Vous êtes sur la page 1sur 103

Les Grands dossiers du Maroc

P
PRREEL
LUUD
DEE
L’histoire contemporaine du Maroc fût marquée par des événements et des
affaires non élucidées jusqu’à nos jours, fallait-il attendre que des langues se délient
où que le service de contre-espionnage intervienne pour que certaines manipulations
politico-militaires soient découvertes tant au sein des services de renseignement
politique ou militaire que dans les différentes administrations.

Certaines organisations subversives et criminelles regroupant un gotha


politique infiltré au sein de la magistrature et au sein du monde des affaires
complotent au niveau international, menaçant par là la sécurité internationale et
aggravant le risque de militarisation et d’armement international tant étatique que
non étatique, tel est le cas de l’ADM dont la prolifération interdite tant sur le plan
international que national fait l’objet de conventions internationales et d’étude tel
l’UNDIR et autres.

Notre étude conçerne le cas du Maroc où le magnetic weapon est livré aux
groupement subversifs contre le régime démocratique de Rabat a été utilisé à
l’assassinat à distance de plusieurs hommes d’Etat marocains et dont la
responsabilité a été frauduleusement attribuée à SAM HASSAN II, qui fût cible de
manipulations politico-militaires venant de l’étranger que de l’intérieur du pays sous
forme de plusieurs coups d’Etat et complot d’opinion national et international
tendant à renverser le pouvoir monarchique et constitutionnel en vue d’établir une
république tantôt gauchiste tant confédérée avec des anciens colons juifs qui veulent
aussi renverser la république française pour établir une régence en France, les enjeux
politiques internationaux sont énormes.

L’histoire a connu des procès internationaux qui ont condamné les criminels les plus
horribles de l’humanité, mais n’a jamais connu un cas comme celui de la délégation
hay mohammadi , qui abrita depuis toujours des subversifs criminels qui se cachent
derrière le voile de l’administration pour camoufler leurs crimes odieux contre
l’humanité, des génocides et des crimes de guerre non encore élucidés et non encore
condamnés, un véritable procès tel que celui de Nuremberg est à faire à Casablanca

G
Grraannddeess aaffffaaiirreess ddee jjuuggeess eett dd''eessppiioonnss A
AUUM
MAARROOCC
RÉGION INTERNATIONALE DU CRIME
Parmi les sujets qui doivent constituer une mission urgente pour Interpol et Rabat
nous relevons ce qui suit :
Quant à examiner l'article constituant les éléments du crime contre l’humanité que
nous avons analysé selon les articles de la Cour de Justice internationale et selon les
statuts de Rome de 1994. A être appliqué à ce cas historique du crime transnational,
crimes contre l’humanité, crimes de guerre et subversion internationale active à
partir de Casablanca Maroc.
Tandis que sont non considérés les secteurs de crime prioritaire dans le cadre
opérationnel courant de l'organisation, d'autres questions de souci pour l'application
de loi dans laquelle Interpol reste actif sont :

Génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité


Crime environnemental
Corruption d'application de loi.
Coups d’Etat
Contrebande d'êtres humains
Projet Geiger
Drogues et organisation criminelle
Drogues fortes
Crime financier et cybercriminalité
Fugitifs
Sûreté et terrorisme publics
Trafic d’organes humains
Corruption

Les pays membres de soutiens d'Interpol et les tribunaux criminels internationaux ad


hoc sont actifs dans tous les endroits et régions pour l'appréhension des crimes
commis tels le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité,
participe principalement par l'organisation des réunions et des conférences de
groupe de travail , publication des notices rouges et fourniture d’aide investigatrice
le cas du génocide pas encore découvert à Casablanca provoqué par un groupe de
juifs et un gotha politique marocain subversif vis-à-vis du régime politique de Rabat
et qui est très important.

Le crime environnemental est un problème international sérieux et croissant, avec


des criminels violant les lois nationales et internationales mises en place pour
protéger l'environnement. Dans la poursuite du gain financier, les criminels polluent
les ressources naturelles du monde et détruisent des espèces commercialement
valables de faune plus près de l'extinction, effectuant de ce fait de manière
significative la désintégrité biologique de la planète particulièrement avec la
prolifération de l'arme magnétique qui est vendue à différents groupes subversifs
contre les pays démocratiques.
Les agents de l’Interpol, dans le but d'améliorer la qualité des forces de police et des
services, ils fournissent, des travaux en application de la loi sur le plan international
pour aider à s'assurer que la police, que les fonctionnaires, comme les chefs civiques,
demeurent fidèles aux principes de leur profession, mais doivent alerter le quartier
général et le bureau régional ou le local office.

L'organisation a entrepris et a eu la charge de se développer en mettant en


application une stratégie d'anti-corruption, avec l'objectif de soulever non seulement
la conscience sur des questions principales, mais d'augmenter également la capacité
et l'efficacité d'application de la loi pour combattre la corruption sous toutes ses
formes,

L’analyse du rapport annuel de la banque mondiale Couvrant le domaine


africain nous laisse découvrir pour le cas du Maroc deux points au sujet de
l'administration marocaine qui souffre de la corruption administrative et des
violations de droits de l'homme qui empêchent le royaume d’accéder à l'avantage
économique estimé à environ 8 milliards des dollars, cette somme est le résultat du
refus d'investissement étranger et de la donation de l'ONU à l'économie, pour le cas
du Maroc les milliards à être comptabilisés en perte annuelle représentent une
opportunité immense quand on découvre que cette violation des droits et de la
constitutions est commise par la subversion politique qui se cache derrière le voile
de l’administration et qui finance par des détournement de fonds de l’Etat et le
blanchissement de l’argent de la drogue ; des coups d’Etat et des complots politiques
contre notre souverain et contre notre nation arabo-musulmane dont les ennemis
sont des juifs qui se sont infiltrés dans nos administrations et nos rangs pour nuire à
notre pays et ce à cause de hauts traîtres qui espionnent pour le compte des ennemis
de l’intégrité territoriale.

ETUDE DE LA RÉGION AFRICAINE


La position du continent comme carrefour entre les configurations des Amériques, de
l'Europe et de l'Asie également il couvre les crimes transnationaux tels que le trafic
des armes, le trafic de stupéfiants, et commerce illicite d’êtres humains, l'immigration
illégale, et le trafic dans les véhicules à moteur volés, qui peuvent seulement être
arrêtés par coopération internationale.

Ceci trouve exactement à Casablanca Maroc où l'organisation criminelle et


subversive WAFA est cachée sous le nom de l'administration de la police dans la
délégation provinciale dans les caves de hay mohammadi et casa-anfa Chercher et
localiser les criminels impliqués pose des problèmes concernant l'échange de
l'information, l'identification internationale et les arrestations en vue de l'extradition.
C'est pourquoi Interpol dans l'accord avec l'article 2 (1) du son Constitution assure la
coopération la plus étroite possible entre les autorités criminelles de police de tous les
pays membres, y compris ceux en Afrique.

Le crime n'est pas associé à une région particulière et n'est certainement pas un
problème pour la seule Afrique. Jamais puisqu'on l'a établi, l'organisation de police
Criminelle internationale - Interpol a été vu par pays partout dans le Monde en tant
qu'établissement dont des principes et les objectifs correspondent aux aspirations
universelles pour des droits de l'homme, la sûreté publique et le combat contre le
crime international .

Joindre Interpol était donc l'une des premières mesures prises par de divers chefs
africains une fois que leurs pays obtenaient l'indépendance. Mais au Maroc existe
toujours le colonialisme en 2007 et ils agissent des délégations de hay mohammadi et
de casa-anfa contre résistant et nationalistes, violant par là les conventions
internationales et pactes bilatéraux en temps d’indépendance 2008 .

NOUVELLE MISSION D'INTERPOL AU MAROC


Mission
Le Moyen-Orient et souci primaire des Secondaire Directions de l'Afrique du Nord
(MNA) est d'augmenter la coopération des 18 pays membres dans la région et de
stimuler l'échange d'information entre tous les corps nationaux et régionaux
d'application concernés par parer tout le type de criminalité. En outre, pour soutenir
des activités de combat de crime régional et national en fournissant des services
opérationnels et administratifs de qualité quotidiennement au sujet des fugitifs, le
Maroc devient une nouvelle résidence pour beaucoup de fugitifs d'Interpol cachés à
casablanca.

Objectifs
Adressant les questions régionales de crime par :

1. Augmentant l'écoulement et l'échange d'information concernant des secteurs de


crime dans la région, remarque nous avons adressé de l'information importante au
sujet de coups d’Etat contre Rabat et nous n'obtenons aucun résultat.
2. Possession des réunions régionales sur les sujets spécifiques afin d'échanger
l’information.
3. Établir la future stratégie et renforcer plus loin la coopération au sein des
communautés d'application de la loi dans la région. Un rapport a été envoyé par
nous-mêmes au sujet de la réunion de 76 de Rabat au sujet des drogues et de
l'organisation criminelle à Casablanca.
4. Fournir à appui proportionné dans la qualité et l'accomplissement en temps réel.

ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES
L'activité scientifique traditionnelle pour créer et mettre à jour une discipline
d'information sur l'état et le développement de crime, pathologie sociale et
politiques pénales, sur la médiation de la connaissance empirique et théorique
appropriée et récente, et sur le
Développement de la criminologie, le dessus plus réel doit être la neurologie
employée pour analyse les profils psychologiques des subversifs contre le régime
démocratique dans quelques pays comme le Maroc.
Le projet est international pour la subversion et les états nationaux et contre le
gouvernement marocain cible de manipulations politico-militaires de dirigeants
Internationaux dans le MLDS, La France, dont la Tanzanie et le Maroc.
La connaissance résultant de la recherche a été employée pour la conception de
plusieurs documents conceptuels significatifs d'importance nationale qui étaient
approuvés pendant la période en question. En particulier :

· Recherche sur des politiques punitives et l'efficacité de nouvelles mesures de


droit pénal ont été employées pour le travail de re-codification sur le code pénal et la
Loi criminelle de procédé, particulièrement en ce qui concerne l'introduction et
l'application des phrases et des mesures alternatives, et la préparation et
l'établissement de l'épreuve et du service de médiation ;

· Recherche sur le crime organisé et d'autres formes sérieuses de crime ont été
incorporées à la conception du combat contre le crime organisé, admise par le
gouvernement ;

· Recherche sur l'empêchement de crime et la pathologie sociale ont été


incorporées à la stratégie de l'empêchement de crime, admise par le gouvernement ;

· La connaissance au sujet de la pronostication du développement du crime a été


incorporée à la vision du développement et à la publication « un guide du paysage
des priorités, produit par le centre pour des stratégies sociales et économiques.

La connaissance gagnée dans une recherche sur l'analyse des processus

De l'élimination de la discrimination raciale et de l'intégration sociale et d'autres


minorités ont été rendues disponibles au Conseil gouvernemental pour les affaires de
la Communauté. La connaissance gagnée dans une recherche sur les professions du
juge et du procureur public a contribué à une modification du système de choix des
candidats juridiques et juridiques et de leur préparation.
Une contribution théorique significative au développement de la criminologie était la
publication de la criminologie de manuel, dont les auteurs sont, pour la plupart de
partie, des employés :

· Recherche sur le crime organisé


· Traitement des prisonniers intoxiqués aux drogues
· Aspects criminologiques d'abus de drogue parmi l'homme, des femmes et des
filles
· Problèmes de crime
· Aspects criminologiques de pré délinquance et de possibilités juvéniles pour son
empêchement
· Violence domestique - aspects criminologiques choisis
· L'impact de la transformation de la législation pénale sur l'état de crime et
d'amélioration de l'efficacité de l'ordre judiciaire en ce qui concerne la sûreté des
citoyens.

· Recherche sur les problèmes de l'épreuve et de son application dans la législation


· Recherche sur des aspects pénaux, politiques et criminologiques des phrases à
court terme de prison
· Recherche sur la décharge conditionnelle
· Recherche sur des phrases à long terme de prison
· L'impact des programmes préventifs
· Recherche sur le crime économique
· Aspects criminologiques des crimes commis par les contrevenants pour la
première fois
· Recherche sur les délinquants juvéniles
· Le profil professionnel du juge et le profil professionnel du procureur public
· Conflits Interethnique

L'activité basée sur le plan moyen de limite qui s'est focalisé :

· Les besoins de la société dans le secteur des suggestions pénales de politiques, et


de résulter des changements de la législation pénale, d'une application plus efficace
de loi, d'améliorer le système punitif ;
· Forme sérieuse de crime, qui présentent des risques considérables sociaux et de
sûreté pour l'état (crime organisé, crime économique, crime et pathologie sociale liés
aux drogues et aux nouvelles formes potentielles de crime en liaison avec la société et
la mondialisation multiculturelles).
· Tendances dans le développement du crime et la pathologie sociale, le crime
commun, le crime juvénile, les problèmes des contrevenants et les victimes de crime,
problèmes des femmes.
· Possibilités et méthodes d'empêchement, efficacité des programmes préventifs.
Tous ces éléments des crimes peuvent être employés par la cour ou par la police
justice d'Interpol.

Dans la théorie un institut de criminologie doit être établi comme corps expert pour
l'ancien Général Attorney Office et les ministères de la justice et de l'intérieur. Peu
après c'est allé bien à un institut de recherche de l'Office du Général Attorney appelé
l'institut de recherche de la Criminologie. Le nom actuel a été accepté de la façon
différente. Le nom de l'institut souligne l'empêchement comme un outil criminel
efficace de commande et souligne en même temps un rapport entre la criminologie
comme discipline théorique et empirique, empêchement de crime et politique
criminelle. Passé sous l'autorité du ministère de la justice. Les
Activités sont financées sur le budget d'état. Un certain travail de recherches a été
cofinancé par des concessions et par des sources de l'étranger. Le programme de
recherche est autorisé par le ministère de la justice. L'activité traditionnelle de
recherches du département peut être indiquée en tant que recherche criminologique
dans le domaine des sciences sociales qui se concentre sur créer, maintenir et mettre à
jour une piscine d'information sur l'état et le développement du crime, la pathologie
sociale et les politiques pénales, sur la médiation de la connaissance empirique et
théorique appropriée récente d'à l'étranger, et sur le développement de la
criminologie.
Coopération avec d'autres établissements professionnels non gouvernementaux
internationaux :

· Société internationale de criminologie


· Société internationale pour le droit pénal
· Conférence européenne permanente sur l'épreuve et les soins ultérieurs
· Institut européen pour l'empêchement et la commande de crime
· Réforme pénale internationale
· Institut de recherche international de crime des Nations Unies et de justice
· Comité consultatif scientifique et professionnel international de l'ONU

Attributions d'un modèle d'institut et des destinataires des résultats L'institut de la


criminologie et de l'empêchement social est un établissement théorique et de
recherches de foyer interdisciplinaire. Le fondateur et le corps de gestion est le
ministère de la justice du pays. Est une section d'organisation de l'état et d'une unité
de compte.
L'institut (ONG-CASA du Dr.VERA) travaille à :

A. recherche sur les manifestations et les causes du crime et des phénomènes


logiques de sociopathe approprié, et pronostication du développement du crime,
B. recherche, étude et analyse dans le domaine de la loi et de la justice,
C. questions des politiques pénales et du crime surveillant du point de vue de la
répression pénale et de l'empêchement, en particulier
D l'efficacité des punitions et des mesures alternatives,
E prévention sociale de crime et empêchement du point de vue des victimes de
crime, au niveau de l'empêchement primaire, secondaire et tertiaire.

En outre, l'institut est responsable du rassemblement et information criminologique,


légale et autre appropriée de documentation, aussi bien que transmettre et
populariser la connaissance obtenue ; l'institut a également édité un certain nombre
de documents, il organise des ateliers pour des experts, etc.
L'objectif principal de l'institut est de contribuer, par la recherche, la théorie
fabrication, les conseils, les publications et d'autres activités, à la surveillance des
phénomènes logiques de crime et de sociopathe relatif, qui peuvent fonctionner
comme facteurs criminogenic, aussi bien qu'à l'amélioration du code juridique du
pays. La recherche et d'autres activités du département ont été traditionnellement
utilisées, surtout, par les organismes et les établissements du secteur judiciaire (le
ministère de la justice, d'autorités judiciaires, service de prison, la Commission de
Recodification du ministère de justice du pays, aussi épreuve et service de
médiation), mais également le secteur de l'intérieur, particulièrement les corps et les
services de la police ; corps d'intersection, particulièrement le Comité national pour
l'empêchement de crime et, par sa médiation, autorités locales et les autorités d'état
de ces villes et municipalités qui participent à mettre en application la stratégie
d'empêchement de crime, le Conseil gouvernemental pour les affaires de la
Communauté et le Conseil gouvernemental pour la coordination des politiques
D’Anti-drogue ; également le secteur des affaires sociales de travail et ; et, dans une
certaine mesure, le Parlement et l'Office gouvernemental. En outre, le département
est chargé de formuler les matériaux, l'information et les rapports de source sur le
développement du crime, sur les politiques pénales etc., demandées du pays par des
organes de l'ONU, de l'UE et de la CE ou par d'autres organisations nonnes
gouvernemental gouvernementales et européennes. La nécessité de département
participe à international recherche, aussi.
La nécessité de département participe également à la formation et préparation du
personnel des corps judiciaires, en coopération avec l'académie de la justice et
l'université de la justice, elle participe à la préparation du personnel des autorités de
poursuite en coopération avec La faculté de la loi de l'université, la faculté de
l'université sociale des sciences, le ministère des affaires sociales de travail et du
pays, les universités commerciales, etc.
L'institut collabore avec des autorités législatives, exécutives et juridiques, est
responsable de surveiller et de documenter la nouvelle connaissance scientifique
dans sa sphère d'activité, coopère avec la recherche tchèque et les établissements
théoriques avec un foyer semblable et reste en contact avec les établissements
criminologiques à l'étranger. L'institut est un membre des sociétés scientifiques
internationales, participe aux événements organisés par les établissements
internationaux (tels que l'ONU, le Conseil de l'Europe, etc.) qui sont liés à sa sphère
d'activité. Afin de mettre au courant des experts de la connaissance, les suggestions
et les conclusions théoriques résultant des activités scientifiques de l'institut, l'institut
édite de divers documents et organise des conférences.

La loi a joué un rôle unique dans l'histoire de la criminologie. Cet article réel est un
commentaire d'un rapport « de la conférence nationale sur le droit pénal et la
criminologie, ». Son but était articuler et favoriser un Ordre du jour criminel de
réforme de justice, lié à la conférence progressive qui a dominé le tiers premier du
vingtième siècle. En ses premières années, l'étude a favorisé l'ordre du jour progressif
de réforme en fournissant un forum pour les contributions des avocats, des disciples
juridiques, et des sociologues sur les questions de la réforme criminelle de justice.
L'étude a surmonté des divisions disciplinaires pour combiner les domaines du droit
pénal et de la criminologie. Cette approche interdisciplinaire unique définit l'étude
aujourd'hui, comme seul journal dans le monde qui combine le droit pénal et la
criminologie. Tandis que l'étude traite toujours la science sociale, une grande partie
des études se concentrent aujourd'hui sur la doctrine légale, y compris le procédé
criminel constitutionnel. Aujourd'hui, l'ordre du jour progressif de réforme si
dominant dans le début du siècle semble éloigné. Nous voyons l'inversion d'une
tendance vers des buts reformatives de punition et éprouvons une élévation sans
précédent de nos populations de prison. Nous vivons dans un moment où les
niveaux de la violence dans les écoles montent, pourtant voyons une diminution
paradoxale des taux de crime globaux. Nous sommes témoin de la répétition du
système criminel de justice comme matière dans la politique locale et nationale.
Comme il a fait pendant les quatre-vingt-quatorze dernières années, l'étude continue
à fournir un forum pour le dialogue et la discussion sur les questions courantes de
Droit pénal et de criminologie. Par exemple, notre colloque de « pistolets et de
violence " il y a plusieurs années a comporté les criminalistes et les universitaires les
plus respectés au sujet des armes à feu et de la violence. En gardant avec notre
tradition réformiste, notre conférence a fourni un forum où ces disciples ont discuté
leur travail et a discuté comment mieux approcher le problème de la violence
croissante de l'arme à feu du Marocain. Nous avons continué cette tradition avec une
Conférence : « Pourquoi le crime diminue-t-il ? » Les restes un d'étude des
publications le plus largement lues et largement citées dans le monde. Il est un de
l'étude le plus largement distribuée de loi dans le pays, et notre grand nombre de
lecteurs inclut des juges et des universitaires légaux, comme des praticiens, des
criminalistes, et des dirigeants de police. Recherche dans le secteur des soucis
d'adresses de droit pénal et de criminologie qui sont convenables à la majeure partie
de la société marocaine.

CRIME ORGANISÉ ET ORGANISATIONS CRIMINELLES


Le crime organisé est le crime effectué systématiquement par des organisations
criminelles formelles. L'acte organisé de commander des crime (États-Unis - 1970)
définit le crime organisé comme : « Les activités illégales… d'une association
fortement organisée et disciplinée… » Quelques organisations criminelles, tels que
des organisations de terroristes, sont politiquement motivés. Les Mafia sont des
organisations criminelles dont la motivation primaire est le profit financier.
Les troupes deviennent parfois « disciplinées » à considérer « organisées ». L'acte de
s'engager dans l'activité criminelle en tant que groupe structuré est mentionné aux
États-Unis comme rackettant.
Les organisations criminelles gardent leur secret illicite d'action, et les membres
communiquent par mot de passe. Beaucoup d'opérations « crimes organisés « sont
des entreprises légitimes substantielles, telles que le jeu de hasard, la construction de
bâtiments, le transport de détritus ou le chargement autorisé de dock pour lesquels
fonctionne parallèlement et Fournit la « couverture » du trafic de drogue,
blanchissement d’argent, prostitution, organes humains, extorsion et commerce
d'initié, ou derrière le voile de certaines administrations.

Afin qu’une organisation criminelle prospère, elle a besoin d’un certain degré
d'appui qui soit exigé de la société dans laquelle elle vit. Ainsi, il est souvent
nécessaire de corrompre certains de ses membres respectés, ce qui est généralement
réalisé par le corruption administrative ou de la magistrature ou autres forme de
corruption, le chantage, et l'établissement des rapports symbiotiques avec des
entreprises légitimes.
Les gens dans l'ordre judiciaire, les forces de police, la magistrature et la législature
sont particulièrement visés pour la commande par crime organisé par l'intermédiaire
des dessous de table, des menaces, ou d'une combinaison. Le financement est facilité
par le développement d'une base de clients à l'intérieur ou en dehors de la
population locale, comme ce qui se produit par exemple dans le cas du trafic de
drogue, le raccordement international dirigé par certains est la bâche Asie, Europe,
Afrique et Etats-Unis.

En outre, les organisations criminelles bénéficient également s'il y a des méfiances


sociales du gouvernement ou de la police. Par conséquent, les organisations
criminelles surgissent parfois de dedans les groupes immigrés qui ne font pas
Confiance à la police locale. Réciproquement, pendant qu'un groupe immigré
commence à s’intégrer dans une société plus large, il fait généralement affaiblir le
groupe du crime organisé, Manquant en grande partie des couvertures qui sont
communes aux organisations légitimes, les organisations criminelles peuvent
habituellement évoluer et se réorganiser beaucoup plus rapidement quand le besoin
se fait sentir. Ils sont rapides pour profiter des nouveaux marchés ouverts, et rapides
pour se reconstruire sous une autre apparence une fois attrapés par des autorités.
La globalisation se produit dans le crime autant qu'elle le fait dans les affaires Par des
organismes frontaliers en travers desquels les criminels transitent facilement entre les
pays. C'est particulièrement vrai pour les groupes organisés de criminels qui
s'engagent dans le trafic humain, et de trafic d’organes humains et de la drogue vers
divers pays et divers continents.

Les nouveaux secteurs de croissance du le crime organisé sont le vol d'identité et


l’extorsion en ligne. Ces activités préoccupent, parce qu'elles découragent les
consommateurs d'employer l'Internet pour l'e-commerce. En outre, l'e-commerce a
été censé niveler la base de jeu entre de petites et grandes entreprises, mais la
croissance du crime organisé en ligne mène à l'effet opposé ; les grandes entreprises
peuvent avoir plus de moyens et plus de largeur de bande (afin de résister au
démenti des attaques de service) et sécurité supérieure.
Il y a parfois peu de distinction entre les organismes « légitimes », et
Crime organisé. Par exemple, les entreprises corrompues ou les gouvernements non
démocratiques qui soutiennent souvent la ressemblance forte au crime organisé. En
effet, certains ont théorisé que des états sont créés du crime organisé ; c'est le cas de
quelques subversifs administratifs du haut rang contre le roi du Maroc.
Le crime organisé se distingue d'autres organisations non gouvernementales, par sa
capacité d'assurer sa propre protection. Des affaires légitimes se fondent sur un
Gouvernement pour imposer ses contrats, alors que le crime organisé doit compter
seulement sur lui-même. Quand une telle légitimité de gain d'établissement est
établie, ils deviennent des gouvernants.
PROJET GEIGER
Une ressource pour combattre le terrorisme nucléaire et radiologique et la casse du
commerce d'armes électroniques et magnétiques à Casablanca.
Identification de la menace
Un souci de pression pour les gouvernements nationaux et l'application de la loi est
le potentiel d'un groupe de terroristes acquérant une arme nucléaire, chimique,
biologique ou radiologique. La détonation d'un Dispositif explosif nucléaire - une
vraie possibilité si les armes ou les matériaux pour faire un dispositif étaient obtenus
par des terroristes - aurait des conséquences catastrophiques. Basé sur des rapports
de police, d'intelligence et de source sure, prouve qu’il y a également une menace
claire des terroristes à l'aide des dispositifs radiologiques de dispersion (RDD), ou «
les bombes sales » mais ici nos remarques concernent l'arme magnétique ce qui
commence à être employée dans différents pays comme au Maroc par des subversifs
contre Rabat.
Pour analyser complètement ces menaces nucléaires et radiologiques, il est essentiel
que les pays fournissent les données les plus complètes sur le trafic illicite en
matériaux nucléaires ou radiologiques au projet Geiger, à une initiative commune à
Interpol et à l'Agence internationale de l'énergie atomique (L'AIEA).
Assembler et analyser l'information sur le trafic illicite et d'autres activités non
autorisées impliquant matériaux nucléaires et autres radioactifs. L'objectif est
d'augmenter la qualité des données sur lesquelles des mesures pour réduire et
répondre aux menaces et aux incidents radiologiques sont développées.
Projet lancé par Interpol « Geiger « début 2005 avec les données et l'aide financière
du Ministère de l'énergie des USA et Laboratoire national des USA Argonne. L'AIEA
a joint le projet peu après que nos départements doivent être reconnus au sujet de
l'équipement énergétique utilisé pour la torture… !
Base de données du projet Geiger.
La base de données sur trafic illicite De l'AIEA des cartels de base de données de
projet Geiger avec des rapports additionnels de ressource a fourni par les données
nationales d'application de laboratoire et de loi des USA Argonne rassemblées par
Interpol, La base de données de l'AIEA contient l'information sur le trafic illicite des
matériaux nucléaires et/ou radiologiques, et sur autres activités, y compris des vols
et des pertes de matériaux, dispositions illégales et rétablissements non autorisés des
matériaux non contrôlés tels que des sources orphelines, soumis par plus de 95 des
pays membres participants de l'AIEA.
Interpol et l'AIEA actionnent leurs propres bases de données et effectuent l’étude
analytique relative à la charge et aux activités. Les bases de données de Geiger de
l'AIEA et du projet fournissent une ressource de valeur inestimable pour analyser
des modèles et des tendances, des risques et des menaces potentielles, des itinéraires
et des méthodes, et des faiblesses et des vulnérabilités.
Produits analytiques
Le projet Geiger produit des analyses qui sont précieuses pour la
Communauté internationale d'application de droit et au programme nucléaire de la
sécurité de l'AIEA et à ses pays membres. Les produits analytiques de Geiger de ce
projet changent selon des conditions D’application de loi et de membre pays de
l'AIEA, Des produits analytiques sont coordonnés avec l'AIEA et certains sont
produits conjointement ; par exemple, comme partie d'évaluations globales des
menaces criminelles pour des événements sportifs principaux ou des sommets du
monde. D'autres analyses se concentrent sur des aspects criminels du trafic
radiologique, tels que des liens avec le terrorisme et le crime organisé, et les
itinéraires et les méthodes de dissimulation. Les possibilités géographiques de
système d'information (GIS), qui permettent de tracer et d'analyser
géographiquement le modèle, augmentent la profondeur des analyses du projet
Geiger que nous ajoutons le cas marocain où les aspects criminels sont horribles, les
huiles humaines et les organes sont vendus, en provenance d'un génocide commis
par Othmani à hay mohammadi à la délégation provinçiale et à casa-anfa et non
encore découvert par les autorités marocaines.
L'appui opérationnel d'Interpol aux pays membres.
Le projet Geiger fournit l'appui opérationnel à d'autres initiatives
D’Interpol et les Pays membres par rapport aux incidents radiologiques. Par
exemple, Interpol peut déployer une équipe de réponse d'incident (IRT) en cas d'une
attaque radiologique pour soutenir des autorités d'application de loi dans leurs
investigations criminelles. Interpol peut également aider les pays membres pour
étudier et arrêter des suspects Impliqués dans des crimes radiologiques par des
recherches de conduite de la base de données criminelle du système d'information
d'Interpol (ICIS) ou les notices de publication, qui sont employées pour alerter
l'application de loi dans 186 pays membres,
Commande d'information d'application de loi
L'information est commandée dans l'accord strict avec des protocoles internes établis
de sécurité et, comme avec toutes les données soumises par les pays membres
d'Interpol, est accessible au personnel autorisé d'application de loi seulement.

L'arme magnétique à Casablanca


Ce genre d'arme magnétique a été introduit sur le territoire marocain de manière à
détruire l'état et la population.
La première phase du développement de commande d'esprit de gouvernement s'est
développée hors des vieilles techniques occultes qui ont exigé de la victime d'être
exposée au trauma psychologique et Physique massif, commençant habituellement
dans l'enfance, afin de faire briser la psyché en mille morceaux changeant les
personnalités ce qui peut alors être séparément programmé pour exécuter n'importe
quelle fonction (ou travail) à la laquelle les souhaits de programmeur » s’installent ".
Chacun change la personnalité créée qui est séparé et distincte de la personnalité
D’avant. « La personnalité d’avant » est ignorante de l'existence ou des activités des
personnalités après changement. Transformation de la personnalité qui peut être
apportée à la surface par les programmeurs ou traiteurs employant codes spéciaux,
Habituellement entreposés dans un ordinateur portable. La victime de la commande
d'esprit peut également être affectée par les bruits, les mots, ou les actions spécifiques
connues sous le nom de déclenchements.
La deuxième phase du développement de commande d'esprit a été raffinée à une
base souterraine au-dessous de héros de fort sur Montauk, Long Island (New York)
et désigné sous le nom du Projet de Montauk. Les premières victimes adolescentes de
Montauk dénomment la programmation, prétendue Garçons de Montauk, ont été
programmés en utilisant des techniques trauma basées, mais cette méthode a été par
la suite abandonnée en faveur d' tout électronique procédé d'induction qui pourrait «
être installé » question de jours (ou même d’heures) au lieu des nombreuses années
qu'elle a prises aux méthodes trauma basées complètes, c’est ce qu’utilise le subversif
said benbiga contre le service de renseignement marocain pour obtenir les secrets
défense et secret Etat qu’il vend aux sionistes qui l’acheminent vers Amos yaldin
pour préparer les coups d’Etat contre SAM le roi Mohammed 6.
L’électromagnétique scalaire est une prolongation d'électromagnétique actuelle (fin
de support) pour inclure l'attraction universelle.
C'est-à-dire, une attraction universelle unifiée d'électron, et, ce qui est plus
importante, c'est une théorie machinante unifiée. Sa base a été découverte par Nikola
Tesla. Il qui a des oreilles l'a laissé entendre. Voici le secret d'anti-gravité.
« La charge électrique » d'une particule chargée-- comme une des particules chargées
d'un atome ou un des protons de son noyau représente une différence dans
l'intensité de flux (potentiel) entre la particule locale et son vide ambiant. Il est le
continuel saignent au loin de la charge de la gravité en tant que charge électrique. Si
cela déchargent est renversé ou arrêté, un effet énergique sur la charge de la gravité
s'ensuit. Les 5 potentiels et la charge 5 ont 4-G-potential devenu et 4 d-chargent
respectivement.
De ce fait le « remplissage » d'un objet de son modèle scalaire de fin de support la
charge gravitationnellement Maintenant les seuls « déchargent le canal » sont par le
champ de la force 4-G.
De plus, dans un noyau les nucléons continuellement dans les deux sens entre le
proton et le neutron, ainsi dans la charge électrique « est répandus » dans tout le
noyau et partagés par tous nucléons. De plus, chaque élément (réellement chaque
isotope) a son propre « modèle d'ensemble » unique des fréquences d'expansion de
Fourier, des amplitudes, scalaires.
Ce modèle peut, naturellement, être reproduit artificiellement et transmis par les
émetteurs modifiés de fin de support). Il y a, cependant, une sorte de modèle scalaire
De fin de support « de clé machine » (par exemple) pour des nucléons (les protons et
les neutrons qui changent dans les deux sens en l'un l'autre par l'échange des
courants de charge virtuels).
Si on renverse la charge en inversant ce modèle et alors « charge vers le haut d'une
masse de la charge inversée, « à l'observateur externe que la masse de remplissage
devient juste devient de plus en plus légère, et son inertie obtenue devient de moins
en moins grande.

C'est le concept pour un détecteur de grandeur scalaire par exemple pour des vagues
d'une grandeur scalaire non définie que C'est le détecteur scalaire de vague de
Bendini, adapté au concept original par Dea et Faretto qui prévaut.

L'idée est tout à fait simple : installez une barre aimantée très puissante à l'intérieur
d'un camp fondé de Faraday. Installer alors un enroulement ouvert longitudinal au-
dessus de l'aimant de sorte qu'une ligne par l'axe Longitudinal de l'aimant traverse
l'axe longitudinal de l'enroulement au-dessus d’elle, L'extrémité ouverte de
l'enroulement ne touche pas l'aimant.

Relier l'autre extrémité de l'enroulement à un condensateur en accord variable, de


sorte que l'enroulement et le condensateur forment un circuit réglable et série L c
oscillant.
Le rendement du condensateur est relié à un préamplificateur transistorisé à
l'intérieur du camp. Un axe de accord pour le condensateur est très soigneusement
placé par un petit trou dans le bouclier pour laisser l’espace de l’accorder de
l'extérieur.

Le rendement du préampli traverse un petit trou dans le bouclier, par un câble


protégé, à un oscilloscope adjacent. Le bouclier de câble est également au sol par
potentiel au sol de référence.

La théorie est comme suit : Supposez qu’une vague normale de fin de support est
évident à l'intérieur du champ, au-dessus de l'aimant ou étroitement adjacent là-
dessus, du fait le cas d’une oscillation couplée apparaît dans le domaine de l'aimant,
et cette oscillation est couplée à l'enroulement immédiatement au-dessus d’elle.
Si l'oscillation est dans la largeur de bande du circuit accordé de la série LC, la
détection se produit ; ceci est amplifié par le préampli et passé à l'oscilloscope, où il
est montré sur la portée.
A noter que le détecteur détecte la vague normale de fin de support.
Ainsi ces vagues normales de fin de support ne peuvent pas entrer dans le champ et
apparaître au-dessus de l'aimant, elles ne seront pas détectées. La grandeur scalaire
par exemple ondule, d'une part, entrera dans le camp puisqu'ils ne couplent pas aux
électrons de conduction dans le métal du champ.
Au-dessus du pôle de l'aimant, du l'espace-temps est localement plié, après tout, un
poteau est un potentiel scalaire statique de magnéto, qui est une partie du
conglomérat appelé le « G-potentiel. »
Le poteau représente une augmentation (ou la diminution, selon si c'est un nord ou
un poteau du sud) du composant statique de magnéto du G-potentiel local.
C'est une courbure d'espace-temps. Par exemple une vague écrivant cette région
ajoute un composant variable du G-potentiel statique de magnéto, qui se décharge
dans l'enroulement comme vague ordinaire de fin de support.

Une autre manière de regarder le détecteur est de modeler par exemple la vague
comme vague longitudinale, et une vague ordinaire de fin de support comme vague
transversale. Quand par exemple la vague écrit la région incurvée d'espace-temps
au-dessus de l'aimant, à l'enroulement (l’ « Observateur » dans ce cas-ci !) l'aspect
longitudinal par exemple de la vague semble tourner dans les deux sens, de sorte
qu’un composant transversal d’oscillation soit présent.
Ce composant transversal apparaît à l'enroulement comme champ ordinaire de fin de
support, et ainsi le circuit de LC le détecte s'il est dans la bande de fréquence
appropriée.

Encore une autre manière de regarder la situation est de se rendre compte que par
exemple une vague entrant dans l'aimant a comme conséquence un composant de
oscillation supplémentaire au potentiel scalaire statique de magnéto (force de poteau)
de l'aimant.
En conséquence, l'aimant est un récepteur pour les vagues scalaires, qui sont
détectées « saignent au loin » comme oscillation de la force de champ magnétique de
l'aimant.
L'accouplement de ce champ magnétique de oscillation à l'enroulement crée un
écoulement courant de oscillation dans le condensateur, ceci oscille la tension entrée
dans le préampli, qui amplifie et introduit le signal à l'oscilloscope pour l'affichage.

Il est important de se rappeler qu’un potentiel statique de magnéto et un potentiel


électrostatique peuvent être oscillés par une vague de grandeur scalaire par exemple.
En plaçant un matériel magnétique à l'intérieur d'un camp de Faraday, l'oscillation
du potentiel scalaire statique de magnéto (force de pôle de l'aimant) peut être
employée comme par exemple mécanisme détectant.
En plaçant un matériel imputable à l'intérieur d'un camp de Faraday, l'oscillation du
potentiel scalaire électrostatique peut être détectée.
(Des exemples possibles du dernier type détecteur sont donnés par Hodowanec, «
l'électronique par radio, » avril 1986.)

A noter également qu'on peut détecter des vagues à un niveau de référence et pas à
des autres. Changer la polarisation sur l'au sol de zéro référence du détecteur de
Bendini affecte la détection.
Pour regarder à l'intérieur d'un porteur normal de fin de support (tel que le porteur
soviétique de pivert) et voir quels signaux scalaires montent sur lui, le porteur peut
être utilisé pour polariser l'au sol de référence du détecteur de Bendini.
Pour produire un analyseur de spectre, utilisez simplement les circuits de accord
Résonnants de la série additionnelle LC en parallèle (les robinets multiples mis sur
l'enroulement, et câblent chaque robinet à un condensateur de accord séparé de
capacité différente).
Encore, changer le niveau de référence zéro est important, comme change la force de
l'aimant. Frank d'or a également inventé une excellente série de détecteurs scalaires
de vague basés sur des principes de propriété industrielle tout à fait différents.

Le résultat est : nous pouvons en effet rigoureusement détecter et mesurer des


vagues de grandeur scalaire par exemple, quand on considère les grandes sommes
d'argent actuellement étant dépensé pour enterrer les grands cylindres etc.
d'aluminium. dans une tentative de détecter les vagues de la gravité, on se demande
pourquoi quelques fonds ne pourraient pas être libérés à quelques chercheurs peu
orthodoxes par la National Academy of Sciences pour placer la création et la
détection montrées des vagues de la gravité d'électro…

Ici est expliqué un nouveau genre de résonance : résonance scalaire de fin de


support, ou résonance de la gravité d'électro.

D'abord, imaginez que nous avons une cavité résonnante standard, en cette cavité
nous avons une vague résonnante de fin de support s'écarter et en avant, selon la
convention, le vecteur d'E-champ et le vecteur de B-champ sont perpendiculaires
dans ce front d'onde mobile.
Pendant que la vague se déplace dans les deux sens, les vecteurs changent dans les
deux sens ; cependant, à n'importe quel un point entre les murs, les deux vecteurs
ont toujours la même valeur.
Ainsi notre vague résonnante de fin de support forme une vague debout dans la
cavité.

Armes de la branche de masse de destruction de l'Office de l'ONU pour les affaires


de désarmement.

Les armes répertoriés de destruction massive fournit l'appui substantif pour les
activités des Nations Unies dans le secteur des armes de destruction (nucléaire,
chimique et biologique) de masse, y compris la menace de l'utilisation des armes de
la destruction de masse dans des actes de terrorisme, aussi bien que des missiles. La
branche suit de près tous les développements et tend en ce qui concerne des armes
de destruction de masse dans tous leurs aspects afin de tenir le secrétaire général
pleinement au courant et fournir des informations aux Etats Membres et à la
communauté internationale. Les appuis de l’UNIDIR, et participe en dedans, des
efforts multilatéraux de renforcer la norme internationale sur le désarmement et la
non-prolifération des armes de destruction massive et, à cet égard, lui coopère avec
des organismes intergouvernementaux appropriés et des institutions spécialisées du
système des Nations Unies, en particulier l'Agence internationale de l'énergie
atomique (l'AIEA), l'organisation pour la prohibition des armes chimiques (OPCW)
et la Commission préparatoire pour l'organisation complète de Traité de Nucléaire
Essai Interdiction (COM de préparation de CTBTO).

TRAITE SUR LA NON-PROLIFERATION DES ARMES (NPT)


Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (NPT) est un traité
multilatéral de borne limite dont l'objectif est d'empêcher la diffusion des armes
nucléaires et de la technologie d'armes, pour encourager la coopération dans les
utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire et à autre le but de réaliser le
désarmement nucléaire et le désarmement général et complet. Le Traité représente le
seul engagement obligatoire par les états dotés d'armes nucléaires au niveau
multilatéral au but du désarmement nucléaire. Ouvert pour la signature le 1er juillet
1968, le Traité est entré en vigueur le 5 mars 1970. Un total de 190 états ont joint le
Traité, y compris les cinq états dotés d'armes nucléaires. Plus de pays ont ratifié le
NPT que n'importe quel autre accord de limitation et de désarmement, un testament
à la signification du Traité.

ARME ÉLECTROMAGNÉTIQUE
Les armes (fin de support) électromagnétiques sont l'un des plus nouveaux et les
plus sérieux développements militaires dans le monde aujourd'hui. L'énorme secret
entoure leur développement, qui est aidé par le fait qu'ils se fondent sur la physique
complexe du rayonnement non Ionisant et sur le bio électromagnétique. Ils peuvent
être largement décomposés en deux catégories - ceux ont visé l'environnement et
ceux les systèmes de vie visés ou en réalité le système nerveux central humain. Dans
le cas de l'environnement, les quantités d'énergie très grandes peuvent être
littéralement « annoncent », comme la radio, pour créer certains effets sur
l'environnement spéciaux - changements de radical de l'ionosphère pour affecter des
communications, et égalisent probablement le temps, aussi bien que la réflexion pour
mettre à la terre pour exécuter des exploits tels que radiographiant la terre pour
trouver les installations souterraines, probablement grands transferts de l'énergie à
l'équipement de puissance, ou pour appliquer les forces destructives n'importe où
sur terre, y compris des effets d'EMP (impulsion électromagnétique, liée aux
explosions nucléaires), et plus simple charge comme la communication submersible,
en utilisant les vagues très longues. L'aspect plus sinistre concerne la capacité
d'employer les vagues à énergie réduite de densité des fréquences particulières et les
formes d'onde spéciales à littéralement « accordent dans » le système nerveux central
humain (CNS), quelque chose qui a été réalisé dans le laboratoire, selon la littérature
scientifique publiquement disponible. Ceci pourrait être fait sur une échelle
individuelle, a temporairement ou peut-être de manière permanente pour changer
les états psychologiques, pour obtenir certains comportements des êtres humains.
On lui allègue que beaucoup de victimes ont été maintenant examinées
involontairement pendant des décennies avec cette technologie. On le suggère
également que ces armes aient été utilisées dans quelques actions, le plus
Particulièrement la guerre du Golfe et contre les femmes communes de jambon vert
au R-U. Dans ce cas-ci ils auraient un effet de masse, du fait ils sont de grands
Groupes visés. Cette utilisation est cherchée non seulement par les militaires, mais,
de façon alarmante, par les forces de police aussi bien, clairement afin de commander
les populations domestiques indisciplinées.
Le sujet est venu à l'attention du groupe vert du Parlement européen en 1996, et nous
avons lentement développé une base de connaissance et de grandes archives dans ce
secteur Hautement spécialisé. Plusieurs réunions spéciales aboutissant à une
audition parlementaire du Comité étranger d'affaires ont été tenues au Parlement
européen en conséquence, et finalement au groupe parvenu en début janvier '99, avec
l'aide des membres intéressés dans d'autres groupes, pour faire passer au Parlement
une résolution se référant très en critique à ce sujet. Ce sujet a également des
implications très sérieuses pour l'arrangement standard pour le rayonnement non
ionisant, parce que les niveaux de l'exposition auxquels on peut manoeuvrer l'être
humain sont très bas en effet, puisque c'est l'accord et la forme d'onde qui importent,
pas les niveaux, qui est la raison pour laquelle les normes russes d'exposition sont
apparemment 1000 fois inférieures que les normes des USA. Le fixation des normes
convenues à l'utilisation des Téléphones portables et les lignes à haute tension, afin
d'éviter les effets de santé à long terme, tandis que très souhaitable en effet, ne puisse
pas même être assez bas d'empêcher l'utilisation de ces armes, et peut même légaliser
leur utilisation, quelque chose que les verts doivent faire attention très de, puisque
nous avons été responsables de ceci sujet à la date au Parlement européen (Lannoye,
Belgique et Tamino, Italie). Dans le meilleur des cas, pour maintenant, nous devrions
exclure des sources militaires, spécifiquement armes, par opposition au matériel de
transmissions, de la législation de l'UE sur le rayonnement non ionisant tout à fait.
Il vaut la peine de comparer la norme plaçant des procédés pour non ionisant et pour
la radiation ionisante, car ils sont remarquablement semblables. Les militaires, par
l'intermédiaire de la Commission internationale sur la radioprotection (ICRP), ont
joué un rôle important en fixant à l'origine des normes s'ionisantes aux niveaux
ridiculement élevés en enterrant ou en ignorant la science, menant au besoin de
réductions continues des niveaux d'exposition acceptables. Quelque chose de
semblable est évident pour se produire avec le rayonnement non ionisant, parce
qu'un Comité consultatif « indépendant » non élu très semblable (ICNIRP - la
Commission internationale sur la radioprotection non ionisante) a offert le conseil
dans ce secteur, qui est accepté aveuglément par le Commission européen, malgré le
fait que, de nouveau, une grande partie de la science est ignorée, et le principe de
précaution, pour une certaine raison impaire, semble ne pas s'appliquer. Le fait que
deux des représentants des USA sur ICNIRP sont associés aux militaires a des échos
du passé, et est le plus soupçonneux. Le centre d'une attention
Publique jusqu'ici a été un projet dans HAARP appelé par Alaska (programme de
recherche Auroral en cours d'utilisation de fréquence élevée), qui est un émetteur
massif de « rangée » conçu pour manoeuvrer l'ionosphère pour des buts militaires -
effets de communications, met à la terre des rayons X, et survit probablement à la
manipulation (en dépit des conventions interdisant ceci). Mais la gamme des
utilisations de cette technologie de base est très large, beaucoup plus au loin que son
prédécesseur, radiation ionisante (nucléaire). La différence primaire est que des
Ondes électromagnétiques peuvent « être accordées » afin d'avoir certains effets sur
les systèmes de vie, tandis que la nature « chaotique » de la radiation ionisante ne
facilite pas ceci et le résultat de l'exposition à lui est normalement des dommages
directs seulement.

Comme cité ci-dessus, les scientifiques ont pu « accorder » la fin de support pour
faciliter la communication directe d'extérieur avec les systèmes nerveux centraux des
créatures vivantes, et ils naturellement sont particulièrement intéressés à employer ce
fait pour manoeuvrer les êtres humains. Selon leur propre documentation officielle,
les militaires et la police les emploient pour commander des populations. Ils ont été
Employés sous une forme brute par les Soviétiques contre l'ambassade
Des USA Moscou dans les années 60 avec des conséquences mortelles pour
l'ambassadeur lui-même, et on le croit qu'ils ont été employés dans ce qui s'appelle «
une barrière superbe » contre les femmes communes de jambon vert, et démotiver
également les troupes d'Irakien pendant la guerre du Golfe. Les Soviétiques ont
essayé dans Les années 70 d'empêcher une course aux armements dans ce secteur au
moyen d'une convention, mais les USA ont rejeté ces efforts, et sont allés de l'avant
très rapidement, aussi dans l'OTAN, dans une position dominante.

À moins que ce développement soit arrêté, nous entrons dans un Orwellian « 1984 »
types scénario, qui pourrait potentiellement de manière permanente transférer
l'énorme puissance à ceux dans la commande de la technologie. Il doit également être
vu dans le contexte plus large de la course aux armements recto actuellement en
cours, où les USA re-arment, en continuant avec « tiennent le premier rôle des
guerres », et visent à être totalement dominant dans la « puissance de l'espace » d'ici
2020. Les armes électromagnétiques jouent un rôle principal ici, à côté d'ABMs, des
lasers et des armes de faisceau de particules.
TRAFIQUE EN PETITES ARMES
Ce genre d'armes magnétiques a été introduit sur le territoire marocain de manière
à détruire l'état et la population et est employée par Raoul yacoubi , nom caché par
un agent marocain d'Al Mossad nommé Othmani agissant à la délégation
provinciale de hay mohammadi et de casa-anfa et en employant son influence à
Rabat pour protéger son état de coups contre le roi.
Il est accusé des transferts de fonds, argent counterfeing, trafique d’or, le génocide,
crimes contre l'humanité de l'expérience biologique.
Cette organisation criminelle appelée WAFA n'est pas encore découverte par les
autorités marocaines.
Le trafic illicite dans de petites armes est un phénomène transnational. Ce commerce
d’armes livrées aux terroristes et groupes subversifs opère autour du monde et est
central aux États-Unis.
La ligne de démarcation entre les échanges légaux et illicites de petites armes est
souvent brouillée, le revenu illégal produit en exploitant des ressources telles que le
bois de construction, les drogues, les diamants, et d'autres minerais perpétuent les
conflits et la corruption. Les armes sponsorisées peuvent fonctionner parce qu'ils
peuvent éviter des limitations d’armement national et des embargos internationaux
d’armes ou obtenir la protection officielle. Des politiques se développent pour
Stopper le trafic illicite dans les petites armes ne peut pas être faites dans
Un vide ou par les Etats-Unis unilatéralement. D'autres pays, à un niveau national,
régional et international, nécessité, développent des commandes plus fortes en
ventes légales et augmentent la coopération internationale.

Selon des experts en marchés noirs illicites, les affaires clandestines ont traversé les
contraintes une fois que les pensée à imposer par les établissements de normalisation
ont écarté dans tout l'environnement socio-économique international, avec un
niveau élevé de la sophistication technique et commerciale. « Des drogues
récréationnelles pour contrefaire des cartes de crédit, des diamants volés , de montres
de concepteur, ce n'est plus un cas du fonctionnement de ceci ou de ce marché noir
d'isolement, mais plutôt l'apparition d'une économie souterraine internationale. Que
l'économie se compose d'un ensemble de marchés Noirs en corrélation a soutenu par
leurs propres systèmes d'information, de leurs propres sources d'approvisionnement,
de leurs propres réseaux de distribution, et de leurs propres modes du financement.

Ce commerce entoure le trafic illicite dans de petites armes, l'échange des armes pour
l'argent, des drogues et d'autres produits qui franchit les frontières nationales et
enjambe le globe. Ces armes sont non seulement les armes de choix dans la majorité
de conflits régionaux d'aujourd'hui mais également pour beaucoup de terroristes et
des groupes de terroristes fonctionnant autour du globe. Ce fait les rend centraux
aux États-Unis dans la guerre globale sur la terreur et souvent en commettant
l’injustice vers les arabes et l’Islam…….. Et arrêter le réseau global, ou limiter au
moins son extension, fournirait un accomplissement réel dans un combat autrement
nébuleux.
CHIMIQUE ET BIOLOGIQUE
En octobre 2003, le Conseil " Recherche " national (NRC) a libéré un rapport
reconnaissant les deux avantages démontrés de la biotechnologie et de son potentiel
pour l'abus. Ce rapport, Recherche en matière de biotechnologie dans un âge de
terrorisme, fait plusieurs recommandations soulignant que la recherche salutaire de
la science de vie doit continuer sans difficulté tout en réduisant au minimum son
abus possible. Une recommandation pour la recherche « à deux usages » était la
création d'un comité consultatif de la Science nationale pour Biodefense dans le
département des services de santé et humains (HHS).
Largement, ce corps augmenterait la communication des communautés entre les
sciences biologiques et sécurité nationale et spécifiquement, conseilleraient d'autres
corps surveillant la recherche à deux usages potentiels.
En réponse au rapport, puis secrétaire Tommy G. de HHS. Thompson a annoncé
dans le mars 2004 l'exécution de quelques recommandations par
La formation d'un panneau appelé Comité consultatif de la Science nationale pour la
bios sécurité (NSABB). Différant des recommandations de la NRC dans quelques
aspects, indiqué but du NSABB est « fournissent le conseil, les conseils, et la conduite
concernant la bio supervision de sécurité de la recherche à deux usages. « Ce but sera
accompli par « des advis [ing] le secrétaire du HHS, le directeur des instituts
nationaux de la santé (NIH), et les chefs de tous les départements et agences fédéraux
qui conduisent ou soutiennent la recherche de la science de vie. Le NSABB
conseillera dessus et recommandera des stratégies spécifiques pour la supervision
efficace et efficace de la recherche biologique à deux usages fédéralement conduite
ou soutenue, prenant dans des soucis de sécurité nationale de considération et les
besoins de la communauté de recherches. « Ce doit concerné les sanctions à rendre
encire plus sévères de l’article 8 des statuts de Rome de 1994 et les peines dont sont
passibles les crimes par transformation biologique et transfert psychophysiologique.

Une étude des lasers et de rayon X prouve qu'il produisent des rayons X « doux »,
qui doit dire que leurs longueurs d'onde sont un peu plus longtemps que ceux
utilisés dans les rayons X médicaux. Les rayons X mous ne peuvent pas pénétrer un
morceau de papier, mais ils sont idéaux pour les gaz ionisés par densité de sondage
et de formation image, connu comme plasmas. Les lasers de rayon X sont un outil de
valeur inestimable pour étudier l'expansion des plasmas à haute densité, en
particulier plasmas laser produits, les rendant utiles pour les programmes de la
fusion et de la physique de Livermore. La recherche fondamentale à l'aide des lasers
de rayon X comme outil diagnostique peut enfin accorder les équations d'état d'une
variété de matériaux, y compris ceux utilisés dans Des armes nucléaires et à l'étude
par le programme d'intendance de réserve. Ces lasers ont également des demandes
de communauté de science des matériaux , à l'intérieur et en dehors du laboratoire,
en fournissant des informations détaillées sur la structure atomique de nouveaux et
existants matériaux.
Les notes Osterheld, des « plasmas ne se comportent pas bien. Pour vérifier les codes
Modelant pour des plasmas, nous avons besoin d'un bon nombre d'expériences. «
Avec une expérience toutes les trois ou quatre minutes sur le laser de table de rayon
X, de grandes quantités de données peuvent être produites rapidement. Le but de
l'équipe est de raffiner le processus et de réduire la taille et le coût de l'équipement
de sorte qu'un jour un laser de rayon X pourrait être un morceau courant
d'équipement dans des laboratoires de recherche en matière de physique des
plasmas. Réalisation du plasma stable de Lasing.
Dans des lasers de rayon X, une impulsion de lumière frappe une cible,
Dépouillant ses atomes des électrons pour former des ions et pompant l'énergie dans
les ions (« excitant » ou « les amplifiant »). Pendant que Chaque ion passionnant se
délabre de l'état d'énergie plus élevée, il émet un photon. Beaucoup de millions de
ces photons à la même longueur d'onde, amplifiés dans l'étape, créent le rayon laser
de rayon X. Le matériel fortement ionisé en lequel l'excitation se produit est un
plasma (qui ne devrait pas être confondu avec le plasma que le rayon laser de rayon
X plus tard est employé pour sonder).
Des lasers de rayon X sont spécifiquement conçus pour produire un plasma lasing
avec aussi haut une fraction des ions utilisables comme possible de maximiser la
stabilité et par conséquent l'énergie de rendement du laser. Si la cible est faite de
titane, qui a 22 électrons, le procédé d'ionisation décolle 12 électrons, partant de 10,
qui fait les ions comme un atome au néon dans la configuration d'électron. Le néon
comme des ions dans le plasma sont très stables, des ions de fermé coquille. Ils
maintiennent leur stabilité même lorsque confronté à temporel, spatial, et autre
change. Dunn, Osterheld, et Shlyaptsev ont également étudié des cibles de
palladium. Quand des atomes de palladium sont dépouillés de 18 électrons, leurs
ions deviennent comme un atome de nickel, qui est également fermé coquille et
écurie.
Les avances en sciences de la vie tiennent la grande promesse pour l'humanité. Il y a
également grand risque si ces mêmes avances sont Mises à l'utilisation hostile.
L'histoire prouve que les nouvelles avances scientifiques sont employées souvent
pour développer des armes ce qui doit être interdit.

Des armes biologiques et chimiques ont été longtemps considérées répugnantes et un


nombre de traités internationaux sont conçus pour empêcher d’empoisonner et pour
délibérer la diffusion de la maladie infectieuse. Ces traités ont lieu : le protocole 1925
de Genève (interdisant des gaz asphyxiants, toxiques ou autres d'utilisation et des
méthodes bactériologiques de guerre) ; la convention biologique de 1972 armes et la
convention chimique de 1993 armes. Dans la plupart des pays, les lois domestiques
reflètent ces traités. Cependant, la responsabilité de confirmer les normes légales et
morales n'est pas confinée aux gouvernements. Aucun acteur en sciences de la vie ne
peut prétendre maximiser l'avantage de son travail pour l'humanité sans également
agir dans l'appui des lois appropriées et prendre des mesures pour réduire au
minimum le risque d'abus de leur travail.

Si les mesures d'empêcher l'utilisation hostile des avances en sciences de la vie sont
de travailler, une culture de la responsabilité est nécessaire parmi différents
scientifiques de la vie. Ceci s'applique si ces scientifiques travaillent dans l'industrie,
milieu universitaire, santé, La défense ou dans les domaines relatifs tels que la
technologie et la technologie de l'information. Une telle culture de la responsabilité
est nécessaire également chez les établissements qui emploient des scientifiques et
placent la recherche en sciences de la vie au niveau des sciences humaines.

Ces principes de la pratique, si largement admis, feraient partie d'un cadre préventif
multidisciplinaire. Leur identification devrait maximiser les avantages de la
Recherche en sciences de vie et de sa demande d'humanité, tout en réduisant au
minimum le risque d'une utilité hostile des avances dans ce domaine. Les points
d'action correspondants essayent de lier les principes aux mesures pratiques.

Les principes de la pratique ont été développés par un processus consultatif avec des
experts en matière de sujets de science et de politique. Ils ne sont pas prévus pour
imposer pourtant plus de lois réglementaires à la science légitime. Ils fournissent un
cadre suggéré pour des discussions et les décisions qui les conçernent, par exemple,
recherchent, les propositions de recherches, le placement, la publication, contrats
d'emploi pour des scientifiques, des procédures de salubrité et de sûreté, pratique
professionnelle, des processus de pair revue et des programmes éducatifs.

La criminologie dans ce sens concernera les crimes contre l'humanité par


Transformation biologique et du transfert physiologique faits par l'arme magnétique
qui sert aux meurtres à la distance par destruction magnétique transcranial et
décomposera les êtres humains en organes humains et huiles vendus à différents
pays en à l'Europe et aux Etats-Unis en échange de drogues venant d'Asie vendue
aux EUROPE USA et autres pays.

FUTURE GUERRE FROIDE AU MAROC


De petites armes et armes légères sont définis en tant que qu'une ou deux personnes
peuvent porter, peuvent être montées sur un véhicule, ou être chargées sur un
animal. Cette classification s'étend des mitrailleuses aux missiles de stinger et inclut
les grenades et les mortiers à fusée propulsée. Les armes de guerre froide, rendues en
surplus ou désuètes par de nouveaux approvisionnements, sont devenues les
réserves prêtes pour les marchés légaux et illicites, disponibles pour l'achat ou
l'échange pour une variété de produits.
Les petites armes et les armes légères sont les armes de choix des parties faisant la
guerre aujourd'hui, soient ceux des armées de gouvernement, des forces rebelles ou
des terroristes, et aident à prolonger des conflits autour du globe, Les petites armes
sont également derrière persistant et souvent restant à la fin du conflit, et fournissent
les armements faciles pour n'importe quelle partie voulant relancer un conflit ou
l’engager avec un pays voisin. Même lorsque davantage de combat ne matérialise
pas, de petites armes peuvent être utilisés sous d'autres formes de violence
criminelle, de rupture des efforts de développement, ou d'interférence avec des
efforts de fournir l'aide humanitaire.

Les changements apportés vers la fin de la guerre froide concernant le conflit


mondial. Le conflit bipolaire qui avait consommé des affaires internationales plus de,
et l'ère poteau-Froide de guerre a vu de nouveaux genres de conflits, de beaucoup
d'ethnique ou religieux en nature et plus souvent entre États que d'un état à un autre.
Ces nouveaux conflits ne sont combattus avec des armes légères, pas les armes ou la
menace conventionnelle lourdes des armes représentant des armes de destruction de
massive pour la guerre froide.

GÉNOCIDE ET CRIME CONTRE L'HUMANITÉ


Génocide, crimes de guerre, et crimes contre l'humanité à Casablanca Maroc.
La recherche et la poursuite du génocide, des crimes de guerre, et des crimes contre
l'humanité :

Dans les caves de hay mohammadi et casa-anfa j'ai fait la recherche au sujet de
plusieurs crimes contre l'humanité par transformation biologique
faite par yacoubi et Othmani , en utilisant les armes et la radio, laser, émanation de
magnétisme, dont le plus odieux est l’objet d’un film réalisé par des cinéastes
marocains intitulé « ZEFT » voir notre dossier « les grands dossiers du Maroc «
partie(I),partie(II) et partie (III).

Je me réfère au secrétariat général en tant qu'extension de son rôle en fournissant la


coordination internationale et le soutiens pour des agences d'application de la loi
dans les pays membres et des organismes internationaux responsables de la
recherche et de la poursuite du génocide, des crimes de guerre, et des crimes contre
l'humanité ainsi nous devons dénoncer ces criminels.

Interpol avait soutenu les pays membres et le tribunal pénal international ad hoc
dans l'endroit et l'appréhension des criminels accusés de génocide, les crimes de
guerre, et les crimes contre l'humanité depuis 1994, principalement par la publication
des notices rouges et la fourniture de l'autre aide investigatrice. Cependant,
beaucoup de pays ont Récemment augmenté leurs activités dans ce domaine, et ont
établi les unités spécialisées consacrées à la recherche et à la poursuite de ces
offensives indépendamment d'où ils se sont produits.

Du 23 au 25 mars 2004, le secrétariat général a accueilli la première réunion d'experts


internationale sur des crimes de guerre, le génocide, et des crimes contre l'humanité à
Lyon, France. Quatre-vingt-treize délégués et observateurs de 39 pays et
d'organismes internationaux ont assisté à cette réunion. Au-dessus du cours de trois
jours, des présentations vues par délégués et participé aux discussions visées
identifiant les besoins des pays membres et des organismes internationaux avec une
vue vers améliorer la coordination et le partage d'informations. À la conclusion de la
réunion, une liste de recommandations était adopté nous proposent une liste spéciale
pour le Maroc au sujet des armes à disposition de subversion à Casablanca utilisé
contre l'état et contre le peuple.

Du 21 au 22 juillet 2004, dans la promotion de la recommandation No. 9 adopté lors


de la réunion d'experts, le secrétariat général a accueilli la première réunion de
groupe de travail sur le génocide, les crimes de guerre, et les crimes contre
l'humanité, à Lyon. Quatorze délégués de douze pays et de deux organismes
internationaux ont participé aux discussions et ont fait des recommandations au sujet
des manières de satisfaire les besoins identifiés lors de la réunion d'experts. Les
recommandations ont inclus la plus grande utilisation des bases de données
D’Interpol, la préparation d'un meilleur manuel de pratique, et l'identification des
points de contact dans les pays membres ainsi doivent inclure ces l'information à la
base de données au sujet du Maroc et particulièrement contre les personnes plus
dangereuses.

Le 7 octobre 2004, l'Assemblée générale a adopté le nombre AG-2004-PRES-17 de la


résolution qui a recommandé que, dans les limites du droit national et international,
les pays membres d'ICPO-Interpol devraient coopérer les uns avec les autres et avec
des organismes internationaux, des tribunaux criminels internationaux, et des
organisations non gouvernemental comme appropriées à un effort commun
d'empêcher le génocide, les crimes de guerre, et les crimes contre l'humanité, et pour
étudier et poursuivre ceux a suspecté de commettre ces crimes ; a demandé au
secrétariat général d'aider les pays membres dans la recherche et la poursuite de ces
crimes ; et demandé le secrétaire général pour porter la résolution actuelle à la
connaissance des autorités appropriées des Nations Unies et d'autres organismes
internationaux un cas spécial doit être appliqué au Maroc où ce genre de crime
devient notoire et des accusations fausses sont dirigées contre le roi par Othmani qui
agit pour ses propres affaires à l'aide de l'arme même contre l'état et le gouvernement
marocain car il est la personne la plus primitive de L’histoire humaine et est couvert
par les subversifs contre SAM le roi MOHAMED VI,
Les délégués de l'Assemblée générale ont également autorisé une entente pour être
signés avec l'Office du procureur de la cour criminelle internationale pour améliorer
la coopération entre les deux organismes en aidant le combat contre le crime
transnational et en confirmant la justice. L'accord permettra également l'accès
international de cours criminelles au réseau des transmissions d'Interpol et des bases
de données et une commande doivent être faites au Maroc avec le système de cour
marocain et Interpol doit informer le ministère de la justice au sujet de ce qui est se
produit dans les caves de hay mohammadi , à casa-anfa , délégations provinciales
formant des enclaves subversives contre le régime de Rabat et à partir desquelles les
manipulations politico-militaires et les coups d’Eta sont dirigés contre la monarchie .

Du 23 au 24 février 2005 le secrétariat général a accueilli la deuxième réunion de


groupe de travail sur le génocide, les crimes de guerre, et les crimes contre
l'humanité, à Lyon. Dix-huit délégués de treize pays et de trois organismes
internationaux ont participé. Le groupe de travail a continué son travail de la
première réunion en juillet 2004 au sujet de l'amélioration du partage d'informations
et la coordination des activités parmi les pays membres en ce qui concerne la
recherche et la poursuite du génocide, des crimes de guerre, et des crimes contre
l'humanité à Casablanca.
Du 14 au 16 juin 2005 ICPO-Interpol a accueilli la deuxième réunion Internationale
d'experts Sur le génocide, les crimes de guerre, et les crimes contre l'humanité. Le
but de cette 22eme réunion d'experts était de partager l'information au sujet des
activités des unités et les organismes se sont spécialisés dans ces types
d'investigations, pour discuter les manières dont les besoins de ces unités et
organismes Peuvent être accomplis, et pour augmenter la coopération des
Nombreuses applications de la loi, juridique, universitaire, et organisations non
gouvernementales impliquées dans ce domaine complexe ont contribué.

La conférence de trois jours a inclus des présentations programmes et politiques de


crimes de guerre sur divers pays des', la poursuite des criminels de guerre nazie et
au Maroc d’un groupe de compagnards qui commettent la charcuterie humaine en
faisant pleurer leurs victimes dans le malheur le plus cruel de l’humanité.
Autre que Les applications légales de la science, des droits de l'homme et la
coopération internationale. Il y avait également des discussions de panneau sur la
protection de témoin et le droit international et le rôle des organisations non
gouvernementales dans la recherche sur le génocide, les crimes de guerre et les
crimes contre l'humanité.

NOTIFICATION ALERTE ORANGE


Interpol a deux initiatives principales concernant les armes conventionnelles (des
armes à feu et des explosifs) : la notification orange et le système traçant électronique
d'armes d’Interpol.
La notification orange fournit un avertissement au sujet des armes quand il y a raison
de croire qu'elle aidera des fonctionnaires d'application et de sécurité de la loi à
identifier une menace qu'ils ne pourraient pas normalement détecter. Ceci implique
généralement des armes à feu, particulièrement les petites armes qui sont conçus
pour déguiser leur potentiel de menace.
L’arme électronique et l'arme électromagnétique constituent une partie de notices
oranges, et dans une manière de mettre a la portée des autorités marocaines, les
informations sur ce qui se passe à casablanca.
La notification orange couvre également des bombes et des informations
De colis sur des menaces radiologiques, chimiques et biologiques. Il se
Relie aux objets, pas les individus qui pourraient présenter des menaces. Les notices
orange sont disponibles à l'application de la loi et dans la plupart des cas, aux
fonctionnaires de sécurité aux organismes internationaux approuvés, Plus de 39
notices orange ont été publiées par Interpol à travers I-24/7.
Le premier but est de le faciliter pour des dirigeants d'application de la loi en tout
pays membres pour détecter les armes à feu qui se sont déplacées
internationalement. Le deuxième but est d'augmenter la population des bases de
données d'Interpol avec des données de rétablissement de trace d'arme à feu de
NCBs qui augmentera la capacité de l'organisation pour soutenir des Investigations
contre les trafiquants d’armes. En plus, Interpol projette d’ajouter des dispositifs à I-
24/7 qui augmentera la capacité des dirigeants d'application de la loi de lancer des
demandes réussies de trace d'arme à feu.
La base de données d'Interpol au sujet du Maroc doit être dans la réévaluation et le
recrutement plus spécial d'agent agissant directement avec Interpol de fournir
l'information pour la base de données et créant NCBs au sujet du secteur africain et
des pays d'Arabe en créant un afropol pendant qu'Europol et Interpol est nécessaire
pour couvrir la sécurité continentale.

CHAHIER GEOPOLITIQUE DU MAROC 1950-2009

Billet pour la France ou chemin de non retour.

Prélude
Voir le film marocain ZEFT
La délégation provençiale Hay mohammadi et le commissariat Brahim Roudani
Casablanca sous la domination d'anciens colons juifs sont contre la monarchie
marocaine et contre la république Française et contre ses intérêts cosmopolitiques
et métropolitains .
Les momies politico administratives et les instruments de propagande au semblant
dřautonomie qui leur sont fournis ne feront pas hésiter les consciences. Lřécriture de
lřhistoire sřaccomplit au grand malheur des marchands de « vérité » et leurs
commanditaires. Le bis repetita historique nřest que correction et la démarche nřest
quřanti-trust. A chacun sa fenêtre........

En effet des anciens colons juifs qui sont contre l'épanouissement de la francophonie
torturent les marocains universitaires qui s'expriment en langue française, torturent
les agents du service de renseignement et actuellement torturent un jeune docteur
en droit qu'ils ont pris pour le général Mohamed Harchi du service de Rabat après
que le nommé Othmani eût donné la liste des agents du général Ahmed Sefrioui à la
phalange sioniste de Raoul yacoubi pour les assassiner avec un matériel émanant
ondes radio, laser,magnétisme et doté de caméra numérique branché sur les
systèmes nerveux d'une tribu de barbares primitifs primates qui sont alliés à la
colonisation par les nommés Zemmrani mohamed, Zemmrani adnane, Hatab Ahmed,
Hatab souad,Nahari ,( notaires, avocats et juges à Casablanca) accusés de
manipulations politico-militaires contre le Generali Dlimi ;général ahmd sefrioui, aziz
ouazzani et le present quartier general des FAR Rabat , manipulations
commanditées par Othmani , Senhaji Abdelwahid et Senhaji Abdelaal accusés avec
quelques subversifs de la garde mobile d'avoir jadis tenter d'assassiner feu SAM le
roi Mohammed V en temps de colonisation et sont encore actifs sur le plan subversif
et criminel national et international.
Le nommé Senhaji Abdelaal et Abdelwahid accusés de haute trahison vis-à-vis de la
nation marocaine, torturent encore les résistants marocains et nous font vivre en
2009, le jour fatidique du 18 juin 1954, à Casablanca, à l'insu des services du
protectorat venus l'arrêter, que feu Zerktouni, dans un geste qui illustre le sacrifice
suprême, préféra se donner la mort que de se voir contraint sous la torture de
divulguer les secrets du mouvement et dénoncer ses compagnons de lutte. C'est par
ce devoir là que ce jeune homme, armé de sa foi en Dieu et mu par le sens de
l'honneur a accompli avec courage et détermination ce geste de bravoure. Il a rendu
l'âme dans l'honneur et la dignité juste après son arrivée au commissariat où encore
les victimes reliées par leurs systèmes nerveux à ces bourreaux bio-anthropoides
subissent l'intense torture par ces assoiffés de crânes fracassés et de veines
desséchées et a qui on fait transmettre par caméra numérique les hallucinations de
la Tour Eiffel et de l'autoroute du dernier voyage en leur accordant le visa pour l'au-
delà, une vraie scène des mémoires d'outre-tombe vécue dans les pays d'outre-mer.
Les anciens colons juifs et l'extrême gauche contre Rabat et Paris sont complices
dans lřassassinat de Mehdi Benbarka qu'ils voulaient coller à Rabat, c'est un groupe
de la SDECE et des truands français qui ont commis ce meurtre, à cet effet la
réunion des ministres des affaires étrangères Franco-marocaines avec l'ONU se sont
convaincus de la relation entre les anciens colons juifs et cette affaire et entre ces
derniers et les délégations provençiales Brahim Roudani et hay mohammed mêlées
aux affaires Omar Ben jelloun, maria benjeloun,Tabet et Slimani ŔAfoura et autres.
La même couverture : Trente-sept ans plus tard, Ahmed Boukhari, agent des
Services spéciaux marocains, raconte lřinterminable traque de Mehdi Ben Barka, le
célèbre opposant, sa capture et sa mort dans une villa de Fontenay-le-vicomte, avant
le sinistre retour au Maroc. Ahmed Boukhari révèle aussi la guerre de lřombre menée
par les services contre « la subversion », et leurs accointances avec la CIA et le
Mossad israélien. Il ne cache rien des tortures et des assassinats pratiqués dans les
lieux de détention secrets où tant de séquestrés ont disparu durant les années de
plomb. Auxquelles font place aujourdřhui les années de magnetisme du mossad et
collées à SAM le roi Hassan II dix après son décés et préparent leurs manipulations
politico-militaires contre la monarchie actuelle.
Pour la première fois, un policier marocain chargé de participer à la répression ouvre
ses dossiers et livre ses souvenirs. Avec lui, nous pénétrons au cœur dřune
effrayante machine à liquider les corps et à broyer les âmes, et à la machine « arme
scalaire » de Raoul yacoubi existant à la délégation provençale et au commissariat
hay mohammadi qui liquifie les corps humains en huiles et organes exportés vers la
suisse après leur assassinat par le nommé kharbouch, Alam Bouazza, meskaoui
khlifa. Patrick, Zâafarani et Mordakhai.
Concernant l'affaire Tabit, L'affaire bouge cette fois vers l'identification des vrais
auteurs du scandale qui a fait trembler le Maroc en 1993.
Ahmed Reda Guedira,conseiller de feu S.M le Roi Hassan II , est soupçonné d'être le
pêcheur qui a jeté l'hameçon à Tabit ,qui tenait des cassettes et documents le
concernant,tout en sachant que rachid Guedira dirigeait un vaste réseau de
prostitution au Maroc et dans les pays pétrodollar et même à Israël dans le milieu
judéo marocain surtout dans le célèbre Cabaret de King David Tel-Aviv ce qui établi
une relation entre Raoul yacoubi, Senhaji abdelaal, Senhaji abdelwahid, Nahari et
benarafa actuellement à la délégation provinçiale et au commissariat hay
mohammadi avec Othmani et Zemmtani abdeslam, zemmrani mohamed, zemmrani
adnane où ils s'adonnent au commerce jadis entamé avec eux par le commissaire
Tabit utilisant une caméra numérique pour films pornographiques projettés sur le
système nerveux de leurs victimes à distance simulant la famille royale qui les torture
et simulant des situations virtuelles jamais vécues par la famille royale et plusieurs
hommes dřEtat touchant à leur pudeur et à leur honneur pour préparer un complot
dřopinion national et international contre le regime cherifien.
Un conseiller du souverain est en charge du dossier.la réintégration des officiers de
police condamnés dans cette affaire est à l'ordre du jour. Mais la vérité reste toujours
ailleurs, enfin dans les tiroirs des RG de la préfecture de police de Casablanca-Anfa.
Selon nos sources confidentielles qui touchent un bon nombre de la jet-set de Rabat
le commissariat hay mohammadi est mêlé à cette affaire ainsi que la délégation
Brahim Roudani.

Dřautre part aux caves de hay mohammadi on torture encore les résistants
marocains en temps dřindependance 2009 qui sont fidéles à SAM le roi et encore la
misère intellectuelle de Rakouch, Bougataia, Hatab , Ghanou, et Bagaga sévit
malgré le temps. ………… !
Si le sionisme est une forme de colonisation existante au Maroc il est allié a Benarafa
et sa descendance et où le racisme aveugle a pousser ces criminels a utiliser l'arme
scalaire du groupe Biedelberg (www.syti/sillent/weapons.html) qualifiée d'arme
silencieuse pour guerre (haaarp, l'arme ultime.html) et armes scalaires
(membres.lycos.fr/frendelvel.) .
Le modus operandi du Mossad existe à Casablanca, le faux-alquaeda du mossad-
Gaza est transposé au Maroc (www.bladi.net/forum/1801-faux-alquaeda-mossad-
Gaza) et (www.solodarite et progres.org) et l'affaire Pierre Antoine richard en est la
preuve.
Voir l'article du journal Alquds paru en Angleterre sous le titre " Le Maroc fait ses
adieux à la démocratie".

Dřautre-part et retournons en arrière pour dire en géopolitique que si la libération de


lřEurope a apprit aux pays coloniaux à inscrire dans leurs politiques étrangères la
tolérance des humeurs indépendantistes de part et dřautres des régions impériales.
Les « indigènes » se sont organisés autour de cellules armées dans les maquis
ruraux et les espaces urbains, canalisés par une avant-garde intellectuelle lauréate
des écoles moyen-orientales ou locales pour les uns, et occidentales pour les autres.
Le cas du Maroc était complexe à la hauteur de la complexité sociopolitique du pays.
Un Royaume se voulant Empire, un cosmopolitisme tribal fécond, et des relations
internationales effectives depuis des siècles. Lřapproche coloniale sřest manifestée
par une méthode protectrice contrairement au VietNam ou à lřAlgérie, impliquant un
processus de décolonisation différent à la hauteur de la subtilité politique de lřEtat
chérifien.
En entrant dans la négociation avec la puissance coloniale, Lřaile politique du
Mouvement National a été piégée par la déportation de Feu Mohammed V à lřexil
corse et malgache, imposant ainsi aux compagnons de route de feu Allal El Fassi de
traiter principalement le retour du monarque, laissant pour seconde priorité les
conditions de lřindépendance abordant les structures de souveraineté et les
approches de coopération futures. De 1956 à 1961, le colonialisme nřest sorti que
pour mieux revenir, laissant le mouvement national connaître sa première divergence
fondamentale opposant les conservateurs aux progressistes, dřoù la création de la
gauche autour de la structure organisationnelle « UNFP ». Il aura fallu au second
régime de la période post coloniale moins dřune année pour entrer en conflit avec les
dépositaires de la cause socio populaire, légitimant lřattitude par la non préparation
structurelle du peuple aux aspirations proclamées par le conseil national des forces
populaires.
Un politburo éclairé acquiescant la légitimité scientifique nécessaire pour être
imposant dans lřenceinte Internationale, un syndicat héritier des structures de la CGT
française encadrant la majorité de la classe ouvrière, et une base immense adepte
du collectivisme productif et de la philosophie instinctive de la libération des couches
prolétaires, auront suffit à lřinquiétude pour passer à lřacte. Une répression sanglante
frappa le parti de Mehdi BenBarka au début des années 60. La pénalisation des
militants du parti, la mise au pas des organes de presse et de la centrale syndicale,
lřutilisation des méthodes de service faisant régner un climat de suspicion entre
leaders nationalistes et « la démission face à lřacquis » adoptée par le parti de
lřIstiqlal, ont plongé le pays dans un statut quo matériel aliénant lřessor tant attendu
du sacrifice fourni.
Le parti fera le choix de lřoption révolutionnaire qui est basée méthodiquement sur
lřesprit de continuité qui sèmerait les semences du cordon ombilicale entre le
Mouvement de Libération National et la nouvelle génération, et idéologiquement
dans une optique démocratique adepte de la souveraineté populaire autour dřune
monarchie parlementaire à lřinstar des revendications progressistes espagnoles,
pour pouvoir œuvrer en vue dřune transformation culturelle généralisée dont lřobjectif
nřest autre que dřaboutir aux aspirations sociétales inscrites dans les convictions
politiques des hommes dřépoque. Féodalisme médiéval encadrant une population
majoritairement analphabète et non qualifiée ont paradoxalement joué en faveur dřun
régime qui voulait maintenir les choses en état. Face à cette facilité politique, un
certain Docteur Youssef Belabbes, ministre de lřéducation nationale, a rédigé une
circulaire pour tous les « ayants droit », imposant un âge limite aux candidats au
baccalauréat dans un pays qui manquait foncièrement de cadres et dřintellectuels.
La situation ouvrière viendra alors se joindre à la grogne des étudiants pour
propulser lřémeute de 1965 à Casablanca, qui fut maté par Oufkir à tirs
dřhélicoptères. Les rumeurs parleraient de napalm. Lřétat dřexception fut proclamé au
dam du très courtisan docteur Elkhatib, président dřune assemblée nationale dont les
membres ne représentaient aucune légitimité populaire. La révolution du Roi et du
Peuple se verra tracer une ligne imaginale en plein diamètre de son contrat social.
Dans cette tension plutôt relevant du charismatique entre la gauche dřune part et
lřentourage dřautre part, Hassan II eut la sagesse dřentamer le dialogue avec ses
rivaux.
Mais Hassan II écouta la manipulation politique contre Benbarka traqué par les
colons pour son anticolonialisme en fait SAM Hassan II est innocent de l'assassinat
de Mehdi BenBarka qui nřest autre que son professeur de mathématique et
Abderrahim Bouabid demeure le jeune avocat lauréat de scienceř po, signataire du
manifeste de lřindépendance à lřage de 17 ans. Leurs compagnons sont membres de
lřarmée de libération nationale à lřinstar de Mohammed Basri et Mohammed Bensaid
Ait Idder, et leurs militants sont des intellectuels éclairés comme Omar Benjelloun,
lauréat de lřinstitut de télécommunication de Paris et publiciste diplômé de la
Sorbonne, et Mohammed ElYazghi, Enarque et juriste de haut niveau. La continuité
est ainsi personnifiée : Lřélite intellectuelle historique, les membres de lřArmée de
Libération Nationale et une nouvelle génération brillante. La raison prendra le dessus
en passant dřune attitude de crainte et de réaction à celle de respect et de dialogue.
Le Roi envoya son second à Paris afin de proposer à BenBarka de solutionner une
équation politique complexe que traversait le pays. Cřest alors que la médiation se
transformera en une opération connue sous le nom de « bouya bachir » -père de
bachir-, réputée dřavoir eu pour objectif de ramener manu militari le leader
Socialiste à cette villa de Fontenay le Vicomte. La figure emblématique du tiers
monde aura emporté son secret dans une sépulture qui ne voit toujours pas le jour.
Le parti des forces populaires rentre alors dans un silence clandestin et violent face à
lřincompréhension et à la conclusion facile. Les exilés du parti, notamment
Mohammed Basri alias lřFkih, adopteront une position radicale et existentielle face à
un régime quřon croyait adoptif de lřindifférence et auquel on attribuera des étiquettes
dřadversité. Le tanzim rentre alors en action. Des centaines dřétudiants, de résistants
et de cadres sont embrigadés pour montrer au monde que la gauche existe sans
soumission face au sous-développement imposé. La sagesse de Bouabid et de ceux
qui ont refusé les subventions internationales pour faire avancer le Maroc nřont pas
pu dissuader les portes drapeau du blanquisme manipulateur. Une crise
fondamentale envahira le parti de BenBarka. Le régime trouvera lřoccasion
inattendue de présenter ensemble, face aux tribunaux civils après un passage à la
tristement célèbre Dar ElMoqri, les cadres du tanzim et ceux du Parti en action
politique à lřintérieur du pays. Aussi bien Mohammed Elyazghi et Lahbib Forkani
quřAhmed Benjelloun et Said Bounailat figureront dans la liste des accusés
présentée par le « ministère public » lors du fameux procès de Marrakech. Lřauto
défense de Forkani et lřironie désespérée de Benjelloun émeut lřassistance venu
soutenir la gauche marocaine dans son calvaire tragique. Pierre Joxe, Michel Rocard
et François Mitterrand, ainsi que de nombreuses personnalités internationales,
étaient toutes présentes. Les ténors de la classe politique nationaliste ont entrepris le
ballet des toges noires en se constituant en comité de défense présidé par
Abderrahim Bouabid, accompagné de Mřhammed Boucetta et Abderrahmane
Benamrou ainsi que dřune centaine dřavocats en exercice. Cřétait le procès dřune
cause qui sřest transformé en réquisitoire contre un régime. Les vices de formes
furent aberrants allant piocher jusquřaux lectures des présumés coupables. Gorky,
Marx voire Céline relevait de lřintolérable. Du fin fond des geôles de la honte, les
détenus apprennent la première tentative de coup dřEtat croyant à chaque instant
quřils allaient passer à la mitrailleuse, surtout que le gardien en chef des prisonniers
politiques de la prison centrale de Kenitra nřest autre que le cousin dřOufkir. « Criez
fort !» leurs disait un gardien de bagne afin de leur éviter les supplices du caporal en
chef. Ces cris raisonnaient dans le surmoi du politburo.
Abderrahim Bouabid et Omar Benjelloun feront leurs auto-critiques en aiguillant
lřintitulé de la ligne idéologique du parti vers une adaptation plus proche de son
contenu, et « lřoption révolutionnaire » se transformera par souci de sémantique en
« option démocratique ». La continuité tant voulue par BenBarka se divisera
verticalement entre ceux qui ont défendu la méthode politique et intellectuelle, et
ceux qui ont voulu défendre la même démarche en adoptant la pression extérieure.
Malgré les tergiversations, la liaison entre les fractions était maintenue. Les sacrifices
méthodiquement différents ont irrigué la marche vers la démocratie. « Ils font de
lřartisanat politique (…) pourquoi ne viennent-ils pas militer à lřintérieur du pays ?»
sřinterrogeait Omar Benjelloun. Les intellectuels du Parti ne comprenaient pas
lřaventurisme spontané et presque non civil des exilés. Bouabid multipliera alors ses
voyages en destination de lřhexagone afin de convaincre les trésoriers du tanzim. Il
reviendra avec une conclusion affirmant les thèses de ses compagnons ayant choisi
comme lui de rester au Maroc : Abderrahmane ElYoussoufi manipulait la spontanéité
de Mohammed « Fkih » Basri puisé de son parcours résistant, permettant au
tangerois gentilhomme de sřimposer en alternative plausible aux yeux des
puissances européennes ainsi que dans le monde arabe. Entre temps, la seconde
tentative coordonnée par le général félon sera imaginée dans sa villa de Temara,
admirant un avion au vol qui laissait fumer ses réacteurs. Ce désespoir du vétéran de
lřindo chine viendra après quřil ait juré face à Abdallah Ibrahim et Allal Elfassi de
nřavoir point tué BenBarka, dans un ultime essai de redorer le blason de sa
conscience. Le pire est effectivement arrivé. Qasdi Merbah des services algériens
sommant Basri à dřamples explications, ce dernier se trouvera incapable de lui
répondre. Pareil pour la Libye, qui ordonna ensuite à son aviation dřaider le « conseil
de la révolution ». Lors de ce dimanche du 16 août 1972 (journée interdite de visites
dans les circulaires de la direction pénitentiaire du ministère de la justice pour ceux
qui lřoublieraient) Bouabid prévient Basri de « ne point se mêler aux révolutions de
palais », et que « se nřétait autre quřun canular militaire perpétré par les américains
qui voyaient en Hassan II de par son possible rapprochement de la gauche, la future
démarcation du Maroc par rapport à lřhégémonie américaine ». La brève analyse
dépassait intellectuellement le tandem Basrio-Youssfiste, suscitant après information
le sourire de Benjelloun. De la méfiance, la gauche attira de facto le respect de
Hassan II. Ceux que le régime a essayé de détruire se positionnent en chantres de la
non violence. Les détenus du procès de Marrakech bénéficieront de remises de
peine en gratitude politique à ceux auxquels le régime nřa pas daigné faire confiance.
Le climat devient alors propice à tous les excès pour les nouveaux sécuritocrates.
Mahmoud Bennouna, ingénieur lauréat de lřécole polytechnique de la RDA, choisira
alors le trois mars 1973 pour essayer de vérifier lřexactitude de la conviction du Fkih :
« le peuple est tellement humilié quřil suffirait dřune balle pour quřil se révolte ».
Lřenfant issu dřune famille bourgeoise et conservatrice de Rabat tombera dans le
champ dřhonneur à Moulay Bouazza à cause des manipulateurs et par utopie
révolutionnaire. Ernesto Guevara a eu le même sort et dans les mêmes conditions
étant lui aussi dřune famille aisée. Le comble de lřimmatérialisme est effectivement
incarné en ces deux hommes. Les services dřAhmed Dlimi et de Driss Basri se voient
légitimés afin řenchaîner les coups bas. La liste des opérations est longue et celle
des victimes exige lřinclinaison. Lřintimidation ne pouvant gangrener le déterminisme
des chefs de file et des militants du progressisme démocratique, lřUNFP entrera en
phase de rupture avec les tenants de lřinspiration violente en gage de bonne foi pour
imposer politiquement leur projet civilisationnel. Lřintégrité territoriale redevient à
lřordre du jour par le canal de nos provinces du sud établissant un consensus
national autour de la question, suscitant une grande déception de ceux qui ont voulu
servir la cour par lřinconditionnalité puérile voire la poésie. Comble de lřignorance,
ceux quřon appelle porte-parole des partis administratifs nřont pu une seule nuit
penser que dès le déclenchement des tractations entre parties de notre contrat
social, la cour savait depuis toujours où résidait la légitimité nationale. De la
médiation diplomatique de Bouabid à lřimplication de Benjelloun dans la
sensibilisation de lřopinion Internationale, le Maroc a pu obtenir en sa faveur lřavis
consultatif de la CIJ par la brillante défense de Mohammed Bennouna, lřactuel
représentant du Maroc aux Nations Unies. La gauche se retrouve encore une fois à
lřavant-garde de « la cause Maroc ». LřUSFP sera alors fondée lors du congrès
extraordinaire de 1975, basé idéologiquement sur « lřoption démocratique » dřOmar
Benjelloun et Abderrahim Bouabid, signant lřarrêt clinique de son ancêtre lřUNFP.
Encore une fois le régime se voit dans la nécessité de véhiculer une propagande
anti-socialiste. Pour le Méchouar la cause se devait dřêtre sienne. La confiance
nřétait pas au point pour permettre le partage de la propriété intellectuelle. Les signes
de respect se multipliaient mais la confiance tardait à sřétablir. Le CAB1 en crise
existentielle multipliait les manœuvres. Chantages et corruption commencent à
infiltrer les militants, récupérations absurdes et intox essayeront dřentraver les
œuvres politiques de la gauche jusqu'à ce quřau milieu des revers tendus, un coup
droit efficace viendra gêner la gauche jusquřà nos jours, celui de lřislamisme
politique. Il sera dřabord instrumentalisé pour lřassassinat dřOmar Benjelloun le 18
décembre 1975 pour quřil poursuive le progressisme jusquřà sa légitimité originelle
en ce début du 21ième siècle. Cet assassinat a suscité la déception politique par
rapport à ce capital respect tant voulu par les charismes, qui dans la déstabilisation
et lřincompréhension encore une fois, a permit aux héritiers de la manœuvre policière
dřenfoncer le couteau dans la plaie allant jusquřà incarcérer la direction du parti en
1981 pour avoir rejeté lřoption du referendum quant à la marocanité du Sahara, en
les personnes de Abderrahim Bouabid et Mohammed ElYazghi. La position des
militants et de certains cadres en soutien à leurs compagnons a provoqué une
répression féroce au Maroc comme en France, où les sbires du régime se sont
impliqués dans des rapts à lřintérieur du pays notamment celui dřAhmed Benjelloun,
et une répression à lřencontre des étudiants Ittihadi par les services du même
Docteur Youssef Belabbes devenu Ambassadeur à Paris. Dire que Abderrahim
Bouabid fut le premier Ambassadeur du Maroc en France…pauvre Maroc !
La fin de siècle dénotera dřun tout autre rapport à lřégard de ce mouvement qui a
commencé par être craint puis respecté dans la méfiance. On lui confiera lřalternance
toujours dans la suspicion, accompagnant son essai dřyeux dont la logique fut
pourtant défendue tout au long de ce processus militant inscrit dans le sacrifice de
vies entières. La gauche lui sera alors opposée une presse se voulant indépendante
nřayant pour seule ligne éditoriale que de sřattaquer aux valeureux patriotes de ce
pays. Malheureusement pour les financiers journalistes, les fondements et
lřexactitude des faits sont vérifiables de par lřHistoire. Au nom de la mémoire cette
dernière est déformée, réduite voire falsifiée. Lřencre qui a coulé depuis lřinstallation
du chromosome démocratique a entaché lřesprit militant, induisant le public dans
lřerreur du qualificatif facile. A en reprendre, la base serait lésée et par cela
opportuniste, les élites seraient de sombres comploteurs assoiffés de pouvoir et les
cadres militants des loups parmi leurs semblables. Comble de lřingratitude,
actuellement un cadre de ce mouvement serait accusé dřanomalie biologique, lřautre
de corrompu et ainsi de suite. Cela va sans dire que nous devrions, à en croire la
plume juvénile et mercenaire, conclure que le sourire de Ben jelloun serait complot,
lřattitude de Bouabid serait conspiration et lřignorance du Fkih implication. Le
bénéfice du doute tant accordé aux apprentis rédacteurs nřa fait que leur permettre
de diminuer les invendus, en traînant dans la boue et livrer à la meute des chiens par
haine inspirée de je ne sais quelle éducation, ceux qui ont pu intégrer le Maroc dans
lřuniversel. La seule réalité qui jaillit de ces officines intellectuelles présentées au
peuple comme source de vérité, cřest que « la cause Maroc » devient de nos
jours…« le produit Maroc ». Lřenvironnement démocratique voulu dřen haut en
hommage aux sacrifices dřen bas nřa que lřunique objectif de sřinscrire dans le
constructif.
Actuellement le progressisme réside dans lřâme de toutes les composantes de cette
gauche que lřon accable, respectée elle était…et domestiquée ne le fut jamais et
caricaturiste par le comportement de l"extrême gauche qui torture à la délégation
provençiale à hay mohammadi et casa-anfa et qui repete qu'elle est l'opposition de
l'USFP.....!
Ce qui donne cette caricature est l'extrême gauche délinquante et psychopathe de la
délégation provençiale et le commissariat hay mohammadi , refuge de la phalange
sioniste criminelle .
Voir film marocain Zeft (torture d'un agent du service ayant découvert un coup d'Etat
préparer par Othmani et Zemmrani qui fait répéter à ses victimes le mot "Zefata", titre
du film marocain refletant les hallucinations audio-visuelles quřon transmet aux
victimes sous la torture).
Ces dangereux criminels se trouvent à la délégation provençiale hay mohammadi et
Nrahim roudani et ne sont pas encore découverts par les autorités marocaines
malgré lřassassinat de plusieurs hommes dřEtat morts dans des situations allant de
la crise cardiaque provoquée à distance jusquřà lřaccident prémedité de la
circulation..

Résidu maréchal lyeauty :


Le maréchal Lyautey, monarchiste français convaincu - (ainsi que les "colons" qui ne
peuvent pas exercer l´esclavagisme en France) ont perdu, à cause de la révolution
française et de ses principes - tout espoir d´installer une tyrannie ou un pouvoir
monarchique en France, ont trouvé au Maroc le champ idéal pour exercer leur
domination esclavagiste en s'alliant à une tribu de barbares analphabètes complexés
au plus haut stade que ce soit vis-à-vis de la civilisation arabe que par rapport aux
colons français et même aux juifs marocains, ainsi ils se sont accaparé des locaux
de la délégation hay mohammadi où ils massacrent les résistants même en temps
d'indépendance violant par là les protocoles internationaux d'indépendance et d'auto-
détérmination par un psychopathe haut traître de l'ancienne colonie .
D'autre part la question n´est pas dans le nom du régime. Il y a aussi des républiques
dictatoriales! Encore, une fois, je répète: l´essentiel n´est pas "qui gouverne le
Maroc", mais "comment le Maroc est gouverné"! Le système féodal de certains
fonctionnaires qui ont perpétué anachroniquement, par le fait de la corruption
généralisée du système de gouvernement. L´ennemi et le danger n´est pas une
personne ou le nom de régime mais des subversifs servant les intérêts étrangers et
qui se cachent derrière le voile de l'administration de certaines délégations proviçiale.

En marge de la déclaration de abdelkrim khatibi :


Abdelkrim El Khatib fait de nouveau parler de lui. Dans un récent entretien à
lřhebdomadaire « Al Jarida Al Oukhra », il accuse Ben Barka dřavoir commandité
plusieurs assassinats de résistants marocains ce qui est faux car benbarka était anti-
colonialiste et fût assassiner par la SDECEE et par des truands Français
commandité par des anciens colons juifs se trouvant à la délégation provençiale
Casablanca autres..........

Abdelkrim El Khatib sřinvite de nouveau sous les feux de lřactualité. Dans un


entretien à lřhebdomadaire arabophone «Al Jarida Al Oukhra», lřex-patron du PJD
tient des accusations dřune extrême gravité contre Mehdi Ben Barka, lřune des
figures les plus emblématiques du Maroc dřaprès lřIndépendance érigée en symbole
par lřUSFP et dont on vient de célébrer le quarantième anniversaire de sa disparition.
Ceci est faux l'extrême gauche est accusée de ce crime contre Benbarka car le
problème était celui de la succession à la présidence du parti convoitée par les
ennemis de benbarka et du roi lui même.
Dans cet entretien, M. El Khatib accuse Mehdi Ben Barka dřavoir été derrière les
assassinats de résistants marocains juste après lřIndépendance à travers des milices
que ce dernier Aurait lui-même dirigées. «Ben Barka a demandé à Mohamed
Belahcen (résistant) dřassassiner Brahim Roudani (syndicaliste et militant). Il mřa
demandé personnellement dřordonner lřassassinat de Fatmi Benslimane, président
du gouvernement après Aix-Les-Bains.», répond El Khatib qui persiste et signe dans
lřentretien accordé à ALM (voir ci-contre).ceci est faux fatmi a été tué par la
résistance et était un vendu collaborateur du colonialisme de derd sultan.
Pour ce dernier, Mehdi Ben Barka aurait voulu, coûte que coûte, éviter que Fatmi
Benslimane accède au gouvernement, lřun des premiers exécutifs du Maroc
indépendant. El Khatib, interrogé sur le fait de savoir sřil a eu des inimitiés avec
Mehdi Ben Barka, affirme quřil a connu ce dernier à Rabat en 1936 et que Ben Barka
voulait sřaccaparer le pouvoir et y travaillait usant de tous les moyens, licites et
illicites. «Ben Berka cherchait à renverser le régime de Hassan II», martèle le père
spirituel du PJD qui affirme dřailleurs que des témoins sont toujours en vie et qui
pourraient attester de la véracité de ses dires. Il cite, entre autres résistants toujours
en vie, Abdelkader Belahcen et Mokhtar Zerfaï. Il y a quelques jours, Abdelkrim El
Khatib faisait lire une Intervention écrite devant une réunion de lřUnion des
mouvances populaires (UMP) où il déclarait que lřon ne devait pas faire de Ben
Barka une « idole ». Des propos similaires avaient été tenus par Mahjoubi Aherdane
critiquant sévèrement les pratiques du parti de lřIstiqlal juste après lřIndépendance.ce
qui précède est entièrement inversé, c'est un coup monté contre Mehdi benbarka
pour mettre SAM le roi contre lui, plusieurs coups similaires ont été monté de la
même manière par les ennemis même du roi contre ceux qui sont pour le roi en les
déclarant être contre. Les deux hommes ont dřailleurs cela de commun quřils ont été
parmi les premiers à avoir critiqué la mise en place de lřIER par Sa Majesté le Roi
Mohammed VI.
Contacté par ALAM, Abbas El Fassi, secrétaire général du PI (parti de Mehdi Ben
Barka avant la scission), nřa pas souhaité faire de commentaire. «Je me refuse à tout
commentaire concernant les propos du Dr. El Khatib, mais je dis cřest aux historiens
que doit revenir la parole pour trancher. », affirme Abbas El Fassi. Un autre leader de
lřIstiqlal, qui a requis lřanonymat, déclare quřil ne faut pas prêter attention aux
déclarations du Dr. El Khatib qui «appartient à une autre génération» et quřil vaudrait
mieux vivre le présent et songer aux vrais enjeux du Maroc dřaujourdřhui.
Jusquřà lřécriture de ces lignes, lřUSFP, parti dont les militants qualifient Ben Barka
de « Aâriss Achouhadaře» («Prince des martyrs»), ne sřest pas exprimé
officiellement en réaction aux propos de Abdelkrim El Khatib. La presse USFP non
plus.
Abdelhamid Jmahri, journaliste et membre du Conseil national ayant dédié plusieurs
écrits à Mehdi Ben Barka
Et Omar Ben jelloun, lie les déclarations du Dr. El Khatib aux derniers
développements que connaît le travail de lřIER. «Pour moi, chaque fois que lřon
sřapproche de la vérité et que lřIer est à la veille dřune annonce capitale, on retrouve
El Khatib au tournant. Il avait traité les victimes des violations des droits de lřHomme
de «voyous» et là, il persiste et signe en sřattaquant à lřIstiqlal et à lřUSFP». Pour
Jmahri, «il est de notoriété publique que Abdelkrim El Khatib déteste Mehdi Ben
Barka et les nationalistes, mais il est possible quřil considère quřil a ou aura des
comptes à rendre dřoù cette fuite en avant». Le chercheur socialiste fait allusion à la
présumée implication dřEl Khatib dans lřassassinat de Omar Benjelloun vu quřil a été
nommément cité pour une réunion « préparatoire » quřaurait abritée sa ferme en
présence dřéléments de la Chabiba, il est a remarquer que l'assassinat de Omar
benjelloun selon une source confidentielle est un crime prémédité par le nommé
Senhaji abdelaal ennemi N° 1 de SAM le roi hassan II et qui se trouve à la délégation
provençiale muni cette fois d'une arme scalaire fournie par Raoul yacoubi du
almossad avec laquelle il prépare un coup d'Etat contre SAM le roi Mohammed VI,
voir l'article " le Maroc fait ses adieux à la démocratie" du journal Alquds paru en
Angleterre.
Islamiya. «El Khatib, plus royaliste que le Roi, doit être avec le Roi. A la place, il
minimise, sinon sape le travail de S.M. Mohammed VI», conclut Abdelhamid Jmahri
fausse conclusion SAM le roi est capable de discernement et dans cette affaire il se
réfère aux conclusions de la eunion ministérielle conjointe des affaires étrangères
maroco-Française où la lumière sur cette affaire apparaît avec un nouveau
personnage sur la scène et qui est Boukhari, fréquentant la délégation provençiale
où se trouvent Senhaji, Zemmrani et le très dangereux Othmani avec Raoul yacoubi
et les anciens colons juifs.
Les propos de lřex-patron du PJD arrivent au moment où lřIER est à quelques jours,
sinon heures, de la fin de son mandat et dont le rapport est très attendu par lřUSFP.
Mais aussi au moment où le juge français Patrick Ramaël de trouve au Maroc pour
lřexécution de la cinquième Commission rogatoire dans lřaffaire Ben Barka. Ce qui
fait beaucoup de coïncidences à la fois, à ce propos il faut signaler les fondements
dans les conclusions de la fondation Degaulle.
Après la réunion des ministres des affaires étrangères franco-marocains et l'ONU il
s'est avéré que le lien du nommé Boukhari avec la délégation provençiale de
Casablanca où se trouvent des anciens colons juifs et de SDECEE et l'extrême
gauche marocaine collaboratrice avec les colons tous mêlés à une tentative contre
feu SAM le roi Mohammed V ainsi qu'à plusieurs attentats contre SAM le roi Hassan
II et non revendiqués se trouvent impliqués dans les affaires Benbarka, Omar
benjeloun, Tabet et afoura et à chaque fois tentent d'égarer l'opinion en voulant
faussement accuser Rabat,

Colonisation et dates célèbres :


Colonisation et dates célèbres et les criminels Othmani, Zemmrani et Senhaji,
accusés de haute trahison sont les ennemis de l'Istiqlal......! Torturent encore les
résistants marocains en 2007 en leur demandant pourquoi SAM le roi Mohammed V
a fait triompher l'indépendance ? Et ont même tenter à sa vie.
Othmani et Senhaji prétendent qu'ils vivaient mieux avec michou, Rakouch, Bagaga,
Bougoutaia et les autres......................! Maintenus aujourdřhui par eux .
Le grand génie de SAM le roi Hassan II, le bâtisseur de la grande et glorieuse
marche verte, et de l'histoire marquée à jamais de cet événement. A disparu comme
son auguste père de la nation marocaine. Aurait entendu cette affaire du nommé
Othmani qui est contre la marche verte et contre l'intégrité territoriale.
Cřest l'histoire synthétique à laquelle, l'histoire analytique doit aboutir comme à son
sommet, puisqu'elle ordonne comme à sa raison d'être de nous relever ce qui suit.
Pouvoir créer l'histoire, n'est que le produit des grandes intelligences comme celle du
roi, qui rapporte dans un discours que s'il n'était pas roi il aurait aimer étudie l'histoire
mais le métier de roi l'obligeait à étudier le droit.
Cet esprit aliéné tant sur le plan mental que politique est le plus psychopathe que la
race humaine est produit sur le plan génétique.
Ces criminels sont mêlés au boycotte tant revendiqué que non revendiqué des
événements suivants :
11 janvier 1944
Réunion anfa 1943 1946
Invasion américaine 1942
allal al fassi 1910-1974
Hassan ouazani 1910-1973
Discours de tanger 1947
Exil 20 août 1953 récupération IFNI 30 juillet 1969 En 1906, la conférence
dřAlgésiras puis le coup dřAgadir (1911) sonnèrent la fin de lřindépendance.
LřAngleterre Ŕ en vertu de son entente cordiale de 1904 avec la France Ŕ et
lřAllemagne Ŕ qui avait obtenu des territoires en Afrique équatoriale Ŕ ne
sřopposèrent finalement pas à la mainmise franco-espagnole sur le Maroc. Des
Protectorats français et espagnol furent donc instaurés dès 1912. LřEspagne obtint le
nord du Maroc, la France conservant la majorité du territoire. Le Français Hubert
Lyautey reçut le titre de Résident général. Lui seul pouvait décider des lois et
représenter le Maroc sur la scène internationale. Il commandait en outre lřarmée et
dirigeait lřadministration. Lyautey entreprit la modernisation du Maroc : il réforma les
institutions politiques et établit une organisation judiciaire semblable à celle de
France. Il fit aussi développer les voies de communication (routes, chemins de fer,
ports…) ainsi que lřéconomie. Lřexploitation du sol marocain et des mines permirent
le développement de nombreuses industries. Le Protectorat dura jusquřen 1956,
lorsque le Maroc retrouva son indépendance.

Barbarisme ou néo-colonialisme en 2008-07-01


Le néo-colonialisme ou la neo-barbarisme ?
Avant que les Français n'eussent brisé le mouvement de résistance des campagnes
et des villes, l'idée d'un Maroc indépendant était déjà très populaire parmi les
intellectuels des villes. Au début des années cinquante, les autorités françaises
d'occupation n'étaient plus en mesure d'étouffer efficacement ce rêve de liberté,
malgré un recours assidu aux moyens de répression éprouvés que sont la prison,
l'exil et la censure de la presse. Le bannissement du Sultan Mohamed V, accusé de
jouir du soutien des nationalistes, constitua une ultime tentative désespérée de
reprendre le contrôle du pays. Cette mesure engendra des protestations massives et
Entraîna une série d'attentats terroristes aussi bien dans les villes que dans les
campagnes - il existait deux petits mouvements clandestins. Le parti de
l'indépendance Istiqlal, contrôlé par des forces «bourgeoises», tentait de canaliser la
vague nationale. Il réclamait l'indépendance, mais «assortie du maintien de relations
étroites avec la métropole», Paris. Le parti exigeait de surcroît l'introduction de la
démocratie si, en même temps, le sultan remontait sur le trône et a faillit être
assassiner .
Après deux ans de protestations croissantes, les Français inaugurèrent inopinément
une nouvelle tactique, et le Maroc devint formellement indépendant sous la direction
du palais. La France était alors soumise à une très forte pression en raison d'une
série de guerres d'indépendance qui avaient éclaté dans diverses parties de son
empire. La guerre d'Indochine avait démoralisé l'armée française. 1954 avait vu la
chute de Dien Bien Phu, alors que les mouvements nationaux du Maroc, de Tunisie
et surtout d'Algérie intensifiaient leurs activités.
Quelques mois plus tard, l'UNFP était abattue à son tour. Ses journaux furent
interdits, beaucoup de ses fonctionnaires furent mis sous les verrous, et Ben Barka,
qui se trouvait alors à l'étranger, fut empêché de rentrer au Maroc, accusé qu'il était
d'avoir participé à une conjuration contre le prince héritier Hassan. Ben Barka avait
été le professeur de mathématiques d'Hassan. Il avait considérablement contribué à
donner à la monarchie un semblant de légitimité en proposant, alors qu'il était porte-
parole de la première «Assemblée consultative» du pays - sorte de pseudo
parlement sans compétences effectives -, que Mohamed V désignât le prince
Hassan comme prince héritier, alors que le Maroc n'avait jamais été une monarchie
héréditaire ! En 1960, le roi procédait à la dissolution du gouvernement et s'attribuait
le poste de chef du gouvernement.Benbarka fut assassiné pour son anticolonialisme
par les anciens colons juifs de Casablanca et les truands de SDECE en France et
non par SAM le roi Hassan II.
Les ennemis du patriotisme et de la libération, cantonnés dans les rouages de
lřadministration du makhzen, poursuivront leurs machinations visant à provoquer la
chute du gouvernement Ibrahim. Ils nřhésiteront pas, pour accomplir leurs sombres
desseins, à mentir au roi Mohamed V, usant même de méthodes remontant aux
temps révolus -méthodes dont ils avaient le secret- et de stratagèmes aussi vils que
méprisables. Ils étaient semblables en cela aux suppôts du colonialisme, aux
profiteurs, aux rancuniers et autres paranoïaques bien connus de tous dont certains
ne sont plus de ce monde, et dont dřautres attendent encore leur heure. Exerçant sur
le Prince héritier de telles pressions que ce dernier se sentira comme mis dans une
véritable cage (expression quřil emploiera dřailleurs plus tard, en sřentretenant avec
des leaders de lřUNFP), ils verront enfin leurs démarches aboutir quand le roi
déclarera, le 24 mai 1960, sa décision de prendre la tête du gouvernement, en
chargeant le Prince héritier de lřexercice de ses fonctions gouvernementales.
Dans les conditions que nous venons de décrire, une autre réaction se fera
indépendamment un chemin : celle qui durant les années 1962-1963 occupera tous
les esprits sous le nom de son instigateur, le dénommé Ahmed Agouliz, alias Cheikh
al-Arab. Ancien Résistant, lřhomme avait été emprisonné à la première année de
Lřindépendance pour avoir exécuté lřofficier de police qui avait tiré sur Allal Ben
Abdallah quand celui-ci avait exécuté son attentat contre le roi fantoche Benarafa.
Membre de la police française, cet officier avait pu se maintenir en poste à
lřavènement de lřindépendance. Muté à Agadir, il était tombé sur Cheikh al-Arab qui,
le reconnaissant pour avoir lui-même vécu à Rabat avant lřindépendance, nřavait pas
hésité à lui tirer dessus, le tuant. Il faut dire que lřannée 1956 avait connu nombre de
liquidations de ce genre -liquidations des anciens collaborateurs de lřadministration
coloniale, mais aussi règlements de comptes entre Résistants.
En conclusion une critique venant à faire remarquer à l'oeuvre de Fathallah oualaou
que le tiers monde et la quatrième phase de domination oublie le résidu du
colonialisme aux carrières centrales et la misère inétéllectuels

Les relations Maroc-Isreal


Si Les relations entre le Maroc et Israël ont toujours été marquées par le sceau de la
confidentialité, comme s'il s'agissait de liaisons inavouables, politiquement
incorrectes, voir potentiellement dangereuses. Pourtant, d'une manière ou d'une
autre, ces relations n'ont jamais réellement cessé. Entre Rabat et Tel Aviv, il y a
toujours eu un canal plus ou moins discret de maintien d'une communication a
minima. Une toute récente prise de langue diplomatique n'a pas dérogé à la règle,
seulement le côté du Mossad installé sur le territoire national a d'autres plans de
destruction de la nation marocaine.

Le mercredi 4 juillet 2007, une délégation comprenant Mohamed Benaïssa, ministre


des Affaires étrangères et de la Coopération; Taïeb Fassi Fihri, ministre délégué au
même département, et Yacine Mansouri, directeur général des Études et de la
Documentation, rencontrait à Paris, la ministre israélienne des Relations extérieures,
Tzipi Livni. Au Maroc, les réactions ont varié entre Ŗle motus et bouche cousueŗ à
l'égard d'une diplomatie ouverte qui ne veut pas dire son nom et Ŗle bruit et
chuchotementsŗ d'une vague indignation principielle du bout des lèvres, ils auraient
pu discuter de ce qui se passe à la délégation provençiale hay mohammadi et casa-
anfa devenues stations subversives occupées par la phalange et par un groupe de
déssidents politiques de l'extrême gauche contre le régime de rabat.

Les juifs à Casablanca :


La dénonciation de l'affaire juive .
Pour notre sujet, il n'existe aucune liberté de pensée : si on analyse les fondements
du sionisme et qu'on remet en question son idéologie comme sa domination sur
Rabat, on viole un tabou établi. On a fait quelque chose d'indécent, de criminel
même. On n'est plus alors invité à des séminaires de réflexion politique mais bien
invité à comparaître devant le tribunal de l'Etat pour crimes contre l'humanité,
constitution d'organisation criminelle, subversion politique, corruption administrative ,
trafique de drogue, trafiques d'organes humains et autres violations de droits.
La critique légalement admise dans chaque démocratie pour un adversaire politique
devient ici quelque chose d'infamant, de méchant et pratiquement, de criminel.
Paradoxalement, on est accusé de trahir la démocratie, on s'est dressé contre cette
démocratie qu'on veut cependant exercer en paroles et en actes, pour le cas du
Maroc l'action destructive du Mossad sur instruction d'un plan venant de Amos yadlin
pévoit des attentats contre SAM le roi.
Le sionisme est en fait un phénomène anti-démocratique autant dans sa théorie que
dans sa pratique : il est extrêmement chauvin, raciste et exerce une pure violence
contre un autre peuple, ainsi il occupe la Palestine au nom de la sécurité du peuple
juif et oppresse la population qui y est depuis longtemps établie et au Maroc détruit
l'Etat arabe où une communauté veut s'accaparer le pouvoir pour créer une
république confédérée financée par l'argent détourné des fonds de l'Etat par Reda
Guedira laissé aux mains de rachid Guedira et jeff qui ont finançer l'achat d'une arme
scalaire pour assassiner le peuple, l'Etat et le roi, grave trahison.
On se croit revenu plusieurs siècles en arrière à l'époque des croisades ou des
grandes guerres de religion lorsque, non seulement des personnes innombrables,
mais aussi des peuples entiers étaient emplis de fanatisme religieux et voyaient dans
chaque " incroyant ", " hérétique " ou " papiste ", une incarnation de Satan qu'il fallait
exterminer sans pitié soit en le convertissant par la torture à la " vraie foi " soit en lui
coupant simplement la tête, Raoul yacoubi a créer l'antichrist sorte d'homme
dinosaure télécommandé par ordinateur et téléguidé par caméra numérique
dégénérant ses victime à la moindre prononciation du coran ou du nom de saint
Jésus christ, c'est la bête 666 dans les fonds de Casablanca dans le ciel duquel les
anges ne volent plus à cause des rayons laser et magnétisme remplissant l'espace
de la ville.l'insécurité règne à Casablanca la sûreté nationale et le service de
renseignement marocain ignore ces meurtres..
En vérité une telle mise au point ne doit-elle pas s'allier à une vision politique claire,
nécessaire pour trouver des solutions constructives au conflit palestinien ? Et
comment tout ceci s'accorde-t-il en particulier, avec la liberté de pensée
démocratique et avec le principe de la dignité humaine qu'on estime tellement
comme contrepoids aux conceptions totalitaires et au plat du conformisme
Ce que les écrivains israélites éprouvent et pensent possède toujours une
importance exceptionnelle. On accorde la plus grande attention à tout ce qu'ils disent
de leurs souffrances psychologiques et sur l'âme d'Israël car l'âme d'Israël n'est-elle
pas enfin de compte l'âme de toute l'humanité ?
L'Etat d'Israël fut reconnu par l'ONU sans tenir compte de l'avis des Palestiniens et
en méprisant toutes les protestations qui se firent entendre du côté arabe. Pourtant,
l'ONU ne possédait en aucune manière le droit de donner à un autre peuple, un pays
ou une partie de pays possédant déjà une population. De toute évidence, l'ONU a
outre passé ses compétences lorsque ses états membres, sous la pression
américaine, reconnurent l'Etat juif d'Israël par un scrutin (se terminant d'ailleurs par
un score très serré). Plus tard, les Nations Unies dénonceraient d'ailleurs le sionisme
comme une forme de racisme !
Eh bien en voici ! L'écrivain très apprécié, Ahad Ha'am, écrit :
" Nous reconnaissons aussi que le but de chaque existence est de devenir un
surhomme. Cela est une des caractéristiques essentielle et éminente d'une nation
supérieure. Une telle nation possède un droit à l'existence. Son caractère intellectuel
la rend apte à vivre et plus puissante que les autres nations. " (Sources de la Pensée
Juive Contemporaine, Jérusalem, 1970, p. 49 ).
Une communauté nationale. Aussi, une critique à son encontre, si forte soit elle, ne
peut en aucune façon être Le sionisme est une espèce de mafia ou de franc-
maçonnerie militante et conspiratrice puisqu'il tente
Dřorganiser la population juive partout dans le monde au service d'une puissance
étrangère. Ces activités sont exercées en coulisse et ne font jamais l'objet de
discussions publiques. Les critiques à ce sujet sont interdites par les sionistes et
elles sont réfutées avec le vocable liberticide habituel d'antisémitisme.
Considérée comme une expression de haine envers une communauté de peuple.
Or logiquement, le sionisme est raciste puisque en son nom la Palestine est occupée
par lui et le Maroc est menacé, elle raconte qu'elle est affublée du nom d'Israël, afin
que s'accomplisse la promesse que Yahvé a faite à son peuple suivant l'Ancien
Testament. N'a-t-il pas donné à son peuple l'ordre de chasser ou d'exterminer les
occupants de ce pays qui porte le nom de Canaan ? Ce qui est faux car le sionisme
est contraire à la religion judaique.et quand Neitzshe et Gobineau

Les événements du 16 mai 2007


pour les événements du 16 mai 2003, force est de faire ce rapport pour ce qui est de
l’appareil sécuritaire : il n’était pas au niveau opérationnel requis pour lutter contre
le terrorisme islamiste, qui n'est qu'un masque utilisé par le faux alquaeda du
Mossad, C’est qu’en effet le champ d’action, ou le paradigme si l’on préfère, était
surtout axé sur deux grands dossiers : les activités et les actions menées par les partis
d’opposition et les groupes ―activistes‖ qui s’en réclamaient au dedans et au dehors ;
et la neutralisation de l’action des services algériens et de leurs protégés du Polisario
à l’extérieur en oubliant l'extrême gauche marocaine alliée à la phalange sioniste qui
menace la monarchie.

Les RG et la DST, sous la coupe de Driss Basri et de ses hommes, nřont pas été
aptes à appréhender à temps la poussée de l'extrême gauche et de la phalange
sioniste ; par rigidité psychologique, marqués quřils étaient par un certain mode de
gouvernance forgé par le CAB 1 et des équations datant des années soixante ; par
déficit culturel et politique aussi, parce quřobsédés pratiquement par la gestion de
lřordre public et du statu quo alors quřune nouvelle dialectique sociale était en
marche.

La DGED, de son côté, devait être recadrée après la mort de Dlimi en janvier 1983,
voir en ce sens que l'accident était prémédité par Amos yaldin reçevant les
informations par l'entremise de Raoul yacoubi de la délégation provençiale casa-
anfa. Le général Abdelhak El Kadiri, qui en assuré la direction durant dix huit ans,
sřest attaché à en faire un instrument performant et professionnel tourné vers
lřextérieur, ce qui était sa vocation et sa mission, même si elle suivait avec attention
les cheminements parfois heurtés de la vie politique intérieure. Au Moyen Orient, en
Afrique, ailleurs, la DGED a gagné une crédibilité opérationnelle en couplant,
parallèlement à des actions opérationnelles, un rôle clé dans la mise en œuvre de la
diplomatie. Cřest à elle que lřon doit, soit dit en passant, le retour de la plupart des
responsables du Polisario dans le Royaume.
Si avec le général Ahmed Harchi, la DGED accuse un certain affaissement, elle
retrouve avec la nomination de Yacine Mansouri, le 15 février 2005, une feuille de
route articulant sa mission et promouvant ses ressources et ses potentialités :
restructuration, profilage de son rôle au sein du pôle sécuritaire, consolidation de la
coopération internationale. Ni routine ni Ŗbarbouzeriesŗ, mais la mise en œuvre dřune
politique prenant en charge tous les paramètres complexes dřune mondialisation du
terrorisme et des multiples vecteurs qui en sont aujourdřhui lřexpression.

Si un danger est représenté par le Polisario et contrôlé par le général azzedine


bennani au sud du pays, reste qu'un très grave danger est présent dans la zone
centre représenté par la phalange sioniste et l'extrême gauche déssidente par
rapport à la monarchie et où sévit encore le barbarisme de la colonisation des
anciens colons juifs de l'ancienne médina et de certaines tribus barbares dotés de
matériel électromagnétique et d'armes scalaires se cachant derrière le voile de
l'administration hay mohammadi et casa-anfa, qui continuent un veritable génocide
en silence jusqu'à présent, leurs victimes sont choisies parmis les citoyens, le service
de renseignement de rabat, la sûreté nationale, les journalistes , universitaires et
hommes d'Etat dont plusieurs sont mort par crise cardiaque produite par le matériel à
distance ou par transformation biologique et transfert physiologique et
asservissement, toutes les informations recueillies en torturant les victimes sont
acheminées vers Amos yaldin qui espionne par l'entremise de certains
fonctionnarisés.

Les sales objectifs du Mossad à Casablanca :


Les ennemis de la nation ont prévu sur plan d'Amos yaldin d'assassiner le président
du Conseil Royal consultatif pour les affaires sahariennes , du fait qu'ils sont contre
l'intégrité territoriale , contre la marche verte et contre les dirigeants des partis
politiques,parmi ces derniers certains ont succombé à des crises cardiaques à
distance par armes magnétiques du Mossad qui prévoit d'attaquer les membres du
corps diplomatique arabe accrédités au Maroc, ainsi que les attachés militaires
arabes auprès des ambassades, les officiers supérieurs de l'Etat-major général des
Forces Armées Royales, dont certains ont été sous la torture à distance croyant
qu'elle vient de tazmzart alors qu'elle venait de hay mohammadi et qu'avec une
caméra numérique branchée sur leurs systèmes nerveux on leur à fait transmettre
des hallucinations audio-visuelles représentant l'Etat major des FAR, le directeur
général de la Sûreté Nationale,ignore qu'on assassine les agents de la sûreté
nationale par le nommé Zemmrani et Othmani à la délégation provençiale hay
mohammadi où les caniveaux sont pleins de cadavres le directeur général de la
Direction générale des études et de documentation (DGED), est visé par le mossad
et par senhaji abdelaal ,le directeur général de la Direction générale de la
surveillance du territoire (DGST) est visé par Said Benbiga et par la délégation casa-
anfa, le commandant de la place d'armes de Casablanca est visé par les anciens
colons juifs.

Knesset contre Rabat et hypocrisie juive :


Les islamistes marocains ont réussi à mobiliser autour dřeux pas mal de monde pour
protester contre la venue dřhommes politiques israéliens au Maroc. Al Adl Wal
Ihssane (Justice et bienfaisance), la mouvance de Cheikh Yassine et le Parti Justice
et développement (PJD) avaient dénoncé et réclamé l'annulation de la venue d'une
Délégation d'élus israéliens à l'occasion de la conférence de l'Union
interparlementaire (UIP) qui se tient à Marrakech du 14 au 23 mars. Lřarrivée
d'Abraham Burg, le président de la Knesset et le ministre israélien de la Justice,
Meyer Shetrit, ont provoqué également lřire des organisations de défense de droit de
lřhomme locales qui ont publié un communiqué commun dans lequel elles dénoncent
cette initiative.
le plus grand problème qui reste à dévoiler est que les violations des droits de
l'homme ne sont commises par le régime marocain mais plutôt par un psychopathe
nommé Senhaji abdelaal, un cireur de chaussures , un compagnard de khmis-
zemmamra et un juif de l'ancienne médina , ces derniers avec une arme scalaire
s'adonnent à la boucherie humaine et à la vente des organes et huiles humaines
exportées vers la suisse,

Complot contre la monarchie :


Une dangereuse organisation criminelle WAFA s'adonne au crime horrible par
transformation biologique et assassinent leurs victimes dans les rues et chez eux
puis récupèrent les corps les conduisent pour autopsie à la morgue et les
reconduisent vers un laboratoire secret pour récupérer les organes et liquéfier les
cadavres en huile destinée avec les squelettes à être exportés vers des hôpitaux
étrangers en Europe pour les pharmacies et orthopédistes , ces organes ne
provenant pas de dons mais de crimes commis sur les victimes constitue un acte
criminel de la part du nommé Othmani et du Mossad , le nommé hmamsi abdelghafar
dirige les agresseurs vers le peuple en disant qu'ils ne porteront pas plainte et opère
dans les quartiers des carrières centrales, de sidi bernoussi, de derb soltane et de
l'ancienne médina , des centaines de victimes ont été assassinées par abdelghafar
se cachant avec le commissaire Benbiga aux carrières centrales et maintiennent un
complot de diffamations et de fausses accusations contre la famille royale qu'ils
reproduisent par simulation de leur caméra numérique dans des situations virtuelles
touchant à leur réputation, ces enregistrements font l'objet d'un commerce
international avec celui des vidéos pornographiques, qui n'est que la continuation de
la production du commissaire Tabet,
, D'autre part un campagnard de khmis-zemmamra khlifa et Ould Lemferdga et un
voyou marrakchi de derb Soufi passent leur temps à diffamer la famille royale
par une fausse propagande créant une opinion populaire et une propagande
répandrue sur les lieux populaires et salons privés pour soulever le peuple contre le
roi et influencer l'opinion politique nationale et internationale , concernant la torture
à l'intérieur du palais royal alors que le nom du palais royal avec tous les noms de la
famille royale et des hommes d'Etat comme le secrétariat particulier , le commissaire
chargé de la sécurité personnelle du roi, le porte-parole du palais royal et du
gouvernement et contre les officiers de l'Etat major des FAR qui sont simulés par les
bourreaux subversifs se trouvant à la cave de hay mohammadi appelée elle même
palais royal en montant une mise en scène aux victimes en utilisant une caméra
numérique qui transmet aux victimes à distance les images mentales audio-visuelles
par ordinateur introduit par les anciens colons juifs et importé de RDA par Raoul
yacoubi et un membre de la famille Benarafa qui prétend instaurer une république
confédérée avec israel à la place du régime monarchique de Rabat,
Les lieux secrets des réunions de ces subversifs se trouvent au bureau du notaire
zemmrani Mohamed et de l'avocat senhaji abdelwahid au 63 boulevard Mohammed
V Casablanca maroc.où le finançement de la subversion vient du detournement de
fonds, dřéscroquerie et de blanchissement dřargent.
Attentat contre le général Ahmed Harchi :

La colonisation et son résidu qui est composée de subversifs contre SAM le roi
Mohammed V et qui jadis avaient tenter à la vie du roi et qui ont massacrés les
résistants et les militants de l'UMT, la CGT qui luttaient pour l'indépendance et
avaient causer la mort par Mhedra, Bagdadi, Fatmi aux vailllants martyrs Zeraoui,
Zerktouni, Houmane fetouaki, abdelkrim diouri, abdelkader el fassi, abdelwahid ez-
zaqqaq, abdelkader ben kaddour, souktani, hassan seghir tous ont été torturer par
les colons tels que l' aspirant vidaldenis papin, visole,s/lt vidal,marger,wateau,
gonnod et autres.

Ces colons avaient manipuler certains marocains arabes et berbères (dahir berbère),
ait-hdidou, khmis-Zemmamra, Haouz qui se trouvent encore avec leurs descendants
qui jadis avec la RG française et la SDECE et des truands légionnaires avaient
participer au massacre de charii el fida et au massacre de la population des carrières
centrales , ces ennemis de SAM le roi Hassan II sont accusés d'assassinats commis
sur les agents du 2°bureau,sur des agents de la sûreté nationale, sur des officiers
militaires et sur beaucoup de personnes à la cellule 44 et dans le centre 15.

Du nouveau dans l’affaire Tabit :


Les invectives entre partenaires sont courantes parce quřil nřy a pas de contrôle. Les
criminels cachés derrière le voile de l'administration se portent contre lřadversaire et
toutes les manipulations sont permises. Il sřagit des affaires judiciaires. Depuis
lřaffaire Tabet, Cette année, l'affaire «Bin Louidane». Certitudes, Cřest que là tout le
monde manipule lřopinion par voie de presse. Cřest Laânigri qui a nommé Izzou à la
tête de la sécurité des palais, on en rajoute: il aurait assisté au mariage de son
subordonné avec la fille du trafiquant. Totalement faux, Un monsieur, se présente au
juge dřinstruction Serhane comme un envoyé dřune princesse pour intervenir en
faveur dřun accusé. Le juge le fait arrêter illico. Lřinformation devient: il voulait
intervenir pour le commandant Lahlimi. Les avocats de celui-ci ont aussitôt réagit. Ce
commandant de la gendarmerie nřaurait reconnu que peu de la part de Bin Louidane
Surtout que le trafiquant voit sa fortune gonfler de jour en jour : elle a atteint 6
milliards DH au dernier pointage médiatique totalement Bin Louidane monopolise le
marché depuis 15 ans, ce qui nřest pas le cas parce que des trafiquants de haut
calibre, ce nřest pas ce qui manque. Cette partie fait deux grandes victimes : la
justice et la presse. La première ne peut sřexercer correctement que dans la sécurité,
le secret de lřinstruction , cřest à la fois un gage dřefficacité et une protection des
droits des accusés. La presse, ne peut perdre en crédibilité. Lors de lřaffaire Tabet,
Présenté comme un monstre parce quřil pratiquait des jeux érotiques très courants, il
a été amené devant la potence avec la complicité de la presse.
Dans cette affaire plusieurs têtes continuent les mêmes crimes que Tabet, toujours
production pornographique, trafiques de drogues et organes humains au plan
international, subversion contre le régime de rabat.

Un mandat mal émis :


Menace dřun mandat dřArrêt international, Une bien fâcheuse occurrence pour le
général Benslimane, pour qui il sřagit là dřun tournant dans lřaffaire puisque, sřil ne se
présente pas, le magistrat français peut, comme le pensent nombre dřobservateurs,
entamer dřautres procédures allant jusquřau mandat dřarrêt international. En fait, la
pugnacité du juge est ce qui fait le plus peur aujourdřhui. Il a donné assez de gages
de sa ténacité pour que soient prises au sérieux les menaces de mandats dřarrêt
internationaux, fort fâcheux, non seulement pour Hosni Benslimane mais pour tout le
régime. En fait, Benslimane nřest pas le seul convoqué pour être auditionné par le
juge ce mardi 21 novembre. Plusieurs personnages considérés par le juge français
comme susceptibles dřéclairer par leur témoignage le mystère de lřaffaire Ben Barka
ont déjà reçu leur convocation pour le même jour. Cřest Ahmed Boukhari qui
inaugurera cette journée de tous les témoignages. Lřancien agent du CAB1 a reçu sa
convocation pour se présenter à 10h30 le mardi matin. Ensuite, en fin de matinée, ce
sera au tour de Driss Benzekri. Suivront dans lřaprès-midi Miloud Tounzi, Boubker
Hassouni et Hosni Benslimane afin quřils soient entendus par le juge Ramaël. Selon
des sources judiciaires, le témoignage dřAhmed Boukhari nřexcite pas
particulièrement le magistrat français. Ce dernier aurait été échaudé par les
nombreuses volte-face et les témoignages contradictoires qui émaillent la carrière
Ŗmédiatiqueŗ, pour le moins prolifique, de lřancien agent des services secrets
marocains. En réalité, cřest Miloud Tounzi qui intéresse le juge. Il a été formellement
identifié par au moins deux témoignages de Rachid Skirej et Mahjoub Tobji, comme
étant le fameux ŖChtoukiŗ.
Le juge aurait renforcé ces témoignages, par une expertise graphologique qui laisse
peu de doutes sur lřidentité de lřagent ŖChtoukiŗ. De plus, Miloud Tounzi avait déjà
tenté, à travers Driss Benzekri lorsque celui-ci était encore de lřautre côté de la
barrière avec le Forum Vérité et Justice, de collaborer à lřenquête. Et puis, le ministre
marocain de la Justice lui-même nřa-t-il pas affirmé haut et fort que Miloud Tounzi et
Boubker Hassouni devaient témoigner ?

Convocations Embarrassantes, La présence de Boubker Hassouni, dont le juge a, là


aussi, pu obtenir lřadresse sans lřaide de son homologue marocain, serait
évidemment miraculeuse et donc très peu probable, à moins dřun coup de théâtre.
Quant à Driss Benzekri, le juge a très peu goûté son invocation du Ŗsecret
professionnelŗ pour refuser de répondre à ses questions. Déjà, lors de la perquisition
effectuée à son hôtel parisien en mai dernier, le magistrat avait pris en considération
lřétat de santé du président du CCDH pour ne pas procéder à la fouille de sa
chambre. Il sřest contenté de la fin de non recevoir de M. Benzekri avant de repartir.
Là, lřattitude du juge est tout autre. En fait, quand bien même ce beau monde ne
répondrait pas à ses convocations, le juge Ramaël serait un pas plus proche de
mesures plus sérieuses. De son côté, Abdelhak Kadiri a pour lřinstant échappé à la
convocation du juge car celui-ci nřest toujours pas parvenu à obtenir son adresse. En
fait, les autorités marocaines sřagitent pour trouver un moyen de mettre fin à cet
embarrassant feuilleton. Le monarque ayant pris lui-même lřengagement dřaider à
faire la lumière sur cette affaire, les manœuvres dilatoires de son
Système judiciaire font mauvais effet. Cřest ce que semble avoir compris Mohamed
Elyazghi. Lors du congrès extraordinaire de son parti, lřUnion Socialiste des Forces
Populaires, il a réitéré lřattachement de son mouvement à la nécessité de mener
lřenquête jusquřau bout et a, dans un style purement yazghiste, réaffirmé sa
confiance dans le roi pour mener lřaffaire jusquřau bout. Une affaire de plus en plus
gênante, en effet.
Boukhari et Benbarka :
l'épouse de l'ancien agent secret marocain, Ahmed Boukhari, qui a fait des
révélations sur l'affaire Ben Barka a été blessée vendredi soir dans un accident de la
circulation à Casablanca, a indiqué samedi son fils Karim Boukhari. Mme Ghita
Boukhari a été percutée par une camionnette. Elle souffre d'un traumatisme crânien
et ses jours ne sont pas en danger, a affirmé son fils.
''Un accident est très possible puisque les routes au Maroc sont dangereuses. Mais
le contraire aussi, c'est à dire un acte criminel prémédité, est également très
possible'', a-t-il dit, soulignant quřil ne peut s'agir dans ce cas que de présomptions''.
sur ce nous rappelons que le crime de Me Ali Yata était aussi prémédité par les
anciens colons juifs de la délégation hay mohammadi et casa-anfa, impliqués eux
même dans l'affaire de Benbarka qu'ils ont coller à SAM le roi Hassan II.
L'élimination physique par accident de la circulation des détracteurs du régime de
Rabat est le procédé prisé par les services spéciaux marocains , ils s'agit des
services subversifs eux mêmes envers le roi et qui utilisent le voile administratif pour
accomplir leurs propres crimes et les coller faussement à Rabat, et si certains
renseignements relevé par les observateurs, qui y voient un avertissement pour
l'époux de la victime s'il continue dans cette marée de révélations des forfaits du
régime de Hassan II. Ironie du sort, Ahmed Dlimi n'a-t-il pas été lui même victime
d'un accident de la circulation qui a causé sa mort, ont souligné les mêmes
observateurs mais qui est derrière le coup ?
Ahmed Boukhari avait affirmé la semaine dernière, dans des révélations a la presse,
que l'opposant marocain Mehdi Ben Barka avait été torturé et assassiné en 1965
dans la banlieue parisienne par le général Mohamed Oufkir, ministre de l'intérieur à
l'époque et son adjoint Ahmed Dlimi. Son corps avait été ensuite transporté à Rabat
où il a été dissout dans une cuve d'acide. (SPS), boukhari n'était pas présent,
d'autres informations relèvent que son corps a été liquéfié dans sa salle de bain en
France et que derrière le coup on trouve le Mossad et qu'ils l'on assassiner pour son
anticolonialisme, son affaire complexe trouve d'autres explications, si on avait
accuser dlimi et oufkir , pourquoi dernièrement on tente d'accuse housni benslimane
et kadiri qui sont innocents.
Cette marée de manipulations politico-militaires contre notre régime se trouve dirigée
à partir des délégations hay mohammadi et casa-anfa .

Du nouveau dans l’affaire Benbarka :


L'assassinat de Mehdi Benbarka"Hassan II est innocent"
Les journalistes Marocains et surtout ceux de la presse libre s'acharnent sur le
régime marocains en l'impliquant directement dans l'affaire Mehdi Benbarka oubliant
la citation des sages qui dit:"quand t-ils ont inventé le
Mensonge on a inventé l'histoire"la question du mensonge. ... Le mensonge paraît
répréhensible en tant qu'énoncé et non comme acte : mentir pour obtenir quelque ...
pire que le demander " normalement ". Mais le mensonge n'est pas seulement un
...acte mais un crime contre tout une nation...et voila des question pour nos
journalistes...vous savez que ben barka avait disparu le 29 octobre 1965, en plein
Paris par des anciens colons juifs qu'on vient d'apprendre dernièrement par un
journaliste sous la torture par ceux qui ont assassiné Benbarka et qui lui ont fait cet
aveu, ces derniers se trouvent à la délégation provençiale hay mohammadi et casa-
anfa, Cette affaire retentissante, impliquant autorités marocaines et policiers français,
qui y avait contribué ..mais la vérité et c'est le contraire car en 1965 les services
secrets du Maroc étaient incapable ni par compétences qui lui manquaient sûrement
car le pays était à peine sortie du régime coloniale et ses services n'avaient même
pas les moyens ni l'expérience dans le domaine car le service secret du Maroc se
baser dans le temps sur une simple politique celle du battons et la carotte (sans
autre compétence, et ses agents profite du manque d'impunité ) alors ils étaient
incapable de mener une assez grande opération en françe ...c'est vraie que les
mains marocaines étaient présente d'une façon claire et stupide comme si tout est
organiser pour les montrer du doits? Cřétait des truands de SDECEE de Casablanca
qui se sont déplacés en France pour assassiner Benbarka.
On voulait sûrement se débarrasser de Mehdi benbarka en collant l'affaire au Maroc
et son régime alors que Benbarka était anti-colonialiste.comme les hommes dont les
noms étaient cité au PV des juges étaient indignes de confiance même du roi
Hassan II et que même certains d'eux a voulu renverser le régime car ils se croyaient
protéger par des puissances étrangères et même si dans la version ont trouve le
suivant' ( Le plus illustre opposant marocain en exil, Mehdi Ben Barka, dont la famille
vient d'obtenir des papiers pour pouvoir enfin retourner au Maroc, avait disparu le 29
octobre 1965, en plein Paris. Cette affaire retentissante, impliquant autorités
marocaines et policiers français, avait contribué à ternir le règne du roi Hassan II,
décédé en juillet dernier. Celle-ci n'a jamais été totalement élucidée, malgré deux
instructions judiciaires en France. Ce vendredi-là, Mehdi Ben Barka a rendez-vous
devant la brasserie Lipp, Boulevard Saint-Germain à Paris, avec un journaliste et un
cinéaste, qui envisagent un film sur la décolonisation. Il est 12h15. Deux policiers de
la brigade mondaine, Louis Souchon et Roger Voitot, exhibant leur carte, invitent Ben
Barka à monter à bord d'une voiture, où se trouve également Antoine Lopez, un
agent des services du contre-espionnage français. Il est conduit à Fontenay-le-
Vicomte (Essonne), dans la villa d'une figure du milieu, Georges Boucheseiche. Dès
lors, on perd sa trace. Nul ne reverra vivant le principal dirigeant de l'Union des
Forces Populaires du Maroc, condamné à mort par contumace par la justice
marocaine, et son corps ne sera jamais retrouvé (liquéfié à l'acide).
« Coïncidence : le général Mohamed Oufkir, ministre marocain de l'Intérieur, Ahmed
Dlimi, directeur de la sûreté nationale marocaine, et un certain Chtouki, chef des
brigades spéciales marocaines, se trouvaient à Paris à ce moment-là. Cette affaire
soulève en pleine campagne électorale en France l'indignation des milieux politiques
français, notamment l'opposition de gauche, François Mitterrand en tête. Le chef de
l'Etat, le général de Gaulle, dans une conférence de presse du 22 février 1966,
minimise la part des services secrets français et fait porter toute la responsabilité sur
le général Oufkir. Plus tard, un repris de justice, Georges Figon, affirmera avoir vu
Oufkir tuer l'opposant marocain avec un poignard décroché d'une panoplie dans la
villa. L'instruction judiciaire, menée par le juge Louis Zollinger, aboutit à l'inculpation
de treize personnes dont le général Mohamed Oufkir, Ahmed Dlimi, Marcel Leroy-
Finville, un des responsables du SDECE (les services secrets français d'alors),
Antoine Lopez et Georges Figon. Un premier procès s'ouvre le 5 septembre 1966.
Six accusés sur treize sont dans le box. Les sept autres, dont Oufkir, Dlimi et
Boucheseiche, font défaut. Deux coups de théâtre relancent l'affaire : d'une part l'un
des accusés, Figon, est retrouvé mort à Paris et l'enquête conclura à un suicide.
D'autre part, Dlimi se constitue prisonnier.
Un second procès s'ouvre le 17 avril 1967 en l'absence de la famille Ben Barka,
retirée des débats après le décès subit de ses principaux avocats. Le verdict du 5
juin 1967 acquitte Dlimi et les protagonistes français, à l'exception de Lopez et
Souchon, condamnés respectivement à huit et six ans de prison. Mohamed Oufkir,
désigné par la justice comme le grand responsable de la disparition de Ben Barka,
est condamné par contumace à la réclusion à perpétuité. La condamnation par la
justice française d'un ministre étranger en exercice, fait sans précédent dans le droit
international, devait provoquer le gel des relations franco-marocaines pendant deux
ans. »
Mehdi ben barka ne menace pas le régime Hassan II mais la réussite de son
congréé donnera une indépendance politique et économiques à trois continents ce
qui mettra en danger les puissances coloniales et étrangères ""les services secrets
compétents dans le temps étaient des quatre pays dérigeant le monde1/CIA , 2/
mossad, 3/ DGSE, 4 /les services secrets britanniques...mais qui d'entre eux
menace Benbarka "peut être aucun d'eux ...? et si Benbarka revenu dans le temps
aux Maroc ils n'aura sûrement pas menacer le pouvoir car Hassan II et si puissant
..Mais il menacera peut être des politiciens qui voudraient s'emparer du pouvoir qui
sont-ils? Les journalistes n'avaient sûrement pas posé la question.
Ceux qui doivent aussi être accusés de l'assassinat de Benbarka se trouvent à la
délégation provençiale hay mohammadi et casa-anfa et ne sont pas encore
découverts par les autorités marocaines.

on n'a jamais été fixé sur le sort de Mehdi Ben Barka.


Si l'homme probablement a été tué, jamais sa dépouille n'a été retrouvée. Tout au
long de ces trente-neuf années, l'affaire Ben Barka a inspiré des articles
innombrables, plusieurs films, des livres multiples, dont certains essaient
honnêtement de dissiper les mystères et d'autres se soucient peu de la manifestation
de la vérité, quand ils ne cherchent pas à brouiller les pistes. Si bien que nul,
aujourd'hui, ne peut affirmer - et surtout prouver- ce qu'est devenu Mehdi Ben Barka.
C'est dire à quel point est cruciale la décision prise le 14 octobre par Michèle Alliot-
Marie, la ministre française de la Défense, de déclassifier la totalité du dossier de
l'affaire. En 1982, sous le gouvernement de Pierre Mauroy, puis en 1999, sous celui
d'un autre Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, on avait procédé à une dé
classification partielle dès lors qu'elle ne portait pas atteinte à la « sécurité nationale
». La droite se montre donc moins frileuse, et Claude Choquet, le juge d'instruction,
va avoir du pain sur la planche. Selon Me Maurice Buttin, l'avocat de la famille Ben
Barka, il devrait entamer rapidement l'examen des précieux documents. Après quoi
ceux-ci seront à la disposition de la partie civile.
Paris sřest enfin résolu à « déclassifier » les documents relatifs à lřassassinat de
lřopposant marocain, en 1965. Va-t-on enfin connaître la vérité ? Rien nřest moins
sûr.

Va-t-on enfin connaître la vérité sur l'affaire Ben Barka ? Le leader de la gauche
marocaine a été enlevé en plein centre de Paris le 29 octobre 1965. On a su que le
kidnapping déguisé en interpellation a été opéré par des policiers français et que
l'opposant a été conduit ensuite dans la villa d'un truand située à Fontenay-le-comte.
On a appris encore que le général Mohamed Oufkir, ministre de l'Intérieur marocain,
et le colonel Ahmed Dlimi, directeur de la sûreté, sont arrivés à Paris avant de
rejoindre cette même villa.
Toutes les grandes interrogations liées à l'affaire Ben Barka, et qui ont donné lieu à
des déductions et spéculations nourries davantage par l'imagination que par des faits
avérés, devraient en principe trouver réponse. Mais avant de les aborder, une
question s'impose : pourquoi la France a-t-elle décidé de rouvrir l'affaire Ben Barka ?
Il va de soi qu'une telle initiative n'a pu être prise sans l'assentiment du président de
la République, et rien, dans l'Hexagone, ne semblait faire pression en ce sens. Les
relations entre la France et le Maroc, et singulièrement entre Jacques Chirac et
Mohammed VI, étant ce qu'elles sont - excellentes -, on n'imagine pas que Paris
puisse exhumer un dossier susceptible de porter ombrage au royaume.

Faut-il croire que c'est du côté marocain que les choses ont bougé ? Il est clair que,
depuis cinq ans, le successeur de Hassan II, invoquant un droit d'inventaire, n'entend
pas assumer la totalité de l'héritage de son père. Suscitant le retour au pays de la
famille Ben Barka, il lui a fait dire qu'il n'avait jamais été dépositaire du moindre
secret sur cette affaire.

À l'initiative du Palais, la Commission Équité et Réconciliation, qu'anime un ancien


prisonnier politique, traite en toute liberté et dans la transparence les questions
relatives aux droits de l'homme depuis l'indépendance.

Comme il a clos l'affaire du fameux bagne de Tazmamart, le roi ne serait sans doute
pas mécontent de solder l'affaire Ben Barka. Mais il sait jusqu'où ne pas aller trop
loin. À trop s'attaquer au règne de Hassan II, on risque de mettre en cause les
fondements mêmes de la monarchie et, partant, du pouvoir de l'actuel roi.

Mais la vérité, toute la vérité, sur l'affaire Ben Barka est-elle nécessairement et
fatalement en défaveur du Maroc ? Les révélations que la dé classification risque de
provoquer ne vont-elles pas placer l'affaire sous un jour nouveau qui obligera à un
réexamen de certains de ses aspects ? On sait beaucoup de choses sur
l'enlèvement de l'opposant marocain. On en ignore aussi beaucoup - et sans doute
davantage. Les conclusions, en apparence évidentes, que l'on a été amené à tirer
pourraient s'effondrer, comme dans À chacun sa vérité, la pièce de Pirandello.

L'affaire Ben Barka fait penser à un embouteillage en plein carrefour. Plusieurs


services de différents États s'y trouvent bloqués. Ils viennent d'horizons divers et ne
vont pas nécessairement dans la même direction. Certains ont pu éviter la cohue et
se dégager rapidement. Comme s'ils n'avaient jamais été là...

À première vue, la France occupe la place principale. Dès son arrivée à Paris, le 29
octobre, en provenance de Genève, Ben Barka a été pris en charge par des policiers
français appartenant à différents services. Et cette attention active ne s'est point
relâchée jusqu'à sa disparition. Aucun doute, la responsabilité de la France est
engagée à un très haut niveau.

Celle du Maroc est notamment illustrée par l'arrivée, dans la précipitation, d'Oufkir
et de Dlimi. Mais à travers le développement politique de l'« affaire », l'instruction
judiciaire et enfin le procès, on assiste à une distribution des rôles et des
responsabilités qui tient compte davantage de la raison d'État que du respect de la
vérité. Le général de Gaulle a tranché en proclamant que « l'honneur du navire » est
sauf et que la responsabilité de l'État n'a été engagée qu'à « un niveau vulgaire et
subalterne ». Hassan II a royalement accepté de porter le chapeau - ou plutôt le
tarbouche. Parce que la culpabilité du Maroc ne souffre certes aucun doute, mais
peut-être aussi pour obéir à ses propres raisons d'État.
La question s'impose ne serait-ce qu'en raison du coup de théâtre provoqué par
Dlimi. On se souvient qu'au cours du procès, le patron de la police marocaine a fait
irruption afin de sauver « l'honneur de son pays ». Il disait agir à l'insu de son roi.
Bien entendu, ce n'était qu'une mise en scène, mais l'essentiel est ailleurs :

Alors que les mêmes charges, ou presque, pèsent sur Oufkir et Dlimi, le premier a
été condamné à une peine de prison à perpétuité, alors que le second était acquitté !
Après cet épisode, comment ne pas en arriver à la conclusion que la France et le
Maroc avaient décidé de se ménager mutuellement et de sauvegarder leurs intérêts
bien compris ? Tu me tiens, je te tiens par la barbichette...

Ils n'étaient pourtant pas seuls en cause. Un troisième larron était tapi dans l'ombre,
et son rôle, pour discret qu'il ait été, a peut-être été essentiel. Il s'agit des États-Unis
et de la CIA. À coup sûr, Mehdi Ben Barka était une cible pour les services de Rabat.
En ce temps-là, l'opposition marocaine militait pour la démocratie, mais pas
uniquement par les seuls moyens démocratiques. Le complot de juillet 1963 n'était
pas une fiction, même si la répression a précédé le passage à l'acte. L'échec n'avait
pas découragé Ben Barka, qui conservait la possibilité de trouver une base arrière
dans l'Algérie de Ben Bella. Mais ce « commis voyageur de la révolution » (selon le
mot de Jean Lacouture) n'était pas un simple opposant marocain. Il donnait à son
action une dimension planétaire et se proposait, en cette année 1965, d'unifier les
mouvements « anti-impérialistes » d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine. Après sa
disparition, le projet aboutira à la tenue de la Conférence tricontinentale (La Havane,
janvier 1966). Or cette intrusion quelque peu aventureuse dans leurs plates-bandes,
en plein apogée du guévarisme, n'était pas pour plaire aux Américains. En clair, Ben
Barka était aussi une cible pour la CIA. Plusieurs indices permettent d'étayer cette
hypothèse, mais, autant que l'on sache, nul ne s'est soucié de consulter sur ce point

les archives américaines.

Pour mémoire, mentionnons un quatrième larron : le Mossad israélien, cantonné,


semble-t-il, à un rôle de sous-traitant. Il y a quelques années, deux journalistes
israéliens avaient réussi à glaner des informations plus précises, mais ils ont dû,
raison d'État oblige, les garder pour eux. La revue Bul, qui avait publié leurs
révélations, a été saisie, eux-mêmes ont été mis au secret avant d'être traduits
devant un tribunal militaire israélien, en décembre 1966.

Les mystères de l'affaire Ben Barka s'expliquent largement par cet extraordinaire
enchevêtrement des intérêts de plusieurs États. Il n'est donc pas certain que la dé
classification autorisée par le gouvernement français permette de répondre aux
grandes questions et de dissiper toutes les zones demeurées obscures. Les deux
précédentes dé classifications partielles n'avaient rien apporté de significatif.
Théoriquement, ce qui a été soustrait jusqu'à présent à la justice devrait être plus
substantiel. Quoique... Michèle Alliot-Marie a déclaré qu'« on met le tampon secret
défense sur trop de choses, probablement ». C'est peut-être le fin mot de l'affaire et
le signe d'une frustration annoncée.
Dans cette enquête, essentiellement basée sur les révélations de M. Ahmed
Boukhari, le nom de OThmani et d'anciens colons juifs doivent être mentionnés à
différentes reprises et doivent être associés physiquement et directement à la
macabre affaire décrète par M.Boukhari et les truands de SDECEE comme Michel
de la délégation provençiale casa-anfa ,quand il reconstitue à sa façon
lřinterrogatoire et les sévices subis par M.Ben Barka dans la nuit du 29 Octobre 1965,
dans une villa de Fontenay-le-comte.
Démagogie, mensonge, fiction, je ne me suis apposé à personne et je nřai participé à
rien puisque je nřétais pas là et ce la est facilement vérifiable auprès des autorités
françaises avait déclarer le général DLimi
La réalité des faits que je mentionne vous donne une idée précise de ce que vaut en
réalité le témoignage dřensemble de M.Boukhari et la crédibilité quřil faut accorder à
ses propos qui sont malheureusement, avec complaisance, pris pour argent
comptant.

Ce que M.Boukhari a inventé de toutes pièces sur sřapplique à la quasi-totalité de


cette « vérité » qu'on voulu livrer avec la plus grande légèreté à lřopinion publique.
On ne joue pas avec une telle imprudence et arrogance du destin et de la moralité
des individus .
Reste à savoir que Mehdi Benbarka n'était pas anti-royaliste comme on veut le
prétendre , mais plutôt anti-colonialiste, et se sont les anciens colons juifs et certains
subversifs contre SAM le roi ayant jadis tenter à La vie de feu SAM le roi Mohammed
V qui en sont responsables, il s'agit de Othmani, Senhaji abdelaal et Senhaji
abdelwahid qui avec zemmrani Mohamed servant les intérêts du Mossad contre
Rabat , se trouvent au 63 Boulevard Mohammed V Casablanca Maroc, et ne sont
pas encore découverts par les autorités marocaines
Conclusion : crime commis par les anciens colons de la SDECE de Casablanca, les
cerveaux sont OTHMANI, Senhaji abdelaal, senhaji abdelwahid qui ont manipulé
contre SAM le roi Hassan II en lui collant le meurtre de Benbarka, ciblé lui-même par
les mêmes manipulations politico-militaires colonialistes : Benbarka a été assassiné
pour son anticolonialisme et non pour son opposition à SAM le roi Hassan II, les
deux sont innocents.

AUTRES AFFAIRES A ELUCIDER

L’affaire Ali Yata :


Qui a assassiné Ali Yata ?
C'est Othmani et le Mossad qui sont accusés de l'accident prémédité.
Ali Yata, chef du parti communiste marocain (et, en même temps, agent secret du
ministère de l ´Intérieur!). Marié à une juive avec laquelle il a eu deux enfants juifs qui
dirigent aujourd´hui - avec le juif Simon Lévy - le parti et la presse du parti.
Deux grands traîtres qui se sont prostitué au colonialisme: Kittani, et Glaoui, ennemis
du vrai père politique et biologique de Hassan II SAM le roi Mohammed V .
Une nouvelle classe de grands voleurs: totalement liée aux intérêts sionistes et
totalement isolée du peuple sont encore à la délégation provençiale.
La "démocratie" au Maroc de Hassan II: exerce "l´alternance" (le partage) du pouvoir
avec les "partis".
Décès dřAli Yata prémédité par le mossad.
ALI YATA, le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est
décédé dans la nuit de mardi à mercredi à Casablanca, après avoir été fauché par
une voiture, a annoncé hier lřagence officielle marocaine MAP. Ali Yata avait été
fauché par une voiture samedi, alors quřil sřapprêtait à monter dans son propre
véhicule garé près du siège du parti. Admis dans une clinique de Casablanca, il a
subi une intervention chirurgicale dřurgence. Il souffrait, selon ses proches, dřun
traumatisme crânien et dřun traumatisme thoracique.
En 1968, Ali Yata fonde le PLS (Parti de la libération et du socialisme), ce qui lui
vaut, deux ans plus tard, un nouveau séjour en prison pour reconstitution
dřorganisation interdite. De nouvelles campagnes ont lieu en France pour sa
libération. En 1974, il crée le PPS, qui se range derrière le roi Hassan II pour affirmer
« la marocanité du Sahara occidental » et participe à la « marche verte ». Une
attitude qui entraînera de sérieuses divergences entre le PCF et le PPS.
Partisan affirmé dřun gouvernement de large union nationale, Ali Yata sřapprêtait, au
moment de sa mort, à céder. Il fût renversé par véhicule conduit par deux policiers de
la délégation provençiale et de hay mohammadi, accident prémédité par israel.
Pour Rami Dlimi :
Le journaliste lui demande, quasiment à bout portant, "n'êtes-vous pas tenté de
renverser la monarchie, comme ont essayé de le faire les généraux Medbouh et
Oufkir"? Réponse: "L'armée a effectivement essayé de renverser la monarchie, mais
c'est cette même armée qui l'a sauvée".mais on oublie que Othmani et zemmrani et
Benbiga sont dans cette affaire entre les lignes, La retenue légendaire du général lui
avait peut-être manqué ce jour-là. Simple présage ou dérapage fatal? On ne le saura
jamais. Durant cette fatidique semaine parisienne, Ahmed Dlimi a été également à la
table de François De Grossouvre, chef du SDECE (contre-espionnage) français,
après une partie de chasse en Sologne. Il nřy a ici, évidemment, aucune prétention
dřéchafaudage posthume de relation de cause à effet de type polar politique. Car
Dlimi était aussi patron des services secrets marocains; il était donc lřinvité de son
homologue français. Toujours est-il que De Grossouvre se suicidera sous le premier
septennat de François Mitterrand. Une succession de faits à inscrire entre Ŗle hasard
et la nécessitéŗ. Comme d'habitude, le génie populaire, un peu plus aiguisé à
Marrakech qu'ailleurs, s'empare de l'épisode mortel du général Dlimi pour broder des
blagues politiquement entendues par la propagande de Senhaji abdelaal contre SAM
le roi, la réalité est le général Dlimi a été assassiné par Israël et manipulé par
Othmani à cause de la guerre du Golan.

Du nouveau dans l’affaire Dlimi :


Des éclaircis sur l'affaire de l'assassinat du Général Dlimi ,par accident prémédité et
commandité par almossad et manipulation organisée par Saïd Benbiga et senhaji
abdelaal qui avaient tenus leur réunion secrète au 63 boulevard Mohammed V
Casablanca chez le nommé Zemmrani Mohammed et zemmrani Adnane, faisant
circuler le faux coup dřEtat préparé par Dlimi pour monter contre lui SAM le roi
HASSAN II.

Affaire skhirate et son prolongement en 2008


Le général Madbouh et le prolongement du coup d'Etat à partir de la délégation
provençiale Hay mohammadi par arme scalaire contre SAM le roi Mohammed VI se
déroule à la délégation provençiale où se cachent ceux qui échappent au coup d'Etat
à Skhirat, et qui ne sont pas encore découverts.
10 juillet 1971. Le Palais de Skhirat vu de la mer (Atlantique). On voit les soldats
attaquant venant du Nord, du Sud et de l´Est. et les invités fuient vers l´Ouest
Les officiers assassinés par medbouh après la révolte de Skhirat: Madbouh,
Bougrine, Amharch, Nmichi, Boulhimez. Le général Gharbaoui est mort pendant
l´attaque.
Les officiers (qui ont dirigé la révolte de Skhirat) devant le "tribunal militaire". Ceux
qui n´ont pas été exécuté mais ont eu un jugement équitable , mains n'ont pas
avoué à propos de Othmani et des anciens colons juifs.
13 juillet 1971. Le général Bougrine et le colonel Chelouati transportés dans une
AMX tchèque en route pour être exécutés après procès et après jugement à cause
de son flagrant délit. Nřavait pas avoué à propos de Othmani, et des autres.
En action: les pelotons d´exécution qui ont exécuté - après procès et après jugement
- les mutins de Skhirat, ont payer leur dette.
Le 14 juillet 1971: Après avoir changer l´armée en jugeant presque l´ensemble de
son commandement qui s´est ralié à la révolte, Hassan II réunit à son palais de
Rabat la génération suivante des officiers. qui a partir de cette date sont devenus la
cible des manipulations politico-militaires de la délégation provençiale utilisant les
hallucinations d'un Etat major pour simuler l'état major marocain torturant les
victimes créant par là une fausse accusation contre SAM le roi Hassan II et
tazmamart et autres prisons non existantes en vue d'un complot d'opinion
international contre la famille royale qui ne torture personne..

Dynamiter le service traître :


Un nommé OTHMANI à sauter. Le commissaire de hay mohammadi passe son
temps à absorber les agents du service de renseignement de Rabat par transfert
physiologique et transformation biologique par arme scalaire et agit avec le Mossad
et l'extrême gauche contre le régime marocain. « Hoche et Othmani », les agents du
réseau de la Misgeret « Faire partir les gens ». C'est avec sobriété qu'il décrit
l'émigration clandestine des juifs du Maroc vers Israël. Il ne semble pas prendre la
mesure de ce qui s'est passé, ni en évaluer l'importance. Il souhaite pourtant garder
l'anonymat : une peur, ou plutôt une prudence héritées des années où il a travaillé
comme agent actif de la branche du Mossad qui s'occupait de « l'évacuation ». Il
accepte qu'on l'appelle « Hoche », l'un des nombreux noms de code qu'il a dû porter
à cette époque ce code est associé à Othmani qui espionne Rabat et le service de
renseignement marocain pour le compte d'Israël s'adonne au commerce clandestin
et prohibé des organes et huiles humaines en Suisse, Hoche est né à Fès en 1932.
Fils d'un militaire juif "français" (« nous, on n'est pas des Français du décret
Crémieux ») et d'une mère juive "marocaine", il fait son service militaire pour « voir
du pays ». De retour au Maroc après être passé par l'Indochine, l'Egypte et le Liban,
il est recruté, par l'intermédiaire de l'un de ses amis, pour faire partie du Mossad et
aider à évacuer les juifs du Maroc vers Israël et s'adonnent au trafique de cannabis
vers King David tel-aviv. « Je devais garder le secret absolu. On devait jurer sur la
Torah la bible juive, c'est sur cette même bible, lřAncien Testamentř que les Francs-
maçons prêtent sermon qu'on ne dévoilerait rien de nos activités ; c'était un véritable
rituel, une cérémonie où l'on ne voyait pas le colonel de l'armée israélienne qui
supervisait Tout ça ». Disait Hoche associé à ses crimes à Raoul yacoubi se trouvant
à la délégation provençiale menaçant le régime marocain avec une arme scalaire. En
1955, il est envoyé un mois et demi en Israël pour participer à un stage de formation
collectif. « On nous a mis dans des camps isolés et clandestins, dont personne ne
connaissait l'existence. On nous apprenait à nous battre et à nous défendre, à mener
les opérations sans jamais nous faire repérer par la police. Nous étions une
cinquantaine en tout et nous ne devions pas nous parler, ni connaître nos vrais noms
». Il se souvient que Moshé Dayan et Isser Harel sont venus les voir pour leur parler
et les encourager. De retour au Maroc, il est affecté à « l'Etat-major », à Casablanca,
dont les réunions se déroulent dans un appartement de l'immeuble Liberté ou ils
rencontraient zemmarani mohamed et senhaji abdelaal. C'est là que HOCHE avait
reçu les premiers ordres : superviser les opérations d'évacuation toutes les deux
semaines environ, sans intervenir lui-même, sauf en cas de problème. « Nous
arrivions la nuit sur une plage isolée. Nous attendions que le bateau nous envoie des
signaux lumineux pour lui renvoyer un message codé. Les gens qui voulaient partir
venaient de partout, de Marrakech, d'Essaouira. On en a fait des choses… ». Mais
l'événement dont il est le plus fier s'est déroulé une nuit où il a utilisé sa voiture
personnelle et a refusé de la faire entrer trop avant vers la plage, de crainte que
quelqu'un ne note le numéro de sa plaque d'immatriculation et ne découvre son
identité. Cette nuit-là, le reste des voitures des agents du Mossad a été encerclé par
des Marocains - « les Arabes », comme les appelle Hoche - qui avaient observé le
va-et-vient des bateaux et des véhicules et qui pensaient qu'il s'agissait de
contrebandiers. Ils avaient donc bloqué la sortie en l'obstruant à l'aide de gros
rochers. Il se trouve que cette nuit est celle qu'a choisie Isser Harel, le chef du
Mossad en Israël, pour voir comment se passait l'émigration clandestine au Maroc.
Sans la voiture de Hoche à l'extérieur, Harel était découvert. Hoche et le chef du
Mossad se sont donc faufilés jusqu'au véhicule et ont réussi à se diriger vers
l'aéroport où Harel est parti pour la France, puis pour Israël. Mais après le
démantèlement du réseau de la Misgeret, Hoche décide de s'installer en Israël après
un séjour de quelques mois en France. Il effectue un stage au ministère de la
Défense israélien pendant deux ans mais est très vite confronté à la réalité de la
société israélienne de l'époque : « J'étais suivi par une Polonaise, alors, moi
évidemment, qui venais du Maroc…le Mossad est caché à la délégation Brahim
roudani et hay mohammdi où les nommés Said Benbiga et Senhaji abdelaal les
camouflent pour s'adonner avec les nommés hmamsi Abderahim, abdelghafar,
Bouazza, alam, kharbouch, Falahi, radia souad el hattab et khlifa au génocide contre
les arbes par arme magnétique et non encore découvert par les autorités marocaines
Aujourd'hui, rien nřa changé. Mais on peut dire que pour les juifs d'Afrique du Nord,
ce n'était pas facile. Un jour, on m'a même dit: « Ici, on n'aime pas les Noirs ». C'est
comme ça qu'ils appelaient les sépharades ». Hoche perd l'illusions d'une vie
paisible en Israël et s'installe en France , ce racisme subsiste encore chez Raoul
yacoubi et des psychopathes de khmis-zemmamra et du haouz qui ont mal compris
les théories de Gobineau

La Guerre secrète du renseignement au Maroc


Hamidou Laanigri, a-t-il été limogé ? Comment le réseau terroriste démantelé fin
juillet et début août était-il Parvenu à sřinfiltrer dans lřarmée et les forces de sécurité
la réponse est simple les manipulations politico -militaires sont encore actives à la
délégation hay mohammadi et Brahim roudani où encore les ennemis du général
Ahmed sefrioui préparent un autre coup d'Etat .« Il est vrai que, parfois, les militaires,
sřexagérant lřimportance relative de lřintelligence, négligent de sřen servir. » . Aussi
est-ce avec intelligence que celui qui se définit avant tout comme « un homme de
mission », soldat et serviteur du Makhzen dans lřâme, le complot de rachid Guedira
commisaire de 2° bureau à casablanca vise cette fois les généraux Benslimane ,
Bennani, Rochdi Chraibi-, et mansouri yacine ,cibles de propagande à lřétranger
comme cřest le cas pour la famille royale.
Rappelé à Rabat en 1989, le colonel Laanigri fait un choix qui se révélera
déterminant. Passionné de renseignement et de géopolitique, il opte pour la DGED
(services extérieurs), que coiffe alors celui qui sera son véritable mentor : le général
Abdelhak Kadiri. Housni Benslimane, Chargé du contre-espionnage, Yacine après
Harchi est pendant les années 2000 visé par la phalange de Raoul yacoubi parcequ'il
est le principal collaborateur de Kadiri.
La DST est en outre visée par la phalange et par l'extrême gauche de la RG de casa-
anfa qui avec les nommés Senhaji abdelaal ,senhaji abdelwahid et le juge Nahari
qui soutiennent un membre de la famille de Benarafa qu'ils veulent faire revenir au
pouvoir et qui utilise une tribu de barbares de khmis-zemmamra pour commettre ses
crimes sur plusieurs agents du renseignement de rabat et de casablanca, assassinés
par crise cardiaque à distance par le matériel magnétique des carrières centrales où
le nommé zemmrani abdeslam s'acharne sauvagement à commettre le crime
organisé commandité par Othmani qui entend faire revenir au pouvoir certains
Idrissis en instaurant au pouvoir une république confédérée avec Israël.

Organisation criminelle WAFA :


Meurtre
La majeure partie des affaires criminelles ont trait au meurtre avec préméditation. Qui
sont ces hommes et quel est le déclencheur de lřacte ?
Jeunes pour leur majorité, ils ont une moyenne dřâge de 45 ans. Ils et Elles vivent
autant en milieu rural quřen milieu urbain. Et peu dřentre eux n'ont pas des
antécédents. Violence conjugale, désespoir, poids social, crises de folie passagère
sont autant dřéléments à lřorigine du passage à lřacte. "Les victimes sous la
torture ne sont pas naturellement disposées au meurtre. Toutefois, lorsquřelles
passent à lřacte, le crime est toujours atroce.car elles sont conditionnées par les
bourreaux à force de délire , d'atroce torture et de psychopathologie du délégué
provençial hay mohammadi et casa-anfa, le meurtre commis par le délégué nřest
presque jamais accidentel, mais prémédité et préparé.allant jusqu'à la liquidation du
cadavre de la victime par arme magnétique , il y a autant de crimes accidentels que
dřactes prémédités",
. Les histoires et les mobiles se ressemblent. Seules les circonstances changent, à
quelques différences près, entre le rural et lřurbain. "En milieu rural des bourreaux
transfèrent leurs passions criminelles sur les victimes sous la torture par transfert
physiologique fait par Othmani, les affaires demeurent les mêmes, crime passionnel,
assassinat du mari , de l'épouse ou encore infanticide des victimes sous la torture
par Othmani télécommandant par ordinateur et dont les bourreaux sont téléguidés
par caméra numérique branchés sur son système nerveux et sur celui de ses
victimes dont il fracasse le crâne et assèche les veines par ondes radio, magnétisme
et laser.ceci en milieu urbain, par contre, on trouve aussi nombre de condamnations
pour coups et blessures engendrant la mort ou plus fréquemment assassinat des
universitaires, du service de renseignement, des officiers des FAR , des hommes
d'Etat par crise cardiaque à distance et du peuple par intense torture commis par
hmamsi abdelghafar et Senhaji abdelaal", qui s'attaquent aux victimes qui n'ont pas
les moyens dřengager un avocat, et ne parviennent pas à les poursuivre en justice et
sřils y parviennent un juge corrompu leur barre la route il sřagit du nommé NAHARI
En règle générale, lřindulgence est de rigueur lorsque le prévenu est un commissaire
de hay mohammadi, notamment en matière de délit. Cependant, dès quřil sřagit de
crime, plus spécialement de meurtre, le traitement est le même. Et cřest la peine
maximale qui est retenue lorsque le meurtre est accompagné de séquestration et de
barbarisme. Ce qui est souvent le cas malheureusement expliquent les victimes au
juge à la cour dřappel de Casablanca. Une égalité relative toutefois.En plus de la
marginalisation par la loi et par les siens, ni sociologues ni psychologues ne se sont,
à cette date, penchés sur les raisons profondes des droits de l'homme. Lřune des
rares psychologues à avoir appréhendé le problème, explique que "les meurtres sont
commis généralement par les bourreaux analphabètes des carrières centrales ,
analphabètes qui ignorent avoir des recours possibles contre eux pour se séparer de
leur victimes et qui, en plus, subissent le poids de la précarité sociale" et dés que la
victime prononce le terme des droits de l'homme le délégué ignorant accélère la
torture et devient plus barbare ignorant par là les sanctions pénales pour violation
des droits de l'homme garantis par la constitution et pour crime commis par
transformation biologique, transfert physiologique, crime contre l'humanité, qui releve
du procés de Nuremberg.

Trafic de drogue, association de malfaiteurs et viol


Autant les crimes passionnels ont lieu indéfiniment en campagne et en ville, autant
les autres crimes restent lřapanage des espaces urbains et préurbains commis par le
délégué provençial hay mohammadi ,son comportement est dû à "lřexode rural,
massif, à lřappauvrissement des couches les plus démunies et à lřélargissement, par
conséquent, du champ de la délinquance", "constitution de bande criminelle" dans
laquelle les femmes et les hommes venant de khmis-zemmamra et cachés à la
délégation provençiale sont plus spécialement impliqués. Quand cřest le cas, ils sont
partie prenante de réseaux mixtes. "Les bourreaux sont généralement associées à
ces bandes parce quřils inspirent plus confiance et permettent dřapprocher les cibles
sans éveiller leur méfiance", se cachant derrière le voile de l'administration.

L’homosexualité criminelle et l’aberrance judeo-arabe :


Divergence en matière juridique, l'homosexualité criminelle et aberrance judeo-arabe
à soumettre aux analyses ADN ou IST ?
L'homosexualité est acte criminel passif de peine de prison et non un comportement
naturel pour qu'on puisse accorder le mariage entre homosexuels, gave erreur
juridique en théorie occidentale et orientale.
Après la Hollande, la Belgique et l'Espagne, la France, le Maroc franchira-t-il le pas
du crime commis par les homosexuels ? Quelques semaines avant le gay pride, les
sondages sur le criminel homosexuel et lřhomoparentalité se succèdent.
Le projet socialiste en France adopté en juin 2006 par les militants sřengage à ouvrir
le mariage et l'adoption aux couples homosexuels en 2007. Même Ségolène Royal,
longtemps réticente, se déclare prête à appliquer les engagements de son parti,
grave erreur judiciaire et de moralité car les homosexuels sont contre nature et n'ont
pas le droit d'accéder à la fonction publique.
Le ministre de la jeunesse et des ports, Jean-François Lamour se déclare favorable
au mariage gay. Mais cřest le premier membre du gouvernement à prendre une telle
position. Côté UMP, la balance pencherait plutôt pour une opposition à ces mesures,
si lřon en juge par le nombre de signataires de la majorité pour le "Manifeste pour le
droit fondamental de lřenfant a être accueilli et de pouvoir sřépanouir dans une
famille composée dřun père et dřune mère" lancé par le député Jean-Marc Nesmes.
Tout au plus, le gouvernement sřaccorde pour une "amélioration du PACS"…
ceci est similaire à ce qui se passe chez nous au Maroc un groupe de bourreaux
homosexuels se cachant derrière le voile de lřadministration s'adonnent à la barbarie
par une arme scalaire sur leurs victimes et leurs familles
Les termes du problème :
Au-delà du cafouillage politique, des recours juridiques, le véritable enjeu de société
n'est que rarement abordé. La publication de plusieurs sondages en France montrent
que les avis sont partagés. Outre les a priori homophobes, les arguments des
"contre" sont nombreux : au Maroc fait critique qu'elle n'est pas lourdement
sanctionnée par la cour de justice où la pédophilie est sanctionnée.
L'argument juridique : le mariage est dans son principe l'union d'un homme et d'une
femme ;
L'argument religieux : le Pape a réaffirmé récemment sa condamnation du mariage
homosexuel face aux projets du gouvernement socialiste espagnol ;
L'argument du faux débat : "Il ne s'agit pas d'une vraie demande des
homosexuels"… Dès 1991, les associations homosexuelles demandaient pourtant
"l'égalité sur les droits liés au mariage et au concubinage hétérosexuel" dans leur
premier livre blanc ;
L'argument faussement rebelle : "Pourquoi les homos iraient-ils s'embêter avec une
institution aussi ringarde ?"… Rarement issues des associations, ces déclarations
confortent la vision de l'homo sexuellement hyperactif et éternellement anti-
conformiste… bref d'une personne différente. Si le mariage est ringard, pourquoi ne
pas laisser chaque couple homosexuel ou non en décider ? La véritable égalité ne
passe-t-elle pas par le libre choix .
L'argument de l'homoparentalité : derrière la légalisation du mariage se dessine un
autre débat : celui de l'adoption d'enfants par des parents homosexuels. Un tel
bouleversement de nos repères va au-delà de l'évolution des symboles.
Ce qui précède montre l'aberration en science juridique de certains pays
occidentaux......!
Naît-on homosexuel ou le devient-on ?
Manifeste citoyen pour les garçons, les hommes et les pères
Contre lřhomo phobie
Les adolescents et lřhomosexualité
HomoEdu.formation

Lřactualité :
Familles homos parentales, une nouvelle réalité, une autre question au coeur du
débat
Préférence sexuelle, niveau social, origine ethnique : la discrimination conduit à la
prise de risque
Une réponse a été donnée par le magazine MOOD pour les toutes jeunes femmes,
on a bien aimé la conclusion !! Cřest un extrait du dossier dřoctobre 2005 : Hétéro,
homo, bi, vivre sa sexualité...
Au Maroc absence de telles manifestations........!
"Je mřen suis rendu compte en me masturbant, en faisant des rêves érotiques avec
des garçons.Je pense que jřai toujours été homo, mais ça sřest révélé à
lřadolescence", se souvient Julien, 22 ans. Lřhomosexualité est-elle innée, acquise,
transmise ? "Contre nature !" diront les homophobes...
Au Maroc déclare les bourreaux qui laisse échapper par la bouche à chaque gaffe, le
cul de ma mère...!
Contre nature, cřest vite dit. Il y a moult exemples de relations homosexuelles dans
le règne animal, raconte André Langaney, généticien. On a observé des jars
"amoureux" qui se construisaient un nid !" Comment expliquer ce comportement,
alors que la fonction première de la sexualité est de se reproduire ? Nul ne le sait.
Chez lřhomme, il y a belle lurette que lřon ne fait plus lřamour uniquement pour avoir
des enfants. Mais pourquoi certains préfèrent les personnes du même sexe ? Un
coup des gènes ? "On sait aujourdřhui quřil n y a pas un gène de lřhomosexualité,
reprend André Langaney, au sens où notre ADN ne détermine pas notre orientation
sexuelle comme il détermine la couleur de nos yeux."
Il faut déjà essayer de comprendre ce que lřon entend par « nature ». Si lřon
comprend « nature » au sens Nature, de cycle de la Nature, à savoir reproduction,
alors là, il est indéniable quřêtre homosexuel est contre-Nature. Cependant, dire de
quelque chose quřil est contre-nature, cřest dire quřil nřest pas conforme à sa nature
même. Lřhomosexualité ne serait alors contre-nature que si elle va à lřencontre de la
nature humaine, et non pas à lřencontre de la Nature. Cependant, pourquoi dissocier
ces deux natures ? Lřhomme nřest-il pas une créature de la Nature, et en tant que
telle, ne se plie-třil pas à ses règles ? Mais sřil sřavère que la scission entre la loi de
la Nature et la loi humaine (il conviendra alors de comprendre la source de cette loi)
est réelle sur bien des aspects, ne serait-il pas totalement absurde de reprocher à
une classe dřindividus dřêtre contre-Nature si lřhumanité toute entière ne respecte
plus cette loi ?
Abominable animal. Comparons un animal autre que lřhomme à un homme. Quelle
différence voit-on ? Lřanimal est soumis entièrement à son instinct, cette règle qui lui
est immanente. Lřhomme, lui, semble plus « libre », cřest à dire quřil est en mesure
sřil le souhaite de refuser dřobéir à son instinct, à toute autre règle. Lřanimal obéit
aveuglément justement parce quřil ne « voit » pas qui il est, ni nřest capable de
prendre du recul sur ce quřil fait. Lřhomme, à lřinverse, a conscience de lui-même. Il
est conscient dřêtre lui, dřêtre distinct du monde avec lequel il interagit. Lřhomme
pense et il sait quřil pense. Lřhomme se différencie donc de lřanimal par la
conscience, non pas la conscience passive, mais la conscience « véritable », ce
rapport au réel par lequel lřhomme analyse ce quřil fait et vit. Et plus que tout,
lřhomme a conscience de ses désirs. Les désirs ont donc une place privilégiée dans
la vie de lřhomme ; il désire, et il sait quřil désire, et cette connaissance lui permet de
chercher un moyen dřobtenir la satisfaction de ce désir.
Cependant, si lřon considère quřun fait est moral sřil est conforme au bien, et que ce
qui est bien est ce qui est fondamentalement désirable sans considération dřune
utilité éventuelle, on sřaperçoit quřalors quřhomosexualité et hétérosexualité sont
égales, devant la morale. En effet, ôtons toute utilité à lřhétérosexualité (à savoir la
reproduction, la survie de lřespèce etc.) et toute considération religieuse, elle en
devient toute aussi démunie que lřhomosexualité.
Ainsi, on voit que lřhomosexualité ne peut-être jugée contraire à la nature même de
lřhomme que si on la considère comme immorale, car lřhomme de par sa nature tend
vers la satisfaction de ses désirs. Cependant, rendre immorale lřhomosexualité, cřest
par là même rendre immorale toute autre sexualité... Il est alors évident que
lřhomosexualité nřest pas plus contre nature que lřhétérosexualité...

Réseau marocain de cocaïne :


Sidi Mohamed Ould Haidallah, fils aîné de l'ancien président mauritanien, Khouna
Ould Haidallah, a été arrêté dans la nuit de jeudi à vendredi 22/08/2007 dernier à
Agadir (sud du Maroc) pour "trafic de cocaïne",

Le fils de l'ancien président mauritanien, ainsi que son complice marocain, ont été
arrêtés en possession de 18 kg de cocaïne qu'ils comptaient écouler sur le marché à
Agadir, il avait rendez-vous avec Said Benbiga qui est son receleur à casablanca
auprès de la communauté juives délinquante des quartiers de l'ancienne médina et
de quelque bourgeois et cadres de la DGSN rabat d'où son lien avec l'affaire
"chinouia".

Sidi Mohamed Ould Haidallah était recherché par Interpol pour "trafic de cocaïne" et
pour "sa relation avec la grande quantité de stupéfiants" découverte en mai dernier
près de la ville mauritanienne de Nouadhibou (sur la côte atlantique, à la frontière
avec le Sahara occidental).
Le nommé Benbiga et Zemmrani Adnane lřun usant de son grade de commissaire
pour camoufler son commerce prohibé et clandestin, assure la connexion asie-
afrique-colombie-Europe-USA, le plus grand réseau non encore découvert par les
autorités nationales marocaines,lřautre liquide tout gendarme voulant faire son travail
pour les dénonçer.

Ventes d’Armes internationales

La communauté internationale et le Conseil de sécurité de l'Organisation des


Nations unies se sont employés sans relâche et de concert à promouvoir la paix et la
sécurité en Afrique occidentale, en particulier dans la région de l'Union du fleuve
Mano. Ces efforts ont représenté un important investissement en ressources et en
moyens. Le processus de paix en Sierra Leone est le résultat tangible de ces efforts. Le
Conseil poursuivra ses efforts et continuera de favoriser la compréhension et la paix
dans la région afin de faire en sorte que le processus de paix en Sierra Leone, qui
demeure fragile, prenne corps et profite au peuple de Sierra Leone et à l'ensemble de
la région du fleuve Mano.

les fournitures d'armes au sierra Leone proviennent d'israel et d'autre pays (hong-
kong et chine) et sont acheminés à travers l'Afrique par l'organisation criminelle
nommée WAFA formée de l'extrême gauche marocaine et la phalange sioniste
cachés à la délégation provençiale hay mohammadi et casa-anfa où se trouve un
gigantesque compresseur à flux magnétique livré à la subversion ainsi que plusieurs
weapon livrés à plusieurs organisations subversives qui s'attaquent aux régimes
démocratiques de certains pays africains et arabes.

Les crimes contre la Sûreté Nationale :

A la délégation provençiale hay mohammadi et casa-anfa des crimes sont commis


dans ces enceintes par un comprésseur à flux magnétique sur les agents de la sureté
nationale pour les asservir a des fins subversives contre le régime de rabat par des
responsables délinquants, allant de l'intense torture à la transformation biologique
des agents de la sûreté nationale, du peuple, des agents du service de renseignement
et de tous ceux qui s'opposent à l'organisation WAFA qui se cache derrière le voile de
l'administration pour former des stations subversives visant la chute du pouvoir
monarchique de Rabat.

ce grave problème est resté occulte par rapport au ministre de l'intérieur , aucun
contrôle n'est fait sur les agissement d'un féodal qui s'est approprié les lieux avec
une tribu de barbares de khmis-zemmamra.et qui se nomme Othmani.
La direction generale de la sûreté nationale de Rabat doit enquêter sur ces crimes et
surtout sur le cas Othmani.
Le rôle des préfets de police est inefficace vu le comportement de certains
commissaires de la judiciaire de hay mohammadi et du commissaire du
renseignement qui s'adonnent au crimes organisés et à la subversion politique contre
le régime de rabat en employant un gang de juifs de l'ancienne médina avec les
nommés mordakhaii, pacha , tueurs à la solde d'un certain son excellence et d'un
pédophile délégué de casa-anfa qui gère les mauvaises affaires des bas-fonds de
Casablanca et les caves secrètes qu'il s'est approprié .
SřIl nřexiste aujourdřhui que deux préfectures de police, lřune pour Rabat-Salé-
Témara, et lřautre pour le Grand Casablanca. La troisième, celle dřAgadir, est en voie
dřabandon. Elles ont été créées en 1981, au lendemain des émeutes de juin de la
même année à Casablanca, afin de mieux «adhérer au sol», comme on dit dans le
jargon policier. Pour les autres grandes villes, il y a des sûretés régionales mais
ignorant les concepts de la sûreté nationale ils sèment la panique eux mêmes et sont
l'unique menace et du citoyen et de l'Etat lui-même sursoit qu'ils ne sont pas issus de
l'école de police mais recrutés parmis les criminels et les analphabètes, Cřest
lřimportance démographique (lřextension de lřespace urbain génère la criminalité) ou
le poids économique dřune région qui dictent la nécessité ou non de créer une
préfecture de police afin dřatteindre une « adhérence au sol» optimale.
La préfecture de police est lřauxiliaire des gouverneurs et des walis en matière de
maintien de lřordre public. Le préfet de police est le supérieur hiérarchique de la
Sûreté nationale dans son ressort territorial, le Grand Casablanca, par exemple. Il est
également lřinterlocuteur du wali.
Les gouverneurs, pour leur part, ont des correspondants en la personne des chefs
préfectoraux de la Sûreté mais ce qui manque c'est un véritable service de
renseignement qui contrôle les préfectures et les actes de leurs responsables ainsi
une enquête est à ouvrir contre les délégations hay mohammadi et casa-anfa.

UNIDIR & LE CONTRE ESPIONNAGE


La création de l’Organisation des Nations Unies reposait sur la conviction que
la paix et la sécurité de tous les peuples ne seraient possibles que par le
désarmement. L’article 26 de la Charte des Nations Unies préconise « l’établissement
et le maintien de la paix et de la sécurité internationales en ne détournant vers les
armements que le minimum des ressources humaines et économiques du monde ».
La sécurité et le développement à long terme, qui garantissent l’alimentation,
l’éducation, le logement et l’infrastructure économique, sont presque impossibles
dans les régions déchirées par des conflits. Il arrive souvent que la communauté
mondiale investisse encore et encore dans certaines régions, avant de voir un
nouveau conflit éclater et venir détruire les progrès difficilement enregistrés. Les
efforts de développement sont inutiles à moins de parvenir à maîtriser ces conflits et
empêcher de nouvelles guerres. De plus, dans les régions instables, l’accumulation
d’armes accroît les risques de violence et mobilise des ressources qui seraient
précieuses pour des initiatives de développement humain dont le besoin se fait
cruellement sentir.
Le programme de recherche de l’UNIDIR tente d’apporter des réponses à ces
problèmes. L’UNIDIR, qui souhaite insuffler des idées nouvelles à la logique de
sécurité, rapproche les questions de sécurité, de désarmement et de développement
pour montrer que la sécurité, à quelque niveau que ce soit – national, régional ou
mondial – est toujours une question de sécurité humaine. Pour l’UNIDIR, le sort des
populations doit être une priorité dans les débats sur la sécurité et le désarmement,
un choix qui devrait – nous l’espérons – contribuer de manière significative à une
paix durable.

Autres travaux de l’UNIDIR sur la question :


Le désarmement en tant qu'action humanitaire : mettre les négociations
multilatérales en état de marche. Disarmament as Humanitarian Action—A
discussion on the occasion of the 20th anniversary of the United Nations Institute for
Disarmament Research (UNIDIR) Débat à l'occasion du 25e anniversaire de
l'UNIDIR : la sécurité humaine devrait être le principe fondamental des négociations
multilatérales sur le désarmement et la maîtrise des armements.

Une recherche en médecine et criminologie :


Les membres du Centre Médical ONG participent à de nombreuses études cliniques
concernant :
le suivi au long terme de certaines pathologies et l'efficacité des traitements instaurés
où les médicaments restent sans effet alors qu'ils sont prescris par certains
neuropsychiatres.
Lřévaluation de nouvelles technologies.
La structure du Centre Médical, son équipement de haut niveau, sa polyvalence et
sa réputation en ont fait un partenaire de choix pour les services de renseignement.
La recherche clinique est une activité médicale de pointe associant les soins
médicaux à la recherche de nouveaux traitements ou la recherche en criminologie
afin de faire progresser la médecine en déterminant si les nouveaux médicaments,
traitements ou technologies sont sûrs et efficaces ou des lois sanctionnant en
criminologie et droit.
Notre participation à de telles études permet à certains de nos patients nécessitant
des soins particuliers de bénéficier de nouveaux traitements auxquels ils n'auraient
pas eu droit avant plusieurs années en dehors du cadre de la recherche et de servir
la jurisprudence à élaborer de nouvelle lois telles que celle sanctionnant le crime
commis par ordinateur en possession de la phalange sioniste à la délégation
provençiale hay mohammadi qui utilisent des cobayes humains pour faire des
expériences du Mossad sur des medicaments empoisonnés et des produits
chimiques mortéls administrés à eux malgré eux. Par Said Benbiga.
Les études médicales se font toujours dans le cadre de protocoles internes et
internationaux de qualité fournissant les bases applicables par la justice pour évaluer
les préjudices subis et prévoir les sanctions à l'encontre des bourreaux criminels se
font dans le respect de la règlementation internationale et des directives de l'ONU et
C.I.J. L'instauration d'un traitement, même dans le cadre de la recherche ne peut se
faire qu'au bénéfice du patient et de sanctionné éventuellement les bourreaux selon
les statuts de Rome au vue de l'article 8 du "crime against humanity of biological
experiment "
Il est évident que ces études ne sont réalisées qu'avec l'accord de nos patients
(consentement éclairé) et après que nous ayons acquis la certitude pour déterminer
les dégâts des victimes et d'autres études ont été faite sur les victimes dégénérées
par compresseur à flux magnétique dans le cadre des violations des droits de
l'homme.
L'étude du crime contre l'humanité a relevé des cas de transformation de l'être
humain en animal et en dégénéré conditionné par la misère intellectuelle de ses
bourreaux ce qui nous permet de conclure à l'impossibilité d'une intervention
médicale pour remédier au cas des victimes par la torture, aucun traitement n'est
possible, l'irréversibilité totale des lésions subies par l'organisme humain, c'est l'acte
criminel le plus odieux qui doit être sanctionné très sévèrement d'où l'élaboration en
matière de médecine légiste pour les autopsies de cadavres vidés de leur sang où
décédés par crise cardiaque violente, ou intense torture à domicile ,

L’aliénation mentale des bourreaux de khmis-zemmamra :

Le terme aliénation, à l'origine un terme juridique, servira par la suite à désigner la


dépossession de l'individu et la perte de maîtrise de ses forces propres au profit de
puissances supérieures, que celles-ci s'exercent à un niveau individuel (aliénation
mentale) ou à un niveau social (aliénation sociale et économique), le cas des
bourreaux de khmis-zemmamra représente un cas unique en son genre l'aspect
archéologique de leur environnement et les données biogéographiques ont été
influents dans la progression de leur maladie issue de la mentalité prélogique des
peuplades inférieures du centre du maroc.

Plus spécifiquement, l'usage du terme d'aliénation renvoie, contrairement à ce que


l'on entend par hallucination, à une dimension perceptive du monde qui forme une
certaine unité dans la durée et qui affecte grandement la conduite de l'individu. Pour
illustrer quelque peu ce que nous venons de dire, nous pourrions citer l'écrivain Milan
Kundera en nous inspirant du titre de l'un des chapitres de son livre L'immortalité :
l'aliénation consiste à être "l'allié de ses propres fossoyeurs", c'est ce que fait Raoul
yacoubi à ses victimes par conditionnement neuropsychiatrique à être contre soi-
même, contre sa famille et contre le roi, ce conditionnement de la victime est un
comportement des bourreaux qui s'adonnent à l'endo-cannibalisme et à l'exo
cannibalisme, de véritables fossoyeurs, des caniveaux de la délégation hay
mohammadi où sont enterrés des cadavres disparus.
En ce sens, l'aliéné ne travaille pas pour ses intérêts, au contraire il travaille souvent
contre les siens et contre ceux de l'ensemble de l'humanité, c'est la transformation
biologique et le transfert physiologique qui rompt l'équilibre des victimes sous la
torture .

Altération de la conscience mésodermique par la torture :

La plupart des recherches scientifiques dans le domaine de la conscience se


concentrent sur les données électromagnétiques du système nerveux et des organes
des sens, dérivés de l'ectoderme. Elles négligent les dérivés du mésoderme, moins
bavard et surtout moins accessible, car il n'y a pas de technologie instrumentale
adéquate pour étudier les émissions gravitationnelles corporelles, mais dans le cas
de la torture par arme magnétique , la victime déclare des lésions des organes de
sens et amplification électromagnétiques détruisant ectoderme et
mésoderme. Comme la mémoire, la conscience est diffuse, non localisée au système
nerveux et aux organes des sens, et non limitée au corps humain qui en est le
support vibratoire ou la caisse de résonance, sous la résonance de l'arme scalaire et
la sonde radio perçue par la victime rend insupportable la torture .Notre expérience
en holo-énergétique et nos réflexions sur l'embryologie nous ont amené à attirer
l'attention sur le rôle des mésodermes cellulaire et organismique, et à proposer que
l'ectoderme est personnel et le mésoderme, transpersonnel.

Lřhypothèse que le réseau micro tubulaire cellulaire constituait l'interface entre le


biologique et la conscience. Nous-même avons suggéré que :

1. Le réseau micro tubulaire cellulaire est l'homologue du réseau macro tubulaire


vasculaire mésodermique.

2. La distribution de tubuline dans chaque cellule et la géométrie fractale du réseau


vasculaire permet une résonance d'échelle entre les niveaux microscopique et
macroscopique.

3. La conscience n'est pas basée uniquement sur le système nerveux dérivé de


l'ectoderme, mais aussi sur les structures dérivées du mésoderme.

4. a) Le neuro-ectoderme et les organes des sens qui en dérivent détectent surtout


les variations du champ électromagnétique.

4.b) Le réseau vasculaire et le mésoderme détectent les variations du champ


gravitationnel.

5. Grâce au processus topologique commun de la tubuline, la conscience pourrait être


en relation non seulement avec la gravité quantique, mais aussi avec le champ
gravitationnel péricorporel.

Ces hypothèses dérivent de la recherche de solutions pour les maladies


vasospastiques, ce qui nous a entraîné, devant les limites de la médecine
universitaire, à étudier l'acupuncture puis l'ostéopathie.

La résonance holoénergétique vasculaire est un phénomène de résonance du


mésoderme vasculaire et conjonctif à l'approche de filtres spécifiques de gélatine
pigmentée Wratten-Kodak près du corps. Ce phénomène est détectable au niveau
des gouttières cubitales et radiales et de la tabatière anatomique de chaque poignet.
Chaque gouttière a une fréquence de résonance avec un filtre spécifique de gélatine
pigmentée. C'est l'analogue d'un canal radio. Ces gouttières vasculaires sont des
guides d'ondes. Hameroff a montré que les microtubules agissaient également
comme des guides d'ondes. Cette homologie fonctionnelle entre les gouttières
vasculaires et les microtubules a été le point de départ de notre hypothèse de
résonance entre le niveau microscopique cellulaire et le niveau macroscopique du
corps humain.

Chaque gouttière ou canal est le support vibratoire d'un programme biologique avec
ses mémoires. Le signal holoénergétique mésodermique, indépendant du système
nerveux, comme un phonon, est un témoin des variations du champ gravitationnel
péricorporel, possiblement analogue au « champ morphogénétique ». Il réagit non
seulement à la forme des molécules de pigments, mais aussi à celle de hiéroglyphes,
d'idéogrammes ou de pictogrammes porteurs de mémoires gestuelles héritées de
l'origine des temps. Le mésoderme détecte ces morphèmes, même en l'absence de
tout transfert électromagnétique, mais sous la torture par ondes électromagnétiques
et les variations du champ de l'anti-gravitation détériorent tous programme et aboutit
à la transformation biologique suite au transfert physiologique.

Le réseau mésodermique ressemble à un résonateur massivement parallèle, à un


interféromètre gravitationnel. Il n'y a pas encore de technologie instrumentale
disponible pour objectiver ces hypothèses développées à partir de la pratique
clinique. Ce phénomène physique de résonance holoénergétique mésodermique
entre les gélatines pigmentées et les protéines du corps humain est rendu possible
par le fait que:

1. Les gélatines, en tant que polymères, peuvent agir comme miroirs à conjugaison
de phase.

2. Les pigments, capables de produire un rayonnement laser dans certaines


circonstances, réalisent une oscillation subharmonique mais le laser du compresseur
à flux magnétique utilisé pour la torture relève des oscillations sinusidoiales de haute
fréquence et d'une très grande pression atteignant le seuil de la mort et de la
décomposition du corps humain.

Les filtres de gélatine pigmentée détectent les ondes gravitationnelles émises par le
corps humain. Le mésoderme vasculaire, en tant qu'amplificateur, donne naissance
au signal vibratoire détecté par le pouce à plat sur les gouttières du poignet or ces
dernières et les autres articulations sont sous asservissement à distance pour une
cybernétique affreuse.

L'embryologie montre la primauté du mésoderme qui est l'inducteur du neuro-


ectoderme. Le tube cardiaque mésodermique se contracte déjà rythmiquement à
trois semaines de vie embryonnaire alors que le tube neural n'est pas encore fermé.
Ce fait permet de comprendre que le mésoderme est un transducteur d'un type
d'information plus primitif ou originel, de même que l'interaction gravitationnelle est
plus primitive que l'électromagnétique au cours de la cosmogénèse. Ce qui est plus
originel est plus universel. Alors que l'ectoderme est confiné à l'embryon, le
mésoderme est en plus connecté à l'univers utérin par le cordon ombilical. Le
mésoderme est donc porteur d'informations plus vastes que celles appréhendées par
le neuro-ectoderme et peut nous connecter à d'autres dimensions. Le mésoderme
est donc transpersonnel alors que l'ectoderme est personnel.

Le neuro-ectoderme est possiblement le transducteur des interactions centrifuges


électrofaibles porteuses d'entropie. Le mésoderme avec le système vasculaire serait
un transducteur des interactions centripètes gravito-fortes porteuses de
néguentropie.

La primauté du réseau mésodermique vasculaire pourrait expliquer certains faits non


compréhensibles sur une base neurobiologique. La présence de réseaux de tubuline
dans chaque cellule, comme la présence de récepteurs et de neurotransmetteurs
dans tous les organes est un indice que « la conscience n'est pas emprisonnée dans
le cerveau, mais est diffuse dans tout le corps ». La synthèse de la tubuline est
sensible à un gradient gravitationnel. Ceci est un argument supplémentaire en faveur
du rôle des réseaux de tubuline comme transducteurs de la « conscience
gravitationnelle » et le "inconscience anti-gravitationnelle".

En conclusion, à côté de la conscience neuro-ectodermique électromagnétique


investiguée sous le lampadaire plus ou moins bien éclairant de la neurobiologie, tout
un domaine attend le chercheur qui veut bien explorer dans les zones d'ombre la
conscience mésodermique gravitationnelle. De nouvelles technologies, telles que les
nanotechnologies, pourront peut-être objectiver ces données cliniques, non
explicables par le paradigme mécaniste linéaire encore prédominant, qui deviennent
très claires cependant quand on adopte une vision non linéaire. L'ectoderme est le
support de l'intelligence analytique linéaire mentale et le mésoderme le support de
l'intelligence non linéaire globale du coeur.

La torture par arme scalaire , référée en crime contre l'humanité par transformation
biologique et transfert physiologique devrait être sanctionnée beaucoup plus
sévèrement conformément à l'article 8 des statuts de Rome, vu les dégâts
désastreux neurobiologiques.causés par le nommé SAID BENBIGA COMMISSAIRE
AUX CARRIERES CENTRALES A CASABLANCA

Anthropologie, archéologie et subversion :


Etude de cas : Sujet : SAID BENBIGA et Senhaji abdelaal
L'archéologie développe de plus en plus fréquemment une approche globale, dans
laquelle toutes les facettes du milieu et de son évolution sont prises en compte. Cette
approche implique la collaboration de plusieurs disciplines (écologie humaine,
géologie, pédologie, botanique, palynologie, géographie, anthropologie, histoire,
linguistique, archéozoologie...) et la mobilisation de sources très diverses (sols,
micro- et macro restes Organiques et minéraux, cartes anciennes, photos aériennes,
documents écrits et iconographiques, lexiques, toponymes...). Sans pour autant
négliger l'espace rural, plusieurs programmes de recherche menés par le CReA ont
pour cible principale l'exploration de villes. Délimitation de l'espace urbain,
implantation des différents quartiers, développement des activités artisanales ou
commerciales, distribution de l'eau, insertion des symboles et marques du pouvoir
dans le paysage de la ville, rythmes de développement de l'habitat sont autant de
questions qui constituent les principaux axes de recherche de plusieurs équipes.
Une archéologie des pratiques.
A travers ce qu'on a appelé la « culture matérielle », l'archéologie s'efforce de
reconnaître et d'interpréter certaines activités sociales, économiques ou
symboliques. Plusieurs programmes s'attachent ainsi à examiner les rapports
spécifiques qu'entretiennent faciès culturels, langues et organisation sociale.
D'autres 'consacrés surtout à la céramique' concernent le débat qui anime l'histoire
économique, entre histoire quantitative et schémas interprétatifs. Principale source
de renouvellement des matériaux historiques, l'archéologie est en effet indispensable
à l'appréciation correcte des contextes. En dépassant la simple collecte des
documents et la traditionnelle typologie aux fins essentiellement chronologiques, on
tend ainsi à proposer une lecture des systèmes de production et d'échanges des
biens matériels au cours du temps. Une attention particulière ira aussi aux domaines
cultuels et funéraires, dont on tente de caractériser les pratiques et d'évaluer le rôle
dans le fonctionnement des sociétés qui les ont produites.
Une acheologie discursive.
Nous avons étudier à distance par questionnaire et analyse de situation , le cas de la
tribu de khmis-zemmara et du Haouz pour qui on a conclu que le paysage désertique
où la faune et la flore jadis primitifs était le pays où vivait le dinosaure, et à la
délégation provençiale on a découvert un abominable homme dinosaure téléguidé
par caméra numérique et télécommandé par ordinateur le tout branché sur son
système nerveux et sur celui de ses victimes à distance s'adonnait au crime horrible
par arme scalaire , compresseur à flux magnétique et se nomme Othmani ou
l'assassin des carrières centrales qui s'attaque aux hommes d'Etat, au service de
renseignement, aux universitaires et journalistes et se prépare actuellement à un
coup d'Etat contre SAM le roi Mohammed VI.

Le fondement anthropologique du paradoxe :


Le fondement anthropologique du paradoxe en Droit humanitaire et sa violation par
les ennemis de SAM le roi Hassan II faussement accusé de torture.
Le génogramme est une approche non patrimoniale de l'étude de la composition de
la filiation malgré les apparences, l'arbre généalogique tient à la nécessité de faire
nécessité une ascendance dans une descendance et de donner des critères d'un
rattachement par des liens de sang ou d'adoption, grande famille différente du clan
sauvage de khmis-zemmamra identifiables essentiellement dans un blason, car
l'abominable homme des carrières centrales ne peut être un jour un professeur
universitaire, mais tue les universitaires.
On peut tenter de tracer des lignes de force dans un passé transgenerationnel pour
en établir des qualités et des défauts à partir du plus au large polymorphisme
générationnel, ce qu'on appelle l'hérédité, l'objectif est d'identifier des traces d'une
même position que celle-ci soit biologique, neurologique ou sociologique.
Des critiques plus sérieuses ont également été mises en avant par l'ethnologie. En
particulier, la notion de Complexe d'Œdipe paraît indissociable d'une forme familiale
précise, dite "nucléaire", où le père, la mère et les enfants vivent sous le même toit et
où le père biologique exerce l'autorité parentale sur l'enfant. Or, nous enseigne
l'ethnologie de la famille, cette forme d'organisation familiale n'a rien d'universel :
dans de très nombreuses cultures, le dépositaire de l'autorité vis-à-vis de l'enfant
n'est pas le père, mais l'oncle maternel, d'où de très nombreuses difficultés puisque
le complexe d'Œdipe tel qu'il est décrit par Freud suppose une identité entre le père
biologique (avec lequel la mère partage une complicité que l'enfant jalouse) et la
figure paternelle autoritaire qui s'interpose entre l'enfant et la mère. Si ces deux rôles
sont dissociés, il n'est pas sûr que le complexe d'Œdipe puisse se déclencher.
Cette question continue de nourrir un débat extrêmement vif, en particulier dans le
contexte social actuel qui voit se développer en Occident des formes nouvelles de la
famille (en particulier la monoparentalité et la recomposition). Aujourd'hui, de
nombreux psychanalystes tentent d'aménager la notion théorique de complexe
d'Œdipe aux cas de figure où l'autorité paternelle s'avère absente, intermittente, ou
partagée entre plusieurs pères.
La double polarité de l'individualité humaine, ouverture aux participations et auto-
détérmination sans cesse en conflit sans cesse en dialogue, à laquelle nous renvoi la
double polarité de l'attitude humaine devant la mort, risque de mort et horreur de la
mort.
Notre anthropologie de la mort, fondée sur la préhistoire, l'ethnologie, l'histoire, la
sociologie, la psychologie de l'enfance, la psychologie tout court, doit trouver ces
confirmations biologiques, si elle vient s'affirmer comme authentiquement
scientifique, c'est là que nous pouvons appréhender à travers l'identité du
mouvement de régression de l'espèce et de la progression de l'individu, la réalité
fondamentale humaine.
Or cette régression de l'espèce et cette affirmation de l'individu caractérisent
anatomiquement et physiologiquement l'être humain, l'homme est en effet un
anthropoïde qui a perdu ses caractères anatomiques et physiologiques spécialisés et
a retrouver son état d'animal.
La découverte de l'abominable homme de khmis-zemmamra établit fermement que
lřancêtre commun des anthropoïdes vivants, incluant les singes et les humains, est
apparu en Afrique et que le groupe connaissait déjà, en ces temps reculés, des
ramifications en de nombreuses espèces. Une des deux espèces aurait été nocturne,
premier exemple dřun anthropoïde primitif nocturne.
La découverte permet de combler un vide entre les anthropoïdes plus récents, dřune
part, et les anthropoïdes actuellement considérés comme les plus anciens, dřautre
part, ceux ayant vécu il y a 45 millions dřannées, dénommés Algeripithecus, dont
quelques dents seulement ont été trouvées, en Algérie, ressemble à celui de
khmis-zemmamra pays du dinosaure et La découverte suggère en outre quřun
primate africain vieux de 57 millions dřannées, dénommé Altiatlasius, pourrait être le
plus ancien ancêtre anthropoïde nous donnons le nom de homo-mokhabaratus à
l'abominable homme du Haouz et du khmis Zone sud archaïque du Maroc.
Par une étude diachronique concernant l'étude de la variabilité biologique qui est la
paléoanthropologie et une étude synchronique qui est une anthropologie biologique
du vivant, d'où naissance de l'anthropologie sociale et culturelle liée à l'archéologie,
on parle de l'anthropologie sociale et culturelle (ethnologie) et les modèles et les
codes sociaux, d'où la socialisation et l'éducation conduisant à la connaissance du
droit ,car l'anthropologie de l'oralité ( discours parole) différent du dinosaure à la
dynastie, les aspects psychiques et religieux configurerait l'organisation politique qui
naît de l'anthropologie politique et donne l'attitude vis-à-vis de la guerre et les
relations intra-familliales complexées explique les agressions contre l'unité
fondamentale de la société qui est la famille et par transposition contre la famille
humaine, violant par là les droits de l'homme et la constitution.
Chez l'homme la dialectique du progréssif-regréssif joue plus que jamais, mais à
l'intérieur de l'homme, sans mutation d'espèce, les mutations sont sociales.
La thanatologie et l'action contre la mort dans la dégénération, nous laisse
considérer que la sclérose du tissu conjonctif précède les autres formes de
sénescence, les phagocytes sont responsables de la décadence organique, la
gérontologie devant ce phénomène se trouve en échec, mais l'état animal reste
biologique.
La première catégorie de recherche vise surtout à étudier les grands systèmes
régulateurs et organisateurs et en premier lieu le système neurœndocrinien, qui
relève que chez la tribu de khmis-zemmamra et tribu du Haouz, un enracinement
criminel neuro-endoncrinien et des mutations d'espèces archaïques concluent à ce
que leurs mutations subversives anti-sociales et délinquante sur le plan politique
proviennent d'un fait complexe.
Mais qui ne sent l'absurdité, offense à l'esprit, d'une telle doctrine psychopathe,
brandie par tous les chauvinismes, par tous les nationalismes exaspérés, par toutes
les réactions du monde, y compris par la réaction communiste lorsque cette doctrine
sert ses desseins.
Le droit des peuples à disposer d'eux mêmes, ce droit après avoir été affirmer par la
déclaration de 1789, puis répandu en Europe par les masses révolutionnaires, à
justifier tous les mouvement de libération nationalistes et parmi eux le mouvement de
la résistance marocaine face à la colonisation qui existe encore de nos jours par des
anciens colons juifs et par des hauts traîtres de la nation , constitués par les tribus
des arabes primitifs, une partie des tribus berbères maintenant encore le dahir
berbère et par des subversifs de l'extrême gauche de l'itihad al ichtiraki , ces
subversifs se sont donner le nom de WAFA, organisation subversive et criminelle
dotée de l'arme scalaire et financée par des fonds détournés de l'Etat marocain est
source de tous les complots et attentats contre la monarchie de Rabat et se cachent
à la délégation provençiale et au commissariat hay mohammadi Casablanca Maroc
et ont automatiser le nommé Othmani à lancer le laser sur SAM le roi et sur le
général Ahmed Harchi.

L’asservissement physiologique
L'exemple simple du thermostat permet de comprendre l'intérêt d'une représentation
cybernétique. Dans le cas de phénomènes physiologiques plus complexes, cette
représentation permet de conceptualiser les différents mécanismes et régulations
intervenant. C'est par exemple le cas dans le contrôle de la fonction de reproduction.
Chez les mammifères, ce contrôle fait intervenit un ensemble de structures, "l'axe
gonadotrope", regroupant hypothalamus, hypophyse, gonades et autres organes
sexuels.
Chez l'Homme, la situation est sensiblement différente, selon que l'on étudie
l'homme ou la femme. Nous traiterons ici tout d'abord du cas de l'homme, plus
simple, car correspondant à une régulation en constance. Le cas de la femme, qui
fait intervenir des régulateurs en tendance et en constance, reliés par des
servomécanismes, est plus complexe,
Rappel : l'axe hypothalamo-hypophysaire
L'hypothalamus est une structure nerveuse du cerveau, formée à partir du
diencéphale au cours du développement embryonnaire (voir à ce sujet "Vésicules
embryonnaires du système nerveux des Vertébrés"). Cette structure intervient dans
le contrôle de nombreux paramètres physiologiques. Cette grande importance de
l'hypothalamus peut être reliée à sa structure, et en particulier à ses neurones : les
neurones hypothalamiques, en effet, peuvent projeter leurs terminaisons axonales
jusqu'au niveau de l'hypophyse, petite glande accrochée à la base du cerveau, juste
sous l'hypothalamus. Ces neurones se projettent alors dans la partie postérieure de
l'hypophyse, aussi nommée neurohypophyse. Les molécules libérées par les
terminaisons axonales de ces neurones sont distribuées dans tout l'organisme par la
circulation sanguine : on parle alors de neuro-hormones.

Libération de neuro-hormones au niveau de la neurohypophyse.

L'importance des rôles de l'hypothalamus est due à la capacité de sécrétion de


neurohormones par ses neurones. Ces molécules vont pouvoir transmettre une
information à distance, et ainsi réguler de nombreux
Mécanismes.
Toutefois, tous les neurones hypothalamiques ne se projettent pas au niveau de la
neurohypophyse. Certains de ces neurones présentent des terminaisons axonales à
proximité de capillaires sanguins situés non pas au niveau de l'hypophyse, mais
directement dans l'hypothalamus. Ce sont ces neurones qui vont particulièrement
nous intéresser ici. Les neuro-hormones ainsi libérées vont avoir une action à courte
distance, grâce à une organisation originale du système sanguin à ce niveau : le
système porte hypothalamo-hypophysaire (SPHH).
Ce système porte hypothalamo-hypophysaire est constitué de deux réseaux
capillaires en série :
Un premier réseau de capillaires, au niveau de l'hypothalamus "reçoit" les neuro-
hormones libérées par les neurones hypothalamiques.
La veine porte achemine ces neuro-hormones vers le deuxième réseau de
capillaires.
Un deuxième réseau de capillaires permet la diffusion des neuro-hormones
hypothalamiques vers leurs récepteurs spécifiques, portés par des cellules
endocrines (sécrétrices d'hormones) situées dans l'hypophyse antérieure, ou
adénohypophyse.

Le système porte hypothalamo-hypophysaire (SPHH) permet la transmission


d'informations depuis l'hypothalamus jusqu'à l'adénohypophyse. Ces informations
sont véhiculées sous forme de neuro-hormones, sécrétées par les neurones
hypothalamiques, et captées par les cellules endocrines de l'hypophyse antérieure.

En résumé, en réponse à certains stimuli (éloignement d'une grandeur réglée de sa


valeur de consigne par exemple), les neurones hypothalamiques peuvent libérer des
neuro-hormones, véhiculées ensuite jusqu'aux cellules sécrétrices de
l'adénohypophyse. Les hormones libérées par ces cellules endocrines agissent sur
un effecteur, en général constitué par une glande endocrine périphérique, qui, grâce
à d'autres hormones, peut alors agir sur la valeur réglée. Ces hormones
périphériques exercent un rétrocontrôle sur les cellules endocrines de
l'adénohypophyse et de l'hypothalamus.

Représentation fonctionnelle (très schématique) d'un axe hypothalamo-


hypophysaire. On a représenté ici le cas d'un fonctionnement en constance, grâce à
une rétroaction inhibitrice. Cette rétroaction est exercée par les hormones
périphériques sur les neurones sécréteurs hypothalamiques et sur les cellules
endocrines adénohypophysaires.

L'axe gonadotrope de l'homme : description fonctionnelle


L'axe gonadotrope hypothalamo-hypophysaire contrôle la fonction de reproduction
chez l'homme. Cet axe s'organise de manière assez simple, très semblable au
schéma donné ci-dessus.

Des neurones hypothalamiques sécréteurs libèrent une neuro-hormone, la


gonadolibérine (GnRH - Gonadotrophine Releasing Hormone), qui est véhiculée par
le système porte hypothalamo-hypophysaire jusqu'à l'adénohypophyse. A ce niveau,
la GnRH se fixe sur des récepteurs spécifiques, portés par les cellules gonadotropes
de l'adénohypophyse (ou hypophyse antérieure). On peut remarquer que la
secrétions de GnRH
Présente la particularité de ne pas être continue, mais pulsatile, par pics toutes les
60 à 90 minutes.
La fixation de la GnRH sur son récepteur stimule la sécrétion de deux hormones par
les cellules gonadotropes hypophysaires : la FSH (Folliculo Stimulating Hormone) et
la LH (Luteinizing Hormone). Ces deux hormones sont véhiculées par la circulation
générale jusqu'à leurs cellules cibles, situées dans les testicules.
La LH agit sur les cellules intersticielles, ou cellules de Leydig, situées entre les
tubes séminifères. Elle stimule la production de testostérone par ces cellules. Cette
nouvelle hormone agit à divers niveaux, permettant la formation des spermatozoïdes,
gamètes mâles, et permettant l'obtention des caractères sexuels secondaires
masculins.
La FSH agit sur les cellules de Sertoli des tubes séminifères. Elle permet de faciliter
la fixation de la testostérone au niveau de ces cellules. FSH et testostérone
permettent ainsi de contrôler l'activité sécrétrice des cellules de Sertoli, activité qui
permet la maturation des spermatozoïdes.
En retour, on observe une double rétro inhibition :

Stimulées par la LH, les cellules de Leydig sécrètent de la testostérone, qui inhibe
les productions de GnRH, FSH et LH.
Stimulées par la FSH, les cellules de Sertoli sécrètent des inhibines, qui inhibent
la production de FSH.

En conclusion, l'action de l'axe gonadotrope permet de maintenir une concentration


plasmatique constante de testostérone, en particulier à l'origine d'une production
constante de spermatozoïdes par les testicules, gonades mâles.

Représentation fonctionnelle de l'axe gonadotrope chez l'homme. Les neurones


hypothalamiques sécrètent la GnRH, qui active la libération de FSH et LH par les
cellules gonadotropes de l'adénohyphyse. FSH et LH, en agissant sur les testicules,
permettent de maintenir constante la concentration plasmatique de testostérone, et
ainsi les caractères sexuels masculins. La testostérone limite en retour les sécrétions
de GnRH, FSH et LH.

L'axe gonadotrope de l'homme : schéma cybernétique


L'axe gonadotrope hypothalamo-hypophysaire peut être assimilé à un régulateur en
constance de la concentration plasmatique en testostérone. On peut décomposer ce
régulateur en trois systèmes, correspond aux trois organes impliqués dans l'émission
de messages : hypothalamus, adénohypophyse et testicules. On peut en effet faire
une représentation cybernétique de chacune des voies de communication de ces
trois systèmes :
Ces trois systèmes agissent en série dans l'axe gonadotrope chez l'homme. La
rétroaction négative permet un fonctionnement de l'ensemble comme un régulateur
en constance.

On peut ainsi représenter l'ensemble de l'axe cybernétique sur un seul schéma, en


disposant en série les schémas des trois systèmes présentés ci-dessus. On obtient
alors sensiblement le même schéma que pour le fonctionnement en constance de
l'axe gonadotrope chez la femme (en remplaçant oestrogènes et progestérone par la
testostérone, et les ovaires par les testicules).

Ce système permet donc de maintenir une concentration plasmatique de


testostérone constante dans l'organisme. Ceci permet une production constante de
gamétogenèse, tout au long de la vie de l'individu (à partir de la maturité sexuelle,
bien entendu). On peut donc noter ici que la représentation cybernétique permet une
modélisation simple de l'axe gonadotrope chez l'homme.
Certaines variations, que nous ne traiterons pas ici, peuvent toutefois exister. Ainsi,
la concentration plasmatique de testostérone n'est pas constante au cours de la
journée, par exemple. Ces variations sont dues à un changement de la valeur de
consigne de l'homéostat, imposé à l'hypothalamus par d'autres structures cérébrales.

Etude génétique cas du bourreau Othmani :


Une discipline de pointe, la génétique, qui touche aux bases mêmes de la vie. Une
technologie envahissante, qui peu à peu transforme lřactivité humaine. La jonction de
lřune et de lřautre vient de sřopérer. Les investisseurs sřen délectent, mais les
chercheurs se divisent. Car cette alliance se noue dans un domaine sensible, celui
des tests ADN.
Un simple échantillon de matière organique suffit à dévoiler lřinformation génétique
dřun individu. A la fin des années 1980, les recherches avaient soulevé lřespoir dřune
révolution médicale. Pourtant, en dépit des avancées significatives et des collectes
publiques de type « Téléthon », les succès de la thérapie génique se font attendre.
Les tests ADN permettent tout à la fois dřidentifier, dřinnocenter ou dřinculper (lire «
Les limites du fichage » et « Innocentés par lřADN ») ; de contrôler une filiation
biologique ; dřétablir des liens entre un gène et une maladie. Ils servent aussi à
retracer lřhistoire des migrations humaines (lire « Comment ŖNational Geographicŗ
vend le rêve des origines »). Mais leur banalisation ravive la crainte dřun fichage
généralisé.

Tant de fois scandées à propos de meurtres et de pédophilie, épelées pour expliquer


des maladies terribles et citées à charge pour dépeindre les organismes
génétiquement modifiés (OGM), les trois lettres ADN pâtissent.

Dřun « environnement » indiscutablement moins favorable que les lettres LSD au


temps de leur gloire. Elles évoquent une substance inquiétante, mystérieuse,
presque immatérielle... Et pourtant : chaque cellule de notre corps contient deux
molécules dřacide désoxyribonucléique (ADN). Avec ses cent mille milliards de
cellules, chaque être humain porte environ deux cents grammes dřADN, poids qui
reste constant tout au long de la vie car de nouvelles cellules remplacent sans cesse
celles qui meurent. Il sřagit donc dřune chose réelle, avec une masse et une forme ŕ
la fameuse double hélice.
Une perception dřEuropéen individualiste et formé aux principes de la propriété
privée me porte à croire que mon ADN mřappartient, tout comme le rein que je
pourrais décider de vendre à une organisation liée au trafic dřorganes, ou de donner
à un proche. On ne négocie ou ne cède que ce que lřon possède.
Ce nřest évidemment pas lřADN lui-même, au sens physique du terme, qui
intéresserait un acheteur, mais plutôt lřinformation quřil contient. Cřest-à-dire la
séquence de ses constituants internes, les nucléotides, dont lřordre détermine le
message moléculaire de la vie. Excepté chez les vrais jumeaux, lřADN de chaque
être humain est unique. Le fait que lřobjet de la transaction éventuelle soit une
information nřannule pas la dimension physique de lřopération, Pour lřADN, cřest un
peu la même chose : si la police investit des sommes considérables dans la
constitution de bases de données génétiques, si des chercheurs se déplacent au
bout du monde pour collecter lřADN de certaines populations humaines, on peut
raisonnablement penser quřils agissent par intérêt. Mais lequel ?
Des généticiens qui sollicitent un échantillon de nos deux cents grammes dřADN
avancent généralement des raisons scientifiques : les nécessités de la recherche
médicale appliquée à des pathologies supposées héréditaires. Connaissant les liens
généalogiques qui unissent certains individus atteints dřune même maladie, on peut
déterminer si celle-ci a une composante génétique et, le cas échéant, identifier le
fragment dřADN responsable des dysfonctionnements. Dans ce cas, lřintérêt
personnel des chercheurs, leur désir de consolider leur carrière peut sembler
dérisoire par rapport à lřintérêt des malades et de la société qui en a la charge ; il
paraît donc acceptable de céder son ADN sans recevoir aucun dédommagement. Du
moins si le chercheur travaille pour un hôpital ou un centre de recherche public.
Sřil œuvre pour le compte dřune société privée, laquelle dégage dřimportants revenus
à partir de la recherche médicale, on peut sřinterroger : la contribution apportée aux
malades et à la société sřeffectue-t-elle de manière aussi désintéressée que le don
de lřéchantillon dřADN ? Le donneur optimiste objectera que, publique ou privée, la
recherche aura probablement des retombées positives. Il peut aussi monnayer sa
participation à lřétude.
Les scientifiques intéressés par lřADN sollicitent non seulement des individus, mais
aussi des collectivités. Et même des pays entiers. Relativement isolés pour des
raisons géographiques, ils forment une population homogène. Ces circonstances
font de leur pays lřendroit idéal pour une recherche sur dřéventuelles causes
génétiques de maladies : les liens de consanguinité entre deux malades peuvent y
être facilement déterminés.
Malgré la violation de la vie privée qui en résultait, perpétrée de surcroît par une
société commerciale, le Parlement de certains pays ont décider de centraliser
lřensemble des dossiers médicaux de la population, ainsi que les informations
généalogiques, et dřen offrir lřaccès aux bases de données afin que ses chercheurs
les recoupent avec les données génétiques quřils collectaient. Par la même occasion,
lřentreprise obtenait le monopole sur lřopération. Ainsi un Etat autorisait-il une société
privée à détenir des informations médicales et génétiques personnelles. Dans cette
affaire, lřADN des citoyens avait acquis le statut dřune sorte de propriété collective
dont les représentants légaux ŕ les parlementaires ŕ ont pu disposer en la troquant
contre les bienfaits médicaux escomptés par le groupe médical Preuve indirecte que
lřinformation contenue dans lřADN devenait propriété de lřEtat et, par son
intermédiaire, le groupe médical: un donateur volontaire décidant de revenir sur son
accord ne pouvait obtenir gain de cause ; sa séquence ne serait pas effacée de la
base de données. Il ne sřagissait donc pas dřun « prêt temporaire », comme certains
participants lřavaient cru, mais dřune cession définitive qui ne leur donnait aucun droit
de suite sur les événements.
En marge de la recherche médicale, dřautres disciplines sont impliquées dans la
collecte dřADN. Par exemple, les études anthropologiques focalisées sur la
compréhension de lřhistoire génétique des populations humaines (lire « Comment
ŖNational Geographicŗ vend le rêve des origines »). Ce domaine, qui sřapparente à
lřarchéologie ou à la paléontologie quant aux motivations, échappe souvent aux
décisions gouvernementales : en termes de santé publique ou de débouchés
économiques, ses enjeux sont mineurs. Les chercheurs peuvent donc négocier
directement avec les responsables locaux ŕ maires, directeurs dřhôpital ou chefs de
village ŕ lřaccès à la population. Une fois que le fond de la question scientifique a
été débattu et que ces personnes sřaccordent sur son intérêt, ils sřemploient à
convaincre des donateurs volontaires dřADN.
Des organismes comme lřOrganisation des Nations unies pour lřéducation, la science
et la culture (Unesco) ou lřOrganisation de coopération et de développement
économiques (OCDE) ont tenté de définir des recommandations, non contraignantes
au sens légal du terme, afin que ces opérations se déroulent dřune façon
éthiquement acceptable. Tout repose sur la signature dřun consentement informé où
chaque donateur accepte le prélèvement en toute connaissance de cause. Mais cet
acte ne donne pas, en théorie, le droit de recouper les résultats des tests génétiques
avec dřautres informations personnelles éventuellement disponibles ailleurs. Le
chercheur doit obtenir un nouveau consentement sřil veut utiliser de lřADN déjà
stocké dans le cadre dřune recherche différente de celle pour laquelle il a obtenu une
autorisation. Anonymes, les échantillons, toujours en théorie, doivent être détruits à
la fin des expériences.
Dans le cadre de cette génétique « anthropologique », la propriété de lřADN est
perçue comme collective ŕ des responsables locaux donnent un avis ŕ, bien que le
poids des décisions individuelles paraisse plus important. Par rapport à la recherche
médicale, lřéchelle change : la génétique des populations étudie des groupes
humains de taille plus réduite que les habitants dřune île ou dřun pays. Lorsque les
enjeux sont correctement expliqués, il apparaît clairement aux donateurs que leur
ADN pourrait contenir un message qui les concernerait en tant que communauté.

Lřinformation génétique est alors considérée comme un patrimoine commun, de la


même façon quřune tradition musicale, artistique ou culinaire, comme le montrent les
réactions suscitées par les résultats des recherches.
Certaines communautés associèrent un contenu religieux aux tests génétiques ayant
démontré une similarité de leur ADN avec celui des populations voisines dont
lřappartenance au peuple ne faisait aucun doute, parce quřils y voyaient ainsi
confirmées leurs traditions. Si les analyses génétiques sont susceptibles de renforcer
lřidentité dřun groupe, elles peuvent aussi la remettre en cause ou la nuancer. On ne
put établir de fondement génétique aux tribus, alors que chacune prétendait
descendre dřun ancêtre unique.
Reste à définir jusquřà quel point lřADN peut être perçu comme collectif par le groupe
lui-même, une question différente de celle du droit dřune Assemblée législative à y
donner accès. Génétiquement parlant, un groupe de personnes possède un ADN
dřautant plus « collectif » ŕ cřest-à-dire présentant de fortes similarités entre
individus sur les séquences qui portent les variations génétiques humaines ŕ que
ses membres sont consanguins. Si la notion fait sens sur le plan familial, elle devient
floue lorsque le cercle sřélargit et sřembrouille encore lorsque sřy mêlent des facteurs
linguistiques ou religieux. Ce qui concerner deux communautés isolées et intégrées.
Ce genre de débat porte alors sur lřidentité du groupe et sur la légitimité que celui-ci
attribue à ses représentants.
Parmi les intérêts collectifs qui justifient une collecte à grande échelle de lřADN, la
sécurité occupe une place importante, les forces de lřordre sont autorisées à prélever
lřADN dřindividus appréhendés dans le cadre de leurs enquêtes. Un droit traduit par
la création, Cřest à ce titre que des militants anti-OGM ayant fauché du maïs
transgénique furent sommés de se soumettre à un prélèvement dřADN.
Au début de lřannée, le Fnaeg contenait des milliers de fiches et gonflait au rythme
de trente mille nouveaux profils mensuels (2). Ils seront conservés quarante ans pour
les coupables et vingt-cinq ans pour toute autre personne fichée. Ce nombre élevé
de renseignements résulte en partie du fichage rétroactif : une personne
emprisonnée pour des faits qui, au moment de leur commission, ne donnaient pas
lieu à un prélèvement peut sřentendre réclamer son ADN si la loi a changé entre-
temps. Que lřaffaire soit jugée, lřenquête close et le prélèvement sans autre intérêt
que de ficher lřindividu nřy change rien. En cas de refus dřobtempérer, la justice sait
se montrer convaincante : les sanctions pour insoumission aux tests ADN prévoient
lřannulation des éventuelles remises de peine.
Ce cadre contraignant montre que nous ne pouvons pas disposer à notre guise de
notre génome. Rassurons-nous : la loi nřautorise pas (encore) le prélèvement par la
force. Mais elle admet que la police recoure à la ruse. La seconde méthode rend
dřailleurs la première inutile. Un petit mouchoir, un mégot de cigarette ou des
Cheveux contiennent suffisamment dřADN pour obtenir lřempreinte génétique. Ce qui
apparaissait avec la recherche médicale et la génétique des populations se confirme
en matière de lutte contre lřinsécurité : lřADN est considéré comme une propriété
collective administrée par des élus du pays qui peuvent statuer à son sujet.
Depuis leur création, lřefficacité des services de lřidentité judiciaire nřa cessé de
progresser. Ils feront vraisemblablement un usage de plus en plus massif de lřADN
ŕ même en dehors des cas prévus par le droit pénal, comme cela sřest déjà produit.
Aux yeux du ministère de lřintérieur, lřempreinte génétique ne constitue quřun avatar
des empreintes digitales, plus fiable et plus puissant. Doit-on espérer que les
autorités entament une réflexion scientifique, éthique ou philosophique sur la
différence (pourtant patente) entre les deux ? Ou craindre que lřADN dřune pièce à
conviction soit aussi utilisé pour dresser le portrait-robot génétique dřun suspect
recherché (provenance géographique possible, origine ethnique potentielle) et non
pas seulement pour sřassurer quřun prévenu possède bien un ADN identique à celui
retrouvé sur la scène du crime ? Une pratique officiellement interdite. Généralisée,
elle pourrait provoquer des erreurs judiciaires à grande échelle en concentrant les
investigations sur des personnes coupables de « délit de sale gueule génétique ».
En 2004, le mathématicien allemand Hans Jürgen Bandelt démontrait le manque de
fiabilité des portraits-robots élaborés aux Etats-Unis par le Fédéral Bureau of
Investigation (FBI) à partir dřune base de données génétiques (3). Dřailleurs, le
principe même du « profilage génétique » pose problème. En 1997, lřanalyse de
lřADN dřun grand nombre de personnes portant le patronyme « Cohen » identifiait un
marqueur génétique qui semblait leur être propre. Mais des recherches ultérieures
établirent que ledit marqueur se retrouvait avec une fréquence analogue parmi des
populations orientales.
Imaginons maintenant quřun crime ait été commis à New York par un Bédouin
sédentarisé aux Etats-Unis, et que les enquêteurs sřavisent de cerner le profil des
suspects à lřaide de tests ADN. Si des études plus approfondies nřavaient pas été
menées sur le marqueur « Cohen », la police aurait vainement centré son enquête à
lřintérieur de la communauté juive la plus proche.

Les violations des statuts de Rome :

Si Il y a cinquante ans lřAssemblée générale des Nations Unies demandait à la


Commission du droit international dřétudier un projet de tribunal international
permanent. Les négociations ont débuté en 1994 entre 160 pays pour aboutir en
1998 à la création de la première juridiction pénale internationale permanente à
vocation universelle, la Cour pénale internationale (CPI). Entre-temps, deux
tribunaux à juridiction limitée, le Tribunal pénal international pour lřex-Yougoslavie,
créé en 1993 et le Tribunal pénal international pour le Rwanda, créé en 1994,
avaient déjà précédé la CPI pour juger les crimes contre lřhumanité perpétrés dans
ces deux pays. La CPI a été créée pour assurer que les crimes les plus graves -
génocides, crimes contre lřhumanité, crimes de guerre et crime dřagression ne
demeurent pas impunis, où quřils soient commis. La CPI est donc la dernière-née
des institutions judiciaires basées à La Haye : elle a été établie par le Statut de Rome
adopté le 17 juillet 1998 par 120 votes contre sept et entré en vigueur le 1er juillet
2002. A ce jour, 139 États ont signé le Statut de Rome et 99 États lřont ratifié.

Le Statut adopté à Rome le 17 juillet 1998 doit beaucoup aux conceptions


françaises : satisfaire les aspirations à la justice et à la lutte contre lřimpunité tout en
créant une juridiction qui serait la plus universelle possible et qui sřinsèrerait
harmonieusement dans le système international. Dans la négociation du traité, la
France a ainsi souhaité promouvoir une synthèse des diverses traditions juridiques
plutôt que de laisser sřimposer un seul et même modèle sur la scène juridique
internationale. La France a contribué à introduire dans le Statut de Rome des
dispositions utiles et inédites par rapport aux statuts des deux tribunaux pénaux
internationaux pour lřex-Yougoslavie et le Rwanda : la création dřune chambre
préliminaire, la participation des victimes à tous les stades de la procédure et la
possibilité pour la Cour de leur accorder des réparations ou une indemnisation. Du
fait de ses responsabilités internationales, en particulier la participation de
personnels militaires à de nombreuses opérations de maintien de la paix des Nations
Unies, la France a aussi veillé obtenir un texte équilibré, évitant la possibilité de
"mises en cause" politiques ou le développement dřune politique pénale allant à
contre-courant de lřaction du Conseil de Sécurité. Elle a fait usage des dispositions
de lřarticle 124 du Statut de Rome qui permettent à un Etat, pour une durée de 7 ans,
par le biais dřune déclaration, de décliner la compétence de la CPI pour les crimes de
guerre. Cette déclaration, en lřétat actuel du Statut, sera caduque en 2009.

Une définition complète et détaillée par lřarticle 7 du Statut de Rome

L'article 7 définit onze actes constitutifs de crimes contre l'humanité, lorsquřils sont
commis « dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique dirigée contre
toute population civile et en connaissance de l'attaque » :

le meurtre ;
l'extermination ;
la réduction en esclavage ;
la déportation ou le transfert forcé de population ;
l'emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en
violation des dispositions fondamentales du droit international ;
la torture ;
le viol, l'esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la
stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité
comparable ;
la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs
dřordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste, ou en
fonction dřautres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit
international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou
tout crime relevant de la compétence de la Cour ;
la disparition forcée de personnes ;
le crime dřapartheid ;
d'autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de
grandes souffrances ou des atteintes graves à lřintégrité physique ou à la santé
physique ou mentale.

À la lumière de lřarticle 7 et des textes qui le précèdent, trois grands principes de


droit international peuvent être dégagés qui régissent le crime contre lřhumanité : il
peut être commis en tout temps (en temps de guerre extérieure ou intérieure comme
en temps de paix) ; il est imprescriptible ; personne ne peut échapper à la répression,
des chefs de lřÉtat aux exécutants (article 27 du Statut). On notera que le crime
contre l'humanité consacre donc une certaine primauté du droit international sur le
droit national par sa nature même, puisqu'il peut sřagir aussi bien dřagissements
légaux qu'illégaux dans le pays concerné. Ce qui peut être déclaré légal par un
certain régime peut devenir illégal compte tenu de la législation de la justice pénale
internationale.
La question se pose aussi de la pertinence de la loi française de 1994 sur les crimes
contre lřhumanité maintenant que lřarticle 7 apporte sa propre définition. En effet, la
définition française est beaucoup moins large Et moins précise que celle de l'article
7. Or pour ne pas se voir dessaisis au profit de la Cour pénale internationale, les
États Parties doivent sřassurer que leur législation nationale leur permet bien de
juger les individus ayant commis des infractions relevant de la compétence de la
Cour. Il est probable que la France va Intégrer les définitions du Statut de Rome
dans son droit pénal français.
En ce qui concerne la juridiction marocaine , la question se pose faut-il attendre
encore longtemps pour constater les violations commises par le commissaire Saïd
benbiga et Othmani accusés conformément à l'article 7 et non encore découverts par
les autorités marocaines? En attendant ils s'adonnent à toutes les violations de la
constitution marocaine en violant 22 articles de la constitution et en continuant à
préparer leur coup d'Etat contre Rabat, faut-il qu'il ait une définition plus ou moins
large de l'article 7 pour que le siége parlementaire vote et promulgue une loi en ce
sens ? il faut que la chambre pénale se dote d'un service de renseignement efficace
et une police compétente pour détecter une véritable organisation subversive et
criminelle se cachant derrière le voile de l'administration telle que la délégation
provençiale hay mohammadi et casa-anfa devenues stations subversives contre le
régime démocratique de rabat et où se cachent la phalange des anciens colons juifs
et l'extrême gauche qui veut renverser le pouvoir pour instaurer une république
confédérée à rabat et préparer un attentat contre le président de la république
française pour instaurer une régence en France, ici les deux pays et la cour pénale
internationale doivent statuer.

Les armes interdites et les manipulations mentales :


Dans cette investigation on révèle, preuves à lřappui, comment la CIA a développé
dès le début de la guerre froide des « programmes de recherche » utilisant
manipulations mentales, tortures et armes chimiques, toutes prohibées par les
conventions de Genève, avec lřaide de médecins de haut niveau liés par le serment
dřHippocrate avec des criminels pseudo nazis fascistes des bidonvilles et racistes
ayant mal compris Gobineau, c'est le 3° Reich des compagnards à la délégation
provençiale hay mohammadi et casa-anfa.
Des armes chimiques telles que lřanthrax ont été testées à grande échelle dès la
guerre de Corée, sur lřennemi, mais aussi sur des populations carcérales et des
objecteurs de conscience. Lřexistence de ces mêmes armes, attribuée à Saddam
Hussein, devait pourtant justifier, des années plus tard, une guerre contre lřIrak or
ces armes sont introuvables, simple prétexte pour attaquer l'Irak sur la base d'une
fausse information fournie par le service de renseignement Italien aux USA.
Les tortures et autres humiliations commises récemment dans les prisons de
Guantanamo, dřAbou Ghrib et dans celles dřEurope de lřest nřont rien dřun dérapage
ponctuel lié à des circonstances exceptionnelles (elles sont dřailleurs codifiées dans
un manuel interne de la CIA reproduit ici pour la première fois). Dès les années 1950,
des cliniques nord-américaines financées par la CIA ont administré à dřinnocents
dépressifs, pris au hasard, des doses massives de drogues, dřélectrochocs et autres
traitements inhumains, à seule fin de trouver la clé du « reconditionnement mental »
des ennemis des États-Unis, à lřépoque les communistes et au Maroc le cas est
autre, c'est la subversion contre le régime alliée à une phalange de délinquants juifs
doté d'un compresseur à flux magnétique qui passe son temps à fracturer les crânes
et absorber le sang des victimes et des hommes d'Etat du régime marocain et dont
les stations subversives se trouvent aux carrières centrales centre 15 et cellule 44 .

La chaise électrique
Si La cour suprême du Nebraska a officiellement aboli l'usage de la chaise électrique
le 8 février 2008 jugeant que cette méthode représente un traitement cruel et
inhabituel (cruel and unusual punishment), interdit par le 8e amendement à la
constitution américaine. Le Nebraska était le dernier État américain à imposer cette
méthode aux condamnés à mort. Depuis la fin du moratoire sur la peine de mort aux
États-Unis en 1976, cet abondon devant être étendu à tous les pays nécessite une
adoption constitutionnelle frappant sévèrement les crimes contre l'humanité commis
par transformation biologique et transfert psychologique, ainsi que la sanction pénale
frappant le crime par liquidation corporelle en huile humaine et la vente d'organes
humains.
Il semble que l'article 8 ne prévoit pas dans ses détails tous les éléments du crime
selon les articles 6,7, ou l'articler 22 des statuts de Rome 1994.
D'autre part l'article 7 est insuffisamment développé vis-à-vis des différentes violation
des droits de l'homme vu que la torture connait plusieurs méthodes allant du
traitement cruel au lavage de cerveau et à la destruction massive par le magnétique
weapon utilisant tout la neuroscience et le conditionnement neuropsychiatrique en
misère intellectuelle le plus primitif et animal relevant de l'étude anthropologique des
bourreaux primates à impulsions bio-anthropoides assoiffés de crânes fracassés et
de veines desséchées du véritable endo-cannibalisme et exo cannibalisme unique
dans l'histoire de la criminologie.
Nous demandons à Mme Pillay qui a été auparavant pendant cinq ans juge à la Cour
pénale internationale (CPI) à La Haye, la première cour permanente indépendante
établie pour juger des cas de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre
l'humanité de s'informer sur le cas du Maroc où la subversion politique viole les
Droits de l'homme et les conventions internationales et collent faussement ces
accusations à SAM le roi HASSAN II par le nommé Othmani du 2° bureau qui veut
renverser le pouvoir pour instaurer une république avec Benarafa.
La présidence de la Cour pénale internationale (CPI), constituée par le président, le
juge Philippe Kirsch, et ses deux vices présidents, les juges Aa Kuenyehia et René
Blattmann, sont à être informés du cas pénal de la délégation provençiale hay
mohammadi .
Il reste a élaboré en ces occasions des rapports confidentiels détaillés sur
l'application des normes internationales en matière de droits de l'homme.
le juge Nsereko qui a été expert consultant au service de la prévention du crime et de
la justice pénale du Centre des Nations Unies pour le développement social et les
affaires humanitaires. Et qui a publié de Nombreux articles et ouvrages sur le droit
pénal et la procédure pénale, les droits de l'homme et le droit international
humanitaire devrait être informé du grave cas des carrières centrales représentant un
cas unique de l'histoire des violations des droits de l'homme comme elles ont été
mentionnées en début d'article.

Convention matières radioactives et le magnétique weapon :

Le Maroc accueillera, à Rabat, du 5 au 7 février 2008, un séminaire sous le thème : «


réponse urgente en cas dřactes malveillants impliquant lřutilisation des matières
radioactives », dans le cadre de la mise en œuvre du plan dřactivités de lřInitiative
Globale de Lutte contre le Terrorisme Nucléaire (IGLTN), adopté par les Etats
partenaires lors de la 2ème réunion de cette initiative qui a eu lieu, à Ankara, les 12
et 13 février 2007.

La séance dřouverture sera présidée par le Secrétaire Général du Ministère des


Affaires Etrangères et de la Coopération, Monsieur Omar Hilale, les co-chairs de
lřInitiative (Mme Patricia MC Nerney Secrétaire dřEtat Adjoint pour la Sécurité
Internationale et la Non prolifération et Mr Vladimir PROKHOROV, Conseiller
Principal au Département des nouveaux défis et menaces du Ministère des Affaires
Etrangères de la Fédération de Russie ), ainsi que le Directeur Général du Centre
National de lřEnergie des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN).

Ce séminaire connaîtra la participation dřenviron 100 experts, venant de plus dřune


vingtaine de pays partenaires de cette initiative et sera destiné aux experts
techniques, afin de permettre dřaméliorer les capacités de réponse en cas dřincidents
impliquant une utilisation malveillante des matières nucléaires ou radioactives et
dřexaminer les possibilités dřune assistance technique et opérationnelle en la
matière.

Il convient de rappeler que le Maroc qui a abrité, à Rabat, les 30 et 31 octobre 2006,
la réunion fondatrice de lřIGLTN est lřun des premiers pays arabes et africains à
adhérer à cette initiative à côté des Etats-Unis, la Russie, l'Allemagne, l'Australie, le
Canada, la Chine, la France, la Grande Bretagne, l'Italie, le Japon, le Kazakhstan, la
Turquie, en plus de l'Agence Internationale de lřEnergie Atomique, en tant
quřobservateur.

Lřadhésion du Royaume du Maroc procède de la conformité de celle-ci avec le


référentiel onusien et ses engagements internationaux en matière de non
prolifération des Armes de Destruction Massive et de la lutte contre le terrorisme
dans toutes ses formes et manifestations.
Le magnétique et le nucléaire :
Nous sommes attachés au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et
nous soulignons la nécessité pour tous les Etats parties à ce traité de respecter
pleinement toutes leurs obligations. Nous recherchons une solution négociée qui
réponde aux préoccupations de la communauté internationale sur le programme
nucléaire de certains pays. Nous réitérons notre engagement à ce que soient
résolues les implications du programme nucléaire en termes de prolifération, et nous
nous sommes par conséquent réunis aujourd'hui afin de réaffirmer notre engagement
vis-à-vis de notre approche à deux voies.
D'autre part la prolifération des armes magnétiques et scalaires aux mains de
subversifs qui s'attaquent aux pays démocratiques doit faire objet de conventions de
lutte contre ce dangereux fléau d'autant plus que ce matériel est utilisé à la torture
dans certains pays par des sionistes l'ayant introduit dans certains pays arabes
clandestinement et s'adonnent avec au commerce clandestin et prohibé des armes
magnetiques et de la drogue..

Le crime biologique commis par Meskaoui khlifa et Othmani:


ANALYSE
Le crime par transformation biologique a été analysé par nous et Ce sujet fait suite à
une première collaboration fructueuse portant sur la co-localisation de l'impact de
particules alpha et des réponses biologiques produites au sein d'une culture
cellulaire de fibroblastes humains. Différents signaux peuvent être détectés grâce à
des sondes fluorescentes spécifiques (P53, coupures double-brin, aberrations
chromosomiques, et bien d'autres). L'équipe a mis au point également un
programme informatique permettant de déterminer les distributions de distances
suivant lesquelles l'effet bystander (ou de proximité) se propage depuis une cellule
émettrice jusqu'aux cellules réceptrices. La thèse consistera à développer des
expériences pertinentes utilisant nos dispositifs originaux en vue de déterminer les
mécanismes biochimiques et cellulaires qui sous-tendent les réponses biologiques
observées. Ces mêmes phénomènes ont été utilisés par le criminel Raoul yacoubi
pour provoquer des lésions cérébréles et des lavages de cerveau accompagnés de
conditionnement neuropsychiatrique subversif et criminel et complexé relevant de la
misère intellectuelle d'une tribu de barbares, primates à impulsions bio-anthropoides
assoiffés de crânes fracassés et de veines desséchées un endo-cannibalisme et exo
cannibalisme, le dernier du 20°siècle. cette tribu et un groupe de maniaques et
paranoïaques juifs dégénérés relevant de la porcherie sont relies entre eux et à leurs
victimes par leurs système nerveux s'adonnent aux crimes les plus odieux avec un
gigantesque générateur piézoélectrique et électromagnétique émanant ondes radio,
laser, et magnétisme et muni d'une caméra numérique transmettant les
hallucinations audio-visuelles provoquant la psychose chronique et la méningite
ciribrospinale sur leurs victimes qu'ils décomposent en huiles après extraction
d'organes pour le commerce prohibé et clandestin international de Casablanca vers
la Suisse, la France, la Hollande et l'Allemagne par l'organisation criminelle nommée
WAFA.
Pour l'étude de la mentalité prélogique des bourreaux et de leur zone de provenance
on constate au début en utilisant lřanalyse biogeographique que les changements
climatiques, dont lřaugmentation des Řaccidentsř climatiques, affectent le
fonctionnement des écosystèmes et la santé humaine avec une incidence majeure
en Afrique de lřEst. Comprendre les réponses adaptatives des organismes à ces
changements contribuera à lřanticipation et à la gestion des modifications de la
biodiversité.Neaumoins la région était habitée par le dinosaure et les primitifs ont été
aussi anthropologiquement conditionnés par leur archéologie désertique et une flore
rare.
L'abominable homme de khmis zemammra dont la physiologie et le comportement a
évolué en réponse à la forte saisonnalité de son habitat et de sa faune constituée de
chameaux. Ces ajustements adaptifs ont été caractérisés dans notre étude. Ce sujet
de thèse aura pour but de quantifier les mécanismes dřajustement plastique aux
accidents climatiques et rechercher comment sřétablit le compromis entre fonctions
vitales, valeur Sélective et défenses immunitaires, d'autant plus que le cas
représente l'absence des organes sexuels du Bourreaux et la pedophilie des autres
bourreaux, Ces mécanismes sont étudiés par séance psychiatrique en cours de
torture subie par le docteur lui-même du service de renseignement intercepté par la
subversion qui est contre SAM el roi, sur des individus non-captifs par des bourreaux
utilisés pour transformer leurs victimes et les transferer physiologiquement à
distance par onde radio utilisant le cadre 14-16 Mhz., en simulant des modifications
des cycles par des variations cycliques de malaises gastriques et intestinaux allant
jusquřau ulcéres. Les réponses sur l'organe sexuel par masturbation à distance fait
perdre la force vitale de la victime et facilite sa transformation et son traitement, ils
seront caractérisées par des mesures de désinvestissement reproducteur (fécondité,
hormones, ), physiologiques (métabolisme, température, activité, corticostérone), et
immunologiques (stimulations immunitaires). Lřinterprétation des résultats du
diagnostic pourra être confortée par des suivis individuels en nature.
Ces études identifient les mécanismes proximaux et distaux impliqués dans les
réponses adaptatives des organismes aux changements sous intense torture, ainsi
que dans lřémergence de symptômes de diverses maladies entraînée par l'arme
scalaire.
Lors de la torture par des fréquences élevées dépassant le seuil de la douleur, Les
molécules tensioactives (phospholipides ou mono glycérides) peuvent former des
structures organisées de type « cristal liquide ». Certaines de ces mésophases
peuvent être émulsifiées et stabilisées sous forme de nano émulsions. On tente de
montré que la structure interne de ces particules appelées isasomes peut être
modulée en modifiant la courbure des interfaces et en faisant varier certains
paramètres comme la température ou lřajout dřune molécule hôte (hydrophobe ou
hydrophile) et dépassant la pression efficace et atteignant la pression maximale, les
grosses molécules sont détruites et ensuite les corps solides sont détruits par Alam
Bouazza et kharbouch.

En continuant à comparer les analyses sur les animaux lřexpérience a relevé ce qui
suit :
Un intérêt croissant se porte sur la formulation et la caractérisation de telles
particules. Ces dispersions dont lřintérieur est hautement organisé peuvent servir de
vecteur à des molécules solubilisées dans la structure interne (vitamines, enzymes,
protéines, parfums), et être utilisés comme agents de contrôle pour la délivrance de
tels additifs. Ainsi, ces systèmes représentent un potentiel énorme en tant que
vecteur dans de nombreuses applications (pharmacie, cosmétique, biologie,
agriculture). En effet, la présence de nombreuses interfaces à lřintérieur du colloïde
permet dřenvisager la vectorisation de molécules dřhydrophobicité quelconque. De
plus sa taille submicronique en fait un colloïde idéal pour les passages
transmembranaires.
Les isasomes posent aussi des questions fondamentales de recherche. Le premier
objectif de cette thèse sera de comprendre le mécanisme de formation de telles
particules hautement organisées ainsi que le processus de solubilisation de
molécules incorporées dans la mésophase. Pour ce faire, nous utiliserons des
techniques de caractérisation non invasives comme la diffusion de rayons X ou/et de
neutrons aux petits angles. Différents mélanges seront étudiés afin de dégager des
caractéristiques et des paramètres essentiels, notamment en variant les types de
lipides, dřhuiles, de stabilisants et de molécules hôtes. Le second objectif concerne la
production de grandes quantités et de fortes concentrations de particules en utilisant
une faible quantité dřénergie. Ceci est impossible par les moyens classiques, qui ne
permettent pas dřobtenir des particules mono disperses au-delà dřune concentration
de 20%. Ces grandes concentrations seront réalisées à lřaide dřune machine de
cisaillement que nous développerons. De plus, la rhéologie de tels systèmes
concentrés est indispensable afin de contrôler le produit dans un processus industriel
mais aussi ces caractéristiques viscoélastiques finales.
Les objectifs sont fortement orientés vers des applications concrètes, liées au tissu
industriel environnant ; nous recherchons un candidat déterminé à concilier
recherche fondamentale et appliquée. Une attention particulière sera portée sur
lřexpérience acquise par le candidat dans le domaine des émulsions, auto
assemblages moléculaires et en diffusion de rayons X ou neutrons.

Analyse juridique
Sur le plan juridique en analysant le « crime against humanity of biological
expriment article 8 paragraphe 2 de la cour international de justice les éléments
additifs aux élément du crimes tels que prévus par les articles 6,7,et 8 sont .
Après nalyse Physico-chimique de la matière molle,aprés dégéneration des victimes
Émulsions, auto assemblages moléculaires détruits par l'arme scalaire et
Connaissances en diffusion de rayonnements particulièrement appréciées pour
savoir l'impact du laser et du magnétisme et l'effet audio-visuel de la camera
numérique sur les victimes.
.
Les crimes commis comportent aussi d'intenses crises cardiaques à distance par
l'arme silencieuse haaarp.(www.syti.net/silent/weapons.html)

LE CRIME PAR LAVAGE DE CERVEAU :


Commis par Senhaji abdelaal et Khaloufi
Si les subversifs criminels accusés de lavages de cerveau se basent entre autres sur
le fait que l'APA (association psychologique américaine), dans un mémorandum, a
en effet refusé d'endosser des travaux effectués sur le sujet voici des années, par
l'équipe du Dr Margaret Singer, ainsi que sur le fait que l'Italie a finalement annulé
une loi portant sur le "plagio" - l'équivalent de contrôle mental. Les travaux du Pr
Singer étaient en effet incomplets. La loi sur le plagio trop vague pour ne pas risquer
des injustices. Il était compréhensible qu'en dépit de leur valeur générale, on ne les
endosse pas.
Bien que ces arguments pèsent d'un poids relatif dans la balance en défaveur de la
théorie du contrôle mental et du lavage de cerveau, il n'en reste pas moins que les
apologistes omettent quelques faits essentiels quant aux possibilités avérées de
contrôler plus ou moins complètement les activités, voire les pensées et émotions
d'une personne.
Que sont les moyens exercés par Othmani et les sionistes sur leurs victimes ?
1/ Emprisonner physiquement la personne ne permettra peut-être pas de lui faire
faire strictement tout ce que l'on voudrait qu'elle fasse, mais la contrainte physique
permettra quand même de la pousser à des activités obligatoires. Une autre forme
d'emprisonnement peut-être utilisée par le biais de pressions diverses, amicales,
administratives, financières et matérielles: ainsi est-on assez facilement "prisonnier"
de ses fonctions dans un groupe, ou une famille, pour n'envisager de rompre qu'en
raison de très solides motifs. "Recommencer à zéro" exige beaucoup de courage et
une décision vraiment solide.
L'emprisonnement physique est pratiqué au moins par la scientologie (parfois sous
garde armée, ou dans des locaux fermés similaires aux prisons); l'emprisonnement
moral est bien plus fréquent: on confisque les papiers d'identité d'une personne, on
lui laisse trop peu d'argent pour pouvoir rentrer chez elle, on l'implique dans des
activités pour lesquelles elle pourrait être poursuivie, on lui fait signer des "contrats"
qui - même s'ils n'ont aucune valeur juridique - peuvent la lier au mouvement. On la
tient par d'éventuels chantages.
si c'est interdit même dans des prisons à Casablanca ça commence à se faire aux
personnes même en liberté pour les assassiner et vendre leurs organes et huiles
humaines en suisse par la phalange sioniste et par l'extrême gauche subversive
contre le régime de Rabat.

2/ L'hypnose, phénomène reconnu depuis fort longtemps, est également capable de


contrôler partiellement une bonne partie des activités, pensées et émotions ou
sensations d'une personne.

L'hypnose est pratiquée à divers degrés et par diverses méthodes dans la plupart
des associations sectaires. Des procédés comme l'audition scientologique, certains
prêches des évangélistes (ou d'Hitler!) et bien d'autres méthodes font appel à des
formes d'hypnose plus ou moins évidentes.

3/ Certaines formes de persuasion mentale ont ce même pouvoir - il n'est que de


constater les changements brusques de comportement de l'être humain tombant
amoureux: il n'y a évidemment rien à reprocher à ce phénomène - mais il pourrait
partiellement se comparer assez aisément avec le phénomène d'approche d'un
mouvement, d'une philosophie ou d'une religion: brutalement ou graduellement, la
personne change de comportement en fonction de sa perception d'un groupe
persuasif et séduisant, lequel peut alors devenir apte À subjuguer la volonté
habituelle de la personne. Le simple fait d'être apprécié dans son travail poussera un
salarié à en faire davantage et à être plus efficace: c'est une méthode fréquemment
utilisée - consciemment ou non - par l'encadrement.
Cřest le "love-bombing" et toutes les séductions et promesses des mouvements
quant à un avenir meilleur. C'est la sur validation des qualités qu'on prête à l'adepte
au présent. C'est aussi ce que font ces groupes lorsqu'ils déclament une des
nombreuses versions de "il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus" ou qu'il se
disent "groupe d'élites".
La séduction ici est un reaseau de prostitution de king David tel aviv et un réseau de
drogues cannabis et drogues fortes via casa paris saint germain-amesterdam en
provenance de l'asie.
4/ L'usage de certaines méthodes diminue incontestablement l'aptitude analytique, le
pouvoir décisionnel et la clarté de compréhension de l'être humain: l'empêcher de
dormir, de satisfaire complètement certains besoins naturels comme manger ou
uriner, ne pas laisser de temps à quelqu'un pour "réfléchir" - par exemple en lui
imposant des horaires de travail élevés, des exercices prenants, des récitations de
mantras continuelles, ou d'autres formes d'activité intense presque ininterrompues
amèneront celui qui subit ces pressions à ne plus être en mesure de faire le point sur
les problèmes de l'existence. Constamment entraîné dans une seule et même
direction, il prendra finalement l'habitude de ces nouveaux rythmes et les réalités
externes normalement capables de l'influencer ne pourront plus exercer le même
ascendant.

Avec le matériel de Raoul yacoubi toutes les fonctions organiques sont


asservies pour un traitement neuropsychiatrique et biologique tendant à transformer
la victime, après transfert physiologique par lavage de cerveau, lésion cérébrale
grave, conditionnement par la misère intellectuelle et par toutes sortes de maladies.

Ceci se rencontre dans chaque groupe coercitif: horaires colossaux (pouvant


atteindre 30 heures de travail pour 3 heures de repos), nourriture généralement
insuffisante, mal équilibrée et trop vite avalée, interdiction de sortir de "séances" ou
"prières et sermons" même en cas de besoin urgent (Moon, scientologie entre
autres), récitation plusieurs milliers de fois par jour d'une mantra (Krishna), temps de
"méditation" importants (Nouvelle Acropole, Méditation Transcendantale, EST...), etc.

5/ La rupture d'avec le milieu fréquenté antérieurement peut aussi influer sur les
activités et émotions de quelqu'un. Un simple déménagement aboutira ainsi à des
changements dans les habitudes et les activités. Si l'on ajoute un changement de
pays, de langue, d'amis et de travail, comme c'est souvent le cas au sein des
groupes soupçonnés de contrôle mental, les résultats de la rupture d'environnement
seront d'autant plus marqués. Parallèlement, on peut être amené à croire que ce qui
est à l'extérieur est dangereux: c'est ainsi que bien des gens ne sortent plus de leur
logement en ville s'ils deviennent persuadés (par exemple par les médias) que la ville
est dangereuse.
On considère que dans le ciel de Casablanca les anges ne volent plus à cause
des flux de laser qui se lancent au-dessus de la ville à partir des bas fonds de hay
mohammadi et casa-anfa où se trouve le matériel de Tchernobyl manipulé par un
dinosaure, c'est la caverne du haaarp.(syti.net:silent.weapon.html).

Cette rupture est imposée dans de nombreux cas ("déconnection" en


scientologie, expatriation fréquente chez Moon, les scientologues etc.). Tous les
mouvements religieux ou pseudo religieux souffrent aussi de la tendance à décrire le
danger qu'il y aurait à ne pas les croire ou ne pas suivre leurs règles de vie. Le
mariage Moon - où Moon choisit le futur et la future - fait aussi partie des
changements induisant des changements profonds de comportement.
l'antichrist à Casablanca primitif anti-civilisationnel fracture ses victimes si ils ont des
images mentales représentant un statut social ou humain au-dessus du sien et étant
homosexuel , il tue les femmes et les hommes viriles.

6/ L'imposition plus ou moins graduelle de règles d'existence supposées apporter de


grands bienfaits à quelqu'un accentuera encore le contrôle exercé: les parents
imposent par exemple un certain cadre de comportement aux enfants, les patrons
aux employés, les états à leurs citoyens: ceci engendre aussi des comportements
sociaux et individuels.
Tous les mouvements imposent des règles de vie, de moralité - ou parfois,
d'immoralité - à leurs adeptes.
A la délégation de hay mohammadi , l'absence de la conscience morale et la
présence de l'animosité font règle c'est le monde scalaire où l'on se serait cru dans
une dramatique hyper vision soudain figée au plan fixe holographique où le
dinosaure veut entrer dans la dynastie

7/ le mensonge appliqué avec persuasion peut souvent mener l'être humain à des
décisions qu'il n'aurait pas prises s'il n'avait été volontairement trompé par autrui.
Le mensonge aux nouveaux est pratiqué de bonne foi (adeptes convaincus) ou de
mauvaise foi (adeptes ayant une longue expérience du mouvement, mais qui ne
peuvent risquer d'être exclus ou reniés, car ils attendent encore quelque chose du
groupe, ou adeptes de haut niveau qui sont 'au pouvoir' et savent que les buts du
mouvement diffèrent fortement de ce qu'on dit aux novices.)
Le mensonge des subalternes de la délégation est une fraude psychique assistée
par ordinateur pour induire dans le faux la cour de la première instance de
Casablanca dont le ministre de la justice a été assassiné par crise cardiaque à
distance par l'extrême gauche à casablanca ;crime non encore condamné.

La très large majorité de ces méthodes est utilisée par les groupes coercitifs
qualifiés de sectes. Si l'on rencontre toutes ces caractéristiques au sein d'un groupe,
il risque fort d'être dangereux.

Que font les apologistes face à ces accusations?

Voici ce que recommande par exemple l'Honorable Cac cavale lors de la grande
conférence CESNUR Italie de 1998:

- ne pas dresser de listes de mouvements supposés dangereux,


- équilibrer les rapports d'anciens membres devenus hostiles par ceux de membres
encore fidèles à leur groupe.

Eh bien, équilibrons donc les dires des uns par les dires des autres. Cela ne sera pas
facile, car dans certains mouvements, la très très grande majorité des adeptes n'a
fait que passer. Ainsi, les estimations chiffrées que nous avons faites démontrent
qu'environ 99 % des gens ayant été membres de la scientologie en sont partis, plus
ou moins rapidement - certains au bout d'une demi-journée, d'autres après plus de
vingt ans. Je ne peux avancer de chiffres pour d'autres mouvements: il est pourtant
évident que si ces groupes attirent facilement, ils ne retiennent pas aussi aisément.
Pour "équilibrer" les témoignages des uns par ceux des autres, il faudrait donc
utiliser, par exemple, 99% de témoignages de gens ayant abandonné la scientologie
pour un pour cent de témoignages d'adeptes. Cela donne une idée du résultat
probable. Il n'est même plus besoin de faire l'enquête en pareil cas, la durée des
séjours suffirait! (voir aussi cette note)

Il existe une seconde méthode: comparer les témoignages de ceux qui sont encore
adeptes : ils ont des témoignages presque identiques, que l'on dirait appris par
coeur. Ceci démontrerait une absence d'esprit critique chez les membres, alors que
si l'on compare les témoignages de ceux qui sont partis entre eux, on trouvera un
large diversité d'opinions; par exemple, des déçus - des gens n'ayant rien obtenu -
des gens pas assez renseignés (ceux qui ne savent pas à quoi s'en tenir, n'ayant pas
eu le temps de juger du fond), des gens qui croient que telle ou telle partie des
enseignements est bonne - mais qui ont quand même quitté -, ou des gens qui
pratiquent une forme dissidente des enseignements qu'ils ont reçus. On peut donc
déduire que les témoignages de ceux qui sont partis sont beaucoup plus fiables et
personnels que ceux des membres actuels.
Les apologistes stigmatisent ceux qu'ils nomment des "apostats", en déclarant que
leurs témoignages seraient sans valeur: ces "apostats" sont en réalité ceux qui se
décident à parler de leur passé, généralement des gens dotés d'une solide
expérience du mouvement qu'ils ont quitté et bien décidés à en faire connaître les
dangers et les exactions.
Peu de gens font effectivement partie de cette catégorie, car cela exige non
seulement de faire face à un groupe parfois puissant, à ses risques et périls
(chantages, exactions diverses, diffamation peuvent être entrepris par le groupe
contre "l'apostat"), mais cela demande aussi un esprit critique prononcé et beaucoup
de temps et parfois d'argent. Ceci explique le petit nombre d'anciens prêts à
témoigner contre le mouvement qu'ils ont fréquenté. Et ceci impose aussi l'idée qu'ils
sont mieux au courant que la plupart, sans quoi ils ne pourraient être pris au sérieux
ni par les médias, ni par leurs interlocuteurs privés:
Leurs dires ne se recouperaient pas les uns les autres, et ne trouveraient pas de
corroboration dans les écrits du mouvement qu'ils incriminent, ni dans les articles de
Presse, les ouvrages critiques, articles et pièces écrits par des enquêteurs neutres
au départ, ni dans les témoignages produits lors d'affaires judiciaires. Il se trouve que
tous ces témoignages se recoupent très largement, ce qui prouverait leur valeur, car,
contrairement aux témoignages d'adeptes, ils sont émis par des gens ne se
connaissant pas et ayant souvent fréquenté des branches très éloignées du même
mouvement. J'estime quant à moi que les témoignages les plus fiables sont ceux des
critiques bien renseignés, des "apostats", selon Intro vigne. Dans ces domaines, il
n'est pas du tout facile d'être crédible et d'apporter des preuves internes et externes
à un mouvement.

Un génocide à Casablanca en 2008 :


Le terme «génocide» a un sens précis : «crime contre lřhumanité tendant à la
destruction de tout ou partie dřun groupe national, ethnique, racial ou religieux», Le
mot «exterminer» aussi, «chasser entièrement, faire périr entièrement». Les faits
sont connus et établis pour lřessentiel depuis longtemps les historiens qui lřont suivi
depuis plus de soixante-dix ans, notamment, qui ne sont pas, eux, des historiens de
la vingt-cinquième heure.

Le nombre des morts de la conquête de lřAlgérie a été évalué par, historien fiable (La
France et lřAlgérie en guerre. 1830-1870, 1954-1962,), à environ 400000. Si lřon
ajoute les milliers de victimes des grandes famines, notamment celle de 1868, sur
fond de destruction du vieux mode de production communautaire, de 1830 à 1870,
on ne sera pas loin du million. La population de lřAlgérie a, de fait, baissé dřenviron
un tiers en quarante ans.
Elle a payé un tribut épouvantable en termes de massacres, de guerre de
«ravageurs», de politique de la terre brûlée, de dépossession, qui ont favorisé et
aggravé famines et épidémies. Les enfumades ont été une triste réalité, une des
pages les plus honteuses des crimes colonialistes. Ce sont là des réalités
indéniables. Mais il est faux dřaffirmer que le nombre de victimes algériennes du 8
mai 1945 aurait atteint 45000, comme «Culture et dépendances», «Y a-t-il un
racisme anti-Blancs ?», en reprenant sans nuance un chiffre officiel algérien
quřaucun historien nřaccepte. Il est regrettable aussi que le terme «exterminer» soit
utilisé.

Sur mai 1945, il est urgent de redonner la parole aux historiens. La seule thèse digne
de ce nom, malheureusement demeurée inédite jusquřà nos jours et publiée
seulement de manière amputée en 1995 (Chroniques dřun massacre, 8 mai 1945.),
celle de lřhistorien algérien ne parle ni de génocide ni dřextermination ; et il ne donne
aucun chiffre définitif dans son bilan de victimes. Et on ne peut, comme cela a pu
être fait sur dřautres sujets, travailler sur de grandes masses comptables
significatives, notamment par lřutilisation des recensements, qui portent sur une
population globale.

En 2008 après l'indépendance du Maroc un génocide continue, celui des anciens


colons juifs et de certains traîtres marocains qui torturent et assassinent les résistants
marocains même en temps d'indépendance, violant par là les protocoles bilatéraux
en voulant maintenir un pacte coloniale dépassé , ces bourreaux sont cachés derrière
le voile de l'administration de la délégation hay mohammadi et casa-anfa où un
fonctionnaire avait placé son fils créant une véritable organisation criminelle et
subversive contre le régime démocratique et voulant renverser le pouvoir pour
instaurer une république confédérée avec israel et assassiner le président de la
république française pour instaurer une régence en France.

La gouvernance et sa violation :
A l'adresse du gouvernement et de tous les citoyens du royaume, quelle que soit leur
appartenance politique. Il faut être persuadé qu`au moins trois éléments passent au-
delà des frontières , et ceux-ci pourraient être: la modernisation du
pays l`intégration et le développement durable. En partant de ces trois éléments
Fondamentaux de l`intérêt national, il faut développer la stratégie de sûreté qui doit
évaluer risques, menaces et vulnérabilités à l`adresse de l`intérêt national. Si on part
de ce principe, probablement que le document n`aurait pas d'intérêt. C`est l`un des
plus gros sujets de stratégie de sécurité, plus grand que celui des affaires courantes.
Il faudrait corréler au moins avec la dimension du Maroc », comme doit le déclarer le
chef de l`Exécutif.

Il est a précisé qu`une partie de ses remarques devraient être insérées dans un
document à discuté au sein du siége parlementaire. Il faut préciser également qu`on
garderait un point de vue exprimé en médias, selon
Lequel le concept de « bonne gouvernance » concerne les pays du tiers monde.

« On continuerai de soutenir un point de vue selon lequel le concept de « bonne


gouvernance » est emprunté au système de pensée politique international, qui
concerne surtout les pays du tiers monde ou bien des pays touchée par un
déficience chronique de fonctionnement des institutions publiques, comme, par
exemple, certains pays africains et riverains. Autrement dit, il s`agit des pays dont on
ne peut pas parler avoir instauré la primauté de la loi, l`Etat de droit. (…) Donc, en
parlant de « bonne gouvernance globale » il faut savoir que ce n`est pas un concept
assimilé, qu`il ne pourrait pas se référer à une menace à l`adresse de la sûreté
intérieure. A mes yeux, la mention plusieurs répétée de ce concept dans la Stratégie
de sûreté nationale aurait été justifiée uniquement par l`existence d`un risque, d`une
menace à l`adresse du fonctionnement de l`Etat de droit . Mais, force est de
reconnaître que, si le pays adhère à une institution internationale, cela est grâce à
l`assimilation de la manière de fonctionnement international ou supranational de ses
institutions et, de ce point de vue, on n`a rien à se reprocher, ce qui n`est pas le cas
des pays du tiers monde. L`absence d`une gouvernance (…) ne concerne pas
l`Exécutif, qui est un ensemble formé d`institutions, de lois et pas seulement, le
concept se réfère notamment à la capacité d`implanter ce cadre législatif par le biais
des institutions de l`Etat. , donc, en le mentionnant si souvent, nous nous rendons
plutôt un mauvais service et nous nous plaçons en dehors du cadre politique où se
trouve actuellement les pays conçérnés ».

Le Premier ministre devrait souligné la nécessité d'un document relatif à la stratégie


que reflète l`identité nationale et le rôle assumé par notre pays dans le cadre de la
construction monarchique et démocratique.

« Il semble tout à fait normal et qu'on demande à ce que le document de stratégie


reflète l`identité arabe du maroc. Nous avons quelques éléments qui, à mon avis,
sont significatifs pour le Maroc de nos jours, dont l`harmonie interethnique et
interprofessionnelle, en tant qu`éléments spécifiques de la dimension arabe et
Africaine du pays.

… Le document doit comporter deux mentions qui paraissent insuffisantes. Nous


devons parler très franchement du rôle assumé par le Maroc cadre de la
construction de l'UMA parce que la politique de sécurité magnérbine repose sur
quelques éléments : la participation aux politiques communes de sécurité et de
défense, la sécurité démocratique du magnréb arabe, la sécurité par le
développement, la sécurité par la solidarité. Ce sont des concepts maghrébins quřon
aurait souhaité les retrouver dans ce document.

Ce document doit être préparé Dans très peu de temps, l et nous ne pouvons pas
faire abstraction de cette future qualité. De ce point de vue, il me semble que le
document aurait pu être amélioré d`une manière consistante, en fixant comme
fondement l`intérêt national. Parce que le document aurait un grand défaut, à savoir,
l`absence d`une conception de base. La conception de base d`un document portant
sûreté nationale doit reposer sur la définition de l`intérêt national »,

En ce sens il faut mentionner ce qui menace l'intérêt national, les coups d'Etat de
certaines organisations pseudo-plitico-administrative qui visent la déstabilisation
politique de notre royaume, rendant par là le plus mauvais service à l'humanité elle-
même.
Les graves violations de l’action judiciaire commises par le juge Nahari.
Tribunal de 1° instance Casablanca

Exposé :
L'organisation judiciaire désigne l'ensemble des tribunaux et des cours du Royaume.
Le terme « tribunal » désigne les juridictions inférieures telles que le tribunal de
première instance. Le terme « cour » se rapporte aux juridictions supérieures telles
que les cours d'appel ou la Cour Suprême.

Conformément à l'article 82 de la Constitution du Royaume du Maroc, l'autorité


judiciaire est indépendante du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. Au terme de
l'article premier de la loi 1-74-388 du 24 Joumada II 1394 (15 juillet 1974) fixant
l'organisation judiciaire du Royaume,
En matière de violations non encore dénoncées nous relevons ce qui suit :

Les violations de la SECTION 01 et de ses GENERALITES

XIV.05.01.01 Action pénale et action civile

Toute infraction donne lieu à une action pénale en vue de sanctionner son auteur et
une action, à cette règle nous trouvons que certains auteurs n'ont pas encore été
découverts par les autorités marocaines, et qui sans bénéficier d'aucune notarieté
mais par délinquance s'adonnent aux infractions et aux bavures les plus graves,
allant des crimes contre l'humanité par la subversion internationale cachée derrière
le voile de l'administration formée de la délégation provençiale hay mohammadi et
Brahim roudani avec un juge nommé NAHARI de la premiere Instance Casablanca
qui cache la phalange sioniste venant nuire au pays sur plan préconisé par Amos
Yaldin depuis tel-aviv et s'adonne au crimes contre la sureté nationale, contre le
service de renseignement marocain et les hommes d'Etat , presque tous assassinés
par crise cardiaque à distance provoquée par arme magnétique, compresseur à flux
magnétique, émanant ondes radio, laser, magnétisme et muni d'une caméra
numérique dirigée par un groupe de délinquants de l'extrême gauche contre le
régime voulant renverser ce dernier en vue d'établir une république confédérée par
Israël et certains féodaux parnevus au pouvoir par le crime et la corruption.

Violation de l'action publique IV.05.01.01.01

XIV.05.01.01.01.01 Définition

L'action publique ou action pénale est l'initiative mise en ouvre devant une juridiction
par le ministère public ou par une personne habilitée par la loi en vue de prononcer
des sanctions prévues par la loi contre le ou les auteurs, coauteurs ou complices
d'infraction ces derniers procèdent à la transformation biologique de leurs victimes
et à leur transfert physiologique en vue d'un asservissement par traitement
neuropsychiatrique pour les transformer en coupables devant toutes juridiction
devant laquelle ils porteront leurs plaintes pour préjudice subi, leurs bouches sont
manipulées par les bourreaux et prononcent malgré eux des fausses accusations
contre eux, constituant de faux aveux.

XIV.05.01.01.01.02 Sujet passif de llřaction publique


l'action publique est exercée contre les auteurs, coauteurs ou complices d'une
infraction de même qu'elle est exercée contre les personnes intéressés・ la fraude
(Art. 3 CPP et 221 Code) la fraude assistée par ordinateur branché sur les systèmes
nerveux des victimes constitue le cas le plus grave de la fraude non encore
sanctionnée par l'article précédent, d'un manque d'une loi en cette matière pénale à
Casablanca cette fraude est commise par le sioniste Raoul yacoubi , NAHARI et
Senhaji Abdelwahed Avocat à Casablanca accusés d'avoir commis des crimes en
RFA, France, Tanzanie et Maroc, ils réfugient certains fugitifs de l'Interpol à
Casablanca .

XIV.05.01.01.01.03 Sujet actif de lřaction publique

L'action publique est mise en mouvement en principe par le ministère public ou par
les fonctionnaires auxquels elle est confiée expressément par la loi (Ex.
Administration des Douanes et Impôts Indirects). Elle peut également être mise en
mouvement par la partie civile dans les conditions déterminées par le code de
procédure pénale (Art. 3 CPP).pour déclarer l'exportation des huiles humaines
déclarées en huiles végétales et animales sous le chapitre 15 de la nomenclature
douanière.

Le ministère public est représenté par le Procureur du Roi ou ses substituts pour le
tribunal de 1° instance et par le Procureur Général du Roi ou ses substituts généraux
pour les Cours d'Appel et la Cour Spéciale de Justice. ces cours ne benificient pas
d'un organe de renseignement trés éfficaces et manquent d'experts en matière
scientifique 279 bis, 279 ter, 280, 281 et 282 du code, l'action publique peut être
mise en mouvement soit par le ministère public soit par le Ministre des Finances, soit
par le Directeur de l'Administration des douanes ou l'un de ses représentants habilité
cet effet (Directeur Régional, Chef de Circonscription,Sous Directeur Régional,
Ordonnateur Art. 249 Code) et le cas à adjoindre serait celui contribué à la trésorerie
générale pour contrôler certaines dépenses administratives qui ne vont ni aux
dépenses de fonctionnement , ni aux dépenses d'investissement mais plutôt sont
détournés et utilisés au financement de la subversion et à la chute du pouvoir central
de Rabat ,

Quant aux contraventions (1°re, 2°me,3°me et 4°me classe) prévues et réprimées


par les articles 279, 284, 285, 293, 294, 296, 297, 298 et 299, l'action pénale ne peut
être déclenchée quesur l'initiative du Ministre chargé des Finances, du Directeur de
l'Administration ou de l'un de ses représentants habilité à cet effet.

La mise en mouvement de l'action publique se matérialise par le dépôt soit d'une


plainte, auprès du parquet soit d'une requête aux fins de citation directe à l'adresse
du Président du tribunal, ceci est inefficace car le service de renseignement doit
découvrir lui-même ces violations et ouvrir des enquêtes à ce sujet et déclencher la
mise en mouvement de l'action publique.

Violation de la constitution marocaine :


Violation de la constitution et ignorance de lřabolition de la peine de mort par un
psychopathe nommé Othmani commissaire hay mohammadi casablanca.
Nous nous félicitons que, depuis le Congré่s de Strasbourg en 2001, le mouvement
abolitionniste mondial se soit structuré en respectant la diversité de ses
composantes, autour de la Coalition mondiale contre la peine de mort crée en 2002
et qui regroupe aujourdřhui plus de 50 organisations. Mais nous regéttons qu'un
nommé Senhaji abdelaal à Casablanca continu son massacre sur la population.
Nřhabitant pas mieux que lui même d'après sa mentale psychopathe du Haouz.
Nous appelons les organisations et institutions partageant lřobjectif de lřabolition,
ONG, barreaux, syndicats, collectivités locales, à adhérer à la Coalition mondiale.
Nous appelons les abolitionnistes du monde entier à participer chaque année à la
Journnée mondiale contre la peine de mort, dont les thématiques porteront en
2008 a Enseigner lřabolition, Nous appelons toutes les organisations régionales et
internationales, et notamment lřUnion européenne, à faire du 10 octobre une Journée
officielle en faveur de lřabolition universelle.
Amnesty du 3e Congrès mondial contre la peine de mort s'est déroulée la Cité
internationale universitaire de Paris du 1er au 3 fevrier 2007. Organisée 'par
Ensemble contre la peine de mort 'avec le soutien de la Coalition mondiale contre la
peine de mort, le Congrès a réuni plus de 120 intervenants et 500 congressistes et a
accueilli Robert Badinter, Driss Benzekri, Philippe Douste-Blazy, Pascal Clément,
Sakae Menda et les représentants de plus de 17 Etats. Le Congrès s'est terminé
samedi 3 février par une marche pacifique contre la peine de mort dans les rues de
Paris qui a réuni plus de 3000 manifestants.
International France, Ensemble contre la peine de mort, lřACAT, le Barreau de Paris
et la Coalition mondiale contre la peine de mort se félicitent de la décision du
Président de la république, Jacques Chirac, dřinscrire dans la Constitution française
lřabolition de la peine de mort en toutes circonstances.
On a decider dřengager ce processus. Une telle révision, en inscrivant
solennellement dans notre Constitution que la peine de mort est abolie en toutes
circonstances, consacrera l'engagement de la France. Elle témoignera avec force de
notre attachement aux valeurs de la dignité humaine, à déclarer M. Chirac lors de la
présentation des voeux du Conseil constitutionnel, le 3 janvier 2006.
La Constitution est, dans la plupart des cas, le reflet législatif des valeurs suprêmes
d'un pays. Les pays qui inscrivent l'abolition de la peine de mort dans leur
Constitution démontrent l'importance qu'ils attachent à cette décision. Parmi les 84
pays qui ont, jusqu'ici, aboli la peine de mort pour tous les crimes, 42 au moins ont
inclus dans leur Constitution une disposition prohibant l'application de ce châtiment,
le plus souvent pour des motifs ayant trait aux droits humains. Les derniers pays en
date sont la Belgique et le Mexique, qui ont modifier leur Constitution pour y inscrire
l'interdiction de la peine capitale quelles que soient les circonstances.
Selon les membres de la Coalition mondiale contre la peine de mort, cette r forme ่
constitutionnelle viendra parachever le mouvement initié par lřabolition de la peine de
mort dans le code pénal et dans le code de justice militaire vote par la loi du 9
octobre 1981.
Lřannonce du Président de la Rrépublique résulte de la décision rendue par le
Conseil constitutionnel le 13 octobre 2005 (décision n° 2005-524/525 DC), autorisant
la ratification du Protocole n° 13 เ la Convention européenne des Droits de l'Homme,
adopté par le Conseil de lřEurope en 2002 qui prévoit lřabolition de la peine capitale
en toutes circonstances, y compris en temps de guerre ou de danger imminent de
guerre (fin 2005, 33 des 46 membres du Conseil de lřEurope avaient ratifier ce trait), ่
mais subordonnant เ une modification de la Constitution la ratification du Deuxie่me
protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, adopté
par lřAssembl่ée générale des Nations unies en 1989 (fin 2005, 56 Etats faisaient
parties เdece traité).
Apé่s avoir ratifié en 1986 le Protocole n°6 เ la Convention européenne des Droits de
lřHomme qui prévoit lřabolition de la peine capitale en temps de paix, la France est
donc sur le point de souscrire เ tous les instruments internationaux interdisant la
peine de mort en toutes circonstances, qui sont autant de verrous supplémentaires
empêchant toute volonté de rétablissement de cette peine qui est une insulte à la
dignité humaine.
Les membres de la Coalition mondiale contre la peine de mort sont opposés en
toutes circonstances เ la peine de mort, qui constitue une violation du droit เ la vie
ainsi que du droit de ne pas être soumis เ des peines ou traitements cruels,
inhumains ou dégradants, tels qu'ils sont inscrits dans la Déclaration universelle des
droits de l'homme.
Convaincue que la ratification du Protocole n°13 de la Convention européenne des
droits de lřhomme sera effectu่ée sans délai puisque aucun obstacle constitutionnel
ne sřy oppose, la Coalition mondiale contre la peine de mort invite, comme suite à
lřengagement du Président de la République, le gouvernement français à lancer sans
tarder, la procédure de révision de la Constitution pour que France puisse ratifier
rapidement le Deuxié่me protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits
civils et politiques, visant à abolir la peine de mort sans réserve.

Compte rendu à la cour des comptes :


Commentaire sur la violation à dénoncer conférmement à : L'ARTICLE 96.

Si La Cour des comptes est chargée d'assurer le contrôle supérieur de l'exécution


des lois de finances, elle doit contrôler le budget octroyé au service de
renseignement et spécialement celui de casablanca, qui doit être considéré comme
détournement de fonds servant à financer la subversion et la chute prévue du
pouvoir monarchique.
Si la cour s'assure de la régularité des opérations de recettes et de dépenses des
organismes soumis à son contrôle en vertu de la loi et en apprécie la gestion. Elle
sanctionne, le cas échéant, les manquements aux règles qui régissent lesdites
opérations, le cas de la délégation provençial est flagrant,

Commentaires sur les violations à dénoncer conformément à : L'ARTICLE 97.

La Cour des comptes assiste le Parlement et le Gouvernement dans les domaines


relevant de sa compétence en vertu de la loi.
Elle rend compte au Roi de l'ensemble de ses activités, la cour doit aussi rendre
compte des coups d'Etat découverts et dénoncer le responsable en remplissant par
là le service de sécurité Etat en cas de défaillance des autres services.

Commentaires sur les violations à dénoncer conformément à : l'article 98.

Les Cours régionales des comptes sont chargées d'assurer le contrôle des comptes
et de la gestion des Collectivités Locales et de leurs groupements, le cas de
Casablanca des délégations provençiales hay mohammadi et casa-anfa sont
uniques, jusqu'à présent aucun contrôle n'a été fait, les comptes marocains
alimentent les comptes en suisse et Afrique du sud et servent à l'acquisition de biens
privés et aux investissements immobiliers et à la spéculation renforcée par le
blanchissement d'argent.

Commentaires sur les violations à dénoncer conformément à: l'article 100.

Les Collectivités Locales du Royaume sont les régions, les préfectures, les provinces
et les communes. Toute autre Collectivité Locale est créée par la loi, cette loi dans
son côté répressif devrait se concentrer sur le cas des provinces hay mohammadi,

Commentaires sur les Violations à dénoncer conformément à : L'ARTICLE 102.

Dans les provinces, les préfectures et les régions, les gouverneurs représentent
l'Etat et veillent à l'exécution des lois. Ils sont responsables de l'application des
décisions du Gouvernement et, à cette fin, de la gestion des services locaux des
administrations centrales, un compte rendu spécial doit être fait sur les activités
criminelles et subversives des responsables .

CRIMES ET CORRUPTION FINANCIERS D’ETAT


Les crimes financiers et cybercriminalité - contrefaçon de devise, crime de propriété
blanchissante et intellectuelle d'argent, fraude de carte de paiement, attaques de
Virus d'ordinateur et cyber-terrorisme, par exemple - peuvent affecter tous les
niveaux de la société, et la société marocaine à la douleur de ces problèmes.
Contrefaçon de devise et blanchissement d'argent en euro, le dirham et le dollar ont
le potentiel de déstabiliser des économies nationales et menacer la sécurité globale,
car ces activités sont parfois employées par des terroristes et d'autres criminels
dangereux pour financer leurs activités ou pour cacher leurs bénéfices, les fonds
provenant de detournment de budget de l'état marocain sont employés pour
financer les achats de l'arme magnétique à employer pour des meurtres et extractions
des huiles et organes humains commercialisés dans le monde entier pour préparer
les coups d’Etat contre Rabat et contre la république française de la manière à
instaurer une régence en France et une république à Rabat.

Le crime contre la propriété intellectuelle est une préoccupation financière profonde


pour des fabricants de voiture, des fabricants de luxe, de marchandises, des sociétés
de médias et des compagnies de drogue. De plus et de façon alarmante, la
contrefaçon met en danger la santé publique, particulièrement dans les pays en voie
de développement, où l'organisation mondiale de la santé estime à plus de 60 pour
cent de produits pharmaceutiques qui sont des articles truqués. Appelé commerce
illicite qui est souvent accompagné par la production pornographique et
contrefaçon en argent et or exportés vers la France et tel-aviv.

Nouvelles technologies ouvrant beaucoup de possibilités pour que les criminels


effectuent des crimes financiers traditionnels selon de nouvelles manières, Un
exemple notable est le `phishing', par lequel un criminel essaye d'acquérir par
l'information sensible d'E-mail ou de transmission de messages instantanée telle que
des mots de passe ou des détails de carte de crédit en feignant être un représentant
légitime d'affaires, Avec cette information, le criminel peut commettre la fraude et
même blanchir l'argent. À Casablanca un certain nombre de criminels de
l'administration emploient ces méthodes contre le trésor général et contre système
bancaire tel que les fransferts de fonds avec l’Afrique du sud et l’arnaque telle que les
messages que reçoivent souvent les internautes et qui sont considéré par Internet
comme « SPAM » et rédigés tous de la même manière sont devenus un classique de
l’arnaque internationale.

INTERPOL a intensifié ses efforts dans ce secteur, travaillant avec des dépositaires
Tels que les Internet Service Provider « fabricants pharmaceutiques «, les
compagnies de logiciel, les banques centrales et d'autres corps Appropriés aux
solutions de legs pour contrecarrer les criminels et pour protéger les consommateurs.

CORRUPTION ADMINISTRATIVE
Une étude d’un groupe d’experts allemands (TI) a rangé le Maroc soixante-douzième
sur 180 pays, selon l'index 2007 des perceptions de la corruption de groupe. Le
Maroc a gagné l’index 3.5 évaluant sur 10, à partir de 3.2 (soixante-dix-neuvième
endroit) dans le rapport 2006.
Le Secrétaire général Ezzeddine Aqsabi du Maroc a dit que le rang amélioré du TI
du Maroc reconnaît certains accomplissements que le Maroc a faits durant la
dernière année, telle que la ratification du Traité d'Anti-Corruption des Nations
Unies et l'approbation de l'établissement d'une autorité centrale pour la prévention
de la corruption, aussi bien que la législation d'ébauche pour obliger des
fonctionnaires à déclarer leurs capitaux personnels.
Aqsabi a indiqué que le nouveau rang n'est pas d'importance majeure,
Comme « la classification peut changer quand l'état du pays classifié n'a pas changé.
C'est le résultat du changement du nombre de pays inclus dans l'étude, qui était 63
l'année dernière et 180 pays cette année. «
Concernant les solutions proposées pour limiter la corruption au Maroc, Aqsabi dit «
la loi doit être appliquée ; le mécanisme d'inadvertance de corruption doit être activé
; le système juridique doit être reformé ; et des sanctions graves doivent être
appliquées à ceux inculpés dans la corruption afin d'alléger l'intensité du
phénomène. «
« Ce que nous avons vu de cette corruption est une situation perpétués d'une
manière horrible, « Mohamed Tariq Esbaai, président de l'autorité nationale pour la
protection des fonds publics Pour illustrer sa réclamation, a cité « la neutralité
négative adoptée par l'état dans les élections parlementaires récentes ; quelque chose
qui prouve que le gouvernement sortant n'a pas été déterminé pour se débarrasser de
la corruption. «
Esbaai a indiqué que bien que les différents citoyens soient les premières victimes de
la corruption, ils ne peuvent pas en grande partie la combattre. Il a souligné le
besoin de décision politique claire et d'un principe de zéro tolérance afin de limiter la
diffusion de la corruption.
Le premier ministre sortant a mis en gage depuis 2005 pour entamer des entretiens
avec toutes les parties concernées pour combattre la corruption Un portail
électronique pour des services publics qui a été créé pour améliorer l'interaction
entre les citoyens et l'état en s’assurant des services administratifs directement
Disponibles. Le site Web inclut également les textes légaux pour informer les
citoyens de leurs droits, faisant écho des centres de l'information dans les
établissements publics, Des compagnies et des ministères. Le gouvernement a
patronné également avec des organismes civils de certaines sociétés pour lancer des
campagnes de médias d'anti-corruption.
L'étape la plus importante que le gouvernement a pris récemment est la poursuite
juridique des personnes qui ont violé des lois d'anti-corruption pendant la campagne
pour les élections du 7 septembre. Les violations ont inclus la corruption
d'administrations publiques et le détournement de l'argent public, que beaucoup de
Marocains pensent devoir être effréné parmi les autorités du pays.
Un citoyen ne peut obtenir aucune écriture administrative faite sans payer un
dessous de table. « Il a ajouté que le Maroc a gaspillé beaucoup d'investissements
étrangers intéressants en raison de ce phénomène, qui est devenu « une question
ordinaire " sur la rue marocaine.
Être ajouté aux transferts de fonds sur le budget d'état et être employé pour financer
la subversion contre le système démocratique de Rabat.

TRAFIC D'ORGANES HUMAINS


Aujourd'hui, au Maroc la subversion qui asservi ses victimes en les obligeant à
plaider criminels malgré eux en manipulant leurs lèvres à distance au tribunal de
première instance de Casablanca pour les emprisonner en continuant l'utilisation
des organes des prisonniers assassinés en prison par WAFA pour récupérer les corps
et les liquéfier en Vendant leurs organes comme ceux assassinés par le délégué
Othmani sur les lieux publics pour récupérer leurs corps et les vendre à des juifs
dotés de matériel magnétique pour liquéfier les cadavres.
Les organismes internationaux tels que l'association médicale du monde et
l'organisation mondiale de la santé considèrent la vente des organes humains
comme inhumaine et non conformiste. Ces organismes croient qu'il est essentiel
d'adresser à tout le commerce illicite environnant d’organes, de soucis et d'appeler
probablement un mandat de commerce international auquel toutes les nations
doivent adhérer. Les organismes de droits de l'homme et les nombreux citoyens
marocains, constitués en ONG, affirment que les organes humains des victimes
innocentes tuée à distance par une arme magnétique et leur corps récupérés à la
maison pour les vendre pour le bénéfice substantiel, constitue l’œuvre criminelle du
Mossad et du nommé Othmani. Les répercussions résultant du manque de lois
internationales réglant le commerce humain global d’organes a causé un
bouleversement mondial. Questions de droits de l'homme encerclant le commerce
humain illicite d'organes comme les effets de ceci commercent au Maroc ils doivent
globalement et spécialement être examinés et analysés.

Trafic de drogue et géopolitique


En raison de la valeur et des marges bénéficiaires économiques extrêmement élevées
des drogues, ils sont non seulement devenues un commerce intéressant pour les
criminels (organisés), mais également pour les mouvements politiques (illégaux)
ayant besoin d'argent pour financer leurs activités, telles que la narcipolitique et les
mouvements indépendants , Ceci est devenu bien plus évident depuis la fin de la
guerre froide, ayant pour résultat moins d'occasions de recevoir le financement à
partir d'une des puissances du monde. Une Catégorie des trafiquants de drogue qui
n'est pas mentionnée souvent sont les trafiquants qui plus ou moins reliés aux
gouvernements, tels que les services secrets et l'armée, travaillant l'un ou l'autre
indépendamment en coopération avec les mouvements politiques impliqués dans le
commerce de drogues et obligent leurs victimes à vendre leurs propriétés privées.
La mer méditerranéenne également était employée pour le transport pour l'héroïne
permettant d'atteindre des pays comme la France et l'Espagne directement. Dans la
direction nordique, de nouveaux itinéraires de trafic ont été également trouvés,
Facilité par la tombée du rideau en fer qui a ouvert des possibilités pour atteindre
l'UE du côté oriental. Et, par l'intermédiaire de la mer noire l'héroïne pourrait être
transportée en Bulgarie et en Roumanie, d'où elle pourrait atteindre la Slovaquie, la
Pologne et l'Allemagne.

TRAFIC DE COCAÏNE
Les réserves de trafiquants dans les pays tels que le Cap Vert, la Guinée-Bissau,
Guinée, le Togo, le Bénin, le Ghana, le Nigeria, le Sénégal , le Maroc et la Mauritanie.
Sont alors déplacés au nord, souvent aux zones clandestines d'atterrissage d’avions
sur les côtes d’Espagne et du Portugal, ou aux ports commerciaux tels que Barcelone,
Rotterdam et Anvers et autres vers le Maroc et vis versa.

Les contrebandiers utilisent des bateaux de pêche et des récipients commerciaux et


enrôlent de temps en temps les contrebandiers marocains pour croiser la
méditerranéen. L'intelligence indique que les petits avions et camions, le dernier
maniant les traînées habilement de contrebande de désert, chargés du transport vers
l'Afrique du Nord, certains fonctionnaires de DEA indiquent le raccordement dirigé
Par les associations combinant les fournisseurs, les spécialistes en transport
principalement du Nigeria et le Ghana, et les distributeurs européens, Les trafiquants
colombiens, si des indépendants ou des Employés de cartel, sautent vers le haut dans
les lieux africains à distance, Les saisies de narcotiques en Afrique centrale
occidentale ont sauté six fois le haut en 2004, selon l'Office sur des drogues et le
crime. Mais il a indiqué l'année dernière dans un rapport que « seulement une
proportion très petite de la cocaïne passant par le continent est saisie réellement. «La
police portugaise a confisqué l'année dernière 32 tonnes, deux fois le total de l'année
précédente. Elle a attribué la quantité record en grande partie aux charges arrêtées
d'Afrique «

L'itinéraire de l'Afrique Europe s'est développé en raison de la courte distance sur le


plan géographique, exploitée par des criminels entreprenants. Les organismes
criminels de partout dans le monde font des affaires avec les trafiquants colombiens,
comme l’a précisé Oscar A. Naranjo de la police nationale de Colombie, et les deux
guérilleros de gauche et leurs ennemis paramilitaires de droite participant au
commerce de drogues même avec WAFA.

En décembre, la police espagnole a arrêté un bateau rapide à Casablanca essayant de


passer 3 tonnes de cocaïne. Le cas a indiqué une association parmi des troupes du
Maroc, Colombie et la région de la Galicie, une base à long terme de la raquette de
cocaïne, maintiennent l’organisation et son international connexion.
Mais il n'y a pas eu beaucoup de grandes saisies de cocaïne au Maroc. Les trafiquants
marocains de hachish semblent peu disposés à risquer de transporter la drogue plus
dure, comme l’a dit Llorente du Guardia civil.

L'apparition au Maroc de trafic de cocaïne serait sinistre. Les agents de la brigade de


stupéfiants comparent le scénario potentiel au Mexique dans Les années 80, quand
les contrebandiers du vétéran enrôlés par cartels colombiens de la marijuana et la
contrebande pour déplacer la cocaïne à travers les États-Unis par la frontière, La
violence et la corruption ont été répandues, c’est le même cas qui apparaît avec le
comportement criminel d’une bande de mafiosis avec Senhaji abdelaal dont le profil
psychologique laisse découvrir une perversion psychopathe subversive dont
l’analyse relève un dangereux criminel et hors la loi unique dans l’histoire du crime
et du banditisme et ce à cause de son origine de la région de provenance et de son
origine familiale .
En attendant, le spectre de l'extrémisme des juifs infeste également le Maroc et
nommé Othmani, arabe commence à jure en prononçant « par David.. ! » expression
de bandit drogué et enivrer par l’alcool et la prostitution et rapports sexuel avec un
homosexuel de Marrakech de l’ancienne médina derb ismail cheraddi qui empeste
une délégation à Casablanca, c’est une pseudo-sureté nationale pédophile du
commissaire Said benbiga passible de la peine au tribunal auquel elle échappe encore
à cause du jude corrompu nommé Nahari.
D’autres pays sur l'itinéraire africain de la cocaïne. L'alquaeda faux comme à Gaza et
les réseaux de drogue convergent de temps en temps vers le Maroc nordique. Les
chefs suspectés d'une cellule de terroristes qui a tué 191 personnes dans les attaques
2004 du train de Madrid sont venus du Maroc nordique et étaient prétendument
tournés par des trafiquants. Ils ont commercé le hachish pour des explosifs et ont
justifié prétendument la drogue s'occupant d’affaires comme juifs contre Rabat, or
cette information est fausse, derrière le faux alquaeda existe le Mossad et les
moukhabarat les uns de Casablanca et d’autres de rabat.

TRAFIC DU CANNABIS
Actions de pays contre des drogues en 2004
Initiatives de politique.
En mai, le ministère de l’intérieur a annoncé : le gouvernement rédigeait un «
nouveau plan intégré » pour combattre le trafic de drogue et le considérait revitaliser
la Commission nationale de la lutte contre des drogues. Le nouveau plan réduira
graduellement les secteurs dans lesquels le cannabis est développé, intensifient des
mesures de control des frontières, augmentent la coopération régionale et
Internationale dans la lutte commune, et incluent une campagne de sensibilisation.
L'association Du GOM avec l'UNODC en conduisant l'enquête 2003 contres le
trafique de cannabis, reflète l'effort le plus significatif de GOM de compiler des
données Précises et complètes au sujet de la production de narcotiques mais ils
Oublient de neutraliser le raccordement.
Tout au long des années 80, le GOM a travaillé en même temps que l'ONU pour
concevoir une réponse aux circonstances géographiques, culturelles et économiques
uniques qui confrontent les nombreuses personnes impliquées dans la culture du
cannabis au Maroc nordique. Les projets communs pour encourager la culture des
produits agricoles alternatifs ont inclus la fourniture des chèvres pour l'industrie
laitière, les pommiers, et les petites initiatives d'apiculture. Cet effort a également
inclus les routes pavées, les réseaux modernes d'irrigation, et les cliniques de santé et
vétérinaires. Dans les années 90, le GOM a continué son foyer sur des solutions de
rechange de développement dans les provinces nordiques du Maroc par les travaux
d'APDN et de l'agence spéciale méditerranéenne de Tanger (TMSA). En juin 2003,
TMSA a surveillé le d'inauguration de la pièce maîtresse de son programme de
développement nordique, le port de Tanger-MED, qui est placé pour devenir le
passage maritime primaire du Maroc.
Pour la Corruption, Les recherches sur des frais de l’ « abus allégué de puissance, de
corruption, de détournement des fonds publics, du trafic de drogue, « et de
violations de confidentialité professionnelle par les dirigeants de police et les
douaniers, aussi bien que des magistrats, qui vont au devant des commis, et d'autres
fonctionnaires de gouvernement local liés au cas d'Erramach, étaient toujours en
activité au cours de décembre. En dépit des efforts d'application dans ce cas-ci, la
corruption, à un certain niveau, est susceptible de jouer un rôle de trafic continuant
au Maroc pour les produits de cannabis et en continuant la corruption.
En plus du crime organisé et cannabis connexe, là s’accroît la collaboration entre les
groupes Maroc basés avec trafique de cocaïne et les réseaux de trafic d'héroïne.
L'abus de drogue et les HIV-AIDS augmentent les problèmes dans les villes
marocaines comme Tanger, Marrakech, Casablanca et Rabat.

Le nouveau projet entre le Maroc et l'Office des Nations Unies sur les drogues et le
crime est de préparer le terrain pour la coopération accrue avec les pays européens et
la communauté internationale dans les efforts du Maroc contre l’accroissement du
Crime organisé et les problèmes de drogues connexes.
Sans compter le Maroc, le marché européen de cannabis est également
approvisionné par d'autres pays et fourni par quelques criminels français cachés à la
délégation provinciale à casablanca.
Aujourd'hui, le cannabis est cultivé sur chaque continent du monde et le marché
européen de Cannabis est approvisionné par différentes sources, comme à partir de
l'Asie, où les informations parasites exportées d'Afghanistan et du Pakistan, et la
marijuana à partir de la Thaïlande et des Laotiens. Les producteurs américains
importants aiment la Colombie, Mexique, et la Jamaïque, servent non seulement le
marché nord-américain, mais l'export également vers Europe. Ces dernières années
la production de marijuana a augmenté dans plusieurs pays africains,
particulièrement en Afrique australe occidentale et, dont une pièce est exportée vers
l'Europe. Un développement parallèle vient d'une partie croissante des marchés du
monde occidental quoi sont approvisionnées Par production locale de marijuana, à
l'intérieur ou en dehors. Ceci peut non seulement être observé au Canada et aux
Etats-Unis, mais également en Europe. Les Pays Bas sont le précurseur européen
dans ce processus ; on estime que plus de la moitié de la consommation totale de
cannabis est de production nationale. Ce développement international de «
substitution d'importation » - bien qu'il ne soit pas officiellement favorisé comme tel
par les autorités a pris de telles proportions qui dans un certain nombre de pays
occidentaux des récoltes agricoles principales de cannabis , ont prit une position qui
jusqu’à récemment a été réservée aux producteurs méridionaux.

COCAÏNE AU MAROC
Perché sur les roches entre le méditerranéen et la base de Jebl Mousa, la version du
Maroc de la roche du Gibraltar, est une mosquée fleurie mais presque psychédélique.
« C'est une mosquée-cynagogue de drogue, « dit un conducteur local de taxi. « Tout
ici est de drogue. « Plus loin vers le haut des falaises de Jebl Mousa que vous pouvez
regarder vers le bas sur la côte et voir un jet régulier des bateaux haute puissance
dépassant les autorités marocaines. La police n'a pas les puissances en chevaux à
suivre l’expédition des barons de drogue la prochaine en Europe et une partie de
Police de Rabat et à Casablanca est le vrai baron de cette Mafia, comme affaire réelle
de cocaïne, trafiquants parmi beaucoup d’administratifs.

Conduisant à l'est par Tanger le long de la côte méditerranéenne, les signes de la


puissance de drogue sont évidents : villas fortement gardées avec les pagodes
étrangement stylisées, barrages de route fréquents avec la police recherchant le
prochain profit et un approvisionnement sans fin en jeunes hommes se mettant à
leurs jours ouvrables dans les affaires de drogue. Ici au Maroc nordique menace un
défi principal à l'état marocain : un mélange efficace du mécontentement, drogue, a
organisé l'opposition et la religion à la politique. Les barons de la drogue du Maroc
se sont solidement transformés en un problème de crime accompagné de subversion
et une menace sérieuse de sécurité, et également parmi les joueurs principaux dans le
système politique marocain où la subversion est cachée au nom de l'administration.

Presque chacun en dehors du Maroc qui suit la politique marocaine semble être
concerné par la menace d'un défi islamiste à la stabilité du Maroc sans oublier la
menace sioniste. Mais tandis que le croquemitaine Islamiste attire toute l’attention, le
trafic de drogue international ébrèche implacablement loin à la puissance de l'état.
Les réseaux de la drogue du Maroc fonctionnent juste au-dessous de la surface et
l'information faussée (désinformation) parce que Israël est concerné par cette
accusation et organise dans des configurations non reconnues leurs bas-fonds à
Casablanca, Les barons de la drogue ne sont pas les Islamiste, mais Israël dans
l'aspiration du nord sur le même groupe de pauvres mécontents, créant des alliances
possibles, le partage des ressources et la tactique, Un confluent de ces forces a pu
secouer l'état à son noyau.

SÛRETÉ ET TERRORISME PUBLICS


Le terrorisme constitue une menace grave à la vie des individus et à la
sécurité nationale, INTERPOL a donc fait des diverses ressources disponibles pour
soutenir les pays membres dans leurs efforts pour protéger leurs citoyens contre le
terrorisme, incluant le bioterrorisme; armes à feu et explosifs; attaques contre
l'aviation civile ; piraterie maritime ; et armes de destruction de masse, d’énormes
progrès.
Le Maroc devient la cible de quelques terroristes en tant que quelques Islamiste et un
certain faux alquaeda faux créé par le Mossad comme à Gaza et sont responsables
de l'événement du 16 mai 2003 avec le prétendu « moukhabarat » qui signifie ceux
de hay mohammadi et de Brahim roudani à Casablanca Maroc, se rapporter au
journal alquds édité en Angleterre sous l'article « le Maroc fait ses adieux à la
démocratie «
INTERPOL rassemble, des analyses et échange des informations sur les individus et
les groupes suspectés et sur leurs activités. L'organisation coordonne également la
circulation des alertes et des avertissements sur des terroristes, des criminels
dangereux et des menaces d'armes pour maintenir l'ordre dans les pays membres.
Une initiative en chef dans ce secteur est le Groupe de travail de fusion, qui a été
créé au lendemain des attaques du 11 septembre aux Etats-Unis et des attaques par le
faux alqueda au Maroc dans le 16 mai 2003 dans l'affaire de Pierre Antoine Richard.

Afin d'aider les pays membres pour rapporter sur l'activité terroriste, INTERPOL a
publié les directives pratiques sur le type d'information exigé. Les pays membres
sont également encouragés à rendre compte d'autres crimes qui peuvent être liés au
terrorisme, tel que les transactions Financières soupçonneuses, des trafiquant
d’armes, blanchissement d’argent, la falsification des documents d'identité, et de
saisies des matériaux nucléaires, chimiques et biologiques, et doivent ajouter l'arme
magnétique pour le cas du Maroc.

Interpol doit régulièrement informer Rabat au sujet de ce qui se produit à


Casablanca.

La possibilité croissante de terroristes lançant des attaques avec les armes


biologiques ou chimiques est un souci particulièrement pressant. Une unité
consacrée de bioterrorisme au secrétariat général travaille pour mettre en application
divers projets avec la coopération étroite des bureaux centraux nationaux
d'INTERPOL et des bureaux régionaux. C'est le cas de l'arme magnétique et
électronique existante à Casablanca utilisée pour des crimes contre l'humanité par
transformation biologique et transfert physiologique.
INTERPOL a accueilli deux conférences internationales réussies sur le bioterrorisme
en 2004 et 2005 qui ont rassemblé des centaines de fonctionnaires et experts de ICPO.
Spécialisés pour partager l'expertise et pour concevoir des stratégies pour parer à la
menace, il est l'heure de faire le point sur l'application des articles de ces
conférences au sujet de ce qui se passe au Maroc à casablanca.

BIO-TERRORISME NATIONAL ET INTERNATIONAL


Notre nation est engagée dans une longue guerre contre le terrorisme et l'extrémisme
violent islamiste et sioniste Nous sommes confrontés à une multitude de questions
et d'événements qui affectent notre sécurité nationale. Les professionnels de l'agence
d'intelligence de la défense continueront à fournir des informations critiques à nos
combattants de guerre, planificateurs de la défense, et personnes définissant la
politique de sécurité nationale. De concert avec nos services et alliés, membres de la
Communauté d’intelligence, nous soutenons nos soldats, marins, aviateurs et soldats
de marine occupés dans les insurgés combattants au Sahara occidental et les
terroristes globalement. Cet effort demeure notre première priorité. Nous focalisons
également les ressources considérables pour empêcher ou parer la prolifération des
armes de destruction de masse. En conclusion, nous surveillons soigneusement des
états de souci et d'autres questions transnationales.

Au cours de ces dernières années, l'agence d'intelligence de la défense, comme le


reste de la Communauté d'intelligence, a fait des pas énormes pour améliorer nos
processus d'affaires de noyau de collection d'intelligence, d'analyse de toute source,
et de gestion de l'information. Avec notre appui, l'agence d'intelligence de la défense
a augmenté notre collection humaine et technique. Nos collecteurs humains
d'intelligence sont formés, soutenus, et mieux intégrés avec leurs contreparties de la
Communauté d'intelligence et nos propres forces militaires à travers le pays
assurant la sécurité.
Dans l'analyse de toute source, nous avons augmenté le nombre d'analystes avec des
degrés avancés en technique, Ces analystes sont équipés de meilleurs systèmes de
technologie de l'information et plus rigoureusement formés dans l'utilisation des
techniques analytiques de pointe. Les améliorations de nos systèmes et Procédures
de gestion de l'information sont critiques à réaliser l'environnement de partage
d'informations exigé par la Loi d'empêchement de réforme et de terrorisme
d'intelligence. Aujourd'hui des analystes, des collecteurs, pour inclure des personnes
définissant la politique de sécurité nationale, des combattants de guerre, la
Communauté d'acquisition d'armes, des agences d'application de loi, et nos associés
de coalition, mieux reliés ont eu un plus grand accès à notre analyse de l'information
et de toute source. Beaucoup a été accompli ; cependant, plus doit être fait. Avec un
appui continu, nous sommes confiant et nous réaliseront de plus grands niveaux de
sécurité pour nos citoyens, nos intérêts nationaux, et ceux de nos alliés.

ARMES AU MAROC
(Armes électromagnétiques utilisées au Maroc par les subversives contre Rabat)
Une des autres découvertes plus importante au sujet des effets d'un souffle nucléaire
et magnétique est devenue plus importante pendant que nous sommes entrés
entièrement dans le « âge de l'information. » Un souffle magnétique crée un effet
électromagnétique appelé l'EMP -- Impulsion électromagnétique. En outre,
l'impulsion est suivie d'un effet d'ionisation qui limite les signaux par radio dans le
secteur pendant 72 heures.
L'effet électronique principal, l'impulsion, a tellement d'énergie qu'il est fortement
Dangereux et entièrement destructif pour la matière solide elle-même.
La plupart ce sont des dispositifs basés sur semi-conducteur - puces. Tandis que
certaines conceptions physiques et électriques atténuent nettement les effets d'un
EMP palpitant, se protégeant contre lui est tout à fait cher pour chaque équipement.
En conséquence, peu de dispositifs électroniques dont l'utilisation commerciale
survivraient à un grand EMP. Les effets des dispositifs électroniques changent de la
puissance réduite dans les émetteurs par radio ou de la basse sensibilité dans les
récepteurs, ou monter à l'échec catastrophique des dispositifs électroniques tels que
des circuits d'allumage de véhicule, aux gestions par ordinateur, ou au matériel de
transmissions. Les équipements du centre de calculs d'ordinateur courerait
également le risque, d’une attaque d'EMP dans une possibilité de rayon de cible
sortant pour tous les ordinateurs Dans ce secteur de manière permanente.
La théorie originale pour un EMP non nucléaire produisant le dispositif, pensée vers
le haut en 1927 par le Dr. Arthur Compton pour étudier les Particules atomiques, se
sert de l'injection du plasma dans de bas éléments de compte d'électron.
Au milieu des années 80, les scientifiques avaient trouvé des moyens d'établir un
dispositif d'énergie élevée qui, sans recourir à un souffle nucléaire, pourrait émettre
un EMP énorme.
Examinez les baisses des dispositifs en utilisant B-52s et les fuselages de missile de
croisière qui ont démontré la praticabilité de la technologie. Un dispositif explosif
d'une fois, fournit l'énergie cinétique exigée pour établir rapidement un champ
électromagnétique par l'induction électromagnétique plutôt que par la chimie
nucléaire qu’on a trouvée dans une explosion nucléaire. Une deuxième technologie à
prix réduit emploie un short mobile dans un tube alimenté par un système de
remplissage. Cette technologie, connue sous le nom de FCG – jaillit d’un générateur
de compression, et s’avère exiger de loin moins d'argent pour de se développer et se
fabriquer ce qui facilite sa production par la subversion et les groupes du crime.
La construction mécanique du FCG est réellement tout à fait simple -- une conception
efficace d'un tel dispositif peut être accomplie par un diplômé d'université dans
l'électronique ou la physique. En raison de ce fait nous ne discuterons pas les détails
pour des raisons de sécurité. Suffit pour dire que le dispositif non nucléaire d'EMP
peut être fabriqué n'importe où, un atelier de construction mécanique et les
approvisionnements électroniques sont disponibles. L'électronique et les explosifs,
tandis que sont non disponibles à votre magasin local de Radio Shack ou de matériel,
et sont, néanmoins beaucoup plus facile à obtenir par des terroristes que n'importe
quel type de matériaux nucléaires et magnétiques tels que ceux approvisionnés par
Israël.
Établissez la structure du dispositif, ajoutez l'électronique et les explosifs, et tout que
vous avez besoin est un temporisateur à placer avec une camera numérique sur des
systèmes nerveux des membres et sur ceux de ses victimes et le crime par
transformation biologique et transfert psychophysiologique est commis à distance.
Aujourd'hui, les universités établissent déjà des dispositifs de prototype pour
davantage d'exploration des conceptions d'armes d'EMP comme les dispositifs non
mortels à l'usage de la police pour neutraliser des véhicules. Les pays tels comme
l'Inde et plusieurs autres nations asiatiques travaillent sur des dispositifs et des
contre-mesures, de ce genre d’arme qui à été utilisé par les anciens colons juifs à
Casablanca sur les personnes pour accomplir leurs crimes et récupérer les corps pour
vendre les huiles et organes humains sur le plan international.
La bombe d'EMP est seulement efficace dans un secteur fini au sujet du dispositif.
Plus l'armature du dispositif est grande, plus le champ électromagnétique produit est
grand. Ainsi un dispositif pourrait être d'un Pied à travers et devenir très localisé
l'équipement, indique un service de commande ou un système de communication.
Un dispositif quatre ou cinq pieds à travers pourrait être utilisé pour sortir toutes les
communications à un aéroport ou d'un gratte-ciel sortez les dispositifs de semi-
conducteur plusieurs milles dans un bandage se prolongeant dehors dans toutes les
directions non protégées avec ces bombes et vous pourrez faire exploser toutes les
agglomérations.

DROITS DE L'HOMME
En vertu le droit pénal et établir la responsabilité civile. La déclaration se rapporte
également à la droite à un remède juridique prompt et efficace,
Comme interdire l'accès des autorités nationales à tous les endroits de détention, de
la droite au corpus de habeas, de l'entretien des registres centralisés de tous les
endroits de détention, du devoir d'étudier entièrement tous les cas allégués de
disparition, du devoir pour juger les malfaiteurs allégués de la disparition devant les
cours ordinaires (pas de militaires), de l'exemption de l'offense criminelle des actes
De la disparition imposée des statuts des limitations, des lois spéciales d'amnistie et
des mesures semblables menant à l'impunité. Le groupe de travail a rappelé les
gouvernements ces engagements pas seulement dans le contexte de clarifier
différents cas, mais également en agissant à caractère plus général. Pendant l'année à
l'étude, il a dessiné l'attention des gouvernements et des organisations nonnes
gouvernemental aux aspects généraux ou spécifiques de la déclaration ; il a discuté
avec des représentants des gouvernements et des organisations nonnes
gouvernemental comment résoudre des problèmes spécifiques dans la lumière de la
déclaration et comment surmonter des obstacles à son exécution.