Vous êtes sur la page 1sur 22

LES PREMIÈRES ÉMISSIONS MONÉTAIRES DE BRONZE DE L’ATELIER DE CALLATIS

STELUŢA GRAMATICU, VIRGIL IONIŢĂ (BUCAREST)

L’atelier monétaire de la cité de Callatis commence son activité dans la seconde moitié du IV e siècle av. J.-C., dans les années 350/330 environ, avec des émissions d’argent ayant des types propres, la tête d’Héraclès couverte de la peau du lion de Némée sur l’avers et les attributs de la cité et du héros sur le revers: l’épi de blé, la massue et le carquois 1 . Après un certain intervalle de temps depuis le début de ces émissions, les autorités callatiennes ont estimé nécessaire la frappe des monnaies de bronze pour les échanges commerciaux quotidiens sur le marché de la cité.

Les émissions de bronze de cette période, ayant sur l’avers la tête d’Héraclès laurée vers la droite et sur le revers la même image des attributs de la cité et du héros que sur les pièces d’argent, sont assez peu connues dans la littérature, à l’exception de celles appartenant au magistrat ΦΙΛou ΦΙΛ (B. Pick. Die antiken Münzen von Dacien und Moesien. Band I, 1. Berlin, 1898, Nr. 205–206).

Ayant un nombre important de monnaies de bronze à disposition, provenant de la collection de Virgil Ioniţă (55) et du Musée de la Ville du Bucarest (3), on observe que certaines émissions portent la signature de trois magistrats monétaires: ΓΟΡΓΟΥ, HPA et ΔΙ. Dans la collection W. Stancomb il y a une monnaie très usée, suspectée par l’auteur d’appartenir à un autre magistrat (H ?) 2 , mais le faible état de conservation de la monnaie nous détermine à regarder avec réserve cette supposition. C. Preda mentionne lui aussi l’initiale d’un nom de magistrat inconnu, Π, qui n’est attesté sur aucune de nos monnaies ou dans la littérature de spécialité, restant qu’elle soit confirmée 3 .

Les monnaies de chaque magistrat sont de deux types qui diffèrent par l’iconographie et le poids, le premier étant dans tous les cas celui avec la tête d’Héraclès décrit avant. Le deuxième type présente un poids inférieur au premier, en vertu duquel on peut les considérer des divisions, et des représentations variées: Déméter / massue ou épi de blé (ΦΙΛ), Hermès /

40

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

caducée (ΓΟΡΓ),Athènes / massue et épi de blé (HPA,ΔΙ). Dans le catalogue qui suit on a ordonné les émissions de chaque magistrat, argumentant autant que l’on peut leur succession.

Le magistrat ΦΙΛ

Émission de type Héraclès

1. A1–R1

Av. Tête d’Héraclès imberbe, laurée à droite.

Rv. ΦΙΛ/ ΚΑΛΛAT entre un épi de blé, une massue et un carquois avec arc, tous disposés à gauche. Pick, 205.

a.

Æ; ; 3,91 g; 15,2 × 18,1 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 1.

2.

A2–R1

Av. Similaire, mais d’un style différent. Rv. Similaire. Pick, 205. a. Æ; ; 4,70 g; 17,2 mm; coll. V. Ioniţă, mais partiellement visible, ΚΑΛΛA[T]. Pl. I, 2.

Autres monnaies:

SNG IX. The British Museum. Part 1. The Black Sea. Londres, 1993, No. 205, illustre une monnaie de ce type (A2), mais dont la description garde les erreurs observées en haut chez Pick, 205 (ΦΙΛN / ΚΑΛΛATI), ayant une description plus ou moins complète: Æ; ; 5,22 g; 17 mm, datée largement dans l’intervalle des années 300 à 100 av. J.- C.

Autres pièces non précisées, avec les avers A1–A2:

Pick, 205. – mentionne une monnaie du fonds de British Museum éditée antérieurement par B. V. Head. BMC. Catalogue of Greek Coins. The Tauric Chersonese, Sarmatia, Dacia, Moesia, Thrace, etc. Londres, 1877,

p. 21, No. 4: Æ; 17 mm. Les descriptions des deux auteurs diffèrent en ce

qui concerne le nom de la cité, celle-ci étant rendue correctement seulement par Head. Le nom du magistrat a été lu d’une manière erronée par les deux chercheurs comme étant ΦΙΛN, mais celui-ci n’apparaît sur aucune des monnaies dont on a disposé pendant la recherche. En ce qui concerne l’avers, le fait qu’on ne possède par l’illustration de la monnaie nous fait à ne pas pouvoir attribuer précisément la pièce, qui peut appartenir au premier et également au deuxième coin d’avers.

41

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13 14 15 16
13
14
15
16

Pl. I. Monnaies callatiennes de bronze du magistrat ΦΙΛ.

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

17 18 19 20 21
17 18
19
20
21

Pl. I. Monnaies callatiennes de bronze du magistrat ΦΙΛ.

3. A2–R2

Av. Similaire. Rv. ΦΙΛ/ ΚΑΛΛA entre un épi de blé, une massue et un carquois avec arc, tous disposés à droite. Pick, –.

a. Æ; 5,16 g; 18 mm; c’est une pièce entraînée dans le commerce

d’antiquités, dont nous avons enregistré les données techniques. Pl. I, 3.

b. Æ; ; 3,97 g; 17,6 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 4.

c. Æ; ; 3,91 g; 16,7 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 5.

d. Æ; ; 3,67 g; 15,6×18,1 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 6.

e. Æ; ; 3,54 g; 16,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 7.

f. Æ; ; 3,34 g; 16,5 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 8.

g. Æ; ; 3,30 g; 15,1×16,1 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 9.

h. Æ; ; 3,06 g; 14,6×16,6 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 10.

i. Æ; ; 2,76 g; 16,5 mm; inv. MVB 1448. Pl. I, 11.

j. Æ sans données techniques, entraînée dans le commerce d’antiquités. Pl. I, 12.

Autres pièces:

D. Şerbănescu. Monede descoperite în dava geto-dacică de la Radovanu. –

Cultură şi civilizaţie la Dunărea de Jos, 3–4, 1987 (1989), p. 155, n o . 1 et

pl. CI, 1, signale la découverte fortuite dans le site gétique de Radovanu,

département de Călăraşi, en 1954, d’une monnaie de bronze à la tête d’Héraclès: Æ; 3,11 g; 15 mm.

E. Petac. La collection M. C. Sutzu (Bibliothèque de l’Académie Roumaine,

Bucarest), I. Istros, Kallatis, Tomis. Wetteren, 2005, p. 14, n o . 51, mentionne une monnaie de ce type comme il résulte de la photo: Æ; ; 3,68 g; 17 mm. La monnaie pourrait être celle mentionnée par C. Moisil. Colecţiunea

Numismatică. – Biblioteca Academiei Române. Creşterea Colecţiilor, 21, oct. – dec. 1912 (coll. Sutzu I), 1912, p. 244, n o . 5, qui décrit une

43

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

monnaie faiblement conservée: Æ; 16 mm. La pièce a été publiée aussi par

M. C. Sutzu. Monete inedite din oraşele noastre pontice (Tomis, Kallatis,

Istros). – AARMSI, 35, 1913, p. 362, n o . 1.

4. A3–R2

Av. Similaire, mais d’un style différent. Rv. Similaire. Pick, –.

a. Æ; ; 4,71 g; 15,4×16,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 13.

b. Æ; ; 4,13 g; 16,5 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 14.

c. Æ; ; 3,49 g; 16×16,8 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 15.

d. Æ; ; 3,13 g; 14,2×15,1 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 16.

Autres pièces:

L.

Ruzicka. Inedita aus Moesia Inferior. – Nz, 50, 1917, p. 87, no. 205a et

pl.

27, édite une pièce de sa collection: Æ; 3,32 g; 16 mm.

SNG XI. The William Stancomb Collection of Coins of the Black Sea Region. Oxford, 2000, No. 94: Æ; ; 2,66 g. En ce qui concerne la monnaie mentionnée au n o . 95, qui a été attribuée par l’auteur à un magistrat inconnu (H?), il n’est pas exclu qu’elle appartienne toujours au monétaire ΦΙΛ, si on juge d’après l’aspect massif du portrait de l’avers et la légende ΚΑΛΛA du revers: Æ; ; 2,19 g.

Autres pièces non précisées, avec les avers A2–A3:

B. Mitrea. Découvertes monétaires en Roumanie. – Dacia NS, 22, 1978, p.

365, no. 3, signale la découverte isolée d’une pièce autonome callatienne de bronze, avant 1909, à Drobeta Turnu Severin, département de Mehedinţi, avec envoi erroné à Pick, 202, mais qui appartient à ces émissions 4 .

M. Pauker. Monete pontice inedite sau puţin cunoscute. – CNA, 13, 109,

janvier–mars 1938, p. 23, mentionne une pièce de bronze sur l’avers de laquelle la tête d’Héraclès serait vers la gauche. L’absence de l’illustration de la pièce, qui présentait probablement un très faible état de conservation

nous détermine à douter de l’exactitude de la description, d’autant plus qu’un tel avers n’est pas confirmé par d’autres exemplaires.

5. A3–R3

Av. Similaire. Rv. ΦΙΛ / ΚΑΛ. Une massue à droite.

B. Pick, 206.

a. Æ; ; 3,69 g; 15,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 17.

b. Æ; ; 3,12 g; 14,2×16,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 18.

c. Æ; ; 3,09 g; 15,6 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 19.

44

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

Autres pièces:

Pick, 206. – mentionne une pièce éditée antérieurement dans Hunter Combe 236, XLIII, 18, qui va être reprise par d’autres auteurs, parmi lesquels et Th. E. Mionnet. Description des médailles antiques, grecques et romaines. Supplément 2. Paris, 1822, p. 54, n o . 4: Æ; 17 mm. G. Macdonald. Catalogue of Greek Coins in the Hunterian Collection. University of Glasgow. Vol. I. Italy, Sicily, Macedon, Thrace and Thessaly. Glasgow, 1899, p. 409, no. 54, 1, décrit une monnaie de ce type, sans détails techniques. Н. Мушмов. Aнтичнитe монети на Балканская полуоструов и монетите на българските царе. София, 1912, с. 23, n o . 212, enregistre ce type. Dans le catalogue de la maison de ventes aux enchères Gorny & Mosch, No. 122, 11 mars 2003, No. 01139, on présente une telle pièce: Æ; 4,35 g. Internet – Vcoins, No. 0412-99-2LG: Æ; 3,63 g; 15 mm.

Émission de type Déméter

1. A1–R1 (R1 Déméter = R3 Héraclès). Av. Tête de Déméter voilée, avec couronne d’épis de blé à droite.

Rv. ΦΙΛ / ΚΑΛ. Une massue à droite. Elle a le même coin de revers avec les monnaies de bronze de type Héraclès

(R3).

Pick, –.

a. Æ; ; 3,48 g; 15 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 20.

2. A1–R2 Av. Similaire. Rv. ΦΙΛ / ΚΑΛ. Un épi de blé à droite. Pick, –.

a. Æ; ; 2,88 g; 14,4 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. I, 21.

Autres pièces:

L. Ruzicka. Unedierte Münzen von Kallatis aus meiner Sammlung. – zfN,

30, 1–2, 1913, S. 298, Nr. 206a, décrit deux pièces de sa collection: Æ; 2,62 g; 15 mm et Æ; 2,73 g; 13 mm, en illustrant une d’entre elles dans la Tafel VIII, 3. G. Talmaţchi. Descoperiri premonetare şi monetare în Dobrogea (sec. VI–I a.Chr.). – Pontica, 35–36, 2002–2003, p. 375, n o . 164, signale la découverte d’une telle monnaie à Histria, département de Constanţa: Æ;; 3,13 g; 15 mm, de la collection R. Diaconu.

45

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

Les monnaies du magistrat ΦΙΛde type Héraclès ont été battues avec trois coins d’avers et trois pour le revers, l’ordre du catalogue n’étant obligatoirement la réelle. Il semble s’agir d’une émission plus grande attestée par des exemplaires découverts dans une région qui dépasse le territoire de la cité, comme il est le cas du site gétique de Radovanu, département de Călăraşi ou de celui de Drobeta Turnu Severin, département de Mehedinţi 5 .

Les pièces de type Héraclès de notre catalogue (19), auxquelles on a ajouté d’autres de la littérature (7), ont des dimensions qui varient de 15 à 18 mm. Leur poids moyen, directement influencé par leur faible état de conservation, atteint 3,64 g. Pour la datation précoce de ces pièces plaide non seulement la représentation sur le revers des attributs de la cité et du héros, étant comme avec celle des émissions d’argent, mais aussi l’observation de L. Ruzicka, qui constatait que l’image de l’avers, la tête d’Héraclès, est semblable à celle de Philippe II sur les petites pièces macédoniennes de bronze 6 . D’après l’avis de l’auteur, celles-ci auraient constitué le modèle des émissions de bronze callatiennes.

Les monnaies de valeur nominale inférieure, de type Déméter sont connues en quelques exemplaires. Leur aire de circulation semble ne pas avoir dépassé la zone de la Dobroudja, car on a seulement une pièce découverte à Histria, département de Constanţa. La moyenne des poids des exemplaires connus, avec des dimensions de 14–15 mm, se situe à 2,96 g. Bien que les différences de diamètre ou de poids entre les monnaies des deux valeurs nominales ne soient pas trop évidentes, de l’analyse des poids il résulte que les pièces de type Héraclès atteignent la limite supérieure à 5,22 g, tandis que celles de type Déméter se situent sous 3,48 g.

Tableau I. Répartition des poids des monnaies du magistrat ΦΙΛ/ ΦΙΛ.

Type Héraclès

 

Type Déméter

5,50–4,00 g

4–3 g

3–2 g

5,22 g

3,97 g

2,76 g

3,48 g

5,16 g

3,91 g

2,66 g

3,13 g

4,71 g

3,91 g

2,19 g

2,88 g

4,70 g

3,69 g

2,73 g

4,35 g

3,68 g

2,62 g

4,13 g

3,67 g

3,63 g

3,54 g

3,49 g

3,34 g

46

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

Type Héraclès

5,50–4,00 g

4–3 g

3–2 g

Type Déméter

3,32 g

3,30 g

3,13 g

3,12 g

3,11 g

3,09 g

3,06 g

6

17

3

5

Total = 26 pièces

M = 3,64 g

M = 2,96 g

Le magistrat ΓΟΡΓΟΥ

Émission de type Héraclès

1. A1–R1

Av. Tête d’ Héraclès imberbe, laurée à droite. Rv. ΚΑΛΛΑΤ / ΓΟΡΓΟΥ entre un épi de blé, une massue et un carquois avec arc, tous disposés à droite.

Pick, –.

a. Æ; ; 4,29 g; 16 mm; avec le revers effacé et la légende [Κ]ΑΛΛΑ[Τ] / [ΓΟ]ΡΓΟΥ; coll. V. Ioniţă. Pl. II, 22.

b. Æ; ; 3,26 g; 16 mm; avec [Κ]ΑΛΛΑΤ / [Γ]ΟΡΓΟΥ; coll. V. Ioniţă. Pl.

II, 23.

c. Æ; ; 2,42 g; 15 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. II, 24.

d. Æ; ; 2,24 g; 14×15 mm; avec [Γ]OΡΓΟ[Y]; coll. V. Ioniţă. Pl. II, 25.

Émission de type Hermès

1. A1–R1

Av. Tête d’Hermès portant un petasos au bouton à droite. Rv. ΚΑΛΛ / ΓΟΡΓ. Un caducée à droite. Pick, 253 var.

a. Æ; ; 2,27 g; 11,3×12,2 mm; avec flan plus petit que le coin; coll. V. Ioniţă. Pl. II, 26.

b. Æ; ; 1,96 g; 12,6 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. II, 27.

Autres pièces:

B. Pick, 253 var. – décrit ce type de monnaie, mais au nom d’un autre

magistrat.

L. Ruzicka. Unedierte Münzen von Kallatis aus meiner Sammlung. – zfN,

47

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

22 23 24 25 26 27
22
23
24
25
26
27

Pl. II. Monnaies callatiennes de bronze des magistrat ΓΟΡΓΟΥ.

30, 1–2, 1913, S. 300, Nr. 253b, édite une pièce de sa collection: Æ; 1,77 g; 12 mm, pl. VIII, 7, sur laquelle lit erronément ΚΑΛΛ[Α].

Les monnaies du magistrat ΓΟΡΓΟΣ ont été frappées avec une seule

paire de coins, étant les plus rares des émissions autonomes de ce type.

Il est très intéressant à signaler que seulement le nom de ce magistrat est

donné entièrement au cas génitif. La moyenne des poids des pièces de type Héraclès, aux dimensions de 15–16 mm, se situe à 3,05 g, étant beaucoup plus basse que celle des émissions des monétaires antérieurs.

Ce magistrat change lui aussi les représentations sur les sous divisions,

qu’il fait imprimer avec la tête d’Hermès sur l’avers et le caducée de celui-

ci sur le revers, à côté de son nom abrégé. Les pièces de valeur nominale

inférieure, de 12 mm et à une moyenne des poids de 2,00 g, appartiennent

à une seule émission, étant également très rares.

Tableau II. Répartition des poids des monnaies dumagistrat ΓΟΡΓΟΥ / ΓΟΡΓ.

Type Héraclès

Type Hermès

4,29 g

2,27 g

3,26 g

1,96 g

2,42 g

1,77 g

2,24 g

4 pièces Moyenne = 3,05 g

3 pièces Moyenne = 2,00 g

48

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

Le magistrat HPA

Émission de type Héraclès

1. A1–R1

Av. Tête d’Héraclès imberbe, laurée à droite, portant sur l’épaule une

massue.

Rv. HPA / ΚΑΛΛΑΤΙA entre un épi de blé, une massue et un carquois avec

arc, tous disposés à droite.

Pick, –.

a. Æ; ; 5,71 g; 16,3 × 18,5 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 28.

b. Æ; ; 4,48 g; 16,2 × 17,8 mm; coll. V. Ioniţă; sur laquelle on peut lire

incomplètement ΚΑΛΛΑΤ[ΙA]. Pl. III, 29.

c. Æ; ; 3,12 g; 16,2 mm; coll. V. Ioniţă; sur laquelle on peut lire incomplètement ΚΑΛΛΑΤ[ΙA]. Pl. III, 30.

d. Æ; ; 2,81 g; 17 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 31.

Autres pièces:

SNG XI. The William Stancomb Collection of Coins of the Black Sea Region. Oxford, 2000, No. 93: Æ; ; 5,12 g.

G. Talmaţchi. Descoperiri premonetare şi monetare în Dobrogea (sec.

VI–I a.Chr.). – Pontica, 35–36, 2002–2003, p. 379–380, n o . 204, décrit

une monnaie de ce magistrat de la collection V. Canarache, découverte en Dobroudja: Æ; ; 3,25 g; 17 mm.

2. A1–R2

Av. Similaire.

Rv. HPA / ΚΑΛΛΑΤ. Similaire.

Pick, –.

a.

Æ; ; 4,21 g; 17,4 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 32.

b.

Æ; ; 3,52 g; 16,1×17,3 mm; avec le revers faiblement conservé; coll.

V.

Ioniţă. Pl. III, 33.

c.

Æ; ; 3,37 g; 15,6×16,3 mm; inv. MVB 1439. Pl. III, 34.

d.

Æ; ; 3,24 g; 15,5×18,4 mm; coll. V. Ioniţă; avec l’image du revers

imprimée défectueusement. Pl. III, 35.

e. Æ; ; 3,07 g; 16,1×17,1 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 36.

f. Æ; ; 2,47 g; 15,7×16,8; avec l’image du revers incomplète; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 37.

49

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

Émission de type Athéna

1. A1–R1

Av. Tête d’Athéna portant un casque orné d’un panache à droite.

Rv. HPA / ΚΑΛΛΑ entre une massue et un épi de blé, les deux disposés à

droite.

Pick, –.

a.

Æ; ; 2,97 g; 12,9 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 38.

b.

Æ; ; 2,80 g; 12×12,9 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 39.

2.

A2–R1

Av. Similaire, mais d’un style différent. Rv. Similaire. Pick, –.

a.

Æ; ; 3,05 g; 13,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 40.

3.

A3–R2

Av. Similaire, mais la tête d’Athéna est plus petite et d’un style différent.

Rv. Similaire, mais l’épi d’un style différent. Pick, –.

a. Æ; ; 3,41 g; 14,8 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 41.

b. Æ; ; 1,58 g; 12,1×13,5 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 42.

Autres pièces non précisées qui peuvent être frappées avec les coins mentionnés:

Pick, 241 – signale une pièce de type Athéna de ce magistrat, provenant du commerce, qui a les attributs du revers à droite: Æ; 3,00 g; 14 mm. C. Moisil. Colecţiunea Numismatică. – Biblioteca Academiei Române. Creşterea Colecţiilor, 21, oct. – dec. 1912 (coll. Sutzu I), 1912, p. 246, n o . 25, décrit une pièce faiblement conservée: Æ; 12 mm.

4. A3–R3

Av. Similaire. Rv. HPA / ΚΑΛΛΑ entre une massue placée à droite et un épi de blé disposé à gauche. Pick, –.

a. Æ; ; 2,64 g; 13,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 43.

b. Æ; ; 2,62 g; 13,1 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. III, 44.

50

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

28 29 30 31 32 33 34 35 36 37
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38 39 40 41 42 43 44
38
39
40
41
42
43
44

Pl. III. Monnaies callatiennes de bronze des magistrat HPA.

Autres pièces non précisées, avec les avers A1–A3:

L. Ruzicka. Unedierte Münzen von Kallatis aus meiner Sammlung. – zfN, 30, 1–2, 1913, S. 296, signale la découverte d’un trésor de monnaies autonomes callatiennes qui contient une monnaie de type Athéna de ce magistrat, identifiée grâce à l’envoi à B. Pick, 241: Æ; 2,23 g.

Le nom du magistrat HPA a été imprimé sur les monnaies de bronze type

51

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

Héraclès frappées avec un coin pour l’avers et deux pour le revers, qui diffèrent en ce qui concerne la manière d’inscrire la légende de la cité. La moyenne des poids de 12 pièces (dont 10 de notre catalogue et deux de la littérature), avec des dimensions de 16–18 mm, se situe à 3,69 g, étant légèrement supérieure à celle du monétaire ΦΙΛ.

Pour les monnaies divisionnaires, l’atelier change des représentations, préférant de présenter la tête d’Athéna sur l’avers et deux attributs de la cité sur le revers (massue et épi de blé) à la place d’un seul attribut. Elles ont été frappées avec trois coins d’avers d’un style différent et trois pour le revers, ce qui indique une émission de grand volume. La moyenne des poids des neuf pièces qu’on a à la disposition (avec des dimensions de 12–14 mm), dont sept monnaies de la collection de V. Ioniţă et deux autres de la littérature, est de 2,70 g.

Tableau III. Répartition des poids des monnaies du magistrat HPA.

Type Héraclès

 

Type Athéna

5,50–4,00 g

4–3 g

3–2 g

5,71 g

3,52 g

2,81 g

3,41 g

5,12 g

3,37 g

2,47 g

3,05 g

4,48 g

3,25 g

3,00 g

4,21 g

3,24 g

2,97 g

3,12 g

2,80 g

3,07 g

2,64 g

2,62 g

2,23 g

1,58 g

4

6

2

9

Total = 12 pièces

M = 3,69 g

M = 2,70 g

Le magistrat ΔΙ

Émission de type Héraclès

1. A1–R1 Av. Tête d’Héraclès imberbe, laurée à droite. Rv. ΔΙ / ΚΑ[Λ]ΛΑΤΙ entre un épi de blé, une massue et un carquois avec un arc, tous disposés à droite. Pick, –. a. Æ;; 4,57 g; 17,4 mm; avec la première lettre lambda non imprimée; coll. V. Ioniţă. Pl. IV, 45.

52

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

2. A1–R2

Av. Similaire. Rv. Similaire, mais d’un style différent. Pick, –.

a. Æ; ; 3,38 g; 17 mm; sur l’avers au centre il est imprimée une

contremarque circulaire de 5,2 mm, avec une étoile à huit rayons; coll. V.

Ioniţă. Pl. ІV, 46.

Autres pièces:

L. Ruzicka. Inedita aus Moesia Inferior. – Nz, 50, 1917, S. 87, Nr. 206b,

Tafel 27, décrit une monnaie de sa collection au nom de ce magistrat: Æ;

4,85 g; 17 mm. Internet – eBay, 2212502442: Æ; 5,01 g; 18 mm. Internet – eBay, 3916952927: Æ; 4,84 g; 18 mm. Dans la collection du Musée de la Banque Nationale il existe une telle

monnaie, conformément à l’information offerte par notre collègue, Mihai

Dima.

3. A1–R3

Av. Similaire.

Rv. Similaire, mais d’un style différent. Pick, –.

a.

Æ; ; 4,94 g; 18,2 mm; inv. MVB 1474. Pl. ІV, 47.

b.

Æ; ; 4,49 g; 17,2×18,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 48.

4.

A2–R3

Av. Similaire, mais d’un style différent. Rv. Similaire Pick, –.

a.

Æ; ; 4,86 g; 15,6×16,5 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 49.

b.

Æ; ; 4,43 g; 15,7 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 50.

c.

Æ; ; 4,43 g ; 15,6×16,8 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 51.

c.

Æ; ; 4,41 g; 15×16 mm; sur l’avers, au centre, en bas, une contremarque

circulaire de 5,4 mm, avec une étoile à huit rayons; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 52.

d. Æ, sans données techniques, entraînée dans le commerce des antiquités.

Pl. ІV, 53.

Autres pièces:

Internet – Vcoins, 5352: Æ; 4,30 g; 16 mm.

53

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56 57 58 59 46 52 54 55
56
57
58
59
46
52
54
55

Pl. ІV. Monnaies callatiennes de bronze à l’inscription ΔΙ (ΔΙO / ΔΙONY); les contremarques ont été représentés 3:1.

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

5. A3–R3

Av. Similaire, mais d’un style différent. Rv. Similaire. Pick, –.

a. Æ 16 mm; on n’a que l’image de cette pièce qui a été entraînée dans le commerce d’antiquités. Le revers est imprimé incomplètement sans certaines lettres. Pl. ІV, 54.

b. Æ; 4,38 g; 16,3×17,8 mm; à gauche en bas, une contremarque circulaire

de 5,8 mm, avec une étoile à huit rayons. Le revers est très effacé. Coll.

V. Ioniţă. Pl. ІV, 55.

Emission type Athéna

Nous n’avons pas encore découvert des pièces divisionnaires à l’inscription ΔΙ, mais seulement avec ΔΙO / ΔΙONY, qui du point de vue du style pourraient se placer dans cette période. À l’appui de cette attribution on peut apporter des arguments tels la forme beaucoup plus petite de la lettre omicron de la légende de revers qui est semblable avec la manière d’écrire celle-ci sur les pièces du monétaire ΓΟΡΓΟΥ, ainsi que la ressemblance stylistique de l’image d’Athéna de l’avers avec la représentation de la déesse sur les émissions du magistrat HPA (coin A1).

D’autre part, l’aspect des légendes, avec des lettres insuffisamment imprimées est une caractéristique des émissions de type Héraclès du magistrat ΔΙ, ainsi que les sous divisions à l’inscription ΔΙO / ΔΙONY. Voilà pourquoi, nous les situons ici à titre d’hypothèse, cette proposition devant être confirmée ou non par les futures recherches et découvertes.

1. A1–R1

Av. Tête d’Athéna portant un casque orné d’un panache à droite.

Rv. ΔΙO / ΚΑΛΛΑ entre une massue et un épi de blé, les deux disposés à

droite.

Pick, –.

a. Æ; ; 3,75 g; 13,1×14,3 mm; la légende de revers est partiellement visible: ΚΑΛΛ[Α]; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 56.

Autres pièces:

Internet – ebay, no. 2198331527: Æ; 13 mm; la légende de revers est partiellement visible: ΚΑΛ[ΛΑ]. Nous l’avons illustrée pour mettre en évidence le nom abrégé du magistrat. Pl. ІV, 57.

55

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

2. A1–R2

Av. Similaire.

Rv. ΔΙONY / ΚΑΛΛΑ. Similaire. B. Pick, –.

a. Æ; ; 2,93 g; 13,8×14,9 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 58.

b. Æ; ; 2,63 g; 13,8×14,3 mm; coll. V. Ioniţă. Pl. ІV, 59.

Les monnaies du magistrat ΔΙ ont été frappées avec trois coins pour l’avers et trois pour le revers, qui ont été difficilement identifiés à cause du faible état de conservation des pièces. Celles de type Héraclès ont des dimensions variables, de 16–18 mm, et un poids moyen de 4,53 g, qui est nettement supérieur à celui des émissions des monétaires antérieurs. La variété des coins indique soit une émission massive à un moment donné, soit une émission sur une longue durée des monnaies de ce magistrat.

Dans notre catalogue on présente également trois pièces de type Héraclès, qui appartiennent à trois coins pour l’avers, sur lesquelles est imprimée une contremarque circulaire, avec une étoile à huit rayons, celle-ci étant appliquée avec le même poinçon.

Les pièces divisionnaires à l’inscription ΔΙO /ΔΙONY mesurent 14–15 mm et atteignent un poids moyen assez élevé, de 3,10 g.

Tableau IV. Répartition des poids des monnaies à l’inscription ΔΙ (ΔΙO / ΔΙONY).

Type Héraclès

Type Athéna

5,01 g

3,75 g

4,94 g

2,93 g

4,86 g

2,63 g

4,85 g

4,84 g

4,57 g

4,49 g

4,43 g

4,43 g

4,41 g

4,38 g

4,30 g

3,38 g

13 pièces Moyenne = 4,53 g

3 pièces Moyenne = 3,10 g

56

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

Comme il résulte de ce catalogue, les plus anciennes bronzes callatiens connus portent les nom de quatre magistrats: ΦΙΛ, ΓΟΡΓΟΥ, HPA et ΔΙ.

Il faut mentionner que l’ordre des émissions du catalogue a été déterminé par des critères stylistiques. La présence d’Athéna sur le revers des pièces divisionnaires a permis d’ordonner successivement les émissions de HPA et ΔΙ. Selon leur poids, les émissions pourraient s’ordonner comme suit:

ΓΟΡΓΟΥ avec les plus légères pièces, suivi de ΦΙΛet HPA avec des monnaies relativement semblables, le dernier étant ΔΙ avec les plus lourdes émissions.

Pour le moment on peut affirmer que les monnaies du magistrat ΔΙ peuvent être considérées, en vertu de la contremarque appliquée, les dernières émissions de type Héraclès de l’atelier callatien. La contremarque avec une étoile à huit rayons a été imprimée également sur les monnaies callatiennes de bronze de type Déméter / couronne d’épis, avec le même nom de magistrat. De telles pièces, provenant des collections ont été décrites par C. Moisil 7 , L. Ruzicka 8 et W. Stancomb 9 . D’autres monnaies ont été découvertes à Histria et Bărăganu, département de Constanţa 10 , ou à Poiana, département de Galaţi 11 .

La succession de ces émissions, sur lesquelles apparaît la même contremarque, suggère le fait qu’à l’époque du monétaire ΔΙ il y a un changement des représentations sur les monnaies autonomes callatiennes, en passant du type Héraclès lauré à celles de type Déméter / couronne d’épis. Pourtant, même si le magistrat ΔΙ des monnaies de type Héraclès n’était pas la même personne avec celui des émissions de type Déméter / couronne d’épis, la contremarque appliquée à un moment donné permettrait le rapprochement dans le temps des deux catégories monétaires.

En cherchant l’origine de cette contremarque, Todor Gerasimov considère que celle-ci aurait été appliquée par les autorités de Tomis 12 et qu’elle apparaît non seulement sur les émissions callatiennes, mais aussi sur les monnaies de bronze des dynastes thraces Chersobleptès (357–343 av. J.- C.) 13 et Adaeus (sec. III av. J.-C.) 14 , sur les pièces de bronze de Lysimaque, émises entre les années 306–281 av. J.-C. 15 , sur les émissions des ateliers d’Abdère (250 av. J.-C. environ) 16 , Lysimachie (281–277 av. J.-C.) 17 et Apollonia Pontica 18 .

En ce qui concerne ces monnaies de bronze émises au sud, qui ont été contremarquées par Tomis, il n’est pas exclu pour celles de haut epoque qu’elles fussent entrées dans la zone de la Dobroudja à la suite de

57

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

l’intervention des troupes de Lysimaque pour supprimer la révolte des cités grecques ayant Callatis à leur tête (313 av. J.-C.), mais la plupart d’entre elles sont arrivées ici suite à la guerre entre Byzantion et Callatis pour le contrôle de l’emporion tomitain.

La contremarque à étoile à huit rayons a été imprimée sur ces monnaies par les autorités de Tomis, un petit emporion à ce moment, probablement pour permettre leur circulation locale à une date située avant le début des émissions propres et dans les circonstances de la guerre entre Callatis et Byzantion des années 256–255 av. J.-C. 19

En étroite liaison avec ces émissions se trouve le dépôt de monnaies callatiennes autonomes découvert à Mangalia en 1962 20 .

Le trésor est composé de 48 bronzes, dont 36 pièces de type Déméter / couronne d’épis (c’est-à-dire 35 avec l’inscription ΔI et une avec ΔIO) et 12 autres monnaies de type Dionysos / panthère. Celles-ci n’ont pas été contremarquées, fait qui ne fait que confirmer que l’application de la contremarque à l’étoile à huit rayons avait été effectuée par Tomis sur les pièces arrivées dans l’emporion par circulation, comme il est le cas de celles découvertes à Histria, Bărăganu (département de Constanţa) et Poiana (département de Galaţi). Ce dépôt à structure homogène, avec des bronzes bien conservés, qui n’ont pas dépassé probablement l’enceinte de la cité, a été thésaurisé à un intervalle de temps assez court après leur émission par l’atelier monétaire 21 . Gh. Poenaru Bordea considère que les émissions monétaires du trésor ont été frappées après l’an 281 av. J.-C. et qu’elles ont circulé jusqu’au moment de leur thésaurisation qui aurait eu lieu à 260 av. J.-C., date proposée alors pour la guerre entre Byzantion et Callatis.

Ainsi, ces données constitueraient également les limites de l’émission et de la circulation des monnaies de type Déméter / couronne d’épis. En dépit du fait que l’auteur situe les émissions de type Déméter comme étant les premières frappées par l’atelier callatien, la datation des monnaies du dépôt après l’an 281 av. J.-C., ainsi que celle de son enfouissement après 260 av. J.-C. ne contredisent la datation plus haute des monnaies de type Héraclès, qui sont contemporaines plus ou moins avec les premières émissions de monnaies d’argent.

La succession des monnaies de type Héraclès, suivies de celles de type Déméter / couronne d’épis de blé, toutes les deux avec le nom du magistrat ou des magistrats ΔI / ΔΙO est confirmée également par l’évolution métrologique ascendante des pièces, les dernières du dépôt de Mangalia

58

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

offrant une moyenne supérieure de 5,98 g, étant suivies par les émissions de type Dionysos / panthère avec 7,94 g.

Dans une étude des émissions de bronze de Lysimachie, Jordanka Jurukova relève le fait que le type monétaire de Déméter / couronne d’épis de blé est présent dans les ateliers monétaires de la Thrace de sud-ouest (Lysimachie, Bisanthé, Périnthes) dans l’époque suivant la mort de Lysimaque 22 . L’auteur date les monnaies de ce type frappées à Lysimachie vers 270/260 av. J.- C. et considère que la diffusion de ces représentations aurait eu lieu après le milieu du III e siècle av. J.-C. dans les ateliers monétaires de Périnthes, Byzantion, Istros et Callatis.

Mais, on peut constater que la datation des monnaies de type Déméter après le milieu du III e siècle av. J.-C. à Callatis est beaucoup plus tardive. Ainsi comme l’a démontré l’auteur du trésor de Mangalia de 1962, ainsi comme le démontre la succession des émissions autonomes de type Héraclès et Déméter, mais également l’application de la contremarque tomitaine, les dernières dateraient de l’intervalle 270–255 av. J.-C.

D’autre part, la présence d’une monnaie divisionnaire du magistrat HPA dans un dépôt trouvé à Mangalia autour de 1900 peut contredire une datation si haute. Léon Ruzicka a acheté de cette découverte huit monnaies de bronze et un poids monétaire callatien, qu’il a décrit sommairement en 1913, avec de brefs renvois au catalogue de Pick en mentionnant leur poids 23 . Le lot récupéré est formé par deux monnaies de type Apollo / trépied portant les noms des magistrats ΑΠΟΛΛΟ et ΠΟ (Pick, 227 şi 233); cinq pièces de type Athéna / massue et épi de blé, signées par ΜΟΣΧΙ, ΗΡΑ, ΟΛΥΜ, EΥΦΡΟ, AV, le dernier étant décrit en ligature (Pick, 234, 240, 241, 242, 243); une émission type Athéna / épi de blé de ΕΥΚΛΕ (Pick, 247). La variété des monétaires du dépôt met en évidence le fait que les pièces divisionnaires (type Athéna) sont restées en circulation longtemps assurant les petites transactions. Probablement la monnaie de HPA représente la plus ancienne émission de ce dépôt. La moyenne des poids des divisions de ce lot se situe entre les limites normales de ces émissions (2,22 g), pendant que les grands bronzes de type Apollo / trépied pèsent 8,69 g environ, dépassant les moyennes des émissions précédentes de type Déméter / couronne d’épis de blé ou Dionysos / panthère. Le poids callatien de 105 g, représentant un quart de mine est un indice métrologique important pour les émissions de ce dépôt.

En fonction des arguments invoqués ci-dessus et de la datation des émissions de type Déméter / couronne et contremarque tomitaine, on peut affirmer

59

Steluţa Gramaticu, Virgil Ioniţă • LES PREMI É RES È MISSIONS MON É TAIRES DE BRONzE

que le début des monnaies de bronze autonomes à Callatis, représentes par les pièces Héraclès et leurs divisions, se situe à un moment donné dans le dernier quart du IV e siècle av. J.-C. et leur émission continue jusqu’à la mort de Lysimaque en 281 av. J.-C.

1 Gh. Poenaru Bordea. Emisiunile monetare ale atelierelor greceşti de pe litoralul românesc al Mării Negre (sec. VI î.Chr. – III). Un stadiu al problemei. – En: 130 de ani de la crearea sistemului monetar românesc modern. Bucureşti, 1997, p. 60–61; Gh. Poenaru Bordea. La diffusion des monnaies d’Istros, Callatis et Tomi du VI e au I er siècle av. J-C. dans leurs territoires, zones d’influence et ailleurs et Répertoire des découvertes de monnaies d’Istros, Callatis et Tomi du VI e au I er siècle av. J-C. – En:

Presenza e funzioni della moneta nelle chorai delle colonie greche dall’Iberia al Mar Nero. Atti del XII Convegno organizzato dall’Università „Federico II“ e dal Centro Internazionale di studi numismatici, Napoli, 16–17 giugno 2000. Roma, 2004, p. 38.

2 SNG XI. The William Stancomb Collection of Coins of the Black Sea Region. Oxford, 2000, No. 95.

3 C. Preda. Istoria monedei în Dacia preromană. Bucureşti, 1968, p. 75. La monnaie

callatienne de bronze, illustrée en pl. III, 12, avec la tête d’Héraclès laurée sur le avers et une massue et trois épis de blé sur l’revers, avec le légende ΚΑΛΛATIA, qui a été attribuée aux émissions autonomes de type Héraclès, est en réalité une pièce pseudo- autonome.

4 L’information, avec cet envoi erroné a été reprise aussi par Gh. Poenaru Bordea.

Emisiunile monetare ale atelierelor greceşti

5 G. Talmaţchi. Scurtă privire asupra ariei de difuzare a monedelor autonome emise de Callatis şi Tomis. – Pontica, 35–36, 2002–2003, p. 395–408.

, p. 60, n o . 15.

6 L. Ruzicka. Inedita aus Moesia Inferior. – Nz, 50, NF 10, 1917, S. 87, Nr. 205a.

7 C. Moisil. Colecţiunea Numismatică. – Biblioteca Academiei Române. Creşterea Colecţiilor, 21, oct.–dec. 1912 (coll. Sutzu I), 1912, p. 245, n o . 13–15, les dernières deux ont été reprises aussi par M. C. Sutzu. Monete inedite din oraşele noastre pontice (Tomis, Kallatis, Istros). – AARMSI, 35, 1913, p. 362–363, n o . 4–5.

8 L. Ruzicka. Op. cit., S. 88, Nr. 225a, Tafel. 27.

9 SNG XI. The William Stancomb Collection of Coins of the Black Sea Region. Oxford, 2000, Nos. 89–91.

10 G.Talmaţchi. Descoperiri premonetare şi monetare în Dobrogea (sec. VI–I a.

Chr.). – Pontica, 35–36, 2002–2003, p. 365, n o . 2 (Bărăganu); p. 374, n o . 163 (Histria).

11 Gh. Poenaru Bordea. Emisiunile monetare ale atelierelor greceşti

, p. 62, n o . 44.

12 T. Герасимов. Aнтични монети c контрамарки от Долна Мисия и Тракия. – ИАИ, София, 15, 1946, c. 55–56.

13 B. V. Head. Historia Numorum. A Manual of Greek Numismatics. Oxford, 1911, p. 284.

14 La datation du règne du dynaste thrace Adaeus n’est pas assurée. Dans SNG IX. The British Museum. Part. 1. The Black Sea. Londres, 1993, No. 332, il est situé entre 225–220 a.Chr.; en SNG XI. The William Stancomb Collection of Coins of the Black Sea Region. Oxford, 2000, Nos. 296–298, Adaeus est daté en 260–230 av. J.-C.

60

ACTA MUSEI VARNAENSIS VІІ–1

15 Д. Драганов. Мoнетите на македонските царе. Част II. Om Филип III Aридей до Персей. Ямбол, 2001, c. 66.

16 M. L. Strack. Die antiken Münzen Nord-Griechenlands. II. Thrakien. Berlin, 1912, S. 112–113, Nr. 235, Tafel. III, 33.

17 Й. Юрукова. Бронзовото монетосечене на Лизимахня. – Нумизматика и сфрагистика, 1, 1998, c. 20.

18 Н. Мушмов. Aнтичнитe монети на Балканская полуоструов и монетите на българските царе. София, 1912, c. 174.

19 A.Avram. Inscriptions grecques et latines de Scythie Mineure. III. Callatis

et son territoire. Bucarest, 1999, p. 26–31; Gh. Poenaru Bordea. La diffusion des monnaies d’Istros, Callatis et Tomi du VI e au I er siècle av. J-C., p. 32–33.

20 Gh. Poenaru Bordea. Un tezaur de monede callatiene din perioada autonomiei. – SCN, 4, 1968, p. 103–125; IGCH, 863.

21 Gh. Poenaru Bordea. Un tezaur de monede

22 Й. Юрукова. Op. cit., с. 22–24.

, p. 113–114.

23 L. Ruzicka. Unedierte Münzen von Kallatis aus meiner Sammlung. – zfN, 30, 1–2, 1913, S. 295–296; S. P. Noe. A Bibliography of Greek Coin Hoards. – NNM, 78, 1937, New York, 643*; IGCH, 864.

Първите броНзови МоНети На Калатис

СТеЛуцА ГрАМАТИку, ВерДжИЛ ЙоНИцА (Букурещ)

Авторите представят някои бронзови монети, които Б. Пик приема за първите емисии на монетарницата в калатис (B. Pick, 1898, Nr.Nr. 205– 206). На тяхната лицева страна има глава на Херакъл, а на обратната страна са представени атрибутите на героя (боздуган и лък в калъф) и житен клас. Легендата на монетите съдържа етникона KAΛΛAТІ (KAΛΛAТ, KAΛΛA) и инициали или имената на магистратите ΦIΛ(ΦIΛ), HPA, ΓOPΓOY (ΓOPΓ) и ΔI Имената на тези магистрати са изписани по същия начин и върху бронзови монети от други типове с по-ниско тегло от описаните. Та- кива са монетите от типовете „глава на Деметра / житен клас“ с ини- циал ΦIΛ, „глава на Атина / житен клас и боздуган“ с инициал HPA и ΔIоNY и „глава на Хермес / кадуцей“ с инициал ΓOPΓ. Скоро след началото на сребърното монетосечене на калатис, започнало в периода 350–330 г. пр. Хр., в градската монетарница са отсечени и първите бронзови монети от описаните по-горе типове.

Превод от френски език на Марияна Иванова

61