Vous êtes sur la page 1sur 2

Protocole facultatif DESC

Madame, Monsieur,

Grande nouvelle pour les droits de l'Homme ! Le Protocole facultatif


(cf. document ci dessous dans la version française) se rapportant au
Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et
culturels (PIDESC) des Nations unies (1966)
Vient d'être adopté par l'Assemblée générale des Nations unies le 10
décembre 2008. En droit international, les DESC appartiennent à
l'ensemble des droits de l'Homme de la même manière et au même
rang que les droits civils et politiques qui, eux, bénéficiaient déjà d'un
protocole facultatif de ce type entré en vigueur le 23 mars 1976.
Ce nouveau protocole offre la possibilité, pour tous les citoyens des
pays qui le ratifieront, de s'adresser au Comité des droits
économiques, sociaux et culturels des Nations unies pour que soit
étudiée, de façon contradictoire avec son Etat, toute plainte relative
au non respect par ce dernier de l'un quelconque des très nombreux
droits mentionnés dans le Pacte des droits économiques, sociaux et
culturels, une fois qu'auront été épuisées les voies de recours
internes (justice, médiation, recours gracieux, selon les cas).
Ainsi, la "justiciabilité" des droits à l'alimentation, au travail, à la
santé , à l'éducation, au logement, à la culture, à l'égalité hommes
femmes, à une vie digne... se trouvent considérablement renforcée.
Pour arriver à ce résultat, de nombreux efforts ont été nécessaires. La
France a tenu un rôle important dans l'adoption de ce protocole
facultatif et Nantes, ville siège du Forum mondial des droits de
l'Homme, en particulier. En effet, il faut se souvenir qu'en septembre
2005, le ministère français des Affaires étrangères a organisé à
Nantes, avec le soutien moral et financier de Nantes Métropole, un
séminaire international de haut niveau sur la justiciabilité des DESC.

Ce séminaire s'est tenu à la Cité internationale des congrès sur


l'impulsion de l'ambassadeur français pour les droits de l'Homme
d'alors, Michel Doucin (qui compte aujourd'hui parmi les membres du
conseil d'administration et du comité scientifique du Secrétariat
permanent basé à Nantes / SPIDH).

Une centaine d'experts internationaux avaient participé à cette


réunion de haut niveau dont l'enjeu était d'identifier, pour les lever,
les principaux obstacles à la rédaction d'un Protocole additionnel au
Pacte des droits économiques, sociaux et culturels rendant
justiciables ces droits.

Les actes de cette rencontre, auxquels il a été donné l'appellation de


Consensus de Nantes, sont ensuite devenus une référence.

Cette rencontre ayant permis de former le socle du compromis entre


les États - européens notamment -, le processus d'adoption s'est
ensuite considérablement accéléré.

La présidente rapporteuse du groupe de travail du Conseil des droits


de l'Homme des Nations unies, à qui l'on doit en grande partie le
succès de cette adoption, Catarina de Albuberque, était d'ailleurs
présente à Nantes lors du dernier Forum mondial des droits de
l'Homme qui a rassemblé, durant quatre jours, plus de 2500
participants et intervenants d'une centaine de pays différents.

Fin

Informations complémentaires :

Franck BARRAU
Secrétaire général
Secrétariat international permanent Droits de l'Homme et
gouvernements locaux
secretariat@SPIDH.org
T. +33 (0)2 51 83 70 10