Vous êtes sur la page 1sur 146

Université Paris 8 Saint Denis

Master Professionnel 2
Communication numérique, conduite de projet et veille stratégique

Le Web et les organisations de la solidarité


internationale en France
Les enjeux et le développement des stratégies de communication et
des usages de l’Internet de trois Associations de Solidarité
Internationale. Le CRID, CCFD et RITIMO

Rédigé par Pablo Andres Castell R.


Sous la direction de M. Philippe BOUQUILLION

2006-2007
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

TABLE DE MATIERES
Remerciements …………………………………………………………….... 4
INTRODUCTION…………………………….......................................................... 5
Approche méthodologique………………………………………………….. 6

I. Contextualisation. Les Associations de Solidarité Internationale


françaises (ASI)………………………………………………………….….. 8

1.1 Initiatives à l’origine des ASI en France……………………………… 9


1.2 Les ressources des ASI. Sources de financement et dynamiques
économiques propres au milieu associatif…………………………….… 10
1.3 Les principales actions, axes et modalités d’intervention des ASI 12
1.4 Organisation et dynamiques de fonctionnement des ASI….............. 13
1.5 Conclusions partielles………………………………………………..… 15

II. Les sites Internet des ASI (Etudes de cas)

2.1 Contexte de l’étude. Présentation des ASI analysées ……………… 16


2.2 Caractéristiques et description générale des sites. Organisation et
présentation des contenus………………................................................ 20
2.3 Les contenus et l’offre éditoriale…………………………………….… 27
2.4 L’Internet et les sites WEB vus par les responsables des
ASI et par les responsables la communication et des sites Internet… 32
2.5 Le site Internet et la communication. Dynamiques internes,
gestion de contenus, ligne éditoriale, acteurs décisionnaires………… 33
2.6 Le public de la SI sur le Web. Principaux publics et
usages…………………………………………………………………...…. 35
2.7 Conclusions partielles………………………………………………. 41

2
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

III. Les ASI: Appropriation, usages, stratégies et activités sur Internet


(Phase d’analyse des résultats)……………………………………………... 42
3.1 Les usages d’Internet par les ASI. Des motivations multiples
des besoins divers et des niveaux d’appropriation inégaux………...… 42
3.2 Place de l’outil Internet dans les stratégies communicationnelles et
organisationnelles des associations………………………………………. 46
3.3 Le Web, un outil mal exploité ? ....................................................... 52
3.4 Le site Internet selon les acteurs ; dysfonctionnements internes
sources de tension ……………………………………………………….... 54
3.6 Conclusions partielles …………………………………………………. 56

IV. Phase de réflexion critique et propositions


4.1 Préconisations et propositions d’action …………………………….. 57
4.2 Conclusion générale……...…………………………………………… 61

Bibliographie ………………………………………………………………………. 64

Annexes …………………………………………………………………………….. 68

3
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Remerciements
Je remercie spécialement Monsieur David Eloy, rédacteur en chef de la
revue ALTERMONDES, Mlle Karine Besse et Monsieur Raphaël Megè du CRID,
qui ont participé à la relecture et la mise en forme définitive de ce mémoire.

Merci également aux responsables des associations, M. Bernard Pinaud et


M. Bernard Salamand et de la communication et des sites Internet M. Thierry
Brésillon, Mlle. Sandrine Chastang et M. Christophe Olivier, et merci également aux
membres de l’équipe du CRID structure qui m’accueilli pendant ma période de
stage.

4
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Introduction

Les démarches de communication et de transmission de l’information des


associations de solidarité internationale (ASI)1 sont multiples et constituent un enjeu
fondamental dans l’accomplissement de leurs objectifs. Ces stratégies de
communication sont, dans certains cas, un élément capital pour le bon
fonctionnement et le succès des ASI. L’Internet est devenu un outil indispensable
dans la mise en oeuvre de ces stratégies, mais il est utilisé différemment selon les
motivations, les objectifs et les publics visés par les associations.

Cette diversité génère des dynamiques de communication différentes pour


chacune des organisations. Il est question ici, donc, de déceler et comprendre ces
pratiques et de découvrir comment les ASI s’approprient et adaptent le Web à leurs
stratégies d’information, de communication, de promotion et dans certains cas de
marketing. Et de savoir si l’Internet est véritablement un outil indispensable pour le
bon fonctionnement des ASI.

Ce travail prend le défi de décrire, de rencontrer et interroger trois acteurs


du milieu des ASI et d’analyser leurs différentes pratiques informationnelles et
communicationnelles pour ainsi comprendre comment leurs sites Internet
répondent et sont en cohérence avec les logiques de circulation d’informations et
de communication des associations. Et de savoir également quelle est la place que
ces outils occupent dans les stratégies des organisations et s’ils sont un moyen
déterminant pour atteindre leurs buts.

1
« Les associations françaises préfèrent la dénomination d'association de solidarité internationale
(ASI) au concept d’ "organisation non gouvernementale"(ONG), à connotation négative mais qui
prévaut au niveau européen ou international ». Explique Jean-Marie Hatton dans « Les organisations
de solidarité internationale (OSI) repères historiques et structuration dans leurs relations avec les
pouvoirs publics » Texte paru sur le site du HCCI (www.hcci.gouv.fr).
Tout au long de cette étude, nous utiliserons la dénomination de ASI pour nous référer à ce type
d’organisation.

5
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

L’objectif de cette étude est donc de participer à la réflexion sur les


stratégies communicationnelles mises en place par les associations, de faire des
propositions et de comprendre les enjeux et le développement des dynamiques de
communication et des usages de l’Internet des Associations de Solidarité
Internationale.

Dans ce contexte, et pour nous rapprocher des différentes démarches


communicationnelles, nous allons étudier et analyser les activités de trois
associations ainsi que leurs sites Internet. 2 Les associations étudiées sont le
CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement), RITIMO
(Réseau des Centres de documentation et d’Information pour le Développement et
la solidarité internationale) et le CCFD (Comité Catholique contre la faim et pour le
développement).

Le milieu associatif de la solidarité internationale étant très vaste, ce travail


ne prétend pas être exhaustif, néanmoins l’étude des trois structures se veut une
approche exploratoire qui permettra de comprendre d’une manière globale l’univers
associatif, ses contrastes et ses différences au niveau de la communication et de
l’appropriation et l’usage de l’outil Internet.

Approche méthodologique et plan

La méthodologie employée fait principalement appel à l’étude et à l’analyse


de documents traitant du monde associatif français, ainsi qu’à des études et des
ouvrages mettant en lumière les corrélations entre le domaine associatif et ses
activités de communication, transmission d’informations et promotion sur Internet.

Cette étude se basera sur des entretiens menés sur le terrain avec
différents membres des trois associations (les délégués généraux, les chargés de la

2
Les associations étudiées font partie du CRID (Centre de Recherche d’Information pour le
Développement), plate-forme française des ASI, où j’ai réalisé un stage pendant la période du mois
de mars au mois de septembre 2007, dans le cadre de la validation du diplôme de Master 2 en
« Communication numérique : conduite de projet et veille stratégique. »

6
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

communication et les chargés des sites Internet) et également sur l’analyse des
sites Web des trois structures.

A partir de ces éléments, l’étude se développe en trois grandes parties, la


première correspond à une contextualisation et description du domaine associatif
de la solidarité internationale en France. Son évolution, la situation actuelle et son
mode de fonctionnement.

La deuxième est un regard porté sur les acteurs de la SI et la façon dont ils
s’approprient et se servent du réseau Internet et comment ces usages répondent à
des motivations et à des objectifs très divers. Cette partie ce base
fondamentalement sur l’analyse des sites Internet3 et les résultats des entretiens
avec les membres des trois associations. L’intérêt de cette phase du travail est de
déterminer les décalages entre les pratiques réelles des ASI et les apparentes
potentialités du média Internet.

En partant des éléments décelés tout au long de ce travail, la dernière


partie propose un ensemble de critiques constructives, propositions et perspectives
pour les ASI concernant les usages, les enjeux et le développement de l’outil
Internet au sein de leurs structures.

3
Grille d’analyse proposée par l’académie de Dijon. Cette grille fait partie d’un document produit à
partir des travaux conduits au séminaire des formateurs TPE de l'IUFM de Bourgogne en juin 2000. Il
vise à recenser les compétences documentaires et informationnelles attendues ou susceptibles d'être
mobilisées et évaluées dans la réalisation des TPE (travaux personnels encadrés).

7
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

I. Contextualisation. La solidarité Internationale en France.

En France il existe des milliers d’associations dites « loi de 1901 »4, parmi
ces innombrables associations, une bonne partie d’entre elles développent leurs
activités dans le domaine de la solidarité internationale, cependant aujourd’hui
personne ne connaît avec exactitude leur nombre. D’après le recensement réalisé
par RITIMO, elles seraient 6865, mais pour les experts ce chiffre est très loin de la
réalité6. Ajouter à cela, la Solidarité Internationale et l’humanitaire est un domaine
qui ne cesse de se développer et de nombreuses associations ont vu le jour au
cours de ces dernières décennies. En effet, le milieu des ASI est très riche,
multiple et complexe. Ces organisations ont des démarches, des modes
d’intervention divers, des thématiques et origines différentes, des zones d’action
variées, des intérêts et des objectifs multiples.

Alors pour comprendre les stratégies de communication, de transmission


de l’information et de marketing mises en place par les ASI et pour découvrir
également quelle est la place de l’outil Web au sein de ces stratégies, il est capital
de parcourir globalement le mode de fonctionnement et les caractéristiques
générales du secteur de la solidarité internationale. Tel est le sujet que cette
première partie entend aborder.

4
Une association loi 1901 est, en France et dans de nombreux pays colonisés à l'époque par la
France, une association à but non lucratif, qui relève de la loi du 1er juillet 1901, mise en place par
Waldeck-Rousseau (ex-ministre de l'Intérieur, alors président du Conseil), et du décret du 16 août
1901. En janvier 2006, il existait en France plus d'un million d'associations et on estime que les
salariés des associations représentent 8% de l’emploi en France.

5
D’après le répertoire des ASI édité par RITIMO (Réseau des Centres de documentation et
d’Information pour le Développement et la solidarité internationale). Publié en collaboration avec le
CCD (Comité de Coopération Développement), le DgCID (Direction Générale de la Coopération
internationale et du développement) et le Ministère des Affaires étrangères. 2007

6
Commissariat général du Plan « L’état et les ONG : pour un partenariat efficace » La documentation
française. Paris 2002.

8
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

1.1 Les Initiatives à l’origine des ASI 7

D’une manière générale les ASI naissent de sept types d’initiative :


Premièrement, répondant à une initiative de personnes privées, comme une
grande partie d’associations de solidarité internationale et des ONG en général.

Un deuxième type d’initiative est celle des pouvoirs publics, un exemple


de ce genre de ASI c’est la plate-forme EDUCASOL (Plate-forme pour l’éducation à
la solidarité Internationale et au développement) créé en 2004 grâce au soutien de
8
la DgCID (Direction Générale de la Coopération internationale et du
développement) ou encore le Comité français pour la solidarité internationale
(CFSI).

En troisième lieu, les institutions privées sont également à l’origine de la


création de certains ASI, par exemple en 1961 un regroupement des mouvements
d’action catholique ont créé le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le
Développement) et en 1947 suivant une décision de l’épiscopat français le Secours
catholique fut créé.

Un autre type d’initiative assez répandue en France - le quatrième - est


celui de personnes ayant une même profession, de nombreux exemples : Médecins
sans frontières, Médecins du monde, Reporters sans frontières, Ingénieurs sans
frontières, etc.

Un cinquième modèle d’initiative est celui des associations elles-mêmes


qui en se regroupant ou en ajoutant des volets à leurs activités créent des nouvelles
structures associatives, tel est le cas du CRID (Collectif d’associations) ou des
volets internationaux d’autres organisations.

Le sixième groupe d’ASI comprend celles nées de l'initiative de personnes


privées, issues des migrations internationales, qui ont créé des organisations de

7
Op. Cit. Réf. 6
8
La DgCID est une direction du Ministère des affaires étrangères.

9
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

solidarité internationale pour travailler pour le développement de leur pays d'origine.


Elles se ressemblent au sein du FORIM9

Finalement il existe un dernier type d’initiative, celle des associations de


retraités qui se mobilisent en faveur des pays en développement en mettant leurs
compétences au service de l’organisation. Un exemple est le GREF (Groupement
de Retraités Educateurs sans Frontières)

Cette typologie construite à partir des origines des structures est loin de
définir le secteur des ASI, mais permet néanmoins d’avoir une première approche
du milieu associatif, de sa complexité et de sa diversité.

1.2 Les ressources des ASI. Sources de financement et dynamiques


économiques propres au milieu associatif.

La quantité et l’origine des ressources financières sont des facteurs


déterminants des capacités d’action d’une association, de sa marge de manoeuvre
et de sa capacité de proposition, comme pour n’importe quel entreprise d’ailleurs.
Ces ressources peuvent être d'origine publique ou privée. Ainsi les ressources
privées des associations de solidarité internationale françaises découlent
principalement de dons privés (pour plus de 60%)10, de dons ou de financements
d'entreprises, de fondations, de la vente de produits, entre autres. Ces fonds
arrivent dans les associations à travers deux modes de collecte, premièrement la
quête auprès du grand public, ce type de collecte est caractéristique des grandes
associations et fait appel quasi automatiquement aux méthodes de marketing
direct, quelques exemples de ces ASI sont : Médecins sans frontières, Action
contre la faim, le CCFD, Aide et Action, La Croix Rouge et Handicap International
entre autres. Le deuxième mode de collecte de fonds se fait auprès de structures
privées telles que les associations, les fondations, les entreprises.

9
Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations
10
Chiffres à partir de la synthèse « Le panorama des associations françaises de solidarité
internationale » publiée sur le site du HCCI (www.hcci.gouv.fr). Texte qui reprend l’ouvrage du
Commissariat général du Plan « L’Etat et les ONG : pour un partenariat efficace ».

10
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les 40% restant des ressources sont d’origine publique et proviennent


principalement des subventions octroyées par des organismes de l’Etat, tels que le
Ministère des affaires étrangères (MAE), l’Agence française de développement,
Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports , les collectivités territoriales, etc.
Et d’un autre côté les ASI reçoivent des subventions de la part d’institutions
internationales, comme par exemple les organisations du système des Nations
Unies et l’Union européenne11.

Ces chiffres correspondent à l’ensemble des ASI en France, cependant


chacune des associations définit des modes de financement différents, prenons
comme exemple les trois associations qui font l’objet de cette étude : pour le CCFD
seulement 9% des fonds proviennent des subventions publiques et 91% de fonds
privés, pour RITIMO 50% des fonds sont d’origine publique et l’autre moitie vient du
secteur privé et finalement pour le CRID les ressources provenant du secteur public
sont plus importantes (environ 65%) que celles récoltées dans le privé.

Outre la différence dans les modes de financement, le budget des


associations de solidarité internationale est également inégal, reprenons nos trois
cas d’étude : en 2001 le budget du CCFD était de 29M€12 environ, celui de RITIMO
s’élevait a 2.464K€13 en 2005 et pour le CRID le budget 2006 était de 1.200 K€14.

Cette hétérogénéité dans la quantité des ressources et dans les modes de


financement des associations est capitale dans la façon dont elles vont se
positionner par rapport à la communication institutionnelle et à l’utilisation de l’outil
Internet. Ainsi, les ASI qui dépendent des fonds privés, développent des stratégies

11
L’Union européenne, étant le principal bailleur de fonds des ONG françaises, a financé plus d'une
centaine d'associations françaises, en 1999, pour un montant proche de 140 M€; les organisations
des Nations Unies, essentiellement le PNUD et le HCR, ont financé vingt deux ONG françaises, en
1999, pour plus de 23 M€. (Chiffres publiés sur « Le panorama des associations françaises de
solidarité internationale » sur le site du HCCI www.hcci.gouv.fr)

12
Chiffres publiés sur le site de Coordination SUD (Coordination Nationale des ONG Françaises de
Solidarité Internationale)

13
Op. Cit. Réf. 10

14
Chiffres publiées sur le « Rapport financier du CRID 2007 »

11
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

de communication et de promotion plus élaborées que les associations qui


obtiennent leurs ressources des bailleurs du secteur public. Pour les premières, il
existe une préoccupation constante pour montrer et valoriser son image et l’Internet
constitue un outil important dans cette démarche, comme l’affirme Antoine
Vaccarès, président du Cerphi (Centre d’étude et de recherche sur la philanthropie)

«Avec Internet, les associations peuvent toucher de façon proactive les


donateurs potentiels... Avec Internet, les nouveaux donateurs se déterminent donc
eux-mêmes et à moindres frais en fonction de l’actualité. Il n’y aura peut-être pas de
nouveau tsunami à court terme, mais il y aura d’autres événements qui
interpelleront l’opinion publique mondiale dont le vecteur principal est désormais ce
réseau informel que représente la toile. »15.

Tandis que pour les ASI dont les fonds publics représentent une source de
financement plus importante, l’approche communicationnelle paraîtrait moins
primordiale, parce que à priori elles ne cherchent pas à toucher le grand public ou à
renforcer leur image de « marque ».

1.3 Les principales actions, axes et modalités d’intervention des ASI.

D’une manière générale et par définition les actions des ASI se développent
essentiellement dans les pays du sud. Les domaines d’activité des ASI françaises
sont très variés et Il est difficile de définir des catégories figées. Cependant et
suivant la classification faite par Coordination Sud 16 on peut les classer en cinq
grandes catégories : les ASI d’urgence, les ASI d’appui au développement, les ASI
du commerce équitable, les ASI de plaidoyer (lobbying), les ASI d’éducation au
développement et à la solidarité internationale.

15
« L’e-solidarité, une nouvelle forme de mobilisation » étude quantitative réalisée sous la direction
de Jean di Sciullo. Publiée par MSN actions solidaires. P.7

16
« Présentation du secteur des ONG françaises ». Article paru sur le site de Coordination sud.
http://www.coordinationsud.org/spip.php?article770

12
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Cette classification reste cependant approximative étant donné qu’un grand


nombre d’associations travaillent dans plusieurs domaines en même temps. Par
exemple le CCFD, qui travaille sur l’appui au développement, mène également des
actions dans le domaine de l’éducation au développement et dans le terrain du
plaidoyer. D’autres telles que Action contre la faim, Médecins du monde ou
Handicap International mènent des actions aussi bien dans le domaine de l’urgence
que dans les actions de développement et du plaidoyer. Outre les cinq thèmes
principaux, les ASI rejoignent également les activités menées par d’autres secteurs
associatifs comme ceux de l’environnement, de la défense des droits humains et
des droits sociaux.

1.4 Organisation et dynamiques de fonctionnement des ASI.

Le milieu des ASI en France se caractérise par une forte tendance à se


rassembler et créer des liens autour de structures collectives (réseaux, collectifs,
plates-formes et coordinations). Dans ce contexte et d’une manière globale, 4 types
de regroupement constituent le cœur du domaine associatif de la solidarité
internationale :

17
Les regroupements géographiques: Sont des structures multi
associatives constituées pour mener des actions dans des pays et des régions
spécifiques.

Les regroupements thématiques :18 Les ASI s’organisent également autour


des thèmes et des domaines d’action communs.

17
D’après le répertoire 2007 des acteurs de la solidarité internationale publiée par RITIMO : Il existe
huit regroupements géographiques principaux:

1. Le programme d’échanges et d’appui institutionnel des plates-formes ONG et de leur coalition


régionale 2 .Le comité PECO (Comité pour les partenariats avec l’Europe continentale)
3. La coordination Française pour la paix en Colombie
4. Collectif Haïti de France
5. Hetsika Diaspora France
6. PAFHA (Plate-forme d’Associations Franco-Haïtiennes)
7. Plate-forme des ONG Françaises pour la Palestine
8. REFAC (Réseau France Afrique Centrale)

13
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les campagnes :19 Ce type de regroupement est de caractère temporaire,


les ASI se réunissent de manière ponctuelle pour débattre et travailler autour d’un
événement ou d’un sujet particulier.

Une dernière catégorie d’organisation est : les regroupements


transversaux (ou généralistes) 20 : Comme son nom l’indique, ce type de
regroupement est beaucoup plus large et répond généralement à un besoin de
rassemblement des associations, pour être représentées et promouvoir leurs
actions auprès des instances publiques nationales et internationales. Ces
regroupements sont composés par un éventail très varié de structures (des
associations, des collectifs d’associations) qui travaillent dans divers domaines de
la SI.

Le caractère « collectif » du milieu associatif est un autre facteur déterminant


dans les stratégies de communication et de promotion des ASI, parce que, au-delà
de la communication « individuelle » de chaque structure, il y a un besoin de
communication inter associative, d’échange des informations et de valorisation du
travail en commun. Alors, les stratégies des associations ne se limitent pas

18
17 regroupements thématiques ont été recensés par RITIMO et le CCD, parmi eux on retrouve :
1. Action mondiale contre la Pauvreté -France
2 .FHF (Fédération Hospitalière de France)
3. MES (Mouvement pour l’économie solidaire)
4. Plate-forme Dette et développement
5. Plate-forme EDUCASOL (Plate-forme d’Education au Développement et à la Solidarité
Internationale)
6. Plate-forme française. Contrôlez les armes
7. Plate-forme pour le commerce équitable
8. Plate-forme paradis fiscaux et judiciaires

19
Parmi les campagnes les plus visibles, nous retrouvons :
1. La quinzaine du commerce équitable
2. La semaine de la solidarité Internationale
3. Alimenterre (collectif européen engagé dans les actions de plaidoyer en faveur de la souveraineté
alimentaire)
4. Etat d’urgence planétaire 2007 (campagne d’interpellation des candidats aux élections 2007 en
France, sur des thèmes de solidarité Internationale)
20
Dans « l’Etat et les ONG : pour un partenariat efficace » Ouvrage du commissariat général du Plan.
9 regroupements sont présentés, parmi eux :
1. Coordination SUD (Elle regroupe 5 collectifs d’ASI qui représentent plus de 120 associations)
2. CLONG Volontariat (Comité de Liaison des ONG de volontariat, composée par 14 associations)
3. CRID (Centre de Recherche et d’Information pour le Développement, composé de plus de 50 ASI)
4. FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationale Issues des Migrations, composé
d’une vingtaine d’ASI)

14
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

simplement à sensibiliser un public ou à capter des ressources, mais également à


établir un réseau «associatif », à le faire visible et à avoir une place au cœur de ce
même réseau. L’Internet serait ainsi devenu un endroit où la notion de collectif se
développe et se renforce naturellement et dont les associations ne peuvent se
passer, en effet la présence sur le réseau « virtuel » faciliterait la création, le
renforcement et la valorisation des liens entre les acteurs.

Ainsi à travers les sites Internet, le réseau de la solidarité internationale se


fait « visible » aux yeux du public (grand public, spécialistes, chercheurs, membres
des ASI, les autres ASI, les représentants des pouvoir publics, etc.) et les
associations peuvent également se montrer et relayer leurs actions.

1.5 Conclusions Partielles

La quantité et l’origine de ressources de financement sont des facteurs


déterminants des capacités d’action d’une association, de sa marge de
manoeuvre et de sa capacité de proposition.

A travers les sites Internet, le réseau de la solidarité internationale se fait


« visible » aux yeux du public et les associations peuvent également se
montrer et relayer ses actions.

L’hétérogénéité par rapport à la quantité des ressources et des modes de


financement des ASI est capitale dans la façon comme elles vont se
positionner concernant la communication institutionnelle et à l’utilisation
de l’outil Internet.

Le milieu de la SI est complexe et vaste et tel que nous l’avons pu


constater dans cette contextualisation, il existe des nombreux acteurs,
avec des caractéristiques très diverses et correspondant à des multiples
typologies.

15
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

II. Les sites Internet des ASI. Etudes de cas

2.1 Contexte de l’étude. Présentation des ASI et éléments analysés.

Le milieu de la SI est complexe et vaste. Tel que nous avons pu le constater


dans cette contextualisation, il existe de nombreux acteurs, avec des
caractéristiques très diverses et correspondant à de multiples typologies. Dans ce
contexte il s’avérait donc nécessaire de délimiter le terrain de l’étude. Pour ce faire
nous avons choisi de travailler sur trois structures associatives assez hétérogènes,
et qui représentent très bien la diversité du milieu, par rapport à leur taille, à leur
capacités financières, à leur terrains d’intervention, à leur stratégies et politiques
communicationnelles, à leur objectifs, entre autres. Tel qu’il a été mentionné dans
l’introduction, les trois associations sont : le CRID, RITIMO et le CCFD. Voilà
quelques caractéristiques générales de ces trois associations :

Le CCFD (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) 21 :

C’est la plus importante organisation française de solidarité internationale


dans le domaine du développement. Placé sous le patronage des évêques de
France, il se compose aujourd’hui de 29 mouvements et services de l’Eglise
catholique. Le CCFD a un budget annuel de 29M€ (provenant principalement de
fonds privés). Il travaille dans 70 pays où il soutient plus de 600 projets.

Le CCFD soutient des projets de développement (éducation, sécurité


alimentaire, droits de l’homme, développement local...) et mène des actions
d’éducation au développement et de sensibilisation de l’opinion publique française à
la solidarité internationale.

Le site Internet du CCFD est un site majeur dans le domaine de la solidarité


internationale en France. Il occupe la 6éme place du classement des sites de SI.
21
Les informations sur le CCFD, se trouvent sur le site de Coordination sud.

16
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Cette classification répond à son niveau d’autorité et au niveau de concentration de


liens avec les autres sites. 22

Le CRID (Centre de Recherche et d’Information pour le développement)23 :

Fondé en 1976 par 8 associations, le CRID a pour objectif de produire une


réflexion sur le développement et la coopération internationale. Il rassemble une
cinquantaine d’associations de solidarité internationale (ASI) françaises. Le CRID
bénéficie du statut consultatif auprès du conseil économique et social des Nations
Unies. Le budget du CRID pour l’année 2006 était de 1.200 K€ dont une grande
partie provienne du secteur public (65%).

Le site Internet du CRID est également un site important dans le domaine


de la solidarité internationale en France. Il occupe la 16éme place du classement
des sites de SI. Cette classification répond à son niveau d’autorité et au niveau de
concentration de liens avec les autres sites.24

Cette concentration est liée au fait que le CRID est une plate-forme qui
rassemble 54 ASI, donc des liens sont nécessairement créés.

RITIMO (réseau des centres de documentation et d’information pour le


développement et la solidarité Internationale)25 :

Il regroupe en réseau plus de 80 lieux d’information et d’animation sur la solidarité


internationale, ouverts au public, dans toute la France.

22
Noémi Schneider. Organisation et formats documentaires de la solidarité internationale sur le Web.
Etude e-cologique des principaux sites francophones. Mémoire DESS CONSERVATOIRE
NATIONAL DES ARTS ET METIERS INSTITUT NATIONAL DES TECHNIQUES DE LA
DOCUMENTATION. 17 octobre 2005.
23
Informations sur le CRID. Op. Cit. Réf. 21
24
. Op. Cit. Réf. 22

25
Les informations sur RITIMO Op. Cit. Réf. 21

17
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Le réseau RITIMO a été créé pour favoriser le travail commun des centres
de documentation et d’information tiers-monde français. Ce réseau se compose de
45 associations membres gérant un centre de documentation et d’information sur
tous les thèmes touchant à la solidarité internationale, auxquelles s’ajoutent 40
organismes relais, ouverts également au public. Le budget de RITIMO pour l’année
2005 s’élevaient a 2.464K€. (Repartis à 50% entre des fonds provenant du secteur
public et 50% du privé)

Le site Web de RITIMO est également un site majeur dans le domaine de


la solidarité internationale en France. Il occupe la 9éme place du classement des
sites de SI. Cette classification répond à son niveau d’autorité et au niveau de
concentration de liens avec les autres sites.26 RITIMO est un réseau d’informations
sur la solidarité internationale et c’est ce statut qui lui donne un haut degré
d’autorité dans le domaine. RITIMO travaille avec de nombreux partenaires. Il
diffuse la parole des ASI et la société civile et de plus il est relais de nombreuses
campagnes d'opinion. Ainsi qu’une base de données qui rassemble de nombreuses
ressources sur la SI.

Dans ce cadre cette deuxième phase du travail s’appuie sur l’analyse des
sites Internet 27 et les résultats des entretiens avec les responsables des trois
associations28.

26
Op. Cit. Réf. 22

27
Grille d’analyse proposée par l’académie de Dijon. Cette grille fait partie d’un document produit à
partir des travaux conduits au séminaire des formateurs TPE de l'IUFM de Bourgogne en juin 2000.
Voir annexe 3. Analyses des sites.

28
Voir annexe 2. Entretiens avec :

Pour le CRID :
M. Bernard Pinaud ex-Délégué général
M. Raphaël Mége chargé de la communication et du site Internet.

Pour le CCFD :
M. Bernard Pinaud. Directeur de la vie associative au CCFD
M. Thierry Brésillon, responsable de la communication et du site Internet
M. Christophe Olivier chargé du site Internet.

Pour RITIMO :
Mlle. Sandrine Chastang, Chargée de la communication et du site Internet.

18
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Dans un premier temps, il est question de faire une approche se voulant


« objective » des sites Web. Ainsi, cette analyse a été réalisée avant tout contact
avec les membres des associations. Le but poursuivi était de pouvoir comparer les
résultats de l’analyse avec les réponses obtenues lors des entretiens. L’analyse des
sites comporte 4 volets principaux :

a. Des renseignements généraux sur l’auteur (qui ? comment ?


pourquoi ? compétences de l’auteur) et sur l’objectif éditorial
b. Le public visé par le site (tenant compte des contenus développés)
c. Des éléments sur les informations données et sur le contenu des
sites.
d. Des renseignements sur l’organisation et la présentation des
contenus.

Ces quatre volets ont permis de prendre connaissance des structures et de


comprendre d’une manière globale comment les organisations utilisent l’outil
Internet. L’étape suivante, a été de rencontrer les personnes qui travaillent dans les
associations, dans ce cadre, deux types d’acteur ont été interviewés : d’abord les
personnes qui sont en lien direct avec la communication et les sites Internet
(chargées de la communication et chargés des sites) et ensuite les « décideurs »,
des gens qui ne sont pas directement en relation avec l’outil mais qui du fait de leur
statut sont amenés à définir les stratégies générales de communication et de
promotion des structures. Dans ce contexte il s’agira maintenant de donner les
caractéristiques générales des sites et d’approfondir sur les contenus, les
fonctionnalités, les dynamiques de fonctionnement, les usages et les publics.

Mr. Bernard Salamand, Délègue général

19
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2.2 Caractéristiques et description générale des sites. Organisation et


présentation des contenus.

CCFD29
http://www.ccfd.asso.fr/ (Voir figure 1. Page d'accueil du site du CCFD)

La page d’accueil est explicite concernant la mission et les objectifs du


CCFD dans le domaine de la solidarité internationale et sur le désir d’impliquer des
visiteurs dans les actions du CCFD. Les informations et les rubriques de la page
d ‘accueil soulignent bien la présence et le caractère dynamique de l’association
dans le monde de la SI.

On observe une organisation de l’information en 3 axes, un axe « informatif :


les derniers infos, les derniers dossiers…» principalement sur la zone centrale. Un
axe « communicationnel : Le CCFD et l’éducation à la solidarité, le CCFD et
soutenir le développement, l’association ; qui sommes nous ? » sur la zone (menu)
haute où on parle principalement du CCFD. Et un troisième axe « participatif et
d’implication » dans la zone gauche où le visiteur peut accéder aux informations sur
les régions, sur les campagnes, il peut également s’inscrire à la newsletter et peut
faire un don à l’association. Concernant les dons, l’accès à cette partie du site est
bien mis en avant et l’utilisateur peut y accéder de plusieurs façons.

Une faiblesse de la page d’accueil est que certains éléments ne sont pas
titrés et ne correspondent pas à un critère de « classification », il s’agit plus
exactement des 3 bandeaux présents sur la zone gauche (voir : « imposer n’est pas
négocier », « we feed the world », « biens mal acquis profitent trop souvent » et
« appel pour une autre Afrique »). On se doute bien que ce sont des campagnes de
SI, mais on a l’impression que leur place ne répond pas à un critère d’organisation.

D’une manière générale : il est facile de se déplacer (aller-retour, retour page


d’accueil, plan du site) dans certaines rubriques ; celles qui sont dans la zone
centrale de la page d’accueil : « Dernières infos », « dossier principal (migrations) »
et « dans les médias ». Pour ces pages il y a un lien retour sur la page d’accueil.

29
Voir annexe 3.1 Analyse du site du CCFD

20
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les illustrations utilisées correspondent bien aux contenus qui sont


présentés. Cependant il y a certaines pages où l’utilisation des images semble
désorganisée et sur exploitée.

Figure 1. Page D'accueil du site du CCFD

21
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Le design est travaillé, coloré et bien structuré. Cependant il y a une certaine


saturation de l’espace à cause d’une sur-utilisation des images, spécialement dans
la page d’accueil. Sur cette page, le type de texte choisi est lisible et il y a une
harmonie entre le fond et les textes. Mais dans le cas de certains dossiers, les
couleurs des fonds et des polices ne sont pas appropriées pour une bonne lisibilité.
Certaines pages ne suivent pas la charte graphique de la page d’accueil.

Cependant cette démarche est délibérée, dans un souci de différenciation


entre les campagnes propres au CCFD et des campagnes auxquelles l’association
participe mais dont elle n’est pas le seul acteur. Lors de l’entretien avec Thierry
Brésillon ce point a été clarifié : « Quand on est sur des dossiers ou sur des
campagnes en particulier, il y a des éléments qui ont leur propre identité, c’est a
dire qu’on est sur des campagnes qui sont spécifiques et temporaires et qui ont leur
propre charte graphique… Par contre là où on essaie de conserver une identité
graphique c’est dans les dossiers qui sont propres au CCFD, au niveau de nos
dossiers on essaie de renforcer l’unité…»

Ainsi les informations présentées permettent de comprendre les enjeux de la


solidarité et du développement à partir d’une « vision CCFD » et d’orienter les
utilisateurs vers la participation active. L’image de l’organisation a une place
fondamentale dans la structuration et le développement des contenus sur le site. Le
site communique aussi sur les projets de partenariat (financement et support
pédagogique) que l’association mène avec les pays du Sud, sur sa dimension
internationale (présence dans plusieurs pays) et sur son implication dans beaucoup
de chantiers de la SI. Les buts visés sont tangibles (informer, communiquer,
revendiquer son rôle, récolter des dons et amener les gens à participer activement
avec le CCFD et Valoriser l’image de l’association). On peut distinguer très
clairement une démarche plus communicationnelle.

22
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

CRID30
http://www.crid.asso.fr (Voir figure 2. Page d’accueil du site du CRID)

La page d’accueil n’est pas précise par rapport à la fonction du collectif.


Elle montre, certes, une volonté de hiérarchisation de l’information à travers les
quatre rubriques principales, mais certains contenus ne répondent pas à un critère
d’organisation particulière. Les textes d’introduction aux articles ou encore certains
logos (liens) vers des sites partenaires ne répondent pas à une hiérarchisation
quelconque (il n’y a pas un titre ou un élément graphique qui les distingue) et cela
nuit à la lecture du site.

Une autre faiblesse de la page d’accueil est que les titres de rubriques sont
pas toujours explicites, par exemple : s’Informer (mais sur quoi ?) comprendre
(quoi ?), etc. Malgré ces problèmes de renseignement cités antérieurement, la
structure de la page d’accueil est simple et elle contient quatre zones de navigation
bien définies. D’une manière générale : il est simple de se déplacer (aller-retour,
retour page d’accueil, plan du site). L'outil de recherche doit être repensé en ce qui
concerne sa position dans la page et sa taille, cela étant dit il fonctionne
correctement. Finalement la vitesse de chargement du site et des différentes pages
n’est pas très performante, cependant il est probable que ce soit à cause du
serveur ou de la connexion utilisée.

Au niveau graphique, le site du CRID est pauvre en illustrations. Il n’y a


aucune ressource multimédia autre que les documents à télécharger. Mais, ceci est
justifié par la politique éditoriale de la association. Le design est très simpliste, les
ressources graphiques sont quasiment inexistantes, il y a un usage des couleurs
très limité. Le site est trop statique et il manque d’éléments plus « attirants » et qui
donnent plus de dynamisme à l’utilisation. (Menus dépliants, de boutons plus
colorés (au delà du simple texte))

Dans son site Internet, l’organisation met en avant ce caractère collectif et


renforce son niveau d’autorité dans son domaine d’activité. (Voir les rubriques et
sous-rubriques membres) La compétence de l’organisation, au moins en ce qui

30
Voir annexe 3.2 Analyse du site du CRID

23
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

concerne le domaine de la solidarité internationale ne fait aucun doute. Dans ce


contexte les buts visés sont clairs (informer, revendiquer et relayer) et d’après cette
analyse et les entretiens, le site accomplit ces objectifs.

Figure 2. Page d'accueil du site du CRID

24
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

RITIMO31 (Voir figure 3. Page d’accueil du site de RITIMO.)


http://www.ritimo.org/

La page d’accueil est explicite par rapport à la fonction de l’association. Les


informations sont bien hiérarchisées à travers les deux menus : Haut – centré sur le
rôle de RITIMO et sur les ressources pour approfondir sur le sujet de la SI et un
menu Gauche – centré sur les informations directement accessibles sur le site
concernant la SI. Dans la zone Centrale l’auteur fait également une présentation
de son rôle et met en avant les informations et les outils du site pour s’informer sur
la SI : une collection de fiches thématiques, des bases de données et l’accès à la
bibliothèque internationale « rinoceros ».

Enfin une carte interactive permet de chercher le centre RITIMO le plus


proche. Celle-ci permet de comprendre que le site est aussi une passerelle entre
les infos de base (disponibles sur le site) et les centres de documentation et relais
RITIMO en France.

La structure générale de la page d’accueil est simple et bien organisée, la


navigation est plutôt logique et une grande partie de cette « logique » se base sur
l’usage de couleurs32. Ainsi l’utilisateur peut s’informer sur RITIMO (rôle / fonctions
/ publications / bases de données / liens et ressources / où trouver un centre
RITIMO), en restant sur les rubriques du menu Haut en couleur orange. Et s’il veut
avoir des informations de base sur la SI directement sur le site il peut aller sur la
zone gauche – diverses couleurs (comprendre, agir, rendez-vous, annuaires,
bibliothèque, Education au développement et espace jeunesse).

Autre élément qui rend la navigation plus agréable c’est l’utilisation


permanente des couleurs. Ainsi les pages qui correspondent à une rubrique ont la
même couleur que celle-ci. Globalement il est facile de se déplacer (aller-retour,
retour page d’accueil, plan du site), l'outil de recherche fonctionne correctement
ainsi que la carte interactive et finalement la vitesse de chargement est bonne.

31
Voir annexe 3.3 Analyse du site RITIMO
32
Pour plus d’informations voir l’annexe 3.3 contenant l’analyse du site

25
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Figure 3. Page d'accueil du site de RITIMO

26
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Le design est simple, aéré et coloré, il est très agréable visuellement.


L’usage des ressources multimédias est limité, cependant l’usage des couleurs et
très bien maîtrisé et donne du dynamisme au site. Le site est moyennement illustré
et les images utilisées sont pertinentes avec les sujets traités. Autre élément qui
fait que le site est moins statique, c’est l’utilisation des menus déroulants et de
petites fonctionnalités comme la carte interactive. Pour finir le type de texte choisi
est lisible et il y a une harmonie entre le fond et les textes.

Cette description générale des sites (à partir de l’analyse des pages


d’accueil) met en évidence leurs différents degrés de développement. Il est clair
qu’au niveau présentation et organisation le site du CCFD est disons plus « réussi »
que celui de RITIMO et ce dernier l’est plus que celui du CRID. Cela ne fait que
prouver que le niveau des moyens mis au service du site à un impact sur la qualité
(du moins graphique et ergonomique du site), le degré de professionnalisation et
les moyens humains et financiers sont en effet directement liés à l’efficacité et
performance des sites Internet. Toutefois chacun des sites a des qualités et
comme il a été dit à plusieurs reprises au long de cette étude, ils accomplissent
leurs objectifs. Cela voudrait dire que les responsables des sites et de la
communication ont réussi à s’approprier l’outil et que les sites Internet font partie à
l’heure actuelle des stratégies de communication et de circulation d’information des
ASI.

2.3 Les Contenus et l’offre éditoriale.

Trois types de pratiques de circulation de l’information et de communication


se détachent. Dans le cas de site du CRID, la démarche est informationnelle de
type « fermée » laquelle comprend une circulation de l’information entre les
membres et un public très proche des organisations.
On peut distinguer aussi une démarche informationnelle de type « ouverte »
dans la mesure où les informations sont destinées, tant aux membres des ASI qu’à
un public désireux de s’informer sur la solidarité internationale. Cette deuxième
démarche correspond au mode de fonctionnement et aux dynamiques
communicationnelles de RITIMO.

27
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Enfin nous observons une démarche « mixte » où le caractère informationnel


est toujours présent mais auquel va s’ajouter une démarche plus
communicationnelle (promotionnelle) où la cible est un public beaucoup plus large.
Et dont les notions de promotion et de marketing sont directement mises en avant,
le site du CCFD ainsi que celui des grandes associations de solidarité, appartient à
cette typologie.

Pour les trois organisations, les contenus revendiquent l’importance des


notions telles que la solidarité internationale, le développement, les mouvements
sociaux, les actions de plaidoyer, mais dans le cas du CCFD, les contenus sont
toujours développés sous un angle propre au CCFD. Ainsi alors que pour le CRID
et RITIMO les contenus sont plus « collectifs », c’est à dire qu’ils traitent des
informations qui pressentent un grand nombre d’ASI, pour le CCFD les informations
traitées ne concernent que l’association et mettent toujours en valeur l’image de la
structure. Le caractère revendicatif des contenus fait que la frontière entre
informations et revendications (prise de position et opinion) n’est pas complètement
claire, mais cela est compréhensible, étant donné le cœur de métier des
associations.

Il s’agit maintenant de présenter d’une manière plus détaillée les contenus


et l’offre éditoriale de chacun des sites :

CCFD33
Les contenus (articles, communiqués de presse, dossiers, interviews)
présentés sur le site sont publiés au nom de l’association. Répondant toujours a la
démarche de valorisation et promotion constante de « l’image » CCFD, les
informations concernent l’organisation générale de l’association ainsi que les
actions qu’elle mène ou auxquelles elle participe. Dès la première page, les
images utilisées, les titres des rubriques et les introductions aux articles expriment
clairement le sujet dont le site traite.

33
Op. Cit. Réf. 29

28
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Sur ce site, il n’est pas simplement question de s’informer sur la solidarité


internationale, il est surtout question de s’informer sur ce que le CCFD fait dans le
domaine. Pas seulement de savoir comment quelqu’un peut participer mais
comment il peut le faire avec le CCFD.

On peut diviser les contenus en deux types, l’informationnel :(Rubriques :


dernières infos /dossiers / campagnes / Inscription à la news letter / Eduquer à la
solidarité, votre région) et le communicationnel : (Qui sommes nous, agissez,
participez à nos campagnes, soutenir la solidarité, dans les médias). Les deux axes
sont développés sous une démarche de valorisation de l’image du CCFD. Dans ce
cadre, même si les contenus se veulent informatifs, ils font la « promotion » de
l’action de l’association. C’est une dynamique « mixte » informationnelle, de
communication et de promotion.

D’une manière globale, le sujet (Solidarité Internationale et le CCFD) est


largement traité, les ressources sont variées et largement développées. Les
contenus ont un caractère « Informatif » et le site est un outil de transmission des
informations sur les activités, les actualités et la vie de l’association. Toujours sous
l’angle de l’association.

Quasiment tous les articles et contenus font référence aux auteurs de


l’information. Etant donné que la majorité des documents et des dossiers sont
produits par le CCFD et ses partenaires du Sud, il n’y a pas de liens vers d’autres
sources. Une exception pour les campagnes (organisées ou auxquelles le CCFD
participe) : les liens vers les sites sont systématiquement présents.

« On a plus de 1000 pages aujourd’hui. D’une manière générale, les


contenus tournent autour d’un sujet central : la Solidarité Internationale et le travail
que développe le CCFD dans ce domaine. » Thierry Brésillon.
CRID34

Les contenus (articles, comptes rendus, communiqués de presse, etc.)


présents sur le site sont publiés au nom du collectif, cela signifie qu’il y a un

34
Op. Cit. Réf. 30

29
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

consensus entre les membres. Les renvois aux différentes sources de l’information
(sites ou contacts dans les associations membres) est systématique. Le site est un
relais des actions des associations du CRID. Les informations concernent
l’organisation générale du collectif, les campagnes et les actions collectives ou des
campagnes mises en place de manière individuelle par les membres.

Sur la page d’accueil, les questions de solidarité internationale,


développement, coopération, entre autres, sont traitées et les rubriques, les brèves
et les textes introductifs ne laissent aucun doute sur le sujet dont il est question
dans ce site. Néanmoins le CRID en tant que tel n’est pas défini, on ne comprend
pas très bien quel est son rôle, au-delà d’être un collectif.

On peut distinguer également quatre axes d’organisation des contenus sur le


site : Découvrir, S’informer, Comprendre et Agir. Ces quatre notions sont le fil
conducteur du site. Chacun des quatre axes est largement traité, les ressources
(articles, liens vers d’autres sites, documents à télécharger, compléments
d’information) sont suffisantes. Dans son discours, le travail développé par le
collectif (campagnes, programmes, activités) est évidemment central tant au niveau
collectif qu’au niveau des associations membres. Pour Bernard Pinaud « Deux
éléments essentiels forment les contenus du site : des textes de fond sur le
domaine de la SI et des propositions d’action (informations sur les campagnes et
sur les actualités de la SI) »

D’une manière générale les contenus ont un caractère « Informatif » et le


site est un outil de transmission des informations sur les activités, les actualités et la
vie du collectif et de ses membres. Quasiment tous les articles et contenus font
référence aux sources d’information. Les liens vers les documents correspondants
ainsi que les liens vers des adresses utiles sont systématiquement présents. A
quelques exceptions près, les liens sont opérationnels.

30
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

RITIMO35

Le site donne accès à une quantité importante de documents produits par de


nombreuses ASI et il y a également un renvoi automatique vers les sites
(sitographie) des auteurs des différents documents, facilitant ainsi, le relais des
informations et des actions. Les contenus « généraux » traitant le sujet de la
solidarité internationale et le fonctionnement de l’organisation sont publiés au nom
du réseau. Lorsqu’il s’agit de contenus plus spécifiques ou de ressources précises
pour aller plus loin, le renvoi aux sources d’information est automatique.

Les rubriques, les textes introductifs et les différents menus font référence à
la SI. Également, il y a une présentation de la structure et on comprend facilement
quel est son rôle. (Relais d’information et réseau de centres de documentation).
Le fait d’avoir une introduction au rôle de RITIMO dans la page d’accueil facilite la
compréhension de la structure du site et des rubriques. (Contrairement au site du
CRID où on ne sait pas quel est le rôle du collectif et par conséquent on ne
comprend pas très bien le sens des rubriques et des contenus.) En plus le nom de
la structure est plus explicite que celui du CRID, donc on fait une relation directe
avec la notion de réseau et de centres de documentation, ceci facilite aussi la
compréhension du site.

Les sujets développés sont souvent revendicatifs et critiques vis à vis du


système. Cependant le site se positionne clairement en tant que relais d’information
et communique sur sa mission et son fonctionnement. Les contenus ont un
caractère « Informatif » et le site est un moyen de transmission des informations sur
les activités, les actualités et le fonctionnement du réseau et sur la solidarité
internationale. Le site est un outil d’orientation pour les utilisateurs vers les
structures physiques du réseau RITIMO (les centres de documentation en région).
Grâce au site les visiteurs peuvent retrouver ces centres en fonction de la région où
ils habitent.

35
Op. Cit. Réf. 30

31
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2.4 L’Internet et les sites WEB vus par les responsables des ASI et par
les responsables la Communication et des sites Internet.

« La valeur du site est de pouvoir trouver dans un seul lieu l’information substantielle
sur l’éventail très large des thèmes sur lesquels le CCFD travaille… » Thierry
Brésillon. CCFD

« Je considère que c’est un bon site, parce que à la fois on a des propositions
d’action et des textes de réflexion. Je trouve qu’on marie bien les deux
dimensions… » Bernard Pinaud. CRID

« La valeur ajoutée du site est la visibilité dans un seul espace de l’ensemble


de la dynamique du CRID, et on n’a pas d’autre outil qui rende visible cette
dynamique… » Raphaël Mège. CRID

« on n’a jamais été des « pros » de l’Internet, mais avec le temps nous nous sommes
améliorés et nous donnons plus d’importance au site en mettant plus de moyens
pour le rendre plus efficace et plus simple à utiliser… »
Sandrine Chastang. RITIMO

Pour les responsables, le site Internet est un outil qui suit l’activité des
associations et dont les usages et les niveaux d’appropriation sont en évolution
constante et ne peuvent que continuer à évoluer. Il y a une conscience sur la valeur
et l’utilité du site et l’outil s’est imposée comme étant un élément important dans les
stratégies de communication et de circulation d’information. D’une manière
générale les responsables sont satisfaits du fonctionnement et du rôle de leur site
Internet. Mais ils sont également conscients des carences et ils essaient en
permanence d’implémenter des nouveaux outils qui rendent les dynamiques de
communication et d’échange d’information plus efficaces. (Création des blogs pour
le CFFD, améliorations de la newsletter pour le CRID, mise en place de fils RSS
pour le CRID et le CCFD, amélioration de la charte graphique et de l’ergonomie du
site de RITIMO, mise en place des espaces membres, entre autres).

Un autre élément qui ressort des entretiens, c’est le fait que les services de
communication et Internet ont du mal à faire passer à l’intérieur des structures des

32
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

notions tels que « participation », « construction commune de l’outil », « implication


dans le fonctionnement du site » « interactivité ». Ainsi, malgré la mise en place des
nouveaux outils, ils constatent un décalage entre leur vision de ce qui doit être un
site Internet et celle des autres membres de l’association.

« …de plus en plus nous essayons de rechercher nous-mêmes les informations et


de les mettre en ligne parce que si l’on attend que les membres de RITIMO ou les
différentes associations nous envoient l’info, on aurait un manque de contenus très
important… » Sandrine Chastang. RITIMO

« …Sur le site du CRID il y a un « espace membres », censé permettre la


participation des membres du CRID, mais cette fonctionnalité n’est pas vraiment
utilisée. Je pense que si on implémente des fonctionnalités comme un forum ou un
blog (au CCFD), cela ne servira pas à grande chose »
Bernard Pinaud. CRID et CCFD.

2.5 Le site Internet. Dynamiques internes, gestion et validation de


contenus, ligne éditoriale, acteurs décisionnaires.

Ce point a pour but de comprendre les dynamiques propres aux ASI


concernant les processus de validation, la gestion des contenus et tout ce qui
concerne la définition de la ligne éditoriale et le fonctionnement des sites Internet.

Deux cas de figure peuvent se présenter, d’abord lorsqu’il s’agit des


changements radicaux dans les sites (refontes) la décision est prise par les
membres des instances décisionnaires des associations (le Comité d’Animation
et l’Assemble Générale) 36 . Ensuite la mise en œuvre des changements est
assurée par les chargés de la communication et des sites et elle est suivie

36
L’Assemblée générale est une instance souveraine, c’est le moment où les membres, réunis dans
un lieu préalablement choisi en une date et une heure précise, prennent des décisions communes. Le
Comité d’animation est une autre instance décisionnaire à caractère représentatif, elle est élue par
les membres de l’Assemblée Générale.

33
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

généralement par le délégué générale de l’association. (C’est le cas de RITIMO et


du CRID). En ce qui concerne le CCFD, le chef du service communication (M.
Thierry Brésillon) a une marge de manœuvre plus importante. Il est le responsable
éditorial et c’est lui qui définit la ligne éditoriale et valide les changements et la mise
en ligne des contenus.

Le deuxième cas de figure porte sur les changements mineurs ou la mise en


ligne de contenus. Dans ces cas, la validation ne va pas jusqu'aux instances
décisionnaires, cependant lorsqu’il s’agit de contenus et de modifications
importantes, elles doivent être validées par les délégués généraux.

Dans chacune des associations, il existe des instances différentes et les


dynamiques entre les acteurs varient également. Ainsi au CCFD, le chargé de la
communication bénéficie d’une certaine autonomie et Il a un mandat pour prendre
les décisions par rapport aux contenus et définit les priorités en termes d’orientation
éditoriale. Il existe également au sein du CCFD un comité éditorial, qui se veut
unificateur des nombreux services de l’association et qui a pour objectif de mettre
des informations en commun et de définir les contenus en « collectif ». Cependant
la fréquence et le niveau de participation restent modestes. De son côté, le chargé
du site est responsable de la mise en ligne des contenus dits « quotidiens » et du
fonctionnement technique du site, avec le soutien de prestataires externes.

Pour le CRID et RITIMO, il n’existe pas un service de communication en tant


que tel et les responsables de la communication sont en même temps responsables
du site Internet et animateurs des réseaux associatifs (pour le CRID M. Raphaël
Mège et pour RITIMO Mlle Sandrine Chastang). Ils sont autonomes quand il s’agit
de la mise en ligne et des changements habituels, mais ils sont dépendants des
délégués généraux (Bernard Pinaud pour le CRID et Bernard Salamand pour
RITIMO) lorsqu’il y a des modifications ou des contenus plus importants.
Dans le cas de RITIMO, il existe également un comité LABEL (composé par
des membres de l’Assemblée générale) qui prend les décisions liées aux grandes
lignes de contenu et aux changements plus importants. Il est divisé en sous-
groupes thématiques qui définissent les contenus concernant chacun des thèmes
(par exemple : groupe Education au développement, groupe jeunes « partir » etc.)

34
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les mises à jour (documents, contenus généraux) sont faites par l’équipe de
communication et Internet de RITIMO.

Dans ce contexte, deux points importants se détachent. D’abord, le fait que


les processus de validation sont bien établis et que chaque acteur a un rôle bien
défini au sein de la structure et de la chaîne communicationnelle, facilite la mise en
place des stratégies de communication, des contenus et des lignes éditoriales
réfléchies et adaptées aux objectifs des associations.

D’un autre côté, ces mêmes dynamiques posent deux problèmes importants.
Les processus de validation et les changements des sites sont en effet ralentis du
fait que les membres des instances « décisionnaires » ne sont pas suffisamment
réactifs. Et par ailleurs, ce modèle « vertical » de validation qui concerne
généralement les changements les plus importants, renforce l’écart entre les deux
groupes d’acteurs, ceux qui prennent les décisions et ceux qui travaillent
directement sur l’outil. Il y a une sorte de face à face entre deux visions et deux
sensibilités différentes, et ceci ralentit la mise en place des nouveaux outils.

2.6 Le public de la SI sur le Web. Principaux publics et usages.

a. Les publics :

Les démarches et les objectifs de communication étant divers, les publics


ciblés par les associations sont également variés. Voyons quels sont ces publics
pour chacune des structures :

Pour le CCFD

D’une manière générale, le site est un moyen de renforcer l’image du CCFD,


d’informer sur ses actions dans la SI et de faire participer d’une manière active les
gens. Ainsi, dans cette démarche, le public visé est très large, il concerne aussi
bien les membres de l’association que des gens intéressés par le domaine de la

35
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Solidarité Internationale ou des personnes qui, ayant eu connaissance du CCFD


par des campagnes de publicités, veulent en savoir plus.

La façon de présenter les informations montre bien une dynamique de


communication et de promotion. L’auteur cherche à inciter les gens à participer
activement (donations, bénévolat, recrutement) et à connaître l’association.
Egalement la simplicité des contenus, un design soigné, un usage important des
images fait que le site est attirant et accessible à un public large.

Pour le CRID

Les contenus étant très centrés sur les activités du collectif et de ses
membres, le public cible est essentiellement les membres des associations
appartenant au collectif. Ce sont des connaisseurs du terrain, impliqués dans les
actions, soit du collectif, soit des associations membres. Un deuxième type
d’usagers peut être les gens cherchant des informations sur le domaine de la SI
(étudiants, journalistes, chercheurs). Les contenus traités dans le site sont très
propres au monde des ASI et a priori ils sont dirigés vers un public très spécifique
(membres, connaisseurs et des gens proches au milieu associatif).

Pour RITIMO

Le caractère « général » des informations circulant sur le site de RITIMO


permet un accès à un public plus large. Le réseau ne se limitant pas à un certain
nombre d’associations, il communique sur des thèmes plus généraux et relaie une
quantité importante de ressources documentaires et d’informations sur le domaine.

La notion de réseau d’information exprime bien le caractère public et ouvert


des contenus. Les contenus sont plutôt simples et facilement compréhensibles. Le
site de RITIMO est donc un site pour un public large, en allant des spécialistes du
domaine jusqu'à des personnes cherchant simplement à s’informer d’une manière
générale sur la solidarité internationale. Le site reste cependant bien centré sur
une démarche informative et pédagogique sur le domaine de la SI et il ne cherche
pas à toucher le grand public dans un démarche promotionnelle.

36
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Autre élément important concernant les publics cibles du site : le fait que
l’auteur dédie une rubrique spéciale au public jeune « espace jeunesse » A travers
cette rubrique le caractère « pédagogique » et « initiateur » du réseau RITIMO se
fait plus évident.

Un type de public est commun aux trois structures, ce sont les membres des
associations, ceux qui participent activement et sont liés d’une façon directe à la vie
des structures. Les trois acteurs ont développé des espaces spécialement créés
pour ce genre d’usagers. Ces lieux contiennent des informations « privées » les
membres peuvent s’en servir pour alimenter et participer à la construction du site. Il
a cependant été dit auparavant que cette notion de « participation commune ou de
réseau participatif » n’est pas encore dans les représentations que les membres ont
de l’outil Internet et du site.

Autre point qui ressort, c’est l’absence d’études sur le public. Les trois ASI
semblent connaître d’avance leur public, une situation compréhensible pour des
associations de caractère « interne » comme le CRID et RITIMO, mais pas pour
des ASI telles que le CCFD, dont certes une partie du public appartient à un cercle
proche de la Solidarité Internationale et de l’association, mais qui se veut
également dirigé vers le grand public.

b. Les usages :

Les sites des associations remplissent différents objectifs. A partir des 3 cas
analysés, ils se détachent six usages principaux :

Visibilité et présence de l’association sur le réseau Internet

Pour les responsables des trois associations le site Web garantit la présence
de la structure sur le réseau Internet et donne accès aux informations sur la
structure et sur le milieu de la SI à leur public. Dans le cas particulier du CCFD, le
site est également un outil de visibilité important vis-à-vis du grand public. Cet
usage du site en tant que « vitrine » des ASI (présentation, organisation, terrain
d’action, cœur de l’activité associative, etc.) est commun aux 3 organisations.

37
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Relais Informatif et base de ressources

Les sites des associations sont également appréhendés comme des outils
pour informer les visiteurs sur l’ensemble des actions menées, des témoignages
des acteurs des pays du Sud, sur le monde de la solidarité internationale, sur les
autres ASI etc. Bien que les trois associations utilisent leur site en tant que relais
informatif et base de ressources documentaires et de référence (communiqués de
presse, rapports d’activités, actes de colloques, études, textes de référence etc.),
elles le font de manières différentes. Pour le CCFD, l’activité de relais se centre sur
la vision de la solidarité internationale et sur l’action propre à l’association. Toute
information qui circule sur le site du CCFD a évidemment un lien avec le monde de
la SI mais les informations sont toujours en lien direct avec la structure. Ainsi, par
exemple, lorsque le site du CCFD fait le relais d’une campagne collective sur son
site, c’est parce qu’elle fait partie de l’action du CCFD, de plus l’image de
l’association est mise en avant sur celle des autres associations participant aux
campagnes.

Pour RITIMO et le CRID, les informations relayées concernent plusieurs


acteurs de la solidarité Internationale. L’intérêt est plus d’informer, de mettre des
ressources générales sur les actions qui sont menées par le milieu de la SI et de
devenir des acteurs fédérateurs de la mouvance associative. Le relais vers des
campagnes d’autres collectifs ou d’autres associations est capital dans les
contenus développés par RITIMO et le CRID. Cet usage répond aux objectifs des
deux associations : être un relais d’informations et être un espace de partage de
contenus pour les acteurs du milieu de la SI.

Echange et dialogue

Les responsables de la communication et des sites Internet affirment une


volonté d’évolution de leur site vers plus de « participation » et « d’interactivité »
avec ses visiteurs (tant les membres et le public proche aux ASI, que le public
extérieur). Ainsi la possibilité d’ouvrir des forums de discussion et de créer des
blogs est envisagée. Cependant dans le cas du CRID et du CCFD, pour les acteurs

38
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

décisionnaires, ces outils ne répondent pas à un besoin réel des structures et le


processus de validation de ce genre d’outil peut s’avérer très long.

D’autre part et tel qu’on l’avait dit auparavant, les sites des associations
comptent avec un « espace membre », qui est censé être un lieu de participation et
d’échange, mais d’après les entretiens cet outil n’a pas beaucoup de succès auprès
des usagers et son usage est très limité.

En conclusion: l’échange est un usage certes limité mais des informations


circulent et des contenus sont partagés. Par contre pour les trois sites le dialogue
est loin d’être un usage réel.

Fidélisation

Cet usage est également commun aux trois associations. Elles ont ainsi
développé et mis en place des outils pour garder le contact avec leur public, pour le
maintenir informé et pour rendre plus simple et efficace la navigation sur le site et
l’accès aux contenus. Certaines de ces applications sont :

La news letter : Au travers de cette lettre d’information, le visiteur est informé


régulièrement des évolutions et différentes évolutions du site Internet et des actions
de l’association, ce qui permet une communication plus efficace et la fidélisation.

La FAQ : Il s'agit d'apporter une réponse aux questions qui sont posées
généralement par les visiteurs et/ou d'expliquer le fonctionnement du site.

Le téléchargement de données : Cet espace permet aux internautes de


télécharger des documents (fiches techniques, documents, rapports, etc.) ainsi que
des images concernant les actions des associations.

L’espace membres : Lieu spécialement créé pour les gens qui font partie de
l’association, ce lieu leur permet d’avoir accès à des documents de caractère plus
« privé» et se veut également un espace d’échange.

39
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les flux RSS : Des fils d’information qui offrent la possibilité aux lecteurs
d’avoir accès en temps réel à la mise à jour de leur contenu sans pour autant que
ceux-ci aient besoin de venir toutes les cinq minutes sur le site.

Outres ses fonctionnalités, les responsables des sites font une mise à jour
permanente des contenus et essaient d’améliorer les interfaces graphiques et
ergonomiques des sites. Cependant à ce niveau les écarts entre les sites restent
importants.

Partenariat, échange

Il est dans les objectifs de RITIMO et du CRID d’être des réseaux


fédérateurs du milieu associatif. C’est pourquoi le renvoi vers d’autres sites Internet
(ceux des autres associations) est couramment pratiqué et de ce fait le renvoi vers
leur propre site est très fréquent. Grâce à leur présence sur d’autres sites
associatifs à très forte visibilité, l’accès au site de ces deux associations est favorisé
ainsi que le relais des actions et informations.

Le CCFD pour sa part, dispose d’une notoriété importante dans le milieu


associatif. Il fait partie de plusieurs réseaux et collectifs, il participe constamment à
des campagnes collectives de solidarité, de ce fait il est très présent dans le réseau
Internet, en étant très fréquemment mentionné dans les sites des autre ASI. Le
CCFD fait également de la promotion à travers ses autres supports de
communication et cela améliore sa visibilité. Comme pour le CRID et RITIMO, sa
présence sur d’autres sites associatifs favorise l’accès à son site ainsi que le relais
de ses actions.

Le don en ligne

Le CCFD fait partie des associations qui ont équipé leur site avec la
fonctionnalité de don en ligne. Tel qu’il a été dit précédemment ce choix correspond
a un besoin stratégique dans la démarche du CCFD (question des financements,
type d’activité, objectifs de l’organisation, etc.) En effet, la collecte de fonds par ce
moyen permet l’ouverture des ASI vers un public de donateurs plus large. Pour le

40
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

CCFD, le site Internet est un outil important et complémentaire aux outils de


collectes des dons qui existent déjà. Egalement pour les gens qui connaissent déjà
le CCFD et qui sont des donateurs habituels, Internet offre une procédure plus
rapide et simplifiée.

En ce qui concerne le CRID et RITIMO cet usage n’est pas pertinent et ne


réponde ni aux objectifs (généraux et de communication) ni aux besoins
(financières et politiques) de ces organisations.

2.7 Conclusions Partielles

Trois types de pratiques de circulation de l’information et de


communication se détachent. Informationnelle de type « fermée »
informationnelle de type « ouverte » et une démarche « mixte »
(informationnelle et promotionnelle)

Pour les trois organisations, les contenus revendiquent l’importance des


notions telles que la solidarité internationale, le développement, les
mouvements sociaux, les actions de plaidoyer.

Six types d’usages : Visibilité et présence de l’association sur le réseau


Internet, relais Informatif et base de ressources, échange et dialogue,
Partenariat, échange, fidélisation et le don en ligne.

D’une manière générale les responsables sont satisfaits du fonctionnement et


du rôle de leur site Internet. Mais ils sont également conscients des carences.

41
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

III. Les ASI. Appropriation, usages, stratégies et activités sur


Internet. Phase d’analyse des résultats.

A partir des résultats et des entretiens, il est donc question d’essayer de


répondre aux interrogations qui font l’objet de cette étude. Quels sont les enjeux
d’Internet pour les ASI ? Comment se positionnent-elles par rapport à l’outil ? Quels
sont les usages du site Internet ? Quelles sont les relations entre les sites et les
dynamiques de fonctionnement interne des structures ? Et, oui ou non, les sites
répondent-ils aux objectifs des organisations ?

3.1 Les usages d’Internet par les ASI. Des motivations multiples
des besoins divers et des niveaux d’appropriation inégaux

Le milieu associatif de la solidarité internationale est très hétérogène et cette


diversité se retrouve évidemment dont les dynamiques de communication et de
promotion des activités associatives. Ainsi la création des sites Internet, leur
développement et le développement des stratégies de communication répondent à
des motivations et à des objectifs différents pour chacune des associations. Ainsi
les ASI ne cherchent pas toutes à atteindre les mêmes buts ni à toucher les mêmes
publics à travers leurs sites. A l’origine de ces stratégies de communication Web,
trois éléments se détachent : les moyens de financement, la quantité de ces
ressources et le type d’activités développées par les structures. Prenons l’exemple
des trois structures analysées :

a. Les moyens de financement

Le CCFD dont les sources de financement proviennent prioritairement de la


collecte de fonds privés (dons, ventes, etc.) se doit de communiquer sur son activité
et est obligé de renforcer et de vendre son image auprès du grand public pour ainsi

42
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

augmenter le nombre de ses adhérents et donateurs mais également pour rester


sur la scène médiatique et maintenir informées le gens qui connaissent déjà le
CCFD. Le site Internet est donc devenu un outil important de promotion et
d’information. À l’heure actuelle, une partie importante des donations sont obtenues
par ce moyen. Pour Thierry Brésillon, responsable de la communication du CCFD
« Le site Internet de l’association n’est pas seulement une vitrine pour le public
extérieur, il est également un outil pour assurer notre présence… On ne pourrait
même pas imaginer aujourd’hui exister sur la scène publique sans site, le site c’est
ce qui assure notre existence publique. La valeur ajoutée du site est de pouvoir
trouver dans un seul lieu l’information substantielle sur l’éventail très large des
thèmes sur les quels travaille le CCFD»

En conclusion les sources de financement définissent le public et la manière


dont l’association va aborder le public et les contenus du site. Pour le CCFD, la
communication et la promotion sont fondamentales, certes sur le site les
informations présentées permettent de comprendre les enjeux de la solidarité et du
développement mais ces contenus sont également mis en place pour valoriser et
« vendre » la vision et l’image CCFD. « C’est clair que sous-jacent à tout le côte
informationnel, il faut qu’on donne à voir ce qu’on est et qu’on donne envie de nous
rejoindre et qu’on assure notre crédibilité et si on peut qu’on sucite des dons. Cela
fait partie de nos missions : renforcer l’image du CCFD, faire un appel aux dons, on
ne porte pas seulement les message, on vend aussi l’image du CCFD a travers
l’outil » confirme M. Brésillon.

Concernant les sources de financement, la situation est toute autre pour le


CRID. Cette organisation dépend à 65% de fonds d’origine publique et à 35% de
fonds privés (mais qui proviennent des associations membres du collectif). Le
CRID ne cherche pas à « élargir » son public ni à promouvoir son image. La
communication de cette structure se limite à un public des gens qui sont proches du
collectif et du milieu associatif. En effet le CRID n’a pas à se soucier de chercher
des fonds auprès du grand public, donc sa stratégie de communication répond
plutôt a un besoin de transmission et circulation d’informations entre ses membres
et les gens qui sont proches du milieu associatif. « Je le considère comme un outil
très important, c’est un outil de relais d’information important et un outil de

43
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

communication entre le CRID et ses membres. Le site a un ensemble d’outils de


communication qui sont nécessaires pour la circulation des informations dans le
collectif… le site du CRID est vraiment tourné vers un réseau et n’est pas un outil
de marketing ni de promotion » affirme M. Bernard Pinaud, délégué général du
CRID.

Le cas de RITIMO est similaire à celui du CRID, même si les sources de


financement sont privées et publiques à parts quasiment égales, la recherche des
fonds venant du grand public ne représente que 15%. Certes, la communication de
RITIMO se veut plus ouverte et cherchant à trouver de nouveaux publics. Pour
autant l’outil n’est pas pensé comme une source de financement et son but reste
clair : informer et relayer les actions du milieu associatif.

« …nous ne cherchons pas de dons à travers le site, donc, le site nous sert
à informer les usagers sur la SI et sur notre structure et à la rendre visible, mais
nous ne basons pas notre stratégie « de financement » sur cet outil » nous dit Mlle
Sandrine Chastang, chargée de la communication et du site Internet de la structure.

b. La quantité des ressources

Outre les sources de financement, la quantité de ces dernières influe


également sur la stratégie que l’association développe sur le réseau Internet et
l’usage qu’elle fait du site. Il est clair qu’une grande structure comme le CCFD peut
mettre des moyens financiers et logistiques plus importants au service du site
Internet. En effet, ce dernier est d’une certaine façon plus « réussi », plus
« professionnel » que les sites de deux autres associations.

L’analyse réalisée et les interviews corroborent cette affirmation, le site


CCFD est d’une très bonne qualité graphique, ainsi qu’au niveau des contenus et
dans son fonctionnement également. Mais cette « qualité » n’est pas gratuite et
contrairement à RITIMO et au CRID, le CCFD compte avec un département chargé
de la communication et un spécialement dédié au site. Et les moyens budgétaires

44
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

mis en place pour le développement et fonctionnement du site sont plus importants,


même s’ils restent modestes par rapport à la taille de la structure.37

En effet, des écarts importants existent entre les sites des trois associations
et ces différences mettent en évidence le fait que des organisations importantes
telles que le CCFD, disposant de moyens considérables, peuvent mettre plus
« facilement » en oeuvre des sites efficaces et complets avec des taux de
fréquentation importants38. Cependant le travail fait par les ASI de moindre taille et
notoriété est d’une qualité acceptable et qui répond également aux objectifs des
associations. Les sites du CRID et de RITIMO se veulent des sites relais
d’information et des vitrines pour leur structure. Et malgré une certaine carence au
niveau technique, chacun des sites possède des qualités au niveau des contenus et
du traitement de l’information que leur permettent d’accomplir leur fonction.

c. L’activité de l’association

Un dernier élément qui différencie les démarches de communication et de


transmission de l’information est l’activité qui est développée par les structures.
Alors que le CCFD est un acteur très actif sur le « terrain » et dans le soutien
financier et logistique à des projets de développement et d’éducation au
développement (plus de 600 projets partout dans le monde), le CRID et RITIMO
sont plus dans le domaine « intellectuel » et ont été créés pour faciliter le partage,
la circulation et la transmission d’informations sur la solidarité internationale. De ce
fait les besoins ne sont pas les mêmes, ni au niveau financier, ni au niveau de la
communication. Pour accomplir ses missions et ses objectifs le CCFD dépend de la
communication et de la présence médiatique, donc il doit nécessairement
« vendre » son image et se montrer, alors que le CRID et RITIMO ne sont pas

37
D’après Thierry Brésillon et Christophe Olivier : Les coûts de fonctionnement et maintenance du
site s’élèvent a 15000€ par an. Le service de communication n’a pas eu des restrictions particulières
de budget pour la création et la mise en route du site (le prix initial tourné au tour de 15.000 euros.
Pour RITIMO et le CRID, les coûts de mise en place de l’outil ainsi que de maintenance et de
fonctionnement seraient 3 fois moins importants.

38
D’après M. T. Brésillon et M. C. Olivier, le taux de fréquentation du site CCFD est d’environ 30.000
visiteurs par mois. Comparés aux 8.000 visiteurs sur le site du CRID par exemple.

45
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

obligés d’avoir une forte présence médiatique ni de toucher le grand public, pour
accomplir leurs objectifs.

Pour Thierry Brésillon, le site Internet du CCFD « c’est un lieu de vocations


multiples : donc il y a de la notoriété, il y a de l’appel aux dons, il y a de l’appui à la
mobilisation des équipes sur le terrain (événements), il y a un travail d’EAD
(éducation au développement) à travers ce qu’on diffuse… Nous avons besoin de
communiquer sur nos actions…»

Ces trois facteurs (sources de financement, cœur du métier des ASI et la


quantité des ressources) sont infiniment liés et ils doivent être compris comme un
ensemble. Ce ne sont pas les seuls éléments déterminants dans la définition et le
développement des démarches communicationnelles et de promotion des
organisations, ni dans leur appropriation et usage de l’outil Internet. Mais il est
apparu à travers les entretiens et l‘analyse des sites que ces trois facteurs sont très
importants.

3.2 Place de l’outil Internet dans les stratégies communicationnelles et


organisationnelles des associations

Malgré cette diversité dans leurs objectifs et leurs besoins de


communication, il ressort des entretiens réalisés que l’Internet est une composante
essentielle des outils d’action des associations pour communiquer et pour accomplir
leurs objectifs. Le site Internet est devenu un outil dont l’utilité communicationnelle
et de relais d’information est tangible. Pour les responsables des associations, le
site Web est un outil qui accompagne la vie des structures associatives, en tant
qu’outil de relais d’informations (aussi bien vers les publics proches des structures
que vers des publics plus larges), de visibilité des associations (vitrine), de
fidélisation des utilisateurs et pour certains, comme le CCFD, de promotion et de
collecte de fonds (donations et ventes). A l’exception de cette dernière, ces
différentes dimensions sont partagées par les trois structures analysées.

46
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

« Le site est calqué sur la vie du CRID, il suit le même rythme… ».


Raphaël Mège. CRID

« Je pense qu’il accompagne pas mal la vie du CCFD et on perçoit bien les
différentes dimensions… » Thierry Brésillon. CCFD

« Notre site est un outil dont une structure telle que la notre aurait pu rêver, nous
permettons au public de s’approcher du RITIMO et on met tous les contenus
possibles à sa disposition… » Bernard Salamand. RITIMO

Voyons plus en détail, comment les sites Internet des 3 associations se


placent par rapport aux organisations et aux démarches de communication de
chacune d’entre elles :

Pour le CRID, dont l’objectif principal est la production d’une réflexion


collective sur la solidarité internationale et sur le développement, le site Internet est
devenu un outil important de transmission et d’échange d’informations avec ses
membres et un élément qui favorise l’action de l’association en tant que vecteur
fédérateur de plusieurs structures, comme l’affirme Raphaël Mège « la dynamique
du site suit la dynamique du CRID, dans la mesure où le CRID n’a pas une
véritable politique de communication, le site ne cherche pas non plus à
communiquer . Il se veut informatif et rassembleur des positions d’un collectif
d’associations de SI… »

Ainsi le site facilite le relais informatif et favorise l’accès des membres et


militants aux activités développées par le CRID et les ASI appartenant au collectif.
La valeur de ce site est la possibilité de retrouver dans un seul lieu l’ensemble de
l’activité du CRID et de faciliter le travail d’animation de réseaux, activité propre à
cette structure. Ainsi, concernant la stratégie de communication de l’organisation, le
site occupe une place centrale en tant que support principal et point de relais de
contenus.

47
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Cependant au niveau organisationnel, le site est très loin d’être la


préoccupation principale des membres du CRID, parce que même si ces derniers
sont conscients de l’importance de l’outil, leur participation directe dans le
fonctionnement et le développement du site est quasiment inexistante. Le
fonctionnement du site est garanti par une seule personne et la réactivité des
utilisateurs (soit des membres, soit des militants) n’est pas au rendez-vous. Cela
peut être justifié par un manque d’intérêt, de temps ou simplement par la
méconnaissance de l’outil. Cette carence d’engagement, discrédite cependant
d’une certaine manière le discours sur l’utilité de l’outil.

« Je suis la seule personne chargée officiellement du site. Les autres


membres n’interviennent presque jamais d’une façon directe. Généralement c’est
moi qui vais chercher les informations auprès des associations membres et sinon
les contenus spécifiques au CRID sont construits par le délégué général (Bernard
Pinaud) et moi, validés par Bernard (lorsqu’il s’agit des contenu très importants) et
c’est moi qui les met en ligne » Raphaël Mège

Cette particularité n’est pas exclusive au CRID. Au CCFD les écarts de


discours et de vision du site Internet entre ceux qui sont directement liés au
développement de l’outil et les autres membres du CCFD, sont très importants.
Pour les premiers, le site est un outil qui se construit grâce à l’apport de toute une
équipe et qui doit être le résultat d’une réflexion collective alors que pour les autres
services de l’association le site n’est qu’un endroit où on met toute sorte
d’informations.

Le CCFD, comme toutes les grandes associations de solidarité


internationale, a compris que l’Internet est un outil important pour la collecte des
dons 39 , la recherche de nouveaux adhérents et la fidélisation des habitués à
l’association. Le site est devenu un outil performant (au niveau dons et quantité de
visiteurs) qui prend une place de plus en plus importante dans la structure et qui

39
D’après l’étude « l’e-solidarité ; une nouvelle forme de mobilisation » Les e-donateurs recensés
dans cette étude représentent environ 4% du total des donateurs des 24 associations analysées, soit
un total de 332.000 donateurs. En 2004 le nombre de e-donateurs du CCFD s’élevait a 1500. Ces
chiffres sont en augmentation depuis les événements catastrophiques dans des pays du sud comme
le tsunami.

48
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

continue à évoluer, malgré les retards dans l’appropriation de l’outil par les
membres du CCFD, comme l’affirme Thierry Brésillon : « on a du mal pour que les
gens participent dans un processus d’élaboration commune du site… cette
construction « commune » n’est pas simple, d’une part parce qu’on n’a pas encore
l’habitude (temps et organisation) et d’autre part parce que nos préoccupations
(Communication et Site Internet) ne sont pas toujours prioritaires dans les autres
services… Mais cela devrait évoluer avec le temps »

Malgré cet écart entre les services, le site Internet du CCFD reste un outil
très complet. D’après les analyses et les entretiens avec ses représentants, il
remplit ses objectifs : informer, renforcer et promouvoir l’image et les actions du
CCFD, trouver des dons et des nouveaux adhérents. Un facteur déterminant de
l’évolution du site et de son bon positionnement au cœur de la structure est le fait
qu’il existe un service spécialement dédié à la communication et au site Web. De
plus, ce service a également une place importante dans les stratégies de
l’association et à une certaine marge de manœuvre concernant les contenus et le
développement du site Internet.

Pour RITIMO la place de l’outil Internet est aussi importante que pour ces
deux confrères. A partir de l’analyse du site et des témoignages des
responsables, les objectifs de rendre visible la structure, Informer sur l’association
et sur la solidarité internationale, ouvrir l’accès aux informations sur ce domaine et
relayer les actions des ASI, sont atteints à travers le site.

Ce qui caractérise la démarche de RITIMO est l’importance qu’il donne à la


« formation » des membres du réseau. L’objectif est de faciliter l’appropriation de
l’outil, en rendant plus efficaces les échanges d’informations et la participation des
membres dans la construction du site, « on essaie de faire participer les gens, on
fait des ateliers de « formation » pour leur apprendre à s’en servir et pour qu’ils
puissent donner leur avis sur le site et grâce aux retours, on essaie d’améliorer et
de faire que le site soit plus simple à utiliser petit à petit les gens se l’approprient »
affirme Sandrine Chastang chargée de la communication et du site Internet.

49
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les responsables de l’association sont conscients de la valeur et de l’utilité


du site et ils considèrent que celui-ci s’est imposé comme étant un outil important
dans la stratégie informationnelle et de relais de RITIMO. Cependant et comme
pour les deux autres structures, il y a encore un défaut dans la compréhension de la
notion de « réseau participatif », cela veut dire que les gens n’ont pas encore
l’habitude de l’outil et de ce fait, il y a des carences au niveau de l’échange et de la
réactivité. Cela malgré le travail que RITIMO fait dans le domaine de la formation.

Un dernier élément fortement lié à la place que les sites Internet occupent
dans les dynamiques communicationnelles des associations c’est la synergie entre
les différents supports. Sur ce point, les trois associations affirment avoir un souci
pour établir des liens directs et clairs entre les contenus du site Internet et les
autres supports de communication. Selon les responsables des trois ASI, chaque
support de communication (affiches, publicité, revues, publications papier, sites
Internet complémentaires, publications électroniques, brochures, etc.) conserve une
cohérence dans le contenu et au niveau graphique avec le site et vice versa.

Enfin les sites Internet renvoient systématiquement vers des supports


externes qui contiennent généralement l’adresse du site de l’association. Tel est le
cas de la revue « Faim Développement Magazine » publiée par le CCFD.

Nous l’avons vu tout au long de cette étude, de nombreux facteurs


contribuent à l’efficacité et à l’appropriation d’un site Web : la qualité des contenus
et leur actualisation, la qualité graphique, la synergie entre les supports de
communication, le traitement rédactionnel et ergonomique, le niveau d’interactivité,
la facilité d’utilisation, la présence du site sur le réseau des sites associatifs,
l’évolution et la mise en place des outils de fidélisation, la qualité de ces outils, etc.
Et tous ces éléments correspondent eux-mêmes à des facteurs propres à chacune
des structures qui développe et met en place le site Internet (sources de
financement, taille de la structure, terrains d’action, etc.).

Il a été constaté également que les besoins et les objectifs de


communication des associations sont très différents et que les usages des sites
Internet sont également variés. Dans ces circonstances, il serait insensé de vouloir

50
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

généraliser ces usages et de faire de préconisations pour l’ensemble des structures


appartenant au domaine de la solidarité Internationale. Les niveaux d’appropriation
et les usages étant hétérogènes, les propositions seront nécessairement variables
selon les structures analysées.

Il faut comprendre également que le site Internet n’est qu’un outil


complémentaire et que contrairement à ce qui est dit dans certaines études
récentes 40 le fait de mettre l’Internet au cœur des stratégies de communication,
n’est pas une évidence. Certes c’est un outil important avec des caractéristiques
avantageuses par rapport à d’autres medias (rapidité, espace de stockage,
accessibilité aux contenus, ouverture vers de nouveaux publics…) mais il n’est pas
le seul moyen de communication dont disposent les associations et parfois ces
structures ne basent pas leur politique ni leur action de communication sur leur site,
tel est le cas des ASI comme le CRID qui pense que le côté communicationnel n’est
pas une priorité. Selon lui, le site Internet facilite certes le relais d’information et
l’échange des contenus, mais les performances de l’outil et le développement des
nouvelles fonctionnalités ne sont pas nécessaires. Un usage de « base », c'est-à-
dire, un site vitrine, offrant présence et visibilité de la structure et donnant accès à
des ressources, est suffisant pour accomplir ses objectifs.

Pour d’autres associations comme RITIMO dont le cœur de l’activité est la


documentation et la mise en place de bases de données, il est certain que le site
Internet offre des possibilités très importantes, pour développer son activité. A ce
niveau là, il faut faire la distinction entre les possibilités offertes par l’outil : les
possibilités « informationnelles et documentaires» (capacité de stockage, facilité
d’accès aux contenus, création de liens entre les acteurs, organisation des
contenus, etc.) et des possibilités que nous appellerons « communicationnelles et
de marketing » (promotion, vente, collecte de dons, recherche des adhérents, etc.).

Les premières sont nécessaires pour des associations comme le CRID et


RITIMO dont l’activité est concentrée dans le domaine de l’information et le contenu.

40
Notamment « L’e-solidarité, une nouvelle forme de mobilisation » dirigée par Jean di Sciullo ou
encore « Les organisations non gouvernementales et le management » cordonnée par Erwan
Queinnes et Jaques Igalens.

51
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Les deuxièmes sont essentielles pour l’accomplissement des objectifs des


associations comme le CCFD très présentes sur le terrain, dépendantes des
collectes de dons et des adhérents et cherchant de nouveaux publics. Cela étant
dit, ces deux types de potentialités peuvent être exploitées simultanément par les
associations, mais généralement d’une manière inégale.

Alors partant de ces constats, il s’agit ensuite de savoir si dans le cas des trois
associations analysées ces deux types de potentialités sont entièrement exploitées
ou si les ressources mises en œuvre sont insuffisantes pour garantir le déroulement
de leurs activités et pour accomplir leurs objectifs.

3.3 Le Web, un outil mal exploité ?

Pour répondre à cette question, partons du principe que l’outil offre deux
types de potentialités. Il y a d’abord le niveau « informationnel et documentaire » et
le niveau « communicationnel, promotion et marketing ».

En ce qui concerne le premier niveau, les trois associations analysées


utilisent d’une manière plutôt efficace les possibilités offertes par l’outil, en mettant
en ligne une quantité considérable d’informations sur le milieu de la SI, sur leur
structure et leurs actions, en donnant accès à des documents et des ressources
documentaires assez larges, en créant des liens interassociatifs et en étant
présentes sur le réseau associatif sur le Web.

Le degré d’appropriation et de développement de ces potentialités varie


entre les associations. Il correspond généralement au niveau de
professionnalisation des responsables des sites, ainsi qu’au niveau des moyens
mis en œuvre pour les développer et les maintenir. Malgré ces écarts, ce premier
niveau (informationnel et documentaire) est suffisamment exploité et permet aux
associations d’avoir une bonne visibilité, d’être présente sur le Web et d’agir en tant
que relais informatif et d’espace de partenariat associatif.

52
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Au niveau informationnel, il y a une difficulté qui est commune aux trois


associations. La constitution d’un « réseau participatif et d’échange » pour alimenter
et construire le site collectivement à l’intérieur des structures. La construction
commune et la notion de participation sont des potentialités essentielles de l’outil
Internet, mais au cœur des ASI les responsables éditoriaux et les chargés des sites
se retrouvent seuls face à l’outil et n’arrivent pas à mobiliser les autres membres de
l’association. Dans la phase de propositions, il sera question de donner quelques
recommandations qui pourraient permettre que cette situation évolue.

En ce qui concerne les potentialités « Communicationnelles et de


marketing », les sites du CRID et RITIMO sont beaucoup moins développés que
celui du CCFD, mais cela correspond bien aux démarches et aux objectifs de
communication de chacune des associations. Le besoin de mettre en place de
nouveaux outils de communication et de promotion n’est pas fondamental et ne
correspond pas avec leurs objectifs. Contrairement au CCFD, elles ne sont pas
sujettes à suivre une démarche de marketing relationnelle ou communicationnelle.
En effet, au-delà d’une mise en page et d’un travail graphique et ergonomique plus
soigné, ces structures font les usages qui correspondent à leurs objectifs.

Dans le cas du CCFD la promotion et la « vente » de la structure et de ses


actions sont capitales pour son fonctionnement. Compte tenu des moyens
financiers et humains dont dispose le service de communication et l’importance du
site Internet pour l’association, Il reste encore des potentialités inexploitées qui
permettraient d’améliorer la communication avec les visiteurs, pour s’ouvrir vers de
nouveaux publics (les jeunes) et pour augmenter les dons et les adhérents.

Il s’agira alors, dans le dernier point de ce travail de donner quelques


indications pour des ASI telles que le CCFD pour améliorer les performances au
niveau communicationnel et marketing. Et également de faire des propositions
d’action pour les ASI type CRID et RITIMO qui malgré le fait d’avoir un site
accomplissant justement ses objectifs, ont encore des défauts et certains éléments
à revoir concernant leurs stratégies de communication et le fonctionnement de leurs
sites Web.

53
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

3.4 Le site Internet selon les acteurs. Dysfonctionnements internes,


source de tensions.

Au sein du milieu associatif, les membres des associations ont chacun une
représentation particulière des sites Internet et des « nouveaux » outils. D’une
manière générale, il existe trois types d’acteurs : d’une part il y a les responsables
des sites Internet et les personnes qui sont en lien avec la communication et le
marketing (ce dernier exclusif au CCFD), des gens qui d’une manière générale
connaissent, maîtrisent et sont constamment en lien avec l’outil et qui comprennent
le rôle et l’intérêt de l’évolution des outils de communication. D’autre part les
acteurs décisionnaires qui pour une bonne partie semblent comprendre l’utilité et
l’importance du site Internet pour les ASI, mais qui ont du mal à saisir son caractère
évolutif et le fait que des changements s’avèrent nécessaires pour que l’outil reste
efficace dans l’accomplissement de ses objectifs. Un troisième groupe d’acteurs
sont les membres en général des structures associatives (services extérieurs à la
communication : animateurs de réseaux, animateurs sur le terrain, personnel
administratif, etc.). Ces acteurs connaissent l’existence du site Internet et
comprennent l’importance qu’il a dans les stratégies de la structure, mais ils ne sont
pas réactifs lorsqu’il s’agit de participer à la construction collective du site.

Ces écarts entre les acteurs et les dynamiques internes, concernant la


communication et le site Internet, créent des situations de rupture qui ne permettent
pas une appropriation totale des outils au sein des structures.

Pour les acteurs qui sont en charge des sites Web, deux difficultés
principales se dévoilent face aux tensions internes : d’une part ils ont du mal à faire
passer des nouvelles propositions et des modifications importantes devant les
membres décisionnaires. Ces derniers prennent une attitude d’incrédulité et de
méfiance face aux changements et ne soutiennent pas les actions des
responsables des sites. Ainsi les sites restent statiques pour des longues périodes
(par rapport aux outils) et les changements ou la mise en place des outils est très
rare.

54
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

La deuxième difficulté des responsables réside vis-à-vis des membres en


général, qui répondent rarement aux appels à participer à la structuration et au
fonctionnement du site. Les membres des associations semblent considérer ce
travail comme une surcharge de tâches et comme quelque chose qui ne fait pas
partie de leur fonction. Certains savent se servir de l’outil mais ils sont loin d’être
engagés dans le développement de l’outil qui leur est propre et ils sont éloignés des
préoccupations des responsables des sites Internet et de la communication. « C’est
comme s’ils ne voulaient pas s’approprier cet outil. Ils ne sont pas dans une
démarche d’appropriation de la technique. Il y a un décalage entre les équipes
d’animation et le site par rapport à l’appropriation de l’outil. A mon avis c’est une
question d’habitude et de culture et c’est quelque part une question de temps pour
que le changement se fasse ». Affirme Christophe Olivier CCFD.

Dans ce domaine RITIMO fait des efforts en donnant des formations aux
membres, pour que ces derniers arrivent à maîtriser l’outil, à l’intégrer dans leurs
activités et en conséquence prennent des initiatives d’action et de proposition
concernant l’outil. Ce n’est pas le cas pour le CRID et le CCFD où la notion de
« réseau participatif » est loin d’être un succès et les dynamiques internes ne sont
pas au point pour démarrer une expérience collective.

Responsables associatifs et responsables de la communication et de sites


sont d’accord pour dire que le problème est « culturel » et que c’est une question
d’habitude. Cela peut être vrai, mais cela étant dit, les propositions pour que cette
situation évolue ne sont pas à l’ordre du jour dans les multiples débats associatifs.

55
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

3.5 Conclusions Partielles

A l’origine de ces stratégies de communication Web, 3 éléments se


détachent : les moyens de financement, la quantité de ressources et type
d’activité.

Le degré de professionnalisation et les moyens humains et financiers sont en


effet directement liés à l’efficacité et performance des sites Internet.

La notion de « réseau participatif » est loin d’être un succès et les


dynamiques internes ne sont pas au point pour démarrer une expérience
collective.

Le site Internet n’est pas le seul moyen de communication dont disposent


les associations et parfois ces structures ne basent pas leur politique ni leur
action dans la communication sur le site.

Le degré d’appropriation et de développement des potentialités de l’outil


varie selon les associations.

Au niveau informationnel, il y a une difficulté qui est commune aux trois


associations. La constitution d’un « réseau participatif et d’échange » pour
alimenter et construire le site collectivement à l’intérieur des structures.

Au niveau communicationnel il y a encore des potentialités inexploitées qui


permettraient d’améliorer la communication avec les visiteurs, pour s’ouvrir
vers de nouveaux publics. (Pour le CCFD)

Les écarts entre les acteurs et les dynamiques internes, concernant la


communication et le site Internet, créent des situations de rupture qui ne
permettent pas une appropriation totale des outils au sein des structures .

56
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

IV. Préconisations, propositions d’action et conclusion.

4.1 Préconisations et propositions d’action

En fonction des remarques formulées ci-dessus, et en tenant compte aussi


bien des objectifs généraux que des moyens des ASI, il s’agit maintenant de faire
quelques recommandations aux responsables des structures et des sites Internet.

a. Concernant le CRID

Le site Web du CRID remplit ses objectifs au niveau informationnel.


Cependant les points faibles les plus importants de ce site sont ceux relatifs à
l’architecture du site et à son manque d’ergonomie. Cette faiblesse est liée à un
manque de réflexion et d’intérêt concernant les éléments graphiques du site. Les
responsables semblent avoir tout mis sur le contenu du site et avoir ignoré l’aspect
formel. Ainsi le site est très riche en contenus mais ils ne sont pas mis en valeur et
semblent désorganisés.

Pour améliorer les niveaux de lisibilité, d’accès aux contenus et pour


faciliter la navigation sur le site, la proposition est simple : il est nécessaire
d’intégrer l’aspect visuel dans les réflexions concernant la prochaine version du site.
Une réflexion réunissant les deux aspects (fond et forme) pourrait rendre du
dynamisme au site mais surtout faciliter la navigation et mettre en valeur les
contenus.

Le fait que le site soit dirigé vers un public connu et proche de l’association,
ne doit pas être une justification pour ignorer la dimension visuelle et ergonomique
du site, parce que si les responsables du site veulent que les gens participent plus

57
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

et prennent partie dans le fonctionnement du site, il faut que ce dernier soit un


minimum attirant et bien structuré graphiquement.

b. Concernant RITIMO

Le site de RITIMO est plus réfléchi sur le plan visuel et il remplis également
son rôle informationnel et de relais. Ainsi forme et fond sont complémentaires et
l’ergonomie du site est réussie. Cependant il est nécessaire de simplifier
l’organisation des contenus, l’architecture générale et le contenu des rubriques,
pour faciliter la lisibilité et l’accès aux informations. Un enrichissement visuel
pourrait s’avérer un élément utile pour alléger davantage la lecture et le passage
vers les contenus.

Actuellement les rubriques sont très larges et de ce fait la navigation devient


compliquée. En outre, certaines rubriques sont si vastes que les responsables
n’arrivent pas à « animer » le site et à renouveler les contenus. Dans ce contexte
une simplification des rubriques est nécessaire pour d’une part simplifier les taches
des responsables et d’autre peut rendre plus efficaces la navigation et l’utilisation
du site.

Le site (application) RINOCEROS (bibliothèque internationale de la SI) est


une production essentielle du travail de RITIMO, mais elle n’est pas incorporée au
site de la structure, il est fondamental donc de l’intégrer et de la mettre en valeur,
étant donnée l’importance que cet outil représente aussi bien pour l’ASI que pour
les usagers. Un autre élément qui doit être réévalué c’est la stratégie vis-à-vis des
jeunes, un public qui est devenu prioritaire pour RITIMO, mais pour qui le site ne
propose aucun élément attirant ou différent de la structure commune du site. Il faut
donc mettre en avant la rubrique dédiée aux jeunes, mais également l’enrichir
visuellement et la rendre plus attirante et dynamique. Construire un lieu spécial
pour un public particulier et exigeant avec les contenus proposés sur Internet.

58
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

c. Concernant le CCFD

Des trois sites, le site du CCFD est le plus réfléchi et le plus complet à tous
les niveaux, une situation plutôt logique si nous prenons en compte les moyens mis
à disposition pour son développement. Il y a une cohérence entre la forme et le
discours de l’association et le site répond aux objectifs informationnels de la
structure. Cependant le site du CCFD a des manques importants concernant le
niveau communicationnel, concernant l’interactivité et les outils mis en œuvre dans
la quête des nouveaux publics. Le site du CCFD est très statique, l’utilisation des
supports multimédia parait insuffisante dans une démarche qui se veut
communicationnelle et promotionnelle.

Une utilisation plus importante de ce genre d’outils permettrait de mieux


promouvoir les actions sur le terrain et de rapprocher les visiteurs des acteurs de la
solidarité internationale. Des interviews audio, des vidéos montrant certaines
actions, plus d’images montrant le quotidien des bénévoles seraient des éléments
plus attrayants et riches que des textes moyennement illustrés.

Comme pour RITIMO le CCFD devrait créer un espace spécialement dédié


au public jeune et leur donner une place spéciale au coeur du site. Les jeunes
s’engagent de plus en plus dans des projets de solidarité internationale et ils sont
devenus une cible prioritaire pour les ASI. Le CCFD doit donc développer des outils
adaptés à ce public (jeux interactifs, news letters spécialement dédiées aux jeunes,
espaces de participation, modes d’engagement alternatifs, etc.), pour les amener à
rejoindre l’association, en devenant bénévole, adhèrent ou donateur.

d. Concernant le rapport avec le public

Lors des entretiens, les responsables des sites et de la communication l’ont


confirmé : il n’y a pas eu d’études sur le public, lors des refontes des sites ou lors
des changements importants. Situation singulière pour des associations comme
RITIMO et le CCFD dont un des objectifs est d’élargir leurs publics.

59
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

La question est : comment pensent-ils toucher un public qu’ils ne


connaissent pas ? Comment vont-ils établir des stratégies de communication et de
promotion quand ils ne connaissent pas leurs auditeurs ? Ces associations doivent
faire un effort pour identifier et connaître les publics cibles. Des enquêtes doivent
être réalisées dans le cadre des changements ou de l’implantation des nouveaux
outils. Il est insensé de créer des outils et de les mettre en ligne sans avoir la
moindre idée du public qui va les utiliser ou quels pourraient être les usages que
ces publics vont faire de ce genre d’outils.

Concernant les publics « internes » et proches aux ASI, il faut développer


également des stratégies pour suivre et répondre aux demandes de ces utilisateurs.
Certes les outils de fidélisation existent dans les trois sites, mais en même temps, il
est fondamental d’être à l’écoute des usagers. Là encore il n’y a pas de suivi,
d’études ou d’enquêtes de « satisfaction » des visiteurs habituels et les
changements se font très souvent d’une manière instinctive ou à partir de retours
très sporadiques.

Il n’est pas question de remettre tout le travail et toute la faute sur les
épaules des responsables de sites, les membres des associations doivent aussi
s’impliquer et participer dans l’amélioration des outils. Nous verrons ensuite quelles
pourraient être les actions à suivre pour rendre plus efficaces les dynamiques
internes des associations.

e. Concernant les dynamiques internes des ASI

Un exemple à suivre : la démarche « pédagogique » mise en place par


RITIMO, il est impératif que les membres des associations s’approprient l’outil,
apprennent à s’en servir et surtout comprennent l’importance de leur participation à
la construction du site Internet. Dans un premier temps les responsables des sites
doivent faire les démarches nécessaires pour que des groupes de formation se
forment autour de la thématique communication et nouvelles technologies. Un
premier pas dans l’appropriation de l’outil est le fait de comprendre son
fonctionnement et l’importance qu’il a pour les structures.

60
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Au sein des instances décisionnaires, il faut également créer des espaces de


discussion sur la thématique communicationnelle des ASI et la place que le site
Internet a dans les stratégies des structures. Lors des grands Assemblées
générales ou des comités d’animation, il serait idéal d’ouvrir un temps pour débattre
du sujet et laisser une place aux responsables de la communication et des sites
pour s’exprimer et présenter avec exactitude leurs propositions concernant
l’évolution des sites.

Dans ce contexte, il faut donner plus d’autonomie aux chargés des sites et
leur permettre de faire des propositions pour faire évoluer les sites, mais cela ne
suffit pas, il est nécessaire également que les acteurs décisionnaires soient plus
réceptifs et comprennent au moins de façon globale l’importance et les enjeux que
l’évolution des outils a pour les ASI. Les acteurs doivent se rapprocher du site et
des préoccupations exprimées par les responsables de la communication et de
l’Internet, tant les membres en général des ASI que les acteurs décisionnaires.

Lors des débats et des groupes de formation, l’objectif doit être aussi de
créer une conscience sur le fait que le site doit être le résultat d’une action
collective, non seulement par rapport à l’alimentation (mise en ligne des contenus)
mais également par rapport à sa conception et son développement. Il est
fondamental que chacun des membres des ASI devienne plus actif, que les comités
des rédactions soient plus fréquents et que les taux de participation augmentent.

Toutes ces démarches doivent être pensées sous une approche globale et le
but principal est de pouvoir mobiliser, un nombre suffisant de personnes pour
construire collectivement les sites associatifs.

4.2 Conclusion générale

Ce travail nous a permis de constater que le milieu des ASI en France est
très hétérogène et que les démarches communicationnelles sur Internet varient
également, selon des facteurs financiers, politiques, organisationnels et culturels.
Nous avons pu établir que les types de financement (privés, publics, etc), le

61
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

montant de ces ressources financières et le type d’activité menée par les


associations, sont trois éléments décisifs dans la définition des stratégies de
communication et dans l’appropriation et usages donnés aux sites Internet.
Toutefois, en saisissant une bonne partie des avantages qu’offrent les TIC, nous
voyons comment malgré les différences entre les trois associations étudiées,
chacune d’entre elles a réussi à adapter et développer des outils plus ou moins
performants et qui répondent à leurs objectifs.

L’analyse des trois sites Internet et les entretiens avec les responsables des
associations (acteurs décisionnaires, responsables de la communication et des
sites Web) nous a permis d’illustrer les différents niveaux de développement des
outils dans les structures. Et d’identifier également trois types de pratiques de
circulation de l’information et de communication. La première est une démarche
informationnelle fermée : le site se dirige vers un public très proche de la structure
et il n’existe pas un intérêt à élargir ce public, tel est le cas du CRID. En deuxième
lieu nous avons identifié une démarche informationnelle ouverte : le site est dirigé
vers un public également proche du milieu de la SI, cependant les contenus étant
plus généralistes le public est plus large, tel est le cas de RITIMO. La troisième
démarche est davantage basée sur la communication et le marketing : le site est
dirigé aussi bien aux personnes connaissant l’association que vers le grand public.
Cette dernière démarche correspond au cas du CCFD.

D’un autre côté, cette analyse nous a permis de découvrir les dynamiques
internes des ASI et la place que le site Internet a dans les stratégies
communicationnelles des organisations. Et nous avons pu constater ainsi qu’il y a
des situations de rupture à l’intérieur des structures et que les responsables des
sites et de la communication se retrouvent souvent seuls face à la construction et le
développement de l’outil. Ces différences entre les représentations que les acteurs
décisionnaires, les responsables des sites Internet (et de la communication) et les
autres membres des organisations, ont des sites Web, est un facteur qui empêche
l’évolution de ces derniers.

A partir de ces constats nous avons soulevé des carences à deux niveaux,
un premier niveau regroupant des défaillances de type conceptuel, graphique,

62
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

ergonomique et technique et un deuxième concernant les dynamiques internes, les


tensions entre les acteurs et le manque d’implication des membres des
associations dans la construction et développement des sites Web. Dans ce
contexte et en tenant compte des faiblesses remarquées, nous avons proposé au
niveau technique et fonctionnel de l’outil pour chacune des associations et au
niveau organisationnel (dynamiques internes et développement des sites) pour
l’ensemble des trois structures.

Ces préconisations semblent réalisables et n’exigent pas d’énormes moyens


financiers, par contre elles nécessitent une implication plus forte de la part des
membres des associations et une réflexion sur l’importance que l’outil a pour la
structure. Il nous semble opportun de favoriser la création d’un réseau participatif
autour du développement des sites Internet dans les associations, étant donné que
le caractère même de l’outil Internet appelle à une démarche collective.

Pour ce faire, deux éléments doivent être mis au centre des stratégies et des
débats associatifs : formation et implication autour de l’outil Internet. A ce niveau les
défis sont importants, mais l’appropriation de l’outil par les équipes internes des ASI
est un élément essentiel pour que les sites deviennent des outils efficaces
permettant une réelle mise en valeur des activités de l’association.

Cette étude est certes limitée par rapport au nombre d’associations étudiées
mais elle propose une méthodologie intéressante qui pourrait être appliqué à un
échantillon d’associations beaucoup plus large. De plus, une bonne partie des
résultats et des constatations obtenues à partir des analyses et des entretiens,
peuvent être sûrement appliquées à d’autres structures du milieu associatif. De la
même manière, certaines préconisations et propositions d’action pourraient être
reprises par d’autres acteurs du milieu qui pourraient se sentir proches des ASI
analysées.

63
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

BIBLIOGRAPHIE
Ouvrages :
« Les organisations non gouvernementales et le management » Coordonné par
Erwan Quéinnec et Jacques Igalens. Editoriale Vuibert. 2004

« L’Etat et les ONG : pour un partenariat efficace » par le Commissariat général du


Plan. Rapport du groupe présidé par Jean-Claude Faure. La documentation
française. 2002.

« Solidarité Internationale ; Répertoire des acteurs 2007 ». Publié par RITIMO,


MAE, DgCiD et CCD. 2007

« La loi 1901. Racontée aux français ; faut-il la supprimer ? » Par Gilber Collard et
Regis Hanrion. Editions LPM. 2000

Rapports et études :
« Associations de solidarité Internationale. Répertoire. » Publié par la commission
développement. 2000.

« La coopération internationale française » France Direction générale de la


coopération internationale et du développement. 2005

« Comment les acteurs évaluent-ils leurs actions d’éducation au développement et


à la solidarité internationale ? » Exemples de pratiques. Recueil No. 10 publié par
EDUCASOL (plate-forme d’éducation au Développement et à la solidarité
Internationale). 2006-2007.

« La e-solidarité. Une nouvelle forme de mobilisation » Étude qualitative effectuée


sous la direction de Jean di Sciullo, Consultant en communication sociale et
humanitaire. Commandée par MSN actions solidaires. 2005

« Baromètre de la générosité en France ». Fondation de France. Septembre 2004

« Les Internautes et la e-solidarité » Etude statistique réalisée par IPSOS. Février


2005.

64
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

« 15-24 Ans, génération e-solidarité » Etude qualitative réalisée à l’occasion du


colloque de MSN Actions Solidaires du 4 avril 2006.

« Les jeunes et l’e-solidarité, perspectives pour le secteur associatif ». CERPHI


(centre d’étude et de la recherche sur la philanthropie. 2006

« Les français et la solidarité Internationale : état de l’opinion ». Colloque du 15


novembre 2006 à l'Agence française de développement. Publié sur le site du haut
conseil de la coopération Internationale. 2006

« La sensibilisation de l’opinion publique à la coopération internationale pour le


développement ». Note de stratégie. Publié sur le site du haut conseil de la
coopération Internationale. 2006

« Les organisations de solidarité internationale : repères historiques et structuration


dans leurs relations avec les pouvoir publics » Jean-Marie Hatton ancien secrétaire
général du HCCI avec le concours de Roland Biache, Michel Doucin, Michel
Faucon, Jacques Lecugy, Colette Métayer et Henri Rouillé d'Orfeuil. Publié sur le
site du haut conseil de la coopération Internationale. 2006

« Enquête sur l’usage des technologies de la communication par les associations »


Enquête réalisée et publiée par la association VECAM. 1999.

« Rapport d’activités 2005 » Du CRID. Publié par le CRID (Centre de recherche et


d’information pour le développement. 2006

Articles:
« Les TIC, une réponse à la pauvreté ? ». Article de Miguel Saravia publié dans
Revue latino-américaine Tecnologia et Sociedad, N°6 , octobre 2004 Edition ITDG.
(Traduction : Claude Henry, VECAM. Relecture : Frédéric Sultan). 2006

« L’e solidarité : émergence d’un phénomène de société » Article paru sur le site de
WebActusNet, Source MSN.fr. Publié Le 23 février 2005.

« La donne a changé… » Article paru sur le site de la UJJEF. Entretien avec Jean
di Sciullo (consultant en communication sociale et humanitaire) et Marc Castille
(Directeur de la communication et des publications au secours Populaire). 2006

65
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

« Génération e-solidaire » Article paru sur le site de MSN Actions Solidaires. Par
Olivier Melaponti. 2006

Sites Web :
CRID (Centre de recherches et d’information pour le développement).
www.crid.asso.fr/

CCFD (Comité Catholique contre la faim et pour le développement)


www.ccfd.asso.fr/

RITIMO (Réseau de centres de documentation et d’information pour le


développement et d’information pour le développement et la solidarité
Internationale) www.ritimo.org/

Coordination sud. www.coordinationsud.org/

MSN solidarités. http://actionssolidaires.msn.fr/

HCCI (Haut Conseil de la Coopération Internationale). www.hcci.gouv.fr/

Webactusnet. www.webactusnet.com/

Ujjef. www.ujjef.com/

Secours Catholique. www.secours-catholique.asso.fr/

RINOCEROS. www.rinoceros.org/

ACF. www.actioncontrelafaim.org/

FORIM. (Forum des organisations de solidarité Internationale issues de


Migrations). www.forim.net/

EDUCASOL. (Plateforme d’Education Au développement et à la Solidarité


Internationale). www.educasol.org/

CLONG (Le Comité de Liaison des ONG de Volontariat travaille sur les
questions liées au VSI, le Volontariat de Solidarité Internationale)
www.clong-volontariat.org/

Handicap International. www.handicap-international.org

OXFAM. www.oxfam.org/fr/

66
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

MSF. (Médecins Sans Frontières) www.msf.fr

67
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

ANNEXES

Annexe no. 1………………………………………………………………………… 69


Guide d’entretien. Elaborée a partir du document de travail du cours
« STRATEGIES DES EDITEURS MULTIMEDIAS - Usages et pratiques ».
Eléments méthodologiques. Par Mme. Viviane LE FOURNIER

Annexe no. 2 ………………………………………………………………………… 72


Entretiens avec les chargés de la communication des sites Internet et
les délégués généraux des 3 associations.

Annexe no. 3 ……………………………………………………………………….. 123


Analyses des sites Internet des 3 associations. Sites du CCFD, CRID et
RITIMO

68
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe no. 1
Guide d’entretien

Lors des entretiens, certains points ne seront pas développés, cela dépendra du
rôle de la personne interviewée au sein de l’organisation.

I. L’offre éditoriale.
Caractéristiques de l’application et le contexte de déploiement

1. La logique du site et son histoire.


 Les dates
 Rôle, statut des décideurs
 Insertion dans la logique de l’organisation
 Place de l’outil dans l’activité de l’association.
 Choix des supports, synergie et complémentarité.
 Contenus
 Sources
 Actualisation et évolution de la base de données et des informations

2. Le contenu éditorial.
 Quelle est votre opinion sur le site de votre association ?

II. La demande
Comment les usagers sont pris en compte et quel est le rapport entre le
rédacteur et les usagers ?

1. Appréhension du public.
 Définition du public cible.
 Représentation de l’usager.
 Moyens mis en œuvre pour connaître le public.

69
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2. Tests
 Réalisés avant et lors de la mise en ligne de l’application. Résultats et
conséquences sur le contenu.

3. Interactivité
 Participation des usagers (courriers, forums…) et retour de la part de
l’éditeur. Effets des échanges sur les contenus.

4. Formation
 Compétences de la personne qui détermine la ligne éditorial.

5. Enquêtes et études.
 Types d’études réalisées sur le public : enseignements pour la stratégie
éditoriale.

6. Implication des membres de l’organisation


 Type d’intervention, dans quel but ?

7. Audience
 Moyens pour connaître la fréquentation du site, analyse des donnés et
postérieure utilisation de ces dernières.

8. Appropriation de l’application
 Eléments susceptibles de fidéliser les usagers.

III. La gestion du site.

1. Les ressources humaines et techniques.


 Quelles compétences ont été et sont mises en œuvre ?
 Formation de l’équipe, cursus, compétences…
 Mobilisation des savoirs.

70
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

 Formation interne.
 Partenariat, autres prestataires.
 Adhésion à une organisation professionnelle.
Les solutions techniques
 Matériels et logiciels utilisées.
 Sécurisation de données, des paiements.
 Exploitation bases de données.
 Hébergement.
 Partenariat technique.
 Pratique veille technologique.
2. La communication promotionnelle.
 Moyens en ligne et hors ligne

3. Le modelé économique.
 Investissements (ressources humaines et techniques.
 Budget de fonctionnement, maintenance.
 Rentabilité des services.

IV. La pérennité du site.

1. Le développement de l’édition.
 Projets
 Usages prévus d’autres technologies.
 Evolutions technologiques.
 Evolution du poste et des compétences.

2. Viabilité de l’application
 Valeur ajoutée
 Quel type de viabilité. (économique sociale, politique…)
 Positionnement par rapport à la concurrence
 Mobilisation des moyens autour des nouveaux projets.
 Stratégies de communication par rapport au site (promotion, référencement)

71
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe No. 2
Entretiens avec les chargés de la communication des sites Internet et les
délégués généraux des 3 associations

Annexe 2.1 Entretien avec Mr. Thierry Brésillon, chargé de la communication et


du site Internet du CCFD et Mr. Christophe Olivier chargé du site Internet du CCFD

Annexe 2.2 Entretien avec Mr. Bernard Pinaud, ex-Délégué général du CRID et
Directeur de la vie associative au CCFD

Annexe 2.3 Entretien avec Raphaël Megè, chargé de la communication et du site


Internet du CRID.

Annexe 2.4 Entretien avec Sandrine Chastang, Chargée de la communication et


du site Internet de RITIMO.

Annexe 2.5 Entretien avec Bernard Salamand, Délègue général de RITIMO.

72
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 2.1
Entretien avec Mr. Thierry Brésillon, responsable de la communication du CCFD et
Mr. Christophe Olivier chargé du site Internet du CCFD.
Réalisé le 18 juin 2007 dans les locaux du CCFD à Paris.
Durée entretien : 2h 10 heures environ.

I. L’offre éditoriale.
Caractéristiques de l’application et le contexte de déploiement

1. La logique du site et son histoire.


Les dates
(Thierry) Le site a été créé fin 1999. J’ai participé à l’ouverture et je m’en suis
occupé depuis le début. (Christophe) et moi pour ma part, j’ai commencé à
travailler avec le CCFD quelques mois plus tard en 2002 précisément pour le site et
le service de communication de l’association.

Objectifs et publics
(Thierry) C’est d’abord la vitrine pour le public extérieur et c’est aussi un outil pour
assurer notre présence et par conséquent notre visibilité face au public qui ne nous
connaît pas du tout. C’est-à-dire de donner les éléments nécessaires pour savoir
qui on est. Ensuite (et là nous parlons en termes de public) il y a pour des gens qui
sont engagées dans la SI la possibilité d’aller trouver sur le site de l’information et
de la ressource sur les questions de développement. Ensuite pour les gens qui
connaissent le CCFD, un lieu où ils vont trouver quelle est la position du CCFD sur
tel ou tel sujet et vont trouver des ressources pour animer, pour concevoir et
organiser une conférence (par exemple) ou simplement s’informer sur tel partenaire
ou telle campagne.
Ensuite il y a des vocations différentes et d’ailleurs cela se traduit en termes de
rattachement institutionnel, le site n’est pas rattaché à la relation avec les donateurs
(marketing…), non plus à la direction de l’animation du réseau il est directement
rattaché au bureau du secrétaire général (un poste assez important dans la

73
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

hiérarchie de l’association) et cela est parce que c’est un lieu de vocations


multiples : donc il y a de la notoriété, il y a de l’appel aux dons, il y a de l’appui à la
mobilisation des équipes sur le terrain (événements), il y a un travail de EAD
(éducation au développement) à travers les infos qu’on diffuse donc les vocations
comme je le disais sont multiples.

Dans l’analyse du site Internet que j’ai réalisée, j’ai fait une remarque
concernant la façon de traiter les informations, donc d’après cette analyse un
des objectifs du site est de mettre bien en avant le rôle et l’image de
l’association et son statut d’acteur partenaire de projets dans le monde.
Donc, outre le côté informatif, il y a une dynamique plus communicationnelle,
c’est-à-dire que dans le site il est question d’impliquer les gens et de faire un
appel à la participation directe avec le CCFD, est-ce que je me trompe ?

C’est clair que sous-jacent à tout le côtè informationnel, il faut qu’on donne à voir ce
qu’on est et qu’on donne envie de nous rejoindre et qu’on assure notre crédibilité et
si on peut qu’on sollicite des dons. Cela fait partie de nos missions : renforcer
l’image du CCFD, faire un appel aux dons, on porte pas seulement les messages,
on vend aussi l’image du CCFD a travers l’outil.

Rôle / statut des décideurs / Validation


(Thierry) Je suis le responsable éditorial, donc j’ai le mandat pour prendre les
décisions par rapport aux contenus (ce qui est publié ou pas, les contenus et la
ligne éditoriale des textes), également c’est moi qui définit les priorités en termes
d’orientations éditoriale, donc moi en tant que responsable éditorial, je suis rattache
directement au secrétaire générale du CCFD et c’est moi qui prends les décisions à
ce niveau-là.
Après il peut y avoir de la mise en ligne des petites infos qui est faite par Christophe
(et par deux ou trois personnes de l’organisation qui commencent à s’impliquer un
peu dans la démarche du site). Ce genre de contenus ne pose pas généralement
de problème éditorial particulier, parce qu’elles ont une validation préalable (ce type
d’informations ne représentent un enjeux majeur dans la stratégie de
communication du CCFD, donc elles sont mises en ligne sans problème et assez
rapidement). Après il y a toujours la possibilité d’intervenir a posteriori (l’avantage

74
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

du Web c’est le fait que ce n’est pas imprimé, donc on peut toujours faire des
modifications).
Ça c’est au niveau de la décision. Au niveau de l’élaboration il y a « virtuellement »
une équipe éditoriale qui ne se réunit pas assez souvent (des problèmes de temps
et d’organisation), des gens qui dans leurs services sont sensés porter la
préoccupation du site et qui dans l’équipe du site sont sensés porter les
préoccupations de leur unité d’appartenance. Cependant c’est un peu plus
compliqué que ça, ces gens ont aussi un mandat pour prendre des décisions et
rendre des arbitrages et définir des priorités concernant les contenus du site. Mais
je répète que cette construction « commune » n’est pas simple, d’une part parce
que on n’a pas encore l’habitude (temps et organisation) et d’une autre part parce
que nos préoccupations à nous (Communication et Site Internet) ne sont pas
toujours prioritaires dans les autres services. Dans ce cadre très fréquemment les
alertes pour avoir les nouvelles informations et pour animer le site ne viennent pas
de ces services mais on est sollicité directement par la source qui nous dit qu’il y
aura, telle manifestation, tel événement, donc ces infos arrivent directement soit
vers Christophe soit vers moi, et après on se partage le travail.

Insertion dans la logique de l’organisation / Place de l’outil dans l’activité de


l’association
(Thierry) Le site est un outil dont l’utilité communicationnelle est tangible et
assimilée par les différents services de l’association cependant on a du mal
(comme on l’a vu dans la question précédente) pour que le gens participent dans
un processus d’élaboration commune du site.

Choix des supports, synergie et complémentarité. (Affichage, magazine,


brochures)
(Christophe), au niveau de la charte graphique on essaie de respecter la charte du
CCFD, respecter la mise en page et les éléments généraux. On l’adapte au format.
(Thierry) Nous avons deux éléments de base qui sont le logo de l’association et la
barre noir avec le nom de l’association, je dirais que en termes de chartre
graphique ce sont les deux repères qui sont récurrents. (Christophe) il y a aussi à
mon avis d’autres éléments qui sont présents dans quasiment (on essaie) tous nos
supports, comme par exemple les polices. Certes les supports ne sont pas toujours

75
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

les mêmes et on doit adapter les contenus, mais on reste dans la même ligne
graphique.
(Thierry) Les supports hors ligne renvoient toujours vers notre site - cela est
quasiment systématique, pour ce qui concerne la synergie éditoriale,
spécifiquement sur le magazine (notre support plus représentatif) on le met en ligne
avec un mois de décalage, étant donné que les ressources d’information sont
extraordinaires, il serait dommage de ne pas les partager. Cependant il est trop tôt
au CCFD pour réfléchir à une vrai synergie entre les supports papier et le site, (on
est trop peu de gens à réfléchir comme ça) pour moi le lien est évident mais pour
beaucoup de membres du CCFD il ne l’est pas. Malgré cela on essaie d’utiliser au
maximum des ressources que nous journalistes nous rapportent pour le magazine,
c’est a dire que sur le site il y a des éléments complémentaires aux articles qui
paraissent sur le support papier (on essaie de prolonger les reportages et de
profiter de toute la matière que nos journalistes recueillent – parce qu’il serait
dommage de perdre ces informations, étant donnée que pour le magazine nous
n’utilisons que 20% de cette matière). L’idée est de généraliser les infos (interviews,
témoignages, photos, etc.) sur le site et de ne pas rester sur notre support papier.
Mais pour l’instant cela n’est pas une véritable stratégie et cela reste du coup par
coup.
Cela étant dit les rythmes de publication sont différents, mais cela n’empêche pas
qu’il peut y avoir une partie qui accompagne et qui au moment où le magazine
parait on va essayer de faire apparaître en même temps des infos complémentaires
sur le site.
Outre le support « magazine » nous avons aussi la news letter (pour ce support la
connexion est évidemment beaucoup plus forte et elle s’appuie entièrement sur le
site) on essaie à travers ces moyens de renforcer la dimension communication
électronique. Et il y a aussi la lettre aux donateurs, qui est un support écrit, mais il
n’y a pas beaucoup de relations avec les contenus du site. Concernant les affiches
on essaie qu’il y ait un lien direct et clair entre ces derniers et le site (les affiches
sont généralement mises en ligne en approfondissant l’information à laquelle elles
font référence et de la même manière les affiches renvoient au site pour approfondir
l’info)

76
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Pourquoi sur le site il y a certaines pages (voir analyse sur les pages internes
du site) qui ne suit pas la même organisation et la même présentation que
celles des pages principales du site ? Est-ce une action intentionnelle ou un
problème de conception ?
(Thierry) Cette « rupture » est délibérée, on veut différencier la structure des
certaines pages de celle des pages de « base » du site. Quand on est sur des
dossiers ou sur des campagnes en particulier, il y a des éléments qui ont leur
propre identité, c’est a dire qu’on est sur des campagnes qui sont spécifiques et
temporaires et qui ont leur propre charte graphique. Par contre là où on essaie de
conserver une identité graphique c’est dans les dossiers qui sont propres au CCFD,
au niveau de nos dossiers on essai de renforcer l’unité, (quitte à ce qu’il y ait un peu
de liberté), mais on essaie quand même de mettre un élément d’identité graphique,
qui va être le logo, le bandeau noir avec le nom du CCFD, mais aussi les couleurs
et la structure générale des pages.
Mais c’est sûr qu’il y a un choix délibéré de se dire que finalement quand on est
dans des contenus très spécifiques où on veut faire passer une impression
différente, on ne cherche pas forcement l’unité graphique. (Christophe) même au
niveau de l’interface, on va avoir les menus des pages de ce dossier là et pas les
contenus du site « principal » CCFD. Cependant il y a toujours un renvoi vers le site
CCFD. C’est justement pour des dossier forts qu’on cherche à leur donner une
vraie identité graphique, du coup avoir plus de liberté dans la présentation,
l’architecture, l’icono, etc. Mais il est toujours important de trouver au moins de
petits éléments d’unité.
Parfois quand c’est des campagnes collectives nous n’avons pas la maîtrise des
contenus graphiques, donc ce genre des pages est quelquefois éloigné de la charte
du CCFD. (Voir campagne soja).

Contenus
(Thierry et Christophe) On a plus de 1000 pages aujourd’hui, d’une manière
générale les contenus tournent autour d’un sujet central : la Solidarité Internationale
et le travail que développe le CCFD dans ce domaine.

77
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Sources
(Thierry) C’est vaste et ça varie, d’abord ce qu’on fait sur le terrain on le valorise
très peu sur notre site, (-en gros le CCFD est présent dans plus de 70 pays et
entre 400 et 600 pays qu’on soutient chaque année - mais sur le site on ne doit
avoir que 10% des projets) ce qui alimente le contenu ce sont les documents, les
paroles de partenaires (interviews) cela est la partie qui en termes d’alimentation du
site est la plus fréquente. La vocation du site est de donner la parole, de donner à
voir des points de vue auxquels on n’a pas accès autrement, donc avoir des
témoignages, de l’analyse, de la réaction, etc.

Actualisation et évolution de la base de données et des informations


(Thierry) Elle est très fréquente, il y a des jours où nous corrigeons un seul
paragraphe et des jours où nous mettons en ligne plusieurs documents, (mais c’est
assez fréquent, ça change en permanence).
(Christophe) Généralement dès que nous avons des informations importants (des
nouveaux entretiens, des nouveaux dossiers) on essaie de les rendre visibles dès
la page d’accueil ou du moins dans les pages principales. Mais quand il s’agit de la
mise à jour de textes ou la mise en ligne de documents plus simples, on ne les met
pas en avant.
(Thierry) Cependant on est en train de réfléchir à la modification de la page
d’accueil où justement on aurait la capacité de rendre plus visible les dernières
mises à jour et les actualisations (par exemple, les trois derniers documents, les
trois derniers évènements, les trois derniers sons, etc.) parce que on voudrait aller
plus vers un public médias, donc on veut rendre ce genre d’informations plus
visibles. Sinon il y a autre chose, tu peux aussi t’abonner au flux RSS et avoir les
nouveautés qui sont signalées automatiquement.

2. Le contenu éditorial.

Quelle est votre opinion sur le site de votre association ?


(Christophe) Il est riche, mais il est un peu trop statique (à mon avis) et de ce fait là
il ne montre pas assez sa richesse.
(Thierry) Je pense qu’il accompagne pas mal la vie du CCFD et on perçoit bien les
différentes dimensions, donc là dessus je dirais qu’on a réussi un tour de force,

78
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

parce qu’on est sur deux missions, qui sont soutenir des projets et faire de l’ EAD
et on fait de l’appel au dons et on fait du plaidoyer, qui ne sont pas des missions en
tant que telles mais qui sont quand même des dimension de travail. On arrive à
peu près à rendre cela accessible. En Outre, je le trouve trop coloré, pas assez
réactif, pas assez participatif. Et sa vocation est encore un peu floue, on est
toujours à mi-chemin entre le site institutionnel et le vrai site qui fait que les gens se
sentent appartenir à quelque chose (c’est-à-dire que tu ne vas pas simplement
visiter le site du CCFD mais en fait tu fais partie de quelque chose, qui est la
mouvance des gens qui sont dans la SI, ce site là est une partie de ton univers,
mais il faut que tu puisses avoir le sentiment d’interagir avec et que tu vas retrouver
ce que tu ne vas pas trouver ailleurs, et c’est pour cela qu’on va le faire un peu
évoluer.
Mais honnêtement, il y a des choses graphiquement qui ne me plaisent pas, même
si je suis directement responsable. Je me dis qu’il y a de la matière, il faut le
pousser d’avantage, la réactivité ce n’est pas simple à obtenir parce qu’elle ne
dépend pas que de nous, nos chargés de mission n’ont pas la capacité de répondre
à nos demandes. Mais c’est aussi comment la structure s’approprie la démarche
d’un site Internet, on est très en avance (notre équipe) là-dessus, ils ont toujours
une vision trop statique de ce qui doit être un site. Autre problème c’est que quand
nos chargés de mission nous envoient des informations, elles sont trop informelles
(on ne sait pas quelle est l’info ni comment on pourrait s’en servir). Par exemple,
cette année on démarre une grosse campagne. Tous les contenus sont élaborés un
an en avance et à la dernière minute on nous demande : « et sur le site vous faites
quoi ? » donc c’est très compliqué de travailler comme ça. Donc je pense que les
membres du CCFD doivent comprendre que le site Internet est un outil parmi
d’autres et qu’ils doivent penser en même temps qu’ils développent leurs autres
outils de communication (en gros il y a un manque de réflexion sur la synergie, tant
éditoriale comme des supports). Les gens pensent que le site est une grosse
poubelle où on met tout ce qu’on veut, et pour moi le site est un média avec ses
contraintes, ses spécificités, sa valeur ajoutée, etc. Le site n’est pas toujours intégré
comme média il est simplement un « espace » en gros : on fait ça donc il faut que
ce soit sur le site, il faut que ça soit dans la « vitrine ».

79
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

II. La demande
Comment les usagers sont-ils pris en compte et quel est le rapport entre le
rédacteur et les usagers ?

1. Appréhension du public

Définition du public cible / Stratégies pour définir et appréhender le public


(études/enquêtes) / Moyens mis en œuvre pour connaître le public.

(Christophe) On n’a pas encore fait d’enquêtes ou de profils, ce qu’on a comme


outils c’est de voir les réactions des gens qui vont nous contacter par l’intermédiaire
du site. Le public est assez large, ça va du collégien qui fait une recherche et qui
s’intéresse à la SI et au CCFD, aux jeunes qui font partie d’un mouvement ou
service d’église qui vont voyager et qui vont être en relation avec le CCFD. Une
grande partie ce sont les bénévoles du CCFD, il y a quand même une partie du site
CCFD qui est dédiée à la « communication interne » (pour des gens qui font partie
du réseau CCFD et qui viennent sur le site Web pour voir ce qui se dit et ce qui se
fait), après on a les gens de pays du sud (qui s’y intéressent), des gens qui
cherchent un travail, on va avoir également des gens qui arrivent à travers les
autres supports et du public en général. En dernier on a un public dont on n’a pas
trop parlé c’est les journalistes, nous faisons attention à la relation entre nous et le
service de relations presse, parce qu’on sait que quand le CCFD envoie des
communiqués de presse ou des rapports, il faut que les gens qui les reçoivent
puissent trouver les informations sur le site.

(Thierry) Effectivement statistiquement on a du mal à définir les grandes


« masses » mais le cercle proche doit quand même constituer la moitié des gens
qui viennent sur le site (c’est-à-dire des gens qui sont actifs au CCFD). On a
globalement réfléchi au site et on se dit qu’est ce qui fait venir les gens, c’est pas
juste de vouloir savoir qui est le CCFD, ce qui les fait revenir c’est la notion de
service, et quel service le site est censé rendre ? C’est d’y trouver des éléments
d’information sur les questions sur lesquelles le CCFD est compétent (ceci est la
base) et il y a une partie qui n’est pas assez développé c’est la partie de EAD, mais
cela est plutôt un problème interne.

80
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

(Christophe) En fait, au lieu de penser en termes de publics on réfléchit plutôt en


termes d’usages (ce que tu peux faire avec le site) si j’ai besoin d’un document, si
j’ai besoin d’une adresse, si j’ai besoin d’informations sur la SI, etc.

Certes on a des outils statistiques qui nous permettent d’avoir des données sur la
qualité et les caractéristiques des visites, mais ces outils là ne nous permettent pas
de savoir le profil des gens qui consultent notre site. On avait plusieurs fois pensé à
faire une enquête, mais ce n’est pas évident parce que par définition on va
enquêter auprès d’un public indéfinissable.

2. Tests
Réalisés avant et lors de la mise en ligne de l’application. Résultats et
conséquences sur le contenu.

(Thierry) Oui on fait toujours des tests techniques et ergonomiques avant la mise
en ligne d’une nouvelle version du site, un exemple des résultats et des
conséquences de ces tests fut une version qu’on a sortie en 2001 qui est restée
seulement quelques semaines en ligne et qu’on a dû jeter a cause de ses
nombreuses déficiences. On a dû donc faire un site « statique » beaucoup moins
élaboré qui est reste en ligne pendant plusieurs mois, mais qui correspondait plus à
nos besoins.

3. Interactivité
Les utilisateurs peuvent nous contacter à travers le site (contact par mail) et nous
incitons fortement les gens à s’inscrire à notre newsletter (3000 abonnés
actuellement). Nous avons aussi un projet de blog pour permettre que les gens
« internes » au CCFD participent et échangent des informations et que par ce biais
là les gens extérieurs aient accès à ces informations.

Participation des usagers (courriers, forums…) et retour de la part de


l’éditeur. Effets des échanges sur les contenus.

(Christophe) Généralement quand je reçois des demandes par émail), les gens
sont renvoyés directement vers les services correspondants et quand il s’agit des

81
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

contenus sur le site ou des problèmes de fonctionnement du site c’est moi qui vais
faire les démarches nécessaires. On a développé aussi une FAQ pour répondre
aux questions les plus courantes et parfois il arrive aussi que nous recevions aussi
des demandes et des courriers qui n’ont aucune utilité et que nous effaçons de
manière automatique. Donc nous répondons aux messages (du moment où on les
reçoit, on répond ou on le renvoie au service correspondant) et nous faisons les
changements qu’il faut faire et que nous trouvons nécessaires. On a également
envie comment on le disait auparavant de créer un blog (un forum animé) où les
gens (les employés) du CCFD puissent participer.

4. Formation
Compétences de la personne qui détermine la ligne éditorial.

(Thierry) Je suis journaliste, on va dire un journaliste « éclairé », un gros utilisateur


de l’informatique, je suis habitué aux outils informatiques et je m’en sers très
fréquemment, je ne suis pas seulement un rédacteur, je n’ai pas « peur » de la
technique et je connais plus ou moins l’outil Internet. Christophe lui est plus dans le
technique, donc nous fonctionnons dans une démarche de complémentarité des
compétences. Donc quand on va concevoir un contenu nouveau nous discutons,
nous réfléchissons nous étudions les contraintes techniques, etc. Là dessus notre
équipe marche assez bien. Après nous pouvons faire venir des collaborateurs
externes (mais ponctuellement pour des soucis techniques ou de moyens, manque
de temps et de personnel). Mais si tu veux, il est important la notion de
complémentarité parce qu’on couvre les carences de l’autre.

5. Enquêtes et études.
Types d’études réalisées sur le public : enseignements pour la stratégie
éditoriale.

Les tests avant le lancement des versions, mais on ne fait pas d’enquêtes
spécifiques pour le site.

82
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

6. Implication des membres de l’organisation


Type d’intervention, dans quel but ?

Comme on le disait avant les gens au CCFD ont l’habitude de nous appeler pour
qu’on mette des informations les concernant (leur service) sur le site, le problème
c’est qu’il n’y a pas de concertation et on n’est informés qu’à la dernière minute,
comme si nous « devions » obligatoirement mettre tout ce que les autres veulent
sur le site et nous pensons qu’un site ne marche pas comme cela. Sinon quand il
s’agit des changements (parce qu’il y a des mauvaises infos ou parce qu’il y a un
bug dans le fonctionnement) nous faisons les changements nécessaires.

Je suis responsable du site donc j’ai un certain pouvoir de décision. Et nous avons
aussi l’équipe « rédactionnelle » du site qui est « censée » définir les contenus,
mais comme je te le disais antérieurement cette équipe ne se réunit pas assez
fréquemment et on a du mal à mobiliser les équipes du CCFD, par rapport au site.

7. Audience
Moyens pour connaître la fréquentation du site, analyse des données et
utilisation postérieure de ces dernières.

Nous utilisons les outils de mesure de statistiques fournies par notre prestataire
ECDI et google Analytics. Ces chiffres sont dépendants des « coups médiatiques »
donc il y a des informations qui vont ramener beaucoup plus de visiteurs à des
périodes spécifiques. (1000 à 2000 visites par jour en moyenne selon les périodes
et les évènements)

8. Appropriation de l’application
Eléments susceptibles de fidéliser les usagers.

Le fait d’avoir la newsletter permet aussi de fidéliser les utilisateurs. Egalement les
flux RSS sont un moyen de fidéliser nos visiteurs (même si cette fonctionnalité n’est
toujours pas très bien comprise par les usagers)

83
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

III. La gestion du site.

1. Les ressources humaines et techniques.


Quelles compétences ont été et sont mises en œuvre ?
Moi le rédactionnel et Christophe le côté technique, sinon on fait appel à des
intervenants tant techniques que dans le rédactionnel.

Formation de l’équipe, cursus, compétences…


(Thierry) Concernant l’équipe CCFD : Partout ailleurs les gens veulent faire de la
mise en ligne, mais ici au CCFD les gens ne veulent pas, le gens voient ça comme
de boulot en plus, les gens externes au service Comm. ne sont pas intéressés en
apprendre ce genre de choses. C’est comment s’ils ne voulaient pas s’approprier
cet outil, ils ne sont pas dans une démarche d’appropriation de la technique. Il y a
un décalage entre les équipes d’animation et le site par rapport à l’appropriation de
l’outil. (Christophe) A mon avis c’est une question d’habitude et de culture et
quelque part une question de temps pour que le changement se fasse. (Thierry)
En ce qui nous concerne moi et Christophe : d’un côté on a le rédactionnel (avec
des connaissances techniques. Moi) et d’une autre le technique (avec des
connaissances en rédactionnel. Christophe) donc on est complémentaire.

Mobilisation des savoirs


Nous essayons de faire participer le plus grand nombre de personnes dans la
structure, mais comme je vous le disais avant, il n’est pas évident de mobiliser les
gens, et normalement c’est nous et les intervenants extérieurs (occasionnels) qui
intervenons.

Partenariat, autres prestataires.


Notre gros prestataire ECDI, qui est celui qui a développé la dernière version du
site, ils ont conçu les outils d’administration, de gestion et les outils statistiques du
site et ce sont eux qui nous donnent le support technique. Nous avons un autre
prestataire auquel nous faisons appel quand nous développons des projets et des
dossier très spécifiques (cette boite a développé un outil d’administration moins

84
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

important que notre principal prestataire) mais cela nous permet de décentraliser
l’intégration, donc on fait appel à eux de temps en temps (shanaya).
Et pour le rédactionnel on fait travailler des pigistes et on essaie qu’aux ils prennent
en main la mise en ligne des articles (évidemment avec une validation de notre part
avant publication).

Adhésion à une organisation professionnelle


On fait partie des clients de ECDI, donc on reçoit l’assistance technique et les
supports dont on a besoin. Les solutions techniques / Matériels et logiciels utilisés
Google Analytics pour permettre d’apprendre des choses sur nos visiteurs et sur
leur provenance et leur comportement sur notre site.
On se sert aussi de Google Adwords (pas tout le temps) mais à certaines époques
(pour faire du référencement de certaines campagnes) Le logiciel de gestion des
contenus a été développé par ECDI.

Sécurisation de données, des paiements


C’est avec la banque BNP Paribas qui a ses propres fonctionnalités pour la
protection des données.

Exploitation bases de données (courriers électroniques)


On le fait quand les usagers s’inscrivent à la newsletter ou au flux RSS, mais sinon
on ne se sert pas des courriers électroniques.

Hébergement
OVH Hébergement et Solutions Internet

Partenariat technique
OVH (Serveur), ECDI (support technique / mise en fonctionnement / administration
et gestion) et Shanaya (support technique et administration ponctuelle)

Pratique veille technologique


(Christophe) Nous sommes toujours attentifs et nous nous tenons au courant des
nouveautés et des possibilités des nouveaux médias. Cependant nous ne nous
servons pas très souvent de ces nouveautés.

85
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2. La communication promotionnelle.
Moyens en ligne et hors ligne
(Christophe) En ligne on fait du référencement et de la promotion mais très
ponctuellement (pour des campagnes très spécifiques ou lors d’évènements
particuliers), sinon on fait aussi de l’échange de liens mais c’est aussi très ponctuel.
On essaie de faire attention à la visibilité et à notre présence sur le Web. On est
quand même limité en termes de ressources financières et humaines, donc il n’est
pas évident d’être performant à ce niveau là.

3. Le model économique
Investissements (ressources humaines et techniques)

(Thierry) Nous sommes deux à travailler directement sur le site, les autres services
sont censés aussi participer à l’évolution du site. Et nous avons les services de nos
prestataires extérieurs (serveur, fonctionnement et rédaction).

Budget de fonctionnement, maintenance.


(Christophe et Thierry) 1200€ par an (maintenance) en fonctionnement on a
3000€ par an et en rédaction et développement on a 8000 € par an. Donc on a
environ 15000€ par an. Lorsqu’on a mis le site en ligne on n’a pas eu des
problèmes pour avoir l’argent, même si on est passé d’un devis de 20000€ à
11500€. Il y a eu la tentative de confier l’intégration et le suivi rédactionnel à un
intervenant extérieur, mais on s’aperçoit que la maîtrise des contenus spécifiques
au CCFD est essentielle au bon fonctionnement du site, donc on a décidé de la
prendre en main.

Rentabilité des services


(Thierry) Oui le site donne de l’argent au CCFD, à travers les dons, au long de
l’année c’est assez variable, mais on doit avoir 50000€ de dons par an, une grande
partie de dons est perçue par ce moyen et nous nous rendons compte qu’il y a
beaucoup de donateurs qui sont passés des moyens classiques à la donation sur
Internet (entre 80 et 85%) Donc on a 15% des nouveaux donateurs en ligne.

86
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

IV. La pérennité du site.

1. Le développement de l’édition.
Projets / Usages prévus d’autres technologies / Evolutions technologiques
(Christophe) Toujours faire évoluer la mise en page, éventuellement ouvrir le blog,
mettre un peu plus de contenus multimédias (photos, sons, vidéo, etc.), essayer
d’être plus réactif. (Thierry) Renforcer la vocation du « voix » du sud, voix de
partenaires, renforcer l’aspect « témoignage » sur la vie du monde. (Renforcer
l’aspect de connexion avec le sud) et aussi renforcer la notion de communication
électronique.

Evolution du poste et des compétences.


(Thierry / Christophe) Pour l’instant on n’imagine pas d’évolution dans ces postes.
Tant qu’on est tous les deux et que notre binôme marche bien, toujours dans une
dynamique de complémentarité, On ne voit pas quel genre d’évolution pourrait y
avoir pour nos postes.

2. Viabilité de l’application
Valeur ajoutée
(Christophe) Je pense que c’est le seul média qui traite de tous les aspects de la
vie du CCFD (plaidoyer, EAD, dons, etc.), c’est le seul auquel on demande de tout
faire.

(Thierry) On ne pourrait même pas imaginer aujourd’hui exister sur la scène


publique sans site, c’est ce qui assure notre présence publique. La valeur ajoutée
du site est de pouvoir trouver dans un seul lieu l’information substantielle sur
l’éventail très large des thèmes sur lesquels le CCFD travaille, à mon avis pour un
internaute la vraie valeur ajoutée est la richesse de ses contenus, de pouvoir avoir
des dossiers par thème qui lui donnent des documents, des témoignages des gens
sur le terrain, etc. Après il y a aussi la rapidité pour pouvoir communiquer très vite
sur un sujet et l’intérêt aussi de pouvoir capter un public qu’on ne pourrait pas
trouver ailleurs, (par rapport aux questions géographiques et de génération âges
des utilisateurs de l’Internet-)

87
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Quel type de viabilité. (Économique sociale, politique…)

(Thierry et Christophe) Etant données les performances du site (niveau dons et la


quantité des visiteurs), le site restera et prend une place de plus en plus importante
dans la structure, même s’il y a toujours des choses à faire, par rapport à
l’appropriation de l’outil.

Positionnement par rapport à la concurrence


(Thierry) Certes outre l’information nous sommes aussi dans une démarche
communicationnelle et nous essayons de mettre en avant l’image CCFD. Donc
nous montrons ce que nous faisons, nous essayons d’être visibles mais nous ne
réfléchissons pas en termes de concurrence.

Mobilisation des moyens autour des nouveaux projets.


(Thierry) Nous travaillons tous les deux et nous essayons de faire passer nos idées
à l’intérieur de la structure.

Stratégies de communication par rapport au site (promotion, référencement)


(Christophe) Nos stratégies restent limitées à ce niveau là, par rapport aux moyens
humains et financiers. Tel qu’on le disait avant, nous ne faisons du référencement
que pour des campagnes et des évènements spécifiques.

88
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 2.2
Entretien avec Mr. Bernard Pinaud, Délégué général du CRID (sortant du poste) et
Directeur des relations thématiques au CCFD (arrivé au poste)
Réalisé le 22 juin 2007 dans les locaux du CRID à Paris.
Durée entretien : 45 minutes environ.

I. L’offre éditoriale.
Caractéristiques de l’application et le contexte de déploiement

1. La logique du site et son histoire.


Objectifs et publics
Je le vois d’abord comme un outil d’animation d’un réseau qui est constitué des
groupes locaux, des militants et des associations membres, et donc pour ce réseau
le CRID fait des apports, en terme de documents de fond, en terme de
positionnements, en terme de propositions d’action. Je le vois donc comme un outil
d’animation plus qu’un outil de notoriété par exemple. Bien évidemment l’animation
se fait par la communication, donc évidemment le site est aussi un outil de
communication en tant qu’échange, mais pas un outil de visibilité ou de notoriété.
Dans cette démarche d’échange et d’information, le public c’est les 180.000
militants des groupes locaux (qu’à mon avis c’est un public assez large) pour moi
c’est celui là le public prioritaire, mais ce n’est pas le « tout » public (un public qui
fait qu’il faudrait tout vulgariser), c’est un public de personnes qui sont intéressées
par la SI, qui ne sont pas obligatoirement des militants purs et durs, engagés à
100%, mais ce sont des gens qui sont sensibilisées à ce genre de sujets. Donc je
pense que le vocabulaire employé, le niveau de réflexion c’est bien un public déjà
sensibilisé. Les publics sont à mon avis les militants et les sympathisants (des
personnes déjà sensibilisées). Le site du CRID n’est pas fait pour les pouvoirs
publics par exemple. Il est vraiment fait pour les membres du collectif et les cercles
proches.

89
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Rôle / statut des décideurs / Validation


C’est moi qui définis les contenus, je fais la validation et c’est moi qui prends la
responsabilité. Quand même Raphaël a une bonne marge de manœuvre sur ce qui
concerne les contenus, je vais de temps en temps pour faire des validations
importantes, sinon c’est le chargé du site qui s’en charge (il faut tenir compte que
Raphaël est aussi animateur de réseaux et il a les compétences nécessaires pour
travailler sur les contenus) Lors de la construction de la dernière version, les
membres du bureau du CRID ont validé l’architecture et tout ce qui concerne les
contenus a été validé par moi (en tant que délégué général)

Insertion dans la logique de l’organisation / Place de l’outil dans l’activité de


l’association
Je le considère comme un outil très important, c’est un outil de relais d’information
important et un outil de communication entre le CRID et ses membres. Le site a un
ensemble d’outils de communication qui sont nécessaires pour la circulation des
informations dans le collectif. (Comme par exemple le CRID-Infos, news letter du
CRID, et en général toutes les rubriques)

Contenus
Deux éléments essentiels : des textes de fond sur le domaine de la SI et des
propositions d’action (informations sur les campagnes et sur les actualités de la SI).

Sources
Les dossiers, les documents et les campagnes réalisées par le CRID et ses
membres.

2. Le contenu éditorial.
Quelle est votre opinion sur le site de votre association ?
Je considère que c’est un bon site, parce que à la fois on a des propositions
d’action et on a des textes de réflexion de fond et je trouve qu’on marie bien les
deux dimensions, la dimension campagnes et action et la dimension textes de fond
et information. En même temps, il faut savoir que c’est le site d’une coordination et
ce n’est pas le site d’une organisation, donc le site fait beaucoup de liens avec
d’autres associations, avec des campagnes portées par d’autres, mais je trouve

90
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

que le site met bien en exergue les dossiers qui sont portés par le CRID en tant que
tel, à la demande de ses membres, comme par exemple le Forum social mondial ou
l’université d’été.

II. La demande
Comment les usagers sont-ils pris en compte et quel est le rapport entre le
rédacteur et les usagers ?

1. Tests
Réalisés avant et lors de la mise en ligne de l’application. Résultats et
conséquences sur le contenu.

Oui il y a eu une enquête pour la dernière version, on a voulu connaître les attentes
des utilisateurs du site, on n’a pas eu énormément de réponses mais cela a été
utile dans la définition et la constitution de la dernière version. Je pense qu’au
moins pour le contenu on a tout validé avant de mettre le site en ligne, pour le
fonctionnement c’est Raphaël Mège (chargé du site Internet du CRID) qui peut
mieux te renseigner, mais je pense qu’on a dû faire des essais de fonctionnement.

2. Formation
Compétences de la personne qui détermine la ligne éditoriale.

Je suis dans le milieu de la solidarité internationale depuis plus de 20 ans et au


CRID je suis la personne en charge de l’organisation, la direction, l’animation et la
coordination de l’ensemble des activités du CRID.

3. Enquêtes et études.
Types d’études réalisées sur le public : enseignements pour la stratégie
éditoriale.

Avant qu’on passe sur SPIP (dernière version du site), il y a eu une enquête sur ce
qu’attendaient les membres et le public cible (donc militants, sympathisants).
Quelque chose qui peut t’intéresser par rapport à cette enquête c’est qu’au niveau
des membres (Assemblée générale et Comité d’animation), il y a un débat sur le fait

91
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

que le CRID et une coordination est pas une organisation individuelle, donc qu’il
fallait faire attention à cette dimension fédérative, de ce fait là certains ont dit que le
site devait rester sobre et pas aller sur une démarche communicationnelle mais une
démarche de relais et informative.

4. Implication des membres de l’organisation


Type d’intervention, dans quel but ?

Je pense que les demandes les plus importantes concernent l’ajout d’informations
et les dysfonctionnements de certains liens. Dans ce cas là, c’est Raphaël qui fait
les changements nécessaires pour répondre à ce genre de demandes.

5. Appropriation de l’application
Eléments susceptibles de fidéliser les usagers.

La newsletter, je pense que c’est une fonctionnalité d’une simple appropriation et


qu’elle accomplit bien la fonction d’informer et d’inciter les gens à aller sur le site. Je
pense qu’on pourrait inclure dans la lettre d’informations une rubrique « nouveautés
sur le site » ainsi les gens seraient tentés d’aller sur le site.

III. La gestion du site.

1. Les ressources humaines et techniques.


Quelles compétences ont été et sont mises en œuvre ?
On a fait appel à un prestataire externe pour le développement du site et ensuite
moi j’ai validé les contenus. On a fait l’enquête avant la mise en ligne (dont on a
parlé avant) et Raphaël s’est chargé de la mise a jour et de veiller au bon
fonctionnement du site.

92
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Formation de l’équipe, cursus, compétences…


Raphaël en plus d’être animateur du réseau, est en même temps celui qui se
charge de la communication et du site Internet du CRID, il connaît assez bien le
sujet et il a une marge de manœuvre importante.

2. La communication promotionnelle.
Moyens en ligne et hors ligne
On ne fait pas de promotion pour le site, à l’exception des liens que les autres
organisations (membres du collectif ou en lien avec la SI) font sur nous.

3. Le modelé économique
Investissements (ressources humaines et techniques)

Le site a été payé par les membres du collectif et par un financement de l’Union
européenne, parce que le site a été inclus dans le dossier « droit au développement
pour tous » financé par l’UE. On a toujours essayé de mettre le site dans des
dossier menés par le CRID (généralement financés par l’UE et le MAE) La dernière
version a été faite grâce a ces cofinancements.

IV. La pérennité du site.

1. Le développement de l’édition.
Projets / Usages prévus d’autres technologies / Evolutions technologiques
Oui l’idée c’est de rendre le site plus interactif, Raphaël a plusieurs projets. Mais je
ne suis pas totalement sûr que ça marche. Il a l’idée de mettre en place un flux RSS
et de mettre en marche un forum. Certes ça vaut peut-être la peine d’essayer, mais
moi je ne m’attends pas à ce qu’il y ait des centaines de gens qui participent.
Je pense que c’est une question de culture, par exemple au CCFD Thierry Brésillon
nous a proposé (au conseil directif) de mettre en place un blog et aucun membre de
ce conseil n’a répondu positivement à cette proposition. Donc je pense que c’est
une question de culture, beaucoup de gens dans le milieu associatif ne sont pas
habitués à ce genre d’outil et cela prendra du temps pour que cela évolue.

93
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Un autre exemple qui me vient est : sur le site du CRID il y a un « espace


membres », censé permettre la participation des membres du CRID, mais cette
fonctionnalité n’est pas vraiment utilisée et je pense que si on implémente des
fonctionnalités comme un forum ou un blog (pour le CCFD), cela ne servira pas à
grand chose.

2. Viabilité de l’application
Valeur ajoutée
La valeur ajoutée du site est la visibilité dans un seul espace de l’ensemble de la
dynamique du CRID, et on n’a pas d’autres outils qui rendent visible cette
dynamique. C’est pour cela que je trouve que c’est un outil important d’animation.
Moi j’ai connu trois sites et je pense que le dernier est assez bien et très complet,
malgré le manque de moyens. Raphaël fait un bon boulot.

Quel type de viabilité. (Économique sociale, politique…)

Le site à mon avis doit rester, parce que comme je te le dis il est devenu le lieu où
l’ensemble du travail du CRID peut être présenté et c’est un bon espace relais
d’information.

Positionnement par rapport à la concurrence


Il n’y a pas une démarche de concurrence, le site (comme le CRID lui même) est
simplement un relais d’information et un lieu où les informations circulent.

Mobilisation des moyens autour des nouveaux projets.


Les moyens sont limités et dépendent toujours des financements que le CRID
obtient pour ces grands projets. Cependant Raphaël est très engagé et trouve
toujours la manière pour maintenir le site à jour.

Stratégies de communication par rapport au site (promotion, référencement)


Aucune, sauf lorsque le CRID est cité pour les associations membres, il y
évidemment une référence au site Internet.

94
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Concernant le CCFD

Maintenant que tu es au CCFD, pourrais-tu me dire quelle est la différence


entre la démarche du CRID et celle du CCFD ?
Le site du CCFD est plus institutionnel, il s’adresse à un public plus large, puisque
les gens peuvent faire des dons en ligne. L’objectif du site du CCFD est de faire
connaître ce que on fait et d’appeler les gens à devenir donateurs, à la fois tu parles
à un public plus large, à la fois tu dois tenir compte de ta visibilité par rapport aux
pouvoirs publics et également par rapport aux journalistes, c’est cela que j’appelle
un site plus institutionnel, alors que le site du CRID est vraiment tourné vers un
réseau, cela est pour moi la grande différence. La démarche du CCFD est
communicationnelle et le site du CCFD est aussi dans une démarche marketing.

Déjà pour le CRID l’aspect donations est interdit par les membres, donc là il n’y a
aucun souci communicationnelle ni de marketing, donc on s’adresse aux membres,
aux sympathisants et aux militants.

Et par rapport aux instances de validation au CCFD, cela marche comment ?


Au CCFD, il y a un comité de rédaction, qui valide les contenus et qui doit établir les
critères de contenus qui vont être sur le site, et Thierry Brésillon est attaché au
secrétaire général et il a un mandat pour définir et valider les contenus du site, donc
il a une marge de manœuvre assez importante.

95
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 2.3
Entretien avec Raphaël Mége, chargé de la communication et du site Internet du
CRID.
Réalisé le 27 juin 2007 dans les locaux du CRID a Paris.
Durée entretien : 1 heure 20 minutes environ.

I. L’offre éditoriale.
Caractéristiques de l’application et le contexte de déploiement

1. La logique du site et son histoire.


Les dates
Le premier site du CRID est apparu en 1996, et moi je suis arrivé en 1999 et à partir
de ce moment, c’est moi qui ai dû m’en charger. Donc, depuis mon arrivée on a fait
une première refonte en 2002 (c’était le premier « vrai » site, dans le sens où il était
vivant, avec une mise à jour constante et avec beaucoup de documents). Et c’est là
qu’on a vraiment commencé à faire du site un outil qui sert, qui est consulté, qui a
de l’actu et des contenus. Après celui-là on a fait une deuxième refonte en octobre
2006.

Objectifs et publics
C’est principalement donner de l’info accessible aux membres du CRID et à leurs
groupes locaux, donc a priori, prioritairement un public qui connait déjà plus ou
moins le CRID ou qui s’y intéresse, et puis d’une façon plus secondaire donner de
l’information mais aussi des documents de fond (des textes généraux, des
réflexions, etc. liés aux chantiers de travail du CRID). Donc l’objectif est d’informer
et de former, donner du contenu plus approfondi. A priori le public est « militant
informé » qui sait à peu près où il va, mais il peut se trouver là des gens qui
cherchent des informations sur tel thème (économie solidaire etc.) qui se retrouvent
sur le site du CRID parce qu’on parle de ces questions là, donc un public un peu
plus large (intéressé par la question de la solidarité). Sachant qu’on ne cherche pas
à toucher le grand public. On ne fixe pas d’objectifs particuliers de type
« audience », tant mieux s’il est consulté, mais il reste un outil supplémentaire qui

96
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

va donner de la visibilité à ce qu’on fait, mais les gens peuvent avoir l’information
par d’autres canaux.

Rôle / statut des décideurs / Validation


Lors de la refonte du site, le bureau a validé l’architecture en 4 blocs –découvrir le
CRID, s’informer (contenant des actualités), comprendre (des explications sur nos
thèmes) et agir (où on parle des campagnes). Et à partir de là c’est moi qui gère le
contenu, soit des choses que je reçois ou que je vais chercher, soit des choses
qu’on peut me demander de mettre en ligne, ou bien les responsables du CRID (le
délégué général ou le Bureau) ou bien des membres qui souhaitent qu’on mette
telle information plus en avant sur le site.
Donc on valorise les informations des membres du CRID et après, toute la question
est de voir si les informations me paraissent pertinentes par rapport à la ligne
éditoriale du site. Mais généralement quand il s’agit des informations liées aux
activités des membres, je vais les mettre en ligne. C’est surtout des contenus liés à
l ‘actualité des membres du collectif, il peut s’agir des informations sur une
campagne, une pétition, un évènement spécifique, etc.
Lorsqu’il s’agit des contenus plus « de fond », les contenus sont le résultat du
travail des plate-formes thématiques ou des chantiers collectifs du CRID. Toutes les
informations ont un caractère « collectif », la logique de travail et de production
collective du CRID est reflétée sur le site. Quand les campagnes des membres sont
soutenues par le CRID, les informations sont relayées sur le site.

Insertion dans la logique de l’organisation


La dynamique du site suit la dynamique du CRID, dans la mesure où le CRID n’a
pas une « véritable » politique de communication, le site ne cherche pas non plus à
« communiquer ». Il se veut informatif et rassembleur des positions d’un collectif
d’associations de SI. Il met évidemment en avant les temps forts du collectif, le
forum social mondial, l’université d’été, les campagnes collectives (état d’urgence
planétaire), mais dans une démarche informative. Le site est calqué sur la vie du
CRID, il suit le même rythme.

97
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Place de l’outil dans l’activité de l’association


D’abord parce qu’à mon avis, institutionnellement on ne pourrait pas s’en passer. Et
surtout il est important parce qu’il permet de rassembler et de centraliser les
informations qui touchent l’ensemble de notre réseau et que les gens ne peuvent
trouver ailleurs dans un seul lieu. D’un autre côté le CRID a acquis une telle
notoriété dans le milieu de la SI que le site est un lieu indispensable parce qu’il
donne à voir toute l’entendue de ce sur quoi le CRID intervient, donc a mon avis le
site est absolument indispensable.

Choix des supports, synergie et complémentarité.


Quand il y a des productions dans d’autres supports, elles font parfois un lien vers
le site, mais étant donné que nos productions sont très limitées (en quantité) on ne
réfléchit pas véritablement en termes de synergie ou complémentarité entre nos
supports.
Sinon il y a la newsletter (CRID - info) mais le lien avec le site est à mon avis
évident au niveau graphique et des contenus).

Contenus
Les contenus tournent autour de 4 rubriques, donc « DECOUVRIR le CRID », avec
une présentation du CRID, ses engagements généraux, ses objectifs etc., Il y a
aussi « S’INFORMER» (contenant des actus, des informations générales et des
sources d’information telles que « crid infos », une revue qui s’appelle
« ALTERMONDES »). Troisièmement il y a la rubrique « COMPRENDRE »
(contenant des textes de fond et les positionnements du collectif face aux
principaux thèmes de la solidarité internationale) et finalement la rubrique « AGIR »
qui met en avant les action des membres, qui est en lien avec les campagnes. Les
contenus sont le résultat du travail collectif des associations membres.

Sources
Les productions du CRID (en tant que « association») et sinon les productions des
membres, donc des contenus collectifs.

98
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Actualisation et évolution de la base de données et des informations


En temps normal, la mise à jour est assez fréquente, au moins hebdomadaire.
Cependant quand il y a des évènements ou des gros dossiers à traiter, je n’ai pas le
temps de m’en occuper, donc la mise à jour du site devient moins prioritaire. Je fais
tout mon possible pour qu’elle soit fréquente mais si je ne le fais pas, normalement
il n’y a personne pour le faire.

2. Le contenu éditorial.
Quelle est votre opinion sur le site de votre association ?
Qu’il est mieux que le précèdent, il a évolué dans le bon sens, il est plus clair, plus
à niveau avec les sites actuels. A chaque fois on franchit un palier (à chaque
version). Le premier était très amateur, le deuxième on a commencé à caler des
choses de façon un peu plus « pro » en même temps il se construit au jour le jour, il
a des rubriques qui apparaissaient (il a beaucoup évolué) et le dernier c’est
l’aboutissement du travail qui avait été fait jusque là, donc il est forcement un peu
plus posé, un peu plus réfléchi, on a un peu plus réfléchi à ce qu’on voulait mettre
dedans, à comment le valoriser et à hiérarchiser les contenus. Et en plus il y avait
plus d’attention de la part du bureau sur le site. Je pense qu’il est mieux et plus clair
et au niveau de la mise à jour, il est plus simple. Je pense que le fait qu’il y ait eu
plus de réflexion sur la place et l’utilité du site au sein du CRID a été déterminant
dans la bonne qualité de notre site.

II. La demande
Comment les usagers sont pris-ils en compte et quel est le rapport entre le
rédacteur et les usagers ?

1. Appréhension du public.
Définition du public cible

En priorité les membres du CRID, les groupes locaux et les gens intéressés dans la
SI.

99
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Stratégies pour définir et appréhender le public (études)


Moyens mis en œuvre pour connaître le public
On avait lancé une enquête au moment de l’AG en 2006, auprès des membres
uniquement, avec un petit questionnaire sur le site et on n’a pas reçu beaucoup de
réponses et le peu de réponses que nous avons reçues étaient si hétérogènes qu’il
était très compliqué de sortir quelque chose de précis. Certes on a tiré certains
conclusions et idées générales mais cette enquête ne nous a pas été très utile.

Concernant le public « militants – réseaux locaux » nous n’avons pas réalisé


d’enquête ou d’étude de ce genre.

2. Tests
Réalisés avant et lors de la mise en ligne de l’application. Résultats et
conséquences sur le contenu.

Comme je te le disais, la seule enquête que nous avons réalisée, a été avant le
lancement du site auprès des membres du bureau du CRID. On a eu la chance que
dans le bureau il y avait des gens qui s’intéressaient à la question Internet et qui ont
aidé au développement du site. Sinon, après le lancement nous avons demandé
l’avis également des membres du bureau directif du CRID et de ses salariés, mais
rien d’officiel.

3. Interactivité
Participation des usagers (courriers, forums…) et retour de la part de
l’éditeur. Effets des échanges sur les contenus.

Il y a la possibilité de réagir aux articles et même la possibilité pour nous de créer


un forum, mais le problème par rapport a ce genre d’outils c’est qu’il faut les animer
et il faut avoir du temps (il faut faire de la promo, faire de la relance) et
malheureusement, étant la seule personne qui travaille sur le site, je ne suis pas en
capacité de le faire et c’est pas prioritaire. On a voulu laisser la possibilité de
pouvoir le faire automatiquement mais on ne l’a pas lancé. Cependant on peut
toujours réagir à des articles, on peut mettre des pétitions en ligne. Et quelque
chose que j’aimerais faire c’est le fait que certains membres deviennent rédacteurs
du site, mais je pense que c’est quelque chose de compliqué parce que chaque

100
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

association membre a son propre site (et ils ont évidemment une priorité de ce
côté-là)

Le site du CRID est « potentiellement » interactif, je pense qu’il va évoluer avec le


temps (mais au moins il y a la possibilité technique, donc on pourrait faire un site
plus interactif)

Un élément important c’est la newsletter, là les gens peuvent s’inscrire et recevoir


les nouvelles du CRID. En ce qui concerne les échanges de courriers
électroniques, j’essaie de répondre et de filtrer les messages au fur et à mesure,
étant donné que la quantité d’emails reçue n’est pas énorme, je peux plus ou moins
répondre aux requêtes des gens.

4. Formation
Compétences de la personne qui détermine la ligne éditoriale.

Au départ mon poste est animateur de réseau, mais vu que l’Internet s’est implanté
en tant que moyen de communication, j’ai dû apprendre à m’en servir. Et étant
donné que le site Internet du CRID est un outil important de la communication de
l’organisation et qu’il s’inséré dans la démarche du CRID et dans mes fonctions
d’animateur, mon poste est devenu aussi « animateur du site Internet ».

Donc je sais me m’en servir de l’outil, mais lorsqu’il s’agit de problèmes au niveau
technique (plus ou moins compliqué) on fait appelle à notre prestataire externe
GLOBENET.

5. Enquêtes et études.
Types d’études réalisées sur le public : enseignements pour la stratégie
éditoriale.

Régulièrement on fait des sondages globaux sur le fonctionnement et l’utilité du


site. Lors des Universités d’été du CRID on fait ce genre de sondages et après on
essai d’améliorer le site sur les aspects les plus récurrents. Mais d’une manière
générale nous ne faisons pas de grands changements.

101
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

6. Implication des membres de l’organisation


Type d’intervention, dans quel but ?

Je suis la seule personne chargée officiellement du site. Les autres membres


n’interviennent presque jamais d’une façon directe. Généralement c’est moi qui vais
chercher les informations dans les associations membres et sinon les contenus
spécifiques au CRID sont construits par le délègue général (Bernard Pinaud) et
moi, validées par Bernard (lorsqu’il s’agit de contenus très importants) et c’est moi
qui les met en ligne.

7. Audience
Moyens pour connaître la fréquentation du site, analyse des données et
utilisation postérieure de ces dernières.

Globenet offre un service de statistiques assez générales (documents les plus


téléchargés, nombre de visites par jour, temps de visitées, les pages les plus
visités, entre autres) mais qui suffit largement à nos besoins (un outil surtout
informatif).

8000 visiteurs par mois en moyenne. 2000 inscrits à la newsletter

8. Appropriation de l’application
Eléments susceptibles de fidéliser les usagers.

Que ça soit mis à jour très fréquemment et la newsletter est une fonctionnalité
qu’on a ajoutée récemment : le flux RSS. Il y a des choses qu’il faut améliorer dans
ces trois fonctionnalités (surtout au niveau de l’automatisation de la newsletter et
une mise a jour plus constante) cependant tout est une question de temps.

102
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

III. La gestion du site.

1. Les ressources humaines et techniques.


Quelles compétences ont été et sont mises en œuvre ? Mobilisation des
savoirs
Lors de la refonte, on a fait appel à un Webmaster (qui a fait l’architecture du site et
qui m’a formé également au spip), une graphiste et notre serveur GLOBENET. J’ai
participé à la conception du site et la mise en ligne (le serveur) et les membres ont
aussi participé à la conception.

Formation de l’équipe, cursus, compétences…


Si je voulais je pourrais faire une formation, mais il y a toujours la question temps et
je ne suis pas trés intéressé.

Partenariat, autres prestataires.


Globenet (notre serveur). Sinon si j’ai un problème nous appelons notre webmaster.

Adhésion à une organisation professionnelle


Globenet (pour le service du serveur et les outils de mesure) Les solutions
techniques / Matériels et logiciels utilisés
SPIP et pour le développement de l’architecture on a utilisé dreamweaver.

Sécurisation de données, des paiements


Il n’y a pas concernant les paiements. Et par rapport à l’espace membres où les
usagers ont un identifiant et un mot de passe pour l’accès.

Exploitation bases de données (courriers électroniques)


J’essaie de répondre aux demandes dans la mesure du possible, mais je ne fais
pas un suivi des adresses e-mail.

Hébergement
Globenet (serveur associatif)

103
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Partenariat technique
On a un webmaster qui nous assiste en cas de problème (mais c’est très rare)

Pratique veille technologique


Je ne suis pas concerné et nos besoins ne nous obligent pas à faire ce genre de
pratique

2. La communication promotionnelle.
Moyens en ligne et hors ligne
En ligne on ne fait pas de la promotion du site. La seule « promotion » pourrait être
à mon avis les liens que les autres associations font de nous sur leur site ou quand
d’autres sites Internet parlent de nos campagnes et font un lien vers nous. La
newsletter (CRID - infos) fait toujours un lien vers le site et est en lien avec les
contenus du site. Et dans les documents produits par le CRID, comme par exemple
les cahiers de la solidarité, on met l’adresse du site Internet, mais comme je le
disais avant, vus la quantité et le public de ces documents, on ne fait pas
véritablement de la « promotion »

3. Le model économique.
Investissements (ressources humaines et techniques)

Au départ il y avait 3 ou 4 personnes pour la construction du site (webmaster,


graphiste et moi). Et on a dépensé 5000€ environ pour la création et la mise en
ligne du site.

Budget de fonctionnement, maintenance.


On paie un forfait annuel à GLOBENET pour certains services (serveur et outils
statistiques)
Et comme le fonctionnement et la gestion du site sont faites par moi-même, mon
salaire est quelque part parti de ce budget.

Rentabilité des services


Pas de pertinence par rapport à l’activité et les objectifs du site et du CRID.

104
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

IV. La pérennité du site.

1. Le développement de l’édition.
Projets
Son développement est continu, il suit et répond aux besoins et à l’évolution du
CRID.

Usages prévus d’autres technologies / Evolutions technologiques.


Pas pour le moment. Déjà je trouve qu’il est sous utilisé avec les moyens actuels et
je pense qu’une évolution de ce côté la n’est pas vraiment nécessaire et de toute
manière les moyens (financiers et humains sont limités)

Evolution du poste et des compétences.


Mon poste évolue avec l’activité et les besoins du CRID et je m’adapte aux
changements et à l’appropriation de cette technologie au sein de l’organisation.

2. Viabilité de l’application
Valeur ajoutée
La visibilité du CRID et sa présence sur la scène Internet. Une visibilité face aux
pouvoirs publics, les militants, les associations membres et leurs groupes locaux.
Et la possibilité d’informer les gens sur notre organisation et notre rôle dans le
domaine de la SI.

Quel type de viabilité. (Économique sociale, politique…)

Le site trouve une place de plus en plus importante dans l’activité du CRID, donc je
crois qu’il va continuer, certes avec des difficultés de moyens mais toujours comme
étant un outil d’appui pour la communication du CRID.

Positionnement par rapport à la concurrence


Il n’y a pas un souci de concurrence, étant donné qu’on n’offre pas des services ou
des produits qui pourraient entraver les objectifs et le travail des autres membres
sur leurs sites, la question de la concurrence ne se pose pas.

105
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Stratégies de communication par rapport au site (promotion, référencement)


Il n’y a pas, sauf auprès de membres, pour qu’ils diffusent l’existence du CRID sur
le WEB.

106
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 2.4
Entretien avec Sandrine Chastang, Chargée de la communication et du site Internet
de RITIMO.
Réalisé le 14 juin 2007 dans les locaux de RITIMO à Paris.
Durée entretien : 1 heure 15 minutes environ.

I. L’offre éditoriale.
Caractéristiques de l’application et le contexte de déploiement

1. La logique du site et son histoire.


Les dates
Le site a été créé en 1999, mais on a eu plusieurs versions, la première version a
été réalisée par un bénévole mais au bout d’un moment le site a été un peu périmé,
déjà au niveau esthétique ça devenait de plus en plus inadapté et après au niveau
de la présentation de l’association elle avait changé aussi donc on avait besoin des
changements. Si on a eu plusieurs versions c’est aussi parce qu’on n’est pas des
professionnels de la communication numérique, donc on a fait des erreurs et a
chaque fois il fallait faire des changements. En 2002 on a eu notre première version
« officielle » et depuis on a fait plusieurs changements et actuellement on est en
train de faire une nouvelle version plus adaptée à nos besoins et ceux des
utilisateurs.

Objectifs
Le site a deux aspects ; le premier c’est présenter qui on est (RITIMO), faire
connaître les centres physiques de l’association et puis c’est aussi un moyen pour
faciliter l’accès aux informations pratiques sur RITIMO (-ainsi on évite que le public
nous téléphone pour des questions auxquelles ils peuvent trouver des réponses
directement sur le site-). Et deuxièmement le site est un outil pour informer les
utilisateurs sur la SI et la relation nord-sud.

107
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Est-ce que sur ce site on peut trouver toutes les informations en ligne sur la
SI, ou est-ce qu’il est simplement un outil qui va diriger l’usager vers les
centres physiques de RITIMO ?
Sur certains sujets il y a l’information directement, par exemple sur la SI on a donné
une définition (la nôtre), en fait on essaie de développer une information accessible
et complète pour ceux qui ne pourraient pas aller dans les centres (rubrique « pour
comprendre »)

Public
Nous avons un public assez spécial, on a notamment les jeunes qui veulent faire de
l’humanitaire et qui veulent partir et qui ne connaissent pas forcement ce milieu et
comme nous, on publie l’annuaire des associations, on est donc la première
référence sur cette question, donc après on essaie de leur parler d’autres choses et
de leur expliquer et les faire réfléchir sur le domaine de la SI (-nous avons même
une rubrique qui leur est dédiée-), donc celui-ci c’est notre public principal, sinon il y
a également les militants, qui connaissent le milieu et qui connaissent RITIMO (-
ceux qui s’intéressent au commerce équitable, aux différences nord-sud, et au
domaine SI en général)
Outre ces deux publics il y a également un public plus général qui cherche à
s’impliquer dans la solidarité internationale, des gens qui vont arriver sur notre site
grâce à nos publications papier (qui traitent de nombreux sujets de la SI). Donc
comme la publication est « réalisée » par RITIMO, si les gens ont envie d’en savoir
plus sur ces sujets, ils se dirigeront vers notre site.

Rôle / statut des décideurs / Validation


Dans l’équipe site on est deux, lesquelles essaient de réfléchir à l’architecture et à
la mise en page des contenus, après la validation est faite par les membres de
l’AG et pour le CA on met en place des groupes de travail, par exemple, à chaque
proposition de site (à chaque version) les membres donnaient leur avis, on fait des
synthèses sur ces groupes et après on fait les changements suite à une validation
du CA et de l’AG. Donc pour ce qui concerne les refontes et les changements
importants des contenus l’équipe Internet - Communication n’est pas autonome.
Cependant pour les mises en ligne des articles et des petits changements il y a des
règles et nous on peut prendre les décisions pertinentes.

108
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Lors des grandes modifications la validation est assez longue entre 1 ou 2 ans pour
réussir à mettre un nouveau site en ligne.

Insertion dans la logique de l’organisation


Elle est longue, mais on essaie de faire participer les gens, on fait des ateliers de
« formation » pour leur apprendre à s’en servir et pour qu’ils puissent donner leur
avis sur le site et grâce aux retours, on essaie d’améliorer et de faire que le site soit
plus simple a utiliser et petit à petit les gens se l’approprient.
Par exemple on a « l’espace membre » où on retrouve toutes les infos internes à
RITIMO (dates des AG, activités diverses, etc.) et on voit comment peu à peu ils
s’habituent et vont chercher ces informations directement sur le site sans passer
par nous.

Place de l’outil dans l’activité de l’association


En termes de temps de travail il est de plus en plus important, le site facilite
énormément notre tâche (de chargées de publication, communication et du site) et
en plus il facilite et rend plus efficace l’interaction entre les membres de RITIMO.
Pour la publication des nouveaux contenus (articles, évènements en régions,
nouvelles des différentes associations) par exemple, les membres n’ont qu’à
envoyer un e-mail à une des deux personnes de l’équipe comm. (Nathalie Samuel)
et elle le mettra en ligne assez rapidement. Et également quand il y a des
nouveautés sur le site on informe tout le réseau pour dire qu’il y a une nouvelle
information et eux vont faire la même chose avec leurs réseaux internes.

Choix des supports, synergie et complémentarité.


A part le site Internet, il y a des publications et nous faisons également des
campagnes d’affichage lors des évènements où nous sommes présents (des
campagnes d’affichage très limitées aux évènements, pas grand public). Tous ces
supports sont complémentaires et ils renvoient vers les autres supports. Donc par
exemple sur nos affiches il y a un renvoie automatique vers le site et évidemment le
site renvoie et informe sur les activités de RITIMO et sur les publications.

109
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Contenus
Notre association a comme but de faire circuler de l’information, donc le visiteur
trouvera essentiellement des contenus informatifs globaux sur la SI et il peut trouver
également des renvois et des liens pour pouvoir approfondir sur le même sujet. Un
outil important dans le site RITIMO est la base de données RINOCEROS (où
l’usager va pouvoir précisément approfondir en ligne sur les contenus concernant la
SI). Cependant la rubrique « Bibliothèque Internationale » (Rinoceros) renvoie vers
un site indépendant (rinoceros.org), là je trouve qu’il y a un problème de
fonctionnement et de charte graphique, étant donné que RITIMO et RINOCEROS
sont deux sites différents et on ne comprend pas très bien le passage de l’un à
l’autre. Malgré cela le site de RINOCEROS est un complément au site de RITIMO
et on essaie de le rapprocher du site de RITIMO.

Sources
Principalement des travaux et des contenus développés par les associations de
Solidarité Internationale.

Actualisation et évolution de la base de données et des informations


Elle fréquente mais elle est un peu lente, quand un membre (une association par
exemple) a une nouvelle information, il l’envoie à un centre RITIMO où l’information
sera vérifiée et validée et ensuite le centre l’envoie à Nathalie Samuel qui est
documentaliste et qui va s’en charger d’indexer cette information sur la base de
données. Mais cette information n’est pas mise en ligne directement on va attendre
deux ou trois mois pour mettre plusieurs informations en même temps. Donc ce ne
sont par des mises à jour hebdomadaires ou mensuelles, c’est plus long que ça.
Les nouveautés sur le site et les mises en ligne sont plutôt trimestrielles.

2. Le contenu éditorial.
Quelle est votre opinion sur le site de votre association ?
Il est pas mal, on n’a jamais été des « pros » de l’Internet, mais avec le temps nous
nous sommes améliorés et nous donnons plus d’importance au site et nous
mettons plus de moyens pour le rendre plus efficace et plus simple à utiliser. Et je
crois que le site est déjà un bon outil pour accomplir nos objectifs mais je crois
aussi que nous pouvons toujours l’améliorer.

110
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Le problème du site, à mon avis est qu’il est trop précis (les rubriques sont très
vastes et explicites) et de ce fait la navigation devient compliquée et « lourde »,
donc je pense qu’on devrait faire plus simple pour faciliter l’accès à un plus grand
public. Un autre problème est l’animation du site parce que, au début, on avait
prévu de mettre de nombreux sujets et rubriques mais au bout d’un moment on a
eu du mal à « animer » et à trouver des informations pour faire que le site soit plus
dynamique. En plus cette difficulté est amplifiée du fait que les gens (ceux qui sont
censés nous donner des informations et des contenus) ne sont pas très réactifs. En
effet, de plus en plus nous essayons de rechercher nous-mêmes les informations et
de les mettre en ligne parce que si l’on attend que les membres de RITIMO ou les
différentes associations nous envoient l’info on aurait un manque des contenus très
important.

II. La demande
Comment les usagers sont pris-ils en compte et quel est le rapport entre le
rédacteur et les usagers ?

1. Appréhension du public.
Définition du public cible

Notre public cible comme je le disais antérieurement, ce sont les jeunes étudiants
(surtout dans le domaine de la SI) qui veulent partir en mission, des gens qui
s’intéressent au sujet de la SI (qui veulent faire de l’humanitaire) et les militants des
associations de SI qui s’intéressent à l’éducation populaire ou le NORD SUD (par
exemple).

On veut être un relais de l’information pour toutes les associations du domaine donc
on est assez ouvert pour tout public qui se sent concernés par la SI.

Stratégies pour définir et appréhender le public (études)

Moyens mis en œuvre pour connaître le public

On se base sur les demandes qu’on avait avant la mise en ligne du site, on a
essayé et on essaie toujours de répondre à travers le site à ces demandes. Il n’y a

111
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

jamais eu de vraies études pour définir ce public. Cependant actuellement il y a un


projet appelé les cyber - centres qui consiste à équiper chacun des centres
physiques RITIMO avec un ordinateur dédié à Internet, l’idée c’est que chacun des
centres devienne un accès au portail RITIMO, et dans ce cadre là il y aura une
étude pour voir comment les gens se servent de ce service (quelle est la
demande ? est-ce que cette demande est réelle ? quels sont les usages, etc.)

2. Tests
Réalisés avant et lors de la mise en ligne de l’application. Résultats et
conséquences sur le contenu.

On a fait des tests avant la mise en ligne de chacune des versions du site, on
envoie automatiquement la version test aux membres de RITIMO et dès que nous
avons des retours (demandes de changements ou des remarques critiques) nous
essayons de faire les changements nécessaires. Cependant ce genre de
demandes est vraiment très rare.

Ces changements sont surtout au niveau des contenus, parce que, en ce qui
concerne le côté « fonctionnel et graphique du site », il est très difficile pour nous de
faire ce type de modifications.

3. Interactivité
Participation des usagers (courriers, forums…) et retour de la part de
l’éditeur. Effets des échanges sur les contenus.

On n’a que deux fonctionnalités « interactives » le courrier et le moteur de


recherche (accès à la base de données par l’intermédiaire d’un formulaire).
Concernant le courrier on essaie de répondre aux demandes que les usagers font à
travers les courriers, déjà on n’a pas énormément de demandes par ce biais là,
donc on est en capacité d’y répondre avec une certaine facilité. On est assez réactif
concernant ces échanges.

Et la base de données, comme je le disais avant, est mise à jour assez


fréquemment (au fur et à mesure que les informations et les contenus arrivent et
qu’on a une certaine quantité d’infos à mettre en ligne).

112
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

4. Formation
Compétences de la personne qui détermine la ligne éditorial.

Je suis philosophe, j’ai également fait des études en sciences politiques et droits de
l’homme, je suis essentiellement sur le rédactionnel, je suis chargée de la
communication mais aussi des publications, donc cette compétence
« rédactionnelle éditoriale papier » a fallu l’adapter pour travailler sur le site Internet.
Ma collègue, elle est documentaliste et elle est plutôt chargée de tout ce qui
concerne les bases de données (papier et virtuelles), et elle aussi a dû adapter ses
compétences et son expertise aux nouveaux supports.

5. Enquêtes et études.
Types d’études réalisées sur le public : enseignements pour la stratégie
éditoriale.

Il n’y a pas eu vraiment études, sauf les tests avant la mise en ligne et l’étude sur le
cyber-centres (qui est dans la phase de préparation).

6. Implication des membres de l’organisation


Type d’intervention, dans quel but ?

Quand les membres du CA (conseil d’administration) ou de l’AG (assemblées


générales) ont des choses à dire, ils se dirigent directement vers nous et nous
faisons les changements correspondants, généralement quand ils nous appellent
c’est parce qu’il y un bug ou parce que soit eux-mêmes ne retrouvent pas des
informations ou parce qu’ils l’ont eu des échos des gens qu’ont eu ce genre de
problème.

113
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

7. Audience
Moyens pour connaître la fréquentation du site, analyse des données et
utilisation postérieure de ces dernières.

Notre prestataire est GLOBENET, un serveur associatif qui offre également un


service de données statistiques (tout ce qui concerne la fréquentation, les pages
visitées et les temps de connexions des usagers, les documents téléchargés, etc.)

8. Appropriation de l’application
Eléments susceptibles de fidéliser les usagers.

Le fait de pouvoir trouver des infos générales sur le domaine de la SI, sur les
campagnes et surtout des informations acteurs, alors même s’ils cherchent des
informations sur d’autres associations ils vont venir sur notre site (vu qu’il est un
véritable relais des acteurs de la SI).

III. La gestion du site.

1. Les ressources humaines et techniques.


Quelles compétences ont été et sont mises en œuvre ?
Le rédactionnel et la documentation concernant l’équipe RITIMO (moi et ma
collègue) donc surtout le côté contenu de la chose et ensuite on fait appel à des
experts dans tout ce qui est « technique », plus exactement un webmaster, une
graphiste et évidemment notre partenaire GLOBENET (serveur et statistiques).
Tout en suivant et en dirigeant le travail de ces gens là.

Formation de l’équipe, cursus, compétences…


Dès mon arrivée j’ai eu une semaine de formation et c’est tout, cependant je n’ai
jamais voulu m’impliquer dans ce côté technique (certainement si j’avais demandé
à avoir une formation je l’aurais eue, mais cela ne m’intéressait pas)

114
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Mobilisation des savoirs


Notre connaissance du milieu rédactionnel et de la documentation et ensuite
l’expertise technique des personnes externes. En plus de ça, il y a eu une réflexion
en amont de ce qu’on voulait comme site.

Partenariat, autres prestataires.


Des gens qu’on connaît, le développeur, la graphiste et GLOBENET qui appartient
au milieu.

Adhésion à une organisation professionnelle


D’une certaine manière nous faisons partie de Globenet, qui est un serveur
associatif auquel une grande partie des associations font appel.

Les solutions techniques / Matériels et logiciels utilisés


Serveur associatif (globenet) et Des logiciels de base (dreamweaver pour le site
RITIMO et SPIP pour la bibliothèque en ligne RINOCEROS)

Sécurisation de données, des paiements


Il n’y a pas.

Exploitation bases de données (courriers électroniques)


On ne fait pas de collecte de ce genre d’informations, on pourrait le faire mais cela
ne fait pas partie de nos objectifs et je pense que ce type d’infos ne serait pas d’une
véritable utilité.

Hébergement
Globenet

Partenariat technique
Notre développeur qui fait partie d’une association qui fait des projets de
communication numérique pour les acteurs du domaine (association SOLEO). Lui
c’est notre support technique en cas de problème.

115
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Pratique veille technologique


Ma collègue suit un peu les informations concernant les nouvelles technologies et
les nouveaux usages (nouvelles fonctionnalités) mais on n’est pas à la pointe et
nous ne sommes pas dans une démarche de ce type.

2. La communication promotionnelle.
Moyens en ligne et hors ligne
Il n’y a pas de promotion en ligne en tant que telle (sauf les liens que les autres
associations font vers notre site). Et la promotion hors ligne est faite à travers nos
publications et les campagnes d’affichage (des campagnes assez ponctuelles et en
relation avec des événements aux quels RITIMO participe).

3. Le modèle économique.
Investissements (ressources humaines et techniques)

Nous sommes deux sur la communication (publication) et sur le site Internet. Et les
personnes externes qui ont aidé à la mise en place du site (mais ce sont des
contrats temporaires). Et l’affiliation à GLOBENET et le développeur qui nous aide
quand nous avons des problèmes.

Budget de fonctionnement, maintenance.


Chiffres à Voir…

Rentabilité des services


Déjà un premier élément c’est le fait que nous ne cherchons pas de dons à travers
le site, donc, certes le site nous sert à informer les usagers sur la SI et sur notre
structure et à la faire visible, mais nous ne basons pas notre stratégie « de
financement » sur cet outil.
Le financement de notre association vient principalement des pouvoirs publics.

116
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

IV. La pérennité du site.

1. Le développement de l’édition.
Projets
Le nouveau site sera lancé à la rentrée en septembre. Le site de la bibliothèque
virtuelle RINOCEROS est en train d’être amélioré et en plus on essaie de mettre en
cohérence ce site avec le site de RITIMO (parce que actuellement, même si les
deux sont en lien, ils restent très différents)

Usages prévus d’autres technologies / Evolutions technologiques.


On n’a pas prévu d’ajouter de nouvelles fonctionnalités ou de mettre plus
d’éléments multimédia ou quoi que ce soit, nous voulons que le site soit simple et
accessible à tout le monde sans qu’il y ait des problèmes de vitesse de connexion
ou des choses comme ça.

Evolution du poste et des compétences.


Avec mon départ, je pense que les dirigeants de RITIMO vont chercher quelqu'un
qui soit plus imprégné du côté technique (et des nouvelles technologies), mais cela
dit, les compétences dans les aspects rédactionnels et de la publication
« classique » seront déterminants dans le poste de chargé de communication et du
site.

2. Viabilité de l’application
Valeur ajoutée
Nous fournissons de l’information et nous la rendrons accessible à tout le monde.
Un point fort de notre site ce sont également ses contenus et la façon dont ils sont
traités, je veux dire que nous avons la chance de compter avec un réseau de
documentalistes qui savent traiter les informations, nous travaillons donc avec des
logiques d’indexation, de gestion des mots clés qui simplifient et facilitent
l’accessibilité à l’information. Notre expertise dans le domaine de la documentation
est un élément déterminant dans la construction de notre site.

117
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Quel type de viabilité. (Économique sociale, politique…)

Actuellement il y a une conscience claire sur la valeur et l’utilité du site, donc celui-
ci s’est imposé comme étant un outil important dans la stratégie informationnelle et
de relais de RITIMO, loin de mettre en cause son utilité, le site est constamment
évalué, transformé et renforcé.

Positionnement par rapport à la concurrence


C’est un critère qui ne s’applique pas à mon avis dans notre contexte et dans les
objectifs de RITIMO et de son site.

Mobilisation des moyens autour des nouveaux projets.


Pour la bibliothèque virtuelle RINOCEROS et pour la base de données DPH (-
Dialogues pour le progrès de l'humanité- également disponible en ligne) RITIMO a
embauché deux nouvelles personnes qui sont chargées spécialement de ces deux
projets.

Stratégies de communication par rapport au site (promotion, référencement)


Depuis quelques jours la bibliothèque virtuelle RINOCEROS envoie une lettre
d’information aux utilisateurs et dans cette lettre nous faisons évidemment
référence au site de RITIMO.

118
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 2.5
Entretien avec Bernard Salamand, Délégué général de RITIMO.
Réalisé le 20 juillet 2007. Interview téléphonique.
Durée entretien : 30 minutes environ.

I. L’offre éditoriale.
Caractéristiques de l’application et le contexte de déploiement

1. La logique du site et son histoire.


Objectifs et publics
Deux objectifs bien définis ; d’abord le site est un outil de promotion institutionnelle
et de visibilité de notre structure (il est la vitrine de RITIMO sur le Web) et
deuxièmement le site est un outil de service au public, en effet notre but est que le
site soit une source documentaire très complète.

Concernant les publics, nous n’avons pas fait d’études préalables, cependant nous
distinguons trois types différents de publics : premièrement un public de
connaisseurs du domaine de la SI (bénévoles, chercheurs, enseignants,
animateurs, militants, etc.), un deuxième public ce sont les jeunes qui veulent
s’engager et participer à des actions sur le terrain (surtout partir dans des pays du
SUD). Et enfin, nous avons un public « interne », les gens des centres RITIMO,
pour ce public là nous parlons plutôt d’une fonction interne du site (pour
communiquer et partager des informations et des contenus à l’intérieur de la
structure.

Rôle / statut des décideurs / Validation


J’ai la capacité de dire si quelque chose ne va pas et de le faire changer, mais cela
est très rare. Généralement la validation des contenus est faite par une commission
LABEL où chacun des membres de cette commission peut demander des
modifications, mais évidemment avec un consensus du groupe. La commission est
composée par des membres de l’assemblée générale de RITIMO. Par exemple
pour la refonte du site que nous sommes en train de mettre en place, c’est cette
commission qui décide et valide tous les changements.

119
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Insertion dans la logique de l’organisation / Place de l’outil dans l’activité de


l’association
L’insertion du site dans nos dynamiques s’est faite en plusieurs étapes, d’abord le
site était simplement une vitrine et un élément de présence sur le Web, ensuite il
est devenu également un outil de stockage d’information et une source de contenus
pour les visiteurs, et dans un dernier temps il est devenu un outil de relais et il doit
devenir (c’est ce qu’on souhaite) une base centrale et le point principal d’échange
d’informations (on voudrait que plusieurs fonctionnalités se rejoignent sur le même
site et que les utilisateurs aient plusieurs possibilités pour accéder aux
informations).

2. Le contenu éditorial.
Quelle est votre opinion sur le site de votre association ?
Je suis satisfait parce qu’il remplit ses fonctions, mais par rapport à son véritable
potentiel, nous sommes loin. On a beaucoup de contenus à valoriser mais on n’a
pas les moyens (humains et techniques) et nous sommes loin d’avoir une culture
« technique » suffisante pour exploiter entièrement les possibilités d’un site Internet.
Il y a, à mon avis, un défaut du réseau « participatif », le gens ne sont pas encore
habitués à l’outil. (Si bien en interne que les visiteurs externes à RITIMO).

II. La demande
Comment les usagers sont-ils pris en compte et quel est le rapport entre le
rédacteur et les usagers ?

1. Implication des membres de l’organisation


Type d’intervention, dans quel but ?

Le comité (commission) LABEL prend les décisions liées aux grandes lignes de
contenu et aux changements importants, elle est divisée en sous-groupes
thématiques qui définissent les contenus concernant chacun des thèmes (par
exemple : groupe Education au développement, groupe jeunes « partir » etc.)
D’autre part, les mises à jour (documents, contenus généraux) sont faites par
l’équipe de communication et Internet de RITIMO.

120
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2. Appropriation de l’application
Eléments susceptibles de fidéliser les usagers.

Nous n’avons pas beaucoup d’outils, le site n’est pas vraiment actualisé concernant
les instruments de fidélisation (newsletter, forums, flux rss, etc.), mais je pense
qu’en partie cela se justifie du fait que RITIMO n’a pas d’équivalent ailleurs et parce
que pour nous la fidélisation n’est pas une préoccupation. Notre rôle est de relayer
des informations et de nous rapprocher des gens sans pour autant faire de la
promotion.

III. La gestion du site.

1. Le modèle économique.
Investissements (ressources humaines et techniques)

Concernant les ressources humaines : Le groupe site est formé par 5 salariés (1
personne technicienne, 3 personnes participant à l’ajout de contenu (deux d’entre
elles sont plus précisément sur la bibliothèque virtuelle) et une documentaliste.

Pour la refonte du site (développement, hébergement, maintenance) nous avons


investi entre 8000 et 10000 € et concernant le fonctionnement du site disons que un
demi salaire est assigné au site par mois (environ 1000€).

IV. La pérennité du site.

1. Le développement de l’édition.
Projets / Usages prévus d’autres technologies / Evolutions
technologiques
La nouvelle version va intégrer dans un seul espace le site de RITIMO et le site de
RINOCEROS (bibliothèque virtuelle) et nous essayons de développer des outils
plus performants et plus précis pour la recherche d’informations. Nous voulons ainsi
faire ressortir et valoriser des contenus qui d’habitude pourraient se perdre dans la
masse d’informations.

121
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Cela étant dit et comme je l’affirmais auparavant nous sommes loin de profiter de
toutes les possibilités techniques qu’offre l’outil, mais cela est un problème de
moyens.
2. Viabilité de l’application
Valeur ajoutée
Notre site est un outil dont une structure telle que la nôtre aurait pu rêver, nous
permettons au public de s’approcher directement de RITIMO et on met tous les
contenus possibles à sa disposition. Ainsi il peut intégrer tout ce dont nous avons
envie de l’informer et tout cela sans devoir se déplacer. Un plus du site RITIMO
c’est le travail de documentalistes qui ont une façon différente et très efficace de
traiter l’information et d’aborder les visiteurs. L’Internet est également un outil très
important en « Interne » puis qu’il nous permet de partager et de nous rapprocher.
La capacité de stocker plus d’infos et la possibilité que tout le monde puisse avoir
accès (plus facilement et p^lus vite) est un plus de cet outil.

Positionnement par rapport à la concurrence

Il n’y a pas une démarche de concurrence. L’offre de RITIMO n’a pas d’équivalent
dans le milieu de la SI.

Mobilisation des moyens autour des nouveaux projets.


Les moyens sont limités mais nous essayons de faire très attention au bon
fonctionnement et le site évolue constamment.

122
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe No. 3

Analyses des sites Internet des 3 associations

Annexe 3.1 Analyse du site Internet du CCFD.

Annexe 3.2 Analyse du site Internet du CRID.

Annexe 3.3 Analyse du site Internet de RITIMO.

123
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 3.1

CCFD. http://www.ccfd.asso.fr/

Le site du CCFD est également un site majeur dans le domaine de la solidarité


internationale en France. (Il occupe la 6eme place du classement des sites de SI, cette
classification réponde à son niveau d’autorité et au niveau de concentration de liens
avec les autres sites.)41

Questionnement Eléments de réponse


1. Qui est L’adresse URL (.asso) correspond en effet à un site de caractère associatif, donc à
l’auteur du site ? un site de caractère officiel.
*
L’adresse donne également le nom de l’auteur, le CCFD. Dans la page
d’accueil (figure 4) et dans toutes les autres pages du site, on retrouve le nom
complet de la structure (Comité catholique contre la faim et pour le
développement), ainsi qu’une image et un texte « agir pour plus de solidarité » qui
laissent comprendre le rôle de l’auteur. Cependant ce rôle n’est pas explicite et il
faut aller à l’intérieur du site pour s’informer sur la association. Voir la rubrique « qui
sommes nous »

« La première ONG française de développement…Le CCFD est une association


Loi 1901, reconnue d'utilité publique. Elle est composée de 28 mouvements et
services d'Église (MSE). Une structure permanente de 170 salariés, à Paris et en
région est chargée de mettre en oeuvre les missions du CCFD…

41
Noémi Schneider. Organisation et formats documentaires de la solidarité internationale sur le Web.
Etude e-cologique des principaux sites francophones. Mémoire DESS CONSERVATOIRE NATIONAL DES
ARTS ET METIERS INSTITUT NATIONAL DES TECHNIQUES DE LA DOCUMENTATION. 17 octobre
2005.

124
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2. Quel est Informer Défendre des idées, des vendre Propager de fausses Autres
l’objectif opinions… informations
« éditorial » du L’objectif du site est d’informer sur l’association, sur la solidarité internationale et
site ? sur les actions du CCFD. (mettant bien en avant le rôle de l’association et son
statut d’acteur partenaire de projets dans le monde).
: Objectifs du site
Donc, outre le côté informatif, il y a une dynamique plus communicationnelle, c’est
: Autres :
à dire que dans le site il est question d’impliquer le gens et de faire un appel à la
Récolter des participation directe (dons, bénévolat, travailler au CCFD).
dons.
Ainsi les informations présentées permettent de comprendre les enjeux de la
Communiquer solidarité et du développement a partir d’une vision « CCFD » et d’orienter les
sur sa présence utilisateurs vers la participation active. L’image de l’organisation a une place
dans des fondamentale dans la structuration et le développement des contenus sur le site.
campagnes de SI.

Informer sur la SI Le site communique aussi sur les projets de partenariat (financement et support
(mais sous un pédagogique) que l’association mène avec les pays du SUD, sur sa dimension
angle très CCFD) internationale (présence dans plusieurs pays) et sur son implication dans beaucoup
en se mettant en
avance. de chantiers de la SI.

Attirer les Comme pour les deux autres organisations, les contenus revendiquent l’importance
visiteurs vers le des notions telles que la solidarité internationale, le développement, les
domaine SI
mouvements sociaux, les actions de plaidoyer, mais toujours sous un angle propre
au CCFD.
Pendant que pour les deux premières associations (CRID et RITIMO) les contenus
sont plus « collectifs », c’est à dire qu’ils traitent des informations dont quasiment
tous les ASI sont présentes, pour le CCFD les informations traitées ne concernent
que l’association.
Les buts visés sont donc clairs (informer, communiquer, revendiquer son rôle,
récolter de dons et amener les gens a participer activement avec le CCFD et
Valoriser l’image CCFD). On peut distinguer très clairement une démarche plus
communicationnelle.

3. Quelles sont Le CCFD est une des premières ONG françaises, Elle représente une structure de
les 170 salariés en France. Elle mobilise un réseau de 15 000 bénévoles répartis dans
compétences de 99 comités diocésains et 1500 équipes locales. (Ces chiffres sont singulièrement
l’auteur (ou des importants si l’on le compare avec les chiffres des autres ASI françaises).
auteurs) sur le La dimension économique et structurelle du CCFD, ainsi que sa capacité d’action
sujet ? font du CCFD un acteur très compétent et influent dans le milieu des ASI.

Le CCFD est reconnu dans le milieu des ASI ainsi que au niveau des institutions
politiques françaises, européennes et mondiales.

L’auteur mentionne et met en valeur toutes les campagnes et actions auxquelles il


participe ou dont il est l’auteur, donc on voit bien le poids et l’expertise qu’il a dans
le domaine de la solidarité internationale.

125
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Questionnement Éléments de réponse


4. Quel est le Public de spécialistes (membres) Public scolaire Public d’initiés Grand
(intéressés) public
public visé ?
D’une manière générale, le site est un moyen de renforcer l’image du CCFD,
: Publics visés
d’informer sur ses actions dans la SI et de faire participer les gens. Donc dans cette
démarche le public visée est très large, il concerne aussi bien lés membres de
l’association que des gens intéressées par le domaine de la SI ou des personnes
qui, ayant eu connaissance du CCFD par des campagnes des publicités veulent en
savoir plus.
La façon de présenter les informations, laisse entrevoir une dynamique de
communication, l’auteur cherche à inciter le gens à participer et à connaître
l’association. Egalement la simplicité des contenus, un design soigné, un usage
important des images fait que le site soir attirant et très accessible a un public large.

5. Quelles A quel titre l’auteur informe-t-il ou s’exprime-t-il ?


informations
sont données ?
Les contenus (articles, communiqués de presse, dossiers) présentés sur le site
sont publiées au nom de l’association.
Toujours dans une démarche de valorisation constante de « l’image » CCFD, les
informations concernent l’organisation générale de l’association ainsi que les
actions qu’elle mène ou dont elle fait partie.

Le sujet traité est-il clairement annoncé dans la page d’accueil ?

Dès la première page (page accueil. Voir figure 4) les images utilisées, les titres
des rubriques et les introductions aux articles expriment clairement le sujet dont le
site traite. Les questions de la Solidarité internationale, le développement , la
coopération et la participation active sont au cœur du site, mais toujours avec une
mise en avance du nom CCFD (aidez le CCFD… partenaire du CCFD… interview
d'Antoine Dulin, bénévole du CCFD… Le CCFD préoccupé par…)
Donc sur ce site il n’est pas simplement question de s’informer sur la solidarité
internationale, il est surtout question de s’informer de ce que le CCFD fait dans le
domaine SI. Pas seulement de savoir comment quelqu’un peut participer mais
comment il peut le faire avec le CCFD.

Introduction. L’usager prend connaissance très rapidement du sujet central


et du rôle de l’association.
oui
Problématique annoncée. Le site est un outil pour s’informer sur les actions
du CCFD dans le domaine de la SI et comment participer activement aux oui
actions de l’organisation.

Plan annoncé. Il y a deux axes, un axe informatif (des actualités, des oui
dossiers et des documents sur la solidarité et le CCFD) et un axe
communicationnel « agir » qui oriente le visiteur vers la participation à des
actions du CCFD.

Résumé (type résumé d’auteur – présentation de l’auteur). Dans la rubrique oui


« qui sommes nous »

126
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Le sujet annoncé est-il traité dans son ensemble ou sur une partie bien définie ?
On peut diviser les contenus en deux types, l’informationnel (voir rubriques :
dernières infos /dossiers / campagnes / Inscription a la news letter / Eduquer a la
solidarité, votre région) et le communicationnel (Qui sommes nous, agissez,
participez a nos campagnes, soutenir la solidarité, dans les médias). Les deux axes
sont développés sous une démarche de valorisation de l’image du CCFD. Donc
même si les contenus se veulent informatifs, en même temps ils font la
« promotion »( ils communiquent) sur l’association. C’est une dynamique « mixte »
Informationnelle et de communication.
Dans ce cadre et d’une manière générale le sujet (Solidarité Internationale et le
CCFD) est largement traité, les ressources sont variées et largement développés.
L’auteur se réclame-t-il d’écoles de pensée, de travaux de scientifiques ?
Il n’y a pas de fondement scientifique. L’auteur base son discours sur des
références explicites, travaux, activités et sur son expertise du domaine de la
solidarité internationale.

L’auteur fait-il état de controverses sur le sujet ?


Comme pour les deux sites analysés précédemment la controverse n’est pas
centrale dans le discours, cependant les sujets développés sont souvent
revendicatifs et critiques vis à vis du système.

Les informations données nécessitent-elles une actualisation ? Il y a t’il une mise a


jour constante ?

Le site semble être mise à jour fréquemment, les dernières informations présentées
sur le site lors de cette analyse dataient de quelques jours auparavant.
Les dates de mise en ligne des actualités et de quasiment tous les dossiers sont
présentes. Pour les autres rubriques (surtout celles qui sont statiques) la date de
mise en ligne n’est pas donnée.

Les informations données sont-elles bien distinctes des opinions exprimées ?

D’une manière générale les contenus ont un caractère « Informatif » et le site est
un outil de transmission des informations sur les activités, les actualités et la vie de
l’association. Mais au même temps il y a un caractère revendicatif qui fait que la
frontière entre information et revendication (prise de position et opinion) n’est pas
complètement claire.
Les publicités sont-elles nettement séparées des informations ?

Il n’y a pas des contenus publicitaires en tant que tel. Mais on peut dire que le site
fait de la promotion de l’image CCFD.

L’auteur donne-t-il ses propres sources d’informations?


L’auteur renvoie-t-il à d’autres sources d’informations ?
Quasiment tous les articles et contenus font référence aux auteurs de l’information.
Etant donné que la majorité des documents et des dossiers sont produits par le
CCFD il y a pas de liens vers d’autres sources. Pour les campagnes (organisées ou
au quelles le CCFD participe) le liens vers les sites sont automatiquement présents.

Peut-on joindre l’auteur pour compléments d’informations?


Toutes les coordonnées (Adresse postale, téléphone, fax, adresse électronique)
sont disponibles.

127
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Questionnement Éléments de réponse


L’organisation La page d’accueil est-elle bien renseignée ?
et la
présentation La page est très explicite par rapport à la fonction du CCFD dans le domaine de
des informations la solidarité Internationale et sur l’implication des visiteurs dans les actions du
facilitent-t-elles CCFD. Les informations et les rubriques de la page d ‘accueil soulignent bien la
leur accès et présence et le caractère dynamique de l’association dans le monde de la SI.
leur appropriation On observe une organisation de l’information en 3 axes, un axe « informatif : les
? derniers infos, les derniers dossiers…» principalement sur la zone centrale.
Un axe « communicationnel : Le CCFD et l’éducation a la solidarité, le CCFD et
soutenir le développement, l’association ; qui sommes nous ? » sur la zone
(menu) haute où on parle principalement du CCFD. Et un troisième axe
« participatif – d’implication » dans la zone gauche où le visiteur peut accéder
aux informations sur les régions, sur les campagnes, il peut également s’inscrire a
la newsletter et peut faire un don à l’association. Concernant les dons, l’accès a
cette partie du site est bien mise en avant et l’utilisateur peut y accéder de quatre
manières différentes : (voir figure 4. Accès aux dons).
Une faiblesse de la page d’accueil est que certains éléments ne sont pas titres et
ne correspondent a un critère de « classification », il s’agit plus exactement des 3
bandeaux présents sur la zone gauche (voir : « imposer n’est pas négocier »,
« we feed the world », « biens mal acquis profitent trop souvent » et « appel pour
une autre Afrique »). On s’en doute bien que ce sont des campagnes de SI, mais
on a l’impression qu’elles ne répondent pas à un critère d’organisation.

La navigation dans le site ou la page est-elle bien conçue ?

La structure de la page d’accueil est simple et se divise en quatre zones :

 Une zone gauche – contenant des rubriques qui varient selon l’endroit du
site où on se trouve. Pour la page d’accueil ces rubriques correspondent
à un accès direct aux donations, le CCFD en région, participation aux
campagnes et inscription a la news letter (c’est l’axe participatif »)
 Une zone central - donnant accès aux contenus (zone de lecture). Cette
zone est plutôt de caractère informatif, c’est là que le visiteur peut
accéder aux derniers infos et aux éléments sur le quel l’auteur veut
valoriser son action.
 Une zone haute – Où le visiteur peur s’informer et connaître le CCFD.
Mais aussi il peut accéder aux dossiers et se servir du moteur de
recherche. (qui marche correctement et qui donne la possibilité de faire
une recherche par mots clés déjà définis)
 Finalement une zone basse qui contient un menu fixe avec des accès
vers les régions, liens, contacts, mention légales et plan du site. Cette
zone est complémentaire des trois premières.

Donc d’une manière générale : il est Facile de se déplacer (aller-retour, retour


page d’accueil, plan du site) dans certaines rubriques ; celles qui sont dans la
zone centrale de la page d’accueil : « Dernières infos », « dossier principal
(migrations) » et « dans les médias ». Pour ces pages il y a un lien retour sur la
page d’accueil.

128
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Pour toutes les autres rubriques celles de la zone (menu) haute de la page
d’accueil et celles du menu gauche il n’y a pas de lien de retour au pages
précédentes (voir « soutenir le développement », « éduquer a la solidarité »,
« agissez », « «dossiers », « qui sommes nous ? », « participer » et « votre
région »).
L'outil de recherche fonctionne correctement, ainsi que l’inscription a la
newsletter (clairement identifiable)

L’apport informatif des illustrations est-il pertinent ?


La charte graphique et le design sont ils de qualité et facilitent la navigation ?

Les illustrations utilisées correspondent bien aux contenus qui sont


présentées. Cependant il y a certaines pages ou l’utilisation des images
semble désorganisé et sur exploite. (voir par exemple rubrique « éduquer à la
solidarité » )e
Le design est travaillé, coloré et bien structuré. Cependant il y a une certaine
saturation de l’espace a cause de une sur-utilisation des images (surtout dans
la page d’accueil).
Certains pages ne suivent pas la charte graphique de la page d’accueil. (voir
par exemple « la campagne état d’urgence planétaire » ou le dossier
« migrations »)
Sur la page d’accueil le type de texte choisi est lisible et il y a une harmonie
entre le fond et les textes. Mais dans le cas des certains dossiers
(antérieurement mentionnés) les couleurs des fonds et des polices ne sont
pas appropries pour une bonne lisibilité.

129
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

130
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

ANNEXE 3.2

CRID (Centre de Recherche et d’information pour le développement)


http://www.crid.asso.fr

Le site du CRID est un site majeur dans le domaine de la solidarité internationale en


France. (Il occupe la 16eme place du classement des sites de SI, cette classification
réponde à son niveau d’autorité et au niveau de concentration de liens avec les autres
sites.) 42 Cette concentration est liée au fait que le CRID est une plate-forme qui
ressemble 54 ASI, donc des liens sont nécessairement crées.

Grille d’évaluation

Questionnement Eléments de réponse


1. Qui est L’adresse URL (.asso) correspond en effet a un site de caractère associatif, donc à
l’auteur du site ? un site de caractère officiel.
* L’adresse donne également le nom de l’auteur, le CRID. Dans la page de «pre-
accueil » (figure 1) et dans toutes les autres pages du site on retrouve le nom
complet de la structure (Centre de Recherche et d’Information pour le
Développement). Cependant la présentation et la définition du collectif ne sont
mises en avant que dans un deuxième niveau de la navigation (dans la rubrique
« découvrir le CRID »voir http://www.crid.asso.fr/spip.php?rubrique5 ).
« Le CRID est un collectif (plate-forme) d’associations de Solidarité Internationale qui a pour
objectif de produire une réflexion sur le développement et la coopération internationale. Il
rassemble aujourd’hui 54 ASI françaises qui partagent une même conception du
développement humain, solidaire et durable … »

42
Noémi Schneider. Organisation et formats documentaires de la solidarité internationale sur le Web.
Etude
e-cologique des principaux sites francophones. Mémoire DESS CONSERVATOIRE NATIONAL DES
ARTS ET METIERS INSTITUT NATIONAL DES TECHNIQUES DE LA DOCUMENTATION. 17 octobre
2005.

131
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Informer Défendre des idées, des vendre Propager de fausses Autres


opinions… informations
2. Quel est L’objectif du site est d’informer sur la structure, sur ses membres, sur la solidarité
l’objectif internationale et sur les actions et les engagements du CRID et de ses membres
« éditorial » du dans le domaine de la solidarité Internationale.
site ? Ainsi les informations présentées permettent de comprendre les enjeux de la
solidarité et du développement et d’orienter les utilisateurs vers des actions plus
: Objectifs du site concrètes mises en œuvre par le collectif et/ou par ses membres.
De plus, les contenus revendiquent l’importance des notions telles que la solidarité
Autres internationale, le développement, les mouvements citoyens, les actions de
Relayer plaidoyer etc. Un troisième objectif est le relais et la circulation de l’information
informations concernant chacun des organismes membres ; les actions, les campagnes, les
actions collectives.
Les buts visés sont donc clairs (informer, revendiquer et relayer) et ils suivent une
démarche éditoriale bien précise.
3. Quelles sont Le caractère « Fédératif » (réunion de 54 associations) du CRID est un premier
les élément très parlant de son statut dans le domaine de la solidarité internationale.
compétences de En effet dans son site Internet, l’organisation essaie de mettre en avance ce
l’auteur (ou des caractère collectif et de gagner en autorité dans son domaine d’activité. (voir les
auteurs) sur le rubriques et sous rubriques membres. Figure 2)
sujet ? La compétence de l’organisation (au moins en ce qui concerne le domaine de la
Solidarité Internationale) ne fait aucun doute. Le CRID se présente comme une
référence dans le domaine et comme fédérateur des projets collectifs et individuels
de ses membres. Donc c’est le caractère fédérateur et l’union de plusieurs acteurs,
avec des compétences diverses qui font du CRID un auteur et une source
d’information crédible.

Le CRID est reconnu dans le milieu des ASI ainsi qu’au niveau des institutions
gouvernementales françaises, européennes et mondiales. (Le Crid bénéficie du
statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations Unies.)

L’auteur mentionne et publie également tous les documents qu’il produit ainsi qu’un
nombre considérable de productions des membres du collectif. Le renvoi vers les
sites des membres est fréquent et facilite le relais des informations.
*

Questionnement Éléments de réponse


4. Quel est le Public de spécialistes (membres) Public scolaire (chercheurs) Public d’initiés Grand public
public visé ? Les contenus étant très centrés sur les activités du collectif et de ses membres, le
public cible est essentiellement les membres des associations appartenant au
: Publics visés collectif. Connaisseurs du terrain et impliqués dans les actions, soit du collectif, soit
des associations membres. Un deuxième type d’usager peut être les gens
Des personnes cherchant des informations sur le domaine de la SI (étudiants, journalistes,
ayant chercheurs). Les contenus traités dans le site sont très propres au monde des ASI
connaissance et a priori ils sont dirigés vers un public très spécifique (membres et
de l’existence
connaisseurs).
de la structure.

132
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

5. Quelles A quel titre l’auteur informe-t-il ou s’exprime-t-il ?


informations
sont données ? Les contenus (articles, comptes rendus, communiqués de presse, etc.) présents sur
le site sont publiés au nom du collectif (cela signifie qu’il y a un consensus entre les
membres). Les renvois aux différentes sources de l’information (sites ou contacts
dans les associations membres) est systématique.
D’une manière générale les informations concernent l’organisation générale du
collectif, les campagnes et les actions collectives ou des campagnes mis en place
de manière individuelle par les membres.

Le sujet traité est-il clairement annoncé dans la page d’accueil ?


Des la première page (page de pré – accueil. Voir figure 1) les images utilisées et la
phrase d’introduction au site « s’informer sur l’état du monde, comprendre les
enjeux du développement et agir pour un monde plus juste » font transparaître le
caractère « social et revendicatif» de la structure. Cependant cette première page
n’exprime pas les objectifs de l’organisation.
Dans la page d’accueil (voir figure 2) les questions de la Solidarité internationale, le
développement, la coopération, entre autres, sont certes traités, et les rubriques,
les brèves et les textes introductifs ne font aucun doute sur le sujet dont il est
question dans ce site. Néanmoins le CRID en tant que tel n’est pas défini, on ne
comprend pas très bien quel est son rôle, au-delà d’être un collectif.
On peut distinguer également quatre axes d’organisation des contenus sur le site :
découvrir, S’informer, Comprendre et Agir. Ces quatre notions sont le fil conducteur
du site.

Introduction. Les pages de « pré-accueil » et d’accueil n’introduisent pas


l’usager au rôle du CRID. Les quatre axes de développement des
informations semblent ne pas être en liaison avec la structure. On ne peut non
comprendre la fonction du CRID que du moment où on rentre sur la rubrique
« découvrir le CRID »

Problématique annoncée. Le site se positionne clairement en tant qu’outil


pour « S’informer sur l’état du monde, Comprendre les enjeux du oui
développement et Agir pour un monde plus juste»

Plan annoncé. Les 4 axes définissent les contenus développés. oui

Résumé (type résumé d’auteur – présentation de l’auteur). La rubrique oui


« découvrir le CRID » donne une présentation complète de l’auteur.

Le sujet annoncé est-il traité dans son ensemble ou sur une partie bien définie ?

Chacun des quatre axes est largement traité, les ressources (articles, liens vers
d’autres sites, documents à télécharger, compléments d’information) sont
suffisantes. Dans son discours le travail développé par le collectif (campagnes,
programmes, activités) est évidement central tant au niveau collectif qu’au niveau
individuel des associations membres.

L’auteur se réclame-t-il d’écoles de pensée, de travaux de scientifiques ?


Il n’y a pas vraiment de fondement scientifique. L’auteur base son discours sur des
références explicites, travaux et activités réalisés par le collectif ou par ces
membres.

133
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

L’auteur fait-il état de controverses sur le sujet ?

La controverse n’est pas centrale dans le discours, cependant les sujets


développés sont souvent revendicatifs et critiques vis à vis du système social,
économique et politique.
Le domaine de la solidarité Internationale est par nature revendicatif, donc même si
l’objectif du site du CRID est de faire circuler les informations, le caractère
polémique des contenus est naturellement manifeste.

*
Les informations données nécessitent-elles une actualisation ? Il y a t’il une mise a
jour constante ?

Le site semble être mise à jour fréquemment, les dernières informations présentées
sur le site lors de cette analyse dataient de quelques semaines auparavant. Les
dates de mise en ligne et des dernières mises a jours sont présentes. Cependant il
y a certains contenus qui datent de quelques mois et que sont toujours présentées
comme étant des actualités. (Voir par exemple dans la rubrique « s’informer » sous
le titre « à chaud » des articles datant de 2005 et fin 2006.
http://www.crid.asso.fr/spip.php?rubrique2) ou encore des actions ponctuelles qui
ont déjà en lieu. Voir la rubrique « agir » sous rubrique « campagnes : action contre
la faim » http://www.crid.asso.fr/spip.php?rubrique11

Les informations données sont-elles bien distinctes des opinions exprimées ?

D’une manière générale les contenus ont un caractère « Informatif » et le site est
un outil de transmission des informations sur les activités, les actualités et la vie du
collectif et de ses membres. Mais au même temps il y a un caractère revendicatif
qui fait que la frontière entre information et revendication (prise de position et
opinion) n’est pas complètement claire.

Les publicités sont-elles nettement séparées des informations ?

Il n’y a pas de contenus publicitaires.

L’auteur donne-t-il ses propres sources d’informations?


L’auteur renvoie-t-il à d’autres sources d’informations ?

Quasiment tous les articles et contenus font référence aux sources d’information.
Les liens vers les documents correspondants ainsi que les liens vers des adresses
utiles sont systématiquement présents. Sauf certaines exceptions, les liens sont
opérationnels.

Peut-on joindre l’auteur pour compléments d’informations?

Toutes les coordonnées Adresse postale, téléphone, fax, adresse électronique sont
disponibles ainsi que les noms des membres de l’équipe du CRID.

134
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Questionnement Éléments de réponse


6. La page d’accueil est-elle bien renseignée ?
L’organisation
et la La page de « pré-accueil » n’es pas d’une véritable utilité (voir figure 1) Au delà
présentation des quelques images et du logo du CRID cette page ne contient aucune
des informations information. En plus lorsque on est sur le site on ne peut pas revenir sur cette
facilitent-t-elles page. Si l’auteur veut maintenir cette page « introductive » il pourrait l’intégrer à
leur accès et la page d’accueil du site.
leur appropriation La page d’accueil n’est pas explicite par rapport à la fonction du CRID. Elle
? montre une volonté de hiérarchisation de l’information a travers les 4 axes
centraux, mais on retrouve d’autres informations qui ne répondent pas à un
critère d’organisation particulière. Les textes d’introduction aux articles par
exemple, (voir zone de navigation centrale. Figure 2) ou encore les logos (liens)
vers les sites de « educasol » et « la semaine de la solidarité internationale »
(voir navigation droite en bas. Figure 2) Ces éléments ne répondent pas a une
hiérarchisation quelconque (il y a pas un titre ou un élément graphique que les
distingue) et cela nuit à la lecture du site.
Une autre faiblesse de la page d’accueil est que les titres de rubriques sont pas
toujours explicites, par exemple : s’Informer (mais sur quoi ?) comprendre
(quoi ?) agir (sur quoi ou comment) ou encore qu’est ce que les CRID infos ?
(c’est une news letter, c’est un communiqué de presse, c’est une revue ?)

La navigation dans le site ou la page est-elle bien conçue ?

Malgré les problèmes de renseignement cités dans le paragraphe antérieur, la


structure de la page d’accueil est simple et elle contient quatre zones de
navigation bien définies (voir figure 2) :

 Une zone gauche – contenant des rubriques permanentes avec les


quatre axes principaux (découvrir, s’informer, comprendre et agir) une
fonctionnalité RSS et l’abonnement a une news letter.
 Une zone centrale- donnant accès a des brèves (zone de lecture).
 Une zone droite – contenant les rubriques : campagnes, CRID infos et
publications (les rubriques présentes dans cette zone varient selon
l’endroit du site où on se trouve)
 Finalement une zone haute qui contient un menu fixe (membres,
chantiers, médiathèque, presse, portail, forum, contacts, plan du site et
espace privée). Dans cette partie du site Il y a également un moteur de
recherche interne au site, qui marche correctement. Seul bémol, il passe
inaperçu du fait de sa taille et de sa position sur les pages (voir figure 2.
Moteur de recherche).

Donc d’une manière générale : il est Facile de se déplacer (aller-retour, retour


page d’accueil, plan du site), la qualité de l'outil de recherche doit être repense
en ce qui concerne sa position et sa taille (sinon il fonctionne correctement) et
finalement la vitesse du chargement du site et des différentes pages n’est pas
très performante, cependant il est probable que ce soit à cause du serveur ou de
la connexion utilisée.

135
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

L’apport informatif des illustrations est-il pertinent ?

La charte graphique et le design sont ils de qualité et facilitent la navigation ?


Le site est pauvrement illustré. Il y a aucun ressource multimédia autre que
les documents a télécharger.
Ceci pourrait avoir deux causes possibles, soit le manque de moyens soit une
politique éditoriale spécifique. la page

Le design est très simpliste, les ressources graphiques sont quasiment


inexistantes, il y a un usage des couleurs très limité. Le site est trop statique
et il manque d’éléments plus « attirants » et qui donnent plus de dynamisme
a l’utilisation. (menus dépliants, de boutons plus colorés (au delà du simple
texte)
Le type de texte choisi est lisible et il y a une harmonie entre le fond et les
textes. Cependant dans les cadres de la zone droite (voir figure 2) l’utilisation
de textes orange sur un fond jaune n’est pas idéal en terme de lisibilité.

136
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

137
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Annexe 3.3

RITIMO. http://www.ritimo.org/

Le site de RITIMO est aussi un site majeur dans le domaine de la solidarité


internationale en France. (Il occupe la 9eme place du classement des sites de SI, cette
classification réponde à son niveau d’autorité et au niveau de concentration de liens
avec les autres sites.) 43 RITIMO est un réseau d’informations sur la Solidarité
Internationale et c’est ce statut qui lui donne un haut degré d’autorité dans le domaine.
RITIMO travaille avec de nombreux partenaires. Il diffuse la parole des ASI et la société
civile et de plus il est relais de nombreuses campagnes d'opinion.

Grille d’évaluation

Questionnement Eléments de réponse


1. Qui est L’adresse URL (.org) correspond à un site de caractère associatif, donc à un site
l’auteur du site ? de caractère officiel.
*
L’adresse donne également le nom de l’auteur, RITIMO. Dans la page d’accueil et
dans toutes les autres pages du site on retrouve le logo et le nom complet de la
structure (Réseau des Centres de documentation et d’Information pour le
Développement et la solidarité internationale). La présentation et la définition du
réseau sont mises en avance dés la page d’accueil.

« Ritimo est un réseau d'information spécialisé sur la solidarité internationale et le


développement. En France, dans plus de 70 lieux ouverts au public, dans ce site on
peut trouver de la documentation, des informations, des animations et des pistes
pour agir. Ce site propose une information de base sur les grands thèmes de la
solidarité internationale et de l'actualité Nord Sud »

43
Noémi Schneider. Organisation et formats documentaires de la solidarité internationale sur le Web.
Etude e-cologique des principaux sites francophones. Mémoire DESS CONSERVATOIRE NATIONAL DES
ARTS ET METIERS INSTITUT NATIONAL DES TECHNIQUES DE LA DOCUMENTATION. 17 octobre
2005.

138
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

2. Quel est Informer Défendre des idées, des vendre Propager de fausses Autres
l’objectif opinions… informations
« éditorial » du L’objectif du site est d’informer sur la structure et sur son fonctionnement. Outre la
site ? présentation de la structure, l’objectif du site est d’informer et de transmettre les
: Objectifs du informations de base sur le développement et la solidarité internationale. Le site
site donne accès également à une base de données sur la SI et c’est un site portail qui
Autres : relaye les informations sur les ASI, leurs actions et leurs engagements.
Relayer
informations Les informations présentées permettent de comprendre les enjeux de la solidarité
concernant le et du développement et d’orienter les usagers vers des actions et des informations
domaine de la SI plus concrètes menées par des Organisations de la SI. Cependant grand nombre
et des cations des des documents ne sont pas accessibles via le site et les usagers doivent aller les
ASI.
chercher sur un des centres de documentation ritimo.
Informer sur les
structures
Le site est donc un outil d’orientation pour les utilisateurs vers les structures
physiques du physiques du réseau RITIMO (les centres de documentation en région). Grâce au
réseau. site les visiteurs peuvent retrouver ces centres selon la région où ils habitent.
Promouvoir des Comme pour le CRID les contenus que propose ce site revendiquent l’importance
publications des notions telles que la solidarité internationale, le développement, les
(vente hors ligne)mouvements sociaux, les actions de plaidoyer etc. Même si l’objectif est informatif,
Former les jeunes les contenus restent revendicatifs.
au domaine SI. Finalement le site promeut un certain nombre de publications (sur la SI) sans pour
autant faire de la vente en ligne.
Les buts visés sont donc clairs (informer, orienter, relayer et promouvoir) et la
démarche éditoriale est informative et éducative.

3. Quelles sont RITIMO est un réseau unique en France et en Europe. RITIMO existe depuis 1985
les et il est devenu avec le temps une référence dans le domaine de la solidarité
compétences de internationale. Le fait d’être spécialisé dans le domaine de la solidarité
l’auteur (ou des internationale fait de RITIMO un repère dans la transmission des informations et la
auteurs) sur le formation à la solidarité et au développement.
sujet ?

RITIMO est reconnu dans le milieu des ASI ainsi qu’au niveau des institutions
politiques françaises, européennes et mondiales. Le réseau a été agréé en 2000
par l'Education Nationale au titre des Associations éducatives complémentaires de
l'enseignement public et peut intervenir dans les écoles, lycées, organismes de
formation etc.

Le site donne accès a une quantité importante de documents produits par de


nombreuses ASI et il y a également un renvoi automatique vers les sites (sito
graphie) des auteurs des différents documents, facilitant le relais des informations
et des actions.

139
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Questionnement Éléments de réponse


4. Quel est le Public de spécialistes (membres) Public scolaire (chercheurs) Public d’initiés Grand public
public visé ? Le caractère « général » des informations circulant sur le site de RITIMO, permet
un accès à un public plus large. Le réseau ne se limitant pas a un certain nombre
: Publics visés d’associations, il communique sur des thèmes plus généraux et relaye une
quantité importante de ressources documentaires et d’informations sur le
domaine.
: le public jeune La notion de réseau d’information exprime bien le caractère public et ouvert des
a une place
particulière. contenus. Les contenus sont plutôt simples et facilement compréhensibles. Le site
Voir. Rubrique pour du RITIMO est donc un site pour un public large, des spécialistes du domaine
le public jeune. jusqu'aux des personnes cherchant simplement à s’informer d’une manière
générale sur la solidarité internationale.
Le site reste cependant bien centré sur une démarche informative et pédagogique
sur le domaine de la SI et il ne cherche pas a toucher le grand public.
Autre élément important concernant les publics cibles du site : le fait que l’auteur
dédie une rubrique spéciale au public jeune « espace jeunesse » A travers cette
rubrique le caractère « pédagogique » et « initiateur » du réseau RITIMO se fait
plus évident.

5. Quelles A quel titre l’auteur informe-t-il ou s’exprime-t-il ?


informations sont
données ?
Les contenus « généraux » traitant le sujet de la Solidarité internationale et le
fonctionnement de l’organisation sont publiés au nom du réseau.
Lorsqu’il s’agit d’informations plus spécifiques ou de ressources précises pour
approfondir dans l’information, le renvoi aux sources d’information est
automatique.

Le sujet traité est-il clairement annoncé dans la page d’accueil ?

Dès la page accueil les questions de la Solidarité internationale, le


développement, la coopération, sont traitées. Les rubriques, les textes
introductifs et les différents menus font également référence à la SI. Il y a
également une présentation de la structure et on comprend facilement quel est
son rôle. (relais d’information et réseau de centres de documentation).

Introduction. La solidarité Internationale et la mission de RITIMO sont


clairement mises en avant dès la page d’accueil. oui

Problématique annoncée. Le site se positionne en tant que réseau


d’information et exprime bien ses objectifs de réseau et relais d’info. oui

Plan annoncé. Les menus (gauche et haut) montrent bien le développement oui
qui sera fait de l’information. Et comment le site s’organise.

Résumé (type résumé d’auteur – présentation de l’auteur). Dans la page oui


d’accueil et cette présentation est approfondie dans les rubriques (qui
sommes nous ? et que faisons nous ?)

140
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Le sujet annoncé est-il traité dans son ensemble ou sur une partie bien définie ?

Le fait d’avoir une introduction au rôle de RITIMO dans la page d’accueil, facilite
la compréhension de la structure du site et du rubriquage. (Contrairement au site
du CRID où on sait pas quel est le rôle du collectif et par conséquent on ne
comprend pas très bien le sens des rubriques et des contenus.)
En plus le nom de la structure est plus explicite que celui du CRID, donc on fait
une relation directe avec la notion de réseau et de centres de documentation, ceci
facilite aussi la compréhension du site.
L’auteur se réclame-t-il d’écoles de pensée, de travaux de scientifiques ?

Il n’y a pas vraiment de fondement scientifique. Les contenus sont basés sur des
références explicites, documents, travaux et activités réalisés par les ASI.

L’auteur fait-il état de controverses sur le sujet ?

Les sujets développés sont souvent revendicatifs et critiques vis à vis du système.
Cependant le site se positionne clairement en tant que relais d’information et
communique sur sa mission et son fonctionnement.
*
Les informations données nécessitent-elles une actualisation ? Il y a t’il une mise
a jour constante ?

Les dates exactes de mise en ligne (jour / mois/ année) ne sont pas présentes.
L’auteur se limite à donner l’année de publication des contenus. Le seul élément
qui permet de savoir que le site a été mise a jour sont les articles qui apparaissent
sur la page d’accueil pour les quels on peut voir la date exacte de publication (voir
« Nouveautés en ligne »

Les informations données sont-elles bien distinctes des opinions exprimées ?

les contenus ont un caractère « Informatif » et le site est un moyen de


transmission des informations sur les activités, les actualités et le fonctionnement
du réseau et sur la solidarité internationale. Cependant la SI est un sujet où les
limites entre information et opinion sont difficiles a établir.

Les publicités sont-elles nettement séparées des informations ?

Il n’y a pas de contenus publicitaires.

L’auteur donne-t-il ses propres sources d’informations?


L’auteur renvoie-t-il à d’autres sources d’informations ?

Quasiment tous les articles et contenus font référence aux sources d’information.
Les liens vers les documents correspondants et vers des adresses utiles sont
systématiquement présents. Tous les liens sont opérationnels.
Le site est principalement une compilation de ressources d’information, pour
chaque thème traité il y a des liens pour approfondir sur l’information.

Peut-on joindre l’auteur pour compléments d’informations?

Toutes les coordonnées Adresse postale, téléphone, adresse électronique sont


disponibles.

141
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Questionnement Éléments de réponse


6. La page d’accueil est-elle bien renseignée ?
L’organisation
et la La page d’accueil est explicite par rapport à la fonction de RITIMO. Les
présentation informations sont bien hiérarchisées à travers les deux menus : Haut – centré sur
des informations le rôle de RITIMO et sur les ressources pour approfondir sur le sujet de la SI et
facilitent-t-elles Gauche – centré sur les informations directement accessibles concernant la SI).
leur accès et Dans la zone Centrale l’auteur fait également une présentation sur son rôle et met
leur appropriation en avant les informations et les outils du site pour s’informer sur la SI : une
? collection de fiches thématiques, des bases de données et l’accès a la
bibliothèque internationale « rinoceros ».

Enfin une carte interactive permet de chercher le centre RITIMO le plus proche.
Donne a comprendre que le site est aussi une passerelle entre les infos de base
(qu’on trouve sur le site) et les centres de documentation et relais RITIMO en
France.

La navigation dans le site ou la page est-elle bien conçue ?

La structure de la page d’accueil est simple et bien organisée, la navigation est


plutôt logique et une grande partie de cette « logique » se base sur l’usage de
couleurs. Donc la navigation se structure à partir du menu Haut de la page
(toutes les rubriques de cette zone sont de couleur orange et au point
d’intersection entre la zone supérieure et la zone (menu) gauche, la couleur
orange est maintenue (voir la carte interactive et la rubrique « un réseau local »
indiquant ainsi le passage entre les rubriques qui parlent de RITIMO (orange) et
les rubriques d’autres couleurs qui vont parler plus précisément de la solidarité
internationale.
Donc si l’usager veut s’informer sur RITIMO (rôle / fonctions / publications /bases
de données / liens et ressources et finalement / où trouver un centre RITIMO), il
restera sur les rubriques du menu Haut en couleur orange. Et si il veut avoir des
informations de base sur la SI directement sur le site il peut aller sur la zone
gauche – diverses couleurs (comprendre, agir, rendez vous, annuaires,
bibliothèque, Education au développement et espace jeunesse).
Autre élément qui rend la navigation plus agréable c’est l’utilisation permanente
des couleurs, ainsi les pages qui correspondent à une rubrique ont la même
couleur que celle-ci.
Les pages ont 4 zones principales de navigation :
 Une zone gauche – Fixe. contenant principalement les rubriques traitant
la SI (des informations directement accessibles sur le site.
 Une zone centrale - donnant accès aux contenus (zone de lecture).
 Une zone droite – Contenant les rubriques qui varient selon l’endroit du
site où on se trouve. Dans le cas de la page d’accueil il y a une rubrique
« zoom » sur une des infos du site. Et dans les autres pages
généralement il y a des liens vers des liens utiles ou des informations
complémentaires.
 Finalement une zone haute qui contient également un menu fixe (traitant
les informations sur RITIMO).
 Il y a aussi une zone avec des informations sur le site (contacts, mentions
légales, crédits, plan du site) en bas de la page. Les liens sont
opérationnels et même si elle est peu visible elle est pourtant pratique.

Donc d’une manière générale : il est Facile de se déplacer (aller-retour, retour


page d’accueil, plan du site), l'outil fonctionne correctement ainsi que la carte
interactive (il est important de souligner que l’accès a cette carte ne se limite pas
au graphique de la carte mais qu’on peut y accéder a travers d’autre moyens et
finalement la vitesse du chargement est bonne.

142
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

L’apport informatif des illustrations est-il pertinent ?


La chartre graphique et le design sont ils de qualité et facilitent la navigation ?

Le site est suffisamment illustré et toutes les images utilisées sont pertinentes
avec les sujets traités.
Le design est simple, airée et coloré, il est très agréable visuellement.
L’usage des ressources multimédias est très limité, cependant l’usage des
couleurs et très bien maîtrise et donne dynamisme au site. Autre élément qui
fait que le site soit moins statique est l’utilisation des menus déroutants et de
petites fonctionnalités comme la carte interactive.
Le type de texte choisi est lisible et il y a une harmonie entre le fond et les
textes. Cependant la taille du texte pourrais être repensée (un texte plus
grand faciliterait la lecture des contenus)

143
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

144
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

Notes
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

145
Pablo Andrés Castell
Le Web et les organisations de la Solidarité Internationale en France
Les cas de trois associations CRID, RITIMO et le CCFD
Sous la direction de M. Philippe Bouquillion
2006-2007

____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

146