Vous êtes sur la page 1sur 7

Article publié dans :

SOCIETES

REVUE DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES


De Boeck Université Éditeur

Sociétés N° 68 - Technoliens

2/2000

« AUX FRONTIERES DU VIRTUEL ET DU REEL.


ENTRETIEN AVEC SHERRY TURKLE SUR L’IMPACT SOCIAL DES
1
NOUVELLES FORMES DE COMMUNICATION EN-LIGNE .»

Federico Casalegno
casalegno@mit.edu

Sherry Turkle est professeur de sociologie machine ne se met pas en place suivant
au Massachussets Institut of Technology, une relation univoque et individuelle, mais
MIT, psychologue et titulaire d’un doctorat nous interagissons avec des
de ‘psychologie de la personnalité et de communautés. Nous sommes donc en face
sociologie’ acquis à l’Université de Harvard. à un phénomène complètement nouveau et
L’apport original de ses recherches dans la qui a un impact tant à niveau pshyco-
relation entre les nouvelles formes de culturel qu’economico-sociale.
télécommunication et l’interaction dans Sherry Turkle nous a reçu dans son bureau
cyberespace est désormais un point de au MIT, véritable berceau de l’innovation
repère pour les chercheurs. Auteur de technologique, afin d’explorer ensemble les
Psychoanalytic Politics ; Jacques Lacan enjeux de ces nouvelles formes
and Freud's French Revolution (publié d’interaction filtrées par les écrans des
aussi en français), The Second Self: ordinateurs.
Computers and the Human Spirit, et de Life
on the Screen: Identity in the Age of the FC : J’aimerais engager cet entretien sur
Internet, elle ne s’intéresse pas aux l’idée de communauté, dimension
ordinateur en tant que tels, mais, suivant fondamentale caractérisant les méandres
une démarche compréhensive, elle de la Toile. En considérant vos recherches
s’intéresse aux personnes qui les utilisent et vos intérêts scientifiques, comment
et aux effets que ces formes d’interaction voyez-vous son évolution ?
ont sur la construction identitaire. En effet,
nous n’envoyons pas des simples ST : Ce qui m’a toujours intéressée, c’est
messages à nos machines, nous ne l’étude faite de ces lieux sur l’Internet où
faisons pas simplement transiter des codes les gens peuvent créer des liens qui ne
binaires aseptisés, mais nous rentrons sont pas transitoires : la communauté ne
dans des mondes simulés et nous créons peut exister avec le transitoire. C’est pour
des environnements en réalité virtuelle. De cela que je ne me suis pas intéressée aux
plus, la relation entre l’homme et la chat-rooms, où le va-et-vient des gens ne
1
Cet entretien a été mené pour le projet européen (i3, Esprit Intelligent Information Interfaces) Living Memory et dans la
recherche « le rôle de la mémoire dans les communautés » que je conduis dans le cadre de ce projet. Dans mon article
dans ce même numéro de Sociétés je donne les détails.
Cette recherche, avec les entretiens en extenso, sera prochainement publiée. Pour plus d’informations voir :
http://www.univ-paris5.fr/ceaq/frame/activites.html, puis voir dans « projets de recherche » ou dans http://www.living-
memory.org.

Casalegno-Turkle entretien p. 1
laisse pas de traces. Je m’intéresse aux intéressantes à comprendre et à étudier.
effets identitaires de l’expérience en-ligne. Les gens auront toujours envie de
Je vois les chat-rooms comme des “clubs l’immédiateté du contact humain, ils auront
d’affaire” dans les salons d’un aéroport. On toujours envie de discuter autour d’une
peut y avoir de formidables conversations, tasse de café, de voir où habite l’autre,
on peut y draguer, mais on ne peut pas en physiquement, avec son corps. On peut
parler comme d’une communauté du fait de apprendre beaucoup sur une personne
son aspect transitoire. De même, dans dans sa façon de vivre, dans le genre d’art
l’atmosphère d’un chat-room, il n’y a pas ce qu’il aime, dans la façon dont la lumière
sentiment de permanence que l’on a en traverse une pièce chez lui, s’il travaille
prenant un rôle et en devenant une part de dans une pièce obscure ou lumineuse. Les
la vie de l’autre, choses qui sont pourtant gens auront envie de tout cela pour pouvoir
des composantes de la communauté. Je former des relations qui contiennent des
n’irai pas jusqu’à appeler ces lieux non- informations sur nos corps et sur les corps
transitoires de l’Internet des de ceux avec qui ils parlent. Mais ils auront
“communautés”, car je crois que la aussi envie - maintenant qu’ils y ont pris
question de savoir si elles sont, oui ou non, goût - d’avoir la possibilité de se rencontrer
de vraies communautés reste ouverte. dans le virtuel, tout comme ils auront
Mais ces lieux m’intéressent dès lors que toujours envie de vitesse, d’étendue
l’on peut y voir des effets identitaires. Ce planétaire, et même de la forme particulière
sont dans ces lieux-là que les histoires des d’intimité qu’implique la communication en-
personnes se tissent. ligne.
Je pense qu’on assiste actuellement, plus
FC : Nous pouvons remarquer qu’à la parmi les experts que les utilisateurs (que
diffusion des nouvelles formes de j’aimerais mieux appeler citoyens), à la
communication fait écho une différenciation défense de la frontière entre le virtuel et le
croissante entre ce qui se dit réel et ce qui réel, à un effort pour placer certains types
est virtuel. Étes vous d’accord avec cette d’expériences dans un endroit ou dans
schizophrénie qui s’opère de plus en plus l’autre. Tandis que les citoyens des
et voulant trancher entre ces deux communautés virtuelles récusent cette
dimensions de notre existence ? frontière et expriment clairement le désir
humain d’avoir les deux aspects à la fois.
ST : Je trouve que l’on fait une grosse
erreur en parlant de la vie réelle et de la vie FC : Il est vrai que l’intelligentsia arrive
virtuelle, comme si l’une était réelle et parfois en retard sur la vie : on cherche à
l’autre pas. Au fur et à mesure que les rationaliser et encadrer l’effervescence
personnes passent du temps dans des sociale dans un contexte précis sans
lieux virtuels, il y a une poussée, une sorte s’apercevoir que ces rassurantes
d’expression du désir humain de rendre perspectives sont en décalage avec le vécu
plus perméables les frontières du réel et du social. Vos recherches sur le MUD’s vous
virtuel. En d’autres termes, je crois que ont portées à travailler sur les relations
tandis que les spécialistes continuent à interpersonnelles et sur l’entrecroisement
parler du réel et du virtuel, les gens eux- entre le réel et le virtuel.
mêmes se construisent une vie dans
laquelle les frontières sont de plus en plus ST : En effet. Si les gens vivent les MUDs
perméables. Alors, je n’aime pas parler du comme des communautés c’est parce
réel et du virtuel, mais plutôt du virtuel et du qu’ils ont la possibilité d’investir jusqu’au
reste de la vie. Pas V-R, Vie Réel, mais R- bout dans ces relations réelles. J’appelle
V, Reste de la Vie. Car je pense que si les relations réelles, les relations où les gens
gens dépensent autant de temps et se sentent assez liés pour y trouver une
d’énergie émotionnelle dans le virtuel, réelle importance. Ce sont ces relations qui
pourquoi parler du matériel comme seul déterminent la façon dont chacun se
réel ? perçoit lui-même, s’il passe une bonne ou
Alors que la plupart des personnes une mauvaise journée, ou la façon dont il
semblent vouloir séparer le virtuel du réel, voit sa propre capacité de relation avec
R-V, je ne fais pas cette distinction. Je autrui. Une des choses qui se passe dans
préfère parler du virtuel et du reste de la la vie en-ligne, c’est que les gens se
vie, R-V, pour éviter d’employer le mot trouvent en train de jouer des rôles
“réel”. Je pense que de plus en plus, on ne différents, adoptant diverses personnalités
sent plus le besoin de les opposer de façon dans les différents lieux du Net. Ils viennent
si tranchante. À l’avenir, ce sont les voir et expérimenter de nombreux aspects
frontières perméables qui seront les plus d’eux-mêmes, et ils vivent cette multiplicité
Casalegno-Turkle entretien p. 2
de façon intense. En ce sens, la vie en- que la vie en-ligne est un des facteurs qui
ligne reprend un aspect de la vie s’évertue à changer cet équilibre. De plus
quotidienne pour la mener à un degré en plus de personnes sont sensibles à la
supérieur. Nous montrons tous, au multiplicité de leur “unité”.
quotidien, différents aspects de nous- L’expression en-ligne de la multiplicité non
mêmes : on se lève en tant qu’amant, on pathologique fournit de nombreuses et très
déjeune en tant que mère, on prend la intéressantes façons de faire un travail
voiture en tant qu’avocat. psychologique. Dans mon livre “Life on the
Avant de vous recevoir ce matin, j’ai Screen”, je parle de la façon dont le
emmené ma fille à l’école ; ils y psychanalyste Erik Erichson perçoit
encouragent les parents à rester un l’adolescence comme un moment de
moment pour jouer. Parfois, après ces moratoire, un temps mort. Pas un moratoire
séances, à 8h00 du matin, j’arrive à une de l’action, mais de conséquence. Bien sûr,
réunion à 9h00 avec de la pâte à modeler il n’y a jamais vraiment d’action sans
sous les ongles. Je porte les traces conséquence, mais avant, les années de
physiques de mon rôle précédent, un rôle lycée et même d’université étaient
dans lequel je ne réfléchis pas de façon largement perçues comme un moment
analytique, mais où je joue tout simplement sans conséquences directes. Actuellement,
à la pâte à modeler. Alors, ce n’est pas que en Amérique en tout cas, la période du
l’on ne vive pas tous de multiples lycée et de l’université n’offre plus ce luxe.
expériences hors ligne, où on se déplace à Il y a la menace du SIDA et la pression,
travers différents rôles, mais la vie en-ligne dès la maternelle, pour réussir. On ne
reprend ces expériences pour les élever à laisse plus à nos enfants le “temps mort”
un degré supérieur. Pour beaucoup de qu’il leur faudrait. On a besoin de ce
personnes, la communauté virtuelle permet moratoire pour explorer, pour tomber
une expression plus libre des nombreux amoureux, pour rompre avec ce premier
aspects de soi-même. Mais c’est quelque amour, pour tomber amoureux d’idées
chose que l’on vit aussi bien dans le “reste aussi bien que de personnes, et pour
de la vie”. Il y a des moments où la culture rompre avec des idées aussi bien qu’avec
met l’accent sur l’uniformité de des personnes. Au fur et à mesure que les
l’expérience, et des moments où elle le met choses se referment et que l’espace de jeu
sur la multiplicité de l’expérience. se réduit, le Cyberspace propose quelque
chose de l’ordre de cet espace jeu. Il offre
FC : Le paradigme post-moderne une chance d’expérimenter qui est absente
concernant le discours identitaire dans le reste de la vie, la R-V.
présuppose, entre autre, une différenciation
entre l’idée de personne et d’individu, entre FC : Vous écrivez dans votre livre “Life on
les fonctions sociales et les rôles. Les the screen” qu’un des challenges les plus
mondes virtuels et l’interaction en réseau importants de la recherche à l’heure
nous permettent de développer différentes actuelle serait de comprendre la nouvelle
identités ou bien différents aspects de notre nature du lien social. Pour explorer ces
identité ? champs de recherche, quelles sont les
conditions requises, selon vous, pour
ST : Il peut arriver qu’il y ait un malentendu donner à une personne le sentiment
et que je sois mal comprise par les d’appartenir à une communauté ?
personnes qui pensent que je dis que, en-
ligne, nous souffrons de trouble de la ST : J’ai déjà soutenu que l’une des clés de
personnalité. À mon avis, ce n’est pas du la communauté en-ligne est le manque du
dédoublement de personnalité. On montre transitoire. En cela, on a la possibilité de
différents aspects de soi. Les gens des partager une histoire, une mémoire. Avec
MUD’s ne souffrent pas de dédoublement la continuité vient la possibilité de
de la personnalité. Les gens qui souffrent construire des normes sociales, des rituels,
de cela ont des parties d’eux-mêmes qui du sens. On apprend à se faire confiance
sont coupées, des aspects d’eux-mêmes au fur et à mesure que l’on partage des
qui sont rayés. Le signe de la maladie, expériences et une culture en-ligne. Mais là
c’est ce manque de communication entre encore, je veux souligner que les
les aspects de soi. Le langage de santé meilleures possibilités pour le
mentale est centré sur l’intégration, sur le développement des communautés se
fait d’arriver à un état “d’unité”. Il n’y a pas trouveront dans ces lieux où se
eu, au moins pas dans la tradition chevauchent les expériences virtuelles et le
américaine, assez de respect pour les états reste de la vie.
non pathologiques de multiplicité. Je pense
Casalegno-Turkle entretien p. 3
Prenons pour exemple la communauté des communication électronique, il y a d’un
chercheurs travaillant sur le Cyberspace, à côté l’intensité et le fantasme de ce type de
commencer par notre propre relation. On communication instantanée, mais à la
se voit ici à Boston. On se rencontrera sur différence de la conversation, on peut lire
un site Web, ou également à Paris. On et relire notre mail. Cela lui insuffle la
parlera au téléphone. Pour moi, ce qui est puissance de la conversation ainsi qu’un
le plus fascinant, c’est ce nouveau scénario supplément de sens.
de relations dans lequel chacun devient un Il y a un aspect qui est de l’ordre de la
virtuose des médias. participation dans la conversation en-ligne.
Depuis quelques années, j’ai vu une Il peut être fréquent et facilite la
évolution de ce modèle et c’est ce qui, avec coordination entre des personnes
le Web, est le plus excitant. Il y a encore différentes et géographiquement
cinq ans, beaucoup de gens disaient que, dispersées.
ce qui était fabuleux avec le Web, c’était Mais il y a un autre aspect à la
qu’on pouvait discuter avec un type en conversation électronique : l’aspect
Australie qui avait la même collection de subjectif.
timbres que nous. Le sentiment actuel est L’aspect subjectif de la technologie n’est
que ce qui est le plus excitant avec le Web, pas ce que l’informatique fait pour nous,
c’est qu’il enrichit les rapports avec les mais ce que l’informatique nous fait à nous.
gens qui se voit face à face. Le mouvement J’essaie d’interpréter votre question de
est passé du global au local. Je pense que façon à faire de la place dans la discussion
ça va continuer dans ce sens. Alors le Web sur le virtuel et ses mécontentements (ou
sera apprécié parce qu’il permet à la fois sa satisfaction) pour l’importance du rêve
de développer nos liens au niveau que procure la communication quasi
planétaire et local. instantanée. Cela aussi peut être un ciment
qui donne aux gens le sentiment
FC : J’aimerais aller plus loin en explorant d’appartenance. Je parle du sentiment que,
l’idée de communication entre les membres dans un groupe de discussion en-ligne,
d’une communauté. Comment est-ce que j’écris et puis, tout de suite, quelqu’un peut
la communication et l’information peuvent reprendre mon idée, la développer, et me
renforcer le sentiment de cohésion de la renvoyer quelque chose. Ces gratifications
communauté ? Est-ce que cela vient juste sont enivrantes et construisent un
de l’intensité de l’échange, est-ce le fait sentiment d’appartenance.
que les membres de la communauté Une autre façon de le dire, c’est que les
puissent être en contact avec des communautés en-ligne procurent aux
personnes à l’autre bout du monde, ou est- personnes une expérience très forte, celle
ce parce qu’il y a un transfert de contenu d’un “répondant”.
ou d’émotion, ... ? C’est peut-être ici que les comparaisons
avec le réel physique sont désobligeantes.
ST : Et bien, ceci c’est un aspect J’appartiens à des communautés en-ligne
intéressant. J’aime comparer le mail au et bien sûr j’appartiens à une communauté
télégramme français. de collègues au MIT. Mes collègues du MIT
De 1968 à 1969, j’ai vécu en France dans sont tout aussi intéressants, intelligents et
une famille traditionnelle qui venait de se cultivés que les membres des
faire installer un téléphone, mais communautés virtuelles auxquelles
uniquement pour les cas d’urgence. Pour j’appartiens. Mais lorsque je les rencontre
écrire une lettre importante, faire des dans le couloir, par exemple, on n’est pas
excuses importantes, prendre un rendez- là l’un pour l’autre. On est là pour faire
vous important, pour féliciter ou remercier, chacun son boulot de son côté. Lorsque les
ils envoyaient un télégramme. Ainsi, pour gens participent en-ligne à une
pratiquer cette correspondance, beaucoup communauté virtuelle, ils sont là pour
de technologie de l’âge industrielle étaient répondre aux autres. C’est en ce sens que
mise en œuvre. Ce qui l’a rendu si intime, les personnes d’une communauté virtuelle
je crois, c’était l’expérience que l’on avait sont présentes pour vous, pour vous
d’écrire quelque chose et de pouvoir rêver répondre. Et cela devient une importante
qu’en l’espace d’une heure à peine, l’autre source de puissance attractive.
réaliserait l’intensité du désir de Les communautés virtuelles peuvent être
communiquer rapidement. Il y avait le comme des bars, des bistros, des cafés.
fantasme “je l’écris, tu la lis”, pas tout à fait Elles n’ont pas l’intimité de la famille, ni
instantanément, mais presque. l’anonymat de la rue. Elles se positionnent
Avec une correspondance importante par entre le privé et le public. Ces espaces sont
mail, et les autres formes de devenus rares dans le réel, en tout cas aux
Casalegno-Turkle entretien p. 4
USA. On a des Starbuck’s, une chaîne de ligne dont on peut difficilement faire
bars où l’on boit du café, mais ceux ne sont l’analogie avec des expériences hors-ligne.
pas des lieux de rencontre dans un D’une certaine façon, la communauté en-
quartier, comme peuvent l’être le bistrot au ligne emprunte la qualité de réactivité
sens français du terme. attendue de l’intimité du face-à-face du
J’habite un très beau quartier qui n’en est monde ‘réel’.
pas un, dans le sens où je n’y connais Pour revenir à vos questions concernant la
personne. J’habite Back Bay Boston qui est mémoire, il est important de noter que l’on
un endroit vraiment très beau et où j’adore peut avoir la transcription complète de nos
me promener. J’adore l’architecture des interactions en-ligne. Mais lorsqu’on revient
maisons, je suis très attachée aux sur ces “archives”, ces connexions, les
immeubles, mais il n’y a pas de résultats sont fascinants. À travers mes
communauté. Le terrain de jeu est utilisé recherches, je trouve que les gens
par les enfants de la maternelle, mais dès décrivent les relations en-ligne avec une
qu’ils vont à l’école, on les emmène grande intensité, une grande force, une
ailleurs. Le bistrot du coin est un grande importance. Mais, lorsqu’on regarde
Starbuck’s, fréquenté par des touristes, des de près les connexions, on ne voit ni où, ni
gens qui font leurs courses, des clients de comment il s’y passe tant de choses. Ce
grands hôtels... phénomène est lié à la notion de transfert
Laisser moi revenir au rêve en-ligne (qui a en psychanalyse. On projette du sens, on
une part de réalité) selon lequel les gens donne de l’épaisseur, de la consistance à
qui sont là, le sont pour vous. Même au une relation. Mais ce n’est pas par ce qui y
café, où les gens se disent bonjour et est dit. Je crois que cette notion de ce que
peuvent avoir envie de parler, ils ne sont l’on apporte aux relations et les façons dont
pas là ‘pour’ vous. En-ligne, les gens ont elles sont construites, à partir de nos
décidé en commun qu’ils sont présents les désirs, devient plus réelle pour les gens
uns pour les autres, et c’est extraordinaire. grâce aux expériences en-ligne.
C’est un nouveau type d’expérience Alors, il arrive souvent aux personnes de
humaine et cela donne aux nouvelles vivre une relation en-ligne comme quelque
communautés une grande part de leurs chose d’irrésistible, mais lorsqu’on regarde
forces. Quand les personnes âgées, par la somme et la substance littérale, elles
exemple, se connectent dans les très sont complètement plates ! Grâce à cela,
nombreuses communautés qui leur sont les gens se rendent compte à quel point
maintenant proposées, ce n’est pas comme une relation est construite par leur
avant, quand ma grand-mère était assise imaginaire, ils se rendent compte de ce
au jardin public où des personnes de sa qu’ils y apportent, de la part de fantasmes
connaissance lui disaient bonjour. Elle ne qu’il y a autour de la relation.
s’attendait pas à avoir des conversations Le fait d’avoir ces archives, ces
intenses, elle voulait juste sentir qu’elle connexions, est intéressant en soi. Cela
faisait partie de la communauté. donne aux gens quelque chose de très
Lorsqu’un senior se connecte dans un site, concret auquel se référer lorsqu’ils essaient
il est ‘dedans’. Tout de suite c’est “parlons, de trier ce qui est important dans une
causons”. C’est une expérience enivrante. relation. Nous avons un nouvel outil, un
Jusqu’à maintenant, je crois qu’on a trouvé nouvel objet pour penser, pour réfléchir sur
agréable de comparer l’expérience en-ligne la mémoire.
à ce que l’on connaissait dans le réel. Ces Au MIT, il y a un groupe d’étudiants qui se
analogies ne nous mènent pas loin. Je sont fait appeler “cyborgs”, et qui portent
pense qu’il faut passer au-delà de ces sur eux en permanence du matériel
analogies. enregistreur. En cela, ils élargissent la
notion de “connexion” à l’ensemble de leur
FC : Cela nous ramène à notre point de vie. Au sein même de leur vie, on note
départ qui était de savoir quels sont les l’existence d’une archive numérique.
éléments qui amènent les membres d’une
communauté à renforcer leur cohésion ? FC : C’est très intéressant. Comment les
gens utilisent-ils ces souvenirs de la vie en-
ST : Pour répondre simplement à votre ligne. Les utilisent-ils pour eux-mêmes,
question, et pour limiter ma réponse à ce pour la communauté, lors de l’interaction ?
qui se passe dans la vie sur l’écran, je
dirais que l’un des éléments les plus forts, ST : Je crois qu’il les utilisent pour tout
c’est la supposition que les gens sont là cela. Cependant, de part ma recherche, je
pour nous répondre. C’est un élément de la suis mieux placée pour parler de leur façon
puissance attractive de la communauté en- de les utiliser pour eux-mêmes. L’impulsion
Casalegno-Turkle entretien p. 5
n’est pas si différente de la vieille habitude ST : Il me semble que dans “Life on the
de garder ses lettres d’amour, lorsqu’on les screen”, je n’ai parlé que d’un seul aspect
nouaient avec un ruban et les chérissaient. des fenêtres, le fait que l’on puisse les
Les gens gardent ces machins, cela fait traverser. Mais il y a d’autres aspects. Par
partie de la trace de leur vie. exemple, lorsque l’on accède à la mémoire
Très tôt dans l’histoire de la communauté de notre écran, comme les archives de nos
virtuelle, quelque chose d’intéressant est mails où l’on retrouve les mails courants,
arrivé sur le WELL, une communauté de les lettres d’amour que l’on a écrites, les
San Francisco. Soit dit en passant, le traces des relations nouées jusque là. On
WELL est une communauté très peut manipuler les textes de cette mémoire
intéressante à étudier, car dès le départ, et les textes du moment avec le même
les membres se rencontraient à la fois face logiciel. Leur présence technologique est la
à face et en-ligne. Dès le départ, ils ont même. Je suis le genre de personne qui
compris l’importance de pouvoir franchir les garde les choses. Puisque beaucoup de
barrières. Il y a une règle sur le WELL, gens que j’aimais, parents, grand-parents,
selon laquelle les membres sont sont à présent disparus, et j’amasse leurs
propriétaires de leurs mots, leurs affaires. Mais la différence entre tous mes
interventions. Si je voulais, par exemple, cartons et les archives de mes mails, c’est
citer quelqu’un qui a écrit quelque chose que lorsque j’ai un ancien mail sur l’écran, il
sur le WELL, je devrais d’abord le y est avec la même présence, la même
contacter. Or il se trouve qu’un des possibilité de manipulation des choses
membres du WELL s’est suicidé, qu’au présent. Sa présence technologique
physiquement, et une part de ce suicide a est la même. Tout est là, dès que je le
été également d’effacer toutes ses veux, avec le même statut, disons
contributions aux discussions de groupe ontologique ou épistémologique, que le
sur le WELL dont il était membre. C’est reste. C’est plus vivant que ce que le mot
comme si on discutait à quatre ou six ‘archive’ suggère.
personnes. Si l’une de nos interventions Évidemment, cela pose le problème de
était effacée, l’ensemble deviendrait l’authenticité. En cela je veux dire que la
inintelligible. Et bien, sur le WELL, de modification d’une archive personnelle de
nombreuses archives ont effectivement été mail permet de modifier sa propre histoire.
rendues inintelligibles lorsqu’un de ses La question est importante pour les
membres a effacé ses contributions. Les historiens du savoir et du social. Mais il en
gens sont devenus fous. Des centaines de est également question dans la sphère
personnes impliquées dans ces personnelle. J’ai fait l’interview d’une
conversations ont vécu cela comme femme qui a réécrit ses mails à son amant
l’effacement d’une partie de leur vie. Était-il comme elle aurait souhaité les avoir écrits
de son droit, s’étant suicidé, de se suicider au départ. Bien sûr, on pourrait le faire
aussi sur le WELL, de se retirer de cette avec les formes de correspondance
manière ? Est-ce que cela était de l’ordre traditionnelle, mais il est moins facile de
de l’agression ? Qu’est-ce que c’était ? À garder ses propres lettres manuscrites.
qui appartient la mémoire, est-ce à la Même si on fait des photocopies de notre
communauté, est-ce chacun de nous qui correspondance personnelle, son existence
est propriétaire d’une partie de la mémoire en tant que texte manipulable offre de
? nouvelles possibilités. La femme qui a
Si on assiste à une conférence et que l’un réécrit ses lettres l’avait fait au début
d’entre nous décide de se suicider, chacun comme un geste artistique, mais plus elle
garde intact ces notes de la conférence. le faisait, plus cela lui semblait être une
Mais ici, en-ligne, la propriété de la façon de résoudre certains problèmes de
mémoire dans ce nouvel environnement a cette relation.
été vraiment remise en question. Là, je pense avoir essayé de souligner
deux choses au sujet de la communication
FC : Si l’on considère vos recherches ainsi en-ligne. D’abord, la nature “archivable”
que votre ouvrage “Life on the screen”, on des échanges virtuels nous met en face du
pourrait présupposer que la mémoire transfert, un phénomène qui a lieu dans la
serait, pour les internautes, comme une rencontre psychanalytique. La
fenêtre supplémentaire à partir de laquelle correspondance en-ligne devient un objet
ils peuvent utiliser une mémoire immobile. pour penser une réflexion autour du
Parlons-nous d’une mémoire statique, du transfert. On voit ce qu’il y a sur l’écran, on
type banque de données, ou de souvenirs voit l’histoire textuelle de ce qu’il y a eu sur
d’expériences vécues ? l’écran, et on peut se dire “ce que je
ressens au sujet de cette relation vient en
Casalegno-Turkle entretien p. 6
grande partie de ce que j’y apporte. Ce
n’est pas ce que quelqu’un m’a dit”. Mais
bien sûr, dans une analyse, il ne suffit pas
de reconnaître le transfert, il faut l’analyser
et l’utiliser. Il faut le travailler pour le rendre
utile. Donc, je ne dis nullement que la vie
en-ligne est une grande séance de
psychanalyse. Mais il est important que la
vie en-ligne nous donne un support solide
pour enfin reconnaître le transfert.
Deuxièmement, il y a un nouveau statut
des objets de la mémoire, du fait qu’ils
reviennent avec la même forme et avec la
même présence à l’écran que les nouveaux
objets. Notre histoire ne repose pas sur des
pages poussiéreuses. Notre histoire n’est
pas inscrite sur du papier qui se déchire.
Non, elle est là, tout comme l’actualité, et je
pense que cela est très significatif.

Casalegno-Turkle entretien p. 7