Vous êtes sur la page 1sur 24

N°13

2nd semestre
L’OBSERV@TOIRE
Magazine des technologies de l'information et de la communication de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais
2009

Le Nord-Pas de Calais
Terre d'excellence en TIC
VISION D'EXPERT

HEI, acteur
au cœur des TIC
HEI1, Hautes Études d’Ingénieur, est une école d’ingénieurs généralistes dont les trois métiers
complémentaires sont la formation, la recherche et le transfert de l’innovation aux entreprises.
Ces trois composantes nous permettent d’être à l’écoute et au service du monde économique.
Grâce à cette écoute, nous avons intégré très rapidement dans notre cursus un enseignement
en informatique, puis en TIC2 sous la tutelle d’un département Informatique.

Nous entretenons par ailleurs des liens très forts et en constante évolution avec des organisations
professionnelles. Citons le GUN3 (le club des managers des systèmes d’informations) qui, au travers
de son président Jean-Michel Soyez et de ses membres, participe aux activités de l’école. Citons
également l’AS2I4 (Association des Sociétés en Ingénierie Informatique), présidée par Daniel
Malot, dont les membres contribuent régulièrement à assurer la promotion des métiers
de l’informatique auprès des futurs ingénieurs. Cette valorisation des métiers des TIC est aujourd’hui
indispensable, incontournable.

Le choix de l’installation du département informatique au sein d’EuraTechnologies, parc d’activités


dédiés aux TIC, implique une immersion totale de nos étudiants et de nos enseignants-chercheurs
dans le monde de la filière TIC.
Cette proximité, le contact quasi-quotidien avec les professionnels présents à EuraTechnologies,
dans un lieu emblématique et agréable, va favoriser l’intérêt et l’appréhension du monde
de l’entreprise par nos élèves-ingénieurs. Ils seront au cœur même de l’action.
Nous profiterons également de cette proximité pour renforcer nos liens avec les entreprises
de cette filière. Dans un premier temps, nous leur proposerons des formations en nous appuyant
sur l’expertise de nos enseignants-chercheurs et de nos infrastructures, 75 stations de travail
répartis sur deux salles et un laboratoire CISCO. Dans un second temps, des prestations
d’assistance technique, un soutien et la participation à des projets d’entreprise et des projets
de R&D.

À l’heure où j’écris, les élèves ingénieurs de notre première promotion "EuraTechnologies" auront
foulé le sol de ce site de référence dont nous souhaitons être un acteur à la croisée de l’enseignement,
de l’entreprise et de la recherche.

Thierry Sobanski
Responsable du Département Informatique

1
www.hei.fr
2
Technologies de l’Information et de la Communication
3
www.gun.asso.fr
4
www.as2i.asso.fr

L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
VISION D'ENSEMBLE
PANORAMA
LE NORD-PAS DE CALAIS

Terre d'excellence en TIC P. 4


1 EuraTechnologies, "cathédrale" du e-business P. 5-7
• EuraTechnologies, des services matériels et immatériels
de pointe très appréciés... P. 6-7

2 Parcde la Haute Borne,


tourné vers les hautes technologies P. 8-10
• CIEL, valoriser la recherche pour une économie innovante P. 10

3 PlaineImages, pierre angulaire


du pôle d'excellence régional Images P. 11-13
• Le groupe Mélody enchaîne la création
de chaînes de qualité... P. 12
• L'Union, un potentiel remarquable et une position stratégique P. 13

4 Les Ateliers Numériques, pour créer des synergies P. 14-15

5 Parc des Bonnettes, du haut de gamme P. 16

6 L'Hôtel des Technologies, bienvenue au haut tertiaire P. 17

7 E-placenet, tout à disposition P. 17

ARRET SUR IMAGE

"Net" progression dans le e-commerce P. 18-20

MISE AU POINT
Une nouvelle approche des TIC
par la nomenclature d'activités française 2008 P. 21-23
PANORAMA
Hôtel des technologies
A 16
DUNKERQUE
E4
2
E1
5

T VG

A2
5

A 22
E-PlaceNet
Plaine Images
BOULOGNE SUR MER
TOURCOING/ROUBAIX
EuraTechnologies
A 27 Haute Borne
LILLE

A1
VILLENEUVE D'ASCQ

A 23
21
A2 A 21

A2 Les Ateliers Numériques


E 17
Parc des Bonnettes VALENCIENNES
ARRAS
T VG

LE NORD-PAS DE CALAIS ©
LMCU-DDEC-Jérôme Van Oost/Valorisation graphique : Agence Idoine

Terre d'excellence en TIC


L’accueil des entreprises évolue et les parcs d’activités dits spécialisés
se multiplient aujourd’hui dans la région, notamment dans le secteur
des Technologies de l’Information et de la Communication.
Leviers du dynamisme économique régional, ces parcs sont aussi des outils
de valorisation des entreprises d’un territoire ou d’un secteur d’activité.
Devenus de véritables écosystèmes, ils répondent à différents objectifs :
• participer à la dynamique de développement cohérent d’un territoire,
que ce soit une commune, une agglomération ou une métropole ;
• fixer sur ce territoire des compétences en créant un lieu d’échanges
et d’émulation entre recherche, enseignement, entreprises et pouvoirs
publics afin de favoriser l’innovation et le développement économique ;
• favoriser l’émergence de pôles d’excellence par un maillage d’entreprises
avec comme exemple le Pôle Images Nord-Pas de Calais.
Dans la région, ces parcs constituent l’épine dorsale de la filière TIC
avec plus de 170 entreprises et près de 6 000 emplois.
Ce numéro de l’Observ@toire est dédié aux parcs d’activité spécialisés
dans les TIC. Il retrace leur histoire et celle des hommes et des femmes
qui les ont voulus, pensés et construits et présente les entreprises
qui les font vivre.

4 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
1 EuraTechnologies,
"cathédrale" du e-business

M
odèle unique en France
dans sa conception
et dans sa réalisa-
tion, EuraTechnologies s’ins-
crit dans un vaste projet de
reconquête urbaine, "les Rives
de la Haute Deûle", s’étendant
sur une centaine d’hectares à ©
LMCU-Vincent Lecigne LOCATAIRES
la charnière de Lille et Lomme. E-business & pure players
Pôle d’excellence de la métro- Ce site dédié auxTIC est imprégné site et de l’ensemble du projet ALTER’WAY GROUP,
pole lilloise, EuraTechnologies des traces de son passé indus- des Rives de la Haute Deûle a ARTIFICIAL SOLUTIONS,
AWAK’IT, CADEAU GATEAU,
a été conçu comme le lieu de triel, à travers son architec- été pensé pour mettre en valeur COMPARIO, CYO, E-FIJY,
convergence des acteurs, des ture emblématique (réhabili- cette mémoire tout en réinven- KEYLIANCE, NEOWEB,
projets et des innovations de tation d’anciens châteaux de tant la forme urbaine du XXIe NETIM, NOMADES
SERVICES, POLE
la filière TIC métropolitaine et l’industrie textile Le Blan Lafont) siècle. Ce projet architectural POSITIONNING, VCULT
régionale, tout en favorisant mais aussi dans la mémoire de innovant respecte le principe de
la création et le développe- ses habitants. Il donne ainsi à Haute Qualité Environnementale Systèmes d’information
ment des entreprises spécia- son quartier une identité spéci- et s’inscrit dans une démarche & édition de logiciels
lisées dans le high tech. fique. Le réaménagement du de développement durable. ADISTA, ALTITUDE
TELECOMS, ANNVA,
ANTOLOGIA, AUDITIEL,
CAP GIMINI, CAP RH, COOP
CARTE D'IDENTITÉ EURATEC, DSD SYSTEM,
Libellé : EuraTechnologies Accessibilité multimodale HYGEOS, INEAT CONSEIL,
J2S, JANUS TELECOM,
Porteur du parc : Lille Métropole Communauté urbaine • Métro : stations Canteleu et Bois Blanc MICROSOFT, NIJI, NO
• Bus : ligne 72 PARKING, ONYME, P1G,
Localisation : Lille-Lomme
• Proximité grands axes routiers : Autoroute A 25, Rocade Nord- PERIGEE, PRIMA, R&D
Lancement du projet : 1999 Ouest D 652 SOLUTIONS, SQUARE 6,
STRATON IT, THERMOPAP,
Inauguration : 2009 • Prochainement : vélo libre service, station autopartage
TELCIS, USILINK, VEKIA
Acteurs impliqués : Conseil général du Nord, Conseil régional et navette fluviale
Nord-Pas de Calais, DigiPort, État, Europe, LMCU, SORELI, Ville • Artères principales : Avenue de Dunkerque, Quai Hegel Industries de contenus
de Lille Superficie : 170 000 m² pour le parc d’activités des Rives ART’FX STUDIO, E-FIGY,
de la Haute Deûle (dont 22 000 m² pour le bâtiment EuraTechno- IP4U, PLANET NEMO,
Aménageur : SAEM SORELI
logies qui est complet) STEREOGRAPH
Nbre d’entreprises implantées : 65 aujourd’hui, 100 fin 2009
Contact Formation - Recherche -
Nbre de salariés : 1 100 aujourd’hui ; 1 400, en fin d’année,
Raouti Chehih Accompagnement et
au sein du bâtiment EuraTechnologies ; 6 000, à terme, sur le
+ 33 (0)3 20 19 18 68 soutien à l’entrepreneuriat
site des Rives de la Haute-Deûle CEIS, CITC, COMEFIL, CRM
rchehih@digiport.org
Secteurs, filières représentés : E-business et pure players - www.euratechnologies.com FORMATION, DELOITTE,
Systèmes d’information et édition de logiciels - Télécommunications DigiPort, ENACO, GLOBAL
KNOWLEDGE, HEI, INRIA,
et réseaux - Industrie de contenus - Formation et Recherche NEXT FORMATION

5
PANORAMA

LMCU-Vincent Lecigne
©
EuraTechnologies, Atrium

des services matériels et immatériels


de pointe très appréciés...

A
vec 10 500 m² de bureaux En effet, plusieurs espaces communs alliances stratégiques avec les
modulables, EuraTechno- et services viennent s’ajouter aux acteurs internationaux du secteur,
logies permet une vérita- bureaux pour faciliter l’activité des comme avec Microsoft en 2007,
ble souplesse d’implantation et entreprises : et aussi avec les places fortes du
d’évolution, adaptée à tous les • un auditorium de 370 m² secteur des TIC dans le monde,
types d’entreprises et aux différen- (300 places), telles que la Silicon Valley.
tes phases de leur développement • un centre de ressources multimé-
(incubation, essaimage, hôtel d’entre- dia de 180 m²,
prises) et ce, grâce à une réponse • un espace d’exposition et de
immobilière étudiée. réception de 130 m²,
Outre l’aide et le soutien à la • un studio numérique de 160 m²
création et au développement des sécurisé et entièrement équipé,
entreprises TIC avec une offre • 4 salles de réunions (50 m²
immobilière adaptée, sont également chacune),
proposés : • un salon VIP sur 230 m² : une
salle de réunion, un espace de
LMCU-Vincent Lecigne

• des services et équipements


représentation, une terrasse et
spécifiques,
une cuisine,
• une offre technologique à très
• une salle de projection "Prestige"
forte valeur ajoutée,
(30 places),
©

• un environnement de qualité,
• un Atrium de 1 600 m², lieu
• des services aux personnes
d’échange et de vie conçu pour
et des services techniques.
répondre aux différents besoins
liés à l’organisation d’événe-
ments,
• un espace de restauration et
de détente,
LMCU-Vincent Lecigne

• des plateaux projets.


L’ambition est de faire d’EuraTech-
nologies une référence européenne
Plateau Salle Prestige
dans le high tech en nouant des
©

6 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
STEREOGRAPH
POLE Stereograph a été fondé en
NEOWEB POSITIONING 2006 sur le site d’EuraTech-
En 2005, Neoweb est la Pole Positioning est un spécia- nologies, à l’initiative de
première société arrivée sur liste du référencement, depuis Manuel Gomes et Christo-
le site d’EuraTechnologies. 1997. Originaire et implan- phe Robert.
Neoweb est une société de tée au cœur de Douai, Pole Les sept passionnés de l’équipe
services en logiciels libres positioning a ouvert une Stereograph réalisent des
(SSLL ou SS2L), c’est à dire nouvelle agence en 2009 à images de synthèse, des
une société de services en EuraTechnologies. vidéos et des visites virtuel-
ingénierie informatique (SS2I) Les 12 spécialistes de Pole les dans le domaine de l’archi-
spécialisée dans la réalisa- Positioning conseillent et tecture et de l’urbanisme et
tion de projets informatiques accompagnent leurs clients rendent ainsi les plans et
basés sur des logiciels dans le choix de solutions croquis d’architectes accessi-
libres. permettant de générer du bles au plus grand nombre.
Les 9 experts de Neoweb trafic ciblé sur leur site, puis Le savoir-faire de Stereo-
réalisent principalement des de l'analyser afin de prendre graph s’étend de l’illustra-
sites Internet de type institu- de bonnes décisions dans tion conceptuelle qui doit
tionnel, e-commerce, collabo- leur stratégie de référence- avant tout susciter l’émotion,
ratif, communautaire, Intranet, ment et augmenter leur retour à l’image photo réaliste.
Extranet. sur investissement.
Christophe Robert
Fabien Lanselle Sabri Heddadji Manuel Gomez
+ 33 (0)3 20 06 14 17 + 33 (0)3 27 94 52 51 + 33 (0)3 61 76 07 50
www.neoweb.fr www.polepositioning.fr www.stereograph.fr

L’ambition du projet EuraTechno- DSI au directeur de communica- Ce partenariat trouve également


logies, le lieu, emblématique, le tion ou marketing- confortés par son prolongement en dehors du Pourquoi
potentiel et les services d’accom- l’intérêt de prospects communs cadre strict du business, au travers Néoweb, Pole
pagnement proposés par DigiPort rencontrés lors d’une mission d’un projet commun, communau- Positioning
ont convaincu les dirigeants de organisée par DigiPort à Dubaï en taire, dans lequel on retrouve les et Stereograph
Neoweb, Pole Positioning et Stereo- 2008, démontrent que les compéten- mêmes valeurs : Kalenga. ont-ils choisi
graph de l’intérêt d’une implan- ces de Stereograph ont tout à fait EuraTechnologies ?
tation sur le site. leur place dans un projet Web.
L’intérêt s’est aussi concrétisé par Ce constat sera suivi par la réalisa-
l’opportunité de travailler ensemble, tion d’un site de vente en ligne
de faire jouer les synergies existant de papiers peints, www.chante-
entre les 3 sociétés. Si pour Néoweb mur.com, intégrant un simula-
et Pole Positioning, la complé- teur 3D qui permet dans différen-
mentarité de leurs activités est tes ambiances de valider le choix
évidente, sites Internet et référen- d’un papier peint.
cement allant de pair, il n’en était Au-delà des expertises des 3
pas de même pour Stereograph. sociétés, ce sont également autour Simulateur 3D, site www.chantemur.com
Cependant, la démocratisation de de valeurs partagées et symboles
la 3D sur la toile fin 2007, le change- d’EuraTechnologies, passion, respect,
ment d’interlocuteur auprès des convivialité, qualité, performance,
prospects et clients -passage du que ce partenariat s’est scellé.

Kalenga : communiquer, fédérer et stimuler


Kalenga est né d’un désir de communiquer sur les expertises respectives de Néoweb,
Pole Positioning et Stereograph, mais dans un cadre moins formel que les sites de
chaque entreprise, voire décalé. Ce portail est ouvert à l’ensemble des équipes
des 3 sociétés. Pour preuve, l’article le plus lu est "Habillez votre mannequin virtuel",
rédigé par Nana (http://www.kalenga.fr/author/nana/), assistante administrative
chez Néoweb. Il favorise les rencontres, les échanges et l’émulation entre les
différentes équipes. Il impose également à chacun de sortir la tête du guidon : la
règle est simple, publier une actualité par jour et gare au réfractaire car au bout
de 3 infractions, il se voit dans l’obligation d’accomplir une tâche d’intérêt collec-
tif, descendre les poubelles, faire la vaisselle ou préparer un petit déjeuner !
www.kalenga.fr

7
PANORAMA

AltiRéflex
LOCATAIRES

©
Campus CNRS
IRCICA ; IRI ; RMN
EUROPARC
AJILON IT ; COMPUTACENTER
XEROX GLOBAL SERVICES
BEECOM ; CRECHE 123 SOLEIL

2 Parc de la Haute Borne, ELFY DATA


Centre Innovation CIEL
DELFMEMS ; GIGACOMM
GPU TECH ; IDÉES-3-COM

tourné vers l'innovation IKOMOBI ; IXSANE ;


PHOREXY ; PÔLE MAUD ;
TEHMS ; RUCHE
D’ENTREPRISES CIEL
Parc Horizon

S
ALTEN ; TATE & LYLE
itué à proximité immédiate une dimension internationale Campus Grand Lille. OVERLAP GROUPE
de la Cité Scientifique à forte avec la présence d’entre- Le parc de la Haute Borne
Park Plaza I
Villeneuve d’Ascq, pôle prises étrangères (Japon, USA, intègre des principes d’amé- TELEPERFORMANCE NORD
d’enseignement et de recherche Canada, Pays- Bas, Royaume- nagement de haute qualité CHAMPAGNE
de dimension européenne, le Uni…). environnementale. Il privilégie LASER CONTACT
parc scientifique de la Haute Tourné vers l’innovation, ce pôle par des cheminements séparés INRIA LILLE-NORD EUROPE
Borne est le lieu privilégié pour d’excellence de la métropole les circulations piétonnes et Park Plaza II
accueillir des activités de R&D et lilloise regroupe des laboratoires cyclistes. Enfin, il est équipé DUMEZ EPS
des entreprises ayant des projets de recherche de renommée natio- d’une infrastructure d’accueil FORMA’MED
collaboratifs avec des laboratoires nale, voire internationale (INRIA permettant aux opérateurs de GRAINS DE NATURE
SAEM HAUTE BORNE
dans les secteurs tels que les Lille-Nord Europe, IRCICA…). communication électronique de
SOGÉA CARONI
STIC, la chimie et les matériaux Il est également concerné par les déployer une offre haut débit,
Synergie Park
ou encore le développement projets qui seront développés voire très haut débit, pour les
CANDÉLIANCE
durable. Aujourd’hui, il a acquis dans le cadre de l’opération entreprises du site. CLASS’CROUTE
COMATELEC
GESWAY SOLUTIONS
CARTE D'IDENTITÉ INNOVENT
KOOP DUURZAME ENERGIE
Libellé : Parc scientifique de la Haute Borne Développement durable
MAC CAIN EUROPE
Localisation : Villeneuve d’Ascq - Sainghin-en-Mélantois Dessertes MEADWESTVACO
Création de la concession d’aménagement : 1999 Métro 4 Cantons - Station Vélopole PICTIME
Lignes bus 314 et 321 SAKURA FINETEK
Aménageur : SAEM Haute Borne
Proximité A 27 , A 23, A 1 SELARL NCA
Structure d’animation : SAEM Haute Borne, SOFTTHINKS
Superficie : 140 hectares
Centre Innovation CIEL
Foncier disponible : 130 000 m2 de droits à construire Autres programmes
Acteurs publics impliqués : LMCU, Ville de Villeneuve Disponibilités immobilières à court terme : 9 000 m2 immobiliers
d’Ascq, Ville de Sainghin-en-Mélantois, CCI Grand Lille COFIDIS
Contact :
Nbre d’entreprises implantées : 50 (dont laboratoires, EKIA
Philippe Collette (SAEM Haute Borne)
structures et centres de R&D) OLIVARIUS APART’HÔTEL
+ 33 (0)3 28 76 99 00
OSYRIS
Nbre de salariés : 4 200 contact@parc-haute-borne.fr RÉSEAU ENTREPRENDRE
Secteurs, filières représentés : Recherche, Développement www.parc-haute-borne.fr NORD
et Innovation sous toutes ses formes dont STIC, Chimie, TERENEO
VISU-AD

8 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
Idées-3com, des pros de la 3D !
Quel est le parcours questions d’environnement, d’éner- du projet REACTIVE (http://www2.
d’Idées-3com ? gie, de qualité et de sécurité. lifl.fr/GRAPHIX/Reactive/doku.
Idées-3com a tout d’abord été pré- php). Ce projet, accepté par l’ANR
incubée par Cré’innov de l’USTL
(université Lille 1), de fin 2005 à
Pourquoi avoir choisi le parc
de la Haute Borne ?
(Agence Nationale de la Recher-
che), a pour objectif le dévelop-
Idées-3com
des pros de la 3D temps
fin 2006. La société a été créée Les raisons du choix du parc de la pement d'un outil de rééduca- réel et de la 3D pour
en septembre 2006 et a rejoint la Haute Borne sont multiples. Tout tion pour les accidentés la formation à distance
ruche d'entreprises CIEL fin 2006. d’abord, c’est la suite logique du vasculaires cérébraux en réalité
Depuis, Idées-3com poursuit sa passage chez Cré’innov, situé sur virtuelle. Cette collaboration se
croissance, passant d’un effectif le campus universitaire de Villeneuve poursuit avec l’arrivée en octobre
de 3 personnes et un chiffre d’affai- d’Ascq, à proximité du parc. Ensuite, 2009 d’un thésard de l’INRIA-
res de 220 K€ en 2006 à 17 person- c’est l’opportunité de se retrou- Graphix/Alcove (http://www2.lifl.
nes et un C.A. prévisionnel de ver dans le cadre de la ruche du fr/GRAPHIX/index.php) pour le
700 K€ pour 2009. Il est à souligner Centre Innovation CIEL avec des développement d’une nouvelle
que la société est rentable depuis créateurs d’entreprises ayant une interface Homme-Machine. À
sa création. forte connotation technologique l’horizon 2010, un nouveau projet
et donc de fortes affinités. Puis, se dessine, renforçant encore
Quel est le métier d’Idées- le développement du parc et l’arri- les liens entre Idées-3com et
3com ? vée de l’INRIA ont renforcé ce l’INRIA Lille-Nord Europe, E-lab.
À l’origine, le principe de base choix. Ce projet consiste à créer une
est d’utiliser la 3D temps réel équipe de R&D de 3 à 4 person-
Quelles sont les relations nes, financée à 50 % par Idées-
pour bâtir des solutions d’aide à
qu’entretient Idées-3com 3com et 50 % par l’INRIA Lille-
la vente et de fidélisation pour
avec l’INRIA Lille–Nord Nord Europe sur 2 ans.
le e-commerce. Idées-3com a
Europe ?
par exemple développé pour SFR, Jean-Michel Flamant
une boutique en ligne en 3D (http:// Idées-3com et l’INRIA Lille-Nord
+ 33 (0)3 20 59 49 03
www.idees-3com.com/projet_ Europe ont commencé à travailler
contact@idees-3com.com
sfr.php). Rapidement et naturel- ensemble dès 2007, dans le cadre
lement est venue se greffer l’acti-
vité de concepteur de contenus
3D pour la formation à distance.
Idées-3com est impliquée dans
le cadre du programme européen
Leonardo da Vinci, dans le projet
"Game 4 manager". L’objectif est
de développer une formation en
ligne sous forme d’un "Serious
Game" principalement destiné aux
ingénieurs et chefs d’entreprise
qui doivent se former sur les

L'INRIA à la Haute Borne : une question de synergie


L'INRIA, Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique, a choisi la Haute Borne comme implantation
principale pour sa proximité avec l'USTL et l'École Centrale de Lille, afin de faciliter les synergies scientifiques et le
couplage de la recherche avec la formation, d'autant que bon nombre de chercheurs impliqués dans ses équipes projets
sont des enseignants-chercheurs. Le centre INRIA Lille-Nord Europe, officiellement créé en 2008, possède actuellement
un bâtiment de 4 000 m2 qui héberge 220 personnes dont la moitié sont rémunérées par l'INRIA. Pour faire face à son
développement, l'INRIA aura doublé ses surfaces dès 2011, grâce au soutien des collectivités et des fonds européens.
Cette extension sera consacrée aux activités de recherche autant qu'aux activités à l'interface avec le monde des entrepri-
ses, notamment les pôles de compétitivité. Placé sous la double tutelle des ministères de la Recherche et de l’Industrie,
l'INRIA a en effet vocation à développer ses activités tant en recherche fondamentale qu'en valorisation économique,
transfert de technologies, expertise et participation à des programmes internationaux. Pour cette raison, l'INRIA rayonnera
sur la région et l'Eurorégion à partir de son site charnière de la Haute Borne, sans s'y confiner. C'est ainsi que l'INRIA
inaugurera aussi fin 2009 un plateau de démonstration à EuraTechnologies, au contact des PME du site.
Max Dauchet
+ 33 (0)3 59 57 79 02 - www.inria.fr/lille/

9
PANORAMA

Francis Bocquet
CIEL : valoriser

©
de la métropole et les entreprises que l’automobile, la traçabilité,
la recherche afin de favoriser la valorisation
économique des résultats de la
les technologies RFID (Radio
Frequency Identification) ou
recherche publique et d’accroître l’intelligence ambiante.
pour une économie les transferts de technologies vers
les entreprises de la métropole et
L’équipe CIEL est actuellement
située dans le bâtiment CIEL aux
de la région.
innovante La métropole concentre des compé-
tences reconnues en matière d’ensei-
côtés de :
• la ruche technologique (membre
du réseau des Ruches du Dépar-
gnement supérieur et de recherche tement du Nord) ;

P
qui contribuent de manière effec- • l’équipe d’animation du pôle
late-forme de services
tive au développement écono- de compétitivité Matériaux et
et d’accompagnement
mique local. Ces compétences Applications pour une Utilisa-
de projets, le dispositif
promues à l’international par CIEL tion Durable (MAUD).
CIEL a pour objectif de favoriser
offrent des réponses scientifiques Une réflexion est actuellement
le développement, la création et
et technologiques aux besoins menée sur la mise en place d’un
l’implantation d’activités innovantes d’innovation des entreprises. Pour dispositif continu d’accompagne-
en lien avec la recherche technolo- intensifier l’innovation en métro- ment de projets et d’hébergement
gique et non technologique sur le pole, CIEL a impulsé : d’entreprises ou de centres de
territoire de la métropole lilloise et • des manifestations (zooms R&D sur la Haute Borne. Au-delà
de la région Nord-Pas de Calais. technologiques et P’tit Dej’R&D) de ses missions actuelles, CIEL
A ce titre, il constitue un outil original permettant à des chercheurs de assurerait l’animation du continuum
d’intermédiation entre les labora- promouvoir leurs savoir-faire et Incubation - Ruche d’entreprises -
toires de recherche universitaires innovations auprès d’industriels Hôtel d’entreprises, l’incubation se
ou donnant l’occasion à des entre- faisant en lien avec le pré-incubateur
prises de présenter leurs axes de Cré’innov de l’USTL et l’incubateur
R&D à une communauté scien- généraliste régional MITI.
tifique. D’ailleurs, la prochaine
CIEL accompagne donc toutes les
manifestation est l’organisation
entreprises qui recherchent des
d’une journée portes ouvertes
compétences dans les labora-
des laboratoires1 qui s’inscrit
toires informatiques, électroni-
dans le cadre de la semaine
Centre Innovation CIEL

ques, télécommunications…
de l’innovation ;
• l’organisation de galeries de Stéphane Meuric
la recherche et de l’innovation + 33 (0)3 28 76 14 80
axées sur des thématiques telles www.centre-innovation-ciel.fr
©

1
Journée portes ouvertes le 24 novembre 2009. Renseignement et inscription sur www.jinnove.com

10 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
Projections-Pierre Bernard

n 20 000 m² neufs
pour accueillir
les entreprises
du secteur
sur La Plaine Images
©

3 Plaine Images,
pierre angulaire du pôle
d'excellence régional Images
L
ocalisé dans l’ancien de synthèse. Concept complet d'accompagnement et d'ani-
îlot Vanoutryve, au pour l’accueil d’entreprises de mation spécialisée dans les LOCATAIRES
sein du grand projet l'image, la Plaine Images a pour métiers de l'image, une associa- La Plaine Images
urbain de l’Union, la Plaine objectif à terme de combiner tion d'entreprises et des équipe- accueille déjà
9 entreprises :
Images constitue la pierre des solutions immobilières et ments structurants. ADF
angulaire du pôle Images Nord- locatives, un environnement de La Plaine Images s’inscrit dans ANKAMA
Pas de Calais. Elle regroupe travail de qualité, la proximité le projet de l’Union, un des cinq GRAND LILLE TV
les métiers de l’image et se des acteurs de la filière écono- pôles d’excellence de la métro- MÉLODY ZEN
positionne comme un "stimu- mique et de la formation, des pole lilloise. Ce pôle constitue NAO !
NORIMAGE
lateur de convergences" autour services spécifiques et dédiés l’un des plus importants projets
SIOUX
de l'audiovisuel, de l'anima- aux entreprises, un incuba- de renouvellement urbain de
TÉLÉMÉLODY
tion, du jeu vidéo et des images teur/pépinière, une structure France. VIEW ON TV

CARTE D'IDENTITÉ
Maîtrise d’ouvrage : Secteurs, filières représentés : images, audiovisuel, cinéma,
Lille Métropole Communauté urbaine jeux vidéo, animation, mondes virtuels et simulations 2D et 3D
Localisation : Tourcoing - Roubaix Dessertes :
Année de création : création de la ZAC en 2006 • Métro Station Alsace
• Lignes bus n° 21
Aménageur désigné en 2007 :
• À Proximité du Fresnoy
groupement SEM Ville Renouvelée - SAEM Euralille
Superficie : 5 hectares
Structure d’animation : DigiPort
Disponibilités immobilières à court terme : 1 000 m2
Financeurs : Disponibilités foncières : 20 000 m2
Conseil général du Nord, État, Europe, Lille Métropole
Contact :
Communauté urbaine
Franck Jimenez
Nbre d’entreprises implantées : 9 + 33 (0)3 20 19 18 50
Nbre de salariés : 500 laplaineimages@digiport.org

11
Sébastien Jarry
©
Le groupe Mélody enchaîne la création
de chaînes de qualité...
Qui sommes-nous ? Pourquoi le site
Le groupe Mélody naît lors de de la Plaine Images ?
la création en 2001 de la chaîne Il est clair que la forte propor-
TéléMélody. Bien que créée à tion d’actionnaires nordistes a
Paris, elle s’installe à Villeneuve eu une influence sur le choix
d’Ascq (70 % de son capital sont de notre installation à Villeneuve
détenus par des industriels du d’Ascq, puis à Tourcoing et nous
Nord, aux côtés de Médias Partici- avons toujours eu à l’esprit d’être
pations et Drucker Channel) avec un acteur du pôle d’excellence
déjà la volonté d’intégrer dès Images qui vient de voir le jour.
que possible la Plaine Images. À cela s’ajoute la qualité des
Cette chaîne musicale par abonne- enseignements dans l’audiovi-
ment est diffusée par le câble, suel que propose la région, que
le satellite, le réseau des opéra- ce soit le lycée Jean Rostand, Le
teurs mobile et l’Internet. Elle Fresnoy ou Supinfocom.
compte aujourd’hui un million
d’abonnés en France, en Suisse Votre actualité
et en Belgique. Nous poursuivons notre dévelop-
En 2008, TéléMélody rejoint la pement et notre diversifica-
Plaine Images et voit l’avène- tion avec l’arrivée d’une chaîne
ment d’une chaîne dédiée au d’information en continu locale,
bien-être, MyZen.tv. Cette chaîne
Grandlille.tv.
haut de gamme est diffusée en
Haute Définition dans 20 pays Bruno Lécluse, PDG
auprès de 50 opérateurs (dont www.melody.tv
une compagnie aérienne et des www.myzen.tv
hôtels de luxe). www.grandlille.tv

12 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
Platform-Projet Reichen et Robert
©

L'Union,
un potentiel remarquable n L’Union, un quartier mixte
où s’entremêlent activités,

et une position stratégique bureaux et logements

P
rojet phare de Lille Métro- synthèse. La métropole lilloise Valenciennes Métropole et l’Agglo-
pole Communauté urbaine, possède sur son territoire un mération de la Porte du Hainaut. Il
l'Union sera le premier patchwork de compétences recon- vise à structurer l’offre régionale, à
éco-quartier de la métropole lilloise. nues dans le domaine de l’éla- consolider les atouts de la région et
Son aménagement, confié à la boration de contenus musicaux, à renforcer son attractivité à l’échelle
SEM Ville Renouvelée et à la SAEM audiovisuels et multimédia. Elle nationale, voire européenne.
Euralille, prévoit l'implantation de bénéficie également d’acteurs
logements, d'équipements publics emblématiques de cette filière Zoom sur la filière textile, concen-
et d'activités économiques. tels que le Centre Régional de tration de niches à forte valeur
Ressources Audiovisuelles (CRRAV), ajoutée
Sur un périmètre de 80 hectares, à
la frontière de Tourcoing, Roubaix et le Fresnoy (Studio national des L’Union se situe dans le berceau
Wattrelos, l’Union constitue le point arts contemporains), une multi- des grandes filières de la métro-

Position d’appui du développement écono-


mique de l’Eurométropole franco-
tude de PME très innovantes ou
encore plusieurs chaînes de télévi-
pole que sont le textile et la grande
distribution. Pour beaucoup, le
stratégique
belge. Ce site est destiné à l’accueil sion dynamiques. D’où le souhait textile symbolise le passé, au
dans l'Eurométropole
d’activités économiques dans les de Lille Métropole de constituer travers du souvenir d'anciens
franco-belge
domaines des textiles innovants, de un pôle dédié à l’image ("Plaine fleurons du textile traditionnel
l’image et de la distribution, filières Images") au cœur de l’Union pour qui ont disparu. Or, il représente
d’excellence métropolitaines. en faire un des lieux privilégiés un secteur plein d’avenir, en plein
d'identification et de regroupe- développement. En effet, la métro-
Zoom sur la filière Images, ment des acteurs de la filière. pole lilloise a vu prospérer ces
atout à l’échelle nationale voire La Plaine Images est en plein dernières années un nombre
européenne développement, accueillant déjà croissant d’entreprises textiles
La filière Images s’articule autour deux studios télévisuels ainsi que positionnées sur des niches à
de secteurs tels que l’audiovi- plusieurs entreprises de la filière, forte valeur ajoutée.
suel, le son, le cinéma, l’anima- dans les bâtiments réhabilités Dès lors, l’ambition est de développer
tion, les jeux vidéo et l’image de d’une ancienne manufacture au sein de la métropole et plus
textile. Cette dynamique positive spécifiquement sur l’Union, des
se poursuit avec la construc- activités résolument tournées vers
tion prochaine de 20 000 m² de les matériaux du futur. Ainsi, le
programmes neufs et un hôtel futur Centre européen des textiles
d’entreprises de 6 500 m². innovants (CETI) constitue un
Initié en décembre 2008 dans équipement de recherche de taille
le cadre du Schéma régional mondiale, devant permettre dans
de développement économique les prochaines années l’émergence
©
Sébastien Jarry
(SRDE), le projet régional repose de nouvelles entreprises innovantes
n Les anciens bâtiments industriels se reconvertissent aisément en open-
sur trois territoires qui ont décidé dans le domaine des textiles et
spaces d’unir leurs forces : Lille Métropole, des matériaux innovants.

13
PANORAMA

4 Les Ateliers Numériques,


pour créer des synergies LOCATAIRES
3i SERVICES NETWORK
TAMBOUR BATTANT

C
réés à l’initiative de la été conçus pour les entre- ANGISSIM
Créer CCI du Valenciennois, prises françaises ou interna- ARC EN SOFT
AVENAO
des plates-formes les Ateliers Numériques tionales souhaitant créer une
de développement contribuent, tout comme la diver- plate-forme de développement CCCP
et de production sité des organismes de forma- et de production. CERGI
tion présents, à affirmer la réalité Aux côtés des 57 modules CIMES
des activités numériques etTIC meublés, se trouvent des salles D-POK RESOLUTIONS
dans le Valenciennois. de réunion, un auditorium et des GB ONE
Implantés dans le centre de locaux de productions (plateau INFOGEST
Valenciennes, les locaux ont télé, régie, studio son). IP4U
IRCEM - Recherche
et Développement
CARTE D'IDENTITÉ KEEO
Libellé : Les Ateliers Numériques animation 2D/3D, GED, géolocalisa- LSA Productions - MECO-
Porteur : CCI du Valenciennois tion, calcul numérique…) NOPSIS
Dessertes : localisation au centre NEODIAL
Année de création : 2000
de la ville de Valenciennes (proximité SAGEM SECURITE
Acteurs impliqués :
autoroute et SNCF) SVIR CONSULTING
CCI du Valenciennois, Conseil
régional, Valenciennes Métropole, Superficie : 2 500 m2 TICOPP
Ville de Valenciennes, Union Spécificités : locaux de production WOANA
Européenne (auditorium, plateau télé, régie…)
Nbre d’entreprises implantées : - modules meublés et équipés
22 (20 TIC) Contact :
Nbre de salariés : 91 Natalina Froment
+33(0)3 27 28 40 14
Filières représentées : TIC et
n.froment@valenciennes.cci.fr
Numérique (jeux vidéo, serious game,
www.valenciennes.cci.fr
réseaux informatiques et sécurité,
audiovisuel, web développement,

14 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
TAMBOUR BATTANT
Quel est votre métier ?
Tambour Battant a fait de la vidéo une de ses principales activités avec la création de sites Internet
et l’organisation d’évènements. Nos clients ont pour contact des spécialistes du net, de la vidéo
de manière générale, y compris la vidéo web 2.0 et de l’événementiel. Ils peuvent associer leurs
talents pour répondre aux demandes spécifiques.
Pourquoi avoir choisi les Ateliers Numériques ?
Lorsque nous avons cherché un bâtiment adapté à nos activités, les Ateliers Numériques sont La vidéo
apparus comme un choix de premier ordre, grâce aux outils disponibles comme les salles de comme activité
réunion, le plateau télé, la régie vidéo ou encore l’auditorium mais aussi par la présence d’entre- majeure de Tambour
prises susceptibles de compléter nos compétences. Battant

Quels sont vos partenaires locaux ?


Par exemple, Néodial, spécialisé dans l’informatique et la santé. Nous travaillons ensemble dans le cadre
de la commercialisation de produits à l’intention des services de pédiatrie dans les hôpitaux.
Patrick Lethien • + 33 (0)3 27 32 34 00 • 06 75 37 27 84 • patrick@agencetambourbattant.com

1. 2. 3.
n 1.Symbioline (2006-2008) : l’idée
maîtresse est de guider l'utilisateur
vers le contrôle de son cœur
et de sa respiration grâce
à un programme éducatif innovant

n 2.Way Of The Tangram (2009) :


aidez Yan-Yan à retrouver toutes
les pièces du Great Puzzle à travers
plus de 150 figures de tangram
à résoudre !

n 3.John & Mary’s Memories


(2009) : jeu de cartes pour suivre
le fantastique voyage d'un couple
de jeunes retraités autour
des 100 plus belles villes du monde !

CCCP
Quel est votre métier ?
CCCP a une double activité en tant que studio de développement de jeux vidéo. D’une part, nous
concevons des jeux "tous publics" pour l’international (casual games et flash). D’autre part, nous
créons des "serious games" pour des clients tels que des entreprises, des agences de communi-
cation, touchant par exemple les domaines de la formation, de l’information et la publicité.
Pourquoi avoir choisi les Ateliers Numériques ?
Tout d’abord, nous avons été séduits à la fois par l’infrastructure et les coûts. Ensuite, nous avons
Casual
games et flash,
tenu compte des potentialités de services à échanger avec d’autres entreprises présentes sur et serious games
place. Enfin, il faut souligner la réactivité des services de la CCI du Valenciennois.
Quelles synergies peut-on y trouver ?
Nous avons trouvé, au sein des Ateliers Numériques, un panel d’entreprises très différentes avec
qui, pour certaines, nous travaillons. Cette possibilité de travailler ensemble dans un même lieu
renforce la capacité à faire naître des projets communs.
Frédéric Forest • + 33 (0)3 27 44 13 92 • f.forest@le-cccp.com

15
PANORAMA

LOCATAIRES
Quelques entreprises
ACG CENTER

5 Parc des Bonnettes,


ADM TRANSACTIONS
AGRICA
BONBON BUDDIES
CONSEIL GÉNÉRAL

du haut de gamme...
CROIX ROUGE
EXTREM IT
LABORATOIRES
VÉTÉRINAIRES
MGEN

E
NCS, COM 6
n bordure du Golf et son positionnement par terme d’implantation. Le PÔLE EMPLOI
d’Anzin-Saint-Aubin, rapport à un centre commer- Synergie Park arrageois se PRÉVÉA
sur 60 hectares , ce cial en vis-à-vis (offrant toute développe sur une parcelle SAUNIER ET ASSOCIÉS
parc d’activité a été créé par possibilité d’accueil de type de 8 hectares environ. TÉLÉASSURANCES
la Ville d’Arras pour accueillir restauration et services aux Le Parc des Bonnettes s’affirme ...
en priorité des entreprises salariés, tout en étant proche donc peu à peu comme la vitrine
de haute technologie et des du centre-ville) constituent arrageoise en matière de techno-
logies de l’information et de CARTE
activités tertiaires. autant d’atouts complémen-
D'IDENTITÉ
On y trouve donc des services taires. la communication.
Il bénéficie par ailleurs de Surface totale :
aux entreprises, des bureaux Ce site s’est développé par la
la présence effective d’une 60 hectares
d’études, des administrations mise en service d’immeubles
boucle locale numérique (fibre Création : 1992
(Pôle Emploi), des sociétés de bureaux disponibles à la
tournées vers l’informatique location ou l’achat et par une optique), initiative de la Commu- Axe Arras-Littoral
et les nouvelles technologies démarche marketing active. nauté Urbaine d’Arras. Cette par la RD 939
(NCS), l’étalonnage d’instru- De plus, le promoteur-aména- fibre est libre d’opérateurs, ce Environnement
ments de mesure (Metrotech), geur lillois Synergie Park a qui confère aux entreprises proche : zone
présentes un accès au très commerciale
plusieurs centres d’appels, entrepris la mise en œuvre
haut débit dans des conditions avec restauration
les services informatiques d’un nouveau programme
d’une importante mutuelle, de construction de plusieurs concurrentielles optimales. Arrivée et dévelop-
Accès permis également à des pement sur site
une clinique privée… bâtiments tertiaires de haute
services toujours plus innovants de Synergie Park
La qualité architecturale et qualité, câblés et très modulaires,
en matière de télétransmis- (aménageur)
environnementale du site est capables d’accueillir avec en 2005
particulièrement soignée et toute la souplesse néces- sion, de gestion des données
et d’info gérance. patrice.joosep@
revêt un caractère haut de saire les entreprises tertiaires arras.cci.fr
gamme. L’accès direct à l’axe à la recherche des meilleurs + 33 (0)3 21 23 84 80
Arras- Littoral par la RD 939 compromis qualité/coûts en

16 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
6 L'Hôtel des Technologies,
bienvenue au haut tertiaire

LOCATAIRES
ARCELOR SYSTEMS

S
itué dans la zone a pour vocation d’héberger des Télécommunications, réseaux ARCELOR TECHNOLOGIE
portuaire de Dunkerque, entreprises du haut tertiaire, IP et courants faibles, l’Hôtel CMA CGM
l’Hôtel des Technologies consommatrices de télécom- des Technologies a atteint GEODIS
munications et offreuses de le maximum de sa capacité
LE WEB MARKETING
CARTE D'IDENTITÉ services à valeur ajoutée. d’accueil.
MEGNES CONSEIL
Date d’ouverture : 2005
Avec un taux de remplissage L’arrivée prochaine sur le site
ORION PRODUCTION
de 80 % dès son inaugura- du très haut débit, opéré par
Superficie : 3 000 m2 SOCIÉTÉ ETN
tion, il répond à une impor- Dunkerque Grand Littoral
Montant de l’investissement : VERDI INGÉNIERIE
4 577 322 euros
tante demande due au poten- Networks, permettra aux
Construit suivant la démarche HQE® tiel représenté par l’ensemble locataires de l’Hôtel des
Adresse : 132, route de l’Écluse des entreprises présentes Technologies de bénéficier
Trystram 59140 Dunkerque sur la zone portuaire. Avec d’une infrastructure de premier
Entreprises : 9 l’arrivée en novembre 2008 du ordre et ainsi de développer
groupe ETN, spécialiste des de nouveaux services.

7 E-placenet,
CARTE D'IDENTITÉ
Date d’ouverture : 2003
Superficie : 15 bureaux meublés de 16 à 24 m2 et une salle
de réunion de 50 m2

tout à disposition Adresse : 1, boulevard d'Alembert 62280 Saint-Martin-Boulogne


+ 33 (0)3 21 91 40 40 Fax : + 33 (0)03 21 91 89 86
www.e-placenet.com

E
-placenet est une Outre les infrastructures et un qui leur sont proposés.
pépinière d’entre- appui logistique mis à la dispo- Un des derniers entrants est la
prises créée à l’ini- sition des créateurs d’entreprise, société NEOGRAPHIC, spécia-
tiative de la Communauté c’est un dispositif d’accompa- liste des activités graphiques
d’Agglomération du Boulon- gnement technologique, marke- et productrice de films institu-
nais (CAB). ting et de conseils financiers tionnels et publicitaires.

17
ARRET SUR IMAGE

"Net" progression
dans le e-commerce...
L’E-COMMERCE : et vendre). La vente en ligne ces voisins nordistes et il reste
PRÉCISIONS constitue un nouveau métier pour un potentiel de croissance impor-
UNE OPPORTUNITÉ ET
UN NOUVEAU UN NOUVEAU MÉTIER les dirigeants, une nouvelle organi- tant pour la vente en ligne.
CONTEXTE sation qu’il est nécessaire d’appré-
Le commerce électronique
La croissance du e-commerce hender.
a connu son véritable UN MARCHÉ
démarrage dans les années constitue une nouvelle opportu-
90 avec le développement DE 20 MILLIARDS
nité de développement pour les PLUS DE 100 MILLIONS
d’Internet. Le e-commerce D’EUROS EN FRANCE
fait partie de la vente entreprises mais elle engendre D’ACHETEURS
à distance qui consiste également une remise en cause
à vendre des biens EN EUROPE Avec plus de 32 millions d’inter-
ou services hors
du métier.
nautes à la fin de l’année 2008
intermédiaires physiques, Aujourd’hui, tous les produits À l’échelle européenne, Internet
avec essentiellement
en France, Internet est devenu
comme supports : Internet
peuvent potentiellement être offre, via le e-commerce, un un moyen de communication et
(72 %) ainsi que concernés par la vente en ligne. marché considérable de 107 millions de vente de première importance
le courrier et le téléphone L’essor d’Internet permet aux e- d’acheteurs en 2007 (avec un
(27 %). qui révolutionne le commerce
commerçants : potentiel d’acheteurs estimé à et l’approche de la clientèle.
Internet est devenu
aujourd’hui un média • de toucher plus de 32 millions 200 millions). Le chiffre d’affaires
En 2008, malgré un contexte
d’information et de de clients potentiels en France des ventes en ligne a atteint en
consommation essentiel économique difficile, l’étude de
et le meilleur outil (nombre d’abonnés à Internet), Europe 116 milliards d’euros en
la FEVAD1 précise que les ventes
pour comparer et acheter donc de développer leur marché 2008 avec des prévisions à 129
au meilleur prix. en ligne atteignent 20 milliards
traditionnel et de l’élargir aussi milliards pour 2009 et 263 milliards
Les différentes études d’euros et sont en progression
à l’étranger ; pour 2011.
prospectives montrent de 29 % en un an. L’ensemble
d’ailleurs que 10 à 20 % • de vendre des produits sans La vente via Internet offre donc des secteurs est concerné par
de la consommation non aux entreprises des perspectives
alimentaire devraient contrainte horaire ou géogra- cette hausse. On notera égale-
passer sur Internet. phique ; fortes de développement de leur ment la bonne performance du
Cet essor est le signe activité et de leur portefeuille de
de changements • de proposer d’autres produits e-tourisme, qui accroît ses ventes
clients et, malgré le contexte écono- en ligne de 20 % sur un an. Au
de comportements qui ne sont pas disponibles en
des consommateurs ayant mique actuel, la croissance des
magasin ; 1er trimestre 2009, le chiffre
une influence directe ventes en ligne devrait se poursuivre
sur le marketing, • de développer leur notoriété. d’affaires a augmenté de 26 %.
pour différentes raisons :
les méthodes de vente Au total, la France compte plus
et la relation clientèle Pour le consommateur, la vente • démocratisation de l’usage
des entreprises. en ligne offre un gain de temps, de 20 millions de cyberacheteurs
d’Internet dans les différentes
une comparaison des prix et un au 1er trimestre 2009, soit une
catégories d’âges et sociales,
choix de produits beaucoup plus progression de 3 % sur un an
• croissance du nombre et de 100 % en dix ans. Cette
vaste.
d’abonnés, croissance s’accompagne d’un
Toutefois, la décision de développer
• amélioration de la sécurité des gain de confiance dans le paiement
la vente en ligne résulte pour le
achats permettant la confiance en ligne sécurisé, souvent consi-
dirigeant d’une véritable stratégie
de la part des e-consomma- déré comme un des principaux
pensée tant en termes de réorga-
teurs, freins à l’achat en ligne car 62 %
nisation du commerce ou de
l’entreprise qu’en termes finan- • croissance du nombre de sites des internautes se déclarent
ciers. En effet, il est important marchands donc de l’offre. confiants dans l’achat en ligne.
dans un tel projet de ne pas Dans le palmarès des pays ayant Outre la facilité et la simplicité de
ignorer les coûts inhérents à la le plus grand nombre d’ e-acheteurs, l’achat en ligne, cette croissance
logistique à mettre en place, à la France se classe en 8e position est corrélée au nombre de plus en
la maintenance du site et à son avec 40 %, loin derrière le Danemark plus important d’abonnés à Internet.
référencement (pour être connu (59 %), le Royaume-Uni (57 %) Elle trouve également son expli-
des moteurs de recherche donc et les Pays-Bas (56 %). La France cation dans la multiplication
des internautes, se différencier est donc en retard par rapport à de l’offre de sites de vente en
1
Fédération e-commerce et vente à distance
(FEVAD) - Chiffres-clés 2008

18 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
ligne, qui s’étend de plus en plus prises (97 % des entreprises de ce canal de vente, de s’adapter
sur différentes catégories de 100 salariés et plus disposent aux nouvelles habitudes des
produits. L’étude de la FEVAD d’un site contre 40 % pour les consommateurs et, surtout, de
indique que 11 600 nouveaux sites moins de 5 salariés) et, d’autre capter une part du marché qui,
marchands actifs ont été créés part, du secteur d’activité (dans rappelons-le, représente plus de
en 2008 pour atteindre le chiffre la VAD et la grande distribution 20 milliards d’euros de chiffres
de 48 500 sites proposant de la le taux d’équipement atteint d’affaires en 2008.
vente en ligne. Au premier trimestre respectivement 82 % et 85 %, Toutefois, au regard des chiffres
2009, la croissance du nombre contre 31 % pour le commerce français et européens, on constate
de sites marchands s’est poursuivie de détail alimentaire).
que les entreprises régionales
(+ 32 %) et on en compte désor- En terme d’évolution, on constate sont peu enclines à procéder à
mais plus de 52 000. une nette progression entre 2007 des ventes en ligne. En France,
Dans le Nord-Pas de Calais, on et 2008 de la création de sites 18 % des entreprises (tous
comptait à fin juin 2008 plus de Internet, notamment dans les secteurs confondus) réalisent
1,8 million d’abonnés à Internet. secteurs des HCR, du commerce du e-commerce par le biais
Par ailleurs, une étude récente2 de détail alimentaire et de la d’Internet (5e rang européen). Au
réalisée auprès des ménages de réparation automobile.
la région montre que près de
Pays-Bas, leader de la vente en
ligne en Europe, ce taux est de 54 %
57 % d’entre eux ont déjà réalisé 30 %. des chefs d'entre-
LA VENTE EN LIGNE
un achat en ligne, soit une clien- prise du Nord-Pas
PROGRESSE MAIS La vente en ligne constitue pour
de Calais possèdent
tèle potentielle régionale de
IL EXISTE ENCORE les entreprises une stratégie de
855 000 ménages. un site Internet
DES MARGES développement nouvelle et toutes
en 2008 (contre 47 %
DE DÉVELOPPEMENT ne sont pas prêtes à franchir le en 2007)
LE DÉVELOPPEMENT cap. La taille de l’entreprise et le
DES SITES INTERNET En un an, le nombre d’entreprises secteur d’activité influent égale-
SE CONFIRME proposant de la vente en ligne ment sur la vente en ligne. En
EN RÉGION a progressé. En 2008, 14 % des dehors du secteur de la VAD, la
entreprises du commerce, HCR vente en ligne reste modérée
La création de sites Internet s’est et des services aux entreprises pour les autres secteurs même
développée entre 2007 et 2008 disposent d’un site Internet si, en un an, celle-ci progresse,
pour les professionnels du intégrant un module de vente notamment dans la grande distri-
commerce, des hôtels-cafés- en ligne alors qu’en 2007, seuls bution et le commerce et répara-
restaurants (HCR) et des services 9 % des entreprises interrogées tion automobile. De même, près
aux entreprises. En effet, selon indiquaient réaliser ce type de de la moitié des entreprises de
l’enquête3 réalisée par les CCI vente. Cette croissance encou- plus de 50 salariés réalisent de
et la CRCI, en 2008, 54 % des rageante est le signe d’une volonté la vente en ligne contre 11 % pour
chefs d’entreprise indiquent des chefs d’entreprise de développer celles de moins de 20 salariés.
disposer d’un site Internet (contre
47 % en 2007). Ce chiffre encou- > Part des entreprises possédant un site Internet par secteur d’activité
rageant est conforme au taux (évolution 2007-2008)
d’équipement en site Internet 90 % 85 %
82 %
français (54 %) mais il est très 80 % 76 % 75 %
en deçà des leaders européens, 70 % 67 %
60 % 58 % 60 %
et notamment de la Suède, où 56 %
52 %
89 % des entreprises (tous 50 % 46 %
42 %42 %
40 %
secteurs confondus) disposent 31 %
30 %
d’un site Internet. 21 %
20 %
Le taux d’équipement varie en 10 %
fonction de la taille de l’entre- 0%
prise et du secteur d’activité Grande VAD Commerce Services aux Hôtels, Commerce Commerce
distribution et réparation particuliers cafés, de détail non de détail
auquel elle appartient. La posses- automobile restaurants alimentaire alimentaire
sion d’un site Internet dépend, 2007 2008
d’une part, de la taille des entre- Source : CRCI-CCI enquête annuelle sur la vente en ligne
2
Enquête Cegma Topo pour DigiPort la Région Nord-Pas de Calais et le SGAR – 2e trimestre 2008
3
Enquête réalisée par la CRCI et les CCI au cours des mois de décembre 2008 et janvier 2009 auprès de 1 080 entreprises du commerce, des HCR
et des services aux particuliers du Nord-Pas de Calais sur leur équipement en site Internet et leur pratique de l’e-commerce

19
ARRET SUR IMAGE

En moyenne, la vente en ligne chiffre d’affaires contre 21 % naux de ce secteur.


génère 22 % du chiffre d’affaires pour le commerce de détail non-
des entreprises interrogées. On alimentaire. Rappelons que la
DES FREINS ENCORE
observe toutefois des différences VAD constitue une spécificité
NOMBREUX
entre les secteurs d’activité : régionale, et notamment de la
pour la VAD, le commerce en métropole lilloise, qui concentre En dehors de l’inadaptation des
ligne représente 69 % de son près de 80 % des emplois régio- produits à la vente en ligne, les
autres freins évoqués diffèrent
> Part des entreprises qui possèdent un site Internet et celles en fonction du secteur d’activité.
qui réalisent de la vente en ligne par tranche d’effectifs en 2008 On soulignera les nombreux freins
97 % cités par le commerce de détail
100 %
90 %
88 % (logistique, manque de compé-
80 %
80 % tence) ainsi que la rentabilité
70 % 60 % incertaine évoquée par 25 % des
60 %
50 %
48 % commerçants et de la grande
40 % 41 %
40 % distribution.
30 %
18 % Par ailleurs, il est important de
20 %
11 % 11 % souligner que le e-commerce ne
10 %
0% permet pas toujours de gommer
Moins de 5 salariés De 5 à 19 salariés De 20 à 49 salariés De 50 à 99 salariés 100 salariés et p les inégalités territoriales car le
Possède un site Internet Réalise de la vente en ligne contact offre-demande s’appuie
toujours sur une logistique et les
Source : CRCI-CCI enquête annuelle sur la vente en ligne
délais de livraison peuvent freiner
les achats sur internet.
> Part des entreprises réalisant de la vente en ligne par secteur
d’activité (évolution 2007-2008) Le e-commerce constitue une
révolution dans les comporte-
90 % 85 % ments et les habitudes de consom-
80 %
73 % mation, il symbolise le passage
70 %
d’une concurrence locale à une
60 %
concurrence qui peut devenir
50 %
mondiale pour certains produits.
40 %
Sans contrainte de distance, Il
30 %
24 % engendre une recomposition des
20 % 17 % 18 %
13 % 12 % 11 % 9%
12 %
9%
13 % modalités d’échanges pour
10 % 6%
3% l’ensemble des territoires.
0%
VAD Hôtels, Grande Commerce Services aux Commerce Commerce La vente en ligne offre de nouvelles
cafés, distribution et réparation particuliers de détail non de détail
restaurants automobile alimentaire alimentaire perspectives de développement
des marchés des entreprises.
2007 2008
Toutefois, même si le e-commerce
Source : CRCI-CCI enquête annuelle sur la vente en ligne
occupera une place croissante
> Freins à la mise en place de la vente en ligne dans l’échiquier de la distribu-
tion, il reste une des compo-
Produits peu adaptés à la vente en ligne 62 % 3Tous secteurs (hors VAD) santes de la vente en magasins
Problèmes de logistique pour la livraison 14 % 3Commerce de détail alimentaire (33 %)
et non son fossoyeur. Il ne rempla-
Clients pas prêts à acheter en ligne 14 % 3Commerce et répartition automobile (23 %)
cera pas le contact direct avec
le produit, le plaisir de flâner et
Pas de compétence en interne 13 % 3Commerce de détail alimentaire (23 %)
n’offre pas la socialisation minimale
Rentabilité incertaine 12 % 3Commerce et grande distribution (25 %)
que nécessite l’acte de vendre
Impact sur l'organisation interne 8 % 3Grande distribution (23 %)
ou d’acheter.
Problèmes de sécurité concernant
le paiement ou les intrusions 4 % 3Tous secteurs

0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 %

Secteurs les plus concernés

Source : CRCI-CCI enquête annuelle sur la vente en ligne

20 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
MISE AU POINT

Photo Alto™

Une nouvelle approche


des TIC par la nomenclature
d'activités française 2008
Depuis le 1er janvier 2008, une nouvelle version de la nomenclature d'activités
française (NAF) est entrée en vigueur. Dans l'ancienne version, NAF rév. 1,
l'OCDE avait sélectionné des codes d'activité pour définir le secteur des
technologies de l'information et de la communication (TIC). Selon cette définition,
près de 470 entreprises TIC ont été créées en 2008 dans le Nord-Pas-de-Calais.
Dans la nouvelle version, NAF rév. 2, une section et une division sont spécifi-
quement dédiées aux TIC. Selon cette classification, près de 380 entreprises
de l'information et de la communication ont été créées en 2008 dans le Nord-
Pas-de-Calais. Le champ des TIC diffèrent selon la NAF rév.1 ou la NAF rév.2 ;
un nouveau contour des TIC est donc à définir à partir de la NAF rév. 2.

21
MISE AU POINT
> Évolution du nombre de créations d'entreprises
en Nord-Pas de Calais et en France de province

Indice base 100 en 2000


180

160

140

120

100

80

60
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Nord-Pas de Calais - Ensemble des secteurs Nord-Pas de Calais - Section J Information – Communication
France de province - Ensemble des secteurs France de province - Section J Information – Communication

Source : Insee, REE Sirene - Fichier des créations d'entreprises

L
a révision de la Nomencla- la communication. Jusqu’à présent, électroniques grand public, d’ins-
ture d’Activités Française le champ déterminé par l’Organisa- truments de mesure de contrôle
(NAF) au 1er janvier 2008 tion de Coopération et de Dévelop- et de navigation, d’équipements
s’inscrit dans un processus de pement Économiques (OCDE) était d’irradiation médicale, d’équipe-
révision d’ensemble des nomen- retenu (cf. annexe de l’Observ@ ments électromédicaux et électro-
clatures d’activités et de produits toire des TIC n° 3). Désormais, une thérapeutiques, d’équipements et
aux niveaux mondial, européen et section à part entière de la NAF2 , d’instruments optiques, ainsi que
français. En effet, le réseau des la section J, regroupe les activités la fabrication de supports magné-
nomenclatures d'activités et de de l’information et de la commu- tiques et optiques.
produits en vigueur jusqu'en 20071 nication. Cette section transver- Cependant, toutes les activités
avait pour l'essentiel été conçu sale comprend la production et liées aux TIC selon la définition de
dans les années 80 et mis en la distribution de produits d’infor- l’OCDE ne se retrouvent pas dans
place au début des années 90. Il mation et de produits culturels, la section J ou dans la division 26
avait vieilli du fait de l'évolution la mise à disposition de moyens de la NAF rév. 2. Pour illustrer les
des technologies et de l'organi- permettant de transmettre ou de principaux changements ayant un
376 sation économique et sociale des
entreprises. De plus, certains pays
distribuer ces produits, ainsi que
les données ou les communica-
impact sur le contour des activités
entreprises créées TIC en lien avec le passage à la NAF
-comme les États-Unis ou le Canada- tions. Elle comprend également
dans le Nord-Pas rév. 2, sont présentées ci-après
avaient développé des classifica- les activités liées aux technolo-
de Calais en 2008, les statistiques sur les créations
tions spécifiques non compatibles gies informatiques, les services
dans le domaine de d’entreprises en 2008 selon les
avec celles en usage en Europe.
l'information et de de traitements des données et deux versions de la nomenclature.
Ainsi, les deux principaux objec-
la communication d’autres services d’information. Les différentes sources statisti-
tifs du processus de révision ont
À cela s’ajoute la division 263. Elle ques basculeront en NAF rév. 2
été de moderniser les nomencla-
porte sur les industries des TIC et d’ici 2010. Prochainement, il sera
tures d'activités et de produits et
reflète la convergence technolo- ainsi possible d’évaluer l’impact de
de rapprocher les grands systèmes
gique entre les industries de l’infor- ces changements sur le dénombre-
de classification utilisés dans le
matique, des télécommunications ment des emplois ou des établis-
monde. Les nouvelles nomencla-
et de l’audiovisuel. Cette division sements relevant des TIC.
tures permettent de mieux appré-
comprend la fabrication d’ordina-
hender l'évolution de l'économie et
teurs, d’équipements informati-
favorisent les comparaisons inter- PRÈS DE 470 ENTRE-
ques périphériques, d’équipements
nationales. PRISES CRÉÉES
de communication et de produits
électroniques similaires, ainsi que DANS LE DOMAINE
LA SECTION J la fabrication de composants pour DES TIC EN 2008
ET LA DIVISION 26 ces produits. Les processus de DANS LE NORD-PAS
DE LA NAF RÉV.2 fabrication de cette division sont DE CALAIS SELON
DÉDIÉES AUX TIC caractérisés par la conception et LA NAF RÈV. 1
l’utilisation de circuits intégrés et
Cette révision de la NAF a un impact l’application des technologies de En 2008, selon la définition de
sur la définition des activités des miniaturisation. Elle comprend égale- l’OCDE établie à partir de la NAF
technologies de l’information et de ment la fabrication de produits rév.1, 467 entreprises TIC ont été
1
NAF rév. 1 (ou "NAF 2003") et CPF rév. 1 (ou "CPF 2003") pour la France • 2La NAF rév.2 compte 21 sections en tout • 3Une division sur les 88
que compte la NAF rév.2

22 L’OBSERV@TOIRE Magazine de l'analyse des TIC de Lille Métropole et du Nord-Pas de Calais//N° 13//2nd semestre 2009
créées dans le Nord-Pas de Calais PRÈS DE 380 ENTRE- 2006/2008, les créations d’entre-
soit 3,6 % du total des créations PRISES CRÉÉES DANS prises de l’information et de la
régionales. L’essentiel de ces LE DOMAINE communication ont diminué.
créations TIC se réalise dans les
DE L’INFORMATION
services immatériels, qui reprennnent
ET DE LA COMMUNI- PEU DE CRÉATIONS
notamment deux activités fortement
CATION EN 2008 D’ENTREPRISES
créatrices : conseil en systèmes
informatiques et autres activités de DANS LE NORD-PAS DANS LA DIVISION 26
réalisation de logiciels. La part de DE CALAIS SELON
LA NAF RÈV. 22 Chaque année, un petit nombre
ces créations est plus importante
d’entreprises se crée dans cette
dans le Nord-Pas de Calais (82 %)
En 2008, dans le Nord-Pas de division consacrée aux industries
qu’en moyenne nationale (73 %)
Calais, 376 entreprises ont été des TIC : deux en 2008 dans le
ou qu’en moyenne des régions de
créées dans le domaine de l’infor- Nord-Pas de Calais, l’année 2008
province (77 %). Inversement, la
mation et de la communication4, représentant toutefois un point
part des créations dans l’édition,
soit 2,8 % de l’ensemble des bas. Entre 2000 et 2007, le nombre
imprimerie, (re)production d’enre-
créations d’entreprises régionales. d’entreprises régionales créées
gistrements sonores ou visuels
Cette section transversale repré- dans cette division était plutôt
est de 15 % en moyenne régio-
sente 84 % du total des créations compris entre 5 et 9.
nale, soit 8 points de moins qu’en
moyenne nationale ou 3 points de d’entreprises dans les "services La division 26 correspond à une
moins qu’en moyenne des régions immatériels" et dans l’"édition, partie des "Activités de fabrica-
de province. Les créations d’entre- imprimerie, (re)production d’enre- tion" (par exemple l’horlogerie ou
prise dans les activités de fabri- gistrements sonores ou visuels"5. encore la fabrication6 de matériels
cation ou des services liés à des En particulier, elle reprend les optiques ou photographiques).
biens sont plus rares. Leur part deux activités fortement créatrices
n’est que de 4 % en moyenne précédemment citées : "conseil UN IMPACT
régionale, soit une part similaire en systèmes informatiques" et
DU CHANGEMENT
aux moyennes nationale ou de "autres activités de réalisation
DE NOMENCLATURE
province. de logiciels".
À PRÉCISER
La section J comprend égale-
ment quelques entreprises créées Aujourd’hui, au sens strict, les
LES CRÉATIONS dans l’ancien code 748K "services
D’ENTREPRISES TIC activités de la section J et de la
annexes à la production", code qui division 26 permettent de distin-
DIMINUENT ENTRE n’apparaissait pas dans la défini- guer les activités TIC. Toutefois, afin
2007 ET 2008 SAUF tion OCDE. À l’inverse, quatre de se rapprocher du champ élargi
DANS L’AIRE URBAINE codes NAF rév.1 ne sont pas repris de la définition OCDE, d’autres
DE LILLE dans cette section J : imprimerie activités pourraient éventuelle-
de journaux, autre imprimerie de ment s’ajouter à cette section
Entre 2007 et 2008, le nombre labeur, reproduction d’enregis- et à cette division.
de créations d’entreprises TIC a trements et réparations d’ordina-
L’impact du changement de nomen-
reculé de 4 % dans le Nord-Pas de teurs et d’équipements périphéri-
clature d’activités sur le contour
Calais alors qu’en moyenne dans ques. L’ensemble de ces activités
des TIC sera à préciser au fur et à
les autres secteurs, le nombre correspond à 70 créations d’entre-
mesure de la mise à disposition
de créations augmentait de plus prises en 2008 au niveau du Nord-
des sources statistiques, notam-
de 2 %. Les mêmes tendances Pas de Calais.
ment sur les établissements et
s’observent en moyenne natio- Entre 2000 et 2008, le nombre sur les emplois.
nale, en moyenne des régions de créations d’entreprises régio-
de province et en moyenne des nales a nettement augmenté :
19 premières aires urbaines + 68 % dans la région contre
hors Paris. En revanche, au + 60 % en moyenne de France de
sein de l’aire urbaine de Lille, province. Le nombre de créations
les créations d’entreprises TIC d’entreprises dans la section J Source : Insee – Service Études
sont plus nombreuses en 2008 a suivi la même tendance sur la et Diffusion de la Direction
qu’en 2007, la hausse s’établis- période 2002/2006 dans la région. régionale Nord-Pas de Calais
sant à plus de 5 %. Sur les périodes 2000/2002 et Delphine Léglise
4
Section J • 5Pôles 3 et 4 de la définition de l’OCDE • 6Pôle 1 défini en NAF rév.1

23
Conception, réalisation : Idoine - 03 20 01 64 39

Directeur de la publication
François Cluzel

Équipe de rédaction
CCI Grand Lille : Asdine Djelfi - CRCI Nord-Pas de Calais : Grégory Stanislawski
DREAL Nord-Pas de Calais : Virginie Mignan - LMCU : Ludivine Dereumaux-Deloux - TLM-DIGIPORT : Patrick Bertolo

Prochain numéro
Imprimé sur du papier issu de forêts durablement gérées.

2nd semestre 2009 - N° ISSN : 1638-5039

L’ensemble des parutions


de "L’Observ@toire" est consultable en ligne sur les sites web des différents partenaires.
Contact Observ@toire : TLM - DigiPort - pbertolo@digiport.org - 03 20 19 18 50

www.observatoire-tic.fr