Vous êtes sur la page 1sur 16

CONCILIER COMMUNAUTÉ DES HOMMES ET SOUVERAINETÉ MONDIALE : L'EMPIRE SELON DANTE

Thierry Ménissier P.U.F. | Cités
2004/4 - n° 20 pages 113 à 127

ISSN 1299-5495

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-cites-2004-4-page-113.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Ménissier Thierry , « Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l'empire selon Dante » , Cités, 2004/4 n° 20, p. 113-127. DOI : 10.3917/cite.020.0113
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 93.10.87.80 - 13/11/2011 09h02. © P.U.F. Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 93.10.87.80 - 13/11/2011 09h02. © P.U.F.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour P.U.F.. © P.U.F.. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

80 . ou en tout cas jamais longtemps. 2004 Document téléchargé depuis www. historique. Cités 20. juridique et philosophique ».. défavorable à l’idée d’empire : la forme impériale implique si peu l’assujettissement absolu des hommes qu’elle pourrait. à certaines conditions.info . C’est ce que suggère la tentative théorique réalisée par Dante Alighieri dans les années 1310 avec le traité Monarchia. PUF.87.13/11/2011 09h02.. pour ce faire. Paris. Le présent texte reprend certains éléments d’une conférence prononcée à cette occasion. de décider des situations politiques les plus variées.info .cairn... © P.87.10. il semble que l’hégémonie ne suffise jamais à en constituer le principe : la maîtrise d’un tel ensemble ne passe jamais. par la domination.93.80 .F.93. l’écrivain florentin met en œuvre une logique complexe pour défendre les prérogatives de la fonction impériale contre l’autorité papale .F. et d’être comprise à partir de traditions intellectuelles fort diverses1.Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante THIERRY MÉNISSIER Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier 1. Il s’agit du colloque « L’idée d’empire dans la pensée politique. Un colloque récent consacré à l’idée d’empire a mis en valeur la peu commune plasticité d’une notion qui paraît capable de s’adapter aux différents contextes historiques.10. . © P. il reprend des arguments développés tout au long 113 Document téléchargé depuis www. qui s’est déroulé à Grenoble les 10 et 11 mars 2004 et dont les actes sont à paraître.13/11/2011 09h02. Même si l’on définit génériquement l’empire comme un ensemble politique de grande taille régi par une structure de commandement fortement hiérarchisée. constituer un espoir pour la communauté des individus.U.cairn. Ainsi que je vais le montrer. Aussi est-il tentant de remettre en question l’opinion courante aujourd’hui.U.

info . Les papes tentèrent de revendiquer la plenitudo potestatis. Cependant cette synthèse est dominée par un certain type d’arguments.87.93. La querelle entre les deux puissances revendiquant la souveraineté universelle est au cœur de la problématique politique la plus importante du Moyen Âge. Parallèlement aux raisons de type théologique. l’Église et l’Empire.F. mais le fond du débat concerne la question de savoir ce qui peut et doit constituer la nature du lien social universel : l’auctoritas du pape. d’après laquelle le lien entre les hommes est plutôt spirituel.10. intellectuellement stimulante pour qui voudrait aujourd’hui penser la notion d’empire. Henri VI. Dans les faits. . de l’autre ? Dans la résolution de ce problème se joue une très intéressante justification de l’empire. De leur côté. Or le Florentin semble également promettre le dépassement de l’équivoque. la virulente opposition entre la dynastie des empereurs Staufen. Est-il possible de lier de manière conséquente les deux dimensions de l’empire : représentation philosophique de la communauté des hommes. et assume par là une équivoque étonnante. entre le XIIe et le XIIIe siècle. © P. d’une part. © P.93. une société régie par une unité à la fois religieuse et politique.80 . ou la potestas de l’empereur.. et une lignée de papes particulièrement combatifs : Alexandre III. sur le plan historique et politique. Ces deux niveaux impliquent deux idées de l’empire.10. les souverains Document téléchargé depuis www. d’une part . se sont l’un et l’autre appuyés sur la structure léguée par l’Empire romain. mais à bien des égards contradictoires entre elles. non seulement différentes.87.info . qui dépasse largement le cadre dans lequel elle a été élaborée.13/11/2011 09h02. dont la civilisation s’est définie par rapport à un idéal de respublica christiana. Frédéric Barberousse. c’est-à-dire notamment le fait qu’en tant que responsables de la cure des âmes ils pouvaient juger l’action des princes temporels.U.F.cairn. Dante argumente sur deux plans différents : sur le plan théologique et philosophique.cairn.. les deux ordres politiques se disputant le droit d’incarner cet idéal. Innocent III.13/11/2011 09h02. sans que la réciproque soit vraie.. du Moyen Âge dans la querelle entre ces deux puissances. de l’autre. hérités de la période qui constitue le point d’incandescence de la querelle entre papauté et empire – à savoir. enfin Frédéric II Hohenstaufen.80 . Mais examinons d’abord ce dernier.U. d’après laquelle ce lien consiste en la sujétion politique ? Le traité De la monarchie se présente donc comme la synthèse des arguments utilisés tout au long du Moyen Âge pour affirmer les droits de l’empereur face au pape. et souveraineté ou gouvernement mondial.114 Dossier : Empires et impérialismes Document téléchargé depuis www. Grégoire IX et Innocent IV.. la plénitude de la puissance.

F.F. Étienne Gilson. L’argumentation théologique et juridique de Monarchia doit donc être entendue dans un sens politique.80 . À cette fin.. de sa figure. contre celui des Guelfes « Noirs ». Le règne de Charlemagne fut élevé par les Staufen à la hauteur d’un modèle idéal. © P.Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier 1. 1953. en exigeant pour l’empereur le statut d’un second Messie. 2. p.. Robert Folz. ils mirent en avant le fait que. qui veulent soustraire la cité à l’influence de la papauté et qui sont favorables à l’autonomie florentine.cairn. Vrin. © P.. car il a rallié le camp des Guelfes « Blancs ». en 1165.cairn. Dante et la philosophie (1939).93. Si.87. le sacre par le pape n’ajoutant rien à sa souveraineté. dans ses conditions mêmes d’énonciation : en prenant de la sorte le parti de l’empereur contre le pape. Paris.93. Cf. les chances de l’emporter reviennent du côté de Florence2. ils revendiquèrent pour le seul empereur le pouvoir législatif ( « solus conditor legis imperator » ) .13/11/2011 09h02. Cf. 115 Document téléchargé depuis www. l’empereur détient l’Empire de Dieu seul. Frédéric II développa pour sa part un type d’arguments empruntant au registre théologique. Frédéric Barberousse fit canoniser Charlemagne. entre Florence seule et le pape. liés au pape. sinon sacrée.info . 173. la partie serait perdue pour Florence. Document téléchargé depuis www.10. Le traité paraît précisément avoir été composé durant le long exil de la fin de la vie de Dante.87. . Ainsi. Dante reprend plusieurs des arguments exposés par les deux camps dans leur combat idéologique1. Il s’inscrit de ce fait dans une fine stratégie : les arguments universalistes utilisés pour contrer les desseins de la papauté ont en réalité une finalité particulière : affirmer la liberté civique de Florence.80 . Aubier. entre le pape et Florence représentée par un empereur dont la vocation est d’être le souverain universel du genre humain.U. 1972. et en prétendant être l’incarnation même de la loi divine ( « lex animata in terris » ). Le traité a également une portée politique à un second niveau.10. Paris.. L’idée d’empire en Occident du Ve au XIVe siècle. l’auteur de La Divine Comédie s’inscrit dans la réalité du conflit entre les factions guelfes qui déchire à cette époque sa cité de Florence. son enjeu est le commandement légitime des sujets chrétiens. en insistant sur deux aspects décisifs de la puissance carolingienne : la restauration de la puissance publique que Charlemagne avait initiée et la dimension charismatique. Staufen affirmèrent tour à tour l’indépendance de l’Empire vis-à-vis de l’Église et la subordination de cette dernière à leur puissance.U.info . conséquence de son engagement civique. selon son mode d’élection par les princes électeurs.13/11/2011 09h02.

10..cairn. qui serait ministre ou vicaire de Dieu (le souverain pontife) ? Cette tripartition laisse clairement apparaître l’équivoque mentionnée plus haut. Gallimard. qu’en la relation problématique entretenue par l’universel et le particulier. Monarchie. traitant successivement ces trois questions1 : — La monarchie temporelle ou empire est-elle nécessaire au bien-être du monde ? — Le peuple romain dans l’Antiquité s’est-il arrogé l’office de la monarchie universelle selon le droit ? — L’autorité du monarque dépend-elle immédiatement de Dieu ou d’un autre homme.U. Gally. L’empire ainsi conçu est désigné par Dante comme la « société universelle du genre humain »2 . La question de l’empire telle que Dante la pose consiste moins en l’examen de la possibilité d’une unité humaine de nature spirituelle et civique. 1993. Le rapprochement entre ces deux séries d’arguments crée une situation étonnante. § 7 : « universalis civilitas humani generis ». trad.. A.13/11/2011 09h02.U. Belin. historique et politique.info .cairn.F. L’empire est donc aperçu selon un point de vue spirituel et politique . en m’appuyant plus particulièrement sur la seconde : Dante. § 2. inouïe même.87.87. Dante met en œuvre une théologie politique civile. p. Paris. Monarchie. par ce qui est éternel et ce qui est circonstanciel. trad. Document téléchargé depuis www. . dont la portée paraît limitée à une expérience particulière : celle de la conquête du monde par Rome.13/11/2011 09h02. Pézard. Pour toutes les références au traité. cit. © P. Monarchie. Cf. Gilson.10.. Les arguments théologiques et philosophiques à portée universelle développés dans le premier et le dernier livre enchâssent littéralement des arguments d’une autre nature.93. Comme le souligne É. et non plus ecclésias1. 1965 . Aussi la notion d’empire chez Dante recouvre-t-elle ce qu’on a pu identifier comme la première idée universelle d’humanité ayant une signification à la fois philosophique et politique3. La politique reconnue la meilleure étant celle qui comprend les phénomènes les plus universels.80 . ou celle qui comprend les phénomènes à partir de la perspective la plus universelle4.info . dans Œuvres complètes. franç.80 . M. 180. Paris. 2. La question initialement posée est celle de savoir quelle est la fin la plus universelle de cette société. et Dante. I. op.F. 2.93. 4.Le traité est composé de trois livres. 3. 3. 116 Dossier : Empires et impérialismes Document téléchargé depuis www. La Monarchie. je renvoie le lecteur aux deux traductions disponibles en français.. © P.. il réalise sur le plan civil l’unité naturelle de l’humanité. I.

comment concevoir l’obéissance politique à un ordre purement civique.. Grâce à l’idée d’empire.info .80 . puis les arguments historico-politiques de type réaliste. il développe une argumentation qui paraît devoir être appréhendée comme ce que la Modernité a nommé une philosophie de l’histoire : ce sont les raisons articulées dans le livre III à propos de la légitimité de la suprématie des Romains dans l’Antiquité.93.info . il arrache en quelque sorte la notion d’universalité du genre humain à l’emprise de l’Église catholique. justifier le gouvernement des hommes à partir d’une matrice d’argumentation qui concerne le gouvernement des âmes ? Je vais à présent examiner les deux types d’arguments développés par le traité : d’abord les arguments philosophiques à vocation universelle. même si la théologie politique dantesque est civile.Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier Document téléchargé depuis www. justifier le droit par le fait ? Et.87.. Or. non moins naturellement.87. et compte tenu de l’hétérogénéité naturelle des aspirations humaines. tique. écrit Dante. sinon de discordes dans l’ordre politique ? Seconde série de questions : la « théologie politique » de Dante est servie par deux logiques de démonstration bien différentes : d’un côté. elle utilise cependant des arguments scripturaires : comment.93.10. sur un plan plus général.F. D’où cette première question : comment concevoir et justifier le gouvernement des hommes dans le cadre d’un problème initialement posé de manière purement spirituelle en fonction du gouvernement des âmes ? En particulier.cairn. . qui légitime l’indépendance de l’ordre impérial vis-à-vis des prétentions papales (livres I et III) .. Comment. dès lors. de quelle philosophie de l’histoire « réaliste » peut se nourrir un modèle impérial théologique et philosophique revendiquant un idéal de béatitude terrestre ? En outre.10.80 .U.cairn. dans le cadre de la partition des prérogatives qu’il imagine entre le pape et l’empereur. de l’autre. s’exprime dans l’histoire en désignant les vainqueurs des duels qui la constituent. Dante assigne à celui-là le gouvernement des âmes d’après la révélation (en vue de la béatitude éternelle) et à celui-ci le gouvernement des hommes d’après la raison (en vue de la béatitude terrestre).13/11/2011 09h02. dans ce cas. La violence joue notamment un rôle fondamental : Dieu.U. © P.. factrice de différends. à partir d’un cadre qui permettait de penser le rapprochement des hommes d’après la communauté de leur foi.13/11/2011 09h02. © P. 117 Document téléchargé depuis www.F. l’auteur déploie des arguments théologiques en vue de constituer une philosophie de la béatitude naturelle. qui est.

— La paix universelle est la fin que tous les hommes veulent atteindre3 . I.10. c’est ainsi que. § 1.info . c’est grâce à l’espoir d’une paix générale que l’idéal de la société du genre humain peut se réaliser. — Dante utilise l’argument aristotélicien selon lequel la partie est inférieure au tout et ne se réalise véritablement que lorsqu’elle est intégrée au tout1 . mais il étend sa réflexion bien au-delà du cadre de la polis telle que la pensait le philosophe grec. Politiques. Dante emprunte à la théologie chrétienne la forme de l’Église universelle.LES ARGUMENTS PHILOSOPHIQUES 118 Dossier : Empires et impérialismes 1.cairn. dans la pensée d’Aristote. Cf.13/11/2011 09h02.93. Monarchie. la nature vient se placer sous le régime de la loi. il pousse plus loin l’argument du Stagirite : l’humanité est en quelque sorte antérieure à la cité . 6.F.info . Afin de concevoir l’idée d’un ordre temporel unique et général.10. Dante confère à cette notion de totalité une extension à laquelle n’avait pas pensé Aristote. et la laïcise . Monarchie. 2.87. puisque la cité est une multiplicité d’hommes régis par une même subordination à la loi. . 3.U. et elle est de ce fait l’unité plus haute dans laquelle la multiplicité des hommes.80 .80 . et il sert à montrer que la cité est une réalité plus fondamentale que la famille.cairn. Cependant cette fin ne saurait être la fin suprême de l’humanité : elle n’est qu’une condition morale et politique de la contemplation. mais cette laïcisation ne peut s’opérer sans établir la philosophie comme fondement de la société universelle des hommes. Document téléchargé depuis www. vient s’inclure pour s’exprimer.13/11/2011 09h02.. référent du philosophe latin.. © P. Cependant. Le thème de la paix universelle est traité ici de manière prékantienne : elle Document téléchargé depuis www.87. mais elle est sa condition sine qua non. © P. I.. I. il concentre son analyse sur le développement des implications de la sociabilité naturelle des hommes . § 2 : « La paix universelle est la meilleure des choses qui ait été ordonnées pour notre bonheur » (pax universalis est optimum eorum que ad nostram beatitudinem ordinantur). puisqu’elle inclut plusieurs familles .U.F. 4. cet argument se formule ainsi : « La partie est antérieure au tout »2. et également au-delà de la chrétienté. Il est intéressant de noter comment le Florentin se sert des principes hérités d’Aristote et de saint Thomas : — Tout au long du livre I. 1253 a 20 : To gar holon protéron anankaïon einaï tous mérous. Cf.93.. dans les Politiques. 2. leur diversité civique même.

l’empereur règne seul sur les volontés. mais à adhérer activement à un ordre qui porte les existences singulières. notamment grâce à la synthèse thomiste.F. le pape règne seul 1. C’est pourquoi Gilson peut écrire que le monde de Dante apparaît « comme un système de rapports d’autorité et d’obéissance »1.info .87..87.U. la volonté du philosophe doit obéissance à l’empereur. trouve alors réponse.. tandis que sa foi doit obéissance au pape . 198. Une des questions posées plus haut. cit. sa raison doit obéissance au philosophe. puisqu’elle promeut l’idée moderne d’obligation politique à la place de la notion ancienne d’assujettissement.. l’assujettissement du vassal à son suzerain reposait sur le principe aristotélicien de la soumission de ce qui est naturellement inférieur à ce qui est naturellement supérieur.cairn. Document téléchargé depuis www. La question de l’empire telle qu’elle est ici pensée constitue donc une étape importante dans la question de l’obéissance politique. © P. Cf.n’apparaît pas dans le cadre d’une universalisation du droit. obéir ne consiste pas à se soumettre passivement. La mise en relation par Dante de la philosophie et de la politique permet de substituer à ce modèle ancien celui de l’obéissance civile réfléchie par la raison. Gilson. il faut plutôt envisager une séparation de leur prérogative : le conflit entre les deux autorités est tranché par l’examen du genre de ces autorités.F.80 . et lui-même s’était appuyé.U. à propos de l’obéissance des hommes à un ordre purement civique à partir de la reconnaissance de leurs divisions. au point de rompre avec la conception classique de l’obéissance politique. .13/11/2011 09h02... 119 Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier Document téléchargé depuis www.info . p.93.80 . on peut concevoir comment.10. Non que ce dernier soit soumis à l’empereur . sur des principes philosophiques hérités de la philosophie aristotélicienne : à tous les niveaux de la hiérarchie généralisée des obligations sociales. À partir de ces principes. mais au sein d’une réflexion théologique ou métaphysique d’origine aristotélicienne sur les fins que Dieu et la nature poursuivent dans l’humanité.93. Cette réponse consiste à lier intimement politique et philosophie.13/11/2011 09h02. É. Le monde médiéval comprenait l’obéissance dans le cadre de l’assujettissement de type féodal. dans l’ordre politique. Grâce à elle.cairn. 2 / que ce commandement doit revenir sans équivoque à l’empereur plutôt qu’au pape. Il détaille de la sorte ces rapports : la philosophie règne sur la raison. op. les livres I et III du traité utilisent tous les arguments possibles dans le but d’établir : 1 / que l’unicité du commandement politique de l’humanité est une nécessité .10. et sa foi doit se soumettre au pape . © P.

13/11/2011 09h02.cairn. d’une manière que ne démentiraient ni Thucydide ni Machiavel. au sens où.87.10. et qu’il existe en fait pour lui une triple auctoritas dans le champ des affaires humaines : celle de la foi et des textes sacrés. Tel est le dernier argument philosophique : l’empire est principe de communauté et non source de violence lorsque l’empereur donne à voir le modèle du règne majestueux de la raison. philosophe. Document téléchargé depuis www. § 3).info .info . et sa volonté doit obéissance à l’empereur. On pourrait également dire qu’il transforme le débat traditionnel en reconnaissant l’existence d’une triple source de légitimité. glissement sémantique signifiant que le pouvoir politique est dans son ordre sa propre source de légitimité. il nous faut prendre en compte les arguments historiques et géopolitiques exposés par le livre II.87.10. © P..120 Dossier : Empires et impérialismes LES ARGUMENTS RÉALISTES Cependant ni le traité Monarchia ni la question de l’empire selon Dante ne peuvent être traités dans ces seuls termes.. empereur et pape doivent obéissance inconditionnelle à celui dont ils tirent leur existence et la légitimité de leur prérogative – à savoir. et Robert Damien. IV. Enfin.F. dans Le prêtre. on voit comment Dante a fait évoluer le débat traditionnel entre l’auctoritas du pape et la potestas de l’empereur. Enfin. « Dante et le conseil de l’intellectuel ». et l’on voit comment Dante travaille stratégiquement à une conjonction de celle issue de la raison et de celle produite par la loi : la justification philosophique de l’empire se concentre dans l’examen d’une figure auguste.93. celle de l’empereur philosophe1. 12.. Document téléchargé depuis www. qui déposait le pouvoir supérieur d’essence moral entre les mains de la religion. III. Le jeu des autorités est complexe.. accordant seulement au pouvoir temporel politique la puissance ou une certaine puissance : Dante écrit que l’auctoritas de l’empereur ne dépend pas de l’auctoritas du pape (Monarchie. Dieu. trois figures du conseiller.F. 6-9.U.13/11/2011 09h02. . Ils peuvent être qualifiés de réalistes. celle de la politique quand son exercice est légitime. Voir sur ce point le Banquet de Dante. La seule véritable autorité capable de faire agir les hommes sur cette terre repose finalement sur l’exemple de la conduite admirable du chef.cairn.93.U. et celle de la raison dans l’entreprise philosophique. l’expert.80 . (à paraître). ils prennent comme support les actions passion1. sa raison doit obéissance au philosophe. le notable. © P.80 . Tandis que la tradition du commentaire philosophique ne retient que les arguments que nous venons d’évoquer. sur les âmes.

— 2e argument : l’histoire romaine est marquée par la volonté de Dieu qui s’y exprime par de nombreux miracles (chap.info . Il s’agit d’examiner la conquête du monde par les Romains. © P.F. le danger est de perdre irrémédiablement la possibilité de penser l’empire comme fin légitime. le jugement de Dieu s’exprime par les duels qui ont lieu dans l’histoire (chap. Dante entend moins la réalité politique. 5). et ils s’en tiennent aux faits de la grande politique. — 1er argument : la noblesse naturelle du peuple romain l’a conduit à la victoire et lui a normalement valu les honneurs (chap. — Le problème est posé en ces termes : la conquête du monde par les Romains est-elle légitime ou non ? S’est-elle ou non effectuée selon le droit ? Quels sont les rapports entre le droit et la volonté ou les desseins de Dieu ? La solution qu’il faut démontrer : c’est par droit et d’après la volonté de Dieu ou selon ses desseins que les Romains ont conquis le monde (chap.U. l’argumentation historico-politique du livre II : Document téléchargé depuis www.93.80 . — 3e argument : qu’est-ce que le droit ? Ce qui garantit le bien ou l’ « utilité » de la chose publique . 121 Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier Document téléchargé depuis www. © P. 1 et 2). — 5e argument : la structure de l’Empire romain a été bénéfique pour le développement mondial de la chrétienté « catholique » (chap..13/11/2011 09h02. en résumé.info . qui concilie le naturalisme de la force et le providentialisme : la nature commande que les plus forts l’emportent . 6-9). 10).U. à l’issue de longues guerres civiles.nées des hommes dans l’histoire.cairn... juridique et administrative qui a succédé à la République à partir du moment où Auguste. En présentant l’effectivité historique de la logique impériale. se fit princeps senatus.93. Dante prend un risque considérable : parce qu’il met l’accent sur la manière dont les Romains conquirent un empire qui a préfiguré l’empire légitime.87. Voici. — 4e argument.10. que la dimension proprement territoriale de l’expansion de l’Urbs. qui réalise ce qui est juste à partir d’intentions qui ne le sont pas (chap. .80 .cairn.87. 4). il existe une dialectique du droit. 3). et d’affirmer qu’elle a réalisé un mouvement décisif vers l’empire légitime. L’argumentation historique et géopolitique s’appuie en effet sur le référent d’une histoire particulière. ce faisant. Par « Empire romain ». sinon spécifique et sans commune mesure avec l’Histoire.10.F.. celle de la constitution de l’Empire romain dans l’Antiquité. Or.13/11/2011 09h02. de la politique de puissance. il court le risque de faire basculer le débat de la théologie et de la philosophie vers des considérations sur la souveraineté mondiale.

122 Dossier : Empires et impérialismes 1. © P.F... op. Folz : « La légitimité de l’Empire romain est démontrée par des arguments plus ou moins bienvenus »2). Le moyen privilégié de réalisation de la « société universelle du genre humain » serait donc l’établissement d’une souveraineté mondiale qui. 1 : « Ius est realis et personalis hominis ad hominem proportio.10.87.cairn. ils adoptent une attitude critique. p.80 .cairn. procéder ainsi revient à faire référence à l’impérialisme en même temps qu’à l’empire. Sa réception par les commentateurs de Dante n’est donc pas surprenante : ou bien ils adoptent une position de déni et l’ignorent volontairement (Gilson).info ..87. à l’instar d’autres auteurs de son Document téléchargé depuis www. Dante paraît très déterminé à emporter la décision du lecteur par tous les moyens qui sont à sa disposition. En effet. ou bien.13/11/2011 09h02. qu’ils soient « tactiques » (argument 5) ou qu’ils relèvent d’une réflexion plus approfondie (comme le 3e.93.. qu’il faut examiner.10. qui utilise la définition du droit donnée par le Digeste – le droit est une proportion réelle et personnelle d’homme à homme1 – dans le but d’examiner le rapport entre les intentions des agents et les résultats des actions du point de vue de la justice). comment réaliser la société universelle du genre humain par une conquête et une violence originaires ? Quelle légitimité pour une construction politico-juridique initialement produite sur le terrain des armes ? Et.80 . sinon à tenter de justifier le second par le premier. Mais.93.U. comment accorder la gouvernement d’une cité particulière et le dessein universel de la société du genre humain ? Tels sont les épineux problèmes que l’on doit affronter si l’on veut intégrer le livre II dans la logique du traité.info . Document téléchargé depuis www.13/11/2011 09h02. Il importe de remarquer comment sont associées différentes sortes d’arguments : des arguments naturalistes (relevant d’une idée de la nature).. . L’idée d’empire. 156. d’autre part. cit. » 2. Le livre II manifeste donc une double discordance : discordance entre l’argumentation qu’il propose et celle des livres qui l’encadrent..F. des arguments théologico-politiques (argument 2 et 4) .. dans les faits.. et des arguments proprement politiques. Si Dante. Or la justification de la souveraineté impériale emprunte une voie spéciale. discordance entre la fin poursuivie par l’auteur et les moyens qu’il emploie.U. 5. visant la supériorité des Romains par la qualité de leur tempéraments (premier argument) . s’ils le prennent en compte. et dévalorisent le traité en remarquant que l’argumentation qu’il développe est des plus maladroites (R. correspondrait au gouvernement d’une cité particulière victorieuse. d’une part. Passant sur le terrain de l’histoire. © P. II. Monarchie.

l’écrivain florentin met l’accent sur la dimension dialectique de l’affirmation de la raison politique ou pratique.87..info . cette raison naturelle s’exerce politiquement . Ensuite.80 . empereur chrétien qui domine l’Église elle-même.Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier Document téléchargé depuis www. la dialectique du droit esquissée au chapitre 5 est éloquente : de même que la justice se réalise parfois à partir d’intérêts partisans sinon injustes. Pourquoi « dialectique » ? Parce qu’il existe toujours entre les intentions et leur réalisation une distance qui non seulement rend les secondes toujours surprenantes par rapport aux premières et leur donne une apparence originale. © P. Elle évoque la célèbre Chronique d’Otton de Freising. époque.87. et également parce que c’est sur le terrain de l’épreuve que les intentions doivent d’abord se confirmer avant d’espérer se réaliser. composée afin de justifier les revendications impériales des Staufen. La théologie politique de Dante est donc avant tout une politique théologique dont le ressort est dialectique. il entreprend de penser le rapport de l’homme au temps en permettant l’affirmation de la raison naturelle comme guide de la conquête du monde .80 . et par une représentation théologique du jugement de Dieu rendu sur le plan des armes. la paix universelle se réalise grâce aux intentions belliqueuses.F. le geste politique constitue des œuvres qui structurent l’histoire. C’est une théorie des relations internationales doublement sous-tendue par le thème de la conquête violente de la souveraineté suprême sur le monde. non pas sous l’angle augustinien qui caractérise la Chronique. D’abord. pour y parvenir.. Dante veut montrer que la souveraineté mondiale entre dans les desseins de Dieu et. . c’est donc un rationalisme pratique qu’on trouve au cœur de la pensée politique de Dante.U. 123 Document téléchargé depuis www. mais d’un point de vue thomiste.U.93.93.13/11/2011 09h02.cairn.F.cairn. À cet égard.. et davantage puisque le premier argument développé n’est pas sans lien avec cette entreprise. Cependant Dante traite le même argument de la continuité non pas d’un point de vue mystique.. veut penser les conditions d’une restautatio imperii.10. mais sous un angle qui accorde une place centrale aux passions politiques. dans l’histoire.10.info . Or la politique est précisément l’activité qui permet aux hommes d’affronter et de dépasser collectivement les épreuves. Une telle entreprise domine le livre II : il y consacre quatre chapitres (6 à 9). il met en œuvre une représentation de l’histoire dont il faut bien comprendre le caractère novateur. © P. Conrad III et son neveu Frédéric Ier : derrière la succession des royaumes transparaîtrait l’avènement de la Monarchie universelle. sa manière propre consiste à affirmer la continuité de l’Empire romain en mettant en œuvre une véritable théologie de l’histoire. avec la conversion de Constantin.13/11/2011 09h02.

Mais il en existe d’autres encore qui se réalisent par grâce spéciale (de gratia spetiali). peut prendre deux formes. plus précisément – et l’on retrouve ici la dialectique –. est celui du combat singulier entre pugilistes ou duellistes. Or celle-ci advient ou bien par simple révélation. la politique nationale de conquête du monde sanctionne le plan divin d’unification du genre humain. dans le second cas.93. Dans le premier cas.80 . c’est ou bien grâce à la raison naturelle. Cf. Lorsqu’ils apparaissent aux hommes. est.info . ou par un combat. aristotélicien et chrétien : par sa grâce spéciale. ou celle d’un choc de forces antagonistes. » Document téléchargé depuis www. écrit Dante. c’est-à-dire celui d’une paix extorquée sous la menace des armes. ou bien par une révélation assortie d’une épreuve.13/11/2011 09h02. Il écrit que les jugements de Dieu tantôt apparaissent aux hommes.. pour l’empire du monde.cairn.13/11/2011 09h02. Dieu incite les hommes à faire l’histoire en s’engageant dans la lutte pour l’hégémonie mondiale. Le peuple romain l’emporta sur les autres comme des athlètes qui auraient concouru pour un trophée. enfin. celui de la seconde est la course d’athlètes.93.U. tantôt leur restent cachés. Ici s’exprime à la fois le providentialisme et le naturalisme de Dante. Monarchie.80 .cairn. lorsque l’écrivain florentin opère une déduction du caractère providentiel de la lutte des peuples en vue de la suprématie mondiale. ou par un signe) . la volonté de Dieu peut se manifester directement. vaut donc comme l’expression de la volonté de Dieu dans l’histoire. les Égyptiens.10.U.87. la révélation assortie d’une épreuve apparaît par le sort. © P. et par ce biais il les fait triompher à la fois dans leur combat singulier et dans la course à la suprématie mondiale1.info . La lutte pour la suprématie mondiale. qui est aussi une lutte pour la reconnaissance de nation à nation. 1. la révélation se produit par la volonté de Dieu.124 Dossier : Empires et impérialismes 1. Document téléchargé depuis www. ou celle d’une compétition de plusieurs qui essaient de se devancer pour atteindre un étendard. . pour faire l’histoire.F.. On le voit dans le chapitre 7 du livre II.10. Si. sans que l’action humaine ne prenne la forme de l’épreuve. dans les faits.87. III. ou bien par une prière faite par le croyant (dans un sous-classement. Ils devancèrent ainsi les Assyriens. celui-ci n’agirait pas sans le concours de l’action humaine . les Perses et les Grecs d’Alexandre le Grand.F. © P.. la politique a besoin d’un deus ex machina. § 2 : « Dieu ne veut pas ce qui entre en conflit avec l’intention de la nature. L’exemple privilégié de la première forme. En d’autres termes. Ici convergent donc deux modèles profondément antagonistes : le modèle de la pax romana. ou bien grâce à l’interprétation de l’Écriture.. ou bien grâce à la foi. Dieu dote certains peuples d’un naturel excellent et d’un désir de conquête. Ce combat.

Or.. © P..87. est en voie d’être dépassée par une autre forme de problème : l’affirmation de l’État-nation face à l’Église. la question des rapports entre le pape et l’empereur.10.Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier Document téléchargé depuis www.87. On sait que ces arguments.13/11/2011 09h02. qui travaillent toute la 125 Document téléchargé depuis www. Le développement du droit romain réalise donc un phénomène extraordinaire. qui étendit le droit de cité à l’ensemble du territoire conquis. au fil des péripéties d’une histoire faite par des hommes qui tour à tour résistent à l’universalisation au nom de leurs particularismes.93.info .U. qui lui donnent progressivement sa forme moderne : la querelle entre la papauté et le royaume de France permet aux légistes royaux de préciser leur philosophie de l’État . c’est-à-dire qui a imposé sur le territoire de sa conquête la loi rationnelle valable pour tous (et non pas l’arbitraire de la volonté).info . le paradoxe de l’histoire veut que cette possibilité eu comme condition la conquête armée. Aussi pourrait-on dire que le principe même du providentialisme théologique de Dante est dialectique.10. .. l’auxiliaire du projet de paix universelle chrétienne aspirant à la concorde de tous les hommes. Une telle manière d’interpréter le traité permet de dépasser le reproche d’archaïsme traditionnellement objecté au projet dantesque : au moment où Dante écrit.80 . Elle implique également des modifications profondes dans la conception de l’État. si le génie des Romains est d’avoir incarné la possibilité du règne de la loi.F.U. traditionnellement affirmé par le chef temporel contre le souverain pontife. voué à ordonner le temps de tous les hommes : l’extension mondiale de la juridiction civile rationnelle. et que ses modes opératoires sont politiques : l’avènement historique d’une souveraineté mondiale atteste l’existence de Dieu. ce dernier refusant l’ingérence du souverain pontife dans les affaires intérieures du royaume. la revendication de l’inaliénabilité de la puissance publique vient étayer l’argument de la plénitude de juridiction. dont témoigne la querelle qui oppose depuis le début du XIVe siècle les papes Boniface VIII et Jean XXII au roi de France Philippe le Bel. La résolution de cet antagonisme repose sur le fait que le peuple qui triomphe par les armes et qui impose au monde entier « sa » paix n’est pas n’importe quel peuple : c’est le peuple qui a promu le droit.13/11/2011 09h02. en particulier.cairn. a ici valeur de paradigme pour concevoir l’empire comme une construction politique. et trouvent à s’ordonner en communauté politique mondiale sous l’autorité d’une même loi. © P.80 .cairn.. La promulgation de l’édit de Caracalla (212).93. Cette opposition constitue l’une des premières manifestations d’un type de rapport État/Église appelé à dominer plusieurs siècles. si elle reste intellectuellement féconde.F.

. Au niveau de la théorie et de la philosophie politiques.info . II.U.10. 5. incline à penser qu’il devait être fort lucide sur les implications théoriques et pratiques de la nouvelle donne politique.. Au crépuscule d’une querelle presque millénaire entre pape et empereur.126 Dossier : Empires et impérialismes 1.87.10. l’effacement de l’empire ne peut produire qu’un affaiblissement pour l’Italie divisée en une poussière de cités-États incapables de s’entendre. d’un même geste.cairn. nulle nostalgie de la part du penseur exilé. Monarchie. Quand bien même Document téléchargé depuis www. À l’issue de cette réflexion sur la conquête romaine.. § 5-18. .13/11/2011 09h02. comme nous l’avons constaté.13/11/2011 09h02. Dans ce dernier.F. et soumis à l’influence de l’Église.info . entendue comme des communautés plus fondamentales encore que sa propre famille1. pernicieuse sur le plan civique. Dante ne pouvait manquer d’être parfaitement renseigné sur l’actualité internationale .cairn. Cf. mais son traité acquiert ici une portée inédite : il signifie en effet que cette opposition est structurante.80 .93.F.80 . il faut conclure que l’expansion mondiale réalisée par cette dernière permet de se représenter un projet de communauté universelle. Une interprétation traditionnelle nie purement et simplement son existence. 2. l’adhésion à l’ordre politique est condition de possibilité d’une liberté pratique. C’est pourquoi on est tenté de supposer intentionnelle sa défense archaïsante de l’empire contre la papauté : l’écart entre l’actualité politique et sa construction théorique pousse à interpréter Monarchia – même les arguments réalistes du livre II – comme une utopie politique. ont contribué à créer sur le terrain des relations internationales la forme dominante des rapports entre États.U. mais aussi de la reconnaissance mutuelle de tous les hommes : quiconque se soumet à l’empire reconnaît la valeur de la loi civique et entre dans la « société universelle du genre humain ». Écrivain « engagé » et exilé. © P. l’ethos civique – le comportement du citoyen cher à Aristote – est cela seul qui peut donner à l’existence humaine consistance et dignité en tant qu’il consiste à agir non pour soi mais pour le bien de sa cité ou de sa patrie. et cela à plusieurs niveaux. philosophie politique de la Renaissance à l’âge classique. L’extension de la citoyenneté romaine tend en quelque sorte à rendre civique l’appartenance à l’humanité.87. Si ni l’attachement « civique » de Dante ni son engagement « républicain » n’ont jamais été mis en question. la portée « civique » ou « républicaine » de son entreprise théorique est une question controversée.. Aussi l’empire est-il le moyen privilégié de réalisation d’un universel civil. en Document téléchargé depuis www. toujours tentés par la confrontation belliqueuse. Au niveau de la politique italienne. Le débat entre l’Église et l’Empire est tranché par la mise au premier plan de l’activité civique2. et le réalisme dont il témoigne.93. © P.

cairn. Giappichelli. À cet égard.info . On oppose la plupart du temps la cité à l’empire. Il fait office d’entité supranationale apte aussi bien à résoudre les contradictions internes de la cité qu’à effacer les menaces qui la guettent en politique internationale. échappent aux citoyens. Cf. 127 Document téléchargé depuis www. Dante avertit également tous les candidats au leadership mondial : le seul empire qui soit viable sauve et affermit la liberté des peuples. sa réflexion suggère que. D’une manière très stimulante. en mettant en avant le fait que dans le cadre de ce dernier l’activité politique aussi bien que la liberté. l’écrivain florentin revendique l’empire comme médiation de la médiation.Concilier communauté des hommes et souveraineté mondiale : l’empire selon Dante Thierry Ménissier lisant Monarchia comme une défense médiévale de la monarchie. mais sur le travail de la raison. fin naturelle de l’humanité1.13/11/2011 09h02. Mais. 57. Ainsi l’idée d’empire offre-t-elle une solution architectonique pour penser la réalisation de l’humanité par-delà ses particularismes antagonistes. ici particulièrement p. L’Hermès. p. Document téléchargé depuis www.info .10.F.80 . car une telle promotion revient à défendre dans le même mouvement la civitas et l’humanitas. L’activité humaine dans le cadre de la polis est une médiation anthropologique privilégiée.87. comme médiation historique de la médiation politique. qu’elles leur sont déniées au profit d’un pouvoir centralisé et lointain. 1981.93. © P. p. et menacée à l’extérieur.. sinon la méditation anthropologique par excellence. Lyon.93. Fonder rigoureusement l’empire est donc nécessaire pour présenter les conditions du bonheur terrestre. ce faisant. 1. Tout autrement.F. Dante se séparerait d’Aristote sur plusieurs points. 1970.87. face à un ordre mondial qui se constitue.80 .U.U. © P. Turin.. il revendique l’affirmation aristotélicienne selon laquelle l’homme se réalise en tant qu’être politique.10. Aussi l’empire qu’il faut s’engager à promouvoir consacre-t-il l’action politique dans les formes du droit. . Mais le cadre impérial contribue paradoxalement à relever la cité – car celle-ci est toujours divisée et en crise à l’intérieur.cairn. il est moins urgent de s’opposer à l’empire que d’examiner en quoi il véhicule des ressources civiques. c’est oublier que la reconnaissance de l’autorité de l’empereur ne s’appuie pas sur une justification naturaliste.13/11/2011 09h02. « Dante pensatore politico » (1955) dans Per la storia del pensiero politico medioevale. son fruit le plus précieux. Comme le montre Jacques Goudet dans La politique de Dante.. Alessandro Passerin d’Entrèves a défendu la thèse inverse de la profonde visée civique de la pensée dantesque.. 145-157. sur le mode thomiste . 137-233. dont il est crucial de préciser les modalités. comme nous l’avons dit plus haut.