Vous êtes sur la page 1sur 7

L’importance du divertissement et ses règles

Cheikh Abdel-Bari Atthoubéïti


Vendredi 16/03/1422 (8/06/2001)

Louange à Allah qui a définie le licite, l’illicite, et la nature de l’âme ainsi que son droit au
divertissement. Je le loue, je le remercie pour tout bien et bienfait, et je lui demande la
protection contre tout acte mauvais. Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah,
l’unique sans associés, il a dans toute chose, un signe dont parle ce vaste univers ; et je
témoigne que notre chef et notre prophète Mohammed est son serviteur et son
messager, il a appelé vers Allah et nous éclairé la guidée du vrai chemin droit, qu’Allah
prie sur lui et le salue ainsi que sur sa famille et ses compagnons tant que la nuit et le
jour se suivront, et autant de fois que le nombre de personnes qui parlent cette langue
arabe éloquente. Craignez Allah, rappelez-vous de votre destination, regardez les
actions que vous avez préparez, et que la vie de ce monde ne vous trompe pas car c’est
une vie éphémère, Allah - qu’il soit exalté - a dit :

{O vous qui avez cru, craignez Allah à sa juste mesure et veillez bien à ne mourir
que dans la foi islamique}
Serviteurs d’Allah :

Pendant ces jours-ci des périodes de vacance, beaucoup de gens parmi les parents et
les instructeurs pensent à deux sujets : le divertissement et sa signification, le temps
libre et ses soucies. Lorsque vous lisez le hadith de Handhala Al-ousséïdi, vous restez
éblouis devant la grandeur de l’islam, le chemin élevé ; Handhala est d’une génération
qui a fait des efforts pour que leur journée entière, plus exactement, leur vie entière,
reste aux degrés les plus élevés de foi et de perfection. Il pensait que l’amusement avec
sa femme, son divertissement avec son fils, son sourire, ses plaisanteries, étaient
contraire à l’adoration d’Allah, et à la soumission totale à Allah - qu’il soit exalté -. Abou
Bakr lui dit :

“comment vas-tu Handhala ?” Il dit :

je dis : “Handhala est devenu hypocrite”. il dit :

“gloire à Allah, que dis-tu?” Il dit :

je dis : “lorsque nous sommes avec le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) et qu’il nous
parle de l’enfer et du paradis, c’est comme si nous les voyons, puis lorsque nous
quittons le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue), nous restons avec les femmes,
les enfants, les amusements, et nous oublions beaucoup” . Abou Bakr dit alors :

“par Allah, il nous arrive la même chose” .

Nous sommes allés voir le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) moi et Abou
Bakr, je dis :

“Handhala est devenu hypocrite, O messager d’Allah”. Le prophète (qu’Allah prie sur lui et
le salue) dit :

(et comment cela?) . Je dis :

“O messager d’Allah, lorsque nous sommes avec toi, tu nous parles de l’enfer et du
paradis, c’est comme si nous les voyons, puis lorsque nous te quittons, nous restons
avec les femmes, les enfants, les amusements, et nous oublions beaucoup”. Le
messager d’Allah dit alors :

(par celui qui détient mon âme dans ses mains, si vous restiez comme vous êtes
lorsque vous êtes avec moi, et toujours dans l’adoration, les anges vous
serreraient la main sur vos lits et sur vos chemins, mais O Handhala, une heure
pour telle chose et une heure pour telle chose, il le répéta trois fois).

Rapporté par mouslim.


Le divertissement entre les choses, enlève la fatigue et le surmenage, il renouvelle
l’énergie, renforce pour le travaille, augmente la résistance et la production. Et la parole
du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) :

(une heure pour telle chose et une heure pour telle chose) ne veut pas dire que le
musulman doit passer toute la journée dans les distractions et les jeux, ou il passe son
temps à ne rien faire et dans le dévergondage, ou regarde des films et des journaux, qui
lui donne de mauvaises envies et salie le coeur. Omar ibn Abdel-aziz a dit :

“il n’y a aucun mal à ce que le musulman se distrait, soit joyeux, plaisante, à condition
qu’il n’en fasse pas une habitude, et que cela ne devienne pas son comportement, ce
qui l’amènerai à plaisanter lorsqu’il faut être sérieux et à s’amuser lorsqu’il faut travailler”.

Abdoullah ibn Massaoud disait :

« Je ne vous fais pas de sermon tous les jours, c’est ainsi que faisait le prophète
(qu’Allah prie sur lui et le salue) de peur que nous nous ennuyions) »

Mais ceux qui comprennent incorrectement s’appuient sur ces paroles pour rétrécir
l’heure du rappel d’Allah, du travail, et de la constance, et agrandir l’heure du
divertissement ; donc ils ne vont pas souvent aux assemblées de science et de rappel.
Certains pensent peut-être à propos du hadith sur le divertissement, que c’est un
comportement sans règles à suivre, un acte sans programme déterminé, et qui est
contraire aux lois de la religion, donc ils se divertissent de la façon qu’ils veulent sans
penser au licite, à l’interdit, ou à ce qui est bien. Nous devons alors lire ce qui concerne
le divertissement de nos pieux prédécesseurs pour comprendre le chemin qu’ils ont
suivi. Ibn Massaoud (qu’Allah soit satisfait de lui) montre l’importance du divertissement en
disant :

“faites reposer les coeurs, car le coeur lorsqu’on le force à faire quelque chose, il
devient aveugle”.

Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit :

“reposez ces coeurs et donnez leur la sagesse, car ils s’ennuient comme s’ennuient les
corps”

Abou Addarda a dit :

“Je fais reposer mon coeur avec la distraction licite, pour qu’il soit plus fort sur la vérité”.

Si nous sommes d’accord que le divertissement était un comportement qui se trouvait


dans la vie de la première génération de l’islam, nous pouvons nous demander pourquoi
ils se distrayaient ? Est-ce qu’ils avaient du temps libre, ou s’ennuyaient-ils ? Non, pas
du tout, ils se distrayaient pour se préparer à travailler ensuite, pour être en bonne forme
et avoir une résolution plus élevée d’accomplir le but pour lequel l’homme à été créé,
c’est-à-dire l’adoration d’Allah - qu’il soit exalté -.
Pour eux, le divertissement n’était pas un but à atteindre ou un but pour lequel ils
passaient leur temps et dépensaient leur argent. Le divertissement de nos jours
provoque la dissolution de la personnalité, la perte des lois de la religion, et des
comportements que la religion n’accepte pas comme les futilités et la dépravation des
moeurs ; ceci est le résultat de la compréhension moderne du divertissement, ils ont fait
du divertissement un but, tandis que le divertissement, comme l’a compris la première
génération de l’islam, est un moyen pour arriver à de grands buts, qui permettent de
construire les caractères de la personnalité, renforcent les corps, corrigent les
comportements, entraînent à devenir un vrai homme et à faire des efforts, ouvrent des
horizons de science et de travail, poussent à la concurrence dans le bien et à s’occuper
de l’entraînement du corps, et incitent à pratiquer le tire à l’arc. Le messager d’Allah
(qu’Allah prie sur lui et le salue) fit la course avec ses compagnons, ainsi qu’avec Aïcha, il
lutta avec Roukana et le vaincut, et cela fut la cause de la conversion de Roukana à
l’islam. Le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) sortit et vit des gens de la tribu
de Aslam qui luttaient ensemble au tir, il dit :

(lancez les flèches fils d’Ismaïl, car votre père lançait les flèches)

Rapporté par Al-Boukhari.

Omar ibn Abdel-Azziz a dit :

“parlez avec le livre d’Allah, et faites des assemblées pour en parler, lorsque vous vous
ennuyez, parlez des récits bons et beaux des hommes”.

Le divertissement de la première génération n’était pas en vain, mais un divertissement


qui avait des avantages et qui était utile ; dans ce divertissement, ils ne se moquaient
pas des autres, ni des musulmans, ils ne parlaient pas sur les autres en mal, ils ne
mentaient pas et n’exagéraient pas ; car le divertissement dans lequel il n’y a pas
d’avantages dans ce monde ni dans l’autre, fait perdre à l’homme sa vie dans des
choses qui ne servent à rien. Se promener dans les rues et dans les marchés ne fait pas
parti du divertissement licite, ainsi que chercher à connaître la vie des gens, et s’asseoir
dans les cafés et sur le bord des rues. Le divertissement dans l’islam n’est pas comme
n’importe quel divertissement, mais au contraire, il doit être exempt de toute trivialité et
de manque aux comportements islamiques, il ne doit pas y avoir de mélange entre les
hommes et les femmes, ni de regards interdits ou de moyens qui conduisent aux grands
péchés. Les prédécesseurs de la communauté disent que l’âme a des empressements
et des reculs, Ibn Massaoud a dit :

“les coeurs ont des envies, des empressements, des langueurs, et des reculs, donc
prenez-les pendant leurs envies et leurs empressements, et laissez-les pendant leurs
langueurs et leurs reculs”.

Mais ils ne permettent pas à l’âme de désobéir à Allah pendant leur divertissement, ils
ne se divertissent pas pendant les heures de prières, car c’est une transgression aux
droits d’Allah, et ils ne se divertissent pas non plus pendant les heures de travail, car
c’est un transgression aux droits des hommes.
Le divertissement dans la vie de la communauté islamique n’est pas tout, au point que
les musulmans se lèvent et se couchent dans le divertissement, mais c’est un
divertissement avec des limites, pour ne pas qu’ils manquent d’accomplir les actes
importants, et les autres droits ; la vie de l’homme est plus chère, plus élevée, que de
passer ses jours dans des distractions sans valeurs et des choses inutiles ; c’est
pourquoi, les compagnons du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) s’amusaient en se
lançant des pastèques, mais lorsqu’il s’agissait d’être sérieux, ils étaient les vrais
hommes. Salamah ibn Abdarrahman a dit :

“les compagnons du messager d’Allah n’étaient pas pervers, et ne traînaient pas dans
leur travail, ils récitaient les poèmes dans leurs assemblées, se souvenaient de leur vie
avant l’islam, mais si l’on s’en prenait à quelque chose de la religion d’un parmi eux, ses
yeux se retournaient”.

Le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) plaisantait : une vieille femme est venue, et dit :

“O messager d’Allah, demande à Allah de me faire entrer au paradis”, il lui dit :

(O mère d’untel, les vieilles ne rentreront pas au paradis)

La femme fut gênée et pleura, en pensant qu’elle ne rentrera pas au paradis, lorsqu’il vit
son état, il lui expliqua que les vieilles ne rentreront pas au paradis en étant vieilles,
mais Allah les ressuscitera sous une autre forme, ainsi elles rentreront au paradis en
étant jeunes et vierges, puis il récita la parole d’Allah - qu’il soit exalté - :

{Nous les avons faites à la perfection.

Nous en fîmes des vierges pleines d’amour et toutes du même âge}.

Une femme vint demander quelque chose pour son marie, il lui dit :

(qui est ton marie?), elle dit :

“untel”, il dit :

(celui qui a du blanc dans ses yeux), dans une version, elle retourna, ayant honte,
vers son marie, et elle se mis à regarder ses yeux, il lui dit :

“que fais-tu ?”, elle lui dit :

“le prophète m’a dit qu’il y a du blanc dans tes yeux”, il lui dit :

“ne vois-tu pas qu’il y a plus de blanc dans mes yeux que de noir ?” .

Anas ibn Malik a dit que le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) lui a dit :

(O celui qui a deux oreilles) rapporté par Abou Dawoud.


Cette personne qui plaisante et s’amuse, est la même personne qui passe sa nuit en
prière et qui jeûne pendant la journée, qui combat dans le chemin d’Allah, qui dépense
de sa personne et de son argent, qui est généreuse, lorsque nous mettons la lumière
sur certaines parties de sa personnalité (qu’Allah prie sur lui et le salue) en ce qui concerne
la joie, la plaisanterie, et l’amusement, nous devons bien faire attention, et lire pendant
longtemps d’autres pages concernant sa personnalité, la guidée est une seule et la
personnalité forme un tout qui ne se divise pas, donc bien qu’il plaisante et s’amuse, il
faisait les adorations pendant longtemps avec beaucoup de dévotion, il pleurait
beaucoup, avait une grande soumission, sa langue n’arrêtait pas de faire le rappel
d’Allah, il ne cessait d’être en contemplation et en réflexion. Il a dit (qu’Allah prie sur lui et le
salue) :

(ton Seigneur a un droit sur toi , ta personne a un droit sur toi , et ta famille a un
droit sur toi, donc accorde leur droit à tous ceux qui ont un droit sur toi)

Rapporté par Al-Boukhari.

Qu’Allah mette la bénédiction pour moi et pour vous dans le Coran.

Deuxième sermon :

Louange à Allah pour ses bienfaits, nous le remercions pour ce qu’il nous permet de
faire et pour ses dons. Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah, l’unique sans
associés, je le glorifie, et je témoigne que notre chef et notre prophète Mohammed est
son serviteur et son messager, celui qui appelle vers sa satisfaction, qu’Allah prie sur lui
et le salue, ainsi que sur sa famille, ses compagnons, et ses frères. Je me conseille
ainsi qu’à vous de craindre Allah.

Pendant les vacances, le problème que rencontre les pères, les mères, et les
éducateurs, est le temps libre que les garçons et les filles ont ; de plus, la dépravation
des jeunes provient de ce problème. Le modernisme de nos jours agrandit le danger,
augmente les dégâts. La personne qui ne passe pas son temps dans le travail utile, finit
par être dépravée, et le danger du temps libre, est qu’il ne reste jamais libre, il doit sans
aucun doute être rempli par le bien ou par le mal, celui que son âme ne l’occupe pas
dans la vérité, elle l’occupe dans le faux ; si le temps libre augmente, et n’est pas rempli
convenablement, il devient un problème ; il n’est pas à cacher que le temps libre
augmente la possibilité de dépravation, les causes de l’irritation, il tue la pensée, alourdit
l’esprit, ouvre les portes des mauvaises pensées, et engendre le potentiel des dangers
et des craintes.
Les spécialistes de ce problème disent que le taux des crimes et des problèmes de
mœurs arrivent à leur sommet avec le chômage et le temps libre ; de plus , le danger
augmente avec les moyens modernes de notre époque, ces moyens qui attaquent les
jeunes, qui ouvrent des horizons de mal et de gaspillage de temps, donc pour éviter que
le temps libre abîme les âmes, remplir le temps avec des choses utiles, le changement
de travail, sont des moyens de protection ; parmi les moyens utiles pour remplir le temps
libre : accomplir les adorations et les sounnahs, la lecture de livres utiles concernant la
religion, la vie du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue), la vie des pieux, et les
comportements islamiques ; certains ont dit à propos de la lecture :

“il n’y a rien de plus honorable pour l’âme, de plus épanouissant pour la poitrine, de plus
purifiant pour le coeur, de plus simple pour la langue, de plus fort pour le corps, avec
lequel nous sommes d’accord, qui a le moins de divergence, de plus significatif, de plus
expressif qu’un livre duquel nous tirons beaucoup de profits, qui n’est pas difficile, dans
lequel il n’y a pas de mal, duquel il est dit du bien, qui n’est pas ennuyant, qui est un ami
inséparable, un compagnon qui ne fait des réserves, un traducteur des anciennes
pensées, des anciens jugements, des anciennes communautés, qui fait revivre ce que
la mémoire a fait mourir, qui renouvelle ce que le temps a laissé” .

Abdoullah ibn Moubarak restait chez lui après son cours de science et son commerce,
et il lisait la vie des pieux prédécesseurs ; si on lui demandait :

tu ne t’ennuies pas?, il répondait :

Comment pourrais-je m’ennuyer alors que je suis avec le prophète (qu’Allah prie sur lui et
le salue) et ses compagnons.

La communauté qui remplie son temps en lisant ce qui est utile, en apprenant ce qui est
bénéfique, s’élève dans l’échelle du modernisme, et elle sera capable de comprendre la
vie, de résoudre ses problèmes, et d’atteindre ses buts. Tandis que la communauté dont
les connaissances ne dépassent pas la distraction, le jeu, et suivre la mode, restera
basse en suivant toujours les autres, en retard, n’ayant aucune valeur. Et parmi les
actions utiles pendant les vacances : assister aux conférences, aux cours de science,
rendre visite aux parents et aux amis, participer au programmes des centres d’été, et se
divertir en respectant les règles citées auparavant.

Omar ibn Al-Khattab a dit :

“ces mains doivent être utilisées dans l’obéissance d’Allah, avant qu’elle ne te fasse lui
désobéir”.

Priez sur le guide choisi et le prophète élu Mohammed ibn Abdoullah et saluez-le.

http://www.alharamainonline.net/