Vous êtes sur la page 1sur 5

L'APPROCHE PAR LE CONCEPT

CONCEVOIR UN MCD (Modèle Conceptuel de Données)


EXTRAIT D'UNE SITUATION PROFESSIONNELLE :
« LA TABLE DE CANA » (sujet d'examen)

La « Table de Cana » est un réseau national regroupant des entreprises « traiteur », des
organisateurs de réceptions et des restaurants implantés sur l’ensemble de la France.

Elle est dirigée par Françoise FEMINIER, assistée de 6 collaborateurs.

Avec une équipe de 26 personnes en contrat à durée indéterminée et de 35 en situation


d’insertion, elle assure les services de : traiteur, restauration, réception (décoration et buffets
personnalisés), mise à disposition de maître d’hôtel et de personnel de service.

Ses nombreux clients sont des particuliers, des entreprises, des collectivités (lycées,
administrations…), des associations et des professions libérales.

Patrice KNETCH, responsable commercial, connaît vos compétences et sollicite votre aide.

Ses besoins immédiats sont les suivants :

- Stocker des données relatives aux trois entités ci-dessous,


- Extraire quotidiennement des informations de ces trois entités,
- Utiliser un système fiable,
- …

Il est convaincu que l'utilisation d'un Système de gestion de bases de données relationnelles
est plus adaptée aux besoins de son entreprise que le tableur utilisé jusqu'à maintenant
(extraits ci-dessous). COMMANDES

Numéro Commande 5
CLIENTS Nombre de convives 10
Date commande 12/11/2007
Numéro Client 410210 Date du repas 21/12/2007
Nom CABINET GERIN
Adresse 19 rue de Locronan
Code Postal 29000
ville QUIMPER
Tél 298554285
Contact M. Gérin

MENUS

Numéro Menu 3
Nom du menu Menu du terroir
Prix unitaire 30 €

SGBDR : Terminologie – Entrée par les sorties – C. AUTRET – F. CAZUGUEL – 06/02/2008 1


1 VOUS DEVEZ STRUCTURER LA BASE DE DONNÉES

1-1 LE DICTIONNAIRE DES DONNEES

C’est un tableau dans lequel on retrouve la liste des propriétés ou attributs de la base de
données, le type et la taille de chaque attribut en nombre de caractères.

Rappel : les différents types des attributs sont les suivants :

Texte = enregistre jusqu’à 255 caractères de texte


Numérique = enregistre des chiffres
Monétaire = enregistre des nombres et attribue un format avec séparateur de
milliers, 2 décimales et symbole monétaire
Date/heure = enregistre des dates ou heures
NuméroAuto = est augmenté de 1 à chaque enregistrement
Oui/non = prend un état oui-non ou 0-1
Mémo = enregistre des textes dont la longueur et supérieure à 255 caractères
OLE = enregistre des données par copier-coller (image ou son)
Lien hypertexte = enregistre les liens hypertextes ou adresses Internet

Champs Type Taille


Numéro Client Texte 10
Nom Texte 20
Adresse Texte 50 Infos fixes
Code Postal Texte 5 par client
Ville Texte 20
Tel Texte 10
Contact Texte 20

Numéro Menu Texte 5 Infos fixes


Nom du menu Texte 30 par menu
Prix unitaire Monétaire 10

N° Commande NuméroAuto 5
Numéro Client Texte 10 Infos
Numéro Menu Texte 5 variables
Nombre de convives Numérique 5
Date commande Date/Heure 10
Date du repas Date/Heure 10

SGBDR : Terminologie – Entrée par les sorties – C. AUTRET – F. CAZUGUEL – 06/02/2008 2


1-2 LES ENTITÉS

Il est possible de regrouper les informations en deux grandes catégories : les informations
fixes et variables.

Dans un SGBDR, ces informations, qui ne sont pas de même nature, sont placées dans des
entités différentes, reliées entre elles. Elles sont mises en relation ou associées par l’action
pour le client de commander un menu et par le fait pour un menu de correspondre à une
commande.

On représente les entités de la façon suivante :

CLIENT COMMANDE MENU


Numéro Client N° Commande Numéro Menu
Nom Nombre de convives Nom du menu
Adresse Date commande Prix unitaire
Code Postal Date du repas
Ville
Tel
Contact

Important : chaque fois qu’une information qui correspond à une occurrence est susceptible
d’être multiple, il y a lieu de créer une seconde entité.

Exemples :

Un salarié peut avoir plusieurs enfants  entité salariés + entité enfants


Un salarié peut avoir plusieurs diplômes  entité salariés + entité diplômes
Un salarié peut avoir plusieurs arrêts maladies  entité salariés + entité arrêts

2 VOUS DEVEZ DÉTERMINER UN IDENTIFIANT

Pour être fiable, une base de données doit interdire la saisie multiple d’une même occurrence.
La solution consiste à interdire un même contenu pour une ou plusieurs propriétés d’une
entité.

Cette propriété est appelée identifiant et son contenu est différent pour chaque occurrence.

Une entité doit obligatoirement posséder un identifiant. Par convention, cet identifiant est
souligné et apparaît en premier dans la liste des propriétés (ou attributs) d’une entité.

Dans l’exemple, pour l’entité Clients, le n° du client peut être utilisé comme identifiant. Pour
la table Commandes, la solution consiste à ajouter une propriété de type NuméroAuto qui sera
augmentée de un après chaque commande. Cet identifiant permettra également, de connaître
le nombre de commandes. Par convention, cet identifiant est souligné dans le MCD.
Complétez le MCD ci-dessus.

SGBDR : Terminologie – Entrée par les sorties – C. AUTRET – F. CAZUGUEL – 06/02/2008 3


3 VOUS DEVEZ ÉTABLIR DES RELATIONS

Pour visualiser les commandes qui concernent un même client, il faut obligatoirement avoir
dans l’entité Commande une propriété qui identifie le client correspondant. Cette propriété
commune aux deux entités permettra la jointure entre les deux entités. La solution consiste à
ajouter la propriété Numéro Client à l’entité Commande. On parle de clé externe (ou clé
secondaire), dans l’entité Commande.

De même pour visualiser les menus commandés, il faut avoir dans l’entité Commande une
propriété qui identifie le menu correspondant. La solution consiste à ajouter la propriété à
l’entité. Complétez le MCD :

CLIENT Commander COMMANDE Correspondre MENU


Numéro Client N° Commande Numéro Menu
Nom Nom du menu
Adresse Prix unitaire
Code Postal Nombre de convives
Ville Date commande
Tel Date du repas
Contact

4 CARDINALITES ET CONTRAINTE D’INTEGRITE REFERENTIELLE

Les cardinalités indiquent le nombre de correspondances minimums et maximums qu’il peut


exister entre les propriétés de deux entités mises en relation. Dans l’exemple, les cardinalités
sont les suivantes :

a. à une occurrence de l’entité Clients peuvent correspondre une ou plusieurs (1


ou n) occurrences de l’entité Commande.

b. à une occurrence de l’entité Commande peut correspondre une occurrence


minimum et maximum (1 ou 1) de l’entité Clients.

c. à une occurrence de l’entité Commande peut correspondre


…..……………………………………………………………………..(…ou…)
de l’entité Menu.

d. à une occurrence de l’entité…………………………………….peut


correspondre…………………………………………………………(…ou…)
de l’entité………………………………….

SGBDR : Terminologie – Entrée par les sorties – C. AUTRET – F. CAZUGUEL – 06/02/2008 4


Les cardinalités se représentent de la façon suivante : complétez le MCD

CLIENT COMMANDE MENU


Numéro Client N° Commande Numéro Menu
Nom Numéro Client Nom du menu
Adresse Numéro Menu Prix unitaire
Code Postal Nombre de convives
Ville Date commande
Tel Date du repas
Contact

Il reste à définir le sens de la cardinalité. Cette dernière va toujours de l’entité principale


(mère), contenant les données fixes (1), vers l’entité secondaire (fille) qui contient les données
variables (n).

En conséquence, lors de la création de la jointure, dans le logiciel, il faudra glisser


l’identifiant Numéro Client de l’entité Client sur la propriété Numéro Client de l’entité
Commande. De même, il faudra glisser l’identifiant ……………………………… de
l’entité……………………………………. sur la propriété……………………………. de
l’entité……………………………………………………

5 IMPLANTATION SUR POSTE INFORMATIQUE :

Le MPD (Modèle Physique des Données) se présente ainsi :

CLIENT COMMANDE MENU


Numéro Client N° Commande Numéro Menu
Nom Numéro Client Nom du menu
Adresse Numéro Menu Prix unitaire
Code Postal Nombre de convives
Ville Date commande
Tel Date du repas
Contact

La relation et la cardinalité matérialisent « La contrainte


d’intégrité référentielle »

SGBDR : Terminologie – Entrée par les sorties – C. AUTRET – F. CAZUGUEL – 06/02/2008 5