Vous êtes sur la page 1sur 3

Etudes de cas : Progrès de la performance en GFP au cours du temps

Conférence ICGFM – Miami, 21 mai 2009

Objectif des exercices :


Le cas ci-après a pour objet de faire connaître les besoins d’information et la présentation des
résultats destinés à comparer les deux évaluations de la performance en gestion des finances
publiques, qui ont été réalisées dans le même pays à quelques années d’intervalle.
Chaque participant doit :
a. Juger si les notes attribuées à chaque dimension au cours de chacune des années
semblent correctes et reposent sur une information adéquate ;
b. Expliquer les changements intervenus pour chaque dimension ;
c. Se demander si les changements intervenus dans les notes attribuées à la performance
sont justifiés et si d’autres facteurs ont influencé ces notes.

L’information qui est fournie porte sur la situation telle qu’elle a été évaluée respectivement en
juillet 2005 et juillet 2007 (telle qu’on la trouve dans les Rapports sur la performance en gestion
des finances publiques, dans lesquels les données sont condensées et bien classées). Les notes
attribuées aux composantes sont obtenues pour chacune des années. Le groupe déterminera si
l’information fournie permet de suivre de près la performance de 2005 à 2007, et il indiquera
quel élément de l’indicateur a changé et dans quelle mesure, afin de justifier la modification de la
note.
Il faudrait se référer au Cadre de mesure de la performance en gestion des finances publiques,
aux fins de cet exercice.

Remarque : L’exercice qui va du 1er juillet au 30 juin s’applique ici.


IP-14 Efficacité des mesures prises pour l’immatriculation des contribuables et
l’évaluation de l’impôt

Évaluation de 2005 (IP-14)

i) Il existe un Code d’identification des contribuables, mais l’organisation structurelle de


l’Autorité fiscale par type d’impôt plutôt que par fonction rend les liens entre les différents
impôts difficiles. De plus, les liens avec les autres fonctions d’immatriculation ou d’attribution
de licences commerciales, notamment les permis d’exploitation d’entreprise ou les permis de
séjour, sont faibles (Note C).

ii) Des pénalités pour non respect de la législation existent, mais elles ne sont pas jugées
efficaces dans bien de cas, car les pénalités pour fraude fiscale ne sont pas jugées suffisamment
dissuasives, ce qui donne libre champ à l’évasion aussi bien de l’impôt que des pénalités (le
recouvrement des impôts est cité comme l’un des principaux domaines où sévit la corruption).
(Note D).

iii) L’Autorité fiscale est dotée de sections chargées du contrôle fiscal, mais l’efficacité de leur
travail et donc la capacité de l’Autorité fiscale de recouvrer les impôts auprès de tous les citoyens
a été freinée par l’ingérence politique active (Note D).

Évaluation de 2007 (IP-14)

i) S’agissant de l’impôt sur le revenu des particuliers, les contribuables sont immatriculés dans
des bases de données différentes. Les liens entre chacune des bases de données restent
« provisoires », et on peut envisager d’autres améliorations (Note C).

ii) Pour ce qui est du non respect des règles fiscales de l’impôt sur le revenu, les pénalités
existantes en matière de fraude fiscale restent particulièrement strictes (notamment une
condamnation à trois ans d’emprisonnement). Il s’est par conséquent avéré difficile, pour
l’Autorité fiscale, de chercher à faire exécuter la loi par les tribunaux. S’agissant des pénalités
concernant la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), on applique les taux d’intérêt composés en cas de
paiement ou de non reversement de la TVA ou encore de fraude. Les tribunaux peuvent
également infliger une pénalité égale à trois fois le montant dû. Néanmoins, les tribunaux se sont
très souvent montrés réticents à appliquer ces pénalités – surtout à l’encontre de ceux qui
semblent rencontrer des difficultés économiques, ce qui une fois de plus indique que les pénalités
existantes ne sont pas aussi efficaces qu’elles devraient l’être (Note C).

iii) L’Autorité fiscale a créé une unité distincte qui s’occupe du travail de vérification et d’investigation. Il
est cependant trop tôt pour dire si cette initiative destinée à améliorer les capacités s’avèrera efficace
(Note C).
Indicateur/Composante Note de Note de La modification des notes est-elle justifiée ?
2005 2007 Pourquoi ? (doit être rempli par le groupe)
i) Contrôles effectués dans le C C
système d’immatriculation des
contribuables
ii) Efficacité des pénalités pour D C
non respect de l’immatriculation
et défaut de déclaration d’impôt
iii) Planification et suivi des D C
programmes de contrôle fiscal
Note globale = D C