Vous êtes sur la page 1sur 7

http://www.mediterranees.net/mythes/troie/troie_medievale.

html

La guerre de Troie dans la littérature tardo-latine et médiévale

Accueil Guerre de Troie Bibliographie byzantine Variantes médiévales Index médiéval

A la chute de l'Empire romain d'Occident en 476, le contact direct avec les textes grecs est définitivement perdu ; si
l'Empire byzantin continue à y avoir accès et à y travailler, ce n'est plus le cas dans les milieux intellectuels tardo-latins
et médiévaux de l'Occident latin, qui devront attendre 1353 pour reprendre contact avec les originaux grecs : cette année-
là, Pétrarque reçoit un manuscrit de l'Iliade offert par Nicolas Sigerios, un diplomate byzantin. Désolé de son ignorance du
grec, il comprend qu'il va falloir relancer l'étude de cette langue en Occident. Mais avant cette « Renaissance », les récits
homériques n'en ont pas pour autant été oubliés : ils ont simplement été filtrés par quatre oeuvres de langue latine, qui
constituent les sources incontournables des développements ultérieurs.

● Littérature tardo-latine (IVe-VIe siècles)

Le premier texte fondateur n'est pas tardo-latin, mais bien classique : il s'agit de l'Iliade latine de Baebius Italicus
(Ier s. apr.JC). Mais c'est au Moyen Age qu'il va véritablement devenir un texte important, puisqu'il s'agit d'une
traduction latine abrégée de l'Iliade, à laquelle les érudits n'ont plus accès dans son texte grec.

On peut passer rapidement sur les résumés d'Ausone (IVe s), pour signaler sans plus tarder trois oeuvres de la basse
latinité, qui vont jouer un rôle considérable dans la transmission de la légende troyenne à Byzance et au Moyen
Age.

La première est le Journal de la Guerre de Troie (Ephemerides belli Troiani), une traduction latine tardive (début IVe
s.) d'un original grec (fin IIe s. apr.JC) : il s'agit d'un faux attribué à Dictys de Crète, un compagnon du roi Idoménée
qui aurait participé à la guerre de Troie. La deuxième est l'Histoire de la Ruine de Troie (Historia de excidio Troiae),
attribuée à un certain Darès de Phrygie, qui est censée présenter cette fois le point de vue d'un combattant troyen ;
sa datation est controversée (VIe siècle apr.JC ?). L'intérêt de ces deux récits est qu'ils proposent, l'un de manière
très développée et l'autre avec bien plus de brièveté, une narration complète du cycle troyen, depuis les origines de
la guerre jusqu'à sa conclusion, sans oublier le retour mouvementé des héros. La troisième oeuvre, une Ruine de
Troie anonyme du VIe siècle, élargit encore la perspective puisqu'elle se déroule du Jugement de Pâris à la mort de
Romulus.

Ausone Epitaphes des héros de la Texte latin


guerre de Troie Sur le site Forum Romanum

Traduction de E.-F. Corpet (1843)


Sur le site de Philippe Remacle

Periocha Iliadis (Sommaires de Texte latin


l'Iliade) Sur le site Forum Romanum

Traduction de E.-F. Corpet (1843)


Sur le site de Philippe Remacle

Dictys de Ephemerides belli Troiani Texte latin et traduction de N.L.


Crète Achaintre (1813)
Sur le site de Philippe Remacle

Traduction de Gérard Fry in Récits inédits


sur la guerre de Troie
Belles Lettres, coll. « La Roue à
livres » (2004)

Darès de De excidio urbis Troiae Texte latin et traduction de N.L.


Phrygie Achaintre (1813)
Sur le site de Philippe Remacle

Traduction de Gérard Fry in Récits inédits


sur la guerre de Troie
Belles Lettres, coll. « La Roue à
livres » (2004)

La vraye et breve histoires Traduction en français, Anvers (1592)


de la guerre et ruine de Troye Sur Gallica

Anonyme Excidium Troie Edition d'Alan Keith Bate


Frankfurt, New York (1986)

● La poésie latine des XIIe et XIIIe siècles

Dans la première moitié du XIIe siècle, ce sont encore les textes classiques (Virgile, Ovide, et l'Ilias latina) qui
prédominent comme sources d'inspiration pour des clercs qui produisent des pièces relativement courtes, de registre
le plus souvent élégiaque, en distiques. Certaines de ces oeuvres poétiques ont connu un tel succès qu'on les trouve
dans plus de cinquante manuscrits et qu'elles ont été intégrées, un siècle plus tard, dans le recueil des Carmina
Burana en 1230.

Baudri de Bourgueil Carmina Texte latin et traduction par


(Baldericus Burguliensis) Jean-Yves Tilliette
● Paris Helenae Sur Itinera electronica
● Helena Paridi

Anonyme Pergama flere volo Texte latin


Sur ce site Méditerranées

Anonyme Fervet amore Paris Texte latin


Sur ce site Méditerranées

Matthieu de Vendôme ? Causa Aiacis et Ulixis I–II Texte latin édité par P. G. Schmidt
in Mittellateinisches Jahrbuch
(1964), vol.1, pp.100-132

Anonyme Quis partus Troie Texte latin


Sur ce site Méditerranées

Anonyme Bella minans Asye Texte latin


Sur ce site Méditerranées

Pierre de Saintes (Petrus Viribus arte minis Texte latin


Sanctonensis) Sur ce site Méditerranées

Hugues Primat Urbs erat illustris Texte en latin


Sur le site de la Bibliotheca
Augustana

Traduction en anglais
Sur Google Livres

Anonyme Ovide moralisé, VII, 200- Edition de Ch. de Boer en 5 tomes


244, XII et XIII (1915-1938)

C'est globalement au milieu du XIIe siècle que l'on commence à repérer l'influence décisive de Darès dans les
productions poétiques en latin. Progressivement, on s'oriente vers des textes épiques en hexamètres dactyliques, de
plus en plus ambitieux par leur longueur. Cette rivalité avec les épopées antiques, timidement initiée par Simon
Chèvre d'Or (v.1150) mais qui culmine avec l'Iliade de Joseph d'Exeter (v.1183-1190) trouvera encore un
prolongement au milieu du XIIIe siècle avec le Troilus d'Albert de Stade (1249).

Simon Chèvre d'Or Ilias Texte latin de la version I dans la


(Aurea Capra) 497 distiques dans la Patrologie latine (171, 1447 sqq)
version la plus longue Version courte sans la partie sur l'Enéide
Sur le site Documenta catholica omnia

Edition de la version III par André Boutemy


in Scriptorium, 1 (1946-47) pp.267-288

Anonyme Historia troiana Daretis Edition de J. Stohlmann, Düsseldorf (1968)


frigii
918 hexamètres

Joseph d'Exeter L'Iliade Texte latin


(Josephus Iscanus) 3676 hexamètres En mode image sur Google livres

Traduction anglaise en vers de A. G.


Rigg (XXe s)
Sur le site de l'université de Toronto

Traduction française dirigée par Francine


Mora in
L'Iliade, épopée du XIIe siècle sur la
guerre de Troie, Brepols (2003)

Albert de Stade Troilus Edition de Theodor Merzdorf, Teubner


(Albertus Stadensis) 2657 distiques (1875)
Edition de Thomas Gärtner, Hildesheim
(2007)

● Les récits en langue vulgaire : les Chroniques universelles et Benoît de Sainte-Maure (XIIe-XVe siècles)

A la fin du XIIe siècle, la guerre de Troie n'intéresse plus seulement les clercs qui écrivent leurs poèmes en latin : elle
commence à investir aussi le champ de la langue vulgaire. Une oeuvre en français joue alors un rôle primordial dans
le développement du mythe : Le Roman de Brut, traduction par Wace (1155) de l'Historia Regum Britanniae de
Geoffroy de Monmouth, donne pour ancêtre aux Bretons un certain Brutus, petit-fils d'Enée ; ainsi, comme pour
l'Enéas, c'est l'Enéide plus que l'Iliade qui sert ici d'oeuvre de référence.

Geoffroy de Monmouth Historia Regum Britanniae En mode image


Sur Google Livres

Wace Le Roman de Brut En mode image


Sur Google Livres

A sa suite, l'Histoire ancienne jusqu'à César (1208-1213), qui constitue la première Chronique universelle en français,
commence par un certain Friga, frère d'Enée : l'Occident se dote d'ancêtres prestigieux, fondateurs de telle ou telle
lignée.
L'incendie de Troie - Benoît de Sainte-Maure - Le Roman de Troie
Ms Français 60, fol. 42 - BNF

Mais c'est Le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure qui à la fin du XIIe siècle (vers 1185) devient LA référence
absolue d'un nombre incalculable d'écrivains qui, à sa suite, vont broder à l'infini sur les divers épisodes de la Guerre
de Troie. Initialement, il s'agit d'un roman de plus de trente mille octosyllabes. Il devient si important qu'il est prosifié à
plusieurs reprises, et même inclus dans la deuxième version de l'Histoire ancienne jusqu'à César : ainsi, une oeuvre
de fiction est-elle intégrée dans un ouvrage d'historiographie. Par la suite, et jusqu'au XVe siècle, on pourra compter
des dizaines de traductions ou des amplifications de tel ou tel épisode dans toutes les langues vulgaires
européennes.

Benoît de Le Roman de Troie Texte intégral en ancien français


Sainte-Maure (v.1165) Sur Gallica
30310 vers
Edition et traduction de larges extraits par E.
Baumgartner et F. Vielliard, Lettres gothiques
(1998)

Le Roman de Troie en Edition de L. Constans et E. Faral (tome 1)


prose - Prose 1 En pdf (6,7 Mo) sur Internet Archive

Le Roman de Troie en Texte inédit, mais source de l'Istorietta troiana


prose - Prose 3

Le Roman de Troie en Edition partielle par Anne Rochebouet (2005)


prose - Prose 5 Propositions de thèse sur le site de l'Ecole des
Chartes

Texte intégré dans la seconde rédaction de


l'Histoire ancienne jusqu'à César, à la place de la
traduction de Darès (1ere édition)

Les Epistres des Dames Texte lui aussi intégré dans Prose 5, dans la
de Grèce seconde rédaction de l'Histoire ancienne jusqu'à
Version en prose César
française des Héroïdes Edition par Luca Barbieri, Champion (2007)
d'Ovide

Anonyme Istorietta troiana Texte en italien


Sur ce site Méditerranées

Anonyme Storie de Troia e de Texte en italien


Roma Sur ce site Méditerranées

Anonyme Histoire ancienne Enluminures du manuscrit Français 168


jusqu'à César
Herbert von Liet von Troye Texte allemand en mode image
Fritzlar Sur Google Livres

Conrad von Der Trojanische Krieg Texte allemand en mode image


Würtzburg Sur Google Livres

Jacob von Historie van Troyen Texte en néerlandais de N. de Pauw et E. Gailliard,


Maerlant Gand (1889-1892)

Anonyme Trójumanna Saga Edition de Jonna Louis-Jensen, Copenhague


(1963)

Anonyme Seege of Troy Texte versifié en « middle english »


Edition M.E. Barnicle (1926)

Boccace Filostrato Texte en italien


Sur le site des Scrittori d'Italia Laterza

Le roman de Troyle Edition de Gabriel Bianciotto, Rouen (1994)


Traduction par Louis de
Beauvau

Chaucer Troilus and Criseyde Texte en anglais


Sur le site Online Medieval and Classical Library

Anonyme Gest Hystoriale of the Edition de Geo. A. Panton and David Donaldson,
destruction of Troy New York (1969)

John Lydgate Land Troy Book Texte en « middle english »


Sur le site TEAMS Texts Online

● La galaxie de Guido delle Colonne

L'Histoire de la destruction de Troie (1270-1287) de l'italien Guido delle Colonne est une traduction en latin et en
prose du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure. Le texte initial est parfois resserré, et surtout, la langue latine
lui donne une diffusion que ne pouvait obtenir le « français » de l'original. Ce texte connut dans l'Europe entière un
succès absolument phénoménal, et donna lieu à son tour à de multiples traductions... en langue vulgaire.

Guido delle Historia destructionis Troiae (1287) Edition de Nathaniel Edward Griffin
Colonne Mediaeval Academy of America,
Cambridge (1936)

Traduction en anglais par Mary


Elizabeth Meek
Indiana University press (1974)

Libro de la destructione de Troya Bonacci (1986)


Traduction en italien napolitain (XIVe s)

Històries troianes Edition facsimilé du Mss. 1523


(traduction en catalan de Jaume Conesa - de la Biblioteca Nacional de
1367) Madrid
Sur le site de la Biblioteca Virtual
Joan Lluis Vives

Recueil des Histoires de Troye Enluminures du manuscrit


(traduction en français de Raoul Le Fèvre - Français 252
1464) Enluminures du manuscrit
Français 59

The Recuyell of the Historyes of Troye Premier livre imprimé en anglais


(traduction en anglais de William Caxton à
partir de Le Fèvre - 1474)

Cronica Troyana, en que se contiene la Edition facsimilé de l'édition de


total y lamentable destruycion de la Francisco del Canto (1587)
nombrada Troya Sur le site de la Faculdade de
(traduction en castillan - 1587) Letras da Universidade de Lisboa

● Dante et la Divine Comédie (1306-1321, édition posthume en 1472)

Il faut faire une place particulière à Dante, qui dans son poème en langue vulgaire passe en revue un très grand
nombre des personnages de la guerre de Troie, mais sans faire de cette guerre le sujet central de son oeuvre.

Dante La Divine Comédie Texte en italien


Sur le site de Centocanti

Traduction en français de l'édition Flammarion (1880)


Sur le site de l'abbaye Saint Benoît de Port-Valais

● Boccace et Christine de Pisan (la matière de Troie aux XIVe et XVe siècles)

Penthésilée et sa compagnie
Boccace - De claris mulieribus
Ms Français 598, fol.46, BNF

Outre le Filostrato, mentionné plus haut comme le développement en italien d'un épisode du Roman de Troie de
Benoît de Sainte-Maure, Boccace a écrit en latin la compilation De claris mulieribus (1360), contemporaine de
l'époque où il fait ouvrir à Florence la première chaire d'enseignement du grec : sa contribution à la redécouverte des
originaux grecs en occident est absolument considérable.

Boccace De Claris mulieribus Enluminures du manuscrit Français 598

Traduction en italien de Donato da Casentino (fin


XIVe s)
Sur le site de la Biblioteca dei Classici Italiani

Des Dames de renom Traductions en français (1551)


Sur ce site Méditerranées
● Hélène
● Polyxène
● Hécube
● Cassandre
● Clytemnestre

Enfin Chistine de Pisan, dans une impressionnante série d'oeuvres qui s'enchaînent entre 1400 à 1407 et témoignent
d'une remarquable érudition, tributaire en particulier de Benoît de Sainte-Maure et de Boccace, brasse la matière
troyenne dans deux perspectives complémentaires : l'évocation de l'origine troyenne du peuple français (reprenant en
cela la logique des Chroniques universelles qui tentent de concilier mythe et Histoire) et la réécriture personnelle des
différents épisodes de la guerre de Troie à des fins didactiques, soit dans des développements cohérents plus ou
moins longs, soit dans l'utilisation d'exemples plus éparpillés à l'appui d'un enseignement moral.

Christine de Cent histoires de Troie ou Epistre Edition imprimée de 1500


Pisan d'Othea à Hector En mode image sur Gallica

Texte français édité par Gabriella


Parussa, Droz (1999)

Traduction en anglais du XVe


The Epistle of Othea to Hector, or The siècle
Book of Knyghthode En fichier pdf (13,5 Mo) sur Internet
Archive

Livre de la mutacion de Fortune, VI Texte édité par Suzanne Solente,


4195 octosyllabes SATF (1959-1966), 4 vol.

Le Chemin de longue estude Edition et traduction de A. Tarnowski,


Lettres gothiques (2000)

Le Livre des faits et bonnes moeurs Texte bilingue


du sage roi Charles V (I, 5) En mode image sur Google Livres

Le Livre de l'advision Christine Edition C. Reno et L. Dulac,


Champion (2001)

Le Livre de la Cité des Dames Traduction en français contemporain


par Thérèse Moreau, Stock (1986)
● Penthésilée (I, 19)
● Cassandre (II, 5)
● Andromaque (II, 28)
● Hélène et Polyxène (II, 61)

Le Livre du corps de policie Texte édité par A.J. Kennedy,


Champion (1998)

Quoi de neuf ? Recherche Qui sommes-nous ? Copyright Aspirateurs Informations légales

Appuyez sur la touche F11 et masquez la barre supérieure

© Agnès Vinas, 2004-2009