THEME 5

:
Démocratie et représentation

 
 
La  forme  fédérale  du  Parti  nous  permet  d’être  un  véritable  laboratoire.  Les  primaires  socialistes  ainsi  
que  le  Tour  de  France,  bien  que  questionnant  la  place  et  le  rôle  du  militant,  en  sont  des  exemples.  Ce  
cadre   structurant   est   une   véritable   chance   pour   penser   les   systèmes   démocratique   et   de  
représentation  au  sein  du  Parti.  
 
Entamons  une  véritable  réforme  décentralisatrice  en  interne  du  Parti  !    
Pour   plus   de   présence   sur   les   territoires   les   plus   reculés,   une   présence   de   terrain   qui   anticipe   et  
accompagne  la  réforme  des  collectivités  territoriales  ainsi  qu’une  présence  numérique.  
 
L’impression  qu’au  PS  tout  se  décide  à  Paris,  entre  60  membres  du  bureau  national  persiste.  Entamer  
une   vraie   réforme   décentralisatrice   interne   redonnerait   de   la   vigueur   à   l’action   politique   de   nos  
fédérations  et  un  peu  de  pouvoirs  à  nos  militants.  La  politique  doit  être  au  plus  proche  des  citoyens  (et  
par  la  même  des  militants)  et  plus  accessible.    
 
La  lutte  contre  le  Front  National,  nous,  militants  de  l’Aisne  ou  de  Paris,  du  Calvados  ou  de  l’Ardèche,  du  
Val-­‐de-­‐Marne   ou   de   la   Gironde,   de   la   Bretagne,   de   Marseille,   Lyon,   Angers   ou   encore   Strasbourg,  
considérons  qu’une  campagne  de  Terrain  est  plus  efficace  que  de  multiplier  de  coûteux  meetings  dans  
les  théâtres  parisiens.  
 
Le   PS   devrait   circonscrire   des   zones   politiques   prioritaires   à   reconquérir   pour   ne   pas   les   laisser  
tomber  aux  mains  des  extrêmes.  
 
Pour   accompagner   cette   décentralisation,   nous   pensons   que   le   numérique   est   l’outil,   voire   l’arme  
principale,   pour   agir   dans   ce   nouvel   espace   public   virtuel   qu’est   la   toile   du   net.   Un   lieu   occupé   par   une  
Fachosphère    suractive.  Cet  espace  public  ne  doit  pas  être  déserté.  
 
Le   PS   a   de   nombreuses   ressources,   un   nouvel   élan   doit   être   impulsé   politiquement   pour   une   meilleure  
coordination  de  nos  objectifs.    
 
La  création  d’un  «  Secrétariat  national  au  numérique  »  renforcerait  et  doterait  de  vrais  moyens  à  notre  
action.   Le   Secrétaire   National   au   PS   numérique   serait   un   véritable   Premier   Secrétaire   digital,   avec  
une  visibilité  importante  sur  le  web  et  une  vraie  compétence  en  la  matière  reconnue  de  tous.  
 
Les  outils  numériques  créent  du  lien  politique  avec  les  citoyens  et  améliorent  notre  analyse,  mais  ne  se  
substituent  nullement  à  notre  présence  physique  et  militante  sur  le  Terrain.    
À  l’heure  où  les  français  expriment  une  grande  défiance  à  l’égard  des  partis  politiques  –  92  %  déclarant  
ne  pas  leur  faire  confiance  –  notre  présence  sur  tous  ces  deux  fronts  est  plus  que  jamais  nécessaire.  1    
   

                                                                                                               
1

Résultats issus d’un sondage Ipsos pour Le Monde, CEVIPOF, Fondation Jean Jaurès et France inter, réalisé par internet du 8
au 14 janvier 2014

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful