Vous êtes sur la page 1sur 4

Quelques(re)considérations

sur les prisesde terre


par HB9OX
Je rassenrbleici quelques notes qui se sont aeculnulées au cor.lrsdes ans dans nron cahier de notes au sujet
des prises de teme HF. Pour acquerir une nreilleure compréhension de ieur mode de fonctionnement, il est
absolutnent nécessairede prcrldre la peine de se rnetre à l'esprit les quelques cas particuliers des propriétés
de transfonnation d'impedance des lignes de ftansinission, sansrecourir au caicui des grandeurs
cotnplexes.La figure 1 montre ces quelquescas particuliers qu'il faut absolumentconnaîtreavant de
pouvoir pénétrerplus avant le sujet.
Circuits r.iquivalenisaux bornes A B

"-4[fh-o
A B
ouvert I
I
"JF.
i
en eourt- cA r{nn-t
circuit î Trcs hauic impédancc done I minimum V maxrmum
. Ia B A L{ts B
eA
ouvert Très basse impédance donc I maximum V minimum
oB î-@1-;
Fig.l Propriétes de transforniation des lignes de transmission

Les cas de transformation examinés dans la fig.l restent valables pour des lignes unifiiaires. Ainsi une ligne
unifileire de ll4lembde reliee à ls teffe à une extrêmité (ee qui coffes:pondà un coun-cireuit) présente une
tres grsnde impédance à l'sutte extrémité(circuit equivalent parallèle).et csfistitue en quelque sorte un
"isolateur métallique". Par E-onfte,une ligne
de rnêrnelongueur laisséeùuverte à une extrêmité presentewre
impedatrcetres bas-seà l'autre (o'imrit équivalent série).
C'est pourquoi, en reliant la rnassedes appareils à l'exnêmité d'une ligne quart d'onde laissée ouvette (isolée
"terre artificielle"
de la terre) à l'autte on cree une condition de basseimpédance à la HF en quelque sorte une
au niveau des appareils. Cette rnesure empêche,ou tout au moins contrarie l'étabiissetnent d'un potentiei HF
éievé au niveau de ceux-ci. On évite ainsi dans une grande mesure les inconvénients dus aux "fetouls HF",
rnicrophone qui bruie ies lèvtes, distorsions de la BF et autres.
Il existe cl'ailleursdes appareils- cotntne le MFJ 931 Artificial Ground - qui pennettent cl'accorderà la
résonTrarrce série le ou ies conducteuts constituant la prise de terte. I1 s'agit sorrune toute d'un Tuner rnais
placé dans la prise de terre. On arrÈne ainsi le potentiel HF au niveau clesappareils à la valeur la plus basse
possible pour une installation clotmée.La ligne de longueur quart rJ'oncleconstituant " la terre artificielle" n'a
pas iresoin d'être rectiligne, tnais peut être disposee d'une uranière quelconque sur le sol, nrais dans ce casola
iongueur nécessaireà la résonnancevarie selon la disposition. On peut i'accorder à défaut d'un appareil tel
que le MFJ en la coupant d'abord à la longueur théorique d'un quart d'onde et en insémnt dans Ia ligne et le
pius près possibiede l'émetteurune ampoule à incandescence(ordrc de grandeur 3-6 V, 0.3-0.5 A pour une
puissanced'émissionde 50 à 100 W) et en'trimmant la longueur du fil avec la pince à couper - attention à
couper la I{F pendant i'o$ration de sectionnement, I W ça peut déjà causer des brulures douloureuses -
jusquâ l'obtention d'une luminosité maximum de I'ampouie. L'extrêmité iaissée ouverte sem bien isolée avec
du ruban isolant approprié pour éviter des brulures car évidemment, à cet endroit le potentiel HF est rès élevé.
Pour cette raison d'ailleuts on évitera le plus possible d'amener cette extrêmité pres d'appareils susceptibles
d'être perturbéspar la HF. A notet que dans le cas d'une antennelong fil ou si le feeder coaxial d'un dipole est
parcouru par un courant de manteau, cas plus fréquent que l'on imagine génétalement,I'opérationd'accordde
la terre attificielle peut rendre nécessaitele réajustement du Tuner d'antenne, Dans le cas d'un aé.rien
asymétrique colnme un long fil, cette opération moditfe parfois fortement l'impédance au point d'attaque ce
qui permet le plus souvent un accord plus aisé sur différentes bandes.Il ne faut pas s'illusionner cependantet
être conscientqu'elle a peu d'effets sur les performancesde radiation de l'aé.rien.,mais que son avantage
principal est d'obtenir un potentiel HF fortement réduit sur les appareils, facilitant lélimination des
"bizzatenes" qui ernpoisonnent souvent la vie
des Olvls. Son désavantageest sa dépendancede la fréquence.

HB9OX HAIvIDOC 006/99/TeresHF


Exemple
"long
Un OM émet avec un fil" (dont la mauvaiseréputation est d'ailleurs injusie) et utilise le chauffage
central en guise de prise de terre HF et de protection. Dans le gAVodes cas, f installation de chauffagecentral
présente une impedance HF élevée et les chances,malgré l'établissement de connections quasi parfaites que
les appareils se trouvent maigré tout à un potentiei HF relativement élevé, sont fortes. En effet, la conductivité
galvanique de f installation est, dans ia plupart des cas, très médiocre (Chanvre darrs les raccordernentsdes
tuyaux, dépotscalcaires,ou même tuyaux en partie en matièrc piastique etc.) et c'est la capacitancedu
systètne eontre la terre qui pennet plus ou tnoitrs le passagede la haute fréquence vers la terte. Ainsi les trois
crffntrosântesprincipales d'un cirE-uitHF, c'est-à-dire linductance, la capacitance et la résistant-eolrrnique sont
largement aléatoires et irnprevisibles. En outre si l'on habite dans un immeuble à plusieuts logements, il
devient presque certain que l'on trouvera de la HF un peu partout darn le bâtirnent, avec les inconvénients bien
connus tels que TVI, BCI, perturbations sur les équipements HIFI et le téléphone. C'est ici que l'utilisation
d'une terre artificielle sous la simple fbrme d'un fil resonnant en quart d'onde est suseeptible d'apporterune
atnélioration substantielle de la situation, le circuit de chauff'agecenffal gardant toute sa raison d'être corilne
tere de protection. I1 faut donc se garder d'en conclure qu'elle est inutiie! En effet eiie joue son rôle pour les
fréquencesindustrielies relativenment basses.àcondition toutefois que sa résistance vers la terte soit
suffisamrnent faible pout celles-ci.

Un paradoxe
J'ai entendu à plusieurs reprises des OMs disant avoir supprimé du BCI ou TVI chez les voisins et dans leur
propre habitation, en plaçant en série dans la prise de teffe raccordée au chaufTàgecentml, une self de choc en
t'errite et qui en conclnaient bien paracloxalementqn'ils avaient améliore leur prise de terre. En f-ait, il
empêchaientIa haute fréquencede s'écoulerpar le canal chrsystèmede chauftàgeet par conséquentde se
promener un peu partout dans l'immeuble. Celle-ci devait donc houver un autre chemin qui s'avérait être
moins prône à perturber les appareils des utilisateurs et pouvait même dans les cas extrêrnes apporter moins de
perturbationsà caused'une réduction de la puissanceeffectivernentrayonnéepar l'antenne.Dans un tel cas,
il y a de grandeschancesaussi de devoit faire face à un potentiel HF élevé sur l'émetteuret les appareils
annexes,modems , ordinateursetc. et une temeartificielle peut donc être d'une grandeutilité. En tous les cas
un point de basseimpédance au niveaux des appareils de transmission diminuera les mals nommés retour s
HF.

Qu'est-ce qu'une bonne prise de terre HF?


Tout cl'abordil faut trien se rnettre en tête qu'rine mise à la tene des équipernentsde trarrsrnissioir-sse fait
toujcurs par un intermédiaire qui obéit aux lois établies portr les lignes de transmission, si court soit-il. Cet
élément de transmission , daas le cas idéal présenterait un court-circuit parfait pour la HF donc devrait
possédersoit:
une inductance nuile et une résistance ohmique nulle

c"u*îJ*l"l+iifffi5ffi
:ll"âi3g'i1Ï-1:iîJ"uT*"ohmiquenu
On se ffouverait donc en presenced'un circuit équivalent série possédarrtun facteul de surtension infini
Ors aucune ligne datrs rrn monde reel, à rnoins de posséder une longueur nulle, ne peut satisfaire ces
exigences. Mais si ces conditiorrs ne peuvent être rernplies on peut au rnoirrs s'efforeer de s'en approcher le
mieux possible. On s'efforcera dons de reduire les pertes ohmiques au maximurrq bonnes connections,
conducteur de grande surf.ace, l'épaisseur ou le diamètre de la section ne jouent qu'un rôle secondaire,
rappelez-vous que, à cause de l'effbt pelliculaire la HF n'utilise q'une infime portion de l'épaisseur d'un
conducteur, donc surface pdnre sur section., un fil de 1Omm de diamètre est presque deux fois moins bon
q'un ruban de cuivre de 25 mm de largeur et lrnrn d'épaisseur,sans parier de la différence de poids et de prix!
Et pout diminuer la réactanceque peut -on faire?
Et bien la aussi la théorie nous apporte une réporrse.,rendre la ligne résornante en série en faisante en sotte
que la capacitancesoit égale à llnductance. Dans ce cas la dite théorie nous dit que

Paur la fréquence de résonnanee


I'impédance du circuit est minimum.
On ne peut donc faire plus que celà. 11ïe restera donc plus en circuit que les résistancesohmiques.
Quelles sont-elles ? Tout d'abord celie du conducteur que nous avons vue plus haut et puis incontournable la
résistanceque ptésentent les pertes dues à la conductivité finie du terrain, leur r&luetion ne peut se faire
qu'en augmentant 1asurface offerte au retour de la HF daris le terrain, soit en disposant un grand *ombre de
radians noyés dans ie sol ou plaeesau dessusde rnanière à fonner un eondensateurde glande surface.

DOC HB9OX p9lTênesHF


Av.^c les moyens dcnt disposel'OMs, il ne faut pas s'illusionner et si l'on arrive à diminuer la resisiance
totale aur
environs de 10 à 12 Ohms ce serâun exceiient résultat. En admettantun courant HF de l'ordre de 1 A,
ii resteraune tension HF de l'ordre de 10 à 12 voits sur ies appareilsde transmissionet une perte de
i'ordre de 10 watts dans ie systèmede teffe.
.4.1'ecune résistancede radiation de l'ordre de 70 Ohms, le ren<iementde i'aérien sera encore de:
Pr
=
N96=___________ = g5 %
Rp u Rr i2+72

où Rr = Ésistance de rayonnement de I'antenne (à ne pas conlbndre avec la Ésistance au point


d'attaque)
Rp : tésistance de perte totale daris le circuit de tene
I1 faut remarquer ici que les éléments réactifs ne contribuent pratiquement pas à i'augtnentation des pertes
dans le circuit de tene, rnais qu'ils empechent d'obtenir un potentiel HF bas sur les équipernents.

D"butrepaft il faut savoir que plus l'irnpédanceau point d'attaquede l'aérien alirnentéà une extrêmité est
iraute,donc plus sa longueur se rapproched'une demi-onde ou de sesmultiples, plus le courant
dalirnentation à ce point devient petit et moins la qualité de Ia prise de terre devient importantepour le
rendement. Il sufïit souvent dans ce cas d'un contrepoids très court (quelques picotbrads de capacité par
rapport aux objets environnants, par exemple un cadre de f-enêtremétailique) pour assurerle retour à la
terre. Le cas de I'antenneFuchs qui constitueun cas d'école et qui est taiilée exactementpour une demi
longueur dbnde ou un de sesmultiple ne nécessitepas de contrepoids pour rayonner parfaitement.
Par contre son adaptation doit se faire au travers d'un circuit capable de fonetioTrTrerpouf ces hautes
impédancesqui peuvent être de fordre de 50OOà 80OOOhms. Cette antennene fonctionnera pius sans
contrepoidspour des ftéquencequi ne sont plus en relation harmoniqueavec celle, la plus basse,pour
laquelle elle est taillée et, malheureusementmême pour le travail en harmonique,il iaudrait en realité
corriger la longueur du fil pour se trouver en résonnance exacte.

Conclusion

Err conciusion, rrrêrneavec rule prise cleterre HF rJ'uncliamètre "gfos colrune le bfas" et clesconnectiorn
galvaniques parfaites, si sa longueur est voisinne de ll 4, 314,un tout trotnbre inrpair de quart de
lotrgueur d'onde, elle jouera le rôle d'un isolateur au lieu de selui <Jeconducteur pour la HF et rnêtne une
Iongueur de 45 " électrique (1/8 Lambda) ptésentera une impedance égaie à l'impedance caratéristique du
circuit de la prise de terre, difficile sinon impossible à évaluer, mais à titre reptésentatif-,un fil de là2
mm de diamèmeplacé à 50 cm au dessusdu soi possèdeune impédance calactéristique de quelques 2û0 à
3ûOOhms. Il faudrait donc en pratique en admettant un sol parfaitement conducteuf, ne pas dépasserune
longueur éiectrique de 10" pour avoir une terre acceptableau point de vue IIF pout un aérien alimenté en
bout. Il est clait que ies aédens symétriques tels qu'un dipole (I-evy, G5RV, W3DZZ) nous épargnent
beaucoupde problèmesen ce qui concernela prise de ten'e,elles s'autogèrenten quelquesorte! On peut
aftirmer que dans Ie cas d'une conduite de terre rcalisée par connection au circuit de chautTàgecentral, le
retour de la HF confte la tere se fàit de manière prèpondémntepar voie capacitive dans9O % descas et
que la conductivité galvaniquen'est impofiante que pour assurerla connectionentre les différents
éléments afin de donner la plus grande surface possible à ce grand condensateuret bien sûr pour remplir
son office de tette de ptotection.

Un tip: si vous voulez savoir si votre terre remplit son office en HF pour un aérien alimenté en bout
(End feed), mesurez le courant HF qui y passeà l'aide dtn indicateur de courant approprié, un
am@rernère thermique (Hélas plutôt rare de nos jours) ou plus simplernent avec une ampoule de lampe
de poche. Si le courant n'est pas à peu près égalà celui de I'antenneole retour de la HF se fait par un autre
chemin, peut-êtrepar le secteur.Attendez vous à êffe étonné!
-n. e- i.-r,<t,7a1t eblr $ e - . n . { gl ; . i é . . 1 Foyr dsr r.\.rlf,r,,.rar n , { . in . t " u l t â r (r.t aÇ,llr,.;."ir,'r;,-*n,
- / o " g 5i ; ê s J t e

DOCHBgO){lgglTerresHF
Divers
Ii rne parait toujours curieux de cçnstater combien ies Olds travaillant en fixe sont persuadés
que seule une mise à la terte HF as-surantune continuité galvarrique peut remplir sa fonction.
Ceux qui travaillent en mobile et avec une ground plane avec radialrs éleves apportent pourtarÉ et peut-
être même sarr.sle savoif, la preuve qu'une rnise à la terre par voie capacitive est parfaitement
fonctionnelle, et comme je l'ai dit plus haut, la valeur de la capacité nécessairedépend de l'impédance au
point d'attaque de l'aérien et bien entendu de la frequence ( voir handy's). L'antenne R7 par exemple,
travaillant en denri-onde et attaquéeen bout ne possèdeque des radians très courts et pourtani elle
fonctionne parfaitement.

RETOURS HF

Méme une antennesymétrique peut occasionner des problèmes si elle se trouve à proximite du bâtiment
de l'émetteur à cause de lfutensité du rayonnement direct que les amateurs sous-estimment généralement.
En efTetavec 100W et suivant Ia fréquence, des champs de l'ordre de 10 V/m ne sont
trlasrâres. même à quelques 15 mètres de l'aérien . I-es nouveiles prescriptions sur les champs maximums
âutorisés qui vont nous tomber dessusmèsbientôt et qui sont si faibles que la majorité d'entre nous ne
devraient pas avoir atteint lâge des cheveux gris, placeront la plupart des OIVGqui n'ont pas la chance de
vivre dans un ranch Texan ou de touver du plaisir à travailler en QRP, devant une réalité ctuelle qui les
contraindra, soit à cesserl'émission, soit à fèrmer le rcbinet à watts de manière substantielle. Adieu les
PAs dtn kilowatt ! Ou alors il rernplaceront l'antenne par une charge artificielle non rayorinante et
adaptée.De cette manière ils auront l'immense et apparemment si recherchéesatisfàction d'obtenir enlln
un VSV/R de 1:1.

1OV/m e'est rappelons le, une intensité de champ susceptible théoriquement d'induire une tension de cet
ordre dans un cànducteur de 1m de longueur, donc bonjour les câbles de micro, d'ordinateurs, haut-
parleurs,équipernentHIF[, téléviseurs,téléphones,ofgues électrcniques,cotdons secteuret j'en passe.

Merci de m'avoir suivi jusque 1àdans ces considérations terre à teres et peut être à une autre fois pour
dautres reconsidérations,lessujetsne manquentpas!

Avec les super73 de HB9OX

nn(- HROôY
4u-vzLl.t
trD$/'TerrocE[' 4