Vous êtes sur la page 1sur 609

PAGINATION MULTIPLE tMMMtMpaUteOe

VALABLE POU R TOU T OU PARTIE

DU DOCUMENT REPRODUIT
NSSM
MX
L'HISTOIRE
DE LAC08M08MMME
ETDELACARTOGRAPHIE
MNtMNt t6 NettM-AaB
E8SA!
SUR ~'HtSTMM

DELACOSMOGRAPHtE
ETDEM CAM06BANME
MttMtttMMMRtt-MS,
NTMTtMt
PROSES DE ~A GÉOCRAPH~
Mt~ Ma t)M«emtt&tacwaMmae iM*<)t6M,

MM tmm t'RMOMmMa MtMMCMtM At'~M tOiMt M tWMHMM!)


BtMtMmt'a.ac'AmBNO!)!mme6)SKn!))tB,NMs
M W!)ttMB! MME&Mt~VM )Mtt'.

LE VICOMTE DE 8ANTAREM
tM MMttttM tM MtB!(M<ex U~Mt~M.MeMtM, et t'MttmtT
ea MMCt.em oeomet 6BeeeaMMx os «MU!),tXtxetOM,
M!t6KM, MNM. M M Mmt-f'tntMMMte, M!*

PREMIER.
TOME

PARIS
!MPRïMERtE MAULUE ET REKOU
!<-H.
nfE B~tt.t.B)~,

t849
TABLE

DES MATÏÈRES

COSTBMtN! DAM M MMtBR VOMMtt.

tMTMBMtMN.pMX

PREM!ËRE PARTtE.

Des eemettMphea du moyea-tge. de leurs ~MëmMtdes con-


BttManees (~OttNpMqaea des savants de t'EuMpe, pendant
)o même ~po~M, MteUvement à la forme de la terre, et de
ses dhhteM: de leurs théories dea zones habitables et teht-
MteMes, et de la fen66"MMen qa')ts donnatent à t'AMqae
avant les grandes découvertes dea Portugais at XVes!tc)f. p. )

V. S~CM.
PfMtm.–NacMhe.–etOmse. S t, p. S

Vt'st6CtB.
Jemandts, Cosmas.–Gt~cetre de Tours, HaMtanus
Capdta. VtMos SeqMstw, Saint Avite, Ptbeten,
–etCaMtedoM.S M. p. a

V!ETV3!'a&~Es.
Isidore de Se~Me, Phitopenm, Bede le Vénérable, Satnt
Virgile, Poème eeegNphhtoe «'on auteur tneoMu. S ttt. p '?
a
–Wt

tX* S~CMt.

tt'AMnpao do Bt'!<aM~ MmaM, tMxmMm?, AttKt! te


Cnmd.StV.p.itt

X'S!<œM6.

AMe,–Ade)M.te)N~)MBMMf,)M~<ef!6~m~
<HMtH[6tH<ttM<t))CtMtoe. §V.)h
X!'8t6CM.
HeHMnt!en<ne(aa,–9tAmp& S Vf, p. M

XM" StÊCM.
MoMtt d'Autaa.– Cttw de Mse. –MagoM de Sahu-Vtcter,
<acqoMdeVtt)ty,–H)tgaeaMeteMxs,–C~taNmedetmate<je,
Mefmdedet~nd~M~otttefMHtS~Mtfb. SVM.~ a?

Xm<'N6<M.
S<tMOBesoo, VtMant de ~amh, AMtett ~0 Grand,
!h)f~ Bacon, –MMttde~UMote, –PterMd'AbaM, Le
Baate, CMced'AsMH, Rebeft do Satm-Maften d'AmerM,
Oervals de Tttboty, –HerMde Vt~M, BntaeMo LatM,–
~ota~tMe, Omom, A)a<a de UMe, ext de BMoehes,
Eneetbett.–etmce~oNNemmyde. §VtM,p. M

XiV'a6cu;.
MMtae Saa)tt<~ Nicolas d'Otesme, Ranulphus Hydgen,
t~ee!e ~gU UtMrH, Jean de Nmde~Me, BeceMe,
MUM~ne,– BatthotemeaBAxeMMS.–Gefmis,– Meebatdo
deFenate.§!X,p.<St

XV'Nt~LE.

tMfe d'Attty, Guillaume HthstM, MoMtd t~tti, Jean


'deHtse.§X,p.M)
w

MMtËMEPARTŒ

ttes c<ttte~)p!)M peadaat te mo~m-~e. jaemt'aw deM~Mtes


des Petta~ttBtdetMMf~aaaeft! dMMMK~teh M<patseMxt
pour ta emstMetMB de ternes mtppoamtde!), et de leur
Ignorance KMhKMMat & fexhMMM des p~a <Meao«j~ au
W~Me.<M
tes mappemondes du m~en-tge mot CB grande pâme axe
eMtMmmttea~a~aM cettes <M tnetMM. < § t. W
Des empi~Ma~es depuis le t)t* jtMqa'aa XMt*a~etc.. S M, Mt
ttos mappemondes da XtM*atëete. josqa'att eemtMMMM~ <w
XV'tMM~MSaM(ttMMte8<MM)KMtM<tMPMtU~ta. §Mt, p. Mt
Les cartes da moyen~ge M trouvent dtMamiBëes patteot. IV, p. <M

~eaHMdam~en-~MMdetMMBdhneMteM. §V,p.t9T
Tous tes systèmes des géographes de ranttquM M tMuMm
reproduits domles cartes dem<~eB-&se,atMtqaetes theettes
eMmeaMphtqaMdMPtMsdet'~HM. §Y!,p.W
Du tracé des mappemondes du mayett-aee .§ VM,p. eM
Des eatteamphes qui MpftMBtent te monde dMst en deex
parties. §VtM,p.a9r
Des em«<gtap)MSqui Mpt~eateat dans leurs mappemondes le
~temeMseten. §tX, p.
Des eatte~Mphes do meye<t-&t~qui conMnaetent à représenter
dans leurs mappemondes t'ABMeMhene. <m t'~er-Ot-Mt des
ancteas.eume fausse théorie de eeatsdttNH. §X,p.9~
Des cartographes qui représentaient dans leurs mappemondes la
terre partagée entM tes descendants de Noé. § Xt, p. Mt
Des earMftMphes qnt Butent dans tenM représentations du
gtebe la théorie des MMs haMtaNes et inttaNtaNes. § Xtt, p. S6
Des catMgraphes qui teptesentent dans leurs mappemondes le
rempart et le pays de e~ et de Ni~ d'après l'Apocalypse.
§XtM,p.ast
MM
Bet cmt<tapte< qui MptëwxtMt meeM ~eta la <? da m~n-
~?)~tMeM)MaHt~Mq)~m~Ka<<)a,6~<~e~'A)<MWe<
dePteMmeeetdMp~esde~t~ $XtV.p.M~
Pt~tës qo'CKMmat~M <hM ht mappemende de JMttMOm,
ea~H.–Aat~decemeaomeot. SXV,p.eM
Manttm ttMMtMMe dont t'Ma M tnnne Mt<M<e <)M!tles
M!)pj~<)MB~Ma~nt tas découvertes <M portugais aw XV'
a!Me. $XV<,p.Mt
tha dMMNam MMa des ~M<« qa'm) NXMtqaa dans tas map-
p<mM)<t6««hmth)aeMtM<ttma~ea-&ea. §X~n<P.<M
De la ~a<M!e mMwteaMment MX <tKm<M<MeeB<eftm du
XV"«M«. SXVMt.p.MO

Ae~moM BTtmtM .?.!?

t. CMMtMancM cMnKwmpMqaeade PMtMtorffeau


Ye slècle. p. SM
M. CenMtMMeea cosmographiques de ~emmK~s au
Vt'at6ete.p.3M
tH. ConntbsancMt géagrepbiqnea de Pfecepe (Vt" s<&-
cte.p. 313
tV. Optahma de toctanee au sujet de t'immeasM de
t'Oeew et sur t'!mpoM<Ntitt d'y m~ef, et
sur tes antipodes. p. iH4
V. Sur tMM«M,auteur d'une CXMrta~Msur la <~M)w
<f~fam<, et sur Jean PedMnma, sur son tmM
de la mesme et de la dhtdbathm de la tene
(Vt'steete).p.Ste
Vt. Sur la partie cmnMwmpMqw du TM!té de la O~tt-
«ett du Me<t< de PhMepenM,ax Vf s~ete.. p. SM
VM. Sur la ~)gMpNe attfthtee à Moyse de CtMtfeae.p. sn
V)M. Suf tes trMMt getgNpM<tMs de t'empeteaf grée
ConstMttnpttt~o~x~p. SM
Il. SM la chronique composée an X' eteete par Hef-
M<ttM<~«<ntt<M.p.Xt9
M

X. ttettee dos tept~~m~Me~ estmoanMaarn et <Mf.


tMWM~tt~maqat~m~Meot~w~tmmoM~t
)aM<t de la eoMteoMptte d'AMpb. antewda
Xt'stbete.p.NW
Xt. Sar ? partie e~WpMqa~ dtli eowaees d'Adom
deMt)M~antawdfXt'st~ete.p.N)<
xn. –Saf!«M<t«ea~MpMea~bMt<tMe!M~d<t
de&ttnt.Vte«<f.aw~)f<oXM*sM<t.pSM
XMt. t~seM)m<~Mpt<!«!'M)~<et<to<eoMm6tpemm<!M
etMt!ea~t~mpM<aaa.p.!M
X<V. –ee$Mt<eat~mtMqa(Nd'm<MCMMt<t.p.aM
XV. BM oM<eBe<eampMqMa ehM les tmMena. p. M!
XVt. -t~heMmettMph)edM&<addhbte!p.M<t
XVII. –Btsm<M'tagoesnM<to<MqaM.p. MT
XVIII. Sur la p~teadae ville d'Atone et de la coupole du
mea<e.p.M<
XtX. Sur le traité Inédit de cosmeemphtode ~a de
BeMVM, eveqaed'An~eMsousLouis XI. p. 37
XX. SM les tawotnentB d'ohMeW~n dea Ambes.. p. N6
XXI. Sur nmpM&ctton des mappemondes de Xtn*
st&ete<observation de Gervais, auteur de cette
êpaqM.tees~et.p.!M
XXM. Sur MMM)aset les auteurs MM dent tes eMMtt-
sances pMtttves se homttent à t'emttaachcM da
Ga''ae.p. MT
XXttt. Sur le globe qa'm voyait dans ta citadelle de Sy.
mcaM, dont parle Ovide, et de la mesatqae de
PatesMae.p.:M
XXtY. –Snttatabte'n'eedMtenM.p.<N
XXV. Sar tes traités de eosnmpapMe du tV steete de
BeMe eM- p. «t
XXV!. Sur SédaMas, aateardaV' sieete, et ses aoUces
sur la carte du a~be da temps de Theedose.. p. 0<t
XMM. –Sar!<ot&et,sa~mt4aX*c!<p. 49
-x-
XXMN.–NttHMt~maaX'a~em~~a-
TetMM.('.?<
XXtX. Map~amm~ <e<a<~«a e<Ma <e ? MMMM"
q)Mda)Mtew. < .p.Ot
XXX. N<ptMm<MMte<a aepata rtoh
Xt*'Hteh).<t<e<m~aHo
pKMt<m<<e«iteatM~e.th~t
XXXt. sur <eTMM<teta 8fMM.<!mapMéaa XM'atMe.
patteMMtteMmattam.p.<M
XXXM. –taNaeM«4eseM!Ma9SBmftaae~mpM& .p.<M
XXXtH. Sop les aMppaami~M <t6M<<)9au XM' a)M~ et
eoanu<a~mqw't)jw<iMOt.p.49<
XXXtV. Be la position t~mpt~'M de fa~ye de Te-
getaste.p.OS
XXXV. –BNcmteseatMtmtMdtesXt'etXtfetMM.p.<99
XXXVt. –Ba)tdt<hten<ehKMMpMc)!<Mb,a)h<pMi9pM
tes~eataphMamhes.p.OT
XXXVM. NeweMes mappemondes du XMt' <tM~ <tttMtef-
Msap~nmpMMhMtdatmtedecevehtme..p.<M
XXXVIII. MappamendedttXtV'ttMe.d&ieawKeept~nm.
pNMhm de tette du M wthme. p. 498
XXX)X. Be ttatemnee ett on était, il y a ~BNt MN,an sujet
detacattet~apMedameyen-aee.p.<M
XL. Saf tes quatre <te)Nesda paradis terrestre et sur
t'atbMdeta~te.p. ?9
XLt. t~a motifs qtt'eaMat les eMma~MphMpour placer
Jérusalem au eentM de la terre dans les caMes
damoyett-êee.p.400
XUt. Sur la mappemonde de la cathedtate d'HetetiMd
em Angtetene, dessinée par NetmHt de !M-
dtngnam.p.<0t
XUn. Sur tes thtes des noms eéeaMpMqMs qu'en te-
marquedans certaines cartes du meyea4~e..p.~M
XUV. Sof tes mftppemwtdesde forme carrée dessinées
aanMyeni-aee.?.«?
–M–
Xt.V. 8M te tm~ da ptaxteoMea~ttMaOes Oa m~~f
âge.<M
XMt. ? laCtame
~teaMaadem~<meeaM<ht
?<??
ta{)tap!)ttdesMtteadMeM~eo~p. 4M
Xt.VM NappemMftet <? on Mmcqwe ? (t<KMt[e<tM
tMb t~tMes de la <ene oatm t9< <etaaa<Mta
de!<aA.M<)!'am9B)M<teMeemed6moMtMapt6a
t'<mpM!st9n<tHexte<e<c~(tt)te.p.<M
XMMt. –SafM~e~e6e6t<)KeM<tM .p.tM
XMX. Saf te ~~me to~meemtthtqw <o PMeo et <t'<m-
tM5 awt«Ma de t'm~M, adopté ~F tM car-
t<'gmphM<tem~<M-aea.)~<M
t.. <? la titnne emWSedonnée ao monde par MMatM
MttesMpttM da tneyen-ttge. Nouvelles map))e.
xHHMtM de ce ~anM O~eeaMt~a apt6< MmpMS*
stoB<t<ttM<edoeawtome.?.<?
U. Des erMnN des OeeMeaMM relativement & ta
peaMen dea bouehes du OMge. p. <H
Mt. Sur les roses dea vents do Mtehet Psellos, matM-
maticten aa Xt* siècle, et d'HefMde an XII.
stMe.p.<M
un. Sur Hetwatt d'HehemtmatW. p. «6
UV. ta~ae d'EttanM Pasq~w MMvement !) raatt.
quit6 de la tmMMte. p. <M
LV. –Saft'eMBedehttMONOtemOdmt.p.«T
LVi. –SatttydmgMpMedet'AMqwetderAshtmM-
dionale et ortMMtte avant les <M<!eawrte&
des
t~rtajp'b.p<M
LVtt. E~mtea des nMHi&que j~NtMem avetr eus les
Arabes pour placer, dan leurs MptesentaHons
gMphtqMS dn etehe, te<t«<au Mr<, cetnt~t au
«Kf, t'MMt à t'ett, & t'tMeKe des mappemondes
et des cartes des oecMentMK. p. <!M
)Ht
<w~!t(!m M~ate<te9h~a~,<
MMt."r. <<atMt~oe
Mt~tXMtt~tM~tjei~MM~a~tqMOeM~-
(!M<t~Me),<e<apM~M!aaa<teXWo!t'a~ <M

T~MM<a)!'[aeM<taam MtMtmte. paF o~M et~MttqM.


~SMtMMMdMNMt~tM.4W
~HMM.
MTMDUCTM

La géographie est de toutes tes sciences celle


qui fait le mieux voir par quette rotue longue et
pénible l'esprit humainsortit des ténèbres de
l'incertitude, et parvint à des connaissances éten-
dues et positives (t).
Et en effet, le lecteur verra, dans cet ouvrage.
que !a connaissance du globe que nous habitons
est restée à peu près la même chez les Européens
pendant l'espace de dix siècles. Les savants de
l'Europe, les hommes les plus éminents depuis la
chute de l'empire Romain, au Vesiècle, jusqu'aux
grandes découvertes des Portugais, ne firent que
suivre servilement les doctrines des anciens.
Quelquesgéographes du moyen-âge, pour imi-
ter en tout les anciens, composèrent des poèmes

(t) MuMay,
<MtM~«<Mn)y<~MM~ft<t<t.t.
11",

geogtapMques, comme te témoigne te po~aegeo.


graptnque composé au VtM'siècle et a~ourd'hui
eonMrvéè la bibliothèque de tM$, ainsi que les
manuscrits de y~Ha~ ~MJMea<tc.d'OoMms,tes
poèmes attribua à €a~Mer de Me~. !a geogM-
pMede BefKngMep!et d'autres. Bs imitèrent
Menis te ~<t~<!te. Aviénas, Ppisciea, ScymMas
de CMo, et d'autres geogmphes anciens. Aussi,
un antettracM NM8(H]t de dire qMOl'astronomie
avait tait phM de progrès que la googMphie, et
qu'on connaissait mieux le ciel que la terre.
D'une part, la monotonie des ouvrages du
moyen-Age, les dMHcuKés qu'osait la lecture de
plusieurs manuscrits do cette longue période de
t'histoire, dans lesquels se trouvent éparses quel-
ques rares notions géographiques de l'outre part
la patience qu'il fallait pour examiner, pour étu-
dier sous ce point de vueles maigres chroniques
de cette époque,ou les grands ouvrages consacrés
à la théologie et aux sciences ecclésiastiques qui
renferment parfois des renseignements géogra-
phiques (t); enfin à toutes ces difficultés. faites
(t) Lotsqa'ea
paMoan laBibliothèque
deFaMciM,rentermat te
tttateene<tesameaKdattmye)taet!;teHqaet'eneoMMtMee)te<t'&!CM<
surle même sujet;eeHes
d'~in,deMeusel, et autresbi-
deSeheet
bMegtaphes,MKMBMM qaeh ptepart deceMe
desattteuM pMode
ne
t)b<er!q))e
historique reofl'nnent
nefen&'t'memqM
quedesmatières
matibres
desauteurs LenembM
Lenombre
eœl~1!1a5t1ques.
de
)M

te plus aident. ~OM-


pour dè~HtMger b ~e
~ns eneoM h dîMation unique des espNta qm.

MpûqKe de <a MstammMoB des schMMes

aa XV~ si~te, se pM~ent sur Jt~tude cxcttts!ve

de r<Mt:q«!M etas~qMe teMes ~Mnt les cMses

MHS devons atMhwer te sMence ~Fdô


aaxqtteMe~
sur les eennaissanees eosmogFapMqMM et sur !a

c<wtogya~MedM Moyen-Age. pwtouseeMxqm

se8on<eccMp4a) des sciences géogfapMques après


te gmnd 8!ôe!e.
Les diMFen~ éditeurs des éditions nombreuses

do PtoMmée, publiées depuis !a nn du XV" sie*


cte jusqu'à ia moitié du XV! ont pris !e soin

dans les dissertations routées & quelques uns


de ces travaux, de mentionner les progrés dos
découvertes maritimes, mais ils n'en ont pas
moins laissé subsister ta mémo lacune.
Ortéiius, Bernard Varemu~, Cronovius. Quve-

rius(t) Bertius, d'AnviUe, Mannert, Gosseïin, Ren-

des annalistes, des hbtotteas, et notamment des géographes, est si


pca ee)N!d~ah)e,qa'en trouvera à peine un autour sur cent et l'on
putsM recueillir quelques notions touchant la cosmograpbieet la gëe-
eMpMe; et toKqae parfois on y découvre quelques données, celles-ci
se tMMKenttellement noyées daos la multitude des matières dtHë-
reates, que c'est m travail des plus pénibles de tes ermite et d<
teat doncer une forme ~stemattqtte.
{<) MiMrpeCtatertMtBtredMUenbfn MtvetMmGeojtfapMamtao)
~etetom qttam MOMm,Mb.Y). Tabotb iBaeisiHusttatt. Accessit P. Ber-
tM, B<imf<!ftnmorbia KtT<tr«m,Amsterdam, 1661, E)Mtir.
-< Mt

na. ne se sont OMUpésque de ta ~eogMpMe des


anciens ou d~ wo~me~ M~ateMca ~it de
môme(<).
dans son Jfa«wf«<'<~M d <AM',
pobMêeen MBt. ne dit pas nonplus ~M<seaLMOt
de~ système cosmogfapM~MSdMmoyen~gc, ni
des cartes de cette époque.
De a~mc, te e~Mbregéographe ~~M~'ne nous
a rien laissé «Mfta partie do la acMMcoqMUMt
sujet de notM ouvrage.
savant géogmphe a eu le dessein de publier
une introduction &!a géogMpMedans iaqueMeM
promettait de donner les raisons des changements
qu'il avait faits dans ses cartes; mais il ne l'a
point exécuté. Dans les Mémoiresde l'Académie
des Sciences, et dans te Journal des Savants de
l'année i700, on rencontre quelques Mémoires
sur ce sujet; mais on n'y trouve rien qui ait trait
à la cosmogrt hie et aux cartes du moyen-âge.
Brusen de )LaMartiniére, dans son ~Ma<
~of~Më <'<les pt'<~t~sde lit Gc<M~'<t~«f'. publié
en t722, s'est borné &parler de la mappemonde
de Charlemagne, et il ajoute que, depuis la Nudu
V*siècle, il faut descendre jusqu'au XU"siècle, où
(!)MenteMe publiaseize~hmesm <tefaCt~tapMt
~atMtHM-
tiquefalleencommun <nec!tatte-Bnm.
Mtt
vivaient ~M~e~ et ~fM. pour trouver dea
géographes. Et. en €?1. u consacra que!ques
Mgnesa certains géographes orientaux. Dans cet
écrit, qui contient cinquante pages, il expose tes
systèmes cosmograpMques des anciens; mais il
ne dit pas un mot des systèmes <'ostnegraptti-
qnes du moyen'a~e (<).
L'Ecossais <?M~<')w,dont !'OMVM~geogra-
phiqae fut favorisé d'une telle vogue, qu'en
t~'ance seutement il out les honneMfsde quatre
traductions, a, suivi, dans son introduction, le
cours de l'histoire jusqu'à l'invasion des !!ar-
bares au V' siècle; maM iorsqu'H arrive au
moyen-âge, il se home &des débuts concernant
plutôt l'histoire du coMmercc, et ne donne au-
cune lumière sur l'état des connaissances cos-
mographiques et des cartes.
FtMc/MM~ qui, suivant un auteur, est un des
créateurs delà géographie moderne, ne s'est pas
occupé non plus, malgré ses immenses connais-
(t) Létrtt{t~)-a)t!'iqM
deLaMartM~N aétépublié
danslet. M
des~M«t~M ~f<M~«M f<c' <<~ttt<
dumoisd'octobre
<?a9,
publiésà
Amsterdam.
Le Mtte eM'!t de cette production Mt le mitMt
B~a< Mr t'mf~M« tft jMt~)~de <«C&wn~ff, ym~M'«la <Mtet<tar<e
de <'<<m~r<pt?,
aree <iMfextfn~MM sur ?< pr~tt~MMjrC~ C"~
h<fM, adresse à MM.tes Membres <tet'Academie rilyale d'NbtotK de
t.b.beMe.
XVM)

aan~$ et ses grandes recherches, du SM~etqne


nous ita~~nsdanS cet Ouvrage(<)
Pinîcerton s'est appliqué speeiatement & la
geograpMe moderne (a) et & celle des voya-
ges (3). ï<esRecherches du mémo géographe sur
t'origine et les divers ë~bhssements des Scythes
on Gotha (4), ne sont point venues combler la
iM<me que naus avons Bigna!ee.
Labhede<3ocrné, dans son Introduction à la

géographie ancienne et moderne, publiée à Paris

en <74<, ne donne pas non plus une histoire de

l'état des connaissances cosmographiques et car'

tographiques pendant le moyen-âge. Dans la pré-

face, qui occupe 98 pages, et qui a pour titre


Essai sur ~M~oMc ~e la ~Je~<tp/«c, il traite ex-

(<) Voyez le recueil de BOscMn~ tmMtaM i Me~M~poat'fM~M~M


te e<e~n!pMe<ht ff~< motctMft, M M ve). te-t*, it6T-n8!t. Voyeit
aussi un jenmat sp~ciatemeat eoa!H)Ct6 <trannoMe et !t la critique des
cartes géographiques (.YeMfMtfMea)a<ht~M. Berlin, ifM h tMT).
(9) VoyezPiabetteo et la traduction française annotée par M.Wa)c-
kenaer et Eytiës. Lo c)Mp)tMt", qui est eoMacre à la géographie h)!
torique, ne patte cependant que de la géographie ancienne et moderne,
et point de celte du moyen-âge.
(3) VoyezSupplement contatatng tettospecttvevtewsoftheortght.
pMgtess cfdtse~eWes by sea and tand, ta aactent, medeM, and most
tecenttimes, catalogue of the bocks of voyages and travels, genem)
index; i wt. L'oMNge entier en tT volumes tentBfme des extmtts
des meilleures relations écrites daM toutes les langues de t'EuMpe
depuis le moyen-âge jtMqa'à présent.
(4) Paris, t8<M,)n S".
-–KM-–
ciasivementdesauteursde i'anMquKé;et toraqtt'it
arrive a parïer du moyen~gs, il ci~ a yeine
deMxéerïvaiasdecettaépoque.Edrisi, géographe
arabe (<),Nicolasd'Oresme (a), et Oroacc PMnëe,
<puvécMtaMXVï<'8Mc!e.
Robert do VaMgiMMty pabMa,on i788, un ~Mot
sttf fNMtotfp 6~~rapMc. B consacre à la
g6o~p!tie du moyea-age. à pciuo huit pages
dont cinq sont relatives aux géographes arabes
et les trois autres à reproduire ce que l'abbé
Lobeufavait écrit sur la mappemonde des chro-
niques de Saint-Denis et sur Nicolas d'Oresmo,
et il se borne à mentionner simplement la traduc-
tion des livres cosmographiques d'Aristote, exé-
cutée par cet auteur. Les cartes de BerMnghieri,
publiées en 1470, dont il parle, n'appartiennent
pas à la cartographie du moyen-âge. Ainsi, dans
l'ouvrage de Vaugondy, on ne rencontre rien sur
les divers systèmes cosmographiques adoptés ou
suivis pendant le moyen-âge, ni sur la cartogra-
phie générale de cette époque.
Sprengel, dans son Essai d'une histoire de~
yeo~ra~te, publié en t792, consacra près de trois
cents pagesà la géographie du moyen-âge; mais
danscevolume
(') Voyez p. ?9.
? Voyezce que MM<MMMde ce cosmegfaphe, p. <n et i9!.
--XX–

itn'a point traité des systèmes cosmograpMques


et des caries de la même époque.
Après lui. Graber publia en <8<Mt,un long
mémoire sur la géographie de la même époque;
mais on n'y rencontre pas non plus des notions
sur les systèmes oosmographiques.
Play&ir, dans son ouvrage intitulé: ~s<MM
of C<'<~r< publié en t808. consacra quelques
pages à la géographie du moyen âge, et repro-
duisit trois représentations graphiques de cette
époque, dont nous parlons aiMeurs. Dans son
introduction, qu'i! intitule Ilistoirede /'ot ~Mcet
des p«~«!s la GéM~ap~w,dissertation qui four-
nit 192 pages in-4' vingt seulement sont consa-
crées à l'ensemblede la géographie du moyen-age.
La majeure partie de ce nombre est relative aux
Arabes et aux voyages en Tartarie. Ce savant géo-
graphe mentionne quelques monuments cartogra.
phiques, savoir les mappemondes de Sain~GaIlet
de Charlemagne, celles de Turin et du manuscrit
de MathieuParis, conservé au MuséeBritannique.
Il parle aussi des cartes topographiques de l'An-
gleterre, d'après Gough, et de celle d'Hereford,
dont cet auteur a donné une portion. H parle
également decelle du X"siècle, donnée par Strutt;
enfin, de celles de Sanuto, de Ranulphus Hyd-
<M–

gen, dat~Mauro etdMg!ohe deBehaim de <498.


Il mentionne en tout onze monument géographi-
ques, et il renferme tous les détails sur ces cartes
en deux pages, tandis que dans te premier volume
de notre ouvrage. nous consacrons plus de deux
cents pages à l'analyse générale des cartes dres-
sées pendant cette période Mstonqae, et deux
volumes aux analyses spec!ates des mêmes mo-
numents.
§ch<BH,dans son Histoire de la Littérature ro-
maine, consacre à peine dix-huit pages à la géo-
graphie depuis la mort d'Adrien, c'est à-dire de-
puis t'année i t7 après rèro chrétienne, jusqu'au
commencement du V!" siècle et de ces dix-huit
pages, il faut retrancher encore la partie qui
appartient à l'histoire de la géographie ancienne,
de manière que la portion consacrée aux pre-
miers siècles du moyen-âge n'occupe pas plus
de quatre pages.
Le docteur Leyden et Murray, dans leur ~fts-
toire conaptètedes clécoacurrtc·s e~afl frigue, ùai.
tent, il est vrai, des essais de
est vrai, de géographie systé-
trai-
matique que les anciens nous ont laissés relative-
ment à l'Afrique; mais ils ne parlent point des
travaux analogues du moyen-âge. Ce qui con*
cerne cette partie du globe est reniermé dansée
b
MM
chapitre V de leur ouvrage .chapitre Mnsaerô
~at entier aux voyages et aux découvertes dea
Arabes dans ceMevaste contrée, et nullement à
leurs connaissances cosmograpMques.
Nugh Murray s'est aussi occupé de la géogra-
pMe du moyen-âge dans son exceSent ouvrage
int!t)~e ~a<~e~M<~ «/' G~rt~ publié
eNti83A mis il y consacre &peine six pages &
la géographie de cette époque.
Quelques mots sufBrontpour prouver combien
notre ouvrage diffère de celui du savant géogra-
phe que nous venonsde nommer. La plus grande
portion des six pages est consacrée à la géogra-
phie des Arabes; il cite, en dix lignes, les noms
des géographes de cette nation, et se borne à in-
diquer qu'ils ont cultivé les mathématiques et
l'astronomie ensuite il donne une notice résumée
des explorations de ce peuple, et du système
cosmographique d'Édrisi mais il ne produit pas
les diSërents systèmes de Kasouiny,d'Ibn-Wardy
et autres. Enfin, toute la géographie, la cosmo-
graphie et les explorations des Arabes y sont
renfermées dans deux pages.
La partie relative aux connaissances des géo-
graphes occidentaux, pendant le moyen-âge, se
trouve renfermée en quatre pages. L'auteur y
XMH
résume certaines données Mstoriques sur tes n~
stons qui propagèrent !e ehrisNanïsma dans le
nord de l'Europe. sur les voyage en Tartane et
sur les e!q~OM<Sons de MarcoPolo.
Dans ce livre, d'une incontestable utilité, on
ne rencontre cependant pas l'exposition des théo-
ries et des systèmes cosmograpMques et carto-
graphiques suivis pendant les dix siècles da
moyen-âge.
Cet auteur a reproduit néanmoins trois monu-
ments cartographiques du moyen-Age,mais plus
réduits encore que les reproductions de ses devan-
ciers. Cestrois monuments sont la mappemonde
d'Ëdrisi, donnée antérieurement par le docteur
Vincent, et celles de Sanuto et de Fra JMauro,
qui avaient été publiées par Hongarsen i6ii et
par Zurla en i8i8.
Nous ferons remarquer que si la mappemonde
dT~drisi,reproduite par ce savant, ne représent
pas tous les systèmes de la cosmographie et de la
cartographie arabe, de même les mappemondes
de Sanuto et de Fra Maurone représentent pas
non plus tous les systèmes cosmographiques
suivis ou adoptés pendant les dix sièdes du
moyen-age.
Ainsi, la mappemonde de Fra Mauro, teBe
Mtv

qu*eMea été reproduite par Xurta, et aprèstai par


M. Murray et .tutius Lowenberg. dëpomMéede ses
nombreuses légendes. ne donne pas ta moindre
idée de la grande importance géographique de ce
précieux monument.
Malte-Brunest, après §prenget, c~m qui donne
le plus de notions sur lit géographie du moyen-
âge, dans le tome t~ de son P~cis de l'Histoire
de la GëogMphie mais ce savant n'afait qu'in-
diquer les dinërents voyages entrepris pendant
cette période il n'a nullement constaté l'état de !a
science cosmographique et cartographique dans
les différentes époques du moyen-Age (i). Le
livre XVt' de son grand ouvrage est consacré &
une certaine partie du moyen-Age, ù savoir de
t'année 700 à 1400; il commence par dire qu'on
ne peut fixerles détails à une époque où la science
géographique avait presque disparu sous les
ruines du monde; il donne ensuite quelques
lignes & Cosmas. a Moyse de Chorène, à Jor-
nandès, à Paut Diacre et au géographe de Ra-

(t)Kcitetevoyage
deEnroenPatestine.eexx
deS.Bontface.peef
<ea
pMptesqa!eonCMtMm'ot'ientavecleMyanmedesFMnes:<)e
DM'Mt,
pourladesertptiett
desPolonais
et dela SibMed'OH«m,eteqoede
&l'liedeRugen
~tmhetg, daMta Mtiqae;d'Adam deBteme,
etde
6!faMas qui,sousHentft
Cambreosis M,écrMtunedesettptton
du
et unMNeM
paysdeGalles de)'t)j)attde
tempUdefaMM.
nxv

vonne ~); puis il ajoute quelques détails sur la


mappemonde de la biMiothèque de Turin
qui, selon Sprongel. peut servir a t'expKcation
du géographe de Kavenne. Oe sorte que toute
la géographie et la cartographie du moyen-age,
dont H est questhm dans le livre, de Matte-Brun.
renfermant l'espace de huit siècles, n'occupe que
cinq pages le reste du hvre, que nous venons
de citer, est consacré aux connaissances des
Arabes. Mahe-Brun analyse en huit pages tous
les travaux spéciaux des principaux géographes
arabe (3).
Il est vrai qu'il reprend ailleurs la géographie
du moyen-âge, mais nullement pour parler de

cosmographie; il fait mention du voyage des


frères ~M< uu nord de FËurope (4), et des no-
tions sur le nord de ce continent laissées

par Alfred Le Grand. Enfin, dans le livre XtX,

(t) Malte-Brun a MMM)-&une page seulement t b cosmographie de


CMmts, sit lignes à t'œe~rc ~ottmphtqao aMfitméa t Moyse de Cho-
ttne à JemMd~t et à Pan) BtMM, à peine quelques lignes au gte-
graphe de Ravenne, douze Hgnes; et en huit lignes Mcite les voyages
en Te<reSatnte d'Adman. WMMbatdau VHt. stMe; da metne Bemttd
!tContmHMpte. au tX' stecte, par Haïtan.
(a) V<~eïcette mappemondedans netreAttM.
(3) il a omis btaehry. AtheïreMy, Mtn-Said.Kasotay, BeM, Bena.
<aty, et autres dont nous parlons dans C( ouvrage.
(4) VoyetMalte-Brun, liv. XV)M.
llne

M passe rapidement en Mvue les voyages


dans ? midi de t'Enrape depuis ïe Xt" siècle
JusqM'& MOu (XV~sièete~. !i consaertt quet-
ques Mgne$à !MoM! au Moomsdaybook.et il
revient ensuite aux conques des Arabes et des
Turcs, a rMstotFedes MoMgohaux Xt<et XtV"
siècles, et aux voyages en Tartane.
Malte-Brun, tout en faisant des rapproche-
ments MstûrtqMesavec ces voyages, consacre a
peine six pages et demie à toutes ces re!ations.
Nous sommesentres dans ces détails pour mon-
trer que Matte-Brun, tout en étant un des géo-
graphes modernes qui a le p!us parlé de la géo-
graphie pendant le moyen-Age,ne nous a laissé,
dans son ouvrage, aucune notion sur l'histoire
des connaissances des cosmographes de cette
époque, et de leurs systèmes. Nous montrerons
ailleurs ce qu'il savait relativement à la cartogra-
phie de la même époque.
Après Malte-Brun,le savant géographe anglais,
Desborough Cooley,consacra aussi quelques cha-
pitres de son Histoire générale des Voyages à la
géographie du moyen-âge.
Maisdans ce livre d'un grand intérêt et d'une
lecture très attrayante, nous ne rencontrons rien
non plus au sujet de la cosmographie et de la
~MM–

géographie systematiqMed~ moyen.Age(<). A


peina ea~t question. en pew de lignes, da~fs-
~medeCosmas.
En <MC. M. Julius de Lowenberg publia, &
Berlin. en allemand, une Histoire de la gêogm.
phie en un volume in~' il y eonsacm douze
pages &!& gaogMpMedeaOeciden<awxpeadant
le moyen-âge, et ~ingt's!x ceMedes Arabes.
n mentionne, comme Matte'Brnn, son devan-
cier, tes voyageseHectaespendant <'et~ période.
Dans une des tables qu'il joint à la nn de son
livre, il donne la liste cbfonoiogique des voya-
geurs du moyenâge, jusqu'à celui de MageMan.
en iBSa.
En ce qui concerne les cosmographes occiden-
taux, il consacre plusieurs lignes au système de
Cosmas. Hmentionnede nouveau les mappemon-
des de Sain~Gatt, de Charlemagne, et de Turin;
ennn, il parle du planisphère renfermé dans la
chronique rimée d'Angleterre d'Harding, du com-
mencement du XVesiècle. Il consacre quelques

(t) LeUvreIl.duternet*'estconsacré
à lagtegMphte
desAMbe*,
ouphtttm
à leursvoyages.
Le livre ttt ne tralle que des RM~res de ta geearapMe pendant te
meyen-itge; U renfeeme tes déMMeMes des Normands; tes wtage*
dea Frères MineaNeaTtttafte.etcootde Matée Polo, d'Odette de Par-
tenu, de Mandetttte, de Pegoletti, et de Clavijo.
tXVOt

Ngnes &ïa NM~pemonded'~drisi~ donnée par te


dnctpur Vincent, et aux idées eosmogt'aphKnws
MMermées dans !o ~tw< et dans te ~M«M.
Nous avons donc pensé q~'Mne serait pas sans
utilité pourla science de Fempnf cette tacane:
et nous avons entrepris la Menéde composer ce
tivM. ? notre tM~t ne satis<Mipas ent!éMMont
à toutes les conditions d'un Essa! de l'histoire
d'une partie de la 8c!ence.il otMra du moins une
grande collection de matériaux, dont plusieurs
sont tirés de manuscrits et d'ouvrages rares, et
dont les savants n ont jamais fait usage.
Dans le cours de nos études géographiques,
nous avons souvent cherché à connattre quelles
étaient la géographie systématique et les connais-
sances cosmographiques du moyen-âge; et dans
880 ouvrages sur la cosmographie. publiés de-
puis le commencement du XVi" siècle (i), nou~
n'avons pu trouver la moindre notion satisfai-
sante&cesutet.
Dans l'ouvrage encyclopédique de Zara, l'un
des hommes les plus instruits du XVM"siècle, on
ne lit rien relativement à la cosmographie et à

(<) Le teetmr MncontMra &hH!o du <tem!ervolume de cet ouvrage


une MMen ~Mnete~qM des ewwazM eesmegfapMqaes paMi&sde-
ptt~tetMUMneenMntdaXtVsiMe.
–MM–'

la géographie du moyena~e. M cite è peine


Orose et Sanuto. II est vrai <pM, dans: t'onvrage
remarquaMe de ce savant (t). l'on rencontre
bien nn chapitre consaerô à lit cosmographie
et à t'hydrographic'a t, mais !'antem' ~'est borné
a t'indication des principes et des partie dont se
compose cette M-ienco.
JLe lectem' tronvera d~a dans ce premier
vohtmeles systèmes eosmographiqMcsde plus de
cent auteurs dit moyen-~ge, e'est-a-dire des épo*
qae~ antérieures aux grandes decoawrtcs
Quelques auteurs modernes, (pu ont mainte-
nant sous les yenx les relations des voyages en
Oriènt de blarco Polo et des Frères Mineurs.
entin tes récits géographiques (me !cs Arabes
nous ont laisses de !(?urs voyages pendant le
moyen-âge, penseront peut-être, en voyant l'i-
gnorance des cosmographes et des cartographes
de cette époque, que ni les uns ni les autres
ne représentent l'état de la science aux époques
dont il s'agit, mais seulement l'état de leur sa-

{<)L'eu~Nge de Zitm à pour tttM ~atemta <~m~r<«a et jtfen-


M<Mfm MttfMfhtt 9tM<M<))-f<'o~pMt<nm.–Ventse,
t6t3.
<~t eoYtage est devenu très MM (Voyez Vegt, cat. t!b. Borie)-.}
Nous en avons trouvé un exemplaire )a MMbthtqxe de Paris.
(9) ZaM. oa~Mee cM pag &M.
–ttM–
voir individuel. Kous nous permettMMSde MM
observer. en rayant tous !esant@Mr$, tes hommes
les plus éminenta. et tous !es eosmogMphes,
soutenir tes mêmes doctrines et donner dans
leurs traités de géogntphie tes mêmes noMons,
qn'i! n'est pas permis d'avancer ou deprôtondfe
<)MO c'est le produit isoM de leurs connaïssan~s
individuelles, etnon pas retat de la science qa'oo
trouve dans leurs Mvres.
NoM8ajOMierons.Ace qui précède une autre
observation: Mnou plusieurs individus peuvent
bien faire de grandes découvertes; mais si ces
richesses demeurent ignorées du public, eUesne
sauraient être considérées comme réellement
acquises à la science tant qu'eues ne se généra-
lisent pas et qu'elles ne deviennent par consé-
quent l'objet de l'enseignement et le patrimoine
tous. C'est en effet ce qui arriva aux relations de
de Marco Polo, à celles des voyageurs en Tar-
tarie, des X!H'' et XIVe siècles, et à d'autres
encore; et bien que Plan-Carpin nous ap-
prenne qu'il a laissé prendre copie de sa relà-
tion en Pologne, en Belgique, en Allemagne et
à Liège(<), les Patriarches de la sciencen'en con-
Htmoit-ef
(t) Voyez delaSofi).~
deGéograpliie,
t IV,Introduction,
parM.<tAveMC,
p 0.
Mxt–

ttnM&MMtpas moins & 8M!we i$s Mt~es !<?<?


~étïtat!<;n@s. M t~ynaMt. datta~u~ (mwtges.
& reproduire sans critique les noi!ona acqnises
par yantiqaitô ow tfaRSBaises par les auteMM
ecd~sias~qMes des premieFS Rtèdes dû t'~Mae.
Ma~grA tout rempMSsemeat avec t~qoet on ac-
cMeatait alors !es fécMs~es voyagears. ces têcits
étaient ewtsMér~ <xM!Mae des romans, eoBMne
des choses entièrement Mycoses; ils n'exer-
çaient aucune imïuenee directe ni sur les bases
fondamentales de la science, ni sur la connais-
sance générale de notre globe. ni sur celle des
pays lointains. On peut dire du reste que le mot
M<r<t~!<t du moyen-âge est assez significatif: ce
mot nous dispense de nous arrêter davantage à
démontrer que les récits auxquels on donnait ce
nom ne changeaient en rien les connaissancessys-
tématiques des savants et par conséquent l'état de
la science.
Il est permis aujourd'hui de faire l'histoire de la
géographie du moyen-âge en traçant des tableaux
animés et pleins d'intérêt, en reprenant les récits
des voyageurs des époques passées dont on a re-
cueilli lesrelations dansles temps modernes seu-
lement, et en tes rapprochant des faits de l'his-
toire contemporaine, en6n en donnant à cet en-
XXSM

semMoÏe nom et la forme d'nne histoire de!a g6o.


graphie au moyen-de Maisesi<ce? t~tat de lit
science à ces époques? Est-ce ? ce que savaient
et ce que connaissaient généraient du globe
que nous natMionsles géo~faphes et les savants
du moyen-age? Koos ne le pensons pas- L'état
vrai de la science et des connaissances géaô'
fales se trouve tout entier dans les ouvrages des
cosmographes, dans tes historiens et dans les
cartes dressées pendant cette longue période his-
torique.
Maintenant nous dirons ici quelques mots sur
le plan que nous avons suivi relativement à l'ex-
position des doctrines des cosmographes du
moyen-Age, depuis la chute de l'empire romain
au V' siècle jusqu'aux découvertes des Portugais
au XV*siècle, matière qui fiiit le sujet (le ta pre-
mière p 'tie de notre ouvrage.
Kous avons suivi, autant que nous l'avons
pu, la méthode adoptée par Deiambre dans son
Histoire de l'Astronomie au moyen-âge, en re-
produisant des extraits des auteurs; nous avons
même fait plus, nous avons donné souvent les
textes en entier. Le savant astronome avait con-
sacré un chapitre à chaque auteur; nous avons
classé les cosmographes par ordre chronologique
–X!t!HM

et par siècles, et <KMM avons aussi. cotnmQt)e*


ïambre, conaaeï~ un article à ehaqne cosmogra-
phe cette marche nous a semMé non-sentement
plus méthodique. Mais encore plus propre à
mettre ~entum~re l'état de la science dans cha-
que siècle.
Nousptaconsaussi eMiôtedechaquepénodehis-
brique une préface, de manière qMe denxiètno
partie sened'introduction spéciale àceMequi ren-
ferme les articles concernant chaque cartographe
et sa représentation graphique ou le monument
géographique qu'il a tracé.
Nous nous sommes toujours reporté aux
somces originales, en véritiantavec soin les cita-
tions. Les notes et additions que nous rejetons à
la fin contiennent des discussions et des notices
étendues dont quelques unes ont beaucoup d'im-
portance. Les nombreuses citations et surtout la
table méthodique et raisonnée des matières que
nous ptaçons à la fin de chaque volume, mettront
le !ecteurà même de connaître les ouvrages qui
peuvent lui servir dans ses propres recherches
sur les sujets que nous traitons.
En ce qui concerne les cosmographes, nous
n'avons fait que produire les vues générales et
les systèmesparticuliers, sans nou sengager dans
–ÏXMV–

~es discussionset de ïongs commentaires sw cha-


cun, ce qui non-seulement rendrait !a déduction
Itistorique extrêmement obscure, mais même n'ai'
teindrait pas le but que nous nous sommes pfo
posé, savoir, celui de montrer quel était l'état de
la science à ces époques, et de rendre aussi claire
que possible l'explication des représentations
graphiques où se trouvent <!gnrées toutes Jes
théories systématiques de la cosmographie et de
la géographie du moyen âge antérieurement aux
grandes découvertes.
Le~ textes que nous citons des auteurs du
moyen âge ont été transcrits exactement. Dans
presque tous, le style est d'une mauvaise lati-
nité.
Notre savant confrère, M. HaUam, avait déjà
constaté que les écrivains du XMt*siècle font
preuve d'une incroyable ignorance, nonseule-
ment sur la pureté de la langue, mais sur les rè-
gles les plus communes de la grammaire. Les
philosophesscolastiquesnégligeaient entièrament
leur style, et se croyaient permis d'enrichir le latin
d'expressions qui leur paraissaient rendre leur
pensée. Dans les écrits d'AIbert-Ie~rand, dont
Fleury a dit qu'il ne voyait de grand en lui que
ses volumes, les fautes de syntaxe les plus gros-
xx~–<-

siè~ se MMontMnt & chaque instant (<). t~es


espnts impartiaux doivent voir, d'après cela,
combien il nous était duncne de composer avec
de tels éléments une œuvre de goût et de style.
Aussi. & ceux qui nous reprocheront de n'avoir
pas fait une œuvre attrayante, nous répondrons
qu'en matière de goût les plus habiles se xne-
prennent quetque~ois môme dans leur propre
langue, et nous leur recommanderons le pré-
cepte d'Aristote, suivant lequel, pour bien juger,
il faut se faire arbitre et non pas adversaire. Il
est juste de tenir compte des peines infinies
que coûtent de pareilles recherches; le travail
seul de réunir et de coordonner les notions
éparses qu'on découvre dans des milliers d'au-
teurs, serait dé}à d'une grande utilité pour la
science, mais il devient de la plus grande im'
portance lorsqu'on y retrouve tous les systèmes
qui forment les bases de la véritable insbire des
connaissances cosmographiques pendant les dif-
férents siècles du moyen-âge.
Il est vrai que nous aurion~Mt une œuvre plus
importante si nous avions traité toutes ces ques-
tions dans leurs liaisons avec les événements his-
(i) Voyez tKtMùw
HaUam, delat~t~ah~e
<<e eu<o~<a-<
t'BM~opf
t.t.p.Tf.
MXVt

toriques, et par conséquent d'un point de vue


plM8ëlev6;maisnousavons eu toujours ïe mal-
heur. pendant toute notre longue carrière litté-
raire, d'être constanMnentforcé par des dreons-
tances indépendantes de notre volonté, de publier
nos ouvrages avant de termine? les recherches
et les travaux indispensables qu'elles compor-
taient pour les rendre aussi utiles à la science
que nous l'aurions désiré. Nous avons craint
cependant, en grossissant notre récit de tran-
sitions continuelles, incompatibles avec des vues
d'ensemble, d'amoindrir la force des preuves
démonstratives, si importantes dans un ouvrage
de ce genre.
De tous nos écrits, aucun n'a été plus rapide-
ment rédigé que celui ci.
La plus grande partie fut rédigée et impri-
mée au milieude l'émotion générale produite par
les grands événements sociaux de notre temps,
qui, avec la rapidité de l'éclair, ont changé l'état
politique d'une grande partie de l'Europe et fait
écrouler des institutions qui avaient déRé tes
siècles. Grand nombre de pages furent écrites
au son lugubre et terrible du canon et del~
fusillade de la plus redoutable guerre sociale.
Et comme plus d'une fois. dans les vicissitudes
MXVM

de notre vie, t'étade et letravai! avaïentëténo~e


rantge, cette ~is encore c'estl'étudo et le travaN
qui ont atténué nos inquiétudes sur le sort de
l'humanité, sur celui des sciences et des lettres.
Notre ouvrage doit donc se ressentir de ces
émotions, et nous aurions hésité à le livrer &?
puNic, si plusieurs savants ne nous eussent en-
couragé, entre autres un des hommes les plus
éminents, M. Letronne, qui nous a conseillé
même d'en faire la lecture de quelques parties à
Hnstitut (t).
Nous sommes rassuré sur le sort de notre li-
vre, non-seulement par les encouragements que
nous avons reçus d'hommes compétents, mais
aussi parce que nous n'avons pas trouvé qu'il
existâtun ouvrage antérieur au nôtre surle même
sujet, un ouvrage où nous eussions pu puiser soit
!a méthode, soit les idées ou les données.
Nous en dirons autant de ce qui concerne les
monuments de la cartographie du moyen-âge.
Aucun travail d'ensemble à la fois chronologique

(<)rionsavonsht eneffetà t'Aeadémie


desInscriptions
etBeMee-
sonsforme
t<etMes, deiKnMKM,des delapte*
porthMseoBsMéMMes
mtereetdeh demdeme partiedeeeKtovrage.daMtesséaMes
des5<?-
vembre et31décembre det'anneedemiete
<M?,etdansceUes des
MjMt~et,94et3imMs.'t.i4.i9etMamN.etdMteened<t96mat
decetteannéeiMS.
e
MMM

et tyatématïque sur ce 8u}etn'avait été mis ea


tumiéra; aucun même n'avait été annoncé avant
hpuMication de !a première livraison de notre
Atlas et de nos recherches en iMt et <8M (<).
Qaoique nous ayons dé}& consiaMce fait, en
apportant les preuves inexorables des dates
et des documents, dans une autre pubàca-
tion, nous croyons devoir mentionner ici la
série chronologique des travaux spéciaux ou
fragmentaires exécutés par plusieurs savants
avant la publication de la première livraison
de notre Atlas.
Cette énumération montrera la marche que les
études de la cartographie du moyen-âge ont sui-

«) t.'eawage d'OwMtMmême, <Mt!6feesMBUeUementdu nttM. Ce


M'mnt ete~aphe readMan tmmeose service &!a science en séparant
enUtMmMt ta~êogMpMe ancienne de la eeegMpMe moderne. M pe-
bUa, II est Mat, an Recueil des meiUeoMcartes de Mm tes pays da
monde, celles qui existaient. en <5t<),tant maMMtttes~ne gravées;
et M mappemonde. dénuée dans son MM<noaer&~tenwmM. présente
déjà un système dMerent de cetat de Ptolémée, adopté antértenM-
ment par un grand nombre de dessinateurs de mappemondes. La liste
des cartes dont Ms'est servi, montre combien notre publication dtt-
tere de eeMede ce savant réformateur de la eee~MpMe. Aucune dea
cartes qn'Mcite n'est antertenM au XVt*siècle. La plupart même sont
de la seconde moitié de ce siècle.
Mest inuttte de montrer M que le même savant ne s'est point oe-
enp6 de t'état des connaissances eosmoaMpMq"es et cartegrapM-
qnes pendant tes dix siècles du moyenne.
pans le second volume de notre onvm<e, nous nous oecnperons
plus en détail des cartes dont OrMMMs'est ser~.
«np)t
vïe jasq~au moment ow, par ces mêmes études,
par des publications partieUes et par des travaux
moaograpMqMes, on est arrtvé& entreprendre
une publication d'ensemble, méthodique, chrono-
logique et scientifique. et comme nous y avons
Mus-même été amené par nos propres re'
cherches.
On ne s'est occupé des anciennes cartes géo-
graphiques qu'à une époque très rapprochée de
notre temps, et même ceux qui ont commencé
&en parler citent, pour la plupart. tout au plus
un monument isoté, sans en connattre la valeur
et sans pouvoir le comparer à d'autres du mémo
genre.
Nous signalerons ici, d'abord, ceux qui ont
simplement parlé des différents-monuments car-
tographiques du moyen-âge, avant notre publi-
cation eHectuée en i842, et ensuite les auteurs
qui ont pubHé, jusqu'à la même époque, des
cartes anciennes.
Au nombre de ceux qui se sont bornés à
parler des cartes du moyen-âge, nous citerons
l'abbé Lebeuf; c'est le premier auteur dont un
monument géographique isolé du moyen-âge
ait attiré l'attention il signala à l'Académie des
Inscriptions, en i743, la mappemonde du temps
IL

de Charles V (dit Le §age), qui se trouve dana ïe


manuserit des chroniqwMde ~int-Denis &h M.
Mtoiaequede§ain~-(!enevtève(i~
Pour donner an lecteur une idée du peu de
connaissances que l'on possédait alors sur ces
matières, il snMra de transcrire ce que dit le sa-
vant acadéMueienà ce s~et
< Une carte (dit-il)en forme de globo. où sont
Bga~es les tMis parties du monde alors con-
< nnes. mais avec des proportions si peu exactes,
< qu'eHesne peuvent servir qu'à faire voir com-
< bien la géographie était imparfaite en franco
< au XtV"siècle, la ville de Jérusalem est placée
< au milieu du globe (2). e
Robertson et d'autres ont même pensé que
cette carte était la plus ancienne carte connue du
moyen-âge et aucun n'a pu s'expliquer la raison
qu'avait eue le dessinateur pour placer la villede
Jérusalem au centre de la terre (3).
En 1788, Zanetti traita de la carte des frères
Pizziganide t367 (4). Cinq années après, Robert

(<)Ve}re<MSBKtt<WtMMr<it<MM!tMrM<tMtM)t~<«M~««tK<<<MMf
t~ter (Paris, p.9S.94etM,MMa-
<M9),
M Ve~M t. XVt de t'JMMe&w<b ~M<Mm~ dea MtM-teH~, p. <M.
13) Voyez p <9S.
(t) Veyeit ZaMMi, Del Of~<w <t<<t<MM or<f, etc. Venise, MM.
–XM

deVaugondy parla de ta mappemonde de Sainte-


Genevièved'après t'abbé t~hauf.
En i77&, MitaMtMlit menton de ta mappe-
monde de FmMaaM(t): il indiqua également
le portulan de Gracioso Benincasade H7t (a).
En 1780, Paciaudi parla aussi de la carte des
&épes Pu!zi~n! et d'aMtFes,et dans t'année sai-
vanto.d'AnsedeVMoison écrivit au 8w}etde €CMe
d'AndreaBiancodeMS6(a) En <V89rabMB<N~M
signala une carte catalane anonyme trouvée dans
le marquisat de Sobrello en ttatie. Et dens ta
mêmeannée aussi Antonio RaymondoPasquatsi-
gnala la carte de GabrietVatseca de 1439. Cladera
menUonn&, en i794. la carte valencienne en
six feuillets deJean d'Ortis, de t496, acquise en
Portugal par le célèbre Perez Bayer. En 1806,
M. Pezzana, bibliothécaire de Parme, traita aussi
de la carte de J~cano de i438 (4). Dans la même
année Villanueva signala l'existence de la carte
de t4i3 de MeciaVilla d'Est, conservée au cou-
vent des Chartreux de Val de Christo près So-

(<)DansMBibliotheca
eed:eamMM.moMster!!S. NtehaeHa
Ve~
MUMnm etc.(Venise,
propemertanam, fol.mae;.
cet.MS.p.TM).
(9)Même p.iN.
Mt~mge,
(~ Voyez la Lettre de ee savant, Mf ce mjet, daM le tome Il des
MfM* ~mMeaffM de Catti, p. 519.
(4) Vo~et Keta de PeMtma, <M)WM)tt<a«aw df f<<fMf.
–MM––

gofhe. B~as ï'aan~ sMivaat~(M<~j).?. ~u~


MM*da t~a~ anatysa an at!a$mannsoj~tda
XV!'~cte d&la MHio~He de M. de TaMey.
mnd(t). M.BmekMt,dattst'anneesaivaate~M~,
des aanotattoas an tfavaHde PaNeg~ sur ta
earte de Parme des Phaagam.Daast'an~esa!-
imnte(i8M), M.WaMKNnaey signalapourla pM.
mièreMs, aux savants,la carte ou atlas<~<a!an
dtt XtV sïôde de ïa BtMMthèqae de Pads (2),et.
en MM, Zurla en cita plusieursdaM a Disser-
tationsur tes anciennescartesconstruitespar les
Vénitiens~).
(<) Voyez Noaf««)' Mfea'~ de t'ann6a <MT,p. Mt.
(9) Voyez AtaatM ~M t~a~t. sOtte. t. VU, année tM9. p. MX.
(S) Vote! tes monuments g&eeMpbtques cites par Zarte, dans es
N!Mrtf)«en i
<S9t. Mappemondes et cartes do Martao SaMte.
<MT. Catto des MMaHMtgant.
«a6. Carte de Jacobo de tMdb, de VentM.
«M. Mappemonde et carte d'Andréa Blanco.
MM. )PCttttta)tde P!etm Loredax. Ce poftotan avait M cité par
Meedo, ~MMaN<tMfMta(Regtene a, p. SM).
«M. t~rtutan de P!eMdi Versi.
«N. Mappemondede Fra Mauro.
t<6!. Pottatan 'de ~ntacasa. d~ja ette par MotetM.dam m M-
NtMAtfo~ttM~ne.
<0. Portutan de même auteur. dans la même BtbMetheqne.
M73. UaaaKeportMtandomomeauteaf.entapoNesstM'de&Mta.
MM. Un ~tB~e de la mer Egée, tmpt!mé et compM6 par Baf-
Mmneo da U So)MM< Venisiani.
Du <)meM pMtabn de la MbUotheqae Cornaro, dans teqnet on
tfMM dea cartea des aMeaM dent les noms Mtvent <*de HetM
M.M)
Ba t8aa, FahM An~&s pïastewM ea~s
daHa w M8S9f<aMoa 8Mf ta Mf~ de ~Meto (<~

R<HtM.<P<MO4e Kapett, de CMehomBmtncMt, da ~aat~M


?««, )P deN<M)oHwtn,<fdePmnomm<e!H)e.fde<maah
~te. <* MMte ~ew. <t' BMMnegt ZMe. t< <9 tHMt~ )~at<
ttet, «<'<!<BMMMhKM PeotM {aM~a MM). <M9am tMmt))~ w<te
GttMephmw Mt~
Zodt. qui a MamM cette Mte t~MeeMea de tMM% dit qo'~<<a
ma~aent Mmte:t petts MqoeM~ateM, ma~ qw pour fAMqae
<MM<BM~,<MMM<Mt pttaa-dett <e M<~w..< <& ~~xttfe~
« N~m<fm'ef w~. tt ea excepte celle de SeH~ la <tete XV <?-
tte,etd<M)< Mo:owa~ tMM~Mne~HMhetetm, p. tM.aMetaM.
«M. Mappemonde murale d'AaMnto ~eoa~). p)r6tN v&)!Meo.
CeMemappeaMB<te <???)? dMMt'fMotMMade t'M<t6e <«)~
Mappemendade th'HMNh SK~ne, du XVte~te, et quo B<nnawM
<)tt<tdmM BMKeeheMhes, p. t<5, !t9.
MM. Pent)tao<te PtetM Coppe do heta, dans t'htfte. auquel Il
a Jetât sept ea'te! etMgfapMqaMem~&M mr Mt, dam t'mM des-
qaetta~en remarquo temeaaeateM tOMtt. ~K~twxh'~tefaMta,
<t ce livre est t~ MM.

(<) Votet têt CMtMcitées par Andt~a


<!M. CaMeqat MtMMM<<M9l'ouvrage Intitulé f<Mt<t<m'<~Mm
t<n<fwfMMtb, composé par Aytoae Turchi, qui M eomefMtt dane la
M)Meth6qae LaureMtam, &FteMMe.
tt cite aussi tes deux mappemondes de Sanuto, qui M tfon~ent en
original à la Vaticane et à Venise. Et M patte également de la map-
pemonde des chroniques de Satat-Deois, d'aptes l'abbé Lebant M
parle aussi de la carte catalane de ta Bibliothèque de Paris, cttaat
M. Watehmmef, et de cette des FMeaat, d'apte Zanetti et Paciaudi.
MM, 8 juin. Peitatan dressé par fhMttttte pfï~M~ HM~aM
<a f%)M.~<me <Mt M CCCtJHHH.
Andtts indiqua que ce ponutm M tMaMtt a la BibMetheqae d.
Satat-MatMeade HaNne. dans te Codexn* iSO!des tMtmsettts, et qn'U
n'était pas menthtnn&daM le camh)({'tetmp)'im6qui existait NttSaz.
Mais malheureusement cet tnttMssant monument ge«tjNpMqaepa-
Mtt aveif <té égart. Maigre tes ptMsantes KeommaadattMS faites
xu~

En étudiant la marche suivie rehtivementaux


eartes et monuments de get~raphie, on s'apep-
çoit que oe ne (ht qu'après !es publications de
Zw!a, en 1818~et après colledu jésuite espagno!
AtMïres,en <8~. que quelques savants comnMn-
<~N)t à s'occuper, d'une manière ?!<? générale.
des cartes du moyen'ôge.
Et, en ~&t, la Dissertation de X~rta, oùron
trouvait d~ vingt'sept de ces monuments antdy-
ses ou indiqués; ceUe d'Andrès, qui en mention-
nait trois autres nouveaux, tout cela commença
&donner l'impulsion aux recherches des cartes
du moyen'age, notamment pour la formation des
collectionspubliques de Londres et de Paris (i).
Trois années après la publication d'Andrès,
en 1828, M. Jomard proposa à la Société de
géographie la publication d'une carte du moyen-

parS. E.N.tecomte
deUMMw, amibMMt<tMt t;eme,à
d'Aetrtehe
M.tecomtede ~M,gw<emeatdeVenbeea MM,ettMtedterehea
queceMtenew OtMte,<ma'<paspa tedeeea~tf.
Andtes cite aaMt, d'ap!~ CmU, dans te t. XtX, p. ass de Ma o~
waee. la carte de CfaMmeefraMf, de t~S, et cette de Beamehts (Bf*
«B~e) de Parme.
(t) Le d&p&tdeaeMtes etpbM &Paris n'est pas le ptemteF tM.
MbsemMU de eegemm fondé dans BM temps medemM. li y a plus
itou sieete
d'an siècle (tm), êlilve de
Buacbe, étëw
(lits), BMMtM, da eetëbfe
célèbre geeemphe BeMe. tat
gèopapbe Dellsle, fut
dm~epat te mi de ctMMr et de mettM en <e)MMte~ BMtMa<Mqat
y Maient <? MNen&tea. (Voyez WatctteMef. M~n~ft M)t'M'~t/
t.Vt.p.tM.)
)&ge (i); mais cette proposition n'out pas de
MUtO.
t& publication faite en 1809 par Zur!a de sa
notice sur la précieuse mappemonde de Fra.
Mauro, en donnant les nombreuses légendes
rentermées dans ce monument (S), appâta dès
lors Futtenaon des savants, et vingt-trois années
après (1829), M.Jomard Mmmuniqm à ta même
Société deux lettres, rune de M. C. Mofeau, et
rautre de M. John Barrow contenant des ren-
seignements sur la copie ~s e.eac<cde la map-
pemonde de Fra Mauro qui se trouve au Musée
britannique (3), et dans Fannée suivante (séance
du 6 août), il communiqua le fac stm~c colorié
de la carte du XUsiècle de la bibliothèque cotton-
nienne donnée par Piayfair (4), et il indiqua
Fexistence d'une mappemonde turque de Fan-
née <559. qui a été retrouvée à Venise dans tes
archives du Conseil des Dix, gravée sur quatre
tables en bois (6).

(t ) VeyMMteHndetaSMtêtédea&~mpMe.t. tV,pMmt6M<<tte.
p.<a.
(9~ Voyet Zxth, Il ~p<WMM<te<!fFra Maure <httf«M < <MMt'~M
Venesla, t806, petit ttt-tbMe.
<S)M)M.,t.HV.premt!!MsMe.p.<S.
(4) Bnitetinde ia8oeiétédegéogcaptde, i.Xtl,denai8mo série,p.g88.
(S) thM.
(<) Ce ptmbpMM a M eenstmit pnr m* T)mMm, mmmt
BatMn<httSodét6dee~tapMe,t.xn,<temt&meB&rte.p.SM.
Adtt-Ahmed. LinMM~eUeEa~ne, dêMoyetrMM tiMB, y est CpMte.
WM
TMa MM~esap~s (i8S3),te m~naeMvant
diqMa la ~MBtét6 de géogMpMe(<) rexMeoce
diapOfMaBde GraciosoBeoiMCM& de i46$, et
M.J&MhettpMpos& !a p<itMicat!ondes
soixante-
douze petites cartes arabes du manuscritde la
SeogmpMe d'~drisi, conserve au département
des Mss. de la Bibliothèque nationale de Pans.
En <83~, M. d'Avezac donaa quelques dé~i!a,
qu'il avait reçNSd'An~etetre, sur des cartes des
x" et Xt" sièdes, qui se trouvent soitau British
Muséum, soit à Cambridge (2).
Dans la même année parut le savant ouvrage
de M. de flumboldt, intitulé: ~.coMteac~Me ~e
fjMMtOM'f f/@la GcO~tapAtC ~MHOMPMtM continent.
Dans cet ouvrage, l'illustre savant a fait mention
de quelques uns des monuments de la géographie
du moyen-âge (3). Nous en avons cité plusieurs
dans un de nos travaux (4).
Dans la séance du 21 octobre de la même an-

(t) Séance du S novembre <8S!


(0 BoHëttnde la Soetétéde~grapMe, t. Mt, deMi~ne série.
p. 9t<. Dans te procès-verbal de la séance da 6 mars 1835, on ne
précise pas quelles étaient les cartes dont il était question mats on
verra ailleurs quelles étatent ces productions eée<NpMq)~e~
(9) Cartes ettées par H de Humboldt.
(<) Voyeznos Kec6erch< mr Vespuee
–XMM--
<~@MtM, on a pa~lô d'H~gbbe ~n~<M M cet-
~daXV!'8Me(i).
ttans t'année suivant (M9e)tM. Blaw, de
l'Académie de Nancy, 8t mention de la petite
mappemonde de Reims, donUl possédait un ~<c
.SMM~.
DanstamemeMn~o,
lli. Tastusignalaitla carts
M~ïaae de Mcc!adeViB&Destesde i4t3, d'après
ladescD~ttonqaehu en fit ï'évêqaed'Artor~.
Torrès d'Amat, dans une lettre que ce pre!at lui
adressa. Mais malheureusement cette descrip-
Monde M. d'Amat est si peu gëograpMque qu'il
est impossible d'apprécier les véritables connais-
sances du cosmographe catalan (2).
Nous ne signalerons pas ici les citations que
quelques savants ont postérieurement repro-

(t)Voict
MquenousHMMXcet~atttdtM
leprocès-verbal
dela
<4~nce.
Ce globe est en eulvre dore seten M. Jom9[d, M a quetques Mp-
ports avec la mappemonde do tcan Rxyeh, quoique plus récent.
(S) Si la carte en qaestton est de 1413,comment M.d'Amat pMvatt-M it
y reeonMttre tes t'es dn cap Vert découvertes Maternent vers la 8n de
ce siècle par Antoniode No!a, et qu'on ne rencontre dans aucune carte
a~anteettedeBenineasa.deiCt, dressée après tes voyages de Cada-
moste?
Ensuite, quels sont hM<M/!nM ht Azia, dont it parle (? donc s'ar-
t«atent pour l'Asie les Manaissmces de t'antear de la carte? De meme~
pmtrt'AMqM, quel est le prolongement de taeatteenqoesUom CaM*
fa Caf)Ma]'Est-ce ta Gainéedes cartes du moyen-âge, on bien tawat~
Cniaéet CuatUtee point, Une nous semble pas dMteat qaetaCatne~
–~XMtM

duites au sujet décès mêmes monuments; nous


tMuvonatplus méthodique et plus juste môme
d'indiquer ceux qui en ont premièrement fait
mention.
Quant au globe de Schoner, c'est M. de Hum-
botdt qui, dans l'année précédente, en avait fait
mention dans son Examen critique (~).
Dans t'année i837, au mois de jtmvier, nous
avons lu, à la Société de géographie, une partie
de nos Recherches sur Améric Vespuce et ses
voyages(2) et dans ce travail nous avions cité
plus de cent cinquante ouvrages de géographie
et de voyages, et notamment un grand nombre
de cartes et de portulans.
Dans la séance du 4 août i837, M. Jomard an-
nonça à la Société l'acquisition, par la Bibliothè-
que de Paris, de deux cartes du Xtn" siècle, et
il donna également la nouvelle de l'acquisition,

dansunecarteducommencement
MMqate duXV.siècle,
nepouvait
etMaMMquelaGuinée
desgéographes
dumoyen
âge.qu'Us
ptacateat
tmmediatementapt~srAMM.
Or,testn<Meat!onsdeees pMUentarttés et des détails relatifs à la
géographie auraient mieux tata que tes légendes qu'on teneentte dM<
ta même carte relativement aux jwrtw, aux eMeM AthaMfs.
«) Voyezt. Vt <tu BnBetin de la Socteté de géographie, deuxième
<Me.p.SM.
(~ BaMeHnde la Société de géographie, t. V)t, denïteme série.
p.es.ethht'dep~k
XMX–

par te m&nae dépôt, du poriutan de Benincasa


deAA$7.
EnSn, dans le mois de septembre de cette an-
née. parut la suite de nos Recherches sur Ves-
puce et, dans ce travail. nous avons cité, par
ordre chronologique, ungrand nombrede cartes,
donné une liste de toutes les éditions de Ptoté-
mée, et reproduit diverses notes qui se trouvent
dans ces cartes précieuses (i).
Dans l'année suivante, i838 (séance du 6
juiNet),M. d'Avezac communiqua à la Société de
géographie t'extrait de deux lettres de M. Wright
relatives aux cartes suivantes, qui se trouvent
dans le Musée britannique, savoir la mappe-
monde du Xtit siècle, renfermée dans un ma-
nuscrit de Mathieu Paris, et la carte itinéraire
des pélerins au moyen-âge (2).
Dans l'année i839, M. Berthelot, ayant occa-
sion d'analyser la note de mon savant ami M.de
Navarrete, sur le cosmographe Alonzo de Santa-
Craz, mentionna t'tsolano généralque Philippe H
avait fait dresser en iS60 (3).
(i) Voyez t. VM!,<taB)tnetindetaSo€:été«e~o<rapMe,demtiën<e
série, p. <<5à M6.
? Voyezt. X, <ta Bulletin de la Société de fféet~epMe, deoxittM
téhe, p. et.69etp.M5.
(3) !M< t. X,eaMef <!<:t~fb, 97.
A- t.
Cans t'année tMO, c'est-a'dire, un an avant
ïe puMtc&~onde not~ AHas, M. Jomard cea~-
déMit encoMles monuments géographiques des
XV et XV~ sièdes comme les monument les
plus anciens (<).
Depuis ce temps, no~ avons donné dQ&
dans notre Atlas cinquante mappemondes ou mo.
'numents geograpMqaes antérieurs au XV' siè-
cle (2), époque signaléepar ce savant comme étant
celle où ces monuments deviennent extrêmement
rares, et les recherches que nous avons faites.
augmentantle nombre des monuments de la géo-
graphie déjà connus, le portent, jusqu'au XV!"siè
cle inclusivement, à deux cent trente-deux.
Nous venons d'énumérer chronologiquement
les auteurs qui se sont bornés à citer ou à ana-
lyser certains monuments cartographiques du
moyen-âge. Maintenant nous indiquerons ceux
(<)VoyM t, XIV dnBulletindelaSociété deGéographie deParis,
H*série,p.438.Lesavant conservateur
y dit Lesmonuments geo-
des
graphiquespremtera tamp·,c'eat-h-Aire
des81m PtzYt·afbetes,
de-
viennent
deplusenplusrares.Cesobjetsprécieux f< xr/'tMM,à
mesure
meseredansilesBibMetheqnes
Bibliothèquesde
Ceso!<jets préeieax
oitHss'UmMhiMsent
t'Enrope, sontrecneiUis
en
ea
sorte,
quelque et iidevienttonst esjoarsplusd iNeMe
d'endéeoavrir
denouveaux ~<m<fNo<M. ·
(9) Nous donnons dans notre Atlas: il mappemondes du XV' siècle,
« du XtV. siècle, 15 du Xi! siMe, 8 da Xir siècle,- 6 du
Xt*siècle, 6 da le siècle, < du tX* siècle, i dn VtM' sieete,–
ennn.tdaVt'etecte.
–M

qui ont publié isolément quelques uns do ces


monuments, soit en entier, soit en S'agmentN,
avanH'année<M2.
!A plus ancienne publication de ce genre est
celle que nt Bongats, en <6ii, de la mappe-
monde et des cartes de Maïtn-Sanuto, tirées d'un
manuscrit du Vatican du X!V<siècle (i ).
Montfauconest venuensuite, en no?, publier
la mappemonde de Cosmas, tirée également d'un
manuscrit du Vatican du Xesiècle (2).
En t730, Doppelmayer publia le globe dressé
par le célèbre Martin de Behaim, en i492, con-
servé à Nuremberg (3).
En i749, Pazzini publia dans son Catalogue
des manuscrits de la Bibliothèque royale de Tu-
rin, la mappemonde qui se trouve à la suite d'un
manuscrit de l'Apocalypse du VIllesiècle.
En t?TO,L~Arenzana,archevêque du Mexique,
donna, à la suite de son ouvrage, la carte marine
de Domingo del CastiIIo, dessinée au Mexique
en <64i.
En i777, Strutt publia dans sa Chronique de-

CI) Bongars,<MMB<fp<rR''oMM.
(~) MoBt&)te<m, ceNMfe .Voeap~ftox, t. H, p. ttMt!. Le doctem
Vineent a reproduit ce nMaMmentdans son ouvrage pabM en i79T.
(S) tteppetmayer, Bttfafrt <~ mttMtxatMoM de SttfMtt~.
M(

TAng!eterM MM sphère eceïésiastique drtssée


par un ar~ste angto-saxon, tit~e d'un manuscrit
curieux de !a BiNiotheque Hart~nne. et il y
donna ëgaiement un système cosmographiquedes
Anglo-Saxons. qui se trouve dans un manuscrit
de la même BiMioNtèque.Dans rann~e suivante,
il publia la mappemonde rec~nguïaiM du X" sîe-
cle, qui se trouve dans la memeB!bMo<hèque.
En 1778. de MutT publia aussi une partie du
globe de blartin de Behaim de Nuremberg (<).
Deux années après (1780).Gough publia quel-
ques cartes anciennes de l'Angleterre dans son
ouvrage qui a pour titre ~M~sa~ «M<~ rise
aM<< pro~v~ o f ~ccyrep~ M Grfa<-Bn«!!H<M!<<
jfrc/aHaf(2).
En 1783, Formaleone publia la mappemonde
d'Andréa Bianco, dressée en i436, et une carte
du portulan de ce cosmographe (3j~ Douze an-
nées après (<798),Sprengel pt Miala partie de la

(t~DeMofrpwNtala planche
renfermant
unepartiedata mappe-
monde
dontilestquestion
danssonHMefM<t<pb<tM~Mdnchevalier
deBehaim.
Martin
Cladéra, savant espagnol, reprorinisit cette même partie dans ses
fOtM<~<KfC)Mt M<<<M'<«tt.
(9) Voyez nos Recherches sur les déconcertes en Afrique, publiées
en <M9. p. STt.
(3) Ibid., p. XXH! de rtntrodMtton; et sur le eosmographe Attdtéa
Bianco, voyez le même ouvrage, p. XXet «O.
MM–

mappemonde de Diego Ribero de <8a9 remer-


mant rAmerique (i) et dans faanee suîvanta,
de <TM, le comte PotocM publia aussi un ar-
ment du portutan de Vescon~ de <3i8. et m
autre de la carte de JFMrHMd'Ancône.
En <8<M,Heeren paNia de nouveau la mappe-
monde du musée Borgia.
Deux années après (<806~,Buache publia deux
û~gmen~ extrêmement réduits de ïa carte des
frères Pizzigani dei367, etdeceMedescôtesocci-
dentales du Portugal et de rAMque, par Andrea
Bianco,que Formaïeoneavait publiée en <M3(2).
En 1808, Playfair publia !a mappemonde rec-
tangulaire du X~ sièc!e, de la BibKotheque cot-
tonnienne (3), monument que Strutt avait précé-
demment donné.
En <8i8. Spohn publia, à la suite de son Nicé-
phore Blemmyde, cinq petites mappemondes
tirées des manuscrits des bibliothèques de Fio-

(t)Sprengei
publia surcettecarte,)tentletitrecou-
unebrochure
rmtest Ueber
MeeoBtbeM's
Wettktfte
HM.
(a) Déjà, en <S06. Baache avait pu obtenir une copie exacte de la
cetebMcarte de Panne des frères pùn~mf. Cette copie était faite sur
vélin et absolument conforme 4 t'origtMt. Ce géographe devait ce
précieux monament à la bienveillante intervenUen du général Ctaret.
(Veye: son MénmtMtntituté N'~rr~ Mr<'<~ ~tXNMa,dans le t.Vt
<)esMemoitesde t'tnstttnt, p. M.)
(3) Voyez Ms Recherches, citées p. <RS.
d
mv

renée. Dans la mêmeannée. Zarla publia, &la


sni~ desa BisM~rtationsur les ancienne cartes
constrnitespa? des Vénitiens,la mappemonde de
Fra Mauro extrêmement réduite.
Quatre années après (<822),FahM Andrès pu-
blia la carte de ~ar~o~eMpoPafp<a, de M68 (<).
En iMT. BaldeBt pnbUa, dans l'atlas qat ac.
compagne ses Commentaires sur le MW<Mt<?do
Marcû Poto, tmecopie en noir de la mappemonde
et d'nne car~ marine qui se trouve dans un por'
tutan de la BiNiothèque des Médicis à Norence.
renfermant des cartes de différentes époques,
dont une de t36! (8).
En <834. Hugh Murray a reproduit, dans son
Encyclopédiegéographique, la mappemonde d~Ê-
drisi, et ceUesde Sanuto et de Fra Mauro, et les a
données plus réduites encore que celles données
par le D~Vincent, par Dongars et par Zurla.
Trois années après (1837),M.dela~gra donna,
dans la partie géographique de son ~<Mt c de
l'fie de Cuba. différentes représentations de cette
Ne tirées des cartes du XVb siècle, et il publia
aussi la partie du nouveau continent renfermé

t.
(t!V<Me<nwf<t<<f<&tf~a~<<tM<:emf<t~MttMM''Me<<'A~«~<tt,t.
(9) Voyez ce que nous disons au stjet de cette carte dans nos Be-
cherehes sur tes déeeuwftes en AMqoe.cttees p. fM.
dans !a Mappemonde de Juan de la Cosa dressée
eat8<M).
~ns t'année suivante, <??. JMt. Buehon
et Tastu publièrent la car~ cabane de i376,
conservée à la BibHothèque de Paris. M. Nau<
mann publia aussi de son cûtë, a la suite
de son Catalogue des manuscrits de la BiMiothe*
que de Leipsick. une mappemonde qui se trouve
dans un manuscrit de MarcianasCapeNa de la
Mbnot!tèque de cette ville.
Dans !'annoe suivante, t839, M. de Hum-
boldt puNia, pour la première fois, la plus grande
partie de la célèbre mappemonde de Juan de la
Cosa de tSCO,à moitié de Fécheue (t).
Ainsi, dans l'espace de plus de deux siècles
(<6t< à t839), vingt-trois auteurs se sont bornés
à donner, pour la plupart, des fragments des an-
ciennes cartes, et huit seulement publièrent ces
monuments en entier.
Or, tous ces monuments ont été reproduits sé-
parément, soit à la suite des ouvrages dont ils fai-
saient partie, comme la mappemonde et les cartes
de Sanuto, et celle de Cosmas publiée par Mont-
(t)Nous nementionnons
pastesdeuxpetitesmappemondes
deM<.
deGuidonis,
pnNMesennoirdansleCatalogue
desmanuscrits
dela
deBourgogne,
BiNiotheqne parcequecetouvragea paruen<Ma,
aprèslapremière desplanches
pabHcatien denotreBecneM.
~m

&ucon, avec le texte de cet auteur, soit pour


servir de preuves et d'éclaircissements. D'autres
les donnèrent à titre de simples curiosités:
mais, comme il lient d'être dém<mt)r&, personne
n'avait, jusqu'à l'époque de la pwbHcat!onde
notre Atlas, fenni dans ces monuments un en-
semble systématique et chronologique, pour en
former un corps d'ouvrage qui at remonter aux
premiers sièdesdM moyen-âge, et suivre le
cours des temps jasqu'a t'époque qui suivit les
grandes découvertes, la reforme d'OrteMus, et
la nouvelle protection de Mercator.
Les recherches que nous avions faites, il y a
plus de vingt ans, à la prière de notre savant ami
et confrère à rAcadétnie de Madrid, feu Navar-
rète (1), pourrecueillir d'anciennes cartes, nous
avaient démontré l'immense utilité que rhistoire
de la géographie et l'histoire des découvertes
des peuples modernes pouvaient retirer de l'é-
tude dirigée dans cette voie
Malheureusement, les hautes fonctions publi-
ques que nous avions été appelé à remplir dès
l'année suivante, i827, nous emnéchèrent de

(~) Ve~ez notre lettre à M.de Navarrète, datte da t5 JoMtet M26,


publiée dans le tome tH <twMo grand ouvrage tntKaté: Ce&ttten de
<a)))~M(CoUecth)ndes voyageset découvertes des Espagnob.p. M9),
et Bulletin de la Société de Géographie de Paris, de <8S5.
MM
donner suite à ees é~des. et TinteMimtioa se
prolon~ajMsqa'arannéetMê.
A cette dernière époque, nous recommenqamos
nosrecherches sur les cartes anciennes, et l'é-
tude de vingt-cinq éditions de Ptolémée. les ré-
SMMatsdeï'Essaique nous avons publié sous le
titre de Notes additionnelles à la lettre ectiteà
M. de Navarrète, publiées en <838et tB37(t).sont
venus coaRnaor davantage PopmioMque Nous
nous étions faite du profit & retirer de t'étude
des monuments de ce genre.
Et, en eHet. c'est au moyen des iégendesqu'on
remarque, dans plus de quarante cartes, que
nous sommes parvenu alors à prouver la prio-
rité de la découverte du nouveau continent par
Colomb; celle du Brésil par Cabrai, et que nous
avons pu nxer l'époque exacte où le nom d'Amé-
rique a commencé à être appliqué au Nouveau
continent, et constater l'incertitude des dénomi-
nations qui avaient cours de i493 à i820.
Nous avons dès lors pensé qu'un travail d'en-
semble, exécuté d'après ces monuments, aurait
pour résultat de donner la meilleure histoire de la
science géographique, lorsqu'on aurait mis ces
(t)Voyez Battetitt
delaSociété
deCéogtapMe.
t. YtH.tt' série,
p <<5)86.
MfM

@a~ en Mpp<wt avec ? partie systématique


des ouvMges des cosœograpnes, avec tes récits
des ~stMïensetdaa voyageurs.
Convaincu de ce Mt, nous avons dans les an-
nées <84i et iMa.à l'occasion de la publication
de nos Recherches sur la découverte des pays
situés sur la côte oMiden<a!e de rA~tqwe au
delà du cap Dojador, posé. pour la première
fois. les bases d'un travail de ce genre.
Nous avons en effet consacré plusieurs chapi-
tres, à démontrer. d'après les auteurs des di~
Mrents siècles, d'accord avec les cartes ancien-
nes t" qu'on n'avait pas acquis la connaissance
de ces côtes et de ces pays par l'expérience
des navigateurs ou des voyageurs européens
avant 1434; 2' que, depuis cette époque, les
découvertes se succédant avec une remarqua-
ble céîérité, ïss cartes disposées chronologique-
ment retraçaient les progrès successifs de ces
mêmes découvertes, et partant les progrès de la
science.
Dès lors aussi, frappé de plus en plus des
résultats positifs et mathématiques de ces doubles
preuves historiques et documentâtes, nous avons
formé le projet de pousser plus loin cette publi-
cation systématique et chronologique, en passant
MX

de ta cote occidentale de t'AMque A <~te


orientale da même continent; de poursuivM cette
démonstration en publiant des cartes antérteures
qui renferment les côtes de t'Inde ~sqn'awx ex-
tFômité~orientales et septentrionales de yAsie.
tes Nés et les archipels de la mer orientale, et
enCn de publier aussi d'aptes le même système
chronologique, toutes les cartes qui concernent
le Nouveaucontinent ou l'Amérique, &partir de
cette de Juan de la Cosa, en t600, jusqu'au XVM*
siède.
Nous avons déjà exécute une partie de cette
tâche immense, en publiant plus de cent monu-
ments do ce genre, et, dans ce nombre, cinquante
mappemondes ou systèmes dressés antérieure-
ment aux premières découvertes des Portugais
en 1434.
L'homme d'étude trouvera déjà dans ce recueil,
en rapprochant les monuments des textes qui
les expliquent ou quiteséctaircissent, une his-
toire de la géographie et de la cosmographie,
non pas composée d'après de prétendues cartes
du moyen-âge, formulée au gré de l'imagination
ou des opinions des modernes, mais Mèlement
tracée par les monuments originaux des carto-
graphes mêmes des différents siècles.
M

Nous divisons notre ouvrage en cinq parties


dans la première. nous traitons de l'état des
connaissances des cosmographes et des géo-
graphes de l'Europe au moyen- de leurs
systèmes feïattvementa la forme de la terre, des
divisions de sa surface, et principalement de la
forme de rAMqae, telle qM*on!aginaitawnt
les découverts des Portugais et des Espagnol
aBXV'siéde.
La deuxième partie est consacrée aux carto-
graphes du moyen-âge jusqu'aux découvertes
des Portugais, et à t'exposé de leurs systèmes.
des sources où ils puisèrent pour la construction
de leurs mappemondes, et de leur ignorance re-
lativement à l'existence des pays découverts
auXY'Mède.
Dans la troisième partie nous traitons de l'état
des connaissances hydrographiques avant les
grandes découvertes, état démontré par les
portulans et par les cartes marines du moyen-
âge.
Dans la quatrième partie, nous signalons les
progrès des connaissances cosmographiques et
géographiques dus aux découvertes des Portu-
gais et des Espagnols, progrès que l'on suit sur
les mappemondes et les représentations graphi-
ut

ques dressées après les découvertes de ces deux


peuples aux XV' et XVi*siècles.
Dans la cinquième partie, enfin, nous traitons
des progrès de l'hydrographie dus aux décou-
vertes des marins des mêmes nations.
Si cet ouvrage, consacré à l'histoire gënérate
de la cosmographie et de la géographie, et des
cartes du moyen-âge et &ceue des siècles pos-
tépienM, met de nouveau en relief les grands ser-
vices que la nation portugaise a rendus en contri-
buant aux progrès des sciences géographiques et
à la connaissance du globepar ses grandes décou-
vertes, c'est là un résultat qui découle tout natu-
rellement des preuves apportées; et ces preuves
ne sont autre chose que le tableau fidèle de l'état
où se trouvait la science avant ces découvertes,
rénumération des témoignages innombrables et
unanimes des auteurs des XV- et XV!' siècles,
et notamment des monuments cartographiques
eux-mêmes.
Ainsi, le lecteur impartial verra, nous n'en
doutons pas, que nous n'avons pas torturé les
textes ni les documents pour les plier au service
d'une idée préconçue et entichée de partia-
lité nationale. Mais notre conscience est bien
rassurée à cet égard, lorsque nous voyons,
MHt

au XV'siècle, à l'époque même des découverts


portugaises, Ngorer parmi les témoignages des
auteurs contemporains. celui d'un d~s hommes
les plus illustres, Christophe Colomb (t).
Ce témoignage est d'autant plus précieux et
impartial, qu'il est émané du cc&ufnoble et géBé-
reox du grand marin qui avait des moti& pour
se~pMndre des Portugais d'autant plus grave,
que ce grand homme l'a consigné dans une de
ses lettres aux monarques espagnols lors de son
troisième voyage à la découverte du Nouveau
continent, lettre toute remplie d'érudition géo-
graphique.
Le témoignage de son fils, Ferdinand Colomb,
n'est pas moins important il prouve combien les
voyages et les découvertes des Portugais en Afri-
que, antérieurs au premier voyage de son père,
avaient exercé d'influence sur l'esprit de l'illustre
navigateur, pour !e pousser à la découverte de
l'Amérique (2).

(t) Ni decir de! présente de tes reys de PorMga), que tovieron


corMon para sosteMf à Gtdnea y del <<e<Mt< tf <M<a, que gastaron oro
y gente à tanta, que qaien contasse toda ta det reino se haUaria que
etM tanta como la mttad MB muertos en la Guinea, y <<M<<M~«
co)t<fat«<r<)a.
(2) Voyez le passage dont il est question, daus la YM de Christophe
Cotomb, écrite par son Bb t~fditMont &th<)Mh. ne ttassitge a ftf
M<!H–

A ~t$ de ces témoignages d'an si grand poids


nous rappetlerons ici de nouveau celui d'un au~
teur contemporainqui écrivit sur les découvertes
de Colomb, qui était italien aussi et compatriote
de Colomb, nous vouions parler d'Antonio Gallo.
Cet auteur rapporte que < Barthélémy, le frère
cadet de Christophe Colomb, s'était à la nnar-
rôté à Lisbonne, où. poursubsister, il s'adonna
à dessiner, pour l'usage des marins, des cartes sur
lesquelles se trouvaient marqués les ports, mers,
côtes, golfes et Nésdans de justes proportions.
Z~ il était témaita, tous les ans, de rarrivée des
navires des Pof<M~aM, qui, quarante ans aupara-
vant, avaient entrepris la navigation de l'Océan,
et afOMHtdécouvert des terres el des peuples in-
coHHtM aux sièclesOH~tWMf~.
<'Ëclairé par la conversation de ceux qui reve-
naient, pour ainsi dire, d'un nouveau monde, et
par l'étude des cartes, Barthélemy communiqua
à son frère atné (Christophe Colomb), qui était
beaucoup plus instruit que lui dans les choses de
la navigation, ses pensées et ses raisonnements

en partteparN.de Hamhotdt,
transerit danstet. p. 80,notet
desonj!!Met<')t detWtMfre
a-f<~«e dela<Moy'op)M~
<<M <-<MtM-
.Vo«M<tM
teNt.Nous
t'avons
Mgnaté aussidansnosRecherches
citées,
paMMe&
en<8~,p.CVM det'httftxhtet!<Ht,
etp
MUV

et Mlui démontra qu'en s'étonnant des côtes


méridionales de t'Ëthiopie, et prenant à ta droite
la haute merdans la direction de l'occident, il
n~r avait point de doute qu'après un certain trajet
on arriverait dans quelque grand con~nent(i).
Nous nepensonspasquepersonne, denos jours,
puisse avoir la prétention, nous oserions dire la
témérité, d'être meilleure autorité, à l'égard des
faits dont il s'agit, que Christophe Colomb, et
son frère, et son fils, et l'historien génois Anto-
nio Gallo, tous contemporains des découvertes
des Portugais.
Et, en effet, quand même les écrits de tous les
auteurs européens antérieurs aux grandes navi-
gations et découvertes du XV*siècle, ne présen-
teraient pas le témoignage et la preuve de l'état
d'ignorance des hommes les plus éminents rela-
tivement à l'existence des pays découverts à
l'époque dont il s'agit, les représentations graphi-
ques du monde à cette époque, les cartes enfin,
suffiraient pour le prouver.
C'est donc pour arriver à ces démonstrations

que nous avons jugé nécessaire de reproduire,

(<) VoyezGallo: a? <Mm'~«<«HMCo<«<«M <<M<'ff«fm <MMa«CMatm


f<MMM'o«)~<'hn. Apnd Muratori, Rerum f<n<f<-ort«atr~Mn~, t. XXIII,
p. NN.
t.XV––

non serment les grandes mappemondes, mais


aussi MOgrand n<Mnbred'aubes petites mappe-
mondesidentiques, etqu'on peut direde la même
famillede monument.
Les représentations de ce genre ayant été dres-
sées par les cartographes dès les pretnieMsièdes
du moyen-âge, nous les trouvons dans les ma-
nuscrits pendant t'espace de six aèdes. Nous
rencontrons les premières dans les manuscrits du
IX' siéde, et les dernières jusque dans le XV' siè-
cle, quelques années avant les premières décou-
vertes des Portugais. Les monuments de ce
genre, quoique semblables sous de certains rap-
ports, représentent, à d'autres égards, des théo-
ries et des systèmes diBérents, comme le lecteur
le verra dans notre ouvrage.
Dans deux monuments de ce genre, apparte-
nant à des manuscrits des Xeet XM~siècles, dé-
couverts après l'impression de notre texte, nous
voyons les trois parties du monde ngurées en
trois triangles, d'après l'opinion d'Orose, et
renfermées dans un carré d'après les théories des
Pères de l'Ëglise.
Au surplus, la rareté des monuments géogra-
phiques antérieurs auXÏV*siècleétant excessive,
nous avons pensé que c'était une bonne fortune
–MM

pour t'Mstoïre de la science de les donnerenro-


noIogïquemeRtdans notre Atlas.
La cartogtj'apMe du moyenne serait incom'
pieté sans cette série de monuments, et l'on ne
saurait en juger d'après le peu d'intérêt qu'us
auraient inspiré de prime abord, à ceux qui ne
les ont pas étudiés et qui n'en pouvaient connat-
la valeur.
Dans un autre volume de cet ouvrage, nous
traitons aussi descartes des différents manuscrits
de Ptolémêe et des premières cartes gravées qu'on
rencontre, non seulement dans les éditions de ce
géographe, mais aussi ailleurs, c'esté-dire des
cartes de Jérusalem, de la Palestine et de
ï'Ëgypte, et notamment de la carte dressée en
i484 par le compagnon du voyageur Breyden-
bach.
Nous y parlons également de la mappemonde
et des cartes ren&rmées dans la fameuse chro-
nique de Lubeck, publiée pour la première fois
en i47S, et depuis, en 1493 par Schedell; nous
nous occupons d'autres cartes qu'on rencontre
dans plusieurs ouvrages publiés dans les pre-
mières années du XVI' siècle; nous traitons
enfin, dans une autre partie de cet ouvrage, des
itinéraires du moyen-âge.
Bn effet, le moyen-ége, de même qu'il a eu ses
poSmes géographiques, eut aussi ses itinéraires.
à t'exempte de t'anëquité, de môme que Jutes
César avait fait &iret'iMnéraire espagnol, Tra}an
celui de la Dacie, Sévère rïtmeFaife de ta Perse,
Ovide l'itinéraire mitésien. et Rutilins celui des
côtes de tKatie, les sièotes antérieurs aux
grandes dêcoavertes nous ont laissé des itiné-
raires de petérioages, dont quelques uns sont
assez curieux.
De l'ensemble de ces travaux auxquels nous
nous sommes livré, il résultera plus tard. lors-
qu'ils seront tous mis en lumière, un grand nom-
bre de faits nouveaux acquis à la science par
l'introduction dans la géographie de l'élément his-
torique, expliquant les cartes au moyen des
données et des notions de l'histoire, et constatant
la succession des découvertes progressives des
peuples au moyen des représentations graphi-
ques, enfin exposant les théories systématiques
des cosmographes, et produisant en même temps
l'application de ces mêmes théories et de ces
mêmes systèmes dans les représentations de
notre globe.
C'est seulement de la sorte qu'on parviendra à
réaliser la pensée si profonde et si savante d'un
MMtH

des plus illustres géographes, de notre estimable


comrère M. Karl Ritter. qui, tout en Mconnai8'
sant que l'objet de la géographie est l'étude de
la surface de- la terre, avoue que cette étude ne
mériterait pas, selon lui, le nom de science si elle
se bornait à la constataNon des formes mate-
rielles. IesacddontsqHi<~wentcettesMrtace(<).
Et, en e~êt, combien de poin~geograpMqnes
n'ont-i!s pas été déterminéset éclaircis par le se-
cours de l'histoire et de rarchéotogie elle-même?
Maintenant une source de secours et d'élément:
plus puissants s'ouvre pour nous, celle des re-
présentations graphiques dès les temps anciens.
remontant au Vt* siècle de notre ère. Les cartes
de treize siècles, que nous donnons dans notre
Atlas, rapprochées des ouvrages des cosmogra-
phes, et des historiens des différents âges et des
divers peuples, nous présentent l'histoire la plus
positive et la plus curieuse de la science géogra-
phique.
C'est par cette publication seulement qu'on
pourra parvenir à connattre chronologiquement
l'histoire entière de toutes les transformations

(t) Voyez Mémoite de M. MUer, extrait des JfAM&M<<ef~mt~e


<<<itérât f eer~MoM'tM
Mtt<a-~ <t<mth e~fp~. (Bulletin de ta So-
déte de GéegNpMe de Paris, t. tV, tt< série, p. 178.
«-M~t–

SëcgMpMques que les noms des d~?)?n~ Re~x


~erpes~s ont sobîes depuis les temps ancïeM
jusqu'à nos ~ours: lorsqu'un étudiera ces nom
dans les cartes du moyen-age, en les rapprochant
des noms indues dans les Itinéraires d'Antonïn,
dans la Table Théodosienne et dans les Périples
.grecs, de 8cy!ax, deMaMiend'Héradée. d'Aïrien.
~ans les anonymes du Pon~Euxin, du Stadiasme,
etdans ceux d'Isidore de CtmHtx,et le Synecdème
d'Hël'odès, de Néarque, et de celui d'Nannon, (<)
et en comparant les mêmes noms avec ceux que
nous ont transmis Strabon, PUne, Méta et
PtoMmée.
Alors seulement on pourra reconnattre jusqu'à
quelle époque les dMterentesvilles et localitésse
sont maintenues à une place erronée dans les
cartes, et à quelle époque, d'après les voyages
ou les observations astronomiques des latitudes
et des longitudes, ils ont été déterminés et placés
exactement dans les cartes modernes.
Alors seulement on pourra signaler, avec cer-

titude, soit l'existence de villes qui ont disparu

(1) VMStM,se fondant Mr MtendM qae Pline donne à ce Périple,


SMtUentque noas n'avons qu'on abrégé. PaMeios, BfNfMMM!~<e<-<t,
t. pense a8 contraire que ce <n&)MKrtpte ayant ét& fait pourêtre
traeé «n' «)? M~Met pour être suspendu dans le temple de Satome,
~) ne devait point avoir plus d'êMndtte.
<
MM
de N(~ cartes modernes, soit l'indication des
<eiiesnouveBes ~ndëes pendant le moyen-a~,
et dômontMf, M même temps, les vicissitudes
éprouvées dans le cours des siècles par bien
d'autres qui, menConnees jadis sur tes caftes
cemme des vittes do pMatier ordre. ont tout ta
Mt disparu dans nos temps xnodemeSt ou ne
sont plus que de simples villages sans aucune
ampo~tance.
Alorsseulement on pourra fixer aussi rMstoire
des vicissitudes de plusieurs villes maritimes
jadis très florissantes par le commerce, et que
des causes morales et physiques ont anéan-
ties avec le temps, ou d'autres qui, n'étant que
des ports de mer insignifiants dans le moyen-
âge, se sont progressivement agrandies au
point de prendre le premier rang parmi tes plus
commerçantes ou tes plus prospères.
L'ensemble de ces publications montrera à
l'homme d'étude que le sort de la science géogra-
phique devait forcément se ressentir des grandes
catastrophes sociales que l'Europe éprouva pen-
dant les premiers sièclesdu moyen-âge.
Comment, en eCbt, cette science pouvait-
elle faire des progrès auV* siècle, lorsque les
Huits, le plus ieroce et le plus sanguinaire des
)Ht)K

peuples qui envahirent t'empire romain, prodat-


saient la grande révotu~on qui, dans le même
siècle, changea ? face de toute t'Europe (i)ît
t<orsquéla Gatdeétait dévastée parles BarbaMs,
etqMeIeSMceAMïaiMMÏeveMaitp~eu~Ë~tSt
que les Vandales, tes Suèves, !esVis!go<hs, les
Alains, s'empaMneBtderEspagne, queRome eBe-
même était pïMëeet dévasiëe detBt fois par les
Vandales et par les CoNM(a)?
Au milieu de ces désastres, nous ne voyons
qu'un seul roi digne de ce nom; nous voulons
parter de Théodoric, lequel, ayant été élevé à la
cour de Constantinople, protégea en quelque
sorte les restes de la culture littéraire et scient
flque échappés à l'acharnement destructeur des
Barbares. La cosmographie et la géographie
eurent pour représentants, dans cette triste épo-
que, Proclus. Macrobe, Orose et Philostorge;
mais, comme le lecteur le verra dans cet ouvrage,
ils étaient plutôt les représentants de la science
des anciens. Aucune découverte nouvelle, aucun
progrès, géographiquement parlant, ne se fait
remarquer dans leurs ouvrages, si ce n'est le
mélange que quelques uns ont opéré des con-
t.I, P.Il,p.<M9M.
(i)V«~Dee~!zMs,lSMe<Mc'MM~N"'M,
(S)Voyez Mt.IV,c.S9et5S.
Procope,
MHM)

M~asMoesdes anciens avec ~s théories sys~ma*


tiquesdesPeresdeyEgMse.
JL ouvragesur les peuples de t'!nde et sur les
Bramanes, a~ribué &PAM<aa,qu! vécut dans ce
siêde. ne permet guère de penser qu'il ait fait ce
voyagea.
MaKaen d'~Mrae~, qui vécut aussi danaM
siècle, rédigea une description des eMesde toute
ta terre; mais il n'y ajouta rien de nouveau. Son
travail consiste dans des extraits des anciens géo-
graphes, depuis Hannon et Scyïaxjusqu'à Pto!e-
mée, comme Fa déjà faitremarquer Schoel (2).
Et, en eNët, on y trouve des extraits de Timos-
ihène, d'Eratosthène, de Pythéas, d'Isidore de
Charax, Sosander qui avait écrit sur l'Inde, Si-
meas qui avait composé un périple entier du
monde, Appeue de Cyrène, et Euthymène de
Marseille, Philias d'Athènes, Androsthène de

8ehea,tfttt.deh t<K.fMe..VtM, M.
(<)Voyez
(<) La ptemttM parue seule de cet ouvrage, taUtaMe Mr~ de la
tMf tjH<r<nt)v,s'est conseMee en deux livres. Dans le premier, Mar-
etea deoftt les eotes depuis te golfe de FANMe tmqa'aax Indes, en
sttt'MntprtndpatementPtotemee. Le seeoad livre étatt consacré aux
ettes eceMentates 'et septentrionales de t'EoMpe, et & cette ece!-
demhttedeht~bte Cette dern!eMpattteestpetdae,NafqBetqaeafMg-
méats. L'Mtaar y dôefi~Mtles cotes de la mer intérieure ou Méditer
ranée, d'aptes ArtéMidote d'Ephese, complété par les itinéraires de
~egMphes plus féceots. (ibid.)
MMMt

ThaMt CMonde Sicile, Eudoxe de ÏUmdes. Bo-


<he<M;eoCn, Menippe de Perpme, que Ma~en
regardait coBame le plus exact de tous ceux qui
ont écrit des pénp~es (<).
QaojxpïeTouwage de Marcien soit <fès hapop-
tant pour la connaissance et pourr~tadedeïa
géog~Me aocienne, qu'a serve a rintetKgeaca
de PtoMmée, et nous ait conseFvédes rensei-
gnements say d'andens ge~raphes (a), il ne
peut cependant être compté parmi tes cosmogra-
phes du moyen-age.
Le <S<affMsmc de la MéditerFanee,qui est peut-
être de ce siècle, appartient aussi à la géographie
ancienne (3).
L'ouvrage précieux d'Ëtienne de ~aHM, qui
vécut vers la fin de ce siècle, ne nous est parvenu
que dans le maigre extrait fait par Nenae~aas;il
est dans le même cas.
Dans le V!"siècle qui suivit, le désordre social
continuant, les sciences géographiques devaient

<t) Ventes
tf<t<tmenta
derEphome MM<m
d'ArtémtdMe, deMtttet.
p.<Mem3.
(9) VoyetSehoët, o'KMge cité.
(S)M. LeMOBttepense que le Na<<f<xtM a été eompas6 oM tpetpe
plus téceme que le IVesiècle. (VoyexFmamems des Peëmes (teegKt-
pMqaes de SpWM de Cbie, par ce ~MBt, publiés Paris en tMC,
pa NM). 1
MMV––

également continuer &se ressentir deces ef!roya<


b!es bon~versemen~). Les invasions des Lom-
bards, celles des ~a!n!(<),nnirent par changer la
&ce de toute l'Europe. Tousles peuples qui
MMeatetaienten mouvement, etsed~pœaMaïent
les NM!es autres des États qu'ils p<M~da<aotou
qa'Ns avaient acquis (a). tA guerre était roceupa-
tion de ces pewptes, et la seate qu'Ns honoMi~t.
Les sciencesdont nous nous occupons dans cet
ouvrage devaient nécessairement être méprisées
ou comptétement abandonnées~ elles ne devaient
pas du moins faire des progrès. Les biMiothèques
même des Romains furent en grande partie ré-
duites en cendres. les établissements d'instruc-
tion anéantis, et les sciences tombèrent bientôt
dans t'aviBssement. L'Angleterre était considé-
rée, à Rome, comme un pays extrêmement éloi-
gné. Toutefois le génie de saint Grégoire-le~rand
ayant étendu le cercle des affaires de régHse de-
puis les frontières de l'Écosse jusque dans les
déserts de l'Afrique, et depuis les bords de l'At-
lantique jusqu'à ceux de ITndus, des rapports
s'établirent qui pouvaient faire reculer les limites
t
(<)Voyez
JerMnd~s, c.VetXXtM.
De~h<tCMMt,
(9) VoyezProcepe, Ut. t. c. t5 et 33. Cf. WameffHos, ttv. Il, e. 7.
–MMM-

d~~en~g&pMqt~ét~deQmtorMry
devînt Mpendant/auVM~ siê~e. la ppNaïeM de
toute l'Europe; Bs'yj~rma des seyants illustres,
et de nombreusea bibliothèques tarent crô~s
dans les couvent de la Crande-Bretagne. Cepea-
dant quelques hommes c~èbres s'occwpÔMntde
la cosmogfapMe et de la ~c~KtpMe en ptéNence
de ce grand bouleversement social. (~smas, Jor-
nandès, Grëgoïfe de Tours, MaroianusCapella.
ViMusSeqaoster, saint A~ite, Pnscien, PMcope,
Cassîodore et Leontius nous laissèrent des ou-
vrages dans lesquels les restes des systèmes des
anciens ont été conservés.
Pendant le V! et le V! siècles, le désordre et
la guerre continuèrent dans toute l'Europe. Les
sciences géographiques eurent néanmoins pour
représentants Isidore de Séville, Philoponus,
Bède4e-Ven6raNe, saint Virgile et un auteur in-
connu.
Acette époque, un peuple, à qui les sciences et
la géographie durent plus tard des progrès et de
nouvelles connaissances, prend une grande place
dans l'histoire du moyen-âge. Les Arabes com-
mencent, sous les cali&s, à parcourir en conqué-
rants l'Asie et l'AMque ils s'emparent de la
Syrie, de la Palestineet de l'Egypte, de Barca,
MX~t

~Tr~MtK et de toute la côte sep~n~na~ d~


~~e~itsenv~a~~nM'Espt~ïa~
les BaMares, la Sardane etia Corse, ïaSEcilae~
une partie- de la PouiBe et de la C~abre, et sè-
ment la désoïaUonj<!$qu'aax portes de Rome.
I~atsJeaf iaRtMoce geograpMque ne coB~-
Men~, dans notre opMon, à N'exercer d'tm&
nMMMère JHenprononcée~ sur ~esprit des sa~n~
de l'Europe, qtt'a~XN'siecte. Le lecteur tmo-
vera dans cet ottwage des notions iMportantes
sur ces~et. Nous consacrons même dans les ad-
ditions une dissertion spéciale aux connaissances
cosmographiquM et aux cartes des Arabes (i).
Et dans une livraison supplémentaire de notr&
Atlas nous donnons uue série de mappemondes
arabes pour servir à Fétude comparée avec celles.
des occidentauxrenfermées dans le mémerecueil.
Ala fin duVtM"siècle, les monarchie du nord, Ie~
Danemarck, h Norwège,la Suède, celles de Po-
logne et de Russie, n'étaient pas formées, et d'é-
paisses ténèbres couvraient encore ces parties de
f Europe septentrionale.
Malgré la protection que Charlemagne avait
accordée aux sciences et aux lettres, et le savoir
d'Alcuin, la cosmographie et l'art de tracer les
H)~M 5M &S!M.<HMdMeM XXt,XXXVt, Mt.
Xt.V!tt,
MXW
caries de gMMtne N<e!)tpas de progrès, comm$
t$!ee~ur ïeveMapar ranatysequeaousdonnons
des ouvrages des géographes de Ravenne, d$
Kcuit. de Raban Maur et d'AMred-te~rand (i).
qui représentenU'état de!a scïeacedans te !X*~è-
cle et les cartes géographiques, c~est~-dïMles
mappemondes qui nous restent de cette époque,
attestent ta décadence la plus cotnpiète de ta
science géographique (a).
Onpeutdirequeces auteurs composèrent leurs
ouvrages au milieu d'une multitude de guerres
civiles et privées qui entraînaient sans cesse le
péril ou la dissolution des états. Les incursions
des Normands, tout en ayant donné des notions.
plus claires sur la Scandinavie et sur d'autres
pays du Nord (3), n'exercèrent aucune influence
sur les connaissances générales de la cosmo-
graphie.
Malgréta continuation det'état de guerre pres-
que général dans toute l'Europe, pendant le
Xe siècle, les sciences cosmographiques et géo-
graphiques eurent pour représentants AIMc,.
Adetbod,ie moine Richeretautres mais comm&

(i)VoyMte§!V,p.!m<6.
(2) Voyez p. i00 à 183 de la deuxième parUe de cet ouvrage.
? Veyf:: BattteaM, ~&t'« t'atttMHarxot Kr~'<erM «Mtpt't.
MWtM
le !ecteut s'en coa~amcra dans cet ownr~e, aa-
CtmpMgres ne se manMesia,quoique !es Chré-
tiens aMassentchercher de rinstruction chez tes
Arabes d'Espagne. Dans le siècle suivant, deux
cosmographes seulement égarent parmi les sa-
wn~decetteepoque; ils, adoptèrent,de même
que leurs prédécesseurs, tes ihëor!es sysMmat!-
ques des anciens, dont B~necFoyaîentpas devoir
s'écarter. Le Xn" siècle est déjà plus riche en au-
teurs qui se sont adonnés aux sciences dont il
s'agit; et à mesure que nous nous approchons du
grand siècle des découvertes, on voit le nombre
des cosmographes et des monuments de la geo-
gr&pMes'accroître.
Ainsi comptons nousdéjà au XUI"sièc!edix-huit
cosmographes, et c'est à cette époque, que l'es-
prit de discussion soulève et agite la question des
zones habitables et inhabitables mais malgré ce
commencement de progrès, dû à l'influence de
la lecture des ouvrages des savants orientaux,
et malgré les efforts de Sanuto et de Raimond
LuUe(i), les cosmographes n'en continuèrent pas

(t) Itaymond LaMe proposa au pape de détendre aa< chrétiens de


aMigaer vers f~ypte jxmr acheter tes arômes et tes épiées, afin de
diminuer tes reve<msdn seadan; it proposait en même temps que tes
<?)<<*)<!<*<tp<B<'pagtMt'!aH~ssentacheter ce:! o~cts dtrcetemMtea
MHMX

moins &smvre les mêmes décries, tes mêmes


alternes qu'ils ~naïent des anciens. En~Faïnés
par l'engouement qui portait tous les savants
vsps Fan~quité, les cosm<~Mphesdu X!V*siècle
qui suivit, ne continuèrent même pas rceuvrede
leaM devancierst ils ne se donnèfent même pas
la peine de discuter les questions qui, MoH-
quement, avaient préoccupé l'esprit de Bacon,
d'A!berM&€rand et de Heme d'Abano dans le
siècle précédent, et, comme le tecieur le verra
dans cet ouvrage, pour que rédat des grandes
découvertesen fut plus grand, les cosmographes
continuèrent à soutenir les mêmes théories et
les mêmes systèmesjusqu'à l'époque des grandes
navigations et des découvertes des Portugais et
des Espagnols.
Quels progrès pouvait faire la science en effet,

Perse et dans t'tnde. Ce projet est dewtoppé dans son Uwe !nUmM M
f!6<e,compose en 1303.
Ce savant visita t'Armente, la Palestine, traversa l'ltgypte, et ga-
gmmt Tanb par terre, 11retourna en Espagne.
EnBn, n présenta an eoncUe de Vienne le projet d'en établissement
d'éeoles de bngnes orientales dans tons tes pays catholiques. C'est a
M qu'on a d&ta creattonaeseonrs de tangues hébraique, chatdaîqne
et arabe dans qnetqttes universités de tTEspagne.Après avoir oMenn
ces eoMesdens, M retourna à MaBorqae; mais bientôt a reprit ses
voyages. (VoyezEseotano, Historia de <Ma«fa, t. M, c. Si et sa Mat.
a<st. deMaUorque.t.!t, e. aet sa~. CE tticoheAntonto.BibMoth IX.
e.S.etNa~art~te.MssertM.).
MM

lorsque nous voyons pendant ~ut~ cours du


moyen~ge t'ouvrage de MaMianusCapeOa. des
sept arts libéraux. servir de ce~~M<~«Mt et de
base à renseignement de tant de généra~ons, et
son petit tnuté de ge~rapMe. qui n'est qu'un
extrait de PËne et de SoBin, ngurer comme la
seute géographie enseignée dans les ecoïes? lors
que nous voyons enfin le traité de la sphère de
Sacro Bosco, qui soutenait que tes xones intep-
tropicales étaient inhabitées, devenir pendant
l'espace de plus de quatre cents ans égale-
ment le c<HMppM<~MMt, et faire autorité dans tes
écoles? (i)
L'engouement pour les systèmes et les théo-
ries des anciens est une des causes qui ont
le plus contribué à ce que la cosmographie et la
géographie ne fissent aucun progrès avant les
découvertes du XV' siècle. Dans ce grand
siècle, et même quelque temps après, on
n'avait foi à la réalité des découvertes qu'au-
tant qu'eues se rattachaient aux récits et aux
traditions de l'antiquité. Christophe Colomb lui-
même mourut dans la persuasion qu'en décou-
vrant le Nouveau Continent il n'avait découvert
qu'une partie de l'Asie.
~) Voyea nos Recherches, p. UV de nnnodxctien
tXtM

Cette persuasion était &ndée en grande partie


supuneërreMrdePtolem~p.
Ce grand géographe, par sa fausse évalMaMoa
des mesures de la terre, avait étendu beaucoup
plus qu'il ne devait les continents, dans lè sens
de la longitude, et les cosmographes du XV"siè-'
cle ayant ~onté encore à l'est des terres Bgarees
par Ptolémée, le Catay et le Cipango de Marco
Polo, c'es~à-dire là Chine et le Japon, prolongè-
rent encore plus l'Asievers l'est, et diminuèrent.
par la même raison, l'espace de mer qui séparait
ce continent des côtes occidentales de i'AMque.
C'est à cette vénération pour l'antiquité et pour
les traditions qu'il faut s'en prendre, si les rapports
commerciaux, les guerres en Orient, qui eurent
lieu pendant le moyen-âge,et qui devaient reculer
les limites desconnaissancesgéographiques, n'ont
pas eu la puissance de changer les théories et les
systèmes généralement adoptés par les savants.
Ce ne fut donc qu'après les grandes décou-
vertes des Portugais et celles de Colomb que
l'on sut que, depuis l'antiquité la plus reculée,
une moitié de l'univers était entièrement incon-~
nue à l'autre.
Ce fait si curieux et si important pour l'histoire
de la science, n'avait jamais été constaté par l'ex~
MXM

positon chronolo~que des doctrines et parœMea


des <Mnaaissancesde tous les cosmographes des
diMëMntssiMes; et encore moins par la repro-
duction systématiqueet chronologique des repré*
sentations graphiques dresses pendant les s!ô-
ciea antérieurs aux d<~avertea.
1~ lecteur trouvera donc dans les nombFeax
maténaux que nous avons réunis, et dans les
pièces que nous produisons, les preuves, selon
nous incontestables, des faits dont il s'agit.
Notre Recueil des Monuments cartographiques
qui servent de preuves à l'histoire de la géogra-
phie du moyen-âge et à celle des découvertes des
modernes se divise en quatre séries ou parties
La première renferme les systèmes des zones ha-
bitables et inhabitables dessinés pendant le
moyen-âge pour servir de démonstrations aux
théories des anciens cosmographes. Les roses des
ventsen douzedivisions del'horizon, telles qu'elles
sont figurées dans les manuscrits du moyen-âge.
Les mappemondes et planisphères représentant
la forme de la terre et de ses divisions, dressées
depuis le VI" siècle jusqu'au commencement du
XV*. antérieurement aux grandes découvertes
des Portugais et des Espagnols.
La seconde partie renferme les portulans, les
MHUMM

cartes historiques et hydrographiques du moyen-


Ageantérieurement aux découvertes des Portu-
gais et des Espagnols, et des autres peuples mo-
dernes.
La troisième renferme la série de mappemon-
desit partir de celledu célèbre cosmographe f~a
~Hfo, de i469 jusqu'au XVH* siècle après la ré-
forme d'OrtetiMS, destinées à montrer, par ie
rapprochement avec les mappemondes anté-
rieures aux grandes découvertes des Portugais et
des Espagnols, les progrès que les explorations
maritimes de ces deux nations ont fait faire à la
science géographique et à la connaissance du
globe que nous habitons
La quatrième partie renferme les cartes et por-
tulans postérieurs à 1434, époque du passage du
cap Bojador par le marin portugais Gil Eannes,
qui constatent les progrès de l'hydrographie dus
aux grandes découvertes maritimes des Portugais
et des Espagnols.
Ces quatre parties ou divisions de notre Atlas
correspondent à celles du texte explicatif qui
forme l'objet de cet ouvrage. Les cartes renfer-
mées dans notre Recueil sont, comme nous ra-
vons fait observer plus haut, la représentation
graphique des connaissances cosmographiques et
~:)t~

géographiques aux diMerentes époques exposeea


dansât ouvrages.
Le classement systématique des planches dans
chacune des divisions signalées est rendu facile
par riadication chronologique qu'on lit au haut
de chaque monument.
D'après cette méthode, chaque nouvelle plan*
che, qui sera ultérieuMment pubKée, trouvera
immédiatement sa place naturelle dans une des
quatre parties dans lesquelles la collection est di-
visée, t'époque de chaque monument se trouvant
toujours indiquée. On peut étudier ainsi chrono-
logiquement les monuments géographiques de-
puis la chute de l'Empire romain et l'invasiondes
nations du Nord, jusqu'à l'époque des grandes
découvertes, et depuis celle-ci jusqu'aux temps
modernes. De cette manière, on peut comparer
ces monuments dans leur ensemble ou dans leurs
systèmes. Nous devons dire ici que nous regret-
tons d'avoir été forcé de faire graver dans une
même planche de la i" série des mappemondes
du moyen-âge,plusieurs monuments appartenant
à différents siècles pour donner dans chaque
planche ceux de la même époque, il aurait fallu
avoir pu découvrir et acquérir tous ces monu-
ments avant d'entreprendre la publication. Mais
t.XSXW

ces pièces se trouvant éparses dans les dMMrcntes


Mbuothôques de lËurope. ou réarmées dans
des ntanuscrits de ces époques reculées, et tous
de la ptus grande rareté; et chaque jour faisant
découvrir de nouvelles représentations cosmogra-
phiques, cette publication attrait été retardée de
plusieurs années, et te monde savant aurait été
privé dosimmenses secours qu'eue fournit à l'his-
toire de la cosmographie et de la science géogra-
phique. Du reste, d'autres raisons d'une grande
importance, qu'il serait trop tongd'énumérerici,
nous ont forcé malgré nous à agir ainsi et à ne
pas suivre une méthode plus systématique encore.
Dans le second volume de cet ouvrage nous
produisons les motifs que nous eûmes pour don-
ner dans la quatrième partie de notre Recueil,
destinée à montrer les progrès de l'hydrographie
après leXV' siècle, des fragments de cartes qu'on
trouvera en entiers dans la première partie. Dans
les articles Cartes et Mappemondes de ta table
des matières, le lecteur trouvera une liste des
monuments cartographiques antérieurs aux
grandes découvertes et dont il est question dans
ce volume.
Enfin, à ceux qui, avant de .connaître la suite
de cet ouvrage, trouveront que notre travail n'est
f
MMM

pas complet, nous leurs dirons davance, avec


un illustre savant < ~M ~e~we~ faites <?
~MMC ~bt <? sont jatnais CMt~MMt pCftfM~polir la
<deace. (<) D
Nous ne devons paa teNnïner cette Ïntroduc-
~onsana dédater que nom awnona wah, d&s&
présent, signaler ici tous les savants et tous tes
hommes d'État qui nous ont prêté !ew concoairs
pour i'acquMtion des nombreux /ac MtH~eet
copies des monuments géographiques qui exis-
tent dans les diSerentes Bibliothèques de t'Eu-
rope, et leur consigner ici un témoignage de
notre vive gratitude; mais nous avons pensé que
c'est dans la partie consacrée à t'analyse de ces
monuments que ce témoignage doit trouver sa
place naturelle.
Nous ne devons pas cependant passer ici sous
silence que c'est au puissant appui du gouverne-
ment de notre pays que l'Europe savante devra
la publication du premier Recueil systématique
des monuments géographiques et de cet ouvrage,
et notamment au zèle et au patriotisme edaire
de 8. E. M.Gomes de Castro, ministre des affaires
étrangères, qui coopéra de tout son pouvoir, sur-
(t) Letronne
(M.),Betten~M et e&f~tMt
~<<~rapt~«e< surlethre
NinMN*~o~&ï~ deMccH, p.3~. 9
MMKM

tout a ? pobMcaMondu plus pt~iewx moau-


ment de la géogMph!edu aMyea-~ge,ia &met~
mappemonde de FraMaMTO~oossommes char-
mes de pouvoir lui exprimer ici publiquement
tOMienotre gMtitade(t).

t'aW$.!e <e<McembM
tMB.

()) NouseMM )<)cette tntfwtaeUmt t t'Acad~mtedos inscriptions et


ne))e<i-).eHfes,daos les semées des t" et 8 dftembN.
ESSA!
s);)'
L'mSTOM ? M COSMOGRAPHIE
ETM M CARM6MPmg
M)M!N.AM.

PREBHÈREPARTIE.

Des cosmoeraphesda moyenne, de tems sys~mes, des connaissances


~ognphtqaes des savants de t'Eatope pendant la même époqae,
relativement a la forme de la terre, et de ses divisions; de leurs
théories des zones haMtaMes et inhabitables, et de la eenBfmNtten
qa'its donnaient b Afrique avant les grandes découvertes des Por-
tneaisaoXV siècle.

Lorsqu'on examine et qu'on étudie un à un les


ouvrages des cosmographes à par!!r du V" siècle de
notre ère, c'est-a-dh'e après la chute de l'empire
romain jusqu'aux grandes découvertes maritimes
du XV*siècle, on est frappé de leur ignorance rela-
tivement à la forme et à la grandeur de la terre, et
à la grande étendue de l'Afrique; on est surpris de
leurs théories sur les zones habitables et inhabita-
bles, et de leurs opinions systématiques sur le cours
du Nil. La lecture de leurs traités nous prouve
qu'ils n'ont <ait sur ces sujets que répéter, pen-
t
a–
dont t'espace de dix siècles, ce qu'ils trouvaient
dans tes Kvresdes anciens géograpttos, dénaturant
souvent môme tenra textes qu'ils ne cempMoaient
pas. Cette étude nous montre enfin qu'ils n'ont
connu ja~t*aa commencement du XV~ s!èc!e!a
péninsule de l'Inde que d'uue manière imparfaite et
seulement d'après les récits des aMteurs anciens et
des Orientaux, qu'ils Me possédaieMtque des no-
tions très obseares, relativement aux régions situées
au delà du Gange, et qu'ils ne soupçonnaient même
pas l'existence du nouveau continent découvert par
Colomb.
Leurs propres textes, disposés d'après Fordre
chronologique des siècles, rapprochés des monu-
ments cartographiques qui nous restent de ces âges
reculés, viendront rendre évidente la démonstration
de ces faits, et en même temps ces textes nous fe-
ront mieux apprécier les grands progrès que les
navigateurs du grand siècle des découvertes ont
fait faire à la science, au commerce et aux rapports
des peuples de l'ancien monde avec ceux des nou-
velles régions découvertes.
Quelques savants se sont bornés jusqu'à présent
à faire remarquer que les cosmographes du moyen-
âge, comme ceux de l'antiquité, depuis Parménide
d'Ëtée jusqu'aux savants de t'écote d'Alexandrie,
a

latent partagés d'épine sur rétendue des zones


haMtoMeset inhabitables; mais aucun d'eux n'avait
entrepris de MM !a démonstration chronologique,
non seulement de ce sojet, mais du véritable état
de la science pendant cette longue période de FMs-
toire du geaM humain, par t'anatyse et par la pro-
duction des textes mêmes des eesmogr"phes, dont
plusieurs sont encore inédits.
Aucun des savants, du moins à notre connais-
sance, n'a jusqu'à présent montré que les théories
systématiques dos cosmographes du moyen âge ont
servi d'étéments principaux aux cartographes de la
même époque, pour dresser leurs mappemondeset
leurs représentations cosmographiques.C'est ce que
nous nous proposons de démontrer.

S 1.
V' SIÈCLE.

MtOCMS, MACMBB et OMM

Le Traité de la sphère de Proctus, qui n'est que


ta copie Kttérate de plusieurs chapitres de Géminns,
n'ayant pas exercé une influencedécisive sur la plu-
part des cosmographes du moyen-âge, nous avons
cm devoir nous abstenir de faire mention ici de sa
t J_

théorie mais MaeKtbeetOfose, tous deuxdu V'sie-


f cb, ayant exeMé une grande innuence sur plusieurs
(~ coNnegMphes du moyen'age. il nous a paru tout
naturel de commencer par l'analyse des textes de
ces deux auteura, la démonstrationdes faits qui font
te sujet de la pMta!èpepartie de cet ouvrage.
Macrobe,dans son système du monde, nous prouve
qo'it ignorait complètement que i'AMqne 8epM!on-
gMit au midi do ï'Ëthiopie, c'est-dirc au deM)du
i0' degré de latitude nord.
Il pensait comme CteaMtho(t) et Cratès, et d'au-
tres auteurs de rantiqaité, que les régions voisines
des Mpt~MM,M~es par le soleil, ne pouvaient pas
être habitées (2), et que l'Océan remplissait la ré-
gion équatoriaie (3).
Ainsi,Macrobene connaissait pas les régions dé-
couvertes par les Portugais au delà du tropique Es-
tival. L'exposition de son système montrera l'exac-
titude de ce fait, et servira plus tard à expliquer

p.SU.
apttdCemtmm.
(i) CMmthe,
(s) Voyez nos ttechoMhes su la dfeMwefte de la ebte eceMentate
de l'AMq)~, pa~. XXVït.
Cmt~ tpttd eeetftMm.NMMnta Astronomiea, cap. XtM, ln MmM-
6~, p. Si.
Amtas, dans ses Phénomènes. Voy.637.
V<qm'aMst, sor cette tMmie, CMen~deaiM~t~ Mh. t, c. 6, p. 33.
(S) V~s thetchc, <t<.!a)M)~«i)t~<M&, Hv. n, ch. tX, MMoa da
Nbmd.
--&
diverses mappemondes du moyett'age MMtCrmet'a
dans notM Atlas.
Il divisa l'hémisphère en cinq zones, dont deux
seulement ~oteat Aa~a~ < L'âne d'elles, dit-il,
< est occupée par nous, l'autre par des hommes
< dont reap&ce nous est iueonnMe.e Setoa lui
l'hémisphère eppesé avait les mêmes zones que le
nôtre, et it soutenait qu'il n'y en avait ëga!o<HeHt
que deux qui fussont habitées. La zone du centre la
~tM ~<en~Neest, selon lui, embrasée de tous les /bMa:
du soleil. Deux sont habitables l'australe, occupée
par nos antipodes, avec lesquelles nous ne pour-
rions pas avoir de communication, et la septentrio-
nate où nous sommes. Ensuite il soutenait que toute
cette partie de la terre était fort resserrée du nord
au midi, plus étendue de l'orient à l'occident, et
qu'eue était comme une Me environnée de cette
mer que nous appelons Atlantique, la grande mer,
l'Océan, et qui malgré ces grands noms était bien
petite. Il prétendait que la zone centrale était con-
séquemment la plus grande, qui était toujours em-
brasée des /etM?de <'cs<fcdu jour. Que les contrées
qui bornent de part et d'autre sa vaste circonférence
étaient M&eMiaMe< à cause de la chaleur excessive
qu'elles éprouvent. Enfin, que des deux zones tem-
pérées où les dieux avaient placé les malheureux
c
MMfteh, il n'y en avait qu'âne qui Mt haMtee par
des hommea de notre eap~e, Rotaaïes. <SM<!8 «a
SarBaMs: c'était là xone te<npé)<~ho~a~.
Otese, aateor d« m~me stëete, et dont t'CMVMtg~
exe~a aM~bea<MKMpd'!aO<Mace sur les cesMMgHt-
~es du meyeo'~e et sur ceux qui deas!n&Mntles
mappenMMMtes pendant cette ïoMgoep~tMe histo-
~que, ne eotmatasaitpaa non plus la forme do t'AM'
~Mecî aes inMNS c«atooM. ni h<eCt~t~Mem~e au
delà du mont Atlas, ai teacoateofs des pëninsM~
de rAsie méridionale.
L'AfHqMe, dit-il, commence à t'cxtt<ën)it<!de
l'Egypte et de la ville d'Alexandrie, où se trouvo
située la cité de PaMB~oatMM (la Marmanque), sur
cette grande mer qui figure toutes les plages et les
terres de là elle s'étend vers ces lieux, que les na-
turels du pays appellent Ca<a~t</«wt(Mannarica),
dans la proximité du camp d'Alexandre-le-Grand,et
sur le lac Ca~ar~tMm, ensuite jusque i'extrémité
supérienre des conSns des ~MM~M (oasis), d'où
elle traverse les déserts de t Ethiopieet va ~ar~cr
e f<?<~OH méridional.
Ainsi, i'AMque d'Orose se terminait aussi, du
côté de l'orient, vers le iS* degré de latitude nord;
à la même latitude vers laquelle Erathosthène et
Strabon plaçaient les limites de la terre habitable.
?
Quant a ta parttaoeeMentate. il eta!t eneor&phM
«fFie~, car il dit
< ~twrnes derA<!WqMe, du c~dct~ecM~t,
a sont tes marnes qae ceMesde t'Ea~po, e'est &
« aavehftM gofgea du ddtmit de Gades. EMaMt
e donc au mont Atlas etdtMMtM ttea qu'oMappoMe
« f~rtHM~. a Par ee)M<!quem,!t <w<m!Ma!t la par-
tie eeeMoM~teaux MeaCana~MS,<t'~t*a'<t)Mon
de§&~ cap Brader.
EMoe qui eoMMrnerh'téneut' et te ptwhMtgenMMt
de i'AMque, nous allons moutror qu'M.!gHOKdt on-
ti&Mmcntta VMMforme et les contours de cet hn-
mense continent. Les passages que nous attens tpatt-
scriro servtt'ont aussi à démontrer plus tard que
plusieurs dos mappMtMMdesdu nwyeH~e fureMt
dressées d'après !e système et ta theor!od'OMse.
< Les anciens, dit-il datts ta descr!ption de ta
a troisième partie du monde, c'ost-a-diro de t'AM-
« que, ont été guidés plutôt par les considérations
< d'une division raisonttaMe que par celles de son
a étendue. Cette grande mer, qui na!t de l'océan à
a l'occident, s'étendant pius vers le midi, rend trop
étroite t'Afrique en lu resserrant entre lui et l'0-
a cëan. De là vient que quelques auteurs, voyant
e que cette partie du monde, bien qu'ogate aux
« autres en longueur, éta!t bcauc&Mpplus chiite,
.8-
«DM veuïant pas tad~cetwdu titMwotNia!eme
e partie, h mngaant dana t'Eat~e~ ?0 i~nt Mac
a aMOMaepartie. En entre, t'AÏHqae ayant une
a étendue beaucoup < nha gmnde de teHfeincatto et
a ~eiMMMC, MtMCde fM!<Ctt~ de fa e&a~Mr.
que rEt)M'pe M'en a a caMMdu <Md. Par
« tM~ea cos MH)!eM,t'AMqae doit atre bien aM
« dessous des autres parties du mmtde, tant ea
< ~a~e~tt*~ p~M<a~M,~fM~M~~<f~tM<M-
a M~~Mt ~M<pet&ee<MMMM pCMp~, eetMede
H <*M<eM~Me du c/MHet.
? passe ensuite &énumérer les divisionsdes pN~
ornées et tes peuples qui t'habitent. Au midi des
TMgtodytes, il ptace t'Ocean éthiopien, qui baigne
aussi au midi le pays des Gapamantes: par censé*
quent Orose a placé i'Ocëan immédiatement après
le Phesan actuet, c'est-a-du'e vers le 28* degré de
latitude nord (<).
L'AMqae décrite dans la cosmographie attribuée
à ~Ethicusest presque la même d'Orose (2).
TeUesétaient doM les connaissances que les sa-
vants avaient au V* siècle, relativement a h forme
de cette partie du gtobe et des zones habitables.

(0 V<TfOt Orose, MMoa de CMaffmde <Mt.


(9) V<tyez~thtem <~mM<NpMa, &m:rMittM de P.mpm,t<MMeta,
<t <aM)mHoMrtos, de <6M, tn-<9, p. 99etM suivantes.
~<t~-M
§M
WKM&CMS
MMMMtM, -"t.MMNm, –<M)HM,–<ia<<M)M BK MOM,
e*Mt*tMe etesm, Mttnr A~tM, MMamx,
<? MMMMat.

Dans los Vi* et Vile aïtetM qui aaiv!rent, !a


Nc!eMee M'apas <h!t an soul pas h cet <ttt.C'cat ce
que tes eavmges des savants !eBpttMemïnen<$de
ces deux a!eeteanous prouvera.
En effet, nous voyons lornaudès soutonir qu'en
no connaissait pas de limites &l'Océan.
Lactance, d'autre part, soutenait qu'il n'y avait
pas d'habitants au delà du tropique (1).
Cosmas, dont nous aurons l'occasion de parler
ailleurs plus en détail, après avoh' énuméré los pays
qui échurent en partage aux descendants de Noé,
ajoute que, d'après ce partage, les auteurs avaient
pris de là l'occasion pour diviser la terre en trois par
ties, savoir « l'Asie, la Libye et l'Europe, appelant
< Asie l'orient, Libye le <nidi,jusque l'occident, et
l'Europe le nord, jusqu'à la totalité des plages
« occidentales. Dans la terre que nous habitons,
« ajoute-t-il, il y a quatre golfes qui naissent de

Ub.S,cap.M; !bM.;Mb.?,e. XXM).


DetnstKat.,
«) JLMtaMe,
<?

« t'Ocra, savait*le M~tM.qui pareeurmt hs terMS


« dea ~omaitM,va de~uehw & t'eeeidMtt,à Gadea:
e Ji'AraMque,!MMnm~ aaasi Bfytbree, et !e Pertti-
e que, <c~[Meb«'MN doux v)enneMdeZengb (i),
e jjwya~*Mt appelle Bâchai OMNMitt'Ëthiepie
< et (t'Aèrent veM tes pattes M)8h'atMet w!e)t-
N tates do ta teFM. J~M~MM,eemntc te savent
a teaa MMxqui Mav!gMomt dansta mer htdicMMe,est
e s!tM6aMdet!t de la tM'Mdo rencens (~M~ra
w ~<e, i'AfaMe), appeMe Barbarie, que i'Ocean
« entoaw, formantousuitolos deuxgo!tbs. Le qua*
tr!ème gette vient de la partie septentnenate do
a !a terre, et s'étend vors i'oneMt(c'est la mer
a Caspienneou Hyrcanienne).M
SelonCosmas,onne pouvaitnaviguerque dans ces
timites; « mais il en était autrement <htMsf<?c~aM.
« d causede la ~MPMCCdes <e'M~M des ~M~-
e ~M épaissesqui O~CarCMMMt les t~y<MM du so-
a /etï (2), et aussi parce que cette mer occupeun
a espace immense.

(<) Zmght est te cap dOtOtt, appelé Ztngte dans PMMmée(d'AM.


ville, GeeeMph. Attetenae Mt, p. M), stmé vers le tt' degré de lati-
tude Nord.
Cosmas rapporte aussi tout au long un pMMge d'Ephore, qui vivait
!? ans avant t.-C., et son ï;a~ sur Mm~w et sur tes EtMe)'!en<,
qui s'étendaient du levant ax eeMthant d'hier.
(t) C'apt~s ce pa&aee, M paMtt que l'idée de la mer Ténébreuse
~«-<

Of, en ve!t, d'apr&sMtto dawript!on, qne~s-


maa, tant CMayant ve~ag<5sw la Méditerranéeot
dans les deuxgoi~a AcaMqonet Parque, ne een-
naiMait absolumentrien- Fetattvemam&!a ~mo
de rAMqHe at & celle de la e~te <!tM!de(Hate:
eB<!n,que ses CMmahsmMMt MMvcmeMt ee cen-
thtent, se tMntaieM,powpta partie otîentate~tout
awp!<Mau pays 8!tM<v@Mte «* de~é de latitude
nord, e'es~~M) apeMp~saamemepamnMec&
nous avonsvu quo plusieurs gëogfaphesde raa~
qu!t<, et OMao.axaient los limites do rAMqae du
coté de rorient et do la torro haMtaMe.Setence
dernier aussi, toute la terMn'est point habitée, car
la partie soptentrionale est déserte à causo dos
glaces, do même que ta partie méridionale<4c<tMM
<fe nM<etM<~ de la chaleur.
A ce sujet, il s'on rapporte &i'autonté de David.18
adoptait,d'après ce que nous venonsde voir, l'opi-
nion que les zones intertropicalesétaient inhabi-
tables. Cette opini'M),rapprochéede sa théorie du
cour du Gion ( le Nit), qu'il fait venir de l'orient,
deaAmbe~daXt'awXtV.deete.awtt été puiséedaMCMmas.endaM
tmaateaMgtecs.
En e<!ët,<? Grecs CMyatentque le MteM<c<a<mtt<eM hmttfe la
tMM, mais que dans tM espaces Immenses de la mer B y aMft<mem~<
«<HM<&.ttNM la partie de cet eawaBe, et nous traitons des eteeta-
phes arabes, nous parlerons ptM en détail de reft~ne grecque de te
nom de mer Ma<tMtMt.
–t8
e~t'a-dira du paradis terre~re, auMt~itpeur mon-
tM)r que M~mograptKnne<Boanats<M!t rien des
paya dëeauvertt paries P)wtaga!aau XV*8iMe(<).
Coamaa soutenait h <h~e heM~ae que ta
terre qw MMahebit<M)a ëta!t entOM~epar t'~ëan.
et ~M'aM <~ « avait MMc <m<~terre <MtdM~~Md
~aM~ ~awstw, taqaeMeétait aussi eMyÏMnn~e
~rOedan,etqMerext~n)Mde ceMeterre allait
sejoiadM aux ext~mitëa du cie! (&).
A)M!,Cosmaan'a pas fait faire un seul pas a !a
science, sous les points auxquels nous consacrons
cet ouvrage.
M. Letronne,daMSun mémoiMrempli de science,
avait déjà signaMque le système de CosmasoMhtit
une analogieassez frappante avecceluido Mac~be,
en ce que t'Ocean,qui entoure les deux terres habi.
tables, est borné de tous cotes par des terres tH.
CONaMM (3).
Nousaurons i'occasipMde parler de ce travail du
savant académiciendans une autre partie de cet
ouvrage.

(<) voyez CMmatttKMw~tMMt.apad Heat&)teen tn BiMtetb Nov.


MHMm,t.H,p.«9..
?) V<~m:te Mtmette de M. Uitmone, dans le tome 3 de t'Examen
ed~qoe de PHtMehe de la Cee~taphh! dn Muveaa-Mnttneat, par
II. de HomMttt, p. <M.
?) Ve~ei!Ketae des Bernt-Mendes, 'Mrs t8M, p. Mt.
–ta
Sr~goire de Tours, qui vécut ausst dans ce ~è*
e~ adaptât aaaat repMon que les tKmeaintertM~"
cales étaient M&eM<a~j ce qui nous paratt rncon-
testable, d'apf&s sa théorie dM MMMdu Nil. EM
MaaM~venir ce gnmd NeNvede t'OFient(<), Mpion-
'a!t par cota qM'KconsH~MÏtrAMqHed'MMeoxt~me
peUteMe,setea les Mëas CMme!eg!q<M8 ensetga~es
dMMtes 4catc&de M<ttompa, pMhqMe,d'apf&sb
système des Pères de rËg!t8e et de CesMa~ce tteave
avait sa source dans !e paradis têt rostM, placé a
rexh~mM oneMtab du monde.
Nous pouvons juger aussi des connaissancescos-
mogeaphiquos et géographiques de saiut Av!te, qui
vécut dans ce siècle (vers ?23), d'après ce qu'il dit
dalls son poème sur la création, où il décrit le Para-
dis terrestre. « Par delà de l'Inde (dit-M),M où com-
« Mt~tce~ monde, où se joignent, dit-on, iescontMM
t de la terre et du ciel, est un asile élevé, inacces-
a sibte aux mortels et terme par des barrières éter-
< nelles depuis que i'anteur du premier péché fut
<t chasse(2). e
On voit, d'après cette description, que l'Asie de

(t) Ab «ttMte tentées ad MctdMtNn plagm Terno~RobMm


BÏMC~OHt.
(~ Les eBMatpesde saint A~tM fment MeaeMKspar te P*StmMm
(Pmb. <6C, tn~*). et on ttmne aaNt t'onvmce de ce saint dam Ie
h)m«V<httt<tmnw«t~.Hat<eaM.
~~t4~"

aahtt Aïtte M teNninaitdans ftcde, et qa'aadeta


< pear Mh<wonw,C'9staw<b!~ dennde
que pour lui eeKMncHcait te monde. Yoita pou!' tes
eennaisaaneearetativement&l'Aaio; en ee qui een.
eemoi'AMqtte, il ReaaM)Mtde im!FM description
do P!wad!8peMFpeBaep qu'Madmettait htMtH~edes
qttMMMNeoves ayant leur MMMedaMce t!e<tde de.
Nées, et qa'it devait MMve~' tB Nil du PMad!s,
et par eonsoqoentde t'est. D'après oola,FAMqaede
la g&~rapMedosa!ntAv!tedevaitêtre la m~meque
celle d'EFatosthene.
Msc!en, qui vécut dans ce aiècie (<), montre
dans sa tfaductionde Denysle PéHég&te,en vem.
qa'M n'était pas plus avancéque les cosmegmphes
dont nous venons d'exposerles systèmes.
Lesthéoriesde ce poèmegéographiqueayant servi
d'élémentsà quelques cartographes,pour leurs M-
présentations graphiques du globe comme on le
verra plus tard, nous avons cru devoir exposer ici
son système, d'autant plus que Priscien appartient
& ce siècle, et offre quelques additions, comme
Sainte-Croix l'avait fait' remarquer(2). La terre,
selon lui, n'est pas de ibrme ronde, maisbien de la
(t)MtteM,enet&t,auVt*dtcb, axamenoust'appMmt
CM~o-
<tme.
(a) V<~ezSMotMM~, M&MtMMf tes peUts 6<<waph~ andms,
<t*a,jMM)tt<!<!<t&t<)Mtti),tt<fH!f!W,j[t.9<S.
.<R~

(onne d'Mne~endo (<). t~eseonteoMtdo la t~M ne


a'aM<mtd!awntpas de mam&re& ~m~w de tontes
parts un cercle ~!gutier ses deux ~vagea t comme
deux bras <p<is'ewvMMt,s'attoagent et so t~ase~
Mat aMXdeux exMmM& e& le ~M aeee!&Msa
eoMMe(&).
La L!bye Mt ~jjmpëe des plages inMneMMde
fFeMp~ par une ligne qui M pfoteage <qaMMBt
de Cad!xaux bouches du Nil (8).
Sa division systématique du monde est la même
adcptëe par tous !c8 cusmogt'aphes,et au!v!e pa~ le
cartographe dessinateur dola mappemoMded'Azaph.
Selon lui, le monde est divisé par une mer (la
Méditepnmëe), et par deux Neuvea, savoir le
TanaYset les bouches du Nil.
Cette théorie a été Mprësentëe par plusieurs dos
cartographes dont nous analysons tes systèmes dans
la seconde partie de cet ouvrage. Il admet aussi la
théorie de l'Océan environnant la terre.
Mdit, rOcéan, au midi, qui reçoit le souMehru-
iant de FAuster, prend le nom de mer d'Ethiopie et
de mer Rouge, près de ces contrées désertes où le
sol est dévoré par tes feux du soleil. C'est ainsi que
le mondeea<Mfa p<M<f ce&t<t<fe
te grand Oc~on.
(0 C'Mtle ~ttme je PessMentm.
M V<<yezla mapttmende d'AMph, du Xt* siècle, dans notre AUm.
? t6M.
M

Ce passage neus mentfe qm'UeMyaitqoe la zone


terr!de e<eït tahabïtee, etque PAMmte se terminait
au midi de FËtMopie par la mer; et la terre était
encore dans ce système homérique une Mo.
MsOt d'MM autre cûtAta tMw!e des qaatm go~s,
comme Cosmas; ce qa'H dit ~tîvement &!a forme
de t'~Mq~e, MMMtM encore plus que les passages
~e NOMS avons tmasonts ptus haut, qu'H :(p)em!t
eompt&temewtte prolongement do ce ~sto continent
et sa véritable terme.
« La Libye, dit-!t, à son commencement fetréci
a en pointe par les eaux de Thëtis, a l'endroit où
« t'Ocëan bat de ses Rots Gades (Cad:x), s'étend
« vers les régions du Notus et le soleil levant et!e
« présente la /erMted'MHc<cMe. 0
De la partie orientale de l'Afrique, il ne parle quo
de lu mer Rouge.
Aux bords de FOcean, sur les côtes où s'élèvent
les colonnes d'Hercule, il mentionne les peuples qui
habitent la partie septentrionale.
Au midi, il place les Gétules et leurs voisins des
bords du Niger; et tes Garamantes (les habitants de
la Phesanie), qui habitent Debris, où il y a la source
merveilleuse dont i'eau s'echaafïe et bout pendant
la nuit, mais se refroidit et se glace sous les rayons
dusotëi!
t7
Il étend encore PAaiej~uaqa'anNit, suivant ainsi
te système d'HeMdete (i) et do PompontasMeta~.
R Meconnaissait pas encore la vraie terme de
l'Europe.
Il dit, en effet, en parlant de cette pwt!e dw
g!obe a Qae i'EMrepeétait sombabb la forme de
« la Libye, mais qu'elle s'Mînait vers le nord ses
« coaBas s'étendatëMt de même et s'aMeageatent
« vers Fodent. La même iigoe les séparait de
a l'Asie l'une et t'autt'e rune regardait le Notus
« et t'aatre t'OH. »
« Mais si nous MpposeMs, ajoute-t-it, que ces
« deux régions ne font qa'une, leurs Nancs ainsi
« t'6u)MS donneront exactement l'image d'un cône,
« dont le sommet est &l'occident et la base à l'o-
« rient.
!t n'oubiie point le mythe d'Atlas. Il dit qu'Atlas,
debout sur son rocher, soutient les colonnes qui
portent le ciel. !i place les colonnes d'Hercule de
chaque côté de i'AMque et de l'Europe. Sur les Mes
de fOc~aMatlantique, il n'avait que les notions les
plus vagues et les plus erronées, comme n<.'s allons
le démontrer.
t Près du Promontoire Sacré (le cap Saint-Vin-

(t)HtMdete,Mv.M,SM.
~M6h,!hr.t,e.4.
2
te

« cent, ettPortM~tl), Mgardét dit- cenMMohMtc


<t de t~ropo, $Mt<les jHe<!p< soumises aux
< !beMN.
« Due f~ean bereat, u en place deux Mtrea
e !es MeaBritanniques, qui font face à t*embewchuM
da RMa, pMis Mw~, où luisent nuit et jour les
« rayons du seMt.
&Ma!te,pMuaeth6oHet)~aMza)'to,iid!tqoe « si
a on se dirige vem t'oneot, en quittant tes plages
a du nord, on arrivera à Me d~)r, et Mt, tournant
a la proue du navire vers les t!edes~<M<<fs, on ard-
a verait a la Tapfobane. »
C'était un souvenirdu fecit de Patrocle ( i )qui assu-
twitque l'on pouvait, en s'embarquant sur les côtes
de t'HyManie,sortir par l'embouchure de la mer Cas-
pienne, passer au dessus de la Scythie, revenir dans
l'Inde et de là dans la Perse.
Les connaissances de ce cosmographe, relative-
ment à l'Asie, étaient plus bomëes même que celles
que possédaient d'autres géographes de l'antiquité.
Selon lui cette partie du g!obe était aussi de la
forme d'un cône.
La même ligne, dim, qui donne à l'Europe et
à la Libye, en les rapprochant, l'image d'un cône,
détermine aussi les limites de l'Asie. L'Asie se ré-
U,p. 69et M,etMv.XI,p.M9.
U)StNtMB,
–M–
<~e!<peu à peu, a mesure qu'eito avaneo vers tea
r~ens orientais o&t't~eanhaigne tes eotennes de
Bacchus, aux extrêmes eonOns des tndes, aux lieux
où le Canga afM8etes chmnpsde Nyssa (<).
Il fait encore communiquer la mer Caspienneavec
la mer du Nord ou mer de Saturne.
Le Pont-Euxin (!a mer No!M)imite, selon lui, la
courbe d'MOarc dont !e corde est raide et tendue
vers le nord; il se jette dans la Meodde (S).
Selon son système erogmpMqMede l'Asie, uue
seate montagne divise l'Aeie tout entière, c'est le
Taurus. ï~ns les régions Hyrcaniennes, il n'oublie
pas de faire mention de !a CaMedes griffons, qui
défendaient tes grandes richesses dont ils étaient les
mattres; fable que tes cartographes signalèrent pen-
dant tout te moyen-âge dans leurs cartes (3).
TeUes étaient tes connaissances des cosmogra-
phes qui composèrent des ouvrages géographiques
dans ce siècle.
Cassidore, le célèbre ministre de Théodoric, qui
«)Ny<M,<hMrMe.
VoyM Macten, à la mtM do Pempentm Maa, et d'Attems de t'Mi-
ttm des Deux-Ponts, MM, p. tM et mhantes.
(9) !~deMim<emde la nmppemmde de la C«M<mtamM do N'ai-
de, qmmoMdemMM dans notre Atlas, a suivi eette tMerht~dMaM-
pMqae.
M V<W<*ta Memde patt!e de cet <mwa$equi tenemme ffmatïM
des mappemondesjtMqe'M Momtencemett du XV*~Me.
a$

vécut aussi dans M siècle. montM dans ses onvragM


qM'Mn'élit pas ptus avance dans tes aeienees gee-
graphhmes et dans!a cennaissaneedu gtcbe que ses
devaMiers, dont nous venons de parler.
M mtMra, pourle prouver,de s!~ater les !nstn!c-
tions qo'Hdonna aux moines, et dans Ïes~eMMil leur
MeommandeMtMdedes ouvrages des eestnegfaphes
anciens. D'abord, Mleur signalela géographie saofee,
c'est-Mife l'étude do l'emplacement de chaque lieu
de la terM dont il est question dans les livres sa!nta,
ensuite roavMge de JaBus Honoriu8, composé de
quatre parties, dans teqael cet auteur décrivait
les mers, les lies, les montagnes cëtèbres, los
provinces, les villes, les habitants et les fleuves,
ennn tout ce qui concernait la cosnMgrapnie.
L'autre auteur dont Cassiodore recommande la
lecture, était JMorceMtHtM, qui avait écrit une notice
de Constantmopte et de la ville de Jérusalem. En-
suite il signale Mms (c'est probablement Denis le
Përiegete) et enCn tes manuscrits de Ptolémée, où
on trouve, dit-il, la notice de toutes les régions.
Les instructions dont il parle dans son petit ou-
vrage ûejf~~M~~tcaMram~HerafMm, furent
adoptéespendant presque tout le moyen-âge par un
grand nombre d'auteurs.
Quoiquecet auteur ne St pas faire de progrès à la
–<t–
g&tgMpMeet &la ceMM~saaMee da ~M, CMdo!t
a<ao~tM &Ma ta~ntetiens, t'ëtade qee p~~eofs
<M~MgMphaaSMBt des eMVMgssde$ g~~aphes
!MM~eBS(i).
Vibia~ Sequeatcp qui selon d~MMta aMteuM.
v~cutdans ce s!èeta (&),n'était pas plus avancé que
aes MMttempominset que te~eMmo~Mphea dont
tMas vcnena de parler.
Son envMge. qo! eon~ate dans HMeM<MHeMdMMK~
des ~eMMS,fontaines, lacs, /b~s, waMM, montset
pMt~C<dont les pO~M font mention, nous prouve
combien ses connaissances géographiques étaient

(t)Voici
tepassagedeCassiodore.
qu'eatrouvedanst'oMwaeedont
Mestquestion
dansletexte,obcetautour
dit,thap.XXV de
(édition
·
Ptfb.detSM):
CMm<~)<!ptM ~<"MtM<'~MafMt.
CeMMjtMphesquoque aeMam veMa pMOttMttdam esse non tm-
metHe mmdecMM,ut téta singula qurn tn Libris SitMtb tegM~ ta qM
parte mundt tttnt pMtm.eftdentet eosnosteM deheatb. Quodwbb pro-
tMtetahsehtte, st MbeMmu MH emKtrb quem Mbh MMqat, atadtMe
tfgera tMUnetb; qui maria, insatas, menMs (amMM, provinclas, cht-
MUesNomtM,geaMs, tta quadrifarla dhttMttene complexas Mt, ut
pene nMt Hbte tpat dMtt qaed ad emnMgtapM notitam eegMscttm
pertinere. MaKeKtnm de qxe.jem dM, pari eaM )ef:end)Mest, qui
CMMtftnttMpoMtmamcMtatem et utbem tMeMMtymoMmquatuor
ti)MM!tmtnutbsttm mrHUtene eMMCttpstt.·
Ensuite M recommande la lecture de Denis, et les mMMMtM de
Ptolémée, où t'on trouve la Mttee de teates les t~gtotts.
? Obejrttnpense que cet auteur a «M aptes la ctate de t'emptM
de t'eecident, a)K V', Vi* et peut-être même aa VIP steete. &herMna
&? voir qu'H cite tes commentateurs qui ont veot dans tes V* et
Vt' steetes.
a8

tMoitee~et qn'M M'a pas fait <?)?))? moindre pM-


~&8 &la Mienee. Waisles M~e~aphea du Moyet<-
a~paiMMBt s<mventdawceMeMmMc!a<t))w qu'an
voit Mp)~a!te danN qaetqMes MneadMea~es de
eeMeOp~w.
Ainsi, JontaNd~, Laetanoe, CoanMNtMaMiaatta
<h(<),MM!eB,~98!odeM.€f~e!M<teT«M~,
Vibius Sa~Meatepet saint Avite n'ent pas <MtMMt
un nul pas aux connaissancesqu'avaient les anciens
sur te globe et aMplos zones haMtaMaa.

§m.
VM ET VMt SOCLES
N)nemm 6ÉVt)LM,
cmMMMN.B6BB tB~«ftBtBt.B,SAMT
vtBOttB.MBom B'mAtnmea
oBeoMmtQCB meem)e.

Isidore de Sévitte, qui vécut dans le VM*sièete.


nmtgfe Ma immense savoir, n'était pas plus avancé
que les pt~cedents dont nous venons de parier. M
ne connaissaitau midi de t'Abyssinie(Ethiopie orien-
tale) que des solitudes inaccessibles. Selon lui. les
Caramantes habitent jusqu'à rt~ean ëthiopiem par-
ticuiaHtes qui nous montrent que i'AMque d'Isidore

W &uNrittMdaeMon
denos&iet<Ktf*. eo <Ma,p.XH,
pobMtœ
mHmawnsaMt~hpatMe tm<M<teaiM&MM
gfotMpM<)tedttpem
<~pett!.
–M~
de 8<MMe se terminaitmas! Meo en d~ d« r~MÏ'
n<Mt!a!e.Eo~ aptes $vo<v~teNatn~ b pa~oa de
~Me~eoecMMttetoda~hMaM~tattie. M admet
aHMtt'aBt!ch<hene,<w NOMtenaotqM'My a aae qua-
t~&oMpartie du KtMde, aw~M de rOc~aM!ntd*
r!eMp,c'eat-&re aMM~t,qui en M!sot)) daraM<CMf
~«M~<, est <Ne<MtM)M, et dans FextWhmMdeta-
quette en prétend que !ea antipodes fabuleux font
leur demeure (i). Les soutes Mesde FAMque dont
il Mt mention sont tes Canaries.
On voit donc que tes connaissances d'tsiderede
SeviMe, rcMvemcnt h la gëogmphie do FAMqMe,
étaient les mêmes des anciens. Sa théorie du cours
du Nil est néanmoins celle de ta cosmegmphie des
Pères de PËgiise, c'est.a.dire qu'il venait du Para-
dis, et par conséquent de Forient (Z) vers l'occi-
dent, comme nous le mentionnons autre part.
tean PMioponus, grammairien ceièbre d'Atexan-
dtie, qui vécut vers le VM*siècte, du temps de
«) VoymhMeMdeSMtte.&Mt.
deVmbede t<M,M?.tV,t. N.
~Mtjfe.
Ce pMM(~ a «é eopMpar t'aeteM de la thppMMnde de Tartn, qui
a t~tedott eeMeMtto~e.
(i) Mdm<, Nw.XM, dap. XXt.. Be aomtn&M. 6eM aa~tm de
t pMadbo <n!em nntwtmm ~M~tm chteem, ~ecatM hce nMdm
<taxdmMe)Mnte âme tmmMtonb MKMt~atU Matt." npa~e
MMiMd)temtje(rNMB!,daTtSM et de r&tphnHe, qat Mttent'em
dont M Mt mentho est te 6!M
da Peradis. Le Mat neate d'.MM<pM
ou M.
!t4

PempeMNrPhoaaa, dans son Traité 4e ? ~a<MM


~MttMM)~,tant <? suivant Piotémée, M plutôt eM
veutaat Pe&pHaaera sa mani&re,eten se livrant a
<mediscussioncartense ao Mtjatdos ~O~MOtesopi.
atoM~m g~gMphes, relativement &rC~~an, noua
MMntMqa'enn'ava!tpa8MMoeKaetee<Htna!Ma<tcedes
pays a!tu<asoaa ta zone torride. Nëa««te!ns,d'ap)~&
sa <h<SoH~ Mtat!vû au eeaM dM NMtMa«ppesa!t a
PAMque une plus gMndcëtendoe que collo qoe tes
cestnogMphM do FEoMpet et mômetes Arabes,
donnèrent a cette partie de la terre pendant long-
temps durant le moyeM'&ge.Mais ~hypothèse de
rOeean remplissant la région equateriato, rendait
nécessaire, comme t'a observé avec une profonde et
savante critique M. Letronne, te passage souterrain
du Nil que PMtostorge avait adopté deux siècles
avant PMtoponus(t); et tes erreurs de cette théorie
même, prouvent, selon nous, que les cosmographes
n'avaieut pas la connaissance de la vraie forme de
rAMque.
Bede le Vénérable, un des hommes tes plus
éclairés de son temps, sorti de la célèbre académie
d'Armagh, d\)Usortirent tes AMredet tes Alcuin(S)/
pensait ausst que la zone torride ~«M<Mtta&t~e,et
(t) Veym atttsUmn.
UttMnte, dettnbte,p.aa.
P!! V~<x WaM's !t<~a<, e. XV, p. 35 et se, a eeeaaor, p. 9M.
–M–
H«ecMtaa!Ma!t pas la partie de MMque d~eau-
verte par !<? M<v!~teMMdu XV' ~M«.
Son texte servant non'aeMtement a eannrmHr
M qoe nous venons d'aMrmer mais auss! a expliquer
quelques nnesdea mappemondes que tMMS donnena
dons notre Atlas, noua ercyeaswtHe d'cMtMnsMha
ici quelques passages. '< t~twK!, dit,il, est un 6M'
w ment ptaeë au milieu du monde (<);et!e eat au
milieu de celui-ci comme tejaMMeeatdaaa t*muf;
o oMteMrd'elle se trouvo l'eau, commeaMteMrdu
< jaune d'ecaf se trouve te Manc «Mt<MM' de VeauM
a trouve l'air comme autour du Nanc de t'œuf se
tfouvela membrane (S)qui le cont!ent. et tout cela
« est emeMpepar le feu de la même manière que la
« coquitte. La terre se trouve ainsi ptacëe au milieu
< du monde recevant sur soi tous les poids, et

la Mappemonde
(<)Voyee 6~<Mp!tMduXV'ste.
d'unmtBnM~t
d ans
ele, hqMHece eyMeme MtrouveMpt~aa~.
V<~Mla mappemonde de Nicolas d'OresMe. dans mon AHas.

OWe. Mv.
?(t) Bede, liv. tV,
IV, De
Be Etementis
EtemeMbPhttOMpbtiB. p, SM..
Pbilosopbl:e,p. U1. Est.
est efee
crue tetm
terra
etemeMam ta Bmdte mnndt posiMm. Kamque term est tn medte,
m medimttam est ln ovo ctfea hmc eat aqua, estcftea méditât*
tom est albumen dMaqaam est aer ut paonleulum eenMneMatbn*
men. EMm WM «BteN ceMtttdeM est tgab ad modam tedte e*t.
Htee
Illu terra
tena la)n medlo
mediemundl
mandt aie pM:M),et
s!c polia, esttnde
Inde omis
emoh reeipieu
Ketptem pon-
pem-
deta et si BahMaUtet<m Meida at s!eca tn db~Nh partibus suis,
et accidente dheMas eeattoet qaaMtates. <*«'<enf~ <?« Mr~~
parM <Mrttttt~etM, ex ~rMM M~t «~<<<aest, et faMtMMKt, sed duo
etasdem capita <!oabMsM~Mbpartibus snMHa Peigidasont et tn-
M
< qtMMqaapw sa nature eWeaeit fraide et s~he
« daaa ~?8d!MM pwt!Mdht eequie~ aecMeBt~
temeat diMeccatesquaMtes Mtf &t per~&M qui
M<f~~M<&t d fae~M <etV~e(«Mbrutante)~e<'atf
« ~)~e ~Mf M~ e< ~a~MMe; Ms
« dcttx Mt~M! seot Mdos es !nbaMtab!a8,mais
<' b )~p<icnqui se tMmveptae<!eaoy ta zone tem-
« p~~edera!f~tau8s!tetM)~t~$Mhf)M<oMe. e
ErnMUeMreproduit !e m6mosys~me de MacKtbe
des teDWsopposéeset de !'Ant!chthone.
< My a deux parties de !a terre tempérées ot
a bavitables, ajeMte't-M,une eMdeçà et rawtre au
< deta de !a zone tornde, mais qun!qne toutes
a deux Mient haMtaNea,MOMs cFoyottsqa'it n'y et
a a qu'unequi soit naMteepar t'esp&cehumaine(<).
a et encore seutement en part!e. Ma!stes phitose*
phes fbnt mention des habitants de toutes les

haMta«<tt~
paKvem MmpeMtN )Mttt!Btb
Mt~eetatempeMtaestet
pafMsttttM
habitahMb.Sedqata.atpmatMmMdmB <aBt,
tempeMUe
<tMZh <MfaMmttmnpemMe ethzNttMtespaUentM.Mmettm
te~tdam
Maam, aMeKt
nMem. Se<qMmtte amm
stnttmbttebMea
Mmen MntxmabhemMbas haMtMt cMdtma~Md tamenneeMMm.
SedqnhpMtMOpM detMMtaMtMuM oMaaqttenMquttM stnt,
Mdq<tta
MMpMsint deMtbqNM
teqttnntttt. MMpM
n<s<!M<t!m)M
tnteHeemm
ieettcab etc.
dteamM,
pMt09ep6tete u
())LamappMMadedeTmrh. queMMdeaMM damne'MAths,
MpttsenM dethcMbe
ees:stëmecetted'anmanmertt doX*atecte,
d'Honett
d'Aattm,anXM*.et ceMe deCeeeed'AsceMMptesentent
XMit!ee<')t<(t!'NKt
<–tM~
< doux, non qa'iis f'y tMMvent~Mtetnent, amis
< naree qo'it~ peuvent s'y traaver. t
Ce cesmographereproduit enfinta syatetoe de Ma-
crobo,wyst~neque H«t)sverrons ~Ht aasa! HtpKMtoit
par d'autres etpar rauteop de !acô!&btentappe-
monde do Turin que nous doonens dans aotM At~tt,
savoir qMetes habitaMsdes deux terres eppos~as
et ssp<t)K!e8par la xone torride ne pouvaient pas
eetMNOMtquet' entre eux.
a L'eeeaM env!fonnaMt,dit-il, avec ses Nets
« tes cotes de la terre presque à la hauteur do t'he*
a HMM,ta partage en deux dont Mous habitons la
a partie supeneure, et nos antipodes rinterienre
<' cependant M<aucun de MOM~ MepeMt aller chea
o eMZ,ni OMCMH <<*?!<?
tM peM<arriver d HOtM (i).
L'auteur montre encore ptus que de son temps les
Européens ne visitaient pas les centrées situées
sous les tropiques dans ce qu'il soutient au sujet des
zoneshabitables et inhabitables (2).
Sa division de la terre prouve que les connais-
sances de ce savant au sujet de r Afriqueétaient
tes mêmes de ceux qui l'avaient précédé.

{<). C~tus axperftotam tntabMamM partem antipodes nmtrt


MmteMm; BttUastamen nMtMm ad ilbs, neque M)«Mm nos
per~thw petMt. s
fetMMt tMT~MeMMfMfMt, p. Mt.
(9) Voir BMe, De ~f«)M<<
<B
Le pacage que )MM<$ attotMtran$efire pMavera
M)!enxe<MOM qu'en no eonnatssa!!de aontempsn)!
!a fbrme ni te ppotengementde t'AMque.
< L'Asie, dit'it, a autant d'étendue que l'Europe
<' et t'AMque ensemMe, et eemmeMeea nMea,
< e'est'a-diM au jardin des délices (jPa~a<Ms <tc<TM-
« t~e). Du dtté de relent etdH SMdelle a pour li-
e a<!tes ta N!!t et de celui du septentrion-le Ta-
< aaTs. L'AMqae a dans Ma aag!o$ les villes de
« Cyrène et celle de Catabathmum vers le 8H<
< d<'occ~eM< JKoMMfaMM et <as; au sap-
e tentriou les viHesfameuses d'Adrutnèto et d'Hip-
a pOMe,etoignëesentre ellesde huit rniHes.L*EuMpe
<' a,à t'occident, l'Espagne et Calpe, au septenttion !e
lac MeotMo,et vers le sud la Grèce (<).
Or on voit que Bède no connatt rien .de i'AMque
au deta de l'atlas, et par conséquent qu'H ne connais-
sait pas, comme tous les cosmographes du moyen-

(<) Ashma~nttadtnem EafOpatet A&tca) possidet,et incipitab


hords Eden,IdestàdeMehmm hortis;in orienteet ta AmtM Nilo
termtMtM.to Mptentftone TaMi.Afrtca InangaMamis habetCy-
MnemeMtatem, versmaastfmn,!n ecetdentem
et Catattatomum
MaoFttanhmetA'tanMm.taseptenttbnem cMtatestàmesas.Add-
mehm& Otto)n!))!a,
Hyppane.EuMpabahettn occidentem Htst<a-
ntam,et Catpen,
tnseptentrionom
MtMttdem paludem, versusAus-
tMmCKec!àm.*(BMf,tib.tV,p.3S}.
VOJ8Isontraité intitulé uumAr t;on~ucutto,éditionde Cotognodll16U,
Voyez
1.1. Mn danstes
p, 9!M,traM leschapiMes
ehapitreset
oùilit tNfte
traite de h tonne de ta
edtthm la tefre
terreet
et des
NM<, et tcehapih~tX deaoBtfatt6<f~MMw<ttrm',<'<t M<t!t' *6<n*
am

âge, la cenngnratiMnet la terme de i'AMque, et


qu'Mignoraït t'existenee d'uo grand continent situé
à l'ouest, découvert au XV*siècle par Colomb.
Saint Vi~!te, év6qae de SattzboM~g.qui vécut
dans ce siMe, soutenait aussi qa~t y avait des au-
tiohthonos, qM'My avait un a~er <M~& qui avait son
soleil. sa lune, et les saisoMseomMOlos MOtrps(i).
Cesavaxt tnentFaitaiMsi qa'it admettait qw i'AM-
que se tertnhMMtbien un deea de l'équateur, et
qu'une zone de mer la séparait d'un autre continent,
d'un aller or&M.
L'autear d'un poème géographique iatin composé
entre la nu du VH*et ia première moitié du VHP
siècte qui se trouve à la suite de l'histoire ecclésias-
tique d'Anastase, et d'autres fragments avec le titre
J~MtMde pfOMHC<<s ~arctam MtMH~t, dans un ma-
nascfit du X, siècte, de la bibliothèquede Paris (2),

que chreuMsmandas dhtdttnt, quorum dtsttneMoatbMSqmtdam paftM


MmpeHtB MiB ineehmtaf, quadam tmmMtttate frigoris aut Mtotb
Mhtant MMtMtaMes. °
AtOetomitdtt Tentas equtBeeUaMs,metHe MBbttu stentfmt o~bb
tMtmtem, «XTMMMhtMMMMt.. ·
Dans la premttM planche de MtM AttM neos donnons )me Mptt-
MBtaH<mde cette theer!e Urée d'au nmnMedt da X* ~Me.
(t) Veyez CeneUM.,t. VI, p. tNt, et Hts'otM littéraire de la FNMe,
t. IX, p. tE6.
(~ M.teMteep~eemm'MCdt&P!UfbenM:n,&taB!bMetheq)M
Mtte<Mte(manMOfit latin n° 609)), a était Inédit, et le savant acade-
B~~deBc~tdetepBMitf<)<Mt<~H<Md<M<MmetM~de
M

n'Mt pas pKMavancé que les Msmegraphes dont


neMtvcnansd'anNtysoptMoavrages.
B'acerd il commence par t'Aate. Voici t'intitaM
~fNM ~MO P< MHKWf~t tMMMfftM<e. JE~~<~0
tMNtttttc< coH~eetMMp ef~M c~stM. N nous semble
qoe sa description devait être faite d'après une
mappemonde extrêmement ttMpapMteettmrhxre. Il
place aussi le Paradis tetrestre appèsHade. B parle
do la Taprobane ensuite Mfait mentiondes ditïereota
animaux dont une g~nde partie de l'Asie occiden-
tale eat peuplée. Ces connaissancesdu nord de cette

<'AetKMmie
desSeteneM
deBefMn !t )apage&H,avecune
de<8<5,
et desnetes.
pt~CMe
La BtMtMhcqae de Paris t«Mscde un autre manuscrit, du X* siècle,
de ce peeme, et selon M. Pertz, eeB deux manuscrits ne totent point
eeptés l'an de t'aatM. Six années opt~, le même savant trouva à la
MMtotheqae de Wanboure an aatM maBMMtt, du tX' siècle, conte-
nant les premiers vingt-un vers dn même peeme, avec le tttM
CMe )B<md< « Mt~ttMMt e~ttt MMMt.Deux années aptts, te même
savant copia dans la Btbtietheqne de fCniwtstte de Leyde quatre-
ttt~t-dht vers d'un antre manuscrit tntttnt& f%HM<f<~fe « de uni-
o~~ e)M)<«MM, ce mannscht se tMaw dans le codex fM~a<)M,96,
dn commencement du tX* steete. Ennn, M. Bethman tutcemmnntqna
la copie d'un cinquième manuscrit de ce poëme, qui se trouve dans la
BibMethëqnede Saint-Catt, et qui est du Vttt' siecte, ayant neuf vers
de plus. Dansaucun des manuscrits M ne se trouve complet. Nous ne
possédons que cent tin~t~nenf vêts.
Le cosmographe, auteur de ce poème, paratt avoir suivi le système
de eeM qui partaaeaient le monde en deu< parties, savoir FAsie.
formant la moitié de la ter'e, et t'Atrique et rEnrope ensembie for-
mant l'autre partie; tnëoh* que piudeurs dessinateurs de mappe-
mondes adoptèrent, comme nous te nMnuonsdans la 'm" natUe
de cet ouvrage.
st

pM'ticda ghthe s'af~tent aux f~jgionseaspteoines.


Aa de!a del'tnde il ne&M)m!taaeaa feaset~Naeat.
Quant à t'ËMMpe, ses connaissances vers le mnd
s'arrêtent &la Scan~!nav!e.Le peu de mots qa'Kdit
au sujet de t'AMque se retrouvent dans Isidore de
MviMe.Des Mes Atlantiques il nomme t'A~e~/M
et FMande.
Tel e~<!tt'état descoMnaissances~ogFapM'JpMs
des cosmographesde t'EaMpc pendant te Vn!" siè-
cle. Elles eta!ent encore celles des anciens.

§!V.
tX StÈCLE.
t.'AtMtK)m!
os MVNtM:,NeNt. MMtf~ACB, AUMM
M MAM

Dans ce siècle on n'était pas plus avancé. Les


connaissancesgéogMtphiqaesrestèrent dans le même
état. C'estce que les ouvrages des cosmographesque
nous allons analyser démontreront d'une manière
péremptoire.
Le géographe de Ravenne (i), qui composa son

(t) NmMrtMMteatqM ce s~Mphe apparent an tX's~de. LM


NtMmd~tMs'appateMMsembteBtBmdêes. Entre aut~MMMtre-
mMqnwqMr<atm<ttM~NMHMe dit qn'Mya~it peu de temps que
le BMetnatct étatt appelé la patrie des Nommnds. ManneMfait obsef.
ver qa'aMnt roMt~tM on M cennaissatt ni tes Mates ni te nom des
BMMb. (Nimtteri, pt~ace <? !a Tabh! TMa<hj~cane, sect. VMÏ.;
sa
oavMged'après les témoignagesde ptuaieutsauteara
gpMs, latins, persans, goths et aMcains, nous
pMMveque ni lui m les géographes qu'i! cite ne
connaissaient pas non plus le prolongement de l'A-
Mque et les pays découverts par les Portais au
XV' siècle.
De la partie occidentale de cette vaste région,
tous les géographes où l'anonyme de Ravenoe a
pmsé les notions pour son ouvrage, ne connaissaient
rien au delà de t'Abyssioie, c'est~-dire au delà du
ta* degré de latiiude nord. Toutes leurs comMus-
sances positives s'arreteat au détroit Gaditain (dé-
troit de Gibraltar).
Du cote du couchaut, dit-il, elle (l'Afrique) a
pour limite le même détroit. Du côté de l'Océan
atlantique, il ue couuatt que la Mauritanie, sur-
nommé Péresis (i) ou des Salines, laquelle connue
avec l'Ethiopie MM<~a«B.
C'est immédiatement avant le cap Ger ou cap
d'~t~OH, que les Éthiopiens Perosi doivent être

(t) D'àMtMe dit qa'on ne peut que citer le nom de Mtwtt, qn'My a
mCrnede la diversité dans ce qui concerne leur etnptMement. (Voye~
Gée~taph. Mtden., t. m, p. ii3). Mais C«sse!<neoK~e t~An~Me et
montre que cet iMastte ~eogmpte en phemt ces penptes ta txmteaf
et même au midi da cap Bojador, n'a point Mt attention qo'Mles Mte-
gM~t à plus de cent lieues au delà des limites deJa Mtmrttante 'Ra~-
MM,qa~qaeMht«<tt<Ht (Htxt.ottw., M~.V!,etap. M) q~Na etatent
sur les MttNnsinmtedtats.
*<.

p!a<!éa,d'ap~s le JP~np~ede Myhe.lL'anonyme sa-


vait a pemeq~daas eeMe N~uritMMeN y ava!t des
déserts, et que derrière co pays, avançant un peu
vers l'Océan, on découvrait trois Mes.Mt s'a~êteat
toutes les connaissances de ce geegmphe, et a'an~-
taient aussi probablement ee!tes des tMtBahrecxgeo-
gmpheso~ il a pM!s<,FeMyement aux pays s!taës
sur Ïa côte ecoMentatede t'AMqae, au de!a des Ca-
naries.
Et en eHet, ranonyme,après avoir fait une simple
mention de ces Mes, nous dit qu'entre ïa Mhari-
tanie F~oj~s, qui est située sur l'Océan et la Mauri-
tanie Tangitane, qui se trouve sur la grande mer
(la Méditerranée), il ne connatt que la Gétulie, dont,
dit-ii, saint Grégoire fait mention dans une de ses
homélies.
Ces peuples demeuraient entre le 80' et le 3t*
degré de latitude nord, et ainsi, bien en deçà du cap
Noua (i). Là se bornaient toutes connaissancesde ce
géographe et des nombreux auteurs où il avait puisé.
Ce qu'il dit relativement à la position géographi-
que du Paradis terrestre, nous prouve le peu de
connaissances qu'il avait aussi de l'étendue de
l'Asie, au delà dela péninsule de l'Inde.

(t) Vo~M t&eatte<eCoM(Mn. BeeheMhM Mt la C&wph. tyst&


t.t,«tt~tt*m.
S
M

8e~n tes opinions de&Pères de t'~Mse, K taehe


de d&Mn~er que vers rorient, tes exMntitésde
Hade étalât aeeessiNes aux hemmes, mais qu'on
ne pouvait s'avancer piua loin, parce que c'était là
que Dieu avait placé le Paradis inaccessible aux
mortels. A cet ëgar~ il cite saint Athanase.
M Mt en consequenee venir du Paradis les
quatre <!eaves,le GeoM,<e~seM, le ~feet!'JBt<-
p&MMe,dont le ceoM, en sortant du PSKMMa, ëtatt
invisible (i).
Il fait mention du partage des trois parties du
monde entre les trois Oisde Noë, et il désigne gëo-
graphiquetnent la portion échue a chacun d'eux (8).
Quand nous n'aurions d'autres preuves de la
décadence de ia science géographique à cette épo-
que, cette effroyable rapsodie, comme i'appeUe
M Letronne (3), suMrait pour la prouver.
DMM~,qui vécut aussi dans ce siècle, nous montre
dans son livre De mensura o~M terne, qu'il n'était
pas plus avancé que les auteurs dont nous venons

dansla C' partiedecetMMM~e,


(i) Voyez, deplu-
notreanalyse
shamtMppenMmdes quiMptesentent cesystème.
(S) V~ez tes mappemondes da X*~e!e, qae Mm denMm dam
notre Atlas, ott ce pme~e est tndtq)t6 par des t~eadM.
(S} Ve~es Bet~etdtes sm Mm~, par N. tetKmne, p. 99.
Snt le
Sur te Popaphe
~fegmpne de Baveooe, voyezaUBSi
Ravenne, YOJeZ aoss! ceee fI1I8 disons daDa
qM nous diJous dans
la n<paM!e deeet <mtn~e, et t'antete q<tt le eoneenM dam Ms Be-
etteKhes, p. XXX!. (Parts, <Mt).
-<8&–
d'exanaaepteaenwages. MawapiM PMne, Ma,
OMse, Isidore de SéviMe Mseiea, eay autant
qMeiqaeseirceaatanMsqaeMienrMirent les moiaes
voyageurs(<); mais comme robservo tr&sMen son
Miustrecommentateur, la presque tetaHté de son
ouvrageprouve qM'HtM se <Maa!taaeaneKMede la
s!mati<Mt Mspeet!ve des paya, et Mdouto me<neque
Mcmt ait eu sous les yeux une carte en le eempe-
saut (8). Quoi qa'H ea8e!t, teajeaM estit <pM<?
cesmegMpheadopta la division de la tome en trois
parties, savoir FEaFepe, t'Asie et ta Libye (8). De
l'Asie, McaH ne connatt qae ce qa'it a tMavé dans
Pline. Ses connaissances positives s'arrêtent au
Gange (4). En ce qui concerne i'Afpiqne, il a répété
ccqn'M a trouvé dans Isidore de SéviMe~dont nous
avons parlé pins haut, et dans ce qu'avait écrit
So!!n(&).Au surplus, sa théorie du cours du Nil et la
(t) Voirlessavantes deM.LMmnne,
BechMdtM emN.
Comment.
otM.p.setM.
(~ tbid, p. 93, <tap. n. Nem nous pentenMM de fatre MmmqMt
que quand même BtcnMaaNtt en sous les yemt me eMte, eeMe~itne
pouvait, &eette e~)qae, M donner une Meeexacte de <aattmthta res-
peea~e des pays, puisque dana Mates tes nmmteaMndesdu moye'~aze
la iittaathm des diNtentes eenMees se trouve d~taeee.
PU Voyez Bttt~t dans la ptô~ee.
M «tndta eUetter aattor ab e~nte tamhte Gange et eceaM tn
dice; ab ceeMente fhmfne tnde, t Mptem~eae, mente TMM,a men-
die eeeaMMteetehap. M, §Vt.)
(5) Msoutient que le NMa sa semée dans tes mentaenes dn sad de la
NaBritanieet qui sont près de t'Océan.
–M–

qu"d doana!t a FAMqao, NuMMtitpour


eea)MtMMat!<M<
pMuve~qu'MMn&Hoait eo vasMeemMMMt en de~a
det'émtatew(<)t
Qoeiqu'At~ed te Grand, roi d'Aagteterfe, qui v~-
eMt daaa ce dMe, n'ait pe!ot eempes~ un tmM de
<MSMtegmpMe. nous avons efMnëanme!t!8~eve!fen
Mfe mentionici, non Baepom'son Importanttravail
sur la g~gMphie d'une gFanac partie du nord de
rEurope au !X's!octe, nt~apapce que ce gmad
p~nce ayant ~mdait Ofese, ses eeaMaissancesaos-
mogMpMqaessur le gtobe devaient <6tMles mûmes
que celles de cet autour si Mnommé pendant !e
moyen~ge, et dont nous avons déjà exposé le sys-
tème et tes théories eosmegMpMmtes(St).
Et, en effet, s')t avait eu des eonaa!ssances plus
étendues sur l'Asie et sur t'AMque que celles ren-
BBrmépsdans l'ouvrage d'Ofese, il les aurait inter-
catées dans sa traduction, comme il lit wec celles
du NorvégienOt~er et de ~M~<tMsm tes pays du
du nord de l'Europe, depuis Hato~dand, en Nor-
vège, jusqu'à ta Biarnie, à l'est de la mer Blanche.
Les connaissances d'At&ed, d'après sa description
géogmpMq~e(B). ne s'étendaient pas, pour le nord,
(i) V<~e)ta)mtmNBedM<dtM«~c!t<M,tt.xXXtt,netea.
<~V<9M§t",p.e.
(a)AtaBdt~)M(ter<mM9t900.
FeN<M,<hM son B~Ote des wyaee: dans le nord, a doué MMtKt-
-.a?–
au d~ du Tana!s(!e Don), et au midi e!te$pax~-
~hMMse ~pam &la M~H~MM~e;quant ?? aM-
tres ~«te~ du gtehe, Mn'a cteoa!<)Mté a OMae.
Le eeïebMJRe~MJ~M~, de Mayence,«eMj~M
dans ce e!~eteun tM)!teqa'Mintitula ~e ~a~MMe.
M 88 MvMa,qui eat une eap&ced*en<tyetop~d!e, e~
il detme une eenBa!saanceob~g<!ode toutes !<?
sotences(t). M<hat Mppeïcr M qao ce fht h<? M~
vaut que t'ANtayede FMtdedut la juste pépota~eM
qui la Mndit!<Mtgtemps
ta plus c~tèbre~cetede toa!e
t'AMemagaa(8). Ma!smatgrd sonvaste savoir, mal-
dMUea de la geeempbte d'At&ed, p. M t) M daM MdMen anglaise,
et )'a aceemptgaeo d'une CMte tatttateo < Na~~w de rNoK}wo)t m<~M-
4~ pettf <ffa~t& h <t~w<t<M<0<w, pm' roi ~t~f<<.
BantngMn p~tta, M <?T!t,a tUmdfaa, ta tmaueMen anett-MXOBna
o'OMMpatJUfMa, aMMBMfBeo~'uBOWMtea anglaise et d'une M-
Mtte prt&M et « donne des KUM~ements MogMpMqaM et biblio-
(~aeMqMS sur Of«M et sur AMM.
Avant BaKtngton, un aotNMwnt aaglais, Esteb. avait pabM&une
veKtOBtattae do mtme ouvrage (<C90).
L'MtMtMd'A~Mte !) puisé beanMop de cettens dans la pafUe tntBf-
calée dam ta ttadoetton d'OMM pM Atttat, pour sonm6mo)N httMté
NMM/t)M)<tM BMwpe«p~t la f6ttM d, fan~M romain <a MtMMt.
(tMb.mt.)
tapaMtee6eempM<tMd'At&e<ttaMMttte damm MadMttend'OMM
a en ptmteom MaMMatateaM. Nous Mm bameMm a citer ici ~xfBMm,
–BMj)6M,–Nta)a<f,–NmMtf,– ta)!f~t<t6,–fi)H~et&))nr~MM.
Le premier de eea cammentateoM a pnbMémM vie d<troi At&ed.
(t) Lea ouvrages de B<ttan<6mfthMat <eMeiHh a (Mo~ne en MM,
en6wt.,oaSt<t-tet.
V«ye:!à son égard ~MmatMimB, t. < nmbdeMwtef.
(9) H. Webs a donné <meMeeMente MMee m ee NMM dam te
tome XXXVIde h MoffMpMeant~eMeUe.
«-i~~M
g~ Ms Mtppe~a!!tteM)!M8 avec tes ptas sa~aMa
h~Mes do M<t ~mpa, il n'était pas p!a8 awaneé
quo ses devaoeiersea qae aes oeatempoMins.
L'aaat~te de ta partie eeaaMgfaphhmede son
tm!té JBc!MMM$ qae nous oMenadmttMf,pMM-
vem ce fait d'<memoM!~ e<Mate!a!MqM'~vMea~.
tt'app&aMMaystèMCMMM~pMqae, la terre est
d~ &t~nae efaa eet~e et eRë est p&MeeM <H~M
de fMMKtew(t),et elle est entoMtëepar rOeëan (la
mômeidëe hemô~qMe)(8).
Mta dMae en trois parties: rAeïe, rEwMpe,et la
tMiaMmet'AMqMet que les aMciena,dit-il, n'avaient
divines qu'enparties ëgates mais FAsie aeMospu!e
est la moitiéde la terre (3).

(t) Othba MttMMMtate cirauti dtetM qata steat Mtt est. Permom
teme Meo MrtpMm M!Mm«Mat. (DeUntweMo,Ilb, XM,ctep. «.
Bt«)~.
M) Ut. Xt. mp. a, BeeeMM. n y dit C'Md ctreutt m '"a~-t
ettan. a
M FitMMmteMmMM SartpmM ottan weat eo qaed Nsptcten-
tM<M eatemntiatem <()Meh~tae semper apparat, quem etfMtom
émet, hmtMBta sécant. Quatuor aatem eatdMbas eam t&KMttdi-
ctt; quia qmtnM tttdtnM quatuor ansotes <tMdMtt ttgeMetmt, qui
<ntM ptaid~tnm terne etteatum eonttMntw. Nam st ab Mtmtb
CtN~tM ta OMtMmet h ttqtttteaem Btn~ttM MetM Unea')dMM, Bt-
n~ttef qaoqMet st ab eccMenth catdtM ad pNattctos eanttnM, M
e!t, aastMm et <qnMenemata~atM MctmMaeMtendM! &cbqaa-
fmtam tente tatM orbelm pMd!ctam. Mv. XM, cap. a. P. n<
Et plus tetn, p. <M: Diviens est aotem B~t~ t qahm ma pars
Adt, été.? .–Btpah M Mt Uade MMentM orbem dtmtdtmn dme
teneat, EoMpa et Attirtea eMM)!Mtw<tfN)HfMt <et! <Ma.·
–se–
Msait ~MdHc <hm$ MaKv<w«Mptes ~MoMata:
Mp!aceattastle paradisterfestMa ~t~mH~ la plus
orientalede ta terM. n deer!t ses a<~tK)aMMpvea-
toux Mn'y a ni froidni chaud d*!mmensea soM~es
d'eau arrosent toute !a fordt, ety pN'naanttmtM
soweM, !ea « Quatuor MOM<at~a ~MM«Mp<a'e~Me
« pM<~Me«Mm&eM~tM a~M< &<e<MMM est (<). ·
PM~Hdit ~ao le Paradis est ceint par MMmu-
ra!Made fou (S), et los quatre louves du paradis
an'osentla terre (3). Cos Oeavessont !e GaMge,<o
Phisondo rËe~<Nr8~a!ate,oùsaint Marca pMjjMgé
t'Ëvan~te, et le Tigre, où t'Ëvangitede sa!nt Luc
fut propagé,enOn t'Euphrate(4).
Du côté du Mord,us eonna!aMacMs'ar~tent au
Caucase.LAil y a des montagnes d*or,maiaon no
peut pas y pénëttw a eausedes dragoaaet des grit-
fons, et des hommesmonstrueuxqui y habitent(5).
«) DeOatwMM,
Mhaf cap. <?f~e<f~.
XM.
C<).jmM~aMo<tftMtM. (Voyezta MappemMtefe&ttnte~MMt~e.
tôt l'a ds~ete exactement de la <MfM).
(!) <M< M*.Xt, Mp. M. p. <M. Heof~tM.
6MB Mm de ~mdtM etteM. atqae ontMMttm~Meptam eh-
)tNN,MMtm hec Mmtne, quod tneMmente Nm eitondatteab tw
<' Mm~EmfP«iKt~et. fMM tped ~eypttM Mies Meator pMptef
Matmn.
(*) DeCnKMNe,liber Xt, ttp. «t. jM~aetOtNM.
? tbM.~Mb.XH. Mp. tV, M a~M~, p. <M lbi Mot et mon-
tes amtet, qms adiM pMpMt dmeeBM et gtieN et MBemmrtm te.
miMm nmMtm tmpoNtbHe est. ·
Aa dMp. tV du MvteXt, <)parle de la MMiteKattee, et My dtt. que
~-40-~

Ma'a pM CMNM te p~ya de et de ~t~,


bM~Tt pacb de ta SeytMe(t) MMt eneeMcota"
mamqaw la mer Caaptenneavec tOc~m ttot~at,
qaTtappâte OpeeatM.Sj~etM(9).
Mptoee Quai MMmtemao eentM de la terre (3).
En co qui MgapdoFAM~Ma,«Mt ce que dit ce
eesKM~ttphepMavequ'il M aoMaisM!tpas tes pë-
~Hsd~wawnesptastMd.
Sa deae~pH<m de PAMq~eest la même que celle
denaëe par OMMet ta!doMde SëviMo,qu'tt copie
souvent textaettenMttt(4).

tOMemM e'appeMeait)twex~am!tpaMo <pt'eMeest la plus gMtde de


MUMN. <?tt<BtXf eXtf&MtK!MMMOMad M~MMM~0/hm<f<N',B'M-
JMM« jt/MMM~Mata~w<t<iM<n))<Mow. <
(<) De UntwKO, Mv. Xtt, chap. tV. <? n~aaftM, p. <Mi < Sc~thta
ateat CeMa à Mf~ee, NHo<a<!)t. 6)rtmr coe"emtaate e~as terre
eMm tegeM <Mt.ttam abottMte Mta. à MptanMme par paMm
SNMM~ (eh) (He<m<tM),tater thmaMom et Memmm )!!<oe eaf-
manhe 6MB peM~dmhtt. ·
(Veym ta HappeaMnOeda !Xe ~Me de ht CetMnatMM, dans MtM
Athm).
(0 HtM., toc. ett. CMamw a~tM <<)!<<??M~w ad cMMe~-
*p<~ <!<<?< et* <MteM<mttt!).'Mt<twnt~s)mUMM<ettcd~Mper<M-
MM<c<te<nMMMf!tM)«tneM))& «MntMMaeattM~NMf. ·
Les ~a{team ne pouvaient ptnttmr <an? tes paM de la SqftMe
qui abondent <Bt <~ et eaphtMspttcteo~s,paMeq)te'W&nM
tBMNMtM~'MeMMt~(Mn Mnot) M.
M tbM.. p. Ht tt<9M~ttmMfoft M~e)!& M M«M Mtr<e.·
(<) tM< p.tM: .tnetpttmtema anNtjN~~pttpeq~nsjatta
metMtmx pef/Rthh~hm asqMadAtMtntmt m<m~m,tMpMt)trt<-
MMWM parte Medttaffmee mari eMJaMta chttditM et CinMtane
&ete Mtatf..
Pah il mentionne les pM~neM M)!MMOMM et te; aottes, et en-
–4<–
Au midi, Mae MMcattque les ~a~tMM~a, qat
haMteat~qa'a !amef. Par coB8~qatmt,Mae<M~
na!aaa!tt!ea de ee cètc au data do ta MteMmîe.
t~ T!<tg!tanieeat !a dMo!eFepa~Ueat'eaeMent
de t'AMqaequ'il mentionne aw midin 'ïe eonMatt
queles CaM~M,qM!habitentrOe&<MM<pMqcc(t).
Ayant dte toate eeMe description, emmmen<M)8
ravens &!t MtamfqMer ptaa haut, H )~tb des Maa
~M'<MM<M (iea Cat<a~M),qa'Mplace en tace de !a
MaM~tao!e (2).
M a'oabKepas de memttenMer ta fable des Ama-
zones(3). Au delà de FAdas, li proposduquelil fait
le fêcit historiquedu mythe de ce personnage(4),
suiteMdit A Mpten~teae
mareUb~eam:
a mMMte~Mtteptaet
batbaMNm mrtmnaUMM:,
etMMM<t9M ~)œeMmm
tMMMStMtea.
t<aM<t(M CMact.
M)f)~nt<a
Et plus Mn A mMMte CetntM et Otrammta: MqM ad ocea-
nom ~EtMeptMm pMtemtentea pet potttm ten<tentes. ·
(<) tbM., e. H<M amma (htTa~tatne) AMca MMMttt fa men-
tthat MpMm,habens oriente NemenMahma.
Et au mtdti Caatatam eMtM osque ad oeeanam <~MMmp<Nf-
mn«e Meto et~naM ~tMtNtmM dtaeoBM et atKHienM.
CMt te même tMte qM celui d'M)htM de SéttKe.
? Mdécrit les menretMMde ces lies en poa de meM~et puis M
a~ate:
Bnde eentHtam errer et MeotN~am eamtm peeMMm ~Mpter
aeMCeemMHttHem eMdemeMe Famdhnm ptttttenmt. ·
(BeOBtteMe,Mb.Xtt,cap.V,Mta<M~)~tW.)
0) n place AmmieMNdtM les tf<m<t«rMf<m)p<au nord du
amna. Ibid., cap. IV, p. <M.
M Mdécrit te mythe de t'Atlas de ta manière Mt~mte
AtMans super Promethoi fuit rex AttMca!,à quo astMtegiiBattem
~,4$–
<<??<? ~Mt! Mppo~e ~ee< ~«~ est <M ~M MMes
)Myt~c!QMM~6«M8.
~aMm&~Mea qo'M &tt des Me& de !a mer Atïaa-
tiqae, dtM<M p!~ de FAM~M, eat ta mOme qae
eaMe dM mydtoiegttes gMcs et desgéo~phea de
faa<iqa!te,<ptt adeptopant les taNea iaveoMes par
Kma~natteNdesHeMènes.
CeM<~ partie géographique de ~ouvrage de cet au'
teur suMrait pour prouver qu'au !X* sièete, on ne
connaissait mémopas les Messituées en deçà du cap
Bo}adertet qu'on ne débitait a cet égard que les fa-
bles des anciens Grecs.
Jta~os Maur place tes Gorgones fabuleuses près
du promontoire Esperaceris (sic) (t); et ensuite il
dit qu'à deux jours de navigation du continent, on
rencontre tes Hespérides (8), qui sont placées, selon
lui, 'taas les limites de la Mauritanie.
(h, si les Hespérides étaient situées dans tes con-

ptitN <Uam<eMegttaMm: Meeqne dtetas est amttnahM ecetam.


Ab eMdtMene ~itof dbdpMme et Mtentta MeMMmen e~M la nmn-
tem AtMezdMtMMm est, qui omc At6)aM eeenmntmtar, qui prop-
pM*tUtn~nem saam quasi )nadttMm MeU tt~Me MtM MntenMM
.~<h~M..n)M.,<!b.XtN,eap.),p.<N
(t) Cet~odes tttMtz. qms inMtaejnmt Gorgones, t~MniMB alitum
pomtdtate. MtMte et a~efe CMpMe.tM., Mb. XM.cap. V, p. IM.
(Cette Mtte est tMe th FMpte <t'HamMB,<ta<a patM de e~ timnnM
toute whtes.)
(9) tbM., t. <. Espefhhxn )nsu<!e<eeat!B civitate EspMMe f<F
/~ftftt/!ne~!t<f<Ma<0..
Nnsde !a MaawitaMie et aprSs tes @M~<MM8t it s'en-
snit q~toBahan plaçait ces dernières bienwant, et
par eensdquent toutes ces tles étaient situées avant
!e cap ~a~er, et h plus de 33 degrés de ht:Mde
netddet'ëqaateMr.
Au aofphM, si nous MppFMhonates pesMem
qet'Mdonne &ces Meade ce qn'Mrapporte au sujet
do gfaed go!B& des Dmgem fabuleux, ~toë andeta
des Got~oaes; ai on tappMehe. disoBs-MOMS. !eaj[to.
sitions de sa théorie de t'Antichthone, il Dereste
pas le moindre doute que t'AMqae de Raban se
terminait en deçà du cap Bojador, et qa'au delà du
tropique il Msait terminer ce vaste continent par
rOcean (i).
Et en eCM, ce qu'il dit de i'Antichthone ou de la
terre opposée) vient confirmer davantage que ce
cosmographe pensait aussi que la zone torride était
inhabitée, et qu'il n'avait aucune idée des immenses
pays découverts plus tard par les Portugais au XV
siècle.
M soutient qu'outre les trois parties du monde,

ii y a une quatrième transoceaniqne, A~tM~e a<MM

(0 Smt aUM Cwtf~M. sMaesob AtNanMemn Mtm ta tnttnMK


''m!)~tstBM,<e<t9tmmhwMs tnsantMMtBdtMmemper'tzttem
MMtuda semmmt! tiattnfentm esse mMeaBtoathtm <~M un-
dMtshte~bM «ttoMam ut <tMnM)a9 pMMtbpMS NWb immu-
«Xw.. Mt., Mb.Xtt, cap. V. p. M9.
–44–

M< <MceMMW~M«? <~ ? <!&~<M<f <<N<MiM(<).


PoM donner au j~ttear de aou~etba pK)Mve$de
t'ëtat d'ignoMnee dans teque! se trouvaient JhM
plus savants cosmogfaphes de rEuMpett relative-
ment à PAMqae et à ces Mes,même en deçà du cap
Bcjttder, nous aoas penaoUMna de dire que oe ees-
megMphe adoptait encore les fables geo~apMqMS
d'He~ode, qui te~ptem~f, pannUes G~ees, a ptaeo
les des Hespëddes et les Gorgones près de la côte
d'Afrique, sur t'Ocëan occidental ou atlantique.
Gosselin a Mvatnment montré qa'on pourrait
tracer les premiers développements des connais-
sances des Grecs à cet égard, en remarquant les
lieux auxquels ils ont appliqué saccessivement les
noms de JKettAeMMM:, de Fortunées ou de Jardin
des JSfesj~nefM.Ce savant géographe montre que ta
grande Oa<ts de t'Ëgypte a porté autrefois le nom
d'Mcdes FteM&earetM! (2).
Bientôt après on indiqua le Jardin des Hespérides
un peu plus à l'ouest, et au midi de la CyrénaSque.

W E«m ttM aMern pane* orMs <t<M)rta pNs tMM eceNmm tnte-
ttet tn tMtHte, ~me a s~b mdote tneaftatta Mbb est, !n e~m
< aathasaBttpodM Mmhse inhaMtMe pMdmtmr.. ·
(De Unlverso,Mb.Xtf, cap. !V, De B~mfeM, p. iM.)
(~ V~m CosseMa, Recherches sur ta ft&~mpMe ~stémattqM des
andens. 1.1. p. MO.–S'appoyant sur t'ao~tté d'Hêmdete, L tM, § 36,
P.9m.
4&
B'aatres vcyagews publièrent ensuite qo'on avan-
çant au aeHt-ouest, dans le voisinage de t'At!as, on
y trouvait une terre Foftwa~e.
Puis tes poètes transportèrent Menttt le ~at~M
des Fc~~MM au bord do ~Mt, qui se rend daas
FO~aa atlantique (t). EaCn, la découverte des Ca-
nanes dans des temps postdriettrs; en y tmnspotfta
pour la dernière fois le séjour du bonheur, et H n'y
resta Nx< que ~MFMqu'elles furent le terme de
toutes tes découvertes des anciens dans t'Ocean
atlantique. Aussi elles ont porte jusque nous le nom
dites F<M-<MMeM (8).
Oa peut donc dire des connaissances des cosmo*
graphes du !X" siècte, qu'elles étaient les mémos
que celles des Grecs dans l'antiquité; ennn, qu'ils
n'avaient sur tes Messituées près de la côte occi-
dentale de l'Afrique, sur t'Océan atlantique, d'au-
tres notions que les fables des Grecs. C'est ce que

(t) Ce aea<e cotfeapond au Neuvet<t<M.


(S) VoyezCeaseUn,o)MM<ectté, p. <4!.
Sur tes Gorgones et tear pesiMon. ceMatM t'eatMee cité de ce
gée~Mptte, p. 98, iM, tSf, t39, m, M!,KH, 9M.
y~nes les idées des Grees, selon M. LetNane, l'Atlas des andens,
~mnt à la tmcthm pttMiptte ~a! lui était atttBmee, n'était qne laper-
MnaMeatten mMhte on !amtédiate d'âne idée eosmoxMpMq)M.
Selon repMon de ce NtMnt,.te petscnmse de ce Mm est M Mee tes
Hespéttdes, le lac !WM)t&,Catypso et tes Gofgoaes; c'est-t-dhe qa'H
fait paMte de ee anmpe d'ettes Mateax que les Ctees avaient ptoeês
!)t'mtfent!té<(et'oeeH<Mt.
-48-
Ra~M Mawet d~mtFes, auMs!Mettq)M)tes Mappe-
tM~M~CM~p~e~MOsattes~Mt~~ lamanlêl'O
!ap!a6t<vM<Mtte.
§V.
X'MÈCM
<M.mte-A)tNJMB,–aN)))MtM,– M)tt<Hxa matm,–M*nt Du
OiMBAKMBMnnMtMXt WWVNt et ta<t«t<M.

Dans le X* siècle qui suivit Bous M'avons pas


trouvé un seul auteur, un seul document qui ait pu
seulement faire soMpçonnerque tes savants de l'Eu-
Mpe aient fait faire le moindre progrès à la géogra-
phie.
Dans la seconde partie de cet oavrage. nous mon-
trons comment tes cartographes dessinaient leurs
mappemondes; nous montrerons qu'ils ae dessi-
naient la <efMhabitable que d'après tes écrits des
anciens.
Nous avons déjà fait remarquer dans un autre
ouvrage(<), que tes traités de cosmographierédiges
dans ce sièclepar tes Anglo-Saxonssont tons remplis
des fables rapportées par Pline l'Ancien, et repro-
duites parSolin, torsquTIstraitent des contrées loin-
taines.

(t) V<~mnos Reetetehes sur la dêeenMMe des pays stm~s sw la


t<KeeteMMta!et!'AMq)!6,p.XXXm.
47

~We, dans un ÏMitë d'astMnomieconservé dana


tut Nss. du Mu~e britannique~ y soutient que les
pays situés sous la «me forme sont. M~oM~esa
cause de la pMxim!tê du MM (t) aasert~a qui
nous montre qa'on ne connaissait pas ators les pays
dëcoaverts par les Pertoga!s et par les EspagtMtsaa
XV siècle, tant ex Afrique. au delà de cap Bojador,
qae dans le nouveau e<M)t!oenH fait qu'Adetboïd,
ëvéqMOd'Utrecht, vient encore conannev dans son
opusculeintitulé Libellus de ratione M~MMM~< CMM-
N«M<MMM <pA<Br<B, dédié au pape Sylvestre H,
écrit qui noas prouve qu'il m'était pas plus avance
que ses prédécesseurs (2).
Le moine Richer, qui vécut dans le même siècle
étendait encore les limites de l'Asie jusqu'au Nil, et
son silence relativement à ia forme de la terre et
sur les limites de lAfrique, nous indiquequ'il n'était
pas plus avancé sur ce sujet que ses contempo-
rains (3).
Nous ne terminerons pas l'examen des doctrines
des cosmographes de ce siècle sans parier du traité

n~ RecheKtes
(i)Voyez citées,p.XXXtV.
{~ Md, p. XXXtV.
pt) Lact)tm<tqaedeMehMatt6paMMejj)M H.PMtz~mNM~jKt-
atHMttMe~oMnttMttemeV.pMit.
Mc)Mtttatte<tetadMshtnd)tgh)been tMisptrttMdt<M)t)Mé&ee
<h)mebKM)<tae.CeMedttbhMesthm&Mq<eeeMedMmde<N.
4W
do geagMpMe attribué a Moyse de CtMtéae. Lors
mômeqae cet oavMge e~t été cempo~S?? cet aa'
tetH* wmeaien,oeMseu ~~Mts &!)? M meMien,
po!aqa'tt ~tcdia a Rome, â Ath&BMet à Ceastant!-
nepte la langue et la science des Grecs. Et, en e~
fet, le traité qat owas occupe <htFédigéd'aptes un
aatMt)ra!te de ~éegMtpMeoomposé pap Pappus
d*Ajexandr!e,qui vivait sous tétine de Thëodose
teeHmd,MaaMdM!V<'siècte(t).
Ce cosmographediviseaassi la teK'e en trois par-
ties, t'Europe, la Libye et t'Asie. Cette dernière,
dit-ii, est la plus grande, puisqu'elle s'étend daeôtë
de ronentjtM~M~ la txef mcoHKMe.
H n'était pas plus instruit sur la connaissancedes
contrées méridionales de t'Asie. comme le témoi-
gnent les passages suivants
< La mer de t'!nde, qu'on appelle mer NoM~e,

(<) Voyez le 8MMMMémoire de saint Mar~n, sur t'épeqae de ta


aeogmpMe atthb~e & Meyse de Mmen (m&He~M<m' fA~)~,
tem. tt, p. SOt t S~. Ce savant académicien produit des Mhom qnt
nom paraissent MM réplique, qoi prouvent que cette ee<~mpMe a
été composée aa X*sieete (vers 9SO).A one foule de preeves, Majoute
que si ron pouvait encore penser que cette eeegMpMe ne Mt qu'an
ouvrage de Meyse de Chetene interpolé, le résultat serait Mq;eaK le
N~me; 11KateKdt peo de chose do ~MttNe <mtemr,et, dam Mmpos-
dMUté ett nous Mnunesde bien dMngaet ee qoi M apparttent, il en
tesuttemtt qa'M M pourrait faire autorité que comme <))touvrage
eempes& dms te X*dede qat ffentennatt des feMetaaetaMtsptêcteM
snt des temps plus anciens. (?., p. s<s.)
Il qn! dMiBO Miaaancoawxgo!<eaAt~Mqaeae~Ber-
« aiqtte.etdaeetd da midi c~ost boméaparta
« t~e~w ~M~MtaMe.
En parlant uno autrefois de la Mer dM h~ex,
il dît ·
e Puisque la MwGracqae et la mw(~ap!enne ont
été pm~eowNKa dans 'OMtMlotir étendue par les
< hommes, et qu'il CMest de montra M ~Mcje
« crois, de ~t mer ~M jfa~. » Et H eroyaiteeta
d'après les notions données par PtoMméo!
Loraqu'Mpa~e da rtndas et du Gange, il débite
un si grand nombre de fables, qu'il ne nous iaisse
pas la moindre incertitude queces régions lui étaient
inconnues, et que ses connaissances incertaines et
coo&Mcs s'arrêtaient au Gange. Des Mesde la mer
Indionue, il nomme, sans doute d'apr&sPtolémée et
Pappus d'Alexandrie, t'ue de la Taptohane (Cey-
!an)(i).
Ses connaissances du nord de FEurope s'arrêtent
(la Suède et la Norwege), lie (dit~t)quc
à la .SeatMfM
les Goths habitèrent. La mer du nord lui est incon-
nue. Mdit « La mer au deMtest appelée mer M-
< CCtMtMC.M
tetexteMmén!en
(t)Voyez etta tMdaetioa
deSaintMatttn.
(T.H.
p.sn.)
LeeosmoaNphe,enpartantdeCeyhx,ditqatmtaeentequecène
MeestteMende)aehntedeSatte.
&
M
M?? NMMtMMt de deux t<èt gMMdeades qa'oa
< appeBe MtaMMqtMs.et !a ~aade Meda TMe.
« deBthmeMéeatK~apdeeeeMMwappaMenamt~
la tpn~ ~MMaatM. e
Ett ce qui eeReefNerAMq<M,ce ces)M<~Mtph$ a
pu!~t pMsqae tcHtM tes Métras & MgaMtde cette
part!e dMgMtedana~eMm~e et d*aatMa,~MMe*
meMtdatM~bt~gëde ~p~Md'AteMndne(<).B<ais
tctttMw!e&aya~tnathMeade la cesmegMphtedaa
Pères derB~iM, qu'il adopta de ppëMMneea celles
d~ ~egMphed'Atexandde, l'ont &M~&Fenfi~Mner
la terre habitabledans nMespaceplus limité que ce-
!«! adopté par Hipparqueet par Ptetemee.
!~eceamegraphearmën!eM,en ptaçant JerasateM
au centredu mondehabitable,noasfournitla preuve
la plus évidentedit fait que nous venonsde signaler.
< SetonPtoMmëe(dit-n),rArabie-Henreuseest au
< milieude la terre haMtaMe(9) maisje ne puis
« partager cette opinion parce que t'Evangne, qui
a dit que c'est de ce pays que vint la reine du

(t) Aumididelat~yeilpheetœCétotes.
Ellea <?Ce~M,
SpM~
lacs,< mentagaMet95pM~ncea. ettt rerteBtde
L'AM<ne h Nao.
étante, Mt te ttM~e de la mer. B place les ~meM tnf~ de t'C~m
dos ta mmMe)M Btmctte. L'EtMepte Méthme MMMMtf &tMn~
<)MMM)<w de <?< <&Mt<<i&)M. Bte Mnehe rCeeM et la M<ye tnte-
~emre, WMte mMt elle M pMtMte t)Mqa'&la Mne tMMme.
(S) Cette opinion se trouve daM PM!t<Bee,comme rebMfte mhn
Mmtia, note M, p. SM.
–(H–
< mMi,!a p!aea &~xt~mM du mottde (t): <Mt doit
<t appetep vMtitMentte mtMeu natieapbee ~nnc
< egate distance de teutfs !<Mextr<!nt!tes <C'<'j)rcc
< qui fMf&tat 4 J~Hsa~Mt, eomMc FaMM~Mth's
<atesË<tM<~(9).)'
t~a Mesde la mer Atlantique, M memMnaa <
Ma~M.K d!t a M M~et « TfOMttM, qM'etxappeMe
< les McoPef<MM~M t«mtMt~te~dMla Libye. Ma'~M
< tMwve<!ocAtôde t'MectdeMt <<!x
autres, et du c~
< da nord encore qMatpe~M!sont en thee da la Mauri.
< tan!e et du ddtroit qu'OMap~Me de & (CeMtn).a
Ces dëtaik sont diMërcots de PteMmëp.L'autour
decetMtté degëegfapMe !~)0twt néaMnMMttt, comme
tous tes géographes du moyou agp. tout ce qui cet)-
<'emaitles grandes mers extérieures.
La plupart adoptant a cet e~tn~t la théorie ho.
mdrique que l'océan euvironuait la ten'c. Celui-ci,
cependant, n'adopte pas même cette théorie il avoue
ne rien savoir a cet égard. Quanta dire si la mer
environne la terre incotmup. ou ai c'est le eon-
< traire, n'ayant pas assez de savoir, nous nous tai-
< sons, et nous ne décrivons que ces pays que la
< pied a foulés et que t'ccMhumain a vus. »
M pense que ce sont tes trois grandes mers In-

«) CteampMe <t OtOthM!,


<tMb)~t Meym p.3M.
? M. P ~S.
'–&8'–

dtëtMte,~Mcqae MMyMaotcOtMe (ta ~~MMe), qui,


!WMn)t MuMïH~. enviMnneMtta <efM hab!~ par
t'hommo.
Of, MpaMtt d'après oeta que l'autour e~yait que
ree~ao «e<Mentetn'ettvinmMattpas des p~ haM-
< et ce!a a'aeMt~M~ avec h tMe~e des MnM
haM<aNtwe;!nhaMtaMe8.
La MM teftMe, ~QMtM~ MppM~t f~, paMe
qo*encest pet~M«Metnent bt~Me par ta dtateop du
~eM:t
Cette Mneconpe t'eeëaMpar te milieu, et elle sd-
paM, selon h)i. ta partie de h terre qui est haMtëe,
do l'hémisphère austral qu'on appottc la <e<v~op-
pM~e. e Ce n'est pas lit, dit-il, mais dans l'hémis.
phcre septentrional, que se trouvela plus grande pap-
<!ede!a terre habitable. a
Ce passage suturait pour nous prouver que ce géo-
graphe no connaissait absolument r!eu des immenses
pays situés danstes régions iuteHrop!patesoù la vé-
gétation est la plus nche du g!obe.
EnSn, pour montrer qu'il terminait t'AMque en
deçà de l'equinoxiate, et qu'H entourait cette partie
du giobe vers la zone torride par la mer, nous nous
permettrons de transcrire textuellement le passage
suivant, qui est aussi curieux qu'intéressant pour le
témoignage sur lequel il s'appuie.
63
< QttKMtquo <:pM'eatpas Mutea~t ta MM «'~
< ~eov!Maode~r<M!4a<t,<aa)8qHec'a8t
<' MMtcia tetM (<). C'<wtau NMhM<? quo Mpp<t«e
e CeaataMttM <TAM!<Mhe dans M ~pegMtpMeehw!-
« tïmoe eu pM'htMt du pa~agôde t'amhe(9). '<

§ VI.
Xt S~C~
MtttMtt «MtMACtm. ~AMM.

EtMMftt&ta Ça du X"Ni&c!eet au commeMcemcMt


du Xt*. Hermana, sMfHemm~C<M!<f<te<M~, malgré sa
vaste érudition, n'ëtaU pas ptus avance.
E<teM~t,o'eat ea que nous MmarqMOMS dam son
euvmge sMpt'Astt'otabe,notamment au chapttM!XtX
dos CKmats. L'auteuf meMt!oMMo &~ctMeFËgypto,
!'ËthMpiejusqu~auNH, et M~Ntc il Mecottnatt r!cn
au dc!&des GafamaMtes,vers le midi.
«) lei il Indique t'MtettemMqM.qu'M paraissait n'a~tf pas suivie
ailleurs.
? Cemtamtn d'AnXoehe parait 6tM CeMtanHo, 6~M <t HtNn.
qui vivait dans t'année 6M, auquel AMemmt MM~eM un MMctedans
sa BftMettfM 0~eMa<
Goutter ttewUo{[le c)M dans sa arMtMoMffjtmttmSS. Patram oMe-
tMa}m M«~ <«?<&? eMoameaMHM'. OMBM,t<M.
M les &ëtesWNsMn, MtMats d'âne ~OMteB:at<M de t'e&M&~te
~«<hett~<f,p)tMte t Londres en MM, ai SatBt-MaMto,<tMeM<~
tMff~ntt~e (t. a, p.SB), n'ont pe d&Mttwif qat ëMt Mt attUM.
Ce <hmtM s'est borné &dire qo'ea «'nMt~MH un prêtre «Mm~ ~eao
d'AMteehe, qat était un omt de saint Jeaa ChtyseaMme.
M <–

M tMwhe t'AMquo, a reeeMeott, au pays des


NaupM, CMvoit ahts! quei'A~ue, d'apte M sa-
~amtt iMSta~Mn(~MMae da<M!es Mmitesconnues
d'ËMt<M<~&M et d'antMaaMteaM<Mte!M)8.
La <wMtM!8S!))tee du globe n'a pas <Mtte meMM
pMg)~ada«SMe 8!Me. Le nembKtnt~e s!M8!M!tH
<M aa<MMqui tnMt&MtMt de !a t~MpMe, nous
pMMveMmMeMcette ac!Mteeava!t dtd a~gM~e
eeMee~ue.
Bienque da)Mce s!ùc!eait N'app!!qMatau< sciences
mathématiques.et qu'au savantLombardeatmeote
tmdM!tde rAFabetes ceuvMSd'Euclide(i), toutefois
les connaissances ~eogH)ph!qaesdes occidentaux
M'ontpas faitnonpluslemoindrepMgF&s. Lessavants
demenfèMntdans la mémeignerancosur la question
des zones habitables. sur la formede t'AMqMe,sur
les régions situées au delà du Gange, et sur rexis-
tence du nouveaucontinent.
Le grand ouvrage cosmogmphiqued'Asaph Mous
fournit !e témoiguagele plus évident des faits que
nous venonsd'indiquer(2).

W V«yMCMmatmpMe d ANpb. MmoMttt na 6SM <te ta MNb-


tMqtMmttmah.CetentMeeMttempttde&NM. AM~hpttMnt~to'n
MMe <tmBrMttepte une eMmte Mw qui teMe des ttmmM.
MV<~M la Mttee taf JtemCaBpMMde MMatta, dm ~Meto~
MMM)t. <MM<t ht., 1.1. p. MT, Mt. f<m.
CMBpNMBttent en <<)?. M echtK~~htnttt~oKH~~MiMa~,
~t~Mm«M<tMt.
M
Ce eeamegMtphe 4ta!t m~NM Mf qaetquespetn<a
phmMt~M qae MSdewaneïeM,eM<wqtt!e<MeeMa!t
ta paft!edet'AMqae sep~Mt~ate, d~)as! eennMo
deaMt~tenra do la Medïte~O)~; car il wateMatt
quepCMOMne MepeovaitaWerpafMef aux 8yf<ea,h
~MM de ta hauteur et de la ~Mence des vagues.
Noua ajouterons une aMtMpreuve, pour montrer
~Me deMntemps oo ne connaissaitpMMtendMede
rAMqaen! rexhience du gMed continent d4eM'
w<t par Colombau XV' siècle; il dounoune grande
extenamna~ t'A~ suivant en cela tous ses devan-
<eM. Selon lui, t'Aa!e seule oecape la moiti6 do
<<mte!a terre (<), &partir du lieu où le Nilse jette
dans la mer, prës d'Atexandtie; a t'onent, Métend
cette partie du ~ebe jusqu'au Paradis <erMN~e.
En ee qui concerne l'Afrique, non seulement il
en faitla descriptiond'après les aueieus, mais en-
core il y ajoutequ'au delà des Garamantes(c'est-a-
dire des habitantsde la PMsanie)il ne connattrien.
Ainsi, les connaissancesde ce coMnogpaphene

(t) TétaterradtwMttatintrespattes,Idest Aetam, AMmm et


Bmepam, MdheenonestMete,qmManspaMMnest eq<mtb
atMtt.~Mntam AehtenetmedtetaMm MetM tem &toMau est
enmeaNUet MMttt ta mareinAte~aedha, et à teeenmteaMmea
TaMts ea~K
(t< Tanais) tn amMe)tmbtaeMe SmettCeMeK 'et
«Hertentem osquemareeeemwm etPaMdtMm tenestK~
(Asaph
M.T,)
M

a'ëten~nt pas au deMtdu 8~ dx~ de Mtade


neKtpeMfMnteWeat'tteeecontMtent.
~Ojr!e hyd~~fapMqae de la MediteManee
vieataeoa montrer d'UMemameM plus positive,
~t'on ae ctHtnaisaattpas eaeoM de son tempa tes
eoottëas d~eeuveftes au XV*MÔeb par les Porta-
~a, et ~M'eane MtMptOMna!t même paa i'ex!8teaee
d'an gMmdeemmeMt&l'ouest.
En eHet. ce MNfnogmphesoutient que la mer
MeditenNmee, s'appelait aussi MétMienne, parce
qu'elle occupe le midi de la ~tre; lorsque c'était
rOcean austral qlli occupe t~eMementle midi de la
terre, ce qu'Asaph ignoMit comme tous les savants
de rEuMpe a cette époque.
Atns!, la géographien'a pas fait non ptMS)pendant
te!X'Nec!e que nous vononsdepaMOunr. le moindre
progrès fela~vement à la connaissancedes immenses
contrées découvertes au XV' siècle, et dont les sa-
vants de l'Europe ignoraient i'existence, comme
nous venons de le montrer ptus haut.
~.&7–

§VM,

XM'MÊCU~

OQtMN<e'AtmM.–MtNN MtMtHtt–NMen ~M~mM~F~6M~),


MMCfa BB TttNt. BMCM NBMUM, –oeMMCa~ PB
<M))teB,–BtttM*BB M MNMMM--MBBMt*)MMt.~Mtt)M.

BaM te X!t* siècte, dent nous aUens BeM OMO'

pef, taNdM!ce g~MpbiqMe a'a pas eu un m~Mear


sert q~edatM tea sièctes pFéc&tentN, relativement
!< ta ceaaaiaMMM! <!e& vt~tes continents ~~euvwts
au XV* siecte, maigre les voyages entrepns par le
moine Constantin, samtomme FAMeain, dont fait
mention Ofdenc Vitai, qui écrivit dans ce siècte (i).
En eMet, les six mappemondes de ce siècle, que
nona donnons dans notre Atlas, ainsi que le traité

d'Honoféd'Autun, intituië /MM~OtHMH~t,et d'autres

0) Otdette Vttatnoua dit que tienstanUe t'AMcatn )5Mt<Ma


tt Baadad,
qtt'M a tX chm tM AmhM, ehM les PwMM et chez les Sarrasins.
et que de ? MpMM aat Mes. eh Ms'<M<mMt eneeM de tentes tes
M<eneesde ces peoptes, et aa'M en Ntaatant en Eeypte. Otde~e <ttoaM
qa'aptës Mre~nt St~ntM~e etpub ~Satemeett MebUBtdes&teo)rs de
ftnMM Ret~tt eatseatd, et aptes se Ot moine an menasteM da NoBt-
<&stm.
Sttr tes eatMees de CeMtmtm t'A&icaia, ifo~ez PabttchtS «tMe*
tteM NMM,Vt, 9, et MMoth. Medbeet inamae htMtatis. T. t. p.
«M.
Les otKtaees de ee Mtmt aateMt du meten'tae OMe~tpob<M<a
BMeea<<M,'M9<Mt<tt-tM.
t~

envM~p~decMtnegNtphiMtde géographie, auMreat


peweenstatefee Mt.
D'abord, la théorie de ~&rme du monde de ce
eosmographeest la même que ceMede Béde le Véné.
MNe (<),denttMtMavoMparMphN haut. Selon lui.
<M<epwt!ed6t'(Maod!v!M!e mondepar IetnH!eM(S).
Maptés cette théorie, rAMque sénat renfermée
Mm en d~t de !'eqonMx!a!e,et séparée de la terre
opposée par t'Ocean. Et en effet, en adoptant cette
ideeSystemaHqMe, il aMpmeaussi ~«e les régions
situées MMtla zone torride eMMMtMAc~MM, et
soutient que t'AMque, au midi du Nil, tournait vers
i'occMent; il adopte auss! la théorie homérique de
ï'Ocëao environnant la terre.
De fintérieur de rAMqae il ne connaissait pas
plus que tes anciens, et n'était pas plus avancé
qu'OMse, qui te devança de sept sièctes. Ses con-
naissances, à cet égard, ne s'étendaient pas au delà
du pays des Garamantcs c'est-à-dire au delà du
ao* degré de latitude nord (3).
Des Nés de l'Océan atlantique, il mentionne seu-

(<) V<~Mce que <m'Nawas dit dm s~~me eMBMwmj~tqm)de Mde


d))Mh!§Mt.
(a)' CMe<ntemOeeeaBt<pMmedtamMt)emdhMtt.'(V«ye)!Bo)m)r6
cap. De ~M.
d'AtHon, t<m~ Ntt)<<M,
M V<~MttMBe<&etdMSNt la d~eMnettodes pi~ sitoé~ sur h
c<t<eoM<dMMedAMqM,p.XXXVt,MM9.
–M–
temeotrAngleterre, TJ~coaseet l'Irlande, tea <~ca-
des, au nombre de ?, et TMe~t): au de& de
TMe il place la mer Glaciale.
t~orsqu'il traite de l'Asie, il rapporte un grand
nombre de labiés. et pamti edtea'c! a n'eabNe pas
celle des Pygn)eea,<pï!, M'!on ïai, Muttuent daoa
t*hde. H place le pays des AnMzeneadaos le CM-
case, suivant &regafd de cette fable tes gdogtaphes
pestéHeuMà StMboB.Au delà du Paradis terrestre,
il y a, selon lui de grands deaerts peupléa de Mr~
pents et de bêtes feaves.
La grande vogue qu'à eu ce traité et tes autres
de ce genre, ont contribué beaucoup aussi à pro-
pager toutes ces erreurs et toutes tes fables des an-
ciens. Et en effet, tes dessinateurs des mappemondes
qui puisaient toutes les notions à ces sources pour
dessiner leurs représentations graphiques, ont M*
produit ces mêmes erreurs et ces fables dans leurs
cartes, comme nous le montrerons dans les et
Hl'parties de cet ouvrage. Nousnous bomeronsam-
diquer ici le fait suivant. C'est ainsi qu'ils repré-
sentèrent <e Paradis terrestre, placé a l'extrémité
h plus orientalede la terre, dans un endroitinaeeessi-

(<).TMte(<Mm)
e~osMhMesM!t mmqtNm in~MVt
depommtM
)tM~BHB~Md!eet
t~Ms~st e<mttaaas nMasBMB!
<Hes,VtM)emi:
emthBMBM.
h)&a~xMH!)~nes(t}: X~s nM~Ma~eatans~dansteura
eaFtea~d~ppesces <BBsm~Mphe~~a quatre Newvcs
qui avaient leurs saturéesdans le PoMd!s; ~s!hd~
qMa!eatdo tttéc~e. d'aptes ces tra!tes CMmegrapM-
qMes,qM<o ~<Me<eM'Mee~/MtAaAt~e~4? e'était
d~pt~s tes M&tnessoufees qa'!b p!aca!ent dans iears
cartes des lies fantastiques, saMsoaN!crrAttantMe,
tMias~M~SesoMste Mmd'~M~M~etqo'oo remarque
en)MMdans les poMohns et dads tes cartes de h
CMdu XV' s!èo!e (a). C'est d'après Honoré d'Autuh
et d'autres cosmographes, que lés dessinateurs de

(t) prtnmre~tein Oriente


H~os est ParadisustceMvtdeM-
cet<aB))<
amenitate
eoMphinm tMdtMtb hemMMH, quia<gMe
maM<M<tMadeœ)mnestCM<te~)M.!ntMcest Mpmm<!t)e,vMe-
Méatarboreo~MCmetnqui wmper mtostatuimmer-
cmnedettt <n
tftMspeHMMMt..
H <Medt ensuite tea taatM <bMM qat Mutent de Paradis, et )adtnt
<taGéen (teMt), Mdit: ~Mta meatem AthMem sa~ms moa a terra
<dts<Mtetaf,pM q)t&mMeoMe m~ta cmnxms!DMttoMBobrt marb
denuo temUtm, EtMepiam e!Kam!eM per Egyptam hMtttt.
Les cemt~tMphes de Meyen-AfteMivatent, relativement MX cours
de ce Cettw, t'aKeaf des AndeM qat p)fétemMentqa'M aeait sa aeoKe
dans les !ndes.Q'MtqaesanteMs anciens ont cru qe'U sortait d'mtje
même semée que le Ca~ae. Selon Pausanias (Cotmth.) et MtftesttaM
(vita ApeM.Mh. t. c. M), le KMétait un éeeatement de t'EophMte. Les
eesmegMphesettescartegtaphesdttMeyen-A~eadep~tentnon seule-
méat eetMemeur, mais Ils eaont cemmbeatte ptosgMn<te.en adoptant
ta théorie des P~es de t'E~ttse, ~Bt Msaient venir ce Béate des extice-
mités orientales du monde.
(S) Sur les Mesfantastiques de t'Ocean Oeeidentat au Moïen-Age,
eonMttBt~B~MttëdeM.d'ttemcsareeMtjet; btoettaMde5tpa<es
j~MeeentMa.
Voyettaussi la sa~mte discussion de M. de BamiMtdt aur ce s~ot
jtf
--et

cat~asdam~yea~~ Mpt~ntèMmt dana teaM<ea-


vt~~pM~Mt'Me &MMt!t[a& de ~ht~BpM~an.
i~sPb:!t!gaMi,suivant eeMet~ende.iMtpp&tMMëMnt
même sur bar carte de i!MRfce Ndet pCMannage
M pMmenant aw la mer des Cananes (<).
Heno]p6d'Auto, de même que Ra!MnMaar et
d'autres caftogMphes do moye~ge, signale tes
Go~ones au métne paNtUNeqoe te mont Attas. et
près d'elles les NMpeM«fes(a).et tes desNMtetiMde

dmM MnB.ta))M!t dela N~<~o~)tf<


erftt~ fN&M<M ~Ma'<M)MS«-
t'MttftMttt.t.t.p.iMMtT.
L't<e An~tta se trouve NMOMmarquée dana le globe de Martin de
Bebafm de MM.
(<) Voici la <teMrtpUoaqn'HoMt~ (t'Autun fait de l'lie de Saint.
Brandan
Est quiBdamOcceant inanta dteta ).erdHa amcaKate et fcrUMtate
omnium KMm pre eeterh terris longé pfestaMUssima. homtntbU!!
tneogatta, que at!qm)tdo ea~w tMOMa, postea hMeom, non est re-
perta, et tdeo dtettar pefdtta. Ad ta)te ~«m' ttr<o)t<<t)t<<!
tf«f<!f. !a-
satas cireuivimus nunc !nîema petamn~
Ktmage du Monde, poeaMeeogNpMqae (mss. no M9t de la Bibllo-
thèque de Paris, qui a appartenu à la bibliothèque de Chades V et
qui est du XMt*siècle, décrit t'Mede Satnt-Braadan et ses mervetUes.
Sur cette tet~n*~ M doit consulter tapcMtcationMtepMM.AcMMe
tab!Mt, Intitulée La t~o~ <<Mt<e de S. BBAtmAMM,«<~t «Me
<ra<h«'M<Mt faA«« en pnot « <x t~t~ MOMMM, <t'opr~ la exoMM~
de ? MMMM9t<enw~ t<t))MMM<mXI, XH et XtM' steete (paris,
iS6). Au sujet de t'He Bttte~M, voyez NM'erfe tKMoWtede M. de
a~MFtettttsfUsboa.tMS).
M a Gorgodes iasnteim OeeaMjmM Athhmtent.JttïtttMsHespe-
~)es tmMs oves albi veterts habandant qae ad pnrpuram optime
vatent, été. ·
PtttxtMtsMt mt«MgMtBS))t&q)te PtatonescribeMeeamptt-
pato est submetsa.
&8

mappeaMMdM <<? NMtt~)aa!<mtpeor taptupttttdans


t6 m6meo<dre partieu!ar!tes qu'on Feomrqaedans
Bn gmad nombre de Monuments qoe nous donner
dans notre At~ts a i'appo! de cet ouvrage.
D'après les systèmes e<Mmo!og!qaes des aeteoFs
que no<Mvenons d'exammer, on p!aça!t t*Eo& au
contre de la terre 1 eeMe'c!i<mnoMe aN centre de
t'MMtverst;puis reao, l'air, le ceMÏe do <eu, tesp!a-
Mètes,etc. Les dess!oateors de cartes MpMdMtsa!eat
tous ces systèmes cesmo!eg!quesdans teMraceavMs.
comme on le verra plus en détail dans la !I* partie
de cet écrit, consacré à i'expMfatiendes monuments
de notre Atlas.
0<&oa de FreMt~eM, eëtèbre chroniqueur de
cette époque et frère de l'empereur d'AMemagne
Conrad nt, qa'it accompagna dans son voyage en
Palestine, et qui mourut en HM, n'était pas plus
avancé que ses contemporains ou ses prédécesseurs
au sujet de la géographie, et il ne connaissait pas
non plus l'existence des pays qui ont été découverts
au XV. siècle.
Pour démontrer ces faits, il suftit de lire la partie
de ronvrage du cétèbre ëvéqae, relative aux divi-
siens dela terre, et consulter les sources dont il s'est
servi.
Jt dit que la ten'e se divise en trois ~~a~~ie8, sa-
M

voif :l'Aate. t'AMqae ctl'EaMpe. MaM~M ~M~


~M<M awteMMavaient ~ointPAMqne à t'ËMKtaed
eawsedie mpa~e<sc(i) et, pour l'enMmetathtndes
pays dont so composent ces trois, on plutôt, selon
M, ees deux parties du monde, il renvoie à t'<M~
waged'OMMc.
Ces pasM~s aaMsent pour prouver que t'ua dos
savants tes plus ëmïMeotadu X! siècle, était &cet
egatd aussi !pMMxtqMe les costaogfaphes dttV'
~cb, et que pendant sept siedes tes connaissances
rotatives au prolongement de t'AMque et de la vraie
formedo ce vastecontinent, n'ont pas fait le moindre
progrès.
Ainsi, Jt'AMqned'Othon était ta même que cette
d'Orose;eHese terminait pourtantdu côtéde l'orient.
aa t2' degré do latitude nord, précisément a la même
latitude où Ëratosthène et Strabon plaçaient ta terre
habitable. Et du coté occidental, les connaissances
d'Othon devaient se borner par conséquent a celles
de l'auteur qu'il cite, et, par conséquent, elles s'ar-
rêtaient aux pays situés en deçà du cap Bojador(2).
Hugues de Saint-Victor, qui vécut dans ce siècle.
écrivit un traité intitulé JOe~S<M«nwtMM. Cette cos-
(t). f<~ro<t~<~<tMm. <?"<</M«mM~aotMmttM <?):<-
)KB'«M
n<MtMM<MMetMt~ftMtt~oxtt)!),
<Mtjtt~Mte~ttnart'n)!
MtBtfMttf.
(OUtM,Ch«m.,H~.t. e.t.'
VoyMM qnenpM MOM dit <tett ~éeeM~hte<<~OM, aa t".
~tM~
eat &~o
MttgHtjpMe !? Mt~mé~oe ee!!ë? t<M)$
~aMtem~~M! la ~w~~Mat, <MnmMon b WNW
t~a<HM)et t~oatyMq<tM M!MMaMeasMMdeun
<wvMg&. Ptpaty avait d~ &it MmtM~Mef que cet
<dH~ dé ~<~Mtph!e~t~t Ht~dM a~dens, et Mt ao-
tCMftMoate:« Commesi le mm~e n'e&t pas change
depMiapmsieuM<!èç!e8.t a
B'ah<n~aadiv!8!ondeta terte est eotièremettt ta
même que ce!te de tous tes geegfaphes qui le preeë-
dotent, H divise ta monde CMtrois parties. savoh'
!'AMo,Eatope et rAfHqMC.L'As!e eceMpe!a moitié
de la terre (t).
Cette division seute nous prouve que ce eosmo-
g~phe Moconnaissait pas les pays découverts au
XV<'s!ècte.
M place le paradis terrestre en Asie, et sa descrip-
tion est presque la mêmequecellede Ra!mnMaur(2).

(<)DeSitoTerrarum,
cap.<
Tm MBt ~t<M mundt, Ada, Eoropa, AMea, qMtUBt Asia tMam
medietatm Mme. qeae est ad ortentem. tonet. Alla date illam,
<ta:Best ad a~denMm, et mari maene ab tntteea) dt*Muntm.
(~ < Habet A~tapMftncias meMaset K~!MM, qMMm nomtca, et
sKM breviter expedhaN sompto Mtht a Paradhe. PaM<<f<Mest tecas
In wien~ tNtUbm onmt ~meM tt~n!, et pomMiMantmaAemm
eeasitM. Mxt M~cm tibe, nen lbi Mgas est, nm aisttts, sed per-
petm aëtts tempettes. ttabet timtem, <<t~«««~ amnim dividi-
tur. FaTadhos Gnece, Bd<M<cedidtof Eden quod oMmqoejnne-
tom ln nostra Hn~na dtettnf hfrUM deNciarom. De<<M<tnwm)',
cap. n, p 5~, tom. Il.
–6&–
OaM aa doacript!ende t'Aa~ il <~petetasatAMMs
~Mes Mppac~ dant<!<<traiter de eMMMgropMe et
de ~aegMphia dont MOttaAvonspwM plus &aMt.H
<)Mnt!oMae en effet des montagnes d'w où t'en ne
peut pas aller &eaase des dragons at des gtittbns (<).
!t place aussi Mf<Mm!em ait eentM do !at<WMt(a).
tt n'eabtie ~s non ptas comme sea davaac!e~ d<!
parler des AmaMme!). tes place entM la tnarCax-
p!etme,teP<Mtt-R)M!n(tanterN<t!m) et te Tanni!s(to
Ï)OM)(3).
Mne connaît do l'orient de rAMqno que t'EtMopit)
supérieure. Sa description de cette partie du ~obc
est la même que ceHodonnée par tes anciens. Ene est
extrêmement rësnmee (4).

{<) Htbet et montes Mfees, qoos adiri pmptet dMMHM,tyf~M et


f~phesettmmMMtam temtnttm ememNM q~m dtfBctteest. ·
M) la mette JathMBest Hterusalom ~tp est «MM~M «M~M
taro'. DestteTetMMm.ebap.M.p.Mt.)
(!) Sab SeytMaa maft Caaptomqttead EatttMm, wetHeMMpoat)t)w,
et Btutam Taxatm Mot <<NMMof<t.
AmMenta dicta est ee, quod la ea ftBmtaaetegnaot, qea! ne tmpe-
(Mmtar à M~thmao, paetUs suis dextMm mtmMtamadtmoat. (tb.)
(<) A0r!ete teetenes ab oriente ad oeeidentem pet~gantar aie.
~EtMepM. NadaheMs, Garamantes, Libya CyMnemts, TripoUtana.
Fothensis, ZeMeb. GetaMa, Na)ntdta,Ttnjj<t<M<a,MtM)rttan!a,Syfte!!
Mtem mar! Mcdttetrmeo exeaatet asque ad Oece~nMMt AUanU-
Otm ineNtqaam daeMm parMctae dividunt Zeogtn.Namidtam, et
Maadtaxtam &desertis AfftMB,aHft qux suât ~EiMepes. Nada-
hetM à Nad~her tee<ttoeanMf. CaMmant-s q<M)q<~ &GaNXXtepphte
momioMtnf. Ub~a Cyn:neMis à Cyfene ehiMte dicta est. MpetHaM
a tribas eMtamms suis. FaUM'm'iBantpm à Fath putatur eegaotni-
-.M
Pa~Mttd(t&Mt~tagMSd< ~ate~ ? ne mMthMM
on AMqBe~Me)t'Attaa(<).
de<ma!<M~eapa~aatdea
j~M~esdu HMKMMtt da<M FAMqMeqae t<t
NM.Parmi b$MMdeFMeati~.M<oeot!metM
MesFoptaaoM,~s Hea~dM et !ea 6e~<~M (B).
L'!gBOKm~eag~MpMt était pntOMdedans ce
aMde.Sa!nt&tMM~!(p)eM!tdeseatempsqo'yeMt
oneab~ycdeFMa ea Sahtt'Cenner.
La )~upaFtdeaaMte«m que nous venons. de nom-

mer K'gM'daient M~me rhde et ies différentes jjMf-


ties de !'As!e où pénétrèrent tes armëes d'Alexandre

mua. PeMe ta Zeu~t ~t f~ttheao. CeMtta (Ht CtHw) pbeatoMa neM


6tbet. NamMte ab tamMt psMMa waeMMtMM nemm Mahtt.
NamMettM eentm NxmMta taceme MdM Memtof. Ttaft<<M<at
'nnet metMpeMMmen hobet. Maa~Ma~& MaaM.qw< est n~m
aemtnatw. Beotta Teffaram, cap. t~
M la AMca Athe (Ib. cap. tV).
«) Les MMMM plutôt les fmamenM de Mm n'<Tanm).<t<<H per-
«6M wmtttf MntaM~bn69 pa~Oadta & Ntehatdde SatM.VteM)r(&~
M! Bt~~aM.. t. M,cet. «<9. <tM. etc.). LM MnMteMm, dans rmf-
tiete de HagMt. B<M.MM.<<th f~ow, tom. XM,p. ?. dhtent NN~
qner~t)~ M~~ff n'Mtpetntd'BBgnM.etMineatetmtM m-
omt <MM de <M CEawes, et ee TMUe est eetendmt tmpttme. tb
eentttMMde remmm des MtmtM dont Mfait pa~th. que Ma Mttattt
Mat <'m auteur tnmnM. CMt me optaten qae paMge N. DMMa.
hMqa'U les MttMMe (NM. ?«. de b ~mx*, t. XMt,p. <M). dms les
tEuwMde MehatddeSatnt-Vtete~ pabtMa&Berna, i6'M,Xwt.h'-fM.
KeM qat nons tht dmmfe par H. V tof LeCtMe, no dMM~mM <t-
dMteaMde rMfMe~M«<h<&w<~<efhnMp,~q)m))tMNtWMM)Na!<t
Mt la <t)t«MMde savoir tt ee traité avait M trMteé pat Nte6ant ou
par Haeaes de Satnt-VteMf.
Au N~tde BicbMd de St.Vtetet. Toyet aussi t tfUetede M. Wet«.
<hm h~.<~mpMf Pttfwt~ t. XXXVM.
~-$7~
~OrM~eamme tesext~MtMwdu monde et comme
MMpay~eateahenoMt'sne p«Mvaientpaapén~pep.
Un autre savant qui jouit dans ce aiecte d*tt«e
gMtndeMBOMOnee, etdeat!*OUVMgeeatdevenu prC-
e!emt,j!aeques deVitry, a'oat servi, pour écrire san
~f&«~' er~ta~f, d'Mt<emappenwMde.
Les ao~MMde t'Mst~M t!t«N)!re de la FMMeû(<)
disent qtt'tt MMtt <}M)!cox de an~h' en combien de
tMt~esh terre était divisée sur ta mapt<emendedent
il s'ostservi pear écrire son histoire. Si los auteurs de
eeMe aavM)tepublication ava!cMteoMMU tes mappe-
mondes et tes cartes du moyen âge, ib auraient su
queia terfe était diviséeen trois parties dans la map~
pemonde de Jacques de Vitiy, et que, lors même
qu'on y aurait fencent~ une terre tMHS-ocëattique,
ceue-ci représenterait raider of&Mde Mëta, ou t'An-
tichthone placée au sud de l'Afrique.
Ainsi, le passage que nous venons de citer des au-
teurs do !'Histoire MMéraueprouve qu'Hy a un siècie
encore, la cartographie du moyen âge était entièft!-
nient inconnue des savauts.

(t) e~e&<H«fMf)re <&<«f.<tKt.,t.tX. p. t!!t etsatfWtM~.LM<e<m


premiers Mwe<t<? ? <MtM~<t or~<M<t!~ont été poMMs par BMeaf
dam )ecm<e M<per H~nfw.
En <!tM,)~Meob HeMhM pobth tMst & DouaiaM autre édition.
ttamt le Mtome de la mM~apt~ <:t«M<t<t,par Nteh<a<. «a
trouve Me Ketice des GEewe~du cardinal de Vitty.
6$

JtMqapade V!tty Mtwan!rte ~ysoM du PaHMMs


tcMMtM (<t). MtMtiM d~ ~MROSMpMata!! (te
<nde et des Am~MMes.H MeceHoatt nen de
l'Inde au de!~ des paya tfaveraës par les années
d'AtcMttdMte Cfand.n d<cHtaMawi Paradis <M'-
Ms~M(a), et eommtetoMSles e«anM~Mtphea du
Mteyen&8f, Hte place <!«<?la paftte la plus e~eM'
ta~dtt HMRdc,daM~MM ettdNMthtaceessiMeet <n-
teapë d*<Mtemuraillede feu qui s'etève jMaqu'au
t'!e! (3). On tMMveaMSM dans t'(mvmgede Jacques
dp Vin'y les fables d<~Cr~s mé!ep8aux tt'ad!t!<m~
sactëes(4).

(t) N<Me)~a<trtm<a<ft.eap. 9t.


(9) Ib. ttb.t.eap.M.
(~ Rapprochez ce )taM9g«))e la description MeaUqM du Paradis
qtt'en trouve <!ao<t'teMfw jtfotxtf<t'HeMF&d'Autun, qae nous avons
donnée, p. m et 60 (acte).
Les dessinateurs de la Mappemonde des ct~n~Mw de M.<Mnf<<<<t
MMp<de <;Aarh'<f, et Pca ManMont représenté le Paradis <t'ap<ts la
description qu'on lit dans ces eosme~mphet
(4) Jacques de Vitry, entre aMttMfables, rapporte celle des Pytt~es
qui combattaient contre les Cmes. En parlant du KM,Il dit
Vos tntam BnwtnmMbeadoatweam Mrso mtnMtsMft. Vos mons-
ttatis ut hotTibibm Oceanam MtigaMt hooM. ·
H s'est servi d'une Happemettde pour M deMttpthm de l'Asie. A ce
sujet il dit:
HaM:pra*dieta qnam paHtm ex MsMftis ettenMUam et Ni~t~M-
oftttxtfpafUm ex Mriptts beati AagastM et tsMeri~et libris ethm
PtiBtetSoMnt.pMBterhbtoritBMrieat. pMBsenttopettadtamtmM,
si forte aMeui incKdiMMtttedetntw, nos m'mhtem cempeOtmas t<
credendam. »
aa

~arjugprde s~ ~aaa~t~M ~e~MpMques.


il MMntde !meMt!e!tMertes aMteursdont il a*Mtwrvi
pttMrpMUvet'qu'H M'était paa plus avaueéqueses
prédécesseura. t<Mauteurs~ il a puisé turent Plittr,
S<t!ia,&tint.Augustiu et litdore do SévMie.
Hu~es Metellus, savant d'une grande efadtdeM,et
qui vécut dans !e nteme s!ee!e, phtcait aussi la ten~
haMtaMe JMNqM'a ~oe et ~M~, c*est.a~M)Fe qu'H
ptaça!t h terre habitable jusqu'au tropiquo du Can-
oor (t), etc~yaitquo la zone torride était M&aMe-
Me (2); et Guillaumede Jumiè~es, qui vécut aussi à
cette époque, prenait pour guide, dans !a cosmogM-
phie, saint Augustin, lequel n~uvait une a~M~n~ à
«M~OSCf~Me quelques MM~MftM<MCH<J«MMM ~<M<?
de tM< AJtaM~t~ au delà ~c /'ec<~aM (3).
Hen'ade de L~ndsbet'g (4), abbesse du ntonastèn'
<!eHohenbout'gen Atsace (5). compusa dans ce sM*-

()) Lae~eatétfte(dtt-M) à mesurer


m'appreaatt laterre. AMtMtMs
je faisaiste tourdela terre,etjem'a<mta!s~osq)t'&
ta zonetorride.
J'allaismêmeaudessous de<f< età ~M. etj'yp)acabt'haMm~n
<teshomm.
(9) VoyezMetellus, Ep!t. 31et Si dans le recueil de <:a«&fM.MM~o,
abM<t'Esttva<,recueillit SS tetttes de Metettas. qui se trouvent dans h'
t. M des &tfnc ~)t«taf«t<<tMtMNBttafa.
SatH)<seesHeteNus,wyei!NabMten, t ttt, jM~t.. p. 46! et Fa-
brictas, ~<M<'<&. « ~teMaft.. Mb.VIII, t. n~ p. SM.&Mt.tn-t.
Me<tf<c
(3) De <<MM«O'f. liv. XVt, chap. tX.
(4) On trouve ce nom écrit aussi de la manière suivante Menât
<'tHentta.
(<) M. Watch'nner <<euna,dans ta Bi~taphie ~nivet-'ette (<emc?7,
e!e(<jt~)~eceaaM~ph!equ!M<)KM~~aM $ou
OMv~cMtMM:~Ma&B~M(<).
La paft!e ceama~qHe «t g~agMpMqMe qn'OMy
twneeotKtest pourta ptMpa~MMpMBt~& ~m M-
oueit httitMM ~tt~po CeHMMe,
qui a heaneoapde
Kotteo
th Mit).WM
Sanntem., ptetaad'tM~H
<atcetteMM~teao.
et
«t)rleamnasteto
d'N~ent'enta'.
? Le manaMttt p~eeteoit <!«"'<< gui Kn&fme t'wwtae
d'BwM!<eet qai <~ ont efp&eed'aBeyctopMte. Mt partie de la M-
Nt)«Mqae<teS<fMtMata
Co em)t< nombre d'oaMon ont parlé de ce mNMMMttt, savoir t la
<MMa<;)Mtt<MM.M)MV; Sohmpmin, <«M<~f~M~aM: BnM-
eh<M, <~Mt't)~&<.Wmatt~off'o (<<!?) Crasius, <<OtM<M
&M<!&~
(«M): ~mtat< H<tM8, fh~a~e oHtMaMtf f<«M<w< Spe&te.
tMttMam'a<fM.(<n0) Boït, ~afatM ~a<M< <? la fM~ («OS)
le jésuite Jean B<N6e(Of<M~«~ NfM~. MK<.de <MT) OhetMa.
dans r~<M)t<t(M «affttf~f <<w<h«.NM)tpour <8)H,et t'mMetMM<~<<~
<<eta ~en«, tme XIII. p. Ma.
Mais la plupart de tes auteurs ont traité ce OMM)sw)td'tm simple
recueil de peastes laUnes, et le Jésutte BM)~e t'a censMtte comme
un simple recueil de Mateaces extrait de la NMe Aaean Be fit la
moindre attention a ta pMMesetenUBqae de cet engage, et tout en
deaMnt des fragments Ms n'en ont pas pnbttt un seul relativement
à t'astMnomte, à la CMBt~rapMe et a ta c&taMpMt.
En «ta M. Morttz d'Engethardt publia en allemand un très t)en Mé-
matM sur cette abtMsseet sur son ouvrage, avec un attas In-folio de
t9 planches que nous avons eMmine dans la NbMoth&quede t'tnstt-
tat de FMnee, e) sur teqaet M)M aurons t'eeeasten de partor attteuM
plus en défait.
En <M9, M. Alexandre Le NoUe a ptvsenté au eoneMM des aad-
<tattt4 nationales Mt Mémoire sur t<m<tage d'Heftade, manche an-
qaet t'AMdâmtedes Inscriptions et Belles-Lettres a aoMKteâne mé-
~MMed~er.et en t~a U publia, dans la Kemetntitntee Mtf<MMet«
<tt f&e& desc&anet (tome t, p. ~M). une Notice dn même manuscrit
extraite (dtt-tt) en f;Mnde partie do MémoiM présenté à t'Aeadêmte.
Nens renvoyons te lecteur à cette earieuM notice.
il

n~MWtavec le !:VMd'Hea<Mé d'AMon, ~e~te


~t~, ~ataensaMm~rM p!m~Bt (<). jt~a M.
tfatts deot M compaseroMvmged'HenwdeMntt!~
de la Bible. d<tS~t-Acgast~, d'teMeMde Séville,
de JMde,d'NeM~ed'Auttmet d'tm<M$.
D'après t'aoa!y8equo neua avons déjà faite des
systèmeset descoMaiMMeesg~o~pMqMesde ces
eosme~phM (a), en doit bien pensef que FaMteMp
da JBof~M~MerMM (le Jardin des J&eMces) M'était
pas pics avaacé sur la connaissance du globe que
les auteurs où il a puisé. La sphèM qui se trouve
tracée dans le manuscrit (3) et l'explication qui
l'accompagne, prouvent en effet que l'auteur n'était

(<)VeyM dxlivreCMmettMpMqM
t'MMtyM <'H<HMrt
d'AMttm,M
tN.SVM.
(a) Sw )M th&ortesde SaitH-AagMUa,teyM p. M, § VU.
Sur tee ayt~nMa <t MdeMde Séville et de BMo. wyet 9 Mt. p. M
et M à M.
M M. t~ttoNe.daMM Nettee.imtiqMqae la sphèreM tnmMtMeee
dans le mmoMdt; nMb parmi les nmnbMait de~tM du même mana-
sMtt, qui M MOMent MpMdatts dans t'Aths de M. NMtM. ta tpheM
eu question, ni Menée aun MpteMntttten graphique dtt monde, ne
6'y t)fenw em~ée.
La M~mte abheMe eteeata eM~n~me, avec un grand soin, scn ou-
wa<e sur parchemin, et y t~eata on grand nombre de desdm et de
tgMoa eetertees de~Hneesà éclaireir le h-Me.
Sehm H. t<eNoble, on y MmM<taeatMsi M Mdmqae ttes bien des-
atne au fol. M.Les noms des M signes sont écnts t part. U amttïse la
notatten <t<den)B)entastMh~qne; les st~aes qui, d'après Jeur anan-
gement normal devaient se suivre dans tordre etd:M![e de Mh~
SMtyte, etc., sont au eoettahe eeBjagttés par eeoptes de ti en 6, de
&tM t pMdnite une combinaison que ce savant démontrep. M7.
–.7S–

pas p!ust ittsMMtsw ta cesmogMpMeet ta gé<ra-


pbte qoe ceux dont nous venons de pM~Miretes
syst&mes. Sa théorie des zones habitaMes et hma-
MtaMesest ? même qu'adoptereat tous-les cosma-
graphes du moyen-âge. Et en eHet Herrade soutient
que parmi les cinq zones deux sont haMtaNes et
trois MeMaMes (<).
!t est donc ëvideot qa'etle croyait que tes deux
zooestempeFoes étaient habitables, et que tes deux
autres petaires, ainsi qae !a zone torride, étaient
inhabitées; théorie qui prouve que l'auteur, de
même qae tous ios savants de son temps, ne con-
naissait pas les régions découvertes au XV' siècio
Ainsi Herrade, malgré sou savoir encyclopédi-
que (2). ne connaissait réellement que la moitié du
globe.

(<) Qulnquc MM <e) dfenH. Id est partes <ont dne M)tt«Me~, <Ma
fateMMM&t.TempeNte sant habttabt~s, «ff~tt Ma6<MtNM.Zone
vel cirouli qu!nqoe sunt. MmttS aretteM. Secandas tenrinos ttopi-
eos. TeKt)M htmet!n)M, qui a taUtadinb eqahtMMb dicthtr. Qaaf-
tas antaKUeos. Quintus e!mettnM; tatinp veeo MemaUs w< br)t*
matts.
(9) Ce qui nous parait ttts remarquable (dit M. Walckenaer en
parlant du Mss.d'Herrade), c'est la mattitre dont elle a ngarë le tableau
d'ettsemMedes comtaissanees htunahtes dont eUe traite dans son livre,.
Audessus d'mM tête à tripte &ee, qui est la Trinité sainte, elle a écrit
ETHMA–LoetCA –PttVSttt, c'est~~tM ta tMKtte, la torque, la p!<y
dqne; et ce dernier mot comprend toutes les sciences natoffettes, ma-
thématiques et physiques. Au dessous de la Trinité est le Saint-Esprit
<f«(t Mwt~tttte«ept s"aKM ~i dwn~tt naissnaee anx sept aîts MM
?a
Ben~K! daCha~rcâ.aM ~w«rM, composa aussi
datMteesH'eleaa oovFa~eos)!n~fapMqMe,qM'iM~
tu!a JM~acMHMM et ~CMeosmM (!e Grand et îe
Pet!t Mottde) (t). L'aateaf a puisé toute sa théorie

c<t8)m«gMpMqtte dans Platon, <na!s il adopte en

Max,aawir ta rttttwtqae, ta dtateettqae, ht mastqae. t'arithmettqae,


la ffeometrte. rastMnomie. ta neesie. oa ta magie. Ms de la Tttnite.
<hmsmt <<!m)-WK<e~a'e<t<t a Me~ w Mtt SeeMte, et HtMa Msi~
de~nt ONlivre cateM. Les N<MeM principales et )M aaMttMen!!
dM eemMttsMaemtttMMtnMNppeKeM, par ta mmt&te dont HefMde
les a dbpe~es, l'arbre dont se MMeM am enqfe!opMMM amdemM
pour mentter comment tes MnaatMancM ~~Mtes tMefttes sur le
tMBCse subdivisant ensuite en an nombre MM de branebes et dM.
sont tea aMS des Mttes. avec cette dMMMttcecependant qn'HetMde
par soa emblème Mt descendre da ciel et émau de Mea tes notions
tntettectMttes de rhemme. et que nos nmdemea nhMosopnessemblent
par le leur les faire sortir de tt terre et s'élever de bas en hant.
Cette reptesentatten aMeeortqae se trenve reproduite dan l'Atlas de
tt. Mortte, qui aeemnpaane son Memotre ayant pour titre ~nw<tt <<*
<a)tthtpay, abbesse de BMtMt~My, Mde &t~te~M<&,« ~tMfe, «Mte
XH*tfMt, et M)) MOfe~tHenTOsB)!uetA)nm–pM)rMfeff fMtM&w
<tMte~ntM, <tfla MM<ratt<M, du erM, <M axeMM,dM eM<a<M< et des
<aw<t<twBt~ett-~f.
(t) M)rtc!as, dans sa BibMetn.Medhe et M. Latin., tome ï, p. en.
&Mt.tn-S*. cite Bernardus Sylvestris, et fait mention des ouvrages de
cet auteur.
Le savant abbé Le Beufn'a pas eenea i'enwage de ce cesme~Mphe,
paisqo'U dit (Dissertât, sur retat des sciences en France) qu'an certain
Mehatd de Fnrnivat, ehanceMer de i'égiiM d'Amiens, qui avait une
nmnbtease bibliothèque pour ce temps là, n'avait d'autro livre 8eet:<a*
phique que eetai d'an nommé <eHt<mt<N ~tM<ter.
Nous a}eateMns qa'nn certain NehaKt de Farni<at, qui vivait vers le
mii~tt de ce siècle (XU'*),eompMaanJttatM)~, ea Traité<<<* AttoMB~,
qui se tronve dans te manuscrit no 3519 de la NbUotheqm nationale
de Paris, ea nous t'avons examiné.
Vc;M Mf<e mmastftt te tome V, p sn dw )<otie.'t KttMtt
–M–-

même t'MMpsceti~ des Pères de ï'~Mte, tfeMve-


ment à remptMementdM Paradis terrestM. L'ayaa~
phee ei'orieot du monde, (i), itncns montre que ses
ceanaissaneea geegrapoiqoea étaient les mêmes de
ceax qui !es précédèrent (3t).
A~N XIIe siècle qui, dans rMatwM i!ttemiM du

moyenne, &M)9te Moe Moveïb division par !a aette


dTMMaMaea diatin~es qo'i! a pMdMita, et <pn <ht !e
comoeacement d'aae penode intéressante où les

progrès de l'esprit se pMdaisireut et se deve!oppe'


rent avec une remarquable act!vité (3) le Xn" 8tè-
ete, enNo, malgré ces grands progrès, ne vit point
la )~ogtaph!e ni la cartographie faire le moindre

pas, comme nous venons de te montrer. Nous mon-


trerons aiMeors que les Arabes même, qui étaient
plus avancés que tes occidentaux, bavaient non plus

«) V«yM.dans le tmmmcrtt m' ~9M<e la NhUoth. de Parts, la pMtte


OMee eoM)M(~ptMintitule: ~p~)~~pM<~de fMm<tf<M <M!t)tt<ttb.
?) Les auteurs de rHhteiM Hn~M de ta PMMe, tMM XU, p. Mi,
eeMMtet~tt un article cet eertMio mats !h n'ont pas ma~st aen
<KKM~eeosoMgMphhtM. La NbHotbeqae tMttcmte de t~s pMsMe
e ))MMMft« de l'onvrage de cet Mtear. La B Niotheqae Vat!caM en
possMe 4, et h Cetoentenee, dans te Matée Bdtamiqtm, en possède
m autre qui porte le titM mitant NtrtMnM~te«t<t <~<tM~~p&f«.
NeastWM <H~iBi<te trois maernatMa de eetteeMnM~M)Me, SMehr:
<eM <ptfporM te e* eTM-A,et ceM da B' MM, qat poMe te titM de
<~MM~a~a Jft~tO~ Z<n«tMt< S~Mtrh, <<<??«<« ~«r~<~ (peUt
<)t-4'): enan eehti ta< pMte le B' T9M.
M VetNt aaUa<~tt<Mm<<'&<Mj~«t< .«i~<M. t. t. p. H.
'M
auoMW<MmMi(MaocepesMve des~ payt <X dea
mwa d~wverta p!uamrd par !ea tMWgatea~ du
XV'siècie.

§V!M

xmstÈcm

MMMt XMte, tt<MtM* as MtOVAM,– AHHMt M «~<nt.–


MMtm a*eett, «mmmr e< tBteem. tMMM B'AMtM. M
M«M,– tBMe B'AMOM, MMMtM M M)M WAMM B'AMmMt.
eMMAM M <mBm~, KMNt m VMNM, MtMtBtW MTMM.
–Mn)'ntm,–e)tet)t.–<Ltm BB Mm,–<m<BBMMeaM,
EtMMBMT– et NKBntom aMBemB.

Ma!gf6rinstitMtKMt des Universités, mal~é la cul-


tare des iangNeamodernes, suivie de la mutîipSëa-
tion des livres et des grands travaux sur le droit ro*
main, tes connaissances géographiques et cartogra-
phiques n'ont pas, pendant le XM* siècte, <aitle
moindre progrès relativement &la connaissancedes
pays découverts deux siëctes après.
Malgré les voyages en Tartarie entrepris dans ce
siècle, les idées générâtes sur ta cosmographie et
sur les régions qu'ou considérait comme inhabitées,
continuèrent à être reproduites par les eesmogra-
phes et l'art de construire des cartes du gtohe est
resté aussi dans le même état. Les dix mappemondes
et p!anisphères de ce siècle, que nous avonsdonnés
M

d~ndans notre At!as, viennent constatef ce &


Leà~vragea des eeriva!as ïcs ph<seminents qui
s'oeeopèreMtde la eosmegrapMe, et que nous choi-
sirons parmi les auteurs de ce siècle, montreront
qu'ils ne connaismient pas, par Fexpërience des
voyageurs, la moitié du globe.
Sacm Bosco (i), dont nous avons déjà parM dans
un de nos ouvrages Fetati&aux découvertes mari-
tmMs (~adopta auss!, dans son traité de ~<CMt
MtMM<M, la théorie que la zone entre les deux trop!-
ques était inhabitableà cause de la chatear (3), ce qui
prouve de la manière la plus péremptoireque ce sa-
vant était aussi amërë que ceux qui l'avaient devancé
de plusieurs siècles, et dont uous avons exposé déjà
les systèmes. H nous donne ainsi la preuve que
!'AMque au delà du tropique du Cancer, ainsi que le
nouveau continent et une grande partie de l'Asie
méridionale, lui était entièrement inconnue, ainsi
que ses me)'s et ses Mes,et malgré les graves erreurs

()) SaeteBMeomouruten <?? (v<~M


Mftt.MMh ta ~am~.
tem.XtX.p.t.
(3) Voyez nos Recherches sur la découverte des pays situés sur la
tôta occidentale d'Afrique au delà du cap Be~ador et sur les proetes
de la science géographique après les nMigattons des Pertaeais au
XV, stecte, aceontpagoees <t'm Atlas composé de mappemondes et de
eartes pour la plupart ii~dites. etc. (Parts, IStS}, p. un. Voyez tes
textes de cet auteur que nous avons reproduits dans l'ouvrage cite.
(5) Voyez nos Recherches, p. Utt, note S, et p. t.tV, note < et S.
~-M–
du cosMo~aa~ais~aent~teatpeMdaM~tM
cen~ ans autov!~ dans !eseee!es(<).
1~ fameux eneyetopédiate Vmeent de Beauvais
nous montre aussi, dans son immense ouvrage, qu'il
n'était pasplus avancé queles autres savants de son
siec!e sur les points dont il est question dans cet
écrit. H n'a donc pas fait ia!re un seul pas à la
science, et il s'est bonté à rapporter ce qu'il trou-
vait dans les aateMrsanciens. !~deser!pt!on qn'!t fait
de Fecean est tirée d'Anste~, de MacMboet d'Isi-
dot'edeS6vi!!e(2).
Ayant puisé aussi dans Isidore de SévMtcta des-
cnptton du Nil, il le fait venir du Paradis sous le
nom de Géon, et soutient qu'M entoure toute t'Ë-
thiopie.
H a puisé aussi dans SoMn pour sa description du
tneme fleuve. !t soutient qu'il a sa source dans la
Mauritanie inférieure, près de l'océan, et que le
même fleuve forme après le lac appelé Nile (3).
Sa division des trois parties du monde est ta

(i) VtnceM~eBeMKah, ~pM~tm ?«'?*?. Patt ï, tbr. Vf, c. XtM.


(9) ?. d)~p. XXIV. H description da Paradis an c)Mp. Il, da
)iv. XXXtHest à peu pt&sla mêmede )'/m<~e??<?. <tHe)Mt~d'Anton.
dont j'ai parlé plus haat faM<<&Mfe<M(dit-it) Mt artMttt par-
f~tM. Il parle des arbres qu'on y voit, desquatres ttea~es qui sortent
de ce lieu de délices, et Mt pat répéter. coaMMHonoré d Autan
etd'mtMs, qo'it est entouré d'axe muraille de fe<t.
(S) ft. fap. XXXVde cours do KM.
7$

m~ adeptëe par !~teM de SSvtBe,qe~ ? ta t~n


dp citer a Mt éga<<. M<MMMtat8sait si pea<e pre!o)t-
~jetnentdet'Atriqw, qu'it M~tieat qa'e!!e était plus
peti~ quet'EuKtpe. &t description de t'AMqao est
anssiitifée deroavMge dtsidore de SëviMe.De ta pa~
tie occtdeo~tedece vaste MuUaeMt, i! na <wmMtt
~tM au de'a dMt~)<eMJMeaM<(<),e'est.M!t~aM
delà du Maroc.
NMà avotM MMntFé,daMa M<~t~ehwchea (a),
qM'Atbwt te Grand, qui vécut dans ce s!ècte (3),
n'étuit pas plus avance que ceux qui t*OMt précédé
datM tes connaissances gëograpMqnesdes pays dé-
couverts au XV' siècle. Nous avons montré que tes
arguments dont ce savant s'est servi sur !a question
des zones habitables, étaient tous tirés des auteurs
arabes comme il t'avoue. C'était d'aptes les

(i) Vincent
dethtHMiadtt
quelesrégions
aMcatmeprèsdes.!qw<M
MtMM pt«d)t)Mnt /!tM' et dMMttM
<f)Bfa< « «nMfonM(eap.XV,
Mt.XXXt).
C*Mtd'après nM deM~~ten MmMaMeqa'AndfM Btence Mprésenta
dans t'Oetan Mspétiqm <mgolfe où on wit deux dragons et la Mgende
~Mtt <tt)MMM(sic).. »
(aj VeïM nM ttecherchet eMes. p. 4 et sah. (Parts. tMi).
Albert te6tmtd fept~ente la mer BaMqtM eemme en grand eot<e
le eooUnent
qae te
que en<tMane. On prétend q<t*M
eeeMMBi eDYironDe. qu'il lU'
mt te
le premier qui
qai ait
bien eomn cette mer htterteere et les eoatrees qui la limitent. (V<qftt
N&t. Mw< <<< ~atttf, t. XIX, p. 3n.)
p) Albert le Grand naquit en tt9ï et mourut le S novembre <IM
(~ t. XtX, p. 56!).
<M–
Mwes dea MeMtMME i~a'!t a MtHeeoque MM
tmMtMttau midi )~!a PaM9et de rE~ptea~-
~ent ~aa!eMM~~Mea M~MtaM~Mque tM~is,
qathabitoBa le MptiètM eMcMtt,)Mveyona ~N,
de Mêmeqn'a ne voient jaMa!s eeM~ do jp<He
aaFd.
Si Albert.le GrandB'avattpoint avoué qu'il avait
pa!oé aux sources orientâtes OMaamtt pu CK~M
qa'M aoateoa!Me fait dont !ts'a~, t'ayaMtpuM
dana l'ouvrage de Mine (<),iorsqoe cet auteur traite
des constellations que tes TMgtedytes ni leurs
vaisins tes Egpptiens ne voyaient jamais, savoir
tes sept étoiles du Chariot, comme tes Italiens ne
voyaient jamais leur étoile Ceac~HMni cette de
la Chèvre de J~~eHtce. Nous ajoatcroM ici qa'Ai-
bert le Grand puisait tellement aux soun:es arabes.
qu'on trouve dans ses ouvrages des nom mêmes
de cette langue. Lui et Vincent de Beauvais,
dont nous avons parlé plus haut, se servirent des
mots arabes pour désigner la polarité de l'aiguille
aimantée (&). T!t cite eoovent Averroès (3), Avi-

()) TojtMPMm!,f~t ?M.,Mt. <, c. 70. Be attenta* «rft~ été.


~) Veyet NtpMth, t~Mfe«r BMtMetf.p. M et 5t à SI.
<!t)AywM&<,pMtoso~te et fnMeeht arabe, Mqa!t à CM<hMM au
XU. ~et& M MmtaMt tes CEewM d'Atbtete et composa an grand
nombre de cMMMMaiMtsur cet aotemr.
P*etnmhM tneefMtte &<e tneM~eem
MfZ<a.<ïO.U

DE LA PAGE
A LA PAGE
M

ecnne (t~AI~Htge~ A!gaaet(3) et NainwMide(4).


QMetqnet~diMUMioM~~eMesA~rtbCMnd
~vnt$a<aqae8<~Rdes!MBesh~MtaMe9, aouate*
moigttent !aLjgN<ndo éraditienet tasagaeitéde ce sa-
vante d'autre part il nous prenve, par ces mômes
discussions, que, de son temps, on ne cotmaissait
pas les régioMsdécouvertes au XV"a!Me.
Et, en pMst.tMMsajouterons k ce que nous avons
ditdan8MesMchefehM(6),~A!beft~(~M<d,!ors*
qu'it parte de t'MBM8pheremMpiear,d:t: t ~héRt!-
a sphère inférieur, antipode awnAtre,M'estpas tout-
« a-ifaitaquatique, et ijt est eMpartie habité; et si
« les hommes de ces régions éloignées ne parvien-
< nent pas jusqu'à nous, c'M< cause dM vastes
< tNeMmtefpos~M;peut-êtfe quelque pouvoir ma-

et plusexactement
()) AvtcemM, ~eatdos tesX.etXt*
Mt~sfae,
stMes. tlës
siècl~. Bes ce
ce derotef
dernier stecte
siècle My
it y avait nne nadneUon
awtt déjà MM traducüon latine
lsüno <teses
de ses
OEavtes. MM par GeNHtde Cténtene !( TctMe,d'aptes an nMMScrit
arabe.
(9) At&Nbtus naquit dans la TraMOxaneet vecet dans le X*siecte.
La plupart de ses eawaees existent en hébreu, et c'est infaisen<Ma-
bbntent d'après ces ~etstoM que les Emepeens ont emma les êerits
de ce savant. (Voyez t'atttete que lui censMra M. ~nrdatn dans la
W<WMp&. Mtte., t. t. p. SM.)
(S) Atp~eti naquit à Thons, an Xt* siede, et ~ecot encore dans te
Xtt*. Ses ouvrages furent traduits de bonne beure en btin et en M-
brea.
(4) Mainmnide,eéiebM rabbin juif de Cerdone, Teent an XM'siecte.
(5) Ve~MnesaM-hetchesettées, p. LaUV.
a<
«gttétïqne y retient les hâtâmes, cotame t'aimaMt
« retient tei~r.x »
Ainsion voit qa'i! admettait une terre opposée sé-
parée par des vastes mers, et, par conséquent. il
adoptait la même tMoH$ que les andens, et que les
autres cMMogmphosdmMoyaa~~eqai renfermaient
t'AM~ae en dc~a de r~qMtHOxMe.
De <nëtae,l'opinion qu'il émetque le pouvoir ma-
gMët!qoeserait la cause qui empacheFa!t!eshabitants
de la terre aastfa!e de communiquer avec ceux qui
habitaient t'Earope, cette opinion, disons-nous, est
aussi puisée dans les livres orteutaMXet dans les ou-
vrages de quelques saints.
En effet, Ednsi parle des montagnes magnétiques
qui retenaient les navires (i). Avant lui, Ptolémée
avait raconté !a même chose dans sa géographie (&).
Dans le traité intitulé de ~tfon~MJ~'ac~NtaMOfMN,
qu'on attribue à saint Ambroise, un recteur de
Thèbes raconte ses prétendus voyages dans ttnde,
et en parlant de t'ite de Taprobane ou de Ceylan,
il dit
« Ici on trouve la pierre appeléemagnes (aimant),
<t qu'on dit attirer par sa force la nature du fer.
< Par conséquent, si un navire qui a des clous de

(<}Voyez «tr &'NiHaM~.


MapMth.'tfHtw p. H9et i9f).
(?) PtoMmée.<M<~w~ t!v. VM,ehap.
<!
~-M–
s'en approche, My est retean et ne peut plus
<aMerenaMtt'eMea(<).~P
Ariatotepar~ansa! d'une mentale magaetiq~
sur tes cotesde t'tnde. Ktapfottt a fait remarquer qoe
tes Arabes qui attribuent ce récit a Aristote t'ont
Mça eux-mêmesde la Chine (3); par ce canal, il est
parvenu en Europe, où nous le retrouvons chez Vin-
cent de Beanvats (3), et il a ëtofëpëténonseate.
ment par Albert le Grand. maisaussi par io ce!èbro
docteur Pierre d'Abanc, comme OMle verra aiiiema.
Cette iaMe de la moutagae magnétique est donc
une tradition orientale. Et Albert le Grand, en la
rapportant, nous fournit une preuve de plus que de
son temps ou ne connaissait pas, par l'expérience
des navi~tears de l'Europe, les immenses eontrces
découvertes au XV*siècle par les Portugais.
Le célèbre Brunetto Latini, son contemporain,
n'était pas plus avancé que lui. Il nous fournit de

teM~wlaJhtMte~.
(!)Klaproth, CesataatciteS.Ambroise,
«f
Mat~tttt
J)Mt~t)<tnen<))).
Londres,
i665,in-4,p.se.
(9) VoyezKlaproth, ouvrage cité.
(S) ?., p. ai Cet auteur transcrit le passage de Yhtcent de Beau-
~s.
Les
anciens auteurs ehiMb parlent aussi de montagnes ma~éMqaM
de ta a'er <néridiona)esur les c&tes de Tonqntn et de la Ce~h)ch!ne.
et disentqM si tes tatsseant étrangers qnt sont garnis de plaques de
fer s'en approchent, !bi y sont arrêtes et Mom d'eux ne peut passer
par ces endroits. Ontes dit très nombreux dans la mer du sud. (Ouvrage
etté, p. tm.
83

nombreuses preuves de ce fait dans son Traite sur~a


tM~MHMMff,qui nut partie de son ?Mso~, comme
MXtst'~voMsmontré dans un de nos ouvrages (<).tt
adopta la théorie homérique de Toc~M environnant
la terre. Sa division du globe est la mAmedes an-
ciens. L'Asie à elle seute est, ~<Ht lui, plus grande
que rEaMpe et rAMqMeenscmMe;et, d'aprèscette
théorie, il place le Paradis &l'Orient et fait Yenh'le
NHde l'est. Cette théoriedu eoars du Ki!prouveque
Brunetto pensait que t'AMque ne se prolongeaitpas
au delà du tropique. Et on effet, il adopte aussi l'opi-
nion que ta zone torride était inhabitée (2). Ainsi un
des plus savants hommes du XH! siècle n'était pas
plus avancé que les cosmographesqui l'avaient pré-
cédé de huit sièctes!
Nous avonsaussi montré déjà ailleurs que Roger
Bacon, un des savants des plus remarquables du
moyen âge, n'était pas plus instruit que ses devan-
ciers et qu'Albert le Grand et BrunettoLatini, sur les

(<) Voyez nos Keetmrchascttee:). p. XLYHa L (Paris, <SS).


C!) VeyM nos ReeteKh~ct~es.
L'auteur du M~M article qui concerne BfMteMoLatini, dans t'jM<-
te&<tfK~tfx de la ftwtt< t. XX,p. 993, s'est borné 11direqM Bru-
mMo n'a rien mis da sien dans tes géttéMMtés de cemMgrapMe et
d'astronomie coa)pit~ea des anciens..
Sous nous pernMttteM de dire que l'auteur ayant agi ainsi a mis du
den, pttisqa'on M savait alors, en fait de géographie et de eosmogM-
pMe, que ce qoe tes anciens avaient ~t!t.
8<–
traitons dans Cet OavMgf(< NOMS
sujets qMCMOMS
avens meatFeqMtB~ctmdécevait FAMqae d'après
~Masie,MHteetr~Mw~e<MaHdJ!d'Orose(a).Nea8
avons m<mtré amssi qo'!t avait pMisedaas!a partM
g~tapMqaeder~vm~ed~MoMdeS6v!ueetdMt8
îew ouvrages des Arabes (9). Cela swMt pour tMcs
montrer queRegw~eon ae connaissait pas tes im-
mensescontréesdecoMvertesau XV~Mècte~ et qu'à cet
égard, il reproduisait encore les mêmes notions ex-
tfétnetaoMtbornées de !agéogfaph!esys<en!at!qMe des
anciens et des siècles antérieurs que MOMs venons de
parcourir.
Et en effet, malgré son savoir, il place encore les
limites de la terre habitable à Méroé(4) (~MOMtM), et
il pensait comme Sénèque et Aristote, qui croyaient
qu'un petit espace de mer séparait la cote occidcn-
tate de t'Espagne de ta côte orientale de l'Inde (S),

nosBechetthM
ft) VoyM citées,p.LVet LVI(Paris,<<?<.
?) V<~MnotreanalysedescetMa<M<Mff<~~apiMpMf <f0rose,
J.
S!.
(3) Baeen c!te, en effet, tes auteurs arabes. La desertpHon de la
poudre eaeon est ttree des livres aMbes (wyez B~tMefM tfM~a&vde
~m)«, t XX, article de M. Daunou, p. aM).
(4) MeMe tero est terminas snperior neMBMt!tathmb seomdnm
PHnttttnMb.a. Nom a meridie ponti Mervem pr!ne!piam habltationis
note. (tteger Bacon, C)M)«M~a<).
(5; Dicit Aristoteles quod mare parvamest inter CMm Htspa<t<tB a
parte oceidentis et inter principium tndtaeà parte er!entb.Et Seneca,
as

ce qui pMMve qu'il ne connaissaitabsolumentrien de


la proloMgat~nde l'AMqae au delà du cap Brader.
Néanmoma, il tautreconnattre, d'autre part, que
si ce savant n'a rien ajouté aux connaissances des
astronomes de son siècle, il les possédait toulcs.
Aussi ses aperçus c<MmograpMqnessur rtotëticat
de rAs!e,depu!8 hunef N<Mrejaaqo'& Focëatt septen-
trional, sont assez uoportantM.
Du reste, te propos qu'on remarque dans t'eu-
vrage de Bacon à cet égard est dû a la lecture qu'H
avait faite du voyage de renvoyé de saint Louis en
Tartarie, Guillaume de Rubruck, en !283. C'est
d'après ce voyage qu'il a signalé la mer Caspienne
comme une mer intérieure (i). En se procurant la
relation de ce voyage dont les exemplaires étaient
de la plus grande rareté, il nous montre combien il
tenait à s'instruire sur les progrès des sciences.
Pierre de ~tgmcoude FtKeM,lefameux chancelier
de Frédéric qui vécut dans ce siècle, s'est occupé
aussi de cosmographie. Cet homme cétèbre, on qui
plusieurs auteurs reconnaissent un esprit supérieur

tib.V.NataMMMt<t!eitquodmaretocest M*!<Mte p<n««)f-


m~dfettMsi »
ventussiteonventeM.
(Roger Bacon. <~< a«~, p. M~)
<t) Voyez dans Hadnyt, dans sa eeMwM<M) de )%ya~. tom. tt!, te);
extraits de la partie de t'onTfage de Bacon relatifs a h partie de t'AMe
dont nous venons de parler dans le texte.
.-t· 8ô .-R

à échu de soa 8!Me. ~oatenait aasai Pex~eaee de


!'«&e!' <M~JM o~ de terre aataretiqce aëpM<ede
i'AMqae, formant ooe quatrième partie, ou MehM
admettait le système des teFM8 opposes de Ma-
efebe, comme on le voit par un vers d'oa~ sathe
qo'Mcomposa contre le pape et contre la cour dè
Rome. Voicile vers en questionqMtMas révèle tout
le systèmecosmogFaph!quede cet autow:
e Fartes HtMM<f< ~Ma<!Mr HW<c ~metvo<acesN<(<);
Si c'est réellement de r<t~ef er&Mou de l'An-
tichthone dont il a voulu parler, cela nous prouverait
que l'auteur devait précisément suivre la théorie sys-
tématique des cosmographesqui séparaient l'Afrique
en décade Féquatourparune zone demer d'uneautre
terre australe, et qu'il devait, parconséquent, adopter
aussi l'autre théorie qui établissait que les zonesin-
tertropicales étaient inhabitables.
F<er)'e<f~aso,dans son CoMC!Ka<M'(~), tâchant
de répondre à ceux qui, s'appuyant sur divers pas-
sages d'Aristote, croyaient inhabitables les régions

«) VoyM <?<:<?<< de fe&fe! pepNta~M <a«)tM du JIogen-Age, publié


par M. da Mérit). p. 163. -Paris, iM7.
Voyez aussi t'artide de M. Magnin sur ce recueil, iaséré aa~tnMt
des NftMMM,de janvier M<8, p. M. Le 'M décembre tMT nous avons
donné au savant académicien une note sur ce que les cosmographes du
moyen-âge appelaient quatrième partie du Monde.
(a) C<mff<)<tMf<M~i'rMff<t)'KmpMM<~t<M-t<e', Diff t.XVtt.
-.$~–
sitneea aemla ligne equinoxlale, produit plusiears
raisons qui lui font croire que les eontreea dent M
s'agit étaient habitées,
Cette discussion, à laquelle se sont livrés Albertle
Grand, Baconet Facteur quenous analysons dans ce
moment, signée déjà un certain progrès chez les
hommes éannents maisHooMasataMdo <a!MmeM-
tion des MMaoasqu'il attègue pour démontrer que
Pierre d'Abanone connaiss;.it pas non plus par l'ex-
périenco des navigateurs ou voyageurs européens,
les régions découvertes au XV*siède par les Portu-
gais et par les Espagnols.
Le long passage que nous allons transcrire ie
prouvera d'une manière péremptoire.
PieiTe d'Abano, répondant à ceux qui suivaient
Aristote dans la question dont il s'agit, dit qu'Ans-
tote ne savait pas par expérience ce qu'il affirmait,
< car, dit-il, il y a des pays qui sont maintenant
« habités et qui ne l'étaient pas anciennement; car,
selon le même Aristote. dans le livre des ~M-
< téores, ou actuellement est mer était autrefoisri-
< vage, et vice versa. Et, dans le livre des Pro-
blèmes, il dit que la Libye se trouve située au delà
du tropique estival, et que l'ombre se projette du côté
du midi; et, dans ce même livre, il fait dire à
Atexandre que les Ethiopiens habitent autour de
'–M--

S~e(asd~~sao)~der~<Mteur).etqeo,dan8
toMstesMeuxde fEthiepie,emh)peM projette vera
ta parité <nëFid!enat~
Or, oh voit par ce passage Pierre d'Abanose rap-
porter à aa auteur ancien et à des observations qui
concernent une partie de tTnde des cosmegrapbes
de cette époque, c'est-à-dire de rAtriqMeonentate,
mais il ne dit pas un mot des observattoos faites dans
la partie occidentate de ce continent.
Il essaie de conciliertes opinions d'ÂHStoteet de
Ptotemee, et par sa discussionmême, il nous prouve
qu'il ne connaissait pas les répons découvertes plus
tard.
En effet, il ajoute « qu'on peut objecter que ces
parties do la terre sont habitées, et que cette opinion
ne se trouverait pas en contradiction avec celle
d'Aristote, qui croyait qu'eUes étaient inhabitées a
cause de la chaleur, car une grande partie de ces ré-
gions (remarquez bien) se trouve occupée par des
mers, et ceux qui habitent sous les tropiques ou dans
leur voisinage vivent pour ainsi dire d'une manière
extraordinaire. Et puis il affirme qu'au delà des
tropiques, tout est tH~a~aA/e à cause de la chaleur.
« Ou peut aussi dire (continue notre auteur),
d'après des récits de personnes fidèles depuis le
temps de Ptotémée, que quelques personnes ont.
–M–
pass<Sde eespays-tadaMale ttôtre. c< ~~OM <e ~'(m
~a< M~Mf livres de fart ~M~MC, ~e~cs*
MHS des a~ (c'est-a'diFe de ceux qui habitaient~
xones tempëfêes). ~oM F<e~tH~e,ont ~aA)~ dans
les pa~ d'M t~MtMe~MMMM~(<). t Et pour NOMS
fournir une preuve de ptas qu'il s'a~sMit des ccm-
t~ëcssituées à t'onent, et que c*éta!t &Hade qu'il
M Mppoptah, et BuMoment a !'AMqae oecMentate
située sous t~tK~MpMs, Majeate hmoëdiatonMnt
aptes:
a On dit aussi
qu'il existe la viHe d'Aryn aux
< Indes (8), quoique d'autres assurent qu*t< est <tM-
a possible d'y aller et ~t t~yetH~, parce qu'H y a

«) *A<ta!iad<))ecndam, quod aMqtti. ut appantitex recitationibus


MeMam pest tempora Ptolemel ad nos HHne tracMantea porte-
MM aet ot tB<!<tetamest per Mbmm ad artem sphettcam ettam
M'eandnm Ptetomeum aiiqai perveMruM ad bas tegtonN de tecis
jBqniMcMtxm. Non enim <neoMM!ens,quod idem home senserit
dt~rersts temporibns opposita. B~<t«aot ?<? «fam ~at <~ft<M<)a
fN~<c M-tMa~.Quidam tamen atunt Mac illao, aut coaveMe non
posM transitum eompleri qwenhm t)McsnM montes qui Batm~m
battent heminM <'dse tNhendi sicot adamas attMhit R'tnun (eene!-
Matof)..
(t) Ruh~ph, dans ses <<<<aetaMMM ad 9<M~MMM A«<M'<~M (Senec.
<)p, t. V. p. 0), pense que l'Inde de Séneqae est tes Mes Canaries ¡
ea' d'aprèsPtetémée (dit-it), l'Inde orientale se rapproche de t'AM-
que oceidextate. Mats cette tnterprctatien ttendrait embtea!Mer
encore plus cette division géographique. Ce qui nons paratt tors de
doute, c'est que pendant ta plus grande partie du moyen-âge régnèrent
les notions les plus vagues sur la sttMttMt de cette prétendae ville
d'Ar;n. ainsi que sur la dénominathm d'inde qui fut arbitrairement
etendee
w
< des motMagnBsqui ont ta propriété d'aMMw!es
< hommes,comme faimant attire !$ fer (<).
L*aMtewcite ensuite un passage de Mneque rela-
tif a une expédition qui, du temps de Nepoo,entre-
prit de découvrir les sources du NH(S!),et par MMe
transition, dont il est diMeHede saisir le véritable
sens, il dit que de là vient a qu'il y avait peu de
« temps les C~nois armèpent deux galères pourvues
< de tout le nécessaire, lesquelles &auehireMtle de'
< tMit d'Hereule situé à l'extrémité de l'Espagne.
Mais (ajoute-t-it)il y a presque trente ans qu'on
« ignore ce qu'elles sont devenues. a
Et se rapportant toujours à i'!nde où les Génois
paraissaient devoir se rendre, maigre le danger des
montagnes magnétiques, il termine ce passage de la
manière suivante
« Présentement, le chemin parterre (pourt'tnde)
< est connu on traverse la grande Tartarie, se di-
< rigeant vers le nord, ensuite on tourne vers
a l'orient et vers le midi (3). e
Tous les passages de la dissertation de Merr<*
d'Abano nous fournissent des preuves nombreuses

(t) Voyez ce que nous avons dit à la pas. 80 à 89 sur la fable des
menta~Ms magntttqueii qui attiraient les navires,
?) Senec., Mat. Oaest., Uv. Vt.
(5) Voyezce passage et t'aMtysieque nous avons donnée <tatM))<M.
KccheMhescitées, § XXtt (Paris, MH).p an.
~St–

que c'est dans les livres d'Anstote, de PtoMmee.de


Sëneqoe et des Arabes, ainsi que dans les voyages
qu'on venait d'eNeetaer en Asie après tes eMt!a«det!,
qu'Hs'appuyait, et non pas daoa des pecitsdes voya-
geurs qui eussent tfavetse l'océan Attan~qMa.
Lors n)e<neqae tous ces passages n'auraient paa
constate ce fait, unautre, dont il fait suivre!e r~cit
de la tentative avortée des {pderesgénoise~ saMMUt
pour démontrer que Pierre d'Abano n'avait aneune
connaissance de l'océan Atlantique ni des régions
iMtertropiea!esdécouvertes par ies Portugais.
L'autour, est effet, revient ensuite à la difficulté
qu'it y avait pour M fCM~eaux Indes par mer, à
cause desdangers dont ta route était semée,et comme
pour donner la raison de la disparition des deux ga-
ieres génoises, il poursuit en ces termes
< Quelques auteurs ont assuré que cela arrivait a
< cause de l'étendue de l'océan entre les deux tro-
« piques, dont oit t~Hore/a position, d'autres disent
a que c'est à cause de la c&a/eMrqui existe ett<f('
« les «'opt~Mes.t
Or, on voit par ce passage que Pierre d'Abauo,
après avoir été d'avis en théorie que les zones inter-
treptcates étaient habitées, montre que fec~cMM<H~
entre les detM:<rop~«es était tttcotMaaa Xt! sicctc
des hommes tes plus savants de t'Europe.
M
`
Ennn teatcoqo'w tapparieest ~fé, mousto repe-
<eB8,des anciens auteuM, notamment do PtoMmée
ctdeaautenrsamKws, et des cartes de eewx-ci, et
rien m'étaitpuise dans les récits des voyageurs eoro-
péens qui auraient traversé !'At!antique, et qui aM-
raient vtsM tes régions ocNdentates de PAMqae. Ce
qu'il dit MtatîventeMt&la pasMon d'AzymepMMv«
cnMM davantage ce que nous avonsdit plus haut.
Naos nom pennoMroMsdetMMscnM encore MM
paMage,qui devient aussi important Mmsle rapport
de la cartographie, puisqu'il prouve qu'au XIIIe siè-
elo on connaissait déjà en Eufope des cartes ara-
bes (<) et peut-être persane&JS), dans lesquelles se
trouvait marquée la fameusevute d'Aryne ou la cou-
t)o!ed'Aryne, quoique Bacon eut déjà parlé avant
lui mais simplement d'Aryne comme cité.
Pierre d'Abano, s'appuyant sur d'autres raisons
qui le portaient à croire que la zoMCtorride était Ae-
bitée, et se prononçant contre l'opinion générale qui
régnait alors, dit:

(<) Mssoudi avait vu au X' slbcle, au Caire, des cartes de Marin de


Ty)' (voyez FMiMe MaMMdi dan~ la BfefrapMt 0))<)'<r<et ~Mft« et
e.ftntfMdei <M. de la Jtf&Mett.?.. t. VH!, p. «?).
(it)Ces eosmogtaphes pouvaient conMttre bs mappemondespersanes,
ear dans une mappemonde persane, da Xtt*tiiecte, de ta MNiotMqm'
du roi, MM~metcl !tea~M, on voit marquée la coupole d'Aryne an
eentre dn nxmde.
~-n&~<~
Qae le contraire est denxMtt~ pa~h comMMMe
a FPMtnmëedo ee«x qui poMtpo86K'Mtde~ caftes sur
lu VtMed'Anne, iaqueMe,dit-on (t), se tKfwes!-
< tuée exuetemat au milieu du mondo, et &dgah"
distance des quatre points caM&taux,savoir ro-
<' neMt,t'oceMent, te m!dt ette scpteutnoa ~FMeaf
< degrés. Ceux qui <MttdMsa~des cartes sur ceMe
< v:Me, d'apr&aIatMefip dpsptanètcs, R<rent.<;<?<*
< ~MC~'eMdit, le géant Nombreth (2). Ptolémée,
< Athategn:(3), Athamasar (4) etA!~onsmMs(A!MM<-
« )!zM)i,ou Natif du Khar!xm). Il
e Au sut'ptna, le pays situé sous la ligno oqu!-
<' nox!ate se trouve a égale distance des pA!cs. Or

(t) Oa <rottqa'i) parle toujours sous la formedubitative.


(t) Ntmbroth, an des esprits que tes magiciens censattent. Voyez
J~xeftTt de <'<<f<!<«N)fedes faMTfptfoMft N~M-MtMt, tom. XU, p. M.
(3) Cet AMate~atMs,célèbre astronomearabe (At-BatUmy)<!utX<'a))
X" siècle, Bt ses ebserMHeM astmnemiqMMMMtt à Bacca, tantôt à
AnMeehe: dans son livre (z~e~t~) KtMe&tMMM, il traite aussi
des planètes. Delambre fait remarquer que ses théories ne sont que
eettesde PteMmÉeet do Theon. Mdôme de longs détails sur la posi-
tten et t'eten'hte des mers et sur les lies (voy. Delambre, 0<t<.de f~<-
tret. att NesM-~t).
(4) MatMmatMen arabe <)HtX'siMe, dont le nom véritable est
nja&r-ben-Mohamet-ben~nMr (Ahm.Machar),H naqa!t Battth dans
le Knoraean l'an de rheg. tM. Heemeosa <m tratté d'MtrotO)!!eeonM
sons le tttte de ??0~ ~'fMH~. t) y soutient que te monde a été etéé
quand les sept ptanMes se sont troMëes en conjoneUon dans te pre-
miee deeté dn bétier, et, à cette rêverie. <t ajoute qu'MMm lors-
qtt'ettes se rassen'MMWntdans te dernier des poissent
CasM, dans sa NfM~tft.~MM< Kttpa't., 1.1. p. SM, donne un eata-
logue de ses ouvrages.
<M

a (d!t-i!)Je mi!!eMayant plus de vertu, ptus deper-


< <!Mt!oaqaetes cxtMhnitës, at~tant aussi pïns tptn-
t père, s'H y a dea aaMtants et une iompëfatare
convenable dans ces extrémités, p!us forte tn!-
<<son oa doit en tM~veraMmi!!ea n
n pense donc, d'après cotte thëone, que tes pays
situés sous rëqMinaxiah)détint 6tre haMtës (<).
Ainsi, dans tontes ces questions, P!er~ d'AbatM
Moe!te que des auteurs orientaux et P(oMn)ëc, et
pas un seul auteMrou voyageur eupopéen.
La diversité même des opinions sur ta position
d'Aryne est, selon nous, une preuve de leur igno-
rance relativement aux sujets que nous traitons dans
cet écrit.
Une autre preuve évidente, disons-nous, que les

voyageurs européens, et les marins de cette partie


du glotte, n'avaient pas enco.'e, à la fin du XtH*' siècle,

<<) Oppositum monstratar tommuni h)M Mn))tonentiMMt tabnbs


super Atym civitatetM, <)))iBpm'dicittMr ntte Mse in tuettio MMttdi.
distens <ban<tquoqueqxatuoraBg<t<orn)n ntandi, scitic«( oriente, oc-
eidente, mendie, et septentrione per 9 gradus. Compasitores autenl
tabataram snper civitatem praedictam hi in taeericaptanetantM bis-
patends MMe dteantar Nembtoth gigasi ennomiens, I)tolomeus, Alba-
tegol, Albumasar et At~thmas.
tegnt.Atbomasatet Amplins locus
A.180rlsmus. Amptios æ<¡ulnoe\ialis est
tneass~TatMetiaMs eMme-
mc-
dtus distans aiqaaMter ab ntrpqae po!o mediam aatem if!rMosias.
pertëct!as et temperatins est extremis. Cam ergo versas extrema stt
haMiatie et tempeMmeMon). multo itaqae magis erit circa medium,
q<ta!c tocasest, qui sub aeqaatOFe, hahttabius ttaqaeertt. (re~Kefer
N~ t.XVtt. p. !<?, T.)
–.MX–

ffancMtesMmites des eetnMissaaees~ao~rapMqacs


de rantiqttite, e'<M<t que !es aatoOtés m~tne sur tes-
qoettes Pierre d~Abanos'appoyaït prouvent ce fait.
selon nous, d'une Manière péremptoire. Et en effet,
ce savant invoquait sur ce sujet t'tMtentô <teNom-
bfath, qtM~ta)t un des esprits que les magiciens
MnsM~Ment,et qu'il cwyMt avoir déte)fm!n6!a po-
sition d'A<'y<M.Au m~tna temps q<t'Hp!acaceMc
pFétendue ville sous la i!g)<e~qu!«oxMa et ~te
d!ata<M:e des pô!es, il vient établir que la métnc vHtc
est par neuf degrés.
Bacon, qui nous dit aussi dans son Opus tMa~tM
(p. i83 et suiv.), que tes mathématiciens p!açaient
!'Aryne sous réquinoxiaie, a ëgatc distance de l'oc-
cident il l'orient et du septentrion au midi. nous dit
autre part: ~<:K<MH ~MBKMHc~f~M coco<Mr
(ib., p. i9A), venant ainsi à la déptacer, en la met-
tant à Syèue (a Assouan), qui est situé par le
24, m. de latitude nord.
Selon cette position, le centre du monde serait
ators 24 degrés 8 minutes ptus au nord de l'équa-
teur.
Pierre d'Ailly, dans son Planisphère, dont nous
traiterons dans la partie consacrée à t'analyse des
cartes du moyen âge, place FAryne au centre du
monde, à l'équinoxiale. tandis qn'it admet d'autre
M–-

paU ïa pettteast) de t'AMqaet et d!t camme 8e-


)tèque<j)M'eM criant du d~tre!t de Cibrattar on pm<'
vait aller danst*!nde en peu de jours. Ainsi !'Atyoe
de ce cosmogMphe, comme de tous ceux qMioMt
parlé de cette-prétendueville, étattane pure théorie
qui, Join de mentK'r le moindre progrès des connais-
sanees geogMph!qMe$,prouve au contraire rigno-
fanc<!dans laquelle se trouvaient h)s cosmogFaphcs
occidentaux et orientaux sur la vraie <brn)eet sur le
pMtongemeMtde t'AMqup. Et Jean do Beauvau,
cvéque d'Anges, dans son traité la F~ttre de la
<enc et de ftata~e </MtM«M</c, mss. de l'année <479,
encore l'Aryno au centre de la terre à line é~ate dis-
tance des quatre pomts cardinaux.
Nous avons déjà montré dans un autre de nos ou-
vrages, que le cosnaographeanglais Robert de !Jn-
cotn, qui vécut dans ce siècle, et qui était considéré
comme un des plus savants hommes de son temps,
n'était pas plus avancé que les cosmographesses con-
temporains au sujet de la connaissancedu globe, et
relativement à l'Afrique(1). Nousavons montré que,
dans son Tra~e <o s~A~e, ouvrage accompagué
d'une nomenclature des différents lieux de la terre
alors connus et de leurs latitudes et longitudes, on
ne rencontre pas un seul mot relativement aux di<-
nosRecheKhM
(t) Voyez p.es et Miv.
ett~e!),
_~<t?.

tëpentM posMonsdes viMesde t'AMqueoeeidentate


au delà do cap Brader (<)*
B~ns te même ouvrage, nous avons montt~ aussi
que Cecco d'AseoM.homme d'aagMMdsavoir, té-
moignait dans sou commentaire sur le Traité ~e
~cf<?deSact'o Bosco, qH'!tcroyait, comme Atbert
te Grand, Roger Bacon, Pien'e d'AbatM, que tes ré-
g!ons intertropicales étaient haMtëes; mais nous
avons fait remarquer aussi que les raisons sur les-
quelles it s'appuyait étaient fondées sur les opinions
de Ptoléméeet d'Avicenne, et sur le livre d'Hermès,
de Propneta~MS /ocon<m, et nullement sur l'expé-
rience ou sur les récits des voyageurs européens (2).
Le planisphère de ce cosmographe, où on remarque
t'Antichthor: ou la terre opposée, et la légende de
<prro tHAa&t«!/M sur la zone torride, prouve que
Cecco d'Ascoti adoptait les mêmes théories et tes
mêmes erreurs que celtes de tous les cosmographes
du moyen-âge (3)<
Le Dante, l'un des plus savants hommes de son
siècle, montre,dans la partie cosmographique de son
poème, qu'il n'était pas plus avancé que ses prédé-
cesseurs ou ses contemporains sur la connaissance

ri) HtH.
(a) Voyez nos Recherches citées, p. LIV et StS.
'X) Voyez ce phnMphëre <hM nottc Atlas.
7
M–
dwgh~e PtuataMMpassades de sa fritte te pFao<
vent, selon Maa, d'<m<noam~MasMz évidente.
]~)!ac<aredapoenMdNBante notMBMmtM'd'aboFd
que seNidées cosmograpMqueset géogmpMqoes&t-
rent paMesaux tMts sources o& pais~pentla plu-
part des <MsoM~mphesd*Mnepapi!<'dn moyen-ége,
aave!r dans tea <BMVFee des gëogpapheset des po&tea
dePant~j<Mtë, daas ta cosm~fapMedes PèMa de
l'Eglise et dans tea écHtades Arabes.Ce fait est tet-
lement évident qa*!t nous suMra, pour le prouver,
de dire que tous les noms geogMpMqMesde lieux,
de montagnes et de rivières sonttes mêmes que ceux
des géographes grecs et latins (i). Dans plusieurs
endroits, il suit l'Almageste de Ptotémee. M parle
même de ce grand géographe dans le chant IVe de
l'Enfer, et il suit sa théorie planétaire. De même que
tes autres cosmographes du moyen-âge, il place Je.
rusalem au centre géographiquedu continent consa-
cré à l'habitation des hommes (~), pour se confor-
mer à la cosmographiedes Pères de t'Egtise.
Le Dante a du puiser cette idée non seulement

(t) C'estainsiqm'oB
yUt ttoMb?~<m«'
N~te~,PMeat,ch.XXVt.
Ubye('t.),NtMo~fe ehMtXXtV).
(Enfer, AiMearsAbydos,
Fo~at-,
ehmt.XXVtn.
(!) P«tytor<e, XXVII, 1. u. <.
PtodettMmappenMndes, qaeneasdeMmns dans mureAttM, repré-
sentent ce sysHme. (Voyez la lie partie de cet MWteeJ
M

<hMMt la eawages des wmbMMXeosmogcaphesqui


te pt~dèKmt, et que MHM~eaonade mentionner
mais aaas! dans les mappemondesdu moyen âge (t).
t~ partie Mïative à t'emptacement do Paradis tef-
Mstra est poisé~dana les récits eoamegMpMqaesdes
PèMa de t'EgMae. D'autres paptieM~Ht<8externe-
ment remarquables, qo'on trouve dans rœMwe du
Daute, et qui ont tant exercé ta sp~cité dM com-
mentateurs, ont ëté puisées chez les auteurs arabes
aux mêmes sources où puisèrent Bacon, Albert le
Grand, Pierre d'Abano, et d'autres auteurs du même
siècle. Et, CMeffet, il c!te même ~MceMKeet ~fcef-
t~~ (2).
Dansle système du Dante, la terre habitée rem-
plissait à peine presque un hémisphère (3), la mer
embrassait l'autre, particularité qui, à elle seule,
suffirait pour prouver que le Dante n'était pas plus
avancé que ses devanciers sur les points qui font
robjet de cet ouvrage. Ït pensait aussi, s'appuyant
sur la théorie cosmographique d'un grand nombre

(t) Voyez ce sujetla mappemonde da Muséebritanniqueda


X!M* dansnotreAttM,
siMe,publiée etcellesdesC<h'ea~tM!<
de&t~<-
Cexit, dela NNtotheqae
deSaiMe~eM~e,et eeMe MTée d'annm-
n)Merit dela NbMotheqae
n.deParis,n' «?, renfermées~atetaMt
'tf(MnotreMM.
(~ fB/iMt., dtaat tV.
(:) Dante, ~<t~n«t,XXXIV,44.
«M

d'ameurs et de cartographes, qu*!texistait un conti-


nent sépa~t du monde connu,et. qu'au deta des eo-
hMtnes d'Hercule, il y avait des régions Mntaines
protégées contre Faudaco des navigateurs (t), et
c'était là qu'il marquait, comme tous les cosmogra-
phes du moyen'age, la position !naccesa!Medu Pa-
radis terrestre sur un c&neéte~ (2).
C'est encore la montagnede la mappemonde de
Cosmas, de la mappemonde de Turin, monuments
anteneurs répoque du Dante. C'est encore le Pa-
radis de la mappemondedu Mychronicon do Ranut-
phus Hydgen.
Le Dante n'a fait, sur ce sujet si important, que
répéter ce que Cosmas, saint Avite, B&de, saint
Jean Damascène, Isidore de SéviUe, Honoré d'Au-
tun, Brunetto Latini et d'autres avaient écrit à
l'égard du Paradis terrestre (3); Dans le Paradis.
chant Xe, il cite même Isidore de Séville et Bède.
Au surplus, le Dante aurait pu connattre plusieurs
mappemondes du moyen âge ou la position du Pa-

(<)/<t/tM)a,XXXtV,
(9) y«tw«torfo,tV, as; XXf. M.
(3) Sur la position du Paradis terrestre, wye< ce que nous MOM
te~t plus haut, lorsque nous avons parlé de Cosmas, d'Mdore de Se-
~tMe.d'Ataph et d'autres. Voyezaussi saint Bonarentnre, Compeadtuen,
M, 6t, et Isidore, B<!))Mh?~XIV.
–tM–

rwdM<et~e«w se trouve marquée aux ex<t~M)i<es


tes
plus raeateea de la terre (<).
De FEurope occidentatoet de PAMque située de
ce <t le Dante mentionne à peine rË~~a~Me,et la
partie du royaume de Maroc que ta mer &<K~tM de
ses ~<Ms(8) et il ne connaît rien au delà de la côte
occidentale du Maroc découverte au XV'siecte.
En arrivant aMdëtKtitGaditaiM.il rëp&te encore
la &Medes colonnes. JI dit
< Ce détroit où Hercute plaça ces deux si~aux
< qui avertissaient lhamme de Hepas p~n~t~f plus
< avant (3).
Un autre passage nous prouve encore mieux que
le Dante n'était pas plus avancé dans la connais-
sance du globe que ses devanciers.
< Je laissais Séville à ma droite (dit-il), comme
< j'avais laissé Ceuta à ma gauche. 0 mes compa-
< gnons, dis-je alors, qui êtes arrivés dans les mers
< de l'occident. ne vous refusez pas la noble sa-
« tisfactionde voir l'hémisphère ptwe d'&aMMHts.'

(1)V<~ym dansnotreAtlastesdMfétentes
mappemondes quirepré-
sententcettetheorte06,nonseulement
teParadhterirestre
estptacé
anxeMténtites dnmonde,
ortentates maisaussiMy estptaeedansune
terresepMee damonde.
(S)~MM,eant.XXVI.
pt;ft,edtt.d'Attam!,p.!S!.
Ma
~t, d*a~ ae )~~$~ te poète eroyaU
que los )~g!onsmtertrepîeah~a«aient inhaMtees.
~ea MMteaj))Mt!esde!*AMfmad<mt Mparte sont )~
~yeetaessaMMbrates par la a$!mt(<) det'ËtMe-
et ~es heKts de ta mer BMga ~).
Q<MH~& r~tte, H ae pa<<eque d'MtMmMMèmttés
vague <taspaya située au delà du 6aMge(3).
MpaN~t adopter aasst la them~e homérique do
r<M~!aM eMVtKMMMmt. te~qH'~ dH « <&e~t~ se ~t
tMvoilede la H~f (4).
Sa cosmologieest puisée dans !'Atmagestede Pto.
Mmé~ et datM eeMe des Pèt~s de rE~et comme
nous t'avoua dit ailleurs, et nous la montfeMnsptas
eu détail par t'analyse de quetqaea nMamnenta eos-
mohtgïquea. Si ce gfMd poète parte de constella-
tions australes, c'est d'après des observationaaatM'
nomiques faites par les Arabes mathématiciens CM
Egypte et dans l'Inde, mais le Dante n'avait certai-
nement pas l'idée de l'existence de ces constellations
par des observations faites par des navigateurs aux
mêmes parallèles sur J)a mer Atlantique ou à l'occi-
dent, car nous avons~démontré plus haut que le

(t) Fm~'ot~. cant. XXVt.


{!) fa~ chant XXIV.
? fm~aMT~ cant. XXVtt.1.
«) «*<M, XXXtV.
'–tM-
Bantè pensait qM'awde!atdea eeïennea d'HereMte<
< ft<Mtm0ae ~MMM~ pas p~w~MN eMtt<.
Aïaat~MquatKtéteMeadu Cfw~eMdalaeMiR
da aa~,dont 8 pa~e, n'ûMtpawété obMx~Mtpaptoa
navigoteMMeaMp~em en naw~ant sur la mer
Atlantiquedu tempa do ~tMteou avaat 8Mopaque.
Noussavons d'une man~Kt positiveque les ÂM-
besM Mtvaïem de raatM!abe sur la mer Indienne
MM avant t'aw~e des PwU)(~M.Différentepas.
aagMdu journal de Vaaeode Gamaet des eommen-
toiM8d'A<bMqaeM;Me, ainsi que du g.'andoMvrage
de
Barros et d'autres, ne nous Masent pas le moindre
doute à cet égard.
C'estdonc d'après les observationsdesArabesquo
Je poète a parlé des quatre étoiles du CfMswovers
le poteantarctique(i). et non pas, nous!o ~pétons,
d'après desobservationsfaitespar des voyageuMscrr
la mer A~antique.
Cette opinionque nous nous étions forméepar un
aveu même d'Albert le Grand, relativementa cer-
tainesconstellationsantarctiques, nous la trouvons
connrmée dans une excellentenotede M. Artaud,

tt) Jfa~tM~. o. 1.
mt vols a mm destm et pasimente
À t altre polo e vidi quatro stette
Non ~bte nMtifMt eh' à la prima gente.
t<M
aj~Mte~&sot tradMCt!andu Dante (< Cet Mademi-
eiee Mpperte que fopMen du ehava!!erC!aea!tM.
attela diMwtCMf de !'oÏMarvate!re de B~o~tf, était
que!e Dante pouvait avoir eu cennaisaaneede la
<?fOMB ~M<M«ifpar des reladons des Indus Mt~~0.
MMsce qui vient <MMore een~mw da~ntago notre
a8sert!M. c'est que M. Artaud, ayant 'MMaM M. de
Ressd, de t'Aead~m!edes ac!eMes. sur la question
de savoir s!, M'ëpaqae do ~ote, M <ta!t po~iNa
que la science eût découvert la CfMa!du M«<dans
t'E~pte. que les G4oo!aet les Véaitiem visitaient
habituollemont, M. do Rosset !ai d~ciara qu'en M-
Mtntdes observat!otMau cap Comorin on était placé
a 7 degpës 66 m. de latitude nord, et que t'en pou-
vait apoMevotfdistinctement les ëtouea de la Crotz
du aM~&plus de 20 degrés d'ëtévatton à leur passage
au méridien.
Mais ce qui est encore, selon nous, plus décisif
sur ta question dont il s'agit, c'est que, dans le globe
céleste arabe dressé en Egypte en <225 (i'an de
l'hégire 622), par CaUssarBen Aboucassan, on dis-
tinguo d'une manière positive la Croix du sud (2).

du l'antepat M.techeMtter
(t) Traduction éditionde
AfMmt.S*
iM!t,p.ne.
(t) Le globe arabe d'AttMCMsaaa été acquis par le caNtinat Beqtta
en ttM. n pM*emtt d'un taNMtde PortagaL ~f~Mnaota donné une
dbMttaMen MhmtMthe de ce xmtmment en tTM. (Ve~et la netedtte.)
<M
~'M)~a<~tM)meM)a<M(Mt)WMtqMeteBM<~a<M~
to!<MNMat pMtae & «as aearees (<), d'aMteMtp!a<t
<j~'Mc!t0 M-m~Me Av!eM)<Mt et Aw~oêtt, eotome
ne!Mt'avons dit plus hawt.
Ainsi. d'apis eo quo nous venons d'exposer la
passage du Dante 8or la CfM~ ~Msud M'a~en ~'ex-
<mo)~)Ma!M. Ce passage dette, de M~ofwque ceux
qo'OMtMuve dans tcs'OMVMgesd'A!bert le Grand
Mtat!~ & eeHa!oes eeastoHattens, ont été paMs
dans les ouvrages et dans les gtebas cë!c8tesdes
Arabes, comme HOMs venons do !e moatMt'.
Les Arabesallaient dé~, au Xe sttete, au cap Ctt-
morin, où !ts pouvaient observer les constellations
atMtrateN mais ils MqMCMtaient dej&&cette ëpoqua

Burlesm~nomanta
(t) VeyM desArabes~ouwtate
astronomiques
deM.SMtttet.tnMMM:
N'at~M* paw <MW<tr fA~M~t tampon des MtttttM matMaatt-
~M<t~M <!Mf<M les O~MtatM. Paris, <MS.
NettB <ttant<tMasque lourdon de Se~me dans sa description de
«nde,<t!t:
De t~M M)t, vtdeMf TfMMnMM multum baMa fn taatttm quod
M ta quodam toeo quod non apparebat sapm tetMm <et mare, nM
per digitos dues. »
Plu bas il dit que du même eadMit on voit <MwpM.qu'on a apef-
çoit jamats de nos conuéM.
(MaMM de tMtdan dans le tome tV des WA)M<rM de la ~MfM <t<
<.i<)~<&&<? tw~ p. !H.)
tbn Watdy, parlant des Metde la mer da &mp)ehaf, dit. ~<Ht n'y
voit PowM. (Bernât naMeh.)
(Voyez WM&«« &c<M~M du Noxf~fM, t. lt, p. 39.)
«M

la eete de SMaht, e&Ha voyaientpar~Mtementles


eteMcade h Ct~~M <?<(<).
Nous &r&M8remarquer auMï que, el !e Nante
denne(a mesure de la term un pouplu exactement
que d'OMhpM eesoMaraphesdu moyen~ge, M? eer-
~oemaMt pr!a cette mMUMehex !ea aMteM~an-
deas.
Ft~Mt a meat)t~<jja'Anan!<bandM n'était paa tMp
~M~ede<avédteaCetega~(a).
Danteaurait dene pu puiser a cet egatd dans
Strabon et d'autres. H pouvait aussi adopter la me-
MM de la terre dénuée pdr tes~rabes (3). Et déjà,
en éKet, près de quatre sièclesavantle Dante, leca-
ti&J~MMan(ana. 883) Ctmesurerun degré de lati-
tude dans le désert de Sauliar entre Raccaet Pat-
myre et cette mesure, répétéeprès de la ville de
Koufa servit à déterminer la grandeur de la
terre (4).

(!) VejfM ~e«<M « B«Mftt <tMMMOMrtM,t. ), p. tt, artiete de


BetXttBM sar MMMmM.
Ct) VeyM te tomeXV <te<tOE<MMa
de P<<Mt,hHt.p. <M.
?) VeyM FMMt, MMaee eu, tome XVt. p. MX,mt tt meMM de
la <MMdmm6e par tM Amhm.
M ~TM Masamdt dam tes Wet<M« jMM«t, 1.1, p. <&.CoaMtez
AtMttMh, ~<tMt BM~a).,t. M, p Mt.
Ma~ tem me~tM de la tom, tea Atahe* MtthmMBt qo'an ttem
eentemeat da globe MMestMMt tMMte, qtt'mt seeend ttMs m eoaebte
~a'ea 't~ent tntmMMMMet que rMMe tiers est Meapé pat la mer.
<M
~MaweMFoeeaateadanMMttMp aMamfatpM~o
MppMehemeMtde la eesmegKmMedu Dame avtw
cernes tep~seBtattooa~MpMqMes, hqueMed<M<
meaaMS de la tcn~ te ptt&toa adopta.
~e~f«b <Se<H<MM~@M <f~<MM<rc, qui eetOj~Nt
aussi d«Mace s!Me «Menotice du m<M)~e «MtMMe~
en y je!~aMt co que Gerwa!ade Titbwty, son eeatem-
poralu, écrivit sur ce sujet, neas laissa ainsi MBeae:t'
xnogmpMoeejta~&te.
Mais cet ouvrage, tout ap~eM, MOMS prouve quo
<~a coame~rap!)ettétaient plus aFrMf<&même sur
tes sujets qui fout robjet de cet écph, quo Bacon,
Athert-ïe-Grand, Piorre d'Abaao et d'autres.
Gervais, ma!g)~ M grande érudition, dans ce
Tm:té dedM a rempereMf Othcn IV (i). n'admet,
comme d'autres dont nous avons déjà parlé. quo
deux parties du monde, savo!r t'EuMpe et rAsie,
et ces deux cesmographespiaça!entte monde comme
une Meau milieu de la mer et de forme catT~e.
t PeMrMOMw, dit-il. a<MM p<apeas/c MMtM~e carré
au milieu des mers. JI

thMMdt etx mai P«)Mnt6e mt la ettemKteBee de htefM. (VoïM


awtMtt &;<M<M<~ JtfM<M<M,t.t. p. Met M. H, et mtm<M<MM
~teaMMahe anM~ea~~Mpe~at du, Bante, et qtteM.~MNKtae~e.
pme<h poNtet <aMM eetteetfm, tt~tM MmtMpttMétMeate eeM~
tntéttMante patttcatMM.)
(<)'tethtftt, jtM~M~Mrmt~w<Mtff<M<eB!,M<n,
p. Mt
.&.t$(t
Aa ehap. XMt. j~ JMaM.H a<MH!ent!a tMer!~
hoMe~Me de la mer environnante.
Mp!aMte!~M<d!steFMatMar«~eot. eoMMO
Ceamas.daos ua endroit sépare de netfc OMttïneMt
et inaccessibleaux mortels. < Est e~ leeos ama-
< ntss!MMs,~ea~e <c~œ MMMS~Ma' tfaetM a «MM
< Aa~e~e t~tMM j!~peya«M (<).
Dans aa tMerïe des zones hab~uMes et !nhaM'
taMes, il aout!ent que les zones intertropicales sont
inhabitables, à caMsede ta chaleur du soleil, et que
les EMMBëeasne pouvaient pas s*y Fendre, t HO~M
< MeecMMM~M ~erA~~Mf (2). !t s'appuie sur Fau

«) <W<t
<M~!fM<e.
(S) GtMah. Otta <N<pa~oMa, .t. M~xoMer )ne))<BTM« « ~Mto~wMoh
M P<M<t<
JL'emptacement~ttParadis terrestre a M le M~etde ptasteaMdh-
MttaUont des savants modernes.
MHtt&w, MNtotMcaiM da M)nt atege, qui vivait au XVt* ttede,
<MMt sar te Paradis terrestre.
Le savant Bethaft a composé un traité sur ce sujet'; TMteMt a pu-
Nte uno carte mpttMetant tes pays des Lublens, o& beaucoup des
plus grands docteurs (dit-il) placent le Paradis terrestre. Haet a pu-
Nte aussi un tratte sur le même tmjet, qui eut sept éditions, dont la
demieM est celle d'Amsterdamde iï(H. Ce savant KeaeUUtdes M))-
setanemeats pendant Mans, et ajouta «M carte a son ouvrage.
Le peM HaKtoatna écrit aussi un AeaMaM<r«M mr 6t ~«mt~t da
<<<tMt<tft
WM««, qui a paru dans une collection publiée a la Haye en
deM~nmes.entTM.MHsteUtM.ïT~tpMptMjMMtr/M~~
fttttN~ntw <<< M~ttart M~nM,par dtveN auteurs cttebKs. Hais tous
en Ntants, malgré teoH immenses Meneretes, n'ont pas canna, M
M se sont pas servi des eosmeampnes et des auteurs da moyen-age.
Aueon d'eat n'a eomn une seule carte ancienne oit te Paradis se trou-
–<
< twMd'(Mde. Mp!aeoaussi ~HMa~MtM tWtUM
< do monde, s'appwyaMeaf raatetM et aw !e$
< textes de 88. PP. et de ht MMe(t) p

ttt ptaet M< a)m<mtMae~mtatM 4$ ta Mrm, eomm <m ta~t nea


Maternent dorn on ~ma<t aemhM <t'aotti)tM.d8~egmpBM, et doat
nMt veMM ~eotttMF les ouvrages. m<<<ttM) dans te<mappemondes
<tM)M)M<en.)M«taa«MtMAt<a<.
Uuet tMa~Ha te PaMdh aux t~~t du Tigre et <tet'Raphtate. et
? ~M He«taa<ndans la MMttM.
Nous aurons t'eecmtM de parter des opinIon de Haet et <to Htt-
<M)em~ les quatre netttetda Paradis dans t'anaty~t optetate <eq<tet-
taes anM des mappemondes <a mayeB-ajte.
Neanmotot nous indiquerons têt «ne Aet~wsur ira quatre /?M)ft<da
powtttt M<wMM, traduite <t9t'ann~nten par Satnt-MafMnet paMMedaos
le terne M do MSMmof~ Mr f~fet~t (paris, <8t0). p. SM b «S. Ce
MMat pfeM que cette deMftpUen a une et!c!ae grecque.
M. ttetMnaea a trouvéque e'etatt OBOtraduction de quelques pas-
sages de saint EptphaM. Cet auteur vécut auxtV et V d6e)es. h ao-
Uee atmextenne est donc postérieure a cette épeqM.
La deMftpttM du eMMdMGehen (le Nil)eM assez curieuse. Le e<e-
graphe auteur de cette net)M ptacete pays des AmaMaeit~cpfeBdeta
terre Inconnue. t~ même Hdit que te Taaafa (le Don),le font et t'He)-
taspeat sortent do la MfM tneennue. et it ajoute a qu'ils M jettent
dans la mer immense qui est la source de toutes tes mers. et qui
< «)~<MM<les quatre fO~t du MM<<f.a
Cette assertion prouve que le cosmogropbe adoptait la théorie des
saints Pères, qui donnaient au monde la forme d'an tan~, comme nous
t'~ons montré plus haot, en traitant de Raban Maur, de Cemb et
d'antMt.
Ce tOMMgraphe ajoute, d'âpre! la même théorie, que tes quatre
tteuvea du Paradis environnent le monde, <f rtntrott de MMBMM dans
Min dettm' m~f', ~xfeMht mertmfte~K~.
Voyez la mappemonde d'Honoré d'Antnn, que nous données dans
notre Atlas, qui roptéMnte exactement ce f~steme

(i) POKOma{orM nostri ffffMtmt <o)M<am


~fr«Mt<mla mt<tfc~t-
Ira )htMMKM<
<f<«m,etc.
~–t

Be même que p!u~M eesme~phea du moyen-


$ge, ? remplit son TmM de ~ea et de <égendM<.
C'est ainsi qu'au ehap!tre XVM, eu il décrit tes
deux paradis, et t'Ëmptree et i'En&r, il n'a pas o)<-
NM d'y MM agOMF~er~, d'epF&sla ~t~a
«MMtOMtm. Sphm lui, rAnteeMst descend de MM!h*.
AMteaMH aaxMacMun etmp!tM toMt entier aux
ihMMMetaM&mtyMa.
LoNquoremplacement de J~ew et aa théorie
des zones habitables n'auraient pas prouvé que ce
ceamop'aphe ne connaissait pas la moitM du globe,
Na division de la terre saMrait pour nous montrer
qu'il n'était pas plus avancé a cet égard que ses de-
vanciers et ses contemporains. Selon lui aussi, rAsie
est plus grande que l'Europe et t'Afrique ensem-
Me (i).
Mtermine FAR~queoccidentale au mont Atlas et
aux Canaries en deçà du cap Bojador, et au midi it
la termine par la mer (&\
Des Mes de l'Atlantique il mentionne seulement
FAngteterre et l'Irlande, et rj~cMse qu'il considère
comme une Me, supposition que tes cartographes
qui puisaient à ces sources pour la composition de

(t) OUatn;pe~a«a,
2*patUe,P.9M.
?) Mttmm Mtem ~m thtb est mu AKM, et insolas ~Me fWM-
tMt<Mweatnt.
.v. tt)! '~M
~t~ ea~tM <mtMpM~tu!~dans t«s mappemondes.
et, qut p!tm est, dMa tes nertmans m<me,jusqo'a
la pFemïOwmoitis du XVt*siècle. comme nous !e
meatMfeoadans la partie de netM ouvrage consacrée
ahcartegMpMe.
M M'ouM!epas do plaeer da!M FAthntïqae nte
<hotMtiqoede &<tM-NMtM<t<M (<).
Il denM tmetmtgae deM<oM de t'A~et <héa
tout eot!&Mdes auteurs de raat!qa!te. n n'eaMe
pas de placer dans les montagnes de Unde les Pyg-
mées, et il décrit les griffons et les peuples qui
combattaient contM tes Gmes (S), Il fait mention
des peuples de Gag et de Magog, qui habitaient
entre la Caspienno et la mer Glaciale (3).
On verra, dans la deoxième part!e de cet ouvrage.
que les cartographes ont reproduit ces fables de grKL
fons et de pygmées dans leurs mappemondes.

(<)tMd..p.9M.
(W tMMMet tmMt. XII eaMMMm bomines, qui pn~m tm-
tMnt cam gtypMMM. StM (~yphM Mtp<Me~eeaia MMM, atM <?-
gB<MatM<tmmt.
V<tymla nMppMMndeda XI' s~cte de la BMtthMMqMCotMaimM.
qMnMMdemMMdaMtmtMAOM.
(!) BetMt de Saiat-Mmtea d'AoterM dit, à propos des pmptes do
Cet; < jRMt&«a«c~<Met a m~M ~&fMH<tM fm~fM ~W<M<«fataf
<h<m<M« Mnt~ttt <t ~KM~& trmt~ tBMt<MtM- M ette &eet égard
ËzteM~
ABdMt MaM<<MpttMnte dans M mappemonde de MM Ateitmd~e-
te-CtMd Mttt Mumttene attpte~ < eMMaa de Gej{d*M ta &'yH!c.
T<Md!f qM Sep~s et Robert de &t!at.Martm
d'Ao~MM MOtaMhmt que !e monde ~ait de ~Me
ee~e. Ata!o de rMe. ea i~ L!t!e, qui vecat aeas!
ao XtM~ a!eete, Matentdtt dans Ma ~M~aMtMMtM

que !a towe aMit funde (t).


JoioviMe, qf! vécat daos ce ai&de (S), nous donne
une MMe de SM coana!NMMce8 g~MpMqMes MM-
vemeot & !a &M'mede t'AMqae~doMata dMcn~!<m
q)t'H &:t dM Ni!, n Mt ven~ ce Neave da !~mdis
terrestre, et par conséquent de t'est.
Aias! tes titoitestneridionates de t'AMque, coMMMea
da chMa!qaeMr de saint Lou!s, deva!eMt être les
mOtnesd'Eratosth&Me et des cosmographes dM moyen-

âge. Non seulement te Ni! venait du Paradis, selon


lui, mais aossi les épiceries (3).

«) La BtbUetheqne nationale de farts possède plusieurs manasortts


Lille. Cesmanascrtts portent tes nameMs
de)'<<)«f<<ett<t«M<M,d'A)a!nde
Mn–ma~-aM4-<a&-œa9–?<)'<–MOt. Ce livre fut <a)prhn6 t
Ventseen <?. et & Anversen )6St et <6M.Cet ouvrage etatt emptoye
dans tes éeetes comme Uwfeélémentaire, ce qui Ct donner a t'antenr
le surnom de Grand et d'NntMMe). Alain a aussi puisé chez les au-
tenrs aubes. M cite même l'astronome arabe Abenmassar qat vécut
ao X*stecte, et dont nens avons déjà parlé.
Sur cet ouvrage d'Atatn de UMe,voyez Netic. et Extrait. des MM..
tome V, p. M6. Article de Legrand d'Anssy.
«) Joinville vivait en HW; Mécrivit t'Htsteire de saint Louis.
(3) têt (diUetnwMteenpartant doNtt) il tondent de parier duNeMe
qui passe par le paîs d'Egypte, et vtent dn Paradis terrestre.
Quant eetn! fleuve entre en Egypte M y a gens Mmsexperts et ac-
ceai.tameï. eemmeMtMdtrtez tes pécheurs des rivières de ce pays*
–t<9-~

t~~t~t'A~ nMaconnottf!enaMdeï&dapaya
de Be~est-'MiK' de la ScythiOt De cea paya dM
nord.de PAsie les notons qo'Mpossédait, H !es de-
vait awxrecita queMBrent TnatfMf~(t)t
t~noH~aMteard'Mn poème geograph!qee intitcM
jRMa~~t<MeMt~e, composa en i2$&. auteur q~t'oa a
aMmotomële LMcf&e6dMX!M'8!&e~.n'~ta!tpasp!a~
ava~ ~<wtea eesmegMphea(8) dont aotN TeneHS
de pader.
Pour donner une Mée de sc~ eonnaissahces g~o-

grapMques, !t nous aurait saCK de dire que cet au-

teur, en parlant des hommes cetèbres qui ont entre-

pris de longs voyages, ne nomme pas d'autres voya-

ey, qui au Mir jettent teor My< aM<<eMW. et es fitMfes et aa ma-


Ue M«tM< tMmmt et pMHMxt<M<~)t«r/M qu'en WBt eh MS par-
Ues de par de <&(dans t'EaMpe) bien chtefcment. et au peb. comme
Mtnette. et'~eNbre, rubttbe. ~tafte. Mea<'matoM, et ~usteoM
bennes ehe)Me&.Et dtKta pats, que ces dteuM!-Mt«MtH« du faM-
<t& <<fMMFe, et que le ~ent tes abat des bonnes arhMB, qui sont <'n
PaMdtsteHresMe. 4
<t) En parlant de h Tartarte. Joinville dit Et leur ttMfent tes
TaMMiM, qat entre celle roche, et autres roche!), qui estoit vers
/!a <<«monde, estoient enclos tes p!exp)es de Gog et Mat[eg, qui
deMtext venir en la 6a du monde, avecques t'Aa«t~Cr!st, quant il
rendra pour tout d~tr~te. Et de cette berrte yenott te peuple des
Tanafim qui estoient Mt~tz fMtttrt ~toc. < (tbM., p. 9S5.)
Oa voit qu'à cette époque Joinville plaçait enewe t'en<ptreda fameux
Ptete Jean, dans ta Tartane.
(S) t~taxd d'Aassy a publié une notice de <6mannsMits de t'fax~f
<tt<~fM~c. qui existent a la BiMh)theq'<eNationale d<' Paris. (Voyez
Xottc. et Extrait.. teme V, p. StX.)
&
<t4

geursq~Keto~AlexaMdM.PteMmee~d'~ypte,
V!~e,~atI~MtetM!ntB~ndana~~t<~ac
<' (dit-M) «oleaoiseauxparMent.et an lieadeaop-
«plieesea était tourment Judas. a
Omona ne nomme donc pas un seul voyageur de
son temps.
Qaant a ta partie cosmograpMque de <MnppèBM.
eMeeat pa!aée<!aM le système de Pythagoreet de
Bede-te-VéneMbte.
n soutient que la terre est enveloppée da ciel,
ainsi que le jaune de î'œafrest du blanc; qao !a
terre se trouve ptacee au milieu du c!et, comme le
point l'est au centre du cercle qu'a tracé le com-
pas (i ). Et il imaginet'harmonie des sphères célestes,
comme Pythagore.
n adopte également !a théorie homérique do t'o-
céan environnant la terre, et il parle aussi de i'At-
tantide de Platon, qui était (dit-il) plus grande que
l'Europe et l'Asie ensemble, et qui a disparu en-
gloutie par l'océan.
Ce poème géographique, rempli de fables comme
toutes les compositions de ce genre pendant le
moyen~ge, fait mention d'une autre Me située
< bien &Maen la mer, f ou l'on ne peut mourir.

()) Plusieurs quenoasdenBomttaM


mappemondes notreAtlassont
d~a~,p,4,y,ttP thFwiP
–tt&–
Quand les habitants sont parvenus &une teModee)~
pitade que h vie tear devient à chatte, ils ae font
pertepdanattne au~e nenM~eeCNe, dontrannëe
n'a qu'un joar et une nuit de six mois chacun, et ?
ils expirent ttanquiiiementm croit aussi à la table
du JPAAt&Ct et it dit que cet oiseaa exttaeFdina!rese
Mtedaaa!aPMa!e!e.
Nous Mj~ortotMtoMtesces M'!es dent les tndtes
de geogtapMede cette époque sent rempBs, parce
qu'elles furent représentées par les cartogmphes du
moyen-~e dans leurs cartes, et ces récits servent h
expliquer les lépndes et les représentations qu'on
remarque dans ces curieux monuments (i).
Ornonssupposait encore que, de son temps, le Pa-
radis terrestre existait à l'orient avec son arbre de
vie, ses quatre fleuves et son anj~ à épée flam-
boyante.!) parait confondre i'Hëcia avec le purga-
toire de saint Patrice, et il met ceM-ci en Islande,

lesmappemondes
(UVcye!! de BtdMtd
<t'Hete6)ttt dethMinftham,
et ceMe
da MaseeNM'gh duXtV* steete,pMtéfteaMstces peemes
t~o~MpMqM& «htescMMgMptea pwtseMnt tMMseesfables.
QMntaa*desedpttoM éthnegmpMqaes d'Omom,ellessontaussi
MmpMesde Mttestorsqa'MtraitedespatttesineonaMs det'Asteet
de t'AMqne,
n parleaaMtdesF~meM et deleaeacombats avecte:!
Gmes,deshommes a têtedeeMen, desnettee~f,
etc.
An XHt<stee!e, ces tedts de BMMMesamient et& publiés dans m
poème ammïme sur tes monstres, dont les aatems de t'Htstetre !itte-
Nite de la Famée, Mme X, p. a, ont donné reMmtt, et on tes troove
en partie dans le tOMaad'A~aa~M et <htH!Ke!<ti~e'nMn)a$<ie Kent.
it6
diaaat qn'tt bt~MeMaa sc~. JLasveteaaa no f!(Mtt,
Mton sea eeaaaiaMMeaadela physique du ~~be,
~He des ~eM~MM et du tMtietea de t'ian~f. Qaamt
~ee!oM, H !e place, comme tes autres cosm<tgM-
phëa,aoeentredehtefM.
C'ostaoMid'après ces récits que les caftogmphoa.
comme nous le tncntMMMdans la ? partie de cet
MMMge.ent ptaeé t'eo&r au centre de la tetre dans
plusieurs représentations graphiques.
Legrand d'Anssy dit que ni l'idée ni te ptan du
traité que nous venons d'analyser, n'appartiennent
a Ornons, et quo c'est celui de Raban Maur. M
pense qneranteMf de rjma~e du monde avait puisé
dans les ouvrages de Bernard de Chartres, ot dans
ceux de Guillaume de Conches et d'Honoré d'ÂM-
tun (i)t
D'autres savants de ce siècle se sont occupés de
cosmographie. Nous nous bornerons a les indiquer
ici.
Engelbert, abbé d'Aimontdans la Styrie, composa
un grand commentaire sur le livre de Munde attri-
ué à Aristote, et un autre sur tes inondations du
Ni!.Le premier de ces traites, qui pouvait nous inté-
resser, ne se trouve pas dans tes recueils que nous
avons examinés. Dom Bernard Pez se borna à indi-
Netteet EttMtt.desMss.,
(<)Voyez t. V,p.M5.
u?–
qc~t)'ËM~eMwttava!tée~t ce @eaMaM<M!M (<), et
Pat~MMSte e!te &~!)fMtd'ap~ ? aa~t Mnd'
d~M~
@My d&~soehea composaaaa~ «a Nwf$de ces*
HM~Mph!e ÏatttMM~eJMMtMKïe~tMt~M.
N<Mt$ avena fait heaMaewp
de Mchefehes pour dd-
eeav~pee tFaHë,que te M~iMtt abM !<ebaMfcroyait
peKtod~ de son temps (3). maisollesdemeMrèwMtt
aatMi~Mhat.
Saader, dans sa ~MM~ea 2~<c<) Mca<M<:Wp<o,
cite ce traité comme existant en Belgique (4).
Noua n'avons pas pu avoir d'autres Moyensque
celles données par ces auteurs et parFaMcius(S).

(t) ~Mt paMM e~MetaNt~t~tt <t~K«fM<


toutefois <tM~th
daMle«MM t deun M<'MMfa<AMMfoft.
Parmi les ouvrages <t'Eagethert. poMt&tIl BAie,en <!fH, par Gas'
pard Bmeh, ainsi que par André Seett, dans son ~~toHMhtm ad B<.
M<Mt«<tM Pa<r«Bt~Cetegne, teM), M ne trouve pa&ox SMtdes ~M<tM
tMmotrepMques d'Eneetbert.
(9) Selon Fabricins, EneettMtt mourut ex <5M. (Veye!!~Nteth.
Medtaiet lof. Lat.. tome Il, Mtt. h~, p. 89<et 9M.)
(3) Vo~MLe Beaf. Bts<ettaU«nsur t'Ëtat des Sciences en fMocf.
P.MS,
(4) Sanderus. BtbMoth.Beig.. mamMtript., p. ats.
(5) Fab~ciM. Biblioth. MedBeet lof. Lat., tome <M.p. Mt.
OhmsMom eu reMOM à t'an des savants éditeurs de l'Histoire Mt
téraire detaFMnee. M.Vtehtf LecteK.dant MMdtMmetrobMeemce
MMtMtneMjamabendé&at: <eMMntaeademtctenM)M aptévema ·
qne le livre M ~tnxtf rfj!fea'ta' pouvait faire partie de la ehtMtiqne
eemMMëet eeptêe par Atbe~cdes Trets ?m)t<tn<s.(QtKmiqaede t'Ab-
batedeMBt'&iexnedeChMonMBf-MMae. ad.,M. t9S.~
Mats nous avons partexru cette chtonbpte oh en t'n'M Gui de Baso-
'11~

B~,a~deWsrMmdahate~y~de6~~j~t
<!tHnpesa at~tdaM~~b~~M!~ d'~wyage
depoÏB!es F~ys-Baaj~~a*ea Mesttae; )M~aM Ne
peut paa être compte panât tes eeatmegntp~es.
Un autre eeamtC~phe~eMeaaBedwoospaaoM'
M!ep,N!eép!MreBtemmyde,<ne!Me qai veaatdaMaee
mêmeaïeete(i<M8),cempeaatrois eavrageaceame-
gmpMquea, savoir une Géographie«&~Je, qui
n'eat qu'une analyse on ppoM,divisée en etapttMa
do h Pedëgèse de Denys(t); un autMmtMe <~t«M
Descriptionde la Terre, où il traite de la &Hae et
do la grandeur de la terre, et de dtMepenteston-
~teaM du jour; enOn,un troMèmequiporte le titre
suivant DMCiel <'< la T~ft'@,du Soleilet de la
Lune, ~es ~Ms, du Tempset des Jours. L'auteur
y développeson système(S).

chM est MtKent ett&, mais nous n'a~M MneenH~ le moindre passage
tiré du livre cosmographique dont M s'aett.
Petit Bade). dans t'antete eanMeK Cat do Basoches, qu'il a publié
dans te tome XVt. p. 40 h 4M de t HiMetMMt~miM de la France,
ne parle même de t'oatMge gtetNpMqme de ee savant que d'eptts
Sander.
(t) Voyez§ Il, p. t4 à <9, oit nous avons tmtté de t~heiett.
(9) Lesdemt premiers eawat~ ont été publies par ~~n, Leipzig.
tSM, <m-< d'aptes un maatMeWtque N~<f0tpavait copte & Pafb. Le
second avait dQt été Imprimé à Augsbourg, en tMS, et NMM&eMet
<:<tï rayaient placé dans tetr recaeii, le croyant inédit. Lesdeat
mêmes ouvrages farent aussi impftmés a Rome, en <8M, d'apte un
mMmscfit de la Bibtiothe'jae ttatbefint, par <:t<M<mme N<tMf,a la
M
N<MM aMûM meMtcM',6'apt~ ~aaty~ dn texte
de NenMnyde,qu'U Notait pM ph<savano~datM tes
eeBaaïaaaaces eesmegMpMqaeset geegraphiqnea
que hw anciens, bien qe'M~t eompesd sort eHVKtge
& une ~jMqee <M~ Mp~eh~e ~o~M d~oM-
vwtes <BaFh!<nM des ot<M<CFnea.
~ap!~ son $y8tèMo la tefte est ptaae, et M
tMÏojjHeaaaa! la <Mef!e homerïqHCdo t*0e~t~envi-
MtMMBt le monde, et cette des sept elimate. n divise
ta terre en trois paries la Libye, t'EoMpeet
rAa!e. La Libye est sëpafee de rEorope par Cadir
(Cadix) au ceuchaot, et tes bouches du Ni! & roe-
cideot (i).
Toute sa description de l'Afrique septentrionale
est la même quo celle des auciens. A l'intérieur.
ap~s les Cararriantes (les hattitams de !a PhesaMie),
il place los Ëthiopiens.
Nous ferons remarquer ici, pour faire bien com-
prendre au lecteur ce que les géographes du
moyen-âge entendirent par ce mot, que tes anciena
appelaient Ethiopiens tes habitants de l'Afrique;
pour peu qu'ils habitassent a quelque distance des

mttede soniMr&a~M. LetNbitmee~Mt~ede Aft~weest <n6-


dit c'estB<it<6w qntt'afaittOMaMte
dansSMB~te~cfar~MM*.
<SetnBH.t. VII,p. met sait.)
«) KtttXMpttntt&t~
<at4t<i! T&
E~mn): K5!t~mttT4<ne)m
~9fht).w,
t4 )tp4< M«w, ? npA; ~9~}~.Mceph. p.4.
Bteomtyde,
<80
<~teado la M~MpmM~o, !!a <~ta:eMW!pat&Ëth!<~
p!<ma(<).
er, B~Mtmydaptaea dans te pays de caex~ on
tao nommé Cent~(8), pt~s daqoe~ 'Nt'< MMtde
très !N)MtM MMata~M. d'où Mrt le Nil..
passage MOMamoMtM, selon nous, que ee gee-
gMphe â'eat sewi do Pe~pte~HaMnon, et qM'Ha
ceatbndHHte de <a~ dont parle !(t Pet!pteavee
!4<ang dominé paftes haotes meMtagaesqM'Haanou
Mncentra apt~ PHe de Cer~, et après lequel il
entm dans un grand Meuveplein de et'oeod!!eN et
d'hippopotamos (3).
Ainsi Nicophore Nemmyde M eenMaissaitabso-
tumeMtrien des pays découverts aa XVesiècle.
Qaaut à l'Asio, dont il étcMdlu MmitMjusqu'au
Nil, il n'avait auoun<tidée de la partie ortentato de
ce vaste continent, puisqu'il dit a qu'il a MHe/bnMf

(t) ttamKhe. th. XXXVtt.eh.H. onUtquela Mnttteoùétatt


t'aMete avaitparlélenomO'ËtMepte,
d'Ammon ceteMdeet
quoique
Mtqa't environ83lieuesdela méditerranée.
(9) 'ExtBtt ? nttitiw tii: MjMK.tijf 4<tjMte~))K K<~j;, <~<; <er: tt~t;
&)!mN&v,tp) tM< <)~4ttn<tt t{ft tMttwt ~ejMt~Tet tMtt~[ttm N<!)t~
< <mc<t~. ftM.
(S) GMMUt fait une KmM~e t ce Mjet, qut nom <emNe très im-
pmtMte, etqat <Mtn*tt «Mttestest~pothtsMdequetqnMg&tgMptes
modernes qui ont paMé que !o t!eme eu qnMt!<métait te Sênte~.
M dit et prouve, s'tpp'tjRmt de l'autorité de ~-atmt (Uv.XVtt. p M6),
tta'attetennotteat on trouvait les eMM<Btes<tMM tous les gNnOitBemes
t<ela mtttWf.
Mt
~M~Mt~ <a)~ Ot< M<M~< <~M<* d ~< (<) &,
tnFs~e ce ~Mt!neat, an eentfa!Fo, a p<~ de 0$ de*
g<~ de tarent afest! 1
Selon lui, la tbNMde t'EMmpeest quadMagoMn*,
a~6 Moottc!Mnt, et !at~e &~!ent (St).
Biemmyde paH<«,d'ap~s ceta, avo!padoptd lit
Stnnedontt~papËfaatostMne h ces deux eeM~'
MOMta.
Quoiqu'il parïo de TM<Mp{qai cotMspOMdau
royaumo do ~aat, aebM CeascMM(3) et d'autres
~ogcaphes), il tMM8semMo quo tca cennMssetMeit
de ce géographe sur t'As!e ve~ l'orient paraissent
se borner FjfMdMs.
Des îles de la mer Atlantique il mentionne les
~e<p~rMM, habitées par les riches tMnens (4),
t'Ef~M. habitée selon lui par les Ëthiopiens qui
vivent fort long-temps, et les îles Fortunées.
Dans les parties septentnonates il mentionne
t'Angteterre et t'Ëcosse, et il ajoute que, près des

(<)'Eer<
!t ~ttit 'jt* 'cp!t&tU!M;,
<&M&'
)~ po~, 4M*
tt~;<h9tMMt.M.,p.S.
(~) Tt tij; E~t~tM <~[~* <~ T<~9t!dtB<~<,46t (â~ ~4; M'n*, <tt<ni)a
)~4t &MtKH!.~tM.
(S) Sur la padthtB de Mfn<c des anciens, ve]fM GesseMa, Géographie
des CtBM maty~ p. <<a; et, t. n, Bee&etetM< sut la G~Mpt!. qrtt,
des apdens, p. 49.59,67.69. M el Tt.
(~ M.,p.9.
~Mt~.
Mea~e&Mjté~, i< y a ee~M~a 6& <M~mmes
~t~ea< ~ea ~t~ t~mameM~ J~
B est wahne)~cMdcax~e v~ Mng&~phe a~
X~ete ~~f cae &M$~aFeO!esur dea paya
tMq~eatëaA<?<? ~jMqHC p~f !e&«mtiBadeh
MM!tw~n~ï v
defniep paya ?<?<<q~'MMeattonnedotts h
)nersepteatdonab,e'oatTMd(9).
Ahts!ce gét~caphedx Xm' sMe n'a pM fait
Mte non plus !e moïndro pMg~s à la science.
Quoique, dana ce ai&cte,!a ~ogMphie a'ait pas
fait un seul pas retativementa ta connaissanced'une
grande part!e de notre globe. nëanmoins il ne faut
pas se dissimuler que, gfàce à la lecture des livres
des gëegmpheNet des savants arabes et orientaux,
les hommes les plus éminents de l'Europe, épris,
de plus en plus des traditions scientifiquesdo rant!-
qu!té, en les rapprochant des ëcnts des orientaux, se
livraienta des dis, usionstrès curieuses sur plusieurs
questions de la physique du globe. et sur celle de
savoir si la zone torride était ou non habitéeet inha-
bitable; mais tout en discutant ces points, ils ne pro-
duisaient (comme nous venons de le voir) que des

(1)H~~it S «ii<KotMtttpHM< ~«MT<5* jM)!~< tertvtKp9< *t<


<tmu*ti(waSt<!
d~muat tdhvPy~s~.l~,i~voMy
~uva~Ce~m5v *A)«tTt)'' !{M<«t!*tAt~w~m
s~Ydavu~av te~BSMetv. p. M.
M.,n.13.
f~~iatwac~. rd..
(3)M)M.
–<
M~MtM~ da~ th~e$~ O~t~a~ aina; qn'~
a'avaicatpas Des moyeaade decidef cmqaestiena t
d'ap~s les témoigaa~oa ni d'ap~s tes obse~vationa
<Mteapar de~ voyagears européens qui eassent <~Mh
eh~ b thmease !!)??&u&s'affûtaient tew tes magnat
dameyett-age. Et en eM~t,si un sent avait été aa <M!t
du cap Madef, sur tes c~es de t'AMqMeeeciden~ î
<a!e, et eatvbhelea ~~ns ittteftmp!eateat pap ef
seul <Mt,on aurait coastaté que ces zones ëta!ent
MOM seMtemeMthaMtaNes, <Ba!sfeeMementhabitées,
et ainsi les cesmogFMphes de t'EMfepeaMto!entSHb-
sthaé des faits réels à des théories et des hypo-
thèses ptusoumomssavantes.EnCM,tesplus instruits
no seseMMBtpasMvpës&tant de discussions,comme
l'ont fait Albert-lo-Grand,Bacon, PierMd'Abanoet
d'autos.
Si donc des voyageurs européens avaient franchi
tes limites ducap Bojador dans ce siècle, ils auraient
fait faire des progrès à la géographie. C'est ainsi que
les voyages en Tartane, eftectués pendant cette pé-
riode, "nt fourni à Bacon des données sur la mer
Caspienne, qui ont changé entièrement tes notions
erronées qu'on avait eues jusqu'alors. Mais les pro-
grès que ces voyages ont fait faire par rapport à la
connaissance de quelques pays situés dans une por-
tion de l'Asie,, n'ont rien appris aux savants et aux
<M~~M~ttt~derEMMpa<~t!w~Mt&
¡.pa_4Itfl'A.it\ori.Îftleenndridio_o.pt~
te~rtuga~veMh~duXV~etancem~eaMmeB~
doXV~a!ee!e.
?? g<!nërat,ïes <Bwvres des cosmogmpnès. ainsi
que ÏMcartes du XtV~siMe, sent tes témoigtM~es
tes phts positif de ce tait.
savant éditeMrda t~etKïe t<M<~a!n d~SëveMe
a dit avec Miaea que « les Portugaisne RtMMtpas
a ptmAt établis dans la pMsqu'Mede t'ÏMde,que tes
tOMebresqM~coMVHMent !'Msto!pede ce pays corn.
a meMcèM'Mt à se d!ssiper paarios EaFOpéetM(<).
Les récits des voyagesde MarcePolo, les settb qui
NMMteMt pu jeter beaucoup de tumières sur des con-
tfees enttèrentOMt inconnuesaux Européens, ne com-
mencèrent à exercer une vëritab!e influence sur la
géographieque vers le commencementdu XV'sièc!e.
D'aboi, ce ne fut qu'en <298 que Marco Polo,
étant prisonnier à Gènes, se détermina à écrire ses
voyages. Or, le temps qu'il fallait pour !à composi-
tion de cet ouvrage, et ensuite le temps matériel né-
cessaire pour la transcription de plusieurs exem-

(t) Veye* de la BeseWpthm


ptétSMe <tesMenrcntes
<ronepMth!de
parte P.~OHtm,
t Aste, <mJourdain natifdeSéMne,p.<T,
Cittahmi,
MmetV,des!Mm«tte~ de laSedéMde géoeMpMe, part~w~f<-
.WMftrf.
–~e–

p!a~a,~teeM qui! <etMt peut'tes~


~tenanaonh'eque cela ne pouvait ave~ KoMque daMt
toeoMmntdu XIVesi&ete.Et en €<?$,te plus ancien
H)!HM)SM~ de MarcoPe!oqa'an comMtt<ht,tm <KMt<tc
quelques aMMMM, ~ent &Veniseen M$7.
Ausurplus, M &mtFemapqacpqM'CM ajouta peu
<!e (M à cette Mtat!ea, et on pensa que e'4tait un
t!asMde aaensengeact de ~b!es. !<eapapeats et tes
amis même du voyageur partageMMtcette opinion,
et à son lit de mort, ils le sappMèreMt,pour le salut
de son âme, de t'etfacter tout ce qui se trouvait dans
sa relation (<).
Ot', son testament ayant été fait en i923, il parait
évident qu'au moins pendant une partie duXtV"sio-
cte, on n'accordait pas !o moindre crédit à ses rota-
tions. Ces faits expliquent aussi pourquoi ni Sauuto,
dont nous parlerons ailleurs, dansla mappemondede
1321, ni le cartographe auteur de la mappemondedu
Chrouiconde i320, ne se sont pas servis des récits de
MarcoPolo, auxquels, commenous venons de le dire,
ses propres parents n'accordaient aucun crédit.

(<) Voyezà cet égard tes exceOents articles de M. Watchenaer. dans


la BtasMpbfe aa:veMe)te, tome XXXV. et tome t), p. H de Mmlivre
tmOaté MMde p!tMf<Mft pfftM)M~t <~t)~M.Laon, <8M –Voy. la pr~-
face de la tMdoctton anglaise de Marco Pote, par ttogh MttfNy Mf
owfb o/NitfM Polo, Lanotes, ~M<.
<2$<
? ~pinieR poM~e, tnôNte ~~t~
tfta~de1Mo,e<aitte!~aMpeooe~
veMM«prèa iSSS, H est tout natare! q~ 1~ pr8:
veat!tMMcentre ses r~eits aient duré bien tengteoma
ap~ car u était bien ditncMederétablir !a vérité
MMéj~Me ou Htnp~M)~ n'~da~ pat, a& ce que
n<K~appeiens t'eap~t dé critique était înee<M)M, et
oo,aacont~M,ï'en~BementpaartM~
acteon'a de t'antiquitë et pom' ceux des awteaK ee-
etéNastiqaea, était pïaaenmcinë.
Or, si tes relations de Marco Polo n'ont pas
exefcé d'influence sur tes cosmographes et sar les
cartographes de l'Europe pendant le XtV~siècle,
celles de Rubrak, de Jourdain de Sëverac et d'au-
tres voyageurs en Asie n'ont pas eu un meilleur
sort.
Et en eHet, ces relations étaient tellement rares
que, parmi tes douze cent trente-six manuscrits dont
se composaitla grande bibliothèquedu Louvre, créée
par un souverain qui n'épargnait rien pour l'enrichir,
on ne rencontrait pas un seul exemplairedes voyages
des frères mineurs, et cela vers la Sn du XIVesiè-
cle et au commencementdu XV*(i373 à 14i0), tan-
dis que de Solin on y trouvait trois exemplaires (t)

(t) VeyM da Louvre,


CttatofpM pnbMparH.Vau
parMesBMet.
Prit.
–~r–

et sei~e MtMMMM~ dei'Atmag~t~e! d'aMtMSûu*


~jWgesdePtcMmee~).
AooBKexemptaipedes mêmes rotations nese trou.
vait Bon plus dMM«MeaatM nche MbMa~&tpte de ta
j~ndu <aeyen'$ge, daaat celle de !~m!sde Brages,
ni dattsceMedu MÏEdMacddePoM~! (<t498).
Et, matg~ !e$Mchefehes faites ~asqu~tnos jours
par <mgrand nombre de savants, on n*a pu dôeeM.
wh' que quatre maBaMnts de la Mta~oo de P!aa-
Carpin (St).Des relations de Jourdainde Séverac, th
Bibliothèque nationale de Paris ne possède qu'un
seul manuscrit (3). Deux de ces relations tapent ce*
pendant connues de deux hommes pnvitég!es, de
Vincent de Beauvaiset de Roger Bacon.
Eues étaient encore si rares même à la fin du
XIVesiècle et au commencement du XVe sîede,
que les souverains, qui employaient tous les moyens
pour enrichir leurs MNiothèques, n'en possédaient

«) thM.,p. Met)t''a6!t-~H-3?*-eTe-?<B-TM-7M-as<-<M
–aM-aM–)M9–Mï&-MM et MM.
AMMdecesmanme~M dePtotémee
neren~nnatt
tagéoaMpMc
decetantear.
(0 UnsetMaMa h BtMMt~pte Nit~mtedePafh,maaMetit
B*a3M;
BnautreeMmptahe àBerM
UnantM aaMttsee Munniqte
UnantMaMayence.
M Yeye: MmB~deMS~ <~ ې<~Mt'M<hmt.<V,p.
-~<M

at~M~C~~o~ttpoM~~
~qH&lewM~e~sMpenvaiant 6Ma~, d~moMM!
pfttcmt eeMeëpoqae, aucune innucRMsur les pM-
gr~dQscoanaiM~eesgéogNtpMques.
Ayant étodié avec sein ces retatiens, nous nons
pera~MMMdediwetdepfoa~vefqoeRubrM~ Me
connaissait rien do !a partie Mptent~<ata!ede t'ANe
au de!ade la TaMane, comme il t'avone tannérne par
ces mots (p. 39*7) < TBMHMMsoa~t a~oMM ~o'
ra<Mrpffc <aa~HM t~en~Ms.n Et si cette preuve ne
safBm!tpasp«ar le montrer, ce qù'il afflrmeensuite
rendrait évident le fait que nous venons do signaler.
n place dans ces régions des hommes monstrueux,
d'après rantorite d'Isidore de Séville et de Sotio. A
l'égard de tinde et de ses pëninsulest ainsi que de
t'AMque et d'autres contrées, tes cosmographesdu
moyen-âge, aussi bien que le dessinateur de cartes,
ne pouvaient rien puiser dans les relations de ce
voyageur, puisqu'il n'y est pas question de ces grands
pays.
Si nous examinonsles relations du moine Jourdain
de Séverac, qui voyagea dans t'înde en i322, elles
ne nous laisseront aucun doute qu'il n'a rien connu
de positif sur la 9~f<M ~M~o, c cst-a-dire des con-
trées situées au delà du Gange, où les auteurs du
moycn-agcp!açai<'nt!aM'<!M!eMt~7a<<e.
-.M~
B d~~ même~tt' M'~ ~)t paa<dM.a ~«~
N~ ? a<aect!Mt~it se eaaÛttoepa~te ~!t des ?'
b~~sj~Mse~!a~aga)Mteado~MM)np!itMMMon<
A ces &Mea ajeMteq~'oa dit a qa'eatM Mtte
< Inde et rËtMopic veKtt'OHe)~ se troMeïe P«<
« MMMs (e<T~«~, d'ea caoteat tes qMtK)tteove~
do Ï~tMdis,qrn ah<M<deMton«p et emp!acM8pré*
cicoses.

de ces immenses groupes d*Mes.A cet égard, tout


son récit est aussi rempli de tables. H dit qu'il y te
une multitude d'iles différentes dam lesquellesexis-
tent des hommes à ~e de c~t~t (M quibus aMMt
&oM!Mes <??!<<cftMMAoAeMtM). Il croit même que
les pays situés pt~s de i'EuphMte, sont habités par
les diaMes, a Et credo ~M0<< terra <MaK<habitatio
<feM<Ht«M'MtM.?»
En ce qui concerne l'Ethiopie, ce qu'il capporte
montre aussi qu'il ne connaissait pas ce pays. Mdit
qu'il y a des griffons qui gardent des montagnes
d'or et d'argent et des pierres précieuses. Au midi de
ce pays, il place la mer, et il la fait tourner immé-
diatement vers l'occident (t).
(t)VoîMhReMonthtJeM<Mt,dM&te<enMtVAMWé)M~t~
la Société de MograpMe, p. S5 et MtT.
9
m& t"

~Me par~êMiaHtéaMMtpour montrer qae J<mr-


dam teMRiaaitPA<r!q)Mt€0'nmc!esoneiena, Meaen
deeadet*e<mateor.
Des aoteuM mederiMs, après !e grand s!èe!e des
dëeewvertcs, ayaat t~wat ces MbtmM des vcya-
geapa en AMe.dont nous venons de ~f!er, ont pensé
qa'eMoaétaient geaefo!ement cenaae~ dos contetn-
porains des voyageMM,et pM'tant qw'eMMont fait
~)iMdea progtèa a la adence (<). Maia!<? eavM~es
des cosmographes pestét'Mars, et les cartes qo'oa a
dressées depuis qae ces mêmes voyages a'eMectMè'
fent, montrent que ni !a oosmogMpMe0 la geogra-
pMe n'ont rien recueilli d'important de ces relations
relativement à !a connaissance des grands pays ex-
ptorës au XV' siècle.
L'examen et l'analyse des textes des cosmographes
et des cartes da X!V siècle rendra ce fait évident.

(<) Les ctMaenea '~s namMerUa dent M emnpMatent les MbNe-


tMq<tM des XUt*et XtV*<<Me<t,qut aoM Msteat. montrent com-
bien tea MempMtea de ees KhtteM étaient rares.
<!H

~!X..

XtV StÊCt~

BMttXt MKH'M, tHCeMB t'MtmtB, MttMMM a<MM,


MMM NtNM MMn, MAN Da M*NeM~M.aeMAta.
f<Ta*a<wa,–a*mmeMmMf«)!enM«K(n*t!TtttA,Mt(MM.
–BMOMMa M MtM*M

Ma~noSaMat~MBdespïash~Kescoamographes
de ce s!Me, nous MORtM,non 8eu!enMatdanst ta
tnappentonde qu'!t dressa, mais encoM dans le texte
explicatif qu'i! y ajouta~ aittN que dans dtfteMnta
passages doson tameuxlivre ~cfe<a ~/tNMt CHtCM,
qu'it n'éta!t pas plus avancé que ses devaac!ers.
D'abord, on peut juger de ses connaissancesdu
gtohe par les causes auxquelles il attHbaetes grands
dangers auxquels était exposée la te) re-&nnto.
En !a plaçant au centte de ta terre habitée, M
prouve par qu'it ne connaissait past'étendue et !e
prolongementde l'Afrique et du NouveauContinent.
a ia <en'e eH<M(dit-il) Aa~M~t/t m~e poa«t
e~, ~aaM pMHcMM c<rcaHt~'feH«<BM
Et d'après ce système, il montre auteurs qn'it ne
connaissait rien an delà de rEthiopie, ou saint Ma-
thieu (dit-n} introduisit le christianisme. Ses con-
naissances sur t'AMque s'arrêtèrent, du coté de
'~Ma'
!'<M~Mt.& ~na (Asseaan) (<). !h) !a part!e eae!-
dental de ce vaste eoMttaent.tps camMtaMnecsda
Sanate etah'Mt eace~?!<? limitées. Ë«!Ms'an~tent
Ma <~<a~, NhaêeentN'teM* et te 9<*deg<~s~
!a<!tudenMd ~e t'~Matecr. et, par cM~qwMt. eMcs
M'a!MeMpas au data du papaM!e de Me~er.
To~e a~~n<M de eeeMmcgMpheeat Abys-
stMio,comme il le dit !u! m~me,et non pas tef payss
M~gMade la ~(~am<M<'et de la Guinde, ce que. du
reste, il c<M~rmepar ta !~gandeqo'Mplace dans la
mappemeMdeprès du tropique,o~~MtMAo~a~M
pfe~efce~efMM (F~OM iuhaMtaMe a cause de la
cho!eMr).»
Ainsisa dû8cr!pt!on do t'AMque est en grande
pat'deta même qu'on remapqno dans les g~mphes
dcspFcm!erss!èc!cs du moyen-agc.
Les parties septentrionates de la terre lui sont
aussi inconnues. M y place en etïet au nord la lé-
gende suçante: ~<~eM~a~«aA~Mpt~tM a~oMf.
(~g!on inhabitable a cause du <poid).répëtant ainsi
la fameuse théorie des anciens et des auteurs du
moyen-âge, qui soutenaient que les zones polaires et
<MMt <roptco/esétaient inhabitées.

(1) VojfM Sannte ~<fMM/!<Mf«m<?fK&,lib. Mt. c. t. <h))MBmt~m,


C~M Btt p<r fhm<M, p e6<~
.8-.

deac~pt!oMdes tMb parties dMmonde, qu*H


patta~ eMM)les <)?? Msde N~, eî qn~t donne lu
~mtcde sa mappemonde,Mt e~p!eetom entier de
M<!a,<TOK<se et d'MdMede Sevi!!e.
Sanate nous laissa Mneem~aMMappeMOMdio que
Beat~M a fuît g~ver (t), et qui Mpt~seutc, setw<
Zurht, Mtte<MMp<)tr!<H'e,le mondet~Mseennu(2).
M a cHeft ee HMMtnMMt geegHtpMqueau p!~M)
~eaa XXM,avec seMMvM tMttate !<?<'<~w~t~Hm
~Me<MMM CtiteM,et euvoya des copies à différents
seuvefams, en t3M(3).
D*app&s ce quo nous venons de denMMtre)'til no
peut pas rester le mo!adMdouteque SaMutene cott-
na!asa!tpas la vraie forme de l'Afrique, cenMnoOM
t'N dit daMsquelques ouvrages fëconts, et qu'il
M'avaitpas appris des Arabesla configurationde ce
vaste continent.
Les Arabeseux-mêmesignoraientla vraie torme
de ce continontcomme nous le montreronsdans la
sectionde la deuxièmepartie de ce travail, con-
sacrée a ranalyse des mappemondeset des cartes

CMM
BenaMt.
(t}Voyez Bt< t. Il,p.aS6.
p<rFifmttM,
?) Zmta. ~N<hA)<M~ a<~ ttthtCM~~t)~. Ce Mwnt dit, p. M t
MOtt~x di ?<? K<~H«e mondo.
C!) Dans la MeMon<tela M*pMtte de cet etKmgo )M)Mpat!eMM
d'aaues eMmpMrM manuscrits de cet aotMge qui existent en M-
<t"e.
a~<f!<wes aux g~mdes deoouywtes maddmes du
XV's!ede, ~tMtMve!'e~teat!e~de ta mappe.
M~eda~~H~w~e<eaQHsa~MpMNMp
paurla prannerojMa dans no~e AMas, e~ de pelle do
SanwtOt
N<!aBMïo!M !apa~t!ederAMqaodetamappemende
de SanatMst, sar pt«8MMmpe!nts, eoM&fwo &i'A&~
que de !a mappeMended'Ed~si, <!easefvëe a Ox~td,
smtoat poor hpart!c eM~apMqMo, c*est~'d!M <h!
!ap<MMen dMMMa&desmo~agaesdefAMqMe,
mappemonde de i 320 dw ChMniceo, tuas! que
cette de Sanato, sont papMtemeMt circutairea. On
remarque encoM daHS toutes tes deux h théorie h«-
tnën~ede t'joceat) euvi~nMant toute ta terfe.
Ayant p!ace Jérasatem au cMttre du monde, Ma
en conséquence att~ toutes les positions. tout en
longitude qu'en tatHude, comme tous les autres des.
sinateufs do mappemondes qui ont ptacé Jerusatcm
an centre de ta torM, et pour cela on remarque une
ëgate distance de ladite cite à l'extrémité de Cadix,
comme à ta nmite onentaie de ta Chine, a ta partie
septentrionale de l'Asie, et à la méridionale de l'AM-
que. Les positions des lieux sont tellement altérées
dans cette mappemonde, qu'il commence leKatay (fe-
oHMtHCatay) auprès des régions de la Caspienne et
en dee& dn pays de <?o~. H est aussi iMen digne de
–<3S-.

Mn~ueqa'au commencement dn X!V* ~!e, ta


plus aavant MMmogMpheait Meatré une ~nde
~~e~aa~tdMMe$deNMMdQntM~e!~<fMt'
Att~Mtique,ce qui, selon nens, est tfèa iMpw<ant.
paMa que eaMepartMa~té, ~ppMettëa d'aMtMat
<~Me Maa aveaN a!gnaMMda<Mn<MMehwchM, <MtM
montre que, du te<ap$ de Sauuto, on aa <sma<Ms<
M!t)jMtstotCana~eani !MAçeM8.D'aboH!)! meHea
FeftMadMau couehant de ndMtde, awecia tëgende:
CM~b de Mse~ <?CC&JFAee<e <?< ~Maa<c.
Zuda observe que les anciens marquaient les Mes
FortMcëmau acd-oaeat de i'Earope.
<' Ultra Gades, per régna Yspanio. Portu-
< plie et UaMtiat,non iMven!untMp htsutw aMceJMs
<' vatoris. N
Or, si les Canariea et les Açofas avaieut été con-
nues de Sanato, il n'aurait pas écrit cette légende.
On remarque dans la mappemondede Sanuto, de
même que dans un grand nombre de celles du
moyen âge, que nous donnons dans notre Atlas, un
mélange de sources anciennes, et de connaissances
postérieures à l'époque romaine, commenous le mon-
trerons dans la partie consacrée à la cartographie.
C'est ainsi qu'on remarque la légende suivante à
l'orient de la mer Baltique a jRM<eMt <CMM<a<!Ctqui
o protenduntur usque ad Polonos. à.
<86–
« L'AttMa M~tOf ~MM~ ~~«., & e'Mt~.
dh~nnodeatMt$JiadesdeMa)FcaPob.
Mmat~ne ))~onMtn8, tant dâM !a mappe-
MMtadedeSanuto, que dans eeBede M9$do(3n~-
~OM, au nord de la ~~e Mff meMO~m,<m~andt
neuve coulantde t'itMefïew de PAMqM p~s de Nit,
M dt~so au cemmeneemeMten deux !tKt$,et
apt~s en deux autres, et K~oitd'aatMsaMMents, et
vient eaBa dehocebep &~oceMoBt~).
Sam)t<mva!tetBpteyé tous les meyenspoM~M*
eMeiM!r les notions {~e~apMqttes pour composerson
livre. C'est ce qo*Mnous févète dans une tettM adres-
see au pape (3), ett disant qu'il avait passé une
grande partie de M vie en voyageantpaf mer, allant
tantôt aChypro,tantôt en Artnéoie, tantdt à Atexan.
drie, à Rhodes et dans la Romagne, tantôt enCn en
se transportant par mer do Venise jusque Bruges.
n acquit par ses voyages la plus grande expérience
des choses maritimes, et, malgré cela, il n'était pas
plus avancé que ses prédécesseurs sur tes points que
nous traitons dans cet écrit.
Du reste, dans la partie de notre tfavai!, consacrée
& l'explication des monuments géographiques du
moyen-agc, on trouvera une analyse détaiiMedes
«) voirlesehservaMons Ni~, p.n.
deZutta,?<? <MtMe
(a)V<Tfez~)t)gaM.
eaMesde &MMtapuM!eea par Bengars, eempa~
avec eet<eaqu'en tMM~edans d'amMamanMM~.
Ma~ a'oM pas é~ paaHeesjaaqa'a présent
Ainsi Saaato ad<netta!tencoM i° ta theone ho~
me~quo de i'ocdan envïpanaaat la terM: 3~ t~ <a
a<~e torride inhabitable 3"q<!eIesMMFo)'tat~es
étaient situées au couchant de ~Mande: 4" en p!a-
gant encore MM)8)de)M au eeMtMdu monde haMtaNp.
d'apte !a cèamogNpMe des PëMs de I'Eg!!fte,il
montrait par là ~cH ne connaissait pas le pfetooge-
ment de t'AMqMe,ni la vraieforme de ce continent;
8' soMtOMaot que. sur t'ecëan Attantique, on ne Mn.
contrait pas des MesconsidetaMos, il paratt montrer
que les Açopes, los Canaries et Madôrotui étaient
tout-à-fait inconnues 6' onnn, n'mdtqaant aucune
fegion au deta de la Gétulie, située par le Si*' degré
de !atitude Mord,il no nous laisse pas le moindu'
doute que ses connaissancespctattvcmentà l'Afrique
occidentale s'arFétaient, à peu de chose près, au pa-
faMètede Mogador, et par conséquent bien en deçà
du cap Noun.
~V<co/<M tfOresme, célèbre cosntogFaphcdu même
8~èc~e,n'était pas plus avancé que ceux que je viens
d'enmneMf, quoique tacéMb~të de ses connais-
sancesen ma~témaUqacsait appelésufMI'aKention
du fM Jean, qui le donna pour pt~cepteur à son nk
<M

aM~t~ depuis e!tev4 aw Mac Mas te «cm de


Cbar~sV, ¡,
Ce <~BM~~p~a)MMpQM,entre aatMa<tuvN~es,
aatCiMt~de la aphare qu'on trouve dans un, nmoB-
ser!t deta BiMiotttoqaeNational de Paris, n'TMS.
L'apatyae de ce traité vMadMcocatater ce fait, que
nous avons stgMdeptaa haut. On verra, pa<'les pas-
sais que nous allons cher, que sa théorie de !a divi-
sion dMj~obeet des zones haMtaM~set 'n~aMtab!w
est paisëe chez les anciens et ehoz tea auteurs arabes.
< La portion de la terre habitaNe peut AtM di-
< visée (dit-ii) seïoMles historiens qu'on appelle cos-
< mogmpnes, cotnme PMMe,Pomponius. SoMous.
< Priscien, saint Anselme et ptusieuM auteurs as-
« trologiens, comme Atbatagny,qui la divisent en
< trois parties~ c'est a savoir l'Asie devers orient.
« Afrique et Europe vers l'occident, et rAMque de-
< vers Feq~npxiaie, et l'Europe devers le septen-
< trion, et entre ces trois parties et la mer d'outre,9
et déviseut tes auteurs chacune de ces parties en
< plusieurs royaulmes et régions, mais <OM< appar-
<t tiennent o la mappeNtox~e(<).
Ainsi Nicolasd'Oresme, dans sa théorie de la map-
pemonde, ne s'appuyait sur l'autorité d'aucun au-
teur de son temps.
(t) Vey. ehap. CXXXt.
~-w–

~euaM!oa~dej&moHtrë,dansaosMeheK~tM(t)t
quc ea cMCte~aphe, par!aMtdes diHOwates ao)Ma,
dMtaueh<<p!treXXV!n.eotR<nesespradëeessewrs.
que celles quisont situées p!usprea dusoMt e<eMM<
M~M< et au ehapitM XXtXtit répète que les
terfes s!tM~s M~ala zone du MM! <MMM <M0~p<-
~MMson; &tAaAt~o<preuve on ne peut pttMëvMente
que les rë~ona !MtertM)p!ca!esn'avaieMt pM été via!-
tëee par les voyageurs de tTEoMpo.
Notre eostnographeajoute cependant a que d'aa'
< tresdtsent q~'Hyades endroita haMtosB,mais
tes raisons Nurlesquellesil s'appuie sont toutes con-
jecturâtes, et elles nous prouvent que ce cosmographe
de Charles V n'en produit pas une seule d'après l'ex-
périence ou diaprés les récits de voyageurs ou de
cartographes qui auraient levé le voile cachant en-
core ces régions aux regards des Européens, avant
les grandes découvertes des Portugais,
Et en effet, dans le chapitre XXX, il répète encore
que les régions situées sous le tropique sont M/<eM-
<e~. Les auteurs qu'H cite sont Aristote, Pto!émée
et AUagrani. M. Paulin Paris, dans son savant ou-
vrage sur les manuscrits français, avait déjà fait ob-
server que, dans ce magnifiquemanuscrit, on remar~
que, entre autres choses, deux belles miniatures;
{<)Vey.nosBeehmchea, p.9MetMtv.
e~~M ~B~pieeBMa M~w~~M t~t~fa~ d~
i~anharee~e~~ du ? sphère.
??? même manuscrM, en tMuve ? tMdue~
qo~ ? ce même autour du livre <? CM At moa<~
atMhaea Anstote, tMdact!eo qa'it acheva en t37T,
<t'aj~!e80FdMsdMM:ChaF!esV(<).
~Bsuae miniature adm!fabh)Meat ex~catee, et
qtn se trouve &la aaïteda traité de tasj~&te. on ro.
maFaoe un planisphère dont nous parlerons plus
ta~~).
~ans an autre manuscrit cosnMgMpMqcc dn
même auteur, qui se trouve aussi a la BiNiotMqoe
nationalede Paris (3), ce savant montre encored'une
nMaièMplus explicite qut! n'a fait que répéter les
mémos erreurs queles cosmographes avaient soute*
nues pendant tes siècles précédents.
Pour le prouver, nous nous permettrons de tran-
scrire textuellement quelques parties de son texte,
où on verra qu'il réfute la théorie de t'Antichthonc
et de ceux qui croyaient que les zones intertropi-
cales étaient inhabitables. Mais il la rémte parce
qu'eHe était contre la foi de Jésus-Christ ~cependant
ne pouvant pas abandonner entièrement les théories

(0 LesMM. delaBMoth~tM
Bfmtxts t. IV,p.5M.
nationale,
C!)Voy.nosaedtMehes,
p.ineet M'hr.
p)NM)eth!mMMMtatedePitrb,Ns!))t''t48!.
<~t

de sas dMMw!eMm tas systètt~des~egtaph~d~


raot!qm!te, il soMt!entle <B<mHta!)M'
aatM)~t, CMRtae
on j~vpit paf te ea~ettx tMftM~qae oeMaa<m8per-
nMttFpnsttetM~aenwic!.
« Li quarte ~ag~ est entre le tropique d'yver et
le cerete antavetiqtte!et se!<mla coBsMëMtiondu
« XXV!<chapitre et de Pep!meMd'aacMM,ces<e
a ptageestaessi attM<opéeetaMss!MetthaMtaMe
« comme ceste Mcettdeoù nous sommes. Et pour
« ce, disp~b, qo' y a gens, et royaames, et ha-
« bitations, tout aussi comme de eeste part, et ont
a yveMquant nom avons esté, et esté quant nous
a yver et autonne quant nous yver, et yver qtMnt
« Moaaautonoe. Mais MM/M peM<a/af c~ ? Me
« yctMr</e/e cy M~par HM'fae~er terre. Si, comme
ils disent pOMrce qu'H conviendrait, p<M~rjMt)
e ~e<tereejMHe,~M<e«<~to6t<e6<e,selon ceste con-
< constdératioM,et mesmement Mus les tMp!qnes,
« comme dit-est, »

Or si vers la Sa du XIVesiècle les voyageurs eu-


t'opeens avaient pénétré dans les régions intertro-
picates, le cé!èbre eosmographe de Charles V n'au-
rait certainement pas soutenu que ceux qui habi-
taient la terre australe opposée ne pouvaient avoir

(<)Voyez deCeece
htM~ppemem~ d'AseeM, ee~s-
quiMprtsente
t~me.
–Ma–
de eomoMHMeMïon avec t'Euwpe, nt Ïes EcMpeena
yal!e~ et il oe~ M~!t pas ~rvî desar~at~enta
i,
qui suivent.
« Et dien (disent) que i!!ec sont antipodes, c'est'
< a*<Hre, gens qui ont leurs pieds contre ?<? et pour
? ce <Ma sont l'opposite partie de la terre, aussi
o commeN'ib ftMsentso~: nous et mus seab!!eo!x.
<' Ceste~pWMa n'est pas Menip~ët M'est pas bien
« coneoKÏaNe à MOtMfoy< Cap la joy de Msas-
< CMst a esté prescbié par toute la terre haM-
a taMe}otf seton eeste opinion, telles gens c'en
< auraient oncques ouij parler ne ne pourroient
< estre subgés à l'église de Rome. Pour ce, reprenne
< saint Augustin ceste erreur; ou ceate opinion,
< Mb<XVI De C<MM<e .P<t. t
Sa description de l'Afrique est enUèrement la
même des anciens. !t ne connaît que la partie sep-
tentrionale quant a l'occidentale~il ne connait ab-
solument rien, et de l'intérieur ses connaissances
se homent au pays- des Garamantes,! c'est-à-dire
à la Phésanie,
Ainsi les auteurs anciens, les Arabes (<) et les
Pères de l'Eglise étaient les seules autorités sur les-

(<) Au ehap. XXX, qui a potr titte Bt la ~'«w pfa~, it f<e~do-


tr~tM rapporte qae qnetqnes tms dism que la «me sous reqahtMMe
est t<aMtj6e,et ~M c'était rop!niett tf~tM~.
MS

queHesee eostaogMphe s'appoyait, Ce qui prouve


d'une mamèreposit!ve que de s<tn tempson ne con-
naissait pas unegrande partie dug!obe, découverte
Mutement dans le siècle su!vaMt.
Nous devons faire FemapqaerM l'importante par-
ticularité, que le ~be quo aous voyons dans le
manuscrit de Nicolas d'Oresate représente !e sys-
tème d'Ëdns!, qui eroyait, comme nmis t'aTonsdë~
dëmontré, que !'MtBMphèMopposé au Nôtre était
entièrement aquatique, ce que c'était la reproduc-
tion de l'image cosmographiquedont se servait 1*6-
co!ede Thalès (i).
Un autre savant de la même époque, Ranulptius
Hidgen, dans la partie cosmograpMquede son Po-
~eAroMCOH, nous montre aussi qu'il n'était pas plus
avancé relativement aux sujets qui font l'objet de
set écrit. Les sources dont il se servit pour la com-
position de sa Cosmographie, sont les ouvrages do
Salluste, de Pline, Josèphe, Solin, Eutrope, Isidore
deSéviHe,etdeBède.
Sa description de rAfnque viendra constater ce
fait.
D'abord sa division de cette contrée est ta même
des anciens; c'est a savoir la partie occidentale de

(t) Vey.p.M<te<'<t
t'Ë~Mbya.~ip<)H,!aM~!ïe,htMMmM:e,
<~M deax Manritaniea.
Mdtviae t'Ëth~pie en traitsparties, saveif la pM-
mieM parité occidentale qot est Mtontocuso, et s'e*
tend depuis t'At!as ;aaqa'a t'Ëgypte (t) la partie
MMyM~ne est toute stNenaeN~ la tK~aMNae partie,
t'orientale, a'y trouve à peine BtenUennëe.Il la phee
entre f Océanaa~Mt et le N! veM r<mt~ de !a
Me<* Re<~c. Eue Motenne, se!<mlui, des peuples
moMstHMtUt, conMNetesC~ramaMtes,tes Tfo~odyteN
<ptiia!ssent derrière eax, dans tearcoa~e, les oerfa:
plusieurs de ces peuples maudissent le soleil àeaase
do rmtanNté do.la chaleur, d'autres se nourrissent
de serpents, d'autres mangent la chair des tions et
des panthëres; il y en a d'antMs qui n'ont pas de
tête, et ont les yenx et la bouche au milieu de teur
poitrine; d'autres viennent au monde sans oreilles,
avec ta bouche au milieu de leur poitrine, et quel-
uns ont pour roi un élëpbant.
Toutes ces fables, notre cosmographe tes rapporte

gravement d'après t'autorité d'tsidore de Séville; et

l'on verra, dans une autre partie de notre ouvrage,


les cartographes du moyen-âge représentef, d'après

(t) Ce système de menttacM M trouve MpMd~maM la eatte eMa-


tane de tS!5, daM la Mappemondeitalienne de t~ dans la carte de
Vaheca de MathM~aede t09, et eMMe dans ceUe de Jaan de la Casa
que noos avons doattee dans MM Atlas.
'< t~s––
<tess<MKM8.eesmmM!tM~
taMcax dansÏMMca~s
etdaBsteafsmappemandM.
La dascBÏpttonde Mbyeest tMe aussi A'Mdwe
de Séville. Selon TopMen de ce eeamogMphe,les
Garamantes (c'eat-a-diM tea haM~nta de !a PMsa'
a!e), a~tet~ent )Q8qa'~ r0e6an &thiop!en: ce qui
prouve, selon nous, qu'il renfermait aussi toute
fAC~pM, bien en d~ de ~ptateof.
De la partie ocddentate du même centîaent ? ne
connaît quela Maar!tMt!eTan~tame, ayant a Fortont
le fleuve JMa~a, au midi le détroit Ca~eta, au cou-
ehaot le mont Atlas et i'Ocean. Ce cosmo~phe,
smvam en tout tes gëogt'apheaanciens, dit, en par-
lant de cette partie de Fempire du Maroc, qu'on t'ap-
pelle « Mauritanie, parce qu'elle est la patrie des
Noirs.
Ainsi FhtMM/p&tM ~~ett, écrivant déjà au XIVe
siècle, nous prouve qu'il était aussi ignorant que ses
devanciers, au sujet de la vraie <brmede l'Afrique,
et du prolongementde cette partie du globe.
Les connaissances de cet auteur, relativement &
i'Asie, étaient aussi bien Hmitées.
Selon mi, une grande partie de ce vaste continent
était inhabitée, et il ne connaissait rien au delà de
Ftndus. La description des monstres fabuleux dont
il s'est avisé de peupler les régions Caspiennes,
<0
M6

pMMtvew<8~ qaceaMe partta de FAaietu! <taM!n-


eMMMw, et qMetes voyages &it8 ex TaMa~ et on
CMnet an XtM*s~ete et awcommencement de ce-
M-ci, M'avaientexerce aaeune inCaenee sur lui, CM
qM'Hno tes eeMMabMitpas, ce que nous eK<y<M<a
plus pMbaMe. Maâopte aas~la thMe dea zones
inhabitables. de m~m6 que eeMede Feodan, eommp
~tant Mniteav~ qui environnait toute la terM.AM
n~mc temps qu'il adepta!t toutes ces tMoKas des
GMCs,comme il avait adopta les fables des my<he*
graphes, il suivait aussi la cosmographie des Pères
de t'Ëglise, en plaçant to Par<!<fM terrestre avec ses
quatre Meuvesaux extrémités Mieutaies de la terre,
dans un lieu inaccessiNo, eu s'appuyant do ramante
do saint Basile, et de celle d'Isidoro de Séville. Sa
théorie du cours du Ni!, qu'il fait venh' de l'est, sut~
firait à nous prouver que ~aMM<p/«M considérait
t'AMque comme une terre extrêmement petite.
Au surplus, la mappemonde qu'on trouve dans tps
deux manuscrits de Londres et de Paris, du Poty-
chronicon de ~asM~p/MM, que nous donnons dans
notre Atlas, prouve mieux encore rignorance de ce
cosmographe relativement à la connaissance du
globe (t).
(t) Voyez sur fcKe mappemonde l'analyse que nous donnons dans
la deuxième partie de cet oawa~. Nous trouvons le nom de Mmat.
.1AT.

FM!c !~egûCbc~, ao~wp ~«<M<m~ (<).


~eande Ma~~ (S) et J~ecaae (8), a'<Ha!M~
jjM8
plus ~aoe~a, commeMeas!'<??? <M~BMmt~Aws
un aetM eavMge (4).
B~MemMM Anglieus ~t~vitaa~, M<p!a<Ms-
MM~apM~quelques~gea q«! se tmuvent Mn&'r.
mecs dans FeMVMgoqu'KmthMta Ce Pir~Mw«t~tM
<WMtM (S)!.
t~as <ct!t de «<?<<??< MttattfM. (?<?!<- N%<&)Mt– M~M~m
cMMM–et~~m.
Cet auteur <tttt religieux 'te t'eNtM de Satnt-BeaoM. « mourut m)
<M!. tM<rMM lui consacra un aMtete<hm la MMMh. Hmttmettnf.
Ltt., t. Ut, Mw.VM), T«. CeMMntdtt t~eKaMaMttt~oeteprc.
mier livre MnOBfmela description de ta MfM, accompagnée tfane
)Mppemon<a. ~MfM et <t'aattM M<m)Hoat fait meaMande cet ou-
~m~e<~eRana)p~M~.La mappemonde do manuscrit da MasteMtan-
atqoe est plus comptete que celle du manuscrit de Paris. au<t~ cite
les deuit manMMftHdu MyehMBtMtt, do Paris et de t~ndM!) (t. M,
p. <MT).
(<) Voyez nos MectteMhe~d<ja eMea, p. t,X et autw.
(9) tMd., p. XII, MandwMtevoyagea fa Tartarle et M Egypte. )?
son aveu, Il empruntabeaucoup de récits aux textes thMntqMe t't
à des romans de ettewtefte. Matte-BM« a déjà. fait remarquer qM'H
eepta des pages eaUeras du Voyaged'(Mfttc do ~ttenMt et d'Hayten.
p) tbM.. p. LXXtV.
(4) BeeheMhes sur tesdtceuwttes de ta ttte d'AMqMe,etc. PaWf).
tMa.
(S) L'CHwaee de Barthetomeas ~«9M<wfut imprimé en t<sa,enca-
tacteK!! goUttoee~. ~~t~MMCtte une édtthm de «M. (Vey. Biblioth.
Medtzet M. Lat., t. p. 479.)
ta BtMtethaqaede tMjeepossède un Ms.du XV' steete de cet M~raee.
A la suite de la CesmeeMphte d~q~, dont nom avons parlé au
§ Vt, p. M. se trouve dans le même manuscrit un Traité aMnyme,
avec te même titre, qui commence AM~t M~ <~ f'<M
tworn en t!t livres.
–M8–

~uvjmge de eat auteur est ome eemptiat~Htde


Mma MsMe~deS~vtMe. SadMsiend~ïa ten-a
esttMede~ d~~ aM~, de maoMque $a d~.
cr!ptiendettnde.
t~ partie relative a la Mauritanie est tirée du
liv. V, e, n, de PMNe.?0 marneM Ï~M~ptwn d«
~md:a teMeatM@stth~e d'MdeM de ~tvme(<):
Majoute cependant que ÏM jMaenat'ava!ent pïae<
dans les M~ F~~MM~. Le dent~ paya qui! tn@M-
tionne au nord de nSmope, c'est T~aM, que ptu-
sieurs savants pensent dtre Haïandc.
Sa ~Mo~edes zones habitables et iuhabitables
nous prouve aussi que cet auteor n'ava!t pas la
moindre idée des pays découverts au XV*siècle
par tes Portugais, et que, commeses devanciers,M
ne soupçonnait même pas l'existence d'un grand
continentsitué a t'ouest, c'est-a-diMl'Amérique.
<?erMMtM N<eo&o<<(M~ de Ferrare, qui dans ce
sièelecomposaune Chroniquegénérale(2), consacra
le Vtivre a la descriptiondu gtobe (3).
Nous ne terminerons pas t'examen des cosmo-

«) Voyet plus haat, § Ht. p. SS. note 3.


(t) C!)Mnte<mteMm MMa.
(S) Faurictas, dtM sa MbMeth.MefBtBet M. t~t., t. Ut, p. iM,
pMtt do Mt M:~N(je, et MmMtc & EeceM. (CotpM hbtmteam ma
<Mt, et~e seriptores KMm h mtemttmtM, t. pt~. «M. Mp<!)!.
MZ!.)
gtapbM de ee s!ecte sacs rappeter que Pettacque,
qui8'eat.he<nMOp «Mup~de ~e~apMc. ceMMerait
ea<MM FaK!h!peteanadeneemme un des paints tes
plus eto!gae$du Mtonde(t).
?, MjMOM Mmbïedo toute ~vMeac~qow eeM
q~eMy~t que les ~oafïM ~ta~tte poht te plus
Ne!~ du mondeda c&tô<!«~whaat, pMmvaïtpar
cette aaaeFt!eo,qo*KneeeoMaiss~paates immenses
~em~qx! e!uata!emM Jd& du cap B~a~r.
PhMieaMvoyageson As!e s'eMBetuepent pendant
ce siècle.J<Mm deMenteCorvine,que le papeenvoya
e~TaftaMe.parv!nttusqo'a Pe-Mn,en Chine, dans
FaMMee <M6. Fe~oM< voyagea aussi eMAsie en
<336, et éop!v:tun MMéfaiMd'Azof &la Chine, qui
n'est qu'unesimple!ndicat!ende la route qu'on pou-
vait prendre pour aller avec des marchandisesd'A-
zefa la Chineet pour eMreveMir(3).
Odericde Partenau parcourut aussi t'Asie depuis
les <~tesde ta mer Noirejusqu'à la Chine, en i330.
Maisce qui nous reste de ses observationsn'a pas
ajouté aux connaissancesde ses prédécesseurs(3).
nosBeebeKhM
(t)Voyez eMM,p.N9.
?) t.'o<KMte de PeaoteMtest tnttmté iMetMOtM~<t<pMï)~ e
<aM e <amMdl torfe f«r« <MNttttdc. Vejrez nos Recherches ctttM,
p.m.
(5) Voyezcette Mathm <)M~ta CoMecHende NamtM~,t. U, p. MS-
9M, Cf. Bte!))St. Vêpres, t. n, p. 39. Ode~e dit y a e <hiMtes
indes *,«? lies dont M n'indique pas les Mme.
.9; ~-gA®

~M'~M~ grwaenutor
? eaamo~pMe ? aof j~~MpMe ~MMMt~qpe
des Mivanta t~E<~e, eemM~Maas~SM ~1~
veiy par ~expe~en de leurs tMet~a et de !eoM
~<Mtn~BMMtee8,de même que ces voyagesn'ont pas
exerce de gimttdeMMenee Mf !M earte~phe~,
eemmaon !e veMU dans une autre pM~e de eetott-'
vrage. t<'engaaexnentpow tes &Me& et pear tes ra-
Meaa meyv~MetMes eta!t, dana cesîeete, parvenw
au point que FévAqaeGuillaume de WMtMM,pres-
erMt, dans les statuts du nouveau eeMëgequ'il Ct~a
&OxBMd,en <38$, que les eonfrères et tes écoliers
s'entretinssent, &t't8auedMdtneret du MUpeï',daas
la lecturedes chroniques deNd!vo~ Myaumeset des
Merveilles du Monde. Et il existait même des ordon-
nances semblables dans d'autres colléges d'Aagh)-
gteterM (<).
Cependant, nous le rëpétons, tout le mouvement
seientinque qui se fait remarquer dans ce sièctc,
l'esprit de discussion, l'avidité de eonna!tre les
merveilles du monde, la création de dix-sept uni-
versités dans presque tous les pays de l'Europe;
tout ce mouvement, disons-nous, témoigne déta de

(<)WtmsMn ofEn~M)Poetty.t. ).p.M.


Histoty
CttaKt de Gallois fut obligé de lire trois fois enpnbMe, à O~
sa t)Medj'tien de t'tftande.
ra~M~MM èMBMV@~g~
!mMM!)M$ CMtq~tcs de la Mtenee ~e~KtpMa~
e~aee~danate~ suivante
Mais pew ~xe Feetat en <at plus ~aad, tes cos-
NM~faphese<mt!oM&Mat &wta~mïples m&Mes~té~-
ries et les Marnes ayatèmeaJMsqtt'~ repose des
BMndeaaavigathMMet des decoweftes desfortu~ht
et des Eapa~ets; et les ea~egmpheaeendocefent
«MMidan~louesMpreaeBtadMM gMpMoiues & MpM'
duirole oMndedesancienset tel qu'on le eetHta!Nsa!<
au moyeM'~e

§X.
XV St&CLE
MMttB B'A<H.W,OUmAOMa HLAStBBCARDINAL
BBMtMrMAM.
–H!«MM)hMrt,–et~mMtMM.

Toustes auteurs qui se sont occupésde rh!sto!rc


des scienceset des tcttres pendant la ppetaièMmoi-
tié de ce siesie, se sont attachés à décrire la reuais-
sance des études classiques,dues en graNdepartie
aux savantesrecherchesde Po~M (2).

(<) Nous devons Peggio hait dbceats de CtceMB, un QuintiHiett


eemp!et, Cetamette. uae partie de Lucréce, trois MtMsde Vatette~
naecas, SiUos Italiens, Ammien MateetHn,TertuMien, âne partie de
Vitruve; en6mdouze Mm&ttM de Plante forent MtMnvets en Atte-
maeae, d'après ses etbrt~.
t~
j~i~i~ e<Mw~<)MWt <? s'est eeenpd
<!$ denmntt~pMtat aetenaes~~a~~aes et
de h Mf~MpMependant la <a~e ~p~ote
Et cependant, depuis HMjusqu'aux pMmieMs
deceovertes MoaMques des Pertaga!~ sona te prince
Hencten <A<S,quelques auteurs e6!Nwes Msent
<M!caj~sde ta eeam<~Ht~!e etde h t~P~pMe.
Nous aMe)MBoaseeettpw de eettxqM!, dopant
<MM@ p<Nedede temps, MMsont h~s< des ouvrages
sur cette bronche des centMissanceahuBminea.
Guillaume FUtastM, dont nous avons anatys~ les
ouvrages (i) autre part, et dont les connaissances
étaient plus avancées que ooMesde son contompo'
rain, le cardmat dAilly, ne connaissait rien néan-
moins au delà de l'équinoxial, comme on le voit
par sa mappemonde, t4i7, et s'H parle d'~eaa&o
~eoM, c'est d'apr&s le géographe d'Aiexandno. Ce
cosmographe, dis-je, nous montre qn'it ne connais-
sait rien du reste de i'A&ique, même eu théorie, et
qu'il parlait aussi d*nne terre au delà de l'équinoxial
placé à une distance si grande, qu'on pottcat<aMcr
par terre à une ~MM atM« ~oa~ que la Md<fc.
de même que la Scythie, qui est au septentrion,
selon lui cette terre s'étendait au delà de la lati-
tude du zodiaque et du cours du soleil, autant que
nostteeheKhes
«) Voye)! ct~esp.XCt,V,XCV.
tM--

t~s 8MM~ eM~ Oft ce!M <eH~ est évtdem-


taent Mateo~ poiaiM, puisqnp dans tes extKMM~
dneen~aa~ eMeain on ~e~d'ano temp
des plus douées. themMmetre de Réaomar ne
s'élève ~anMisaa dessus de 30 degrés/et ~aa~ré
tes eOets désagréabtes qui ptedaisent aoNveat !es
wafiatMBaN~tecH~eg~aes, eeht Medafe que quatre
ou cinq jours et on ne peut pas éprouver dans
la )~eB du cap le f~M de la ScytMe deat pale
Fillastre (Ê).
Le célèbre cardinal P!erM d'A!!ty(JPet~M~e~-
??0), qui composa daus ïe c<MM<nencetnent de ce
Mèc!eun Traité coamogt~pMqMeqa'3intitata Imago
Jt~H~t, et qu'il dédia à Geraon, supposait encore
que l'extrémité de l'Espagne ne devait pas être sé-
parée des Indes orientâtes par une distance très
considérable, n soutenait, comme Ëratbostèno et
Sénèque avaient soutenu bien des siècles avant lui,
qu'it était très facile d'aller dans l'Inde par l'Océan
en peu de jours (2).

W ï/MUete fN&~<, [MtbMdans te Mme XMde h megm~t~e )mt.


~Nette, composé par M. CoqMhwt de TM~, jjtmte d~ en tM6 du
mMMedt de PMepentas M6h de Behm, <~t M«M~e la tmptemm~e
que nées dennoM dans notteAMm.
?) Vey~ net BedMMhes citées p. XCMtdet'tBtMdncUoB,etp.tW,
<M, Mt, M9 et t90. ËnttœthhM disait qae si t'etmdae de la tMr
Atta~tqae n'était pas en etstacte, on peanatt se tet~M par mer de
t'Htétte (t'EBptgae) dans t'!Bde. (VoyezStMbott, liv. t.)
–M4

assenas do MeH~ d~iMy aoaa pMMvcMt


que M COSNMgMphe, eem)~t008~ savants de
ne eoanaisNit pas !es~~r~ décata-
vertes queiques années p!asMMd.
~t en e~tit n'aurait paserua la facilité de co
ttajet. si des navigateurs européens avaient expioré
ïa ceiodo rA&ique occHeatate aw de& du cap Do-
jador, et si on avait connu le prolongement de cette
vaate portion de gtohe jas~t'aa 3~ degrë delati-
tude australe.
M. de Humboldt avait déjà dit <' quele cardinal
eosntogMpheétait plus occupé d'érudition classique
que des relations des voyageurs les plus rapprochés
de son époque, et que sa Géographie, à l'exception
de quelques citations arabes, rappelle moins le siècte
de Ptolémée que celui d'Isidore de Séville (i).
N pensait alors que la zone torride était inha-
bitée, de même quT! pensait que les deux zones
polaires étaient inhabitées.
Leonardo Dati, frère de Goro Dati (3), contempo-

(<) BambeMt, Emmm Mtttq<Mde rmst. de h CéegNph. du Nou-


WMCMUneM.t.t.p.M.
?) Nous a~Ba eMmM un eMmpMfe de cet oetm~ de ta plus
grande rareté, Imprimé à tMgnes MgMB,en teMtes rondes. Cette M!-
t<ma<MpaMtMeenMtO.
Voym, sur -ce poème géexMpNqne e<mpos6 aa commencement du
XV'steete, atn~ <meMteeM de Goro, tW<fefM~~«M~<w H"He.
par IL Ubri, t. H, p. Mt.
–<M–

raiuide ~uoMaehMMtï(<), ~aî eempesm auasï dana


~!e nH ~ma gét~pMqpe,~ JBM&t
tS~MM()Oe!aSpheM),fe~dont nous avons parld dans
un de nos ouvrages (St),~n'étaitpas ptus avancé que
sea devanciers.
I~tinonsmentre,danssonoaYragegéegraphique,
qaT! ne connaissait pas non p!ca los pays Ntoës aa
delà du cap Bejadûy. Et en e<&Hedemietaom
qa'on FemaMpesar une carte de la côteoeciden-
tale de ce eontineMt,dess!aee en marge, est celui de
~MiMMt dans l'empire de Maroc (3).
En ce qui concernele système cosmograpMquede
cet auteur (4), H nous suffire d'exposer ici quelques
passages de son livre pour montrer que Dati était-
en i432, aussi arriéré que ceux des premiers siècles
du moyen-Age.
On remarque en marge de ce traité un planis-
phère dessiné et colorié au XV*siède, dans lequel
on voit la terre au centre de l'univers; puis l'Océan
homérique, ou environnant; ensuite l'air, puis les

(t) CecMm<WMphe un hetof~,ea Traitéde*Mes,dent


composa
MMconnaissons deMmanMchts.Nensd<mnMtsnneMUee daMâne
anttepartiedecetenwate.
(t) Ve~ez Ma NMheMhesdt~es p. et.
(S) Nous pMsedms un /!tMf)))tfecetmté de cette carte.
(<) Nous avMS MpMdtdt daM notre Mas ta mappemonde qu'on
treaw dms un BM~nMqaemanuscrit eMUempeMtnde ce traité.
'ft tt$

M~~ ¡d.IO,.jlJ.de:J1t..w..
~(<); 4~ du «$&90
geatëJM ve!tNgM~aM centre de 'E~
a<~BBemcme~edtamet~~ ~~i
Sa division de la terM est la mémo adaptée pa<?
!a p!<!partdes g~raphes du moyea-age dont ates
avoota<atpM~tes sys~mes. En OMM~des staa<~8
où !t déent ïa&trois pauftiMdu globe, on KmnarqtM
«ae aMtj[~me~!&daas htqoeMeMacert~ Mpt~~te
te disquede la tMM. Une I~ae tm~e du aerd aa
midi divise rAsie de l'~tM'opeet de rAR~qM; et
une autre Mgue tracée de ronest a l'est sépare
l'Afrique de FEaMpe. L'As!e y est BgMrëe comme
dans tous les autres monuments de ce genre, d'a-
près !a théorie .des cosmographes, c'est-dire plus

dansnotreAMas.
cemmmment
()) Voyez
MMtA.
t~ terM e eorpo seUdo e pemte
E t~MYepiu dte atean attM etemente
Posta )Mtcentro dentM a tatte qnante
!< spMe e p<a de taa~t ai 8rmamenco
Da e~n! t~*M ea<M!meatedisMnte
FM htia e M ha laqua sao eontente
Ben ehe tn ttean* pmte se dheopM
La Mna tn alto, par che sh di wpM.. ·
(~ ntMMM.

Soe diametM e seph! mtU!a mieth


Et eeKhie DnU doe mtgUaM si pt~Ma.·
tef
grande q~aetes deux awtt~ partes d~ m~ë €?-
semble, ce (pMpreuve d'aa~ marnée perempte!~
q)iMce j~ographe igBera!tMv~a!e ~rmeet~e~n.
due de t*AfHqoe,etne seapcotma!~même~as t'cxb-
teMedMNoaveau-Coattoent.
Ma!s~cequi pfoove aaasi qu'H ne connaissait paa
là moitié du globe, e~st sa detnon8tKtt!cmde la
teNe, disant qa'cHe a la- formed'ua T en dedans
d'an0(i).
C'est en effet la représentation de pMeMMmap-
pemondes du moyoM-agedans lesquelles le parallèle
moyen se trouve par le 36* degré de latitude nord,
c'est-d:re au détroit de Gibrattar; la Méditerranée

0) MUATNmA.
Nn T dentM a ano 0 monstra il disegno
Corne ta tre pMte Bt divise U MMBdo,
E la sapertot pmte el magior t~m~
Che quasi piglia la mita del tondo,
A~a e cManMta il eambe rttto e segno
Che parM MMHe nome dat seeMdo
AMct dteo da EMapa et mare
Meditenan tm essa ta meM appme.
(BaMdella Spera).
Lesvers suivants nous nMmtt~ntencore rt~MFaMe du eosmogeaphe
a Tégard des sujets que nMN tNtMm dans cet <MTm~e:
Questo tmtdo Mn e maea ta spem
Ma molto meaoTe e <M<e<'<tt<M < ma~.
De manière que la a~M dont il a &téquestion ptas haut ne K~t~-
sente pas même ta m<titMde ta sphetf, car tent te teste était eeeapt
RMiamer.
y~ Ja.<.t~.
d~M~a~ =_
??6)~ t~WBstMdaaa !'A~,
~a ~<aMNMss~~]~
cM~e~ika c<)MtM~ le lt~t~nt .(~Ii·et
M&!tveotr~Na<~re$t.
!)eyA~~ Msetwt~ & t~ipartie ain..
~Nmementconnue (3) et tout en parlant dotctun'

(t) Ve~tttu MtppamMMtes


d'aptece~t6tMqueOM~donnons
<bM.M~aAt!M.M<M't<<MSpN~MM4ttd«MM<)tM'fNttte~
eetwttHjj~.
<? Astte<tp~nM)j~t<e<wettmM)M
SenOetnnoceMe MtM la paM~.
M AMN) Mmtneta la quai dora
Qaanto tion p~ tatte MMtto mathM
Ftao <!<tsMecte e pet qMnte d p)MM
Cetdm teeeMO atepMte KnMMa.
Ensuite BaU nous prouve, tout en suivant les Arabes et ayant puisé
aussi quelques Mees dam Ptolémée, qa'M ne eomaissatt pas le cours
du Nit.
Hdtteneftet:
Di Sotte (e'est-MtM dmMttett de Gibraltar) et Ntte
(millia septecente.
E piu ehe la mita absioao e Maa
PaeM a<tastopet te caMevente
E non ha aqoa cte surga d! vena
Poive m<monte dt mtgUa ttecen~
Che ~ntgarmente s! eMamaC&omM~
Et eaatteM molto smbmfMo
E neUe historie atataxte cMamate.
Sur la belle catte d'AMqne de JtKMde la CMa, de tMO, KBtemtee
dans net)reAttas,on remarque nne caatne de montagnes qui s'étend
depuis t'Attas jasqn'en en Egypte, et à laquelle ce cesnMgmphe donne
le nom de Caréna.
'jtjM

acMerwdesepieMqM~ 1'1" à Damas


«t a Atexandne, M ne dit pas )M)t met retativëmont
aueemiMMeavee Mnterienyde rAM[mo,n!avee
~partie accidentai de ee~ntiHent. Et en eNet,
avant les deeeavertes manthnes dMPertu~is,!e
cemmeKse des épicas se faisait par tes perta du
Levant et par ceux de FE~pte (<).
Dati, du reste, avoue lui mêmeque les pays
sitMes a r~cident de CeMMtétaient peacott-
ntM(a).
Et de ta coteooc!denta!e, il Mentionneseulement
AFsHIe,Larache, Azamor, GazoMaet ~<MM.
au delà de laquelle il dit qu'on ne trouve que des
sables (3).
En ce qui concente les Mes de l'Océan atlantique
situées près de l'Afrique, il mentionne seulement

(<) Le fait que nous Indiquons est maintenant hors de doute. Les
auteurs da XYU''stMe, et qnetqMM<~ortva<mde nos jours, qui ont
pMtenda que des Européens Msatent déjà te commetee de la <Mtt-
9WM aa XtV*arec les ports de la Gainée, n'ont jamais produit le té-
metgMge <)m seul auteur, oo docament contemporain. Les prëten-
tiens de ties auteurs sont donc eomptetement anéanties par tes regtei!
de la critique historique tanins élémentaire.

(~ Di sotto a setta torai mille migMa


Gin per quel Htto M pxefa oafft&).

0 Ce dernier passage est évidemment pris sur des relations arabes,


retatho)!!qn'H avait consottees, eomate cela notM semMe codent d'it-
près la dénomination de ttoteN qu'il donM a la mer Caspienne.
les Cana~.eN~~ !p~ (t). ïà
sliMT~enttoatM tes Mnoa!sM t~tï: eBes
M~a~M ~tM~ ??!?? et dea au-
tears do moye~~e. Baaa son onvrage. on ne )?*
matqMopas<omo!Mdteprogrès de la se!enoe ge&-
grapMqae, enwq~coocerne tes vastes eent!nant<t
et tesgMades t~en~ deceMvefteaquo~Mpsannées
piM8ta~d(a).
N<MM v<tM<~d<mede repmdMtM et d'aaatysM'
h gëegmpMe systématique des coamegMphes du
moyen-âge, en produisant les textea mêmes de !em~
ouvMge9,depa!atachatede t'Empire t~maitt, an
Y* Niède de notre ère, juapt'& ia première moitié
du XV. siècle, et eette analyse prouve de la manière
ia pins ëvMente, que les savants de t'Europe, amst
que tous les geograpites les plus habiles, qui faisaient
autorité, n'ont point connu par l'expérience des na-

(t) latteemMM&
Cetcamto quanta;
Veeten da tena pie isole h) mM~
ChMada t~td di pteeete attue.
t!n marge de ces WM~<mwh ta MBBeamMonde la eMe~'AMqnc
gres~ttement dMStnte et un ~Mape dites pOMIndiquer !M CatMiM.
taHn! tes omtnHCtits de la NbMothë<taede rAKenat Ms'en Meave
on dn peëme (teeeMphiqae de !~t!, avec des égares. (Mss. Italiens,
Histoire et MegNph., n''<9, tn-t)U<~)
(a) Nous n'avons pas parlé de CttMtaame<~)xtoB,mghis, qui eem-
pesa, en «60, m traité tM imaginemMttf, dont parte Nitoben (HM!et,
Mst. d'Angtetene, pxe. 6t), parée que cet aatea? &t pestMenr aux
~MBdes découvertes.
'tet~

~atûM~~d~v~georsdel'EaH~n
luter<Mpi)M(le8 aituaps en AMqee ~vant «$4, éptb
que a laqupBe ~(!tMeN<tanch!tla limite <tus~
rCtèrentteas lesnavigatenra du moyeM~ge.~ade-
Juetion caMMiegiqMCque nOMSVenons de <h!f0
Mas tnentMtaasa! q«Ct en ea qe! eoneenM t'Jfttdt!,
tescenoaisNKM'esde!a ptapart <tM cosnMgHtphc~
cuMp~oMS,jusqu'aux d~ceMver~ des PertMgMS <
étaient encore, à pou de eh~f pt~ tes mêmes q~o
celles du temps d'EfatestMae, pour qui l'embou-
chQM du Gange était !e tenne des ccnaa!smnccs
positives q<w te cétèbt'e gët~raphe ~rce avait fp~
cueillies sur l'Inde, car celle de T~MM~~ta!t pure-
ment hypotMtiqMO.
Pour que le lecteur puisse mieuxjuger du système
d'Eratosthèno, relativement à l'Asie, et de celui do
plusieurs descosmognmhesdu moyen-ûgedont nous
avons parlé, nous nous permettrons de dire que
dans le système d'Eratosthène l'Asie perdait un tiers
de sa longueur et de sa largeur, et, par une consé-
quence toute naturelle l'Océan septentrional et
l'océan oriental furent supposés à de moindres dis-
tances (t), tandis que d'autre part, les cosmographes

(t) Voyez
&MM!M, CtegMpMedMGMes, pag.3.etM!w., surles
MMMtsNnees qB'EMto~thteaMttdet'Me.Cf.SO'atxMt,
t:<r.t,p.M,
etCesseXt),
t. tM,pag.arc.
ii
~1m–,

dta tBoyen'Sge.ne CNMatNMnt pas b pN~MgMnent


de rAt~e. ot $oaaMM~nt<!e conthMRt~omtne
otant d'a~MMaM~a~~ épient, ~M<~
mison, FAaie ë~de en grandeur & rEMrope et
!'AMqaeensemNo,teatea no eemMMNMmt pas, non
ptxa ~MvMbtbteaditaeasiens de t'Asie.
Ce qui concernait!a ~)~e méridionalede ce de~
nier Mm~oMtétait ejacoMa! im~Mtetaent 'eennn
en Ew~eha!~ann~es avaMtt'aFH~ de la <!<MèbM)
exp~t!on <ta ramiratj~ptw~ta Came dMts t'Me,
que Jean de <Nese,qui voyageaen Orienten t4M et
qui écrivit deux livres de J!fttwMH&Ms AiK~CB (t)
(des merveilles de Hade), y débitatant de fables
empmntces aux récits des anciens géographes,
qu'on a de la peine à croire qu'n ait réellementvi*
site l'Inde. Aprèsavoir fait mentionde son voyage&

mar
(t)VojfM, Cf.fe~MM.Bf-
cetoutm~,<M<h.Mt,)t. t9M.
~Me~h.
Med.
<tlot Ltt..t. Mt.p.Mt.
t/Mnemtre ~JMn dt NfM6tt tmpttmt Paris en «90, et h An'mK
en <M! NM3 awM eMmtnt oae édition de cet <Mnem!M,qui se trouve
awe le Traité de Bamfom CeM,tmbM a LMKat)).et Intitulé De?<?
CemMM. et avec tes tetUea de BMM. roi a'AbyMMe. Cette eottee-
ttea se trouve à ta NMottteqae nationale de Parls, dans le wt. tn~
–O.n'tSN.
Matte-BMB,qui ette ce wtatjem, panitt n'agit .tas etamtnt cette
relation. Ce savant e~Mj~e «mttent que J«Bt & M'w ~eyaf~a en
H80, tetsqne ee <ejaeeaf dit, ta eemmeneement, ee qnt satt
AtM dee'M N.CCCCUntXtXq~ ~Mmf* de BiM"~~t?t<f/h~~
B&ntMtMtfBJMtfe.etc.. »
–M$-<

JéH<8a!em. N S~iht~~Miae da mont StMS<?<?


~p~), ? Mpj~e ~av~ a& Mr h ??1~
oeéanepetM~nt<tW NM~ pour M NMdM? Hndo
MtérioaM,o&aain~Ba<~Mtea<y pF~ha la M,<tt
MMtenttta ËtMep!eaaBd~ MUta vo ~eapyga~a
~)! M vivent qaedoaee aanêes. Après av~ vhM
ce pays fabuleux.notre voya~eut* <~et«aque, peM~
M)!vantaa~a~t!eM sur litmw d*E<Mep!e, ? ttMïva
&!a M~edea~RmMMS (!<ca temmea<ptï n'a~eat
qo'uKceH).Pour ne pas oublier une seuledes &NM
t~pandoeapar ceux qui M contmtsaaieMpas ces
paya, il a~eMe: a que dans cette mer. les navires
étaient entratnea veM ie fond de la mer par des
pierres magnet!qaes(<).Si on échappait à ces dan-
gers, et si on n'était pas dévorépar ies~~MCt~t,
on pouvait alors parvenir a l'Inde centrale, et de !a
aox Ëtat! do prêtre Jean.
Aucundes coamopapnes dn moyen~ge, comme
nous l'avons démontré, neMapçonnaméme î'exis-
tencodu nouveaucon~nent avant i<98, époquedo
la découvertede Christophe Colomb, et an grand
nombreont pensé, jusqu'à t'époqaedes grandes dé-

cequedhcevoy<tee"r,
(t) thppMtte): en~«9,mtlesptefMs ma-
ZBtt!q)tM,
deeeqMtm)Nawnsd!tteet<ttM~P~ ~~M.<
MMMOM montré etPierre
qtt'AXxtt-te-CNnd d'Ahane
onteruaussi
&t'MbtmM deMehMX damlesmersdet'tmte.
ma~ntti'tMt
j–. t~
aM~e8,qw!a~rre~M
j~eat acx ~eM ~~<w~ ~m~ sw-
~w~ a.8t,Kt,quiJOOQlflUa~,o.e.
quatre ans avant notre ~(t), theerieudop~ par
At~stote,PosMemiMe de !~odesetpard'aatMa(8).
L'engouementdes savants pour les th<!pNoa syM*
<Ba<!qoe9dea aMetNt~<ta!Mett qae tes <ÏMtMMw de
t'UntveKMde Sa!atnaMqMe,e)MeM en M~. a!~M-
t~t cMtMÏeveya~ M
«a<h<ede fOc~oHt pt~Mp~yaf de p~Mo~e ?'
n~e (3).
Quelquesauteurs nMderNes,qui out pensé que
les géogmphesdu moyeM-Age étaient plus avances,
ne ae sont certainement pas donné la peine d'exa-
miner scruputeusementtenMoavmges,ni les sources
où i!s pnis&t~ont leurs systèmescosmographiqueset
leurs notionsgéographiques;ces écrivainsmodernes
n'ont pas suivi la règle si sage qui montre que c'est
aux monuments de chaque siècle que l'on doit re-
courir pour y puiser les faits si souvent déBgurés
involontairementpar l'ignorance,et volontairement
par la mauvaisefoi.

(t) V<~MMM, Htst. Katar., th. n, c. M.


(2) VoyezH. Bâte dans son édit. de PMMMfttt.JLoBA,iBtO, p. M.
(S) Voyet BambeM, Rtamen ar!t. de t'Hbt. de la Megr. du Kea<.
Cent.,t.t,p.tN.
-.MS.-
D~eof% ~~ÔMMtmt~m plus j~~ve eaMFe
des &!t$qae aaaa veaena de eaxtatatw~ans <?<?
d~MehM)W~qHedeh~h~ph!e ~a~m~
tique du aMy~t'A~, Mm mteax ~cta!Fe!epar t'ana-
ïyaedesBMBMments M)~e~p!~aea,~M! &!tt'<t~et
do la décime partie de cet e~vN~o.

K« D8 LA mem6BB t~anB.
t?<~BAt
.i~SM~~ki,
;r..

~msr~
~MMCi~~
~MBWM~M&

DEUXIÈMEPARTIE.
pM<h)M
Bet CtMeffMphM !e m~yen- tMqa'aM t~xMKMMt<m
tMtagah,detetm~s~BM;desMttMM et MspatetMat
peatla
MUMNetteadetettNmappmMndMtt deleurt~nemnee,
Mtettwe-
mentM'etbte)tcedesBt!s<)eee)ttemanXV*s!eete.

Nous avons démontré, dans la première partie de


cet ouvrage, que les cosmographes du moyen-âge
D'ont pas connu, jusqu'aux grandes découvertes du
XV* siècle, près de la moitié du globe que nous
habitons. Nous allons montrer maintenant, par
l'analyse des monuments géographiques qui nous
restent de ces époques recuiëes, en les rapprochant
des textes des auteurs dont nous avons exposé les
systèmes et les doc!nnes, que~les cartographes n'ont
fait, pendant cette longue période historique, que
reproduire dans leurs mappemondes et dans leurs
représentations graphiques tes systèmes des geogra-
~M''Ë

~eraMt~otté, jus.
qa'a~Mcos, eameMmttes ~eoriesdesaneMns
a~~sys~~
t'~Bse, et eeHes'ei avec les tradithms mythotoj~~
~esdeaCt~t~N~
JEneffet, un ~rand nombre de mappemondes et
de phanspheres du moyen-âge, que nous donnons
dana MetMAt!as, i~pt~Mntettt encM9 dMM leurs
formes ÏM théanca et les :dées d'H<Mnère.et celles
d'AmtXMoandre,disciple de Thaïes, ou de Thalèslui.
méme, de GëmhMM, et d'autru auteurs de t'antiquité.
EBes représentent la t~are informe de la terre
sur WMsar&tceptate aans projection, et en forme de
disque, ï'Ocean entourant le globe.
Do temps d'Hérodote, ainsi qu'à l'époque de
Soorate, qui naquit 444 ans avant J.-C., et du
temps de Pline (i), on soutenait que la terre était
environnée par l'Océan (8).

Hhte <Mt ta
eemoM
txtMM,
(t) !a mer mKitMHM<MMte
Mt te eotfps; le globe
fttehe ne
tOftestM ~«f de
s'ttatt pM ?
attttea. comme la cetntnre fait le corps; ce «0 ne &'881& pas de
tettNtt par des mbemtetMttb, 4'mtont plus ~M t'ei~tttenee l'a <?-
m<mtte ainsi < ?< <~w <<tMte <tM ~M~ Mf6<t)M<Me<mtMM ftifF-.
ttMM ~Mta/htt eMtf, etc. (PMn., Hb~ Mt., th. !t, e. CT.)
(S)BeMdet.N~.tV.e.M.
snjot des
~,a Mjet
Au d~ <tp!)th)as
opipions des
d~ Metew
ancieus sw Ia
souue
tt form~e d,e ~a
~Hae <b tetM, it ?""
!a tette, (aut
wit fM<i<«,ite ~"re Mn'<B,~tMmeM<M<MM ef<xatf Mat ht mnm
MoMe GetmmtM. At*.iMO~p. Mt.
Pamim, B)re<bw, dans sa d!sM)tat!w inUtaee: C«~M~M<t <<
t/r<'wf'e<f'M*<h)e~
–Ma–

!yaMt~pB~ë<MM8 doanaas aus~re-


pt~tMM:j)asqu'auXV~ eM~ ~<WMÏ&tetwîNmi~
~aa centra de runivers.d'app&s~syst&me des an-
cieM,suMpartou8teacesm6~phesdMmaye~
Pendant cette période Ms~riqce.h science M
renfermait dans les couvents, et les moines avaient
robiigation, que C~ssiodore leur avait p~setitc ex-
pMM&nent, de MMles e6MH~jmphe&(i).
NoM'settteBMntHs lisaient les coamogmphes au-
CMMS,mais, ce qui plus est, ceux qui parlèrent
de cette science n'ont &it autre chose que cop!er
sorvtïemeBttes auteurs anciens, commewousTavons
`
montré dans une autre partie de cet ouvrage.
Les cartographes y puisaient les éléments pour
la construction de leurs cartes, et la plupart n'ont
pas adopté les idées plus savantes d'Aristote, de
Platon, de Marin de Tyr et de Ptolémée, comme
nous le montrerons plus tard.
Nous ne prétendons pas faire ici l'histoire entier
de la cartographie. Nous n'entreprendrons pas~ non
plus de faire une histoiredes cartes chez les anciens.
Cette histoire, comme l'a déjà fait remarquer un
savant académicien(2), se trouve dans les livres des

BeBMn.
(i)Ve~ CMsMMe. UMM. Mit. aetSN.
e. XXV,
Cmnmmtatte
(a)V<qre! g~MpMqae derExode
et ~MNomhfM,
~<!ewmte<bLabot)te.Path,<Mt.
.–<
aatBMFS aMtHM~~ et ~M
M ~a~pasj~veaaes ja~
das cartes du )NoyeM*ag9<Mtr~ve tout eottero Ma
seu!eme)~ dans oa~~ d~ auteurs <??&
t~Me, mais WMs!dans !<?~tMes qui nous restent
~q~!e~tasqa~XV'<
Nottsn<Mt~hafoomas à dtMÏeï que les ayNt&!M&
de la gëogM~~ andea~ ont été Cm~ës~
cw~<&M~e8~M!es~mp8nMdem~(~
BpdMtd, Huet, MSchaëKaet d'autres ont denoe
des ca~s de tergeogmpMe do Moise.
Poor cette d'Homère, Henri Vess nous a donné
en i80S une carte coneaM, aicsique Schenemann,
ScMeget, Woetche! Lelewel et d'autres.
Lelewel nous donne aassï le système de C~o~
et son globe ardncie!.
Pour tes systèmes géographiques d'Hérodote,
Renne!!(2), Larcher, Ukert, Heyne, Baehr, M. Wal-
ckenaer, Bobrick,N!ebhur, Mumann. Bredow(3),
et Gosselin pour ceux d'Hipparque et de Marin de
Tyr.
Le système de Strabon a été aussi formulé dans

(t) V~MdeMtotde,Comm. surl'Exode.


géograph.
(a)eHwn)pM~~eM e/BitKxteMt. !n-< ~o~tM, tMC, a<!cempa-
6n< de MBfeMtes.
(3) B~ow. GM~MpN~etUNM~~Het!<d<&eMspeetmhMt.
i7<

dea ca~j~~N. t~~onM, Watckenaw, W~M~


etmwt(I). -J-~
Naeaen,~OMr Ja ~P~~I~c ~'Nsca~. Mps a
dem~<??? oae ea~e qw acco<apa~Maa puMïeatM~
des ~goMtts de cet mttMTet de Scylax (S). x
Mewet coas a donne âne corte dn ~at~me
d'~<M~Mt~~eetd'JM<M<~e(3).
Ïo pM&asem Zmnnt pmM' h geo~apMe de Ra<
tiHas (4); M.BN!er poor les ponpiea de MM~n
d'HdMcMe,et t~dore de Otarax, été (B).
Du système d'Ëphore, deceîm d'Ea~oa~~ de
<5tMe,Le!ewe! nous a donaë aaaa des Mpresea-
tadons (ej.
Mais eeN cartes qui repteseBtent les dtHeFents

ayatèmea geogfapHqaes des MteaM de l'antiquité,


étant eoNstmites par des savants modecoes, d'après

(<) CeetNpMe der enedMn ?RemMB taa den tfMSten Zettat


hh mî Pt~enmem. WeiomK, Mt6, < wt. tm~ Me~~Mo mw)~
<~<t JtMnMtMot <p<tf~<M. t < im-f, pabM an iM<.
?) BMMen, BecatMi MMedt BM~neatth Beftt)).iaa.
0) V<tïMte M&tM~rede ce SMOBtsor PtfttMt de MttseNe, et ta geo~
tMphhdesMt temps.
(t) Voyet~mpt.–a'«~ChM<MfWafMM~xf~~Mf<t<)ttM,Ntt~~tK~
BetMa,t8<0,<n<
C!)~eyezM)apte de HMeien,d'Hetaetee, EpitMMd'AttemtdeM.
tddMe de CtaNt, etc., mt Supptement am demietes edithms des.
Te~t Ceeempbes, d'aptes <mHt. de la BibtietteqtM R<~ate. F~i~.
taM.im~.
(6)Oavn~eeM.
–J
des~~pesNe!entiOqde&~ peÛV6ht11Ouà dOnJ:1e1'
une idée eMCtedM r~r~n~tÏOMs~M
anciMs, tandis ~e !eseartesdnnMyw
contraire, etanttespropresœnv~ des cartographes
des difMrents siècles, nous ~nt coanat~Mt'etat vé-
ritable de ta cartograpMe et de la science pendant
toute cette longue période historique.
Un grand nombre d'aateMrs ont traM des Mttes
chez les aadeM.
Ainsi nous ne voulons pas, a propos de ta carto.
graphie du moyenne, &ire M une compiiatton
facile de toMtceqa'onrencontM a ce sujet dans les
ouvrages des Grecs et des Romains, puisque plu-
stettrs savants ontdëjà pNNiëune fbate d'ouvragessur
cet objet. On trouve en effet des notions sur la carto-
graphie des anciens dans les ouvrages de Fréret, de
Renuell, de Gosselin(i), de Vincent, de Malte-Brun,
de M. Watckenaer, de Mannert, dans sa pre&ce &
la table de Peutinger, dans Robert de Vaugondy(2),
dans ceux de Simler, de WesseMng, de Welser, et
dans les commentaires sur les anciens itinéraires par
Bertius, et sur la table de Peutinger par Scheyb,
dans Hoffmann, dans la préface de t'abbe Halma,

(i)GoMetht<Ni~t<MWtMtMtt<teseMtes<!esan<~ens,surtoatthM
tes~stë)Msd'Sta<M<htBe,<teStn)!)MetdePMt&n6e.
(9)Vo~ezEssai sur t'Hbtehe de la Géographie. Pans, iTM.
<?a

& h ~)ogropMe MathémathnM de PtoMmao, et


d'auttes.
~t trouve encore des notions plusdeta!l!éesdana
des ouvM$esspéeMeMent cenMcrés a ce sujet et
qui ont été pnNiésdepuis te eeïnnMacemeat du der-
nier siècle. Nous nous bornerons &tes citer ici.
6oMscMiagpaNm,en i7ii~ en allemand, a)M
histoire des cartes terMstMs (i). Dans t'aMneesai'
vante, en i7ia, ScbMcht pnMia&Bedinanouvrage
spécial sw ce sujet intitulé JS<e<a6«<M~eo~fap&t-
ois <M«~ao~&t<s. En <724 et 1737 parureut deux
autres ouvrages sur ce sujet, composes par Hau-
Aef (2). En i839 le professeur ReinganutBpublia
une histoire des cartes chez les Grecs et tes Ro-
mains (3). Dans t'année <840, M. Junus L&wen-
berg publia à Berlin une histoire de la Géographie
où il est question des cartes chez les anciens. Cet
auteur a donné même à la suite de son texte une
planche avec des représentations graphiques très
réduites des systèmes d'Homère, d'Hérodote. d'Era-
tosthène, de Pto!émée,de Mêla,d'Edrisi, de Sanuto,
de Fra-Mauro et d'Andrea Bianco.

(t) VeKacMner Hbtwte der Land ChM'ten.


(t) Versuebeiner BbtMte der LMMtOmnee.
(5) CaseMchMder EKt-and LanderaN)!! dungea der a!ten b~endeM
der Cftcchen and Romef JeM <œ9.
W

t~ tes~ M que" venons de eitwtMit


<Mave !es jpasM~es)??<? aux cartes doa<& est
qaestion da~ tes NVMades ahdeas. Ces passées
nous jhtdiqaentqae, diaprés !e Kvra de Je$ae(~ tes
Hëbreex avaient des espèces de cartes cadaatM<!e~
dana ïasqtMMeaNe MoavMt tMcee !a dtvïsten dM
teMes dessopt t~bw jatves, a~ec !ea MmitMas-
8!gnëes a chaque t'~ba.
~s ~~tïeM~d'apt&s des passages d'ApethM~M
de Rhodes ?) et de SaiMt.CMmeatd'Atexandde (3),
de8s!aa!ent sur des tables les contenu des terres
et des mers avec les dêtaiis des routes et le cours
des fleuves. On fait remonter t'asago de ces tables
aa temps de Sësostns.
Les Grecs possédaient aussi des cartes géogra-
phiques de différentes espèces, selon ce que nous
apprennent des passages d'Hérodote (4), de Philos-
trate (S), d'Agathemère (6), d'Aristophane (7), de

9.
«) JcM&,XVMt-iM4tet
(a)Apettontm,tV,a80.
(3) Saint-CMmentd'Atexandfie, Stromat. V<.p. OS.
«) HeMdete, liv. tV, M et V, ?.
(5) PMhstmt. !mag!n.. Mit. de Jacobs, iMX, Tom. t, p. 9-Met iS,
Tom. Il, p. M. Comment., p. S5S,9!8, <8S.
(6) Agath&BtM, Cê)!gr.,etc.,Mtt. d~<~nam<, p. !?! et sntv.
(?) Adstophane, dans sa comédie &w~t<<<w.
An temps de SeeMte, les cartes éMtent t~s eemmtmes à Athènes.
(VoyezMém. de Fféfet, tTM, sur la Table de Pentinger.)
i?s f

Mo~~aet~~),
deStm~
deThé<~
ph~e, d<t Jfesephe (9) MdIEustathe ta Sche-
!iaste(4).
D~utres passages des auteurs Mas nous prou.
vent qaejtes Romains <nra!eBt aussi ~eseat~es g~gn~
phiqoes. et pN~aMeoaeMtdes phmisph~MScréâtes.
PMMe(8), Veg&ce(6). aedMB (T), OvMe(8). PM<
pcMe (9), Sa~tone (i$), Ftonts, CM~cdeM (tt), et
~EAieaadans ta p)~Me de sa MsnM~'apMeCMMta-
teateeMt.
Ces cartes étaient de deux sortes, savo!r des
cartes où se trouvaient Cgorees la terre, t'etendtte
et la situation relative des diverses contrées, et les
autres itinéraires qui indiquaient simplement les
distances des lieux et les embranchements des rou-
tes, avec des indications propres à faire connaitre la
nature et t'nnpwtance des villes. vittages ou stations

«) Neg6ne Laëree. n, Mt. de Genève,de t59!t.


(S)Strabon, liv. Il, c. t.
(3) Joseph. AnttqnK. Jad. V.t-SM.
(<) EMttmte, Comm. sur Denis, M.
(5) PMae, Hbt. Mt.,Vt, e. <S; Vtt-SS.
(6) V<~ee. De Re HMtmt, MM.
(?) CtceMn, De RepaNtM. M, <~ édit. <fOteM~et dtM le SenmtmB
M!p. 4.
? 0<Me. ?tStes, VI.
(9) PMperee, EMe; tV-S ?, Mtt. de Bronehh.
(<0) SnéMme,ln BmxMfM.e. «~
(«) CMsMwe, DeBMn. Leu. 9'
«*-ti~9't
qat ~y ttMMventmeMh~Me~.Vegeecappelle cp~*
Ci~eMrMt ~a, <and!aqoe iea Mn~Htiresee~ta
étaient appe!ës~MtfMt~eMtMM<<t(<).
M, Watebenaer avait dé{a fait obMrverqneda
gtand MNfthredes cartes qa~tesg&~phes andens
avaient dMs~eea,il t<oa~Mect Mst9 que <!eMX. une
daehaqMegeMpp.
Ces eartca MMteeMea<J<e PtoMm~ et celle appctëe
~e J~M<«H~r, qu'on fait jMmoatepau temps de
TModose, quoique copiée par unmo!nede XHt's!
cio (B); mais les cartes de Ptolémée sont d'une date
bien poaMt'MMre a celle de quelques-uns des monu-
ments cartographiques que nous avons reproduits
dans notre atlas.
Gosselin avait déjà démontré qu'une portion des
tables actueHes atribuées à ce géographe n'est pas
de lui (8), et que la partie de ses tables deUndo,
& partir de Catigara, est l'ouvrage d'un géographe
postérieur (4).

(t) Voyez t'MeeUmt arUcte Ouftes,publié par M.Watettenaer, dane


le tom. V de rEne~etepédte des eeas da Monde, qui a para en MM.
M n tmt voir à ce N~et la savante préface de NaaMft son Mt-
tion de ta Table Thêedesienne, et aussi les eommemahessot ce nmm-
meMgt~taphiqae, pabtifs, en tMt à Bnde, par&tMxa~, qui ont pour
MtM OfM) <Mt<~MM et f<t~a ttftMMW~ ~ttae MMtht~ fmp. PM~tt~f
<n«!«ad tr~ema geoptaphta! tedaetns et MmmeMatNs, etc. 9 ~ot. hn".
(3) HM. et Mém. de t'Aead. des tMcHpt., T. t, 3' série, p. 96 et 97.
(4) lbid. p. ttt.
t~–

!yaaaM~CQtë.M.Wa!e&e)Mer6~
que <Macartëa <Mtetedessm&tsdaaahsXtN", X!V"
et-XV' s!eet9s. d'après pM~ee~eaqu'M adonnée
'et d'après tea tong!tudes des lieux que fM~MM
t'oavm~e du g~Mphe d'AbMmdHe.
Nous pessëdeM cependant la notice d'âne Mute
qa! ae trouve dana <m manuscrit de PteMmee en
Bet~que, qui est âne Teppodactiond*Mnmanuscrit
du IX" s!êc!e(t). Dansh H!' paft!e de cet ouvrage,
le lecteur verra t'Maence que la ge<~mpbie de
PtoÏemëe exerça sortes cartographes postérieurs au
XtV'aède.
Ce ne fut que dans le siècle même des décou-
vertes Mëaniques que la géographie de PtoMmëe
commença à exercer une grande influence sur les
cartographes.

§!
)LmtMMmtONMt mtettANM
M MiNt-MBMNT PAMX MB
BABBABB
COttTmBAnON BBeAttCtBNa.
BBOM.MS

Les quarante-sept mappemondes que nous don-


nons dans notre Atlas t antérieures aux grandes

«) No)MpMsédoM des/!te-~mt&
d6J!) deqMtqaeseMteseetmrtéM
<ht)MnM<a<t
deKeMmte dM,eeptMqueMMdeteMt r<MftMMB
de netfecon&~et t'Aeadêmte desSetenees
Neya<e de Bnctettes,
M.tebtMndeBetNenberg.
12
–IM–

<<t~t4~ ~té~nle pï~c~e~g~ux


une 'cM~oa~n~m~ et s<wveat ttM~Kt de
eeÏteBdaaaB~ens.
Maïe nMMotMMBt<~ NM~pem~M~ OMp
<~MMd)M~H~ ~NMieMM ea~a~ m~M~
tMs, qa'OBeoMefveen ANgteteuM,Maa ~t~setB-
teMune e~ee de rjMtMHM~~e<e dMaMiena(<).
<Me da X!' a!&cte,q~t accem~~ne reavmge de
BMMtdde CSMeMtep,est évidemment~ed~eed'a-
près une carte romaine; et l'itinéraire que suivaient
tes peterins poaf aller de t~mdMa à JëMM~m par
terre, nous paratt être, dans beaucoup de choses,
une imitatton des cartes anciennes. Dans pMeaM
cartes que nous donnons dans notre Atlas, on voit
les villes ngurees par des murailles, par des edinces,
et les royaumes souvent y sont désignés par des
souverains peints sur la carte, comme on le remar-
que dans la carte peutingerienne ou de Theodose,
comme nous le prouverons plus tard.

(<) Voyez Desetiptton or Mtain tMMhUed from the MdtaHt de


ateemtef, Wt& thé MtgtMt ~ea~e B<Jttu NX«N)~<p,tt~f.
La carte a pour tttte en tattn bMbMe
M~pa iM«N<<M/!t<'fe< jtmxmfMttMthaa~Mmtta<mx)ao<Mrttm
ptr-
Mt<HO(t<b)'<e«t.
Mehatd c~tMM~ ~éott au XtV s&cb.
<!$–

§M

MR tMMBBMBM, MH)tB M ttjf «tM~AC tt)t' MMM.

Noussavons q~x M!*et tV"sectes, MMMt-


e!~ea. CoMtaneeet ~xïi~t. ~a eat~s $eegfa*
phiques «aient en ttsage. JEmMèwen donne une
pMnve dana te discoacaPro Ms<a< ~MM.
qa'N adtesee au pteM des Gaules, touchant !'wtt-
!îté qae la jeunesse MtiMHtitdes portiques des
écoles d'Aot<m, sons ïesqaela était exposée une
carte de toutes tes terres, des mers, des villes et
des peuples, avectes cours des neaves, la sinuosité
des côtes, et tous les pays qui servaientde theàtfe
aux exploits des plus grandscapitaines(i).

«) VMeat pHeMKa inM)bpenMhMjaventM, etqaeMttte


spactet
eamesterreset omcMmria. et qaMqnM in~tcttMtmt
principes
arNam. ftenNam,MMeMm aat pietataMimantaat~rtoMde-
~tnMmtantterrore.
Stq<'Mem MMe,tttipM~MhU, eMde, tMtntmda!
paettthBemMqubmanifestius ocaMB qmsdttMMM
ttheeMBtar,
pMetptantar Mdtta,omnium eamMmMbM M)stMMam sttas,
tpatta, intMMt)*desMiptastmt,qaMqaM BtmdBmm
))Nqne <tt<Mtr
et tMdttm, qMcanqm se MMemm sinus eaettmt,
q<mMtamMtn
wt
einftttorbom, tmpeM !rmmp!t MMums. N onca ttmnone
jawt orbem~ectxMdeptcMm. (EamenM FMtMtmr.sdtet.
M, M).* ·
Ce pMmge se trouve tMMMtt dans le savant Mémoire de M. Nm-
det, !ntttaM J~&)M&ie MrMMtn~M )H~M e*M tM<M«!aM (T. K,
p. 4~, des Mémohes de t'Académie ~.< tMo-ipttma et Bettes-~ettMs.
S'séfie).
MO-

EameM parle aussi de fûe~aa ~Mt <M«M<M~


<M<fOa~S.
Da~siec~neus neeenna~ seule
indication relative aux cartes geogMpMqces.
Da Wsieeb. noua n'avons qu'un Mot monameat
t~cgmnM~e c'est la Bmppemoadede CeaMM~qpM
noMMpMddsNMdanNaotfeAttM.
DMvil. a!Met H aoaaMN~ à peius la Mt!ce que
&)mt-6a! &od<tteorde la cetebre abbaye qui pefte
son nom, possédait; c'est, selon le dire de l'historien
de cette abbaye, une carte dessinée avec un art
<w~(i).
Au V! siècle Charlemagne avait aussi trois
taHes d'argent dans ïesqaeNes étaient Mprésentées
la terre, les viOesde Rome et de Constantinople(8),
particaiantés que nous remarquons dans la mappe-
monde de Leipzig da XIe siècle, et dans d'autres.
Dans le même Mèete, Théodulphe, ëveque d'Or-
léans, avait aussi une mappemonde dont il parle
dans ses ouvrages (3).

(t) 0)Mn!q)M da moine (te Satnt-SaM, apa<tD. BMqMt, t. V,p. <sx


BatN)eMos,i~CM<tMN.e<~M,e.X,dit:
~ofer&« (MtNM)«<tM tM««t N<<HwnWM<M «~<fM<p<Mp<MMBf<
qacaxftüer hat qe~rs Itbroe ~~t: ·
<X.DtMN~e, 6<MMt<Mt,au mot Ni<9)p<MtM~.
V~. EeMtMd-~M CaMtt, «, Mit. de iNM, et MM Mtettf,
BiMerMt.Mtt'eMtdesMteaeeam Rmnee, tem. n, P. M.
M « MM<tpf<M««MMettM~M. Le pète StmMBd,T. n, p. Mi! et
–<M–
!~is MOMS pOWV<~
~htgmpMqum qui nous estent de eeM époque, ee
que peuN~it 4~e te gtebe oa ceM~ taeHte, pomp
ngUMpavec une espèce de zmdiaquela machine du
BMade dent TM~a!~he MMS~ie, et qo~ avait
tait représenter dans WM de ses salles, et dont il
d<MMMnmedeact~tioneBvets(i).
Le savant aN!< Lebeuf avait d~a fait temarqoef
que cette dMcdptiea est si ohaewe qa'Mt ne peut
~BCon~eBdM(a).TheedHM9sen!Neaulvre tantôt
!e syatème de PtoMmëesar rnnmobiHtë de la terre,
et tantôt te système opposé (3).
Un antM poète du mêmetemps ngmraitle monde
comme an eetre, théorie dont la mappemonde de la
cottonienne du X!' siècle, que nous donnons dans
notre AttaSt est encore un souvenir (A)
Nous pouvons aussi juger de la forme et du tracé
de la mappemonde de TheoduMe,par ses divisions
systématiques de la terre, savoir en Europe, Afri-

iM,MaMUm, MMttM et Durudontdonnédiverstf~pmetsdeson-


vragesdeceM~mt(VoyezHistoire
MteNhedela Ftanee,Tom.!V,
p. 4SM~.
(<)TMed)tMb,CMm.~
(~ Vey. M<en~ Bel'etat des scteMes en Fumée MM CMeoM~M,
tmtf),itM,p.4tet~.
(~NeetamBnngaa.ABmt.BeMMct.T.M.p.TMetMN.mm.T.VM.
(4) V<~et,s))feettetheede,hpMM~edeeerMi!,r *3Tdeht'*p*f-
tiedeeeto)MM~e.
<–jMt8 «–

~tt~~i~~
~moye)~b~<e~ie~paf les jade$ ~n
paoe immense de de t~C~ Dans h iBmp-
peMNMede Tteodot~, FA~ devHdt et<e ~acee
p<hM~OM<~~e fJSMFepe f< <
comme dans toutes tes mappemondes ant&nieuMs
aux grandes deMaveMMda XV"aiècte que nous
d<M)moBadaa8BotMAttas.
Et en eSet, qoe! pK~jrèapoavait-on s'attendM &
~Mwverdans les mappemoadea de Saint~aB, de
Charlenta~e et de TheodoMe~ioMqo'on voit qae
le fameux Alcuin, qtMexerça une si grande mNaence
MaentiBquedans ce s!ede, donnait au monde Tépi-
th&tede ~M~MefnMM (t),et snivait la même division
aystematïn e T&<Mor~M(d!t-M),M <Ms<~M<tMr
poftM, EwapeM, ~/Hcam et J&MfMM (a).
Ainsi, pour juger de la barbarie de ces monu-
ments géographiques, et pour nous dédommager
de leur perte, il nous sufnt d'avoir la mappemonde
trouvée par M. Libn dans un manuscrit d'Orose de

(i)Atcoin
CMm.
iS.
(9) Ce pMNjte d'Atcain pMatt <tM tiré d'Orose. Cet anteor dit, em
eBet:
MaiMes nostf! <NfbamteUm MtKe eeem! iymbo etrenmsepMm,
<MMeMtjmqae très partes Asiam, EaK~Hm,et AMeam
«'~x<t~n<!)t
tecsKenmt »
Vo~mtB<Mfo<tt<M M<r«M, é<ttt.de t~ee, T. V<,p. 379. B.
VoyezOptMcatmnAteain!, T. M,TheaMnM Attecdot., de Pet, p. t
MX–

w~~$,~twteMMs<
tempera de Cua~ema~e et des eesnttOgMtehes
qu nous veaoaa~ JMmmer~. Naus~pOSSédOtMaMSm
h mappemonde de Turm.quï se trouve & suite
d'~mmanusern. de l'Apocalypsedo VIII- aiècle (<),
c'est4t<direde la n~me ëpeqae, et duquel nous don-
nous une aoaïyMspecMeaMtMpart.
Le !X* siècle qaisuMt, paMtt être plus Pauvre
queteptecedemt.
Nous n'avons pu trouver qu'un seul amMMHnent
~eeg~apMqae de cette 4poqae c'est celui qu'on
rencontre dans un manuscnt de Madnd tire de h
BibMotheqaede la Roda, en Aragon. Nous donnons
ce monument dans notre Atlas et une analyse spe*
ciale.
M est digue de remarque que dans ce siècle, où
rétnde de l'astronomie était cuMvée, et où elle était
appliquée pour tes calculs du jour de Pâques, l'étude
de la géographie, qui a de la liaison avec cette
science, fut dans un état de décadence incroyable.
Le Xe siècle est déjà plus riche en monuments de
ce genre que le précédent. Nous n'en avons cepen-
dant pu découvrir plus de onze, que nous donnons

(<)Q<Mtq)MsMtantapensent
quecettemappemonde
a M dtMa6e
auX*siècle,d'mtMsau Xt*.et mêmequelques
au la supposent
daXtb.
~<a~

~em~dt~TM~At~~vo~mM~~
ABgh~MonedaMaseeMt~~
<MBM<se~t do Mwan~, ~< tïtëes d'an
manusent de MM~~ tirées d'an ma-
nuscrit Mmenj~t des vies des sain~:eana cinq
au~esqa! se tMMventdaashs manuscrits dtsidore
deSevate.
La car~gmpMe n'a donc pas fait le NMMBdre pro-
gtèa dans les tX* et X' stèctes, malgré tes travaux
math&natiqaes d'HuMmat, de ~ap de Femères,
de Raban Maur. de Wata&ide StratMB,d'Abbon, de
No&er et d'autres, même maigre l'attention que les
annalistes de ces deux siècles donnaient aux phé-
nomènes cë}estesQu'Usobservaient aoi~eusement.
La sphère, construite dans ce siècle avec beau-
coup de soins et de peine par le fameux Gerbert
(Sylvestre !!), commeil le dit, ne nous est pas par~
venue(i).
Le X!' siècle nous fournit à peine cinq monu-
ments géographiques le p!anisphère qu'on trouve
dans un manuscrit de Marcianus Capeua< à la Bi-
bliothèque de Leipzig; la mappemonde de la cosmo-
graphie inédite d'Asaph le juif; une autre dans un
manuscrit renfermant des vies des saints; une autre
dans un manuscrit d'Isidore. et enfin une autre qui
(i)eetbert,Ep)st.ita.
w–

setMW~dam HMmatMSetitMtFMOOaqM~etaM~
Nh!thequedeD~(~.
~ns une autre partie de notre ouvrage, nous
donnons t'analyse de ces trois monuments publiés
dansBo~CoMection.
NousnedevonspasncMsetennerdupetitnombre
de monuments géographiquesde cette époque, bM-
qM'ona~tqaeteiiombMdesKvKtsntémeéMtatoFS
exM~memèntpetit, qu'unsimple Meue!!d'&eMKes
se payait par une somme immense (' qu'âne biblio-
thèque de i60 volumes était une merveille (3),
et qu'u y avait des églises illustres qui n'en
avaient pas la moitié (4). Mais dans le X! siècle
qui suivit, les études et les livres se muMpaèrent,
les moines empruntaient les livres de géographie
aux anciens monastères, et on les transcrivait.
D'autre part les connaissances géographiquess'a-
grandirent avec les Croisades qui formèrent des
relationsavec l'Orient, avec l'Arménieet la Tartarie.
C'est certainement à cela que nous devons un
nombre plus considérable de monuments gëograpM

(!) CedemiermNmment <<et


estcitéparH.LiM,Wetttt OMMtMfrtM
<~MHt<M9HMd«~M)'«<)M)Xt,p.<
(a) ornent payés de la manière suivante, 100 brebis et S m)tMs de
graiM.
(!) AmMt.Benedict., Tom. tV, ad ann. <<M8.
(*) VeyezLehettf, Dissertat. sur ('état des sciences en France, i<MS
jasqn'en <3«, p. <
<Mr–
ques dK~ daaa <? ~!e, <j~t~é ~MC~~
aMt pas <Mtte t)M~MMp~~ p! t~
qee eaeo q~eoBeeme te t~~ daa mappemMtdes.
Neas <wmN~~ et Ptani~à~
res de ce s!Me, Ntvoir: une mappemettde qu'on
trouve daas <mmanosta~t de SMhMe,de la B!Mio.
thèque JEeaf~~aa de FhtMttce; les deux j~mM-
~)fëMSd'un manuscrit de t'Aoe~e <&t~te~, d'He
)M)~d'AatMB,les deux autres du manuscmtdu Mter
CmdoBMde la BibliothèqueRoyale de Bfuxe!~ (< )
Bonn la mappemonde dfessëe par le chanoine
Henri de Mayence, dëdiëe à l'empereur Henri V (3).
Nous avons la notice de l'existence de deux autres
mappemondes de ce siècle, dressées par Werin-
her (3).

«) Nous <tewM OB ~t~!a)«< eetotié de ces <te<Mmappemonde:)à


rebagemee de notre savant conMM de rAeademte royale des Mien-
ces de BnHMMea,H. te baron de Retaenbe~.
?) Cette nMppemmtt'eeM déposée ~MMd'M au Mai'ee RommMw,
à S)dnt-KMMb<Mttf.et S. &. M. le comte Oawmoffaa permis a M.le
ministre de Porm~at, près la cour impériale, d'en &tM ther une copie
pour nonSt et, avec la plus grande libéralité, a donné rotdM &M. le
MNMheeatM de mettre le même monument a ta disposition de la
peNonne eha~tée d'en faire la copte. Nous espérons donc sous pea
donner ce moMunent dans notre Atlas.
(S}Veyet ta Pre&ce de tbmnert &son édition de la Table de Pea.
ttaee~seettonVttt.
Les mappemondes, dont M est question dans te texte, se trouvaient
à t'abbaye de !%enM~.
Le moine Werinher tat chargé pat Rapett, qui était mpenent du
monastère, de faire une carte da motde. Canthner pense qae c'est
OMf-.

Manuel qui a Mt meat~deees deux meau*


oMatStneneus teurmt poiatdeadetausqtt! paimaot
Mousdonner wce Ïdëede ces deux Mpresenta~ona
gMtpMqaesdehtte~a.
Les Mgendesqui se muMpuêMnt surtout aux tX*
et X~ s)&o!ea,et a receaa~m de la tMmataû<mdes
raliqaes, &<aH)!Mntaussi aux car«~aphes d'aubes
etetM~pear!e<KS cartes.
Et en effet. quelques Mns inscrivireut ces légendes
dans tetM mappeoMndes, comme Mas te montMMns

plus tard par ranatyse de ces monuments. Mais

ma!heuMMsement tescartogfaphes. souvent ausd

!gnoHmts que les copistes des manuscrits à ces épo-

ques, qui faisaient dire à un auteur ce qu'il n'avait

point dit, dénaturèrent aussi ces mêmes légendes.


ïis se permettaient a cet égard toutes sortes de

Nbertës. Ils changeaient les termes pour y sub-


stituer ales leurs. Mannert, dans sa prë&ce à ~'édi-
tion de la Table de Peutinger, ou de l'Orbis pM-

de la mtte appelée après de Peotineer, qu'il est question, mais


Hannert combat cette hypothèse, puisque te n«mastere avatt <~&deux
mappemendet a cette époque, et ajecte que les MHes eMites de la
main de WerMMf, existent encore aujourd'hui. Que l'empereur
assis saf un trôM an milieu de Berne, est sMmnent PtedMe t", dont
la
le menasttM ~anM nMmMceneeaà soneeafd; le premier, tepté-
Mntt avec un easqae, daM Cmstmtinopte, indique l'expéditiOB de ce
même empeMmrà Jemsatem. Dans ta Sardaigne, ajoate-t-it, My a an
lieu manqué d'âne ercht, et te meMMere de ïi~ent~ est te se<tt qui
eetebte la Hte de la Sainte-Croix.
MW"–

4Kt (<), <MtMmeKpMf erMUM ineroyabhs


comt!t!MttBaptecepistede eette carte ceteOw, dans
htMMmKa~~d~nemsg)~
La tneatc cBos« Mfait remarquer dana MBgrand
nombre de monuments que aewedemtOtMdaasnotre
Atlas. et notamment dans la mappemonde de la Cet-
tonienne du X!" 8ièe!e, et dans celle du manuscrit
royal <4 du British ~<MM~ du X! Nec!e, eopî&<
sans doute d'on monument ptMSancien et d'après
l'examen duquelomda!tp)~aomerqoete cartographe
qui i'a desaMtëea eu MtMtes mains un aotM modèle
plus anciendontil n'a pu expliquer les lettres de~tt-
rées parle temps. Qaoi qa'Ueu soit, ces cartographes,
comme nous le montrerons ailleurs, n'avaient aussi
acucun ëgard à la position respective des vutes. Et
cela ne doit pas nons étonner non plus, lorsque nous
savons qu'au XIIe siècle l'abbé de Ferrières ignorait
qu'il y eut au Pays-Bas une ville du nom de Tour-
nay, et réciproquement les moines de Toumay ne
pouvaient pas découvrir la situation de Fabbaye de
Ferrières (2).
Les moines avouaient même qu'ils exprimaient
les noms des viUes in rtMttco «M~te' Que pou-
vait-on attendre des cartographes? Tel était t'état

laPréface
(t)Voyez citée,seetton
Mt.
(~ VeyMt'M~Ntfede t'abMt~beuf, p. tM, etSpieMegitUB.T. Xt!.
189

<mMMauvait tacartograpMe a ta <tndo XM~sieete.


~Mt !e X!M*sièeiequ; auivit. les eaMegmphes
ean&më~eBt ~~mtcepterns cartes deta marnamaaièt~
hartMfe des sièctes précédents. L'astronomie était
aussi alors dans ta plus grande décadence.
La ~yew que les pMnmnôoes béates !nap!mh,
comme raurore borate, les etoi!es Chattes, les
comètes, etc., preuve dansqMetétat devait se tMM-
ver aasa !'art detracer les cartes du globe.
Les orientaux étaient phts versés ators dans tes
sciences que les hommes los plus éminents de i'EM-
rope, et c'est sans doute à leurs écrits que les
hommes les plus considérables de ce siècle, Albert-
te-Grand, Bacon, Pierre d'Abano, et le Dante, durent
des connaissances plus étendues que celles de leurs
devanciers, et en eHèt, ils s'en rapportent souvent
à leurs ouvrages sur la géographie, sur la physique
du globe et sur d'autres sujets, comme nous l'avons
déjà montré dans la première partie de cet écrit.
Ausiècle précédent même, le célèbre Alain témoi-
gnait qu'on lisait alors les ouvrages d'Albumasar,
auteur arabe, qui vécut du !X"au X' siècle (t). Mais

(t) Surt'étatdesMieneescheztesAMbes endoit


aumoyen-âge;
emattMf t'MKMtje deM.SMtttat,inMtaMjftM~att.t
~Mn-M~ffet
t'Mttefn!
<tM <t<f)MM <tm
oMtMxMtfpfetla aw<et <M<MatM- Paris,
tMt. p. MeetMte nt, p.M3.
<M

lea Arahes qui émirent i~ ~~raphie qet tear est


pM~tet dtvÏMNt ? monde parJbondeaoMM~Mats,et
y a~Batamt !e<trs Mnéra!Bes, et qui parvmMM &
~urer tes terres eennotes de !ew& temps, eat été
ptasbat~M~M~Mqaeïescatt~mp~adbt'Eate~
daas ta CM9tnMt!ende !e<tMNtF~a gé~tatMqaM,
MmMBw ontevo!tpM!es map~Mmendes~'M tHHnre
daMtearsmaBUMdtsetdontMHMen~M~danshaït.
MMt vfa&neMMH~HPNMmt de voir tes AïaÏMS qui, des
b YtH* s!ëc!e, avaient apporté en Eapagne raatM.
nomie et que phu~eoMde cette nation se Mnd!<ent
célèbres par te<tMobservations, par les ouvragea
qa'Hs composèrent aur cette science, et par les
instruments d'observations qM'Naconstruisirent et
dont il nous en reste plusieurs ( i ),il est vraiment sur-
prenant, disons-nous, de voir à quel point ils étaient
arriérés dans la construction de leurs mappemondes
et de leurs planisphères. Quelques unes des cartes
arabes même qu'on rencontre dans leurs manuscrits,
sont tracées de la manière la plus barbare. Nous au-
rons l'occasion de parler plus tard de ces monu-
ments géographiques.

(t) Sur l'état des sciences cheï tes Arabes et sot leurs instmmenh:
<Febse)rmt<en. Voya BetMtttv, ~M!)en)~ du M<):HM~f,et ? ~MMot,
onvrage etté.
–<M
§Mt.
CM WtfM)9WMtt !H)P OMXtC'ABMmmttCamNT m ~"HtMM
AMOMeMita A«< <mtt<BM nNMttvmtm Mt KtsnxmM M Ma
MMOHOM.

RevenantauxeM~gMpheftoe<adentauxdaMnyett.
&ge,et &leurs rep<esentations~mphiquea, dont nens
nous ~ons pea~tM trop ~o!gné, nous ferons M-
mafqMerque jn~M'&ce moment on a pu d~decoa-
vrir treize mappemoades du XM* 8:èc!e, dont OM~
forment d~ partie deuotpe Atlas. Mais celle que
le Moine,auteur des Annales de Colmar, annonce
avoir lui-mêmedessinée, en <MS, sur douze feuilles
de parchemins (t), ne nous est pas parvenue (2), et
il ne nous reste que cette simple mention.
n existe de ce siècle une autre petite mappe-
monde en Angleterre, au college o/~fHM (3).
Les<<MC monuments de ce siècte, que nous don-
nons dans notre Atlas, sont celui qui se trouve
dans un manuscrit de Salluste, de la Bibliothèque

(t) L'Ammtbtedit:~axe
(i)L'Aoaaliste
dit AIIIIO
elcC4XP.
~ cCtJtf.N
d~app~
f~MM em~di
t<M<« la
deaeripai
<<Mft~ptf
lapellea
p~<M
<<<M<t<~t)ttM~MHOtf.–VeyM Hht.
Sdthaer, Mt<pt., note
p.<M, A;6et.
das<,e<n<M<~<pJ!M!M<M-.fMM<r.{AnMtesDomiatc.
CotmartNM.,
t.H,p-8.
d
?) thanett, am N pté~ee&laTable TMedostmme, pensequece
monument géographique pouvaitêtreta memeTabtepeotingértenM
et Mme'Mtente det'Menttttdunombre deteniMee.
(3) Ne)MawMune Mttee de ce monument, qui Mm a été ttammbe
par notre savant eonfrère à nmtttnt de FMnce, M. Th. WW~M, dans
une lettre datée da ? eeMbM<MS.Nons donnerons ce monument dans
une dM ptanehes de notre Atlas.
jH~eM,deMeK~e;tep!a~pMMdcCe~~
eaft? qnaOw)M~K)8 tit~a de dt~epents maea~rits
da poème g~gtaphiqpe de QaaMMer de Netz, qui a
pour titre iaM~e afM JMiMafe~ une BMj~nMmde
t~ea~MM qa! se tHmve dMs Nn BmnMsent du
JMtM~ ~n<atm~a~tme autre tMe d'un nmotNCHt
deJ~MMaa ParM, da metne Mm~e; une aatM

piusomeose eaceM, t!fee dM manuscrtt Myat <4,


C. !X. da MMsëo MhHtmiqae eaCn te ptNnsptt&fe
tiré d'an tm!të deaan!maMX, d'Mn manuscrit de ta

KNioth&qMe NaUenate de Paris.


Le XtV< sîècte eat déjà plus F'che en monuments
de ce genre. Vingt-cinq mappemondes et portM-
!aM sont déjà connus (t); nous en donnons seize
des premières dans notre Atlas, savoir
La mappemonde de Nicolas d'Oresme celle
tifée du Chronicon de i320, celle des Chroni-
ques de Saint~Denis, celle qui se trouve à la suite
d'un Ms. de Guillaume de Tripoli (a), celle qu'on

notrenoticesurplusieurs
(t)Voyez monuments du
géographiques
m<~M-!tge,
pabM&eauBulletindelaSoctété de
deCée~NpMeParis.
dumoisdemai1847.
(S) Guillaume de Tripoli accompagna MaMOPolo en Asie.
DadtttM (~<ri]p«a~.vol. V) a donné un extrait de son Voyage.Sinner
cite un manuscrit complet à <<n)e (Catth~ T. U, p.28i).
La BtNbm~qM )M~oBa!ede Paris possède )m autre manaMftt d'ot
on a tM le planisphère dont U est qmsttox dans te texte.
Voyez, à cet ~ard, <)<?Rechetehes citées p. M, et addition XVn,
p. 2M, dn même envmse.
<Mt~

MMMMpt~dans utt ?) de~M~Ms ta MM!oth6qMo


~eMM!e!a,à PtoK'nee.o~e q<t*eatMMVcdanst
aM
Ms !a m&M MM!<~M)qo&. eeMfqM'onfetoa<~M<t
dans un Ma. de Mmco-PeIo, de 1380, &la BiMio-
thèque de Stokholm; enfin. quatre autres ~~es de
di~MatsMM. de la BibliothèqueNationalede Paris
Les mappemondes de cette époque étaient si peu
connues &la Nn du siècle dernier. que te eétèbre
MsteHenBebertson disait que la map~monde des
chroniques de Saint-Denis, du temps de Chartes V,
était la plus ancienne carte eotMaedu meyeo*&go,
tandis que nous donnons la notice de 40 antériem'es,
et dont 36 déjà ont été publiées dans notre Atlas.
Manneft aussi, dans sa savante préface à la'fable
peutingérienne (section vn), disait encore, en i82i,
que tes plus anciennes cartes connues du moyen-
âge étaient celles publiées dans le 6~0 Dei per
F'roMco<,faites au commencement du XIVesiècle.
Pour le XV' siècle, nous connaissons déjà plus
de trente monuments géographiques dont nous
aurons l'occasion de parler autre part, nous bor-
nant ici à faire mention seulement des mappe-
mondes et planisphères antérieurs aux grandes dé-
couvertes des Portugais et des Espagnols, effectuées
dans ce siècle (1434 à iMO), savoir
i* La mappemonde qu'on trouve a la suite de
la
~.MM--

P~~JM~eMeMd'A~bM~~ en.O.
et~!pnvo<t marqua FAryne;~ la ~Me~~
Bemheade Nap!es, de <4tB,que Menselgaeaf Read
a fait graver en <$4S, carte dresse par un nommé
Redinï, et dont M. d'Avezae a donné MMecnea~
oaatyM dans b BoKetio de la SacMté de Géogfa-
phio (i); S*la carte do MatMas de ~adeste (8).
do h mémo année M<3: 4* une mappemondetrès
CMr!ettae datée de t4<7, qmsetFOMvedans !aB!b!!e-
thèque du palais Kttt, à Ftorence (3): 6' carte du
monde connu, de la BibMothequede Weimar, de
1424, dont M. Walckenaer possède un calque;
6" carte anonyme datée de i430, découverte en
i789 à Sobretto, on Italie, et que FahM Borghi a
décrite dans la méme année; 7" la curieuse map-
pemonde du cardinal Fittastre, qui se trouve dans
le Ms. du Pomponius Mé!a, de la Bibliothèque de
Reims, de i4i7; 8" planisphère tiré d'un poème
géographique de Florence, d'après le système de
Ptolëmée et de la cosmographie des PP. de l'Église.
A partir des découvertes des Portugais et des Es-
pagnols dans la seconde moitié de ce siècle, les

t<)V<~ezB)tMetindehSee!etedeGeettn~Me,T.XX.aét<e.p.66.
(9)!M.,p. 6!etOtdeMtnvest~tienea
Matedeas.
tMee<eptasteaMmenoments etc.,parM.Hmmmtte
g&tgmpb.,
deHeM,queMMawMpnbUee avecdesmnotatemdmmteBulletin
deh Seetété
deCee~NpMe dePtfb,Mmetsdenot<M7, p.i<t.
tM

nM~emondes, et surtout h)s carteamariMM, a~ !es


pa~utatts, somuMpï~Mnta te! pa!nt,quete mom~M
<n&tMdeamonMme<t~decegenreque<Museennais'
sons dë~, jusqu'à~t'epoque d'OrtéMus, excède de
plus du double ceM des monuments connus dep~s
teV* sMeJMsqa'ao XV' inclusivement. G'eatM~-
que des hydrographes, comme ra très bien désignée
un des plus Savants @eogM~hesde NotM temps,
qui a fait remarquer que cette période ne commence
qu'après les grandes découvertes des Portugats,
< paMe que ce tut aux découvertes des marins de
< cette nation dans rAncien et le Nouveau Monde,
a que l'on dut les rapides progrès qui eurent lieu
<' dans la construction des cartes et globes pendant
cette pénode (t).

§!V
m CAMBS
OCMaifEtt-ACE
SBTBOCVBttT
MNtMMtM
PARTOCT
Les cartes du moyen-âge sont disséminées par-
tout, comme Fa déjà fait remarquer un savant aca-
démicien (2); on les trouve dans les manuscrits des
ouvrages les plus disparates entre eux. Les unes
grandes, développées sur une fëuiue de parchemin,

(t) WaMtemter,
Eneye!apMiedesGensdaMonde,
tmn.V,p.M.
(a)Vo~Mlepassage
det'oa~age
deM.deLaborde
MnoMwMfM géo-
~apM~tt fE.M<fe
etdeaWea<<M<,
p.XXM.
t~~
cMnmeoeM)!dët~MM<j~<a<?esa~et d'autMs inte~M-
~daMab tMM,<~mme ce!tes qu! ~tcMVentdao~
la eoamograpMed'Aaaph, dans te PotyettMaïeen da
Rantd~as Hy~fteB,etc. ~aMtfMpaïntM p!<&Bietn~
ment <!ans âne initiale, comme ta ma~pemendode
RetCtsdu Pempontaa-Méh, de t4<7; d'aatMs dans
wo~~nteBtoaMge,ee!M)MdMs te peeaM geegfa-
~!qoe de CeM-tM, et d'aubes sur Mneplaque de
co!vFe, comme celle de MMaec-Bor~a d'autres sur
des meubles d'ivcire, comme celle que possède le
prmce CMtat!, à Naples, et qa'on remarque dans un
meuble du Musée du Louvre; d'autres dans une
cassette appartenant au marquis Trivulci de Milan,
et dressées par PaM~M~HyetMtHtMS (t); d'autres
au revers d'une médaille (a); d'autres enfin dans
uu ciboire en forme de sphère, comme celle pro-
venant du trésor des anciens ducs de Bourgogne à
Nancy (3).

{!) Vo~ezla description des trois cartes, q<ttrenferme cette cassette,


damta4*pMMe<eeet<mvnge.
(a) M. de Hemttew pMsMe dans son cabinet de médames une pièce
d)t XV' ttede, an tewM de hqoeUe etveM me mappenMBde.M. <am-
botttMet, du Cabinet des AttMqoesde la MM«theq<MmatMMte, nous
a commmdqtte me empMiBMde cette medatMe, et que, d'aptes Mn
eementement, nous awm <Mt gta~er dans une des ptanehes de
aotMAttas.
M TejW le Hemetfe de t!. Olau sur les monommts geotmpMqoes
de ta MMtetMqae de Nancy(<MO).
w

SV.
MMCAMMBOMWm.MB MM M Tours ONMtttM)

Ces cartes sont de toute dimension; elles varient)


depuis la grandeur d'une petite pièce de monnaie,
eommoeeMe~rée d'an manuscrit d'Isidore de So.
v!tte. du X!M*s!eeto (<), )usqM'~pouvoir oceMpef
tout un pan de nMnuMe, comme celle de Fm'
Mauro, de <469,qao nous publions pour la première
fois daas notre Atlas en entier, de grandeur de
l'original.

§ VL
tousMaamTtMM mee~ooMtaaaBBtAtmemït MmoevzM
M!P<tOemn
BAMt.M€AMMDUNOMN-AeB, AMtMeM MB
Ma ttoumM t'eausa.
TatommeoMeeBApmecm

Tous les systèmes des cosmographes et des au-


teurs de l'antiquité grecque et latine se trouvent M-
produits dans tes mappemondes et dans les plani-
sphères du moyen-âge,de même que ceux des Pères
de t'Ëguse, comme nous aurons pms!euM fois l'oc-
casionde le faire remarquer. Et en effet, les théories

(t) Voyez tes qaMM mappemmtdes tMeo des dMtetents mimmonits


du poème t~tNpMqae de GMtMer de Metz, du XHt' ~cte, que
jM)Ndm)M)M<b))fmetMAt)M.
–oea–

thématiques des anciens s'y trouvent toujours


mutées&cellea do !a$eogcaph!e sacrée.
C'est ams<que la plupart des cartographes du
moyen-âge, qui suivaient les auteurs sacrés et la
<Mono systématique des cesmographes dont it a
été tHatë daos la partie de Mt ouvrage, tbnt
vemrda PaMd!s tesqaatM Neaves, tandis qued'aw-
~es t68 p~teem en <MiM~aat~ de ht tërM, d'ap~
~'e~mMe!~de~esè~d~e(i). OMMBMFqtMdansptoNeaFs
de ces mappemondes, Adam et Ève, et le serpent
tentateur, comme symbole du péché ong!net (8)1 et
l'arbre de vie.
Fra JtfaMMreprésente aussi ce symbole dans la
bene miniature qu'on remarque dans sa célèbre map-
pemonde et c'est d'après ces systèmes et ces tra-
ditions que les cartographes plaçaient /~nMa<eMau
centre du monde habité d'après EzëcMel (3). C'est

(1)Josopbi J)t(Mc.
Antiquit. Lib. cap,t, § 3.
(9) Sur la reptésentathm d'Adam et Eve, comme symMe da péché,
~M la ptétMe du texte de to~ dans sa NMMNM«MMM publiée à
Rmte qn taN.
Voyez ce que nous avons Npporté dam la t" partie de cet mnMge,
M!aU<ementau poème eeogNphiqae de t'/o)~* d« œxt~, d'Omem,
eedtetM~p.M!t,SVm.
P) NMe est e~MeJ~M in oM<!tojtqMtbnax Ce<«~tc<et «MK~ae
t&Mmt«fMn. (EïêcMe!, ehap. S, vers. S.)
tn medht Jn~ est H!eMMtam, aMt«t toxM~m <M(M«me.
VoïetHttptes daSahn.V!ater,Bt<fM Myonm. Tom Il, chap. il,
p.SMetRttM~ Bahea, daash !par~dcect em'M~;
<M
eneoMd'aprèacesatames syst&tnes ~aenous voyous
dans la mappetnoMdeda manMscrIta*4136 de M ?<
Mioth&quenationale de Paris, le cartographe suivre
cette théorie au XtV*s!ècïe, et~cer MMaaîem au
eentM de la tenre<Le eosnMgMphe, auteur de cette
omppemoade, ayant BMSaussi au centM de la te~Mla
té~nde Ne~tMtM JM<c, parait avoir voulu ~eanir
les opinions sy~ëaMtiqMesdes Indiens et des TMhe-
tams, qui soutiennent que leur habitation est pla-
cée au centre de la terre, et qui N)nt nager celle-ci
sur l'eau dans toute sa circonférence(i).
D'autres cartographes n'oubliaient pas de signaler
dans leurs mappemondesou dans leurs cartes toutes
les fablesdes Grecs, commenous le montrerons plus
tard.
Nousnous bornerons ici a indiquer simplementque
plusieurs d'entre eux conservèrent dans leurs légen-
des, qu'on trouve dans leurs représentations graphi-
ques, les Anmaspes, à l'existence desquels Hérodote
ne croyait pas (2).Ils avaient soin de les mettre dans
les pays hyperboréens, près de la mer Boréale (3).

damBotM
cettemappemonde
«) Voyez Attas.
(3) Voyezla mappemonde du XMt' steeh, du maBMettt Myat M da
MtMt jmtMttm,~ue nous doBMM pour ta ptemteM fois daas nette
AthM.
<3}V<'ye!Mt~o<e,tV.cSC
4t~
'~BSfW

S'aotM8p!aea!eMt tas At~ippwts daa& !eveM)Mg<!


<tes8eythes(~.
Bans wne NMppemMMtded« XMt* a!ee~, ea voit
enaoM !ea Ma~aag&tea d'Hëfedeto dans MotHea
desqtMbeBMBMntmtt MMgMndfteMve apj~Ms,
!M<M<td'E~teMh&He. Ma!a
~megMphe, deaa!'
natew de cette Mappemende.aahmit, en ee qa! cen-
cefoe !e pays des ~fejMe~ ta gëo~a~!e d')iHH<-
dote, et une pas d'EK~osthène, qu! neeeoaattqac
tea Scy~N pMwhabitante de ht oaor Casp!enBe.
D'autMS eaFtegmp!Ma de moyen-Age, comme
tes cosmographes de cette penode Mstenque, coM-
<endaieat aassi Hade avec t'EtMopie (2). Cette eaa-
fusion dea me~ d'Me et d'Eth!op!e est encoM ua
souvenir de !a geogmpMe homérique.
M. Letronne avait déjà fait remarquer que cette
confusionremontait la fameuse divie!onqu'Hom&M
a donnée desEthiopïcMsen onentaux et occidentaux,
division que nous voyous adoptée, presque sans
exception, par tes cosmographes, comme nous
l'avous montré dans la t" partie de cet ouvrage.
« Ces divisions homériques ont trouvé plus tard
une explication dans le système d'Ëphore, et une

(t) tbM.,tV.S.
(9) ta confusion de t'Inde avec t'ËtMepte a fait placer Lucah <e&
~M*, près h sw'e du Nil.
–-a<M–r:;
trace ~vMeatedans Hérodote (<).' M. Letronnu
petMeavec raison, que rasage de donnerto no<nde
HadeafËthiopte. s'est surtout ~panda depa:s!e
t!H*a!~eht.Cesavant CM)!t~e ee~tï y acoMt~ba~
c'eat qa~ tes oMt!en$ ent ea baMht, peuf hw~
systèmessur tes quatre Menvesdu Paradis, d'MeM-
tiller avecNil !e<~oM,doottes mts &isatent i'JMM"
ettesautjMstcGe~a(i), et qMo<:eKeeeM&)a!eM ~e-
gMtph!qncs'eat !<)jM)ndueet a été admise nonseule-
ment j~p!e$eeF!vainsdes ÏV"etV~Nèo!esde tMtFp
ère<dont Ct~Mra donné beaucoupd'excmpîeN(2),
mais encoret conMnenous l'avons fait Mmacquef
p!us haut, par les cosnMgrapheset par qMc!qMc<!
cartographes,jusqu'à t'ëpoquedes grandes décou-
vertes au XV.siècle.
D'autres mappemondes,commecellesdu J?M<M/<
JMMMMM, du XMt''siècle, et du Potycbroniconde
Ranutphu~Hydgen, du méa!e Musée, nous repré-
sentent rOcëan environnant tout entier couvert
d'i!es.

(<) Voyez ~Mt'M<du &))mMt,avril Mis, p. ZM, aftMe de M.t.e-


tMnne.
CtVeymCMBM, AecastmCae!MMr.et PMtoshtfge, Ht. M), cités
par H. i~tMnm, team. dea &)want~.Paris, iNS, avril.
Voyez HeMdete, VM.TO.
69 Vo)M ~MMthMfM<<ttf~&M<M&))M- f~M h* NMoyet, <tmx
MtMeftt~-tntft de .VttMt,par M. ~e~M!mc.
't@9–
CeMethéorie pwveaait du désir qu'avaient les
des~nateuMdes eartM du meyen~ge d'indiquer
des terres vagaNnent déorttes par !ea anoieaa, ce
quiteaengagMit aMmpMrïevMedet'tMan 4108.
at hpositionétait piusvadaMeeneereque le Bem.
Cet deaahtateBM.comme t'a ebse~ M. de H<MO-
tMMt(t), ont contribué &augmenter te nombredM
eFëat!onaihMtaatiqaea.iem~mesavant pMM~Me!$
jjMmaaa!cn intime dePe~Btenee des tetM8 <paMMR
dans t~apa~ !n<toaMUd(s meM,d~h de teaacoop
aa~MM a la e<MmtN<et!oM des mappemondes.
<' nest si nataM!a t*hemm&,ajoute co aavamt,de
y&voF a quelqueeheseaM'detade l'horizonvisible, et
do supposerd'autres Mes,mêmed'autres continents
semblablesà celuiqu'il habite.
Qu'Nnous soit permis d'ajouter à cette belle pen-
sée de rilluetro sa'M)Mt,que cette théorie provenait
aussi des traditionssacrées. Et en effet, la multi-
pticïtéd'Mes,dont quelquescosmographesdu moyen-
âge Mm~ssaient les mers qui entoumientle gMte,
avait aussi son origine
ôngine dans tes
les tmditions
traditionssacrées.
Raban AfaMr,dans son traité De CtMwrse(Liv.
XM.chap. V, de Atsu~M).disait que dans plusieurs
passages des Saintes-Ecritures~il est question des
EMmm
(t)Ve~ez det Hhtoite
critique delaCtegmpMe
du Neu
wm-CmUBmt.Tem.M.p.tM~sa~.
:"a-m'

~t$qai,~pp~parte& va~esit do ta pers~utian,


ne sueeamberaientpas, parBe que Dieutes proie ·
eeait(t).
Et tomaaMcoaMMgMphefappMehe ce paMa~ede
celui du psaume 86 ïB~&ttMM~Ha~, ~M~eM
<efMt ~<eo<winsulae MM~ee,et de ea!o! d'E~
eMel, le pMph&ted!t F<K ~MMM~M<~e ad
AaM<a«Mw< ws<~M.
Or, r~M <adve)aeKeétendant pa~toat,il était
eMp <pt'Mfallait. d'ap)~ ees idées, Mpfëawttwdes
ttea peMeat autour de la terre, aCn de eeaserve~
dans les représentations ~pMqMea du gbbe ces
tmdhhMMt sacreea. DeBtÔmeqae, d'aptes Maorobe,
M<!aet d'autres auteurs anciens, les cartographes
du moyen-âgeconservaient aussi dans leurs map-
pemondes le système des terres opposées et de
t'Antiehthoned'un continent séparé du nôtre où les
habitants des zones tempérées septentrionales ne
pouvaient pas aMer,de même ceux qui habitaient
cette terre Rmtastiquene pouvaientcommuniquer
avecceuxde t'bémisphèreseptentrionat.
Ce qui est plus remarquable, c'est qu'encore au
XV", et même au XVIe siècle, après les grandef
découvertes,plusieursdes cartographescontinuèrent
(<). QuihmdmttM
BacUbtM se<nondMtfMBMf,
pe[MC)m<Mmm,
qata <wpMMeaatar.
r~r

&<tMsinerdaMa htM~earteacertaines tetMs~Mta~'


tiques d'aprea ta gée~epttie eystémattque des an-
fiena, comme en le verra par t'anatyMque naao
dottaonades mappemoadesentes pertutana pesté-
rieMMattx ~eoMvwteades Popta~tt et des Espa.
gnotsanXV.8!êde(n.
Koas oeMe)boTnweMscependant h d!Mte! que
<t'A<Mque de la mappemondede la .S~e est tMC~e
en pa~te d'ap~s le ~Nteme de Ptetemee.
MMqae de mappemonde de Mantnde ?<*
haim,quoiquedMaaeed~ ou t4~ aptèa te voyage
do ciMomnavi~tion de t'AMqae, par Barthélemy
Maz, conserveenceMaM'det& da~M~e Infante, sur
la côte orientale, limite des dëceavertes eMecteëes
atoMpar les Portugais,une grande langue do terfe
qui s'étend versl'est et qui représente encorele sys-
tèmedu géographed'Alexandrie,consistantaétendre
i'AMquejusqu'auCatigara. Maison voitaussicette
théorie de Ptotémée disparattre entièrement de ta
bellecarte d'Afriquede ta mappemondede Juande la
Cosa, de t MO,dessinée après te voyagede Gama,
en t497. Maissi ce grand progrès se fait remarquer
à cette époque pour la forme et tes contours de
i'AMque, d'autres cartographes du siècle suivant
continuèrent&suivre la théorie du cours du Nitde
tasection
«) Veye)! MtdecetMwaee.
XC&

PteMmae.C'est ainsi que te fMnwgraphecapagnet,


qui des~mala ea~te de !6~f, eooMwéa à h M.
Mieth~jue de WetmM', et te ~MnotmBicgo Rihpm,
dans <? ??? d'A~Me de «ta&,Mt!v!MNtHe~a~me
de Pt~m~e à cet égard. oomm on pout le voir par
tes eaftea quo nous donnons e~atement datMnetft'
AttM.
OMet~ueseaptographesda XV'8!&ete. tebqMp
Andt~a B!anee, dont )MM8reproduisons h map-
pemonde de i436, MMisdont !cs ~Mmenta ~o-
graphiques remontent &rant!qu!të même, suivaient
encore la théorie des géographes qui prolongeaient
ia côte oriontale de rAMqMe vers l'est, jusqu'au
Cattg~m, sur la cote de Malaon, faisant ainsi de !a
mer des Indes une mer intérieure, de mémo que
nous le feronsremarquer dans les analyses d'autres
mappemondes des époques antérieures a Bianco,
comme celle du Xt" siècle du Musée Britannique.
D'autres, commel'auteur de la mappemondede la
Médicea,de i38<,donnée par Baldelli, prolongeaient
un peu plus t'AMque au midi, suivant ainsi Ptolé-
mée, qui prolongeaitce continent au sud, au delà dos
limites des connaissances acquises de son temps, et
placent de ce coté (commf on te voit dans la mappe-
monde en question) une terre Mc<MHtM; mais d'au-
tres, au lieu de prolonger, a l'exemple du géographe
<-a<Mt-~

d'AtcMMdrie.ta côte orientale de t'AMquejusque


dans nnde, et &Mtaarde t'et~an indien nna
mepm~dMMneeMMe, Meent, eanMne~<~eo, <me
~<e ~e<~ aw aa< deTAMqoe,entre te cap B~a~
4ef !Mte8 des Mm~saaMeM& FeaMt, et ht e&te
~~B~M!M~& t'est; e'estMqo'oMMBm~)Me<hMM
le tracé de celle du Ms. du ChKm!MBde t88$ t de
~mMto, et de !a meppenMOtdede6Mi)!aameMt'
iMtw, de t4tT. do Biaoee, de <4a6, et d'autres
dent MeMBp<F!eMna ptMNeM détail dans une autre
~HedecetouvMge. ainsiqaedanaceMedeLaSoMe.
du XV"siècle, et d'autres. Les cartographes,de la
mêmomanièreqne les anciens,et que tes cosmogt~-
phes du moyen-âge, croyant que la zone torride
et la glaciale étaient inhabitées, centinM&rentà
l'indiquerainsidans leurs cartes que nous donnons
dans notre Atlas.
Ils renfermaientdonctoute la terre habitabledans
un ~Modn/c~e placé au nord de l'équateur. et ils
pensaient que toutes les terres habitables étaient
plus septentrionales que le i&~de latitude, et plus
méridionalesque le 82' de latitudenord.
M.WaMkenaeravait déjà fait remarquer (1)que
l'ouvrage de Ptolémée nous donne, pour la côte
occidentale de l'Afrique, les limites de toutes les
WaM[.
<<) p.9t5.
Ce'!mota~!e.
a<t?

MMHMO~MtMtW des anciens, qu'~ i'QMostestait ta


eete ~Mtdeatate de cette partie du gtehe, jaaqa'an
cap Juby, via-a-visfite Canapé, qui Ctmmm'extr<
mité auddu cap du Coaehant. tes tics Fortunées «t
tes MesCanaries.
)LMmappe)M<mdes et les ptaniapMMada <aayeK'
aga, anMr~HM aMxgMndes d~aveftea dea Per-
M~!a, que MMsdonnons dans noire Ados,sont les
témoignages et tes p~nves les plus irrécusables de
!gnomnce où en <ta!t en EnMpe Mtativement !t
pF&sde !a moitié du globe découverte par les Por-
tugais et par les Espagnols, depuis le pasattgodn
cap Bojador par le mann portugais Ct/ Eannes
en 1434.
Ainsi tons ces monMmentsreprésentent encore
i" rAKiqne et t'Earope formant souvent ensemMe
une seule et même partie, et t'Asie toujours plus
grande que ces deux parties ensemble. Les cartogra-
phes suivaient en cela les théories des cosmographes
du moyen'Age, où ils puisaient les éléments pour
leurs représentations graphiques; 2"Dansles 69 map-
pemondes et planisphères du moyen âge, que nous
avons déjà donnés dans notreAtlas, et dont on trou-
vera l'analyse plus loin, on remarque les théories
d'Homère et d'Hecatée, d'Hérodote, d'Eratosthène,
de Strabon, de Poaidonius, de Méla, de Macrobe, et
'–aes~"

d'autM$geegHtptMS de l'antiquité, «t an X!V*si~ete


eeBes de Ptetemee; S*Ces tMeries de ht geegm'
phie ayst~matiquedea g~gtaphcs de t anttquïtoso
trouvent matées &eettea do ta cosmographiedes
PeMsde t'Egtise. C'est ainsi que t'en y trouve non
aentement dans la Mef-Roagenae t~ende aw le
(masagedosHebMHX (t), maisencoreon y MmaMpt~
plaee aux extrémités du monde eonaMte PanMMs
<f)nre8<M,et MFaaatempheee aaceatM dMmonde:·,
dansd'aotMS,M voitmômela femmedeLot change
(inatatae de set(&): 4'D'aatM part. on y Mmapqae
que les aMftagmpheasuivaient aussi la nemenota-
tare geogmpMquetîfëo des cosmogrnpbes du moyen-
Age. Les villes y sont Ngur~eN souvent par des ed!-
Nces, comme dmts !a taNe Théodosienne(3), mais
sans aucunëgard à leurs positionsrespectives. Cha-
que ville y est représentée d'ordinaire avec deux
tours, mais on reconnaît les principalesà un petit
mur qui se trouve entre les deux tours, sur tes-
queUeson a peint plusieurs tenétres, ou à la gran-
deur des edinces même. D'après cela, les dessina-

(t)V<<y. duMe.royal
laMappemonde daMtt~ ~mmat <nXtn'sM-
e t
ete, eeMedaXtV*deete
de Rmmtphm dmsnotreAMM.
Bydem,
M Voirla Mtppememte
d'Hereford
daXMtes~cte.
M Mmaen, dtM sa pt~hee &la table t~éedmtenm. Met. M, est
~tb qae la taNe pMttngettenae doit Mmentor ta temp~de t'empe-
Mat A)NatM)fe-S~~fe.
~A~

Mars, pour désigner aussi, eommo daus la ee!èbre


table eitee. ou d'après deaofMtaamentasemMabïes,
!e8vM!Mtasp!M8Mm~aaantes «a les plus MOMan~s.
teaÏBo!qMa!entpap p!Ma!ears«mMemn MMrtWtN
étevë et chreaMKt, comme on le ~tdanah mappo-
monde de ~eipz!gdo Xt* siècle, où tea vMtesdo
~Me, deJ'se<eM, de ~ow, de-~~<Me, sont
Mp)pêMnteeade cette sorto (<).
Ou remarque !a !nemoehasedaM la mappexaMtde
de la Bibliothèquecottoa!enMe,e& le cartogmphe a
Hgop6Rome par une villede six tours, et ceinte d'na
mur élevé, tandis que ~wton'aqae deux tours;
Co~c~e, ami y est sipalde Mns doute par sen an-
tique renommée, en a quatre, et ~MMtM&w trois,
mais ceinte d'an mur trlls élevé, tandis que HM~M
n'a que deux tours, J~~MM~Mquatre, et Babylone,
en raison du souvenir de sa grandeur passée, en a
six (2).
On remarque les mêmes particularités dans la
belle et curieuse mappemonde du XM!" siècte du
manuscrit royal i 4 du Muséebritannique. On y voit
~OMC-~M~Mes de Composée, en Galice, et Rome
Mpcésentéespar des édinces plus considérables que
ceux qui indiquent les autres villes principales de

{<)V~exeeMe BMMAttM.
«BtppMMndedaBS
(S) <bM.,planche «, menam. t.
tt
$tc

i'EtM~~en M~OMde !a céMMtetet~easedeees


daax vNtes.~ Aaïe.~tM~a, qoe teea~p~tte
ptaeeaMeea~de~ te<~<e~ pér un
ëdiCeepta9<MBs!dëM(b!e qae cewxqui ïmKqoeaths
aetMa vNBe!!tpt!Bicïpa~deeettepaM!edw~C<tt
edi~cea mt~meww ~nne Mate ~~eo!~M qa! d!s*
th~MeeeMevM!ede toutes!~aatMa. jB~~wy est
MptësenMepar un dnorme «!Bce, dana !epwt!qMf
d~~onw~j~Ba~umN~ (t).
voit de m&tMdacs la mappemondedu manM-
actit des et)Mn!qaesde Saint-Dems de ta BtMo.
thèque do &)into~!enevièvedu X!V')dèc!e,les villes
prinoipalesfigurées aussi pM des edmces.
En EuMpe~Paris, Rome, ~<A&tMet CMM<OM<t-
tMp<e.
En Asie,j!VoMM<&, ÏVoM.~a<Mc&e, Damas, Fe-
~&Me, J~M~ et ~MMe<<M, qai y est reptesentee
nonseulementau centre du monde,mais aussi sous
one forme plus eonadéraMe.
En AMqce, le cartegmphe a représente aussi les
villes principalespar des ëdiBeesavec des toars. OM
y remarqoe ~MeaMMMe et &~<MM(leCaire),aga-
tëes par de grands ëdtBces(&). La mappemondede
que<M<M
cettemappemonde
(t)Voyez donnoM
en/m~ MbW~,
eUtotMtp~tMepemhtpMmttMMadaMMtMAUM.
cettenmppememte
(~ Vejwz dttMmtMA«M.Noma'MM
<tmné
t~
«tm-M
jt<tt-<Mh- d ecemonument
inédit.
a~ a:
~M~~mdMXtV~~MeMp~en~M8$!!M~tes
p~deseaMees de di<n~ termes.
On yeitdem~nw.daas~ nwppenMadedaXtV'ai~-
c!e de ta Bihtiothèeae impe~ate de VMMme, te dessi-
nateur aguref tes prineipates villes d'après tes eh"
eons~nees indiquées plus haut. Oa yM!BM~te<m
effet Ncme dë~<e par OMé~Meepia$ e<m~'TÙtte
que celui qt<!Mp~~nte Ceastaatmopte, J~~e~
par un ao~& ptas cem~~mMe ~te t<a deex pt<c<.
dents, et ~httMe&e pa; un antM plus petit que celui
qui représente Troie (i).
B n'est pas moins <u~Mde remarque de w!r dans
cette mappemonde da XIVe siècle que la dernière
ville de l'Asie ibrtiOee ou indiquée comme une cite
eoMidemMe, soit Antioche, précisément ia même
ville qui est aussi la demière qu'on remarque dans la
table 'nteodosienne, c'est-à-dire la ~for~MHM,dans
rempire des Parthes, ville qui fut renfermée dans
un rempart de quinze cents stades par ~<MM~M$,
comme on le lit dans Strabon.
C'était donc d'après ces traditions historiques de
l'antiquité, que tes cartographes, même à la nn du
moyen-~o, Ngaraient encore dans leurs mappe-
mondes les villes célèbres dans l'histoire despeu-
? Voyezcettena~N~ndedam tmaeAtM!f,tM~6 eë!t6
<t'~<!MMaMode)<S6, fw~mmtdamno<M
dMiate Aths.
–.a<8–

jptes. C'est ainsi que ces moMunMMts, tara métno


qu'en veM!.teseensidéMf eMMnede pea de vatew
~et~<i~qMe,aeas<t<~
<BnvérîtaMe mtérét historique, en nous mMtnmt
nnBMnce Hoamenaedea Mod!t!<t)M du tMMémr les
coaaM~mpttMdessinateurs de ces cartes, et en t<-
aM!$MmtdeiearvMteeMtd!~M.
T~eava!t <të minée par tes GMca,maiseth)avait
jecë M ~md rôïe eHe vh~ dam !es ec~ts e!as.
s!qaes, et les cartographes, en la OgaFanttoaJouM
comme une grande ville dans !em's mappemondes.
<~nda!entainsi hommageà sa splendeur passée.
JVtMMavait été détruite aussi depuis bien des
siècles, mais les dessinateurs de ces monuments
géographiques se rappelaient qu'eue avait été la ca-
pitale de t'empire d'Assyrie, et surtout qu'elle était
célèbre dans les livres saints, dans ceux des Pro-
phètes et dans l'histoire des peuples, et ils la ngu-
raient dans leurs cartes toujours comme une ville
de premier ordre.
<AMMcNe était a ces époques déchue aussi de sa
grandeur, mais tes cartographes des XN' et X!V*
~ièctes n'onMiaient pas qu'eMe avait été célèbre,
que soua les empereurs romains elle avait été la ea-
pitale de l'Orient, mats surtout ils n'oubliaient pas
que son ËgBse avait été très Hérissante dès le temps
2<3
d~ apet~M. M qui lui île donner b nmn de MMc
<~MtM*
Co~Ae~auaa! avait e~ ravagée et d~D~iteptr
les Arabes, mais les cartographes du moyen-âgese-
souvenaienttoujours que eette cité cëtNtMavatt <t~
la première ~te eMMMM'çaate du oModeet la cap!-
tale d'an des p!as ~nds emptMS,et auFtoatqo'cMe
était devenuecétèbte dans fh!sto!re de t'~ise.
Noaa&MasMBMwq<<e~a<M9!~t'&eetédestegeades
dM<Myet<-age!aM~tesdaMceamappemondeSt
aoteMMde ces représentationsgraphiquesy eonai.
gaa!<Mtt aussi, comme n<MM avonseu t'occa~on do
l'indiquer, une foulede souvenirsde la mythologie
grecque et de la tératologie.Ils allaientles puiser
dans les Fecitades auteara de t'andqa!te,t'ëcitaqa'ib
tMUVMeat MpNtdmtadans les OMVfages des cosmo-
graphesdu moyenne (t).
C'est à ces sources qu'ont été puisées tes lé-
gendes relatives aux pygmées, aux cynocëpimtes,
aux acéphales, aux hermaphrodites,aux cyclopes,
aux trogloditesqui mangeaient des serpents, aux
blémyes de Méia qui avaient la bouche dans la
poitrine, aux hommes à pieds de cheval (eçMMM
pedM), aux arismaspes, aux gmons, aux anti-
podes qui n'avaient point dedoigts, et à tous ces.
(<)Voyezla 1"partiedetetoawaBe.
M4
m~s~~hatM& que quelques-MMde <~aearto~
g~phMdesainaientdans leurs MappeaMMMte~
tMppenM'odede Ja cathédrale d~r~&wt, du
Nn" s!ee~ la carte eatahme du XtV* $! de!a
NtbMoth~e mtienate de fa! ee!te da Moa~
Be~a sont MtnpMea de eu moM~MSd~~tm~
gëo~pMqoMment d'aptes tes FécMdes auteurs de
t'ant!<pM et des Mythegmphes.
Ces p~e~d~s pMMvent~ les pa~ où tes
ca~egMphes piaç~eM ces mythes diaient poof eux
ce qa'Ms épient dans l'antiquité pour Hës!ode,
pour Hom&Met pour Eschyle, c'est-a-dhe qu'ils ne
eonBm~eMtpas ces contrées. Nous poavoBS&cet
égard dire d'eux ce que StMtboa (Mv.!) disait en
parlant des récits tératotogiqaes des auteurs gMCR
nommés plus haut (i).
Oo y remarque également d'autres légendes rela-
tives aux Amazones que ces cartographes font aussi
suivre les mêmes voyages que les auteurs anciens
nous signalent dans leurs ouvrages. Tantôt ils les
placent dans l'Asie-Mineure, comme au temps d'Ho-
tmdmtle m«!rem
5~onrtpamtatt detMttttsarecle
bemeMp
M~deNi<n<eMtM<h)NiMMf<,MmptbdeeesaNM.
ta BtbttoMeqM MHhtMtede Paris pMtMe qMtqnes mNHMmt<sdes
N~t~MM du «i)B<fe,entM M<M<cetat qat porte te n° MM, awc des
mensMesdtssêm!aes,MtonhcH~NMed'atoM,dtMtesd!m<MM pays.
On feMmme dans te même dfpet un autre manuKrit de ce geme,
tT~tatieM,<tattt«)rte!em''NM.
at&

mèM.tantet au AeMtdu Cauaase, comme les pta~t


B~<e, eoa~mpepata de Ba~ua, qui, &cet égard,
suivit uns opinion di~rea~ d'Bon~w et du eed-
wehMposttMaaM; ~d!s que d'autMS ca~Mphes
les tHmapeFte~ten SeytMe, MM doute d'e~ tes
~d'H<p(Mte<e(t).!LMMa8!M font MveMip.centme
P!aten,auxtM~dM F~.jSi~~esmtMsïeaph-
eeot.~mMe StMtMm.vemteMmmet doCtMMtM~S).
et étea~Mtte pays de ces femmes guerrières jj<M-
qa'au Tana!5, au même emplacement que leur assi.
goèfent TMephane, Hypaicmte et MctMdoM de
Scepaie.
D'aatMs les piaçaMBt, comme PfMOpe, dans ta
partie boréale du Caucase.
De même que Mata. PMneet Ptoléméene nt~nt &
cet egaKtque copier les anciens les cartographes du
moyen-âge les imitèront, transportant partout te
mythe des Amazones.
Le cartographe, dessinateur de la mappemonde
de la Bibliothèque royate de Turin, plaça le pays de
ces femmesguerrières aumidi de la Mésopotamie(3),
et l'auteur de ta mappemonde du Musée Borgia
a même représenté trois Amazones, l'une tenant

«) Ve]fet
MMdete,tV,M.
(:)StMbm),Xt.SM.
(!) Voyezceue mappemonde dans notre AUat.
a<e
faw <? h$~< h ta )Ma~!n, FaM!~avec unehuMW
~cMhoHC~~<)ttM<Mtia!eRMMeh()vat.
< ?? <M~AtMaMUM Mnt la MprëMMta~OM ?*
guc~edu passage d'HÔMdoteea t'Mste~en n)ppo<<e
ceqa$tesA)~xonesd!~)Btaux8ay~M:
« Neaa ~MM de !'aM, MetMt !aHçetM!e javehn,
nous MMMasà cheval(<). t
Le catt<~mphea Mp~sentë <toasa carte iestM~
Amazenea,rune tirant FaK!, t'amre ~gateoMnta~
mëe, et aaetFoM&Me &chevat, ayant une esp~eede
javelot a la main. MaistafbtmodMheacMeM qu'eMes
portaient u'est pas la méme indiquéepar les auteurs
anciens, qui disaientqu'ils étaient courtset en forme
de demi-lune,témoin&yMMssur ce vers de VirgMe
QaaMt AtBMMMMm tupathagminape)t~.
Ces cartographes n'oublièrent pas non plus de
mentionneret de Cgurer le labyrinthe de Crète, tes
colonnes d'Hercule, los cfocouncs terrestres dont
parie Hérodote, etc.
A cotéde ces fables, ony voitconsignéesen même
temps des traditionshistoriques,entre autres, celles
qui concernentles gymnosophistes det'htde.que les
PhéniciensMr<*nt les premiers inventeursdeslettres
alphabétiqueset de i'écriture, d'autres rotativesaux
liv.IV,Mt.
(0 ttttodote,
M?
eampa~MMd*AtMmtdM'!e~SraHd et h la tour de Ba-
bol, dont qaeiqu~ ear~raphes Menaçât même h
NgMre;tantôt eMessignalent tesendroitade ta terpe
où tes apaires pcÊoMMntla foi, et te tac de Mriche.
où t'en voyait la corps de saint Matth!eM;<aMtAt<MH<
M~eme~ elles nous indiquent l'endroit où raMhe
~tu'F~Mt,mais même elles prennent te soin de tM
deataittef; d'awtMa tegendes mettent dans ftade te
mythe nestorien du NMaeaxp~tM Jean, tandis que
d'autMa carte~MphM du XV' siècle transportent
l'empire do ce pwsMMMgeen Abysainie. et !e MpM!'
sentent assis sur MMtréne, eeiMe de sa mitre; ici,
à l'extrémité occidentalo de t'AMqMe.près du dé-
troit, vous trouvez le mythe astronomique du per-
seuMaged'Atlas et ta légende des colonnes où tes
descendants de Née trouvèrent renfermées les
sciences après le dë!uge(<); ailleurs, on trlande,
vous voyez le purgatoire de saint Patrice (2), tandis
que la célèbre Thuté ou Tile des anciens est placée
aux extrémités septentrionales de l'Europe.
C'est dans l'analyse spéciale de chacun de ces mo-
numents, dans ta partie de cet ouvrage consacrée à

(<)Veymt'FtMj~ttM Nax~,d'OmoM, Notie.


et E)Hr.,
T.V,p.S'H.
(t~BansMtmaBatj~dela mappemonde du mamMMit royaldu
M<M&e duXtM''
britatmiqtte siècle,quenettadennona
dansla première
section
decetteseconde partiedecet nous
ouvrage, traitonsd)tpa-
radiset dupurgatoire
i~ndaM.
2t8

<Mt~~t %a'~ ver~ ? t~ehe~a et Mtamenw va-


riété de Mge~tes qa~w MweeatM daaa ces Mmppe-
taendes~~
MauMw caMegrapnes, a une époque ddjb tt~w
Mpp«<Me daa ~a~M~MMavevtes, c'eat~~ttMaw
XIVe aMet tw Mew donnent, dans ehaqM pa)M!e
du Mm~e ateM coMMtqa'ane 8!Mtp!eMatede Bema
8<!ogMpMqaesMM ~spe~a en colonnes, lista tï-
tfêeapar~<Mft<~Fap!M~~ colles qo'Ha ~eavaieat
dans la eesoa~MpMa aMr!b~e & ~EtMcMa.et dans
J~KM NetM~ftM,où on rencontre en eHet des listes
de noma gëogmpMqMadisposeapar cent!nenta.
biais les dessinateursdea monuments de ce genre,
tout en faisant d!spaMÏtMde leur représentation gm-
phiqMeles légendesqu'en remarque dans les autres,
ne manquaient cependant pas d'y faire aguMr dea
traditions tirées de la cosmographie des Pères de
!'Egnse(i).
Si les particularités que nous venons de signater
ne sufBsaient pas pour prouver de la manière la plus
évidente queces légendes étaient les Murées eu tes
dessinateurs des cartes du moyen-âge allaient puiser
les éléments pour leurs représentations graphiques,
les diNerentes ïbrmes qu'Us donnaient à la terre, et

(t)voyezlesdeuxmap~Mmutet de Guillaume
de MpoMet de
VtemM,quenousdonuMM
dansnotire
Atlas.
Me

!eMmdivia!easay8tënta< dont nous attoMeiter


qaetques exemptes),pteavefaieMtp~rampteiMment.
selon Boas, que les eavtegMphes du moyen-âge ont
puM Mns ee8B$les éMmentade !e eempesMen de
!euM eeuwea dans les ~ta des eeanMgMphMdes
dix a!Mes que BCMs avons paMeo~s daoa la Ire Par.
t!e de cat <MVMge. et dmMceux du anciens.
Et, en e~t, acas aveM~MJMe-te-VéNéM~to(<).
dont les QMvmgM eaMat taMt de vogae. «imiter ta
teMe &la &nm@d'un eonf,et nous voyena;qMe!qBea
cartographes du moyenne, pMtet~Mmà ceteutear
eé!èbM,fHgurer la terre dans leurs mappemondes
sous la forme d'un caof. précisément de !a mente
manière que Bède et d'autres l'avaient indiquée.
Ce système avait aussi pris naissance dans l'anti-
quité, chez les Grecs. Les connaissances qu'ils ac-
quirent en Perse et t'observation du ciel donnèrent
origine a ces idées. On psesnmait que la terre habi-
taMeétait oblongueet ovale, entourée d'un immense
océan, et qu'elle prenait ainsi peu de place sur le
gtobe terrestre. D'après cette école, la terre était par-
tagée, selonles uns, en trois, selond'autres en quatre
sections. CeUes~ise rapportaient aux quatre grandes
nations, savoir aux Celtes, Scythes, Indiens et
~Ethiopiens, qui habitaient tout ie contiMde l'oval.
«) VojfMta pMmMM pMMe de ceteuwage,§ M),p.?.
.SHM.
Ce!tM-!a,en ee~de~t Ï~doMMeem~~msB dea
dMx HeavM,te Tana~(~ ?00) et te KM,<!<?$)*??
entM datta h mw ïat<MewM et t'aM~Ktse ~ettedaas
t'Oeean. Ces Meaves,a <eabte <m~MachQM, <<M-
m!eMtMteneux !a tetM MMt~te en tM~Neo,ee!te
do !'<Ment~ppeMeAa!e,e< !e$ deMxaatM~ Meaeec~
dentales qo'ib MMmeat ~Mpe et ~Htyc.
Qacïqt~ maes4e9 BMj~NOM~sdu NM~n'~gCt
que nus donnons dttmac~e AHas, quoique de
~tNae Mode, paMMseotaj~aFten!pen par~e &cette
th~ode qui considérait !M <M!aparties du gtebe
comme trois tles.
Les mappemondes,dont les cartographesnous pa-
raissent avoiradoptéce système,sont les su!vantes
f Les mappemondesde Le!paig,du XIesiècle;
2" Les deux petites mappemondesde rjttM~e <<«
~«Mde,d'Honoted'ÂMton,du Nt" siècle;
S" La petite mappemondedu XN" siècle, datts
un manuscritd'tsidc de SëviMe(i)
4" Cellede Guillaumede Tnpoii, du XIVesiècle
S* Celle de la BiHiothe<meimpérialede Vienne,
daNV siècle;
6' La~mappemonde du XtV siècle, du manuscrit
d'EmoeBgaMd de Béaiera(2).
(t) V<<j~ephMhe M de notm Atlas, menament n" 9.
~jtbM~tMtpp<*nMMM~BB~~
*N<t<
QQÊ
7" )batpetite mappfmende du n~nm siMe, ti~~
d'un matMweritde ta BtbMetMqne nat~natc do
Pa~8(<).
80 La mappemonde d'an manuscrit do &tMM~c
deNoMt<M,dMXtV<Me(8).
~Mst Matenait, commequelques auteurs aa'
e!eas, que la NMttMde !a terM <<a!t ptengéa dans
feaM. et qa~Ma dessinateurs de mappMBOBdM
ont reproduit cette tMefte dans !eMF8Mpr~aanta'
<!ons (j~apMquM(3).
AlcuinconsMëMitte mondo triquadmm, et quel-
qMesdessinateurs de mappemondesdu meyen-age le
dessinent de la sorte dans leurs FepFeMntat!enagm-
phiques.
Gervais, danssacosmogMpHe, B~mitte monde
~e /bnnecarrée, et quelques dessinateurs de mappe-
mondes lui donnent cette forme, tandis que d'au-
tres conservent seulement un souvenir de cette
théorie (A).
Les cosmographes du moyen-âge soutinrent, d'a-

n"a.
(<)AMM.ptmeheVt,
M!Md.,ptMMheM,n*8.
<a V<qm ? m)tppemo)~b de Mmba d'OMsme da XtVe~Bete~M
netMAtha.
M~Ve~M~mm~dM~pamendes~CMaas~ettMeteMM.
«<a<<m!~daXf BtMe, de Bh:hat)t de HtMineham. de la eatMdMte
d'aeMtMd, de de<KanMesdesmmmctiMdn Xtt!' BactedefFoM~~
~&)Mh,<!«<Kx~)~<httt)MpmthNMthdeBehm~<h~tM't.
–'?)?–

pt~t !e&aneiens, pondant di~s~ jusqu'aax dé.


eouvertea des ~rtu~~ ~ue t~~netorrMe~~
<tt&eM<Je, et les cartographe~ adoptant cette ~t~
rie, indi~ôrent dans teuwear~a, par une tegande,
que les ~eas situé. aeM eeM~zeae étaient In.
habiteea. de même que tea z<mespeMpea.Qae!~es
MmdeoMentmeaM hMpp~mtattOMde cette theode
destmne8httMtabhBet~<!Mt~tMes.
Nous produisons dmtsaotMAtiM tMis de ces sys-
tèmes qui se tMMveMtNgat~sdans deux manuscrits
dMXe siècledont nous parlerons aiHeuM.

§VH.

W tMCe M9 NMMBeWBM DU MOWBH-Am.

Le tracé des mappemondesdu moyenne est entiè-


rement arbitraire et sans aucun rapport nécessaire
avec la ngure rëeUede la terre, ou avec tes cercles
de latitude et de longitude. Les plus lointaines des
contrées connues de rAMque sont placées à l'endroit
eu, dans nos mappemondes, l'on trouve le pote sud
austral; lés pnM reeuiéés des régions connues de
PEuropep!acées près du po!e nord ~ereat), t'extre-
mité occidentalede rEurope et Fextrémite orientale
de l'ANCaax d~x bouts dudiamètFedet'MmisphèK<.
~~a
TeMeeaUa Mp~Mta~ de la twre haMtaMe~ou
pMtpMmentAa~~ ~A~ qoiMMMw~eaw~amps
d'BcmeM.Lea mappMMndeadémette catégorie corn.
p)pennenteeMesduX* sièt~ deh M~Motheqaenatio-
naïe, j)Mq)t'&celle dn PM~n:«8 M~h de Rems.
to limites du monde e<MMm avaient étë gMade.
ment KMMtëM depuis le temps d'Romère ;aaqo'aM
XV"s!ècte de BotMèM. mais taj tefMétait te~Mftt
Mgmpdeecomme <meMe immense qM'eMONm!tMM
grand Océan.
PmaieaM de ces mappemondes soat extt~me-
ment grossières, principalement,sous te Mtppertdu
tmcé.
Deux ligues parallèles au d!amètre nord et sud du
cercle MpresententrHeMespoMtetiamer qui baigne
les côtes de t'Asie-MineuMet de la Syrie. Deux
lignes paraMètes,partant de l'ouest pour rejoindre
tesdeuxpfecëdentes, représentent le reste de la Mé-
diterranée. Le double cercle qui entoure le cadre
indique le grand Océan. La section orientale do cer-
cle forme l'Asie, la section du nord-ouest, rEnrope,
la section du sud-ouest, FAMqne. Les cartographes
adoptaient ce tracé d'après tes divisions gé<~MpM-
qnes et hydrographiques qn'Ms trouvaient indiquées
dans les ouvrages cosmographiques des savants du
'M<tyeK-&~etdaa~<'eaxdManeiena
??? MM6 Mt~OMjk)eMMNt ? Ma~MCM~~
aa~n~tM: :<
!i~~mo~e~hï~Het~~
do Xt* s~e (t). 9 La mappemonde qu'on
trouve dansun manuscrit des Vtas des &dnt8 ëgote-
ment da Xf a!Me (2). 3. Le ptaat~MtM d'Ho-
aopS d'Awtmt ($) da XH' si&cte; 4. La mappe-
mt~od'MnnMmMScdtde SaMastedéH (4)
da X!t~ s!ôete;– &.La pet!te mappemondeda J~r
GaMoMM de la BiNiothëquenationatedo M~<pte (9)
daXM's!ède~ 6. La mappemonde do XtV' siecte
d'an autre manuscnt de SaMaatede Ftoreace (6)
7. Le planisphère du XtV" 8:ède tM d'un
TY<M~<<MattMn<ttMC, d'un manuscrit de la Kbno-
theque de Paris (7); 8. La mappemonde de
GuiUaumede Tnpo!! du X!V<'Nede de la BibBo-
thèqae naHona!ede Paris (8) 9. La mappemonde
qui se trouve dans un manuscrit de la Bibnothèoue
!mpena!e de Vienne du X!V" siècte (9). 10. Le

notMAMM.
(t) V<~M
?) Voyez doM Mtte AMM.
Voyez daDSnoINAdas.
(~ Vo¡ez
(a) oNMtmtteAttM.
(<) n~)., ptmdK m, mMnm. n" <.
(S) !hM., pttMMheV, Bmnum.B" 4.
(a))!'M.,ptmehetV,mmmm.n''S.
(7)Md.,ptMMheV,mmmm.n''<.
(8) Ibid., V, monnm. n~
ptmdte IV,
Md., planc6e n' 8.
S.
(9)VeyeznotMXt<iM,p&nettetV,mw<t<me<ttn*5.
-M–

aMsphere eehmté qu'en tr~w daMa ? fta~ de


h aphetw (spera) dupoème géograt'htqtM de &tM
Bati~ du XV" siècle.
B*aairea cartogcaphes du moyen-âge tracèrent
teura mappemondes d'une manière o~M~e plus
étMtBge.
Une simple !!gneeMeataiM représente le disque
de tepre. Une autre N~Mqui cet~ le <?!<?? du
nord au sud, sépare l'Europe et t'AMque de t'Aste,
une autre ennu tracée de t'Oc~dent t'Onent sépare
l'Europe de FAMqoe.
Ce tracé est païsé dans la description de la carte
d'Eratosthène, dont Strabon nous a donné ta des*
er!pt!on.
Sur la carte du cé!èbte géographe grec, la terre
habitée se trouvait divisée par une ligne paraMNe
l'équateur, et qui aboutissait du côté de l'ouest aux
colonnesd'Hercale (le détroit deCibrattar),du côtéde
Festaux caps formés par l'extrémité des montagnes
qui bornaient linde au nord (c'est la grande chaîne
du Taurus qu'Eratosthène fait commencer au pro-
montoire Tre~MMm,formé par le mont Mycale, vis-
à-vis &aMM).A partir des colonnes d'Hercute (de
Gibraltar), Ëratosthène conduit cette ligne par le
détroit de Sicile, par tes extrémités méridionalesdu
Pétoponcse et de t'Attiqua, jusqu'à Rhodes et au
15
t'f !?$
t~4'<SM8~~Me~M~~<~<oM<M~a<at<a
dehMM~efMBee).
<~Mt<~e<~e~t~MtK!B~~ac~
e tMvœa la Medï~apMceeou !e hmg des eetes
w qn'eMeMBCMtM,CM'c'est nu~ ~ms cette <MM<~
« t!<)nqce hMëdtteManee en~eM N'étend en hm-
<' gaoar~asqa'& h OKo!c(<). DOr, !ea eMtegm*
p~es~dMB~tMtcesmap~NMm~sat~îMBteet~'
theoEted'ap)~a la CMted'ËMtesthene.
~Nm ceMe cat~MM sont les monaments <Mt!-
vants:
i. LephumaphèMdu ? ~ècie qa'M tMUvedam
an maoascnt de la MNioth&qaeroyale deBhdnd (a).
Z. Le phmispheM du X*~ecte qui se trouve dam;
<mmamNCtitde Ftorence (8). 3. Un aatte pla-
nMp~e da Xm* atèd~ qu'on tMave dans un mantt-
scntde la BiNiotMqaedes J)M<NeM, à FtoMnce (A).
4. Le phmiBph&red'<m nmnuseHt du X! s!&-
~e, det'AM~e <<tt~<MM<e, de GatttMer de Metz, de
fa KbKethèqoe aationa!e de Paris (6).

a~.H.
~t)V~mStNhm,
(~ Te~M MtM MM, pttmttM tV, «MnmMtt n° S.

Ve)M'MtM pta~~etV,mMmmrnt
Athm, n*S.
? Vo~M Mtte Attas, )j<NM&e tV, tMmment n'' 6.
MtMAttm.j~meheMt,a*<.
«) Ve~M
M?

§~na
Mt MMMMACNM M MMXM
W BBtBtMHXBtnr )HVH<
)M
ttMntMWtM.

D'autres tmcèreat leurs Mpïesentations grapM-


q)ïes,se!oBta ~Mot~ des eoNm~aphM, qa! M-
sa!ent de !'A~Me une partie de t'EaMpe, considë.
Mnteet iBMMBMceB~BeBt, dont on ne coBnaissMt
qu'une petite portion, comme étant iMmimentmoins
considérable que l'EaMpe; i!s faisaient de deux
parties da monde une seule. Deux tignea cifcaMres
representaiteBtIedts~edetaterFeetrOcëanen-
viMnnamt ou rOoean homedque, et une ligne du
nord au midi coupant le centre du cercle qui sépare
Jt'Europeet l'Afrique de l'Asie (i).
Dans cette catégorie sont les mappemondes et
planisphères suivants
i. La mappemonded'un manuscrit de l'Image dtt
JM<MM<e de Gauthier de Metz, du Xn!' siècle, de la
Bibliothèque nationale de Paris (a). –2. S. Deux
autres mappemondesd'un autre manuscrit du même
ouvrage, qui &appartenu à Charles V, et également
du Xm< siècle (3).
(t) ~~M)t~ (Uv. Il. Mit. d'tMhmnn, p. 30), De dftttttmerMt
t~Mt~dtt:.wte~tM~A~imti&N~&tM~<tiMM-
.~Mttam~<~é<am&M~tmwJ~<~M<
? Vo~ tmt~ Attts. ? V<~ t&t~ Aa<!t.
aaa

§~
eM eta~eiM~n e<tt tent~ittMt~ xttttt tjewaa NAMMMMe~
MtWMBttB BB tNftCMtt.

D'aubes eartographea traçaient leurs mappe-


mondes d'ap~s !e système de Priacien. <eatno-
~j~edo~~s~de.
L'Oe~n en~ÏKmne«mte la <epMqaî &Mne uee
Me;maia Netonce coanMgmpheeMeétait de la tonne
d'une Cronde(i). Selon lui, les cenbtNMde la terre
sont !n<gMtx.L'AMque se re~ecït en pointe au dé-
troit Gaditain et s'étend veM l'Orient (9). La tonne
de rAsie est selon lui ceue d'un cône. <' La même
< Mtmequi donne à rEurope et &la Libye, en tes
< rapprochant, l'imaged'un cône, détermine aussi les
a limites de l'Asie. Dans son système, ceue-ci se
rétrécit peu &peu, à mesure qu'die avance vers les
régions orientales où l'Océan baigne les connns de
l'Inde. L'Europe, quoique sa forme soit, selon lui,
semblable àcelle de l'AMqne, s'incline touteMs vers
le nord. Les conBns s'étendent de même et s'al-
longent vers l'Orient. La même ligne les sépare de
l'Asie l'une et l'autre; l'une regarde le nord et l'au-
(<)CM*!ea~attam
dePe~OBimdelHmdM.
(9)Va~damMMA~hnmppmMBde<ANthd)tXt'atMe;
le ayat~ne de MBeten, p. Mde cet MMMfje,et eeMd'AMph, p. M.
Me

tre FaqMMon.«Mais si neas aapp080M(a~at(~.it)


~ue ces deux t~eas ne teot qa'mM,!ew8Nanea,
ainsi réunia, donneMutexa~ment limage d'un
côno, dont le sommet est &rOecHe~ et la base
~TMent.. e
B~nseeMecatégotMeMt la mappemondede taces-
mo~pfaj~de «*AMph,du X!' siècle (<).

§x 1
MMMMMM~!tM Be NWtM.tOBeM eetmtmtBBHTABatn~BMrM
BM)SM~M aAMmM)M)BBt t.'A!XK!mmet)B, ou t'<W(~OrMUtBft
*ttet)M&, at mM tAOMB TN~ema et Mcat M Mt.

D'autres cartographes du moyen~ge continuèrent


à représenter encore dans leurs mappemondes t'An-
tichthone, d'après la croyance qu'au deïa de !a cein-
ture de i'Ocean homérique il y avait une habitation
d'hommes, une autre région tempérée, qu'on appe-
lait la terre opposée, où u était impossible de pé-
nétrer à cause surtout de la zone torride (2\
Les mappemondesqui représentent cette théorie,
sont i* lamappemonde du manuscrit de Macrobe,du

(t)V~ez notéeAthe.
{<)C'&Mt tester <~& <teMéh (t.~t). V~z ta ptem~M pMMe<e
tetmnM(te,<!<tCM)M<Mtp&<t,e&n<HNtw<MMpMt !me~nh<jM<h: de
CemMs. d'tsMoM de SMMe, de JMde~e.V&ttmMe, de Bahm Maur.
et a'Mttes &t'<eat<tde cette tene haMiaMe an delà de t'Octan heme-
rique, p. 'B-M–M–tee–tM-etMt.
–ase–
X* aMt! (<);~ BMppMMade de 'Mo qw'ax
~enve damna) BMNtaaa~de ~Mtt eMe~):3~ ed~
deCecced'AseeK/~XM'a!~(3):4%bpet:<e
mappemeMde~aa des BMMMMep~adMX!M's!!&ete,
de M~a~ <«<JMiM~,de Gauthier de Metz (4)!
4" cette d'un ma~~F!t Mandab daX!M* ~tMe,
<MeaesaM<tp<ae<<meMMm~(9):&~eeMe~t'ea
(t~ave dMts un M<aMMw!tde Ma)~ Polo, dM
XtV' a!ee!e,dans la BtMotheqMeroyale de Steeh-
!<e~ «!tM) (C); 9" ceMequ'on trouve aM~eveM
d~tM médailleda XV.N!ee!e.Ce q~ étatt même
pour quelqueseëegtoj~MB de t'antiquité une simple
~<<N<e,tes caftegmptMStdt moyen~s~ Fent admise
~emme<me~të (?).
Une aut~epa~ictdan~ qu~t Importe de ~mater
i<ci a~pMpe&desaMeuMdes mappamendeaqui adep*
tarent t'A~~cMhe~e, c'est la théorie ayatématique

t~msnet~At!t*.
eettemappemjMd~
(<)V«y~
(~ V<t)WB ee nmatHMat <ttM m)M Atlas.
M Ve~M MM AUas.
(4) Vt~fM~te~ <V de MtM AMaa.
(«)V<~MnetM A«M.
(<)VeyM MtM AMas.
f!) V<~M mt fABtMhOtMMdexit patsa~M h~pt<m& dms Gte-
NMa~ <dtt. de TMop. ~dtm~t, i8N. p. M et M!, et dms
e~~t~ ornent, a~tf. cap, <& (têt. Cmn. p. N). Le pftemtN!ea pa)f-
~at <e MMet~m), tp~m~ <tt t.'exbtm<~ de. M«e torte <mttd~
MMM,(de~Antta~s), n~tB re,<em tpp~e pMdes ecMMemthtM
(theMhtae~) de ph;d<tae. ~Mn~eet MB far t'MpA~ntF.
}~n<*t

du e<M)M do KMtNgo~ daaa quet~es was de Ms


mapp<9tBaades,~rn~qai, Mtm ce qjaeMM aiveaa
tatt remarque. dans ta pMm~Mpa~ïe de cet au-
vntge, aaMf~t ~tMpMM)t)~ qae les gôe~mphmd$
t'EoMpe Bi'ent pas centm, par TexjjtMMMedes
wyagONM~la wato RMoe de t'AM~e Mant !e$
d~avet~a ~ct~es par tes PBFtMgf~oa XV'
)Mte.
Et en effet, tes c<Hrt«gMphea du NMyen'agene
connaissant pM Mtendae de rAMqMeau midi.,
deanèMat aa cours a«p<<ieardu BM<adhee~M de
feeeNt à l'eat, et plu souvent celle do re$t &
t'caeat.M. !~tMBneava!td~&MtMmaM)Mer,m&me
MM avoir vu eu amppemocdM,et simptemott
gaidé par Panatyaedes textes des auteam accSetM,
et discutésavec cette critique si sAte qui disthagMa
les travaux de ce Bavant,qu'âne teMeerreur sur la
diMCt!ondu ceum du Nit, tenait a la nécessitéde
combine? la loupeur de ce couN attestée par les
rapports des naturels avec i'epinien ge~Mie sur
le peu d'étendue de t'AMque au midi du tropi-
<me(i).
t<}VOï<Mte savant mtmatN <teH. LetMan~ qui a peut N~e Bb-
<HN~<mde repM<m d'BtppatqM ea)r te pMhmeemeat t'A&~[M au
N~ de reqmtteat~t emr la jtmettm) de ce eeBthtNHa~ee le eo<t<atde
t'Aete, mtB<m<de cette epintM, etc. (Jettntat<tM&tMn«, Mtt et
MptMBtHeMM.)
~a

Baaa cette <Mtego~eMnt ~eamappemeNdaade h


B~Mo~~ee~ttea~nttda Xt'aS~b,eeMada !<e!)~
<dMm<mea!eete,ceMedo Xm*a~ete~ du ma-
MMacdtMyat du Mu~eMtaanïqMet eeMede la
Medïeea~ d~nee papBaMeMt (<); !eadeux de Ranot<
~Ms My~~M,et ~ah BtM!etMqaede ~wme du
XtV*8!Me, ~MstqMetatMa~MMMtdo de <MMawm9
doTHpeMfa); et cette des ftM~<MHde <?? dM
MoseeBw~a. d'Andrea Bianeo. de 1488 (a) et
d'autres. Tous teadessinateursde cescartes donnè-
)reBtmeouMdaN!!eette~Meaed!Metioo. )Leaeaft<t.
~phca suivaientainsietexagdra!entmêmel'antique
opinionadoptéepar l'écoled'AtexaMdfie,qui plaçait
l'Afriqueentièreen de~ade t'ëquateur,si l'onen ex-
cepte Hipparqueet ceuxqui ont embrasséle système
de la divisiondes meN en plusieursbassinsisolés.
D'apr6ales epreuMet les theenea de la geegfa-
phie systématiquedes anciena. plusieurscaFtogra-
phes européens donnèrent à t'AMqae, daxaieum
mappemondes,jusqu'à l'époque dea graudea dé-
coaveftea des Portugais, la même forme erronée
que les Grecs donnaienta cet immensecontinent.
(t)MMM–B.mUane.
Meas un~f~a< e«M&de
pOMMens
cettem~pemMMte.
(S) CatManmede Tripoli fait tentf dans sa mappemonde, le NU du
PaMdis et par emt~qaMt de t <Ment.
pt) VeyM cette mappemondedans notre Atlas.
–aas–
Ces deMJtMteurs,Mtt de anivMta tMerie d'MM-
parqtm, eentiMMèrenta }eindK'Mnvant ta mer
des !ndesavec t'OeéanAttaMt!qMe. d'aptes rapin!e<t
admiseehextea 6MM q~ t~ catos d'AMqMe,apf~
le eap des Aromatos,teMda!entte~eaM &t'eMeat.
eeqaHewdooBa!t!apeMMat!ÎeM~e!!Mdev()!e<ttM-
jjeM~ h cote dea ËtMepiea$eee!deB)taosqui pas-
Mit obMpour etto !mMMee t'est dapMb te d~tM~
des Colonnes.BaMscette hypothèse, t'AMqMe M'at*
teignait nulle part jusqu'à réqaateMpet tes parties
du gtebeeorKMpendantMa ce cercle étaient cen-
sees eecapeespar une zonede mer qui embrassaitsa
circonférence.
C'était ? i'epiMioade Cratès (<). d'Aratus (2). de
Cteaathe (3), de CMomMo(4). de Strabon (6). de
Méla(6). de MaeMbe(7)et d'autres.
n est surprenant de voir cette théorietraverser
tant de siècles, et n'être gëBéraiementabandonnée
par tes dessinateursdes mappemondesqu'après !es
grandes découvertesdes Portuguais.
(<) CMttsapadMeMfxtttnEtemeataaittMMomtea.H. <X.htOmMht~.
p. St. eKhnsStmben, Uv. t, p. St.
(<) Amtas, Phamemem, vers <N
(~ Otanthe epmt. <&mfntM) Etatteata adMMmiea, tS. in HmMb-
eh. p. M.
WCMMBMeHeteeMhttf. L. 1.1!. 6, p. 55
M~mbea. Uv. t. p. 9!. M, Uv. M, p. )M, Uw. XVtt. p. M<.
(0 tMta BeMM M-M<.Liv. 1. Chap. 1. p. 7.
H) thcMheta Semn. SeipiM. Ut. M. CtMp. 9. p. MO.
–aM-t:

§3H

CM <)Mt<MHttMH~<tMm~M~MM*tNWMtt< M<M MtMtMttMt


MNtMeM~fMtet tunme tBt M<mMe<t)M es tM<.

M'aot~ ea~t~M~hea Mp~eat~wt le BMMde


~a~agê entre ~MtMÏs Ma de Ne<, dont as d&
gt~~t, <M!N)tBe twg~a~~ de ~VM)M et d'aM.
tMS aM~OM,les pays qui leur ëohaMat ea tM~a~.
et ils M!~tent ctmqae portion de ce partage pafane
distribution particulière.
A ceMp classe appartient la mappemonde du
Xe siècle qui M trouve dans un manuscrit de Ma-
drid, provenant de la bibliothèque de la Roda, en
Aragon, qui est presque contemporain de l'ano-
nyme de Ravenne, où on voit sur l'Asie le nom de
Sem, sur l'Europe, celui de ~p&et, et sur l'Afrique,
celui de Cham (<)
D'autres cartographes, qui indiquaient ce même
partage de la terM entre les descendants de Noé,
étaient plus explicites que celui que nous venons de
mentionner. Ils ajoutaient des légendes historiques
sur ce partage dans chacune des trois parties du
monde.

tt)V<t;<Bt<!fMnttmppf<x~t<j)<n<t!~MtMAtb'~
M&
A <?«? etMtteappwt!eat CM )mapp$me!~te ~e~Mt
Owave~Mwm manMao~tdMX'~X~aM~a etqM!
Mn~nme p!a~aM Vies de aamte (<).
On MBMH~eaw FAo!eta !~ead$ aahMmte
< J~Mteea~MMM ~~Ma~M et~se
< ~MTm<jpef<e«<mNMHt~a &e~<a<WMM SaN
a<~e~<M~~<e~eetM~M<~M<<~ JtSffH, et
< ~M~ ~t <~M~~M <~) ~ofe ~&!e, que
<<C~~)~N!W~.
Cta )~)MMpq~«MrrEa~pe !a légende aa!~ote
« JEMt~m<f<c~M<ab JËttrope~M ~eaeMs fe'
~M tMMFM TbMMO&t~M jA)FE<~t (8!o), MM
< $~!<«M~ ~aere <~ ct~t~ pM~M«Koe~MMeuni
« ~eH~f~MM~eMm <'<&e~eM< civitates CXX.
~r t'AMqae, oc M<la légende smvMte
a ~f/Wcadicta M<a&~f une de pMMrM~f~ote
< ~MMt~MM<<~Ma< ~M CBAHde Ct~tMpM<e~«Ke
a aMMe~feMegentes XXX. Et &e&M<ar c<M<o<e~m
~tco CCCLX.
Sur ua~ autre mappemondecoloriée, qui se trouve
clausun nMgMiOqtte manuscrit d'tsidoFe de SëvMie,
du Xm< s!&cle,on lit sur i'AHe, le nom de Su;
sur tTEaMpe, celui de J(&pBET; sur t'AMque, celui

<UV<wstMHS dans)MtM
mappemonde AMaii.
Dans t'&ttttm pWneep~des ontM~es d'taMeM de MwiMf,tte «~h
enMneeMMU)Mt<M~MWMMmt"M*M~<Mh.
Me

de~~î etan! é~t m~ en i!t ~<; SM


<SB~<M~J~

X"
~MMt!)tMeABa)!t
«t MOOOBOt
BM)<H)CM oe
MMBMNtMItttM
eMMMMm)tteBmaBet<M)maMKMM<MmH*w*M.M.
C'autMs cat<e~aphesCguMntdans leurs Mprë*
Mn~htM~pM~M!emonèB dt~eo SMMsh~
MtfMeset Mo~MMes, commenous avons eu déjà
t'eccae~onde le faire Mmm~uer: mais a<tMdevons
aigna!erloi que les représentationsde cette théorie
que Maa avons tMMvëedans tes mamNedts du
moyeït4ge, présentent des vanëtes très curieuses.
Dans une MpteaentaHende ce genre, qu'on ren-
roncontre dans un manuscrit du X* siècle qui a
pour titre Liber ~o<oM<M ~!Mc<tJtMen, le carte-
graphe a ngeméte disque de la terre par un cercle,
et par un autre rOcëan enviMnnant.En dedansdu
jpand cercle, ou du disquede la terre, on remarque
6 petits cercles dont celui du centre indiqueque les
6 autres représentent tes 6 zones, et on y ut Ctr-
ct~t ~M«a<<t(a).
Une autre, du même siècle, ngure le
(<)NeaaavonsemmMla BtbXethhpM nationale
deFmbm
emntMMtt de SMtht,duvm' dMe(MM.
'TtaMete
ptéctemt tMtn.
neaM);amteMMn'yMmM tmeent)~MeuneMpttMntMhmgM
~tqmdtetebe.
(a; VeyM CemenmMM <am nette &t~, j~M~e Il.
<M

dhaaa de la twfe pâ~ an cerete. deex Mgnes d<t


jreaeataTeateoopen~ pOles.
et ohy Bt F~en ~M&a&K~~M; deux autres B§pM~
ou tandea Mprësenteat <mMMdet nu midi'des dettx
tropiques tes deux terres epjjMNees, ea zones tempe*
t~a ttabïMNes. cen~e représente la ~ene «M~tf~
M&aMtaMe(1). Un aatM capta~aphe nous denae la
tMtme des Mnes habitables et ~<e&~ dans
une mappeaMadedo X*siècle, d~tmeBta~èMeacOM
plus ejmeuse, tes indiquant par des bandes et des M-
gendes, et la terre opposée, ou la terre aot!eththone.
par un cercle Mprësentant un autre monde (S).

§ xin.
Mt tAaMeatPttBB ect M~aeaNtrmtt Mum MCM a*tPBMOtmm M
BmttABt M M MM M MO Bf BB MA6M, B'AtBti t.'tMCM.wm,
m~etinat.

Dans d'autres mappemondes, on remarque tantôt


la mention des peuples de C<~ et de JM~o~, tantôt
le fameux rempart de cenom, peint et. Cgure comme
dans ce!te du XIe siècle, de la Cottonieunedu ~n<M&
~MeMm(3),et dansceUeduXtV'siècte qui se trouve
dans le manuscrit des Chroniques de Saint-!)enis,t

dmsDotreAtlas,
cemenoment
(<)V<~M nes.
(~ th., n'a.

C9V<))<zeeMeeMppMMBde<<tm<MMeA(tM.
"N–.

BibMi~~ de a~te-eeuev~e (t). <? mta~


ta~~n e~ste d~ de ~a~,du
XtV* M Ht, derd&ManeehahM demonttt-
~Ms <<'<~<wai6~e< <M~o~.a
L'aotear de h mappemonde du Mht~e Bo~, du
macM<dôdet mat b pays de et de ~a~oy a
redeot delà mo~CMj~eme.etOByM~t~teïes
deux Mgeadea~vaates dent veM !a tradae~ea
< J~M~e~e<E~<a~Me~~<e~
< <« ~ta~ <Mt «n~s d~b'<oaMrz&, dcw Pe~M.
CeUs te~nde ~ceemj~gne la MpTéacata~ea de
trois châïeaux deasmës par le CMtogmphe.
L'autre légende dit
< ~fa~. J~eM ces <<eM<B pMMWMM AaM<eK< des
< ao<MHM de ~<M« avec «M«e<!<?'?de moMMMe~
<' HMeaM.Ce~cM«<es~<t~çtM~ea<M!MeMtA~
<' de «M<<M parttM <<ela Perse ~Mf le roi ~ff-
« <<M!e!'a~<. B
CeN deMX rendes paraissent indiquer une
croyance de quelques rabbins, quisoutenaientqu'aux
extrémités de la terre il existait an pays habité par
les douze tribus d*!sraë!, qui ont été réduites a res-
ctavageparSatmanazar.
Andrea Bianco, dans sa mappemondede 1436 (S)t

cettemappemonde
{i)VeyM dansnotreAths.
~Yeyet cette <M)<peBMade<tM'"Mt'eAtt«!
a$$
eomserMeoeoM!e &m)Mx p~a de 6~ <t< ~t-
g~tet My NgMM HB~teawp!a<~ f)Wt MMnMmh~
gne, aappea de laquelle on vo&un mi a<s!$~ap<Mt
??)?, et aa bas on Bt a ~KesaM~o~ Ce eosmo-
gtaphea fait ~~MA!MMndMdaMte)~adeG<
d'ap~ w)MeNewMn)te<tM~s Atat~s <p~, setea
&Ms<,soateMHmt qM~ MmtMwten qpea~M était
t'<nnnfaged'A~xandhw~).
L'atï~of de la &meuse carte catalane de la NMio-
thèque Na~oMÏe de Paris, de i876, indique aussi le
pays de Gay et de ~Ma~o~,et il place à côté la lé-
gende bizarre qui suit
<tLe~otM<Mt~MMf<~Goget de Magog.JKMeM-
dra au temps de ~aMc&t~t avec une nombreuse
suite (2). »
Les dessinateurs de ces mappemondes, comme
nous l'avons observé plusieurs fois, pmsant toajoars
dans les œuvres des cosmographes et dans les tra-
ditions sacrées, inscrivaient ces légendes dans leurs

(0 V)~M la seetten de cette partie consacrée à ra)«)yse des


nMj~emmdM, et Mm tNMem dn MénMtMde B'AB~Mtesur tf
fempaM de Ctwet de ~M~< la à ràcadémte des tnsetipttem le a mat
nm, et <Met6daM le T. XXX!des MemotKs, p. MO.
(a) On trouve dMMptmteots bibliothèques de t'EaMpe un grand
owntM de mmnMftts du jMyOt-Sge sur rAn~ehrist.
Panât les matMNCtttsde celle de Tarin, il y en a ptosteaK.
FeMehM, dans m MMfe<t<teeMM, T. X, p. Nt, en cite d'antrfs
<hM h HMMt)t<tM tmpertdedeV~me.aMrHmes&tttdMRtf~~
–6-

M~aM/~t~~Mt~~
d~ de ~~0~ daM !~ea)~pM et ~s
ÊieM~ !b er~teat qoe !e Proph&te tMa~Mit
pac nom des peq~es des r~ns sëptentt!o-
tMM de t'A~e. Hs tes Baaitmt dmm~MaîeaMh-
~t~&hM de fËBHtof~ t6!s qoe œm~ Jét~me et
Thëod~t,~ Mgafd~Mt~e~ tepèfc
des Soyates; ils ~av~ent em~ des deMnp~)~
de cespeapteadans les oavM~Mdes phts savants
costaogmphes da nteyen-age, et ils phoaieet exac-
tement dans leurs représentations gfaphiqaes, ces
eoms et le fameux rempart chez les Scythes (2).

§XÏV.
BMCtBTMmAtHMQmMMHiMttTNtT
mMOBZ VBM M tM BB
MOMtt-AeB
Uta MMtBM
CMMOMMtemM M PLATMt, m DB
t-'AUtAMMB
XBtMLtNtBMT
nm PttMaDBt.')htUSE.

D'aatres cartographes traçaient dans leurs repré-


sentations cosmographiqces le système de l'Ahoa-
geste de PtoMmëe, et en même temps ceM des
Pères de rËgMse; savoir la terre au cectre de
l'aniYerSt la région de l'air autoup du gtobe terres-
h mappetMnde
(i) Voyez dnXtVs~etedela NMhMtteqMSatate-
avonsdonnée
Cenetiëw,qap)Mm pour)a pfMttëteM<
s hM)tMM
Attas.'
-'a~

~~ea~ ette~e~M aut~ delà comme


cen~fe, Hs d~o~vaienttes eer~ea des mouvement
~]~~M dMacetef~deh Luue.deMep-
oute, de Venus, du SeteM,de NaM, de Jupiter, de
&Hume, et indiquaient queIquetMs !o péfïcdede te«M
t~'Mta~oas. Au dessus des ~~mètes, Ns phçt~tt h
~e~ des éteins ~xes/qaeronNomm~&mtNBent,
c<r ttMtieimes~hè)~ paN deax autres spherea at)
deasas da BmctMaeBt,ae~n qaetqaes aa~onomës,
Mveipïe Cc~ttmcfM~mMM, et ta dernière qui en-
veloppe tous les antres cercles, appâtée pfemière
MMM~Ne, selon la cosntographie des PÔMSde
t'ËgBse (i).
Et pour quTI ne festàt pas le moindredoute sur
ïes sourcesoù les cosmographespuisaient cette théo-
rie, ils avaient soin de l'indiquer par une légendequi
dit:
t Co~tMt<tMMO&t~~ seCMMdWM SOCTOM et cefOtM
< t~eo~ooMM.
A cette catégorie appartient le planisphère d'un
manuscrit géographique de Florence, du XY*siècle,
que nous donnons également dans notre Atlas, et
un antre monument du commencement du même
siècle, qui s? trouve dans un manuscrit de la BiNio-

(9 aMMea~aNt
M~de ~h~a~. v~œ <àt~
le
~MqM M~e Jp~~ qui a pear ~<M-
<M)MM(t~. ~r~~r
N~~naBaausaïeem~~
D'antres carto~phes,fenreduijs~tda~ re-
p! j~~q~ M m&M, tit~ <teN
traités des dt~NMts cesmegraphea du moyea-a~e. q
mtita!<a AM~MMa~(t'!aMgedu e~Ht~e), y aptte~
ta!ent A'aMtMeB~Mca~ons. Be ~aïMtt t'en~
aw cNttea de la <MM; w e<~b Mtdï~~t !e&!tm-
tMs: Mnawt<~ceMteindiqoait ia tepM, pais rOoém
~nviMtonaBt,sigoaté par un aatre ceMÏeet pat te
mot e«M; puis !e cercle de !*aw, ensuite ceini du
~M puis tes sept cercles des sept planètes le hui-
tième représentait la sphère des étoiles BMNou le
Nrmament;puis un neuvièmecercle pour représenter
te tMMM&ne Cte<;ensuite un dixième cercle, le ca~MM
crM<a<MM<m; et enon un onzième cercle qui repré-
sentait ie ciel eMp~e demeure des chérubins et
des séraphins, et au dessus de toutes les sphères,
un cartouche où on lit le nom de DM«.

(OMmMetttn'MW.
B<mMt d'Anton, dam son tMttA tnUtuM tax~ <HM«B,dM au
e)MpitM ~<<~nM,qa'B est appeM atast pmee qe'M est p!M& daM
h~onMMMM.etqtMdetan~memaBth'eqmtatmMMtptMée
M nNtM éeraif, fecht Mt ptM< m MMMde la tene. i. Steat eMm
MnmMtinmedioMM.ttt~intenmsimBMdhttmNB.'
LM cMmeeMphes ont ~Mtement MpMtMt eM Mees <hm!teaM
)-ep<~enMthMN,~<mt
repmeDtatlons,jdoDt Mas donnons
nous <tmMMm quelques unesnt~
qaetqnes dana
<tNMnetteAUM.
IIOIreAtias.
~t$
~?N?8
~t~t B}~ae ~&aeb-~
~que d'~anmannsedt
d'wn
~rait4desanimaax,
daJ~~siaeÏe,een8ervô&~
Bibliothêc¡uanatiena)Q
de~M~t
yat~es car~caphes, tout en Fepresen~Bt ce
aystemedanateMM représentations. !e<~Mh)!eM<
eM~MMMMtMment.
Bs Mp)~nta!<!Bt!a TMM au Mette de r<m!veM
<MoMcteMïqMMt rOcëm ea~MMMMmt, wn aa~e la
s~&M de la Laae; un tMiai~ae cdm de Jopher;
puis un qMatdèMe,autoor dMqt~e~ on !iatit Jupiter,
MaM, le Sdat et MercuM; puis UHautre cercte
enan un demMpqm ireptësentaitjtea~MtmeM~. En
tout sept cerctes ou spMMa au !!ea de onze.
Dana cette Mtëgone se tMttve unerepresenta~OB
cosmegmpMque tifee d'un manusoMt Mn&HBant
un Traite des aBiBMmx,cOBservëà la BibMotheqae
aat:<MMle de Paris, du XÏV' eiècle (i).
L'étude de ces mappemondeanous porte à croire,
d'aptes ce que nous venons de denMntter dans cet
oavrage, que ces monuments M représentent pas
seulement les connaissancesindividueNesde chaque
dessinateur, mais Men les connaissances générâtes
qu'on avait du globe pendant le moyen-âge.
Et en eNet, nen, dans ces représentations gra-
M)V<~n«MeA<h$.
~M~t~
de~ ea~c~de~~
1P<~ ? y MM~~ <~ tea~t~ pa~ amt
dK~nteasOt~ea~enOMVeBOMad'eMamêMF.
~t~~Mehement~q~ nôuàt\von8sipaNsiren-
dM)tt<9$<aitd'HMeôvidenMp~paMe.t~as !e moyen'
âge, <pe<pteo& la MMgiendemiaaït tout, tes deaai-
nateaM ~)a mappanMn~MpaMBm!eMt la M'N!t4d(!a
<~&MM<a<îeBs dea idéM~ea~ &têt peÏnt, qw
daM h maj~emeade de Retms, M ta<T, pe!nte
danat'inMate d'MMPpmponiaaMêla, bdesaiMateMr
a Mpr<ent< rcncadFNnentde la mappemonde sous
!a ~Mmed'un <OM~,et & chaqueangte il a ptaeë CM
aBi~)emboMohaatla tMmpaKe ce qui est evidem.
ment tiré de t'evangiïe de aamt MaMMea, cité par
m cosme~praphecëtebre du !X' a!eete, par Raban
Maur, qu! dans son traite De UateerM (iib. Xtt,t
cap. Z). commentant le pNmme i06 a M~M<M'«t
a et eccosM<~ a~NNeMe e< nMft, B le MppMche de
rêvante de saint Matthieu, S4, où il est dit
<*Em<<<e< ~o~e<MN«MeMm<M~oet coce MO~M,
< et MB~~a~< d ~Mo~Mf OM~M tente. e
Ce coNnegmphepensait, comme Servais et d'au-
tMs, que, d'aptes t'evangiie cité, il conviendrait
miecx de donner &la terre ja ~bnneeaM~c; il peu-
sait comme Lactanee, saint Augustin et saint Jean
8f$

~(~MSMM).qo! tMM~atent~9 ï~ t~a~M~~~)~


MmAa < eM~~eCM &VM ~d~~ ~am~
da MM~,jtMtMMmeat MF!a M~euf 4<tta t<t)HW
J,
mata<M~ ea~cgmphe XV' sKete p!<M wam~.
d~ptêa tes eemmisNMMaqwTt<wa!t~MMesdana
PtoMM~tteMte~deaoaot la NMMteMnMtatM~B,
ra~!t)t<tMaeBMd)~e~astM<M~,p<!W8M!weré-
yM~Mc~té, <9$a )pt)M< M~MMat QMetMa«-
gïea les anges avec tes OMMBpaMM ~~<~sNMM
cMwtM&eetcMCHMtsMe.ete. t
Ce Mt est eenBH)~;encore par h MjjM~aeMation
d'Moange,que le cMBMgmphe a dessindau bas de la
lettre, lequel tient le livre de t'evan~te de saint
MattMMouvert; et on Mmapquedes piècesde mon-
naie, pour designer sans douteson ancienne pro-
fession de publicain car saint Matthieu, d'aptes
t'Ëcntm'e-Sainte, ajouta toujours sa qualité de pu-
blicain(i ).

«) NatMNaMMeofut te (nernief des e~agettstes q~~t~a t'~wm.


eMe.«MMasMtM, tMat.Nat. De Nonft FaMca ex Cen~ et Mqom-
UbM ehMatcb, p. M!. <? (~mmer BMO)~<Ktt<t.)
EntM les d9M anges qa'en Mmax~ae aa hM de ttatMate du Pom-
tw~Ma~,q~)fen<enMcet~mappmMnde,mMnatqmtedmpea)t
M les tmitg)M9de catNMt, et ses armoiries portant des geeatee a M<e
de cerf d'er et bordure dentelée de même ee sent tesameMesde
CntBotme HUMMe,cardinal de MM-MMc, en Mtt, Mas Jean XXtU.
Ces armoiries se trouvent tmvees dans la ealfta pm-ptMte. ~is.
~e<Mhte.«M.)
<–MC

T~a~ma~jMNM~ d9 Ce~~
<pMaM~N~J~~ ? <<Mt~~ oc qai `
Ctt~de M~MM d~n )~)R~Ogf~~ On tOMnaH~e
au8~ qaa~e aogos ombea~haNt tMHm~te pta-
eds am qm'(~ p~~ e< N)~tde:M&t
paMe&!am<h)M MMMa.~mao~eqw~dMML
<Mm~mphM, ~pM<a !'<? de !'aatM ~t'~t~aee
de )MMf tq~m~OaH<N M&M88 H~
~s~eB<,&cet~ttM6M<eM~aMtmdM<ma
Mefëes.

§XV.
MMas ea'es MetMBB e~ c<wa t& BAfHamBM! B)t ntM~me.
M Mn MMMtB DB <B Mmmmttt.

PMamMiM,sous le rapport géographique, on te-


marque d~a dans la mappemonde de CuiBaumeF!t.
tastM, de i4i7, des progrès, mais ils sont dus aux
connaissances plus savantes pnses dans t'onvntge
de Ptolémée, et notammentdans tes t~citsde voya-
(j~eaMen Asie, qu'on étudiait atoMavec plus d'at-
tention.
Et en effet, à mesure qu'on se mppMche de
repoque des grandes découvertes. les Marnesdfoites
des mq~emondes, dont nous avens padé plus haut,
se transforment peu à peu en courbes irFëgtui&res
destitt&Mt&feprAmntM*la <'<MtngMfatien des c~tes,
-.9~–

? )MNpeM~$ du~Mttî~~ iSaO, que aMs~


awM&~ubMe pew la sM que @~
da manuMr!t de PempenïuaMeta, deRehns, <4t7
~me~aent des eMmaisBaneeag~egMphiquea ptus
<Madt~ ~Mecelles qa~vatent los desa!aatews dea
mappemondes aM~deate~:
BM~MtM~es mtmoures II1ml w~s le b 'o1Iolx
eMx d'mM
rum-
MMa~M~m ~atémat!qae da Maeé, pï~~e daaa
~WM~M~eseMa~mthMt !B~~t!t &eeacar-
«~aphes même t'«M$atïe)B)de M~MB~r la pe'
eition MMve des paya eteignëa, eempM~ment
a!t<f<e, pour la faire entrer danala fbnne du ttaeé.
et les y inac~M d'après les aoaMeaoù Mapaisatent
!ea éléments pour teMfraMpcësMtatMM gmphiques.
TemeMaees mêmes cartographes du eommen-
cemeMtdu XV'sMe, qui adoptaient en partie le sys.
terne de PteMmee, conservaient aussi tes erreurs de
ce grand géographe. !b teHninaientcommelui rAM-
que par dea terres inconnues, ce qui prouve qu'ila
ne connaissaient pas les pays découverts quelques
années après par les Portugais.
Cependant fauteur de cette ancienne mappe-
monde représente encore ridée homérique de t'O-
eean environnant la terre. Les régions du nord de
t'Enrope lui sont encore inconnues; on y lit Terra
HMo~Mto.Il donne pour limites à cette terre incon-
nue, une ehauM;de montagnes qu'il appeueHMM«
.9<8'
~S~i~ er~~l~h~iq~~dtMtS
"'M~>~çf~i~~
N~tM e~e para!ssa!t ~tre. peur !e nerd
do ~repe, ~mps des p~mMrM MOtioaade
~Mb~a&,~t ~~t~ l~emen~ !a Caspienne(i).
Tq«t le pay~tué au ae~t <~<aaMe~-estde cette
mer lui ~!eMa)~M: OMy lit ~f~veMC~M&B. Do
mtmHweque h~aa~o ~EaMpcet la JRu~o ~)t~
que lui Ment !n~HawM;mab les )xet!en8C)ON)ies
par les manasc~s ~sveyas~Mfs en Tartane, du
Xn!" siecte, et par ceux de Mareo*Me, qu! a cette
époque commençaientà être connus. lui ont fait
inMDM,a l'est de la Caspienne,le mot j)MM,pour
désigner ta Tartarïe, et plus à t'est le mot Ca~ay,
pour désignerla Chine, dont Rubruck parla aussi,
mais par de simplesinformationsrecueilliesdans le
camp des Mongols.
Dm cette mappemonde.la longueurmêmeque le
cartographedonne au prétendu golfe BKManien, est
une théorie prise dans la géographie de PHne. Eu
effet cet auteur dit (Hist. nat., liv. VI, chap. <3)
ce qui suit
Ce détroit n'a que très peu de largeur, mais en
« récompense<a <<M<~jMMr M<~MM~tMe(9) e et
Hénmttea
«) Voyez delaSeeMtt
deCeettmpMe,
t. <V.
hnmtptmo«w )'Mt<t fM<~tt<t )« tM~MmHMM«p!(<iM<t
~M8

e'Mtjju$!Kafaeatce (~Mo MetMea~tegmphea )pep<oda!t


~)M M~ Sott ~yMeme OH~Mj~iq~
dea m<tntaj~<Mde i'A~e d!Me~ de celui de Pt&M.
mea.O~yMma~ecepeMda~ 8Ucentre da rade.
une gMade c!ha!Me de montagaes de t'eae%ta t*eat
~~ae~ot, advanUe sya~tacdePt~&n~a, e<a)tWM~
le nord de nmde: et une aatM qui s'etond ve~ b
twd, ~RaedM de re~Bt aae eispee~ de
triangle, et correspond à la ehttae de nmt~ et
a une petite p~Ft!e des Emodi NMMtes, de la carte
de Ptolémée. Meat évident d'un MtM e6te, que ce
cesmographe. Na!vmMle même gée~aphe. pour
conserver une représentation de la théorie de la
d~Mon de la Scythie <' 'Scs<&M M<MtImaum, c<
~<&M c~M, o a coMpéce pays par t'hnafis, eM
détachant une branche qui s'ëtend au loin vers le
nord. A l'ouest il rattache cette chatue de monta-
ges, ptacëe au même méridien du golfe Pers!que.
n met les sources du Gange dans cette cordilière,
suivant ainsi PtoMmëe mais se séparant de la
théorie du geegmphe d'Atexandne pour tes sources
de rjMtM et du Tigre, it fait sortir ces deux fleuves
d'une autre ehame de montagnes parattètes a celles
qui correspondent à l'Imaüs de Ptolémée; il les
place de l'ouest à l'est-sud-est, et on y lit CaHC<M<M.
M~ioti! Mtimp~~iN" <<«t<MMMtt<a!tMt~ par la pma-
M~–
<!? netM s~e ? ~M~~
MSt~~M, ? ~j~~
qa~t n'en avait pas nnë Mnna~nee Mea ar~tee,
pMtN~aeïs~st&meea~stqHeMtompeaede deux
groupesdiat!ncta de mon~gnes eehn daCaweaM,
au nord, et MM du TaunM, aa aud. Le premief
~Mad depuis la mer Ca~enne jju8q[a~la mer
NMM,et il est ~Mn4 d'itmedMaedM m~Mestaw
tMwd'oaeatun de ses HMmeaMX, emsud, va MfaMe-
cher au secondgKmpe,cempcaé du mont TaaMs,
qui se dinge veMrouest, et des ments ~ea~, qui
prennent la direotiondu sud-ouest.On peut y taMa-
cher aussi le groupe du LibaM,bien qu'il en soit së-
pa)pëpar la vaMeeqa'amoM t'Ofente.
Cette directiondu syatèmecaucasiquese trouve-
rait dans ta chatne septentrionale, à taquetteit ne
donne pas de nom, pmt&tque dansta méndionate
maisla septentrionalese détachebeaucoupde la mer
Noire.Cependantt'autre rameau qu'on voit au sud
pourrait représenterle T~MMW, s'it luiavait donnéla
directionde l'ouest. Son systèmeorographiquepré-
sente donc,selonnous, une grande confusion.Mest
vrai que ce cartographe,suivantta géographiesysté-
matique des Grecs, ne voulutpoint représenter tout
le coté septentrional de t'Inde par ta chame de
iaatM moBNtgBes,jasq~au-~a des~~ t~
–-s~–

Can~t, Mqutpe~ai~em~~ de

NH~te~w. <o~ et Men ptee

partïeaHêMmeateeMdu9%fHfMN.
? donne & nndasMt ht <bNa$et la eMagumtïoM
que M deomit Ptotemee, e'es~~he tout est
i~tbveMe. Meo n*ypeut, d$t)aw t'M~ 4'aae pMa.
qM~tede douzedegrésde ht~wetde plus dequinze
eatts NeaMide ct~s, qoTt MMt, ommtMPteMn~e,
à c 9 ligne presque droite. Les autres eMs du
tnangte étaient &rm~ pafdeax !~MS dM!tes, doat
r<me a'ëtendaitdepMMla JMacheotientete du Gange,
jusqu'au cap Comorin, et rautM depuis eo cap jus-
qu'à la rencontre des montagnes du Caucase, vo!-
aiBes de la Bactriane. (C'<te!t !e système de J!M~e-
sthène et de Desinmque.)
L'Asie, au-delà du Gange. y est encore appelée
Indé; de même que la partie renfermée entre le
TigM et l'Indus, et on y lit Jfm<M~o~&M.n com-
prenait encore tes Perses avec tes Parthes, dont il
n'est plus fait mention dans tes écrivains modernes.
Il paraît, sehm nous, que le cartographe a voulusana
doute représenter les trois Indes de Marco-jMo.
6i, pour le système orographique des montagnes
derAsieetpouriaconngura~onde iaPéninsutein~
doustanique, il règne beaucoup de contusion dans
cette carte, ~emnM aou~Tar~m~ i~it Tcmarqocr
ptuahaut, ua~B~~ a~ _~i-u~ac~'tne~,
marqaer~~dan~~eMf~M~~
s~ueet~MMqne.
JLa Mep!ndie<meyestjBigM~~NM~
mefou NguMnt deax ~amdes Mes et quetqaes au-
tres p!us pertes, et Monen décida Ga~.qu~
qu'H n'y ait t~eMementde~Bonsidérabteque t'Mede
Ceytaa; &moins qM*M)M M soit h (Cery et ? Ta-
jjMpohme,et les cinq plus peRtes h JMM~~w,
J~eMee, TMaesM,~qMfrMOet jB~tatM~a, de ??'
Mmëe, qui, paph~andear et la positionqo'N!tem'
M~gne, cofM~endtent à celles que noas venons
d'indiquer. Sur la mer Indienne onMtJMofeAM~CMm.
Les contonm de la Péninsule arabique sont aaaez
regunerN. Passant de l'Asie à l'Afrique, notre cos-
mographe, suivant la thëone de Pnacien, représente
ce continent à peu près de la forme d'un cône, dont
le sommet est la pointe occidentale auprès du dé-
troit Gaditain, et la base à l'orient; il termine à
l'Ethiopie, au sud de laquelle il met la T~voMeo*
gnita de Ptoiémee preuve on ne peut plus évidente
que Guillaume KHastre, comme les savants de son
époque, c'est-Mireen 14i7, ne connaissait pas tes
régions découvertes quelques années après par les
Portugais car on y aurait trouvé des progrès~s!, en
eNet, <!<M tMeoavertea<Mdes voyages antét~Mrs a
a&&

t49< eM~t été ef~ eespH~s eMSseat


~~eët~e, W~~ ane~M~oHMe
$fAMqae. et ce eosmogtwphe,quiavait~
prtttMdew ~eMtadeMaroe*Mo.et pottrtAbyssinw
des netions qu'on avait da &meax prêtre Jean, j~is*
M&Me}~ederAf~eia!e~
&<<Mj~a<M<e~~MMn&;~desvoya~et~s~-
~<veMesea AM~~ <Na<MMMMM. ews~~ 4té.a~a'ies
de fMotempa, Moosy aanens MnMfqaëda pMpés
mais, au eoBt~a!re, t'AiMqae de cette ïaappemonde
eateneeferA&iquedesanoMns.
't~ coam du NN est cetoi que Ptoiemee aaNgoe
ce Ûeave. I~mscette part!cah)ntë, cette mappe-
monde dMere essentiellement des antëneares ren-
~efmëesdans notre Atlas, ainai quede ta théorie de
~eUedumosëeBoF~a.
Les seules montagnes del'A&Kme,marquées dans
cette mappemonde, sont la chaîne de l'Atlas, où
prennent leurs sources deux grands Neuves qui
se déchargent dans la Méditerranée. Les semsnoms
qu'on Ht sur ce continent sont ~/Hce écrit en gros
caractères rouges. Sur la partie septentrionale, à
partir de l'occident, Maurit, JVam~M, ~tce
<<eM~<t, ~eaM,~<M,JE~!aM, ~Mefoea(Meroé).
Au midi E<&MpM, puis Terra tac<Mjm«o, au delà de
JaqeeMeûpïacel'0'cean. `
j~BMf~ <~ ~M~
~BtajMtges, pM!e~~ ~a pa~t~wo~t~
ÏMaM~ ~~MftMM~M <M~, aMis
~t~dansT~~ :AinsiliAt)ique
de cette taappenMnde M nous ptésente aucun pre-
gpeSt ce n'est ce!ui de euivM !es théories pMa sa*
vantes de P~ïéméOt retaUvecMnt au cours du NHt.
j~ c@tittM)ti& $t mdtMhh
!MAe ~PËaK~e et la M~HtM~am~y sont desahtees
~MtMpttMieaNparties d'une maniète remarquable.
nous semble cependant qo'it a donné trop d'éten-
due & la Méditerranée du coté de t'Aste ce qui
est une nouveUe preuve qu'il avait suivi Ptolémé~
en adoptant mômeJ'erreur commise par ce eé~BM
géographe. qui donnait une trop grande étendue &
cette mer de rouest à Fest, erreur qui fut corrigée
par les Arabes. Cette petite mappemonde se dis-
tingue en cela de presque toutes les antérieures,
d'autant plus qu'elle est dressée à une très petite
écheue(i).

(i) M. eatgniMH, dans )m sMmu article sar pMtfMftM NNt, tméfé


au Tem. XVït de t'&M~)«Me dea<SM< <tt <<M<<if,
ettant ee menmtent
d'apte MMANM, dit que cette mhiato'e amne tTnase dn tMmde,
non pas tel qae le concevait raatemf latin, <M4 tel h <ax)M&Mf<
mx MtM<w~fMM-. (C'Mt~~iiMtetqMMMaMMteMt~Mttt)
L'anatyM que nous wMM de faire em~me ma Maternent ropi-
Ilion da savant académicien, mais anss! eHe ~ënt aienter de MmveMes
jpreatM a e~!fs que nous it~MM(«~M~Nm~tt~aM <??!?<?-
–a~–

'I~
XMMtMt t'tMt <? tMM~ <<a<Bttt)MM~
eftMNMNMit
MtM
t~N~BMeMMAT~eaM<nam~~MM~<~m~~
'~<tM.s.~

~~BM~BSp~~aM~CM~ppeBMn~
wtëtteates «ax gMB~ks<tAN)nve<'tMda XV' aie*
~e, n~ <)mMté&~t)oe mam~fed<M~~)~M;dt6
se OFOCTe~anBéedroït &Teat; ap~steg~t~~
~cgale. Les eatto~aphes saivaMat aaasi en ceta
!a gëograpMe~stétaat!qMe des anciens, d'aptes ta-
queUe la côte de rAs!e était censée Mmonter au
nord après r«mboachMre du Gattge, et retoamer
ensuite à Foccident jusqu'à rembouchurû de la mer
Caspienne (t).
eheKhM,etMesp.XVtetXCtVetsa~.det'intMd))cthm,et96etM)da
tMM.(~ttS,i8M.)
Nous ~mtteMM tnssi q)MM. Bhm, dans MmM~nt MtmatM SMtes
deax tMmumenMg<e~M)~iq)MSeenseftés t la Mbththtqae de Nmey
(<aM), dit p. 45, pathmt de cette mappemonde
BNt (ta mappemonde) Mf <ftt)M<<t))t<<Mf<m
ai ~M tt«~ <'<t<px<tt
«twpaMf.* a
Nom a<OMété ptM heuMM, ayant pa donner nne t<mg<Mmatj~
de ce menament.
(i) GosseHn, dans mt MemotteMmb &rAcadémie des hMC<~ttm)&
en M~ a taché de ptMt'ter qM c'est d'aptts cette typethese qec
mm Maternent ËtatMtheM et Sttabm), mab eneMe Meta, Mne, So-
Hn, OMsé, ~tMeaB, tBurttantM t~peMa, fammyme de thMeme et
MdMedeSétah,<tntdeetitta6<MMqtt'ttadom<a)enta t'tnde.
Voyez Tome XUX des Memetresde t'Aeadémte des tescripttoxs et
Mh'o-tbettM!
–a~e–-
Dans d'aetMsI'Me s'y tMuve orientée d'one
maaieM eoMweplus <6wage. EMetourne teat'&'Mt
al'est dei~ BmiM~a~~ eeaaab.
sances deacai~egraphes, comme!e t&aMa~ tM)p-
pemo~e de N(MM~AM N~~t du X!V' a~cte (i).
JLe caft<~M~he,ao<~ de !a maj~pemm~tedK~sée
danNié mAM~Me.tifée damaot~Nt de ïa NMe-
thèque &HtB~6enevïève,NecohBa!t nea aa de!&de
Hade Nq~M~e (~. €eM d& !a nNppNnmMteda
Turin ne a!gaate aucun jMys à t'OFiect de ta JM-
dëe(3).
Les cartographes même qui dans la première
moitié du XV*siecte commençaient à adopter le
système de Ptolémée, n'ont pas fait avancer la
géographie relativement à la connaissance des pays
découverts par les Portugais et par les Espagnols,
à partir de i433.
Et en eNet les car~tgraphes qui prenaient pour
base de leurs travaux la mappemonde de Ptolémée,
y trouvaient que la terre s'étendait en longitude
seulement de i20 degrés, à partir des Canariesjus-
qu'au golfe de Siam (le ~!NH<~MtM~ttM), et respace
situé sous les t6 derniers degrés était obscurément

(<)V<<ym
cette)Mt)pMMMM<e<t*)M)tetMAt!M.
(Z)Y<~ezcette nmppeoMHtde
dans MMeAths.
(3) VoM cfMe mappemonde dans notre AMas.
–9M–

eea~~ ~Maeï'et~tt depma~~a~


~mMe<!9mw~M~ta~p~
& < époque, c'était la partie de ta !??
tempëree rea~tMee entMteCaMge etteaCamm~aa.
Nous sommes entre iei dans ees détaih, qeei-
qa'Ms dasseat tMuverBatuFettemaBtbopptacedana
la aection de ceHe par~e consacrée Mt~aaiyse
des mappeaM~M aot~HeoMs aux ~madM <Mcoa'
vw~, pMPMque B<Hm aveos veata montrer qoe la
MptëaeotatMn ~a~dqoe du globe, à une date si
MppMcMe des découvertes, prouvai de la mamere
la ptos péremptoire qa'au commencement du
XV' siècle on igMMit encore la vraie forme de
ï'AMqae; qa'on ne connaissait nen de la partie
ocddentaïe dtScoaverte&partir de i43A par les Po~-
tupis; qu'on était a peu de chose près dans la
même ignorance relativement à la conCgmmtMm de
la péninsule indienne tV" qu'au detà du Gange toute
tes notions étaient vagues et incertaines; V*ennn
qu'on ignorait l'existence du Nouveau-Continentdé-
couvert en i492 par Colomb (i) et que ce ne fut
(i) TMUes cesmappemondes et catMs-mMtnes antMem~t r6po-
qna~eCehmt.otmnM)HKHtwpm<tmoMMttMe4eMBt4t<<pM,
senwnttjtetNMeef~a~ homme deraceasMMtHq)()m'teepM<~&~t
('MdfNa~MMte, t.m, M),<ecoMttM quiétattdeMm6tOpaMM,
et quicm~~tence qa'aa~ettdéemmm t'~mMqwfat?9 Mt<-
Hm< et mtecarted'en piloteqttiavaitfaitBantM~eet quimMtfnt
che<M.
t7
-$$<
~'aj~ t~gt~dM~ve~ tes Mpt~sm-
~mm ~w !~)~e)~M~ ®~ s`a~~nt
d'<~maB!er&Fematqaa~ et que'les'eartogropMS
cmameMcemBt&Mpt~M~teromtce (doba dans toate
M~~mêM~
t~ M~pMehemeot enMe !ea map~mon~tea da
<n~a~eJMs~'&M~ de FiMastM de i4i7, et
eeM~~MS~eaMS & de~~
~asqo'&cette d'Ottetios que Neas deaoeMsdans la
M!' ~de de ctt oavmge, MadmceMedemenahatten
évïdMtte et amth6)Nat!qae;e'e~ aiMa!que taeem)~-
misondeapMtMhns etdeaMftea.ma~neaantëdeMPM
aux mômeadëcoaveftea, Nppwchëes despoatë-
neanM<pM arment les !V' et Ve parties deMtM
AtÏM, atteste les gtands pMgcès qoe les mêmes
decoMvertesont fait Mpe ~ax sciences' gëogMpM-
qoes et hydMgKtpMqaea,et a la conna!ssanceda
gtetM.

§xvn.
mtBMMtmttmM)MHMNNV)mM<ta'<MfB~BeMB*NBHN
MAMB)tMmm
M MMMM
CAMMB)!Mt~mt-MB.

En tennmant cette par~e de no~e oavMge, nous


avons cro devotr consacrer qaetqaes défaits a Pexa-
men de la rosé des vents qa'onremarqoe dans les
cartes da moyen-a~e.
aM
ea~t~aphes de Mtte ~pwt~ <aatinMe)pent &
~~M~eK~tt~t~ette&syst&mMde~~
dqaM, Mptoduitsdans les Mtwagesdes auteursde
«Me période MstoM~ue,que les. rosés des venta
qu'on remarque dans piosieura de ces ea~M jus-
~a'aw~V ~eeïe, seat les ManM&enaMge~tMnles
6)~eMdtMM les tempsles plusanciens,its tmayèrent
mm setdeaMat dans les ouvea~esdes aacîeas les
aM!enoesMsesou divisionsdefhonzeM, mais aussi
dans ceux des cosmegmphesdu moyen-âge.
PoarpMaverce Mt, en ce qui concerneles au-
teurs du moyen-âge,K nous safnM de faieeMmat~-
quer que non seotementles cartographestrouvaient
dans les manuscritsd'Mdore de SeviMeet de Bède.
qui eonvaient tous deux au V!t* siècle, rancienne
rosedes Grecs du temps de TmtM~~M,de 18 divi-
sions de l'horizon, mais qu'on y trouvaitcelle-cin-
gu~eeavecles nomsgrecs (t).
Hs trouvaient dans i~mAa~, qui eenvit au VHP

siècle, rindicatien de la rose greque des i2 divi-

MMe AUMueis de ces «?<$ desvNttstt-


(t) NMN<hm)!<Ht!t<hms
t6M de deux mannMtits pttdeM da X' eMe. t/ome ptMimt <Fon
n~aM~fm<~mMttptnsteaM<tMdeSa!)tts,Ha.<tetam(!!ottt.t!
MTM6,deMMt))œd'tmmtM)mn)MMit<t)ttmn<<eBt<ttwmM
dtHNttMS. CMMt)t<<MtaMNMMttMWMthM~dttt~NManM
<B)t<<MttM<,ethMcmtdethMiteAtMwedeBMe.NM<trft
aenmt. Um de <M Mses setMaw Ng)M<edme âne )mB)jMMt)!tdewt
StCÙ
<<îMM).
Mt!!!M!et~dajtt~tMMMt)<)M)~ t'~wa~
df eet aMteMp, ~!aM ~tt~~
parChadcma~tM w(~'N d!8t!Bgae~t~veM&~r
e des termes paMicott~Mt,
tand!a~a~vaat lui M
« avait ptasde 4 pew !ew d<s~~Mr(<~?
Hs t~ava!ent dam ~a~H ~&Nf, qui <a~v!t <M<
<X ~êa!e, ta m~xM MM gMe<pM des ta venta,

<mtM de taqa~te en Mt )<a mats <MNM<t ~tMet ~w<tM'<e MM,


~cdts en cM!t. Le premier «Mte tept~ente ta «hqw de <&toettf, aM
eMent représente t'ee&<nen~tMBMnt (w te<~w eetantt'HemtM),
à t'hMtMa. on Mma~M la rose en M <hMen< et ~s ~e~tM qui
Indiquent les ~t4Bem6nM at<it&)Nteehtaet pMdotta par <mMwn«.
(V<tye*ce oMnomeMdans aetmAttM.)
«) < ttem tentM ttKXhctm pMprMBappetMmthas <M~tMt, eom
ptta<)MnampMae<tMm<hqaMaot?ea<wamoMat<ahtpmMnHn-
w)t)M.. (E~tnhatO, Wfe « ~XM C<MMBx~nf. tdldon de la Seeteté
4e rMBtetM de Prance, pnMtee a«c une ttMtmtton de N. Teatet M
tMt.~ap MetOt.)
A la an du Mme t" de cette poMtcaHM),pffeetM, on lit la note mt-
vante t Nom peaMM que la Berne eMetMM eaNM pour doBMt
une Idée précise de la division des vents adoptée par ChmtematMt1
cette division dtHete de eeMe qui est en UMeeM<)emd'tmt, en ee
qae VtMtrbmtse trouvait ata~ dtthé en M pattte* an Mende M, et
pat ee)Me<tMMrespaee eemp~ entre t'est et le sud. par exempte,
awtteadeMsoMMseKntmbptMtes, E.S.E–S.S.E.–neM
paMageatt qa'en deM, S. B et E. 8., et ainsi des autres.. ·
Le savant tNdnetenr a MtptMer une naare de ta Mse pour donner,
comme H tedh, une Mee p!<dM de tadtfistoa adoptée par ChaWe-
magM; mata nous mu penMHMM d'obseMOt ne les Mses qo'en
tMaM dm tes tnannMtttBda X" 8?o~e, dont nom MpNdatmns tptet-
qaet<HM&en ??<«!)<?, deaMM âne ~&rMaMeMeade ta t<ce CMe-
qne en i9 <Mtbtem, adoptée par (amctemtgBe, <[Mt~)t'eMene donne
pas tes noms saxons imposés par CbattenmgM et correspondant aa<
te '1!8IIIS -1-
-les

a~ ave& tes tMHMft gMea(<), de m~maqae daw !a


eeMM~~m d'Amph au Xï" dMe~. aM ~'aw
X!t' ~ec!e dans t'eavMge de ~Mts~q~ adepte `
e~omeat la MM gMeqoe des Mvejnta
t~Mt~eot h mt~merose ea M dMaieas daM !es
tMtdtHtmxmanascdts de rjmo~e ~Mt~tde, d'He-
o<H~d'Août), et dana le ~r<<M<M<MMiMM d'Ho~
Mde. dana le M9me a!Me. Et ils tKmva!entdes-
detaMssw h mente MM gMcqae des Il d!vMoaa,
d~m h ehMntqued'~Mne <~ 2~eM-~OHtaHMw, t
qui écrivît au XMÏ*siècle (4). Les CMtogm~M
tMMva!enteNceMla même MMdes 18 vents dans
le poëmegê~wpMqae de GoroDa<t,compo~ daB&
le XV*siècle (<4M) & une époque si mppMchee
des gmadea découvertesmaritimes (6).
(~ Raban NeP~Mtw, th. <X, e. S9. <? t~t«<. M< ? Mo<(mtMttf
CMMt ~<!M<atfMMM~ttnt,~MM~attMmttMpK~ft « ttm~t tffwtta
<mM,ete.
M Vt~M cette rose dMSnMM AttM.
(!) TMt~, <!MM<tA, Mtt. de Mte <M6, p. 9M.
H) AtbMe. ChMa. ad mM DCt3tCMM,pa< < dit, sans toutefois
dtM ~~tant, que le roi ChartM, entre phMtems meso~m qa'Madopta
au RMNtdes Mtences etdes lettres, ce Ottla <MvMondes MBM
MtOMU aMam ~mmnmttoMn pattN Mtmonb, meMttHManat
~mM pMprtam, Id est teateitiMm MBemmweahato tmpMntt, ooMe)
M~tM<tM<<~M~M))~ tM)B<t)<tM <p~t<n<«, ttaa a<MM~MMer im-
tMt tO)~fa<)<Min <HaNH<)!M <tM)ttMHM<M'.
AtM~ie pMatt avoir tM ce paseee de t'oKM~e de e<t~<? &Modt<
aotenr du XM'siMe.
(S) Zephjrroe quel che Mt deetan ponente
BctmM«mestmteetaqattMte
-t-SM–'
(~ fu< deae d'apte tes anteu~ qae acaa avonn
et~ptM~tetd'd~
pttie, eu cette theotie des CMcasetMuvait non seu-
lement décrite~mais meme~agapeeteo~d'aptescea
sam<Bea,diseaMMas,qae lés deashmtMwsdes ntap-
~MtOMtoade eeMe~<~a~ a~bp~ent b&~OMrMtea
MMàdes Gt~MS ou !eoM div!a!<msde t'he~MB.
ILMM~~mm~s que: aoos aBoBseïtw pMave~
Kmt!esMtsqaeBM)8veMBadesigBa!er.
L'aotear de h mappemonde oveMe du X!N*a!e-
de, thee d'en mamMOnttda JMtM~e ~<attMt~«e,
adopta ea<MMa cette époque la rose des Z vents
des anciens Grecs, lesquels ne divisaient le cercle de
l'horizon qu'en denx parties, et qui ne connaiaaMent
que deux vents, le J?eM<Mqui renfermait tous les
vents qui soudent de la bande du nord, ou du demi-
ceMtecompris entre l'occident et l'orient équinoxial,
dans l'espace de <8$ degrés, et le ~Vo<M tous tes
vents de la bande du sud dans toute t'étendue de
t'autM moitié de l'horizon (i).

TMmMMm si ehhma e pet Meamte


BoMa~ecte(tMMKaM8<pMe
Cef te tMan~ e Mttm tn emttMMe
StMctMt taMmeeM~otta aMome.
EmeMdtetoMmeMcMMtM.
Ubecht over ~~n <~e M dice «MM.
C~BN~
(UAteejB~decetteMMdes6mes,~etCMMMB,
~eMtctMe-
S[<S~

!<e earte~Mtphadont neas domMtMsla xmppe~


meade adapta eependent, quant &!a d~tomma~at
de cette deMiere bande, te momde ~<M<et,awMewt
dévêtes, ayant pda peut-~tM cette d~aemhta~oB)
dtaM les ~MMena que hs GKws NMat ap~ a ta
Mse p<r!<aMve, et qui corMapontMeot aax points e&
le MteUpaHdt M tever et ae eouehef dana les sot*
~CM d*4teet d'h!vep,deaMB!aat!eaa<pte Séance,
dmstea~~M~<~M<Bs<<<M<M,neasat)Nta9m!Ma.
M est vraiment curieux de voir ce ca~tegraphe
une époque si tappmcMe da grand aiede des dé-
couvertes, n'adopter, même pamt! les, roses des
Grecs, ni ceUe des 4 vents, ni ceMedes 8 employée
parHomèFe!1
L'auteur de la mappemonde de Turin dtt IX- sie-
c!e, anteneare pourtant a ceUe que nous venons
de citer, paratt avoir adopté la seconde rose des
Crées de 4 divisions, ou de 4 vents qui soutMem.
des 4 points cardinaux, en divisant l'horizon en par-
ties ëgates de Mtdegrés chacune (i). Ce cartographe
s'est contente de ngurer tes 4 vents de la manière
la plus grotesque, par 4 hommes montés sur des
outres, et embouchant des conques d'où sortent les

BtenM tentadesanetem,
surtesMM&<hs <aMletomet" delatM
<t)MMen
Btmeahe
aeStMbM*,p.x<nmt.
<<~6eN~~MH'tceAttM<da~m&mc~ p.
J~

ve~! o~~eot dea f~t~MM )~ wdo 1`n>~ti-


~b<M!a~~w~t~~
Mantem'de ta mappemoaae de h eeame~mpMe
med~d'A~hdBX!*<!ee~,paMtt(M~ adopter
mémeMMdeaCMaade M~eats. Ben donneM~a~
NM~ptM.
€eM de la nMt~enMmdedMMa. ~M~ 6~<-
~Mt&da XB~~Mb, p~ a<!epterh Mse p)~M~
desCMca dM & veotS) et les ee~d~ï&!et cfMa«
MistÎNMtX.
It~atear d'ane autM mappemondedu mêmeNe*
ele, oeltequ'en tMUvedm un mamMCtttde Saitaste
aNoMBce (<),adop~ ta rose ayecqaedes <a vents,
de Timosthènedont nous patentas a!BeuMtet M
donna!ea mêmesdenemina~onsde ïa rose en ueage
à Atexandae dam rantiqmte (<).

(t) VaM tMMmsdM~Mtts qui a<M Matm~edaM tesdamt~a~.


ctes de fhMtam on en MMM, daos h mappemonde en qMSthm
MtMT.
Ze)~M9.RMeeMe<tMde'HmtatttM.
RMoatm. Len~nM.
<amHN(CenM). Lemttm.
MM.
S~tmM~ <.ea)~M~
BMeM. Le marne.
<3tMi9(C:M!a~ Mmaite.
A~mettas. !~n<~<m.
Mt.
-)'~M. tenace
??–*
Aa XMt*ai~te qaiN~~mms soyons i'awtM<'
dB ? «M~MMe <MppemoN!te dw ~~M&Jtf~M~~
dn ?. Rayât, t4 (t), Mast la MMjjpMieqtM
êM <a v<~ts qui. du <<M9p< de MtBadeIphe,était en
aMge & Atexta~de, d'après T~tMtMoe.VeMte
«HBjjMd'AteiEaadM, ea a~oa~t4 Maveataxvents a la
Maedes 8, formant ainsi M<et OBeenthmaa MM
wsagedes <M~M<s et des <M setstMaua:.
Cette ditlsion fat geoeNteme~tadoptée par tes
Grecs et tes Romains(9), mats nous voyonsqu'ette
était encoMadoptéepar les cartographes de rEu.
rope au Xt! X!n* et XIVesièetes, comme le té-
ntoigaentplusieurs monuments géographiquesque
nous donnonsdans notMA~as.
L'auteur de la mappemondeque nous venonsde
mentionner, non seulement adopta cette dMs!oB,
mais il employa les dénominationsde la rose de
Tnaosthène. et on y voit Fespaceoccupé par les

SttbMtanxa. Rose (ttecqee de ThnMtttene.


VattantM. Le même
MM.
Le même.
Netm)
AB~cns. te même.
SmcMmmus, «t!)N!ATMete,aeN)ox~,t,p.6M;<!<SéB&qtte,
JVaMMt.CtMBMttMt.,
Mv.V, e. i6, et Htm, Mt. n. e. ~t.
(t) T~ez eeMe mappemonde dans MMe Aths.
~t) 6<Hsd!n, pt~eeAi htM~c)~m!)<m, t t,p. enr.
'&6<t<

ApO~tias aabsMtM~ rû-


ÏM~~y~ÏMM~pJ~
6~ juaqu'abM: et, JMa d& ? tKmve~en e<a)~M!~
ces Vents, cemmedans ht rosé grecque de THmes"
thène, sont sëparesi'ea de Factre parun graadm-
tervaMede 6& degt~s occupes par les ?%MM~h
Le cartt~aphe t p!aee Bmreas trop & t*est; c'est
cBep~vedept'M <p<T! a adop~ la KMedeï'epo-
qued'Atexa~M, ptmqae ? tniHea do BMeM~
awdeoted'HMaefe, avait indiqué le nord, dëcKnait
a!'e8tde30d~Fësautempsde'nmos<hàne(i).
Pocrëviterhcon~onqMeppésenteFaientIacmB-
paHNsonet Fusage des roses propres à chaque na-
tion, N a fallu convenir de les ëtaMir toutes sorun
parallèle moyen, et ce fut celui du 36' degré qu'on
a choisi. Et Timosthène, indiquant sur la rose des
vents l'emplacement des différentes contrées de la
terre, nxa les cobnnes d'Hercule (ie détroit de
Gibraltar) droit au couchant (S).
Or le cartographe, auteur de la mappemonde du
KM* siècte, fixa, justement en face des colonnes
qui y sont figurées, dans le détroit de Gibraltar, et
pourtant an 36" degréde htitude, te paraUète moyen,

(t) Ve~M pteheeett~e.


CosseMn,
M) CesseMn, pt<&eee:«e; A~athemëfe, Mt. t", ehap. t. EdMmt
d'noamaBB.Mpt~.oMa.e.
–267–

et~ pïaea~vtmt ~ep&~M, comme daos ? M!M


<!e~mesMM.
de même que les venta secoadaireaetie~airea
de h <?? de Timos&ène ae t~~ndeat pMMtawx
vea~ du méNMnom daa~ h Mae de V!t)'ave, Max
iad!e8pM'mtem de ceMe map][MnteMde etdea.
aOhréaq~OBt adopté la même fose, M répondent
pMtt non plus à tad!tc Mse, ma!s bien à <!<?<de
T~mm~t&Be,comme nous ravens venSë en compa-
Htot les Il divisions grecques avec les denomiBa-
tions qa'on remarque dans ces mappemondes des
XIIe, X!M<'et X!V siècles, et celles employéesdans
ces monuments avec les 24 de la rose de Vitruve.
Au X!V*siècle, nous voyons encore rauteur de la
mappemonde des Chroniques de Saint-Denis, du
temps de Charles V (t), adopter la division de t'ho-
rizon en 12 parties, et la rose grecque de Timos-
thène, et les mêmes noms renfermés dans des demi-
cercles de rhorizon, de même que Fauteur de la
mappemonde du manuscrit de l'ouvrage de Guil-
laume de Tripoli, du même siecte(2),adopta la rose en
question avec les dénominationsdes Grecs, comme
nous le montreronsd'une manière plus détailléedans
l'analyse spéciale consacrée à ces monuments.
eemonument
<<)Voyez dansnotreAtlas.
(ii) Voyez ce m<M<t<nentdans «MtéAttfNt
~e~~m~
~~q~
~B('Na<OMervahaM~ noms des ~ea~ doaaës par
~~M~ c~mge~t a<< eax ïes (BTt-
~MM~iMM MS~Mtt~tM~t~~ MM"
t~des d&Nmm~oM qa'ettea Mn&~ 8att.
pom' en eb&tir le par~ge at)r <!ea pmtmpM ~MM-
jHmt~&NM~6as Ndgm, dans h mappeaM~ ~n
MMHBpa~e~mP~d)MmMm,Ma.ANXÏV'~c!e,
ade~t la MM ~recqae de 4 ve)~ avec tes nom
de FeeMMM,~MC!M, ~MMM,~MtettMM; et ji!~t-
fMO<?!<!«?,dam M mappemonde de <32i, adopte
eneoretaMsede8vent8.
Mais pâma toates tes cartes qui ont ppeeëdé le
XV' sUde (t), n<MN n'en avons pM Macontré tme
sente où la rose des M vents, d'après Vttmve,eoît
adoptée, partïc<Mantéqui, mppKMihëedes motî&
qa~eorent les Romainspour adopter cette division,
pemvait ajouter une preuve de ptas à ce que nous
avoas demonh~ dans la partie de cet ouvrage;
savoir que les cosmo~aphes de t'Earope, dorant le

(0 NMaMNnoM eaCMe la MMgtecqmaM 8 *Mts<hmhem<e


marined'~dtMNimeodeVmtM, deHM,dmmée par F<mmtMM.
Ata~tes N~Mons
andennes desGtecsêMentadoptées
MXV*tttMe
dm qt~qMSMîtesMnMqaes m&M; tes nom grecssMiameMse
tMMtwatMmptM~spar<tMM~ itaMms. Damtâaa~))Hemtdede
a~mt~M~f.mrenxtqaeeneMehtMedesHtents.
–M$–
c~en~e, tM Mnnaf~t ?? <<? testons déce~
~m~ pa~ tes i~tog~ au X~ a~ et qo'itft
étaient plu areï&éa même~ue tes anciens. Et .en
effet, tes &Mnams ayant étende teurs conquis
sous te vèpe d'AaspMtedana ht 6en<tanie, ~Mqc'&
t'Nbe ao M* d~6 de latitude, et dam F~y~e
jcsqM'awtropique, MCNmaMntles MMOMvenMnts des
Nises~vMea d'ap~a les teveM et les coochtNMtsc~
tieiaux, pMce que dans t'iotefvaMede ces cenHees
tes am)jditMdeBvanm!tde43'90,tesvents d'est et
d'ocest SBissment par prendre beaucoup trop d'es-
pace, et se confondaient avec ceux du nord et du
midi ils abandomtèfemt une méthode qui n'était
supportable que pour la Mëdîtermnée, et ils divtsè-
Mnt leur rose en M parties égaies de 15 degrés
chacune (i).
Or, si des voyageurs et des navigateurs euro-
péens au moyen-âge avaient été jusqu'au tropique,
comme les anciens, les cartographes auraient sans
doute senti les mêmes inconvénients de continuer
à adopter la rose des i2 vents.
Maisils ne connaissaient pas, par l'expérience des
voyageurs, tes pays où les inconvénients signâtes
plus haut se présentèrent aux Romains, et comme
ils n'auaient pas aux régions situées sous le tropi-
ptttMecttée.
(t) eeMettB,
<$-<

q~~ ~o~a<~ent &jf~ lai veats


qm &a!t @M~HB<N~ avee ~uM M~ prM-
païeadan~&Nëditeeranee, et te long des~~ ~=d~
t'Butopeoccidentatesitueessnri'~hntiqu~(i).
Naos devons eepeadant faire remarquer qa~! ne-
Mat possmte, d'aufrepart, que le NMtifqu'on a eu
au tMoyea~gede ne pas adopter la rose de ~t<!we,
de 14 d!vi9!oas,c'est que reavM~e de ~t«T<cepaMtt
avoir été MMeanaa cette époque. Dans ht coma de
nos Mchenshes et de nos études aarteaEwesde
cette tongae époque historique, nous n'avons jamais
Mnooatfé one seale cita~oo de cet auteur.
Nousavons consulté à ce sujet M. Hase, dont rau-
torité est si grande, et ce savant nous a dit, que,
jusqu'au XN* siècte, les Grecs de Constantinoplene
pouvaient adopter que la rose de Timosthène, et
non pas cette de ~«rMce. puisqu'ils ne s'occupaient
que fort peu des auteurs latins, et rarement savaient

(i) D'MtMs cMtoftMphes, dontnomreproduisonslesmappemondes


dansnotreAttas,n'ontpasmêmeinoiqaé danstes4 pointscardinaax
lesventsdesdttBfeaMs rosesadoptées Nons
depuist'antiqtttté. noas
borneronsà citericiqnetqttesmesdesmappemondes danstesanettes
sefaitremarquer:
cettepajrtteatatite l" celledeCMtMt~ 9"celledn
X'sieetede la NMto&eqae de Notenee(n*5.planche !Ndenotre
Attas);aecelledumamtsent deSatmste,doXMt* sieete,delamême
NMtetheqae (!b, n"6) <*la mappemonde dumêmesteete,deMat-
a~eoPMts(!b.);S<'cette d'nnantMmannserttdeSaUmte.daXtV*
steete(th.,n-'S);enfinla nettemappemondednChronteen, de t3ZO.
également donnée pourla ptemtete
foisdansnotreAtlas.
–'sh'

wett<e ~n~. M noas eonaMne~)n« netra opMen,


que !es manuserita de ~!fa<w ne ~MBtt eenoua
qu*auXV*sMe,qoe~sauteoMdumayea~ De
jamais cet auteur, et par conséquent, qu'ou
ne pouvait pas adopter !a rosé en94 divisions.
Et en e~at, d'après nos Meherehes, nous aentmes
arrives & constater que panai les manuscrits des
BibNethequesde la France, de la Belgique, de t'An-
~e~rM, de rEapapM et du Pertagat, au nombre
de 843 (t), on ne rencontre que 6 ntanoscritsdeV!-
trave, dont!a plupart sont de la On dnXtV'et dtt
XV'sïècte,eu des traductions en langues modernes.
Le plus ancien que nous avons rencontre est celui
de la Bibliothèque nationale de Paris, du X!' siècte
~7227). (2).
Non seulement la mreté des manuscrits de cet
auteur nous prouve que son ouvrage n'était pas
connu au moyen-âge, mais aussi un des encyclopé-

M Voyez HiBBd,Catog.libror,mmotsefit.
quiin NNMt.Gall.,
Bdtet.,Bet~Brit.,Bisp.,hMtt,MMtDmtm.
(9) On<M)neà la suite du manuscrit de Vitrage, cité dMs te teste,
une rose des vents, mais en <9 d!~istons. HMM, dans sa magnitqne
MtUon de Vt~nve, publiée à Rome en t8!6, cite un manuscrit de cet
auteur. qu on pense être dn !X*steete, et qnt appartenait à la NN!o-
tneqee de ta Mtne Christine de Saede, sous le no tM~ et qui M con-
serve maintenant an Vatican. H en cite nn aatM dn XH!' s!Me. JI en
mentienze d'autres qui se trouvent dans les dMRtentes BtbMetteqaes
de rEmepe, lesquels sont, pour la ptapaFt, du XV*stMe. (Voyez la
BhMMathm ptNimtnaiMdeMartni.)
,}t~

dh~ te p!us én~~d~~ Md9M de


a<wMe,ne <? ~9~~
~MMMioa(~ << eet auteur
n'jft été ecnMnqu'siède, c'est que tes p!~
mieM Kvres de son oavMge&<rentdt~coavwtttpar
LePoge&S!<in~€at!(a).
Au X~'s!ède,eepeaaant,BoasMma~~ <)a)fM'
les pwtatMM et dans les cartes MMU<neaq<MÏq<tM
ehangemenu qoe ooM ne devenu pN ~wsMr Mes
silence, quoique nous soyons &Më de traiter de ce
sujet ailleurs. Vesconte, daos son Potiotm de i3M,
de la BiNioth&qMe !m~Ta!e de Vienne, adopte une
rose de i6 vents, et les lignes qui indiquent partout
tes rumbs tes i6 divisions. Un autre Portulan du
même cartogmphe, daté de i82i, dont nous possé-
dons un ~M-~tHM~e, a adopté la rose de i6 divisions.
L'auteur du Portulan, ou At!as maritime de la Bi-
bliothèque Pinelli, appartenant aujourd'hui à M. Wat-
ckenaer, et daté de 1384-! 434, a également adopté
dans les cartes dressées dans la première époque
la rose de i6 vents (3).
(t) VoyM Fabricias, Bibliotb. tM<tta:et M. tat. Tome Ut, p. Stt,
et M<t" Mit. im-
(~ )bM., tome t. p. 48S. C. R, Paee, epM., p. M6.
(~ Les Chinois et tes Mthb divisent MNt t'hothen en M nax&t
<tM Mata.
Voyez Klaproth, t<Mt~w ta &MMMb,P. iM et S3. ~)fb, <SM.
La hoassete est en HMfteen Chine ttepab le XIP fdtete de Mite ëM
a?8
~MM, daM~ ptCM~M ~t~d~X)!y*~Me~8
<a)~~faphes deaa!aatet)~ de ear~~ maNMM~M-
t~at quatre noaveMesdïvî~eas ht Mseg)Wtqoe
TiMaatMne (i), « !t ae MMit pas Nma iat<)p<5t
peap t'Mst~tre de la MieMe d'MMniner tes Mmt!~
qu'ils MMot pour adoptef ce pef~ettonnement.
Nous nous tMfneMBa&dhe ici que cette parti-
cata~té rappMcMe du ~!t qui constate que non-
seulement !a polarité de l'aimant, mais monte que

(KtapMth,tettNCttéep.M). MnaratttaOnequ'tts se dirigeaient sw


la mer, par t'at{)attte, entre tas annéesMt et Ma da < ul0ut-a-aire
du ttt'oo V' siecte. B'autres passages de leurs livees indiquent l'em-
pM de cet instrmnent parmi eux au tX* steete mats t'Ma~e N'en de-
vient Indubitable que WK la Cn da XUt' steete. (tb.) Ils ont adopté
non seulement tes t6 dt'fMemdotH Mas venons de psrter, mais aussi
tes 8, comme l'ancienne rose des Grecs, et les « la même de Vitruve.
KtapMth dit aussi, aptta avoir parté de la rose de a qu'ils ont adoptée
aosst, t'aatre dtvMon de t'hertzen qat se tMaw dans Mates tes teus-
Mtes Chinoises et cette de 94 et dont on se sert dans tous tes ou-
wages nautiques. La division de i9 ntN)6<est généralement usitée
an Japon. (tb.) Il y a aussi beaneeap de btmssetes chinoisea sur tes-
queUes on emploie tes ig divisions. (tb., p. e et 7.) Ce savant sinologue
a donné les représentations de quelques boussoles chinoises, et on
cadran d'une boussole japonaise, (tb., p. <<?.)Les Arabes connaissaient
d<ja la boussole au Xttt' siècle. tts en Msateat usaxe dans la Méditer-
ranée et dans la mer de Syrie des t'année <M! de J.-C. (ib., p. 60.)
M Dansle poème d'Ermengaudde Beders, du X!V' siecte, on trouve
une rose des vents très curieuse en i6 divisions. Les M vents sont
représentés par<6ngnres souNant cbacune sartes Mgnesqui indiquent
tes nnx~. Ces Bgmes sent piaeées!ti'horbon. An centre on remarque
deux ceretes, dont un représente ta Terre et l'autre t'Oeéan environ-
nant. Ce monument est renfermédans un <an~. Nous reproduisons cette
ear~use miniature dans notre Atias. Et)e se trouve dans te mss. de la
NMoNteque de Paris, n-' M96.
t8
'a~

Mg~ <& ~t d~ ~ara~Ia -~a du


XM'a~WMt~F~
~t~M~w~tatMm~~teK<3<Mt<)t<3M.
Ces MppMchetneBts, disojBMtooa,pOMMMMent mdi-
~iMfqoe bper&ctieBBMnent ea addM~aq~'oa <
marque daaa tes Portulans de ~acœxc, de i3<8 et
de <SS7)estdaepeat-6tteaF~MoCM&tqm,Mn
d'étM Hnveatew de !a bouasote (0), l'a toutefois
~~t~nt~.BaM)mBaceNd<M)tte<e8ehtone!og!~te8,
poisëes a des sources aussi authentiques, peuvent le
Mre pensef tunsi. Mais <nalgfél'usage.qu'on avait
commencé de faire de la boussole au X!M*siècle,

(i)Ve~m KhpMth,MM<t~.<te
<fM)teM«m'Mat<w<M'<!<&'«'
< p.MM:9ttMnMt~aa<deetw<tt<<et~Mtna,etdeJa<~M~M-
N?dansla B~t~t~xdela<<<~Mfw
(<a~, et ceuxdeeeatMtf
<f~-
j~wtt.
?. lai, dans MB ~tMe~« MM(t, 1.1, p. 8M, donne m«t les mer-
eeNM de Cttyot de Provins, Meempaen~Bd'ebMtrmthtM cn~ensea, et
MpMdott un &aement du peeme de fhtMMM «~<r&M, a<tten)fda
M!, eteete, sur t'A~Me.
New B'awM cependant point tencenttt dans le savant ea~rage de
H.Mdes'MtteMsmr les Mses des venta en Maseaameyen-aee.
On trouve df~ des neMensMr la boussole, non sentemeat dans
les poèmes de la 6n du XM*s~cte, mais ansst dans le eetehte M~re
DM j~~«i&Md'Alphonse ? Sage, oaw~e eemposé veM h mettM da
NN. stecte. (Patttda a, Mt. !X, thf. S8, et PatMa, ttt. XXÏV,thf. :.) On
tMate a<Maâne tnentten de t'ata<<it!eaimantée dans M !MMf de Bfa-
neMo LatM, ont momt en <S9!ton MM. (Ve~ez Memettes de t*Aea-
demte des tnMttpNens, t. IV, p. <66 et sntv.)
Atnst, la date qu'en as~ne à la ptétendne dëcemrefte de Cf~<test
pestetteate a toutes cettes âne nous venons d'ennmeMr.
a?&

M~~ que ce <n&fMwsaga n'était nMe<M~M gSaA-


~aaemnMc~eeHMntdnXV'aiee!~ (i~
Et en eNet, en M'apas pa Mneon~N?jusqu'à pré'
MttuntMuïe carte, an sent monument qui puisse
prouver d'une manière !neontestab!eqao les marins
ïad~ns, <!ata!anset autres des ~ys sïmëa dans la
MMitenanée aient entrepris des navigations sur
la haute mer ex~neuM, avant les exï~dMena po)~
tugaiMs aux Canaries, sous le roi Alphonse ïV
(i38t–i344). Ainsion ne voit ces marins augmen-
ter les anciennes divisions de l'horizon et les <tMM&t
des vents que dans les cartes postérieures aux navi-
gations portugaises que nous venons de mentionner.
ta première carte marine, dans laquelle on re-
marque pour la première fois 32 lignes de t'Mm&a
des vents, est celle des frères P&~<MM, de la
bibBOthèquede Parme, en t3M, et pourtant posté-
rieure de 36 ans aux expéditions portugaises eHec-
tuées sur la haute mer jusqu'aux Canaries. Au sur-
plus, la théorie du cours du Nil, de t'est à l'ouest,

da XV'aiMe,H paraitquela plupartdes


(i) AueNnmeneemeBt
mm!BsneMMtMtpas8es(M!fdetah<M)!setes))arhnnmAMmttqae,
selonce~MBéasappMnnmt
deuxpM~ees d'~f-KMAMat et d'~tt
MM,mtmMdecetteépoque.
Vo~Mees pMStgM remarquables dans Ms BedteM~ <wtM t~*
<fM<<<m«Mt <ht~ ~<ate)' (P<M<t,
tSC, p. MOet Mtv.), et plus loin,
dmshpatttee~nms tmitoBsteso~etphs Mtd~H.
-.M9–

qu'~Mn~ued~eettee~
dé~Mt oK~v<a ~enae eaH~e au'Ha donnent
au MMnde'atoM ceoau, la Bgore tMe des récita dea
acteurs arabe~ que tes jPtM~aa< ont dessinée dans
leur carte tangMrèqa'o~ y Mmawqoepour indiquer
aux vayegeMhtqa's ne pouvaient pas imaeMr M
limite des Caoanea, a!n8Îqae la té~odeqae tes ca~
tegM~hes, q<tH'<MttNM!ee, ~ttMatptes du capBo.
jador, ces pM~cutantes, disons-nous, montrent que,
bien qu'Us ment indiqué 32 fMM~, ils N'étaient
pas phMavancés que leurs pfédecesMaM, rotative-
vement à la connaissance de la vraie forme de
l'Aftique.
Cette division n'était pas genépateo)entadoptée
par tes dessinateursde portulans et de cartes marines
vénitiennes, puisque nous remarquons que tes car-
tographes dessinateurs des diverses cartes nautiques
dont se compose le Portulan de la bibliothèque de
M. Walckenaer, de i384-i434, adoptèrent pour les
plus anciennes i6 rumbs (t), et pour celles plus
modernes 24 rumbs, c'est-à-dire, pour ces dernières,
la même division de la rose de Vitruve.
Si l'on rapproche ces particularités du récit du
P~fo Q<M!tao. voyageur vénitien du siècle qui.
vaut, qui, poussé par la tempête vers tes Canaries,
(<)Y<tMtM pmta)mdammUM Athm.
–a?7–
eh t4St, oppeMeeneoca ees Mes pays Inconnu de
<~1~ manna, p~ncïpa!ement de ceux de HtaMe.
(i~aegfMMeogm~ e~tawcMtMtd ~<Mt<Marman, Mas.
~MMMMMte t~~e~Mfte aM<re(t):) si ron rapproche.
dtMns'Bioaa,ces passages de ceux de Pentaot, dans
sou ~~a ~MM<t, du temps que mettaient les
navipteurs Ténitieos pour aller de Ven!se en Flan-
dM, to~c'M Mgt8sa!t de naviguer Na~ta mer A<*
tao~que (B), on se convaincra que la particularité
qu'on remarque dans la carte des PtM~atM des
38 tWM~des vents, est toiu d'indiquer que tes tna-
nns de l'Europe aient franchi à cette époque !a
redoutable limite du cap Bojador, où s'arrêtèrent
tous les navigateurs, jusqu'en t433-i484 que G~
JEamteale franchit, non pas poussé par une tempête
ou par unha8ard,mais en découvreurmuni d'instruc-
tions, et dans le but d'agrandir tes connaissancesgeo~
graphiques. Et en effet, dans d'autres cartes marines
postérieures à celles des PMsayoMt,dressées même
dans le grand siècle des découvertes, nous remar-
quons encore, dans quelques unes seulement, i6 et
dans d'autres 23 rumbs de vents.

(t) V<q'Mnos jMf~<&Msur tes déMttvmtes des pays sMaés sur ta


côte eecMentate d'AMqmau detà da cap Bojador. Pa~s, tS& p. LHt,
Mteietp.MS.
«) lb., p. XCVt. &msh noté.
–a?t–

MMagede ta Mse4c8 ~vMeata&8'e~g&~


KHMqueïofaqa'on a ~t)~~ de 'ON
ceur~aroceaaiaadesdeeMM~sdaXV'aièeIe,
eMMioéespar les Portoganset par !es Espagnala, et
toMque la houssoteest devenue indispensaMepour
~)mviga~oas!emMHaesaarbhautemer,dontena
alors divisé la eipBonMrenceen3<Md~ê&. Et de.
pms cette <j~w, non M~~aïMtt h Mae de Tï-
m<M<MMd!B~Hraissa!t des eartes, mais MtemeeeUe
deJ~ntce, de M dïvMons, ne sa~)a!t pas, et
tes navigateurs sentirent le besoin de diviser la
circonférence de l'horizon en 82 parNes appelées
quarts de MM<oo rMta&a,8 pour chaque quart de
l'horizon, divisions qui subsistent encore.
Et en e«et, à la nn du XV*siècle, après que les
navigateurs portugais eurent découvert toute la
côte occidentalede l'Afrique, au delà du cap Bojador
et une partie de la côte orientale; après que Gama
eut traversé l'Océan indien, et que Co~ON!~ et les
Espagnols eurent découvert le Nouveau-Continent,
dès Cette époque, disons-nous,la rose de ? divisions
fut généralement adoptée par tous les cartogra-
phes (i), comme on le voit dans la carte de Juan

(<) M eéMne g~mttM portai, KerNW~ (<r<)tatt),cmMem-


peMtn des granm d6MnwrtM, a fait MmarqaM dam Mn TNM de
NaTt!0)ti<m(~ <b ar~ar), au sujet des CMtes dont M MMaent tes
de Aa <p<xm,depc!a M0$ (<), et dans teMteales
eaMM et poMt~ans pos~MeaM.
L'biato!fe dea diNËMOtesroua des vents eM-
pïoyespmr tes CM'tegMtphes,pent donc sarvip, seton
nous, &dëmentMFaussi, non seutemeat tes pMgp&s
de la se!enee, mais encore ceux de la tMtvigatiooet
des deeeMveFteslointaines.

ptwmteMdtcMMKMs pattogats. jettes datent dtHcNMes de oetles


desaMteos. < Uspottoteet cmtestbftpart!coUetemantdesteneM(dM.
sMes) et cempajftMsde wnts, et non point tant Maternent cenmM
cènes qae tea anciens avotent Me, tesqaettes a'awhBt )?« (phs)
« de M venta ~)Kea, et m~jetent MmatteatMe, ce qwt eat pOtt-OtM
ta etase qath ne se hatdtMptent point de naviguer aetM &tme qu'a-
xée Mnt pMtapeMqui est wat en penpa et aN~txt MatetMs ? ten~
de la côte. 1
tab M ajeate Nos cartes sont tort dMMtentes de ceUes des an-
etens, paKe que nous repartons tes at$otttes qui en tom endroits et
elles sont neas Mptesentent t'hettam en ? parités épates, etc.
(l~adaetton française de t'eaMaee de JVMMt, maMseftt du XVt' ste-
cie de ta BiNtetheqoe nationale de Parts, B*HM (tomis CetbeM).
BappMetMt ces passades de ee)K d'~e<t-t&<tMMH et d'~aeww, que
nets avons. tndtqnes pttts haut, note (<),pa~. Z!S
(t) Un eestMejtaphe du XVt*stëete neos donne la représentation de
ta rose amteoM des i9 divisions de TtmosUteneavec les Mma aMCS
des Mnts. C'est ce que Mas remarquons dans cette qt'ot trouve dans
roatmge n~estme de ~hMMr,tatitoté ttpMttdtMtee~n~Mnm), i!S!t.
Ce savant, sans nemmer t'antent de cette division, se contente de
dite
MteMt <M))tMt<e<& <hM<h<;f))t
<!eM&Mf /!<?<««, 9)M«Mf<MtMM-
M6M,« eete teNaMn~ftSm.
W<M<MM~<~M~<~ff~~a<~tMM~M)Mntt.
Mats 11ne dmme pas tesmett&que les anctenscmtempom adopter
ta pte«OereMse,puditMon,nenptasqoeeeox qu'ee* ~ttesmodemes
ponjfdMsetr~e~Mneh~pMMes.
a8&

§xvm.

!M M aexKBOM Atn~MNMNmnf A<nt <nw)eM etee~macM


BtmfmaeM!.

L'analyse que nous venons de faire des dfiK-


rentes roses des vents emptoyees par les MrtegM-
phes pendant te moyen-âge, nous force en quelque
sorte &ajouter ioi quelques mots sur !'aigoiNenau-
dqae & ce que nous avons déjà dit à cet égard.
~<Mdre mé~Mdique pour traiter ce sujet serait
d'établir i'épo<me à laquelle remonte la connais-
sance de la polarité de t'aimant; a' celle où l'aimant
fut employépour la première fois comme puissance
directrice; 3* celle de l'application de l'aiguille a la
navigation; A* de la forme primitive de l'aiguille
flottante; 6* de l'époque où l'aiguille fut suspendue
pour la première fois; 6"enQnl'époque où on a com-
mencé à employerl'aiguille dans la botte (boussole).
Mais pour discuter toutes ces questions avec
quelque développement, il faudrait faire un ouvrage
spécial. Telle n'est pas notre intention. Nous nous
bornerons simplement, comme nous l'avons dit plus
haut, &ajouter quelques mots pour édaircir ce su-
jet, et afin surtout de montrer qu'à l'époque où les
Portugais commencèrent leurs grandes navigations,
2M
la plupart des marias ne savaient pas se servir de
!abeassolesm'hmerAHaatique.
Nous ferons remarquer d'abord que ~usqo'a pré-
sent en n'a pas pa déconvtw une seule représen-
tation de t'aiguille marine du moyen-âge antérieure
aaXÏV siècle (i).
Quant a !a AotMse~,la plus anctenaeMpt~Mn-
tation que nous connaissions, est celle qui ae trouve
dans on manuscrit italien de la BibHoth&qaede t'Ar-
senal, qui renferme le poëme géographique de Goro
Dati, du commencement da XV siècle (2). On con-
na!t enOnune autre Cgare de la &otMM<e, de la même
époque, qui se trouve dans une carte allemande,
coBservée au département des cartes de la Biblio-
thèque nationale de Paris.
On remarque aussi dans quelques portulans du
commencementdu XVIesiècle des &<MMso<M incrus-
tées dans la reliure (3).
On remarque encore une ancienne boussole dans

(i) Dans temNmsettt latin, n'MMA de la NMetMqm MMmate


de Paris, intitulé ~<<t<to)M«<c«,
et qui tentenne diBerents tMtMssM
la sp!AM, <mtrouve au folio M d'nn peMt traité qui a pour titre De
~<t~M et MM etef, me agnte de l'attptMe an centre de la Mne, et
<m y Mt, près de la j~nte pheee au centre, <~m (atxotUe), et rex-
tftmM mt~tM (aimant). Maisoe mNmsmtt est tht XtV*stëc!e.
(~ MMmsertts itaMeM de la Bibliothèque de rANemt (HtsMM et
CéegmpMe, no in-fbMo).
Pn de ee~ pmftatms ett<te& RMM,et ttnMtte, d'apittst~netice
que nous avons obtenne, se eomenre au Musée Bfttannh~e.
t~MHSseurde ja Mtiure d~aa<NMgo<Nque a~as do
eouMneneementdtpXV!* )~!e, conterve a htNh!io'
thèquède Montpemer. ¡
sta phm amcienneêescnptiûn dôtaiHéode h MtM-
<e<eet de sa Mte, qae nous ayons pa déÈoovdp,~e
tMave &la suite de qoetqoes routiera Tnedïts, d'oo)
pBt~ope~a~ia de ta an du XV<'8!&c!e (i).
~Hghm de t'aigtoMenaatiqae a été l'objet des
reeteotehesd'an gtand nombre de savants.
Nous nous boFaerona à indiquer MèventenHes
conBaiiMancesque nous avons relativement aux
points que nous avons ~natés plus haut, cotam"
ment ce qui concerne répoqne où cette morveït*
Ïense invention parait avoir reçu son application à
la navigation pendant le moyen-Age,chez les orien-
taux et chez les occidentaux.
D'après les recherches laites de nos joars par
Khproth (2) et par MM.de Hambotdt (3), Lihri (4)
et Edoaard Biot (8), il ne para!t pas douteux que

Mttmate
(i) NhMotMqM dePads,Mss.n*~Ma.~MtdsCotbert.
5
~Nap<Mh,M~M<M'!«BeMwb.
(~ )Bat<!b~~ NMBMw <)<«!<? Mfn~tM~ <~ ~an9)Mt dt< ~M-
eMmCM«)MM,t. 0!, p. NUt et <~tr< du même auteur, 1.1,
!)ttMd)tCtim~)~XXXVtHMt
? MM, abtotM se!eiMes ma~émat~aesm tMte, t. p~ 59.
(5) VojWNotesur la ~aiM~Mtde <'<t~tf~ «<tM)t<~Mt CM)M,etc.,
daM eoi~te~MBd~de t'Aead&t~4esM!eMea; t. XtX,~mee
daMoc«thM<Mt.
aas

fMgoiMemaga<Mqueétait en usage en Oane &MM


époque trèsMculee. Maieles ~~<~ »tas~é~;
dont un bras portait une ngore humaine qui indi-
quait constamment le sud, ne servaient aux Qnaois
qae poM se diriger &traveM tes steppes immeBaes
de la Tartane, de même que fmd!cat!on dèae&ô)~
Me~«~Ms dont Ktaproth a donné des Mp)j<~sen-
tations, se tMnve dans t'Mstotien &MHMK~a<ttM
dont les mémoires historiques ont été composes
dans la première moitié du second siècle avant
motreère.
Nous ferons observer cependant que Degmgnes
dit qu'il ne faut pas trop se confier aux auteurs
chinois sous le rapport de l'exactitude chroaoïo-
giqoe (i).
Quoi ou'a en soit, aucun des passages tirés des
livres chinois par Ktaproth et par M. Biot ne prouve
d'une manièrepositive que ce peuple ait fait usage
de la boussolesur mer, même encore au X!t~siècle.
Dans le curieux passage, traduit par M. Biot, du
JMMM~pt-t&am, liv. 34, où on trouve des détails
sur l'aiguiMeaimantée des Chinois, vers la ~n du
X~ siède et le commencement du Xï! il n'est

(1)VoyezB~tt~oes,t~M&etw f<)MM~fM& la etnMMt~


<!<
<MM<M,dus testKm~KsOe rA<!a<tmitd<a
tMa~htm eH<et!es-
tettMS.
SM–

paa dit MMseul tnat Mtattvement a rappBcatioa de


ee~iMatFameBt~htjMtvigatiMt.
Et eu €??, Klaproth indique, d'après divers pas-
sages recueillis aussi dans les livres chinois, que
l'usage de cet instrument n'eat devenu !ndoMtaNe
sur mer que vers la BMdu XN!' N&e!ede notre
èM(i).
Ce n'est, à ce qa* pamtty~Medans une des<p-
tion do pays deCa)tnbed)a,ouvrage composecnHS97,
sous le pè~e de Timour-Khau, que les routes ou
directions de la navigation se trouvent toujours in-
dicées d'après les ~Mm~ de la boussole.
Le père Le Comteet Gaubil (2), ainsi que le père
MaiUa(3), avaient déjà soutenu que les Chinoistai-
saient usage de la boussole avant notre ère. Mais
tout ce qu'on remarque dans ce que dit Gaubil à
ce sujet, ne sont que des conjectures et des suppo-
sitions lorsqu'il s'agit des antiquités chinoises.
Barrow parle aussi de l'antiquité de l'aiguille ai-
mantée en Chine (4).

(i) V<~ezla note (S), pae. M2.


(9) Vey. BmibH, mtM~de~MMtMMtt~tMMi~ le OhM-&f«~,tra-
datt par oe
duit ml"nag:e et
ce mtssiemMiM publié
pnNMpar Degu%aes, la-4, p.p.CXXVIIL
par Bee<t!gMs,!n- CXXVttt.
la
(3) Voy. tMta, <M<M~ ~<Mh de CMtX. t. i, p. S16 et SUS,et
BahaMe. NM<T<e)t de la ~Mw, 1.1* p. 330; Cf., N~eM~fM de f~M-
<t<m« tM)t~t«tM et &eMM-<t«M<, if série, t. VH, p. tM-4M Mar-
t!nt (N~entaNxtM), Mv.IV).
(4) VoyezBatfMw,<~<~ ot <M<M.(Paris, «?, t. ttt, p. itTT,)
aa&

TiKtboseM (i~. Andtéa~ BergeKM~et le jésaitë


RMaiotitéetatM&reMti'inventioa de ta bMssete en
&veupdesArabes.
ChardiHa combat cette opinion, et it est d'avis
que les Arabes ont reçu la boussole de t Europe.
~)ns entrer dans cette polémique, nous nous peï<-
mettrons de dire que Chardin avait raison de MM-
tenir que tes Arabes n'étaient pas tes inventeurs de
cet instrument, puisque tes témoignagesexpfesdes
livres chinois, dont nous avons parMplus haut, prou-
vent contre tes Arabes. Maisaussi, Chardin n'a pas
démontré que tes Arabes aient reçu la boussole do
l'Europe.
Klaproth no fait remonter l'usage de la boussote
par tes Arabes, dans la Méditerranéeet dans la mer de
Syrie, qu'au delà du X! siècle (i2A3)(2).Hager(3),

(i) TtmbMeM,~Mfredela MK<Mtmw <??)?<,t. tV,Mt.9.Cet


auteur~{Meceuxquiattribuent
auxChinois
cetteInvention.
(:)Voyez
RemnMtt,jMtmtOM 1.1,pas.«M.
<M<aMt««,
Hyde a dmmé la CgaM de la boussole chinotse.
Voyez~at~tM Bf<M)-Mtfommt, OxonM<T67, t. 9, taNe t. La bous-
sole est citée parmi tes instruments dent se servait l'astronome Choo-
Mttjt.–Seneiet, OtMroa~etMmatt&mt~tiMtMes des anciens Hwfes
chinois. Paris, iMM~a, in-< t. tt, p. <<?.
Voyez Haeef, Dissertation pubMée à Pa~te, avec le titre :N~
tMr&)MNa BtMMta<M<ftfah,i809, !<t-<
Nager donne la ngate d'nne beaMote astrologique chinoise, et ren-
voie, pour t'anatyse, aux Mémoires concernant les ChtMts, t. U. du
Otex-xf~, traduit par le pète Gaubil, p. SU. Dans cette boussole,
< 7477'
<M~a (<) et a~at~, teot en soatt~ que t~
MOt~ ei~ d'~wea~n <~&te!8e, prétendent
qo*ette nous Rtt transmise par ï'mtertoédiaiM des
At~BS.
B'atttM~ M~nta ont prétendu qne la tMWMote
s'est !atMdaite en EMMpepar les Mongol, «Mas
cette opinionn'est pas MHtM!a6!e,pms<p<e€ethts-
tm~nt~td~~nna e~EaM nrMp*
tModesMongots.
Nous nous permettrons cependant de faire ob-
server que si les textes des auteurs arabes, anté-
neurs a 1242, ne vienncnt pas prouver qu'ils fai-
saient usage do la boussotoà cette époque, le passage
de Guyot de Provins, composé en ii90, ainsi que
celui de Jacques de Vitry, dans son NMtcfMûrMM-
talis, composée en i20A et tS<8, montreraient que
les marins de t'Europe faisaient usage de la boussole
avant les Arabes. !t est vrai que des savants de pre-
mier ordre trouvent dans les dénominationsde ~o~-
ron et d'~AroN (sud et nord), données par Vincent
de Beauvaisdans son 5jpecM~m~V<t<MM~e, aux deux

tei"cefetematq)M testShNKsdajeot;tea*,tMMtt6BMO)mnt-
mMxdMM<ta~~d~oi8:teS*es~oeMde(!M~<nesen~t!tct6MS
cMn<~s;le 4' enan,tes8 (ttvMMs
derhorbeD,mdm:8 wnt~prin-
etp&tM.
6eMtBM'aBB"!e~ee~t<tMdaMrMHMtt& de B~amtet.
887

pM@8,nnepMuve que l'aigxMe atmantëen ëte in-


tr~dHiteeaSart~pariesAmbes.
yabord, di'autres savahta M'ontpu eonnaUroces
mota comme appartenant &la langue arabe.
Mpen!uan*a pu les reconnaître ni pour grecs, ni
pour bébreux, Mipour Cbaldéens, nipec.' eMbos (<);
et M. ReinaMd,que nous avoMSconsulté b ce sujet,
nous a déclaré qu'ils n'~aMBt pas arabes, mais Men
hébreux, et sigoiQaïent s!mptemcnt J~rdet JKMt,
et non les deux potes de t'aimaMt.
M nous semble aussi que les deBomiaationadont
il s'agit, ayant été employées par un auteur qui
écrivit plus d'un denu-siècleaprès Guyot de Provins,
Henous paraissent pas assezdécisives pour résoudre
cette question, d'autant plusque Vincentde Beauvais,
contemporain d'AIbert-le-Grand,n'aurait pu, comme
celui-ci, tirer ces dénominations d'une traduction
abrégée de l'ouvrage d'Aristote sur les minéraux,par
un minéralogiste a~abe, où il est beaucoup parlé de
l'aimant, mais qui ne contient rien sur la polarité de
l'aimant, et oùil n'est pas question de la boussole(2).

(i) ExpertentMtststtsnomMhaa Mtonum et AmMtt


ZetMm,
AzMt, ~mt!néeeHMt,iMCMtMtta,necctaMea,<tM<~<t6<M
<tMf,
MtMgo et Ubnmet toeumessesuppositum..
(Mmth)Lipen.,Ne
eap.V,sect.S,p.M.)
t~r&tbm. <Me%t.,
(S) Mmosettt Mabe de la NMetMqM naMonate de Paris, n'<M,
eMpMM.JLtb~,M<M&w<tM<i<~t<M)M<MtM<t!fMM<nH<tffe,t. n,p.6t.
J(M
Mse poafNtïtde marne que tepassa~d'Abe~e*
CMMtd<? Mt qo'ane do~es MKerpehttÏoast
dont tes
manuscFttaonto<Fttantd'OMmp!es,etqaeteamots
empteyés par Viaceottde Beauvais MMent «Minter*
polotion dans les manuscrits dont Ma~estservi (t).
Les deux dénominations dont i! s'agit plus haut.
n'iad!qaent donc pas la boussole etaocasageap-
p~Mé ta Navt~Uon, mais Nmpïemcut ie ~ocdet
le midi, comme nous t'avona déjà indiqué.
Mnous semMedonc, qM'Hne faut pas conclure de
là que !a boussole ait été !ntMdaite en Europe par
les Arabes, torsque nous voyons Guyot de Provins
se servir, près d'un s!èclo avant, do dënem!nat!ons
tirées des langues occidentalespour décHMcet in-
strument. Ainsi TiraboscM,Signorelli(2), et d'autres
auteurs qui font honneur aux Arabes de cette inven-
tion, n'ont pas fait attention à ce qu'un des astro-

en1757,
(t) DéjàFalconet, avaitdit quelesArabes tMienttraduit
unUtMd'ArtsMte quirenfermait untraitédet'atnmBtLesArabes,
ajoutecesavant,le<f<B<ttftNtM< la<McMMt
<<qM<f< Mde teMMb; et
danslest(MMeM qa'Nay tMetewnt, tb firentmention
decettecon.
MtsMMe MMle nomd'AfhMte- OntrouveencoredanstesMNte-
the~Ms desmanuscrits decettetraduction <~)Mf ett'mcroit
/i<M/Mt,
avecmbenqo'AtbetHe~Mnd et Vtneent de Béants enonttiréle
passaiqn'Mseitentcomme ehlepMtesephepaMtHMtNtt
d'Atistete,
de la mMKeMe deeonette.(MemMt,DftMMaMm Mtter<~e'M)'<eatM
<M<att<aM eMtfMdefafaMot, p.M9,t. tVdesMémottes det'Aeade-
medeshse~ptieM et teMe~-tet~es.)
{9} StpMMtM, t~x~e <Mt«tt«x~<M<BMe~tN~, t. M,p.M!.
M$–

aoMeaaMbes des p!os savaatsjbn tounis~qtt!vivait


aaX!' s~te, ne Mt pas la tn~mdMmenttan de ?
boussote. Au contraire, ses tables astMnocMqaos
sont faites pour indiquer auxMusulmans, dans leurs
prièrest de qaet eûié est située la ~aa~.
!~<Mwnea~Mge ttMrc.Ïmp~mé~CoBstan~BopÏe,
e&Hest questiendo l'almant, on n'attHhMepoint
cette !nveatbn aux Ambes, mais Men & ? viMe
d'AïnaïC (t). Au surplus, les deux auteurs italiens,
attribuant cette invention aux Arabes établis dans
te royaume de Naples au XIIIe siècte, ont oublié
qoe Guyot de Provins en avait parlé dans le siècte
précèdent.
Les peuples occMentaMx, les Grecs et les Ro-
mains, bien des siècles avant les Arabes, savaient
que l'on pouvait communiquerau fer des propriétés
ma~métiquespenHNtMN<M (2). Onomacrite, Hippo-
crate, Platon, Philon, et d'antres auteurs grecs,
parlent de l'aimaut et de sa puissance attractive (3),
demémeGat!en, Nëmésius, Saint-Augustin(4), etc.

M<~<MMW
TedMtBi. <M<t.
(a)V<~mPtatcn,Fet<,<Mt~m<!pM<
(0 V<?M i~M,t.Ht,p.iM.
Ventse,
Cf.)LMMee,Mt.Vt,T.«)M.
Pima, t~, 011
(1)Yoyes te cr.Laer~, n,. W.v.tOllO.
(S)MeenetMm~MH tenstMpMmgM desantmKMetemmr ee
se~t.V<~Msa B~tffMttNtMtM~j~<Mr « 9~ la axeatM
<M< en<&
fa&Mxt,t<M
t t'AN~&nte desinsottpttms lee avril
et Mtea-tetMM,
Mn. (Mem.det'AMdemte,t. tV,P.M5.)
<4)Sti!ttABsmNN,J)ee~M'M<,M,e.4aMT.V~.
ie
~s<w*
_nA

H!ne, dans MMp)f<e!eMx ~ovMge, twas <<MHt!i


? tdm~~a ~), matsauMm tt~teiae tMMsindtqcé
qn~s <~at <amBMt'aigeitte aautiqae, comme l'ont
avaneé qadqoes ao~aM s'appuyant aaf un passai
mat in~rët~ de la ~Mena de Plaute (S).
Des <MMti<ts,qNtattnbMaicntpar système toutes
teadécMtvMes a«x Anciens, ont prétendu que !a
htOMe!e avait ëtë coanae anciennement en Occt-
dent (3). L'aMnsionde ta force de t'a!mant à celle
d'HeMote a fait croire &Fuller, savant anglais (4),
qae ce fut Hercule, le Phénicien, qui tnveata la
boassote! Court de GébeMnen fait honneur aux
Phéniciens (8). mais toutes ces opinions ont ët~ ré-

(0 Sohtœc)MMrh) viresabeolapideaccipit,retinetqnetongw
tempête,aliadappt~endeM &tmmntmmtMBm eatemspectetar
tntmdam..(Ktae,Hht.ttatur.,Mt.XXXIV,
c.M,et Kv.XXXVt,
Cf.
e. M; BttMM. Net&tKtM mfre~<a<<!M iMtetoxrMt,t. n, p.SS
etMh.)
S) CemmentM!! institut. Benen. Tma. Il, part. M, p. !3!.
COV<~MGeorg. Parcblo, t<ttMta tMM <mt<~M,c. 7. § M. Mab cet
auteor ptêtend à tort aussi que MareoPolo a apporté de la Chine t'at-
tt<Hteatmantee, e<t<9M.–0. !<MineLem~o, ~Mfetaj)T<tMr. JMraet.–
–FoUet, ~MtNMM &tfM, c. M. –Piaedo, BwjM~ttMtxMn.,tV. Cet
auteur attribue l'invention de la boussole à Satemm.
Voyez atad tean-MdMe Herwart, dans sen M~te ~dm<ir<ntdo
N~~M ~<e~<c a~tMt~h
Cat anjtear ameMBetqoe tes Egyptiens ont cenmt la benNote {Mc~
natXf~t), mais N ajoute qae t'asaee t'en est petdtt avec te temps.
<* Mtter, JMbMthM«tN<tt)-<.Ut. <, C. t9. Ce savant mourut en
MM.
~)Cw)ttdeCeMh,&~m<b~rm~
M<

~t~ pwVessÏM (<). Tamèbe, t~hart (S), Bâ-


tons ~), THMBheMi (<). MmaM: (S), MoatMch(<
~t par Azaci dans Mdtssertattoa sur Forigtna delà
boassote (7). Ce!aï-c; attribue r<nvent!ende cet in-
atMmeo~ la France.
CoMma,qui eenvM Maouvrage speciat aarce su-
jet (8), est tombedans tes ntémes erreurs. Il pré-
teMt ~oe les navigateurs aa~eM étaient aussi ha-
biles que les modernes; selon ta!, ils visèrent
toutes les contrées les plus éloignées de la terre. Il
pense qa'its sont allés même au Brés! et il croit
qu'ils auraient du se servir de la boussole de la

(t) V<MshM
estd'avhquelesPMnMeM et tes Ty~eMB'mtpas
eeama labooMete,
etcesavant
attrtbMt'inwnUm decettMtDNMM
MXChinois.(Voyezn)r.etMUMM.
C.14.)
(:) BoetmftCeetfNph. Stcr. Uv. t, C. 38.
(3) Btttens, ~tMJtO~tttW fM~<M <tM<ttt'!<tMrM< OtMttt&t <MM!
<tM-
dtMM. Tom. tt, p. S8 et rniv.
M TMmMM, B< ~HM))<m««t~o~MM, dans les tNnsacUom de
t'Actdemte de Meaae, Mm. M, 3* paM., p. 355 et mtt.
(5) G~rnshM, MMf)'«c~Mt< M~ HpffaM txMxtœ~de la tMMta.
«) MMtneh. Histoire des Sciences MttMamUqMS, «an. t.
(7) Ami. PfemteM édition en M95. Une demtteme édition de t'ett-
~fttfe d'Atmtt, sur t'oW~M de la bMss<~e, ~tt paMMe à Paris en
tSM. avec des addtUMS suivies d'une lettre da même auteur, en ré-
peMe an méamtM d'Hager, pnNte Pavie, sur te mêmesntet.
Il a t<<)tt&aassi les absmdites d'HenMft, dans sa MMe<~ païeme,
qai a seateM qae ta CMi)t-Ax&, que t'en wtt danates menomeMs
d~ypte, était h beossote'! 1
(8) ConsMeMzhMtttstwtehe sepM la oftgme de ta hmseta, publié
aFaeBM,Ot <T)S.
–MS–

Ba~etMmMM~ue lu Po~j~s se sen! serv! de


~icstnm~t pour ~Fe ïe tcmr de fAMqoe.
CoMBM Mtriboe &t'mvashm des Barbares ta perte
de r«Mge de t'aiguMte naotiqMc. eat inutile de
dire qm'MN'a pas pu s'appuyer sur Mnseul passai
des auteurs anciens.
Si tes conjectures deCoNinaB'eatpomttë~Mte~
problème de l'origine de la boussole, ni repoqtto
exacte de son emploi sur mer, les disputes de pno-
Hté soulevées entre plusieurs pays de l'Europe,
n'ont point jeté beaucoup de lumière sur cette im-
portante question.
Grimaldi (t), Capmany (2) et d'autres, ont sou-
teno que FIavio Gioia d'Amalfi, fut l'inventeur de
ce précieux instrument. Mais si Gioia en avait été
l'inventeur, Polydore Virgile, écrivain italien très
rapproché de cette prétendue découverte, en aurait
fait mentiondans son ouvrageDe rerum Htcea<or~!M,
en parlant de FaiguiMe,maisil dit au contraire qu'on
ne connattpas et qu'on ne sait pas qui l'a inventée (3).
MMO~t~Mt
(i)V<<yez o~ <tto-fote dete 6MM&),
tt<tM«M pabtM
dans!e9*vol.desttanstcUmm
deracadémie
deCrotone.
(a)MémetM publié <!<-
MMte titre: <?«<M~)tM
&ïMrtd,Nt<MT,
<tMt.
C9 Pot~neV~Uedit Sed et aMotdmee jadicio admhaMMtM
Mt ttnenhe ?/.);M<mrman (sic) q)M Mutz admodam pedHtstoM
)tM<gtU<mem moderanter Q<t!stmaen eam répéter enmtBetn aperM
<!M!cst.*(M~.V&ft.H&.m,e.M.)
a~
SanMte. eentemperamde eM~Methitnen ph)s
aueane nMBthm de cette découverte. Won autre
côteWaMir (<) et a~rham (a) ont prëtendMqaeta
heussotf était d'invention anglaise.
Les Norvégiens ont aussi à leur tour prétendu &
la pnoNte de eetto invention. Hansteen a cru ~rer
du j&<M<<MRM&«& une preuve pour &tre remonter
retnpMde !a boussole parioa Norwê~ens au X!*
siècle, mais eHe a été infirmée par les recherches
de Kantz (3). Décan (vanGorp) eM&i.si connu par
ses paradoxes, attribua l'invention de la boussoleaux
Auemands, par la seule raison que les noms des
vents marqués autour de la houssote,commeest, ~<M<
nord, ouest, sont des mots puises dans la tangue teu-
tonique (4).
Nous venons de rapporter les opinions d'un grand
nombre de savants sur l'origine de la boussole le

lecteur remarquera qu'elles sont toutes contradie-

(<) WatUt dit que le C&«<tt«<MM<ftM est le met latin de rat-


gaiMe, et que te met emxpat est anghb. H se livre, a ce~propos, a une
étymcteaiqnes, pour prouver que cette tnventtett
foule de eo~~teet~~tes
apparttent a t'Anete~ffe.
(Veyet fMtMt~'Mta! noM«t«OM, tom. XXUt, p. U06, mai <7M).
(<)DefhMm, MmmntnM&Ht <«<'f;tf«eaM de Dfe«.Liv. V. Voyez rou-
wat~ de ce savant qui a pour tttM M~te-!)Me<et. (t7l3).
(S)VoyezKhptoth, Lettre sur la Boussole, p. 41, <S, M.
(4) Gorop. BeeatUBbpaBica.tit. ML Morisot, dans son o~M<Ha-
t<<ftt«M,a eM ee~ axtMf )f<tfcette p~tent~a.
–aM–
<< ~ve~t~stmt~i~d~M~eStt~
dacumea~ aacBnedon~ Mstm~ue, prée!seet a<t'
thentique~ne noas indiquent, jasqa'~ présent, cem-
mentcemerveiueNxinatraments*estmt~nitenEM-
fope.ni queten aété !*invemear.Si nous admettions
des eon;ectnres, nous tenons remarqaerque P~oqM
<)&N <at qaesttoo, pour la première fois en EoMps,
de l*Nga! matiq~e, se trouve <!tre pt~sémejtt
après la pMmièMcnHMde et Fai~MMeétant connue
en Orient avant le Xt!* Nèc!e, il se pcnnrait que les
Occidentaux en eussent eu connaissance en Orient.
Au surplus, pendant t'antiquité et le moyen-âge,
on croyait que FAsie était la patrie de l'aimant.
Pline (<) lui assigne cette patrie. Marbode la fait
venir aussi des Indes (2), et la plupart des auteurs
du moyen-âgeappellent l'aimant Lapis JtMftCMs.
Ce sont donc là des présomptions qui peuvent
nous faire penser que cette invention a été intro-
duite en Europe par l'Orient, même par des com-
munications terrestres avec t'Asie, mais nous le ré-
pétons, ce ne sont là que des conjectures.
Quoi qu'il en soit de tout ce que nous venons de
rapporter, nous croyons pouvoir tireriez inductions
suivantes

(t) MM.Htst.RatM~.XXXVÏ–C.
m.
~NMbMe.O~tt.~M–Cap.
ae&
t* L'action di~Bt~ce de !*aigHi!teahMatee sar
te~e~a ~cennae eo Cbin~phtsteaM sièctesaMot
que cet instnmaent fut connu en Europe, si Mou$
athnoMeoscomme exacte la chFOHo!eg!edes Chi-
BOM(t).
a'JL'a!~MMeoamiqae appliquée a~MSt~asur mw
par les Chinois, parait n'avoir été indubitablement
adoptée que vers Ja Qodu XtïP siec!e.
3* Aucuntexte précis à notre connaissance ne.té-
moigne que i'Earope ait reçu cet instrument par
rintermédiaire des Arabes.
4" Le proMème de savoir si FEurope a reçu la
boussole de la Chine, nous semble être encore à ré-
soudre.
6*L'usage de cet instrument, en Europe, remonte
avec certitude à la fin du XIIe siècle, époque à
laquelle on doit borner l'antiquité de cette inven-
tion, que l'on pouvait faire reculer à volonté de
plusieurs siècles, avant les recherches dernièrement
faites par un savant mathématicien, qui trouva, dans
un manuscrit du dialogueDe eodem e<diverso d'A-

«) Les auteurs de t'Mstehe CmveMeUe, tom. M. p. «t, MK.


in-8*. tendres, et Fitbrietas MM~MpMo ~a<f9<Mrf<t, C. at, disant que
tes CMtM~sMteteBtia hensseb comme âne dMnMé, puh<m'<b t'eaee~
<mHMee des pM)&MM et lui offrent des viandes en Nefmee. Cette
pratique eMnebe tient plus t ta nmgte q)t'& des e<mnatssmees p6~-
siqM$,M][eott!t~eaph)sqa'aaxetementsdepttotage.(AMnt,p. TiJ
<Mmdde ~tb, aaMap qui vivait au eonMMneeaMut
~j~ MMe,m pass~e semMe e)Mbnrque !a
beasseie n'élit pas eonnue a cette époque en Eu-
Mpe(<).
Nous ajouterons que ~o~Me, qui vivait sous
PMtip~M~, aoconnaMBeetBeBtdeceN~e,
tout en parlant de l'aimant dans son traite De Cemt-
mM, ne dit rien relativement a t'aigaiMede la bous-
so!e (2).
Quoi qu'il en soit, cet instrument était alors aussi
imparfait qae la navigation.
D'abord l'aiguille n'était pas suspendue. EUe Not-
tait sur un corps léger, souvent sur une paille. Les
vers de Guyot de Provins (X!ï" sièc!e~,en font une
description. H dit a Ils (les marins) ont une pierre
a brute et brune à laqueHe,par la vertu de la mor!-
< a~e (Magnetes), le fer s'unit volontiers, et, par
< ce moyen, ils s'aperçoivent de la droiture du
< point. Lorsqu'une aiguille a touché et qu'on l'a
< mise sur un petit morceau de bois, ils la posent
< sur l'eau, et le bois la tient sur la surface (3). »

(t)Ve~M.Libri,mshthedesSeteMM '<m.M,p. Met


entt*t<e,
BtM.Mte.S.
(a) L'QNVMeede MMbode, sur les ptemes précieuses, est h pius
eommedetoates ses<Bnwes.OneMttqa'aBeatqae)MMMea~eM
Mm )m<HMMaeeMe, att~bné àE~x, med<!chtMabe.
(~ Vc~Mle tasa~e de Gayot de t~o~tm, pntttM ateedMtaftMtte~
M?
BoMhot te m~en-Age eMene MnNs~tqM&dtma
<mmoMeaMde pierre d'a!NtMtde~MmeeNoa~e
pÏMé sef da !Mge. C'est dans cette forme que M-
tack on a Macont)~ UM. en t849, entre les matas
d'un pilote de Syrie (<). forme pa~Me a celle qu'oa
dit que BMmeMot~tini vit, en t260, chez &<c0nen
Angteten~ (S). HogMeade Befcy. aMteardu XtH<'

par B. Pasqnter. Amaterdam, nM, tom. ), cet. 40. C<.Menace 0<<-


eMd~tt~tm f<aMaM.(6enev.,i6M.tn.M., p. Mi.)
«) Bat!ak KaptehaM composa un oawage intttnté HOM' war-
(?0)~ <!<ttM le «MMMMw du ~Ht (Mss. n. 970 de la NbMeth. Nat. de
Parts). Cet anMw tert~t en <Me.
(a) QMtqees saMBts pensent que BnHtetMm'est pas allé t UmdMs
et doutent qa'tt ait pu voir Baeett. M. F'aartet, dans son savant article
Mr Bntaette, publié dans le tome XX de t'Htstoire Littéraire de la
France, paee a!6, ne dit pas nn met & cet egatd. On objecte qae les
dates ne s'accordent pas pour permettre de croire qae t'entrevne des
deux savants ait pu avoir lien. Cette parttcatartté mérite d'être dtsenMe
plus en dMatt. Nons renvoyons donc cette discussion aux additions à
cet ontmee. Nous Boas bomeMns à transcrire iet ce qae Brnnetto
dit de ratftnHte nautique dans le Mv. t, chap. tiS de son Mtm\
Les ~ens qui sont en Europe (dit~t) nagent-ils à tramontaine de-
vers septentrion et les antres nagent à celle dn midy, et que ce soit
!a vérité, prénés une pierre d'aimant, ce cet Mhx~M, MM trouvés
qn'eNe a denx &ces, l'une git vers une tranmnta!ne, et rantte lit
veMFantte, et ebaenne des &ces allie t'ai<:n!Hevers cette ttamon-
tatne, vêts qnt cette <ace gisoit et pour ce MMtent tes matMeN
de eem se its ne pteissent garde. e
il y a erreur dans ces dernières paroles, taf ehaqae face de l'ai-
mant, dont on touche une des pointes de t'aieniUe, allie cette pointe
touchée au pNe dn monde opposé à celui vers lequel gtt ta face dont
elle a été tonehee; mais toaipats est-M que t'a!gntMeétait en asaee
avant Flavio Gioia. (VoyezFateonet, Bbsett. eH.)
SMt
~6, dee~t Masi !'a!~tM!ete!!equ'en t~p~y~
deMMtcwp~~).
Neus peoeaaa, cotmmeWatMf, qu~ «a powv~t
d~Mmwipdana !e n~metemps t'ta petadté de t'a~
gMM! 8" son appMeat~ & nav!~)t!<Mt, <&t8'!o
mom~Mdo ta 4!a~osw spr la rose des veMs et !a
eMSt)raeti<m<ht!abohe. LemCmehwMtnc ne pao-
vait pas inventer tout cela, et ce devait $tM le )~-
sattat de d~~tvep~s aMCcea~ves.
Le père FoHnMW(&), MentMcht(3), Lenglot du
FMNMy(4) et d'autres pensent quo Ftav!o G!om
ra t~eMetnent perfectionnée au X!V~siècle, et ra
readuo propre a l'usage des navigateurs.
H parait cependant que les manns ne savaient pas
s'en servir encore au contmencentent du XV stècte
sur la mer Atlantique.
C'est du moins t'inductiou qu'OHpeut tirer des
passages do deux auteurs de cette époque, tous les
deux d'une autorité incontestable sur ce qui con-
cerne l'état des connaissances nautiques de leur
temps. En effet, les témoignagesd'tbn-Khatdoun, et
d'Azurara nous indiquent ce fait.

(t) VoyezRteeM!, 6<t~a~ e<Htf<tr<w~ )it. M. e. iS.


(1) Feamier, <ft<tM~ Mv.Xt, dmp. ).
(3) MM)htda, N&MtM <fmjm~MM~xe*. Ce savant pense q<Mce fet
CMa qui Uttenta la bolte. (Voye!t'oKMee dM, 1.1, i, p. ?1.)
(<) t~en~et, TablettestftfeftpKt, t. Il, p. M8.
see
Le p<wm!epaeaa dit ~9 qut Na!t :.=
< )~a ~Mtt!~) aitaees dans !a M~itenwt~a et
N MM'Meôtos sent Mp~aant~aa swaae MMe
t (portntan) d'ap~s la pasitien qa'eMes OMMpent
« ~MeMent. Sur oette M!te on a ~eoMot BMM~
a qa«es ~MtMmMtsveM~etla d!t~ct!oa qat leur
e est propre; cette <bu!t!oa MtqMte Metnde compas
« (a~eem~w)!!eapno<es8e~!ent,d'apFèBeMe.dans
team voyages. Or. ~a'o <!<M«twe$8M<~M
« ~MM p<MM' ta MMf~tWWtMeHte:MtM ~Ott~MM
<t ~M HOM~CN M'OSCHt pa< OMH~MtW. EMet~t,
« s*Msa'ë!oigna!entde la vue des côtes CMaMMt<
a bien peu qui MMfa<eM< M<~Mcef cAetMMt (<). »
Or, il pandt évident que si en i3T7, époque à
laquelle tbn-KhatdouMcomposa ses Protëgomènes,
ou eût au <aiMusage de la boussole sur la mer
Atlautique, ce savant historien-géographe n'aurait
pas soutenu que les navires, en s'etoign'mt de la
vue des côtes, n'auraient pas su comment retrouver
leur chemin.

(t) Compmez on passade traduit par H. Reinaud, dans sa'tmdnettmt


d'~tatd~Mtt, t. M.p.M5, dans la note, avec te m6mepassaee traduit paf
MtteceB&~M t la SeeM<4 MaUqMde PMts, M. ~eStaM.dmNMa
Recherches ettt~ p. iee, § X.
D'apte d'mtMs pMsaf(a! de dMEMMsauteurs, que nos tMMeh.
~om dans les addittoM, M VMMque t'asaf;e de ta hoMMh', dans la
met des tttdes, n'était pas encore geneMiement adopté par tes Arabes
au XV stte~.
MC

E<~MAmwaMt,MMdea plus MvOttKs M~ta~eosde


son temps;, et qai vivait an eemmeMement du
XV~stMe, venant aptH~erdea raisena quet'ta&nt
Dt Nenr! avait dennee$ a <S)M ?«?<?. pour rengager
MM tous ses efforts pear ~uMw le eap Be~thw,
sans te))!r munpte des objections et des emîntea de
eepta!M8ma~os, Mp~Fte que le prince s'etMtex-
primd en ces termes
w Ce ~MetMvîeM de dtM n'est que t'epinieMde
« quatre marins qui ne connaissent que la route de
a Flandre et de 'qaetqMea aotreN popta qu'HNont
o l'habitude de Mquenter, hor. desquels ils Meaa-
o P@M< p~ M servir da <'«~!H~eni des cartes pour
e seeoMMfMef(i). e
Ce passage est formol sur la question dunt il N'a-
git, et ces deux auteuts nMtm'ent qu'a cette époque
les Arabes et les marins de FËuropp, non seulement
n'osaient pas s'é!o!g)tordes côtcs dans leurs naviga-
tions sur i'OceaM Atlantique, mais aussi qu'ils ne
savaient point se servir, pour la t'htpart. do t'aiguitte
sur la haute mer.
M était réservé aux Portugais d'avoir été les pre-
miers a tirer le plus grand parti de ce merveilleux
instrument. Et en eMet<un savant Mien, qui ne
peut pas être taxé de partialité, dit avec exaeti-
nosRecheretes
<t)Voyez eMesp.i<M, § X.
<KHt

tude, e<t pw!aM du per~~nnetneMt dp t'a~Ma


BaattqtKt:èi
« Que c'est au seut P~u~t qu'en doit t'avantage
a d'avec perte la heussote au degré où eMe M
« (KX<veaM~et~'hM!;<}aFaMCMneamMMaMea,eva<n
« ecMe-!a,M'M)Wie mettre plus à pMpos eo usage
a pour <menavigation hardie et vaste sMpt'OeéM,
« comme l'a M celle dos Portugais, tMaqo'Ms<mt
a voulu ddeouvrir un aMtMMmisphëre (<). b
n Mut!ent que ce <ht a t'ëcote nautique de Sagres
que &trent le m!eMXCxëM les lois et tes p~ae!pes
d'après lesquels eMpouvait dMger la rose des vents
sous t'aiguiMea!maMt~e(&).
En terminant cette deuxième part!e, nous NOMS
permettrons de constater l'état où se trouvaient tes
eonuaisMMcesgéographiques avant tes dëceMvertes
des Portugais. L'étendue de t'ancien continent
et tes dimensions de notre gtobe étaient restées
complètement ignorées jusqu'à cette époque. A
peine quelques esprits hardis osaient parter des
antipodes; d'autres niaient leur existence. Et nous
venons de voir prouvé d une manière indubitable,
que jusqu'au passage du cap Bojadorpar CHEannes,
tes eosmographes,cartographes, navigateurs et tons
surrOttetne
(<!Aimnt, delaBMNMte,
p. Mt.
At~té, t. tN,
(:) Ve~M «S-~t.
*MvJB~
__t~m_. <

~e8~va~ade rEampc, no eaas&tent d'adtMsttMte~


aMieMNpt~Mgës de la ecamegMtpMogMcqoe sof
!'<mpMs!M!Mde travefser M Ïi~e eqninoxMe (<),
et ae MMpeeonaient MtomepasTexistenee de t'AMte-
t!q<M.
C'est doModaMscet état qMetesPeMw~stMMt-
v&Ma~hgdegmpMe et ta <MXogN))h!ea!opeqae
hm~ «do~rabtea d<eewwt<M
<~!bt e<M!)t<<teMc&M<ttt
maritimes.
t~ gdographio,)U8qa'o<:oMe <poqac.a'ëta!tqo'MM
ahtt~e <ttMmëm<!e& de v:e8. ou de paya. MMmme
noas l'avons démontré par un grand nombre de
textes des MamogFaphes,analyses datM!a première
partie, et commo ou to vepm plus en détail dans
la partte consacrée &t'anatyse des mappemondes.
~na!, avant ta découverte des Portugais MM'yavait
pas encore chez tes occidentaux un vëpMaMesys-
tème scientifique de la science g~egrapMqae; a
peine avtnt-on déterminé ostronomiqnement an petit
nombre de points de la surface terrestre; et les
cartes (~ogmphiques dressées en Europe, dont nous
donnons une grande série dans notre Attas, témoi-
gnent que tes cartographes ne donnècent, jus-
qa'aax déeonvertes des Portugais, aaenne idée des
hme!Mt&m~taagM
(t) V<~e)t <tmdMihattBeomMemt~M
qM
mmavonstaj~Mt~damtt PmXe<?Mt«MMte.
80B

e!MOaa<aaCM <!OMH~)pMqMM )C$ptna fSMMicKM.


Seotament~ !e< cartes ma~!a~ M pertMbns de h
M<!ditetranee,de hmer N<Hreetdea côtes da t'Eu'
repe oecMoMtMO étaient dMtsës aveu une grande
peFSM!t!ondès le commenMmcot du XtV" 8!Me.
ï<e<titaliens et !ea t~tahM paraissent a~r dtd les
Mattra~daM~cegeoMde Mpt~sea~em gfapM~MM.
t<'ex~B~B de teaf c<MMMFBe et ta Mqaenee de
!eMMtapparts av~ les pMts du Lewnt et de ta
M<Sd!twNtMee donna i'impttMett & cette école de
oartogrnphos dont il nous reste de bien pfëc!eox
monuments. Mais quant <<ce qui eoneerMta mer
extérieure, toutes les ca~Ms'arp~tent au cap Bra-
dor pour la côte d'AMque.
t~spoFtu!atMdeVesc<tnte,t!em8.<3Meti3Nf,
les plus anciens monuments de ce gonre qu'on ait pu
découvrir jusqu'à présent, ne renferment pas une
seule carte marine des mers explorées par les Por-
tugais et par tes Espagnols au XV~et au commence-
ment du XV!' siècle. On n'y trouve pas une seule
carte de FAMqué occidentale au delà du Mogador,
m une seule de la partie onenuue de ce vaste conti-
nent, ni des côtes de l'Inde.
De même dans tes cartes de Sanuto, on ne ren-
contre pas une carte marine des mers de tindc.
Le portnhm Hne!K, de i384 à 1434~aqoMd'hm
–M4–
~8 M MbHot~M de M~W~ ne MM<
~rmepaa nen pins m)eMHiecarte marine deaoMFs
exptoFéespaftes Portugais dep~s <4a4. On ehe)p-
eherait en vain les mêmes mets dMMtes ea~ea de
<Se~, de MaMepqMe. de 086, d~ Pe~Mo~tt, de
<408. dana celle du poIatoHMi&Florence. de M<f,
dfMM ee!tedeWe!mw, det4S4 dans eeMedeG!MMb.
de Vea!ae. de t4M. EaCn dmtaaccan des peptatmMt
e~M~ena, connus ~~o'a posent et antMeaM aux
déeeavertea des PwtMga!s,on M'atreavë des caftes
marines avec les cAteset les mers dénouvertes par
les marins de cette uatiou (i).
Ains!les descriptions hydrographiques de tout le
continent aMeain, depuis le cap Bojador jasqu'an
cap Guadfui sur la cote orientale, celles de la mer
rouge (2), celles des côtes de l'Asio tnëndionate, des
immenses archipels de la mer orientale jusqu'au
jfapon, n'eut paru régulièrement dessinées dans les
cartes modernes des occidentaux qu'après les décou-
vertes et tes explorations des Portugais.
Les immenses régions du Nouveau-Monde,n'ont
de même été Sgurées sur tes cartes du globe et sur

(i)Ve~ maBeehmdtm ctttea SSX,Met XM,ta<.N &M9,


et pae. ZNet KN,pouree qa! concerne
h eMeMcMenMe
rAMqae.
Kt(~H'ttHa-tmt MN~t m<M.<!e)t.Jem<~CMtM.
NM–

!ca e(M~a «M~ae~ qo'ap~s d~aM~efte~ des


Baptgaebet PatmgaM.
Noas eeMata~MMM ces faits de FMateiMde ta
sehMMe, dana la
d'une manière,ptas évideoteetMMM,
~pde cenMet~eh raaatyae des cartes aM~eaMs
et peatédeoM~aux gfaades deceMveFtes Mm~!aMB.

HNMM MnMtNS
MaHE.

20
(,
AMMM~

§ t, Pt)BNt6~p~w, p. a.

Au MembMdes aatemfsdu V*f~Me, qa! ont tmité de ïa


geogMpMe,CgMMthHostotge, auteur d'âne B!s<o!MeecM.
atast!qae, où se tfouvent tMMeoap de dMer!p~oMg~egm-
pMqaes PtetKMncas a CMtaetvédes extntits de eet ou-
waga (<).
B dMm !e monde en &eh patt:~ yEmrope,t'A~e et la
Ubye, et il adopte la théode hotnérique de rOeêan eavi)npn.
nant toate !a terre.
B parle de phNiems foyamnea et villes prhMtpates de
t'Europe. Desnés de la mer Atlantique, il ae mentiomteque
!'Angtetene~MM!mM~<t)(2).
QNaat& rAaie, il menMomMtea Scythes, que tes anctem
appeta!ent <MtM,et a ajoute qu'aa V*siede Ba s'appelaient

(t) CeMMya pnMteetab~t <teJ~e~ma GNttve. en ta<S,in~


a*eede m<rm)Ms dissertations etitt~ttes.
HemtdeVatoba deméâne &MUen ptm eerMeM &h mMad'En-
tebe (ten), etD.CetMer luia MMactéâne a~t}Me~t etemhtedaM
MMehtt~<)t~<< d!f*<MMtM <(dM<tM<tMt. t. XMt,p, MO.
NensBemM'onesMMt<teee)~de Cedetimy, pot~ae netMtMtt
etatt de eeMtatefte
6talt ecmstaterle IIJtÙle
syteme8êoIJrapbh¡ue
fjéeeMpMqae Philostorp,etoutle-
dePhttestetse,
de et Batte-
mentte<qMstienspMtoteg~Mes que pexMaitpteMnter te eetaUM-
nementdeste)[te9.
(S)fMtMte)~,Mv. t-it.
SM
eattMt <!t qa'Ma~t ea~ t'~pifa Ktmain (<). B parte
~u~ d~i'i~M qa! ta&tMeat !es menta !Up6~, a& !e
tanats a sa MUHM;il parle aussides dMMmMearaces des
Scya~ (2): me!9 0 eomMissattNMtt~ F~hMMemptemett,
Quaat& !a maf d'H!feaa!e,B admeMattNMMela eemanm!-
wthm avec t'Oc&MitM~at (S). Il BMMihMtM aussi le
CM~qtte, la mer Ret~, la mer Morte (4), ta BMr !o-
diaMM(&)',VAtaMe (6). la Mutine il fait meaMoade
t'An~ie, o&r<mt)MmtN)!t, dit-N, des CMgaMn~det'aMhe
de!M(7).
Htaes<<H~ene eomMttque t'AMqae des andens, c'est-
dhe !à Mbye sapMemfè, la Proviace romaine d'AMqtM,
t'Ëgypte, FAb~Me et les Caramaates, on les habitants de
la Ph&aaie (N).
n pMatt, d'aptes son système, que rAMque orientale se
pre!oBgea!tbeaucoup & Fœt, et faisait de !a mer tnaienne
une mer MMitemmee. Cependant, dans sa théorie des
quatre Ceaves du Parad!s terrestre, H noas montre qae ce
cosmotjraphene connaissait ni l'Asie orientale, située au
delà du Gange,ni t'Atrique au de!à de l'équinoxiale,malgré
sa théorie du cours du Nil.

H! FMhMtome, Mt.Il, t. 8., v.M) appeUelesGotbs&~tMae Ctofe*


–EtHv.K, t.<7.
(~ B)M.,Ut. M,t. S, et tit. tX,t. M.
(3)!M< Mv.M, 1.1.
? B'M.,Mt.Mt.t. T.et U,. Vt),t. S; Mv.111,t. 6; UY.VtM.t. M.
()t)!bM.,M*m,t.i&
(6)tbM.,Mt.tM,t.i.
~)tbM.,Mt.m,t.8.
(S)tbM..Mv.)H,t. M.
sea

Wp!a~!t!~Mdt8!(ar)~tKt aux exMa))!tës c~ato~du


tnande, et fait venir de !a !eT!gM, !? Paysen et te 6eon, <)a
!eNB.
!t sautât que ces neuves ont !euMMUt6tsdMs te1~-
rad!s, d'après yËertture.Sainte JEMc.p P«M<NMwM
f~t~m~M ~c<M (t).
Ainsi toute sa théorie hydrograpMque au eom~ de ces
MeuveaMtpu!seedansyËer:tuM.NMMtd!sparattre!earcMM
dans quelques parties de la terre, et les Mtreparatttede
nowviMm dus d'autres n e!(ë m6me & ce propos
coetF&s.
tti5 psMnaea a< et m < Epte tape~ maria /t<a<&mtteum (te
monde) et ~M'~amNMpnep<tn'HtemH.e »
Pour mettM d'aeoMd !e cours du NM a~eo cette théede, il
fait d'abotd venir ce Neuve de redent ou de rest; puis il le
fait disparattre ou couler sous !a mer Rouge, et ensuite
reparattre vers les montagnes de la Lune, dans le sud de
!'AMque(2).

()) VeîM ha Dlsaertatloos deCedethty sur HtMoMmae, ad cap. tM.


ne t~rMe ~t<efe.p. !!? ad cap. VMt, <? a(phw~ /!«))?, p. tN j et ad
cap. tX, X et Xt. De etMtear fM«<!tt( /!aM<a<*M et de fwed&e, p. <M.
Rapprocher ce que nous dheas de PMMtM~e. dans cette MmtyMt
de ce que nous Mott écrit relativement ta p<isMen~eegMpMqneda
Ctmdb teMeatM,se!oa tes ee!MMf{MphM et les cMtegMphesdtt meyett-
&t~, dMN tet <m~tage, p. e0, note t P. M, MM a; p. M, note:: ¡
p. iCO,notes; p. <0<,notel: p.«i3,)Mtea;etp.Ma,BCteS.
(~ Cette theMte ayml eteteë âne fpHmdeMueneo i. ptM!eam
eMMgMphes du nMyeo-tjte, MM eMyeM utile de MMeMe ici une
pante de ht deMdpMomde tMh~e)'ee, teM~emeat au eeott du NM,
ean d'ectattctr ee qMnom tWM déja écrtt cet eea~d, p. St. ?0 et
mht. de cet en<Nge. Voici te pM~ee de eet auteur, p. S!
'n~tb MM et EaphNies, q)t!a snMdxxt, raKamqMemet~mtt,
nHnteitMe detmrë peMant M Byphasbmt! ne~BeNana, mm et ttnnc
exinde HneM dttteas Hesis aNatns ait, ceM enm MmtmM, qMm
~9M~-

t jR~MJtQtgt), eeama te~ jj~Mphes de s<m taa)p~


p!aee dam pay&qui ta! ~<t!eat iMmnnw ao deta do
Cac~e et a!e<)~, des dt~om d'une candeur iam)M!M,&
p!eds de Mea, des sa~e% des ~!ax, des cyMcéphaïes et
tous les <)M)MtMs Ctbat8<Mdea mytht~mph~ gN~a.
Si tout ce que nous venons d'exposern'a pohtt dèfaoett~
que PMtestotgen'éMt pas jj~tBiaatmit en gëe~apMe~M
<? eentempom!B9,et qu'H <? omnMhsaitpas non plu !e~
inMMMeat6~0BSdëeou~e~esdh aiecïes ptos <atd, ce qa'H
dtt, enparlant de la zone meyeMCoa tMt!de, Mirait pwr
le pjfMver B seattent que toute la terM située aa midi,
e'eat-A-dheles zenesintertmpMes, A<Mm< )N<taMt<!M
à cause
deratdeardusoM!(<).

Il

Sn,p.9.–V!'stea&–<OM<*t<M8,Éin6<m!mR*vzt)m.

En parlant des cosmograpbes du V!' s~de, e<Msavons


dit que J«nMMt<Mt soatemnt qa'an ne eomtaissaMpas de

thaietJE~pthmtweavermu.HteqoMcm,ut «M~eeteest. e Paradiso


pM~tNM MtequamMpN terram MtMtNtemappMMt,dMMMM,
MMe Mtemn )mM sB~ens,sed et etreetoid etMnmemMms, ut
WMstmMe est (ecquisenim hMntmmtNMpetsetotetaf) Mbtm-
qmMMMmqoat tn medteMtterMmNhtmadmaMB))hnnn osqae
et tttt M ~tM<«t atftMm~Mp<n<em Mftad meaMM t«)t<t dmo-
MfMNe't )tMjamdaos tMtfMafontesethete dMtMf,& MM ttKteem
haudpsurom distantes,MbtMqMttotettterabsM~es, te)r<M~hh~.
t!tm toMtbsMJEt~ptatB tftMtir,pw pettMa!t!:a<naaet~taMetaB
pKMeBSmNN.'
(<)V<qrM, dansnatMAtlas,planeheU,les monuments n"t, <et
<? ? tMHtNNaBa~ dwïte dMe, Mt6«<rtt<t tmeno~t MtMMa~w
eMM~ela MNteateqae de D~en.
M(e8 & !'?<!?< ~t)!; d~mnep aa tecteaF ~mw M~de~
ays~me ~a~fapM~ et gtdgmpMqM, tMKNt~a~MW

Mqae~M!deMts.
~tmmd~ eonmMMC sea JKtM~~M CM~ j~r hd!~
don de la tenw, d')~ <hs~ (1). H divise !e monde en
tMta ~)~M. savoir l'Bato~, t'Asie et !'AMq<M,et~h~e
aussi la th~e de r(hahm etMÏNmmmt toute la terre. 9
mamMoMM !? Fot~ëM dana Me&m a<ttmt!~t h~
(hoad~ et t'Be de MyM dans la mer sepiNttfiem~e et rAm-
gte~ne. n eenaMM a~me & cette domine le eht~tM It

deMnh!sio!te(a).

(t) demandes, Da<M<Bim~w eettoMm eW~at, M??« ~«t. esp. t.


p.eM.Mtt.<teeMU<n.
(9) Nous tmMMtwM lot te tMte de cet antear, non Maternent pou
<enMf ta tecMat <meMte eMete 4e Mseeamt~teeea ~eeMphtqms,
mais a<tMtpaMe qatt MA a ttxHqaef les sMMes ob pntMtent les car-
teetaphes de cette époque pour ta cempMtMen de leurs MpttMntt-
thM tjmpMqaes de ta terre.
Ma!MM Matft (<itt-M)at Mt~rt OM~M, tettM tene dKtdom
Oeemi !imt)o ~tearnseptam tttqttetfam etatmM, <jnstat Mes pattes.
Adam. EaMpMn et AB~eam<eea<ete. De quo tripartite MMs terra-
Mm spatio tmamemhHM pent MttptMes etbMnt qui mm Mtnm
n~htm toemmnne pestthMtMMptanant; «Mm eMam,qmd est Uqut-
dios, paNnam mtttartomqae dtmetttmtar qoantttatem. tMatas <t)M~<e
mariols anetitms intefmtxtas, tam mateMs, qMm etiam minores, qnas
(~thdas,~SpemdMc<t8!MMn!)tant,tB<nm<emoB<attsmaentpebgod-
tas determtnaBt.OMM<WM<n<MBMt~~a!t<W!m~~MttM<
<HH~<M~&<MtMM<,Mnm<t<~a<t<<<<.j)MttNttt<t<MB~MM; f
<t«taMttatettte at~a, et ~ententat spiHtntM ~otescattc. hnpenMa-
MtM Mse smManMr. « m<!Mt<w~«, nM MMet qui eos MmMtntt.
CtMrtef veM ejus petagt ripa, qaam dMntM, totios mondi ttMa-
tnm <Bntodom cotoniBombteM, «nés Mes cm'tests ttmn!nMms,et <)B<
de bac re seribere tetaetontt perquam htMtntt, quia et tenat e!t-
e)t!M ab Met!~ pe~Met~. Bt t<<Mm«H!e h<M!<e? ee<!emmM! to.
MtabHes mnt, ot <n ottentaM pttfpt, et Indice Oeeano, Wppodes.
M8

"M ~~MMMpM dtaMMa<?? ?? ~<M!t9 ~sa~


t~)e]~. :4.
tMa ta AsM~ttttea4a ~Mtqma e~ qa~aM peM-
~~B~ad~P~Mm~
yt~M M)~[ wMdeaBf!ptt<M deta pa~ ~'ttMtfht-
~defAa!e(<).' .<
AhN! M~w n'a p~ fait Mte depM~)~&h ft&t-

'M~tt~, Mb fMHMW, <pMm~ MuMMMtM, tamwt MM~mtsat


t)~<t <«hmemm hmMNpMOUMMB. TapMttMOM q<Mq<M,tB <ttM
eM~tb <~Mta. wt po~aihmthas. dtMmt mneMMtmat <M)M~de-
NHttm SaMtam, oamteo emtt~mam Ntmtmttmm, owMn SheMn,
HeMMa ab aMtaoMttptMw<))tMt<tm, tamen M~tMM~!<)tN)mt )~
&<h)tMtiMtas. BattM tn patte e~tdae idem bernas aMqmm~ tn.
N~a, et tenë mmctM eb OteqaeaMmmMaMamet K<temttamaot!N.
M mat juta &etam Cadttanom baud ptMat. mm Beate. et alla qm
«c)Mf RtrtaMtt. qaamwh. Mmom et Mtaeemtna eaXMB et UM<-
tm)6B pM<nMM~tm Ceeant tMaU~poMet. tn queum Metemptum
BeKaMa ta atte moBamentom a<thM eeaspMtaf Mphata. TMMn
~th èt&mnttatem tiaitiode iMne MaMomt, ad <Mmm xaaeMm Ba-
MpB peMm, qnam ad Ôceaat pentBmt <BMhM.Habet ~nen et aMas
!Maha tatedus ta eeo MM, quae dicnntw BateMes, habet~M et attam
Ne<mn!mt née BM et OMadasBmneMXXXHM.OaanMtt non <a<mM
eteattaa. HatMtet !B atthM ptaeat Mctaentatb aliam tMtttam nMntne
Ttyten, de qm MantmmM
«M «n~M Ma<tMMe&.
HatMtqMam t)M tesom tmmenMm petaem <n parte atetea, id est,
MpteMthtnaM,amplam intatam n<m<ne~aMtam
(;tjaBae!,iK~AMCt<M<,cap.t.)

(t) Voy. JtMBan<~ t~. <V, St)~(M<t<f<Met ~M~~t~, p. 614, edh.


deCMtttM.
sm
M
§U~.e.–Wt'N)&EM.

~ocane, ettebMNcret(t!Mde M~aite, qu! aaMt M aMet<.


r!er dam !oaMmpagnes d'Asie, d*AMqueetd't~Me, et qui
eer!vit au V!' aiëete,s'MCupaaussi de geogMpMe.
~MS soa NtN<~<~< <B<Mb et <~<I%md!a~ea NMcentM
qaeïqa~ détails eMm~jN~MqM~. Noua tMMMhame~MMh ù
t~Mt~aer.
Selon cet hhte~B, rOe&m eBv!MBaetoute la (ene;
mtds, tout ea tt~met~mtcette <Meft<d<sCt~ Mavoue que
de son temps on ne tenait pas coh pour certain.
Il paMtt adopter la division de la tetre en deux parties,
saw!r rEaMpe et lAfrique, et t'Asie à l'orient.
Dars rOoéanoccidentalil mentionnelesMesBritanniques.
mais B ne parle pas des Canaries et des autres Hessituées
dans la même mer. Quant à t'AMque, il avoue, comme les
anciens ,qu'Mne peut pas donner une description de l'extré-
mité de ce continent; et: quant au Nil, il dit qu'on ignore
où sont les sources de ce neuve.
Mdécrit le UMoratde la Méditerranée,du Pont-Euxin et
d'autres endroits, et aussi d'une partie de l'Asie.
La partie géographique de FouvNge de Procope prouve,
selon nous, que ses connaissan"esse bomaient &cènesdes
anciens (t).

(t) Voy.Mw~pttctBMMMMtt~<.t(M<<t Mtt. <ef~eMM.


tita<M<M,
Sur Procopeet tes diMKMesMMeMde sesoeewes,coMettezte
M~tmarticlede M.BantMa, dansta Me~pMeMfttrwt~,t. XXXVt.
p.tStenatv.
-–a (4

$W,f.

Nous wons ??? de t~Mtaaee,danste§ Hde Mt eu~Nga,


qtMthme~téeriwatnMMdu tV'sMe. Neusa~NM<MtmMt-
<!ende lui, en par~t de qaehmaa auteur du Wt'8~)~,
~reaqu&s~ epimemeotfM~fapMqu~ fCNamept~
au MutMMentpar quelques auteurade catto<!poq<to,«mta
aaN! pâtée qa'eMe9<hMat ~ttement MMM par pMNNs
«MBfM~mphta du moyea-~ge.
LaetMce dMt ê<N MOtpMtparmi tes auteurs qui se vont
eeeap~ de eMm<~MpMe et de g&ogmphte.Et on effet, on
KacentM non seulementdes notions cesmogmpMqaMdam
le ehapttMIX da livre Mtde M~ ouvrage intitulé Btp~MnMt
fM<ntN~m!tnM.ma!sMëcr!witMnoNWfagedegôegtapMeintKMté
De<twa&~/MMad M~ya~m «Mte~t.Madoptait la <Morie
de eeax qui croyaient qw les navigateurene pouvaient pu
travener t'Océaa pour aMerdans une autre terre (t'~Mf Or-
qu'on croyait situ~ dam t'Mmisph~ austral. Cette
opinion sufllt pour montrer que du temps de Ï~etaBce lea
marins européensne naviguaientpoint sur la mer Atlantique,
ni sur la mer Indienne, au deta des limites atteintes par les
anciens. Voici, du reste, ce qu'il dit a cet égad dans le
dtap. !X, du livre Mt, que nous avons cité, et qui sert aussi
à expliquerquelques unes des mappemondesque nous don-
dons dans notre Atlas.
a ANm~)rM~empa~m<eMœ,y<<ea<Ma'etaMM<tMMMM-
<MtCMest <M<~MM<M Me~e O~K~MhMM e«P8
Quod vero et antipadas esse <abu!antur,id est, hommes
3<&

a eentmda p!ttM<t teHW, <tMxat M<<w,paMN<t<a vesM~a.


m(tMataMetteCMdeadMM (8t. N<aNM& ttoe Matatia ee~ti*
liono d!d!e!~wM aNnaant, qMaaitaCeciMade cax~'
taxtt, ea qaed !atfa eaawM MeM~pMm'speBsaaM.exttt-
~em<taa!<MNm m<M~)M ta!Mat tttMmMaet m~MuM.Et
tma ophmntaF<ttto'r<Mn fftT<Ppa)'~mj, ~'« <'tt,~aMM<t<nt?
&<MMmM!t «ttW<t)«Ht ~HMM; Htt «tt t<H<<tMt,
<«<MM)! NgOM
MBgteba~ et Niattda ntax~ts @se et~tetaf, ~ve at!qM ra.
MeMaMtMtMtar, aM <ame&??? CM~~tiSMat eMarne!6-
itta parte at aqMafmM eM~e nN~tB!t teaa. BeMeeMmtxsi
nudas!t, née hoo staHtn necesse ~M, Mthem!n<atabeat.
Quontam nuMotaade soriptura ista meaMtor, qurnMrmtb
pHBtefMsfacit adem eo quod ~as pte~eta cempteBior;t
n<mb~ «~Mtnh'Mest, M ~tCMftff otNptMA<HtMMM ex ~'aein
)t<omjMrtcm, OtMM~ tMM~Mtitafc tn~ccMHW~aw <Mpc~c.
nire pott<M«'.ut etiam !M!cex Mnoprimo hemine geRMS in-
stitueMtur humanum. Qua propter !nter Hhatunoheminum
populosqui per septaaginta duos gentes, et totidem Ungaas
ceMiguntar fMise d!vM, quemmaa, si possimus imw)~p,
iMam in tetris pedgtmantem civitatem Dei, qu<Busqae ad
diluvium aMamqae petdaeta e~, atque in nMisN<Mper
eormn benedictiones pNsevcmM monstMMtr, mmime in
maximo, qui est appellatus Sem, qatmdo quidem Japhet
itabenedietusest. ut in ejusdem <httri9sui domihnshabi-
tatet(t).*
«) S~ h vie<ttesfehhtde ~M«nee,tete~eat<h'iteemmttM t't~
ttetedans le t. XXMt,p.M, <hla Bf<w<~t< mt~owN~, tMi~pM
mtMMB&tMth&)d6<t<tMABU<!Mhes de BmMe,IL rat)Mde
ta Bouderie,et mtteut t'exeettentenvM~mt tesécritsde cetau-
teor,pabMé&tettdtCB vint mottesept~ «??), pm'te Bev.BM~e
Men<etn,tnUtet&~at<tN)M~e~t~~)~t<~jM<MBMm'.
aoe
[."
r

$M,t'.e.–Vt*N(t<!M!.

~mcosMe, M~Mtm~dt mw d~Mf<ath)nsur !ae<M.


<tHM<~ade!aapMMd'~ra<ajt.
Cette<!M)~t!MtMpaM~part'~MWah)fta.
Att~t, AHM!e <)~a8 s!M~ le ~omette ~NMMMasheMs
C&<Mqt6s&u!,deMgm!e,êoft~K wmap<a~t~e tft Maa~ et
~tatdhMbaMMtde!atc<Te.

Vt--

§n),P.23.–V)t'8)6CM.
Nous ajouterons ici, & ce que noua avons dit dans la
pifemi~Mpartie de cet owvntge, lorsque nous pa~ams de
JeanHtMoponos, quelques détails sur son ~(ëme cosmo-
gtapMqM. See ThM<< de (aCrAttmM du Monde,est rempli de
deiaib cosmographiques Ot~ curieux. Il' adopte l'opinion
deaaiBtBasHe, qui ptaoe la terre immobite au eentte de
t'anivem (<). n n'approuve cependant pas ta &eorie homè-
rïqae de rOcean environnant la tetre; car il dit que ceux
qoi avaient decnt les limites de ta tertre ont pensé que
FOceant'enviMBnaittout entière à la maniëMd'une Me.·
Mais l'Océan forme plusieursgrande goMs dont en cite !e;
qoatM!ptimdpMm,SM<Mr: la m~HMp~M<qMt commence
&Cadix,S'étend dMC&téde ronent,M{peles côtes de la

De~M)t<ffcrM~enf,
fi) V< tMtopoBM, lib.itl, cap.V),p. tMet
'M~.et~h.VM.tB&aettme.
3t?-.

Pamph~!te,at du côté du nord jM~ja*~ Peat-Ea~et ta


MéatMe!!e t~MEtmm, qui a'éta~t t'MeMeatjt~M'a
t'~<M'. v~R V~r~t ~u~'aa )f~tt<atNMtatH9, ap*
pétés !~Mt,étaient les aneiens <MeMaM. deax aatMs
goMMeent, rAratttaue et ? P~q~ qa<aortent de la mor
Beuge en afnrmait que cette demK«e mer était la partie
dwt'~Am aMtmt et te qtmtf~na, OMp <<MMONt,appeM~
marCasjp~MMt. j
Aias!, PM!apon<M peMoitque !a t«er CnapiannoeonumM-
a!qwait avec rc~m beWM, mais il n'ad))MMa!tpa~t'autM
<Mefieq<mla mep Bau~jeM~it partie de !'Man austral,
selon écrivains qui étendaient rAMqoe orientale trop &
t' et qui faisaientde ta mer Indienne une mer MeditëF-
fan~enne. Mtéthte aussi t'opinion de phtsteum~egmph~
qui pF&tenda!entquet'Oceamaustral eemmum~uait avec la
mer Rowge. Cependant PhMopemtsparait eroire d'autre
part que les marins ne pouvaient pas ttavetser la zone
torride, à cause de la chaleur. Tel nous parait être t'en-
semblede M9 théoriesà cet égard.
V!
§ V, p. 48. X"Mtcm.

Ctans la note de la page 48, nom evons été de ravis de


Saint-Martin,relativement à l'époquede ta géographie attri-
buée à Moyse de Chortne; cependant nous croyons devoir
dite ici qu'après que notre texte était déjà imprimé nous
avons vu dans un savant MémoirepuNié par notre comrere,
M.Viviende Saint-Martin,dans les sociétésde géographiede
Pariset de PéteMbourg,«a-la géographieoMMatcdu CmMM
OMm< Ramam<,p.it7, queM.Nemnann, FcMHc&~ntM-
ata

~M.{, ~M M <??, ~OM&de pMxt~~M


~e N<~ da OtM&fte Mt t~a da ~a~ et
)M~ ~<MX<, «~'t B~tte !<? a!<!mM de SMNt.N~!<t.
~a~M am WAaeA~<? faad<nt<etm~f~t ~e~,
m~~&owt~M~1t~ .d1t
? ~a~~d~ pasa~ atMgM<spw ~!at'.MMrt!a ?) M
(~~t~n<eM~~deht~~pMe~Mèyae
de QMa~M, d'Hae ~M~ne MttMMM& eeM<tNtt Ma???$
W~~M MBtseMh;~N<aMM~ d~
~J~~<~wm&tt~aM,asM~hnt<eM.

V!H

§V,f.M.-X*st~M.

!)<aMn'av<MM pas parlé, dans la pMmtbMpm~te de cet


<MMmge,de l'empereur gtec CoMteaMnPMy~t~&~te,
piMMtpt'iï ae nous a hissé, &ptopMment pmtef, Mcan ou-
vn~e CMmogmpMque.N~nmotm, nous emyons de~oiFdhw
ici qa'it s'occupa de g~ogmpMeet qu'à nous a laissé deux
MvMscontenant la ffe<c~~«en~~apAtpM pwMM'Mde
t'emjHM(i).
OnyMB rque des descriptions de pMMiemspaysdei'Eu-
mpeetdes diBOtentesues de la Meditertanee.On y mncontM
aussi des descriptions de quelques parties de t'Asie, de
t'AtaMe, de la Perse, de ï'Annenie, de t'Assyrie, de t'AM-
que.etd'aatMs.

(<)Vejf.<tmsta B;NBUne,<ot.!H.BMHNe,
<MO.
M9
<x
j, "<
M.–Xt'at)~ r
dentnemavons
He~naeCeMMam, d~ttïM)f!é~M!)~w4
eSNthwMMl~~N))?rAatM!ohtt,
aae e~cea~{aM~M~! i
e~<)EMa~~Jtf«a<t)<BMt!6M(<).
OBMtttM~
dtMmceteMMage!e~attt~eg~tap~a
dM<Mbp~M~Nme~epan~d~M&M~~N~~
X~
§Vt'p.M.–X!'M6cMt.
LemanusevitdetaCMm~MpMe d'A~phte Mf,dettt
BibMetheque Mn,n'47<M),
dePâtis(Msa. estdanstmétat
pa~it deeonseMaUen. H esHn-Mie, et contientMeo-
tennes.
MtMntenne MMpr~entatiMs astMBomiqaeset ceMM-
gtapMqaes,et!amappemondequenoesawmdonnée dans
notM Aitas.
Toutes
cesnguMs sontdeaineesavecungtand
seiBetce!eriees.
ta t" Mprésente savoirh teTcaM
les4éléments, centM
anceMte dMgne deta tene,unsecond
te disque eeîete
cetuidet'MM,puisuntmisieme
celuidel'air,unquatrième

(~LachMntttm
d'Benmtt
6ttpobUte
par<hnM)H damtet.Mt
<hNmt&MmtetaenmM)tM)~M,p.tM;dmMtet.td)tN~tn)tetfBm-
tt<aMm dtMhMMM&<M
sa~'MMt: Mit.
<wnmt. deLyon,
t.XVM.
eHa)!BeeNe<eCe~ne,t.Xt
cet <BM<t,
?)V«~M, ceqoeMmMOM dit,p.Md, am
t'aaatïM
derctUM~deeee<Mp!M
deBMemte,
aatX'ette!e,
etpt$.iMet
MtONttMt.
.-M~
eB~e~du~.C'e~teM~t~&MMt.
t~ M'est utMauheK'pt'Htèe teaeaacea~
d'anern~, dont!esaa~tet? tMU~httaux4 p~ntaeatdï-
~t~ .)es¡~,mw'-
SMt~, $~iM~ FKm~ej~ede.~<e~et~
~sead, t'Ot~a enwtFMmant. .,L~
J~ Mpi~~ )t~ ~yjBB~ ~B~ (<).
~V* KtK~~ ?~9~ ~M<~0~]~t~
<)~McMM<eei~atdMM)~~t'6~M.
Aue(M<m, on !i( ~a/~naMre~n~ dam<mter ~tde
quiMpt~mte te ttmhe,!eM*Mpt~aente Mnw,te ÏM*
<'<a<t,ïeiV'f<Mr.!eV'<e/c«,teVt~ taw, !e Vn*JM~-
aw, !eVm' t~Mt, !e tX'~w~a, !e X'JM~e X!'
Jt~pAef, !e XM'~mMw,!e XtM'<e.~rNMtMeH'. !e XtV'
e«tMttM~a~MMm, teXV*cercleenBn, <?<eMpy~e~et
en y lit autoar CAH'Mha–Betm'M<t!eNp~–P«e«a<e<
<on~e&–MMtM'a &ttm<Mta–<4~eK–y))<~MtMMt~a<M<–
~mt ~ap~rn(2). Au haut, onlit <&<Mttnif<Mp< <$<Mef<M.
Etplushaut: F~NMt–MMCMt.
La V' ngmreMpr~œnteh terre, puis !es 7 <tmcte! de!
7pitm&tea,etmnat:te!e:taBign~duzodhque.
La Vt*mpr~enteie coursdusôteBet tMtef tabte pour
<MuvmiateMM<!<Mnm!ca!ede28tmB<es' i
LaV! ngure sert à indiquer!e jouret ta nuitdansles
deuxhenMsphèMs.
LeV!n', te cemtedes Msignesdu zodiaqueet du<:oum
du'so!eH~'
eettef~ temsUaM
(<)Voyez !a phnehëttë~et~Athi.
N~s
(S) ~nnensânetept~on Mmb~hdaMMtj~ At~
t<t&sd~aS!itn))Mt:t<!MXtVs!Me. ~7'
M<
!X*,duea)mde~~ma.
~X~~tM~ed~e~ipseada~M!.
LaXt'.taateodedeséoKpsMdehtmM.
La X!ï*, une autre Cgere rapt~aentaMt!e cours de la
lune.
LeaXtM', me, XV. XVt'.XVIt'. XVttt*.XtX'cem!ea,
des heures et du oews des ~anMM.
La XX*, la tnopj~aMnde que nous aveM reproduite
dans notre Ât)M.

X!
SVL-p.ae.

Nom n'a~oM pu cité Adam de !Mme parmi les tosmo-


gmphes du XI- a!ec!e,parce que cet auteur ae bofne à par.
1er simplementdes peuples du nord, des tics OfOtdes, de
t'AB~etene et de TMe, d'après Bède4e-Venembte.Pour
ses descriptions des pays du nord, il s'appuie même sar
l'autorité de Bbrtianm (~peUa, sur ce qa'i) avait appris des
renseignements que lui avait donnes le roi Suenon, et sur
ce qu'a avait puisé dans t'ouvrage d'Ansehaire. H place les
Amazonesprès de la mer BaMque(i), et les cynocéphates
dans la Russie. <t~<q<eeM<<WMr (dit-N)e~t&t et MoncerM<
&KMM< in voce.. t
H ne connatthSeytMeque d'aptes )Nar~anusCapeMa(2).

Va~o:ce qae nexs Mecadit à ff~Mddu paysdes Anamnes,


selonlesMMMsaneieM,p. StMetMtvmtM.
~) V<~M *? <?< Bmtc« MtfqtMnmt <MM Bm)<<tBtM~eMœt <MMn<
(~ €6 tt&ït&~st~ûï&t f&Mcs~ceMt<~r~<tMNëodo fRMo!ï'8
eceM~sUqne de Bteme
2t
aa~ *«

~e pe~t ~M ~'Adam de Bt<6~, q<M~ de


&Meit,est intéressant n<Ma'la gfa~aphie de ï'EuMpe eep-
<entt!oaa!eauMoyM~ge(<).

xn

S vtt, P. M. !?? 9, 8BRK!MMtÉ<!EOsa*H)t<KN


M
MCHAMBBaMN'MftCtMt.

N.We~Mt<~s~efd~sM~de~!tNm~deS)~t-
~ic~t,tfMMdaBstaB~<~apMeaBiveMd!e,t.XXXV!qae
le tmité de g~mt~ie qu'on attribue à Huga~ est peot-êtm
de tai, et que l'erreur proviendrait de ce que non seulement
tous les deux appartenaient à l'abbaye de Samt-Victor,mais
aassi pafce que Richatd Btses études soas le cetëbm HugMes.

X!M
p. 74,78, 79. M, tM ETsmv.,ET143.

DES ceSHOSttAMKM ABABES BT DB LEURS CAMES.

Dansun de nos ouvrages nous avions déjà montré que


tes Arabesau moyen-âge étaient plus avancésdans les con-
naissances géographiquesde t'Afrique orientale, que les sa-
vants de t'Enrope (2). Maisà l'époque où nous avons traité
des géographes arabes, nous avons simplement examiné

(t) V)qrm LMenhMe,danss~ se<~p<M~ Mnaa.C<na.«))«tt«<MM<.


Bm)b~itM. Motaya ttmmé<mcmnntentthw de reu~mted'Adamde
thème,danslesWoe. ceatoMtt. TomeJ.
CM<f<<eaM.
tt) VoyezoesReeheMhes Mt h deemMefte det'AfMqae eecMentate
at<àai3àa
M<eadaMj~B<~dM(MM~<s~,p.~n~/Tnn~,NE)~n5XtVR,
captl~Or(Pa~i~t8~; i~. R~Y,7C~c7tv;XRXVti à RLVif,
et p. Ctde HntMdMMioB,et p. M,99,99,100et Mit., et S864M.
sas–

tpMHOeMent !<awMMtsam~ g~c~p~


taux au a~ defA&ïq~e~eM~ eteccMentale. Matme*
aant, nanscM~faMdcwoiFa~M~qMlq~~ il ce que
neasaveM d~ dit des A)'aeeadaM~ouvMge(t). Nous
oansaeMMMN donc ici quelques pages à laum eoamographes
et !euMcartes, et cela eauœ de la grando MmoMe que
!eaN ouvrages eatN~MtMM !asc~Md<~R<Mp~~ et
a~Mt pa~MM~?M~&~t~eden~<i?ehM!an~MM~
!es~e~apha!aM!MS.
La g~jMpMe des aMbes commente au !X*sî~f!~ ils se
tKMM~Mmt à la fois en contact avec tes CMM,tes C<MtM, !es
Indiens et les Chinois(a), et on peut dire qu'ils devinFent
les deposMMSd'une grande partie de ta scienceconnue, et
la transportèrent en oocMent. Les AbbaeMesdonnefent la
plus grande protection aux sciences en s'aidant des savants
nestoriens qu'Bs avaient anm~ës de Perse et de la Mésopo-
tamie (3). Deux MKes, Hamoan-aï-Rechyd et Almamouu,
demandèrent à l'empereur de Constantinopleles meineurs
livres grecs qai furent ensuite tifadaits en langue arabe,
et contribuèrent puissamment à répandre la science.Plu-
sieurs historiens mentionnent avec étoge le zèle de ces
deux princes pour la propagation des connaissancesscien-

(1)Voyezplus ttttM,p. «8, iOtet MO,et p. <S9et i90de h tb


pMtie.
(Jt)V«yezBeg<~jnes,M«.<tMifant,t.H,p.<M.–C<Ehnaein,Nttf.
&aT<)<MtM.!n-teK!,p.Met~–Veye)!temtant<)!<eo'!mpteMm!-
naire deM.Re<nMd,&bmct<t«Mt'<!M))~!eat/M«p<~<t!Aa6e«tMM
~tJP «~, t. t. Paris,iMS.JMM.,p.3!K6, <«, 998,etc.
JomMt, JM~MihtMr <m<<<<e<fMM <r~r<tMM, p. M. –<X,
WeMeM« «<MfM<h< jMMttM~M, 1.1. p. CMM, J MMfe~. ~r<t&.
a6p., 1.1,p. K. AhoattMa, ~MM<M ~fe~n., 1.1, p. ~t et satv.
M<<~ms(i).i~O<)Msad~d~sp~ei~~ ««4pk,
MMstewM <mwage$M'ïeatMq~N<hHmttraduits du gt~ èa
atahe, par t'Maaace dea <~MNM. Bs aeta!ent, en taêaa~
~mpa~ dM obMNtKoiFMNM~d'tnatm)Ma~p!aa partait
qae~eax d'Bppatqae et de PtoMmee(8). Dans CasM, Mus
ttMWMaune longue satte de ~~&~gm~?atab<s, dont pta-
aie!M'&e~qaiMnt dma !a )j~!)Ma!e BiqMB!q)m(3). DaM
!'Ms<a&e da MmaMm~eJMe~at- ?<? Batatat~M, MM
voyonsaussi un grand nombre d'astfomomMet de geoBtMKs
arabes. Au milieu de cette vie 8c!en0~e, MMesdon-
n~MBtordre MeaN gëneraax, des tes pKnnie)~ eonqoCtea,
de faire dM descriptionsgeogm~iqce! des pays soamis (4).
L&eanes!t&et !e conaneMeponsMMBtdesveyageaKmtt-
sulmans jusqu'aux Indes et Ma GMne,tandis que d'autres
Cmma!entdes établissementsà SoMa. n s'opemit a!ns!, par
les ANbes, guerriers, marchand! et anssioanaims à la fois,
mt échange continuel d'idées, de produits, depuis !e Can~
jusqu'au Tage, depuis ï'AMque jusqu'aux Alpes (6).

(t) V<~MCoMM,WM<e <Mt ~h~M,p. 66. 0. AMemmi, Catal,


(Mtc. <Ment.mNtoth.Medteee,p. zn; et Net.et ExtMtta,t. VM.
t" pattte,p. M.
?) AsMmant, CtMt<w. Cod. <Mmt., Me., p. ~M. Cf. BetMtbM,
MM. de PAMtMm~ <m me~tn- p. iM. Jomfdtht, jtt~f~et Mr
<M «m!. <f~r<M., p. 64 et 65. Œ ar«&e dt~hM~M~ <!pt<K)~ M<aM-
OMtf~tM Mt/h-a~t <hBM ? N<Btn«f<t OMtf, MM, de te NtM~OM~w
Mt~HM~, pmr M. SMNtot, <hms te t. Biï des itfet. et JMf., p. «6 et
sutwMtes.
MG)st~N<M&)~~MM~m~AtmMMt,CM<a~.
<eMtMf<Mte<.Ox<mhe,i69a.t.m.
(<)~tM)~et,BfM.<tMMMMO~M, p. «T.–t~fdMe, N!M.<&f~-
/)~e.
H&t. ifMM,
(S)Begatfjnes. 1.1,te t, p. m. 0. UM, MM.d~
&&ttf.entMNe,1.1, p. iM.
–a'M–
VaMla M' st~dM détiens commeM~eet a tMtd~
de t'NNtWtes tMB~HrdeSMtema gret8, <?d'BMtMS
SKaMtt
<teeMeata~tradaM!~t, pMdwttamo~ tesoavraeM
des Arabes en tat&t.
Nous voyonsencere, aa X!' eiëde, CampaMMtraduire de
l'am~ ISKMtWMd'EueMde(~. Et en t~ht t~t ptem~fM
MdaeMoBsdes BvM&des At'atxs fenMmtaBt,selonplusieurs
a<!<WF8,aMXt'dMe~.
~Xn'~Mte,Ke)rte.te-VëB&aHeatMte<metmdacUott
de l'arabe (3), En «M, on a Bat en Espace an ctsmmeB-
taire ?? Avemoea(4), et Geratd de CtemoBetmdMMte))
taMn,à la même époque, p!M!eursouvragesM~ati&mesdes
ÂNhes, entre autres les <f~rMMet. Dansce nteme s!ede, tea
empereurs de ta maison de Souabe, notamment Mderic
pmtegeMBtbeaucoup les savants et les lettres, et fondèrent
desMmvem!tes;etcedemierapportad'Oriemtdesmamascfi~,
tandis que le sultan M envoya, de son côté, entre autres
présents magn!nqnes,une tenteoù les mouvementsdes astres
étatent représentes à t'aide de ressorts caches (6). Ce même
empereur fit traduire plusieurs ouvrages arabes (6).
Les croisades contribuèrent beaucoup aussi à t'introdae-
gon en Europe de ta connaissancedes langues orientâtes~?).·

(<)V~ezptmhtut, p. a*.
(:) Yey.Net.etExtNt~, t. VÏ,p. «B.
C9VoyezLebeuf,B<tMr<. o<rMM <tM«~Me« p. St.
ex~<M<e,
(<)V«yM Wet.<t&t<f.<fM ~timMt~M. t. Vt,p. «B.
(5)V<qr.KMmfM <<MN&Mr~maMtM, pMN.Retmttd.(Pa~s,<M9,
tn~ p. <Met M~
(6) Yey. <tMM~a, BM<<<«r <M1'MttMt. <<<MM~, p. au <~?.
(7) V<~ez Let)e<tf, ~<t' f~fat &t ~M<M «t fhMt?, p, M.
–aaa–
j~~ X!aM~q~ MMt, ? <aa~
amtMKMN, de ?? ot~ &pftm~pP~tde de fataba (~ et
etiNhmMd'pM!cM~matt~~
fH~!&!a !B<ttM époqttttles ~er!~des A~abaa~ et M~oMt
eemn~A~MNM, AMaraM, d'Avtceme,et <'A~))M! ~).
N<w&~M~at~M,~M~p~da~
j~tNttMM 'MSMN~aptMa dM~thaaqa! dMaMt'Ec~&*
~MeaH~e~~t-Nha (AvteNMM) etd'<)~. NM6WKHts
teeMf~~~Mtf<~~~MgMi estMars) <t'ABwft<t<t-€Mn<),
~MMMd'A.bM~d~Da~Mti~~ÏMo~~
<aaxt~Mtentp!)N!e<NS noMens scbxttaqaNtde !')ta~ par
MaieHnAjMte des aateuts MabeStCe fbt aaN! par <Mx
q~'<~pa)fMe~hsdaMed&gt~aa<~MeMt~&I'Occi-
dot. OBcc&K)BA6ie,enËgyp~eten~pt~ned<scoM~M
de tM~acteafs,et des wnhren)!M< cOt!'oa en~Mit tea
sdmceade h Gfëce(3).
de h eosmegMpMe
tes bt~s ac!entt!Nqaes et de h geo.
gmpMedes an<besfurent puMesdans tes aystëmesdes
&e<a.NousNMmm t'oecMion d'enparlerplusendétttC<B-
!e<N~.
!~voyt~eamafabesse rendaientd~)& eBCMBeau.tX*
~ëde(877)(4),et SaHamexplorait,parOtdtedmha!Me de
Bagdad,lesem~ronsde !a merCaspienne. Bstra~aatent
danstcttslesportsdet'Me.
CeaMe pmdnisitun despremiersgéographes arabes le

())VoyezLebea~Mno~. dt.
(~ KMnpnMta t~ emMes deceaMant en9te).ttt-Mto.
(S)Vayet Btttt~td~
<<MKta<x, Mf«t tt~MftMjM
MrtMMf,p.ST.
«) Ve!flesRetathms<teRemmdot,
donates et~<.
parM.Ket)tm<t,
MB.ttMfM,t. p.iM. Nottee deBegait~es.
~7
Se~Mh NM~
~hMt e! Kaa! IMetat~ty. ceg~apn~
dMa~~MM~~
aMS)~Ma~% €'<<~M<(<),
qu'itee~n~~
M~ mat tea eamttt~t ah NMMm~tMtam6aMawaîe~
d~penétté. 7..
An a~Mda ~~Mt, t! <? tatM a~diM qa'9 est s!ia6
r~t~mM du Mf~&, au bord de POe~n, etqNM ne~M~e
aaom autre ~y% eafM aB<emttNa!td'M)tK~K&~t'0~n
et~ ~eftda Jth~e&, et de rawtte ~)~b <MsNtdoIfUg~e,
où scat O~w, <~am par le d~)pt qui est MmbM, &
eaMS tK gmada tMew.B B atMt~t eepea~b~qaeïo
]~9 da SMdM)t<ta!ea<&F( étende ambd~tb et m~
8&faNes;et matgrécda, ce ~egmphe ne eommbMMpas
les t~tom~a midi, car J! dit que !es haMtmts du Soudan
n'avaient point de lieux aab!t<s, ni d'emptMs, oteepté du
e&tédu JFes~e~.t<Mdeux poh*<& extt~mMque ee g&tgmphe
signaleaa midi des Etats barbajfesqaes,sontStft11eI'la
au sud-
est de TWjMK,et Se~Me-Ma au sud-eat de Fez, et h «tte
<<M M e~ ton~Mtcment~eoMMte.
De la a~me manière, MMMudi,qdi éer!vait aa X' siècle.
ne connaiNa!!pas non plus la côte ocoidentatede ce vasto
cont!meat, decowerte plus tatd par les Portagais. n dé-
ctaFC,en efEet,de la maniemla plus positive,que les matins
ne potMatentpas naviper sur la mer Atlantique au delàdes
colonnesd'Heteate (2).

(t) Sot ee gtogNpheet surson etwage,conMtttMla BtsseMaUNt


de H. MMt)M(6M!M,<N9), eHap)<atMdenotre MmattNtMteti,
t'AM<Mmte des .Menéesde BerMn, !e pMt~em C.bitter, et quipte-
eMela tmdMttonde Motthnana. (HMfhmMe. <MS.}
? V<~e~à ce axtjet,le paNagede cet a<<MtBr,
p. M,§ X, denos
Recherches eiMe<.
–??-.

~'a~ jj~ !ta AM!~ MMaa~Mt ? way~i~ aeatta


ep~M dMM?9 tn~a d~ M<a. Co f~~at~a pade du Nt
da~M~~d~~CfWM~ ~B~ au~t us adtau
doMa!aHmpetdatk)M!naMdet{)).
~te~deMasM~wa~Mawxd'~Maetda~tt~
tNa~aN~Mw(a).
Ceea9mo~phe,qaa!qM'M pw!e de ta atSMta de la
~M (a), o~nmeepeadantqee, ~MM!~<m<MM<h~bh'
tOM~M~e M< <MM~,q~'<m M6M< ?'? !? <HMM!at~ qM'en
é&M~M~ etqMt~~NeN~ t~M~~ 1&
oM' (4). MahpaF h ~fêt~eede MAaa~af, paMMparM. de
8M~, peut juger eemb!~ tes Mbn~ cha: tesAfobes
4<a!Mtmiit~M &Mt(a<~)p!e (5). En <?(, ~ssonN y d:t
qu'il a <mM d~ dtvaMM.tet!om..t, d&!rKles mem qui
Ndstentdans hmtveM, les points o&ett~ commencent et où
eMesaBi~ent; d!sMnguécelles qui ont des eemmuBicathMm
avecd'aMttM. !? grandes tics, les plus gKmdsBeMv~,
leurs MMMM, leurs amh<nMhMea et retende de teMs MUM
ee qui concerne la Cgam de la terre, et tes sentiments des
sages des dMKMntesnations sur retendue de la position du
globe,qui est haMtee,et ceUequi est déserte. B ajoute qn'M
tdeedt les sept dima~, leur étendae en bn~Mf et en
largeur; la portion qui est habitée et ses dimensions, le

(t) tbM.,p. iS. Surla MmtMcUM destabseam arabesqol navi-


~Ntentsur h merdesMes an X' ateete,wye! t~)~M<, tee.cit.
p. Mt.
? MMMmttcite F~Mottesur h meMMdeh eheeateMMe dela
<eMe.(Md.,p.M.)
<~ Ve~ezBe)!Mt(ptes,Wet.«B<a~M,1.1, et M.
«) V< ~M. et &MMfM, t. VtM,p. tS! à Ma.
MM.et &MrofM,
M VoyezDe~ntaMB, 1.1,p. <t.
*MW*~

M~~Md?~)?ae~~ t~ d~a~~ ~WtMt tha aar h C<!<&


dtt ~eh~Batl'M)ae<M~ q~~ as~ ~McatMM' ?$ ~aM*
~nt~ ~NPMr~te ~arM~~aaatewt~ et(Mnë!î«a~ma<
n y parte aussi daa points ea~tiaawt qui dtMwnt t'horken.
QMMtt&tbn'BMteat, aM<M $~aptM MBaha, qui <~tta<t
X'a!Me, BOMaveM xaMt)~a<ttM ~t qu'it M'Natt
jpMptM )HMM)&, et que m <eMf!pMonda t'A~M NM~
pMMMaM fpt'B M eMHMt~t )~on aa <Mt de 8o!!m<M
~~(<).
~M!e paMMtam <tMpt~ mvamtse~BM~~
p~af~M, AtbyMum?(M)~t~!Ayam). natta MaautM
~~fs~, tMMM avons d~ donné tout le syatÈmeCMma-
gtaj~que de eet aatew (2).
Daas le t~me eavMgs, Noaa avons aoœi reproduit le
syatëme e<Hm~MpMq<Md'Ëdr&qui vécut dan le siècle
8a!vant(XH'a!6c~) (3), co qui nous d!apens6de l'exposer
ici de nouveau.
&eXtV*aiMe ppodaMt plusieurs eesma~aph~ M'd~.
Nousei<emmentM aN<f~Fta-At&f. dont nous awas déjà
parlé a!Bems (4), et qui dit expressément, & la première
page de son T~tJ de C~Mp&te, quela largeur de la partie
habitée de la terre, prise du midi au nord, est deMdegt<9,
et que la partie en dehors de ceHe~i M<m&aMf<~a cause de
t'ext)r6mechatear du Mteit. Quant à t'aMtMpartie exteneNM,
du côte du nord, ette est, selon lui, inhabitée à caase du

<<}VoTes)tMBedtNehMettéet.p XXXV etMtt.


{SOtNA, MVà MVtMdertxMdttetim.
(S)M)M.,p. XXXVtt~
XU-MXMt de HntMdMMmt,
et p. 9<,M,
MS,ZB. 'M9.9M,ZM,!Met M~
My<~)!Be!RecheKhmetKes,p.XUt~XLVM,UX.
–~0–

<M~B~M~t~a~t~<
~,9~~MfaNMaK<~taMt~4~M~
tt~Bf~~ ~~<. E<~ X<M! ~w~t~
aavantaaMbMet qa'en a MMomH~~ M~ Op&a~tw.
',<? graphe ttdepttt OMoreaotn~Mï~HMt ? t~de ho*
a~qw de r<&9<an enwimnnaatte 6to~,ma& aaa) que les
ph$N JM~t~ par M!<emer étahMt hMMMMMh Mmat!eM<,
M~Mtetentpa, qM'Myav<t!t dM CMSatMfM ot<!Mmt!)MWt
qMe~~MMtMMean)MM,Mtcept4Meo.
S! tmM~M M'atateot pas, &cwt seata, pMa~ que ce
<MtaMOt!Mphe ae <~M)Mi8M!t at~tame~ t!tM de ï'Man a(-
Imt~Me et des régions dëoeavert~ au XV*aMo, Mqu'il
<Mt,hfsqM'i! pw!e do cette mer, soM)raitpau? le prouver.
S'appuyant sur t'MtorMd'~eMMif&aa (AtbyMMny),au-
<aurdu X!*siMe, il dit '<que la mer occidentale, qui ba!g)M
le littoral du paya de t'A~M (t'Ëspagne), que les CMcs
appellent ~N~nantM,personno ne peut la travetser.? 1)
n sait Néanmoinsque dans t'Oo&mMy a des tles; mais
pour montrer qu'it ne connaissait pas le nombre, ni les po-
aMons, a ajoute « ~aepersonne*? <NBH«&, <Bc<p<~ B~H.e
Quant à la mer qui Mgne la côte orientale de t'AMq-?,
Kazainy nous donne la preuve qu'il avait, à cet ~gan!, plus
de connaissances que les Européens. H coonaM, enenet,
toute la partie de la mer orientale jusqu'au Zend (Zangue*
bar), vers le to" degré de latitude australe; mais au-delà il
avoue, comme Albyrouny (<), que jamais aMCHH Mw<rene
<*m<&tMf<M fiamMap fMutWMcaa~<' (2).

MtaUvemeBtteesqtet.
(t) V~M rimpoMantpassage<tAMt)M<my,
ttanschtdansnosttechen~Mett~m,p. LXVII.
? Voyez pescftj'MQCtieantcxeerftaet ejtOMA~b~
tbMm~
aM

J~tM<ew~deh<}MM!Q~phiede~a~y~~
pab~namp)~atMNe tta~~ (1).
te tstte Mt «x)empa(m& de tN~ MptëaaatattoM ~at
KM9~)~~ptM<a~,hMqMMM<)~t<w~tB<)aa-
)Mabear~~apMqaMdesANba9.
te X!V'a!Me a produit aussi p!usieum$6egMtptKsarabes
d'unagMBdacé!ébr!M.
Bt~a,dans un autre de nés ewwra~aa,Mm avom pt~é de
Jb~y (8),d'~<~(a~d~a- ~a.J~t<-
<??? (<t).NexwpatteMM mahttetMat d'un eatM dont <MM~
n'avom pas pa~é jaMpt'&pt~ent C s'agit d~~na~t~
Cet auteur ~vtt en <3t? de notre ~M. tt <Mi<e,dans ta
?* partie de son hbtoiM, de la ~egmpMe des !ndiens, et,
dans la partie relative à la mosuMde la terre haMMe,ildit
« Saetez que ta terre a la forme d'un globesuspenduau mi-
Heudu cM, elle est divisée par les deux (yands cercles du
< méridienetde t'équateur qui se coupent à anglesdroits en
o quatre parties, celles dunord-ouest, nord-est, sud-ouest et
<.sud-est, La partie AahMe<<ela terre Mtfwaw~tMM FMnM-
<p~e <~M<atneHa< dontla moitiéest~attit~e.Cettebandedes
e septdimats, embrassantdansson étenduela moitié de i'hé-

aaotMe&httta bMMebhame<! heaMahhMmd etBetrmMat at Kazata~


apadMeetwCaMee.,Mbr.tamHN.,qMa)n hnpKMOMm qui tnBtbMc
th~a GoMmna aM~vantar.Appea<t. (Cetht,<aM,a Mt. <n-4<').
(<)Le <MMarabede la MsmeempMe de KttMtnytM paMtt&
<~tUname,ea <M7,par FNdhmndWûstenM,avecceUtM
Zata~tt BMNa&M)«< ~te<HMht«M~ Il e'Ntc<8<«.–KmaMtM-
pMe.
M V~MMSBeetMH&es d0a cMes,p. mxVMet Mtv.,et p M.
? tbM.,p. UHn et MXXVde t'tntKXtaeUM, et p. N9.
et M.Surses cattes,p. MT-'NO.
«) tMd.,p. XLVM,
(t) tM<t,p.tXXXVetp.99.Mt,<M.M'Mt
–.Ma–
~<M~MMMpMM~~<Mt!e qawt d$1~~)M~M8en
M ~t ~!m~ ~tï~~ de !« mwMB~~ (t6~(~
te~teMw M~tMs Mai)ea!p encore attXtV*

~~ëM)~H~~i~~ .Vàlt renrem.


MW~~tdfms!eme!MdetTt<a~MreMp<en<r~)Mt! I
~qu~é6atdaMté~mè8Me,adopt9aas!!a
<heor!ede t'Ûeean env!MMMa<.dont on ne eeanatt (dtt-M)
nU'etead~.mhpMtaMdeaf.
JLes Atahfft <!<mM!~t!eat~MM s! pett fOeSM,qo~t
~Mte que cette meF MN~nae dts villesMMMes~)p des
« ~MtM, et quedw tm M9coinsest le MM <??, ou
« du diable. 0
Selon ce g&~mphe, la Montage de Kaf envtFoanetoute
la terre et tea MeM.Le ciel est appuyé deasascomme une
tente.
Cette <Metie est enpnmtée aux Gtecs; c'est le eMy!mM
MMtdtou la ceinture de ta terre.
Bhia l'auteur arabe ajoute à cette <heor!equ'une vaste
me)',qM~itappetteCa&t~M<&,estl~p!mdae sur tes !MMb
mtérieaMde cette montagne et environne toute ta terre.
N<MB <eKMm remarquer qu'on ne peut soutemr que ce
géographeéta!t peu instruit des voyages,puisqu'il cite même

(t) Ce~sNee est deM)& par M.de Hammer,<hmsle BaMetindela


SMtttêde M~tmphtede Paris,t. VM, <~he,eahtefdejxmetMBC.
p. 5t.
~tM~aM a «btta~ le tecaet)de B~M~Hh,teqtMt Mttt !ot~B<hBe
paM ces MMetgnemmM su t'Me damun<m<ta~e restéMot4<-Mt
tMemmt<Nqo'& pt~mt (~tmMM.de HMamm)e'~t ht grandeEa-
qfdepedteindieane.Mte par t'Mhe ~at-~Aaw(AtbyMtmy), qui a
MMmp~f6te sattanMatMmmath, te GhMMvMe,daMMaexpédition
MO:!6.Ses.*
tt33

hmpMtHea da~wM~a~, gtand~hw da Rass! eeetta tM


!<W~<aMX'aMe(<).
`
~6aq~!eoa6ern8VA~Me,6og6egMpheBSe~
paa côte <<ee!deatate de ce eeaUnent au de!a du cap &t-
~ader. t<aapasMg~que neusaMoMpM~a!~teaM~xoKWtda
atnig<tataBea&6ete8atd.
Selon M, FAMqw, s roaddeMt, est baM!e d'un e~te par
la mer T~&fCMW,<M<Made ~aeMe }M~eKt!e e*(t~A~.
Cette assBfttensatBfait paar pMm~F <pMtes AM~<b
son temps ne Mv~taieat point sur la mer AHaanqae.
Puis t~pëte la iabïe des statues qu'OMMmatqMaM dana
les lies de KtatMtHt(~ Cananea).
« Dam chacune de ces HM,dit-il, H y a une statua d'a!-
tata, haute de cent coudées, qui MMtucde son <&~ p<'<Mt Mp
peut aller au-delà. On ignoMqui tes a fait élever (2).?n
AiMpaM,il dit « La mer T~'s~eMM(AlmoudhUm),ahM!
BOtnméeà cause des dangers qu'on y éprouve; et t'Ocean
occidental, <Mne fait gac f~Myerses Am~t, et on ~HM~ce
qui e« att-<<eM. »
Si l'on rapproche ce passage de ceim d'~<M)((3), et sur-
tout de ceux d'tbn-KhaMoun (4) et d'Azura)M(6), qui ve-

(t) Vetm~fet. etB~. du j~a.,t. tt, articlede B~atenes.


(S)V<~eti<r<M.M&r<f.,t. Il, p. Zt. Rapprocher ce paMt~edeceat
que nousavonscitésdaMnosOM~ait~et «o' les<MM)Mtt<M
<?laC<te
MtM~Mab r~aee. p. LXXVM et mtt., §X,p.M-9&en pMtmtde
MaMMdt, de Mtmti,A'tba~M,p. UUUX,et daeo~eat pMsaaeda
)MmMfttatabetaMtete~Mat~-az-Zetxan, qae neMaMmdonnédam
le mêmeanmage,p. CH,dttMunenMe.
(S)Voyezte pasaeed'ËdM,damnosReehetehescitées,p. XXXtX
etXL.PMb.iM~
(<) <«<A, p. ?< Ct MM. )Md., p. «H.
M4

~~w~e~~ea~~Mte~p~~b~
<e! Mtwaeaa, (pt& AtatM at Mte<~ MthtM
ahM~Mr~9~taB~ttMa~)M~
attus ~p t~ttc Mt~ dM~t'ManaCaMM~e, et qa'M n<t
a)Mt<me<
T<Mse~ ~M!~a~ montrent (msa!qae eo (et d'ap)~
<e«a OM~Mon<pMt'hModea BatMa <<~cMa qa'awmt !?
<t<Ma~«fteade pdMe HeMt en MMwit qae eôteyer eie
aMt~teMNtMM~~mM.
Un aotear modefM n'a pas CNapFb la wMtabte atgni-
SN~ea de e~ paroles de BBmfM,et B'&pu vu que ra-
toatMMsht~eMétait assezhMtn~tpour indaper !e P~rtagat
comme un paya du levant. Cette phMM ind!qaa!t donc que
tous tes mMigateaN,dontles pays étaient sttu~ sur !a M~-
<Mrm6e,c'eat~'dtM <m<eeant,<<<eyatet<t et ne pte-
«m~eMr<
naient pas la haute mer, et ne pouvaient jamais indiquer
seulementceux du PottN~doBt le paya est sttae à r<H<-
ttémité ecc!dentate, e'est-a-dhe a la pointe exMme du pe-
nant de l'Eatope, comme ï'a cm Pecrhfammoderne.
QatmtaHxvoyaftesetdeoo<tvertesdesA)Ndt<esdam!eaoM!,
nous renvoyonsle tectear aax ouvrages de Fomter V<~<~<
aad iMMmwfMt Mt&eNord. Londfes, 1786, liv. M, p. 31; et
aStuve, dans sontfavaasmrteeommeMedesAm!Mtsoas
les AbbaMides.
Au XV' stech, Bahom YakoaU(t) ne eeBaaissa:trien de
la eMe ocddentate de t'AMqM, comm~BoasPavonsmontfé
da)mnn<mtMdetms<KnnNtgM(2).

«) HNMMtittMhede h NbtMMqaeaMtenatede Paris,n*M5.


~t~MNet.<t&t.N,p.3M.t<eUM~W~&My}
(it)VeyetnostteetteKheeetMes,MXVttet si.
83&
Waa<!<t~~C~A~t~ M1tlWhm.tam
<ti&qu~ savant (d!~M~~ pM<n!erd<!g)~a<s
ton~tadw. Bans enaoMMtdé ces M~ B y a une statue
<<~a<8decMtMad~qote8tMmMMun&Mmtpeu)fdift'
«gcr tes vaseux et !ew<eN~e~a*<ta'y<tpe&!t~MMM
« <M<~Me (<), A i'Mc!d<mtde t'Espace (dit-MeneeM) est
wla merd'~Mt«t<t,wNoif% qa'ea ~paBemer~fM MM~-
<<tPM(8).a »
B~a!~ MMM~w~a~eaMtambNt~MWp~
teap (a), n place Se~ehaessa parle Si* d(~ 90 m. de t<f
tMadenord, et s<mte etMNOin pour aller au paya de t'Or (4).
Quant au eoaM da Na, il suit la théorie de Ptot&x~o;c'eat-
&-d!Mqu'H fait venir ce neuve du sud de Mqaatew des
montagnes de la Lune (6).
CequiaembtepMavercependantqaeBakeai ne Mnoabsait
pasle Sénégal,c'est qu'en parlant des neuves oùon reMontre
des eMeodites, 0 dit que le seul Neuveoù on tes rencontre,
est dans le ~NM< (dansl'Inde). Quant à t'As!e, ce gëogmphe,
en parlant de ~eMmtt&(Ceylan), mentionne une montagne
oa Adamdescendit. Cetauteur parle aussi, à différentesre.
prises, d'observations astronomiques Mtes dans l'Inde, et
rapporte qu'à MtM<Hd~,ville située à t'entree du pays des
Z~w< (Zunanebar), sur le bord de la mer, au midi de
t'yemea. on cœse d'y voir le pote du nord (c'est-à-dire ré-

WM.
(t) Veye)! et&)~ t. U,p. 3M.
anMmaamhMappâtent ta ma HMttenmte BMf
(~ QBet<t<ta!
f%rt~
(3)VoyezSchnIMM,ftMtt-eeawt~MKM.
MV<Te''wet.etBztr.,t.n,p.<ee.
·
(S)tbM.,p.<M.
Me.

teaep!!M~), <Aqn'onw dtt~gepw <Mh'tda midi atJt'eteNe


~eM~~t ~MMjpp(t~ parHen~ <j~ e{aata wMaeeve~
ptBHM ep que nous avons dttdmMeetotMraget ÏMMpm
)MWSM<N semmes o<œttpédu syst~aeosmograpMqaeda
Ban~9).
LesaMtearsambes eontinneïent at~me, après les e~an~
Mv~aMonsdes Poartajpt!set des ~tM~Mta, &mon~MFdans
!emf8etMtagM qa'Hs ne eonMi~t!ent absolument ~en da
t~OcâmathnSqoe.
Be~Ayas,qaie~vttMee<M)M~MpMeaaeNBme)M~nent
du XV!' siècle (<SM), adopte encore la theode de t'Ocean
envïfomMmt.En parlant de la mer Attant!qne « On PappeUe
(dit-N) mer 'MnehMtMe,l'eau en est troaNe, et j~fMatM
a'oM <~ ttHat~er à muse de ta dMncaMéd'y naviguer, f En
parlant des Canaries, il dit qu'il y en a deux qui s'appeNent
j%«MM~(3).

DES CAMES BES AMBBS. P. tM, MO.

Selonon savant académicien, ce fut en Orient que l'on a


d'abord appliqué la géographie à l'art nautique. Les cartes
géographiques des Arabes, qui avaient l'astronomie pour

(<)VeyezYM.« ~teo-.<&< j~MMtt~t,t. M,p. <OT.


(9)VeïM,danala t" ~Ute,§Vn!,p. M!&i06.
(3)Y<tyM~e<.<t&taf.<otttM~t.t.Vtn.NottcedeLMw)t9.Ce
NMatn'a pMMaa~tda texte Maheles premietespatje~tehUtestà
la
ta e~ographie,
eosma~MpMe,etits
et as'estcontente
estetintentédediee
e<ttM detais
Je <Ms
~ee aulec~r
Mtecteof
geSce
desprincipesd'a<tMMnt!e et de ceMMgMpMe quiMmpthsent
sbt pMmteMs pagesda matmse~t.etc.t b
Vo~o* p a<~ t.~t<esB~4tffJ<t)tt)tMM)'<f<~a))~<b~9!<ttt,par
!~)g!es, t. III, p. <as, t59-960 et Mt.
M?
J~~sm~Si~~manimeBt~~
~t~M~H~qa'&t~j~~ ii~ ~aya~
Ï~atrm~Mtce!tesdMea)f<~det'E~m~(d!tN.!<i-
bd) (i)atmttMt~M dtts Arabes. &'MMMee<Ma M~t~MM
apfe &t jMra~tMm a été emptoyée d'abord pa? t~t Mm*
tanx(a).
D'apte <mpassage de Mmoo~ota, il nous semHe qa'en
pemnmtt CK~ ~t !es Atàbes MMtieat usage diMcaft<a ma-
t!aes 9Nf mer htdieane aM XM* atcte. Ce wyagear dit,
en partant de Ceylan « ~e&)t<e~Mpw <ncM<w «t <« aM~~e*
m<M<~<<MNKM'M<eM<feC~NMr(3).!t »
D'aptes an passage de Masseadi, nous avons tace~iiode
qa'au X* siëoie Bs avaient des mappemondes et des cartes
coîofMes.
Cet auteur arabe dit à cet égard
« M vu les cttMMMeM(M!MMët de dtBeMM<OM<tMM
eH pttt-
« NM<Mtw~M, et ce que j'ai vu de mieux en ce genre, c'est
« dans le TRwùede C~rapMe de Mann, et dans ta Sg M
« Mte par le Mite Màmonn, et pour la confection de la-
« qaet)e ptusieMN savants de son temps avaient téani ieafs
« travaux on y a représenté le monde avec ses.sphères cé-
a testes, ses astr~, le comment, la mer, les terres habitées,
« cettes qai sont désertes, les régions occupées par chaqae
« peapte, tes grandes vJtes, etc. <
Et puis 3 ajoute
Cette 6gnre (c*est-&-dae cette mappemonde) vaut beao-

M«(<e.par Uhf!, t. tU, p. 64.


(!) Vejf.tr&M~<fet ~<«M*M
? voy. Ban~ Az!a,t. Decad.t.
{~veyetNaree~e!<Mithm<t~h8e<~t&deC&tp9~!<t~e~tt!a,
f.<9T.
22
11

<–
aMt~-

~eMpm{aM~lMB<Ma~~qM~<~w~td~lag~
< gMpMedeJPtoï&aée, dans ~e de NMb <utKa (<).
B~e~eM~JMMaasOBtj~pMMMtH.
~pr~Ahoal'Bassan,q~ eom~a.Xestèetnn2ma)d
<?*<M<SmM<e<<MM!M, Hdit qatt y ava!t d~sphères eHestea
~e~M~MpaF~afMs~qaiMMMMMthHt~t~NM-t~~
!e~e!, peK~qa'as }!a~aî~tîes Iw~ta~ et Ï~MtadM
qe'ib tMa~Mont dans ÏM MmM.etj~h~eBt tMas!lea <6toBM
dmasta aph~w(a). !t amitexantiné )t Mte qt!~e faite par
AMdMt!ssaatHarnm).
Onte!Mon<Md'au<ï~ctaftMdamleaNm<t66dtambcd'ts'
~ehry, donné par MotNer.
Du XH* siMe, on tfonve non seulement ceBes qui se
trouvent tenSennées dans le manuscrit d'Ëdds! d'Oxford,
mais 70 autres qui se trouvent dans le manuscrit de Paris,
du même géographe.Du XtU*siècle, nous connaissoustrois
représentationsqui accompagnent le manuscrit de JK<MMM,
de la Bibliothèquede Gotha.
La I" ngure représente une mappemondedessinée de la
manièreJa plus grossière.Uncercle paraît indiquer le disque
de la terre, unsecondcercle l'Océanenvironnant.Huit lignes
parallèles coupent la partie de la terre située au nord de
l'équaieur, et représentent le systèmedes sept climats qui,
selon les géographesarabes, partagent la terre jusqu'à cette
limite, au dda de laqueue on supposeque le froid la rend
inhabitable.Maisles climats ne se trouvent point dans cette
représentationpartagés par des Bgnesperpendiculaires.On
y remarque les quatre points cardinaux placés au contraire
(t)Vo~etA~.MeiM<t.VM!,p.M?.
(9) M)M., t XM, p. S6.
aae
`
~des€~e~~(<);s~tMy)~~
p!a6éw~,etle~da~a~,t'e~tatest,ett'est&t<tneat.
ËdïM dt~egk)bedeh ~MpardestaNdeatpartNNes
d'<)c~enteBa~t;etqm~Had&~ttmedewabaBdes.
~MteHmats,H en fepfMtdace autre ea mMnNtt &t'eeident.
Dan la haade, om pMmtercHmat,on lit la nomsaat-
vanta: la Chine, pays~Nonb~m~baF,
pays des Ahysam, -7 BM~, Su" ~Ne~es) da
magfeb (du couchant).
DtMM la n" bande, ou second cMamt~la Chine, -la mer
Verte, !egcMBPets!qae,0!)mn,– tifemen, –teget~
de Barbery, He~a~ la Haate-Egypte(Sayd), pays
des I~rbets, Sas, Tanger, t'Eapagae.
M'bande, ou troisièmeclimat Mà-tchin, merVerte,
Kandatmr, Inde, Sind, Mekran, Tys, Kir-
man, goMePersiqae, Chiraz, Syne, Jerasatem,
Alexandrie, rAMque, et y&pagne.
ÏV*bande, ou quatrième climat Tamgaeh, Chine,
Katay, Badakchan, Gazna, Gour, Komsan, D)e-
bat, Irac, Biatbeke! nord de l'~ypte. Bonide la
Syrie, mer Méditerranée, et l'Espagne.
V*bande, ou cinquièmeclimat le pays des Tares, la
Transoxiane, le ttansme, t'ArménM, les Russes,–
et les Francs.
Vï*bande, ou sixième climat Bamitm, Kaptehak,
mer du Kharisme (le lac d'Aral), h mer Caspienne(mer
des Kt«MM), -le pays des Slaveset le pays des Ahuna.
VH'bande, ou septièmectimat Gag et Magog,-la mer
(i) LesArabesavaientadoptéan modede dénMe!ation
deston~-
tudes<~if?ren~
de celuidesGrecs.
-a'
~N~a~tT~
~Mt~
~ÏM~~a~)~~
~Ml~~t~ ~t pu¡."la
SM)! U_tès'mapp81'lt01Tdeà' et sys-
<&<MMB~p~OC~)~a~
a~M~At~etBohmm~~Me~hpaM~
~8~BW,o&t~t'mM~eh<dhM qae
MHMMpmd<tiMM~a!eMent.
~t–,

Jt~MMe~W <????< <~ < eh t~ft <h&mM


1
~CM~B~<aM~!<

La seconde Sgmmreprésente une rase des vents en dotse


divMomcom~JbrosegMcqae.
Peaxcetotes ~Mta~ssa~treprésenter le disque de la teMe
et la mer eaviMmMBte.On remarque &)~t<edemt-<!eMte9 &
rhmMiOB,m de~s de~eb Rn ïiHea tMHMdes dHSïents
pays de la terre, en se tomiMBt<<M~o)Hs vefs la Kaaba.~u
centm de la mse on aperçoit un cane, et on y !it Angte
~a~~

~jt~C, –b ~n~ ~.I,fJo }!Y@IIll! ou.I'o


~MeaM.– gewtt! te Mbt~b(!e ~tteUta!
~t~t~deSyt~.
<EMta Kea a~HM p«MF<??<)? ta pierre «e~e, eaea~f&t
dM~ !? xamade h Km~, ~e~-Mtrc qa'eHe a poa~eeetM
te temp!ede fa MeMw,qat Mt M~Md~par les MasahtMW
MNMtMla CNtttMdu men~e, et a& tentM etmsearestes
~!tMtabeMt!p.
%M tea neM)3qu! M tMa~MtMt MM<~m~<httsles demi-
aa<~M~<e<tHMtnt<e~t8WMt'~t.
t" eeFd&. MBm<b(N()m<M!M) <h<paj~ (te SM et <~
lies da tTnde, et du paya aitaë ac-daM, ~a~u'au Tibet.
M' eefde. Du pays de Kabaat situé entro t'm~du
YenMnet la pierM MiM de la &Mht.
tM' cercle. Celui,d'Aden, de Sanaa, de ZeMdcet du
Hadramaut.
tV' eeMte. D'AMab,de Badja et de h terpe d'Abys!n:e.
V' eeMle. De Benêts, de Noubaet de Toufa, et de ce
qui est au-delà.
Vt*ceM!e. De KotMum,de Tennis, de t'Ëgypte et d'An-
dalous.
VM*cercle. De la viMedu Prophète et des pays avoisi-
nants, de la Syrie, et de Mrasatem.
VMt*cercle. Pays de Damas, d'ËmeM,d'A!ep, de Mya-
farekin, et de tout le pays de Syrie,jmqm'a Tyr.
tX* cercle. Du pays de Roam et des contréessituéesau-
de&,etde!apé)Mnsated'AadaÏous.
X*eetete. B'Yatreb etdes pays sitae!' aa-de!ael faisant
partie du Nedjazet Djeziré,de Messout,du Diarbeker, et de
Dyar-rebya.
–MS–.

Xt* ~b. Ne BagtM, <!?Re~, dx MM~M.


)~~Ho!M~~<ttdtwK~MaMa
X!ï'~M~m~à'A!tMW~da)~ et
d~jM~mj{w~M'MM CMM<!6FMt)~ (Mt<& (<),
PsMdaM~aw~ewpMt&M~~eeeMecufhNSeMgMM,
aoMta KpMdahwN<oiaHnq~Mpatso !a MMpatepav<~
!MtN~MdMt<m<s ea Mtaaee~Mtea) ma!~)Mht<M pMt~Mtte
moycn~, et dont «oas~eMtetts!? /!tc-<<<n~ ~aa5tte<M
NMnAAttaa.
a<M–

~~mo~M j~m~ M da NmM~


enS~p~. ~M~ ~M~i~~ dom¡Qlt
)? (t<~& eMtHapMMNt MÏt~qB) teeawdaM «aa
CWtasmedMtMa
Baaa & dt~o da &M!ay )M<M<~ ~mMMtMM~
<jp)!tant <Mmatnat~<6p Mlat) ave<!ttt oMf, <<KMth<pM dM~
hN~4e~'AM~M~aaa'wpa)M!~M~'))MteMe~(i).~
M~nt Me Ma~M qa'ana <~e Mc~Medo 9ïa~ p!~
,MtUM.
Ph~MMmMMMFas<tbB-W~t~ty,mteapam!M,qMtvé-
CMtdans ï&8!Me aH!tM)t(XMt*stMe), fen&nNent mmp-
pMNMMtes dont noMsne<NpMpesens <!aHtpt~MiM los /«e-
Mmt7e dans une paF<!oMppMmeBtaimdo M<peAttas.
DegM!gnM,dans tm M~moiKtpMbt~ea )t7M, avait d~a
stgnatê UMde ces mappemondesqu! se (f<mvedans an ma-
ttMsorKatabe de la BiM!ethëquenaMenate(2). Ce savant
of!eN<tM8(e dit, &ce s~et, ce qui suit
H Moftbe eMuKeune carte de la ttgape de la terM teUe
< qa'an la eonna!s~tt dans son temps, et eHeest a peu ptës
< semMabte a ceHe que nous voyons dans le CMtMCe<per
F~Mot (c'est-t-diM la mappemondede Sanuto (3).
Noas avons d~&fait tematqaeF, dans «ne aatte partie de
cet ouvrage, que les cartographes atahes étaient encore plus
narbares dans te tracé de !eMmmappemondesque tes carto-
graphes occidentaux(4).

ijt)Voyezta MMe<ted'AavMte,
de <?? ~~<M<m</t<M.
~Y~~y'.e'Bt~-t.U.P-M.
(S)VeyMceqae MMamMdtt, p. tst et Mtv.de cetoawtge,SM
ta mappNMnde de Sanme.
(<)MMnse~tarabe,n'a SMJ!M,S9), SM.aMtenfbnds,« mappe-
MS

N<~ ~(etMM~e~a~MM~ M~to mapp~MaadM


qM~tt~mwda~~man~ttadeta d'~t;
Wai~ty,MHtt~rw<9 h la MMMÏ~ae mttoMotede (~
~deeMMaBpemondM~&pMp~~ -me; 1J(!lI"
tmMateMeasmtdedtmeastoMdM~ent~
EMMsont e!tM)M«M.ta BMntagaede R<~en)w!Mnne
toute ta <BFM; pab on MMMt~aef<Mm oawiManitnt.
t~A<t~tte<at<Me<!e d'apte te~fat~me de PM~B~.t~mef
4aM)~y~eeMaMMM<B~~<
sepK)!on~tmtveM!*ef!eatM&P~<,deaMN~Mq~et'e!t-
<<~miM du Zonguebaf se trouve en thee de la mer de la
Ot!M.
La iMdKenmnëey est Kpt~Mt~, & paMde dtese pris,
commedans la mappemondedeCutdoms du X!t' sMde; mais
le tmcè des eotea de ta Syrie dMf~MhMaceMpde la StHne
hyt'MgmphiqMeque leur donnaient les cattegmph~ eeo!-
dentaux. La M<m4e y est Nguréed'une manièMtt~ bimFM.
Aucuntrait ne donne une idéedes peuptM ni de la cona-
guration des côtes méridionateset orientales de t'Aa!e. Une
simpleligne droite, depuis l'Arable jmqu'&la Chine, sert à
indiquer la partie méridionalede ce continent, et en y Ut à
peine mer de Nimd,m~ ~tM et mer de <aCAtac.
Au nord de l'Asie, ils placent Gog et Magog.
Quant à t'A&Mnm,on remarque, au sud du NM,<<&eM<
m~aMtct. Ils placent les sources du Nil dans tes mon-
tagnes de la Lune; puis, au midi, on !it la Mgende sui-
vante: *i.e~M<M<~eM.e&tt'~yor<Aet~e,M«mmM~, M

nonde<tt'ad~ede fan desamntMttM


<te)a f~Mphh d'Hm-WaKtyt
de)aMMie<MttMt!aMen*tedee~s..
–M&–

t~Mt, a~ ~w A«?? <? ? d!t«Ïet"' <RMf~!p,


tM)~ ft~Mj~~
~o nord <? D'AtMqaey <?!!B~qa&par une tMMde,t~M
~M~MP t~aeHe en Ut JMi~M&. et &TMttfMM) do
!a <)~M est ptM&'RM~f, en thce d'A)~at<MM (~mgM)).
~Mp~~MtaMj~pMqMM~CMrt~
aMtM SMMdeae j~xa ~Mt~tMtm~ et ptas MtMws q<<e
Mttes~OMMeataM!
ES ~MM.aM X~* sMe, a<M~ mMtpj!)~-
H~~aM~, MtepatAMb'amea <hNM(i'af!en.
(at), aMsa:tat~Mqae celles des manuscrits d'tbB-WM~ty.
Ce pian~hëte est dtcss6 d'aptùa EdHat !bn*<)t.AMaf (<).
Voici eoqMc<m<ienBmtt tea tMize ~uatMde cepettt Attas
La I'* MnBemMle titre, entamh~, tout MmpMde p~ems
et d'invocationsK)ig!eas68.
~n'deat<M~Mtfotog!<tU69.
t~M* te plan de la mosquée de la Moque, ententAe
d'une liste des d!N6MB<es villesmusulmanes(2).
La IV. un p!tm!~h6te, d'apte Edrisi et Ibn-el-Attar,
dont naé~ parlé plus haut.
On y lit que la partie habitée de la terre se trouve au nord
de t'equateur, et que tout le restant est désert et inhabité, &
cause de Fexcesde la tMenr et du froid; et que la partie
méridionate n'est non plus habitée à cause de la ehateur et
de la proximité du soteit. On y voit l'Océan environnant la

(<)Nousd<KOM la noUcede ce peMatanarabede la BtbMethhtM


mthMNte (Mss.arabe,noM?),a mtte eMM<ea ta Soeirtéasiatique
de Pa)~, H.le bMende Slane,quiMm t'a donnéeen <a<!t.
(9)C'eatlaMMdm tenMqoeM.Mnandvientde publier.<V<~ez
ft~itfft. ItIt.oomfo.Mtrf'fri.. t8W.},<
MT<–
<ta~ttp!~<MM~t~~ QUaf¡OO11p.\1"I~, ~MWtt
M da 1)~~ MtM~4& V~aMtt~<?VsatMtf,
savantsla pN'tagMtten sqttottnMts, eooMa!&dtseatM~
etthM~Att~ Mt dan~~t~ma~ppaMMMte !es tMis
J~)~&et ~jM,te <!&<?<?, et t!<to et, aMMMt~a
mMda~t~,anMma<qMe~ï~mdelM!ta)at&:
< teomM~~tfM et <BMMe,A«nse<<?P<
tMeMf.
i~V'awca~~et~a~ag~~MM~~ da.rarri-
quea~oMaaa<a. Oa vo!tCdtepoas )jMMdMoM.
t~tVi' Mmfenae ta eoathMMUM!acd<ettet'Espa~
ot ee!tede ~smM'sHM&t mr h tMditwnn~e,ta <~Ke,h
S!cMe et uneautrepartiedes~tes de rAMqueseptentfta-
nate,avecdespavH!oBS.
VM'Mta!:e, h merAdf!at!qMe et h SMte.
VtM'lesSyrt~,avecdespaviHeM.
tX' lescôt~de h Ctèoe,t'AMb~t, ta eAteoeoMett-
~te de rAate-Hdneufe,et ta portionde !ae&ted'AM~aesi.
tuéedecec<Mè. OnyFNnat~ae aussidespav!ttens.
t~ X*iacoBt!naathm deh côtesepteaMMMde dei'Affi-
que, eeMede ht Syrie, et !a partieenéfidionate de rAeie-
Nineate.egatement avecdespaviBons.
LaXt*unebeBecartedeta mefNeite.
LaXH*un hahaMMer avecdesnotasch~tieM.
LaXMt* en&n,an atmanacb et agricole.
astrologique
Nouspossedeaa «n eat<pi<e de cettemappenmBde et une
descriptionda portahmatabe de cet auteur, composéau
moisduRamadan, aam5edet'hegite(958)tSOi.
Quo!qaenousayonsà pader, dansla tH' partiede cet
Mt~Mge, de ?MMhBM!<- q<M (~~mj~~ ètM~ MMcë.
~a~

~~pM~Mv)~~M~~
~~(t~jM~~ï~~ æfMro M mm~ dMmaau~
!M~detac<Hr~{H~aara~~
~dow~ar~ sonee!ebM ~a-
VN~eMf «wxmeceodes aMhtM,tt mappemoxtde d*]~M
<!ttaMnuso~td'(~ord(2~
M. HMMna!tede Be!t poNh M~, M <)M&,<taMFAtta~
de sen savant cawage sur les 8<epp~?) la mer CnsptenM,
MnedN N~tM~t~ ~'Bm-WN~, (M Xn!' aMt~ HM~
d'uMmMusef!tdehbtMie<MqMMt:9)M~dePM~.
jLN Mr(~ fttabM du Liber e<MtM~M ~j<z«te~ ont été
dmméeaavec une MmMqtmNe<Maaé par la decteartMer,
taCottm, en «39, awote<exte smbe. Quelquesanm de ces
cartes furent reproduites pafM. Not~tmaan dans mtmduo-
Uon d'&<«M& publiée à HaattMxmg,en <M&,avec une
savante pt<&cede notre iMm6M confrère à rAcadémie royale
des Miencesde Berlin, M. Karl tUKer; M. McnitnMmnac-
compagna cette publication d'une carte démonstrativede la
geograptMedei'aateMraratM.
D'autrescartes arabes ont été publiées à ta suite de la tra-
ditotion françaiset'e la géographied'EdrM, par M.Jaubert,
en i836-«MO.Ces cartes, tirées du manuscrit de ce geogra-
phe. conservéà la Bibliothèquenationate, sont au nombre
de trois, et comprennent seulement le tableau des i", 2*
et3'séctionsdupMmierctimat.
Notre savant eon&ereM. Reinaud dèmM aussi, avecsa
traduction française d'AbonitMa, le /<t<MMtMe
de ta carte

<t)V<~MnMBeeheMhessattadteoaMtte despayssttnësMrhteôte
p. tes.taA, MM.
MeMenhted'Afdqae, a~e~da capBejttttmr.eM.,
(9)KM:peMMMM wo~t<MtN<~ enCMtemr <? cMtc<mppcnmn<e.
~Mft–

~n~!<td'tttt.t~aa~. at<maMOM~e
deB~N~p~d~
d~Mbïd, atMi que la ~& gMMte dH~e SMMte M~<
d'MnNMman~d'âpre h dMoript~n d'h«eN~ (taaaaM~t
datrEseutM), etdewt desaha des Mse~des veats, Mj~sea-
tant deux ayatëntMditBSMtttst\M est basé w le !ewr et !e
<MMtMar deeert~Ma <toB~, Tfm<Ma poae eentpela ptMfe
MoiMeBcastt~dam~taamdetaKom~.
EaNn, q~q~M attenta eNt ~RmaM !a g~mphb dN
Atd~ dans des car~qataoMmpagMnt des o~wagasap~-
eMenteuteeaMet~àMs~et.
FMd&ficSMvea donné une carte de ce genre &la suite
desonoavmge, paNM&Ber!in, eB<M$, sarÏMMppoFts
cemmeMiaaxdes Axabessoaales Abbt~ides (i).
Le savant geogmphe an~ah De~tOMughCodey, puNia,
en <M<,une carte de la Nigdt~ des A~'abe~qui accompagne
son importantoavmgeintMé: 7~JW~r<~M!de~tAe~nt&<.
Notre savant confrère, M. Reinaud, a dfesse une carte de
Hasseady, d'aptes ses écrits, pour la joindre à sa traduction
d'Aboulféda,dont noas avons parlé plus haut (2).
Les cartes des Aranesoffrent aussi de très gtands de&uts,
surtout en ce quiconeerne ta positiontjeegrapMqmedesUeux
<erFestM&
(t) Voï~tt'eavmgedeSmw.!nUHtt&DieHmdebZagederAra-
ber mter dimAbbasidendaMhAMM,Asten.amtenm Eoropa.
? Nensnoussommes daasle tMte,Mtet~scaUMMatea
tM~mé,
quiontété pnMéesM&nnat6Md'apte teseéogMphM arabes,M!-
eatte)s<t<Nnm<sB'tWMK)Menttée?damaeM)t<mwae~.
SurtesthMsMateset peKamqatent été !mp~hnésdepnbrtn~en-
thmde rtn~mette, KtathemeMa !a eéeeMpMe.leteetem<MtCM-
Mttett'~KM~~M. Ze)thM.tMM)<!éNtMMt<M M~MMttt; Mpt!tt,
<a<6,p.<a<tet<9T.
t~ tes A<ah~ ayante
i~j~
p~a~ eommpa~~&p~er d'an paya~ situé
e! ma& i!s~ nom au para!!etedes
Canari pa~qw c'était ta te point o<ts'anOttient tes na~
v!gatioas aurta eote'MMsieurscartes des cosmegeaph~ eu.
M~eaa, <mM~t~ <m~ t(a ~Mwmtts d~ Pothtse~, au
XV' a!Me, ~Mnt Maternent dte~cs ~apt6a ces id~a,
eemme eatevMt&aMqaeÏqo~ axt~ de celles q<Mnous
publions dans notre AH<s. Et cette erreur de !a po~t!en
g&~mpMquede la CttMtéedonna Mea,dans nos temps tBO-
donnes, &des prëtenHons soaievées par certains écrivama
contre les faits de t'instaiM des découvertes les mieux éta-
Nies, et qui se pWXaientle moins aux discussions(i)
D'un autre côté, les opinions des Arabes sur !'impossiM-
!it6 de naviguer sur la mer Atlantiqueprouvent non seule-
ment qu'Hsn'y naviguaientpas, mais encore qu'itsn'avaient,
&r~td de t'Oc&m, d'autres notions que tes traditions des
anciens. En effet, la dénominationde <MerTnMn'aM qu'ils
adoptèrent, ils la trouvèrent certainement chez les gêo.
graphes anciens.
Quintc-Curce rapporte que les Macédoniensqui accom-
pagnèrent Atexandre-te-Gtanden Asie, représentèrent à ce
prince, lorsqu'ils entrèrent dam le pays des Oxydraqoeset
des Maliens(2), qu'ils se croyaient au terme de toutes leurs
épreuves; et lorsqu'ils virent qu'une nouvelle guerre leur

(<)VoyezneaRecherches
eMes.§ XtV,p.<M,et § XV.p. t73et
snhMHes.
MteM da eap~M~B)~stMéantfo hMtx~~ 4e i'MMet
le promontoire
S~ta.
3St<

~ait eemmencer MntM tes MattMtsMt~Mu~ de


Pt~, ? fu~t~app&t d'une eMM)<~ pant~~ et ~ent
ontM~e des c<!sséditieux eentpeïe Mi. <Qaavait et&
f!M~ dMenHis, de KceaeeF M Cange et aux~Mtraes au
de&de€e~uM)(<);Bteependantta~uerten'étaitpa8nnie,
e!!ea~tseo!ementenang& OntespousMitcontM~pea-
p!adeaindomptées, et leur MBgaMaitC9<t!ep ponf aMvripà
leur roi wae route vmMt'Oohm, entmta~ de!&te Mwm
desas~ts etdea<M; BsaMa!s<tM perdre dans des pa~
dont la nature avait d<MM la vae aux yeux dea hmaa!ns
avee de <MaveMe9 atmes, c'était toujours pour eux de nou-
veaux emMmis.Et quand Hsles auraient «MMbattus ou mis
en Mte, quelle récompense les attendaît! De<trcMt&«'<h.
<<M <M~&<wt e<une mer e<Me<opj~c dam une N«<tpety&aeNe
des abîmes remplis de monstres etErayants;des eaux immo-
biles qui attestatentt'épunement de la nature mourante (2). a
Seaeque dit aussi, en parlant de l'Océan OcMMM mM~an
Moapote«. B pense que t'Ocean n'est pas navigaMeà cause
de son immenseétendue et de sa grande profondeur, et il
ajoute CM/MM&MC,alta eot~Me et M<ercep<N< teaetnt
<tfM(3).

(t) V<~M ce qae nousavonsdit, p. <6tdeeet oawaee, et p. M,


mte&
?) TMhttMtNddemet M<em, co~qneadiMqmsmMttt-
MmneentismteMMbdmettt Bt~bMenUMemar misB«~MhMtes
MsbMM.QaMm camesamdantatemUqae, qaMtpHMttmn tt~M
<mMMeîCa<M<a <MtOMtMt etjxfpettMOt
Mettm &t«<t<M-
~n~<n<te
tan MpteMmtmmmhmheMoatom gK~hos ttetem MmMMM
<tM)Mta qaibnsemadem<Mt:eefH.
(QatmM-Catee, liv.M, e. 4.)
(~8ë)MM&MM~&
Cei~ M~~t) h !~TE~~
~<ia~dM<S~
~t~
aiea va!ga!M, K~ <MMw~~ ~t qa'

~K'&MNf?H~~M~«a'6eN~W<~t«!!Ma
Nt<m<tpM~e<t<~e<MKMtNo<t<M<&.
tes Arabes adoptèrent nea seatemeat tes idées des
ahe!<a~ao~Ie8na~~dam~ des .tijstènles
cesmogFapMqaesds Ctecs. Et, meSiet, qaetqammteam
Atf~es, d'aptèa ita&M~(<), t~aKtent la tenfe eemme une
salace oaie ou M'mme <me table; d'aatMSOMatae une
bow!edont la taoMé Mt MNp~e; d'sottes commeâne boa!e
enC~mqa! tMffne; d'aatMS peMentqa'eMe<st cteme !mt&-
rienKment. SahMmtqueIqaMpMMophes. disent d'aatMs
tmieum Ambea, il y a piusieats soMs et pia~uM ïanes
pour chaque partie de la terre. !~na le système d'Edris!, la
te:M est tept~sent&Bcomme ao globe, dont ta ~gâtante
n'est iMenrompneqae par les montagnes et tes vaBées de
la sarStee. Il adop~ le systèmedes omctens,qm sapp~saient,
commenoas l'avonsmontré d~a, une zonetornde mhabttêe.
Selon lui, le monde commne forme qu'on sea! hemispMre
composémoiNéd'ean, e: la plus grande partie de cette eau
appartient à l'Océan environnant, aa mniea duqael la terre
Nottecomme an œaf dans an bassin.
La plupart de ces systemM sont empranté~ aax idées
cosmograpn&;e~ d'Bomeœ, d'MMQOte, de Socrate, de
ThaI&s.d'Armtoteet d'anges antears~ecs.
(i) X<CM dmste t. M,p. 3M dMw«.
tM jMOt~tsdecMMtMF,
« &!?. ~M~MtMt~tt
.3M

Noo tweas d~ Mt tfemM~mrp~ t~Mt que NMMmN


~Mt~et~~Ma~~ >DOU$ijoUtéftms.RmiP.
aa&~d'<~e& ee qofeh MM~t, d'ap~ te m&awtmtemp,et
d'apreaeeq~jMMo~ervoBs dans team cartes, qa'UnoM
MmMeque les Arates adoptèrent souventaussi tes deetrmes
dePto!&a~.
Et.Me~.Hs~tNtt~aventÏMtmteaNtmcîem~~M
tMq~~MCtteBMeatpta~e~de! dootriDes.
Le<coano~pMqtMdeMMsottd!,q~eBoasa!!<HM
tranaccife, pmw~a m!eax encore le <Mtque noas wtMHN
desi~~nàter.
TITRB DU CBAPmE.

JEi<!p«~ de la terre,-de M ~Me~ de fe yt'mt dit Mr Ma


étendueet <Nfla. p<~<!equi est habitée, celle qui est <WM-
M~<e~<a' eM<-e,et de FM/ÏNeNce ~M'e~beawee par
Kt!P<"< <M AaM«Mt«,etc.
Dieu dMsa la terre en deux part:es, Fest et l'ouest; rest
n'en fait ([n'orneavec le sad, en ce que la chaleur y domine;
i'ottestet le nord Cannent l'autre partie, qui est donamee
par !e froid Cetavient de Moi~Mment du soleil en rap-
portM'etoaedachevteaa, parce que l'axe se dM~e de ce
côté; c'est le cAié le phts éloi~té (de l'éqaatear), vo!&
potnqmei le nord est froid, et humide. L'ouest est moins
froid que le nord et plus sec, à caase de l'inclinaison qa'y
éprouve la sphète. Les deux côtés, est et ouest, dtB&MBt
decdaàcamsedeiaproximitédnsoîeit.
Le mondeest composéde quatre parties lapartie orieft-
tale qui s'abaisse par rapport à la ligne dn sud et du nord,
veisFest; c'est na quart M~qmindique ia~~MBpdes
vies.*
23
KM ~)M dMad~ < ~t'~t )MMM-
~M~ P,Uisn",I1Ue ..dIaa11h.
~Mtt& ta ptt~dw BMM~tq~ )~ Mt~, <?& se
a~v~ ~)~. l'm!tftfrof"e$t~
&deré!o!gnemMtd~so!eH;dawTaB~
d<HMM&6aasede la proximité dasaM; B n'yvitpatd'a-
nima'jm et il c'y t&~te point ~s ptanies. Du eAtSdtHMM~,
Mas te ee'df~ de Mta~e, !ttw peat B'ytMavemea
qui ait t!e t etx~ de t'Mc~ da CreM.!amtée se CMnpesa
d~jo~~d'aMomt,ttMeMO~~X)m<
A partir du M" de~é de Mtmde méridionale, on M
ttoave non plus rien qui ait vie, eaa~de t'exees de chaleur
pMdaitpar!aptox!miié du 8o!eB.Y<~Otceq)M)ditMa!Bpudi:
Quant &Ptotemee, la cont)~e la plus avancée veM le nord
qu'B ait connae, est rite de Tt«!<, a rexttémité nord-oaeat.
Sa latitude est M degrés nord.
Enan<e,Ïe<!<Mtn<MtrapheantbepartedesMmi<esde ta terre
habitable d'après Marin de Tyr.
Ptotemee, dit-il, a p!acé rextf6mi<6du monde habité do
cOtedasud, versïeie* degré ? minutes an sud de Féqaatear.
Que!qaes personnes ont cm qae~a partie qui c'est plus ha-
bitable est eoaste 21' degré 35 minutes au sud de l'éqaateor.
TeHea été t'opimoBémisepar Yacoub,Nsd'tshak-<d-Kendi,
danssoaTht<t~Mr&t/bnM<&'M<HM!p~tMte.
ANearStKhssoadidit: ~'extrémité du monde haMté,
du côté de l'onent, se trouve da côté de la Cjme et des tles
sp~ jttsqa'àce
JSy&t, qa'on arrive
juscN'àueqdon armreau
aurem~urtde Goget de~,Nhgf~,
rempart deGogetde
qui fut Mti par Aïexamdre.Horsdes pays habités, dans te
Yn~dimat, est une contrée qui fait ~ceàronent, qui tourne
vers le sad, et qui se prolonge en longnearjusqu'à ce qa'eHe
~~M–.

MtaMatlammeeëM~aet~~Mase~t~~
~OMté da Ma~ ~t&M do )*e<~ ~<~ aaset
<?? foo&m~metKNna~ <~ n~tae, te ttwade tM~ 4e
c<H&doBONt,a'wft)aeeweMeeMe!)fMr. tb'exi~mtédamande,
dwcoté du sud. eitetntia !~M éqahMxMe, oolejew et !a
nuit sont d'âne ~)NMeoMtante. tf'Mede &Mt«M~qui ftp-
parMentà la mer de h CMM, M trouve Mascet<e t~M.
< peMOMMsqM! se sont occuj~ de la xxjt~MM de la
terre et de sa &nae, disent qae sa citcoaC~MB<!e ~t &pea
ptèadea4t<M$mNte~ TeMea!thc!MOB~mm~de!<tteH~
en y cempMn~ntles eaux et !ea meM. En effet, t~ate-t-t!,
!e! eattxpF&entent, <MMiqae la terre, une Cormeronde, et
leur limite est la même. Celaient de ce que les savants
observerentdeaxviness:taeN8oasanem6me!~ne(m&rH!en),
dont l'une avait moins de latitude que ratare: ce tarent
JiCoa/aet B<~<M. Ils détermmèrent leurs latitudes, et us
Mirent le nombre le plus petit du plus grand Hs parta~-
rent ensuite ce qui restait d'âpres le nombre de miUesqui
séparait ces deax villes, et torsqa'ih eurent maïtiptié cette
somme par la totalité des degrés de la sphère, qui sont au
nombre de MO, on arriva à la somme de 24.MOmittes. Le
diamètre de la terre, qui est sa tongaear, sa largeur et son
épaissear, se trouva être de 7,<C7mittes. a
H a}oate qn'on attribaait aa degré 87 mutes, d'antres M
et deax tiers. <
Au foL 21 V*,Massoadiajoute ce qui sait <PtoMméea
retaté l'opinion d'an grand nombre de ceux qui. avant lai,
s'étaient occupés de l'étade de la terre habitée et de ses
limites, comme Marin (Marin de Tyr), Hipparqae, etc.,
d'âpres les récits des marchandset des voyagears; en effet
.e

s~ &<~ ~W MSt~B, tQ~tw'Mvot~~ ex~


~~f~t~ Ma< K~t <~ oos .188
<~E<twt~~&ew~d~at~~ dtms `
ItMwatj~e~ poM9'a8saterd<s timiteadetaten~
Mt!t~ (H). N Ma~t~«t taws tMM MM ÏM e~rMtiens
qae M&anMMnt~a donn&a as~aaomhmea. Daas ~teMv<e
taMitMé: ~)Mtp ~M~ <~ M<a!de (a), R a &)mnM Ma
~mad MaËNe de pays et de~e~ ft d~anaMteaM to~
tadM et leurs !at!tad<s(3}.
!B, B teB~Mn~ep<)~teshemjmMt&<!gaF6<!e
la partie !mbi<6edu monde. awtvamtee s'y tfouveen
fait de lieux, de nMm, de f!v!6KS,en toBgaeaFet en hH~
gear.
Atistote, dam le second Mwe des Jtî<?~ore<,s'expr!me
a!n~ « ~'admire aeux qui se rep~seatent la terre M)!t<e
soaa une forme tonde: te raisonnement et la vueattestent
qa'B n'en est pas ainsi.*b
Ma MaaMudicomttnae NoMS
avons exposé, dans le
'haité des dinefenh genres de conna~nces, ce qui s'est
passé dans tes temps anciens, les différentes opinions des
Perses et des NabatMeaa, et les divisionsde !a partie ha-
bitée du monde. Ils appelaient l'orient et la portion de
leur empire ~nmée de ce coté, dn nom de Jï~M~mH;Ater
signifiesoM, et le mot qui t'accompagne stgni6e son tevé.
Le second côté, qui était t'onest, s'appelait Kh~6er<m,
c'est~-dite lieu du couchant du soleu. Le troisième côté,

(!) TMtcef&eKdeMaMondt pMaKetMtfiMptMthm.


?) HasMndt ~hmeeeetttte&
h gtogN~tede Mot&Mte.
(3)Surleserreursque Ko!&ntea commisM dms les teneMades
desa cafte,voyezCesseUn,
e~nt~h. ~t. <!mCrtet,p. <aoet tM.
~-a&y~

qui <~ ootuidu. mee~, <ateatut de JMtte!' (la ~etFhMM)


et le quaM~MM eo(ê, q<ttest la sud, en Fappetait j'~Hx~.
teaPetsM fft ~Sy~eas, qut senttea!!abatMens,o'aecM~
dent sur eesdé!MNt!na<icns.ÛMaM<aux6M<aet amtRomaiM.
Msd!v!MMt le MM~atMb!téen irais parties, savatr: FEaFttpe,
tat<tbyeett'Aa!e(<).*à
Tondis que MaMMMM ~e!Mm!t&la <en~2<,«M milles do
c!MeaMMMe,Ë~pM lui asstgxM«,OM MeM<a << <eMf,<o
Mppo!ntaM<!atMtd'NH~<,qMtMentMuve<2,OM(a}.
Madopte auss!la divisioné(aN!e de a~d~jt~; mais MM-
coMMttr)<np<M!té où sont mhabitants de BfantMFh
H~teêqa!a<Mtiate;et d'après 6e!a, il a établi que le m<m~
ne ~fme ~M'uM <ot(MMt~Mn*.
TeMeaétaient les eomMtsaanceacosmographiqueset carto-
graphiques des Arabes, dont nous ne donnons qu'un simple
aperçu
Ce petit travail maMMafeusement était dé)aimprimé avant
le 25 juillet de cette année 1848, et par conséquent avantla
publicationd'un ouvrage capita! smrce sujet. Nousvoûtons
parler de la savante Introduction~JaJratc « h Géographiedes
OfteH<oar,par notre savant contrere M. Reinaud; ce qui,
à notre très grand regret, ne nous a pas permisd'y puiser

(t) M.Mnaud a ea t'Mht~tue obligeancedetraduireMMéfatemeat


te chapitrede gass'ondi,que nousvenonsde donner.CemereeauM
trouveaa fol.M rectodu manuscritarabede la Bibliothèque MMe-
Mte de Paris,B"iR!du teadsMat-Cennatades Ptês (n*Mt du
sapptCmectaNbe). M.deSacy,qui en a dennéone tentéeetsavante
analysedans te tomeVtttdes ~MfeetMB~tratM desmmwtt~M dela
NtM~Ma~,n'a pas tmdnitcetteportionde tette de l'auteurarabe.
(9)RappMehez tesdiHetentesmesuKS dela terre de cellesdent il
a été question,p. «MetM9.
–$~.

}~e~ '<t d~d~~ ~t~Mmeat


jM~gjMBMMta <«*
~Mm<~(<). ?~

?? CAMBS
6608MM!WM<??! MS CMMM.

LMQtiM~ ]~~domt de9 <wtm g&~MpM~ao M*


moBtMt & <«? )6p<~M$ tf~f amc~ne; <Noaaa MMt)«ma~
gmaa~s. Si MMSCMyeMMa etMnotog&t~no~, fb
p<ss&Mant4~ des cat~a ~{RttMqMM A'MMgMBdedi-
NMN~onN y a plus da <,6<Wams.Ces etWtaspMfdsMntwo!p
<? dtess~Md'apf~ tes proeM~ ftc!enUKqoe!t, e&les db<M-
CMds Mewxse <Mava!entdAtenainëeaet tNM~ôtha&ré-
eMte. tEt, en ctb<, dans t' p~BCMeeMtfM<~&t
<~HM<M <h<TR)Mt, F~.ttceM, &yantle tKM de Me-&<M~ ou
mMstfa d~ travaux pubMes,qui viva!t en 205 de Jt.-C.,
(Ht* s!ëcte), consMerant que ~ancienne grande carte de
t'empim, fermée de qMatre-vingt-qMatre p~oes de se!e, était
dMndtea <tnd!eret a consuMer,et que d'auteurs ce travaM
n'était pas execaté avec toute la ptecision nécessaire, la
tédaMt &âne carte de dix pieds carres ou un dixièmede
peaee répondait a dix Ms(âne ïieue), et un poace a cent lis
(dixMeaes); après avoircatcaté tes dstanoes, N y indiqoa
les montages cétebrts, tes résideMesimpérMeseneavules
moiminqtortantes. Par ce moyen (a~ontei'antear chinois),
sans sortir de son palais, l'emperear pouvait eonnattM tout
l'empire.*s

Ù)CeMetMMdMthMKNtptM~en Mte~ht~a~hmdetteét~
CM~de et
dd'àboalf~da,
gesphie 'AbeaMMa, t
t'NMNBMe
~nDie decette
de oettovaste
tmte pubücatton
ptAMeatten
ocecape
ccnpe
M.MnmddepntsphMdedeMean&
8S$

C~pasMgeest tMderE~~tepMe eMoM}~t~aca.


temHtwt,par natre eavaat ??«???, M, StanM~aM~M, qu!
a M ~MgMMC da la tN~taïM&netfepr!
va pessMant awsï des «Cas et d~ eoMeMioMdaeaurtea
~SMpMqma qui remontent amat &a)M époque tt~ «??.
Ma, eomma (t pMM&pM !a pt~Mw p!ae6o en tête de
t'Atha g~mpMqae do f~MfMt, ~~t M<a )ts Tan.
en 3e&. On lit dans la pfMMadMN,qa<" fmteapdoMMe
MMasM~a y <M<~<<tt tes mea~ao, !œ MMM.tes tiwMMa,
tM cours d'eaa, iespMMUHtt p!àht08,ïea ~assiM, les
!tM e!(~t daas te ctMpMMdu ïb-~aN~de C&ea-M~,et iea
neuf divisions de l'empira dans t'anti~uiM, y ajoutent les
M!M divisions actuelles (c'Mt-a-<KMde son temps), les
&Mm(v!M~chinoisM), les d!stfto<8,les villes qui en tout
partie et leurs Mmit~. H doane aussi les tiviÈt~ et tes
lieux eélebres par les aMimeeaet les assetaMéeades princes
des anciens royaumes. Et en combinant tons ces êtemen<8t
commetes Ms d')m vaste tissu, il a composédix-huit cartes
geogmpMqttes.'v
(Passage tmdnit par notre savant confrère M. Julien, et
tM de l'Encydopedie chinoise, citée liv. <97, f' M).
CogMet(HM&e)ie&M Mrt'originedes ~M et <<M Arts, t. IV,
p. 336, edit. de i778), dit que sous l'empereur 1~, ies CM-
aois Mpï~entëïent la terre de forme c<av~edans aBe carte
en pinsieurs divisions,a&nde 6xer par ce moyen la quantité
et la nature des redevances (FMt). (C'étaient des cartes
cadastres).
Les Chinoisavaient aussi des cartes itinérairesdes royau-
mes barbares soumis à la Chine(t).
(t) '?~<&~w~.H~ ee!~r«M!, Mme X, sMe, p ~t
–aett–
Aw~~a deaatm ? @atq~en d'Mt~s ~t!~
~s~tbtM~~
d~~p. J~~Mtw., a ast ~M de la dMe~aa de
ax a~mB~NwB~ avf!8qManm<9ptaa<)<Maet NM~de
eftFtM..
En eo<p<!CMMnMles eM<<s<Mnotmsdfane ~a<p)a )fM'
dem~ MUNMaweyenste tMtaa<'&ï'!nMM~na<8pMM!eat<<m
dam~Mt~Mt~~ (j<)MnM<Mta<~He,Ni(ép.ÏM',<~t'oa
M~atM d~noMt~~em~Mwa&
La BMioth~e Na~MM~e de )ht<~('Mj~tf~moatd~ ear-
tes). pf~~ <m~map~nMade chinoise faite au temps de
t'empeteMr&My'B<, as~étie à me pM))eet!onexacte, d'à'
pf!ste9~esa!tes, et d'autres cartes deee geme, mais toutes
modernes. (Voyezà ce sujet le BoMetm la SM~<ede ~e-
~p6&. temeXn, sMe, p. M&.)
Sur les eartm chinoises, il faut cat~ttter atsat NeamanB,
~MMWeA<tMBM!;Le)~<887,Met.
Lesptée~oaeaaoNonsqMeN.StaBMas~uHeaaea hboaté
de nous donner, vienaent non seulementcondtteFla lacune
qu'on trouve dans les savants ouvragesde Rémasat et Kh-
proth, am sujet des <mctemMS cartes cMaeises, mais auai
tNes viennent nous prouver que les Chinois possedateni, à
mM~M~MM~mMM~dMM~M9~P~M~M~M~~
ph&ttM, topogmpMqtMSet cadastmies.dtesees, à ce qa'N
pandt,d'ap~despmcédessoieBtiBq)Ms.
n est vNthaoat tematqmtbte de trouver, à une époque si
Meulee, des cahes ouïes distancesdes Heaxse trouvent dé-

à" iS, <MM~)tMMHM


MMfe~r~faxet Mr!MMtttMMM
<t~Mea~*<<~M
P~n<h«<M~at~tt~M <fw ~m, ont «~ tMtpM~MtMaettoXft
~~ttffJ![M~tHt~<~aeN~<n',tar!!S.<oMea.
~.86<–

<MmM~)~MMt~!<etqa! p~wMMCMm~
MM ~~U~CMde eMN~aMe~e<& ~Uodift\
~p~yatent~pouryodentatiendup~tapegMpM'
qu~ya!~MMea!mm~dé;aîwen~&uneépwnms!teeatée.
<m!<hn aapp!éa!eMt'ibect éMmentpar la positionrespec-
tive et cMMtaede deux pointa ent<s~e!gn<mt par unedmHe
ou à yang~ que fait <attedMite avec la mAfMtemM?Paar
la ipMMt~nde la gm<tde<Mttedf~'eeaqaa<M'v!agt~)MOw
p!ëeMde e~e, &d!x ~eds NMT~s, ent-MstM~mtê dam tea
<t<Md)~!a(~M8 &<nn~ par les mMd~Bs et les paKd!M~de
ceMedem~M.ce qui était contenu dam les quadrilatères
MfFMpondmb de raM!enne, <~mtiOBqae !<a ann~s no
pouvaient pas <a!Msans des observations astronomiques
pour 9x~ la position dM pointa un peu ~o!gn~s?
Quellesfurent les méthodesdont Usse servaient?v
~eUM sont les questions que le savant sinologue pourra
)~esoudM paraesrecheKhesdans!esMvres des Chinois,et qui
serviront à éclaircir des points ttès curieux de la science.
Nous ne devons cependant pas dissimuler que plusieurs au-
teufs se sont prononcés contre le savoir geogcaphiquedes
Onnois. Aami attaque le savoir des Chinoisavec une grande
v~neuf; Mdit que ce peuple ne pouvait pas vériner t'Ma-
ioim de la terre par l'histoire du ciel, comme le disent cer-
tains auteurs; et Majoute que nous n'ignorons pas que les
Chinoh étaient aussi peu versésdans l'histoire de la terre,
qn'ns la faisaientcanée et nxée dans le muieu; les auhes
éténMnts placés à ses quatrecotés, l'eau au nord, le feu au
midi, le boisà l'est et le métal al'onest; que, dans l'histoire
du ciel, où ils supposaient les phmëtes aussi élevéesque les
étoiles,et nxéës€MtattM des clousa éga!edistance de la ~K*
~s<
d~j~MM~~c!~ S ~u~ c(u'i1a t~'out Ia
i~a~ ~aMT~tw~, ~B~~s~
daP.Ktr~er, ibMut~entqaet~~ te~~MdotaCh~e
6MtB!M~)MuateM'de~~
B$~entdMsune i~wu~ de 1atJêographiè
leMqae ? P~eet arriva ehea MM, vers to MmaneaMment
<MSW9tëe!e, selonïe P.Trigautt, <enecM qa'Ban'ea~mt
paa~ate de cartes e~MgM~Mqae~qai ~ttatant te NtM
<? t~~Mp~ans~<~MtM <ScmanêB, B<~ma<~)M ils t6-
<d~8a!entMtNtdNede~ateht~eat<&p'mf!aeasde!ew
<MyaMM, et inséraient qoei~MMpetites Mo en la mer,
qa'Bs dépeignaienttcot à t'ea<OMf, y ajoutant !e9nonN des
<royaumesqu'Msavaient ea! nommer; tous !es<ntebM~e-
<mes, assembMsen un, étaient à peine la memdm pro-
<vinM de l'empire chinois. s
Les cartes chinoises et japonaises que nous connaissons
sont toutes d'âne date trente. La plupart sont dressées par
les missionnaires.
Klaproth, dans le Jt~<MtN~Mt~Mf, Paria, 1836, cite sou-
vent les cartes chinoiseset mandchouchinoises (voir p. 66,
iM), et donne des dé<aibcurieux sur les cartes de la Chine
levées par ordre de l'empereur M<m~Nf, entreprise com-
mencée en <7M et terminée en t7i7 (ibid., p. 303 et aaiv.).
AM Rémusat parle aussi des cartes de la Chine, dont le
père Martex a faitla traduction, et qui étaientantérieuresde
deux sièclesau travail des jésuites mathématiciens.Ceaavant
sinolo~eassnrequetesChinoisconserventtescartesmarmes

fol.iM,edtt.d'A<Mtet<tam,de<66T,–
(t) ttMmf,c&<<MfMM<M'<a,
<3.Atant,DeftM~. la jMMt.,p. M.
–;aes–r

dans~a)~~d8~M~~m~dM~H
~emM~t, MNMcaa~JM~. ~&t~<, terne t. p. jtM}.
En<5M,1ep~e<MMtrHMtMemappe~~
tMise dans taquelie M M eon~HM etK taMtMdesda «?
peuples, en plaçant !a CMmtau centre de ht carte et Midta-
pMaat les autres pays a<tt<mp du NeyaM~ du milieu (!bM.,
tMM H, p. 2M). ? m<mt~)meaœB! pe~c<haMtemNtts
adepMspar les ~apOBah<taxm1a ceMtFncthmde tettMooftes.
Bst~topMtMBtla mët~~degtadaatiea et de pMjeetion,
dont les eaftM eaMp~eanes teaF &)M)mbMient le medNe.
thb la grande carte du Japon, composée de cette mm&m
et t<eimp!<mee avec des additions, est très moderne: eUeest
do l'année i744. Les noms sont écrits en japonais, et Kta-
proth t'a traduite en entier(ibld., p. <6S)..Rem)Mat&itauss!
mentiond'autres cartes japonaisesdresséesdans l'année <?<?
(iMd.etsaiv.).
Rémasat, dans le tome VU des Mémoiresde l'Académie
des inscriptions et Belles-Lettres, 2' série, p. 889, traite
de la carte de la Tartarie, qui est à la tête du t" vol. du
~M<&oNHy-~Ma<<Ht. it pense que les cartes chinoises sa(-
nsent pour ces resuttàts approximatifs pour la géographie
historique.

XV

DESCAMES
CBBZ
t6S nnHENS.

H paratt que tes tndienspossedent aussides cartes qui re-


montent à une époque recalée.
Lema~prReBneHditqu'onatMuyé&Monghir,auB~
gale, une carte géographiquedu temps de Jésus-Christ,gra-
–~a~M

~s~ee~~ `
eMNm~ t'j~dSt maS
accomp~)~ da ear~t j~egrapMqaea ((} !<e c~Mt jh-
d~m~~M~M~ lWt,-0» traduction du ,8Im8C1it. ee-
doema~t, et d'~a~ le ditede Renn~l, ce moMnmattse
t~~NN~N~&Mg~MM.
tm ta~tus po~&deat Bon Maternent d~ «mppMMnd~
nn!sa<!saides cartes astronomiquesd'apte !e aysMam des
`'
~mMaas~desastKm~ viltord,
sent ?69 commmms.Ils ~xasMentaa~ des cN~esde y!Bdp
en e&ta! et a~taïes d~ disMets, mais aaas gtadaalHoBat
~<M!e. ~M c&(M,tes Cea~Met tes chaînes de montagnes y
sont en généra!Bgmees par des ligaes très 8e!t~. Wilford
ajoute que la meitteutè <arte dece genre qa'N ait vu, est
celle da royaume de Nepal, pt~sentée à M. N<Mt~<. EBe
avait près de quatre pieds de long et deux et demi de lar-
genr, et tes montagnesy étaient Bgarées en reMefà peu près
d'un pouce de hauteur (2), avec des arbres peints tout au-
tour. Les chemins y sont Sgur6s par une ligne ronge, et les
rivières par une autre ligne bleue. Les diSerents ponts y
sont très distinctementmarqués. LesvaMéesdu Nepal y sont
dessinéesavec on grand soin; mais, en ce qui concerne les

(i) Berneu.C'e~M~ent<~Mete/JB~edMM, p. :!?, ln note,et non


pasS<6,commeontKMKe par MMMMOf typegMpMqae dans Rein{~-
nom,p. t9, MM6 de r<MMMee que mm avonscité ptas haut.Un
e)N<MB ptmappro6<ndta tnMMéqaeJa <attèdenta estqmsMondam
le tMM,neremontaitpasà unedatesionctenne.
(S)B'apt~sce pMStte,il tëMtteMttque les ÏnOmsàMimtdes
t<)Mœe)tfeMefatMteeMesdeee<eMecmmaesenËaMpedep<)iste
XVH* siècle,qn'<mvoit&Parisdanslabellecollectiondet'Mtetdes
intattdeeetMHmêedehMMiBe.maisWnatntBe~atepash
dtSRtdeoeMtesdestadoas.
NM

<M<e~M<t6st de la carte, tous tes dMhubs<~ b~vers~a et


coaM~~t).
Noœ WKMseoMatte sur ce sujet la plus gtm~te autorité
M !a matière, MtM estimaNeconMre M.Eugëne Bumouf;
et cetiBus~e indiaaMe pense <qae t'exis<e de cartes
gëepwpMqaM auaiennes, t&Mg~espartea MiNN, n'a été
jM~)tT<a pMav~paf t'extanea d'attMmtte co monuments.
H~W)MM,daBS8MRe~mI~<
B'Mtpfn~sar Mtte'qt~fm/UM auto~tësoMsm~. B est
d'aNe~ important de NmaKtoep que les cartes dont dn
pade M rapportent aux t~ons les plus septentrionalesde
!*Me!! oa n'en dh) n~mepas d'autres qae ceHesdu Nepal.
Or, itt'est~ pas possibleque ces cartes soient d'or~ghteTibé-
ta!ae? Et, si oe!a était, ne pourrait-on pas aller plus loin
encore, et supposerque l'idée de ces cartes, sinon le tracé
]m~MdNRM~MM&MmMdMCMMbmKT~~ms?
JL'iBustresavant fait remarquer que ce n'est là qu'une
con{ectare, et que la vue des cartes dont on parle pourrait
seuledécider la question et N pense que c'est une raison
de p!us pour s'abstenir de décider, en l'absencede ces mo-
numents euMnêtnes, si les indiens ont anciennementconnu
l'art de reproduire sur une surface plane les rapports plus

(i)~<«&iMMtidhw.–MéBmitedeWiMMd,pnt))M&McaMam
tNB, dansle MmeVHt,p. M etan, intitulé :,<a<~my<Mt<a<MfM~
Me*~ tte teet<tfM e~r~<m?<,etc. tfoM savantami, M.TMyM,
pase quet'antema mispeade etMqnedanstes Mnsd~~mttmts ~m'H
dmmedans ses ~sats <t~<!MpM<oes et NstMtqaes,~'en ttWM
dMshsIX*etX*w~ame!<beeMC)M!t,p.MM,et<hm!esMOBd,
p. M-M8,et dansle n'wL, p. M-iO,et ce MMntet!entaHs~a)o)tte,
dms <menote ta'Ma eu la tonte de nons emmmn~BMr, qne tes
ten<~MBem<sdmmespMN.Wt<b<ds~tag&~HtMi!astMt(~M
Mntpour la miette partieMt~ des légendeset Mns<BMMh)gte.
-.$a$–. ~y~~
~m~~c~~ta~~
~ead~~aw~é<MIe~

XVi ~7
M~CNM~tMmBMUMMtmS!

Setonles Bouddhhtea eMnois,ht tene haNtaNeqw 'mms


<NMN!sso)M est pMtagée en quatre gNa~ts Ces eat c<m~
BM~ ~)~ac68m~x<at)M pw~ta ~cdiBmo~~œmppmft à tt
)mmtagBeC6te~(i]t.Daas~sys~MccMMgt<~qM,~
quatre oontinents sont aanqaés dmoan de deax Mesplus
petites, toutes disposées symetnqnetaent autour de la mon-
tagnedapôle.
La~Mma?~n~M(?~mmtp?OMO?m~
graphes serait d'environ 36,000 miUesanglais ou de plus
de i2,000 lieues (1).
Selon Rémusat, les quatre continents des Bouddhistes ne
se rapportent pas à unedivision naturelle des grandes terres
du globe dont on aurait eu connaissance ou conservé le
souvenir; mais u pense avec raison, selon nous, que c'est
une notion entièrement M)ulease, et dont il serait mutBe
de chercher l'origine dans les traditions historiques ou géo-
graphiques des Hindous. Le nom seul du continent septen-
trional, T~Mve des VampMMr~ainsi que l'interprètent les

(i) AhetMmasat,NMao~«?M<&t«)M~<fH~«~e et deMM~atm~ e~M-


<~M, publiéessenstesaas~ee!deministèredertastmetionpnbU~te.
ttMis, MC, p. «S. &Mf<m'la cemM~apiM~ et la COaM~Mt~<!<'
tM~d~MM, ~'a~t œ<(emt Cevolume<Mpubliépar notre
e)UM<<.
savantamiet con&eMM.La}9ttd, qui a eu rMttemeoMieemice de
Nmsdonnert'exemptahedontnousnoM sommesservi.
p. 74.-
~M!Mf!p.'M.
J' ~–aM;
BeadaMatea; j~xM~t m~dw ÏM WM~m~ntMMtion~ des
p~Muatt~ des Hiad~oyEhe~;
s!Meft moates. T~te Ns~ cet eempMtemeNt my~toïo-
gique.*
On m'y &K mea~ d'aaeaae om!man;Mtien ~~Ne
entre les qaatm ooatiBea~. t~mtMnt~M Céïeste qui ïes 6<-
tMMMa!~at~M<n~mdM l'lIim41aya. Pour ,le
aystëtne cosmo!<~iqtte des Bo<tddMs<a!, nous t~Mveyons ïe
leotear & !a cafïease et M~mte dtser<aMon de MnMsftt.
Si"<eM&MArMt&eM.oH<&tntoa<te<OMKMr~<!NMf!?t<
jMcc,p.B3&9i.

xvn
v
§VMt,p.8t&82.–tm!ttACt)ESHMiN&neOE8.

Falconet, dans une DMMM<MMa sur foMMNt, lu à l'Aca-


demie des Inscriptions le 6 avril i7i7 (i), dit, au sujet de
cette croyance de l'existence des montagnes magnétiques,
< qu'à ne coûte rien à Ptolémée (liv. 7, c. 2), et à d'autres
écrivains, d'arrêter les vaisseaux dans leur course par des
rochers ma~étiques (2) qui en attiraient les clous. Cette
attraction des vaisseaux a été fort du goût des Arabes. On
en trouve dans Ednsi (!" Climat) (3). Ces derniers se sont
servis de la venté même pour autoriser une pareiue notion.

(i) VoyeztMmeit~ de t'AMtMmte des taM~ptiena et BettesLettres,


t.ïV.p.CMetMhr.
? Piteade-tMMaeM,BïM.?. Ct~eM~a<aM~<.Meonet cite ran-
temrdu MtM DeJMM<tM Br«t&)Mnen<e', queKlaprotha cité plos d'an
siècle aptts tai sur le même sojet
(~ËdrMdtt:
SM,-t

~<)~ datatmant~H~
j~~mMeMM deph~r Mt ?!?? de h mer, pt~ !t<~a
p~destMheNtMa~éttq~d'M~~ fai~e bdbûo t\U8'!Q\d
~tM~baK<aM~ q\i\&a~~t âe f.nW1\.
Oa~t<~tM~BMd!m8d~<at)f~~dTKMœg6og)faip)w8
dasa~N'nt (dit-M) N tt'ya gatm plus de eent ans, aavoip,
~ef<~efetN<t<t<NtM'(<).

xvm
§VM,p.M-SMMNt6'tENN!B~MH!Mt!m.

Nocs worn dit q<M dtve~<& des <moBS de q<nitqaea


savant du Xm* ~Me sur la posMon d'une préteadM viMe
qa'Ns appelaient Àt~ne ou Anne, nous otMt une pMuve
de plus que les voyageurs européens n'a~nent pas enoofe, &
l'époque dont N s'agit, franchi les limites des connaissances
géographiques de l'antiquité. Nous avons montré, en effet,
que Pierre d'Abano, d'un coté, plaçait cette prétendue viue
sous la ligne équinoxiale; et, d'un autre côté, H paraissait
établir que la mémo ville était sHaée par 9 degrés de latitude
nord.
Nous avons également montré que Bacon plaçait la même
ville sousi'éqaateur, tandis que, d'autre part, u disait que
cette vîue était Syène, et qu'ainsi l'Arine viendrait à être
placée sous Âssouan, qui est situé par le 24' degré 6 minutes
de latitude nord.
Nous avons donc dit, d'âpres cela, que, suivant cette po-
sition qu'ils assignaient à Aryne, le centre du monde serait
alors M degrés 6 minutes plus au nord de l'équateur.
(t) ~eyM Mcenet, MssertiH.dtée.
3M

Neaa a*Nt~epMatheM pM de MtM~vet~icHa qa~ïcm


mfttMmtt~e qa! a été débattue à ee s<~ teat )<eam-
meat~
No~ v<MoM8imp!e)neat atentrerque les questionsqui
se ïaitMihenta t'Aryae, aenmMNée<e!Te~t' aKaëesoas !'é-
qnatear ~~t!e diataaM <tMquatre points Mt~Mœt, ptOM-
vent, selon nous, que tM avants de rEaMpe, pMMhmtle
moyea<4ge,B'OBtpas connu, par rexpMett~d~~ageafs
de oeMepartie da ~o!~ tes t~oM s~~es sous t'eqaateof;
eaf, s'ib tes avaient eenaas et expteîees, ib auraient d&
vériserque pateNe~BteB'eNsMtpasaapo!nt geogMpMque
qu'Ns lui assignaient.
Et, en eHM, rAryne a con~&tementdispan) des ouvrages
cosmograpMqueset est tombéedans l'oubli, après lesdécou-
vertes des Portugais en Afriqueet leurs grandsvoyagesdans
nade.
Bacon, Pierre d'AiNy et d'autres, pour expliquer la difn-
culté qui se présentait de placer l'Aryne à Syène, située par
le 24' degré &minutes de latitude nord, avec la position
centrale de la même Aryne sous l'équateur à égale distance
des quatre points cardinaux, inventèrent l'existence d'une
autre vitte de Syène située sous l'équateur.
Mais Ëmiosthene qui détermina, d'après le méridien de
Syène (Assonan),le premier degté, et par conséquentla cir-
conférence de la terre dans le voisinage des tropiques, ne

(i) VoyezteHêm<t!MdeM.SMme<,mr<M7<MMa)MM«MM<Mtn<ptet
dea~Mt«t.1.1,danstes MémeiMS de t'Aeadém!e
des tmedpthmset
beUe~teMres, MeaeKdes Memottesdes savantsettangeM,P. M.
Cf.,arttetesde M.Net, dansle~M~tf<tat~a~MM, de l'annéeiMt,
septembreetoctobre. Et ~e fMO~, par H.de HtmbeMt.t. III,
p. S95et suivantes.
24
ssro

~~d'M~Sy~Nt~
iMt(eadeta<ita~)~wdt

~mstesj~~eg&T~~cqaaeMaaa'tN Fitlt
coatMm~aussi qu'une 6ea!e, e'e~-dite t&m&maville et &
la ~~)M peaMoa Mua le tKtpiquedu eanew.
B~lestaMesetdanslesB~t~~Ptotemée,~ ~n'avons
~emeat trouvé qa'aaeseateSytaM, 6'<sM~!)~ to~oam
la t)~tM. Ce ~aMd géosMphe dit a~me Le pMtBNe
'd(t8st)Be, !aqa<Ae~eeM<pï~~o ~peapt~eadeax
<p~ieM~<M~wet y~ta~w ta ta~etOBam
< <taM <M<de <<aftt<((<< Bana aes <aMM,cette ~e est
p!a66e~rte23*degfé60aMBQtesdeMtadenofd.
BanaPI!M, mu ne rencontmaa pas mm plus- d'autre
Sytneqae ceBesituée près du tropique du canMiF(<).Setoa
cet autour, ce fut là que les astronomescon9tnNSttentun
puits très profond qai, au moment du solstice d'été, deve-
nait tout éeMFé en dedans par les rayons du soleil, phé-
nomène qui a fait dire parles anciens que Syène étant sous
le tropique,le soleil,quand il entrait dans le signe dn cancer,
ne projetait pas d'ombre (2).
Strabon (3) et Pomponius Meia (4) ne connaissaient pas
'une autre Syene. Or, pnisqa'il ne se troave pas uneville du
nom de Syène sous l'équatenr chez les géographesanciens,
ni chez les modernes, B s'ensuit que nos inductions nous
paraissent fondées, à savoir, que la divertie des opinions de

(t) Mtne,Httt.)Mt.,Mv.H,c. T3.


(a)OnMaeeMMdam quelquesBMtppenMMtdes
da moym-&t[e
une
t~mde Mfce tMnemc patb.
POStrabon,XV!).
«) Méta,t. 9.
a?t

pta~aMaMtears de moyea <g$ safh pasitiandet'Arym


<StMNBa lieu terres~, MMscSiMMtaaa pMmrede p!us qu&
ïesveyagMM eampéena n'a~ieni ?? MMomà cette époque
a'ancM !eslimites où ~'anfMatmtles eMnatssaaces de F<Ht-
t!qai<é.
Pour mieux prouver que ~adqaes aatettMdu moyen-~B
ont itMoaM!'Mti~Me d'une seconde Syène ~ta<~ Mm ré-
qtNtteap,nous ttansedmaa le passageentier de Baeen, aatpmt
aous~joMteMnsd'aatpesMaiMtsMnMNb.
Voici le passage:
<Mediaawmvm latus tadie descendit a tropico capri-
comi et secat œqainoxiaiemoireulum apud montem mal-
< eum (t) regionMei contenninas et (MBaitpcr~yeNaotpM
< nunc Arum weatM'. Nam in libro Carsuam p!aaetafum
< dicitur ~<K<duplex est Syene; una sub so!sticio, a!ia sab
œqamoxiaU circnto, de qaa nunc est senao distans par
< xc gradus ab ocddente, sed magis ab oriente elonptur
propter hoc, quod lot~itcdo habitaMMsmajor est quam
< madtatasoœHvel teneBet hoc versus orientem.
<Et ideo Arym non distat ab oriente per xc gradus tan-
tmm, sed mathematic! ponunt eam in medio habitationis
sob œqaimoxiaM distans œqaa!iter ab occidente et oriente,
septentrione. (i)
Pierre d'Ailly admet aussi une seconde Syène située sous
l'équaienr, à une égale distance de l'orient à l'occident, da
nord et du midi (2).
Nousavions penséque les motifs qu'eurent les cosmogra-
phes occidentauxpour inventer une seconde Syène située &
(i) BMon,O~M~M, MittendeLondres,de K5S,p. i9S.
(t)VoyMreBn~N)<n<K.deHMMd'Atuy,c.XV.
–9M–

Mt&pMien CM)M. les. éo~vwMoeeldeaMMS~at t~pp&t


de ht&ssemMaaeemant~~ ~tf& FE<MM<t deMaMta~ ft
Ja vMedeS~oe située en ~pte, pc6sdu tmpiquedn can-
cer, et ila admipent alors t'exMettCede~M.e~~M~ t'une
sihtée a t'eqaateur et t'autM située en ~ypte (<).
Nous noMSMMB~<muv6aiMtd'aecont avee M. Re!naad,
ayaat peM&que t'exbtenœ <fe)Mseconde Syène stta~ sous
reqMateapétait une pure in~a~oH. Pour mentMp eneeM
que eesaM~raphesqa! CMMMMmieBt l'Aryne eMMMun
lieu teuMtM ne eemM~tient pas, par expériencedea voya-
geam, aucune viHede ce nom, comme ils ne connaissaient
d'aatfe Syene qae eeMesituée en Egypte, pour montrer en-
ooMce fait, disons-noua, il suMm de faire remarquer que
si l'Aryne, commeils le seuMennent, demeurait située par
M degrésde longitude et au centre du globe à égaledistance
des quatre points cardinaux, son emplacement serait alors
dans la mer indienne même, et non pas une ville située sur
le continent aMoain, ni dans aucune des Mesde la mer
orientale, et il était absurde de donner le nom d'une ville à
un point purement mathématique(2).
C'est, selon nous, à cette persistancedes cosmographesdu
moyen. de vouloir convertir un terme purement systé-
matique en un point terrestre, en une ville, qu'est due la
grande diversité d'opinions lorsqu'on a voulu l'appliquer à
un point géographique.

p.CCXLVI.
(t) Voy.tmMdaet.<teM.HetModsa trad.d'AboaUMa,
(9)Voyezla cartedu systèmegé~MpMqaede PtoMmte,eorrigée
par lesArabesdAMqueet d'Espagneet par les modernes,
donnée
par M.SMNot,a t'appatdeson~Mme~«tr te<<y«&xet~M~<t~tt
<<<t~Mi et <tMj<Mt<% P<ti&<80.
M4–
C'eat pow ~!a (ptetea MN pta~aientM«6 pt<t~daeifNe
d~~ a Ke~~ &1~m~ ne de Coytan;d'awtK~&aa9
a~tm Sy~ne cpt n'exM~t paa; d'aattes, dam MCte?9 au
xoBieadu monde, ~MNe «<HBle voyeM daM wc maMM*
moade j~tMM, qa'oa t«Mtvedam aa maaoso~t peKM),
n'e8 (a<Mîen6M& ~Mn), de la B!N!o<Mqaea~ha~e de
~doatnoNsp<a~<m& Mne eq~e~eM.deNaw a
bien~o~aoodoiMMff. Oa y voit la coupole de !a tmM
p!M~ &~j[m~ la phN~~ dugtdte etN~H~eeBatnM
d'Meau H~Mew du MM!!de, &P<MoHen< de t'tnde et &ym!eat
de l'Arable. On remarque, dans la même amppetMnde, la
terre tmnhMnnëepar rOcSan, et ceIttM ayant pour limte
les monta~Ms de tM.
EnCM,les divers points de la ligneéquinoxiale(comme t'a
fait remarquer M. Sédmot), qui ont été appelés Aryne,
JK&<~6et~<~M, ~Me.jKoM&e,LaH~o,&M~<M~r,etc.,qaeHe
que soit iear tiaisoa avec les systèmescosmograpMqaesde
l'antiquité et de moyen-~ge, on ne doit pas les Mgatder
comme représentant un pays, une ville de FJMe, une Ne,tm
~e,
Beave, etc. C~~nt d~
eta Cesont desi~
tenues pur~nt
poternent sysMma~ues.
systématiques.
Nous aafons i'occasion de revenir sur ce s~et, lomqae
nous analyserons un passage de Pierre d'Abano, Mta~ve-
ment au voyagede dem: galèresgénoises.
-.a?a–.

X!X L
P. M. SMLa MAttËM CMNMMPMR BE<EA!t
? MMtVAW,
É~BR ~'Mtt~asSM)SMCtS
Xt.

Cat ouvrage se trouve au département d~t aNnuscrits de


hB!N:o<!)~Mm<!M~de~ihHt~a~w'7M<).
Notre ecnMM~M. Padin PM!9,en a donné aa& notice,
et ee mvtmtttoed~mH~ea a Mt MtaMqaefqa'.aacM g~pRt-
t&en'aM!tpadédeeetoMVM~~asqa*&pt~ttt~).
Nous nous permettrons d'ajoater que t'oawa~ int!ta!é
?h:<&~ <~ ~"M et imagedu tKombde oe <!MtB<~taphe,
est âne traducHoBfaite par lui d'oavMgœ plas anciens
composésen latin. < )'aytFN)9!a<é{dii~t)ce livre de la figure
de l'image du monde en moyen stiHe de latin <a /~iaafOM.
sm~nt i'aatmnomie et les ya(oifes. 8
Et, en effet, on y remarque la plupart des théories des
coNmogmphesde FfmiMpHté, de cettxdu moyen-A~, et plu.
sieurs notions empruntées aux Arabes.
Nous croyons rendre un service en donnant ici quelques
extraits de cette cosmographie,non seulement parce qn'eUe
est inédite, mais aassi parce que les notions qu'ony trouve
étant pmsées à des sources antérieures aux premièresdécou-
vertes du XV*siècle(2), servent aussi à expliquer quelques-

(<)VoyM te t. Vde r<MMMge intMé tf ~&Nt<Mt)«t ~Mfa&<«<a


JMH<MM9<«'<!a pat M.hmMnParb, p. i9t !HM.
Pt)EnMeMtMst)FenMsq))ëJeandeBMaMatvattpnb~~<tessottr-
eMtrèsanete<mes, nous&toMremarquerqa'MparleemeMe det'ttiM~e
deptette,qui se tMa~tt andétroitde NttMttM,ayant<tMete&dms
sa matapMf~<<f~«M' ~H a x'~a pm de taw it<tt/<«Me.'
t<t'<Nt
–SM–

uMd~a~anMntaearte~pMqa~queBea~deM~
`
ae~AMaa.
AaehapitreX~f'at; i
Aveques l'aide de Mea, des cMpstsd~us dictes nom
avens asseztraioté de la eifêatienda memde et de sa situa-
??, et commela tetre e« ~«~eet <MtM «MMe!t<~<&< ~na-
M~t CMMMb <!<a<~e <~ omgpoint est au meai!ea d'<B~
eetete, et s! avena a~ea parlé de quantité et ~amtew;
aNhetemmt,à l'aide de N~M-Se~nem, nom d!FOB9 en ceste
secNnde)~)ft!edehd!onde!ateneetde8eapar<haM<a.
bles. EtpoareBteadM ea~nmiiëre~ it est aaotef quede toute
la quantité de la tene dessus dicte il n'y ahaMtaMe que la
quarte partM des sphères d'après les phNosoph~. Et eeste
quatre partie dela terre estdivisée enquatre parts, ainsiqu'H
sera dit h~dessoabspaf l'exemple d'une pomme divisée par
le miUieaen quatre parties de long et travers soit pfinse la
quarte partie de ceste pomme, et soit peBéeoa mondée,et la
peunm soitestandue sur aucunechose phrnte ou au meiNiett
de la maîn,ausemMaMesepMtdireto<ttela terre habitable
i de laquelle la moitié est appeHeBOrienteti'autreOccident.
Et la ligne divisanteet entre-coupante ses deux parties s'ap..
peHengnemeridiennate, et en ht/în de cette Kp<eya tMeoM
NOMm~Arya qu'on dit esh~ situéeau meiUieudu NMnde(t).

(t) Daprèsce qa'onUtdansle teste, M Mtpenatsde tenserque


ChristopheColomb anMttpabédansan Ttaitéde CesxMSMpMe sem-
bbbtefieet<ttet, am idéeName delaformede la terre,toMqa'Mta
compaMa MM)M&e ~MMa~tpar & mMMt,dent mmBMHe seMtt
Mmdeet t'eatMtennineMtten etM (voyez cettelettredansroMtaae
deNaMMete, t.t, p.S6). c/ Se!«tjMtow cMtt< c<~o))htt,
patM.Ha;wda M<&t~MM).Ldndtes,<MT,p. Mtp).nttttttMpReter
lei queteandeBean~aatenntnace traitéde eMnMfttaphieenMTS,et
s~n
Et PMem&e, en son MMad livre da qa~Mpartit, dtt~ h
<eM9!MtM<aMeeaqaa~epat<!es. C'est aasaveirqa'onymM~
ghte âne ligne passante d'erient en occident parte meitMea
deietetMNaMtaNe, ainsi qMeiceBeMgne divise la partie
meridiona!e de ? septentrionale, et soit ee!!e ligné distante
de Feqoinoxiat par XXXV!d< et selon ceste di~Mon
eUesera distante eah~tai)MdeïadeFfen!ët'6 haMMaa en
septentrion par XXXV! degrés oa enviMn, en tant que
tpadm la largeur est LXVt degf&). Et aussi grande est la
dMShpenee de i'ëqatnoxia! jmt[0<s au ciel aft!q<teav~~t
aucunestractions. C'est assavo!rXXVI minâtes et XXXse-
condes ou environ ainsi que met HaBy. Et en la fin de ceste
ligne vers occident est le passage d'Ercutes et par icy se fait
ung passage en Espaigne, et est la mer si estroicte que
ung homme estant en ung des rivages peut voir angaatte
estant de l'antrerivage, et est appetévatgairement le destroit
de SiMNeon le destroit de Gibraltar, et & sont troys istes
desquelles ceuk qui passent en Espaigne en voient l'une
ptès !a terre d'occident. E< y a une yNM~ede pien~ <etMM
dese<è/<ea sa <nomen <~M«M< queea<<rcce lieu n'y apoMM de
<e<Tet<tMf<t~<c. EtenehasennedesautMsistesyasemNaMe-
mentaneymag&seionhmanièredessusdicte. Etàta partie
d'orient en iceue ligne sont les ymages de pierre en sem-
blable manière tenans des ele& et demonstrantes que ouitre
ce lien vers.orient n'y a point de terre habitable. Et dit-on
la lettrede ChristopheColomb,e&fon trouvela mêmecomparaison,
est<!eMM,etpM<!ome~mat p~de~)~t<nBéMpest<&teme~
M.Remand,sansavoircommcetteeesmegN~)tede JeandeBMm-
van,a cependantdonnéune expMeatten très tnteMssantedn passaee
delalettredeColomb daMsontn~ ~nethmà sa <mdMti<m dela eeo-
gratte d'AnettMMa, p. CGUn.
~M–

qua ttetc~M y i~ ~M~ 8~<M <pt'M aMt MH


~te~h~te~~ Ja.loug11e1n'tBU)ipe
dessusdic~ cr~taleseleatMomea et les watc~af~eseat
de eentqua~~ThMdegrés, t~ div~nt iceBe l~Mtparle
meMMeaS demama quatre vins et dix degeeavecttMed et
atttres, qoatte'ttm etd!x d~t~ ~rMsced~t. Ett~Bgne
<!t~~Mp~?Nm?~w!eme~m~aa~BgM~ss~?
dicte ~~iRe mMd!<ma!een tfat ~'eBe~asse par te aMB-
Meade h (MMMMtaNe Mton sa !arge<M', nN~la ~M~re
0~ dMe pMMfparle meN!ea dp la tene haMtaNesetott sa
tongaMW.Etestd!o<ecesteligne BtAnd&)nàte pmrceqa'eHe
ptese par tN pAIesdu monde. C'est assav<Mrda p~e .afoti-
que jasqa~ au pôle antarthpM et par le zoenMhde notre
teste, e'est-~dire par le regard du e!d qui est tout droit par
dessusnotre teste, et en que!eonqaepartie que soin'homme
et en qoeteoaqae temps de l'an, quand le sotau, par le
mouvementravissant dn Brmament, parvient jusques à sa
partie méridionale, a est la mydi, et pour ce s'appeNeceste
ligne ou ce cercle le cercle mis an mydi. Et pour ce quand
& y a deax cités desqueUesl'une aproche plus d'orient que
l'autre ib ont divers mydis, et quand ils ont tout ang mydi,
1ers eQes sont également distantes d'orient et d'occident,
donquesBaparoist que les deux lignes dessusdictes divbent
to~tteh terre l~itaMeen quatre parties et sont conjointes
les lignes en ang Meuoù ib s'entrecoupent, lequel lien est
nngpomtammeiHiemdela terre haMtaNe.Amsi, par les
choses dessus dic<es3apert assezdetemeni que cesteqaarte
partie de la terre est seulementhabitable; et afnn qu'à apa-
m~ënMenIx,mous Beromiadiete quarte partie en cearc~
rond, en mettant lesdicies deux lignes ainst qu'il aparoist
ata

~a!~ ~<
~~&~MMmtdNMMM~ soie ~finsi
q~mMatM~agMM

cHtmrmxv!.
Ettonte ceste quarte partie est généralementdiviséeen
trop parties, c'est assavoir, en Asye, Europe et AMme,
desque!tesAsye tient la partie orientale, et dit-on qa'eBe
contient en soy de la qaarte habitable autant que les deux
autres parties contiennent et fut nomméeAsyed'une royne
ainsi nommée qui fut dame de icelle région, ainsi que disent
les ystodens, et s'appatle Asye-Ia-Gran pour la grandB
quantité de sa région, qui dure depuys septentrion, par
orient, jusques à mydi. L'autre partie est appelée Europe
d'ung roy qui s'appeHoitEurop, et sa grandeur est depuys
occidentjousques a septentrion et eirconvoisined'Asye. La
tierce partie eat appelléeAMque de hqaeBe la, grandeur
est depats mym jousques en occident. Et desqneuesparties
et r~ons, et de leurs provinces et habitations appaMistca
si p;~ pMstayapràs.
Dieuplai~ ey après.
Toniesfoys,
Tou~~ys, pr~ouiè~ent
prènNeMment et-pri~i=
et prmci-
palememt, mous de~meronsou dirons des quatre quartes
dessus dictes c'est assavoir, de h quar~orientale et d~
habitation, semblablementde la quarte occidentale,septem-
J-Me–-

tHm~etat&tMie~e/Ap~a<~
~(~c~t~i~es.etdeM~ et MUons
ÏMNtmt en icetïea, et <tesfmtr~ c!M~8Mtm~ÏMaeot
yamt<MBv~Ap~.MMp~eKW~<~fa~~ de la
~tMtatb
~M6tr<? M Mommeatc~nMas,et metMNsla CgaM
~dto~~yspaftt~aMn qu'on hs entende miea!x.'

L'auteur, suivant la mé&ode qa'it a adoptée, passe à trai~


ter des quatre part!es de sa première division; et d'abord B
traite de la quarte orientale; et après avoir nommé les diRe-
rentes nations qui t'habitent, u fait Observer que toute la
rondeur de la terre habitable contient trente mers médi-
t~,
tenranées, qnarante
goatante mon~ ei cfnqnante-sept
montagnes et Heàv~ de
cinqaante-septaettves de
renom. Passant ensmte &~a quarte occidentale, u é&nmere
ses tenons, Neaves, Ses et montagnes. N en est de même
de quarte septentrionale et méridionate~ mais en venant à
traiter de <ette dernière, dans ïaqnelte rA&hme se tmave
comprise, N eaaMMtMppar <<A't<t~ cette partie tt'Aatf p~
<MM< eoMMe, que dansla portion connue n n'y avait que deux
meM.seize&es, six montagnes, dom~pK~mees soixante-
quatorze viHes et deax fleuves.
!J8t

t<~ !p cite les saivantes la pMwmce


d'~a~d~M~,d!'AMqaeht~e)~6~
*Ehagy,de Mmadie, qai est MMrdgion joignant <~Mfthage
la province de Mqre aass!sn AMqae, la pmvmce de Pan-
MetyoN,qui se joint et cmmneavec l'Arabie et la Mestine
la pfe~hee de
ïa provin~ T~jtoMs,de Maa~<an!e,de
de ~Iis~ ~tanie, de Cesatéo, la
ta pro~
pto-
~MdeI&adta~eo&8Mt~ttMmM9~Mettap!<M!!Me
de S~se~x. Panai tea c~, Ba<MBnMNbKeo!os,GfetM~
ThdHts, Thebeys, Betoatce, Amont, Totoche, tp'B dit être
en~!e9n)tMes;Ceaafee, Bhfdocqae, Syrenne, Sibean, Sa-
birte ou Saline, gMade cité dans la pïwince de 'Mpdis;
Lepris Ta€mn, dans la province de 'MpoUs; de Calapas,
de Discon, de Thenis, de Capsis, de Lepris la MmeaM, de
Hadeament, de Naptes, de Nbtdian, de Ctupres, de Cartage,
deUtqne, de Dypopon,de Cariton, de TMticachiB,d~p<~Be,
d'Oroyon, de RoScaden, de BaHy,de Cetdns, et plaaeuM
actres dont les noa, dit-il, sont inconnus.
Panni tes fleuves, Nmentionne le Nil qu'il dit nattre de
la tene qni est soasTéqninoxiate,et qui traverse l'Ethiopie
et le Bagradaqui est dans la provinced'AMqne.
n passe ensuite à la description des trois parties de la
terre de sa seconde division; et, après avoir parlé de l'Asie
et de l'Europe, il donne de l'Afriquela descriptionqui sait
t m LAPAKHE B'AFMOCE.
Lecommencementd'A&iqae est à la fin d'Egypte, vers
la cité d'Alexandrie, où est assise la cité de Paletome,sar la
grande mer. Aftique est la tierce partie da monde,non pas
par l'espace de mesare, mais pour ce qdelle est environnée
EtderOoéametestendaedaIongdelfnnefOcéane&nMdy.
la description des gens et des provincesd'iceBeest en ensaji-
aea
<ant Vt~nte et ïa pMwtaea Stttm~ est ap~si~pie
emta pM&d'AMqaa, ? pMMi~Mmmt ~e <N~~ à
ta eM d~Me~e et de~ha~aHim, et ~etead }Mqae~à h
mer appe~NBam~o& tes aute&ds Marnas eont et eat
estendH$j<)sqaes& h merde t'Oeean de midy, ety sonMes
gens et nations qui saivent; e'~t a sawar Ë~nop!e, tihye
et to 6tMmaB~, et du edté d'ctient à Egypte et du e<M&
de se~entdon à la mer de Libye, et d'oeëMeot ta mer
apt~teé tes CHm-Syrteset tes Tfogodictesqaî ont contM
eaUnt'ae de Catips~ et da du~!dy i'<teeaa d'Ët!epe
et 1a provinoede Tripolis,qu'on appelle Basteme, ou la ré-
gton des Attquattes, o& est la cité de Leptis4a-€MB,ap-
pelée gsB~emeMt les limites d'Afrique. Les Tongesont,
du c&t6d'orient, les alpes on auteb des StHames,entre les
gran Syrtes qui valent autant à dire comme les grands
haacs do sables et la nation des gens tregodities. Du côté de
septentrion ils ont la mer de Secille qui vault mieulx à dire
la mer Adriatique et tes pet«MSyrtes. Du côté d'occident
ils ont la mer de Salines, de Lathe ou d'Itatye. Du côté de
midy ils ont les Barbaires et tes Gehmens et tes Vencaates
et les Caramantesqui aitaignentjnsqnosà l'Océan d'ËtMope.
Ces gens yoi, ne sont pas d'un tien ne d'une province, mais
sont tnsqnes à aujourd'huy ainsi qu'il est écrit par tes précé-
dents ystoriens sont de plasieats provinces. Bisomciumest
aneeité metropotitaineassiseen cetteprovince.Zengis estane
ppo~ace où est située Carthage-ta-Ctan. Umoadreestane
provinoe oa sont tes BSpNens, tes Régionset tes Ruciaides,
sontcites et ont, dncôt&daMptentrmn, nostremer~ laqtMHe
regarde, du costéd'ooctdent,I&Satdameet Secitte,et dmcôté
d'ocoidantils ont la Maaritanieet Cyiiphane.Et du côté de
3&3

NMdyHaeatfas~. Et après eux ils at~Mgnent jjusNn'Mx


6N)&]pe8qaîduteJusaues&P(~~ Cpt!pheaae et Capha-
neneësont !a& MaariMnesqu! appertentplas de &utts et
seB~mieu!t!aho!<r&~ et de teapgMadenr p~ renommées.
Et ceh saNse pour la description desdi~s trois parties de
~jtercehabitaMe. Toutefois aucuns auteurs mettent Ubye
sous AMque, ainsi qu'il est dit, etSnrieJherusatemetta terre
de promisshm; et Ctece, Romanie; Tast~ttMe, Lombardie,
Atexaad~ et Espagne, avec toaie CaMogne. Et en cette
partie d'AMqae sont contenus tous les royaumes des bar-
ba)ws qui sont vers midy, comme le royaume de Tant! et
de MttMc et de Cete ~autFes royaumes parvenams jusques
à t'Ooéan d'Ëtiope. Efy a a plusieurs autres régions et cités
desquelles les noms sont prins et imposes aux noms des
bêtes qui habitent en ces régions. JEtM~p est <tMM~en la ~t
<f~/M~t<eet outre E<M~e n'a point d'habitation yoar ta
~KM chaleur de la MMMMre&A du Mtetï~ et n'y a rien
que &eMZa&e<l<, bêtes brutes et serpents ~K!}t<*ala grande
mer.
0 passe ensuite traiter longuement des habitants et ani-
maux de l'Me, ptaco le siége de Prête Jean, dans le Cathay,
donne une longue description de l'empire du grand Kan des
Tartares, et sur ce sujet s'étend jusqu'au chapitre 74'. Dans
le 76', il traite des climats de la quarte partie habitable de
la terre, et i! en compte sept, et commence de la manière
suivante:
Et quoique cette matière soit d'astrologie spéculative et
ne soit pas commue à tous, toutesMs par raison d'aucuns
ayant introduction en ieelle science, ou des vontans favoir,
j'en escripray yci aucunes choses le ptuscterementqueje
–aM–
du pat est trouvé de cinquante degrés et dem!. Et ceey
est Nen pr~ eu!<mht mer d'AngteterM, taquet Aagte-
terreesthorstedimat et a'<atpoh)tt hors parla m<mve~e
dudit lieu, mais pour ce que du temps de ta division des
ethnats n'estait point habitée, et pour avoir plus grand
notice des sept parties des e!ima<s qai sont sept, leurs
distinotions peaveat estM ainsi compta* C'est as~vaif
qo'en entende ung grand omde ceigMmtet environnantle
corpsde !a tarte soMbsIepo! arMqaeeiMutsiepo! antaF-
tique, et aussi ung gMadearcie ceignant et environnant
toute la terre subs le cercle êquînoxial, ainsi est que selon
h situation de ces deux cercles deux mers ceignent et envi-
ronnent toute !a terre et ceMemer qui ceint la terre subs
les pots est appelée amphitrites, et l'autre qui ceint subs le
cercle ëqu'noxia!est appelée la mer Océane. Ces deux mers
dessus dictes divisenttoute la terre en quatre parties des-
quelles N'CM y que l'une taM~p. c'est <M«a'CH' la partie OM
la rjy<oa jep<eNfn<OMte et c'est ce!!e qui est divisée en Ms
climats. Et !'ang!e ou le coing de la section ou divisiondes
des deux mers de la partie d'orient de ladite quarte habi-
table, est dicte simplement orient, et l'angle oposite est dict
occident. Si adonques on faisait mensuration ou dimension
dudit Océanvers septentrion par l'espace dessus dit et par
la fin d'icelle dimension on mène une ligne en ta super-
Scie ou espace de la terre qui diste de l'Océan t'one, et
l'autre terre, à la mer amphytrite contenant l'espace de la
terre, entre la ligne ainsi escrite? et l'Océan est un climat.
Et ainsi brefvementaparoist assezeter par les choses dessus
dictes que c'est que climat et comme et où ils commencent.
Du tiers que j'ay dit c'est de la distance <tnclimat à l'autre
25
!M6

etpMFsawtt eeei H <ata nater que l<!KMct6du cM et le


~t~daia <ena sent soabs ung <~<ra et aat~ d&pt<
~yqaauplalong,M<antenyaaMplmtpetii.j)a8oit(quo~
qaB~t'Msaeaotaat pas~autx ou d'tmegmadeufaimi~a'aa
pe~tvetrpiM eleFement au denier chapitre de lapremiëM
part~, M~s ainsi est que ornepatMe <Mtdegféda e;et cot)f
tteat de degrés ou de patti~ data terre Lyt xaB~ et deux
üarad'uag~illisr,
<!e!9 d'NBgmaUer, salon la
Mte& Is qaaatM
quantit~ dn
du m~llier~i ~t terme
mURer<pn<~ (erme
degMneMem qui est de<pMtm C ~adêea. Ad<wqw ~ea~
la hat~aF du pol de deux lieux distant de septentrion, on
potmm voir la différencede la ÏMMteutda pol d'ung MeaON
d'une region joHsqHesà l'autre, etc. M

XX

P. io~

A régan! des !nstFumen(sd'observatHmdont tes Arabes


faisaient usage sur h mer indienne a l'arrivée de V<Meo de
C<tHM,et dont a est question dans Barros, le lecteur en
trouvera les détails et les explicationsles pluscaneusesdans
la préface de la traduction d'AbouMeda, par M. Reinaud,
p. eoxxtx& <amuv.

XXI

P.i07eti9i.

L'imperfectionque nous remarquons dans les représenta-


tions du giohe des dessinateurs des cartes du THU*siècle
était justement Nsm&Bpar les savants du m&M siècle.
Gervais de Tabary dit & ce stqet: < ~M~NfmtM, ~Na<!
M?

tjpMj~<Mm« P«tWt<M C,SM<~ ~«tFMaMH€<a<C


M<ft<~tCP<
~MMW~a<m~~HM~<'M~MtMM)~at.e(t)

XXM
P<e<.
Nous avons montré que t'emh<Mchtu'edu Gange était le
terme des eoanaissanoespositivesd'EMiestheno et de tous
ha t~ogtaphesd~ s<M6cete;Bo~tappeHsfansîci qaee'Atatt
au Gangeque se bornaient aussi !œ connaissancesdes La-
tins, même du temps de MMmMM, qui plaçait ï'embouohNro
du Gange rc.Mf<MM<~ des t< habitables(2).

xxnt
P. <?& M 6MBBCC'eN
VOYAIT
DANSLACtTAMLLB
DBStttACOSB,
DONT
PARtE BELAPAUSSTBtNE.
MmE,ETMLAMOSA!aOE

Pour éciatFcirla citation que nous avons faite d'Ovide, au


sujet des représentationsgraphiques chez les anciens, nous
ttanscriMns ici un passage codeax, où ce grand poèteparle
d'nn globe qui existaitdans le temple de Vesta.
< Ondit qae l'antique forme du temple (de Vesta) a été
<conservée,et la causede cette forme, la voici Vesta n'est
autre que la terre; l'une et l'autre a son feu perpétuel, et

(t) Voyez<Wa/)n~!)~K<Mv.H, et .<anat.Cetaxa&M, Au. <S65,


Jean.Villan.,ttb..t. cap.89.
(Z)VeyetMaetUos,~«remMftoa, Hv.!V–V,?M, H!, p. M
rédittonde Pto~fé.JeanMaller(n<'c"MM)tta<!M)
pabth le premier
t'<Mtwagede!hntHM.
Sursousystente,~e~MMetantbte,
Histoire 1.1,
<tf r~<mn~m&, p. 9St.
<Mt&
-t~t

<~p~t!ondufcyw<o~~moad~aw~Mede~tt~.
tCommeaMh~MesMMappui, ta terre, masse <nenne, M
<tient suspendue au mitiee de t'air qu! Fenvirenne. Son
s gtohe eat maintenant en equiMtmepar sou propre momre-
<ment, et n'a point d'aag!e qui eattame la Mance. Aimi,
< ta terre est pho~ au milieu de l'univers, à distance ~gate
< detoutes ses parties, Si eMen'é~t point made, e&eserait
plus voisined'an point que d'en aatte, et ne serait point
tIeeenttedN monde. Dans la citadeMedeSytacaM Mt an
~o6c <M~eH<tt< <hn< Mtair renfermé; petite. ttNMfidèle
<imagede t'MMMtMc tM<cM'<, m~medistance sépare la terre
d~ pointa sap6neuta et inférieurs; c'est un eftet de la M-
tondtté. Le temple ot&eun aspect semblable.. (t)
Nons ajouterons à ce curieux passage d'Ovide quelques
mots sur la mMat~Me de la P«<e<tWKp.
Cette mosaïque, qu'on fait remonter au t" s:Me, parait
être une représentation géographique, quoiqu'une partie
des Nguresqu'on y remarque soient allégoriques(2). Déjà
l'abbé Du Bos regardait ce monument comme une espèce
de carte géographiquedeVÊgypte(3), et Barthélemyadopta
cette idée (4). Selon ce savant, ce monument représente
l'arrivée d'Adrien en Egypte et les pays que cet empereur
a parcourus, ainsi que l'état du Nu qui y est marqué. La
mosatque représente un canton de l'Egypte (5). On y voit
(t) <Mde,FtMtet, U~.Vt, MUtende PmdwMhe,t. VM, t~et
sahMtes.
(i) V<~e!MéBMtM de t'abM B~thaen~surcetteOMMïqM, dansle
t. XXXdu necMUde rAeadêmte des tnMtipUom, tu en tT60.
(X)M/tt.tfeM < Mr
la
<t<<ft«M Pe& 1.1,p. 5t7.
(A)Mémeif.deBtttMt.. dQ&ett6,p
5t4.
(tt)tMd.,p 5M.
MB

les ntonta~MS, <MWc~, les aniMMux, les E<h!ep!en8.


aina}qaeteeNebMBoi<sdeSy6ne(<).

XXtV
P. <76, note 8. SNt M TABLE
taÊeMStBNNE.

Le lecteur doit consulter, au sujet de cet intéf~MMt NM-


nument, outre les auteurs que nous avons cités, la savante
dtscMSMtmdeێfwdMeaMoaa, dans le M~mt TohMae tb
t'~HtMa~te <<t<Mf, deBMMMm, p. 392, et dans Sohoet, NM-
toire de la JH<feratt<rcfema~t. tM, p. 260 et Ntiv. Cf. Ff&-
ret, ~mofret de <ea(MmM des jhMer~p<M)M~ t. XW, p. 174.

XXV

P. t79. SURLESTBAtTÉS 00 M' St6CLB


COSMOGttAMMCES
ËBE.
DE NmFBE

Il n'existait pas seulement, à cette époque, des cartes géo-


graphiques, mais on possédait aasa des traités de géogra-
phie. Nous en connaissons un, en grec, de cette époque,
dont il existe une ancienne traduction latine en style bar-
bare, mais très Mitérate, sous le titre de Ve<efM<~&M
<&tMnptM.
<acques Godefroi ï*a retraduite et l'a puNiée à Genève,
en 1678, in-4°. L'ancienne se trouve aussi dans les Petits
C~Mp~ d'Hudson.
Nous ajouterons ici, au sujet des cartes des portiques des
écoles d'Autun, que le passage d'Eumene donné par Du

(1) Voyezce que nous avonsdit sur te )!HM)Kpuits de Syène,dans


rf)tr<!KhotXVt!f,pM<t.
39Q–

Can~, dtM scR <Btessa!rf,M mat ~ottMtt~ t~ pas


M~eM~tqMMMqa~a~
saint «f6!ae parle at~ de Mîtes geogMpMqee&de am
temps, e'est~dite da tV*s~ete .KcM? w ~em M6etb
<ef!W!)MittMpMgMM(t).
XXV!
P.iM.–va~u!.
~M~Mt, peMeqat vêtMtdms <? ~Me, s'ost Mcapé aussi
de g<h!gcapMeet aathtat de <aft~. C'est par lui que nous
s~mM~Mhsm~MmKM~MN~pmksMmm~MMSf~
Théodosefurent employéspour la rédaction d'âne nouvelle
carte géographiquedu monde entier, Mrte qui surpassait en
exactitude celle qu'on devait aux soins d'Agrippa (<).

XXV!!
P. «M. t«mOM, SAVANTDu X* StÊCLB.

Cesavant était abbé du monastèrede Saint-Gallau X' siè-


de. Sur ses ouvrages, voyezGoldast Nc~an CfntMMMnmt,
t. p. M; Cf. Eckchard, c. 4, p. 3~; Fabricius, B<Mto<&.
JMc<B<ee<m~ latin., t. V, p. 425, et l'article que notre con-
frère à !a sociétéPMotecnique de Paris, M.Depping, publia,
en i822, dansle t. XXXIde ta Biographieuniverselle, p. 407.

(i) Ve~ezsaintMWhm,tpiM.lit, et sa LettreMateeéeg)rapMq<)e


à M!ntt~mMn surt'étadedes U~tessacres.
(!) Vo;e~à cetégard,les versde.ce poète,dms NcaM,éditionde
Lettonne;Cf.Schtet,m<M~<bla Mf~MtMreOM~w, t. III, p. BM.
M)be donne,à t'egMddecetauteur,de tM~ détailsdansses ~tr~-
<M'.J~etet.,t. p. !m.Aasa{et de ses eavmges,voïezFabricins
MNfo~tf«t~ et t. VI,édit.tn-8°.
–-a&t

XX~tM
<?. mH'pBMMMM
M x' st~c~.

A~rës la notice que nous avons donnée des <mze ma}~e.


mondes da ce siMe, n<tasen avons découvert eneMe trois
actrea dans <M mwaserUt d'MdaM de Savate (Mtb. 7. S89
et SM de la MMoth. nationale de Pâtis). Le lecteur pourra
examiner ces amnaments dans natto Attas.

XX!X

P. 184 et 185. NAPPEttONBB


MtOM M Xt* S)ÈCM, M LA
BMUMaÊeUECE BMON.

~t~a l'impression du texte de ce volume, nous avons eu


le bonheur de recevoir de D~jon le fac Nt<M!e de Cette iate-
resœnte mappemonde, dont il est question dans le texte.
Nous la faisons p'aver dans ce moment, et le lecteur pourra
l'examiner parmi les monuments publiés dans notre Atlas.
Ce monument représente encore, auXt" siede, le système
de Maorobe et d'autre géographes de l'antiquité. On y re-
marque le système des terres apposées. On y voit la terre
habitable se borner simplement à la zone tempérée boréale.
Nous devons le /ae <M<t<ede ce précieux monument géo-
graphique du moyen. à M. Garnier, archiviste du dépar-
tement de taCôte-d'Or et de l'ancienne province de Bour-
gogne.
Quoique nous ayons à donner l'analyse de ce monument
et de ses légendes dans un autre volume de notre ouvrage,
u& Muus puHierons les détails pleins d'mtétêt queN. Gamier
~~a.
neaa a MMey~s,aeoa neas Mit~~NMMt de lui MhessepM tes
MB)t<sakMdeao~M~naa~MeB.
N.Ubti, "qui aw <? CMHMtment pendant aon séjour à
DH~~t~~t~ja~a~eee~mttppMMHtdeMt~gae~e
<i'!a~td~8avm<8.~MtaeMa~nmaMentionspéeMe
& h CM'tede 'Rtfin et &c<Mequi se tmuve dans t'CHae~a
~(N~ d'~MM, delà BMtoatëqne d'Aïby} (<).

~W.
Noas avomsmontré qae, du X!*siëc!e, nous eennaîa~oas
jusqu'à prisent à peine cmq monuments ~cëôgfaph~aes.
Nousvenons d'en découvrir encore un autre dans un ma-
nuscrit d'!sidoMde Sévine, de cette époque.
Tandis que les représentationsgraphiques duglobe étaient
si rares et si barbarement tmcées, les études de l'astronomie
paraissaient être plus en faveur parmi les savantsdu même
siècle.
Nous lisons, en effet, dans la vie d'Odon d'Orléans,célèbre
protessear de cette époque, le passage suivant
« Jamvero si schotte appropriares cemeres magistrum
Odonem, nunc quidem peripateticorum more cum discipu-
lis dicendo deambulantem, nunc vero stoicorum instar rest-
dentem, et diversasqu~Nonessolventem. VespertinBquoque
horis antejaaMMecc~MMtM}«ead profanadamnoctem~MpM.
tantem, et astrumew~tM<M~M pnMe<MMMe ~cJpMtM<M«a-
<!eMem,«KNactpte<Mt<acte<etre<<K <<M)er<tt<t<e<
<!eaMHMa~m-
tem. 0

M VotezNoMeedesMaMM~tsdesBMeUt~qMsdM<MpaMements,
pmM.L!b~,p.45.
'–â~

r ~xxx.
p.W.–xn''6!6ets.

t~Mn Abn~ham cemposa dans ce siëete <m iMité de


la sph~e pabMe seas ce titre .S~M MM<~ «Mh~ ~Mt
~«~mte j)E&)KMM. Cet <mw~e fut commenM par N~Mter,
et puHM à BNe, !!t-4°. (V< Betatahre~ BïNewe <b fA~
NOMtC au MCyCH-A~f.)

XXX!
t. <?.– tt<PU]NMBBE8eMtSM)ES.

Sar l'influence des croisades, le lecteur doit consulter les


deux excellents ouvrages de Heeren, iniitaté EM<KaNr t'<H-
~Mee des croisades, et celui de M. de CtMMae~-Da!Hee<MHrt,
Paris, <M9, ouvM~M qui ont partagé le prix déoemé par
rtnsMmt dans la séance publique du 1" jmBet 18M.
La section quatrième de ce dernier ouvrage est consacrée
aax lumières; en voit signalée, quoique brièvement, l'in-
fluence des croisades sur chaque science en particulier.
En ce qui concerne la partie qui nous occupe, e'est-a-
dire la géographie, Pauteurhu consacre près de quatre pages,
où il nous fait remarquer que les Croisés parcouraient l'Asie
avec les Mvressaints à la main, s'obstinant a retrouver tous
les lieux dont il est fait mention dans l'Ëeriture ainsi
n'apercevant pas cette superbe Babylone, tuinée depus tant
de siècles, ils donnèrent ce nom & Bagdad, quelquefois au
Caire, villes nouvelles l'une et l'aube (t).

(() Voye: jKmefre tw t'~MMe du C~M<<et.par IL de Chaise)~


p.<?&
eartegMpnes dem<a!entans~, dans teaM Mftes. te
aom deBab~M ? <mevH!e~As!e, et, en Btemetempa, à
ua~aatMvi~ d'Egypte qui eoMespMMtau Caire ~). Ce
ae <Mt&HMMeiïttmt que sous le rèdae de sai~ Leab, après
que tes OMMes antMeat~ eoMat etaN! de )Mq<tentes
!feht!Q!)aave5r(Ment, qa'en eommNt~aa prendre des ia-
iE~BMt!oBS posKtveasap rAnnénie, sur les Indes, sur la
Tartaf!eetd'aattespays.

XXX!!
P. <M. SON MM t!AMNMt)BBS BBES96BS Au af StÈCUS

ST COmmjN JOSQt!*APBÊMttf.

Apteartmptesshmdenotfe texte, notre savant am!,M.NH-


ter, nous comnMm)qa& den autres nt&ppemondesde ce siè-
cte, qui se trouvent dans la coNectiondes mmuscuts latins
de la Bibliothèquenattonatede Paris (Ms.latin, n'' 87, Na-
vanre).
Amsi, le nombre des monuments cartographiques déjà
connu appartenant à ce siede sera!! de huit.

xxxm
t. i86, NOTB
3. ABBAYE
DETËCERNSÊE.

Cette abbaye célèbre était située dans la Haute-Bavière,


sur le lac de Tegem, du côté du Tyrol, dans le diocèse de
Freising(2).

(t) Voyeztes mappemondeset tes cartesdu moyenâgeque nous


donnonsdansnotreAtlas.
(9) ~~rex~eaNeesa)' aa~mstM~ct,p.99S, <tmst'Hbtatfedes
(Mawesd'HagaesMétet,par M.deFortia(t'HrbaaParis.1SS9.
;XXX!V

P. M. CMMSCAMSMMjM
MS XM* N XttP NÊCMS.

!~ms ce prêtai veluBM, nous nous sommes borne &


traiter des fept~nttHcMgMphiqaes du ~obe, antérieure-
ment aux gR~~M ~coMvertes du XV' siècle, nous devons
dire n&MtmehtStpt'M mdste des cartes cadastfatesdesXM*
et Xnt* s:6c!es. NbM etteroma M ceHes qae W~demar n,
roi de Danemarck, fit dresser en M3t, et dont parle Geb-
hardi dus son Histoire du BanemaMk. Les mis d'~tgte-
terre ont fait dresser atesi, pendant le tnayea-age, sept
cartes topographiques et cadastrales, dont quelques unes
ont été reproduites par Goa~t dans son livre intitaté:
Anecdotes e~BW<M&Mpc~ra~y, 1.1, p. &0.
Les Italiens possédaient aussi des cartes topogNtpMqaes
pendant les derniers siècles du moyen-âge. M. Libri, dans
son Histoire des sciences mathématiques e<t AoMf, cite quel-
ques travaux de ce genre. Ils avaient également des cartes
perspectives.

XXXV

P. 190. Là THÉOME
DE!A BtVtStMtDE!A tEMË PARCUHATS,
AMM&EPARMS ARABESEt POtSÈECBB!LESANOENS.

Nous avons fait remarquer dans cet ouvrage que les map-
pemondes dressées par les Arabes étaient tracées, pendant
le moyen-âge, d'une manière plus barbare que celle des
Occidentaux; et, p. 337, nous avons produit l'opinion d'an
savant~arlears cartes géographiques. NtH!sao~~O)'met~
trous d'a;oater ici que, en ce qui concerne ces dernières, tes
*~3tM~
Atabes ont paisô austt ÏM t~tes ~yst~mattqacsettea tas
<:MM,OtjMttoat dMM~awajgc do VtoMmee$t dMMtc$
eartes (ht??!)!! de tyy, j~a~aphaadoat Masaaadt a vu les
cattes au X*Me. (Va~M,plus ?<?<, te pasMgt)dacat au-
tow ~«e tMM9tMBM~voMp. ?7.) Ma!ates eartea e~8<
pt~ttMq~ !tM9 SMtpMFvettaNAeaAm~Ma sent aaa~d~aM)
e~eaMam~tMatëFe.
Keat vrai que les Arabes y ont appatM <!MehaageNM'ata.
Tout Nt paft~mat la terre en ~pt eMMMta,& partir de
yë~Mteaf, MttMee MM! ~00 montré ptas hoat, !t8
partageaient <iha<pM et~at t<t!-m<)m) par des UgMSpep-
patd!eMta!MS en onze parties ~pt~, qui commencent à la
cMeoce~nMa de r&Cr!qaa et Mssent &la côte orientaïe
de t'Asie. Ainsi, d'aptes le système arabe, le monde se com-
pose de sobMmte-dhMept cameségaux,semblablesaux cases
d'un échiquier, ou à eettes que forme sur une carte plate
l'intersection des longitudes et des latitudes.
Nous venions d'écdpa ce~ lignes, lorsque a paru l'ou-
vrage de M. Reinaud nous y voyons conMrm6aussi par le
savant orientaliste, que tes Arabes ont puis6 leurs doc-
<rmes cosmographiquesehez les Grecs, et notamment dans
les ouvrages de Ptolémée. tts empruntèrent à ce grand
géographe les divers cercles d'après lesquels étaient censés
régies les mouvementscélestes. Ils donneront à ces cercles
deslaéneminations qui n'étaient que la traduction de celles
des Grecs, et ils empruntèrent même à ceux-cila dénomi-
nation de pote ou pivot, pour désigner tes deux extrémités
d'un axe autour duquel les planètes opèrent leur révolution
diurne. tts ont emprunté de même aux Grecs les signes du
zodiaque. Les signes arabes sont en générât les mêmes que
aM
les fignea tpMHaet peur ht nom et paup la <!???(<).
AtahM adap<eMnt «n~! !a th~o~a dea sept aimais des
NMiOBa.
Et, ea effet, neua ttMaa dana Pline (Hist. nat., liv. Vt,
<&.M), qui a pam?HtM: B~Nw <erfarMMt tu yafa!!p!Met
tM<6nM pa~M(divisionde ïa tenw en différents eMmats),<tMf
la tefm sa d!~Mt en sept climats. NeM y veyoM eammen-
eet le premior par la partie la phM )aM!tfna!e de t'M~
s'~endaMttM~a'&rAmMe et ~Msqu'mtx catamMa<t't!<)PCM!c.
Puis il mea<!enae !(~ pays situés dans ehoeMndes sept
climats, et termine en dMarant que ce ea~Mtéta!t des au-
tMM de ramt!qaité, et que ceMXqui ont écrit avec plus
d'exactitudeont ajouté trois climats pour les autr~ eentx~es
de la terre. Nous aaMBs yaceasbn de revenir sur ee a~et
lorsque nous analyserons, dans le second volumedo cet ou-
vrage, certaines cartes des Occidentaux, où on remarque la
théorie des eMmats.En attendant, nous ferons remarquer
ici qu'il ne nous est parvenu aucune carte arabe gNdaée.

XXXV!
P. t9t-i92. M*PPBHeNBBS
Nt XtK'StÊCLB.

Nousavons indiqué dans le texte que treize mappemondes


du XMt'*siècle étaient déjà connues, dont onze formaient
d~a partie de notre Atlas; mais dans rénumération nous
en avons seulementcité dix, ayant oabtié de faire mention
de la mappemonde ishndaise tirée d'une Saga publiée dans
une des pbmches de notre AHas.

{<)Voyezt'tMMtMeMoa
de M.Behmmt
à ta tNdtMMca
d'AbeottMa,
p-CLXXXt.
aaf)

BepMs ftmpt~an de natm ~aïte, tM<$ auiM <Mme-


'mems M <bM~t <M~&'M6Mte<~a,Mœat
set~n<OMament<eo!<n<Mdaeette~neqw'i!.

XXXVM
P. <? tMPNtMNMS
M W StSCM.

~Mtetext~nomatanaaignaMv!Hgt<e!nqmaBpeatondm
6t MttNhas ds M ai~& d6i&~MMs. Nom ~MtsKtm
nmtatmant qm!, ~epttta !'i<apMs$hmdu M6Me <M<e,tme
aatre mappemonde de <? atMe a M hrow~a par M MMtef.
Cette mappemonde fait aussi partie <tes monamente ren-
Cant~ dans natN) Atlas.

XXXVtH
P. 193. <6KOttANCB00 ON ÊTAtT. iL < A BtteeKB VtMT ANS,

AO SMEt M LA CAMMBAMME BB NMBN-AeB.

Nous avons déjà montré qu'à la Nn du dernier siècle


Robattson croyait la mappemonde de la BiNiothaque de
Sainte-Geneviève,du temps de CharlesV, la plus ancienne
carte connue du moyen4ge. et que le savant Mannertcroyait
encore, en iB~t, que les plus anciennes cartes du moyen-
âge étaient celles de Sanuto, taites au commencementdu
V'Xts!ede.
Maintenant nous ajouterons qu'il y a vingt ans l'abbé
Hahna, le ttadneteur des ouvragesde Ptolefnée, connaissait
encore si peu les cartes du moyem-agequ'N pen~t qu'ettes
devaient être <<M«M dressées d'après Ptotémee.
n dit, on «CM:*n MNtait MW
<!<ajXM)<t<M)t
(trt)d«<4M!t)
aae
f~M atKttcMM(de Ptet~a~ pttf ~~e&t MM !e w! TMa<
dM~ aa!~MttCM~mhaw.C*éta<tde ctMe~A,Ma*~m~ que
M' Mrvaient !ea navif~teuM Matienaduateyon~ga paurM
diriger dm leurs ceut~a xotm~Mntos et comme <t'Mt<no-
dèle pour I)t 6eMttaot!M)t
de tew~ g~t)~ et do totocamap-
pemondes.(daqM'e!<<M~!eMt la <MM<eCo!<nat'<m Espagno
et MarNade MMtm (t).

XXXtX

P.<M N !?<. smt6S a~Tas PUM~StWMMNSMttNMHtB


Sf MMt.'AMMB M LAMB.

Sur cette <M<M'!e systématiquedes Pèceade t'Êgthe, Moas


t~outenms &cequo nous avons dit oineHfs(2),que le lecteur
doit consulter &eesujet reavmge de Saint-CMmentRomain,
dans ta &M«'t&pc« ~!<M<m, édit. de Lyon, t. M,p. <&3D.
Ii doit consulter aussi Théophile, patr!an~e d'Ant!oche,
au 8q}etde ce t}u'Hdit relativementau MeuveGhionou CMM,
ce savant étant d'opinion que ce Meuveenvironnait toute la
terre d'Ethiopie. On y tenMmqueune longuedescription du
Pamdis(3). ChristopheColomb, rempli de ces traditions, se
trouvant à t'embauchumde t'(Mneque, crut reconnattreles
environs du Paradis terrestro, paMe qu'it se croyait placé
aux exitémités orientales du monde.
Quant à t'arbre de la viedu Paradis terrestre, qu'on voit

(t) Voyezta p<<&ee


de la e~t~ Nit~AMt~MdePM<Aa~,
par
rtN<eHattMt,p.XXXII.Parle,<Ma.
(9)Voyez<tMseetOMNee.p.<5,Z!,3<,39,5S,59.M,nete<
M,Mte<<5,as,99,t<M,«tS,Mtea;–<<9,Mta3.
{3) Vayez~M~tS! p.t!Mas, t. M,paMH, M !SH!.
–4M–
!e$ Mena, tM~MMtaitM,!<!?? p~< t~pect! CMMM
MCm8V<H<!tdtt<~M~m. !~8~MMHfC~~M'Mt!e!~MBate
«Mat <M~mpe~ et p<t!$)&v!Mfde MtphM, eenMnete CBMXe
auquel venait Mmv$)~ertoute e~osa. t~ChiMis optera
de tout taaps qwateap emptta «a!t au <~ntMda tna~e.

xu
P. a«.–MMMtNO!)BBMtAeMM<fMM)? MBMMKBBHAtMM~
~Ba~ft~~t~MaBMMMBBtMMMœtMt.

Nous avons dit que, dons eette tnappemende, les vHtMse


tfeuvNtt <!gaf~ par des MMtoesdo d!t!BMn<~t~Hnes,
comme dans phtsteum cartes du meyeB-ége. Quoiquenoua
doantma une anulyse dëtaHMede M monument dans le
second volume do cet OMVMge, nous croyons devoir dire ici
que nous avons MCMOuM des notices sur ce curieux monu-
ment depuis t'mnee <Mi. Notre conftère & t'tnslitut de
France, & Thomas Wright, qui a écrit ïat-meme un Mé-
moire sur ce monament, nous a tbami des renseignement,
et nous a offert, a diMerentesreprises, d'en faire faire une
copie pour être pubMeedans notre Atias.
Dans la portion seulement de cette carte, donnée par
M. de Laborde, qui renferme la Palestine et t'Ambie, on
remarque près de quarante édmces qui représentent les dif-
<eren<esvu!esdont les noms sont inscritsà côté (<).

(t) Vo~Mee queB«<sawMdit au a~et de eette ea~tedansnos


BMbMctesd6~eMm, pnbtMM<m <Ma,p XCWHt de fhtmdntttm
et p. 174.
Voyezaussiee que nemdtMMaa sujetde eetMeMM, M<de
ce Mteme.
~6
-a~.

XUt
~B M~ m!<M<$ ~MMM!t~~ Wmt MMBM~
eMtae~MttesCNMMMM~BK-ASe.

!<ea ewtegMp~qMt M~taabnt & tt~~a dthBsles dit-


MMBt<~ paït!<a do globe atte simple liste de nom g~m-
~ttqu~t pMhm!eMt cette mëOMae, non Mw!MiMmt aaaa
MW~Kphiea«)f&M<~&~StMHa et daRat'M~maedeJtt-
~Ne~eMM~TM~Ta~w ~t, Mab M<sAda)Mla
~HftHe g~apMqMt de ecttt~MSdMaatques et dans tes ou-
<tta~dM6M<n<~apttMdmaeyeB~e.
On MtMHqae,eu etEt)~c<anemenotatat~ dtapesdeade la
sorte dans tea écrits de Raban M~apau !X' siècle Ct), dans
b TtaiM g~gmpMque du XM' sMe, attribué &HugaM de
Saint-Victor(2), et dam ptusteaN autres eawage9.
Nousreviendronsailleurs sur ce s~et.

XUM
P. 221. SUR LES BtPMMOtmBS M MME CAM~B BBSStNÈBS

AU HOYBtt-ACE.

Nousawns moatté que ~tafM, au VUt"siëde, considénUt


le mondetW~MM~Mm, et que qudqaes desshmteMSda moyea-
ttge tedeNineMBtde ta so~e dana team représentationsgM-'
ptuqaes; nous ajoutâmes que CerMtùdo TMtN~agamit le
mondede forme camée nous momtramtseaNm, page 244,
tes raisons qui agirent sur l'esprit des cosmographes et des

surRabanMaat,le IV dece volume,p. St et M!v.


(t) V<~M,
!~Y<tyM.sora~se)<e8!t<f-W<etM,tf§VH,~M.
~as

«wtegmphss peap Mp~saator !« moMdasa~ ettt<edémise


????. Nhiatenant ntw eMeMH&dMt~ <nappet)MBdM N<M-
veMentontdéaauvertea aa en K'mar~<tecea detK ~t~mea
m<!ê<et)seM)b!e.
B'a!Mtd MMmappMM~edMX'a~ebqtd <? trouve dam
un Maousc~t latin de la bibliothèque nationale de PaWa,
B*eM,de@e<ta~jMqMe,e&OBM<nM<;Meh<MvMM)td'AtM{n
eaeadp6a<?? uo ean~ et eateM)!~par ta mer.
t<esm<6aMs paF<!M)M(d8m ~nt MMMqaerdaM une au-
tpe mappemonde du X!M*sMe Mn~nn~e dans un ManMs-
cUt d'hid«t8 de Sévittodo la m~me BiM!e<h~Me(i).

xnv
P. 2S(8-a24. SOM M TMC6 B8 PMSfBttaS NAH'BNOMBS
AU NO~BK-ACB.

Aux mappemondesdéjà eiMesdam les pages M4 et 226,


doivent être ~oaMes deux,autres mappemondesda X*8!e-
été, découvertes,apt~ l'impressionde notre texte, par noire
savant ami M. BBMer.Ces deux précieux monaments se
trouvent dans un manuscrit Mnfermant les ouvragM d'Isi-
dore de Sevute (Ms. latin de la Bibliothèquenationale,
n' ?&?); etenftn une tfoisièmemappemondedu X!n''siee!e.
Quant cax mappemondes où une simple ligne CtreutaiM
représente le disque de la terre, où une autre ligne cou-
pant le centre du nord au sud, sépare t'Europe et l'Afrique
de t'Asie, et où une autre enfin, tracée de t'oectdent à t'o-
rieant, sépare t'Europe de rA&que; quant aux monuments

dam notreAMt!.
cestteMm<MatMBM
(0) V<~Mt
4M

<ta06t~ ea~p~e, d!MM'Ma8, M <~emepaux qnattM


<~ WMM a~o~Msa~MM~, t~tgaa9tt, a!x aatfM MM~~as
d~mvoftaapttsVtmpK~oMdenotfeteitte.
C<stMppamon~aMaHea<mhfaat<a~ a
t. Une MappOKMN~b du X*atM~qat M ttewe dam MM
fMMaMHdtaMaM do SMM~.
n.–UMaatM d~X!*sMe, qui se trouve ~gatenMat
daMWtaa~e<tNn<fMtttM)ttt!aMmn< eMwN~adu a~nto
aatM~
ML Uneautre deXIt' a!Me, qui sa trouve également
daM un autre mMMNetttde cette 6p<Mpte.
tV.– Une antFopa(!<omappa!Made,du même 8!Me, qui
se trouve daM te mMtMeritlatin a' M (Condsde Navarra)de
hBMht<hë<pMdePmr:s.
V. Uneautre do XtU*8!Me, qui se trouve dans le ma-
tHM<Mfttlatin n* a (fonds de Navarre).
Une MtM mappemonde colorée, d~XUt* sMe,
avec légendes, renfermée dans un magnifique manuscrit
d'Mdote de Séville, de la même BMtoOteque(<).

XLV

P. 232. SCR LA MCNR BtMCtmN MM)6E AN COMS BU H~

DANStA )MMRF DES CAMES BN NXtBN-ACB.

AaxcmrtesqaBBOMMonsdteea.o&omMnNmpmtt&msse
dhecticm du !ta, eoahmt de t'est &l'oaest, nous devons
ajouter ceBe d'Hereford, du XIVesMe, quoique i'mtieor

(t) NeasdomMBs <tao~mtmAMM.


touseMaMMmente
~4M–

~dM~teMMde~<m~~Mp!~<at~e~!$<)M)~e
ta~t~ <mtKt tM Na de N~, d'apte <~M«~aM9et ha
<MMB<WMptM.
< ~<<a<t i~NM,ead~ratn<tai~!w!t awV'sM& daaotm ~a,
et qai campas m< oewage Mhde: H&MWa<M<Mr<~& de
<am!<K ~&e M genestet MtM~tMat~t~ e&tWM&ttt, 6Mt)nab-
salt aa~t aax aateaK da meym~o aw Mftegm~M
dea pttM~Mtota< au psftaga g&tt&K~ dea tp<~ patt!~ de
la teffe entfa tes d~iendanb de Née (<). Ha MaM~tfaient
aussi b méjmepaftage Mhpté dam aae dtMBÎqaeanonyme
do W sîMe (anm~ M9), o&ee paf<~ <Mt sîgnaMsousle
MtM D&M~<OT<eet <f{&ae ~HiMMM (t), de même que
dans la ehMnhpMcomposéepar Herman CoMtfaeMM au X!'
6~:te(8).
XLVM
P. 237 BT SNV. SCR M CM BT tB MACOC.

Nous avons déjà parlé, dans ptus!eam eadMits de cet


ouvrage, des peuples du Gag et du Magog,et ma!gté VoNt-
gatton o&nous senms d'y tevenîFdans le second whmM de
cet oavm~ aoes a}oaterons ici, comme ectaitebsement de
noire texte, que le geogt&phea~be Bakony parle ainsi du
paysdeCog ·
CogetMagogsontdesen&ntsdeJaphet,NsdeNeé.
(1)VoezJ«M<M Mœ)!,êNMom deHMt,p)Mte &Mp~!t,en n~,
!n~, mecte texte~Me.
p) LatthepttbUtcettechemtqaesoasce Une AMt~<a< <?<?)&?-
M Ve~ ptmhautp. M9,addittontX.
)t~Ma''M!WMM)M!tttMtfMm.
la B<M<<f~<Mt
V«jfez ~M decet Mteatr,1.1,p. ZM.
N!m<<Mf<pMntm
–~MT-~
-f *<~p!aqM!<M6qNeBt<M!~ "paya
de 6tw ot da tbgegcM peap~s a'easNaMëtentautour de
lui, et se pta~mi)K)ntque deniëM les NMata~tMB y avait
une nation MmbMme qui venait ravager leur pays, et ?
prirent à Mûr une gNade mMKtittepour les arrêter, ce
qaeeept!tMcas<Nt<a(<).~
H. de Saoy penM que cette Mth! est la gt)m<!ememMe
<ieht CM)M,et il Mnvde à d'HetMot qat en pNr!ebeau-
coup.
Le lecteur doit consulter sur ce sujet l'ouvrage intitulé
iteeftM~t <Nf<e<popH<~<MM< ~tOH~M et les pttNaMCMmtpt
t~atttttMM du CaMCtMp,p. 40 à 47, par notre savant confère
a la Sociétéde Géographie,M. Viviende Saint-Martin.Pa-
ris, 1847.

XLVMt
P. 240 à 243. SCRtE SVSTCHE COSHOCBAPBtQm:DB PtATON ET
X'AOTMS AUTEURS BE L'ANnamtÊ, ABOMÉ EN PARM PAR DES

COSNOCBAPHESET DES CAMOCRAPHESBB MtMBN-ACE.

Nous àv<msmontré que plusieurs cartographes suivirent


!e système de Platon dans leurs représentationscosmogta-
phiqnes, les mêlant ensemble av«c les théories systéma-
tiques de Ptoléméeet des P~es de l'Église.
Ann d'édaircir mieux ce sujet et pour que le lecteur
puisse comparer les monuments de ce genre, puNiés dans
notre Attas,avec l'explication que nous donnonsdans notre

(i) Voyez;VM.
et&Mr.desJt&t.,t. H,p. SM.
*–4<Mt–
t~M f<H~~q~~ <~<~ d~ 1~ vu·
~MMdeNO~amra~.i~ let ~QJD(ssur
ïw de- TMe, de PïatM et
d'A~~B, q)jd Mat S<KMM' t~ M-
moatMt ÏMays~a~ <tai, eh œ meda~at plus tard psf
tea <Mtn!ea <!eÏt ~smogmpMe tta~eane.sN'vitent de
t)~M certamseaiMa~mptMsde t)M~)en~ge~M ~ns M.
p)~e~a&aNgMtM<j~MS.

SÏS~NBMTMSB.

D'<t!Mïdil place la ferre an CMtfe de l'anhoMS mr ta


terre s'appâtent tous tes dieu sans exception. Depuis la
surface de la terre jHsqtt'à !'orM~ de h lune, Timee place
reau, l'air et le feu é!enMmtaiM.Depuis la lune jusqu'aux
étoBMaxes sont placés le soteit, Vénus, MeMNte,Bhfs, <a-
piter et Saturne. ApFta se tMuve la substance éthérée, toute
divine, pure et sans aucun mélange de matière (t).

MSttNBB'AMStMB.

Dans le livre sur le système du monde, attribué à ce phi-


losophe(2), Aristote place la terre au centre de t'univem,
nxe et immoMe. Autour d'eue immédiatement il place

Ci)RappMe~et M ~B&mede eNmdontMest emaNmtp. 9Met


Mt, de eetatde)a eMBmgMpNe drAMphan~0*~ecte, p. SM,etdes
mmmmeats eemmteahtnesque mMademms dans aMMAMM du
XtV'etdttXV'~tete.
tes temmqMsde t'aNtéBaMenx
(S)Vea~ t eet <<tMd, de t'Aea-
d~te <? ï&te~pt~HBt,pttMMës &!àsuttede Mtndnet~Nde t'ea-
wa~eatt~baet AtMete.Parts,MM.
–«?–
t'a& qu! t'aB<<M<p)Mh Baas h )f~<M ptaa tNw~t <~tht de*
aMUKtdea dieux (!eeiet); a est KmpMd)&ce~ dt<hMque
nous appâtons as~es. t<edet et la BMmdesont apherhtues.
Pui9NBa~edas<tem!po~etad!t! s
<'De 6M deax p<H~ t'un, Mnord, est to~Mts visible
MfrBotMhorizon; c'Mt te p<HeaMt!qae; raatM, Mmd~
f~e to~oaM cacM pouf mHM, ~'est rNt<«tc<i~M.B place
tous t~astt~an <{MM!t<s'BeK!es! Bx~ SMt !? phs
N0! de !atMM. Les <M~~Mmmvt~<~aemM
dans autant de cemles concenMqaes, de n<tmiëmque le
ceMted'aa-deaaa est plus grand que ceM d'ao-de~Mm,et
que les sept, renfermés les uns dans les autres, sont tous
rentermes dans la sphère des Nxes.tmmed!atement après
les Cxesest Satmne, puis Jupiter, thfs, MeMMm,Vénus,
soleil, la !une et la terre.
La mer et la terre sont phcees au desse~ de l'air. La
tenretout entiem (selon lui) est une seule«e eMWMtn~pyaf
ttMM!'NCMm~e~</a!Mt!p<e (Z~e<).
Aristote ajoute c B est même probable qa'i! y a d'antres
terres au loin, les unes plus grandes, les autres plus petites
que ceHe-ci, mais qui ttMM«nMMcomtMe*. Ce que noa Bes
sont à Fégatd des mers qui les environnent, la terre habitée
l'est à l'égard de la mer prise dans sa totalité. Ces ternes ne
sont que des grandes Nés, baignéespar des grandes mers. »
Dans le chapitre VI, en pariant des dieux, a dit Aussi
dans la première et la plus haute région de l'univers, au
sommet du monde, commedit le poète, il se nomme'hès-
Haut. H agit sur tous les corps voisinsde lui, et ensuite sur
tous les autres coîp~aprsportioadê~urproxiiai~.dea-
cendmt par degrés jusqu'aux lieux que nous habitons. B
~tt
~Me~Jb~ttt~~ aâep-
tàe pa~~ eaane~ph~dM
N~W~
<eNetMMt~ ~<a< !e KvM attf!M & ArMete, est
t~w~dNMnnasj~oeéiteit(<).
J& ea e~ MMma s~aaM atKeats, !a
jcons t'avons <Mj«)
??& MbitaMe das atMe~na M MHapfenaitque !a Mne<em'
~MonMe,M6meaatBtB~~PMne(8).
JLea agteaM et hs cMtegMph~<aN)~M, pNMtaatto
)aMyeN-~9,n'«atmt~~M9<<v<mc~

xux
f. Me. SMtA MMN CAMtËB MNN6B AU MONBEPAR CEKMMS

CtttMCMtHESMHOMtt-AeB.

Neas avona m<mM que Rabm-Nhur, aM!X' ai&c!e,pen-


sait comme t~ctance, saint AagasMnet saint Jean-Chtysos-
tôme, qui trouvaient que !e syiëme de Ptolémée était en
eonttadictioaavec qae!quespassagesde la Bible,notamment
<ar&tromtKN'dela M'<w,et que, d'apr&st'Êvangite, a con-
viendrait mieux de donner &la terre ht ~ac e<av<e.Nous
avons moaM que CaMMM <mVt*siècle, Gervah de THbnry
au XN!' (3), Nicolas d'Oresme dans le siècle suivant, et
CttBhmmeHBastte an XV*sMe (1417} donnèrent enoote
an monde la forme d'un came. ''àintenant nous ajouterons
qa'ap~l'nnpTesaion de notre texte trois antres mappe-
mondes ont été découvertes, qui Mptésentent cette théorie

(<)VoyezteÏMitcd'ArhMte
B<~<M<tf.
(a)To~ezPMM, M< Mv.M,e. M.
a<«.
~va~~staat§1?M!,p.t<
–'Mt.-

~Mmatt~M da ~KKMm~MpM~~f~aatM; o&w!)' t* WM


mappM<MMde'M! d"1Q(manU$(!rtCdgX.'IINQ.~
<MKtages d'MtbM de ~itte, <Mm!6Mêt ta M~oQ~M
aaMoaatede Pafh; une autre mappamoade du XM* <?-
été, teB&nt~ ~HeMMMtdtM mmtMWH Ma, at?M$,
de la mCmeMM!e<Mqua:tOtCawe au(M )aMppetBe~tee<t-
twMe, qui M tfoave d<MM~e m~MM~d~ waMeaoemeat
du XtV*~Me~ MaBinawtth tx~me d'EnaaagMd de B&-
a!eN (<), Dansee damtef monument <MMtaMqM~le moado
de forme Mmde,eMadté dms un can~, sans doute de
<XMtc!Mef les deu sysHtnM, celui de la rondeur de la tenre,
d'âpre les cet)m<~t«phesgFe<Met Maa, avec la terme
MMëede la oamegtapMe des MrM de t'ÊgUse.
Quant aux dea]t pM~et~ tmppeNMndea,ta terre y est
agupêe entièrement de tome can~e (2).

p. ~M-2M. sm us EMtEOBS
DESc&mfeeRApmHt
eccMMMtTAm
mt CANce.
LA Msmta ms BMeaBS
RBtAtnBBEm

Pour mieax éclaircir ce que nous avons dit relativement


aux eneuM dans t~queB~ sont tombés têt caFtogmphe!
eocidentaux qui prenaient pour base de teurs travaux la
mappemonde de PtoMmee,BONSajouiemas que totsqa'ik
adoptaient le; bases du géographe d'Atexandfie, en ce qui
concerne remplacement des bouches du Gan~e, ib les pta-

«) V<~M ce momMMtHL MdeMtfeAUM,


<hMla phmd<e nMmment
if~
dansmtMAMas,
?) y«ïN!M!<t<m!tBMMntsnts ptaneheVt'B'
'¡ ~i
–4M–

~Mt<~&T~tBt~@~)Mt~ lu ~a~~ pht~


& <? W d~dsMt <$ ?<? ~MtaMe pa~-
tïoa, w~M~aaeenM~~p)~ de i,aMMM~

'M

p. 26t. am M$ M~M w. ~Ms M &cm. fSELLUS,


M)M'8t6CMS,
WMatMMtCmH Et n'HenttAMt
ANXu*M~CM.

Au d!<MMt<aautema du moyea- q<<t<)m!<eMt de h


MM dM venteet que nous avons cités dans te texte, nous
~oatetOM Ntc&e!j'M«M<,matMim~m cëtMtMde Ceas-
tanUaopte, autew d'om gFamdMm!tta d'oawNeM, et qui
veeut daM le X!' s!ede (tCM). M a'cMuptt aaM! de ces-
mcgMphte et de g4ogmpMe.Fabrice dte, a cet egmd,
parmi les ouvrages de ce avant, tes traités sxivanta Do
P<tM<ht!Mtm<<<, Be f<Mm~Mj),– De C)r<M<en<m M<!<M
~t<B<ta66Ht C<e(am.«tare, été. (i). Mab matheuM'jaernent
entre les nombreux ouvragesde ce savant, qu'on a publiés,
petMnne n'a jasqot'a pt~ent mis en tumière la partie eos-
mo{{)fapMqae et géographique,quoiqu'on ait en soin de pu-
blier jusqu'à son traité sur la Watarc<tMIMtMM,qui a eu
les honneurs d'une traduction Hatienne(2).
Dans un ouvrage bu PseMusimite de rastnmomie, et

(t) VoyezPab~etM,jMMfM&em er<FM,t. X.p.6t. MMbteaussi,&


la BiMtotM~M unepaseotede eetauteur,qui
deYtemeen Autricbe,
traitedu Paradisterrestre.
(a) SattesBembM)M eatNgMde PseMM, quiontété paNMs,voyez
tteHamM,te.tfMX WAMeeMpMtmB, <<te~<Mt<se
<dWMtt<a et ~)<<fpnM<t-
<.
«~<!tt*<~MM)t, Mt,p <Mt<Mt* Mp!'b*,<maL
4H3

<nt'<mt~Maa~e dm ManMMU~rHda la MM!etMqaeM'


tta~a~ en <~aM<~M<~ au ehap!tKtCXXM,e~ qui aoHt
< t~ pM!M<~h~<(d!t'B)dMMnt!ae!tt! en pMeMM ee~
etea. Le premtep, r&MMno~t,la partage par le eaM~t
et ~tpaM les partie Mptent~Mates d~ mMdtOMÏM;
~mMi(a, t)s ptacent droite !« eeMte d'6M(~), et
t'aMMqao& ~Qehe, la noMas (ttatas?) !«n~ et t'an-
taMMqae, Ils tbnMent un autm corde, le MMd!eM!
(tM~~p M&w), ptac&du lavant au eaM<!M~,ut eaMpaet
tt8 cinq eeMteadont nous venonsde parler, et pmrtagoaMt
!apmrt!e e~Nttateet la partie CMMonMc; ih appellent
ee sMème ceMta horizon (tf~wx), qui sépaM les ttaa!:
hémbpMfM. Le Mp<!èmecercle est le zodiaque,commen-
tant au cétcte d'~té (0<pt~), coupant t'4qu!Bextate, et
Nn!sMatau He«tM(N~tMw).
Au chapMMCLXXV,il parle des Menvea.Lia,il dit qu'en
LyMe sortent des monts étniop!ens les neuves t'~M (6
A~4w),le N~ses(KM<n)<), te ChMmetea(Xf~<n)t),et il ajoute
que le Nilcourt du mont d'Argent.
Quant à la rosé des vents, c'est au chapitre CXLVIdu
manuscrit que nous avons cité, qu'elle se rencontre.
Voiciles divisionsde la rose
Quatre vents: d'Est (cht~tM~:), te ZépMr(X~<x), le
Borée et le Notus.
Du couchant équinoxial soume le Zéphir.
Du levant équinoxial,t'Apetiotesou d'<st.
Du pôle arctique, t'Aparctias.
Du sud-est souNe le Notus
Du levant d'été, le Cœoias.
Du couchant d'hiver, le Lips.
BM~WaMtdTt~PjEtN~.
~Mmh~td'~TA~ap~pMtM&~K~~
J~&~mtt~aaMt~e~M~TAt~~
~Tto~e~~ApaMtttMetMapys.
L'EumBatM~ent~ yEama et te Notas. c
ttoMtMMtottt~ <?<<<?
!cHps et !e Notas, appeM aus~ Ptee-
nMaa.
Baaa !hMmaattsefMsgt~a dœ XtV*at XV' aMea, on
Mwcoat<e~$ Msea)ha ~ats <:adauza dt~MoN.Panât eat-
t~-et ao~ (te~tM h N. MMefia<!ommHB!<'at!en d'<meaa~a
ew!MM, que naMSneua pFopOMnade deMteFdans natM
ANaa.
Noua~MtemM M qu~qa~ mots au st~et de la MMdes
ventad'Bermde, dans mn enoyetopMte!ntHaMeNetta: de
heiarom, dont a a été qaeathK)a !a page Mi.
Hen~de deoM aussi la Mse grenue on deuM di~b!ens.
awec aoms gMMMtMp~. Danste manuscttt do cet oa-
vmge, conMn'é a Stmsbomg, on mmMtqMecette Fosedes
ventaque M. LeNoMe à )pest!htee en partie.
Votet la rose en question
t. BoMas.
2. Mesquias,pouf Meses.
3. Enesquias.
4. ApeMotes,pouFApeMotès.
&. Eatus.
6. Stimbras.
7. Anater.
a. !ano!et)N, pocr Li* anot)M.
9. Zips,pONrLMM.
t&.Zq)hhM)t,p<MwZ~hyfM
–4<S–
<t A~t~poutAt~sto.
M.'CfÏqa~poapTataseëa.
Oa MMMntMdam t'edittoa de ]Me. de <Ma, t~M, p ?.
uno rase dot waM eMdomwd!wMans. CMverhM,dans Mm
inttcdaaUwnà la €a~mpme (<), daBnetes <!MshM do dMM
Macsde doaiMdMshMM a~ce t<~ nom de colle des CM(a:
une autre, ~eïenMBt de douze divisions, avM tea n<MBa en
<mgodM! tesM~M: m~n, tme tfoM~Meda O~n~-
dcux dttMoM.
t<MA~bN, aux IX- et X* a!Mes, tMsaient usage d'une
fese de quatre divisions. MasMad!nomme les quatre vents
cardinaux avec hst noms arabes, et meotioBBOla pMao.
nom~n~ mëtëoto~iqaes qu'ils produisent(2). De la mëma
mantëFoque les coamogmpItMet les caftogmphes de rEu-
fope avaient fait usage, pendant le moyen-âge, des poses
des ventsdont les Grecsse servaient, de même aussi ils ont
adopté le zodiaquedes Grées qu'on remarque dans presque
tousles manusorKsastronomiqueset géographiquesde cette
époque.
M. Letronne, dans un Mémomedu plus haut intérêt, pu-
bMéte i6 aont t8XT, dans la Revue <<M<tHMNtONd!p<, s'est
proposé de prouver que notre zodiaqueest dû aux Grecs.
L'origine des signes du zodiaque a fourni le sujet d'un
grand nombre de travaux. Dernièrement encore, M. Biot
père a discuté ce sujet.
Le lecteur doit consulter &cet égard les savantes investi-
gationsde cet inusité physicien,dans les Mémotresde l'Aca-
démie, t. XU)f,p. 777.
(i) VoyeaChKettM,éditionElzlvir,mmte«tM.
t~V~MWM.<'<jht~.<!mN!t-VMt,p<4*etm)hF.
4~
~~htMm~ra~av~M!M~~Mt!~<~
& tfMNMt d(~ Sh~Mttaen DM0. Ce BMjM~ a ~c
HtKt! fM~tM du B<Mtt<t~Mf!
grec M <Wpht~ëMMpMMtt
J'~M~ntMC. Mdo tft eArenf~c <tM<36<tM)!H«,
<t*<*eeM-'
it~~t~JM~oiFe~M.M~(t).
Sw ka KMMaqNM ef!at<aa&, wyat la Mmats acte de
M. MM: M~Mth! <~< <CMtMPM<aa<6~MM<~MM CM&N~, t.
p.8M,<M<ex<V.
Mt"
p. M, HMBa.

HeFwa~deHohetBbettfg, ehaneeMerde Bavière, savant


du XVÏ*~Me, cmapeaa!'oMWMge dont il est question dans
notre texte, et qui a pour Utta ~Jm!fa«<<a cttatMetheet~Kp
my«enajpK)pat<Ma, etc., pubMé4~<tnteh, <e2e, in-4". (~
livre est <brtrare.
LH!

p. aee, NotEs.

que nous Cttem à propos du paœage de


EtienneP<M)];ater.
Guyotde PMvh tur t'MgaHtenaatique, dit dans le tome t"
de ses Recherches, liv. IV, p. 370, chap. XXV, qui a pour
titre: C<MtferepmKmde eeteeya e«!aMntque fMpeHtMndu
~Ma~Mat <fMmarinier. est NM<ten!e
<Le quadtant des mariniers est appeté, par les Italiens,
boussole. Lésmarimem s~n servent de la manièresuivante:
< L~toBep$!aite qui fait la queue de Ia petite oame, ainsi

(i) CeHtmeiMa tK tiré à paft; MMendMOMunMNnpMMà


<'eH~extt«4ertt«~at.
–w–
~eHMM~~W&t~tMtt~W~ qat soit,
du pMe aMt~a~ est appeMe <M!e nw NMtta~mh~ pw
~!M~MtT~tMBcM<a!M.
ett'atpdtto M NMtcheaaMadNMMmagaMMt~h.qat
~~M<Mpeott~6d!a!MaaFa~M9qMd)mnt.Mt~-
McMhi~~tdaMMap~~ht~~bappdteattoas-
Mb. Qadqa~ mMest!m«Bt~M ëo <eh !avenMenmt~MMe
<MmB~~a' <MJ~Mt~aet<~«& &m~~Md~ ~~<<)Mt <t
~'<~M!e~<M~~<~<M<H~~e9Mp~t. tb~t~MMt,<at
du tmtqa de Jean & Me&tw.eette invention était <mNMg~
~mme MM t'oppMmnent<!M<ro!s veM <

Un nMtMer,qui)M meraeee.
<aMMhe
toatnMterre MtMee,
TantMa rMt M onaesMte.·

LV

f. ÏM, t<eM1.

L'usage de la boussole, ea OfhMt, parait ne pas éhe $&-


Mémtencore vers la 6n du XV*sMe.
Unenote <p<'onMmNrquedana la fameuse mappemonde
de ~a NhuM, de 1469, sur la mer ïndieane, dont voici la
<mdMcHen, prouve ce fait
Les navires. ou jomdti(<&)(i), qai navignent dms cette
< mer. pof~tan se<ttgouverna! e<
tMe~NeB* MM toM<M<e; car il y a an astrotogae qat se

(~Ve~eet~mappaM~dMMM!MMM.
a?
9tT
<~t~ts6~t~MtimBaMa~~
<M~)9S~~w~j~%)M<
N!eotwda Conti,vénitien, qui a fait te tow de )tN~vtM
ta )MeaM~qM, ~oi y a deaMOt~t~Me de ~t
am, dans sa ~~f!p<!tm do !a HMM)!ëfe de mt~g<w taa-
)fiM<tt~en<M<<tetda!MMpBa<e%d!teeqNtim!t:
« Les BM~ateaM de tTade so t~Ntt pap<e$<M<a<h
< potean~Mt!qae, qui cat !a )jM)ft!e da tn!d!; car MmaMot
t ? wMeRt MM«tati«mta!tta. ? ac HMt~M~w&tr«Mete
< &!MtM~<Mab Ba M 6NfMseat ~en qa'tb ffeavent bs
< ~e! tMmtesoa baas~, ee qa'as ex&sutentavec de oep-
<<a!BM)~e<Mesdoat!b<!mttast~(i).M»
Une tmtm teMon d'un geniNMaHMflorentin qui aeMm-
pagna VaMode Ëmm lors de Ma voyage dans tiède, en
<497,ditaMsa!:
n Les mmr!)asde ces centF&esne naviguent point avec la
< tMmontain~('« 6Mt'Mte),mais avec une espèce de cadfMt
<debo!s(2).. »
Et aHteats B afoute
Qu'on navigue dans ces mers «MM&OMM<et avec cer-
t tains cadrans de bois, etc. (3). a

«) Ve;ozcetteMh'tm dansNamMht,
1.1",p. M&.
(9)VejfèzCMM Mhnhmdansta CeMeeH<m
de voyagesde ttamutte,
t.t.dt.V.p.tNetMt*.
(S)tMd.,eh.VHt.
~t
f. 3M.– Ma ~MBMCMtMHï
Mt.naMB M M t.'AMB
N6M*
M<t~MBFMtBtiMMAVANt
M)! BtMNVBRtES
C~ MKNMS.

Nousavons signée, daM ao<Mtexte, que la forme hydH~


g)~!qaa do teutteeenMMnt aMMin,depab teMp Bq;adw
j~B'M eap SMaFttaM,sur la côte wtentate, tes côtM do la
tnerR<H~, ee~~rA~BtMdhm~e, i~~
eh!pehdeht mepatienta!ej<Mqa'aM Japon, n'ont para t~a*
M~MmenideNin~esdans les eaf~xnodefnesd~occtdentaMK
qu'api les d~ouveri~ et !<s explorations des P&Ft~tt9.
Nousavons ~a!emoat moatté que los connaissancesposM-
vesdescoamogfaphMoccMentauxne s'étendaientpas, quant
à t'Asie méridiona!e, au-delà du Gange. !!s étaient ainsi
dans l'impossibilité de décrire les vrais contoum hydMpn-
ph~ae! qui n'étaient connus ni fréquentéspar leurs veya'
geum et leurs marins. Maisce qui est plus surprenant, c'est
que les Arabes, dont les navires partaient de la mer Rouge,
de SoMaetdugolfe Persique,se dirigeant vers l'est, n'étaient
pas plus avancesque les occidentauxpendant le moyen-âge.
Les Arabes croyaienttoujours marcher dans la mêmedireo~
tion, et ils n'ont pas connu non plus la grande saillie qui
forme la presqa'Mede l'Inde.
M. Reinaud montre que, torsqu'its étaient privés de l'a-
vantagedes moussons, its ne perdaient pas de vue la côte,
et, des ce moment, ils mettaient peu d'intérêt à se rendre
un compte exact de J'état du ciel; en même temps, la mul-
titude des courbes et des sinuosités auxquelles its étaient
dM~s des'assutettir, &OM&h!tMt teuM catcuts. Its ne ju-
1
~da~M~
t~~ i~Mt 3MXp0~ ~t n~ WtMMttM~~
etta t~de v~~tt ? &~t t~~ eM~~M ~etha
~'oni~M~de~ 0lU't4$dtl'autiquit6.Qt ,du moJQ~
o~,eetM)?~eMMNHat&m&Mt!g~ da sottes
qat, sar tes cMiesmederaes, tonne âne saitMecMMtdéMt-
Ma(<).
~a~MMLe&tas da Mtt~ae, n<HMaxoMMMiM dw~
nMRe~tM~~a~~<Memve~<adMFa~Mga!BdNM<!et(e
patt!e dn ~!ebe, et notatament par !es eatte~ KaCE~mëM
daimnette ACas, que la vfa!e forme de ce vaate conHaent
n'a e(e de~nee dans ÏM<!arM8 q~'aptea les déooQve~eades
Pottu~jab (a). Maintenantnom;ferons mmafquer M, &!'ap-
put de ee que Mae avons d!t dans cet ouwage, q~eJMK de
ta CcM. dans m tameuse mappemonde dMssée en i6M,
n'ayant pas eMOte<wanutes nouveMescartes hydtt~Mpn!-
qaes de t'tnde, dressées par les Portugal aptes le voyage
de Gama, qai ne fut de Mtottr à Lisbonne <nM!e Mjuit-
tet t498, ne dessina pas encore la péninsule de tTnde. tt se
contenta de consigner,par ta tegendequi sait, la découverte
eRectaee par tes Portnpds

e7&fMt<~wcMeHapar~ret<&M~mMeï<<ePM~tt. u
Mais dans la bette mappemonde de Ruyseh, de t&M,
dressée aptes les voyages de Cabrât (iMO), da voyage de
Gama(t6M), de Lopezet de Franeob d'ÀibaqneKpïe(tMt3),

<<)V<~MHMMdMttM!a 6t<~m~~ d'&botKhh,par M.R~-


noad.p.Ct~X.
? ve~ )te<Re~MdtMdttM (Mftx,t8M),S Xt.
<!M–
~MB~m~ (<?<?). et aatfM, ap~t
wy«gw, d~MtN-No~tKa~h Mtqua <~a~ quetqae d~ae
xaamMM dë&etueua%h NNBttde h p~BtnMtede ITnde M-
pM~ par tes Portugais et do~ee dans !eaM caftes.
Oam!M)~M, eaCa~daM hs cat<espM<MeatM&<??,
tes coBtMta des pMaia~a de t'Aste sa pM&cMenùefdans
les cartes au ~tf et aMestmoqaetesPottagatseitpïetatent
Mfn~MMt(<}, et mMqaa~ daas em~ !ea VN&
ce~teuMde !eaM cotes, de 1and~e mantete <p)<1M avaient
fait pour les cotes de t'A&iqae(a~

LVII

EXAMENBRS HMtM <tCB MmAtSSBNT AVMK EC HM ABABBS. MM


PMCBtt thHtS LBUR8 BEPaÉSBNTAWKS CMPttQMS ON CMBB,
M SCO Au ttOM, CBMt-Ct Alt Son, –t'OOMT A L~St, ST
CBMJt-Ct À L'e<)B~ A L'mvsMB DES HAPMMNn~ ET DES
c*mes ms occmBftTAmc.

A !a page 338et suivantes, nous avons fait remarquer que


!es quatre points cardiBanxdans tes cartes arabes se trouvent
phees d'une manière dM~ec~ de celle adoptée par tes
occidentaux, depuis tes géographesgrecs jusqu'à nos jours.
Nous y avons indiqué que, dans les cartes arabes, le sud se
trouve placé où tes Occidentauxplacent te nord, et le nord
placé où ils placent le sud, t'est se trouve à l'ouest, et
celui-ci à l'endroit oft nous plaçons t'est; et quoique les

«) VoïMla Mi*et M*pMU&de uotreAthM*.


citées,§ XI, et tes Mfteii-tMnMa,
(e) VoyezBtMRecherches ren-
tefm~es<t~MnetteAtlas.
Arabe~ tant ~p!a~ te. lIara.nbat.
~'aMétaiehtpour eata~HaB~oa d~Meœt twt~t~ ai tes
p~t9 cardinal et qM~poM~ Pour item lenofd.~
t'est anss! pow e<Ht, etaïnstde sm~. H MMt cependant
trotnarie motif qn'Maem~tpewMavet~pdaaa~emate-
présen~~M gM~qBMtïa j~Moa das MÊmM~n~ CN~
dhMMX.
NoaspMMM cepand~qMtMAtn~
y~&M~~MatmdN~M~~M~hsaM~~B~pM~mtpa
MbMta!M!nM~et~d<a~<mMpdceoaptF<meam<aMë,
poisque Boas trouvons ce système invariablementsuivi par
hMRg~p~~M.~tqw~mMdNMbMMBMKMmM~s
dt~sëea depuis teX' ~de;uaqa'aaXVÏ'.C'e!K!eqaenaas
attestent les mappemondes dIbn-Baueal, d'ABMtegny,de
Ma&toadi,d'ËdfM, doKaseuiny, d'tbm-Watdy et d'antMS.
Noas croyMa dsne qoe Ie~ Ambe~ étaient taNes d'agir
ainsi, ann de saitM tearsysteme d'e<a'ih<tequi diCëMentiè-
rement de celui des occHentaax. Ces derniers écrivant de
gauchoà droite, eonMnencanttout naturellementla desorip-
aon géographique de ta terne, en partant de t'oecident vers
Forient, c'esUt-dire degamche&droite, tandb qae îea Arabes,
au contraire, éerivrani de droite à ganche, étaient, pour ainsi
dire, forcés, selon noas, à dresser tears cartes dans !e ssM
inverœ,entetotmMmtlesys~medesEa)'opée)M,etdomettre
ainsi t'OtfMt&droite,ooa rorientoanoaspïaçons!*E«.ana
deconmmaeerdcdroiteagaMetM~mfdescr~Mnde&Ue<<x
terrestres. Et c'est pour eda que nous remsrqaoms dans ta
mappemondede Kasouny.que nous donnons la page 340,
la description du premier climat commencerpar la Chine,
et se terminer au magreb du couchant, et ainsi de suite.
4M

Or, <MMj~MMtona gmpMtmesde ces nèuptea devait


ONMaq[t~ d'ap~ les deax <;????
d'éori~at~itdMMMnMst'anederau~
M. Reinand dit en parlant de t'or!entat!on des Arabes,
<ptepONrtespo!nt;dunoMtetdnmidi, teurptaoeéMtnxfe
par les pomb Mt et ??«. mais qu'ils ne pouvaient etM
dénommes que d'tme mamefe NtN<Rt!M et conforme & xn
<M)~equi e)dsttt!tchez les anc~ns Mebmox. <&ej:les <?-
d!ens, etc. Les ANhea/ dans r<Hf!ghm,pour a'ottenter se
tournaient vers le !!eu da lever du soteit, demamëM qu'tis
avaient le ad &dfoi~, !e nonf & ~uche et !'<M<M< par dep-
riere. En même temps par un rapprochement qui est fondé
sur ta nature, ils rattachaientles principauxvemsà ceux des
points cardinaux d'où ils venaient haMineMement,et us les
dénommaientles uns par tes aattes. Le<Mn(étaitappetépar
les Arabes le <~<me~, l'est le (teMM,oa eemi qui soaMe de-
MM, et t*<MMt le derrière ou te&ngai «M/~e <t?<'f~M.
M. Rainaad ajoute < que t'eqnitatent de<~mtcexiste dans
le mot e~tc qui sert à désigner le sud, c'est-a-ditele côté
d'honneur et le côté par excellence a (t).
Or. it nous semble que d'après cette orientation, les
Arabes n'avaient rien à altérer dans leurs reprësentations
graphiques. Et, en effet, s'ils avaient t'~t ou l'orient en
face, t'ettcNpar <fem~, te NKtà droite et le <M~<< à gauche,
leur orientation étant la même que cette des occidentaux,
tes quatre points cardinaux devaient en conséquence être
placés aux endroits ou ils sont indiquésdans les cartes des

(t) Vo)MIntroductionde N. Rainaud,p.CXCHet saiv., &ta tm-


OteHend'&be'tKCda.
–4~-
<toej~~ ~N~ eo qwt s~mt ettt~M~e vtmt
~ha~p~a~t~j~ haut'
~M~~ te& ~ttst~a~pa? ~d~Jte~
Tepf~Mt~tte~ai~apM~~

~VtM

M!MMt<MBNW t~tMett BMMt)~m CaMMttÉ,MMn~MMT


A.<? P~StjH!eoS!M9MtM<MB
M~~aatc Mt MMit, MÊME
CO!BPM6 VBM ~Mt M* SB&O.B.

Md Mt d!M ~<<M<h, e'ieat ?? weeaMe ef~Nf


etaiMfqa'aa-ddà dN M~onnead'HeMate, <atB<t~M~t ps
Mvigow, et le déBMH)~aute ~M atMMMw~Tmtr, ea
oe< Mm<~<<~eîew hMtmtM<t< <Mprem~HtpeMp~
ne <aea~tt pM eete (i), adoneux, on ne peavait aBer dans
aa<mtMMmis~eM.
(MagNernéqui pam~ a'«v<Xrpas ehtdMt'Mstoite des aye-
ternes coanM~mpMqaesqd eareot coun etans r<mtkp!(& et
pendant ~nmyen-atoateamt&pmpMeeq~ aait « M
*6ati pear s'étonner, coamMom te doit dece passage, se
Hq~ar qt~ Cope~ntBet eaMee n'exhta!ent pas encote,
« et qme CMatophe Cchnnb ne pa)ft!tpour decoavnr le
<' tbmweatt-Jtbadaqa'en <~M~ plasieom am~es aptes la
< atort d&faateaï dmJ~H~MMe.
EtUcottclatainst: aAshe~h, comme oxtewit, est aa
< tceogtapheet un astroMme ttès avancé poar son sMe.

(<)Vo~m:
eineacné,<KtM~MK~t<f<
<<<'('no(~,
t. tV.c.Vtp.M5.
~<s&–

Nmot~NM <MWMq~<M~qe'M n'y avttit pMdeqaat


s'étennap de fait <!<? !e p~ d~ la an da XV <Mte
gMMt,p:q~e'<M<~dM~~d8CM!w
qu'on nepMvait p~na~er an~teRt des ee~nnps d'Heaa~.
Et, ea <i~ «M~t a6 <? M9S. et a~mt v~o Ïas~'e~
tW.P~tavattMcMtetnpoM~~gnw~d~cMMaftas
et dm ~~Momt d~ P~tM~th <M!mmeae~<MaÊ4<s.
A MpetpM de M NMft, madXNde eeMeMttaMa~aha
d~awB~~M~~dantondeMMMedMaac~Met des
ttM~atems dat~yNt~M-d~ dMM!<M)a~d'BeN))de:
m~a~~Baaw~tcon~MtMMBtd)M)ra!<,p<Mf!emsd~xm-
ver~s, Fandenne emyance qui avait traversépIaa!euM6~
ds, MeyaMeqa! Maattpeaserqae !~a)meaintet~opteates
éMent MMMMM;paraenneM rignore, an do leurs eapi-
hthtM, ~a~temy Biaa avait, une amëe avant la mort de
PaM, douNé le cap de Bonne-~p&fanoe.
On voit donod'aptes ces &i<s,qa'Hn'y avait t<en d'Mtmot~
dtmiM dans les cennaissaneesgëogtapMtpmsdiaMci qui
du reste, MM le répétons, avait été témoht des immenses
pMgtes que les navigationsdont a s'agit avaient fait MM
touchant !a eonnai~mce dn g!ebe.
Ses assertionsmêmes que r<meMaaeeTBMr<tKM< MMt
<<M <~e<e< d ~t~MemmNc,sont, se!on nous, une preuveqo'it
partait de rétat des connaissancesde son temps, c'est-à-dire
de eeHesqa'on avait en <4a7.
En ce qaicomeeme tes aotres passagesqui ont aassietenné
Cingaené, savoir L'eau est ptane dans tonte son étendue
< quoiqu'elle ait ainsi que h terre !a forme d'une boule,
< & terre est <M<~eM<&<e parmite~ astres, ici dessons étatent
des villes, des citâteaNx,des empires; Mail ces p~mteM
<4M-

<M~ Ct!$ .tft,ppCIt&. Au.


*t!MW~tMMt~tCM!i!n~
~HndoX~f~~tWpMM~ntm~MndM~~
~aw~tp~i~taN~Mpp~Mt~ suivi
l~~dM~mogt~aesdepats l'antiquité jusqu'à Mp~f
des~MMde&déceaveMesmaj~tiMM.
Si e~aenA avait fait aMexMeaa<M pMg~ qca tes
scieatMdonma'agit avaient fMtapendant <oata!a vie de
J~M, Ma'aaraitpas ~tMepaMMbeoaetatt~tt.ttsM~
da~t~M~NMe~MMMt~ terre et autres
qu'on y m«Mtq<M,sont an~deapta de pttM!eu<saiMcs A à
Copentte et &CatM~~mme MM!1tn!h;ueM)M plus !p!n.
ï/œt~nee doaA~Upades,<da~ quet'<tphttMqao la <eMa
~Mt 8<<spendae panai les astMs. comme dit Puloi eu bien
AataMih,teat~oe8M~awa!entét&8eoteBa~paptesaMieaa
CMmegMphN,pap les mathématiciensde t'antiquité, et par
tesaMteufadMimoyen-Age.
Les Mvaab et mOme!e9 po6te$ tMMwaienidans les ou-
vrages des astMnomesanciensun grand nombre de systèmes
sur rarnmgeme)tt deFMnttets, où ils pouvaient choisir.
Nousallons indiquer iot qae!ques-Masde ees systèmes et
le lecteur verra que Ginguené avait tort de s'étonner du
passage du JHM~<MMc.
Dansl'opinion des Ëgypttens, Mercareet Vénustournaient
autour du soteit, et mettaient Mars, Jupiter, Satnme et le
ao!eHIwt-memeen mouvement autour de la terre. Apollo.
nias de Pe!~(t). au.eentraife, étebMssaitque Ïesoteit était

'<) ApoMenhM de t~ree M tamphyMeMMah ams PteK)<~


t'hitepaMr.CeMtaetestamtdeur t Htppatque.LesAmttMpMCtt-
fentdes écrits<tece mttMmaUcteBet ettttMntptM~eaM
tmdMMons
-~43?'-
te <<M d~ tens!~ mw~M~tsp!)a< aUt MsaM
taM)Mw~taatMaa<eMtdetatww.
B'MMaotta eaté, teaPyttn~etena avaient N9~ ta
tom du iM'atMda manda, et )ta y pta~ent !e setett.
N!~<m, MtadMe at d'aatMS savants do Mant~aM, towt
en~ta~mt ta teMe au eeatfedM monde, !oiaM!eat donné
un mouvementt!e relation sur <Me'me<nc, poMFpM~MtMtes
pMn<MmhMa du tever et dMeeaoher~taOM, aM <pM
roMema~edeajMM et des awi<9.B'aatf~, comme P~HaCs,
A<a!c!tt!aMtMdBM)BtNdoXM! MAoMtÈPBNt~M MOH*
.WtMMtde rotation MfeHMMCmeautour de aea Me; mais
aussiMamouvementde ctMuta(!eaannuelleautour du seMt,
M Msant ainsi de la terFeune simplepta~te (<).
Le lecteur verra aussi plus haut (p. 407) que d'aMtMS
adoptaient en pa~eune des basasdes Égyptiens, comme on
le remnrque dans !e système de Timée de LecMs,de P!aton
et d'A~smte. Tandb que dans le système duglobe de Syfa
ouse, dont Ov!denous a ta!M&ia description (vey. p. 387 et
Nt!v.), !a teFfe était suspendue dans t'atr, comme dans ta
tMoriedeMci.
Oue!quœ-Mnsde ces aystëm~se tmuMnt aga<~ dans plu-
NMfSMpï~MtatiensgmpMqu~mabpendenMemoyeB~e,
la tMotie la plus constammentsuivie fMtceUequi pta~it la
terre immobileau centre du monde, afinde suivrele système
cesmegtaphiquedetaMMe: T~Mtaa<e<M Mt<B<e'wmtMa&M<.

~t marne<? tb<< (~emM<e pMatm NMstp-EtMtBea <S<a,eo


e<MtcMtan de netM. ·
«) Puttttes s~tëmM<teCepanth:etde Ga)!Me,
etde ptttstMMsa-
tMMde t'anM~te, wyezles articlesde H. Biot,sur cesdeuxM-
tmaernet,paMMsdansta Biographie mhreMeKe.
J~4M--<
~~a~t~WtMt~tMM~Mt raat~i
AthaT~~t~ntenteRttath~e~
Cm~m~ve~
d'Asap~ <? !M*aM~ et de<~ tMMmwtMBeBtaCMMM-
~ph!~M<m9nMM~!(9~P!eMaM<<<9Pc~~
X~~X~eMea.
MMt, teatM !<% tt~ttM ?<? t<a <t~6MM que MM~
veB<n!!s<<a<M6t~ ~Mat tM~ep!~et MMs Men dM ~6<AM
a~at<~8nt!eot<MtWt.
~pMt~Mwaa~~ptM~
vOMate éeaMt)~ et !e ~~Mmda MataM <tm~aea &yatë<M
~taMMtM~eB~e ttmhMM, !a ~atM~de ta<~f!e
des P~tM de rËgHso, @asxateMttatqMola ietM a~ta!t pas
tmn<!))!!o. M a eu en cela pour detancteM les «M!en9,
<!0'mmanomravMt&maBt)p&ptus~mt.
Et en tout cat ce qu'on MaMN~aedans ta pa~a~e du
~tM~amede PoM ne prouve rien contM<k<pefn!c,CaM~ °
etCM8tepheCeh<m&.

HNDESABMNMS
N MOM.
WÂ~T M
TABLE,

M~TMOM~EETMtSÛNM~
MM MMtB AMaMËttOM

~ES AUTELS ET CES MATEES.

AbtMdd<9. PMhtNhm que tm pftacM de eeMa dymMte aeeo~ateM


ax)! MtentM. NB. M9.
Ahb)~ de PeMt6M:. <M.
au me})Nt-&se.St.
de Patde, t4tM)Méeate <t'AMemna<!e
ANMta.oaMMdx M'atMe. <M.
AteucaMaa eMatmtt un eteba e6)M<eM X)M'atMe. Mt.
Ah<mtH&),e~Nthe arabe <!a XtV a)6ete. Nt, M).
SMAnnahtsMMtemtet.tM.Ma.
Tm<taettM de t'MKtaea e~!Mph~o<h cet auteur pM H. M-
nand. MC, SM, M9. !M.
AtMat-HaMm, autour arabe du X*~Me. ~a t)~« wf fe< <?<oMf~e.
tf<H!t.!3e.
Abeat-Byat (~Ot At~tMa~.
Abtaham (mbUa). &m t~oM <?ta N<tM~,MmpM&M XM' ~6ete. NX.
At~~dM,<)th<de ta Mante-Ëj~pte. M
A~~nte. <N. tM, 9S. NN. :?.
ABt~M)m~,eosmott~e arabe do Xt' a!Me. !?, 3M.
Sm <m<mgeMt t'tnde. aN.
AtoMtaMtf. <M.
AMCtmC~f.etM.MfL
AettMmte des SctmeM de Bwt!n. M.
dM tMettpMMMet BeMM-LeMMS.XXXVM.~X. W.
4S<
~~M.an~M~M~~tB~WMtht~M
~a<e~0~awctM~
~~<e<!e~M~a'~pM6e~M~Ï~{~<a~e
M~<!MtX'a~<&.aM.
ta ~em~ttrn <? <? MBMttom,<M)!~ )~<M<'a <? ?ttM a«
XM'stM~mtb<!f~~M~M<m&)<!)~BM~
<'eMt~daMM'aM~t~de!e)f)p<<<tB<MteptP
<OM<aMMt<M~d')d~M<eM~a.'W.
Mu~ModejM~Ne,an<ct)f<toXtM'6tCote.Mefetma<!eee)tM*
eeateada~d9t'~Mt<H)t.<~
CemtMateoea~MatM~amt~~daMtMtMHMNMmd~
dM(M<t<tMt!ta<<'M)th.Wa~,daXHt'att!e)e.$M.
C~eeaMMatM<Ma<eMn6Ma~ea<~<tot'<~M«!~t<taM~x-
tm$eMMa~tM)~qMet<bMh)Mp~)!Mn<edeBMa)ph<«
Hy<t<~a,<!aXtV's!M&«~
)Lt<ïeM~ptt<mdeeaeeM)oeMjtatMM)aa4'«MMt<<!Ma)<wfa-
p~!daX<V*s«)ete. t<S.
CemBmnteeMnttoeBtMtMa<et)80t&(taMhm<t'))e)nM<B<te
de«tt <XV
F))!Mtte, 8M.
e)6e)e;.
NeaMgcM de ce «mUnent agat~M daa~)t mappMKMKte do tw
Mameafaf~& im.
f.hnttM de MeoBttnent d'apfM B<M,6Mm~mp)M da MmmeB-
cement du XV a)Me (<*N}. <M.
tm Atabes tseomteat ta Mate tome de t'AMqae. «a.
~eBf~Mptte!tdot'atM()e!~aeH)<9BtenMM,MMmtnM)Mment
da XV*atMe. h vraie <itMMde M<ont)aent. ~T.
A~atMm6M.e)t& <M, 9M. SM.
<f~M<& dePMt&nëe. M~.
Af~ppa. Carte de t'em~M dMM)!ea<ttemps de cet empeMar. (Veya):
Carte.)
~MMfp~d' 343.
~Wt Ma<~at, déjà eMmae au XM-'et6ete. er4.
NmcftpUm de cet hMtmment, par Ettenne PMq~ef. «T.
AH~ «MKHeatd). (V<~ ~ppmmmde).
Sen TmM de mmMumpMe, hUmM ~m~e iffMM. <M.
OptntOBde ce sMmt MM~emeotit h poMte~e de t'Ati~tne. OS~
n eM~att qu'en pouvait aller dens t'Me en peu de jeaM par
Meem.s&MS.
H ae MBMbMtt pas tes te~oM deMHWttes plus tard. <M, 3M.
0 admenatt t'e*tstence dedeux ttMesdo nom de s~M. M.
4~
~~(~)(~)~PtiMh~
~<~t)~~te~M~t'e~~tM~f<t~<
~~M~Ma~~tM~-
<<Ma~et<~t<atcMmw<Mtaa~<ot').!Bai.
AMo de M<!ee« da n<te; M~ot<a XMf~e)e. <m. ~Maa.
~t~ttt. Ma.– Be)MM)Sh <? <M6o<Meaqat ~ttHent t tt
M~??~M<o<!e~Mt~M~Mt
~Vent)t9M<~hM9--M<t~t<!t~e))~aweamwet)e~
«W.
JtMm.tJOtt.Na.
<<~e~ta<MBemoaM~<tMH~etX'etM<M.N,ta.
<ttM~«!M!h)f<.yMM:Mt.~M,aM.
*?~MM?~M~~?~~t?~X~W.M~X~X,')~ ?,?.?,
S&.«~<e!<tm.Ma.
8<m~at6meeM)a«anttM<(a9. <?-
Htmt&MtttH'AM~MeBde~td!et'<<)mtmt.<H.
M~~pmM~q~MpttmaMhBaMqMMmmeM~aBt
eet<t9.–tkmaat~aMe<M tt'mHd<aaateaK MteaMmt. M.
<M6<<M)!<M)M(ttetM). et< NN.
<«6«<aMM<- («~ AbMttxasmt). nMttMmaMetenemte du <X' ~t-
~e. M. <?.
AtbMqxetqae. S8)K!MMMMa4~.«B
(Ffaneets f). Son ~a<e. <M~
Ateatn. aMear da VtM' a)Me. MXVt.M. Nt.
tbnM du <BM<eMtoa eet MteM. <M, <M.
~p (~M'e d'). Ma.
~teMmhw~eMtMt. M. M, «t. M*, an, MO. SM.
HoMdMMBbeomaeedxtempxdeeepftMe. a6!.
~tMamtf~Mettw. Htanett Mt Mmentet an ttgne de eet emparant
t'epoque de la MBeMMende la TaMe de PeaMn<ter.BM.
~<<jMn<Mt (<!MedlË~pte). M, IM, tM, :?, Ne.
Ëeete eMebM de f~mphM de cette vtMe.Leom t~Mtmes de
tadM<hmdesmeM.!N.
N&Mee, aatent Otttn~ da X*atede. <?. ~).
AMtatpm.M9,aM,aM.
M&ed-~€Mmd, H~t&t~btMM aa t~ dM~ XXV, ~HNH, M. SH.
SmnMM<tee«)9MtpMt.~9.
–~t~M~aaBght-sMM~dMte~aa.
~t/We. mxvn. S<mthtt« d'<MMM)a~. *T.
M penMtt que la taoe teKtde tMit tahaMtte. <T.
~ss

~i~~tMMMaMbedttXt'daet~
.<M-j)<M<oM<<t.jfttn'tt. ? mapj~MHde et <m (Mas mmn~
ettt.!M(t.
<«Moytn)~,Mta)ttaraha.M.
Atmaaman (te MWt). SM. MT. !?.
<«<a<~Mt(MyMMeM)nee).
~'MawA astMtegtqae et oarlcole araha. Mt.
A)metda<FMn~tad').<a<.
<«~tLeaAMteas'e<ende<ent~<~«'iiteesnMatag<)oa,!N<.
AtpteaM.te~ge. Son M<Mde tM faf<MM. t~qn'eay MMMtte M<<-
tt<emM~tt'a)goitt<ot)M)rtM.aT4.
AtptMMeIV, M) <9 )h)tM(pt),Expéditions aux lies Canattes e<feeto<!es
oeMMK)f~)M,~S,
~MM. 69.
~eM~(*Mted').889.
<toMMeoM. M. HaMn les pta~tt dans te Pant-Ettxtn. attt.
MMthmBeef par MtM-HMf an IX- Nt6ete. <t.
HaMMntle CaaeaM, aeten l'opinion d'AMph, au Xt" dMe. 89.
Rites MBt pt~ctea par Hagaea do SatM.VteMt, eesmoeMphe tta
Xtt* ~iMe, entM la mer CMpteme et la mer Noire. M.
t<c pitye ttabité par cos tammes (jae)f)~6Msest placé, par on aa-
Mar arménien, aeptts de la terre Inconnue. 109.
Merdes qu'on remarque aur <escartes du meyen-t~e relative-
ment t cette &Ne. 9M, MS.
ttepteMatatton de tMb de ee: femmes etterritrea daM la map-
pemended)t MuséeBMeh. 9M.
Adamdo Breate te~ ptaee près de ta merBaMqae. 39t.
Ambroise (voyez Saint).
~OtA-~tM.i<8.
<!ecenttMN entièrement tacenaa am gee~Mptes avant la dé-
ee)MertedeCetemb,eB«9& a5T.
AmtenMarcettin. MaBMMtttde cet auteur décoMert par le PoMe tM.
~n<t);fM<MdM. tM, 168.
Carte représentant son système dn monde (veyexLptewet).
~tt<Mo<(riEspagne).3N, S~, M6.
Atd)~. Sa pttbMcattende ta carte de Parete. XLVt. aM, 3M.
Cartes du meyen-age citées par cet antenr. XUH.
Androsthene de Thase. LXXN.
A~MaMM (Patdm). Cartes gravées par lui, au XVt'sieete, dans nne
cassette qui se tronva a Ntan. <9a.
<?

~fV<M~& MM(t (<0})M) M).


~itw. N<9M!~a'<)ptB!<BNNMcettept<teBd'M'~Ma.SMetmtt.
a<Nage de Beeef ??<?, aa «M* a&ate. sur M M~ Stt.
Ça ptaoatt cette <Mteau mMtewda me~te pexdaat te <myea-
~ee.!S,9t.
KMMd'A)M)M phtee Mtte dite WM h d~f& de «M~e
MtO.M.
? tth~ateat à ~~e. Mk
HMh!))M<eMMj}ftf)Mt
Pierre <)'AhaMmeyatt <ta'ca ae poo~att pas y aller. 89.
Cetta vHte se tarn~e matrqa~e <M< la mappMMMte de Me)we
a'AN~.es.tM.
jtean d<t BeNNan ta ptace eeeMe MeeatM <e ? tMM. <B
MW. 96. "-Ce <tae MK~~f M MNMeMpte &ce M~et. ~re.
<Mt5te)Me<tceMe~tMe«a<toMtam tMe~eetneapMMe
ville réelle. 96.
~M~<. xvn. x)x. xx. xxn,xxv. xxvo, 9<, aa, <<~ 98t. 339.
Ma&tateatêhtbMsdNMteMyaamedemptMaaXtn'atMe. M9.
tb tmdtthMt M NvM<'A*b«'te SM les pierres. SM.
~e~~KeenqattM an meyM~ae. MXV.
Autears qui ont aNHBtqaatM ANbesawtent tMnNBbtt'Bo-
rope raMte de la boussole. M9.
tb Ct~rent âne aeoeMpMe qat tear Mt pMpM. <80.
LeaKamppemeaaMMBtMM<mMMnHMHtt)mM. iM.
État (tes seteoeM d)M eo< ao amyan-t~ i89.
lia apportent ea Espagne t'MtMMmte. <90.
lis eonft~eat ferteaf de PteMm&) relativement t MtmdM de
la MMKeKMée. 9M.
Ils connaissaient déjà la boussole au XIII' s!ede. Mt.
Ils eurent plllflavaneéa, au m~ea~~e, snr la eonmtNanee de
i'AMque, qae les EampeeM. 399.
Ëpoqae à laquelle eommenee tenr gtogtaphte. as.
lis se tteatent. au OM~m~e, en eeattet awc tés Grecs, tea
GoNM,tes tedieM et tes CMMb. 595.
LeaKtey<~esMtX'dMe(veye:Be!nand).
Leurs découvertes dmMle BMd. 3M.
LenM~ttmeaM.S~
t~msobMNtttM&MtMnemtOMth «B, 3M.
LematmtmtMMaasttmmmiqaesftoyetSediMet).
tMtnnMtttsd'cbserMthm dont tbMsa~nt Mt~ t'épeqae de
<'Mf!~de!P<Mrmettbdmst'tnde.386.
,–4Mt-.
<<tatM.HsM~<e<'M~eata~iea<MS~MM.!6M.
EeaM ea~maea eeat~naneeat t OtKt Madnttt wa ? Xt~ s!!t-
?8.
<<Mj~ses de teep OMmosrapMeet de leur e~e~mpbte MM
~MdaMt<BS}fstemesdea6KM.!tM,Ma.
tAam«x<ae)!tapttea(~e!t<e<iMt).
<~tMearteat~egMphtq<teit('Mye):CMtes).
t.M )~~M du tMt6 de httM eartM wnt ptttsfes <tN les
6N<a.!M.
~<M~t<MmappemMdesmXt~e)e(<M~Mee))MQ.
–t<mtsete~Me<<M<M.«S.
A~N~ M ~a~M<!aeMe ??)?%? w;<teM par.
MtNMnt ?5 <MtM (te la eM<<da md. t<s M iM.
t<t))f<Mnt<iMaem~oerdaBS<MmeMOerOt!ent. <M.
!b!eaondMHa<N!e~nMder&Mq'M~o;mtMaMt).
ttMtMe~tt<HMSW n)Bt«M<M)M<e MVtgaWSM la )MF At)M.
t<qte.S!M.
!b ne M~aetent pa~. au XVesttete. sur la tmate mefAHan-
~qae. SBt.
t~om tMes des wats am tX* et X<stMM. 3M.
Leur memM <te la terre. <08.
Selon leurs Msnm~MpttM, m tiers seulement du globe terres-
tre est haMM. M Meont tien M eenatste qa'en deseMs <n-
tmbtMMes, et FmtM tien est oeent~ par la mer. «M.
Leurs savants soutenaient eMMe, aa XtV*s!ede, que la partie
!MMteede la terre se trouvait reotermée Maternent dans t'he-
mbphete MpteMrhmat. ass.
tntaenee de leurs écrits sur les savants occidentaux an Xttt'
siècle. iM.
(étions des aMteaMambesqa'onMmat~ae dans ta cesmoera-
pMe da ea~dim~~d'AMy. tM.
A< ao8, MS, S!4, NT. ~)t. HeuMose. est an mtUen de la terre
habitable selon Ptetérnee. M.
A<M(tenw de t'As!e, t*A~eMdT~atosthene). 900.
Atxdeteefedtt i~Md« M)TMn~.M5.
AwM~ de la mer dentale. 4i9.
A~a~M Pays habités par ces peaptes, d~pres tes CMnmgMphesde
«M~yen-a~e.900.
~W.t)t.Kt!pte).UOX.
~&f~)et(tes)
(~~ M~itMes):
tM.
–4a7–
AthMto. XXXV.ft. M.W, M, M&,<?. «M, <M. &?. ?!, N9, ~n.
<- ~a~meMsmo~mpM~ne.aa~
SMUtow~ m«~M< ?. M, !(!M.
t.e HtM ? mm~ qui lui Mt att~tae. M% 4M.
8ea CBtWMtndnttea M X)!' eMe. AwnK~s. ta.
AttSMpnaae. <?<.
<<m~ <M. <aa, sea. ste, SB, Mt.
~M<MA (H.). ? OMdMMendu Bonté. Mt, «a, <M.
~ft&t)MeM.m~MtX)B.S<mM~.tn.
<ffMM<f.Nï.
~p6, MMM~Mph~duXt' dMe. <0~ <M, <?. Mtt. !tM, <M.
SeseemM~MMete&~mj~af~M.SS.M.
St))BappamMde(«)ye)!eeBMt).
~<M~JHMMar<aM.!M!.
~ft. 0. M. ?. 4S. St. C6, ?, ?e, 8S. M, <M, tM, Mt, MS, H4,
lis, ~M, <M. 149, tCt, SM. 9as. SM, N6, 3M, 3N, Sf9,
39:. <M.–mtnMM. ax, 9B, :?. –o~entate. 390- –m<-
jftdtmate. <a<.
UM limites de ce continent B'éMndatmt tMqa'M Nit, Mten Hé-
MdoM. n.
Selon MMten, au Vf siècle, ce eeMtnent était de la ~rme d'an
e&ne. 18, SM. Système oMgMpMqne des montaenes de
t'Aste Mtex ce eMmo~Mphe. <9.–Setea cet auteur, ce een-
ttnent est divisé tout entier par le mtow. o.
Ce continent a, dans l'opinion de BMe, autant d'~tendoe que
t'Eatope et t'AMqae ensemble. S8.
Ses Umttes, seten Rtcher, auteur du X* siècle, s'étendaient jua-
qu'au KM.<t.
Umttes de ce continent, d'après Btemmyde,au XM*stëcte. <ao.
Ce qae dit Buckoui, auteur arabe, an sujet de ce centtaent. 3M.
Asaph donne aussi une grande exteasion &ce continent. S!
Cette partie de la terre étatt considérée egate en grandem à
t'Emope et à t'AMqne ensemble, par les CMmogMptMs,avant
tesd&MMMertesdesPotfhtgais. i68.
Comment les eûtes de ce continent sont agm~es dans les map-
pemondes d'tbn-Wat-dy, du X!M*au XtV*SiMes. 3<S.
CM grande partie de ce continent n'est pas eonM<edn cosmo-
grapne Ranntphns Bydgen, au XIV' steete. M6.
Comment ce continent se trouve <!gn~ dans la mappemonde de
FtM.tstte.3M.
<M<9M(r).N8.
~M~<90Ml~M$.
~mwft~a~.NeMtett.t&
~M~&~MM~ta~
<<<??? qat ont poMMdes t)Maa)<<eata g&~MpM~oM d« m~ea'tte
aMnM<Mt.tetMh.
~t)d ())<???d').~
<<M)w}t,pMeMpt6em!w. M.
Na~tCenhmeMXM'etMe.w.
&t ~MMea <~ omw~ M~«Me. ?.
CM)~f!eBM<a.«S.
C<M))meaMtw<tM<BawM<h)Mtao<e«f~tte<tE~aeaetmXM<
atàc!& â~" ùa,
AM~.JON,J~Vt.Xt~.SM~M<M~rtMt)M&Ma<M<t)tM<!e
t'OeSan McMHMat.60,
Atteent)~ savant auteur Mthe dat X' et Xt*stttete!. M, M, M. t<R.
M9.NS.
8m emwa tm)MM pm CtMtO de Cfemtne. M.
Attena:. XtV. &H~en de son pe6tne )~cempMq<Mpubliée en MM. <9.
Avite (satat). Sea poème Mt la CrMtion. <3.
°
Sa<tMCt<pMo)tdaPaM<tbterMatM.M,«.
<<MBMf(<Nte<t'AMque). <N.
~a<MM. aM, SB.
PMM<e ea~eax <tecet MMar SMt'tt<t de la M~oaUM an XH
dMe.30&
Azoat. Std<MN<aM<)BMrrot~nadehh<MMMte. a9t, ?!.
FasMee de eet aotea* en faveur des FOtmeab. Mt
Ct«.Mt.

&<M (tour de), Cf~rte dans les eMtet dn m~en-tee. an.


Na~<<MM.<M, M~ NS.
BMMt (R<~e!f),MMnt m~M~dn Xtn'~Me. LXXK, 85, 87, es. M,
9&, MS, iZf, M9, SM, 369, ST:.
Il dêettt t'AM~M d'après Mtmte, Pthe et Ot~M. M.
n a puisé p)astea*s MMeignements ctaz tes auteurs arabes. M.
44<
eM~MMwMh Mm tut, tea taMMat* <? t'MoaM~te tap~wtc
M Bowa~t BMattef <tM eaax a$ t'Mmt~pMM ttfMoaf. M.
M <M«m~t~Mtt pM la pw«e <ta fA<M~M '««MM~e ao
X~~M~
a<<tM))?~~<M<ha )M!M «ta «ta« ~a'M Kmaf~w <M)t <?
MH<<tM<<« eavtaaM <hteet Mt~f. <M.
??«0 (Vaa'Cetp) aMt!hao tta~eethn de la hMMate aux Attea)tx<t<.
1115,
N)fMM(HatfOnde). ??. V<qfMSta~.
~f~. HHX. RMtapMtCt do yeawa~pt do SMKXe.qui MhMat
<!a«!)<<MMtMhtqw <twMMe <aptMe. <N.
em'~<M. 8a eeMM~NpMe MnpMte ça <S<e.NM.
aMMMtjh~o~ta~e arabe du XtV*o~cte. sst, sa.
8<MtM9MtteOdtae~m)tt<edM)m<«ia<.iatqo'Md)t&M(tM<
do la mtMM de la terra. tM.
«~n(. Sa~MMM<M<tufettataa
<9M6n~Ct!~ datMS.XUM.
Bm~. SM.
Bt~m(pa~dM!. ?9, 3<9.
Ba'<f<KM. SM.
Ba-Mn.3t9.
Ntft~pM~. Son peBme~(mpMqae. XtV. XtX.
BMMr<< de e&<)W«,MMat du X«* t!M)t. ~a oawego comogropbl-
que du ~«M'MM et du M&MfajtMM (le grand et te peMt
monde). M, <t6.
N<Ma~ (te metne). son ~age t MemtenUaopte, au tX* tteete. XtX.
Berthelot (M.). Sa aeMce sur te eMme~mphe AteaM de Sama-CN<.
Xt.)X.
~«M. XV. Ses commentaires taf têt aactea< ttiaemiM:). tM.
Sur la TaMe PenUa~tteane. <M<<.
BM&BXM. Cite. M.
Maoee (Andrea). axa. Représente daa~ M BMppemeBoela eetfe des
BKtgeBseaAMqaed'apteBbMoM.etVtneeatde Beanvais.
Sa mappeaMHtae.!B9.
Man! se.
BtMe(h). iMt.
~MHft~~Me <tMCM<M<te<, par Mieband. <R.
NftMMteeaBtf~t Nin«Mef<pM. (Ve~ Sanaen)
e~Ma. (Veyet PM)t!c(as.)
~imMMtn~enMt.(VoyezLabbe.)
Pa<r<tOt.CM.<n.<M,St9,5M,«)&.
–.<
~MMfMM~t aa ~<M~ MaBiMMmUM ~xm~, t«!t t<a xtMp.
~a!9.(M.
*fA<Maot.~t.
A'n<M<a-NtWtMea.(~;M~)
ttatMutM &?<?!?. NanmM!t de MMM~e <?<?<? MMte.
<h~)a~<t~
d$ &Ma&.JHwnM~ t!m~tp<a. W. (V~M amw.)
~&m~~M~M~M~t~
Bt~a<e<eBMnte<(Vo}M<fMpcM<8B<e4
t!OH<M<t«a~<t<wht«))xê9M<M)ntqae.M<.
~B~w.M~t~.sMeaBtMBmMttdaX~Me'~rMtMe"
aa~!ta<M<ttt~a<tMMt.t4T,
~oeMta.KH.SM.
*-C!<M~qa<ta'ABe~tene,pw ?<??<?. <M.
tm~ttete do Vteme. ??. Mt. Ma. ~<~m nxppaMeede.)
~HMUto~e~MMe.M.
t.aatcnetma~FteMneo. (Veye! maMMr!<J
<tet.e<p!tg.<M.
<o t<eah do Bm~m un me~eB~e. tST.
<ht Utowe M XtV' a~ete. Mos Chattes V. M9.
<teM~eaee.w.
Ho)!tNt.UV.Mt. CaM)tesue<te~ma))UMtt<sw)eBtaatt. MM.
(VeyMmappetaenfe.)
<teMoatp)!met.<M.
<eNmey.MC.M9.
<MeB'ated'Mwh8)et.<M.
Ottentate. poMMepar ZM~e~. s<9.
du Palais HtM a FteMnee. (V<~<Ht mappemoatte.)
Nationale de Pa~ XXM. XLVt.Xt.VMt.St. 99. «S. <N. M.
369, <M,<S9, <M. 8M, St. 9M, N0. !M3,?9. ~H. m, ~a.
SM. Nt, N9. Mt. 9M. SM, SM, Mt, MC. ?M. Mt. ??, M9.
XH. S9~ <?,<?. <M. «t5.*tt.
Elle ne possMe qa'en seul manuscrit de ~omdatB de Mteme.
iM.
Manuscrit etec d'un périple q)t'on y trouve provenant de la B!-
bMoth6q<tede Pithea. Mt.
MMascdt {[tefpfapMquedu X' dMe qu'un y tMow, N, M.
On y trouve six manasoriM de l'ouvrage de Bematd deChaftMs
ou 8y[«atrb. 74.
MaeMt.atS.
<~8
~ctMgMdeB~fMttM.
~~R~MAM~a~tMm~t).
do ? t~ne <M<M <8 SaMa ~«x t<tVa«eM< W.
datett~att~d~PMto~t.W.
deNBtmeMfeatM.CtM~m.XM.
de &)<)Mt)(. WtMMtrh 6&)gMphtqM da V«t< <t6eb qa'ea y
tMew.M.
<!e89<nMb6MM«&Xt..eM.M.
de SMhMtO. MmaM~ do ttMce'Pob qu'ea y (muM. ??.
<a Stmitoa~. BtmnM~<t'(t9tM)<e qu'on )) tMawo. 4M.
~TOtix.M.SM.
<teWeto))H'.ai)3.
<tttttMwmMnhtt<6;<te.M.
-.<teN.WeteteatW.SM.
~9 WantmatK.
~fMM~M dos XM<'otXtV~e!a<. <
do Ffanea, do Mgtqae, de t'AnatetMM. do t'~a~e et
Mtenat.)
Portugal. (Vo~jfCB
dee ~pMement~ (Ve~m <.)btt.)
Nfeen~ïe MfMMfMt.M. M. 80. tN. SH. M9. SN, MO. <at.
Blatte. MmmMhtBMte ~~u<ao de ~Kndan. XUt.
Bte<~(M.).M9.4!M.
Oavmeo de ce M~ant sur l'origino du Md~ue. <M.
Ma<()Meaatd.M.).NS.
Sa Neto sur la dt~eeMonde t'atguMte t)maeMe en CMne. MM.
jMtMotf.3«.
BteetCM.(Voyeate~ende!.)
Bh~Me!~ (McephoM), aotew grec da X)tt<a)6ete. UM. Ses ouvrages
Msmt~Mphtqtteset~agmpMqMM. tt&
Son système. f6M. tt a adopté pour t'EoMpe et poof FMe la
forme demëe !t ça continents parËmMstheM. <!M.
t) a deont à t'AB!ela forme triangulaire. <im.
Ce emmeemphe n'était pas ptm avancé dans les cMMtMMces
géographiques qoe les anciens. <t9.
Madopte ta tMofte de fOc~aa eBttMnnant ta tetM. <M.
Ne eonnai~tH rien des pays deeoaterts an XV' stecte. <!M~
Btatt (H.). Semte eo )M6 ta mappemonde de Reims. XLVU. tM.
Son H<nMiMso< tN Mmuments e&)aMtMt'M&de Nmey. <?.
B~ht.Sacattedn syMemed'BeMdote. <70.
Be<M<e.<4T.
~4

~Mtott.tWt

~m<~<t<M~~M~ft<~)w<!H~<M
Na~W~famn~.Mt..
e<N~.
~M~f.«M.
aeMaM. 8m wwa~ ?'<? <w <~aat<M.M. ?). MM,t:M.
Publia ta MappomoadedeNtoate. <3!t
~W~(eaKttnat).«M.
& (fahMt) dteon~M eu ~?«09 carte du HM~aM~~e.KM.
<M.
NM~MNM&XtjMHM.taS.
e&)etaphe parNeMtew.
NattfM. MHUM,
B<')ttMM(aam).<8tt, c
~MtM&. Oe a p~teadw ~'ette avait Meoaaa~ dM <MtM!. aw.
AnMmdeeBmcBt Mato~ao alaNqoe eemmeat eat Instrument
s'est <<ttM)Mten EeNpe ni qui en a été rtBwnteft. ?$.
Doeet instrument avait%tea grandes <Meeu<MMa do XV,<!t6e)e.
M~
La plus aneteaM Mpt~MotaMencoanM <e cet taMMment. aa<.
On MmMqao <tMboussoles Incrustées <!aMtm tetta~M dai par-
Mtma. f&M.
QMt~M MteaM M atMbMOMt MMtM)<M)(en <mBontpa emt MM'
(te)s. ~Mtttattoa do cette eptaten. M. Son tmpoffeetton
au moyen-âge. SSS,9M. Au eemmeacomeat do XV,atMe,
on ne MMtt pM se M~tf de cet tahtmaMot Mp la mur Attan-
ttqaa. !na.
~ma< attttbM aux Ponusab la pet~etten <te eet toMMmeBt,
SOt.
<<MANhM fatMtent noee de cet tMintment dans la MMUef.
mn<e et dans la mM de f~fte dta t'annte tm X!!t.
Cet tMtnmmnt n'etatt pas encore t~~Mtemeat tdopM par tes
Arabes dans ta mer des <ades au XV' atecte. ?9.
t/aM({« de la )MMNet6en CMne,depuis le XH' e!eete. M.
BemMte en Ofient au XV' sléele. <n.
eem«)~«6t<M~<.<tT9.
<M«Me<M/e~<MMAM. tbM.
N'ototf. Copie à Paris le maaMetit de Btemmyde. t ta. See B~)<fMf<p
farttfMtft. tt9. Sa carte du système ge<'8tapt)tqmed'HeM-
dote, te&
~<M. Mt.
44S'
AMctt'WMta~. ~~Wtt~mMtM~ftf~Hteoance.SMj
~wf& {B))<)~) tntMte <? WtWta~ 4'~N~)H. <M
B~Aat<6eaV~<~eaMM«M.mv<.
~'1t. 7t1~i1.
Bn«Mm. S)t ~r~m~a NeaatM~fx. W.
tH~H.MO.
tnatMM «ttM, MMOt Italien da XM*<<Mo. <% <M. 8ea ï~a~~ <a
la Mapj~m<ta~ M. M adopte la théorie de rOe~ ea~MX.
Mot la tette. MM. –Na dhMM du globe. MM. Pasme"
<? cet autour sur M~oMt~ tMKHtqtm. $T4,99~.
aMftt. Mil. SMRMhM~aa aw n~~NMtt. MM. Sa~MeaMett
<? dent <to$a)N)t<tie la 6M<e<tm~fK~aff. de <MT.et de
M<ht~BtaaM.UM.
<~& SaN&'gmpMe. XVn.
Bttf~M)pahM<tla oatte eMatane do <~Kt. M.
BM~'M*, commentateur <et'e<t~Neod'A)(iM<t.~f.
Buttarf?. SM.
~WM.SS.Me.
M~H<eta8M)6<6<te~<WNtMe. X)<V.X).V!, XLVIII, XUX. t..
LVII, LXV)H.
N)<ea<f<ta)ett«.
(VcyMtMttfto.)
OnfBMa.Son AnMtetogtelatine. M9.
B«<'MM/(N.).Optotoa <te M c<MM)M indianiste Mf les cartes <ta!)tn.
doaB. M!.
BM~ (~ean). ses omNeM. 70.
~Mn<tnf(CeMMthmdota). SM.

Ca~~t. Sa découverte du Bt6s)t eMMttt&tpatteseartet–Sen Voyage.


L.am.
Cmttr. <M. t45, 5!% Ma.
6tB&mM<? ~& dent Meeftateat tes natteateam arabes. 4M.
Cattw(te). aM.M~.
Catt&t~ (PMnde}. S)ft.
ca~pt()mn~gas).
c~MtM~. CattMaBctmmM qui existent dans cette tMe. XLVt.
Cefatoi~a.Description de ce pays eomposé en t99ï. Mt.
–.44e
4<M.–
<V~<<ttes~<tat4t!t,XU. WA
~f)jM$ MMt <tMtt~M,4'~s<Xm&<w. SM.
donMme~papMqaedee~.det~a.tM.
de ? eoM <wMen)a~ d'AOrt~ee,4tt a!aa<~ <99. ~ttta «Mene
d<tnsMBas~wada)M.<eNaiFee.KM.
de M~ comète t la MbMetttqM de We)mof. <M~)M.
<e6~aM~<te ~M. ~MSite ~MM. XU<. ~tV. tM.
<(e «M, qat MtMOM &89!'K!ht en MeKe. (VeyM BMeM.)
~oFMmetMaeaae.dMn~pMPeteeM.Xt'V).
<~e?<!a~K!ee~H~~ae,de<M!~
XM,XUV.
<eNeMd<tMc)~stRa,<e«M.XMM.
dePMMNaMH-XUM.
–<teBMntOMa,<HMn.XM.
CmMma~ne, de «M, d'Andrta Moeeo. aM. (<ttM de VMeetMa
mrtetto carte. XU.
de t~~Ka de MaUeMo, de t<M. <«. Elle est steaatfe par
ttapMndPasqnat XLt.
Carte allemande du XV' atMe, ob on Nmatqtte n'ne tMMMte.
Nt.
de Jeu d'Cttb. de «96- XU.
de Juan de La Cosa, dMMte dans rana<e tSOO.<99, Ma, 9~9.
ChahM do mentatMS qa'en y tematqoe et qui s'étend de
l'Atlas jusqu'en Egypte. iM.
de la PatesthM, paNt&t en <<8t. LXVI.
defaMte.det4M.XUH.
espagnole, de <!ST,eenMMee a Wetmaf. SM.
de BMee Rthen), ettëbte eeMMjpmpheespagnol, datte de tSM.
MM.
de Demtego det CastiMe, de iMt. U.
Carte géographique de t'Ë~pte. 9M.
de taTaMatte, SM.
dtMsteparCeMettn.
des pays des LaMens, dressée par TheMnet.MS.

CARTES.

Cattes eadasitatesdesBebMmt. <?<.


desËgypttens. <M<.
Cartes)!t<)~tapM<tMs:ean'en reacontre pas nuesente da~'stMe <80.
–4~

~teaMpM~atmt tme~t~A'iM~M~Ms~PteM.
m9e,<<eNet<a,et~MttM.<V<~mMHM))ha$J
a&~M~e~~<)~M.~(V~Q<<t~
*<- ~~M~~mtM~desnetMManjftMMtMsde~Mtehtas. tt~
~~<aayst&)Md1têt<)ttete,<6)nnaMeap)<f~medemes. HO.
t.'Msto<Mde!)<Mtesda moyee-~M trMwdMxteattwMdet
aateaMdeeetMepoqno~daM te~mOoMsea~tes.<M.
ceh)t<<es<'<MtmaatMt!tdePte!amae,s)nMr~eaM{t~)ae.<Te.
dePtetemëe.d'aaedatenMdermt.tMd.
Cmtes des Mttens i étatettt~edmStMMe<MAes. <ts. <M<
*Aa temp~~e 8oeM< <<t9MMe!t6Mea«)emmoMo &AM)6a~<?A.
<aw<!w6M<set<e9 B<m~<BMM.~tt'Rt.(V<~<))ttM)~t)n!)m.)
t~Hes qat mM~attant la pf6tem)a«Kte tfA~ne. M.
CttfMsmaMt<)sdM<to!<9<t'Aoto<)aMtM'et !V*a<MM. <T9, N~
e&~M~es aa tV*otMe. Témetgni~e de satot tMmet eet
~ttd. N0.
iCattes t~MpMtms dont Mest qaMttet dtM )e poème de ~!<ttfM
axV'stMe.SSa.
de Sanate. iS'f. M!, aM. SM.
DaM eeMeada meyea aee, ee Mteontte une immeMe MftM
de tegeedes. ata-– Et de tmdMont hbtoptquèa. 9<a.– Ette!
Mntde teaMBdhMMteas. t9T.– On tea tfOMteerav&Msaf
an émette. iM.–tnteKateesdtM te tettedea Mttes. W<
Peintes dans nne tnKMe. <M<t. MtM an entearafte. MM.–
Cm<f6esMr des meaMes d't~etre. fM. Dans âne cas-
sette. <tM. An te~eK d'âne meda!))e. ~M. EHes Mnt
dtMémtnees paneat. i9t. Uste~ des noms geo~Nphtqaes
qu'en y MMoMte. <M. A qaeMe epoqae on a eemmeM&
&étudier tes tartes da moyen-âge. XXXMet satv.
Cartes des EaMpéens dreNees avant )M découvertes part)t<ses: ¡
pïnsienrs étatent dressées d'après des noUons pntsées daas les
eartm et dans les antonrs arabes. SSO.
Leur nombre aa~nente aa Xt~ steete. Mas de ~ngt-ctnq de
eette époqae sent déjà eenanes. <99
Lear nombre s'accHUtencore davantage aa XY'stecte. tM.
tartes martnes et les portataM M maMpUent âpre:, tes déeoawrtes
da XV stecte. <9S.
Dans cettes da XtV' steete, on y remarqae des ehangemMts
tetaUvement & ta dMsion de t'horhea et de la rese des
tents.aM.
29
<~<<~ tMf~t. <deat <e t~taat~nMmteMM'tt~om ftet-
t~a~MN..
~C~eadMt~~t~e~
MO~tte eettes dftsaees pM ha VewtHensWettUw~s pu
fMx~XMt.
C<~eaaeteette<dePE<fp~3a!
B~daf~MW,MteBM!QwteaMe~RMwaM<twes
Mt~ttea. MS. Ba ma<M<)fMd&MeeMeapaMtee; par <tM-
««.t&M.
Ce~M eaaastMtM des Xn* et XtM' dMea. :$s.
top<wm~t<ae!' dt~s M m~ea-t~. WA
-< tejMmt&htMsANKttteBattnwq~n- W<t.–Pe)spMMw:t
<(MMi)M
&hmême ~M~
~peqae.
CaMM (~wapM~aet des AmaMs.SM. )LMt tmpe)r~eM<w<90.
BHM<~tN<t de tt~s pam~ dMa~ sur la p<~M<m4ea Neax
SM. &eM~Mtt~ <mt cependant ftotaMMUen des mM-
dtMa avec t~~MMMMM.S!. MtMoadt. e<e({MptMarabe
du X*ffëcte. ette tes cartes de tMa <te 't~r. 5M. CeMes
Mtttennees ~tM ? XMBMCtttdo iiber <?))<?? d'tsttadtty,
e~emphe arabe da X' steete. M8. Les Mhmnte-dh cartes
do nMmoscrtK'MtM. SM.–CeUes que M. J<mbeMa paMees
il ta suite de sa traduction de t'OKMge de cet antenr. SM.
Cattes ma)rtMsen Ma~ aot ht mer Mteaoe au XHt' deete. sa.
C~nea arabes CMmoMespar des auteurs aMdetnes. MB.
CaMeseMuoises Mmontant à une épmpte très anetenae. 3M. Crandc
carte de rempha dM~sêe au M!' steete de mtM eM. iéid.
BeMttpthm de cette carte. <tM.–Ba VH*dte)e~ 360 –CeMes
qtt'on possède aetaettement MM d'âne date récente. 3M.
Ce que dit te P. Tftgaatt !) cesujet ??.
Cartes mandchen-cMMtses. 3M.
CMtes ee'~apMqwes anetennes dtessees par tes tadteM. 565.
eaMeanq))~ dMoMfto'f. tts n'ent Mt que reprodtttfe, dam leurs
mappemondes,tes externes des eeosMphesde t'antiqette. 168.
La ptapatt n'ont pas adopt&les idées de HaKm et de Matta
det~)' pour la eenstMetion de teots mappemondes.t69.
!<nts représentations eesmeto<~qnes.es.– tts adeptefent te
système des &tees de ta~Msima de la terre e&trois lies se-
patees par te Tanats et te Mt. Cartes e& <m tematqne ce
s;sfeme. 9M. –QtMtqxes eactoetaphes tepteseatent le maBde
divisé en deux sentes pafties. Benaments de cette eat~o-
<?. a'N. Centrât Mpt~mtent te«Moda part~eNttetM
detcaadMtt de t~. ~t<~ Nbppamaades <? on tMaw «
tartane h)dt~. /M< Ceax ? ? ta da mo;ea4~ edeptent
CMma ? QM6me de PÀttM~eM. <te ~Ma~e et MM dM
MMade t'Ë(~!w. etqnetoaeMeeeMde MfHon,iM.Mx
qatadoptatent te ~sN&aedeifteMmee, eenseMatent aussi !et
~MaM~e Me<i<WNt*e. MT. Le fyM&jM«f~af~fM de
qoe<q)Msewt~~thM )mts&<s~ PtoMmëe.MS. D'au-
tMSMj~am<Nt«<)tM!eoMeM(Mteqfstt)M<<e~M)eB. M9.
PtasteoN MpF~teat <Mtrois pi~th* dn BMM~e<e tMnme
<wo~. «B. C'eotKa deatteat an monde )a Cmae <ron
MirA Nt-9S& !~<!W)S9NNH amtMBt dma~aM MpttMa-
«MeM da ~etM hx <M<MtteMM0)~m. MB. !ts pttMat
~o~qMtMs, dm!) MaMMpt~Matattom aMphtqaM, )*«<<!?aa
eeatM de la terre. Ma-itM. !<? emt~NphM da mayM-tge
Adoptèrent la MDMMtttUNe<Of;NpM'pMdes 0)tWt~<te «M-
nM~Mphteetimpeses t eette Apeqne. !M. –<t)MhtOMMNDe
donnent dans te<jm)mppeomm<tM<pt'Nnestmpte thK de noms
etetfMpMqaM. atS.–tbMmpMMeMqaetqeeMsd'Meste~Me
deFOc&m: MtMmqatbMttNttpOBtMtimeee~ttoM.aM.
Ils dément le nom de M~tone t mte ville de fAtte et à
MneamtM ville de t'Ë~ypte. 394. Leur erreur mf le CMM
de Ntt. Mott&qatb eareat pour donner nne&M~edtjMeUen
au cours de ce Ceave. MO<!t suiv. Mappemeedei'où on re-
MM~tMcette &msMdifectiee. SM –P)<M!eaMeattet~~Mt
du moyeni(;e traçaient tme ette active an sad de i'AMqne,
adoptant la theotte de Strabon. 9M. A t'atatd de t'Me,
MsMi~eotn'Mdtas~wmpMeaystémattqnedesatMiteM. M5.
tb confondaient t'tnde avec t'EtMophh eoo. Ils coati-
nnent à !m)tqnaf, dans teaK caftes, que )a t<tne Torride <tatt
MhabMe. ao&– tb si~Mtent les endroits de la terre où tes
Aptttes pteeherent la foi. atT. tb représentent. daMtems
Cartes, tes <)Neg de t'aBtt'tatte. MB. Font satTre aat
AmaMMS les mêmes voyages que tes AA. anciens stgmMent
daas leurs ~YI'IIIJ8&9t<*atS.–Ptndeprs
daBS~eerso~~tra~~ Il..213. Plusfeurs saivent
suiveat le
te IIJsdIu1e
système
d'&tr&f. Mt. CeM dm X!tf coMtoxeMBi a ttacer teers
cartes «HmM eeM des tieetes précédents. <89. EMere
aux XVeet XVt' siècles, Ms eenUMeat desstttet des terres
aasttates fantastiques. &)!-aot. Pendant le m~ea-aee, ils
adoptent tes rosés des vents des anciens. !SK<-4tj5,–Outrages
~M~M~K~tg~ <MA–
M<M<<
pt~tK~~

MtMtq~~tM~ tcai~ ~atag i!s 4nat~


B~)$<at<Nnt9it ~te~i~M~ottha~. WM. ·
€N~mp~ aa~ ~Ms t~~MaaoMda t~ M~t~dMM*
MetMS~~Mdas~dtmttM.Me.
~t~K~'M~ teaMmew <œ <M<wnM <ma~et dœ emtes da B~ee-
~S~–N~MMtpMdopHw~amM'MX'sat.
~.etM.'Mt..
CMptmw (mw~ 8M MMtMes, <rap)~ tiosmae. M, te. tvfMtm ??
<!mm«Mq)tet cette mer avec FOe&m N~M~en%t. <e.
<~h<M<ewdatVt'a~ mxv. 9% <M. Ma. SM.–i~tM.
<M~~MMM(~~apM<ptM. M. 90. tMttMttoM qa'M a«Hh
tt~%MaMtt)M,MM~ N~dada-ooamogea-
~Me, ?. –)~e de Ma M~te Mhttt !t te sf~t. MM.
<~M!6aMMte<~<M<tMttM.m<twt<a.œt,3NttN<.
CMatttMeitt~~MttM).
&NtM (&. <Mt )te), e<)~M M~tea~ea* pMHt(jab !L~ stMe.
Sentt~Mftw~huMr~Mee.–NH.
CttabtthcMn (ta MaMMu~tae).M.
Cttat~aes des manaM~ts. MO.
Camay.Ma.
C<mttMa.<M,9M.
CaaeMe. «a. Sys~me de la etmtM de montagnes de ce nom dans
la mappemeade de fMtottre. &?, a5i. Les montagnes tm<
a'y tma~atent, seten BatMm-Maat,aa tX* aieete. 39.
CaMM (wye< GaMtanme).
OMeo4'AeeM,savant du xm" sthete. Sem eemmentatMsaf te TraM de
htS~tetedeSaBMBaseo.M.-StMppemonde~eyezeemet!.
<Mt<M(dem). 8ea MMtyMde PMtMMtw<.SM.
Cettes (tM). M.
Cent6ttte).ta)t.
C~m fait faire nUntKdre de t'Esp~me. LX~B.
<!eMr BraMe. 3S&
<~<tM(tMtede). M, iM, Les pays à t'eeddent de cette ~Mteé~ent
peacomms.sehmBaM.eBi~N.tsa.
t9mbMH)et (M.) donne !t t'MMa)*fempMtnte d'âne mMaiMetentM-
mMt Me mappemonde: MC.
Om~~a~
ChM~ema~~e(voyez mappemonde).
~tt~t~~cMa.NM.
TM~~?MM~M~M.!B~
axMttm. 8<mteM~atMom t ? (je~~tte. xv. <M
€<MMM(M)wa(M~ .1
~eMexthSn.
~M~a~Mt[OMrbtM)M<t<e.a9<R!MaM~oc<tew<Mpmt'
t'MtetM~MttBSttMmMb~MatttOtNttnttWMtMO~
~)~n~t<tpM<e~PaMt!e~'t'e~a<<temat<~pm.SM.C~
qo1tpetMm<<en~<et!wdee<a<MMa<Mm.NM.
Mmm(~MAMttes).
CetMBb(ett!oo)~t. 8t ~m~ ~amteMe <B NMMMtt-Nottdo
mentMaa~ «MB tee cartes. Mtt. 8<Mt&M~nt~e ea fa-
~)iaf<!ehp)fh)~&<tm«<iooMt«a<tM~MH~~enAtf!qm).
~X<M,?M.?~MtM~<!at!w~<~M~~M9~-
capM~ae* <ms atM «MM~Mo <ht CMM de eotte de J~<m
~Betmwa.9T<e.–BtttM<eM)f,M)M<t<ptM<tMt.
t.XMt.SW. ~t<HmB< Co)M~. MM.
<Me<mttd'HcMate at% tM, ~tt. Setm tee mt<)tM tes mct~Ht-
phes «a meym-atjt, c'tttK Hqae )ea<teMM<)mts<teNo<tMM.
~Nat MatMmtes les MtaMas. an. Scia)) te Bante et
d'MtMs, a~ det&de cette limite t'bomme ne peMatt pas p<-
n<ttMt. M. M, «M, aM, SM.
<~tM)~<f.Manuscrit de cet auteur d~eoaw<t par le PeMe. <M.
~etMf.SM.
eeettoMtoffMsur la Genèse (toyez Satnt-Eactfet).
CMtNowdeit épices avant tM découvertes ces paMocata, par «<<M
se Mmtt. <)?.– De la Matagaete. <S9.
CM)MpePeMte).~t.
c<WM<< Ht, empeMar~Attemaane. <9.
CeMMM<tt<t'~«~aateat<)aV''<tMe. &<~p~<~<t<M«<MM. M.
CMMtanttnt'W~ttt. M.
Constantin M~j~M~fe. St BMtrfjMfM~&~jMpttqM des pnMiaee~
de t'empire gtec au X*stMe. MB.
CmmtanMMpte.t9,49, iM. <M,9t0, M9, MB.
CenM (MeotMde). PtMageMhUfm~na~eatettMdet'tnde. *ta.
Cooley (B~xmet)). XXVt.Smt <mvNee sur la Wf~tt<<<?<~MtM. :?.
Son HbMtM ~ntt)de des ~eye~es. XXt.
Copernic. ~t, ~6, *X!
Ceqncbett Menthe. St p!<~Be de ta desetiptten de PAste, par toat
data de SévéMC. 03t.
'4~
~Tt~a~MeswMhtt~~
CM[MMa<M(e<<&da),~t.
Cety(Ve!M<tM)~
~MX«M<t~<eh«Ht'!«9 ~a<e~NM''«'ftt<tC~!tMb(<f~M«)~P(ta.
m~att).
<~M<)M,aeteturda ~'tttete. XXXM, ~tX~M.M.M!. ??,8!~
<t~dbMM<to)a«Mw.&Matt M,<Ht <tepaa<aM
M~tgaet dans t'<h!<)mque dans eenotnm limites. M. fes*
Msoa'~Wt. MptM)tMp9tM. <M4.Ana~<[~<<eMO~M6tM
a<f<m ea!e<Oe MeeM~ ta.– il p$m~ !o terre MtM te$ lits
Ke6, <t'apftt<6!<tMOttteM me~m 9. Mt'aMmte do t'«u-
Mttttde Btt~aat te qaMt<<M MnewtottaMtoMM.«.
See <tp<ateaMf t'emptatMMtit <<M PitMO~tMM!)tfe. le.
t'oMtaaMptM~omt~m~tt. t.eaM ~)M6mM.<. Mm ett a'an<tateat
<e<)MeM)M~<mMat t'~Ht <htt'tn0e avant les découvertes
dMfOM~t. Mt.–Ma<Mh)pt6tMt <M tMOMMaMbttqMM
ow ta ftnno <<amonde. «Q~ QoetqM~ une te~mom des w-
t)oM mteaMaqM!. de t'tmte par t'~tefmMtatM des aateaM
amhaa. <tM.
<!Mt~)<~<M aMtt< et hmM eanea. SM <Vo;et Yhttad)< HaM<nt<M,
tbn.HauM), AMteyMaay,MtM. tba SaM. KaMatnjf.eatony.
AtMattMa. thn.Wat<)y, et tbn.tHtaMMm.)
CMNMitH)~ 69. Celle des MM!)de rËaMe'. M. )4:t. <M. tca. 9<8,
!tM.
de KtMn. «H.
Traité de eette science aw tV' siècle. ao. Mtatts eestMem-
pMqaet Ma~rm~ daM t'onwMge PMtoponu~. ~6. MT.
de
Colle de Gui de BoMehes, auteur du X)H' t)i6de. taUtuM M
~Mt)<«Bf~aftw. MT.
Celle de t'fNM~edu aronded'Oment est puts~ dans les systèmes
de ~thaeete et de BMe. <«.
Mte attribuée !t ~<Mc)M. il8, «B.
Cette d'AMph. t4?, <tM,Mt, St9. «?. Destftptten des rept~-
MBMfttenBet des BjtatM tentennées daM te mNmMrit Je la
cosmographie de cet auteur. M9 &Nt.
CettedeBen<a!ddeChMtt<a. Tt.
de Jean de BeatMM au XV' st6e)e. NS.
Sïtttme eosmegMpMque de Ca<<(veirMmappemonde).
tkam~mpMe 6m BuddMttM. ?6.
Celle des Ambes.3M
CM« <?). <?.!?.<? "-< t~tpaMte M~BM~MpMta~B <ta em pe~e.
m.MM~qtMtMatt<N<tt~)!(~ah!~8~
(?~?0) entt paMedaM tM ate~M~M«$dMAmtM.
<?< 8'M~~d?)tMs~Me~a~<~BMp~<ta6ett~N!t têt MtaaM
aaeteM daM~x MmadwtË~ttw etdtM hatatMtttMh~.
a~–Bom <tM< ~a<6nM<!MmaatapMaae, tate~t'ahMeMm
p)t<mttttt~aeaBMmt9pMt~h<Mtemtm<m<tt'M<M.M.
~-Maa~td&anmattMpMMMnmppmatattMdttmeyaB~a.
<<?.–« ph<a <HtMT& à <Mhm«a<<Mat~)t<m qui aTttthmtent
~o'ea M~awatt pu paK~Mwplus avant. <M. M e~ittt que
? MM <erfNe 6tett tnhaM~. MM. Memmett mat tMpa!a
<)?? aa Mt du SoBee. <<?. )t t~apM ? théorie do FOe~tt
ewtMnxMthMtM. FM<B9Mpht))e)tm patata, Meat~t
fA<mattMt9«<~)M)B~.)M.
BatftMMa.
Patt (CeM). <M, SSt. Sonp)t6meeaeamphtqne do la NpMM.<!?.
Son système, <!?. Ptaavaa qui constatent qu'M ne centmt!-
Mh pas la mettM du ettbe. <M. <BT. Pamte <te'MdMM t la
tetN. <M. Sm connaissances CMmezmpM~ues et ((ëoem-
pbiques ttateot eeXes des matma. Ma. tte~sMht qa'M M-
moque <tMSm manuscrit de ce pe6me. Mt.
BaM (LeoMute), MN du prte6<)ent. Msmeemphe du XV. atMe.
!!mM de la j~M qet lui est attribué. <M. M ne <Mrien
sur le eemmeMe do t'tatMear de t'AMqae. <!9.
BaeMa (M.). Son article sur PMMpe. St3. Et sur aexM Baeoo.M.
David. roi d'Abytatote. tC9.
BeMs tmMtêe par tM Cammantea. <&
Be~tanM. Son histoire des tfHM. mXt, <09,3S, NM,SS6,SN. 3S.
Notice des maBOMrttad'tbn.WMdy.SM.–Sm BMmettM
sur la Chronologie cMnetM. SM.
Delambre. Son a<tM~ de t'~MMtMtn~.M, tSO,Nt, SHtT,593.
MMe. CecêttbMgtogMptte n'a paa tMM de ta cosmographie, Bt
des cartes du moyenne. XVt.
Detpbea. Les GMes MgatdatMt eeMe <t)te comme te eentM auquel
venaient abMMr toutes ehMes. Wt.
Bmye-te-MMj~M. XtV. Ma.– Ttradactien de son eawaee etet~a-
pM<pMPar Mecten. M.
BeppinB!(M.).Son autcteMrNoMtar. 390.
Derham a prétendu que ta bmtSMteétait d'o)rte<neanetaise. SM.
BMtmaqne. 9$).
–~sa–

jM)tetKMKth<. <M, M~M~~ ~mo~~W~M


N?~60~~ M.Et4Mea<enM& ??.CtbtaMM.
SM.
~MM<<$NMtt~<w,:ni.
Mt~tttM.XM.
'NM<eMtt6ten!t). 8mwtt!aetmt<mt<et'A<t~.
1~t)M<(M.«tt.
~~M.<M<$t<M*<XW,U~WM<<-8MmamttMt!mtM.
M.St~W.a!)<M<)tNt<teta<ene. M.<!M<M!M<i't<Ma<!ea
~at~ea t'attCteat an 60~0. S!t. –M eMtt<mt qao fa NMa
M<MMeMM<)<etaN*ot!<a<)<e.<M<t.
t~tUpa~iHa.
J~t~o~mMMMM~mottMt~Nam~).
M~net~eMe.na.
M~at. XtV.
BaMMaay~oott.XXVt.
)!~o!majfet paMta, Mt~ae,, ? e<eba de Be~ttm de «M. tt.
~wHae.8aweMem~p«MM<N.Fa<Hmtete.,et<<e.Nt.
nMtteMet e~ttMN eat~Msdea mentagMa d'Of, de <;<MM«. S~ex
Rabaa-MMr.SetmtBatjaMdeMBt.Vtetw.M.
DuBoa (M<M) t~tda ta nmMïqae de ta PatMMtaeeamme une MMe
at~~mpMa~e. SBt
BoehMM. Bt~pt~M~etc. Um~M. eKt. <M.
ttatand (H.). 8M NCMtt. Mt.
Dateaa. 8M MetmMhes Mt t'ettetnx dos <t<Ma<M<MaM.
nj!af-ReNa(pa~de).MS.

CemMd.Son oa<Nee «tr ameme <t)tmeyea~e. XtV. «~


EehehMd. 390.
NcoteMM)~M<)eSaeMsenP<Hfh~tMXV'<tMe.NM.
Ë<MM. UOHV. S9, Mt. Ce &MHeMNMM m tM~en~ee
eNBme <me Mo aepMte de t'A~tetMM. tW. ~m!toM~
Satnteettta. 39.
ËdMt (<«!ez taNtMa MnestM~.
iMtht, a~Mphe afAedaMt'~Me. XVM,XtX, XXM.XXtH.M.!M'.
?!, Stt, :N.–Manuso'itfenfetnmat M6tWtphh(foyM ce
.<it<t.
~MV

<9M<). –Sm 5)<~M eMmeaMt~'N. a~, SM. M pMta


<<~Mttet< tM~tt~aes. a~Mt~e Ma~Nma. tM.
J~tM. ?)& <qaMaMM~N~M &Nt <«Mtppamaate ~9 M~t tt'e.
M~~t~
Mxtinnxte <!tMtte miHMedt dte ee ~J~mphe
M)tpjj!WtMa<!a
~M~Hm!))ttemea<te).
W<N~, hha~ea <a CtattMxagM. <!?. Mt. de Ctade-
matxe. <M. TM'tMt!m Mm~tM <e Ma <Mt<Mge,pM
M.TMt«t.MM).
NMP~ M. M, «~ <M, W. (M. <~ M9. Mt, se%
a~,9M.
)~t~MMe~otaMaMHm<t!tt<qMa.4i)9.
BM~))M)MM<tet)tMtM'<ePtet<m<e.<Me.
E«!ptt~(t').«~
NM!f<t~awM<t<)m<m<e, ettee.M6.Mt.
eMMtM. PaMagas Mffs de cet oaMafte au <)<tetdes cartes
g<<~M~))q~M. M9.
JMM (~ p!aet par les eeMM~ta~m <? m<~mt~ a par t<s <sst-
mMMMde eaMesdeceMefpeqae. au eeatMOe ta tMte. 69,
M6.
Ent~thart, savant <a NM* otMe. <M. in.Bea onnmeatatM aur le
livre B<NtM~ (<«ireBAtt'tote). Seo TmM des tnentattoM
du Nn. ne. Ses euwaees publiés a Mte. en t5N. ifl.
Etmodn. Sec Mttet MtratMfM. a9!.
Ehw des pttneM eétM<M<dela dynastie d)tne!M des Wa. ~tî.
ËmtM()~ya<t').N!a.
ËnM, abM de We~m. MaUen de Ma wM;e m PatesUne. XXM,
«&
6pheM. Son TMM sur rEoMpe, tt<& M. –Son f~Hme. MO.
ËqotnMMe (!tene). S5?-
ËMtMM)6ae.UtXM,M. M, 6!, U9. <5!. i-R, NM,M!t,S69. SM.–SM
~atjtme adopté pat plusieurs MMopaphM du mo~Mt-aee.
aM.–Saea)rte s~en Stm)M)Las–Le Cantte était le tenne
des eenmbsaneM positives de ce tste~mptte sur t'tnde. Mt.
EjfBMnftandde BesteM. Son poème tenfenne dans tm inanme~t da
XtV'stecte.<M,«t.
&;<hh. M).
Esehyte. SM, at5.
JEscohno. Son NtstatM de Valence. LXXfX.
'M0<–

~tW9. ~a~tMHt M~ <~ <9~ ~!B~. «. y<mdt<)MM tôt.

6~)~<6tw~k!~t~~w
B~mto~~ t~btte.eM M~wMWM~ tM~d~m<~
<t'A«)mjM9.a)Ft!ST.
6tMep! ~M,<B, H, M. W, <M, «t9, )M.-M~tea de Mt<e
amtt~~opt<sM<tM.<M.€em)ea))teetteM«t)~eeMtM~
ta<n<~<<<~<tt~ppem<t~~f))! No" $lion "\11110-
<!M Mt~t <e ~MM était ea~ea~ -par hi Ceaw a6o& (<e
M)).)s~pt<w<awM~patMm~<'eMa:M.W.
CjtMearapportés pM t<HN<atnde <MwMe,au <tt)!etde M
p~a. M&
IhlIIopht
irigokm,a.
i'n~iewwMteaNoïsodoChet~e.M.
Mx~es eecMeMttes de eetM e<mtt<e Mhm tatfhM de S<htM<~
<S'
Mmq~bt)snaeaMcm~.<'ap~Mmtea.M.
ËUtteptem. 9t~ SM, a~. Ce que tea ~topeptm du m~en~e <m-
<en<a)entpar ee met. H& Les ËtHeptens sont les derniers
peuples <a mMt de t'AMtMe mmtHeBBtspar les 6~<!Mphes
<t) meyen.t~. <M.
ËtMeptms paw&, pays ~'tb habitaient. SS.
EteMe. eeMttM~ CM)wede tM~ntee. 78, tOS. &)M< des Arabes.
9M.
Même de Bïmnce. HHUH.
6toMes<taCM«t'w,eMeMh[deSmt.t<B.
Euclide. M, !H!. Suivi par MMB-Mamr.N.
Eod<tMde CaMe(voyez MMes).
Eomexe. ~9. ttsNgede cet auteur sur les cartes e<eSM'pMqnes
d'~ttttftt (voyezcartes).
Euphrate (Bea~). 5t, W, tS.
EaMpe. 38,0,65. M, <t0, tM, «9, iN, t8a. SM, N0, SNt, 9M, 35?,
SM,«H.
Sa pesMm seten Cosmas. 9. Ses MmKM.ta. –Sa forme M-
hm PttMtan. N8. Paysdtt Nord M.
.E<Mehe. NU.
EatMpe. t~t.
EastatheteSdMMMte.XVM.iM.
Enthymene de HaKeme. LXHt.
Etan(!tte de saint Lue. 39.
~a$
R~M,mMM<aoHtte. Oaot~a~e ~wtes ptOK~t~tetMMW~t)
M
e~aXtBMtt.OM.
~ta.M~

FaMes<o: !~m<es.«!t. t~a tanmMt&?? da et)tew. t6M.


tha~<Mt<)Mt~MM.
Pab~tetas.?< e<M~t~M M~~e«t~!et. tatfaftaMt,ctt~ XtV,MH,
M.M.t3,<n,t4T,«8.<6~SM.–8a~Mfe<6<M9WM.6t.
9!9.9M.M,<t<.
Mamet. Saej~M~M oa' M<«<<M<MffoM eM<?«<&tWataM.ZM
~.aM,SCT.!M.
FaN(p!~sdes).SK.
FmnM(tM).359.
Faafte).San MMete sur NfMWtM-tatM. MT.
P~Mn.S<ttaMtcatt<m<tMOMNeMJeCan)aame<t'Aa~e~ae. N6.
FMtoMM. <sa,«O. –AfMcteMoampb)qae sur ceMMnt.<M(voyez
mappemonde). –Ses coaMtsmnces cosmoantpMttMi).M
n'etatteuteettatMpotn~ptMa~neA~HO HeKe)t'M)~,Ma
toaKMnpomtn. iM, t!S. n ne eennatsNttpN tes festons
ttecoaveftes
par )Mt~rtaeab.St9. Son~at6meCMmo~t-
pMqMttesmoatagaMtte t'AstedtM&fe<taceluittePteMmëa.
!?. La terre,tnecanaesteM~e dans M mappenmade.
'Mt. SesanneMesBeafteedamh mappecMnde de M'as
deiW.Mt.
FtaadMS. 9n.
Fteaty.cM. XXXtV.64.
MeaveCetan(Mye!Oetaa)
FteuMMatva.<?.
FtoMMe.i9ï.
Ftems.m.
Fennateone. ?8. BpuMh,m <?!, ta mappemonde de Blanco.m
FoMtef.SenMtMst)rtesa&oaM~e<&MMt'ar<~<M,!S<.
FeKnnees.?,<t,«tM,66.(V<~e~cn)MrfM.)
ForttadTthan.SonMstoiMdes (Env)~ d'HainesMeM.SM.
Fo'trnier,eité.a88.
FMaceseo Barbe~M,amearduXtM'si~tte.S74.
j06S

~t~~w~t~~ti~M~
MdM$M. ~<~p~a<~e)HM<'MpMMtw~ <t tM~mdeSwmtM
~<~tWW<M9~&!)~t~<H~M~~m
-ehh'0~ ~ï.

f~Mt, cttt. ~SM. SmMem~M SMttTtMe de MoMe~r. n<


<)SMMe))tqa~)M~Mt~.<<Mh<MMM~~<eN~~
~tMptM~<~tt<M<<.Me.
Mtet.~M<!Mf<MMNMM.~

~t~(G~)t).t,M,~
6a<Mf.eom tnt!em de ta mCme~tM~.<?.
~tieB.asa.
fflse (royaumede). <3t.
<MM<~<at.
ettH~cM~Mo.
't~
C~Me M'~KtMM. aM.
CaMe (AnMnio), NsMfteB ([tneb, cité. tJ:)M.
<~mt (VmM de), e~tMtMamtmt pOTtagth. ~em~Mt<t<M«~a~f. t(C,
iM, MS, Ne, «a, <M.
Ctttee «~. M, M, eo. <M,w, Mt, aM. aoa, SM. M<, SM, t<9.
EffeaH dM B<etmphM MeMentOM, relativement"rembou-
ehaM de ce ttew. «i.
Les rtgtem au de& dn même Bame étaient mat cemMS des
ZoMpteM encore au eommeneemmt du XV' dtde. a!n.
Seatees de M Ceave dms la mappemende de HUMtte. !!?.
Ce <te)ne6Mt tenne ett ~anetot~t tea cMmatsMneesde pta-
sieurs eosmetfmphes do meyen- Mt.
C<ma(p~sde).t39.
GaM))MB<es.Paya qdils haMtatent. 8, 4t, M,aa, M, i~t, t~ <<
S08. teattton geot~apMqM de ces peaptes. <M.
Gam!e<r(M.),aKMtbte de Dijon. 39t.
CMbH. S<mBhtetK) de t'AstMaernie ehMetM. 9M.
aaaMes. peuples placés par tes eee~Mphe~ da m~en-t~e, ptesde
r0eémm!pedqoe.«.
<HmMttefd'Esptnet<texrd))Xn'~eete.aT4.
eaeMtter de Mett, aaMardo Xttb steete. XtV, i9!. aM. (Voyezfm<'<M
du NM«<het Jtfattpmto)~.)
~~t--

~III9,t., xv
6d~a~aM<MMa~dweM<M<a~.SM.
<MMa~~NNM'M<Mt~M9a~<))~S~
<MMf*.<<M.
e&t~. Mt. ~mratpMtttmM)r FAMmMqne as XtM*<<Me. MT
tMe~an~deBMea~M~'<!Me.XX!V,uaM~–Sm< <ye~!M
(~~npMqm~St.–<a<e.!as,Mt).se<tana~meatMt
rAM<taeoMMe)H)))te8'an<)M!teMettde~<t«<'op'~<w).s.
~WM'pMtM<M.(Veye)taeeta)Mk)
«eoemptes. t<N peMMeeo~mpaes (t'~t~MH. Mt. Mt-
CtosmnMe tta<M)tMUm t h), (Vt~ex ~r'M.) Cette atMbn~ &
N<~M~et<M~M<.sn.
CtegmpMe tM<Mm<t<tM de PMMmte. (V~M HaXm.)
Mett~Mte~eatMMteneeMtX'eMe~.tN.–NtetMMtpas
do pM<<~ an Xf atMe. M. Nt au XM' at!)cte; f<.
Les nK~aes «adtaot cepead~t, &ceMe<ten)t6M époque, tes
MtMs<!<e)!MtM<ptea.<M.
C<~mpMe a))<)teB)N<ta Patxatf. (Vo~MVMm.)–Cette <tes ~adeM.36X.
<H<wmpMeda mo;M4ge. t<mt~Mt eetto Mtence n'e pas tait de pM-
ttes an moyen-âge. XtV.
etemetrte. ?.
Ctmtd de CtemoM. Sa traduction d'Atteenne. M Mttadah, ax
XM'tieote, ptusteeK e)HM)te$des Afabe~.!BS.– PMsaKe tM
de cet autew. !N. Son MweiaUtate MMrh ~)<<Mff«MBt.
FMA
Cefbetft. (VoyezSitM~tM U.)
GerNm. t~ eatdtmt d'A!Mytut dM!e Mn Tm!M co~mogmpMqae. <SS.
Geftab de T!)b)tty, eoMMjpophe da XtU* sieete. Son oawage eosmo-
graphiqae. t0i.
)tmpb!qae~ i~, ita.
«H. <<?, l18, <8t,
i8i, Mt, 84t, 0):,
9li, Mt, A03;st0.-
*t~– M tl pta-
pla-
tatt te monde comme une Me fut m!Uende h mer et de tonne
<an~. «!T. OpMon de ce NMnt sur les deshateors des
mappemondes an X!H' stecte. SM.
Gétutes (Les), pays naMt6 par ces peaptes seton f<<M<n).M, <t.
CetnMe,province de t'AMone ancienne. 3!, 65, ~39, «t.
emMMjxrfhMtM. 344. (Voyez BM~<"<.)
Ctbndtar.'M.
Gil-Eannes, céttbM
CM-Eannes, cél8bro a~ria 9~T, $77.
portugais. SO?,
mt~n pettngah. an. Francbit, en «M,
FtMehtt, li34,
tes MmKesoos'anêtatent tes Mttgatents dn moyen~. <6t.
Batsons one M donne )'infmt B. Henr! poot rengager à
deaNef te MdoataMe Cap-Bojader. MO ·
~<–
ewttseMx. XV, <M,tM.a~