Vous êtes sur la page 1sur 71

UNE INTRODUCTION AUX

ÉCOULEMENTS DIPHASIQUES
Occurrence industrielle
et régimes d’écoulement
HERVE LEMONNIER
DER/SSTH, CEA/Grenoble, 38054 Grenoble Cedex 9
Tél. 04 38 78 45 40
herve.lemonnier@cea.fr, herve.lemonnier.sci.free.fr/TPF/TPF.htm
2007-2008
SOMMAIRE DU COURS (1/2)

• Introduction : le CEA/Grenoble, l’information scientifique


• Les systèmes diphasiques dans l’industrie et la nature
• Les configurations d’écoulement diphasiques
• Les techniques de mesure du taux de vide (α)
• Les premiers modèles de calcul du taux de vide

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 1/70


SOMMAIRE DU COURS (2/2)

• Les équations de bilan


• Les modèles monodimensionnels (1D)
• Les pertes de pression par frottement
• Les mécanismes de transferts de chaleur en ébullition
• La condensation de vapeur pure
• ...

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 2/70


LA THERMOHYDRAULIQUE

• Etude des transferts des écoulements et des transferts de chaleur (couplés), de l’anglais
thermal-hydraulics
• Phase : état de la matière caractérisé par des propriétés thermodynamique distinctes
• Diphasique : qui comprend un mélange de deux phases (two-phase flow )
• Exemple : l’eau et l’air, l’huile et l’eau, l’eau et sa vapeur,
le pétrole brut (polyphasique, multiphase flows).

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 3/70


LE CEA/GRENOBLE

• CEA : Commissariat à l’Energie Atomique (15000 p)


• CEA/Grenoble : créé en 1956 par Louis Néel (4000p/2300 CEA)
• Le Service des Transferts Thermiques créé par Henri Mondin
• La Direction de l’énergie nucléaire (5000 p)
• Le Département d’études des réacteurs (400 p, Cadarache, Grenoble)
• Le Service de simulation en thermohydraulique (SSTH)
• Le Service d’études expérimentales en thermohydraulique (SE2T)
• Equipes d’accueil pour le Master EP

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 4/70


SERVICE DE SIMULATION EN THERMOHYDRAULIQUE

• Analyse de la sûreté des réacteurs (CATHARE).


• Ecoulements diphasiques bouillants 3D (Neptune).
• Ecoulements monophasiques, diphasiques, 3D avec transferts de chaleur (TRIO-U).
• Mise au point et qualification des outils, expériences
et développement d’instrumentation.
• Etudes : Réacteurs Nucléaires de seconde, troisième, quatrième générations, propulsion
navale. Propulsion cryogénique.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 5/70


L’INFORMATION SCIENTIFIQUE

• Comment résoudre un problème technique ?


• Les livres, les revues (périodiques) : les bibliothèques.
• Les sociétés scientifiques : éditent les revues, organisent des manifestations (actes,
proceedings).
– La Société française de l’énergie nucléaire
– La Société hydrotechnique de France
– La Société française de thermique
– L’American nuclear society, thermal-hydraulics division (NURETH)
• L’anglais ...

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 6/70


SYSTEMES DIPHASIQUES
INDUSTRIELS ET NATURELS (1/4)
• Génie nucléaire (dimensionnement, sûreté, assainissement)
– Perte de réfrigérant primaire (APRP-LOCA)
– Accidents graves en et hors cuve
– Décontamination par mousse
– Retraitement des déchets
• Génie pétrolier : production diphasique
– Transport
– Pompage
– Comptage (débitmétrie)
– Procédés de raffinage
• Génie pétrolier : sûreté
– Sûreté des installations
– Stockage des hydrocarbures

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 7/70


SYSTEMES DIPHASIQUES
INDUSTRIELS ET NATURELS (2/4)

• Génie chimique
– Traitement des eaux (aire interfaciale et temps de séjour)
– Contacteurs gaz-liquide (film ruisselant, air-lift)
– Mélange et séparation
– Sûreté : emballement thermique
• Automobile
– Atomisation carburant diesel
– Combustion moteur diesel
– Erosion de cavitation : direction, injecteurs
• Thermique industrielle
– Echangeurs de chaleur : évaporateurs, condenseurs
– Chaudières (flux critique)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 8/70


SYSTEMES DIPHASIQUES
INDUSTRIELS ET NATURELS (3/4)

• Aménagements hydrauliques, eau/eaux usées


– Transitoires de remplissage des ouvrages de distribution des eaux
– Amorçage des siphons
• Espace
– Stockage des ergols cryogéniques
– Refroidissement des moteurs cryogéniques
– Coups de bélier
– Cavitation des turbopompes

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 9/70


SYSTEMES DIPHASIQUES
INDUSTRIELS ET NATURELS (4/4)

• Météorologie
– Mécanique des orages, nuages de pluie et orages
– Echanges océan-atmosphère, formation des aérosols
• Vulcanologie
– Ecoulement de lave critique dans la cheminée
– Explosion de vapeur
– Nuées ardentes (Vésuve)
• Nivologie
– Avalanches
– Maturation de la neige (triphasique)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 10/70


REACTEUR NUCLEAIRE
• Dimensionnement :
G E N E R A T E U R
v e rs D E V A P E U R GV : échanges diphasiques
tu rb in e 7 0 b a r so u p a p e
et pertes de charge
RTGV : écoulement
d u c o n d e n se u r
critique soupape
IFS : sollicitations et
dispositifs anti vibrations
P R E S S U R IS E U R • Sûreté :
R E A C T E U R
1 5 5 b a r Perte de réfrigérant
P O M P E
primaire (LOCA),
température des gaines,
3 2 0 °C 2 9 0 °C
scénario dimensionnant
• Décontamination :
C IR C U IT C IR C U IT
S E C O N D A IR E P R IM A IR E
Cuve, GV, minimisation
des effluents : mousse

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 11/70


COMBUSTIBLE NUCLEAIRE

• Pastilles combustibles
• Crayon ≈ 10 mm de diamètre (première
barrière de confinement)
• Assemblage 17 × 17
• Barres de contrôle
• Longueur ≈ 4 mètres
• Coeur ≈ 4 m de diamètre
• Echange par convection forcée
• Puissance 3000 ÷ 5000 MW

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 12/70


GENERATEUR DE VAPEUR
• Echangeur tubulaire primaire/secondaire
(seconde barrière de confinement)
• ≈ 5000 tubes de 50 mm de diamètre,
longueur 10 m
• Pression 155bar-70 bar
• 3 ou 4 GV et autant de boucles
• Tubes en U inversé (chignon)
• Ecoulement diphasique au secondaire
• Echanges thermiques et vibrations

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 13/70


QUELQUES CHIFFRES : LE PALIER N4

• Circuit primaire pression 155 bar, Tsat ≈ 355o C. Puissance thermique 4250 MW.
– Débit massique : 4928,6 kg/s par GV (4)
– Température d’entrée : 292,2o C
– Température de sortie : 329,6o C
• Circuit secondaire, pression sortie GV : 72,3 bar
– Température vapeur : 288˚ C
– Température d’eau alimentaire : 229,5o C
– Débit massique moyen : 601,91 kg/s par GV (4)
• Vérification du bilan thermique
Source : National Institute of Standards and Technology (NIST)
(http://webbook.nist.gov/chemistry/fluid/)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 14/70


QUELQUES MAUVAISES NOUVELLES

Les propositions suivantes sont souvent assez fausses :

• Le bilan de masse s’écrit Q1 = Q2 car l’eau est incompressible,


voire faiblement dilatable.
• L’enthalpie d’un fluide est donnée par h = CP T .
• Pour un liquide CP ≈ CV ou h ≈ u.
• La vapeur est un gaz parfait.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 15/70


MASSE VOLUMIQUE DE L’EAU À 155 BAR

750
Linear approx.
ρL, NIST
740

730

720
Density (kg/m3)

710

700

690

680

670

660

650
290 295 300 305 310 315 320 325 330
Temperature (°C)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 16/70


BILAN DE MASSE DU PRIMAIRE

• Débit masse par boucle (BF), ML ≈ 5023 kg/s


• Masse volumique à l’entrée : ρL1 (292o C, 155 bar) = 742, 41 kg/s.
• Masse volumique à la sortie : ρL2 (330o C, 155 bar) = 651, 55 kg/s.
ML ML
Q1 = = 6, 77m3 /s, Q2 = = 7, 71m3 /s
ρ1 ρ2

• Soit 13% d’écart environ, volume du primaire 400 m3 environ.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 17/70


ENTHALPIE DE L’EAU À 155 BAR

1550
Linear approx.
h, NIST

1500

1450
Enthalpy (kJ/kg)

1400

1350

1300

1250
290 295 300 305 310 315 320 325 330
Temperature (°C)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 18/70


BILAN D’ÉNERGIE DU PRIMAIRE

• Débit masse par boucle (BF), ML ≈ 5023 kg/s


• Enthalpie à l’entrée : hL1 (292o C, 155bar) = 1295 kJ/kg
• Enthalpie à la sortie : hL2 (330o C, 155 bar) = 1517 kJ/kg.

P = ML ∆h ≈ 5023 × 222 103 = 1115 MW

• Soit 4460 MW pour le réacteur.


• Approximation, h = CP T , CP (292o C, 155bar) = 5, 2827 kJ/kg/K

P = ML CP ∆T ≈ 5023 × 201 103 = 1008 MW

• Soit 10% d’écart environ. Ecart de température : 31o C/heure

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 19/70


ENTHALPIE, ÉNERGIE INTERNE DE L’EAU À 155 BAR

7 1550
CP, NIST
CV, NIST
u, NIST
h, NIST 1500
6

Enthalpy, Internal energy (kg/m3)


Heat capacity (kJ/kg/K)

1450
5

1400

4
1350

3
1300

2 1250
290 295 300 305 310 315 320 325 330
Temperature (°C)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 20/70


ENTHALPIE DE L’EAU À 72 BAR

2800
hL, NIST
2600

2400

2200
Enthalpy (kJ/kg)

2000

1800

1600

1400

1200

1000

800
220 230 240 250 260 270 280 290
Temperature (°C), Tsat=287.74°C

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 21/70


BILAN D’ÉNERGIE DU SECONDAIRE

• Débit masse par boucle (BF), ML ≈ 602 kg/s


• Enthalpie à l’entrée : hL1 (230o C, 72bar) = 991.1 kJ/kg
• Enthalpie à la sortie : hV 2 (288o C, 72 bar) = 2771 kJ/kg.

P = ML ∆h ≈ 602 × 1780 103 = 1071 MW

• A comparer à 1115 MW pour le primaire .

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 22/70


LA VAPEUR EST UN GAZ PARFAIT

• A 100o C, 1 bar, ρV = 0, 5897 kg/m3 .


• Gaz parfait : pV = RT , R = 8, 316 J/mol/K, M = 18 g/mol.
RT M
V = = 3, 103 10−2 m3 , ρ= = 0, 5801 kg/m3 .
p V

• A 288o C, 72 bar, ρV = 37, 64 kg/m3 .


• Gaz parfait : pV = RT , R = 8.316 J/mol/K, M = 18 g/mol.
RT M
V = = 6, 481 10−4 m3 , ρ= = 27, 77 kg/m3
p V
.
• Soit 26% d’écart.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 23/70


ACCIDENTS GRAVES (1/4)

c u v e
• Corium : oxydes et acier fondus
• Convection naturelle dans la cuve
• Puissance dégagée dans les oxydes
a c ie r
• Conduction dans l’acier

o x y d e s • Echanges oxydes et cuve


• Echanges eau cuve
• Enjeu : température de la cuve et
e a u percement

p u its d e c u v e

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 24/70


ACCIDENTS GRAVES (2/4)

c u v e • Percement de la cuve
• Interaction corium eau
• Mélange corium eau
• Fragmentation : augmentation des
échanges et ondes de pression
• Changement de phase : augmentation de
c o riu m volume
• Ondes de pression et fragmentation
• Enjeu : propagation et explosion
e a u thermique pour dimensionnement de
l’enceinte (dernière barrière de
p u its d e c u v e confinement)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 25/70


ACCIDENTS GRAVES (3/4)

c o riu m

ra d ie r e n b é to n

• Etalement du corium sur radier • Echanges de chaleur radier corium


sacrificiel (EPR)
• Echanges de chaleur corium par
• Interaction corium béton : ablation rayonnement
• Dégagement de gaz • Enjeu : dimensionnement du radier
• Formation de croutes et refroidissement du corium

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 26/70


ACCIDENTS GRAVES (4/4)

e a u
c o riu m

ra d ie r e n b é to n

• Refroidissement du corium étalé à long terme


• Interaction corium eau : risque d’explosion de vapeur
• Echanges de chaleur corium eau et radier
• Dimensionnement du système de refroidissement

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 27/70


GENIE PETROLIER (Production diphasique)

S é p a ra te u r
D é b itm é tre P o m p e

P u its
• Transport • Pompage diphasique
– Dimensionnement (∆P) • Comptage triphasique
– Transitoires (bouchons) • Séparation (dimensionnement)
– Hydrates (thermodynamique) • Gestion réservoir

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 28/70


GENIE PETROLIER (Sûreté des installations))

• Plate-forme de production
• Séparateur triphasique
g a z
h u ile • 3 sorties : eau, huile gaz
e a u • Incendie : fermeture des sorties
• Dimensionnement des soupapes
• Blocage de débit
• Plusieurs sections critiques possibles

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 29/70


GENIE PETROLIER (Sûreté du stockage)

• Stockage GPL (C3 H8 )


• Incendie, risque BLEVE
• Dimensionnement des soupapes
• Brèche
• Blocage de débit à la brèche
• Autovaporisation et atomisation
• Dispersion atmosphérique
• Déposition au sol
• Enjeu : espacement des sphères de
stockage

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 30/70


GENIE CHIMIQUE (Dimensionnement 1/3)

S o rtie g a z
• Transfert de masse gaz-liquide
• Réacteur à bulles
E n tré e liq u id e
• Mécaniquement agité
• Homogénéisation T et c
• Temps de séjour
• Aire interfaciale
• Enjeu : dimensionnement, consommati
énergétique
S o rtie liq u id e E n tré e g a z

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 31/70


GENIE CHIMIQUE (Dimensionnement 2/3)

S o rtie g a z
E n tré e liq u id e
• Transfert de masse gaz-liquide
• Contacteur à film
• Contre courant
• Limite d’engorgement
• Enjeu : dimensionnement

S o rtie liq u id e E n tré e g a z

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 32/70


GENIE CHIMIQUE (Dimensionnement 3/3)

S o rtie g a z
• Transfert de masse gaz-liquide
• Réacteur gas lift
E n tré e liq u id e
• Circulation naturelle
• Turbulence induite par écoulement mo
• Couplage turbulence-chimie
• Temps de séjour
• Aire interfaciale
• Enjeu : optimisation obstacles
S o rtie liq u id e E n tré e g a z

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 33/70


GENIE CHIMIQUE (Sûreté 1/2)

P u is s a n c e
Q R
• Réaction exothermique (solvant liquide

Q C
• QR ∝ exp(T )
• Refroidissement en convection forcée :
QC = h(T − TF )
• Perte de réfrigération TF %
dU
• Bilan thermique : dt = QR − QC
• 1 point de fonctionnement stable
T F 1 < T F 2 • Perte de refroidissement : dU
dt >0
• Contrôle par trempe thermique :
dU dM
dt ≈ −mh V + Q, dt = −m,
T e m p é ra tu re M du
dt ≈ −m(hv − u) + Q.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 34/70


GENIE CHIMIQUE (Sûreté 2/2)

• Trempe thermique : extraire vapeur • Entraı̂nement de liquide


• Dépressurisation : production vapeur • Diminution du débit vapeur
• Gonflement du niveau • MV 2phase = 1.0 ÷ 0.1MV 1phase

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 35/70


PARAMETRES DESCRIPTIFS DES ECOULEMENTS
DIPHASIQUES

• Fonction indicatrice de phase


• Opérateurs de moyennes spatiales
• Débits instantanés
• Opérateurs de moyennes temporelles
• Commutativité des opérateurs de moyenne
• Débits et vitesses débitantes

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 36/70


FONCTION INDICATRICE DE PHASE

X k ( H ,t)

t
0
M (H )

1 si x ∈ phase k
Xk (r, t) =
0 si x ∈
/ phase k
Quantité mesurable
• Sonde résistive (impédance électrique)
• Sonde optique (indice optique)
• Sonde anémométrique (échange thermique)
Usage : k = 1, 2, k = L, G, k = f, v etc.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 37/70


MOYENNES SPATIALES (1/3)

Moyenne spatiale (ordinaire)


D n Z
1
| f>
< | n , f dDn
Dn Dn

• n=1, ligne (corde)


• n=2, surface (section)
• n=3, volume (tronçon de conduite)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 38/70


MOYENNES SPATIALES (2/3)

Moyenne spatiale phasique


D k n Z
1
< fk >n , fk dDkn
Dkn Dkn

• n=1, ligne (corde)


• n=2, surface (section)
• n=3, volume (tronçon de conduite)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 39/70


MOYENNES SPATIALES (3/3)

Fraction spatiale instantanée


Dkn
| Xk (r, t)>
Rkn (t) , < | n =
Dn
D n Lk
• n=1, fraction linéique
L1 + L2
D k n Ak
• n=2, fraction surfacique
A1 + A2
Vk
• n=3, fraction volumique
V1 + V 2

Identité remarquable

| Xk f >
Rkn < f >kn = < | n

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 40/70


DEBITS VOLUME ET MASSE

• Débit instantané, wk = vk  nz
Z
Qk (t) , wk dAk = Ak < wk >2
w Ak
k
v k n • Débit masse instantané
Z Z
k Mk (t) , ρk wk dAk = Ak < ρk wk >2
Ak

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 41/70


MOYENNES TEMPORELLES
Moyenne temporelle ordinaire sur [T ]
Z t+T /2
[T k] f (t) ,
1
f (τ ) dτ
T t−T /2
fk
Moyenne temporelle phasique sur [Tk ]
Z
X 1
f (t) , fk (τ ) dτ
Tk [Tk ]

t J Taux de présence moyen, taux de vide


t1 t2k t2k+ 1 t2n αk (r, t) ,
Tk
= Xk (r, t)
T
t-T /2 T t+ T /2 Identité remarquable
X
αk fk = Xfk

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 42/70


COMMUTATIVITE DES OPERATEURS DE MOYENNE
X
| αk fk >
Rkn < fk >n = < | n
Démonstration :
Z ( Z )
1 Rkn
Rkn < fk >n = fk dDkn dt
T [T ] Dkn Dkn (t)
Z Z Z Z
1 1 1 1
dt Xk fk dDn = dDn Xk fk dt
T [T ] D n Dn D n Dn T [T ]
Z ( Z )
1 αk (r) X
fk dt dDn = < | αk fk > | n
Dn Dn Tk [Tk ]

Exemple : taux de vide, fk = 1

| αk >
Rkn = < | n

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 43/70


QUELQUES PROPRIÉTÉS

• Débit volume moyen


| αk wX
Qk = ARk2 < wk >2 = A< | 2
k >

• Débit masse moyen

| αk ρk wX
Mk = ARk2 < ρk wk >2 = A< | 2
k >

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 44/70


VITESSE DÉBITANTE

• Flux volumique moyen


jk , Xk wk ≡ αk wX
k

• Flux massique moyen


gk , Xk ρk wk ≡ αk ρk wX
k

• Vitesse débitante (Superficial velocity)

Qk
| jk >
Jk = < | 2=<
| αk wX | 2
k > =
A
• Vitesse débitante du mélange
Q1 + Q2
J = J1 + J2 =
A

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 45/70


TITRES

• Vitesse massique moyenne


Gk =, Xk ρk wk ≡ αk ρk wX
k

• Vitesse massique du mélange


M1 + M2
G = G1 + G2 =
A
• Titre massique
Mk
xk = , M = M1 + M2
M
• Titre volumique
Qk
βk = , Q = Q1 + Q2
Q
• Titre thermodynamique à l’équilibre...

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 46/70


EAU DANS LE PLAN (ρ, p)
300
400, °C
380, °C
370, °C
250 350, °C
300, °C
200, °C
Sat. ρL
200 Sat. ρV
Pressure (bar)

150

100

50

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000
Density (kg/m3)
Pression et température critiques : ≈ 221 bar, 373,9o C.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 47/70


TITRE THERMODYNAMIQUE
• Hypothèse d’équilibre thermodynamique

TL = TV = Tsat (p), hk (Tk , p) = hk (Tsat (p), p) , hksat (p)

• Hypothèse des profils plats (1D)


• Bilan d’énergie, pression uniforme, q, flux uniforme

P = πqDz = M [h(z) − h1 ] = M [(xeq hV sat + (1 − xeq )hLsat ) − hL1 )]


πqDz hLsat − hL1
xeq = −
M hlv hlv
• Enthalpie de changement de phase : hlv , hV sat − hLsat
• Le titre thermodynamique et la position sont liés par une relation linéaire.
• si h est l’enthalpie moyenne dans une section, le titre thermodynamique représente une
enthalpie sans dimension :
h − hLsat
xeq =
hlv

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 48/70


LES RÉGIMES D’ÉCOULEMENTS DIPHASIQUES
• Organisation topologique de l’écoulement (spontanée ?...)
– bulles
– poches et bouchons
– films liquides
– pas de transitions franches
• Motivation de l’identification des régimes : la modélisation
– monophasique : laminaire-turbulent (NS ou RANS)
– diphasique : modèle adapté aux structures
– difficultés : transitions floues, définies pour les écoulements développés, rôle des
singualrités...
• Paramètres de contrôle : débits, inclinaison, direction, diamètre, propriétés physiques,
conditions d’entrée, etc.
• Exemples : écoulements verticaux et horizontaux co-courant.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 49/70


LES REGIMES D’ECOULEMENT VERTICAUX

Critéres de transition :

• Empiriques, débits, flux de


quantité de mouvement
• Modélisation des
mécanismes de transition
(Dukler & Tailel, 1986).

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 50/70


LE MODÈLE DE TAITEL ET DUCKLER (1980)

Paramètres :

• eau-air
• D = 50 mm
• P = 1 bar

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 51/70


LE MODÈLE DE TAITEL ET DUCKLER (1980)

• Transition bulles-poches de gaz et bouchons de liquide (A) : coalescence, bulles à


trajectoires en zig-zag.
  14
1−α 3 g(ρL − ρG )σ
JL = JG − (1 − α) 2 U0∞ , αT = 0, 25, U0∞ = 1, 53
α ρ2L

• Transition bulles-dispersé à bulles : fractionnement turbulent, petites bulles à trajectoire


rectiligne (B), gêne stérique voir (A) avec αT = 0, 52 (D).

2[ρL /(ρL − ρG )g]0,5 νL0,08 1,12


0,10 0,48
J > 3, 0
(σ/ρL ) D

• Transition poches-écoulement agité (D) : écoulement agité≡ établissement de


l’écoulement à poches.  
L J
= 42, 6 √ + 0, 29
D gD

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 52/70


LE MODÈLE DE TAITEL ET DUCKLER (1980)

• Transition vers l’écoulement annulaire (E) : le gaz doit entraı̂ner tout le liquide vers le
haut, bilan de force,
1
JρG2

1 = 3, 1
[σg(ρL − ρG )] 2

Voir aussi les corrélations de flooding et Ku.


• Cas des conduites de petit diamètre : bulles (zig-zag) et bulles de Taylor occasionnelles.

– Vitesse relative des bulles de Taylor : UT = 0, 35 gD
1
– Vitesse relative des bulles : UB = U0 inf (1 − α) 2 , α = 0, 25
– Pour les petites conduites les bulles de Taylor sont plus lentes que les bulles,
l’agglomération forme des poches.
 14
ρ2L dD2

6 3, 78
(ρL − ρG )σ
– Le régime à bulles disparaı̂t.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 53/70


LE MODÈLE DE TAITEL ET DUCKLER (1980)

Disparition du régime à bulles

Paramètres :
• eau-air
• D = 25 mm
• P = 1 bar

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 54/70


APPLICATIONS : VertTD02

Bulles−Intermittent Bulles−Intermittent
10 Bulles dispersées−Intermittent 10 Bulles dispersées−Intermittent
Bulles dispersées−Bulles Bulles dispersées−Bulles
Intermittent−Agité L/D=50 Intermittent−Agité
Intermittent−Annulaire Intermittent−Annulaire
Intermittent−Agité L/D=100
Intermittent−Agité L/D=200
1 Intermittent−Agité L/D=500 1
JL (m/s)

JL (m/s)
0.1 0.1

0.01 0.01

0.1 1 10 100 0.1 1 10 100


JG (m/s) JG (m/s)

Eau-air, 51 mm, 1 bar Eau-air, 25 mm, L/D = 100, 1 bar

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 55/70


LES REGIMES D’ECOULEMENT HORIZONTAUX

Principales configurations :
• Bulles
• Bouchons
• Stratifié, lisse ou à vagues
• Poches de gaz et bouchons
de liquide
• Annulaire
Modélisation des mécanismes
de transition (Dukler & Tailel,
1986).

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 56/70


LES REGIMES D’ECOULEMENT HORIZONTAUX

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 57/70


L’ECOULEMENT A POCHES

α = 22%
Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 58/70
LE MODELE DE TAITEL ET DUKLER (1976)

Critéres de transition :

• Empiriques, ex. :
Mandhane, eau-air, 1bar,
25 mm.
• Modélisation des
mécanismes de transition
(Dukler & Tailel, 1986).

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 59/70


LE MODELE DE TAITEL ET DUKLER (1976)
• Perturbations de l’écoulement stratifié lisse, analyse
de stabilité (on y reviendra... voir aussi les
V problèmes corrigés)
V G P_ r e s s i o n
G
_ _ _
• Instabilité de Kelvin-Helmholtz
V L P o id s " # 12
(ρL − ρG ) cos βAG h
VG > C2 dAL
, C2 ≈ 1 −
ρG dh D

• Ecoulement de base : interface lisse et horizontale


S G S i
 
SG SL Si Si
A G τG −τL +τi + +(ρL −ρG )g sin β = 0
G AG AL AL AG
R
A L h X 2 f (A, D, AL , PL , DL )−g(A, D, AG , PG , DG , Pi )−4Y
1 2 −n
S 2 2 CL ρL JL ReLS (dP/dz)LS

L X = 1 2 −n =
.
2 CG ρG JG ReGS
(dP/dz)GS

(ρL − ρG )g sin β
Y = 4 1 2 C Re−m
D2 ρ G J G G G

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 60/70


LE MODELE DE TAITEL ET DUKLER (1976)

1
Y positif
−5<Y<−3
Y<−10
Y=0
0.8

0.6
h/D

0.4

0.2

0
0.001 0.01 0.1 1 10 100 1000
X

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 61/70


LE MODELE DE TAITEL ET DUKLER (1976)

• Transition à partir de l’écoulement stratifié :


2 dÃG
!  12
1 ŨG dh̃

2 A ρG JG
F 2 > 1, ŨG = , F =
C2 ÃG AG ρG − ρL (Dg cos β) 12
h
• Vers l’écoulement intermittent : D > 0, 5
h
• Vers l’écoulement annulaire : D 6 0, 5
• Ecoulement stratifié lisse-stratifié à vagues :
  12  2
 
4νL (ρL − ρG )g cos β 2 ρG J G DJL
UG > ,K> p , K2 =
sρG UL ŨG sŨL (ρL − ρG )Dg cos β νL

• Ecoulement dispersé :

dp  12
   12
4AG g cos β ρG 8ÃG dz
UL > 1− , T2 > , T =  LS 
Si fL ρL S̃i ŨL2 (ŨL D̃L )−n (ρL − ρG )g cos β

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 62/70


LE MODELE DE TAITEL ET DUKLER (1976)

 2
 12   12
ρG JG DJL
K= (ρL −ρG )Dg cos β νL
  12
ρG JG
F = ρG −ρL 1
(Dg cos β) 2
  12
| |
dp
dz LS
Courbes 1 et 2 3 4 T = (ρL −ρG )g cos β
Coordonnées F, X K, X T, X 1
(dP/dz)LS 2
X = (dP/dz)GS
2

dp 4C −n ρJ JD
= Re , Re =
dz D 2 ν
S

• Laminaire : C = 16, n = 1, turbulent : C = 0, 046, n = 0, 2


• β : inclinaison sur l’horizontale, écoulement descendant, β > 0

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 63/70


APPLICATIONS : HoriTD03

D=12.5 mm α=1°
D=50 mm α=5°
D=300 mm
10 10

1 1
JL (m/s)

JL (m/s)
0.1 0.1

0.01 0.01

0.1 1 10 100 0.1 1 10 100


JG (m/s) JG (m/s)

Eau-air, 50 mm, 1 bar, β = 0 Eau-air, 50 mm, 1 bar

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 64/70


FLOODING AND FLOW REVERSAL

Transition contre-courant, co-courant, engorgement.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 65/70


CARACTÉRISATION EXPÉRIMENTALE

Modélisation des transition de flooding et de flow reversal : Bankoff & Chun Lee (1986).

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 66/70


MODELE DE WALLIS

Jk∗ ≈ un nombre de Froude.


1 1

∗ J G ρG
2
J L ρL
2
∗ 12 ∗ 12
JG = 1 , JL∗ = 1 , JG + mJL =C
(gD(ρL − ρG )) 2 (gD(ρL − ρG )) 2

 3
 12
m et C fonctions de NL = ρL gD µ(ρ2L −ρG ) ≡ Gr
L

 m=1

 m = 5, 6N −1/2


L
NL > 1000 0, 88 < C < 1 (bords arrondis) , NL < 1000

  C = 0, 725
C = 0, 725 (bords vifs)

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 67/70


FLOODING ET FLOW REVERSAL

• Modèle de Wallis : pas d’effet de longueur



– L’expérience montre que JG croı̂t avec L, en faveur du mécanisme d’instabilité
– Autres corrélations : spécifiques à la géométrie
• Flow reversal
∗ ∗
– Modèle de Wallis JG (FR) 6= JG (Flooding), hystérésis, effet de diamètre
1

∗ J G ρG
2

JG = 1 = 0, 5
(gd(ρL − ρG )) 2

– Modèle de Puskina et Sorokin


1
J G ρG
2

Ku = 1 = 3, 2
(gσ(ρL − ρG )) 4

• Mécanimes et modélisation : problème ouvert

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 68/70


MISE EN ROUTE D’UN STOCKAGE DE GAZ
M G • La détente des gaz (CH4 , H2 O, · · · )
M L
produit des hydrates qui se déposent
sur la conduite et réduisent la
D = 1 0 0 m m
production. Pour inhiber la
L = 1 0 0 0 m formation des hydrates ont utilise un
inhibiteur chimique que l’on souhaite
r L= 1 0 0 0 k g /m 3
recycler pour réduire l’impact sur
L
m L= 1 c p l’environnement.
g a z = m é th a n e 1 Tapisser le conduite d’un film d un
mm d’épaisseur. Calculer ML et T1

D M
2 Calculer le débit de gaz minimum
G
évitant la perte de l’inhibiteur dans
b o rd s v ifs
le forage, MGmin
• Une solution à ce problème se trouve
R é s e rv o ir s o u te rra in
dans ce chapitre
P = 3 0 b a r, T = 2 0 °C
Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 69/70
REFERENCES

Bankoff, S. G., & Chun Lee, Sang. 1986. Multiphase Science and Technolgy. Vol. 2.
Hemisphere. Chap. 2-A critica review of the flooding literature, pages 95–180.

Dukler, A. E., & Tailel, Y. 1986. Multiphase Science and Technolgy. Vol. 2. Hemi-
sphere. Lien. Chap. 1-Flow pattern transitions in gas-liquid systems: measurement
and modelling, pages 1–94.

Occurrence industrielle et régimes d’écoulement 70/70