Vous êtes sur la page 1sur 18
MILES DAVIS Decoy Grente_ans apres EN AVRIL 1984 PARAISSAIT “DECOY”, ABOUTISSEMENT DE CE QUE MILES AVAIT ENTREPRIS QUATRE ANS PLUS TOT AVEC “THE MAN WITH THE HORN” ET AMORCE D’UN TOURNANT VERS SA MUSIQUE DE LA SECONDE MOITIE DES ANNEES 1980. COMME CHAQUE NOUVEAU DISQUE DU TROMPETTISTE, IL SUSCITA L'INCOMPREHENSION AUPRES D'UNE PARTIE DE SON PUBLIC QUI TRENTE ANS PLUS TARD POURRAIT BIEN LENTENDRE D'UNE AUTRE OREILLE... VISITE GUIDE, PAR FRANCK BERGEROT aren ret srt nn eee DOSSIER MILES DAVIS: Decoy, une 146 1979, Miles Davis, 52 ans, #velle d'un long ceauchemar qu Va wustenfermer chez lui dans la déprime. Tl Emerge de cette longue retraite stimulé par son neveu, Vince Wilburn, Celui-ci fai partie d'une bande d'instrumentistes de Chicage, formés dans différentes écoles et qui pra: ‘Squent un mélange de soul, funk et fusion dans esillage ‘darth Wind & Fire, Stevie Wonder, Tower Of Power, Stanley Clarke, George Duke... Miles es prend en affee- tion et permet l'un de leurs groupes, ALT, de venir ‘enregistrer & New York davril 3 juin 1980, De la quin- zine de titres enregistrés, Miles ne garde que deux qu'il ‘qualifiera de « Buble gum music »: Shout et The Man With The Horn. ILy ajoute sa trompette en janvier 198 alors qu'il réunitun nouveaw groupe en studio pour le reste de Talbum, qui prend sa forme régulitre lors des ‘concerts de promation de album du retour, “The Man ‘with the Horn”, au début de été 198, Engage par Miles la place du saxophoniste dAL7 ds les séances de 1980, Bill Evans (23 ans en 1981) est un disciple de Dave Licbman sideman de Miles en 1972 et 1973) qui le lui a présenté. Evans a retenu de Liebman tua phrasé, une abstraction chromatique ct un godt de Vnaprovisation interactive qui remontent arc recherches de John Coltrane et aux audaces du Second Quintette de Miles, Reeommandé par Evans pour la derniére séancede “The Man with the Hom, Mike Stern (28 ans) {intel langage chromatique asimilé lors de son passe ie redécawverte La asia de "Dea prs nol 1884, pas ne dente saeau par appt co (ie Mies avs ms asa eaten 1583. ete une, jeme appltatoamse awit | ‘uconvspnd ltt msi de Star Pop pare manos, Mi tom enh ctl ‘ patageal spats de gare, Tern Bary replant Maes aoe et pugs de ate emble is ore 5 as simer su "Dy, lp | Dar nesses de maces de Rabe ng oar ane msique ane part dsb top ttingunt mais dees ass ce gue alas ner es cmpostins, peta calls, (elbin Sz desamas seu a guar eles ste BansMarslis vue parte au mois d peste magi, Assi de moet cliags sds esta sein gue | eles, par oul ental aes ps ts asin de saa qu, x 5 Us ae un ceca de cartaces afb dela esque de "spalit eMles™Pootant isos aes que jose Sn pb et anniversaire on enue Ge "Decay" est tease, ‘qu ction dt tile arn dere lu ste de eco agli ‘es ets Pu! Tngan It Core Cl 2 ot as trogiee FB (0 mest ee eens es us, Pa Tey, abana angi) | (2 ase, eats al 18-191, Gee Tests Pes eis) 244 JAZZMAGAZINE JAZZMAN / Nico 563 / Jie 2014 au Berlce College of Music de Boston d'un son et d'un phrasé trés rack. Egslement consellé par Bill Evans, Mareus Miller (2 ans) ese un bassiste dees recherché dans les studios et dot d'un vocabulaire trés large, dela walking bass sur progressionsharmoniques sophistiquées su groove slappédes nouveaux bassistes de funk. Lebat- ‘eur Al Foster (37 ns) fait ses vrais débuts phonoge- phiques sur Blue Note auprés du trompettiste Blue Mitchell en 1967 eta reoint le groupe de Miles en 1972. ‘Veuéran de Torcheste, ies le gardien du temple éifié ssutour de Miles dans les snnges 1970, sur Is base d'un ‘backheat souple et implacable. Le percussionists mar~ tiniquais grandi en France Mino Cinelu (23 ans) est le dernier recruté, pour le retour de Miles sur scéne. «vee Ii out a commened se mettre en place» sume Miles. Soit une musique tr'souvert sur un matériel composi- ine minimal, mais d'une lisiblié mélodque et ryth- migue tournant le dos & la luxuriance free des années 1970, plus ane palette découlant de Féclectisme de Mar- ‘cus Mille (funk slappé, regeae, swing... Hen résulte un album lve enregistré entre juin et octobre a Boston, New York et Tokyo: “We Want Miles”. Le public qui avait ‘oudé les cites pop de “The Man With The Horn” est suré, méme si certains fans regrettentleradicalisme ‘du Second Quintete ou des années 1970. Restent les nos- talgiques de “Milestones” et “Kind Of Blue”. Pour ceux ies est définitivement perdu. De Mike Stern a John Scofield ‘Debut 1982, une attaque paralyse momentanément la main droite du trompettiste et sonne comme un salu- ‘sire coup de semonce pour un Miles resté fragile ot sujet aux comportements addictfs. Avec le soutien de sanouvelle épouse, Cicely Tyson, il simpose une nou ‘elle hygiéne de vie, Sur le plan de la trompette,ca sen- tendra bientét, mais son orchestre rencontre d'sutres problémes avec Taddiction deson guitarste. Bn novern- ‘bre 1982, Miles engage John Scofield en soutien & Mike Stern qui sera éearté en juin 1982, Recommandé par David Liebman depuis 1980, Scofield a prés de 21 ane lorsquillrejoine Stern surseéne en novembre 1982. Cet éeadiant du Berklee College se fait remarquer par les Juazfans lors des retrouvailles de Chet Baker et Gerry “Mulligan en 1974 au Carnegie Hall, puis par les ama- teursde jazz-rock auprés de Billy Cobham, mais est surtout dans entourage de David Liebman, puis au sein lu trio quil partage avee Steve Swallow et Adam Nuss- ‘baum, qu'il marque une génération de guitaristes par son approche chromatique, on enracinement dans le blues ecun phrasé en arriére du temps que Miles Iai reprocheralorsqu'l se séparera de Iui,mais qui fait une grande part de son charme. Le jeune public, qui ta Hr THE ROAD, kt DOSSIER MILES DAVIS: see découvre Miles et, avee lui univers du jazz, opposera leton plus direct et franchement rock de Mike Stem di lapensée plus tortueuse de “Seo” qui ravit plutdt les jazzfans plussensibles dune certain saphis- Uieation harmonique et rythmique. Chromatic funk aru en avril 1983 et enregistré de fagon un pew décousue (trois séances de Pété 1982 et de janvier 1983, un concert d'aoit 982¢t un autre de férier 1983), “Star People” témoigne de Varrivée de Scofield et ‘du départ de Marcus Miller, ret= placé sur seéne par Tom Barney début 1983 (Speck). Le blues lent y fait un retour en foree avec It Gets Better et surtout Star People, Iritier de Blue Haze, quisera Poe: ceasion tout au Tong des années 1980 de longs et poignants solos detrompette. Gil Evans est auss deretour et donne au répertoire un aspect plus structuré que les jams des deux précédents albums, en piochant dans lesbandes des fragments de solos des uns et des autres pour en sire de nouveaux thémes, tele Star on Cicely dont les phrases thématiques sont empruntées Mike ‘Stem, Speak et It Gets Better étant repiqués dans les ‘improvisations de Scofield, Ces emprunts et le chro matisme des solistes, wire du bassist (Star On Ciel), inspirent a Paul Tingen,spécialiste dela période lec trique de Miles, expression souvent reprise de “chro- matic funk”. Bile qualifiejustement la nature de ces ‘ances, aveclerecul on peut entrevoirlesprémices CHAPEAU, MILES En jul 196, pour la cowertur de "Decoy, Giles Larrain a saisi Miles cafe un chapeau desomals aleve, lca ramont, Une sie de cliches également iiss pourlescowerures @Aua™, de "autobiographie edigte par Quincy Toupe des des ‘olumes dela biographie de Jeck Chanter. Ce Chapeau, oe conalsait 2, puisqae Mies lepotat les de la seance elise par Guseppe Pine dans un suionon-yorats vip. 38. + rb 26 JAZZMAGAZINE JAZZMAN (Nico de “Decoy” dans usage par Miles du synthériseur Oberheim OBX-a,certaines pratiques d'overdub et Pap- parition sur la couverture des premiers dessins de Miles. Mais ily manque un producteur dont la technique de montage et de mixage corresponde ice que Miles 2 désormais dans Voreille, Comme jamais il ne Pavitt, Tetrompettiste prend Vinitia- tive sinvesticdansla post-pro- duction jusqu’a sinterposer centre Vingénieur du son Ron Lorman et Teo Macero qui signe la sa deriére collabora tion avec Miles, Letrompettste assurera lui-méme la produe- tion de son prochain disque, “Decoy” eréitant Robert ving comme co-producteur assist’ de ince Wilburn, Revoic leneveu cet ses potes de Chica. Freaky Deady ! Le premier des Chicagoans a rejoindre lorchestre est Darry/| Jones. II ne igurait pss sur “The Man With The Hoorn” dont la basse était tenue par Felton Crews. Fils d'un batteur du South Side de Chicago, Darryl Jones ies aisséséduire pa la basse de on voisin, Angus Tho- mas, son ainé de six ans, qui li enseigne Vinstrument. 1 étudie Vharmoni ila Chicago Vocational High School, ‘passe une année la South Ilinois University ettapele boeuf chez le guitariste Jean-Claude Bourelly aux alen- tours de 1979 avec la bande WALT. Lorsque, sur les conseils de son neveu, Miles appelle Darryl Jones en ‘mai 1983, pour remplacer Tom Barney, ila 21 ans mais test dé fait une belle réputation & Chicago, comme bassiste de funk, pour son slap virtuose ct puissant. En juin 198%, fait ses débuts sur scéne avec lorchestre de (Miles, qu'il galvanise para présence et accompagne en studio le 20 juillee pour un premier morceau, Si Miles met Darryl Jonesimmédiatement& contribution, ce nest ‘cependant pas pour le placer dans ses res de prédilec- ‘pour accoucher une idée que {a formuler, un letrompettste aen téte sans parver motif obsédant remontant ses jeunes années, qui rou- leraicindéfiniment, Darryl Jones lui soumet ne suite bluesy de notes qu'il monte et descend réguliére- tpi tessommest ‘centnarion MESsENCEnS UUs eres sorts (genders dp. Retctrtoe alo ‘oo scored Fars ean sani Huge it soi acs (sen et sans re Fesaptaes ca tecison (was ae sae Says acters) "en rs pops 0s are ek Btn eas set iin a ate Tes gens aaa. andre manele Diy unas Boe fat db ae ele (nate elas ‘ten eas eae "Non Yrk com’ (Contes) ‘roo Banhar/Oonald argenste ark ened tin (Cone ‘ry Dee es “iy Fd cant (Ghee ‘vorx-crvorcLa. echt deemed des nts lites {hater dt i, res par un ones ‘ment ero prune gan ese tts (Geoge en au ess, Ue amp. Ba nw. lessee un chon! Fowra wea oun (ace aml Fiat tao cps (Sma cst sreararcan free ste Frankia. eaten ieee Pe saan oes cuca rae “ie a Sai Slam Ry ele hing ‘ites hi ET VETTES ‘or enregisté ou tourné avec Mies, est camime ére marque sans douleur au fer blew: méme aprés avoir quits, on reste souvent un “et” dutrompetste, En 1984, ‘tombe entre euxétaien acts. Coux qui avant particpé a “Decoy” en tte, [Cann 0 Deca" consace de fgan lta bs tlt de alist td compnsteur de Jen ‘eof celui publi “Electric Ot’, son remle album pour Gramaviion, aa tes att ‘on suv alr de rs, Outre ls patos de {ilre, "So" assurat cals eave! hase. Pte Levin, cetes moins ltr que son free “ary, jute a quelques touches snthSiques, Steve onan, en lene mutation sigue (écouter aussi les doz dsques qu'il voit denagistir avec Steve Kha, WOR invert des grees ious, urd et subi lofos. Quart aux deviitesRay Arden {tombe biant dans st My Lock, que ies aut rs bien pu sjutr dso pero...) at David Sanbos (sac alte danstristites, is ‘sjoualntchacun sa tou, entre oft une jourunotascinaton por eiage de Ray ‘Chares (partagte aves “Seo? pour taut. Malang savamment dos do jaz de unk ot do blues, "lctric Ou’ rest oe puro des alums ls plus appre da gular, ‘ara u aussi de a patcpation au groupe de Miles (gérde 1980-1982), Ie sample Bi rans ta coutlomert atch a 1984 ohn ‘cLaugia vent en fare spophonse on Mahavishnu fateanent acti, Beltre ‘Musician un lba qu avait actatventen paupe que Grams, publi sen premier ‘opus ptsontel, “Living in Te Crest OF The ove, Ertouré exellent sigemen —le clave Nite Forman, Fancienpereussinniste te Weather Report Mande Brena le bate ‘Adam Nussbaum et x-sctinnthmigu du Pat ‘Meteny Group. Mark Egan et Danny tte homanyne dps cere pianist & antes do la golase Miles sgnat Fn ses meilous albums, reft¢ une dquo oe jaz tse, ie sombrat pas dans la "snotitde” insonte poacait encra tre nent, ors ‘ue son age dor Bat ja pase abe néo-boppeur cre “re len’, ‘Branford Marais, dent a major Columbia publat également premier alban. chit ‘edonmer au jaz acoustique se tes rablesce vc, entre ates. Mulgrew Miler, ‘Kenny Ketlan6, Ron Carter, Marvin Sith tft Wats dou stars montanes de a batter, fest reve d'une peronnalte ts eines ur son ge (24 ans): orerté moat, Aechnigu av-desss dela rnyene, prasé agus, sans esbout postcoltraiene ni rime bracken, Quant auramake inattend de Scenes The Gide Chars Mingus, morceau “cnématique eis ago Spike Le, ile plat demblé dans l tation ea "pale nie’, e'un spon word ancestral ‘ual, quelques années plus tad fe ‘approche 4 inp Tandis qe less produit dans des sales de user plus grandes sor vew compan Gi rans lsat daniel chaque nd so au Snot Basil de New Yr. vee son Monday Night chest, i eistalt devant une ceotane de personnes ses popes clases, mas aussi ‘eux erie Hancock (Prince OF Caries, ‘armen un cin dw...) e Chats Mingus (Goede Prk Pe Hat ou dein Hendrie (Stone Fre, Vodoe Chia. ambiance lit chaude et les improvisations brates. Dans cet rcheste pyustmetehantqu, "The Master (le earnom {elles dome a Gl Evans en 197, année esa nor) lass ie cous es sles, (e Lew Sobtt a Hiram Bul (ui itun bet ‘passage dans le rope eles en 1987) en passant par Mio Ciel (quai pasta {rendre Weather Repo, Howard son, Gearge Adams... (eee treate ans apis Jes eu ilumes de “Live Swee Basil” a ‘quelque chose démpavet La msique caquat susenleumures, les cadres Bait apparent, tune crane de Gu joc lortae uit en es unis sa on ora... Quand Marous Miler quite les tn 1982 (quate ars avant sa deur cllabratin aver Je tompetiste pour trmphal Tutu"), est ‘our Taner dans le RAB, tout ncotinuant de teampase daranger et de pure pour David Sanbom, tha Fann Luthar andres. Mas es dee albums sucess “en chaleur” renchanlrentgutele public... Carce nest ‘hiderment pas avers vi u'chant le ioe mais ave se basse scrque La prewe 1981, ce st pas parson dewee album penymequ'lmarque es exp (es chansons calbrées fet frewsement eighties’ fonder ans les encontes, mas as dans es yp), ais acta turigsime int slapped Fr over, dans le “Stag 0 The Heat” de sn copainSanbun Dans la ogiste RUB, *Seiethngs On Yeu Mind’, ke dete lou de D-iinegoupe du chaoteuret multi- instumentist James Wiliams, art touche un publi plas large que cou e Moras il. Mis luimme en rarendra la chensoritre en version instrumental dans "Yue Under rest” 1985. Mas cost di une autre Nite... « meaemCNT ‘SELECTION CD. ‘Seal. "Elect Grane) (ian: "Lomgla Crest Aare ete Msi] Starord rsa -Sceres ney” Cail ‘ras & Te Handy chest "Lie Set fava Puen rae Ts Moy ee fall eer Sd Sot Srapt oh ear” Maro re) (an “Sonethigs 1 Yur tn 9 Ln RSet | JATEMAGAZINE JAZZMAN 27 uo nga rasa DOSSIER MILES DAVIS: s++_-menttoutau long du morceau, pendant que Miles sso 8 Féconomie sure synthétiseur comine sil des- nat avec un gros pinceau a Fenere de chine sur un fond moucheté par Scofield, Foster et Cinelu, Le morceau qui en result, Freaky Deady, rappelleles ambiances hal- lucinées de Rated X et He Loved Him Madly sur “Get Up with It” mais aussi certains climats eréés par Joe Zawinul. «Je veux vraiment écouter a. Freaky dead?» murmure Miles la fin du morceau, reprenant une ‘expression angotique désignant quelque chose debizarre, vec une connotation sexuelle Robotique Rien ne sorts des ances des deux jours suivants au ARR studios, mais on note que le? juillet, Branford Marsalis (prés ce 23a) a invité prendre momen- tanémentla place de Bil Evans. Apres quot lesepttte rSgulierpren le route des festivals dete Tretourne en studio le 29 anit, une fois de plus sans résultat, au Record Plant Studios ot Te reste de laloum sera enrgiseé et ‘qui correspond aux nowvelles orientations de Miles Celle-cise précisentavee entrée en action de Robert Irving (30 ans) invite mixer Falbum en cours. Le trompettst se fera désormats de plus en pls absent ‘en studio, déléguant la direction & Trving assisté de Vince ‘Wilburn, communiquant avec le studio par tephone, se fasant envoyer chaque jour des copies sur casette des bandes 24 pistes qui tournent en continw, méme pendant ler répions,ne se déplagant que pour enre- fistrerea compere aurle marie! enregisté au préa- Inble. Robert Irving tat Vauteur de Space, le morcent du groupe AL? quia déidé Miles le faire venir & New ‘Yorken978 Irving. commence par over des cuivres, LALLINN DRUM, C'EST QUOI? Sucotdent an premi¢es bates &thme lectroniques(arum machine préprogrammées cont ante este ‘iythmicor ge Leon Termin 1820), ls tits 2 tne dos années 1970 80, 1872; Aco Toe, 1875 Rela, 1978) pesmettaert de programmer so-méme ‘thm, Un nouveau pas fu ranch ave a Linn Lu ofa des sons Cigtaux échanilnnés technique do -semplng® pani de ais sons de bate et un programme sng. Invent par Roger Li in des années 1970 et inset av catalogue ie Linn Electrics en 1979, ele fu la fremire dun grand tombe de modes (org, beri, aan etc) aut ‘marquee son u unk a pop et ‘u hip top des années 1980. C'est une ‘dum machine da marque Linn que Bobey électronique de a marque Simms, Inving wise sur ‘Decoy, LD ou M2 (également appt Linn Drum). Sor "Tutu", Marcus Miler wisera Line 5000 commercialise en 1984 1: La ceum machine ve eit pas te ‘anon avec a baler ectrnique puis du piano pour parfaire son éducation théorique, ‘udiant la composition et Parrangement Vuniversite ‘de Caroline du Nord. Sur “The Man With The Horn’, Foosigne Shout et le théme-tite, puis il sefaitconnaitre ‘comme arrangeur et producteut, notamment pour Ram sey Lewis, Le septembre 1983, Irving répond i laconvoeation de Miles au Record Plant pour travaillersur un bref inter Jude d'une minute, Partant d'un fragment de solo de Miles tiré ’un blues en 6/8 enregistré en concert ily ‘superpose un groove et des harmonies totalement dif {érents quilsélaborent en studio, sur une drum machine (boite rythme) de marque Linn et férentes couches de syntheiseurs. A quoi sajoutent juste les congas de Mino Cine. Baptisée Robor 45 de maniére aussi signi- ficative (Robot) qu'énigmatique (415), cette piéce fut reprise parla violoniste classique Viktoria Mullova en ‘ing arrangements différents de Matthew Barley du vio- loncelliste Matthew Barley (*Throught the Looking. Glass”, Philips, 200. ‘De nouvelles séances sont programmées aux alentours ‘du 10 septembre avec le groupe au complet, Branford remplagant 8 nouveau Bill Evans. Invité par Miles 3 porter ses compositions, Irving sest rendu cn studio Chicago pour prépazer Ia maquete un morceau ttré Outer Space, aide de sa drum machine et de différents