Vous êtes sur la page 1sur 33

Transparence et résistance en traduction :

Le prince d’Ayodiâ d’Ashok Banker en


français

- Shubhra Gupta
Sources primaires

 BANKER, Ashok K., Prince of Ayodhya: The Ramayana,


Book One, New York: Warner Books, 2003, 260p.

 BANKER, Ashok K., tr. Michelle CHARRIER, Le prince


d’Ayodiâ : Livre premier du Râmâyana, Paris : Le pré aux
clercs, 2004, 491p.

 BANKER, Ashok K., Prince of Ayodhya: Book one of the


Ramayana, New Delhi : Penguin Books India, 2005, 499p.
Traduction transparente et traduction
résistante

 « …whatever has a foreign colour is undesirable and is


even a grave defect. » - Francis W. Newman

 « Ce qui donne des traductions ethnocentriques, ou ce que


l’on peut appeler la mauvaise traduction. […] l’essence de
la traduction est d’être ouverture, dialogue, métissage,
décentrement. » - Antoine Berman
Hypothèse

D’où, notre hypothèse qui s’articule autour des


éléments qui démontrent la présence ou l’absence du
traducteur. On propose que plus le traducteur/la
traductrice se veut invisible, plus il/elle se manifeste.
Méthodologie

Notre recherche se situe dans le cadre de la


traductologie descriptive définie par James H. Holmes
avec l’accent sur la traduction en tant que produit.
Division des chapitres
Chapitre 1 : La traduction des textes religieux Chapitre 3 – Les déformations du texte
1.1 Les genres de traduction et le rôle des 3.1 La traduction intralinguale
traducteurs 3.1.1 La sécularisation du texte
1.2 La théorie du polysystème 3.1.2 Les jugements de valeur
3.1.3 L’aspect exotique de l’œuvre
1.3 La traduction des textes religieux 3.1.4 Les changements dans la langue
1.4 La traduction biblique hybride
1.5 Les textes sacrés en Inde 3.2 La traduction interlinguale
1.6 Le Ramayana – Importance et traduction 3.2.1 La traduction des aspects
1.7 Conclusion socioculturels
a) La langue
Chapitre 2 : L’analyse de la transtextualité b) Le mode d’adresse
2.1 L’introduction à la transtextualité 3.2.2 La traduction des aspects
2.2 L’intertextualité stylistiques
2.3 La métatextualité a) Le changement dans l’ordre des
2.4 L’hypertextualité phrases
2.5 L’architexte b) Le changement du narrateur
2.6 Le paratexte c) Le changement des mots utilisés
2.6.1 Le péritexte par l’auteur
2.6.2 L’épitexte 3.3 Conclusion
2.7 Conclusion
Chapitre 1
La traduction des textes religieux

1.1 Les genres de traduction et le rôle des traducteurs

1.2 La théorie du polysystème

1.3 La traduction des textes religieux

1.4 La traduction biblique

1.5 Les textes sacrés en Inde

1.6 Le Ramayana – Importance et traduction

1.7 Conclusion
1.7 Conclusion
Ashok Banker suit la tradition du Ramayana de donner
plus d’importance au message qu’à la forme – ajoute des
éléments de la fantasy, utilise une amalgame de langues.
Les traducteurs doivent veiller à plusieurs systèmes –
religieux, littéraire, linguistique et culturel du
polysystème.
L’édition indienne occupe une position centrale comme
elle est liée au système religieux. Les traductions ont une
position plus périphérique car elles ont plus d’éléments
de la fantasy.
Chapitre 2
L’analyse de la transtextualité

2.1 L’introduction à la transtextualité

2.2 L’intertextualité

2.3 La métatextualité

2.4 L’hypertextualité

2.5 L’architexte

2.6 Le paratexte

2.6.1 Le péritexte

2.6.2 L’épitexte

2.7 Conclusion
2.6 Le paratexte

Selon l’endroit où il se trouve, le paratexte est de deux types:

 2.6.1 Le péritexte - fait partie du livre publié, comme le


titre, la préface et les notes

 2.6.2 L’épitexte - parle à propos du livre de l’extérieur, c’est-


à-dire, il apparaît dans les médias ou dans les écrits
personnels, comme les interviews, les conversations ou les
lettres aux amis
2.6.1 Le péritexte
a) Titre
g) Préface
b) Couverture
h) Notes
c) Noms de l’auteur, du traducteur, de i) Glossaire
l’éditeur et leur biographie en bref j) Titre des
d) Information sur la publication chapitres/sections
e) Dédicace et épigraphe k) Illustrations

f) Remerciements l) Signes diacritiques


2.6.1 Le péritexte
b) Couverture

édition indienne édition américaine éditions françaises


2.6.1 Le péritexte
l) Signes diacritiques

 Le prince d’Ayodiâ: Livre premier du Râmâyana


 Râni
 Holî
 Kaikeyî
 Dhotî
Tretâ-yuga
2.6.2 L’épitexte
L’épitexte est de deux types:

a) L’épitexte public:

• Interview - avec l’auteur, Ashok Banker, et avec


Michelle Charrier, la traductrice française

• Forum en ligne public Readerswrite2013

a) L’épitexte privé – notre communication avec l’auteur


par mél
2.7 Conclusion
Les maisons d’édition cachent deux faits:
1. Il s’agit d’une traduction –
• Le nom de la traductrice est mentionné seulement une fois
• Les remerciements sont traduits de l’édition américaine sans
remercier ceux qui ont publié l’édition française
• L’introduction du glossaire indique que quelqu’un d’autre l’a écrite
mais a mis le nom de l’auteur en bas
2. Il s’agit d’une œuvre religieuse indienne –
• L’introduction écrite par l’auteur, imprimée dans l’édition indienne
n’a pas été traduite
• Il n’y a pas de note, ni de préface par la traductrice
 Le paratexte de l’édition indienne donne plus d’attention à l’aspect
religieux tandis que le paratexte des deux traductions mettent
l’accent sur le genre de fantasy.
L’analytique de la traduction
La résistance culturelle produit une systématique de la déformation qui
opère au niveau linguistique et littéraire, et qui conditionne le
traducteur, qu’il le veuille ou non, qu’il le sache ou non.
- Antoine Berman

Les treize tendances déformantes avec nos ajouts en rouge:


i. La rationalisation x. La destruction des systématismes
ii. La clarification xi. La destruction ou l'exotisation des
iii. L’allongement réseaux langagiers vernaculaires
iv. L’ennoblissement xii. La destruction des locutions
v. L’appauvrissement qualitatif xiii. L’effacement des suppositions
vi. L’appauvrissement quantitative de langues
vii. L’homogénéisation xiv. La modification des éléments
viii. La destruction des rythmes culturels
ix. La destruction et la création des
réseaux signifiants sous-jacents
Chapitre 3
Les déformations du texte
3.1 La traduction intralinguale
3.1.1 La sécularisation du texte
3.1.2 Les jugements de valeur
3.1.3 L’aspect exotique de l’œuvre
3.1.4 Les changements dans la langue hybride
3.2 La traduction interlinguale
3.2.1 La traduction des aspects socioculturels
a) La langue
b) Le mode d’adresse
3.2.2 La traduction des aspects stylistiques
a) Le changement dans l’ordre des phrases
b) Le changement du narrateur
c) Le changement des mots utilisés par l’auteur
3.3 Conclusion
3.1 La traduction intralinguale
3.1.1 La sécularisation du texte
« […] just a young prince and his princess, lying on a flower-bedecked
bed in the open chaukat beneath the stars. The jasmine brought that
back […] » p.50
« […] just a young prince and his princess, lying naked on a flower
bedecked bed in the open chaukat beneath the stars, lost in the
intricate labyrinth of Kama’s maze. Exploring the secret
gardens of sensual pleasure, the art of love. Kamasutra. The
jasmine brought that back […]» p. 39

•l’exotisation des réseaux langagiers vernaculaires


•la création d’un nouveau réseau signifiant sous-jacent
3.1 La traduction intralinguale
3.1.2 Les jugements de valeur
« They knew that apart from the three queens in their individual
palaces, there were three hundred and fifty more wives in the king’s
palace. Yet it never hurt to try. » p. 41

« Apart from the three queens in their individual palaces, there were
350 more wives in the king's palace—enough even for the most
virile of men. Yet it never hurt to try. » p. 33

•la destruction des systématismes

•l’allongement
3.2 La traduction interlinguale
3.2.1 La traduction des aspects socioculturels

Bhojanshalya - Bogashâla grande salle à manger

Jadugar - Yâtugar magicien

Anarth-ashram - Anars-ashram orphelinat

Kathputhli - Kâspulî marionnette

Bhagyavan - Bagavân bénie des dieux, chanceuse

• La modification des éléments culturels


3.2 La traduction interlinguale
3.2.2 La traduction des aspects stylistiques
« As he sang the opening sloka of "Dharti Maa," Lakshman instantly
felt the change in the atmosphere. »
« Il n‘avait pas terminé le sloka d‘ouverture que l’atmosphère avait
indéniablement évolué. »

« As they approached the second verse of the anthem, Lakshman felt


something strange and wonderful happen. It was as if a giant cloud had
pressed down on the whole concourse […].With the singing of the
anthem, Lakshman felt the cloud begin to lift. »
« Au début du deuxième couplet, il se produisit quelque chose
d’étrange, de merveilleux. On aurait dit qu‘un gigantesque nuage,
appesanti sur la foule tout entière, se levait lentement au son de
l’hymne… »

« Lakshman's voice died away, as did his brothers' voices. »


« La voix des princes s‘éteignit,… »
3.3 Conclusion
Le travail de la traductrice française est visible - elle a pris l’édition
américaine et le manuscrit de l’auteur comme textes sources si bien
qu’elle choisit la façon de traduire
Le travail des éditeurs américains est évident dans la traduction
intralinguale –
•Deux mots se trouvent dans le glossaire mais ont été enlevés du
texte
•Le style de l’écriture change au milieu du texte
L’auteur a trouvé un équilibre entre le système religieux et celui de
la fantasy tandis que les déformations dans les traductions ont fait
qu’elles appartiennent plus au système de la fantasy dans le
polysystème littéraire.
Conclusions générales

Les polysystèmes littéraires occidentaux détiennent


plus de pouvoir que le polysystème littéraire indien.

Les traducteurs ont librement fait des changements


suivant la stratégie de la traduction transparente – La
traduction interlinguale française est plus résistante que
la traduction intralinguale.
Merci beaucoup de votre attention!

Transparence et résistance en traduction :
Le Prince d’Ayodiâ d’Ashok Banker en
français

- Shubhra Gupta
« No amount of artistry could capture the way the light caught her
eyes, this glowing inner flame that made her seem both angel and
conquering warrior princess. It was as if the years had never passed,
[…] » p.50
« No amount of artistry could capture the way the light caught her
eyes this glowing inner light that made her seem both concubine
and goddess, dark angel and conquering warrior princess. Her
sari-concealed form, lined in the flickering torchlight, was as
achingly desirable as ever, as if the years had never passed, […] »
pp. 39-40
« Odour of the royal stables fading away as the wind changed, coming now
from the north, carrying the frosty bite of the distant snow-capped peaks of
the Himalayas and the delicate fragrance of nightqueen blossom, raat ki
rani, from the palace gardens. » p. 6

« Odor of the royal stables fading away as the wind changed, coming now
from the north, carrying the frosty bite of the distant lofty, snow-capped
peaks of the Himalayas. The aphrodisiacal fragrance of nightqueen blossom,
raat ki rani, came to him with the seductiveness of a royal courtesan walking
delicately with silver payal bells ringing at her ankles. He felt a stirring
response in his groin. That last mujra dance performance in the kala
kendra tonight had been tantalizing to the point of— » p. 5
« She felt his gaze move down her face, to her breasts, her still slender waist,
her flaring hips, her navel… He saw her fair almond-white complexion turn
scarlet, the flush spreading from her cheeks to her throat… He moved closer.
» p.49

« She felt his gaze move down her face, to her breasts, her still-slender waist,
her flaring hips, her navel… He saw her fair almond-white complexion turn
scarlet, the fire passing from her cheeks to her throat, down to the cleft
between her breasts… He moved closer, close enough for her to feel his
revived desire growing harder against her thigh. » p.39

« “Kausalya,” he whispered in her ear. » p.49


« “Kausalya,” he whispered in her ear, his breath hot against her
cheek. » p. 39
« To his credit, without even throwing a flirtatious glance in anyone‘s direction –
he was his mother‘s darling after all, she told herself with a brief flash of pride –
he climbed the seven steps to the threshold where Kausalya stood. » p. 198

« To his credit, without acknowledging or even throwing a flirtatious glance in


anyone's direction—he was his mother's darling, not his father‘s debauchee,
after all—he climbed the seven steps to the threshold where Kausalya stood. » p.
144
« Dasaratha was no philosopher or sage, but he knew that what he had just
witnessed, was still witnessing, was a hallmark in his long illustrious life.
Kausalya had passed his test and proved herself a perfect wife. » p. 66 78

« Dasaratha was no philosopher or sage, but he knew that this was a hallmark in
his long, illustrious life. Kausalya had passed his test. » p. 51
« Why in the three worlds would she have revealed this much to a
ganjaaddicted tantric? Then she remembered. It had been his insistence,
not her revelation. He had guessed without being told. Had put two and
two together over the months – it wasn‘t hard, given the task she had
hired him to do – and had added rumour, dark gossip, and word brought
by tantrics from the Southwoods of strange developments afoot. He had
come up with this smart but wholly logical conclusion: that she was a
worshipper of the Dark Lord of Lanka, who demanded the sacrifice of a
threaded brahmin boy at every interface, and who was prophesied to rise
from his ignominious failure in the Last Asura War and launch a great
new campaign of conquest. Starting with the invasion of Ayodhya. » p. 34

« Why in the three worlds would she have revealed this much to a
ganjaaddicted tantrik? Then she understood. He had smelled it on her,
the way these tantrik fools sniffed out a person's past life from his body
odor. So, the ganja was good for something after all: At least it had
helped this idiot achieve some insight. He smiled shrewdly, knowing now
that she knew that he knew. » p. 27
« In her clan, Chandramukhi, the moon deity, had been a revered and
feared totem. » p. 38 de l‘édition indienne et p. 30 de l‘édition américaine

« Le clan de la bossue, les Chandramuki, révérait en l‘astre nocturne un


totem redouté. » p. 42
« It made him feel guilty, not for himself but for his mother… »
« Bhârata se sentit coupable, pas personnellement, mais à cause de
Kaikeyî… »

« He wished suddenly that he had been born Kausalya's son rather than
Kaikeyi's »
« Il leva les yeux vers elle, si bonne, si calme, regrettant soudain de ne
pas être son fils plutôt que celui de Kaikeyî. »

« It still felt like betrayal to speak about his mother when she wasn't
present. »
« Lorsqu‘il parlait de Kaikeyî derrière son dos… »

« You are not responsible for your mother's actions. »


« Tu n‘es pas responsable des actes de Kaikeyî : »