Vous êtes sur la page 1sur 609

PAGINATION MULTIPLE

VALABLE

POU

DU DOCUMENT

R

tMMMtMpaUteOe

TOU

T

OU PARTIE

REPRODUIT

NSSM

MX

L'HISTOIREDE LAC08M08MMME

ETDELACARTOGRAPHIE

MNtMNt

t6 NettM-AaB

E8SA!

SUR ~'HtSTMM

DELACOSMOGRAPHtE ET DEM CAM06BANME

MttMtttMMMRtt-MS,

PROSES

DE

NTMTtMt

~A

GÉOCRAPH~

Mt~ Ma t)M«em tt&tacwaMmae iM*<)t6M,

MM tmm t'RMOMmMa MtMMCMtMAt'~M tOiMt M tWMHMM!)

BtMtMmt'a.ac'AmBNO!)!mme6)SKn!))tB,NMs

M W!)ttMB! MME&Mt~VM )Mtt'.

LE VICOMTE DE 8ANTAREM

tM MMttttM tM MtB!(M<ex U~Mt~M.MeMtM, et t'MttmtT ea MMCt.em oeomet 6BeeeaMMx os «MU!),tXtxetOM,

M!t6KM,

MNM. M M Mmt-f'tntMMMte,

M!*

TOMEPREMIER.

!MPRïMERtE

PARIS

MAULUE ET REKOU nfE B~tt.t.B)~, !<-H.

t849

TABLE

DES MATÏÈRES

COSTBMtN! DAM M MMtBR VOMMtt.

tMTMBMtMN.pMX

PREM!ËRE PARTtE.

Des eemettMphea du moyea-tge. de leurs ~MëmMtdes con- BttManees (~OttNpMqaea des savants de t'EuMpe, pendant )o même ~po~M, MteUvement à la forme de la terre, et de ses dhhteM: de leurs théories dea zones habitables et teht- MteMes, et de la fen66"MMen qa')ts donnatent à t'AMqae avant les grandes découvertes dea Portugais at XVe s!tc)f. p.

)

V. S~CM.

PfMtm.–NacMhe.–etOmse.

Vt'st6CtB.

S t, p.

S

Jemandts,

Capdta.

Cosmas.–Gt~cetre VtMos SeqMstw,

–etCaMtedoM.S

de Tours,

HaMtanus

Saint Avite,

Ptbeten, M. p. a

V!ETV3!'a&~Es.

Isidore de Se~Me, Phitopenm, Bede le Vénérable, Satnt Virgile, Poème eeegNphhtoe «'on auteur tneoMu. S ttt. p '?

a

–Wt

tX* S~CMt.

tt'AMnpao do Bt'!<aM~ MmaM, Cnmd.StV.p.itt

tMxmMm?, AttKt! te

X'S!<œM6.

AMe,–Ade)M.te)N~)MBMMf,)M~<ef!6~m~

<HMtH[6tH<ttM<t))CtMtoe.

§V.)h

X!'8t6CM.

HeHMnt!en<ne(aa,–9tAmp&

XM" StÊCM.

S Vf, p.

M

MoMtt d'Autaa.– Cttw de Mse. MagoM de Sahu-Vtcter, <acqoMdeVtt)ty,–H)tgaeaMeteMxs,–C~taNmedetmate<je,

Mefmdedet~nd~M~otttefMHtS~Mtfb.

SVM.~

a?

Xm<'N6<M.

S<tMO Besoo, VtMant de ~amh,

AMtett ~0 Grand,

!h)f~ Bacon, –MMttde~UMote, –PterMd'AbaM,

Le

Baate,

Oervals de Tttboty, –HerM de Vt~M, BntaeMo LatM,– ~ota~tMe, Omom, A)a<a de UMe, ext de BMoehes,

Eneetbett.–etmce~oNNemmyde.

CMced'AsMH, Rebeft do Satm-Maften d'AmerM,

§VtM,p. M

XiV'a6cu;.

MMtae Saa)tt<~ Nicolas d'Otesme, Ranulphus Hydgen, t~ee!e ~gU UtMrH, Jean de Nmde~Me, BeceMe, MUM~ne, BatthotemeaBAxeMMS.–Gefmis,– Meebatdo deFenate.§!X,p.<St

XV'Nt~LE.

tMfe d'Attty, Guillaume HthstM, 'deHtse.§X,p.M)

MoMtd t~tti,

Jean

w

MMtËMEPARTŒ

ttes c<ttte~)p!)M peadaat te mo~m-~e. jaemt'aw deM~Mtes des Petta~ttBtdetMMf~aaaeft! dMMMK~teh M<patseMxt

ta emstMetMB de ternes mtppoamtde!),

et de leur

pour

Ignorance KMhKMMat & fexhMMM des p~a <Meao«j~ au

W~Me.<M

tes mappemondes du m~en-tge mot CB grande pâme axe

eMtMmmttea~a~aM

cettes <M tnetMM.

<

§ t.

W

Des empi~Ma~es depuis le t)t* jtMqa'aa XMt*a~etc

ttos mappemondes da XtM*atëete. josqa'att eemtMMMM~ <w XV'tMM~MSaM(ttMMte8<MM)KMtM<tMPMtU~ta. §Mt, p. Mt

Les cartes da moyen~ge M trouvent dtMamiBëes patteot. IV, p. <M

S M,

Mt

~eaHMdam~en-~MMdetMMBdhneMteM. §V,p.t9T

Tous tes systèmes des géographes de ranttquM M tMuMm reproduits domles cartes dem<~eB-&se,atMtqaetes theettes eMmeaMphtqaMdMPtMsdet'~HM. §Y!,p.W

Du tracé des mappemondes du mayett-aee .§ VM,p. eM

Des eatteamphes qui MpftMBtent te monde dMst en deex

parties.

§VtM,p.a9r

Des em«<gtap)MSqui Mpt~eateat dans leurs mappemondes le

~temeMseten.

§tX, p.

Des eatte~Mphes do meye<t-&t~qui conMnaetent à représenter dans leurs mappemondes t'ABMeMhene. <m t'~er-Ot-Mt des

ancteas.eume fausse théorie de eeatsdttNH.

§X,p.9~

Des cartographes qui représentaient dans leurs mappemondes la

§ Xt, p. Mt

Des earMftMphes qnt Butent dans tenM représentations du gtebe la théorie des MMs haMtaNes et inttaNtaNes. § Xtt, p. S6

terre partagée entM tes descendants de Noé.

Des catMgraphes qui teptesentent dans leurs mappemondes le

rempart et le pays de e~ et de Ni~

d'après l'Apocalypse. §XtM,p.ast

MM

Bet cmt<tapte< qui MptëwxtMt meeM ~eta la <? da m~n-

~?)~tMeM)MaHt~Mq)~m~Ka<<)a,6~<~e~'A)<MWe<

dePteMmeeetdMp~esde~t~

$XtV.p.M~

Pt~tës qo'CKMmat~M ea~H.–Aat~decemeaomeot.

<hM ht mappemende de JMttMOm, SXV,p.eM

Manttm ttMMtMMe dont t'Ma M tnnne Mt<M<e <)M!tles M!)pj~<)MB~M a~nt tas découvertes <M portugais aw XV'

a!Me.

$XV<,p.Mt

tha dMMNam MMa des ~M<« qa'm) NXMtqaa dans tas map-

p<mM)<t6««hmth)aeMtM<ttma~ea-&ea.

§X~n<P.<M

De la ~a<M!e mMwteaMment MX <tKm<M<MeeB<eftm du

XV"«M«.

Ae~moM BT tmtM .?.!?

t. CMMtMancM

slècle.

Ye

SXVMt.p.MO

cMnKwmpMqaea de PMtMtorffe au p. SM

M. CenMtMMeea cosmographiques de ~emmK~s au

Vt'at6ete.p.3M

tH.

ConntbsancMt géagrepbiqnea de cte.p.

Pfecepe (Vt" s<&-

313

tV. Optahma de toctanee au sujet de t'immeasM de

et

t'Oeew et sur t'!mpoM<Ntitt d'y m~ef, sur tes antipodes.

p. iH4

V. Sur tMM«M, auteur d'une CXMrta~M sur la <~M)w <f~fam<, et sur Jean PedMnma, sur son tmM de la mesme et de la dhtdbathm de la tene (Vt'steete).p.Ste

Vt.

VM.

V)M.

Il.

Sur la partie cmnMwmpMqw du TM!té de la O~tt- «ett du Me<t< de PhMepenM, ax Vf s~ete

Sur la ~)gMpNe attfthtee à Moyse de CtMtfeae. p. sn

p. SM

Suf

tes trMMt getgNpM<tMs de t'empeteaf ConstMttnpttt~o~x~p.

SM la chronique composée an X' eteete par

M<ttM<~«<ntt<M.p.Xt9

grée

Hef-

SM

M

X.

ttettee dos tept~~m~Me~ estmoanMaarn et <Mf. tMWM~tt~maqat~m~Meot~w~tmmoM~t )aM<t de la eoMteoMptte d'AMpb. antewda Xt'stbete.p.NW

 

Xt.

Sar ? partie e~WpMqa~ dtli eowaees d'Adom deMt)M~antawdfXt'st~ete.p.N)<

xn.

–Saf!«M<t«ea~MpMea~bMt<tMe!M~d<t

de&ttnt.Vte«<f.aw~)f<oXM*sM<t.pSM

XMt.

t~seM)m<~Mpt<!«!'M)~<et<to<eoMm6tpemm<!M

etMt!ea~t~mpM<aaa.p.!M

X<V.

–ee$Mt<eat~mtMqa(Nd'm<MCMMt<t.p.aM

XV.

BM oM<eBe<eampMqMa ehM les tmMena.

p. M!

XVt. -t~heMmettMph)edM&<addhbte!p.M<t

XVII.

–Btsm<M'tagoesnM<to<MqaM.p.

MT

XVIII.

Sur la p~teadae ville d'Atone et de la coupole du mea<e.p.M<

XtX.

Sur le traité Inédit de cosmeemphto de ~a de BeMVM, eveqaed'An~eM sous Louis XI.

p. 37

XX.

SM les tawotnentB d'ohMeW~n dea Ambes

p. N6

XXI.

Sur nmpM&ctton des mappemondes de Xtn* st&ete<observation de Gervais, auteur de cette êpaqM.tees~et.p.!M

XXM.

Sur MMM)aset les auteurs MM dent tes eMMtt-

sances pMtttves se homttent à t'emttaachcM da Ga''ae.p. XXttt. Sur le globe qa'm voyait dans ta citadelle de Sy. mcaM, dont parle Ovide, et de la mesatqae de PatesMae.p.:M

MT

XXtY.

–Snttatabte'n'eedMtenM.p.<N

XXV.

Sar tes traités de eosnmpapMe du tV steete de

BeMe

eM-

p. «t

XXV!.

Sur SédaMas, aateardaV' sieete, et ses aoUces sur la carte du a~be da temps de Theedose

p. 0<t

XMM. –Sar!<ot&et,sa~mt4aX*c!<p.

49

-x-

XXMN.–NttHMt~maaX'a~em~~a-

XXtX.

TetMM.('.?<

Map~amm~ <e<a<~«a q)Mda)Mtew.

e<Ma <e ? MMMM" < .p.Ot

XXX. N<ptMm<MMte<a Xt*'Hteh). <t<e<m~aHo aepata rtoh pKMt<m<<e«iteatM~e.th~t

XXXt.

sur <eTMM<teta 8fMM.<!mapMéaa XM'atMe. patteMMtteMmattam.p.<M

XXXM. –taNaeM«4eseM!Ma9SBmftaae~mpM&

.p.<M

XXXtH. Sop les aMppaami~M <t6M<<)9au XM' a)M~ et

eoanu<a~mqw't)jw<iMOt.p.49<

XXXtV.

Be la position t~mpt~'M getaste.p.OS

de fa~ye

de Te-

XXXV. –BNcmteseatMtmtMdtesXt'etXtfetMM.p.<99

XXXVt. –Ba)tdt<hten<ehKMMpMc)!<Mb,a)h<pMi9pM tes~eataphMamhes.p.OT XXXVM. NeweMes mappemondes du XMt' <tM~ <tttMtef- Msap~nmpMMhMtdatmtedecevehtme p.<M

XXXVIII.

XXX)X.

XL.

XLt.

XUt.

XUn.

XUV.

MappamendedttXtV'ttMe.d&ieawKeept~nm. pNMhm de tette du M wthme.

Be ttatemnee ett on était, il y a ~BNt MN,an sujet detacattet~apMedameyen-aee.p.<M

Saf tes quatre <te)Nesda paradis terrestre et sur t'atbMdeta~te.p.

t~a motifs qtt'eaMat les eMma~MphMpour placer Jérusalem au eentM de la terre dans les caMes

damoyett-êee.p.400

p. 498

?9

Sur la mappemonde de la cathedtate d'HetetiMd

em Angtetene,

dtngnam.p.<0t

dessinée par NetmHt de !M-

Sur tes thtes des noms eéeaMpMqMs qu'en te- marque dans certaines cartes du meyea4~e p.~M Sof tes mftppemwtdes de forme carrée dessinées aanMyeni-aee.?.«?

Xt.V.

–M–

8M te tm~ da ptaxteoM ea~ttMaOes Oa m~~f âge.<M

XMt. ? laCtame~teaMaadem~<meeaM<ht?<?? ta{)tap!)ttdesMtteadMeM~eo~p. 4M

Xt.VM

NappemMftet <? on Mmcqwe ? (t<KMt[e<tM tMb t~tMes de la <ene oatm t9< <etaaa<Mta

de!<aA.M<)!'am9B)M<teMeemed6moMtMapt6a

t'<mpM!st9n<tHexte<e<c~(tt)te.p.<M

XMMt. –SafM~e~e6e6t<)KeM<tM

.p.tM

XMX.

Saf te ~~me to~meemtthtqw <o PMeo et <t'<m-

tM5 awt«Ma de t'm~M,

adopté ~F tM car-

t<'gmphM<tem~<M-aea.)~<M

t <? la titnne emWSedonnée ao monde par MMatM MttesMpttM da tneyen-ttge. Nouvelles map))e. xHHMtMde ce ~anM O~eeaMt~a apt6< MmpMS* stoB<t<ttM<edoeawtome.?.<?

U. Des erMnN des OeeMeaMM relativement & ta

peaMen dea bouehes

du OMge.

Mt. Sur les roses dea vents do Mtehet Psellos, matM- maticten aa Xt* siècle, et d'HefMde an XII. stMe.p.<M

Sur Hetwatt d'HehemtmatW.

ta~ae d'EttanM Pasq~w MMvement !) raatt. quit6 de la tmMMte.

un.

UV.

p. <H

p. «6

p. <M

LV. –Saft'eMBedehttMONOtemOdmt.p.«T

LVi. –SatttydmgMpMedet'AMqwetderAshtmM- dionale et ortMMtte avant les <M<!eawrte&des t~rtajp'b.p<M

LVtt.

E~mtea des nMHi& que j~NtMem avetr eus les Arabes pour placer, dan leurs MptesentaHons gMphtqMS dn etehe, te<t«<au Mr<, cetnt~t au «Kf, t'MMt à t'ett, & t'tMeKe des mappemondes et des cartes des oecMentMK.

p. <!M

)Ht

MMt. "r. <<atMt~oe

<w ~!t(!m M~ate <te 9h~a~,<

Mt~tXMtt~tM~tjei~MM~a~tqMOeM~-

(!M<t~Me),<e<apM~M!aaa<teXWo!t'a~

<M

T~MM <a)!'[aeM<taa m MtMtmte. paF o~M et~MttqM.

~SMtMMMdMNMt~tM.4W

~HMM.

MTMDUCTM

La géographie est de toutes tes sciences celle qui fait le mieux voir par quette rotue longue et pénible l'esprit humain sortit des ténèbres de l'incertitude, et parvint à des connaissances éten- dues et positives (t). Et en effet, le lecteur verra, dans cet ouvrage. que !a connaissance du globe que nous habitons est restée à peu près la même chez les Européens pendant l'espace de dix siècles. Les savants de l'Europe, les hommes les plus éminents depuis la

chute de l'empire Romain, au Ve siècle, jusqu'aux grandes découvertes des Portugais, ne firent que suivre servilement les doctrines des anciens.

Quelques géographes du moyen-âge, pour imi- ter en tout les anciens, composèrent des poèmes

(t) MuMay,<MtM~«<Mn)y<~MM~ft<t<t.t.

11",

geogtapMques, comme te témoigne te po~aegeo. graptnque composé au VtM'siècle et a~ourd'hui eonMrvéè la bibliothèque de tM$, ainsi que les manuscrits de y~Ha~ ~MJMea<tc.d'OoMms,tes poèmes attribua à €a~Mer de Me~. !a geogM- pMede BefKngMep!et d'autres. Bs imitèrent Menis te ~<t~<!te. Aviénas, Ppisciea, ScymMas de CMo, et d'autres geogmphes anciens. Aussi, un antettracM NM8(H]tde dire qMO l'astronomie

avait tait phM de progrès que la googMphie, et qu'on connaissait mieux le ciel que la terre. D'une part, la monotonie des ouvrages du moyen-Age, les dMHcuKés qu'osait la lecture de

plusieurs manuscrits do cette longue période de t'histoire, dans lesquels se trouvent éparses quel- ques rares notions géographiques de l'outre part la patience qu'il fallait pour examiner, pour étu- dier sous ce point de vue les maigres chroniques de cette époque,ou les grands ouvrages consacrés

à la théologie et aux sciences ecclésiastiques qui renferment parfois des renseignements géogra- phiques (t); enfin à toutes ces difficultés. faites

(t) Lotsqa'eapaMoan la Bibliothèque deFaMciM, rentermatte

même sujet; eeHes d'~in, de Meusel,de Seheetet

autresbi-

tttateene<tesameaKdattmye)taet!;teHqaet'eneoMMtMee)te<t'&!CM<

surle

bMegtaphes, MKMBMM qae h ptepart desattteuMdeceMe pMode

historique nereofl'nnent que desmatibres eœl~1!1a5t1ques.

t)b<er!q))ene fen&'t'memqM

Lenombre

desmatières desauteursde LenembM

pour

~ns

dè~HtMger

b

eneoM

h dîMation

MpûqKe

de

<a

)M

~e te plus

unique

MstammMoB

aident.

des espNta

~OM-

qm.

des

schMMes

aa

XV~ si~te,

se

pM~ent

sur Jt~tude cxcttts!ve

de r<Mt:q«!M etas~qMe

aaxqtteMe~ MHS devons atMhwer

sur les eennaissanees

c<wtogya~MedM

se8on<eccMp4a) des sciences géogfapMques

te gmnd

teMes ~Mnt

cMses

te sMence ~Fdô

les

eosmogFapMqMM

et sur

Moyen-Age.

pwtouseeMxqm

après

8!ôe!e.

!a

Les diMFen~

éditeurs

do PtoMmée,

cte jusqu'à

publiées

ia moitié

dans

de

les dissertations

ces

travaux,

des éditions

depuis

du

XV!

nombreuses

 

XV" sie*

ont

pris

!e soin

& quelques

uns

les progrés

dos

 

n'en

ont

pas

!a nn du

ils

lacune.

Cronovius.

Quve-

routées

de mentionner

découvertes

maritimes,

mais

moins laissé

subsister

ta mémo

Ortéiius,

Bernard

Varemu~,

rius(t) Bertius,

d'AnviUe,

Mannert, Gosseïin,

Ren-

des annalistes, des hbtotteas, et notamment des géographes, est si pca ee)N!d~ah)e,qa'en trouvera à peine un autour sur cent et l'on putsM recueillir quelques notions touchant la cosmograpbie et la gëe- eMpMe; et toKqae parfois on y découvre quelques données, celles-ci se tMMKenttellement noyées daos la multitude des matières dtHë- reates, que c'est m travail des plus pénibles de tes ermite et d< teat doncer une forme ~stemattqtte. {<) MiMrpeCtatertMtBtredMUenbfn MtvetMmGeojtfapMamtao) ~etetom qttam MOMm,Mb.Y). Tabotb iBaeis iHusttatt. Accessit P. Ber- tM, B<imf<!ftnmorbia KtT<tr«m,Amsterdam, 1661, E)Mtir.

-< Mt

na. ne se sont OMUpésque de ta ~eogMpMe des

M~ateMca ~it de

anciens ou d~ wo~me~

môme(<).

dans son Jfa«wf«<'<~Md <AM', pobMêe en MBt. ne dit pas non plus ~M<seaLMOt

de~ système cosmogfapM~MS dM moyen~gc, ni des cartes de cette époque.

De a~mc, te e~Mbre géographe ~~M~' ne nous a rien laissé «Mfta partie do la acMMcoqMUMt sujet de notM ouvrage. savant géogmphe a eu le dessein de publier

une introduction &!a géogMpMedans iaqueMe M promettait de donner les raisons des changements qu'il avait faits dans ses cartes; mais il ne l'a point exécuté. Dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, et dans te Journal des Savants de l'année i700, on rencontre quelques Mémoires sur ce sujet; mais on n'y trouve rien qui ait trait

à la cosmogrt hie et aux cartes du moyen-âge. Brusen de )LaMartiniére, dans son ~Ma<

~of~Më <'<les pt'<~t~s de lit Gc<M~'<t~«f'.publié en t722, s'est borné & parler de la mappemonde de Charlemagne, et il ajoute que, depuis la Nudu V*siècle, il faut descendre jusqu'au XU" siècle, où

(!) MenteMe publia seize~hmesm <tefa Ct~tapMt ~atMtHM- tique falleencommun<nec!tatte-Bnm.

Mtt

vivaient ~M~e~ et ~fM. pour trouver dea géographes. Et. en €?1. u consacra que!ques Mgnesa certains géographes orientaux. Dans cet écrit, qui contient cinquante pages, il expose tes systèmes cosmograpMques des anciens; mais il ne dit pas un mot des systèmes <'ostnegraptti- qnes du moyen'a~e (<). L'Ecossais <?M~<')w,dont !'OMVM~geogra- phiqae fut favorisé d'une telle vogue, qu'en t~'ance seutement il out les honneMfsde quatre traductions, a, suivi, dans son introduction, le cours de l'histoire jusqu'à l'invasion des !!ar- bares au V' siècle; maM iorsqu'H arrive au moyen-âge, il se home & des débuts concernant plutôt l'histoire du coMmercc, et ne donne au- cune lumière sur l'état des connaissances cos-

mographiques et des cartes. FtMc/MM~qui, suivant un auteur, est un des créateurs delà géographie moderne, ne s'est pas occupé non plus, malgré ses immenses connais-

(t) Létrtt {t~)-a)t!'iqM de LaMartM~Na été publié dansle t. M des~M«t~M ~f<M~«M f< c' <<~ttt< dumoisd'octobre <?a9,publiés à Amsterdam.

Le Mtte eM'!t de cette production Mt le mitMt

B~a< Mr t'mf~M « tft jMt~)~ de <« C&wn~ff, ym~M'« la <Mtet<tar<e

de <'<<m~r<pt?, aree <iM fextfn~MM sur ?< pr~tt~MMjrC~

h<fM, adresse à MM.tes Membres <te t'Academie rilyale d'NbtotK de

C"~

t.b.beMe.

XVM)

aan~$ et ses grandes recherches, du SM~etqne nous ita~~nsdanS cet Ouvrage(<)

Pinîcerton s'est appliqué speeiatement & la geograpMe moderne (a) et & celle des voya- ges (3). ï<esRecherches du mémo géographe sur

t'origine et les divers ë~bhssements des Scythes

on Gotha (4), ne sont point venues combler iM<me que naus avons Bigna!ee.

la

Labhede<3ocrné,

dans son Introduction

à la

géographie

en <74<,

ne

ancienne

donne

l'état des connaissances

et moderne,

publiée

à Paris

pas

non

plus

cosmographiques

une histoire

de

et car'

tographiques

face,

Essai

pendant

le moyen-âge.

et

qui

98 pages,

occupe

qui

~e la ~Je~<tp/«c,

sur ~M~oMc

Dans

la pré-

a pour

il traite

titre

ex-

(<) Voyez le recueil de BOscMn~ tmMtaM i Me~M~poat'fM~M~M te e<e~n!pMe <ht ff~< motctMft, M M ve). te-t*, it6T-n8!t. Voyeit aussi un jenmat sp~ciatemeat eoa!H)Ct6<trannoMe et !t la critique des cartes géographiques (.YeMfM tfMea)a<ht~M. Berlin, ifM h tMT). (9) Voyez Piabetteo et la traduction française annotée par M. Wa)c- kenaer et Eytiës. Lo c)Mp)tMt", qui est eoMacre à la géographie h)! torique, ne patte cependant que de la géographie ancienne et moderne, et point de celte du moyen-âge. (3) Voyez Supplement contatatng tettospecttvevtewsoftheortght. pMgtess cfdtse~eWes by sea and tand, ta aactent, medeM, and most tecenttimes, catalogue of the bocks of voyages and travels, genem) index; i wt. L'oMNge entier en tT volumes tentBfme des extmtts des meilleures relations écrites daM toutes les langues de t'EuMpe depuis le moyen-âge jtMqa'à présent. (4) Paris, t8<M, )n S".

-–KM-–

ciasivementdesauteursde i'anMquKé; et toraqtt'it arrive a parïer du moyen~gs, il ci~ a yeine deMxéerïvaias decettaépoque.Edrisi, géographe arabe (<), Nicolas d'Oresme (a), et Oroacc PMnëe,

<puvécMtaMXVï<'8Mc!e.

Robert do VaMgiMMtypabMa, on i788, un ~Mot

sttf fNMtotfp

g6o~p!tie du moyea-age. à pciuo huit pages dont cinq sont relatives aux géographes arabes et les trois autres à reproduire ce que l'abbé Lobeuf avait écrit sur la mappemonde des chro- niques de Saint-Denis et sur Nicolas d'Oresmo, et il se borne à mentionner simplement la traduc-

tion des livres cosmographiques d'Aristote, exé- cutée par cet auteur. Les cartes de BerMnghieri,

publiées en 1470, dont il parle, n'appartiennent pas à la cartographie du moyen-âge. Ainsi, dans l'ouvrage de Vaugondy, on ne rencontre rien sur les divers systèmes cosmographiques adoptés ou suivis pendant le moyen-âge, ni sur la cartogra- phie générale de cette époque. Sprengel, dans son Essai d'une histoire de~ yeo~ra~te, publié en t792, consacra près de trois

cents pages à la géographie du moyen-âge; mais (') Voyez dansce volume p. ?9.

6~~rapMc. B consacre à la

? Voyez ce que MM<MMMde ce cosmegfaphe, p. <n et i9!.

--XX–

itn'a point traité des systèmes cosmograpMques et des caries de la même époque. Après lui. Graber publia en <8<Mt, un long mémoire sur la géographie de la même époque; mais on n'y rencontre pas non plus des notions sur les systèmes oosmographiques. Play&ir, dans son ouvrage intitulé: ~s<MM of C<'<~r< publié en t808. consacra quelques

pages à la géographie du moyen âge, et repro- duisit trois représentations graphiques de cette époque, dont nous parlons aiMeurs. Dans son introduction, qu'i! intitule Ilistoire de /'ot ~Mc et des p«~«!s la GéM~ap~w, dissertation qui four- nit 192 pages in-4' vingt seulement sont consa- crées à l'ensemblede la géographie du moyen-age. La majeure partie de ce nombre est relative aux Arabes et aux voyages en Tartarie. Ce savant géo- graphe mentionne quelques monuments cartogra.

phiques, savoir les mappemondes de Sain~GaIlet de Charlemagne, celles de Turin et du manuscrit de MathieuParis, conservé au Musée Britannique.

Il parle aussi des cartes topographiques de l'An- gleterre, d'après Gough, et de celle d'Hereford, dont cet auteur a donné une portion. H parle

également de celle du X" siècle, donnée par Strutt; enfin, de celles de Sanuto, de Ranulphus Hyd-

<M–

gen, dat~Mauro etdMg!ohe deBehaim de <498. Il mentionne en tout onze monument géographi- ques, et il renferme tous les détails sur ces cartes en deux pages, tandis que dans te premier volume de notre ouvrage. nous consacrons plus de deux cents pages à l'analyse générale des cartes dres- sées pendant cette période Mstonqae, et deux volumes aux analyses spec!ates des mêmes mo- numents. §ch<BH,dans son Histoire de la Littérature ro- maine, consacre à peine dix-huit pages à la géo- graphie depuis la mort d'Adrien, c'est à-dire de- puis t'année i t7 après rèro chrétienne, jusqu'au commencement du V!" siècle et de ces dix-huit pages, il faut retrancher encore la partie qui

appartient à l'histoire de la géographie ancienne, de manière que la portion consacrée aux pre- miers siècles du moyen-âge n'occupe pas plus de quatre pages. Le docteur Leyden et Murray, dans leur ~fts-

toire conaptète des

clécoacurrtc·se~a fl frigue, ùai.

de géographie

géographie systé-

trai-

tent, il est vrai, des essais

tent, il est vrai,

des essais de

matique que les anciens nous ont laissés relative-

ment à l'Afrique; mais ils ne parlent point des travaux analogues du moyen-âge. Ce qui con*

cerne cette partie du globe est reniermé dansée

b

MM

chapitre V de leur ouvrage .chapitre Mnsaerô ~at entier aux voyages et aux découvertes dea Arabes dans ceMevaste contrée, et nullement à leurs connaissances cosmograpMques. Nugh Murray s'est aussi occupé de la géogra- pMe du moyen-âge dans son exceSent ouvrage

int!t)~e

~a<~e~M<~ «/' G~rt~

publié

eNti83A mis il y consacre & peine six pages & la géographie de cette époque. Quelques mots sufBront pour prouver combien notre ouvrage diffère de celui du savant géogra- phe que nous venonsde nommer. La plus grande portion des six pages est consacrée à la géogra- phie des Arabes; il cite, en dix lignes, les noms des géographes de cette nation, et se borne à in- diquer qu'ils ont cultivé les mathématiques et l'astronomie ensuite il donne une notice résumée des explorations de ce peuple, et du système cosmographique d'Édrisi mais il ne produit pas les diSërents systèmes de Kasouiny, d'Ibn-Wardy et autres. Enfin, toute la géographie, la cosmo- graphie et les explorations des Arabes y sont renfermées dans deux pages. La partie relative aux connaissances des géo-

graphes occidentaux, pendant le moyen-âge, se trouve renfermée en quatre pages. L'auteur y

XMH

résume certaines données Mstoriques sur tes n~

stons qui

nord de

sur les e!q~OM<Sons de Marco Polo. Dans ce livre, d'une incontestable utilité, on

ne rencontre cependant pas l'exposition des théo- ries et des systèmes cosmograpMques et carto- graphiques suivis pendant les dix siècles da

moyen-âge. Cet auteur a reproduit néanmoins trois monu- ments cartographiques du moyen-Age, mais plus réduits encore que les reproductions de ses devan- ciers. Ces trois monuments sont la mappemonde d'Ëdrisi, donnée antérieurement par le docteur Vincent, et celles de Sanuto et de Fra JMauro,

propagèrent !e ehrisNanïsma dans le

l'Europe. sur les voyage en Tartane et

qui avaient été publiées par Hongarsen i6ii et par Zurla en i8i8. Nous ferons remarquer que si la mappemonde dT~drisi, reproduite par ce savant, ne représent

pas tous les systèmes de la cosmographie et de la cartographie arabe, de même les mappemondes

de Sanuto et de Fra Maurone représentent pas non plus tous les systèmes cosmographiques suivis ou adoptés pendant les dix sièdes du moyen-age. Ainsi, la mappemonde de Fra Mauro, teBe

Mtv

qu*eMe a été reproduite par Xurta, et aprèstai par M. Murray et .tutius Lowenberg. dëpomMée de ses nombreuses légendes. ne donne pas ta moindre idée de la grande importance géographique de ce précieux monument. Malte-Brunest, après §prenget, c~m qui donne le plus de notions sur lit géographie du moyen- âge, dans le tome t~ de son P~cis de l'Histoire de la GëogMphie mais ce savant n'afait qu'in-

diquer les dinërents voyages entrepris pendant cette période il n'a nullement constaté l'état de !a

science cosmographique et cartographique dans les différentes époques du moyen-Age (i). Le livre XVt' de son grand ouvrage est consacré & une certaine partie du moyen-Age, ù savoir de t'année 700 à 1400; il commence par dire qu'on ne peut fixer les détails à une époque où la science

géographique avait presque disparu sous les ruines du monde; il donne ensuite quelques lignes & Cosmas. a Moyse de Chorène, à Jor- nandès, à Paut Diacre et au géographe de Ra-

(t)

Kcitete

voyage deEnroen Patestine.eexx

deS. Bontface.peef<ea

pMptesqa!eonCMtMm'ot'ientavecle MyanmedesFMnes:<)eDM'Mt,

pour la desertptiett desPolonaiset de la

~tmhetg, &l'liedeRugendaMta Mtiqae; d'Adamde Bteme, et de

6!faMasCambreosis qui,

pays deGalleset un MNeMde )'t)j)attdetempU defaMM.

sousHentft M, écrMtune desettptton du

SibMed'OH«m,eteqoe de

nxv

vonne ~); puis il ajoute quelques détails sur la mappemonde de la biMiothèque de Turin qui, selon Sprongel. peut servir a t'expKcation du géographe de Kavenne. Oe sorte que toute la géographie et la cartographie du moyen-age, dont H est questhm dans le livre, de Matte-Brun. renfermant l'espace de huit siècles, n'occupe que cinq pages le reste du hvre, que nous venons de citer, est consacré aux connaissances des Arabes. Mahe-Brun analyse en huit pages tous les travaux spéciaux des principaux géographes arabe (3).

Il est vrai

qu'il

reprend

ailleurs

la géographie

du moyen-âge,

cosmographie;

mais

il fait

nullement

mention

pour

parler

du voyage

de

des

frères

~M<

uu nord

tions

sur

le

nord

par Alfred

Le Grand.

de FËurope

(4),

et

de

ce continent

dans

Enfin,

le livre

des

laissées

no-

XtX,

(t) Malte-Brun a MMM)-&une page seulement t b cosmographie de

CMmts, sit lignes à t'œe~rc ~ottmphtqao aMfitméa t Moyse de Cho- ttne à JemMd~t et à Pan) BtMM, à peine quelques lignes au gte- graphe de Ravenne, douze Hgnes; et en huit lignes Mcite les voyages en Te<reSatnte d'Adman. WMMbatdau VHt. stMe; da metne Bemttd !tContmHMpte. au tX' stecte, par Haïtan.

(a)

V<~eï cette mappemonde dans netreAttM.

(3)

il a omis btaehry. AtheïreMy, Mtn-Said.Kasotay, BeM, Bena.

<aty, et autres dont nous parlons dans C( ouvrage.

(4) Voyet Malte-Brun, liv. XV)M.

llne

M passe rapidement en Mvue les voyages dans ? midi de t'Enrape depuis ïe Xt" siècle

JusqM'& MOu (XV~sièete~. !i consaertt

quet-

ques Mgne$ à !MoM! au Moomsdaybook.et il revient ensuite aux conques des Arabes et des Turcs, a rMstotFedes MoMgoh aux Xt<et XtV" siècles, et aux voyages en Tartane. Malte-Brun, tout en faisant des rapproche- ments MstûrtqMes avec ces voyages, consacre a peine six pages et demie à toutes ces re!ations. Nous sommesentres dans ces détails pour mon- trer que Matte-Brun, tout en étant un des géo-

graphes modernes qui a le p!us parlé de la géo- graphie pendant le moyen-Age, ne nous a laissé, dans son ouvrage, aucune notion sur l'histoire des connaissances des cosmographes de cette époque, et de leurs systèmes. Nous montrerons ailleurs ce qu'il savait relativement à la cartogra- phie de la même époque. Après Malte-Brun,le savant géographe anglais, Desborough Cooley, consacra aussi quelques cha- pitres de son Histoire générale des Voyages à la géographie du moyen-âge. Mais dans ce livre d'un grand intérêt et d'une lecture très attrayante, nous ne rencontrons rien

non plus au sujet de la cosmographie et de la

~MM–

géographie systematiqMe d~ moyen.Age(<). A peina ea~t question. en pew de lignes, da~fs- ~medeCosmas. En <MC. M. Julius de Lowenberg publia, &

Berlin. en allemand, une Histoire de la gêogm.

phie

en un volume in~' il y eonsacm douze

pages & !& gaogMpMedea Oeciden<awx peadant

le

moyen-âge, et ~ingt's!x ceMedes Arabes.

n

mentionne, comme Matte'Brnn, son devan-

cier, tes voyages eHectaes pendant <'et~ période. Dans une des tables qu'il joint à la nn de son livre, il donne la liste cbfonoiogique des voya-

geurs du moyen âge, jusqu'à celui de MageMan. en iBSa.

En ce qui concerne les cosmographes occiden- taux, il consacre plusieurs lignes au système de Cosmas. Hmentionne de nouveau les mappemon- des de Sain~Gatt, de Charlemagne, et de Turin; ennn, il parle du planisphère renfermé dans la chronique rimée d'Angleterre d'Harding, du com- mencement du XVesiècle. Il consacre quelques

(t) LeUvre Il. duternet*'estconsacréà la gtegMphte desAMbe*, ou phtttm à leurs voyages.

Le livre ttt ne tralle

que des RM~res de ta geearapMe pendant te

meyen-itge; U renfeeme tes déMMeMes des Normands; tes wtage* dea Frères MineaNeaTtttafte.etcootde Matée Polo, d'Odette de Par- tenu, de Mandetttte, de Pegoletti, et de Clavijo.

tXVOt

Ngnes & ïa NM~pemonde d'~drisi~ donnée par te dnctpur Vincent, et aux idées eosmogt'aphKnws MMermées dans !o ~tw< et dans te ~M«M. Nous avons donc pensé q~'M ne serait pas sans

utilité pour la science de Fempnf cette tacane:

et nous avons entrepris la Mené de composer ce tivM. ? notre tM~t ne satis<Mipas ent!éMMont à toutes les conditions d'un Essa! de l'histoire d'une partie de la 8c!ence.il otMra du moins une grande collection de matériaux, dont plusieurs sont tirés de manuscrits et d'ouvrages rares, et dont les savants n ont jamais fait usage.

Dans le cours de nos études géographiques, nous avons souvent cherché à connattre quelles

étaient la géographie systématique et les connais- sances cosmographiques du moyen-âge; et dans 880 ouvrages sur la cosmographie. publiés de- puis le commencement du XVi" siècle (i), nou~ n'avons pu trouver la moindre notion satisfai- sante&cesutet. Dans l'ouvrage encyclopédique de Zara, l'un des hommes les plus instruits du XVM"siècle, on ne lit rien relativement à la cosmographie et à

(<) Le teetmr MncontMra &hH!o du <tem!er volume de cet ouvrage une MMen ~Mnete~qM des ewwazM eesmegfapMqaes paMi&s de- ptt~tetMUMneenMntdaXtVsiMe.

–MM–'

la géographie du moyen a~e. M cite è peine Orose et Sanuto. II est vrai <pM, dans: t'onvrage remarquaMe de ce savant (t). l'on rencontre

bien nn chapitre consaerô à lit cosmographie

et à t'hydrographic'a t, mais !'antem' ~'est borné

a t'indication des principes et des partie dont se

compose cette M-ienco. JLe lectem' tronvera d~a dans ce premier vohtme les systèmes eosmographiqMcs de plus de cent auteurs dit moyen-~ge, e'est-a-dire des épo* qae~ antérieures aux grandes decoawrtcs Quelques auteurs modernes, (pu ont mainte- nant sous les yenx les relations des voyages en Oriènt de blarco Polo et des Frères Mineurs.

entin tes récits géographiques (me !cs Arabes nous ont laisses de !(?urs voyages pendant le

moyen-âge, penseront peut-être, en voyant l'i- gnorance des cosmographes et des cartographes de cette époque, que ni les uns ni les autres ne représentent l'état de la science aux époques dont il s'agit, mais seulement l'état de leur sa-

{<)L'eu~Nge de Zitm à pour tttM ~atemta <~m~r<«a et jtfen-

M<MfmMttfMfhtt 9tM<M<))-f<'o~pMt<nm.–Ventse, t6t3.

<~t eoYtage est devenu très MM (Voyez Vegt, cat. t!b. Borie)-.} Nous en avons trouvé un exemplaire )a MMbthtqxe de Paris.

(9) ZaM. oa~Mee cM pag &M.

–ttM–

voir individuel. Kous nous permettMMS de MM observer. en rayant tous !esant@Mr$,tes hommes les plus éminenta. et tous !es eosmogMphes, soutenir tes mêmes doctrines et donner dans leurs traités de géogntphie tes mêmes noMons,

qn'i! n'est pas permis d'avancer ou deprôtondfe <)MO c'est le produit isoM de leurs connaïssan~s individuelles, etnon pas retat de la science qa'oo trouve dans leurs Mvres. NoM8 ajOMierons. A ce qui précède une autre observation: Mnou plusieurs individus peuvent bien faire de grandes découvertes; mais si ces richesses demeurent ignorées du public, eUes ne sauraient être considérées comme réellement

acquises à la science tant qu'eues ne se généra- lisent pas et qu'elles ne deviennent par consé-

quent l'objet de l'enseignement et le patrimoine tous. C'est en effet ce qui arriva aux relations de de Marco Polo, à celles des voyageurs en Tar- tarie, des X!H'' et XIVe siècles, et à d'autres

encore; et bien que Plan-Carpin nous ap-

prenne qu'il a laissé prendre copie de sa relà- tion en Pologne, en Belgique, en Allemagne et

à Liège (<), les Patriarches de la

science n'en con-

(t) Voyez Htmoit-efdelaSofi).~de Géograpliie, t IV,Introduction, par M. <tAveMC,p 0.

Mxt–

ttnM&MMt pas moins & 8M!we i$s Mt~es !<?<?

~étïtat!<;n@s. M t~ynaMt. datta~u~ (mwtges.

& reproduire sans critique les noi!ona acqnises

par yantiqaitô

ow tfaRSBaises par les auteMM

ecd~sias~qMes des premieFS Rtèdes dû t'~Mae. Ma~grA tout rempMSsemeat avec t~qoet on ac- cMeatait alors !es fécMs~es voyagears. ces têcits étaient ewtsMér~ <xM!Mae des romans, eoBMne

des choses entièrement Mycoses; ils n'exer- çaient aucune imïuenee directe ni sur les bases fondamentales de la science, ni sur la connais- sance générale de notre globe. ni sur celle des pays lointains. On peut dire du reste que le mot

M<r<t~!<tdu moyen-âge est assez significatif: ce mot nous dispense de nous arrêter davantage à démontrer que les récits auxquels on donnait ce nom ne changeaient en rien les connaissances sys- tématiques des savants et par conséquent l'état de la science.

Il est permis aujourd'hui de faire l'histoire de la géographie du moyen-âge en traçant des tableaux animés et pleins d'intérêt, en reprenant les récits

des voyageurs des époques passées dont on a re- cueilli les relations dansles temps modernes seu- lement, et en tes rapprochant des faits de l'his- toire contemporaine, en6n en donnant à cet en-

XXSM

semMoÏe nom et la forme d'nne histoire de !a g6o. graphie au moyen-de Mais esi<ce? t~tat de lit science à ces époques? Est-ce ? ce que savaient

et ce que connaissaient généraient

du globe

que nous natMions les géo~faphes et les savants

du moyen-age? Koos ne le pensons pas- L'état vrai de la science et des connaissances géaô' fales se trouve tout entier dans les ouvrages des cosmographes, dans tes historiens et dans les

cartes dressées pendant cette longue période his- torique. Maintenant nous dirons ici quelques mots sur le plan que nous avons suivi relativement à l'ex- position des doctrines des cosmographes du moyen-Age, depuis la chute de l'empire romain au V' siècle jusqu'aux découvertes des Portugais

XV*siècle, matière qui fiiit le sujet (le ta pre- mière p 'tie de notre ouvrage. Kous avons suivi, autant que nous l'avons pu, la méthode adoptée par Deiambre dans son Histoire de l'Astronomie au moyen-âge, en re- produisant des extraits des auteurs; nous avons même fait plus, nous avons donné souvent les textes en entier. Le savant astronome avait con-

sacré un chapitre à chaque auteur; nous avons classé les cosmographes par ordre chronologique

au

–X!t!HM

et par siècles, et <KMMavons aussi. cotnmQ t)e* ïambre, conaaeï~ un article à ehaqne cosmogra- phe cette marche nous a semMé non-sentement

plus

méthodique. Mais encore plus propre à

mettre ~en tum~re l'état de la science dans cha- que siècle. Nousptaconsaussi eMiôtedechaquepénodehis- brique une préface, de manière qMe denxiètno partie sened'introduction spéciale àceMe qui ren- ferme les articles concernant chaque cartographe

et sa représentation graphique ou le monument géographique qu'il a tracé. Nous nous sommes toujours reporté aux somces originales, en véritiantavec soin les cita- tions. Les notes et additions que nous rejetons à la fin contiennent des discussions et des notices étendues dont quelques unes ont beaucoup d'im- portance. Les nombreuses citations et surtout la table méthodique et raisonnée des matières que nous ptaçons à la fin de chaque volume, mettront le !ecteurà même de connaître les ouvrages qui peuvent lui servir dans ses propres recherches sur les sujets que nous traitons.

En ce qui concerne les cosmographes, nous n'avons fait que produire les vues générales et les systèmes particuliers, sans nou sengager dans

–ÏXMV–

~es discussions et de ïongs commentaires sw cha- cun, ce qui non-seulement rendrait !a déduction Itistorique extrêmement obscure, mais même n'ai' teindrait pas le but que nous nous sommes pfo posé, savoir, celui de montrer quel était l'état de la science à ces époques, et de rendre aussi claire

que possible l'explication des représentations graphiques où se trouvent <!gnrées toutes Jes

théories systématiques de la cosmographie et de la géographie du moyen âge antérieurement aux grandes découvertes. Le~ textes que nous citons des auteurs du moyen âge ont été transcrits exactement. Dans presque tous, le style est d'une mauvaise lati- nité.

déjà

Notre savant confrère, M. HaUam, avait

constaté que les écrivains du XMt*siècle font preuve d'une incroyable ignorance, non seule- ment sur la pureté de la langue, mais sur les rè- gles les plus communes de la grammaire. Les

philosophes scolastiquesnégligeaient entièrament leur style, et se croyaient permis d'enrichir le latin d'expressions qui leur paraissaient rendre leur pensée. Dans les écrits d'AIbert-Ie~rand, dont Fleury a dit qu'il ne voyait de grand en lui que ses volumes, les fautes de syntaxe les plus gros-

xx~–<-

siè~ se MMontMnt & chaque instant (<). t~es

espnts impartiaux doivent voir, d'après cela, combien il nous était duncne de composer avec de tels éléments une œuvre de goût et de style. Aussi. & ceux qui nous reprocheront de n'avoir pas fait une œuvre attrayante, nous répondrons qu'en matière de goût les plus habiles se xne-

prennent quetque~ois môme dans leur

langue, et nous leur recommanderons le pré- cepte d'Aristote, suivant lequel, pour bien juger, il faut se faire arbitre et non pas adversaire. Il est juste de tenir compte des peines infinies que coûtent de pareilles recherches; le travail seul de réunir et de coordonner les notions éparses qu'on découvre dans des milliers d'au- teurs, serait dé}à d'une grande utilité pour la science, mais il devient de la plus grande im'

portance lorsqu'on y retrouve tous les systèmes qui forment les bases de la véritable insbire des

connaissances cosmographiques pendant les dif- férents siècles du moyen-âge. Il est vrai que nous aurion~Mt une œuvre plus importante si nous avions traité toutes ces ques- tions dans leurs liaisons avec les événements his-

propre

(i) VoyezHaUam,tKtMùwdela t~t~ah~e <<et'BM~opf eu <o~<a-< t.t.p.Tf.

MXVt

toriques, et par conséquent d'un point de vue plM8ëlev6;maisnousavons eu toujours ïe mal- heur. pendant toute notre longue carrière litté- raire, d'être constanMnentforcé par des dreons-

tances indépendantes de notre volonté, de publier nos ouvrages avant de termine? les recherches et les travaux indispensables qu'elles compor- taient pour les rendre aussi utiles à la science que nous l'aurions désiré. Nous avons craint cependant, en grossissant notre récit de tran- sitions continuelles, incompatibles avec des vues d'ensemble, d'amoindrir la force des preuves

démonstratives, si importantes dans un ouvrage de ce genre. De tous nos écrits, aucun n'a été plus rapide- ment rédigé que celui ci.

La plus grande partie fut rédigée et impri- mée au milieu de l'émotion générale produite par les grands événements sociaux de notre temps, qui, avec la rapidité de l'éclair, ont changé l'état politique d'une grande partie de l'Europe et fait écrouler des institutions qui avaient déRé tes siècles. Grand nombre de pages furent écrites au son lugubre et terrible du canon et del~ fusillade de la plus redoutable guerre sociale. Et comme plus d'une fois. dans les vicissitudes

MXVM

de notre vie, t'étade et letravai! avaïentëténo~e rantge, cette ~is encore c'estl'étudo et le travaN qui ont atténué nos inquiétudes sur le sort de l'humanité, sur celui des sciences et des lettres. Notre ouvrage doit donc se ressentir de ces émotions, et nous aurions hésité à le livrer &?

puNic, si plusieurs savants ne nous eussent en- couragé, entre autres un des hommes les plus éminents, M. Letronne, qui nous a conseillé même d'en faire la lecture de quelques parties à Hnstitut (t). Nous sommes rassuré sur le sort de notre li-

vre, non-seulement par les encouragements que nous avons reçus d'hommes compétents, mais aussi parce que nous n'avons pas trouvé qu'il existât un ouvrage antérieur au nôtre sur le même sujet, un ouvrage où nous eussions pu puiser soit !a méthode, soit les idées ou les données. Nous en dirons autant de ce qui concerne les monuments de la cartographie du moyen-âge. Aucun travail d'ensemble à la fois chronologique

(<)rionsavonsht eneffetà t'Aeadémiedes Inscriptions et BeMee-

t<etMes,sonsformede iKnMKM,desporthMseoBsMéMMes dela pte*

mtereetdeh demdemepartie de eeKtovrage.daMtesséaMes des5<?-

vembreet 31décembredet'anneedemiete <M?,et dansceUesdes

decetteannéeiMS. MjMt~et,94et3imMs.'t.i4.i9etMamN.etdMteened<t96mat

e

MMM

et tyatématïque sur ce 8u}et n'avait été mis ea tumiéra; aucun même n'avait été annoncé avant hpuMication de !a première livraison de notre Atlas et de nos recherches en iMt et <8M (<). Qaoique nous ayons dé}& consiaMce fait, en apportant les preuves inexorables des dates et des documents, dans une autre pubàca- tion, nous croyons devoir mentionner ici la série chronologique des travaux spéciaux ou fragmentaires exécutés par plusieurs savants avant la publication de l