Vous êtes sur la page 1sur 9

PHYSIOLOGIE ENERGETIQUE

• Vie : perpétuel remaniement de molécules.
 Réactions chimiques catalysées par des enzymes.
 Maintient d’une originalité vis­à­vis de l’extérieur.
• Vitesse d’une réaction en fonction de la température :

Efficacité de la 
réaction

Température
       Réaction possible
       Efficacité suffisante

 Nécessité de travailler dans la gamme d’efficacité suffisante.
• Chez les mammifères : réponse par la thermorégulation dans le contexte d’un équilibre d’énergie.

I­  Equilibre énergétique 

• Organisme = système thermodynamique ouvert : échange d’énergie avec l’extérieur.
• Spécificité :
- Protéines présentes uniquement dans les organismes
- Ions présents à des concentrations différentes à l’intérieur de l’organisme qu’à l’extérieur.
      Coûteux en énergie.

1)  Généralités (rappels) 

• En énergétique, on utilise des unités particulières : les calories.
• La calorie ( = calorie ) : quantité d’énergie qui permet d’augmenter la chaleur d’1 g d’eau de 1°C de 14,5°C à 
15,5°C.
• 1 kcal : 1 kg d’eau de 14,5 °C à 15,5 °C.
• Flux de milliers de kcal par jors.
• 1 calorie = 4,18 J.
• 1 kcal = 1 Cal
• Un organisme humain en situation basale dépense 1 kcal / min.
 Une ampoule de 75 W.
Bilan quotidien :

Lipides 100 g           urée, NH3 15 g

Glucides 300 g           H2O 320 g

Protéines 100 g           CO2 450 L

O2 500 L           Energie 2500 kcal/jr

2)  Les apports d’énergie 

a)  L’obtention d’énergie 

• Oxydation de chaînes de carbones hydrogénées présentes au départ dans les aliments.

Aliments, Nutriments
   Energie chimique

Glycolyse
β ­Oxylation Chaleur, énergie calorique
Cycle de Krebs

   Energie chimique

Chaîne de phosphorylation
            Oxydative

ADP + Pi ATP

           Energie pour les fonctions
         cellulaires

Attention : L’ATP n’est en aucun cas une molécule réserve de l’énergie.
           t1/2
t1/2 ~ 10 sec.

• L’essentiel de l’énergie est produit dans les mitochondries :

        H+ H+
H+            H+     H+
H+ H+
 Chaîne    ATP       Sous unité
    de synthase   canal à protons
transfert 
  NADH
       Sous unité
         catalytique

H+ : protons arrachés
        aux nutriments         ADP + Pi      ATP
             oxydés

     H+
H2O

   O2

b) Energie des nutriments

• Chaleur de combustion des aliments / nutriments :

O2 Température
Bombe
Calorimétrique

Aliments / nutriments
• Par gramme d’aliments / nutriments brûlés :
- Glucides : 4,1 kcal
- Lipides : 9,4 kcal
- Protéines : 5,6 kcal
 Les lipides sont plus énergétiques que les glucides
• Problème : différent in vivo : amidon brûlé, pas le cellulose.
 Dans les 2 cas, 4,1 kcal de chaleur de combustion.
 Valeur énergétique : Amidon : 4,1 kcal ; Cellulose : 0 kcal.
• Dans les régimes traditionnels, on consomme plus de glucides que de lipides ( en % de l’apport énergétique 
total d’une journée ) :
- 55% glucides
- 30% Lipides
- 10 – 15 % Protéines
 Tendance à 40 – 45 % de glucides et de lipides.

c)  Le stockage de l’énergie 

• On ne va pas utiliser pour l’oxydation les nutriments qui viennent d’être absorbés.
 Les acides gras sont stockés dans le tissu adipeux sous forme de triglycérides.
 Le glucose  Glycogène dans le foie.
• Déstockage : jeun.
• Stockage : Homme à jeun :
Energie chimique        ( 
Masse ( kg )
kcal )
triglycérides du tissu  15 140 000
Lipides
adipeux
Protéines protéines musculaires 6 24 000
Glycogène muscles 0,15 600
Glucides
Foie 0,075 300
            165 000

• Lipides : stockage à long terme  Forme inerte (bouge pas)
 Problème : déstockage coûteux.
• Glucides : stockage plus difficile. 1 g de glycogène est associé à 2 g d’eau.
• Glucose : 10 min d’autonomie.
• Glycogène : quelques heures d’autonomie.
• Triglycérides : quelques dizaines de jours.
• Protéines : Attaque des fonctions vitales.

3)  Les dépenses d’énergie 
a)  Les méthodes de mesure    : calorimétrie 

• 3 types de méthodes de mesure calorimétrique :
- Calorimétrie directe : toute activité cellulaire aboutit à une production de chaleur.
 Chambre calorimétrique. Système simple mais lourd.

- Calorimétrie indirecte : par la respiration :

   1 mol glucose  6 mol de CO2
670 kcal

6 mol d’O2

Production  Equivalent 
Production de  Quotient 
1g demande d’O2 énergétique calorique d’1 
CO2 respiratoire
( kcal ) L d’O2 (kcal)
Glucides 830 830 ( 1 ) 4,2 5
Lipides 2000 1430 ( 0,7 ) 9,5 4,7
Protéines 970 780 ( 0,8 ) 4,4 4,6
         4,8
 Quantité de protéines brûlées : appréciable en mesurant la sortie urinaire d’azote ( car dégradées par 
désamination ).
 Quantité de glucides et de lipides absorbés : quotient respiratoire : 0,7 < Qr < 1.
 On obtient le % glucides lipides.
 Différents pour situation post prandiale ou de jeun.
 Permet de détecter des problèmes de résistance à l’insuline.

- Energie des ingestats :

Eingestats = Edépensée + Eexcrétats + gain de poids

b)  Les différents types de dépenses. 

• La dépense globale est variable car c’est la résultante de plusieurs dépenses élémentaires. Fonctionnement de 
base de l’organisme :
- Dépense de repos
- Dépense de thermorégulation
- Dépense musculaire

α ­ Dépense basale : mesurée par une chambre

• Sujet au repos allongé, éveillé, au calme émotif, à jeun, à 18 – 20 °C, habillé légèrement.
• Chez l’homme : 1500 – 1700 kcal / jr.

Consommation des 
            métabolismes de base

Boeuf
      Homme

Mouton

     Chien

          Lapin
     Rat
Souris
    Masse

• 1 kg de souris dépense plus qu’1 kg de bœuf.
• 1 m2 de souris dépense comme 1 m2 de bœuf.
 Les échanges de chaleur sont importants.

• Dépense énergétique :
- Protéine : 20% 50% de consommation de base
- Pompes Na/K ATPase : 30%
• Dépens liée à l’acte alimentaire :
- Augmentation de 20% du métabolisme de base.
 Ce qui consomme le plus : assimilation de protéines.
• ADS : Action Dynamique et Sportive ( ou extrachaleur post prandiale) :
 Le travail musculaires :
Allongé éveillé 77 kcal.h­1
Assis repos 100 kcal.h­1
Marche terrain plat 200 kcal.h­1
Marche pente légère 350 kcal.h­1
Course modérée 600 kcal.h­1
Activité maximale 1 400 kcal.h­1
• Cette dépense énergétique est réalisée dans un contexte de faible rendement ( ~ 30%)
 70% de libération de chaleur.

BILAN :

• 1 500 kcal.jr­1  Métabolisme de base.
• Valeur moyenne : 2 400 – 3 000 kcal.jr­1
• Travail musculaire : 20%
• Travail prandial : 20 %
 Grand potentiel dans la dépense d’énergie.

II­  La thermorégulation 

1)  Température et stratégie 

• Pertes de chaleur : thermogenèse, thermolyse.
• Les animaux peuvent être classés en 2 groupes :
- Endothermes
- Ectothermes
• Ectothermes : Invertébrés, poissons, amphibiens, reptiles.
 Métabolisme trop faible pour élever la température du corps. Ils utilisent la température ambiante. Ils 
     ne sont pas isolés thermiquement. Leur température est fluctuantes si la température extérieure est 
     fluctuante.
 Poïkilothermes.
 En période froide, hibernation.
• Endothermes : Mammifères, oiseaux.
 Produisent suffisamment de chaleur pour pouvoir maintenir leur température corporelle au dessus de 
     la température ambiante.
 Homéothermes.

  Enveloppe 
( température variable)

        Noyau thermique

2)  Thermosensibilité 

• Récepteurs, centres d’intégration, effecteurs
• Il existe des récepteurs thermiques ( 2 types ) :
- Au niveau du noyau
- Au niveau de l’enveloppe : récepteurs cutanés
• Récepteurs périphériques : sensibles à la température externe : 2 types :
- Récepteurs au chaud : en activité pour des températures de 40 – 45 °C.
- Récepteurs au froid : en activité au maximum à 25 – 30 °C
• Récepteurs profonds : mesurent la température du noyau thermique : sont présents dans des gros vaisseaux, des 
neurones de l’hypothalamus, de la moelle épinière.
 Informations qui vont vers des effecteurs.
• Hypothalamus : système endocrinien et nerveux.
 Réponse nerveuse plus rapide que la réponse endocrinienne.

3)  Régulation à cours terme 

a)  Régulation de la thermogenèse 

• Se réalise de façon permanente selon les espèces.
 Joue sur l’apport de chaleur et la perte de chaleur.
• Modulation de la thermogenèse : 2 principaux processus physiologiques :
- Frisson thermique : thermogenèse frissonnante
- Thermogenèse du tissu adipeux brun.
α ­ Le frisson thermique

• Contraction rythmique involontaire des muscles squelettiques.
 Rapidement contractables et rendement < 10%.
• Frisson imperceptible : 10 kcal.h­1
• Frisson généralisé : 150 – 250 kcal.h­1

β ­ Le tissu adipeux brun

• Localisé près des reins, du cœur, …
• Brun car très vascularisé et très riche en mitochondries.
 Hydrolyse les triglycérides et les brûle localement  Restitue la chaleur de la combustion au corps.
 Découplage entre l’oxydation et la synthèse de l’ATP
 Peu d’ATPsynthase mais une protéine spécifique : UCP (UnCoupling Protein) : qui ne 
contient que la sous unité canal à protons :

H+
+
    H

• Modulation par le système sympatique.
• Chez l’homme adulte, l’UCP ne s’exprime que faiblement.

b)  Régulation de la thermolyse 

α ­ L’isolation thermique

• Permet de moduler les échanges avec l’extérieur.
• On peut moduler l’isolation par le biais de poils ou de plumes.
 Erection des poils ou des plumes : chair de poule.

β ­ Contrôle de la vasomotricité

• Contraction ou dilatation du diamètre des vaisseaux des régions superficielles du corps.
• Neutralité thermique : 5% du sang passe dans le réseau superficiel.
• Milieu chaud : Forte augmentation du diamètre des vaisseaux : 80%
• Milieu froid : moins de 1 %.

δ ­ Couple sudation­évaporation
• Se produit quand exposition au chaud. Thermolyse inutile.
• 1 g d’eau : 0,6 kcal pour s’évaporer.
• Repos  600 mL.jr­1  25 mL.h­1
• Effort  4 L.h­1  2 400 kcal.h­1

γ ­ Thermorégulation à long terme

    HYPOTHALAMUS Environnement

      Système
Neurovégétatif CRH              TRH

          HYPOPHYSE

ACTH TSH
                Hormone            Hormone
   adréno – CortiTrope     TyréoStimulante

Medullosurrénale   Corticosurrénales Tyroïde

Catécholamines Glucocorticoïdes  Hormone tyroïdienne


   (adrénaline)              ( corticostérone, cortisone )