Attribution de l’aide sociale facultative par le biais des centres communaux d’action sociale (CCAS) et des CIAS :

Règlement départemental d’aide sociale.

Prise en charge de toutes les prestations légales d’aide sociale. RMI (revenu minimum d’insertion) :

conduite de l’action d’insertion sociale.

secours aux familles en difficulté, prestations remboursables ou non remboursables.

Responsabilité et financement : action sociale, aide à l’enfance, protection sanitaire de la famille et de l’enfance, lutte contre les fléaux sociaux, dépistage du cancer, dispensaires antituberculeux et antivénériens, vaccinations.

Constitution des dossiers de demande d’aide sociale par le CCAS.

Services municipaux de désinfection et services communaux d’hygiène et de santé.

Organisation et financement des centres et consultation

de protection maternelle et infantile (PMI), agrément et formation des assistantes maternelles.

*

 

Possibilité de créer un établissement social ou médico-social.

Élaboration d’un schéma départemental des établissements et services sociaux et médico-sociaux.

Autorisation de création et de transformation

Depuis le 1 er janvier 1984, les départements ont compétence en

Présidence par le maire du conseil d’administration des établissements publics de santé.

matière d’action sociale et de santé :

aide sociale à l’enfance, aux familles, aux personnes âgées, aux personnes handicapées, aide aux bénéficiaires du RMI, responsabilité de services sociaux et protection sanitaire. Les dépenses votées à ce titre par les départements atteignent

649 millions d’euros

15

des établissements sociaux fournissant des prestations de la compétence du département.

Habilitation des établissements précités. Tarification des prestations.

Autorisation conjointe de création d’établissements ou de services fournissant des prestations prises en charge concurremment par le département et l’État ou un autre organisme.

Présidence du conseil d’administration des établissements publics de santé spécialisés.

*

 

en 2002, ce qui représente 38% de leur budget total.

Les crédits atteignaient

14

029 millions d’euros

aux budgets 2001

et 13 582 aux comptes

2000

©ZWICKEL

La répartition des compétences

RÉGION

ÉTAT

Préfet :

Autorité de police générale.

Direction, contrôle et coordination de l’action des services de police nationale et de la gendarmerie.

Membre de droit du SDIS ; direction des opérations de secours dans le département.

Tranquillité dans les communes où la police est étatisée et quand un trouble dépasse le cadre communal.

Polices spéciales (débits de boissons, …).

Pouvoir de substitution.

Allocation simple d’aide sociale, allocation aux handicapés et garantie de ressources aux travailleurs handicapés.

Hébergement en établissement, maisons d’accueil spécialisées et centres d’aide par le travail (CAT).

Lutte contre la toxicomanie, protection de la santé mentale.

Décision de placement du mineur.

Schéma national d’organisation sanitaire.

Participation au financement de l’investissement des établissements de santé.

Contrôle et surveillance des établissements de santé relevant de l’État. Nomination des directeurs.

Contrôle et surveillance des établissements sociaux et médico-sociaux.

Tarification de la partie « soins » des établissements sociaux et médico-sociaux.

*

Sécurité

*

L’Etat conserve son pouvoir de réglementation générale de l’aide sociale légale et fixe le taux minimum des prestations s’y rattachant ainsi que les conditions légales minimales d’accès à celles-ci.

Action sociale et santé

11

assises des libertés locales

COMMUNE (OU EPCI)

Construction et fonctionnement des écoles.

Consultation sur l’implantation d’établissements d’enseignement supérieur.

Financement des structures d’accueil (crèches, haltes garderies, centres de vacances, centres de loisirs, garderies, etc.).

Construction et fonctionnement des équipements sportifs de proximité (piscine, gymnase, camping, etc.).

Subventions aux clubs, associations, etc.

Initiative et responsabilité des établissements municipaux d’enseignement de la musique, de la danse et de l’art dramatique ; des établissements d’enseignement public des arts plastiques.

Bibliothèques de prêt municipales.

Organisation et financement des musées municipaux.

Conservation et mise en valeur des archives municipales.

Action culturelle : insertion des œuvres d’art dans certaines constructions (1 % du coût de l’investissement).

Participation à la mise en œuvre de la politique nationale du tourisme.

Sports

DÉPARTEMENT

Construction et fonctionnement des collèges.

Consultation sur l’implantation d’établissements d’enseignement supérieur *

Le président du conseil général délivre l'autorisation de création et de transformation des établissements et services accueillant des enfants de moins de 6 ans (crèches, haltes garderies, centres de vacances, centres de loisirs, garderies, etc.) . La protection des mineurs de moins de 6 ans est assurée par le président du conseil général du lieu où le mineur se trouve.

Construction et entretien d'équipements sportifs dans les collèges.

Participation financière versée aux communes mettant à disposition des équipements sportifs communaux pour les collégiens (conventions).

Subventions aux clubs, associations, etc.

Initiative et responsabilité des établissements départementaux d’enseignement de la musique, de la danse et de l’art dramatique ; des établissements d’enseignement public des arts plastiques.

Bibliothèques de prêt départementales.

Organisation et financement des musées départementaux.

Conservation et mise en valeur des archives départementales. Financement des services départementaux d’archives.

Action culturelle : insertion des œuvres d’art dans certaines constructions (1 % du coût de l’investissement).

Établissement, en tant que de besoin, d’un schéma d’aménagement touristique départemental.

Enseignement

*

Depuis le 1 er janvier 1986, les départements ont compétence en matière d’équipements scolaires du second degré, premier cycle (collèges). Les dépenses votées à ce titre par les départements atteignent 3 306 millions d’euros en 2002, ce qui représente 8% de leur budget total. Elles sont constituées principalement de dépenses d’investissement (environ 65%), consacrées à la rénovation ou à la construction d’établissements.

Les crédits atteignaient

3 209 millions d’euros aux budgets 2001 et

3 118 aux comptes

2000.

Jeunesse

Action culturelle

Tourisme

12

La répartition des compétences

RÉGION

 

ÉTAT

 
 

Enseignement

 

Construction et fonctionnement des lycées, des établissements d’éducation spéciale, des écoles de formation maritime et aquacole ainsi que des établissements d’enseignement agricole.

Construction et fonctionnement des établissements d’enseignement supérieur (cofinancements locaux).

Responsabilité du service public de l’enseignement :

 

définit les objectifs de la politique éducative, le contenu des enseignements et des diplômes.

Maîtrise d’ouvrage déléguée des bâtiments universitaires.

Gestion et rémunération du personnel enseignant et non enseignant.

Établissement du schéma prévisionnel des formations.

Établissement de la liste annuelle des opérations de

Établissement du programme prévisionnel des investissements pour les lycées et autres établissements précités.

Consultation sur les aspects régionaux de la carte

 

construction ou de reconstruction et de la structure pédagogique.

*

Détermination de l’implantation et des aménagements

Depuis le 1er janvier 1986, les régions ont compétence en matière d’équipements scolaires du second degré, second cycle (lycées). Les dépenses

des formations supérieures et de la recherche.

*

 

des établissements de l’enseignement supérieur.

Jeunesse

 
 

L'État délivre le récépissé de déclaration d'accueil de mineurs (âgés d'au moins 6 ans) aux organisateurs de centres de vacances, centres de loisirs, centres de placement de vacances, garderies périscolaires, la protection de ces mineurs étant placée sous le contrôle du préfet.

votées à ce titre par les régions de métropole atteignent

3

328 millions d’euros

 

Sports

 

en 2002, ce qui représente 21% de leur budget total. Elles sont constituées pour l’essentiel de dépenses d’investissement (environ 70%), consacrées à la rénovation ou à la construction d’établissements.

Construction et entretien d'équipements sportifs dans les lycées.

Centres régionaux d'éducation populaire et de sport (CREPS) : établissements publics de l'État, à implantation régionale.

Fonds national de développement du sport (FNDS) : dans chaque région, une commission régionale du FNDS donne un avis au préfet de région sur la répartition des fonds aux associations sportives et groupements sportifs. La gestion de ces crédits déconcentrés relève de la compétence de l'État.

Participation financière versée aux communes mettant à disposition des équipements sportifs communaux pour les lycéens (conventions).

Subventions aux clubs, associations, etc.

Les crédits atteignaient

Les actions de formation professionnelle continue relevant de la compétence des régions font l'objet de conventions entre les services déconcentrés de l'État et les régions.

139 millions d’euros aux budgets 2001 et

3

2

861 aux comptes

 

2000.

 

L’intervention de l’État s’élève à 2,75 milliards d’euros.

 
 

Action culturelle

Fonds régional d’art contemporain

Inscription et classement sur la liste des monuments et mobiliers historiques.

Contrôle technique et scientifique général.

Rémunération du personnel scientifique.

Initiative et responsabilité des établissements régionaux d’enseignement de la musique, de la danse et de l’art dramatique ; des établissements d’enseignement public des arts plastiques.

Possibilité d’expérimentations de décentralisation culturelle par des conventions État-collectivités locales.

Les subventions de l’État s’élèvent à plus de 1,5 milliards d’euros.

Organisation et financement des musées régionaux.

Agrément des écoles, contrôle des activités et du fonctionnement pédagogique.

Conservation et mise en valeur des archives régionales.

Insertion des œuvres d’art dans certaines constructions (1 % du coût de l’investissement) ;

Bibliothèques nationales.

Musées nationaux.

Archives nationales et désignation des responsables des archives départementales.

 

Tourisme

Définition des objectifs à moyen terme du développement touristique régional, coordination des initiatives publiques et privées dans le domaine du développement, de la promotion et de l’information touristique.

Définition et mise en œuvre de la politique nationale du tourisme.

Instruction des demandes de classement ou d’agrément de certains organismes (hôtels, terrains de camping, offices de tourisme, stations classées, etc.)

13

assises des libertés locales

 

COMMUNE (OU EPCI)

DÉPARTEMENT

 

Formation professionnelle et apprentissage

 

Association à l’élaboration du programme régional d’apprentissage et de formation professionnelle continue.

Consultation par la région sur le plan régional de développement des formations professionnelles des jeunes et des adultes.

Programme régional d’apprentissage et de formation continue [avis des comités départementaux de la formation professionnelle, de la promotion sociale et de l’emploi].

Interventions dans le domaine économique

Aides directes Les communes peuvent par convention avec la région participer au financement des régimes d’aides directes.

Aides directes Les départements peuvent, par convention avec la région, participer au financement des régimes d’aides directes.

Aides indirectes Mise en œuvre.

Aides indirectes Mise en œuvre.

Ingénierie financière

Ingénierie financière • Participation au capital d’une société de garantie. Création d’un fonds de garantie géré par cette société. • Participation au capital des sociétés de capital investissement par décret en Conseil d’État.

• Participation au capital d’une société de garantie. Création d’un fonds de garantie géré par cette société. • Participation au capital des sociétés de capital investissement par décret en Conseil d’État.

Aides au maintien des services en milieu rural.

Aides au maintien des services en milieu rural.

Aides en faveur des entreprises en difficulté

Politique de la ville

Contrat de ville

Contrat de ville

Élaboration.

Association.

14

La répartition des compétences

RÉGION

ÉTAT

 

Formation professionnelle et apprentissage

Élaboration et approbation du plan régional de développement des formations professionnelles des jeunes et des adultes.

Financement des actions de formation non susceptibles d’être rattachées à une région, ou de nature expérimentale.

*

Adoption du schéma régional des formations de l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) et définition de ses programmes.

Consultation par la région sur l’élaboration du plan régional de développement des formations professionnelles des jeunes et des adultes.

Les régions détiennent depuis le 1er juin 1983 une compétence de droit commun en matière de formation professionnelle continue et d’apprentissage, élargie par la loi quinquennale pour l’emploi du 20 décembre 1993, à la formation qualifiante et à la formation préqualifiante des jeunes de moins de 26 ans, qui a pris effet au 1er juillet 1994. Les actions préqualifiantes, avec leurs mesures d’accompagnement, ont fait l’objet de conventions pluriannuelles, progressivement signées par l’État et les régions depuis 1995. Les dépenses prévues à ce titre aux budgets 2002 atteignent 2 406 millions d’euros (94% en crédits de fonctionnement), soit 15% du budget total des régions. Les crédits atteignaient 2 371 millions d’euros aux budgets 2001 et 2 151 aux comptes 2000.

Signature des conventions annuelles de programmation et de financement des actions.

Mise en œuvre des actions d’apprentissage et de formation professionnelle continue.

Évaluation des politiques régionales.

Signature des conventions annuelles de programmation et de financement des actions.

Financement et tutelle de l’AFPA.

*

*

Adoption du programme annuel régional d’apprentissage et de formation continue.

Création d’un fonds régional de l’apprentissage et de la formation professionnelle continue géré par le conseil régional.

PrIse en charge de l’indemnité compensatrice relative aux contrats d’apprentissage.

Interventions dans le domaine économique

Aides directes La région détermine et met en œuvre le régime des aides directes aux entreprises

L’État conserve la responsabilité de la conduite de la politique économique et sociale ainsi que de la défense de l’emploi.

Aides indirectes Mise en œuvre.

Il accorde à ce titre de nombreuses aides aux entreprises (FDPMI, FRAC, ATOUT, actions collectives, services à l’industrie).

Ingénierie financière

• Participation au capital d’une société de garantie. Création d’un fonds de garantie géré par cette société ou par une société de garantie dont elle n’est pas actionnaire. • Participation au capital des sociétés de capital investissement. Création d’un fonds d’investissement géré par cette société ou par une société de capital investissement dont elle n’est pas actionnaire.

Aides au maintien des services en milieu rural.

Aides en faveur des entreprises en difficulté

 

Politique de la ville

*

Participation au financement et au capital des sociétés d’investissement régionales qui ont pour objet la restructuration, l’aménagement et le développement de sites urbains en difficulté.

Compétence de l’État.

Élaboration des contrats de ville ; coordination par les sous-préfets chargés de la politique de la ville.

L’État conserve plusieurs attributions essentielles : définition du cadre juridique des interventions de la formation professionnelle (statut des stagiaires, modalité de conventionnement des organismes de formation) ; maîtrise du contenu pédagogique des formations ; définition des relations avec les partenaires sociaux ; contrôle des obligations des employeurs.

 

15

assises des libertés locales

COMMUNE (OU EPCI)

DÉPARTEMENT

Urbanisme

 

Élaboration en association avec l’État des projets de directives territoriales d’aménagement [avis] (communes chefs-lieux d’arrondissements et communes de plus de 20 000 habitants).

Élaboration, en association avec l’État, des projets et directives territoriales d’aménagement [avis].

Élaboration du schéma de cohérence territoriale (SCOT), du plan local d’urbanisme (PLU) ou de la carte communale.

Élaboration, en association avec l’État, du schéma directeur de la région d’Ile-de-France [avis].

Délivrance des permis de construire et des autres autorisations d’occupation des sols pour les communes dotées d’un plan local d’urbanisme (PLU, ex. POS) ou d’une carte communale.

Droit de préemption urbain.

ZAC (zone d’aménagement concerté).

PAZ (plan d’aménagement de zone).

Aménagement rural, planification et aménagement du territoire

Schéma régional d’aménagement du territoire [avis + association à l’élaboration + approbation : communes chefs- lieux d’arrondissement, communes de plus de 20 000 habitants et groupements de communes compétents].

Schéma régional d’aménagement du territoire [avis + association à l’élaboration + approbation].

Élaboration et approbation du plan régional (contrat de plan État-région) [consultation des communes chefs-lieux et des communes de plus de 100 000 habitants].

Élaboration et approbation du plan régional (contrat de plan Etat-région) [consultation].

Élaboration et approbation des chartes intercommunales d’aménagement.

Établissement d’un programme d’aide à l’équipement rural.

Logement et habitat

Participation au financement du logement.

Participation au financement du logement.

Définition des priorités en matière d’habitat.

Définition des priorités en matière d’habitat.

Programme local de l’habitat (action en faveur des personnes mal logées et défavorisées).

Grands projets de ville.

Participation aux commissions d’attribution des logements locatifs sociaux.

Autorité de rattachement des OPHLM.

Autorité de rattachement des OPAC.

Environnement

et patrimoine

Espaces naturels :

Réalisation d’inventaires locaux du patrimoine naturel.

Réalisation d’inventaires locaux du patrimoine naturel.

Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée, plan départemental des itinéraires de randonnée motorisée.

Institution de zones de protection du patrimoine architectural et urbain (ZPPAU) [proposition ou accord des communes].

Déchets

Collecte et traitement des ordures ménagères.

Plans départementaux ou interdépartementaux d’élimination des déchets ménagers et autres déchets, lorsque la compétence a été demandée à l’État (une dizaine de départements).

Élimination des déchets ménagers et autres déchets assurée par les communes, éventuellement en liaison avec les départements et les régions.

Eau et assainissement

 

Distribution publique de l’eau.

Répartition des aides versées aux communes par le Fonds national pour le développement des adductions d’eau (FNDAE) financé par l’État.

Participation au schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE).

Étude, exécution et exploitation de tous travaux, ouvrages ou installations présentant un caractère d’intérêt général ou d’urgence dans le cadre du schéma d’aménagement et de gestion des eaux.

Aménagement, entretien et exploitation des cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau domaniaux transférés aux communes. Participation à la commission locale de l’eau.

Aménagement, entretien et exploitation des cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau domaniaux transférés aux départements.

Assainissement : prise en charge des dépenses (système collectif).

16

La répartition des compétences

RÉGION

Élaboration, en association avec l’État, du schéma directeur de la Région d’Île-de-France [approbation par l’État].

La politique d’aménagement du territoire est déterminée au niveau national par l’État après consultation des régions et des départements

Schéma national d’aménagement du territoire [avis].

Schéma régional d’aménagement du territoire [élaboration].

Élaboration et approbation du plan régional (contrat de plan État-région).

Élaboration des schémas interrégionaux du littoral et de massif.

Exercice de tout ou partie des compétences des missions interministérielles d’aménagement touristique

Participation au financement du logement.

Définition des priorités en matière d’habitat.

Environnement

Association à la conduite des inventaires du patrimoine naturel et réalisation d’inventaires locaux.

Parcs naturels régionaux.

Réserves naturelles régionales.

Institution de zones de protection du patrimoine architectural et urbain (ZPPAU) [pour avis]

Plans régionaux d’élimination des déchets industriels.

Création des canaux et ports fluviaux situés sur les voies navigables transférées à la région.

Participation au schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux.

ÉTAT

Pouvoirs spécifiques visant la modification des SCOT et PLU.

Qualification des projets d’intérêt général (PIG) et des opérations d’intérêt national.

Délivrance des permis de construire et des autres autorisations d’utilisation du sol (hors PLU et carte communale ou cas spécifiques).

Zone d’aménagement concerté (ZAC) dans les opérations d’intérêt national.

Zone d’aménagement différé.

Élaboration et approbation des directives territoriales d’aménagement (DTA).

Initiative des grands projets de ville.

La politique d’aménagement du territoire est déterminée au niveau national par l’État après consultation des régions et des départements.

Schéma des services collectifs.

Contrat de plan État-région.

Aides financières au logement.

Tutelle de l’ANAH.

Droit de réservation en matière d’attribution de logements sociaux au profit des personnes prioritaires.

Les aides budgétaires au logement s’élèvent à plus de 10

milliards d’euros.

*

et patrimoine

Conception, animation et évaluation des inventaires du patrimoine naturel.

Parcs nationaux.

Réserves naturelles nationales.

Inscription et classement sur la liste des monuments naturels et des sites.

Les interventions du ministère de l’Écologie et du développement durable s’élèvent à 770 millions d’euros.

Plans départementaux d’élimination des déchets des ménages.

Autorisation d’ouverture et d’exploitation des centres de stockage des déchets.

Police de l’eau.

Déclaration d’utilité publique dans le cadre de l’article L.211-7 du code de l’environnement.

Initiative de l’élaboration des SDAGE.

Adoption du périmètre du SAGE.

Urbanisme

Aménagement rural, planification et aménagement du territoire

Logement et habitat

*

La politique du logement social et la mise en œuvre du droit au logement relèvent des actions de solidarité nationale de la responsabilité de l’État. Pour autant, sur le terrain la mise en œuvre des politiques de l’habitat relève d’une responsabilité partagée.

Déchets

Eau et assainissement

17

assises des libertés locales

 

COMMUNE (OU EPCI)

DÉPARTEMENT

 

Réseaux câblés et télécommunications

   

Établissement ou autorisation des réseaux distribuant par câble des services de radio et de télévision.

 

Création d’infrastructures destinées à supporter des réseaux de télécommunications.

Création d’infrastructures destinées à supporter des réseaux de télécommunications.

Energie

 

Autorités concédantes des distributions d’énergie et de gaz.

Gestion directe du service le cas échéant.

Ports, voies d’eau et

liaisons maritimes

 

Police des ports maritimes communaux.

Aménagement, entretien et exploitation des cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau domaniaux non navigables transférés aux départements.

Ports de plaisance.

Desserte des îles côtières appartenant à la commune

Création, aménagement et exploitation des ports maritimes, de commerce, de pêche.

Police des ports maritimes départementaux.

Aides aux travaux d’aménagement concernant les cultures marines.

Organisation de la desserte des îles sauf si l’île appartient à une commune continentale.

Aérodromes

   

Compétence de l’Etat mais toute personne morale de droit public intérieure publique sous réserve d’une convention avec le ministre

ou privé peut créer un aérodrome destiné à la circulation chargé de l’aviation civile.Les collectivités territoriales peuvent

conclure des conventions avec des transporteurs aériens pour l’aménagement d’un service régulier. Expérimentation du transfert de l’aménagement, de l’entretien et de l’exploitation des aérodromes civils par les collectivités territoriales qui le demandent.

Transports

scolaires

 

Financement, organisation et fonctionnement des transports scolaires à l’intérieur des périmètres de transports urbains.

Financement, organisation et fonctionnement des transports scolaires hors des périmètres de transports urbains.

Transports publics

   

Organisation des transports urbains de personnes.

Organisation des transports routiers non urbains de personnes.

Élaboration du plan de déplacements urbains.

Élaboration du plan départemental (services réguliers et services à la demande).

*

Les départements ont voté , au titre de la

voirie départementale,

Voirie

un montant de dépenses s’élevant à

711 millions d’euros

en 2002, ce qui représente 14% de leur budget total.

5

Voies communales.

Chemins ruraux.

Voirie départementale.

Plan départemental des itinéraires de promenades et des randonnées pédestres et motorisées

*

Les crédits atteignaient

 

198 millions d’euros aux budgets 2001 et

6

4

630 aux comptes

2000

18

La répartition des compétences

RÉGION

ÉTAT

 
 

Réseaux câblés et télécommunications

 

Création d’infrastructures destinées à supporter des réseaux de télécommunications.

Autorisation de l’exploitation des réseaux câblés (CSA).

Autorisation de l’établissement et de l’exploitation des réseaux de télécommunications (ART).

 

Energie

 

❚ ❚ Programmation Programmation pluriannuelle pluriannuelle des des investissements investissements de de

Élaboration du schéma de services collectifs de l’énergie.

Élaboration du schéma de services collectifs de l’énergie.

production. production.

❚ ❚ Délivrance Délivrance des des autorisations autorisations d’exploiter. d’exploiter.

 

Ports, voies d’eau et

liaisons maritimes

Création de canaux et de ports fluviaux ; aménagement et

Création de canaux et de ports fluviaux ; aménagement et

Création, aménagement et exploitation des ports

régions.

exploitation exploitation des des voies voies navigables navigables et et ports ports fluviaux fluviaux transférés transférés

autonomes et des ports d’intérêt national.

Création, aménagement et exploitation des ports

à à la la région. région.

Police autonomes de la conservation et des ports du d’intérêt domaine national. public fluvial, police

Aides Aides au au renouvellement renouvellement et et à à la la modernisation modernisation de de la la flotte flotte

Police de la navigation de la conservation et définition du domaine des règles public de sécurité fluvial, pour police

de de pêche pêche côtière côtière et et aux aux entreprises entreprises de de culture culture marine. marine.

de l’ensemble la navigation des ports, et définition voies navigables des règles et de canaux. sécurité pour l’ensemble des ports, voies navigables et canaux.

Expérimentation Expérimentation l’aménagement, de l’aménagement, entretien entretien exploitation exploitation des

des ports ports d’intérêt d’intérêt national national et des et des ports ports de commerce de commerce et de et de

pêche pêche par par transfert transfert de de l’État. l’État.

 

Aménagement, Aménagement, entretien entretien et et exploitation exploitation des des cours cours d’eau, d’eau,

Grandes voies navigables.

canaux, canaux, lacs lacs et et plans plans d’eau d’eau domaniaux domaniaux transférés transférés aux aux régions.

Grandes voies navigables.

 

Aérodromes

Compétence de principe de l’État.

Transports

Compétence de principe de l’État.

scolaires

Transports

scolaires

 

Organisation des transports scolaires en Ile-de-France.

 

Transports publics Transports publics

*

Conformément aux dispositions de la loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU), adoptée par le Parlement le 13 décembre 2000, l’ensemble des régions métropolitaines, à l’exception de l’Île-de- France et de la Corse, deviennent les autorités organisatrices des services régionaux de voyageurs à compter de 2002. Les dépenses prévues aux budgets primitifs pour la régionalisation ferroviaire atteignent 1 913 millions d’euros, soit 17% du budget total des régions.

Organisation des transports ferroviaires régionaux

Organisation des transports ferroviaires régionaux

(lignes (lignes inscrites inscrites au au plan plan régional régional : : conventions conventions avec avec la la SNCF). SNCF).

Organisation Organisation des des transports transports routiers routiers non non urbains urbains de de

* Définition de la réglementation sociale et des règles de

sécurité et de contrôle technique. Contrôle de leur application.

personnes personnes d’intérêt d’intérêt régional. régional.

Élaboration du schéma multimodal de services collectifs de transports de voyageurs et du schéma multimodal de services collectifs de transports de marchandises.

Organisation des transports par le syndicat des transports de l’Ile-de-France.

Élaboration Élaboration du du plan plan régional régional (services (services réguliers réguliers non non urbains urbains

d’intérêt d’intérêt régional). régional).

*

 

Voirie

Voirie

 
 

❚ ❚ Autoroutes. Autoroutes.

Voirie nationale (cofinancements locaux).

Voirie nationale (cofinancements locaux).

Qualification de route express.

 

19