Vous êtes sur la page 1sur 2

CHAPITRE II : LA QUÊTE DU HEAUME D'ARGENT.

« Il était parti depuis maintenant une longue année, et restait là à piétiner dans les
neiges éternelles de Khazâd Thârik, sans parvenir à atteindre la salle où siégeait le tombeau de
son ancêtre Gondarduïn, dit l'Illusionniste. Et pourtant il savait que cela lui était indispensable
afin d'asseoir son règne sur son peuple. En effet Gondarduïn avait découvert l'ultime marche
de l'escalier menant à ce que l'on se plaît à nommer la science infuse... Il avait réussi à
perfectionner l'Alchimie jusqu'à savoir modifier à sa guise toutes sortes de matériaux et avait
ainsi pu équiper son armée entière d'armures intégralement forgées dans le mythril, ce qui
avait joué un rôle prépondérant dans le conflit légendaire s'étant vu attribuer le nom de
« Guerre des Mille Printemps ». Althâr se devait de retrouver l'armure de son ancêtre, gravée
des runes du savoir relatives à ce trésor intellectuel et scientifique !

Soudain, un rocher s'écrasa à quelques pas de lui, et quelle ne fut pas sa surprise
lorsque, en levant les yeux vers ce qui avait du être le lieu de résidence dudit rocher - et ce
n'était quand même pas un petit rocher - il aperçut un pied au moins deux fois plus grand que
son être, et au-dessus de ce pied une jambe, un torse et sûrement une tête qu'il ne pouvait
distinguer à cause du brouillard, voire des nuages. Un géant ! Certain qu'il approchait du
tombeau, il se décida à prendre son courage, ainsi que sa hache, à deux mains, et se rua sur le
monstre.

Il se réveilla, à vue de Soleil, quelques heures plus tard, dans la neige, et dû patienter
quelques instants avant de se ressaisir, engourdi qu'il était par le froid et la migraine qui
l'assaillait. Le géant avait dû le laisser ainsi pour mort. A vrai dire, il n'avait plus grand
souvenir du combat.

Quoiqu'il en soit, il n'était plus là. Effrayé, Althâr scruta les alentours et, ne voyant
rien, se décida à reprendre sa route. Cependant une anfractuosité dans la roche retint son
attention. A peine plus haute qu'un nain, il émanait d'elle une onde chaude et familière. Il se
dirigea alors vers la cavité qu'il supposait être l'entrée du caveau de son aïeul, le légendaire
Gondarduïn Anthâar. Il ne la percevait pas, mais une ombre le recouvrait et, levant la tête pour
vérifier qu'il n'était pas suivi, il s'aperçut que le pied, ainsi tout ce qui le surmontait, étaient
revenus.

Un duel sans merci débuta alors entre le géant et le nain qu'était Althâr, alors encore
privé des pouvoirs que son frère de sang Drâckyöon lui avait transmis. Le monstre était peu
abile mais frappait bigrement fort, tant et si bien que le Khân essuya maints coups et se vit
taillader les membres, bien qu'il sut parfaitement riposter aux agressions de son opposant. Et
après un combat plus qu'inégal, tant le géant malmenait le nain, Althâr triompha de la bête,
réussissant à lancer sa hache en plein centre du front de l'adversaire, à son plus grand
étonnement.

Diminué et affaibli, il entra enfin dans le caveau, et trouva le sarcophage de


Gondarduïn, épargné par l'usure du temps. Il lui fallut quelques instants avant de se résigner à
profaner la sépulture du héros, mais sa quête était terminée! Il avait enfin retrouvé le Heaume
d'Argent ! S'en suivit alors la "Résurrection du Sang", et tout le peuple Anthâarï, désormais
Althârï, bénéficia de la bienveillance de son jeune Khân, en ses belles années déjà légende
parmi les siens. »

Extrait de " Chroniques Althârï " par Karnednoduïn IX, scribe particulier du Khân.

Alyssa referma le livre, désormais âgé de plus de huit mille années. Avalon contenait
tous les ouvrages de chacun des scribes ayant été attaché aux services des Khâns d'Althârï,
cependant Althâr avait émis le souhait d'être seul à pouvoir les consulter, notamment dans le
but de conserver le voile de mystère qui entourait ses actuelles recherches. Elle réalisait, peu à
peu, ce qu'étaient onze mille ans de vie. Elle se rendait compte de l’importance de l’âge de
son père, concevait toutes les épreuves qu'il avait du subir et, ouvrant un livre d'Histoire
Géologique et Naturelle, vit son père traverser les ères au fil de l'évolution.

Une semaine séparait désormais Althâr et sa fille de leur arrivée en Avalon, et déjà la
vie reprenait son habituel rythme. Cependant Alyssa, bien que continuant à veiller sur la santé
de son père, s'impliquait dans les recherches et décortiquait chaque écrit, gourmande des
détails qu'Althâr n'avait pris le temps de lui révéler lors de leur retraite dans le plan Anthâar,
désormais désert. Une semaine, et pourtant les choses n'avançaient guère.

« Et si le Heaume était la dernière marche de l'escalier... »