Vous êtes sur la page 1sur 24

LE FILS DU MAÎTRE DU

SELON

FERGANI :

MALOUF, SALIM

de

Le violon

Mohamed

Hadj

Fergani

Tahar

offert

sera

musée

au

Cirta

national

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 18° : ALGER 26° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
18°
: ALGER
26° : TAMANRASSET
p. 2

Mardi 13 Décembre 2016 - 13 Rabi' al-awwal 1438 - N° 1478 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

FÊTE NATIONALE DU KENYA :

Le Président Bouteflika félicite le Président kenyan, Uhuru Kenyatta

P. 24

ALGÉRIE-UIT

M. Sellal reçoit le SG de l'UIT, Houlin Zhao

P. 24

ALGÉRIE-MAGHREB ARABE

Lakhdar Brahimi :

«L'Algérie est devenue un véritable pôle de coopération interafricaine»

P.6

ALGÉRIE-EGYPTE

L'Algérie condamne «vivement» l'attentat qui a ciblé l'église copte au Caire

P. 24

Le Président Bouteflika inaugure la nouvelle ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda et la nouvelle ville de Sidi Abdallah

BOUFFÉE D'OXYGÈNE POUR LA CAPITALE
BOUFFÉE D'OXYGÈNE POUR LA CAPITALE

La ligne ferroviaire Birtouta-Zéralda :

une desserte pour décongestionner la circulation routière

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré dimanche la nouvelle ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda, dans la wilaya d'Alger. La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de membres du gouvernement. Dotée d'une double voie électrifiée et de plusieurs ouvrages d'art, cette nouvelle ligne ferroviaire comprend cinq gares, à savoir Birtouta, Tassala El-Merdja, Sidi Abdellah, Université de Zeralda et Zeralda ville.

P. 3

La nouvelle ville de Sidi Abdellah :

un pôle urbain moderne et technologique d'excellence

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé dimanche à l'inaugura- tion de la nouvelle ville de Sidi Abdallah (ouest d'Alger). La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de membres du gouvernement. Dotée de 5 pôles, dont un urbanistique et un autre technologique, la nouvelle ville de Sidi Abdallah comporte 45000 logements (AADL et LPP), dont 20000 seront distribués prochainement.

(AADL et LPP), dont 20000 seront distribués prochainement. PRESSE: M.Hamid Grine : «Grâce à la formation

PRESSE:

M.Hamid Grine :

«Grâce à la formation il y a moins de dramatisation et de diffamation»

P. 4

LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES ET DES WAKFS,MOHAMED AÏSSA :

«Préserver notre référence religieuse contre les manipulateurs des consciences»

P. 4

contre les manipulateurs des consciences» P. 4 CÉRÉALES: Baisse de la facture d'importation mais

CÉRÉALES:

Baisse

de la facture d'importation mais hausse des quantités

P. 7

ALGÉRIE-PÉTROLE :

Alnaft chargée de mettre en œuvre la réduction de la production

P. 6

SANTÉ
SANTÉ
en œuvre la réduction de la production P. 6 SANTÉ CANCER DU POUMON Un test sanguin
CANCER DU POUMON Un test sanguin pourrait le prédire 5 ans avant son diagnostic P.p
CANCER DU
POUMON
Un test sanguin
pourrait le prédire
5 ans avant son
diagnostic
P.p 12-13

P. 16

F TBALL RAOURAOUA, PRÉSIDENT DE LA FAF : «Remémorer les gloires du sport algérien est
F TBALL
RAOURAOUA,
PRÉSIDENT DE LA FAF :
«Remémorer les
gloires du sport
algérien est
un devoir»
P. 21
MDN
MDN
LUTTE CONTRE LE TERRORISME 8 casemates pour terroristes détruites par un détachement de l'ANP à

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME

8 casemates pour terroristes détruites par un détachement de l'ANP à Boumerdès

P. 3

LUTTE CONTRE LE TERRORISME 8 casemates pour terroristes détruites par un détachement de l'ANP à Boumerdès

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 13 décembre 2016 D’ EIL Le Conseil de la nation

2 DK NEWS

Mardi 13 décembre 2016

D’ EIL

Le Conseil de la nation reprendra ses travaux en plénière ce matin, a indi- qué un communiqué de l'institution parlemen- taire. Les séances plé- nières seront consacrées à la présentation et à l'exa- men du projet de loi fixant

la liste des hautes respon- sabilités de l'Etat et des fonctions politiques dont l'accès requiert la natio- nalité algérienne exclu- sive et du projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance n°20-70 re- latif à l'état civil.

Horaires des prières

Mardi 13 Rabi al-Awwal

Mardi 13 Rabi al-Awwal
Mardi 13 Rabi al-Awwal
Fajr 06:12 Dohr 12:43 Asr 15:15 Maghreb 17:38 Isha 19:03
Fajr
06:12
Dohr
12:43
Asr
15:15
Maghreb
17:38
Isha
19:03

CONSEIL DE LA NATION

Reprise des travaux en séance plénière

DE LA NATION Reprise des travaux en séance plénière 4 4 DEMAIN À SIDI ABDALLAH Remise

4

4

DEMAIN À SIDI ABDALLAH Remise des clés de 1067 logements LPP

À SIDI ABDALLAH Remise des clés de 1067 logements LPP CONSTANTINE Inauguration du Centre psycho-pédagogique
CONSTANTINE Inauguration du Centre psycho-pédagogique pour enfants handicapés mentaux A l’occasion de la célé-
CONSTANTINE
Inauguration du Centre
psycho-pédagogique
pour enfants
handicapés mentaux
A l’occasion de la célé-
bration de la journée
arabe des personnes
handicapées, la minis-
tre de la Solidarité natio-
nale, de la Famille et de la
Condition de la femme,
Mme Mounia Meslem si
Amer, procédera ce ma-
tin à partir de 9h dans la
wilaya de Constantine,
l’inauguration du nou-
veau centre psychopé-
dagogique destiné à la
prise en charge des en-
fants déficients mentaux.
A
Météo
Max
Min
Alger
18°
08°
Oran
19°
07°
Annaba
18°
08°
Béjaïa
19°
09°
Tamanrasset
26°
13°
UNIVERSITÉ DE BOUMERDÈS
4
Conférence sur
«Les manifestations
du 11 Décembre 1960
et leurs impacts sur
le monde arabe»
4
L’Université M’Hamed Bougara de Boumer-
dès, organise ce matin à partir de 9h, une confé-
rence sur «Les manifestations du 11 Décembre
1960 et leurs impacts sur le monde arabe», ani-
mée par Saleh Echakbaoui. La rencontre sera sui-
vie d’une exposition de photos et articles histo-
riques ainsi que de compétitions culturelles et au-
tres activités. A cette occasion, une Journée de sen-
sibilisation contre les accidents de la route sera
également organisée par le groupement de la gen-
darmerie nationale de la Wilaya de Boumerdès.
de
de
gen- darmerie nationale de la Wilaya de Boumerdès. de de RESSOURCES EN EAU Ouali à Tipasa
gen- darmerie nationale de la Wilaya de Boumerdès. de de RESSOURCES EN EAU Ouali à Tipasa

RESSOURCES EN EAU

Ouali à Tipasa

Dans le cadre du suivi des projets du secteur, le minis- tre des Ressources en Eaux et de l’Environnement, M. Abdelkader Ouali, effectuera aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tipasa.

de travail et d’inspection dans la wilaya de Tipasa. Le ministre de l’Habitat, de l’Urba- nisme

Le ministre de l’Habitat, de l’Urba- nisme et de la Ville, M. Abdelmadjid Tebboune, présidera demain mer- credi 14 décembre à partir de 10h, dans la nouvelle ville de Sidi Abdallah, la cé- rémonie de remise des clés aux béné- ficiaires de 1067 logements promotion- nels publics (LPP), au niveau du quar- tier du 11 décembre.

CE MATIN AU FORUM DU JOURNAL

Célébration du 54 e anniversaire d’Echaâb

l’occasion de la célébration du 54e anniversaire de la

création du journal, le Forum du quotidien Echaâb, abirte ce matin à partir de 10h30, une cérémonie présidée par le ministre de la Communication M. Hamid Grine, et la ministre de la Poste et des Technologies, Mme Houda Imane Feraoun.

de la Poste et des Technologies, Mme Houda Imane Feraoun. GALERIE AÏCHA HADDAD Exposition de l'artiste

GALERIE AÏCHA HADDAD

Exposition de l'artiste Zoughailech Mohamed Kamel

L'Etablissement Arts et Culture de la wilaya d'Alger, organise jusqu’au 30 décembre à la galerie d'arts Aïcha Haddad (84, rue Di- douche Mourad, Alger), une exposition de peinture de l'artiste Zoughailech Mohamed Kamel.

de peinture de l'artiste Zoughailech Mohamed Kamel. FÊTE DU MAWLIDENNABAOUI Algérie Télécom présente ses

FÊTE DU MAWLIDENNABAOUI

Algérie Télécom présente ses vœux

A l’occasion du MawlidEnna- baoui El Charif, Algérie Télécom présente à tous les Algériens, ses meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité. Puisse cette fête musulmane revenir à tous les musulmans dans le respect et la sérénité, priant Dieu d’agréer les actions de chacun et guider ses pas vers ses prières.

les actions de chacun et guider ses pas vers ses prières. ALGÉRIE POSTE Emission d'un timbre

ALGÉRIE POSTE Emission d'un timbre consacré au lion de l'Atlas

Algérie Poste a procédé hier à l'émission d'un timbre-

poste consacré au "Lion de l'Atlas", d'une valeur faciale

50 DA. La vente anticipée de ce timbre aura lieu au-

jourd’hui et demain, dans les 48 recettes principales des postes situées aux chefs- lieux de wilayas. La vente gé- nérale aura lieu samedi prochain dans tous les bureaux

poste et une enveloppe 1er jour à 7 DA sera également

mise en vente avec une oblitération 1er jour illustrée.

LE 17 DÉCEMBRE AU BEAU FAYET

Conférence nationale des bureaux de wilayas de l’ANR

Le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), le Dr Belkacem Sahli, présidera samedi 17 décembre

partir de 9h30 à l’hôtel Le Beau Fayet, les travaux de la confé- rence nationale des bureaux de wilayas.

à

BIBLIOTHÈQUE MULTIMÉDIA JEUNESSE Rencontre avec Naïma Si M’hand

A l’occasion de la célé- bration de la fête du Maw- lid Ennabawi Echarif, l’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Al- ger, organise cet après- midi à partir de 14h à la bi- bliothèque Multimédia Jeunesse Didouche Mourad, une rencontre avec l’écrivaine Naïma Si M’hand.

une rencontre avec l’écrivaine Naïma Si M’hand. DEMAIN À PARTIR DE 4H Coupure de l'alimentation en

DEMAIN À PARTIR DE 4H Coupure de l'alimentation en gaz à Rahmania, Mahelma et Souidania

Une coupure de l'alimentation en gaz naturel sera ressentie demain mer- credi à partir de 04h dans les com- munes de Rahmania, Mahelma et Soui- dania, a annoncé la direction de distri- bution de Bologhine de la société de dis- tribution de l'électricité et du gaz d'Al- ger dans un communiqué. L'alimentation en gaz sera inter- rompue dans les communes de Rahmania, Mahelma et Souidania à partir de mercredi 14 décembre 04h jusqu'à la fin

des travaux au niveau des principales conduites de gaz, a pré- cisé le communiqué. La direction de distribution de Bologhine

mis au service de sa clientèle le numéro 3303 pour plus de renseignements sur ces perturbations.

a

FORUM D'EL MIHWAR EL YOUMI

Le phénomène de la violence en débat

Le Forum du quotidien "El Mihwar El Youmi", organise ce matin à partir de 10h30, une conférence-débat qui portera sur "La recrudescence de la violence en milieu scolaire, dans les quartiers populaires et dans les stades".

Mardi 13 décembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

Le Président Bouteflika inaugure la nouvelle ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda

inaugure la nouvelle ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré dimanche la nouvelle ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda, dans la wilaya d'Alger.

La cérémonie d'inauguration s'est dérou- lée en présence du Premier ministre, Abdelma- lek Sellal, et de membres du gouvernement. Dotée d'une double voie électrifiée et de plu- sieurs ouvrages d'art, cette nouvelle ligne fer- roviaire comprend cinq gares, à savoir Birtouta, Tassala El-Merdja, Sidi Abdellah, Université de Zeralda et Zeralda ville. Sa capacité de trans- port est de 50.000 voyageurs/jour.

et la nouvelle ville de Sidi Abdallah

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé dimanche à l'inaugura- tion de la nouvelle ville de Sidi Abdallah (ouest d'Alger). La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de membres du gouver- nement. Dotée de 5 pôles, dont un urbanistique

et un autre technologique, la nouvelle ville de Sidi Abdallah comporte 45000 logements (AADL et LPP), dont 20000 seront distribués prochai- nement. Elle s'étale sur 7000 hectares, dont 3000 urbanisables. Le projet de réalisation de cette nouvelle ville est à 75% de taux d'avancement, alors que sa livraison totale est prévue pour 2018.

LIGNE FERROVIAIRE ZÉRALDA-BIRTOUTA:

Mise en circulation des trains dès le 12 décembre (SNTF)

La Société nationale des transports ferro- viaires (SNTF) a annoncé dimanche dans un communiqué que la mise en circulation des trains sur la nouvelle ligne ferroviaire électrifiée Birtouta-Zéralda commencera à compter du lundi 12 décembre en cours. Avec l'ouverture de cette nouvelle ligne, les trains circuleront tous les jours, même les vendredis et jours fériés, en- tre la gare d'Agha et Zéralda en aller-retour, et ce, de 5h du matin jusqu'à 20h, selon la même

Une desserte pour décongestionner la circulation routière

La ligne ferroviaire électrifiée Birtouta- Zé- ralda, inaugurée dimanche par le Président de la République Abdelaziz Bouteflika, constitue une bouffée d'oxygène pour la côte Ouest d'Alger, as- phyxiée habituellement par une infernale circu- lation routière. Longue de 21 kms et dotée d'une double voie électrifiée et de plusieurs ouvrages d'art, cette nouvelle ligne, d'une capa- cité de transport de 50.000 voyageurs/jour, re- lie la localité de Birtouta à Zéralda via la ville nou- velle de Sidi Abdallah. Elle permet également de relier les communes de Birtouta, Ouled chebel, Tessala el Merdja, Douera et Rahmania à travers cinq gares: Birtouta, Tessala El Merdja, Sidi Ab- dallah, pôle universitaire de Sidi Abdallah et Zé- ralda ville. Réalisée dans le cadre du projet d'aménagement ferroviaire de la région algéroise, cette ligne s'inscrit dans le prolongement de la voie Alger-Blida permettant ainsi aux habitants des communes côtières du Sahel (Staouéli, Zé- ralda, Douaouda, Fouka et Bou Ismail) d'at- teindre facilement Alger-centre avec un temps réduit. D'ailleurs, Alger-Centre est désormais à 40 minutes seulement de Zéralda grâce à cette ligne alors que ce trajet nécessite au moins près d'une heure et demie (en heure de pointe) par route. Avec la mise en service de cette des- serte, les gares de Birtouta et de Zéralda sont des- servies à raison d'un (1) train par sens toutes les 30 minutes, sans compter sa capacité d'offrir des solutions pour le transport au Sahel algérois où l'accès reste difficile aux communes côtières de Zéralda et de Staouéli, à partir de la vieille voie,

source. La ligne Alger-Zeralda desservira quo- tidiennement treize (13) gares en aller-retour:

Agha, les Ateliers, Hussein-Dey, Caroubier, El- Harrach, Gué de Constantine, Ain Naadja, Baba Ali, Birtouta, Tessala El Merdja, Sidi Abdallah, Sidi Abdallah Université et Zeralda Pour plus d'infor- mations, la SNTF invite sa clientèle à se rappro- cher des gares de trains ou à consulter son site web (sntf.dz).

qui longe la côte, ou même de l'autoroute. De ce fait, ce mode de transport alternatif de- vrait contribuer considérablement au désengor- gement des routes de cette région, selon les concepteurs du projet. Qualifiée de «névralgique» eu égard à ses re- tombées en matière de transport de personnes, de marchandises et de développement du tou- risme, cette ligne confère aussi une dimension esthétique indéniable puisqu'elle longe les hau- teurs de la région à travers 12 ponts, 6 ouvrages d'art, 4 viaducs et un tunnel de 341 mètres. La construction de la ligne ferroviaire à double voie électrifiée reliant Birtouta et Zéralda a été décla- rée en 2008 un projet d'utilité publique par un décret exécutif publié au journal officiel (décret 08-137). Les travaux de réalisation de cette ligne, confiés à la société nationale Infrafer et la société turque Yapi Merkezi, avaient débuté en septembre 2011 mais n'ont été achevés qu'en sep- tembre dernier. Initialement, le projet devait être livré en décembre 2015, selon l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investis- sements ferroviaires (Anesrif ), maître d'ou- vrage délégué. Mais les travaux ont connu des retards en raison du problème d'expropriation avant d'être totalement réglé. La ligne ferroviaire Birtouta-Zéralda prendra davantage d'impor- tance après la réalisation future de deux exten- sions à savoir Zéralda-Aïn Bénian en passant par Staouéli et Chéraga (15 kms) et Zéralda-Gouraya (90 kms) en desservant Bou-Ismail, Tipaza et Cherchell.

SIDI ABDALLAH:

Un modèle de ville moderne et d'organisation urbanistique harmonieuse

La ville nouvelle de Sidi Abdallah (ouest d'Alger), inaugurée dimanche par le président de la République, Ab- delaziz Bouteflika, se veut un modèle de ville moderne et d'organisation ur- banistique harmonieuse. Les pouvoirs publics comptent faire de Sidi Abdallah une ville intelligente et intégrée pour être un exemple à suivre dans la réalisation des autres villes nouvelles et projets de réhabili- tation des villes anciennes. Elle fait partie des cinq villes nou- velles (en plus de Bouinan, Boughezoul, Hassi Messaoud et El-Ménéa) voulues dans le cadre de la stratégie engagée avec la promulgation en 2002 de la loi relative à la création des villes nouvelles dans l'objectif de créer des espaces urbanistiques cohérents et maîtrisés. La création de la ville nouvelle de Sidi Abdallah a été officiellement déci- dée en 2004, tandis que la déclara- tion d'utilité publique de l'opération re- lative à la réalisation de certains ou- vrages, équipements et infrastructures est intervenue en 2008. Pour les logements, il est prévu de

livrer, dans une première phase, 3.067 unités dans les tout prochains jours, composés de 1.067 logements promo- tionnels publics (LPP) pour mercredi prochain, et 2.000 unités sous la for- mule location-vente (AADL) pour sa- medi prochain. Contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent disposer de toutes les commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, espaces verts, jardins et es- paces de jeux et de loisirs. Ces cités sont également dotées d'environ 300 locaux commerciaux distribués en fonction des besoins quotidiens des résidents. Ces commerces de proximité per- mettront la création de 1.200 emplois directs dans divers secteurs d'activités avec obligation pour les bénéficiaires de respecter un cahier des charges ri- goureux et cohérent en matière de gestion moderne des villes. Par ailleurs, la ville est dotée de plusieurs bureaux de services dédiés aux prestations bancaires, postales, télécoms et autres.

Les résidents profiteront en outre de la fibre optique permettant un accès à haut débit au téléphone et à l'Inter- net, en plus de la connexion Wifi dans les espaces publics. Concernant l'éclairage public, des photovoltaïques ont été installés confir- mant ainsi l'orientation de Sidi Ab- dallah en tant que ville «verte» répon- dant aux normes internationales en matière d'écologie. Par ailleurs, il y a lieu de relever la mise en place d'antennes paraboliques collectives pour éviter la dégradation des façades, et d'un système d'accès nu- mérique permettant l'accès aux habi- tants via une carte magnétique ou l'empreinte digitale. Les résidents se verront interdire l'installation de fer forgé, appelé com- munément «barreaudage», aux fenê- tres à l'exception des habitants du 1er étage qui doivent bénéficier d'une au- torisation spéciale à cet effet et à condi- tion de respecter un modèle précis. S'agissant de la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été éla- boré et sera pris en charge par l'entre-

prise Extra-net qui va recourir pour la première fois à la technique d'enfouis- sement des déchets ménagers et au tri sélectif. Un soin particulier a été ac- cordé à l'aspect esthétique de la ville nouvelle à travers la construction d'une imposante entrée et d'une grande fon- taine et la mise en place de gazon aux abords des principaux accès. Parallèlement, plusieurs projets de loisirs et de divertissements ont été lancés à l'image d'un grand parc de sports et de loisirs de 30 hectares, et un Karting. L'inauguration de la première tranche de la ville nouvelle de Sidi Ab- dallah a coïncidé avec celle de la ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda qui com- prend cinq gares, à savoir Birtouta, Tassala El-Merdja, Sidi Abdallah, Sidi Abdallah Université et Zeralda ville. Cependant, les investissements pu- blics et privés devront se poursuivre au cours des prochaines années pour concrétiser l'ambition de la ville nou- velle de Sidi Abdallah qui aspire au ren- forcement économique des capacités que recèle la capitale, d'une part, et la

prise en charge des besoins sociaux de ses habitants d'autre part. Cette ville nouvelle, qui s'étend sur 7.000 hectares répartis entre 3.000 hectares l'urbani- sable et 4.000 hectares de périmètre de protection, englobe les communes de Mahelma, Zeralda et Douira. Elle compte 27 agglomérations où des projets sont prévus pour la réalisa- tion de près de 54.000 unités de loge- ments. Outre le pôle urbanistique, Sidi Abdallah compte de nombreux pôles notamment pharmaceutique et bio- technologique (148 hectares), de santé (51 hectares) et de loisirs et sport (732 hectares). Environ 120.000 postes d'emplois di- rects devront être pourvus dans le ca- dre de la réalisation de centaines de projets publics et privés, en plus des in- vestissements avec des partenaires étrangers, selon les prévisions. Les travaux de viabilisation de la ville nou- velle de Sidi Abdallah ont été confiés à un groupement de sociétés publiques, conduit par Cosider, en vertu de deux contrats pour une valeur globale de 84,3 milliards de DA.

Un pôle urbain moderne et technologique d'excellence

La nouvelle ville de Sidi Abdellah (ouest d'Alger), inaugurée dimanche par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, se veut un pole urbain moderne et technologique d'ex- cellence, disposant de toutes les commodités en matière d'enseignement, de santé et de loisirs. Le projet de cette ville, située à 25 km d'Alger et s'étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d'espaces verts et de forêts protégés, dispose de toutes les commodités en matière d'enseignement supé- rieur, d'éducation, de santé et de loisirs, a indi- qué à l'APS le ministre de l'Habitat, de l'urba- nisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune. Le taux d'avancement du projet, dont la livrai- son totale est prévue pour 2018, a atteint 75%, a précisé M. Tebboune en marge de la cérémonie d'inau- guration. Il a expliqué que Sidi Abdellah, «qui doit constituer à l'avenir un modèle pour les nouvelles villes algériennes», compte divers pôles d'excel- lence, dont le pôle résidentiel, le pôle santé, phar-

maceutique et biotechnologique, le pôle univer- sitaire et celui des TIC. Le pôle santé est doté d'un centre comportant les dernières technologies de pointe en ma- tière d'appareillages notamment de radiologie et de radiothérapie. «Ce centre utilisera des techniques inno- vantes développées aux Etats-Unis et au Japon et nous serons les premiers en Afrique à en faire usage», ont expliqué des responsables de ce centre. «Cette technologie permet un soin de qualité et de très grande précision et réduit de manière extrêmement importante toutes les complica- tions post-opératoires et post-thérapeutiques qui passent dorénavant de 20% de complication à 2%», a-t-on précisé, ajoutant que ce centre «sera livré vers la mi-décembre 2016». Un autre centre mère-enfant spécialisé dans les activités médicochirurgicales et un pôle de soins et de réadaptation sont en cours d'achève- ment. Situé à l'entrée Est de la nouvelle ville, le pôle

pharmaceutique et biotechnologique combine, quant à lui, des espaces vie, des sites technolo- giques, des laboratoires de recherches en phar- macie et biotechnologie et de fabrication de médicaments. S'étendant sur une superficie de 148 ha, ce pôle compte 42 projets dont 4 sont déjà en acti- vité et 5 autres en cours de réalisation. Le pôle universitaire est doté, pour sa part, de «la plus grande structure scientifique univer- sitaire en Algérie» avec une capacité d'accueil de 22.000 places pédagogiques et six cités univer- sitaires en cours de réalisation. La nouvelle ville de Sidi Abdellah consacre, en outre, 21% de sa surface globale au pôle urba- nistique, qui compte 45.000 logements tous types confondus. «Ces logements seront livrés progressivement d'ici à 2018», a-t-on indiqué auprès du chef de projet. «Ces logements, réalisés en un temps record ne dépassant pas les 3 ans, sont dotés des der- nières technologies en matière de sécurité et de

télécommunications (fibre optique pour l'inter- net haut débit et paraboles collectives pour la ré- ception télé)», a-t-on expliqué. C'est aussi une ville écologique utilisant les dernières technologies en matière de gestion des déchets ménagers et de protection de l'environ- nement avec un éclairage public qui fonctionne avec le solaire. La nouvelle ville verra aussi la réalisation du plus grand centre de loisirs en Algérie avec des parcs aquatiques, des pistes de rallye auto et moto, des centres de sport équestre, des salles et terrains de sports etc. Deux avenues de cette ville seront baptisées aux noms des défunts présidents de la Répu- blique Ahmed Ben Bella et Houari Boumediene, a-t-on appris auprès du ministère de l'Inté- rieur. La ville de Sidi Abdellah est reliée par un ré- seau autoroutier et une ligne ferroviaire qui la relie à Zeralda et Alger via Birtouta, inaugurée ce dimanche par le Président Bouteflika.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mardi 13 décembre 2016

M. ABDESLAM

CHELGHOUM

À TLEMCEN

Réunir les conditions propices aux zones montagneuses

Réunir les conditions propices aux zones montagneuses Le ministre de l’Agriculture, du Développement ru- ral et

Le ministre de l’Agriculture, du Développement ru- ral et de la Pêche, Abdeslam Chelghoum, a insisté di- manche à Tlemcen sur la nécessité de réunir les condi- tions propices aux zones montagneuses. Le ministre a affirmé, lors d’une rencontre orga- nisée au parc national de Tlemcen à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des montagnes, que ces zones contribuent, en cas de conditions adé- quates, au développement de l'agriculture et à la croissance économique, soulignant «nous devons offrir ces conditions suivant les programmes encadrés par des spécialistes en production et intensifica- tion.» Il a tenu à rappeler que les zones montagneuses constituent un véritable réservoir de ressources na- turelles qu’il faut exploiter pour créer la richesse. M. Chelghoum a, en outre, souligné que ces zones s’ajoutent aux forêts représentant, au niveau national, 9 millions d’hectares dont 1,5 million ha cultivables et productifs. Elles comptent 300.000 exploitations agricoles activant en domaines agricoles, a-t-il ajouté. Le ministre a rappelé, lors de cette rencontre organi- sée par la conservation des forêts de la wilaya sous le slogan «l'agriculture de montagne pour la diversité et le renforcement de l’identité», que son département £uvre à intégrer la forêt et les zones montagneuses dans la nouvelle dynamique de développement global des zones rurales. Après avoir rappelé la situation difficile des zones montagneuses avant 2000, Abdeslam Chel- ghoum a abordé «la révolution verte» opérée en ap- plication du programme du président de la Répu- blique, M. Abdelaziz Bouteflika, touchant toutes les wi- layas, affirmant que ces programmes ont permis de sortir des zones rurales de la période critique vécue durant la décennie noire, en plus de la réhabilitation des exploitations agricoles, l'accompagnement des agriculteurs pour réaliser leurs projets et leur soutien financier pour relancer le secteur. Il a cité comme ré- sultat de cette politique, la valeur de la production agricole ayant dépassé 30 milliards de dollars per- mettant de réduire la facture d’importation des den- rées alimentaires, faisant remarquer que 9 milliards de dollars seulement sont réservés à l'importation du lait et des céréales. Le ministre a fait savoir que cette croissance a sus- cité l'intérêt des investisseurs pour ce secteur et que l’administration est obligée de faciliter l’investissement et lever les lenteurs administratives, surtout que l’état £uvre à diversifier l’économie nationale et s’ap- puie sur des secteurs vitaux après la chute des prix des hydrocarbures au marché mondial. Une exposition sur l’activité agricole a été organi- sée mettant en exergue les atouts que recèle la foret de Tlemcen dont le parc national couvrant une super- ficie de 8225 ha et qui compte un grand nombre d’oiseaux migrateurs rares et menacés d'extinction. Le ministre a également visité la réserve de chasse «Moutas» qui s’étend sur une superficie globale de 2000 ha sur les hauteurs des monts «Ahfir» et qui est réservée à l'intensification du couvert végétal et au re- peuplement animal grâce aux programmes de reboi- sement et l’intérêt que lui accorde le parc national, a indiqué son directeur. Le parc national, créé en février 1983, £uvre à la pro- motion ornithologique, l'intégration d'espèces d’ani- maux menacés par le braconnage et le changement climatique, la préservation de l'écosystème, la créa- tion d'espaces scientifiques spécialisés et d'observa- toires de surveillance et le recensement des ani- maux sauvages vivant dans la région ou migrateurs. La délégation ministérielle a visité, à Ghazaouet, l’école spécialisée en pêche et aquaculture «Chahid Mostghanemi» dit «Si Rachedi».

Grâce à la formation il y a «moins

de dramatisation et de diffamation»

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a estimé dimanche à Alger, que le cycle de formation initié au profit des journalistes s'est traduit par «moins de dramatisation de l'information» et «moins de diffamation» dans la presse algérienne.

«Nous constatons de moins en moins d'amplification et de dramatisation de l'information et de moins en moins de dif- famation dans la presse algérienne», a in- diqué M. Grine à la presse en marge d'une conférence-débat sous le thème «Le journalisme et l'impératif du +zéro défaut+», animée par M. Guy Ber- niere, consultant international en jour- nalisme et communication. «La presse algérienne est dynamique et talentueuse, mais le problème est dans l'empressement du journaliste, le- quel devrait vérifier et croiser l'informa- tion», a-t-il dit. S'inscrivant dans la thème retenu pour cette conférence-débat, M. Grine a fait savoir qu'il préférait parler «d'exac- titude dans la presse au lieu d'objectivité», ajoutant dans le même sens qu'il «ne croit pas aussi à la thèse de +zéro défaut+ car il y en a toujours dans le journalisme». Le ministre a ainsi cité en exemple la couverture médiatique du Forum africain d’investissement et des affaires qu'avait abrité Alger du 3 au 5 décembre, qui a fait l'objet de «beaucoup de spéculations». «Je n'ai pas lu un article qui explique la situation avec ses tenants et ses abou- tissants. Le jour où il y aura une explica- tion de la part d'une source non ano- nyme, mais identifiée qui s'exprime du côté du ministère des Affaires étran- gères ou du Forum des chefs d'entre- prises (FCE), à ce moment-là, nous pour-

d'entre- prises (FCE), à ce moment-là, nous pour- rons dire que nous avons une explication dépassionnée».

rons dire que nous avons une explication dépassionnée».

A une question sur la communication

institutionnelle, M. Grine a précisé qu'«il

n' y a pas de blocage» à ce niveau, relevant

que «chaque ministère communique et dispose de son propre chargé de commu- nication». Interrogé sur un éventuel remanie- ment ministériel, le ministre a qualifié de «spéculations et de rumeurs» les in- formations publiées à ce sujet, rappelant que «le remaniement du gouvernement demeure du ressort du président de la Ré- publique». De son côté, M. Berniere qui a évoqué son expérience de 40 ans dans la profes- sion notamment à l'Agence France presse (AFP), a mis l'accent dans sa communi- cation sur «l'exigence faite au journaliste de fournir en temps quasi-réel des infor- mations exactes, fiables et de qualité».

Il a précisé que l'ambition d'arriver à

«l'impératif zéro défaut» passe par un tra- vail de groupe afin de pouvoir croiser l'in-

formation et de se faire relire par ses col- lègues. «Les cercles de qualité qui cher- chent le +zéro défaut+ reposent sur un concept lancé au Japon dans les années 1970 pour rendre les entreprises plus compétitives en terme de qualité», a-t-il expliqué. Pour cet expert, la profession de jour- naliste a été révolutionnée par les moyens numériques et les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Relevant qu'avec un smartphone, le journaliste peut effectuer plusieurs opé- rations qui nécessitaient par le passé la mobilisation de plusieurs personnes, il a estimé en revanche que «les outils in- formatiques permettent désormais à tout le monde de faire de l'information». M. Berniere a relevé aussi que les médias traditionnels se sont retrouvés «submergés» par les réseaux sociaux et

l'explosion de sources d'information, échappant à tout contrôle.

Par ailleurs, il a ajouté que les réseaux sociaux et autres moteurs de recherche captent 90 à 95% de la publicité qui est désormais sur ces réseaux. Les qualifiant «d'agrégats de l'infor- mation», il a estimé que ces réseaux so- ciaux sont au-dessus des lois dans la me- sure où il n'y a pas de conventions inter- nationales et d'autres mécanismes juri- diques permettant de les contrôler. Pour M. Berniere, ces réseaux so- ciaux ont «déstructuré» l'information au détriment des professionnels rempla- cés par des «pigistes bon marché» et des sources anonymes, ce qui constitue, a-t-il estimé, «un conflit à la liberté d'ex- pression». Pour cet expert la recherche de l'exac-

titude dans le journalisme demeure une «valeur sûre» qui passe par la «célérité, la qualité la fiabilité et la déontologie».

La communication publicitaire doit se construire dans le cadre d'une stratégie

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a indiqué dimanche à Alger que la communication publicitaire, pour qu'elle soit «efficiente», doit se construire dans le cadre d'une stratégie. «Pour que la communication soit ef- ficiente, elle doit se construire dans le ca- dre d'une stratégie, sur un positionne- ment porteur», a indiqué le ministre dans un message adressé aux organisa- teurs de 10es Journées euro-maghré- bines sur la communication publici- taire. Il a souligné que cette communica- tion «doit reposer sur la vérité du produit ou de l'entreprise. Autrement dit, la communication n'est pas un mensonge,

n'est pas une duperie, n'est pas une ma- nipulation». M. Grine a relevé que le rôle de la communication consiste à «valoriser

le produit ou l'entreprise en fonction de

ses attributs», exprimant son souhait de voir ces journées euro-maghrébines amorcer «une réflexion sur l'éthique et

la déontologie dans le monde de la com-

munication et de la publicité». A l'ouver- ture de cette rencontre, Rachid Hassas,

initiateur et organisateur de ces journées

a mis en évidence «la nécessité de régu-

ler le marché de la publicité en Algérie», relevant qu'«environ 4 000 agences de publicité gèrent 70 à 80 % de ce marché estimé à 200 millions de dollars, alors

que l'ANEP n'en gère que 20%». Pour sa part, Madjid Bekkouche, conseiller du ministre de la Communication, a indi- qué, dans son intervention, qu'«delà

des questions relatives au marché, à sa croissance et à ses chiffres, des préoccu- pations professionnelles et éthiques sont importantes et méritent d'être exa-

minées, car interpellant le métier de la publicité dans ce qui est fondamental pour se maintenir et se pérenniser: sa crédibilité».

Plusieurs communications d'uni- versitaires et de spécialistes du secteur, sont prévues à l'occasion de cette mani- festation dont les travaux s'étaleront sur deux jours.

M. MOHAMED AÏSSA À PARTIR DE ANNABA

Préserver «notre référence» religieuse

contre les manipulateurs des consciences

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a insisté di- manche à Annaba sur la préservation de «notre référence» religieuse face à ceux qui tentent de «manipuler les consciences des Algériens». « L’Islam a été la force spirituelle qui avait animé d’une détermination invin- cible les Algériens dans leur combat pour l’indépendance», a indiqué le mi- nistre, soulignant que «nous réitérons no- tre engagement, en cette occasion du mawlid ennabaoui, à préserver cette ré- férence face à ceux qui tentent de mani- puler les consciences des Algériens» et la- miner la cohésion sociale. Mohamed Aïssa, -qui présidait l’ou- verture d’un séminaire national sur «le mois à la gloire du Prophète de l’islam» au palais de la culture et des arts Moha- med Boudiaf de la ville d’Annaba qui ac- cueille les festivités officielles de célébra- tion du Mawlid-, a également considéré que la coïncidence du mawlid enna- bawi avec l’anniversaire des manifesta-

du mawlid enna- bawi avec l’anniversaire des manifesta- tions du 11 décembre 1960 constitue une occasion

tions du 11 décembre 1960 constitue

une occasion pour renouveler l’engage- ment envers l’Islam et l’Algérie.

Il a estimé que des campagnes sont

lancées sur les réseaux sociaux pour «semer le doute dans les consciences des jeunes algériens et jeter les graines de la discorde qui laminent la cohésion so-

ciale». Il a fait état, à ce propos, d’environ 10 tentatives de ce genre enregistrées dont certaines de prosélytisme chiite. Soulignant la mobilisation des mos- quées et de la famille pédagogique de l’école algérienne pour faire face à ces tentatives, le ministre a appelé à diffuser sur les réseaux sociaux la véritable image de l’Islam qui est celle du juste milieu, de la tolérance et des hautes valeurs hu- maines. Les intervenants durant la rencontre axée sur «l’humanisme du prophète» ont abordé les rapports sociaux qu’avait tenu le prophète ainsi que le prodigieux sens de tolérance que révèle l’histoire de sa vie. Le ministre a inauguré à la cité Mena- dia d’Annaba la mosquée Errahma (2.000 fidèles) où il présidera la cérémonie re-

ligieuse de célébration du mawlid enna- baoui qui verra la distinction des lauréats du concours de mémorisation du Saint Coran.

APS

Mardi 13 décembre 2016

NATION

DK NEWS 5

LE SG HCA L’A ANNONCÉ

Projet de partenariat entre le HCA et l’Université d’Ouargla pour promouvoir Tamazight

Le secrétaire général du Haut commissariat

à l’Amazighité (HCA),

Si El-Hachemi Assad,

fait état, dimanche à Ouargla, d’un projet de «solide»

partenariat entre le HCA et l’Université d’Ouargla et des laboratoires de recherches pour promouvoir la langue Amazighe dans la région.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la straté- gie du HCA visant à «rat- traper le retard enregistré dans l’introduction de Tamazight, ces deux der- nières années, dans la wi- laya d’Ouargla, et de lui donner une impulsion dans la région», a indiqué M. Assad lors d’un point de presse tenu à la maison de la Culture Moufdi Za- karia. Pour le SG du HCA, la concrétisation de cet objectif représente «une

a

HCA, la concrétisation de cet objectif représente «une a partie du défi qui attend le Haut

partie du défi qui attend le Haut commissariat à l’Amazighité au titre de sa nouvelle orientation pour la prochaine étape, visant l’introduction de Tama- zight dans les 48 wilayas, aidé en cela par l’engage- ment des autorités locales à rattraper ce retard». Dans cette optique, a- t-il dit, seront associés de nombreux universitaires appelés à apporter leur contribution aux mis- sions du HCA, à échanger les expériences, et à pren- dre part aux sorties de terrain organisées par

cette instance afin de ré- pertorier les données concernant la langue amazighe et, partant, de lancer des projets ten- dant à l’ancrer véritable- ment dans la région. Cette £uvre vient en appoint à la démarche de généralisation de la langue amazighe dans les écoles que le HCA envi- sage de concrétiser dès la prochaine saison (2017- 2018) dans la wilaya d’Ouargla, parallèlement au travail de proximité des associations locales, de la radio et d’autres par-

ties, a révélé le même res- ponsable. «L’année 2017 connaî- tra une forte impulsion dans la promotion de Ta- mazight, dans laquelle la wilaya d’Ouargla, dans son ensemble et non pas seulement ses régions d’expression amazighe, ne sera pas en reste», a-t- il prédit par ailleurs. Le SG du HCA a visité dans la matinée l’Univer- sité Kasdi Merbah d’Ouar- gla, où il a eu une rencon- tre avec son recteur sur les domaines de partena- riat pouvant être déve- loppés entre les deux par- ties, ainsi que sur les pro- blématiques liées au dé- veloppement et à la pro- motion de la langue ama- zighe. Il devra présider lundi à Blidet-Amor, dans la wi- laya déléguée de Toug- gourt (160 km Nord d’Ouargla), l’ouverture d’un forum sur «Le patri- moine immatériel de la région d’Oued-Righ».

patri- moine immatériel de la région d’Oued-Righ». Le journaliste Mohamed Ta- malt, qui purgeait une peine

Le journaliste Mohamed Ta- malt, qui purgeait une peine de 2 années de prison ferme dans l'éta- blissement de rééducation et de réadaptation de Koléa, relevant de la Cour de Tipaza, est décédé di- manche matin au CHU Mohamed Lamine Debaghine de Bab El Oued (Alger), indique un communique de la Direction générale de l'admi- nistration pénitentiaire. «Le dénommé Mohamed Ta- malt qui purgeait une peine de deux années de prison ferme à l'établissement de rééducation et de réadaptation de Koléa, Cour de jus- tice de Tipaza, est décédé dimanche matin 11/12/2016 au CHU Mohamed Lamine Debaghine (service des urgences médicochirurgicales) où il était ad- mis depuis le 21 août 2016», précise le communiqué. «Dés son emprisonnement le 28/06/2016 à l'établissement de ré- éducation et de réadaptation d'El Harrach, le concerné a entamé une grève de la faim suite à laquelle il a été placé, à la même date, sous sur- veillance médicale. Il était ausculté

Décès du journaliste Mohamed Tamalt à l'hôpital Mohamed Lamine Debaghine à Bab El Oued

chaque jour par le médecin de l'éta- blissement qui mesurait sa ten- sion artérielle et sa glycémie et contrôlait les signes de déshydrata- tion et le degré de conscience», ex- plique la Direction générale de l'administration pénitentiaire. La même source ajoute que «le juge chargé de l’application des peines et le directeur de l’établisse- ment de rééducation lui ont rendu visite pour le persuader d'inter- rompre sa grève et des médecins et des psychologues sont également intervenus à cet effet mais, malgré tous les efforts consentis, il avait persisté dans sa grève». Le communiqué poursuit que «suite à une hypoglycémie, le 01/08/2016, il a été mis sous perfu- sion de glucose et son état s'est amélioré». «Le 20/08/2016, Mohamed Ta- malt présentant des difficultés de concentration, a été transféré en ur- gence à l'hôpital de Koléa où il a subi des analyses biologiques et un Scan- ner qui n'ont mis en évidence aucun dysfonctionnement», indique la même source, ajoutant que «par la suite il a été évacué au CHU Moha- med Lamine Debaghine de Bab El Oued où il a été hospitalisé au service de réa- nimation pour subir une imagerie

à résonance magnétique (IRM) qui

a mis en évidence un accident vas-

culaire cérébral (AVC) dû a une hypertension artérielle, nécessi- tant une intervention en urgence, pratiquée par un neurochirurgien». Le communiqué précise que «suite à cette intervention, le concerné a été placé sous respira- tion artificielle et son état s'est amélioré au point de reprendre conscience, de communiquer avec l'équipe médicale et de se remettre

à une alimentation normale». «Cependant, il y a dix jours les médecins ont décelé une infection pulmonaire et l'ont mis sous traite- ment, avant d'effectuer le 04/12/2016 un drainage pleural dont un échan-

tillon a été envoyé à l'institut Pas- teur», ajoute le communiqué. «Son état de santé s'est dété- rioré le dimanche 11/12/2016 en- traînant le décès», indique le com- muniqué. Lors de son hospitalisation, ajoute la même source, «sa famille

a pu suivre son état de santé et la

prise en charge médicale qui lui a été réservée, à travers six visites de son frère, une visite de sa mère, deux visites de représentants de l'ambassade de Grande Bretagne en Algérie et d'un visite de son avocat, maître Bachi Mecheri».

Le FJD et le Mouvement Nahdha décident d'établir une «alliance intégrée»

Le Front pour la Justice et le développement (FJD) et le Mouvement Nahdha ont convenu d'établir une «al- liance intégrée» qui reste ouverte aux autres formations politiques. «Le projet d'alliance entre le Mouvement Nahdha et le Front pour la justice et le développement a été adopté», a indiqué un communiqué du Mouvement Nahdha à la fin des travaux de son Majless Echoura, avant de souligner que «les démarches pour une al- liance avec les autres partenaires politiques ont été fi- nalisées». Cette alliance intervient au moment où les différents partis politiques préparaient leur participation aux pro- chaines élections de 2017 dont les législatives auxquelles

comptent prendre part les deux formations. A ce propos, le Mouvement Nahdha a appelé «les ci- toyens, les cadres et les dirigeants à une mobilisation en vue d'assurer le succès de cette alliance et de se pré- parer aux prochains rendez vous électoraux». Dans une déclaration à l'APS, le militant du FJD, Hassan Aribi, a précisé que cette alliance était une «première étape en

prévision de la participation aux législatives de 2017 d'une part, et la réalisation des grands objectifs tracés d'autre part». Il a ajouté enfin, que l'alliance «reste ou- verte aux autres formations politiques notamment celles

à tendance islamique et nationale», estimant que «le

temps est venu pour unifier les rangs et se consacrer

à l'édification de l'Etat algérien».

Exécution d'un exercice de tir réel expérimental d’un missile anti-aérien dans la 2 ème RM

Un exercice de tir réel expérimental d’un missile anti-aé-

rien, menée par l’équipage de la corvette «EZZADJER», a été exécuté dimanche, au niveau de la façade maritime Ouest, dans

la 2e Région militaire (RM), a indiqué un communiqué du mi-

nistère de la Défense nationale. «Dans le cadre de l’exécution du programme de prépara- tion au combat 2016-2017 et des essais techniques de systèmes

d’armes récemment acquis, il a été procédé aujourd’hui 11 dé- cembre 2016, au niveau de la façade maritime Ouest/ 2e RM,

à l’exécution d’un exercice de tir réel expérimental d’un mis-

sile anti-aérien, menée par l’équipage de la corvette +EZZAD- JER+, numéro de bord 922», a précisé la même source. L’exercice vise à «renforcer le niveau de coordination en- tre les différents Commandements de Forces, ainsi que l’éva- luation des capacités d’exploitation réelle des armements de missiles», a ajouté la même source, relevant qu'il s’est conclu «avec succès en atteignant la cible avec une grande précision». Il convient de souligner que «EZZADJER» avait été inauguré par le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-mi- nistre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire, le 25 août 2016, «en concrétisation du pro- gramme de modernisation de notre flotte navale pour contri- buer au développement de nos capacités de défense», a sou- ligné le communiqué du MDN.

Deux structures militaires baptisées aux noms de Chouhada à El Khroub

Le général major Ammar Athamnia, commandant de la 5ème région militaire (RM), a présidé dimanche dans la

commune d’El Khroub, wilaya de Constantine deux cérémo- nies de baptisation de deux structures militaires aux noms de martyrs de la Révolution.

L’établissement régional de maintenance et de transmis-

sion (ERMT), porte ainsi le nom du chahid A’hcene Bouziane, né le 9 septembre 1938 dans la commune de Hamma Bouziane (Constantine), et tombé au champ en décembre 1961 au cours d’une bataille survenue à la mechta de Demen Badiat Zerga, dans la commune de Beni Oulbane (Skikda). Le général major Athamnia, accompagné d’officiers supé- rieurs de la 5ème RM et d’un représentant de la Gendarme- rie nationale s’est également rendu au siège du régiment ré- gional des transmissions 95, dans la même commune, qu’il

a baptisé au nom du chahid Bachir Hedjadj. Ce chahid, natif de la commune d’El Khroub, le 24 février 1924. Il s’est intéressé depuis 1943 au militantisme en adhé-

rant au parti du peuple algérien (PPA) et était l’un des pion- niers qui ont dirigé les offensives du premier novembre 1954

à Constantine. Il est tombé en martyr en 1957. Les cérémonies, auxquelles ont également pris part des membres des fa- milles des deux martyrs, s’inscrivent dans le cadre de la

commémoration du 56 ème anniversaire des événements du 11 décembre 1960 et de la décision du ministère de la Défense nationale portant baptisation des structures de l’ANP aux noms des martyrs de la Révolution et de moudjahidine, a indiqué

le colonel Salim Gueraiche, directeur régional de la commu-

nication, de l’information et de l’orientation à la 5ème RM.

Huit casemates pour

terroristes détruites par un détachement de l'ANP à Boumerdès

Huit casemates pour terroristes et un canon de confection artisanale ont été détruits dimanche à Boumerdès par un dé- tachement de l'Armée nationale populaire (ANP), indique lundi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l'Armée nationale populaire a détruit, le 11 décembre 2016 à Boumerdès (1ère Région militaire), huit (08) casemates pour terroristes et un canon de confection artisanale», note le com- muniqué. D'autre part, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, «un détachement de l'ANP a arrêté, à Sidi Bel-Abbès (2ème Région militaire), deux (02) narcotrafiquants et saisi six (06) kilogrammes de kif traité, tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale en a saisi 23 kilogrammes à Tlemcen». Par ailleurs, des unités des Gardes-côtes «ont mis en échec, à Oran, Aïn Témouchent (2ème Région militaire) et An- naba (5ème Région militaire), des tentatives d'émigration clan-

destine de 45 personnes à bord d'embarcations de construc-

tion artisanale», ajoute le communiqué. APS

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Mardi 13 décembre 2016

M. LAKHDAR BRAHIMI :

«L'Algérie est devenue un véritable pôle de coopération interafricaine»

Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi a affirmé dimanche à Alger que l'Algérie était devenue ces dernières années un véritable pole de coopération in- terafricaine. «L'Algérie est devenue ces dernières an- nées un véritable pole de coopération interafricaine notamment dans le cadre de l'union africaine» , a sou- tenu le diplomate dans une conférence intitulée «Relations internationales et situation dans le monde:

réalité et perspectives» animée à l'école supérieure de police à l'occasion de l'anniversaire des événements du 11 décembre 1960. «L'action commune africaine

a fait ses preuves par rapport à l'action arabe com-

mune», a soutenu M. Brahimi qui rappelé la situation désastreuse qui prévaut dans le monde arabe en dé- pit du potentiel que les pays arabes recèlent en termes de ressources humaines et énergétiques. Selon M. Brahimi, l'Algérie et les pays du Ma- ghreb Arabe sont en mesure d'opérer un bond de qua-

lité en dix ans, pour peu, a-t-il dit, qu'il y ait une coor- dination entre les pays de cette région de manière à optimiser leur coopération. Entre autres atouts dont dispose l'Algérie, le confé- rencier a cité son expérience dans le domaine sécu- ritaire et en matière de lutte antiterroriste qui est de- venue un exemple pour plusieurs pays. IL a regretté le niveau actuel des relations entre l'Al- gérie et le Maroc estimant que rien ne le justifiait. Pour M. Brahimi cette «relation tendue a retardé

la construction de l'union du Maghreb arabe, qui au

demeurant n'a pas d'existence réelle». Il a proposé que le problème du Sahara occiden- tal soit laissé de coté et que l'Algérie et le Maroc enga- gent des discussions autour de questions intéressant les deux parties et qui favoriseront une dynamique de coopération et de développement. Le diplomate a cité l'exemple de la Chine et de l'Inde qui ont transcendé leur différend en signant un communiqué conjoint en 1962 reconnaissant l'exis- tence d'un conflit frontalier mais affirmant leur vo- lonté d'oeuvrer à promouvoir leur relations écono- miques qui ont atteint par la suite des milliards de dol- lars. A une question sur l'organisation terroriste au- toproclamée Etat islamique (EI/ Daech), M. Brahimi

a affirmé que 'ce ne sont pas des musulmans» car ils

sont responsables de l'assassinat de milliers de mu- sulmans dans le monde. A propos dudit printemps arabe, le conférencier a estimé qu'il s'agissait d'une explosion spontanée qui a été récupérée par certaines

parties. Les dirigeants arabes auraient du conduire ce sursaut depuis deux siècles déjà», a-t-il encore consi- déré. Pour ce qui est des manifestations du 11 décem- bre 1960, il a assuré que ces évènements ont montré

à la France, présidée par De Gaulle que les Algériens

qui étaient sortis revendiquer leur indépendance ne

voulaient pas de sa présence sur leur territoire. Pour

sa part, le directeur général de la sûreté nationale Ab-

delghani Hamel a rappelé que les événements du 11 décembre 1960 ont constitué une étape phare dans le combat du peuple algérien pour son indépendance. Pour le DGSN, cette occasion offre l'opportunité de met- tre en avant l'attachement aux nobles valeurs de la glo- rieuse révolution de libération dont «nous puisons les principes de sacrifice et de dévouement à la patrie pour en faire un modèle en termes de sécurité et de quié- tude».

ALGÉRIE - OPEP - NON OPEP

M. Boutarfa souligne le rôle de l’Algérie dans l'aboutissement de l’accord Opep-nonOpep

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa a souligné samedi soir à Vienne le rôle de l’Algérie dans le processus lancé au sein de l’Opep et rejoint par onze producteurs non-membres dans le cadre d’un accord historique, afin d’arriver à rétablir l’équilibre du marché pétrolier.

L’accord obtenu avec onze pays hors- Opep pour diminuer l’offre de 558.000 ba- rils/jour «marque l’effort extraordinaire de la diplomatie algérienne, et cela est re- connu par tous les responsables. Les ministres reconnaissent le rôle de l’Algérie et la disponibilité du président de la République Abdelaziz Bouteflika à soutenir cet accord», a déclaré le minis- tre. Selon M. Boutarfa, avec la réunion de

ce samedi, c’est un long processus qui

vient de terminer sa première phase, puisque la deuxième phase sera la respon- sabilité de chaque pays d’honorer ses en- gagements. Au terme de la réunion, 11 pays se sont engagés à réduire leur production d’environ 558.000 barils par jour à comp- ter du 1er janvier 2017. Il s’agit de l’Azerbaidjan, Brunei, Bah- rein, Guinnée équatoriale, Kazakhstan, Malaisia, Mexique, Oman, Russie, Soudan et le Soudan du Sud. Le ministre a souligné le rôle de l’Al- gérie dans le lancement du processus vi- sant à enrayer la chute des cours du brut avec l’initiative du président de la Répu-

blique Abdelaziz Bouteflika qui avait dé-

de la Répu- blique Abdelaziz Bouteflika qui avait dé- pêché des émissaires aux pays produc- teurs

pêché des émissaires aux pays produc- teurs membres et non-membres de l’Opep pour engager une action com- mune. «Avec l’organisation de la réunion extraordinaire de l’Opep à Alger, il y a eu tout un mouvement de la diplomatie al- gérienne, du Premier ministre et du mi- nistre des Affaires étrangères et les dépla- cements que j’ai eu à mener pour construire cet accord» , a-t-il relevé. M. Boutarfa a expliqué que l’accord Opep-non Opep est ouvert à d’autres

pays non-membres, tout en soulignant la contribution de pays africains à réduire l’offre. Il a affirmé que la baisse totale des pays membres et hors Opep, qui est de 1.750.000 barils/jour, «est un très bon si- gnal pour le marché». « L’objectif est d’atteindre une moyenne sur six mois 1.750.000 baril/j, il est clair que le premier trimestre 2017 sera assez difficile. Au cours du premier trimestre on pense au moins atteindre les 90% de ce qui est convenu et les pays participants se sont engagés à notifier les baisses aux compagnies «, a-t-il ajouté. Pour le Mexique, la réunion n’a pas pris en compte les 200.000 barils/j de baisse naturelle de sa production, a fait remarquer le ministre ajoutant que la réunion est arrivée à 100.000 barils/j comme participation du Mexique à cet ac- cord. Interrogé sur l’impact attendu du nouvel accord sur les cours, M. Boutarfa a indiqué que «notre objectif était d’arri- ver à un baril à 50/55 dollars, je crois qu’il sera atteint, peut-être un peu plus. Le premier semestre sera assez diffi- cile, vers le deuxième semestre on sentira nettement l’apport en matière de prix».

Les volumes de réduction par pays

 

Voici des données chiffrées sur le volume de baisse des prin- cipaux pays non-Opep qui sont parvenus, samedi à Vienne, à un accord de réduction de leur production avec l’Opep de 558.000 barils/jour, conformément à l’accord d’Alger an- noncé fin septembre dernier.

Mexique

100.000 barils/jour

Sultanat d’Oman

45.000 barils/jour

Azerbaidjan

35.000 barils/jour

Kazakhstan

20.000 barils/jour

Malaisie

20.000 barils/jour

Pays

volume de réduction 300.000 barils/jour

Guinée Equatoriale

20.000 barils/jours

Russie

Bahrein

10.000 barils/jour.

ALGÉRIE - PÉTROLE :

Alnaft chargée de mettre en œuvre la réduction de la production

L'Agence de régulation des hydrocar- bures (Alnaft) a été chargée par le minis- tère de l'Energie d'appliquer la décision de réduction de la production pétrolière du pays dans le cadre de la mise en oeu-

vre de l'accord d'Alger de limitation de la

production Opep, apprend-on auprès de ce ministère. «Par instruction du 11 décembre 2016,

le ministre de l'Energie a instruit l'Agence de régulation des hydrocarbures (Al- naft) de faire procéder par les contractants de gisements d'hydrocarbures liquides à une réduction totale de leur production d'hydrocarbures liquides de 50.000 ba- rils par jour à répartir équitablement entre tous les contractants, et ce, à comp- ter du 1er janvier 2017 pour une pre- mière période de 6 mois. Cette période

pourrait être reconductible», indique lundi le ministère de l'Energie. Pour rappel, l'Organisation des pays exporta- teurs de pétrole (Opep) avait décidé, le 30 novembre dernier à Vienne, de réduire sa production de pétrole d'environ 1,2 mil- lion de barils par jour (mbj) à 32,5 mbj à partir du 1er janvier 2017, en approbation de la proposition algérienne pour mettre en oeuvre l'accord d'Alger. Samedi dernier à Vienne, onze pays producteurs non-membres de l'Opep se sont également engagés, lors d'une réu- nion avec les membres de cette organisa- tion, à réduire leur production d'environ 558.000 barils/jour à compter du 1er jan- vier 2017. L'Opep et les onze producteurs non membres ont ainsi conclu un accord, le

premier du genre depuis une quinzaine d'années, pour agir ensemble en rédui- sant leur production d'un total avoisinant 1,8 mbj à partir de janvier 2017. Les onze pays hors-Opep qui se sont engagés à cette décision sont l'Azerbaïd- jan, Brunei, Bahreïn, Guinée équato- riale, Kazakhstan, Malaisie, Mexique, Oman, Russie, Soudan et Sud Soudan. Un Comité ministériel de suivi de l'accord du 30 novembre se dotera bien- tôt d'un mode de fonctionnement et de mécanismes pour suivre la mise en oeu- vre de l'accord. Composé de représen- tants de l'Algérie, du Koweït et du Vene- zuela et de deux représentants de pays non-Opep (Russie et Oman), ce Comité se réunira dans les jours à venir pour fina- liser les modalités de son fonctionnement.

ALGÉRIE - BRÉSIL

Exposition des premiers modèles de bijoux réalisés à l'école-pilote de taille de gemmes de Tamanrasset

Les premiers modèles de bijoux réalisés à l'école-pilote de taille de gemmes de fabrication et design de bijoux et d'artisa-

appelant à «tirer profit des connaissances des experts brésiliens qui ont formé les formateurs algériens dans ce domaine». Pour

d'amélioration de la fabrication de bijoux traditionnels et de taille de pierres précieuses» mettant en avant «la disponibilité des ex-

nat minéral à Tamanrasset ont été présentés lundi à Alger. Or- ganisée par l'ambassade du Brésil, cette opération s'inscrit dans

sa part, l'ambassadeur du Brésil à Alger, Eduardo Botelho Bar- bosa a salué, la qualité du produit réalisé par des artisans ayant

perts de son pays à accompagner les artisans algériens dans ce domaine». Le directeur de la Chambre de l'artisanat et des mé-

le

cadre de l'accord de coopération technique entre l'Algérie et

bénéficié d'une formation et d'un encadrement assurés par des

tiers de Tamanrasset, Laïdani Mourad, a souligné quant à lui

le

Brésil visant le transfert des connaissances et d'expertises dans

experts brésiliens». M. Barbosa a indiqué que cette «réalisation

l'importance de cette «coopération dans l'accompagnement des

le

domaine de production de gemmes lapidées de bijoux et d'ar-

est le fruit d'une coopération entre l'Algérie et son pays pour le

artisans à travers le transfert des connaissances et d'expertises

tisanat minéral. Quatre vingt (80) artisans en gemmologie et

développement socio-économique de cette région», insistant

à même de leur permettre d'améliorer la qualité du produit et

dans la taille de pierres précieuses et semi-précieuses ont été formés dans cette école-pilote qui a ouvert ses portes en 2013 dans le cadre de ce partenariat. La ministre déléguée chargée

sur la nécessité de «tirer profit des techniques de son pays no- tamment dans le domaine de la conception, de la décoration et de la taille de pierres précieuses tout en préservant le carac-

d'accéder au marché international». Outre la taille de gemmes de fabrication et design de bijoux et d'artisanat minéral, le pro- gramme de formation porte également sur la transformation

de

l'artisanat, Aïcha Tagabou a affirmé dans une allocution l'im-

tère traditionnel de la région de Tamanrasset».

des pierres en objets domestiques. A l'issue de cette rencon-

portance du «renforcement de la coopération et du partenariat avec le Brésil pour le développement du produit artisanal al-

La formation dans le domaine des coopératives «sera ren- forcée et 24 stagiaires algériens seront envoyés au Brésil pour

tre, les participants ont adressé un message de remerciement et de gratitude au président de la République, Abdelaziz Bou-

gérien notamment en matière de fabrication de bijoux et de taille

approfondir leurs connaissances et expertises dans la taille de

teflika pour les efforts consentis en vue d' encourager les arti-

de

pierres précieuses».

pierres précieuses», a-t-il ajouté. La sous directrice de l'Agence

sans à atteindre un haut niveau de professionnalisme et d'ex-

La ministre a salué dans ce cadre le «niveau du produit ex- posé à l'ambassade du Brésil et réalisé par les stagiaires de l'école»,

brésilienne de coopération à Alger, Indira Natson a souligné, de son coté, l'importance de la «concrétisation du projet

cellence. Un cadeau symbolique lui a été offert à cette occasion. APS

Mardi 13 décembre 2016

ECONOMIE

DK NEWS 7

SELON L’ONS

Recul de l'activité commerciale au 2 e trimestre 2016

L'activité commerciale a enregistré une baisse au deuxième trimestre 2016, notamment dans le commerce de l'agro-alimentaire, des combustibles ainsi que des machines et du matériel d'équipement, indique l'Office national des statistiques (ONS).

Selon une enquête-sondage d'opi- nion menée par l'ONS auprès de 533 entreprises commerciales (tous sec- teurs juridiques confondus), la plu- part de ces commerçants enquêtés se plaignent de l'indisponibilité des pro- duits, des délais d'approvisionne- ments qui sont longs ainsi que de la lenteur des formalités d'acquisition de marchandises. Près de 68% des grossistes et plus de 93% des détaillants interrogés relè- vent avoir enregistré des ruptures de stocks de produits, notamment pour le commerce des machines et maté- riels d'équipements. En outre, près de 32% des grossistes et 73% des détaillants touchés par cette enquête se sont approvisionnés auprès du secteur privé uniquement, principalement ceux de l'agro-ali- mentaire, des textiles, habillement et cuirs, des machines et matériel d'équipement. Par ailleurs, plus de 45% des gros- sistes et plus de 23% des détaillants se sont approvisionnés auprès des sec- teurs public et privé à la fois, notam- ment ceux de la droguerie, quincaille- rie, appareil électroménager et parfu- merie (DQAEMP). Quant aux prix d'acquisition des produits, ils ont été jugés plus élevés, selon 57% des gros- sistes et près de 92% des détaillants,

selon 57% des gros- sistes et près de 92% des détaillants, notamment ceux des combustibles et

notamment ceux des combustibles et lubrifiants, des matières premières et demi produits, des textiles et des machines et matériels d'équipements, tandis que les prix des produits DQAEMP ont été considérés moins élevés. Près de 81% des grossistes et 95% des détaillants enquêtés ont acheté leurs marchandises en pre- mière main, alors que près de 19% des grossistes, notamment ceux des tex- tiles et des matières premières et demi produits, les achètent en deuxième ou troisième main. Concernant le taux de satisfaction des commandes en

produits, il est jugé supérieur à 50% par rapport aux besoins exprimés, selon près de 55% des grossistes et 80% des détaillants, notamment ceux de l'agro-alimentaire et des textiles. Pour les prix de vente, ils ont été jugés élevés par rapport à ceux du 1er trimestre 2016, selon 91% des détail- lants et 31% des grossistes, notam- ment pour les matières premières et demi produits, les textiles, les machines et matériels d'équipements. En ce qui concerne la distribution, plus de 96% des détaillants interrogés et 85% des grossistes disposent de leurs propres moyens de transport, alors que plus de 21% de ces grossistes déclarent avoir rencontré des difficul- tés de transport, notamment ceux des machines et matériel d'équipement et des matières premières et demi pro- duits. Quant à l'état de la trésorerie, il est jugé «moyen» par plus de 77% des grossistes et plus de 88% des détail- lants, note l'enquête qui relève que près de 84% des grossistes et près de 89% des détaillants ont recouru à des crédits bancaires, notamment les commerçants des combustibles et lubrifiants, des machines et matériel d'équipement. La majorité des gros- sistes et près de 80% de détaillants concernés n'ont pas eu des difficultés à contracter ces crédits.

CÉRÉALES :

Baisse de la facture d'importation mais hausse des quantités

La facture d'importation des céréales (blé, maïs et orge) a baissé de plus de 18% durant les dix premiers mois de 2016, en dépit d'une hausse des quantités importées, a appris l'APS auprès des Douanes. La facture d'importation des céréales a reculé à 2,31 milliards de dollars (mds usd) entre janvier et octobre 2016, contre 2,85 mds usd sur la même période de 2015, soit un recul de 18,62%. Mais les quantités importées ont connu une légère augmentation en s'établissant à 11,28 millions de tonnes (Mt) contre 11,20 Mt (+0,7%), précise le Centre national de l'infor- matique et des statistiques des douanes (Cnis). Les céréales qui ont vu leurs quantités importées

augmenter sont le blé dur et l'orge contrairement au blé tendre et au maïs. Par catégorie de céréales, la facture d'impor- tation du blé (tendre et dur) a reculé à 1,51 milliard usd contre 1,97 milliard usd (- 23,2%), pour des quantités de 6,93 Mt contre 6,92 mt (+0,11%). Pour le blé tendre, la facture d'importation s'est amenuisée à 1,03 mil- liard usd contre 1,38 mil- liard usd (-25,8%), alors que les quantités importées ont baissé à 5,34 Mt contre 5,65 Mt (-5,53%). Concernant le blé dur, la facture a baissé à 489,23 millions usd contre 590,32 millions usd (-17,12%), avec une hausse des quantités importées qui se sont éta- blies à 1,6 Mt contre 1,27 Mt (+25,2%). Quant au maïs, les

importations se sont chif- frées à 665,08 millions usd contre 722,27 millions usd (- 7,92%) avec un volume importé de 3,57 Mt contre 3,60 Mt (-0,8%). Pour l'orge, l'Algérie en a importé pour 135,54 mil- lions usd contre 150,26 mil- lions usd (-9,8%) avec une quantité de 767.734 t contre 667.819 t (+14,96%). La baisse de la facture d'impor- tations des céréales malgré la hausse globale des quan- tités importées s'explique par le recul des cours sur les marchés mondiaux des céréales. Il est constaté que durant les huit premiers mois de 2016, le prix moyen à l'im- portation par l'Algérie du blé dur est passé à 311 dol- lars/tonne (usd/t) contre 461 usd/t sur la même période

de 2015, en baisse de plus de 32%. Pour le blé tendre, le prix moyen à l'importation s'est établi à 192 usd/t contre 251 usd/t, en recul de plus de 23% entre les deux périodes comparaison. Même ten- dance pour le maïs dont le prix moyen à l'importation par le pays a été de 185 usd/t contre 202 usd/t, en repli de 8%. Dans son dernier rap- port, la FAO a mis à jour ses prévisions lequelles pré- voient que les réserves céréalières mondiales atteindront un niveau record d'ici la fin des cam- pagnes agricoles de 2017. Cette agence de l'ONU s'attend à ce que les stocks de céréales augmentent pour atteindre les 670 mil- lions de tonnes, soit une hausse de 1,4% par rapport à la saison précédente.

SIDI BEL-ABBES

L'importance de l’intégrité et de la transparence

dans le domaine des marchés publics mise en exergue

Les participants à une journée d’étude et d’information sur la concur- rence dans les marchés publics, ont in- sisté dimanche sur l’importance de l’intégrité et de la transparence dans le domaine des marchés publics pour protéger les deniers publics. Des universitaires, économistes et cadres de la direction locale du com- merce ont affirmé que le système des marchés publics est le meilleur en ma- tière d'exploitation des deniers publics sur lesquels s'appuie l’économie natio- nale pour relancer le développement, d’où l’importance d’intégrité et de transparence dans la passation des marchés publics. L’universitaire Me-

barek Mohamed de la même faculté a indiqué, dans sa communication sur les marchés publics en Algérie, que l'éco- nomie algérienne a injecté, depuis près de 15 ans, de grandes sommes dans le domaine du développement et a doté le volet financement d'une loi sur les marchés publics, ajoutant que le légis- lateur algérien a oeuvré à mettre e place un système juridique harmo- nieux régissant le travail contractuel dans toutes ses formes, définissant les instruments de ces contrats, accor- dant des avantages à ce qui sert l'inté- rêt public et s’adaptant aux mutations économiques. La cheffe de service pratiques com-

merciales à la direction du commerce, Nadhéra Fethi a indiqué que l’objectif de cette rencontre est d’expliquer le rôle de la concurrence dans les marchés pu- blics, d'ouvrir un débat autour des pro- blèmes et anomalies constatés sur le marché, d'étudier la relation entre la concurrence et les marchés publics et de passer en revue les textes juridiques relatifs à la concurrence. Cette journée d’étude, initiée par la direction du commerce et la wilaya de Sidi Bel-Abbes en coordination avec la faculté des sciences économiques, de l’université «Djillalia a regroupé des commerçants, des opérateurs écono- miques et des étudiants.

ALGÉRIE - AFRIQUE

L'Algérie en passe de retrouver son destin de «grande puissance» en Méditerranée et en Afrique

L'Algérie est en passe de retrouver son destin de «grande puissance» en Méditerranée et en Afrique, a estimé le chercheur français spécialiste de la Méditerranée, Jean-Louis Guigou, affirmant que «sans bouleversements intempestifs, l'économie et les mentalités se transforment en profondeur». «L'Algérie est en passe de retrouver son destin de grande puissance en Méditerranée et en Afrique. Sans bouleversements intempestifs, l'économie et les mentalités se transforment en profondeur. Se dessine une vision ambitieuse et historique pour les Algériens, mais aussi une vision qui doit parler aux Méditerranéens, aux Africains, et aux Européens», a expliqué M. Jean-Louis Guigou, président de l'Institut de prospection économique du monde méditerranéen (Ipemed, Paris), dans une analyse publiée par le quotidien économique français La Tribune. Pour lui, «l'Algérie emprunte deux chemins qui traversent son territoire. Le premier c'est celui de l'industrialisation du nord de l'Afrique, de l'Egypte au Maroc, avec l'Algérie au centre. Le second chemin, selon un axe Nord-Sud, c'est celui de la Dorsale Transsaharienne, d'Alger à Lagos, contribuant au développement du Sahel, tout en reliant l'Afrique du Nord à l'Afrique subsaha- rienne», faisant observer que ce pays, «conscient de son retard», accélère sa diversification économique. Il a soutenu, à cet effet, que le thème de la diversi- fication industrielle est au centre des réflexions et des propositions, et «sont désormais considérées comme prioritaires les industries d'assemblage (automobile et technique), les industries de base (sidérurgie et pétrochimie), l'industrie agroalimen- taire, l'industrie pharmaceutique, et l'industrie numérique». «L'Algérie prend ainsi, progressivement, avec une place centrale grâce à sa position géographique et à l'abondance de ces matières premières et énergé- tiques, le chemin de l'industrialisation de la rive Sud de la Méditerranée», a-t-il affirmé, considérant que «la Ruhr du XXIe siècle pourrait être nord-afri- caine». D’après lui, «il y a bien un mouvement historique, de grande ampleur, qui positionne le Nord de l'Afrique comme la grande zone industrielle en com- plément de l'Europe» et qui est entretenu et accéléré par le dynamisme «extraordinaire» des entrepre- neurs locaux qui amènent les Allemands à s'interro- ger «l'Afrique sera-t-elle l'Asie du XXIème siècle?». Le président de l’Ipemed a expliqué ce mouve- ment industriel par les «nouveaux comportements» des entrepreneurs européens qui commencent, selon lui, «à comprendre les bienfaits de la copro- duction et du partenariat, avec un pied au Nord et un pied au Sud de leur chaîne de valeurs». Il a soutenu également que ce mouvement est «fortement» accéléré par les Chinois qui vont délo- caliser 85 millions d'emplois manufacturés en Afrique, et se positionner sur la rive sud de la Méditerranée pour approvisionner l'Europe. Ce qui lui laisse indiquer que l'Algérie «entend profiter de ce mouvement, tant ses richesses minières et humaines et sa +profondeur+ africaine lui attribuent un rôle stratégique», soulignant que ce premier chemin d'industrialisation est «d'autant plus pertinent pour engager le pays qu'il se croise avec un deuxième chemin Nord/Sud que les Algériens veulent et vont construire». Il a précisé que ce second chemin, en chantier, est celui du transport, de la logistique de la communica- tion, des connections gazières, et du développement du Sahel. Cependant, il a estimé que pour mener à bien ce grand projet géopolitique d'une «Algérie à la croisée des chemins», elle doit surmonter trois difficultés:

faire revenir ses élites de France, d’Europe et d’Amérique, retrouver le chemin de l'intégration et de la coopération maghrébine et «réconcilier», enfin, ces deux pays amis, la France et l'Algérie. «Les Algériens et les Français sont à la Méditerranée ce que les Allemands et les Français sont à l'Europe: des frères ennemis qui doivent rede- venir de vrais bons amis capables de construire ensemble leur avenir mais aussi l'avenir au sein d'un ensemble Afrique-Méditerranée-Europe, transfor- mant les relations Nord/Sud en relations de confiance, de coproduction, et de mobilité générali- sée», a-t-il recommandé.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mardi 13 Décembre 2016

ANNABA Le groupement SETO-Nadjib Allaoua remporte le 1er prix du concours d'idées pour l'aménagement du site Béni M'hafer

Le groupement de bureaux d’étude SETO- Nadjib Allaoua a remporté le premier prix du concours d’idées pour l’élaboration d’étude d’un plan d’aménagement du pôle urbain intégré de Beni M’hfar d’Annaba, a- t-on constaté. Les résultats de ce concours d’aménagement du site Béni M’hafer, sis au centre ville de la Coquette, récupéré après l’évacuation des habitations précaires et le relogement des 622 familles qui y rési- daient, ont été donnés samedi soir. Le bureau d’étude «Marhou Mohamed

Larbi» a décroché le deuxième prix alors que

la troisième place de ce concours, premier

du genre dans cette wilaya, est revenue au bureau d’étude «Hafiane Abderahim». La communication des résultats de ce

concours qui a vu la participation de 12 bu- reaux d’étude dont deux de statut public,

a eu lieu après délibération du jury présidé

par le wali, M. Youcef Chorfa et composé de 21 membres (représentants du ministère de l’Habitat, de l’université, des Assemblées élus, et de la société civile entre autres). En plus du prix attribué au premier lau- réat (environ 1 million de dinar) de ce concours, la conception architecturale lau- réate constituera une référence dans l’ur- banisation du site Béni M’hafer, implanté en plein coeur d’Annaba et qui s’étend sur une surface de six (6) hectares, a-t-on pré- cisé. La conception consacrée, au titre de ce concours, a relié l’aspect historique de ce site antique remontant à 1847 au design archi- tectural moderne tout en incluant le volet en rapport avec la rentabilité à travers les équipements de services qui seront propo- sés. En plus des groupements promotionnels haut standing proposés, la conception pré- voit également des structures commer- ciales, des espaces d’apprentissage de l’ar- tisanat et de la musique en signe de recon- naissance aux artistes du Chaâbi et du malouf qui ont vu le jour et grandi à Beni M’hfer. Les travaux de construction de ces sites seront lancés conformément au modèle architectural, lauréat du concours, «dans le courant de l’année 2017 après la finalisation de toutes les procédures administratives et techniques nécessaires», a-t-on révélé.

MÉDÉA

Remise de clefs de 112 logements LSP à Berrouaghia

Une cérémonie de remise des clefs de logements sociaux participatifs (LSP) a été organisée, dimanche à Berrouaghia, à l’occasion de la célébration du 56è anni- versaire des manifestations du 11 décem- bre 1960. Des décisions d’affectation de lo- gements LSP ont été remises à 112 bénéfi- ciaires, issus de la commune de Berroua- ghia, à 35 km à l’est de Médéa, lors de cette cérémonie commémorative. Avec cette nouvelle attribution, le nom- bre global de logements distribués dans la commune de Berrouaghia, au cours du 2è semestre de l’année en cours, a atteint 516 unités, dont 156 logements LSP et 360 lo- gements publics locatifs.

APS

GHARDAÏA

La filière laitière s’est développée ces dernières années dans la wilaya de Ghardaïa jusqu’à faire figure de référence, au regard de son essor remarquable.

La filière laitière s’est développée jusqu’à devenir une référence

Cette dynamique a été favorisée par l’application des différents dispositifs et me- sures incitatives de soutien, l’importation de génisses de races laitières, la moderni- sation du système d’élevage en équipant les étables de matériels techniques appro- priés à la production laitière, l’autonomie alimentaire du bétail par l’encouragement de la production fourragère dans les grands périmètres agricoles au sud de la wilaya, riches en potentiel hydrique et favorable à l’agriculture irriguée sous pivot, ainsi que par la mise en place d’un système de collecte du lait cru. Malgré les aléas climatiques, l’élevage laitier occupe une place prépondérante dans la structure sociale et l’économie lo- cale des habitants de la wilaya de Ghardaïa où l’élevage traditionnel était déjà l’une des

principales activités de la population avec un nomadisme très répandu, avant que des investisseurs de la région de Guerrara se lancent dans l’agropastoral et créent une première mini-laiterie en 1998, selon les in- formations recueillies auprès des services

vétérinaires de la wilaya. Après le succès indiscutable réalisé par cette mini-laiterie dans la région de Guer- rara, devenue ensuite le bassin laitier de la wilaya, sept autres laiteries ont été créées depuis et la production de lait cru y est pas- sée de 2.535.312 litres de lait naturel cru en 2000 à plus de 8.634 762 de litres en 2011, pour d’atteindre les 10.718.523 litres en 2015, soit une augmentation de plus de 500 %, a-t-on fait savoir. Selon les explications du responsable des statistiques à la direction des services agri- coles (DSA), Khaled Djebrit, cette évolution positive de la production laitière dans la wi- laya de Ghardaïa résulte de plusieurs fac- teurs aidants, mis en place par les pouvoirs publics au profit des éleveurs qui ont rompu avec le mode traditionnel pour s’impliquer d’avantage dans la filière lai- tière génératrice de revenus.

Les éleveurs encouragés à s’intégrer dans le processus de production Les mesures incitatrices mises en place par l’Etat ont encouragé de nombreux éle- veurs de la région à s’intégrer dans le pro- cessus de production de lait et ont égale- ment poussé les industriels et autres agri- culteurs privés à investir dans la filière lait et l’aliment de bétail. L’élevage bovin a connu une remar- quable augmentation et ce, par l’augmen- tation du nombre d’éleveurs, l’achat de gé- nisses d’importation et aussi par l’encou- ragement, dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) à s’orienter vers l’agricul- ture, a-t-il fait remarquer. La diversification et l’intensification de la production céréalière, du maïs et de la luzerne, dans les régions de Hassi-Lef- hal et El-Menea au sud de Ghardaïa et à

de Hassi-Lef- hal et El-Menea au sud de Ghardaïa et à Guerrara au Nord, a été

Guerrara au Nord, a été un choix stratégique pour répondre aux multiples attentes de la filière lait en pleine mutation, a souligné de son coté le président de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) à Ghardaïa, Hadj Kada. Cela a permis aux grands agriculteurs d'aborder de manière professionnelle le dé- veloppement de leurs produits et l’optimi- sation des circuits de commercialisation de l’aliment de bétail et de s’intégrer également dans le circuit de la filière lait, a-t-il ajouté. L’effectif des vaches laitières est passé de 1.600 en 2009 à 3.000 en 2015, tandis que le cheptel caprin laitier est estimé actuelle- ment à plus de 86.000 chèvres et le chep- tel camelin laitier à 5.275 chamelles, d’après les statistiques de la DSA de Ghardaïa. Cet effectif de bétail laitier, toutes espèces confondues, a produit quelques 12 mil- lions de litres de lait cru «bio» en 2015 dans la wilaya de Ghardaïa qui ambitionne d’accroitre la production de lait, signale-t- on à la DSA. La wilaya a atteint l’autosuffisance en matière de production de lait cru de vache et de chèvre «bio» pasteurisé et exporte vers d’autres wilayas, notamment Ouargla et Ta- manrasset, ont affirmé les responsables de la direction du commerce de Ghardaïa. Les efforts déployés dans l’encadre- ment de l’élevage laitier ont eu, d’une ma- nière générale, des conséquences remar- quables sur le développement de la produc- tion laitière, tant qualitativement que quantitativement.

Favoriser l’investissement dans la pro- duction laitière La production de lait dans la région de Ghardaïa entre dans la logique d’autosuf- fisance alimentaire, et l’objectif actuel est de favoriser l’investissement pour des pro- jets de coopératives laitières et de dévelop- per la filière, de la pérenniser et d’accroî-

tre la production tout en garantissant la qualité des procédés de pasteurisation, affirment les responsables de la wilaya. La région de Ghardaïa dispose d'énormes potentialités lui permettant d'être une des- tination privilégiée pour les hommes d'af- faires désireux d'investir dans le secteur agro-industriel, et la filière lait regorge d’op- portunité d’investissement, a-t-on estimé. Grâce à son importante infrastructure routière, en plus de sa proximité des wilayas de l’extrême sud et des grands centres ur- bains (Ouargla, El-Bayadh et Hassi-Rmel, entre autres), cette région s'est érigée en un véritable pôle agro-industriel au niveau na- tional et est également dotée d'un savoir- faire local en matière de systèmes de pro- duction, de mini-laiteries privées, outre une forte présence d'associations profession- nelles agricoles qui jouent un rôle crucial en matière d'encadrement agricole, ont-ils expliqué. Dans ce cadre, le wali de Ghardaïa, Azzedine Mechri, a fait savoir qu’une super- ficie de 22.000 hectares sera attribuée à des partenaires étrangers, en vue d’accroître la production de lait cru et la fabrication de produits dérivés. Si la production de lait dans la wilaya ré- pond en totalité à la demande locale, il est temps de penser à réduire la facture d’im- portation et d’exporter vers les pays subsa- hariens, a-t-il souligné lors de nombreuses rencontres avec le tissu associatif et respon- sables locaux. La filière laitière a permis, dans la wilaya de Ghardaïa, la création de prés de 600 em- plois permanents à travers huit unités de pasteurisation, à Guerrara, Ghardaïa, Mét- lili, El-Menea et Daya Ben Dahoua (1 cha- cune), en plus du réseau de collecte et de distribution dans la wilaya. Une autre unité de Laiterie sera ou- verte prochainement dans la localité de Zel- fana, a-t-on appris auprès des services de la wilaya.

LE WALI D'ALGER, ABDELKADER ZOUKH

Nous envisageons de transformer le "Parc Dounia" en un projet vital de divertissement en 2017»

Le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, a affirmé que les ser- vices de la wilaya envisagent

"Parc Dounia" afin de le pro- mouvoir au niveau que celui de la Promenade Les Sablettes

la wilaya d'Alger tablait sur cet espace de divertissement pour "accueillir les familles algé-

blié dans son numéro 69 en date du 6 décembre 2016, le décret exécutif n° 16-300 en

de transformer le "Park Dounia" en un projet vital qui sera récep- tionné la saison touristique

d'ici à la prochaine saison tou- ristique", a indiqué M. Zoukh lors d'une tournée samedi pour

roises en quête de lieux de loi- sirs et de divertissement". Il a rappelé qu'après la signa-

date du 23 Safar 1438 correspon- dant au 23 novembre 2016 por- tant dissolution de l'Agence de

2017.

s'enquérir des travaux de réali-

ture du décret exécutif, des bu-

promotion du parc les Grands

Après la signature par le Premier ministre du décret exécutif portant transforma- tion de la gestion des parcs de la wilaya d'Alger, "notre objec- tif consiste à réaménager le

sation d'une station pour un "système d'irrigation" des es- paces verts au "Park Dounia" dans la commune de Dely Ibra- him (Alger). Il a précisé à ce propos, que

reaux d'études ont été chargés de formuler des propositions de projets qui concernent l'aména- gement pour assurer de meil- leures prestations au citoyen. Le journal officiel avait pu-

Vents et transfert de ses biens, droits et personnels vers l'Office des parcs des sports et de diver- tissement de la wilaya d'Alger.

Mardi 13 décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

Durant la période du 11 au 12 Décembre 2016 arrêté ce matin à 08 heures (les dernières 24 heures) les unités de la protection civile ont enregistré 2779 interventions, dans les différents types d’interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuations sanitaire, extinction d’incendies et dispositifs de sécurité… etc.

PROTECTION CIVILE

2779

interventions en 24h

etc. PROTECTION CIVILE 2779 interventions en 24h Plusieurs accidents de la circula- tion ont été

Plusieurs accidents de la circula-

tion ont été enregistré durant cette pé- riode dont 02 accidents ayant causé

04 personnes décédées sur les lieux

d’accidents et 01 autre blessé, traitées sur place puis évacués vers les struc- tures hospitalières par les éléments

de la protection civile. Le bilan le plus à été enregistré au niveau de la wilaya de Mostaganem avec 03 décédées et

01 autre blessé, suite à un dérapage

d’un véhicule léger en percutant un ar- bre, survenue sur la Rn n° 90 Commune d’Oued El Khire. Par ailleurs, ce qui concerne les in- terventions liées aux festivités du Maw- lid Ennabaoui, les unités de la Protec- tion Civile, ont procédés à l’extinction de 07 incendies d’habitation et divers, ainsi que la prise en charge et le pro- digue de soins à 01 personne blessé par les pétards et 01 personne incommodée par la fumé suite à des incendies, dans les wilayas d’Alger et Médea. Au niveau de la wilaya d’Alger, Ex- tinction de 05 Incendies de maison dans les communes de :

Commune de Bab El Oued à 18h14, extinction d’un incendie qui s’est dé- claré au niveau d’un Balcon à la Rue Co- lonel Lotfi, commune de Sidi Moussa à 20h08 extinction d’un incendie qui s’est déclaré dans une chambre à la cité El Mektoub, Commune de Bir Kha-

dem à 20h16 extinction d’un incendie de Palmerais, Commune de Mohamed Belouizdad à 21h03 extinction d’un in-

cendie qui s’est déclaré au niveau d’un Magasin de vente de pièce de rechange, Commune de Bir Touta à 22h23 ex- tinction d’un incendie qui s’est dé- claré au niveau d’un balcon d’une ha- bitation au Haouch El Ganouz, Com- mune de Cheraga à 20h35, nos secours

ont prodigué les premiers soins d’ur- gence à un enfant blessé par un pétard

au niveau de l’oreille puis évacuée vers l’hôpital de Béni Messous. Au niveau de la wilaya de Médea, nos secours ont pro- cédés à l’extinction de 02 incendies, le premier s’est déclaré au niveau d’une habitation à la cité El Dameyat à 21h43, cette incendie à causé des gênes respi- ratoire à 01 personne traité sur place puis évacuée vers l’hôpital locale, le 2ème incendie ;, il s’agit d’un incendie d’une citerne en plastique et de pneu- matique usé à la cité Thniet El Hadjr.

6 incendies causés par les produits pyrotechniques

Les services de la Pro- tection civile de la wilaya d'Alger ont enregistré dans la nuit de dimanche 18h à lundi 8h, six incen- dies dans différentes communes d'Alger causés par les produits pyrotech- niques utilisés à l'occa- sion du Mawlid Enna- baoui, a indiqué le chargé d'information auprès de ces services, le lieutenant Khaled Benkhalfallah. Le lieutenant Khaled Benkhalfallah a précisé à

l'APS que «ces incendies causés par les produits pyrotechniques ont éclaté au niveau de certains bal- cons et cours de maisons dans différentes com- munes de la capitale (Bir- touta, Belfort (El Har- rach), Bab El Oued) et dans un hangar de fabri- cation de poteries aux Eucalyptus», a-t-il indi- qué précisant «que ces derniers n'ont fait aucune victime». Dans la commune de

Staoueli, un enfant de 11 ans blessé par ces pro- duits dangereux a été éva- cué par les services de la Protection civile à l'hô- pital de Beni Messous. Concernant les acci- dents de la route, les mêmes services ont enre- gistré dimanche soir (22h 8mn) un accident de la circulation au niveau de l'autoroute Alger est-Dar El Beida, «qui a coûté la vie à un passant (Bouasla Hocine Benbachir)».

ORAN 11 «harraga» interceptés au large de Cap Falcon

Onze candidats à l'émi- gration clandestine ont été interceptés dimanche au large de Cap Falcon par les gardes-côtes de l’unité d’Oran, a-t-on appris de ce corps de sécurité. Ces «harraga» ont tenté leur aventure à quatre heures du matin à bord d’un zodiac pneumatique. Ils ont été interceptés à 4 miles au nord de Cap Falcon (Aïn EL Turck), a indiqué la même source. Ils avaient profité de la clémence du ciel, ces dernières quarante huit heures, pour tenter la traver- sée en mer, avant d'être in- terceptés par une patrouille des gardes-côtes. Après les formalités d’usage, ces individus ont été remis aux services de la Gendarmerie nationale pour être traduits ensuite en jus- tice, a-t-on ajouté de même source.

ACCIDENTS DE LA ROUTE:

8 morts et 4 blessés en 2 jours

Huit (08) personnes sont mortes et quatre autres ont été blessées, dans 6 acci- dents de la route, durant

deux jours, à travers le ter- ritoire national, selon un bilan de la Protection ci- vile rendu public dimanche. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Blida, avec 4 personnes décédées et une autre blessée, suite à trois accidents de la circulation,

a

précisé la même source. Le premier accident a

eu lieu sur la RN n°01, dans

la comme de Chiffa (daïra

de Mouzaïa), suite à une collision entre un véhicule léger et un camion faisant deux morts et le 2ème acci- dent a lieu sur la RN n°01, dans la commune et daïra de Boufarik, suite à un dé- rapage d'une motocyclette, percutant une camionnette, qui a causé le décès d'une (01) personne et un autre blessé. Le 3ème accident a eu lieu sur la RN n°08 au lieu- dit Tabarent, dans la com- mune et daïra de Larbaâ,

dit Tabarent, dans la com- mune et daïra de Larbaâ, causant la mort d'une per- sonne,

causant la mort d'une per- sonne, heurtée par un véhi-

commune de Bourached (daïra de Djelida), ayant

cule léger.

causé le décès d'un nou-

Par ailleurs, les unités de la Protection civile ont en- registré 2.459 interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des acci- dents de la circulation, ac- cidents domestiques, éva- cuations sanitaire, extinc- tion d'incendies et disposi- tifs de sécurité. Les secours de la Pro- tection civile de la wilaya d'Aïn Defla sont interve- nus pour l'extinction d'un incendie qui s'est déclaré dans une habitation, sise au lieudit Tiamim, dans la

veau né (carbonisé). En outre, les unités de la Protection civile de la wilaya d'El Bayadh sont intervenus pour prodiguer des soins de première urgence à trois personnes incommodées par le monoxyde de car- bone (CO), émanant d'un appareil de chauffage à l'in- térieur de leur domicile, sis au village Oum Djerabia, dans la commune de Boua- lem. Les victimes ont été prises en charge, puis trans- férées dans un état «satisfai- sant» vers l'hôpital local.

AFFAIRE DU BARON DE DROGUE ÉVADÉ DE PRISON:

La Cour d'Alger examinera l'appel le 15 janvier prochain

La Cour d'Alger examinera, le 15 janvier prochain, l'appel relatif à l'affaire du baron de drogue, dit «Ous- sama Escobar», poursuivi pour «évasion de la prison d'El Harrach et d'autres affaires liées au trafic de drogue», a-t-on appris dimanche auprès de la Cour d'Alger. Le tribunal de Première Instance d'El-Harrach avait prononcé en octobre dernier des peines allant de l'acquittement à 5 ans de prison ferme, à l'encon- tre du baron de drogue évadé et de 18 autres incul- pés dont son avocate. Les accusés sont poursuivis no- tamment pour les chefs d'inculpation de «constitu- tion d'association de malfaiteurs, complicité et as- sistance à un détenu dans son évasion et corruption». Le principal accusé, H. Oussama, âgé de 27 ans, avait été condamné à 5 ans de prison ferme assortie d'une amende de 100.000 dinars pour association de malfaiteurs et évasion de prison. Le tribunal avait condamné également son avocate ½ Zahira. L «, ac- cusée de complicité d'évasion à 5 ans de prison ferme. Lors de son procès, le baron de drogue avait donné tous les détails sur l'opération de son évasion, avec la complicité de son ami Ferhat, de son avocate et de gardiens de la prison.

MOSTAGANEM

Plaidoyer pour la réalisation d’un réseau national de soutien à la création d'entreprises à caractère social

Les participants au forum euro-méditerranéen de l’entreprenariat social ont plaidé dimanche à Mos- taganem pour la réalisation d'un réseau national de soutien à la création d'entreprises à caractère social. Ce réseau, ont-ils soutenu, doit comprendre dif- férentes instances publiques et privées outre la so- ciété civile, appelant à mettre en place un pro- gramme uniformisé pour un meilleur effet social de ce genre d’entreprises à moindre coût. Les participants au forum ont insisté également sur un environnement propice pour encourager la création d'entreprises à caractère social. Les recommandations ont porté aussi sur la création d'une école de formation dans le domaine de l’entreprenariat social et la mise en place d'un ca- dre juridique pour le financement des entreprises sociales (financement participatif par dons, bancaire ou investissement privé), ainsi que sur l’échange d'ex- périences entre acteurs activant en entreprenariat social en Algérie, France, Portugal, Grande Bretagne, Tunisie et Maroc qui ont participé à ce forum, l'amélioration de l'intervention au profit des entre- preneurs sociaux et l'encouragement du partenariat. Des expériences pilotes en matière de soutien à l’entreprenariat social en Algérie ont été présentées dont celui de l’Agence de développement social (ADS) et autres de France, Portugal, Grande Bretagne, Tunisie et Maroc. Huit projets en matière d’entre- prenariat social ont été présentés relatifs à l’intégra- tion de la femme célibataire dans la société, l'orien- tation des jeunes algériens, le tourisme à Mostaga- nem en hiver et en été, les problèmes des pêcheurs et la fuite des cerveaux, entre autres. Cette rencontre, à laquelle ont pris part 70 jeunes des pays précités, est initiée par la Société algérienne spécialisée en formation et consulting et en entre- prenariat social «MEDAFCO», en collaboration avec le programme européen «Seed euromed» et l’ambas- sade de Grande Bretagne en Algérie. Vingt-cinq (25) jeunes d'Algérie, du Maroc et de Tunisie ont bé- néficié, dans les deux derniers jours, d’une session de formation à Mostaganem, dans le cadre du forum, sur les modalités de création d’une entreprise à ca- ractère social.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 13 Décembre 2016

MÉDITERRANÉE

6 morts et 1.164 personnes secourues dimanche

MÉDITERRANÉE 6 morts et 1.164 personnes secourues dimanche Six personnes sont mortes et 1.164 autres ont

Six personnes sont mortes et 1.164 autres ont été secourues dans des opérations de sauvetage d'embarcations en détresse di- manche en Méditerranée, ont an- noncé les gardes-côtes italiens. Les gardes-côtes, l'opération navale de l'UE EU NAVFOR MED et des navires de la Marine ita- lienne ont été déployés ainsi que l'Aquarius, navire de secours af- frété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), pour secourir des migrants à bord

SELON L’OCDE

245 millions de personnes vivent hors de leur pays d’origine

de six canots pneumatiques et d'un bateau en bois se trouvant en difficulté au large de la Libye. L'Italie a déjà vu débarquer sur ses côtes un record de plus de 173.000 migrants cette année, se- lon les données enregistrées jusqu'au début de la semaine der- nière par le ministère de l'Inté- rieur. Selon l'ONU, au moins 4.700 personnes sont mortes ou dis- parues cette année en tentant la traversée de la Méditerranée.

Les personnes vivants hors de leur pays d’origine sont estimés à quelque 245 millions, avec une augmentation, en l’espace de 20 ans, d’environ 85 millions de mi- grants internationaux, a indiqué lundi l’OCDE. «La proportion de personnes qui vivent en dehors de leur pays d’origine est passée de 2,7 % de la population mondiale en 1995 à

3,3 % en 2015, soit, en l’espace de 20 ans, une augmentation d’environ 85 millions de personnes qui a porté à quelque 245 millions le nombre total de migrants interna- tionaux», a-t-elle précisé dans un rapport intitulé «Perspectives du développement mondial 2017 :

Les migrations dans un monde en

mutation»,estimantqu’une«meil-

leure» coordination internationale «pourrait permettre de tirer davan- tage parti des migrations au niveau mondial».

L’Organisation de la coopéra- tion et du développement écono- miques, basée à Paris, a expliqué que si nombre de régions en déve- loppement connaissent un dyna- misme économique grandissant, les flux migratoires internatio- naux «ne se déplacent pas pour au- tant vers ces nouveaux pôles de croissance mais convergent plutôt vers les économies avancées».

Sonrapport,quiétudiel’impact des migrations sur les pays en dé- veloppement et examine les poli- tiques qui peuvent aider à en maxi- miser les avantages et à stimuler le développement, montre que, si la part des migrants mondiaux venant de pays en développe- ment est restée «assez stable» au cours des 20 dernières années, aux alentours de 80 %, la part des migrants de pays en développe- ment qui se dirigent vers des pays à revenu élevé «a fait un bond, passant de 36 % à 51 % du total mondial». Cet organisme, dont la mis- sion est d’offrir aux gouverne- ments un forum pour conjuguer leurs efforts, partager leurs expé- riences et chercher des solutions

àdesproblèmescommuns,faitob-

server que malgré la croissance économique rapide qu’enregis- trent beaucoup d’économies en développement, «l’écart moyen de revenu par habitant entre éco- nomies en développement et éco- nomiesavancéesaaugmentépour passer de 20 000 USD environ en 1995 à plus de 35 000 USD en 2015, renforçant encore l’attrait des se- conds aux yeux des migrants». «Si les pays en développement ont vu s’améliorer le bien-être de leurpopulationdansdesdomaines tels que l’espérance de vie, la sécu- rité, la santé et l’éducation, les disparités en la matière par rapport aux pays avancés demeurent fortes», a estimé l’OCDE, relevant que l’existence de réseaux de mi- grants, qui vivent déjà dans les pays d’accueil (famille, amis et communauté), «a pour effet de faciliter les migrations et d’accen- tuer ainsi leur concentration sur un petit nombre de destinations privilégiées». Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, a considéré dans un communiqué que les migra- tions sont une «résultante natu- relle» du développement écono- mique «dont peuvent tirer avan- tage aussi bien les pays d’origine que les pays de destination». Indiquant que c’est une ten- dance qui est appelée à durer, il a estimé qu’une amélioration de la coopération «aiderait les écono- mies en développement, émer- gentes et avancées à mieux gérer les migrations pour l’avantage de

tous, et à garantir ainsi que celles-

ci feront plus de gagnants et moins

de perdants».

 

Dans ce contexte, le rapport

de

l’OCDE préconise que les efforts

d’amélioration de la coopération internationale «devraient porter sur des domaines tels que la pro- tection des droits des migrants, les accords de visa, les coûts afférents au recrutement et aux envois de fonds, ainsi que les partenariats pour les qualifications et les com- pétences».

APS

EXPLOSION D'UN CAMION-CITERNE AU KENYA:

Le bilan officiel passe à 40 morts

L'accident d'un camion-citerne qui a percuté d'autres véhicules puis explosé samedi soir au Kenya a fait au moins 40 morts, ont annoncé lundi les autorités, revoyant à la hausse un précédent bilan.

«Six corps supplémentaires ont été retrouvés, ils étaient brûlés à un point tel qu'ils sont impossibles à identifier, et ont été emmenés à la morgue», a déclaré un officier de police présent sur place, cité par l'AFP. Les autorités ayant par ailleurs annoncé qu'une victime avait suc- combé à ses blessures à l'hôpital universitaire de Nairobi, le bilan of- ficiel de la catastrophe s'établit désormais à 40 morts, contre 33 morts annoncés dimanche. Le directeur de l'Unité nationale de gestion des catastrophes, le co- lonel Nathaniel Kigotho, a confirmé ce chiffre, indiquant lundi à la presse que 34 corps se trouvaient dans une morgue au nord-ouest de Nairobi, tandis que 6 autres corps se trouvent à l'hôpi- tal universitaire de la ville. «Tous ces corps seront soumis à des tests ADN en vue d'être iden- tifiés et rendus aux proches», a-t-

vue d'être iden- tifiés et rendus aux proches», a-t- il précisé. «Ce processus va com- mencer

il précisé. «Ce processus va com- mencer immédiatement et s'achè- vera dans deux semaines». L'accident s'est produit samedi soir à Karai, près de 100 km au nord-ouest de Nairobi, sur la route très fréquentée qui relie la capitale kényane et Nakuru dans la vallée du Rift, et continue jusqu'à l'Ou- ganda voisin. D'après la police et des témoins, le camion, immatriculé en Ou- ganda, roulait vite lorsqu'il est ar- rivé à un ralentisseur nouvelle- ment installé et qui n'était indiqué par aucun panneau de signalisa- tion - un cas de figure assez courant au Kenya -. Le chauffeur a perdu le contrôle du camion et s'est encastré dans d'autres véhicules. Des témoins ont vu une «boule de feu» embra- ser une dizaine de véhicules, dont un minibus et un véhicule de la po- lice. Onze policiers d'une unité paramilitaire kényane figurent

parmi les personnes décédées. Le président Uhuru Kenyatta avait affirmé dimanche que «le camion responsable de l'accident n'aurait pas dû se trouver sur cette route à cette heure là». Lundi, il a ordonné au ministère des Transports d'améliorer la si- gnalisation. «Nous ne pouvons continuer à perdre des vies à cause de ralentisseurs mal érigés», a-t-il déclaré lors d'un discours à Nai- robi. «Des panneaux clairs doi- vent être placés dans cette zone pour prévenir les usagers, et cela devrait s'appliquer au reste du pays». Cette route ultra-fréquentée est connue pour être un point noir en matière de sécurité routière. En 2009, 122 personnes avaient été tuées dans l'explosion d'un ca- mion d'essence alors qu'elles s'étaient massées autour d'un vé- hicule accidenté près de Molo (150 km au nord-ouest de Nairobi) pour recueillir du carburant.

GRENOBLE (FRANCE)

Les vieilles voitures toujours à l'arrêt lundi en raison d'un pic de pollution

En raison d'un pic de pollution «préoccupant», l'agglomération de Gre- noble reconduira lundi, pour le troisième jour consécutif, l'interdiction de circuler pour les voi- tures de plus de 20 ans, a annoncé dimanche la préfecture de l'Isère, se- lon des médias. En dépit d'une amé- lioration prévue lundi sur l'agglomération gre- nobloise, «la situation reste préoccupante» sur le bassin d'air grenoblois, maintenu depuis samedi en alerte de niveau 1, note la préfecture dans un

communiqué . Les voi- tures immatriclées avant le 1er janvier 1997, les poids lourds et autocars antérieurs à 2001 et les deux-roues datant d'avant 2000 n'auront toujours pas le droit de circuler dans les 49 com- munes de la métropole grenobloise, ni sur les axes autoroutiers y me- nant. L'agglomération de Grenoble a appliqué sa- medi pour la première fois le dispositif de vi- gnettes anti-pollution in- terdisant aux véhicules trop anciens de circuler,

une mesure reconduite dimanche et que le gou- vernement a décidé de généraliser. Les contrôles de pol- lution des véhicules res- teront renforcés lundi et les conducteurs devront réduire de 20 km/heure la vitesse maximale auto- risée si elle est supérieure à 70 km/heure, souligne la préfecture. Pour faciliter les dé- placements sans voiture, tout titre de transport en commun à l'unité, va- lidé, sera valable pour toute la journée et la lo- cation de Métrovélo sera

à demi-tarif. Des me- sures supplémentaires de restriction de la circu- lation pourront être mises en place dès mardi si l'épisode de pollution de l'air se prolonge, ajoute la préfecture. La pollution aux par- ticules s'est maintenue dimanche dans les bas- sins lyonnais et greno- blois, la vallée du Rhône, les zones urbanisées des Alpes. La circulation alter- née, expérimentée ven- dredi à Lyon, n'a pas été reconduite samedi, ni ce week-end à Paris.

GRIPPE AVIAIRE:

«Suspicion» de contamination dans l'Aveyron

Un cas «suspect» de grippe

aviaire a été signalé dans deux basses-cours de l'Aveyron, dépar-

tement non encore concerné par

la récente épizootie, a indiqué di- manche la préfecture de ce dé- partement. «Une suspicion d'influenza aviaire a été émise sur la com- mune de Tayrac, en Aveyron, dans deux basses-cours voisines les 9 et 10 décembre 2016», selon un com- muniqué. «Les analyses en cours mon-

trent qu'il s'agit d'un foyer d'in- fluenza aviaire hautement patho- gène à virus H5 mais le typage de celui-ci n'est pas encore achevé»,poursuit le document. Ces basses-cours se situent non loin de la «zone de surveillance» entourant les foyers confirmés dans le département voisin du Tarn, où la souche H5N8 a été identifiée le 1er décembre. Le premier cas avait été confirmé le 28 novembre sur 20 ca- nards sauvages dans le Pas-de-

Calais. Des «mesures d'abattage immédiat ont été appliquées dès ce dimanche 11 décembre 2016, en at- tendant les résultats du labora- toire de référence», ajoute la pré- fecture de l'Aveyron. Jusqu'ici, 12 foyers ont été signa- lés dans des élevages et 2 dans la faune sauvage, selon le site du mi- nistère de l'Agriculture. Les dépar- tements concernés sont le Tarn, le Gers, le Lot-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées, le Pas-de-Ca- lais et la Haute-Savoie.

Mardi 13 Décembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

CHINE

6 personnes tuées dans un accident ferroviaire

1 1 CHINE 6 personnes tuées dans un accident ferroviaire Six ouvriers ont été tués dans

Six ouvriers ont été tués dans un accident ferroviaire dans la province du Henan (centre), ont annoncé di- manche les autorités ferro- viaires locales. Un train de marchandises a percuté ces ouvriers travaillant sur les rails samedi à 9h42 dans la gare

ferroviaire d'Anyang sur la ligne Beijing-Guangzhou, a indiqué le bureau ferroviaire de Zhengzhou. Deux d'entre eux étaient employés du bu- reau ferroviaire, tandis que les quatre autres étaient des ouvriers migrants. Une en- quête a été ouverte.

SUISSE

Le plus long tunnel du monde ouvert au trafic en Suisse

Le plus long tunnel du monde ouvert au trafic en Suisse Le tunnel le plus long

Le tunnel le plus long du monde, destiné en Suisse à facili- ter les échanges entre le nord et le sud de l'Europe, a été ouvert au tra- fic dimanche, selon les chemins de fer fédéraux suisses. Ce tunnel baptisé GBT (Got- thard Base Tunnel) entre les villes de Zurich et Lugano a une lon- gueur de 57 km et traverse le mont Saint-Gothard dans les Alpes. L'ou- vrage colossal a nécessité 17 ans de travaux et a coûté près de 11 mil- liards d'euros. Grâce à ce tunnel, «les clients du trafic marchandises et du trafic voyageurs bénéficieront de rela- tions plus nombreuses et plus fia- bles, ainsi que de temps de trajet plus courts», indique un commu- niqué des chemins de fer suisses.

Le tunnel avait été inauguré en juin par le président de la Confé- dération helvétique Johan Schnei- der-Ammann, en présence du pré- sident français François Hollande, de la chancelière allemande Angela Merkel, du Premier ministre ita- lien Matteo Renzi et du chancelier autrichien Christian Kern. Le tunnel va être emprunté chaque jour par plus de 200 trains de marchandises, à une vitesse de 100 km/h, et par une cinquan- taine de trains de voyageurs, pou- vant rouler jusqu'à 200 km/h. Après l'ouvrage suisse, les plus longs tunnels au monde sont le Sei- kan tunnel au Japon (53,9 km) et le Tunnel sous la Manche entre la France et la Grande-Bretagne (50,5 km).

EFFONDREMENT DU TOIT D'UNE ÉGLISE AU NIGERIA:

Au moins 60 morts

Au moins 60 personnes ont été tuées samedi dans l'effondrement du toit d'une église dans le sud-est du Nigeria, alors que les opérations de sauvetage étaient toujours en cours dimanche, selon une source hospitalière. Selon une source proche de l'hôpital universitaire d'Uyo (sud- est), où a eu lieu le drame, «plus de 200 victimes» ont en outre été amenées sur place pour recevoir des soins.

Parmi ces personnes, 60 décès ont été «confirmés», les autres souffrant de blessures à «des degrés divers», a précisé cette source, ci- tée par l'AFP. Des équipes de secours compo- sées d'ouvriers de la compagnie de construction Julius Berger, la po- lice, l'armée, les pompiers, l'asso- ciation médicale du Nigeria était toujours sur place dimanche pour tenter de trouver des survivants sous les décombres.

EXPLOSION D'UN TRAIN EN BULGARIE:

7 morts et des dizaines de blessés

Sept personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées dans l'explo- sion d'un train transportant des citernes de gaz qui a dé- raillé samedi et ravagé le cen- tre d'un village du nord-est de la Bulgarie, mais les autorités craignent que ce bilan ne s'alourdisse. Un précédent bilan a fait état de 4 morts. L'explosion a détruit la gare, des bâtiments administratifs et une ving- taine de maisons de la localité de Hitrino, selon des médias. Une trentaine d'autres mai- sons étaient endommagées. Une odeur de brûlé et une fumée noire étaient omni- présentes. Le village était presque dé- sert, les autorités l'ayant éva- cué pour des raisons de sécu- rité. Le chef de la Défense ci- vile, Nikolay Nikolov, a dé- claré en fin d'après-midi qu'il y avait eu sept morts dans l'ex- plosion. «Nous ne cherchons plus personne sous les dé- combres», a-t-il ajouté. Le ministre de la Santé Pe- tar Moskov a fait état de «29 (personnes) hospitalisées, dont neuf dans un état cri- tique». Vingt-trois autres, pré- sentant des blessures moins graves, ont également été exa- minées, a-t-il ajouté. L'inspection régionale de l'Environnement a affirmé samedi que l'air n'était pas pollué au-delà des normes, sauf en ce qui concerne les particules fines de poussière. Les gaz, en particulier du dioxyde de carbone, étaient dissipés par le vent. La défense civile a procédé dans l'après-midi à l'évacua- tion totale du millier d'habi- tants du village restants après une évacuation partielle dans la matinée. «Les citernes à gaz propylène doivent être vi- dées, ce qui constitue une opération extrêmement dan- gereuse», a expliqué M. Niko- lov. L'explosion s'est produite à 05H37 (03H37 GMT) à la gare située dans le centre de Hi- trino, une localité pauvre comptant une forte minorité musulmane. Un train de pas- sagers qui attendait d'entrer en gare a échappé de peu à l'explosion. Le Premier ministre dé- missionnaire Boïko Borissov, un ancien pompier, s'est rendu sur place, appelant les habitants de la région à don- ner leur sang à l'hôpital de Choumen. Le président élu Roumen Radev ainsi que plusieurs mi- nistres sont également allés à Choumen et sur le lieu de l'accident. Une journée de deuil national sera décrétée lundi. Le train transportait 20 ci- ternes de gaz propylène et quatre citernes de propane- butane d'un poids total de 200 tonnes en direction de Roussé, sur le Danube.

APS

MÉTÉO

La Chine lance un satellite météorologique de nouvelle génération

lance un satellite météorologique de nouvelle génération La Chine a annoncé le lance- ment dimanche d'un

La Chine a annoncé le lance- ment dimanche d'un satellite mé- téorologique de nouvelle généra- tion. Le satellite «Fengyun-4» est le premier satellite météorologique de la deuxième génération lancé en orbite géostationnaire. Il est également le premier satellite de télédétection quantitative en or- bite élevée, a indiqué l'agence de presse Chine nouvelle. Lancé depuis le Centre de lan- cement de satellites de Xichang dans la province du Sichuan (sud-

ouest), le satellite a été placé en or- bite par une fusée porteuse Longue Marche-3B. Il s'agissait de

la 242e mission des fusées de la sé-

rie Longue Marche. «Fengyun-4 va améliorant de manière signifi-

cative les capacités de prévisions météorologiques et climatiques»,

a affirmé l'Administration chi-

noise des sciences, technologies et industries pour la Défense na- tionale. La Chine a lancé avec succès 14 satellites météorolo- giques, dont sept sont toujours en orbite.

SALVADOR

430 kilos de cocaïne saisis au large du pays

SALVADOR 430 kilos de cocaïne saisis au large du pays Une cargaison de 430 kilos de

Une cargaison de 430 kilos de cocaïne

Selon la même source, la valeur

Trois hommes ar- rêtés à bord, deux

été saisie dans les eaux du Salvador à bord d'une embar- cation battant pa-

a

marchande de la car- gaison saisie ven- dredi soir par les forces navales salva-

Equatoriens et un Colombien, ont été placés en détention et encourent une

villon de l'Equateur,

doriennes dans

peine d'au moins

a

annoncé lundi le

l'océan pacifique est

huit années de pri-

ministère de la jus-

estimée à près de 10

son pour trafic inter-

tice du Salvador.

millions de dollars.

national de drogue.

PAKISTAN

Une fillette tuée et trois autres enfants blessés par l'explosion d'une bombe devant une école

Une fillette de neuf ans a été tuée

et trois autres enfants ont été blessés

lundi par l'explosion d'une bombe déposée près de la porte d'entrée de leur école, dans le nord-ouest du Pa- kistan, ont annoncé les autorités. L'explosion est survenue dans une école de village dans la zone tri- bale du Waziristan du Nord, région

une charge déposée près de la porte

de leur école a explosé quand ils l'ont

ouverte", a déclaré un responsable des autorités locales. Un responsable de la sécurité a confirmé l'explosion et le bilan des victimes. Les zones tribales sont

inaccessibles aux journalistes qui ne peuvent confirmer ce qu'il s'y passe

stratégique à la lisière de l'Afghanis- tan, où l'armée pakistanaise combat

de

manière indépendante. L'armée a lancé une offensive

les

talibans depuis juin 2014.

en

juin 2014 dans le Waziristan du

"Une fillette de neuf ans a été tuée et trois autres enfants âgés de huit à 10 ans ont été blessés lorsque

Nord afin de mettre un terme à une insurrection sanglante qui a fait des milliers de morts depuis 2004.

12 DK NEWS

SAN

Mardi 13 déc

CANCER DU POUMON

Un test sanguin pourrait le prédire 5 ans avant son diagnostic

Un test sanguin pourrait permettre aux médecins de repérer les signes de cancer du poumon cinq ans avant que la maladie ne soit visible sur les scanners médicaux.

Selon la recherche, lorsque le cancer du poumon est présent, même à un niveau in- détectable quand il n'est pas cliniquement évident, l'organisme produit des auto-anti- corps pour se défendre. Ces deniers consti- tuent une réponse aux protéines sur les cellules cancéreuses. "En mesurant dans les analyses si une personne a ces auto-anti- corps dans le sang, nous pouvons détermi- ner si elle pourrait bénéficier d'une tomodensitométrie", a exposé le Dr Stuart Schembri, conférencier à l'Université de Dundee et co-chercheur en chef d'une étude menée à travers l'Écosse.

Ces travaux ont étudié 12 000 adultes âgés de 50 à 75 ans, à risque élevé de cancer du poumon en raison d'un tabagisme im- portant pendant 20 ans ou plus, ou d'anté- cédents familiaux de ce cancer. Parmi eux,

6 000 ont passé un test sanguin pour détec-

ter les auto-anticorps, et 6 000 ont reçu un diagnostic et des soins réguliers.

Un test pour détecter le cancer du poumon à un stade précoce

Les résultats préliminaires, présentés le

9 décembre à la réunion d'hiver de la Bri-

tish Thoracic Society (BTS), montrent que près d'1 personne sur 10 qui a reçu l'analyse sanguine a eu des résultats indiquant la présence d'auto-anticorps. Ces individus ont ensuite subi une radiographie de poi- trine et une tomodensitométrie pour re- chercher des signes de cancer du poumon. À ce jour, 16 cas de cancer du poumon ont été diagnostiqués. Les trois quarts d'entre eux étaient à un stade précoce. "Nous pen- sons que ce test peut nous aider à détecter le cancer du poumon dans ses premiers stades, lorsque nous avons une meilleure chance de succès du traitement", a déclaré l'auteur de la recherche.

Bien que ces résultats soient encoura- geants, il est trop tôt pour dire si l'étude changera la pratique clinique puisque les résultats finaux ne seront pas disponibles tout de suite. L'étude suit maintenant les volontaires sur une période de 2 ans afin de déterminer si ce test peut réduire l'inci- dence des patients atteints d'un stade avancé de cancer du poumon (stade III ou IV) par rapport aux soins de routine.

Traiter le cancer du poumon le plus tôt possible

"Le cancer du poumon est une maladie grave et mortelle et notre meilleur espoir pour un traitement réussi est de le détecter dès que possible, a déclaré le Dr Stuart Schembri. Les fumeurs lourds sont particu-

lièrement à risque, mais il n'est tout simple-

ment pas possible de scanner toute les personnes considérées comme à haut risque. Et chez celles qui sont scannées, une to- modensitométrie seule peut faussement suggérer le cancer du poumon, causant des inquiétudes et des dépenses inutiles. Nous devons donc trouver un moyen d'identifier

les personnes à haut risque qui ont besoin

d'un scanner et d'un moyen de détecter le cancer du poumon avant qu'elles présen- tent des symptômes".

Augmentation des chirurgies pour traiter le cancer du poumon

Les derniers résultats de l'audit national du cancer du poumon sur l' activité chirur- gicale offrent également des résultats en- courageants. Capturant des données de 4 892 cas qui ont subi une chirurgie en 2013, ils montrent à la fois une augmentation du nombre de procédures chirurgicales pour traiter le cancer du poumon et du taux de

chirurgicales pour traiter le cancer du poumon et du taux de survie. "Cette vérification révèle que

survie. "Cette vérification révèle que le taux de survie précoce est très élevé, avec 96 % des patients vivant au-delà de 90 jours, selon le Dr Paul Beckett, spécialiste du pou- mon consultant chez Derby Teaching Hos- pitals NHS Trust et membre de la British Thoracic Society. C'est très encourageant, tant pour les patients que pour les profes- sionnels de la santé. Nous avons besoin de diffuser ce message largement, à travers le NHS et la société, de sorte que plus de per- sonnes atteintes du cancer du poumon

puissent avoir accès à la chirurgie et avoir la chance de vivre plus longtemps avec une meilleure qualité de vie", a indiqué le Dr Beckett. En France, près de 37 000 nouveaux cas de cancer du poumon sont diagnostiqués chaque année (27 000 hommes et 10 000 femmes). Le cancer du poumon se place en quatrième position des cancers les plus fré- quents derrière ceux de la prostate, du sein et du côlon. C'est le premier cancer en termes de mortalité.

CANCER DU POUMON : IL PEUT RESTER EN SOMMEIL PENDANT 20 ANS

Les premières mutations de cellules cancéreuses du poumon pourraient passer inaperçues pendant 20 ans chez les an- ciens fumeurs. Jusqu'à ce que les cellules se réveillent et n'accélèrent soudainement leur croissance. Le cancer du poumon pourrait rester en sommeil pendant deux décennies chez les anciens fumeurs avant que les cellules can- céreuses ne se réveillent et se transforment en une forme agressive de la maladie. C'est ce qu'ont découvert les chercheurs de l'Ins- titut de recherche sur le cancer de Londres qui espèrent que cette découverte va inci- ter à mettre en place une politique de dé- pistage plus précoce. Le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier. En effet, deux patients sur trois atteints du cancer du poumon sont diagnostiqués alors qu'ils présentent une forme avancée de la maladie et moins d'un patient sur 10 en survit, 5 ans après le trai- tement.

patient sur 10 en survit, 5 ans après le trai- tement. Cette étude londonienne a porté

Cette étude londonienne a porté sur 7 patients (fumeurs, ex-fumeurs et non fu-

meurs) atteints du cancer du poumon. Elle

a révélé que les cellules ayant commencé

leur mutation lorsque le patient fumait, pouvait se mettre en sommeil pendant près de 20 ans et se réveiller soudainement, même lorsque le patient avait arrêté de

fumer. "Cette découverte souligne la néces- sité de trouver de meilleurs moyens de dé- tecter le cancer du poumon plus tôt, quand

il

est encore en voie d'évolution" a souligné

le

Professeur Jones, directeur de l'Institut

de recherche sur le cancer. "Si nous pou- vions étouffer la maladie dans l'œuf avant qu'elle ait commencé à évoluer en forme agressive, alors nous pourrions améliorer significativement le taux de survie". En France, le poumon est la deuxième localisation de cancer, en termes d'inci-

dence, chez l'homme (27 000 cas par an) et

le troisième cancer le plus fréquent chez la

femme (10 000 cas).

www.topsante.comSource:*

TÉ

cembre 2016

DK NEWS 13

LES NON- FUMEURS DE PLUS EN PLUS TOUCHÉS PAR LE CANCER DU POUMON

En France, le cancer du pou- mon augmente chez les non-fu- meurs d'après une étude scientifique. En France, le cancer du pou- mon et des bronches ne tou- chent pas que les fumeurs, selon les résultats d'une étude présen- tée au congrès de l'American So- ciety of Clinical Oncology. De plus en plus de non-fumeurs souffrent de cancers broncho- pulmonaires. Le tabagisme pas- sif serait en cause. Cette étude a été réalisée par 104 hôpitaux français et sur la totalité des patients souffrant de cancer broncho-pulmonaire admis dans les services en 2010, soit 7 051 dossiers. Les non-fumeurs de plus en plus touchés par le cancer du poumon Les résultats de l'étude révè- lent que 762 patients atteints d'un cancer, (11 % des admis) n'avaient jamais fumé. Parmi eux, 158 (20 %) ont déclaré avoir été soumis au tabagisme passif . « Ces malades non-fumeurs sont plus âgés que la moyenne des patients souffrant de la même pathologie. Leur cas est souvent sévère (métastases osseuses) car les premiers symptômes, sur des personnes qui ne sem- blaient pas présenter de facteurs de risques, ont été sous-estimés. Une toux persistant au-delà de trois semaines, le premier cra- chement de sang doivent alerter », explique le Dr Coëtmeur au site Pourquoi Docteur. «Mais, il n'y a pas de quoi s'in- quiéter outre mesure du côté des non-fumeurs, car neuf ma- lades sur dix atteints de cancers bronchiques sont des fumeurs», conclut-le chercheur. L'étude révèle aussi que 70% des patients atteints de cancers broncho-pulmonaires non-fu- meurs sont des femmes. « Cette donnée qui accrédite la thèse selon laquelle un facteur hor- monal conjugué au tabagisme passif accroît peut-être ce risque » explique le Dr Daniel Coët- meur au site Pourquoi Docteur. Le cancer du poumon est l'un des cancers les plus fréquents :

en France, avec près de 37 000 nouveaux cas par an (27 000 hommes et 10 000 femmes), le cancer du poumon se place en quatrième position derrière ceux de la prostate, du sein et du colo-rectum. En revanche, le cancer du poumon (dont le tabac est le principal responsa- ble dans neuf cas sur dix) se hisse à une sinistre première place en terme de mortalité car il est souvent diagnostiqué trop tard, en l'absence de symptômes caractéristiques.

FUMER AU RÉVEIL AUGMENTE LE RISQUE

Il ne fait pas bon être matinal en matière de tabagisme. Une nouvelle étude confirme le risque accru de cancer de poumon quand on en grille une au saut du lit. Driiiing ! A peine entendez-vous la son-

nerie du réveil que vous sortez du lit et ou-

votre

paquet de cigarettes. La première du matin vous rassure et vous fait démarrer la journée du bon pied. Le bémol, c'est que ce réflexe matinal peut vous coûter cher : plus vous fumez tôt votre cigarette après le réveil , plus vous courez un risque de développer un can- cer du poumon. Le temps écoulé entre la première cigarette et le lever a déjà fait l'ob- jet d'investigations scientifiques.

vrez votre table de nuit pour sortir

Comme les précédents travaux, cette étude publiée dans la revue scientifique Journal of the National Cancer Institute confirme un élément peu connu des fu- meurs : le délai qui sépare le réveil de la pre- mière cigarette est un marqueur du tabagisme plus important que le nombre de cigarettes fumées pour déterminer le risque de cancer du poumon. Dit autrement, les fu- meurs (quelle que soit leur consommation) qui ont l'habitude de fumer leur première cigarette dans les 5 minutes après leur réveil sont plus exposés au cancer du poumon que les autres.

sont plus exposés au cancer du poumon que les autres. Ces résultats, issus de l'analyse des

Ces résultats, issus de l'analyse des habi- tudes tabagiques de 3 249 fumeurs, font ré- fléchir. Il suggère que le nombre de cigarettes importerait moins que l'heure à laquelle on commence à fumer dans la jour- née. Cette hypothèse suit les conclusions de

chercheurs de Pennsylvanie qui ont avancé que plus on fume peu de temps après du ré- veil, plus le sang comporterait de cotinine , un dérivé de la nicotine produit par l'orga- nisme et entraînant des risques de cancer du poumon.

POURQUOI FUMER AU RÉVEIL AUGMENTE LES RISQUES

Le fumeur qui allume sa première ciga- rette au réveil aurait plus de risques de déve- lopper un cancer que celui qui la fume plus tard, indiquent deux récentes études. Les accros à la cigarette matinale ont du souci à se faire. Les conclusions de deux études publiées dans la revue Cancer ont mis en évidence le risque accru de développer un cancer du poumon , de la tête ou du cou selon que l'on fume sa première cigarette au lever ou une heure après : les plus matinaux ont 79 % plus de risques d'avoir un cancer des pou- mons que ceux qui attendent au moins une heure avant de s'en griller une. Des résultats

similaires observés pour les cancers de la tête et du cou : les fumeurs qui préfèrent patienter une demi-heure après le réveil pour fumer leur première cigarette ont 60 % de risques supplémentaires de développer un cancer de la tête et du cou. Il est de 40 % pour les per- sonnes qui attendent plus d'une demi-heure. Plus on fume tôt, plus c'est nocif pour la santé, semblent démontrer ces deux études. Autrement dit la façon de "consommer" sa ci- garette jouerait autant un rôle que la quantité de cigarettes consommées. Comment expliquer cet état de fait ? Les fu- meurs compulsifs ont des niveaux plus im-

portants de nicotine dans leur corps, et sont peut-être plus dépendants que les fumeurs qui attendent plus longtemps avant de fumer. Des résultats paradoxalement sans sur- prise. En 2009, une étude s'était déjà intéres- sée aux risques de développer un cancer suivant l'heure de la première cigarette. Le ré- sultat était là aussi sans appel : plus la pre- mière cigarette était fumée tôt dans la journée, plus la quantité de cotinine dans le sang augmentait. La cotinine étant un dérivé de la nicotine fabriqué par l'organisme et en- traînant des risques de cancer du poumon.

6 IDÉES REÇUES SUR LE TABAC

Bon nombre d'idées reçues circulent encore sur le tabac. Que vous ayez envie d'arrêter de fumer ou pas, faites le point sur vos connais- sances.

Les cigarettes roulées sont plus toxiques que les autres

Vrai Les tabacs à rouler mis sur le marché dégagent jusqu'à 14 ou 17 mg de goudrons par cigarette alors qu'en Europe, les cigarettes qui dégagent plus de 10 mg sont interdites. "Si on roule ses cigarettes à la main, on met un peu moins de tabac que dans une cigarette in- dustrielle, mais les tabacs à rouler brûlent mal, les cigarettes s'éteignent et la fumée est qua- tre fois plus toxique en moyenne que le tabac des cigarettes industrielles" explique le Pr Ber- trand Dautzenberg dans son livre "le petit livre pour arrêter de fumer".

Passer de la cigarette aux cigarillos est moins dangereux pour la santé

Faux "S'il est vrai que les fumeurs exclusifs de ci- gares ont un excès de mortalité lié au tabac un peu moins important que les fumeurs de cigarettes, les fumeurs de cigarettes qui pas- sent aux cigares les fument comme des ciga-

rettes

qu'avant" signale le Pr Bertrand Dautzenberg dans son livre.

risques

et

ont

donc

les

mêmes

C'est le stress qui pousse à fumer

Vrai et Faux "Les fumeurs gèrent leur excès de stress en allu- mant une cigarette et ils se sentent apaisés par l'arrivée des bouffées de fumée. Ainsi le stress pousse à fumer. Mais les données récentes mon- trent à l'inverse que le tabagisme est une des causes du stress chronique. En fumant régulière- ment on devient excessivement stressé" indique le Pr Bertrand Dautzenberg dans "le petit livre pour arrêter de fumer".

Fumer la chicha est moins risqué que de fumer des cigarettes

Faux Avec le narguilé (chicha), on pense à tort que le filtrage par l'eau permet de fumer sans (trop) de risques. Pourtant, ce n'est pas le cas. Le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, l'explique dans son livre "le fumeur de chicha prend à chaque bouffée autant de volume de fumée que d'une cigarette entière, aussi en prenant 40 bouffées d'une chicha, il prendra autant de particules ou de monoxyde de car- bone que de 40 cigarettes, même si la quan-

tité de nicotine inhalée est plus faible car le produit fumé n'est pas du tabac pur".

On prend systématiquement du poids en arrêtant de fumer

Vrai Parce que la cigarette a un effet coupe-faim et qu'elle augmente les dépenses énergé- tiques, on est souvent plus mince en fumant que si on s'arrête. Pour limiter les dégâts, on pense donc à augmenter son activité phy- sique et à réduire ses apports caloriques. A nous la marche à pied et les fruits à la moindre envie de grignoter !

On peut devenir dépendant aux substituts nicotiniques

Faux "Non, on ne crée par de dépendance avec les patchs. En revanche, il est vrai que quelques personnes rendues dépendantes à la nicotine en fumant du tabac ont du mal à arrêter les substituts nicotiniques" rassure le Pr Ber- trand Dautzenberg, pneumologue, dans son livre. N'oubliez pas que la meilleure façon de devenir dépendant à la nicotine, c'est de fumer du tabac, uniquement. Plus d'infos dans "Le petit livre pour arrêter de fumer" (first éditions) du Pr Bertrand Dautzenberg, professeur de pneumologie à la Pitié-Salpêtrière et à l'université Pierre-et- Marie Curie (Paris).

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mardi 13 décembre 2016

SELON LE COMMISSAIRE À LA PAIX ET À LA SÉCURITÉ DE L’UA, SMAÏL CHERGUI :

La femme africaine peut jouer les premiers rôles pour la sécurité dans le continent

La femme africaine peut contribuer "efficacement" à la stabilité en Afrique et est en mesure de jouer les premiers rôles pour la sécurité du continent, a estimé lundi à Constantine, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Smaïl Chergui. Intervenant lors d’un séminaire de haut niveau sur le rôle des femmes dans la médiation, intitulé "Faire taire les armes d’ici 2020 : Femmes dans le processus de médiation préventive, à la table de négociation et dans les efforts de cohésion sociale", il a précisé que l’adhésion des femmes au processus de paix, en matière de médiation notamment, constitue "une autre force pour le continent africain et traduit une volonté commune d’asseoir paix et stabilité à travers les pays d’Afrqiue". M.Chergui a, dans ce contexte, affirmé que l’UA £uvre à encourager les femmes à prendre part au processus de médiation. Devant la ministre de la Solidarité Nationale, de la famille et de la condition de la femme, Mounia Meslem, et l’envoyée spéciale de l’Union africaine pour les femmes, la paix et la sécurité, Bineta Diop, il a soutenu que la prévention et la résolution des conflits exigent, en plus des efforts conjoints des organisations internationales, continentales et régionales, "l’implication des acteurs nationaux et locaux", rappelant l’apport du réseau panafricain des Sages, créé en 2013, dans la prévention, la gestion et la résolution des conflits. Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine a indiqué que l’ objectif de cette rencontre est de "réfléchir collectivement en vue d’élaborer des stratégies pour renforcer le rôle des femmes dans les efforts de rétablissement de la paix". De son côté, Mounia Meslem a insisté, dans une allocution d’ouverture, sur l’importance de la sagesse dans la résolution des problèmes et la promotion du dialogue impliquant la femme. Le rôle du Conseil de paix et de sécurité, et du Comité des sages de l’Union africaine a été également souligné par Mme Meslem, qui a indiqué que le continent "regorge de femmes qualifiées en mesure de participer activement dans le processus de paix". Les travaux de ce séminaire de deux jours, organisé sous l’égide du Ministère des affaires étrangères, par le groupe des Sages de l’Union Africaine et ses pairs des communautés économiques régionales, qui se déroule à huis clos, verra la présentation de communications par des responsables africains, a-t-on noté.

MAROC-DROISTHOMME

Des dizaines de milliers de Marocains ont rendu hommage à la mémoire de Mouhcine Fikri

Des dizaines de milliers de personnes ont descendus dans les rues de plusieurs villes de la pro- vince d’Al-Hoceima (nord du Maroc), et d’autres provinces marocaines, pour dénoncer l'assas- sinat en octobre dernier d'un vendeur de poisson écrasé dans une benne à ordure.

La manifestation a été organisée à l'occasion du 40ème jour de la mort de Mouhcine Fikri en hom- mage à sa mémoire et réclamer justice, rappor- tent lundi des médias locaux. Mouhcine Fikri, un marchand de poisson d'une trentaine d'années, est décédé le 28 octobre dernier à Al-Hoceima happé par une benne à ordures alors qu'il tentait de s'opposer à la destruc- tion de sa marchandise. «Liberté!», «Justice», «Le peuple veut les assassins du martyr Mouhcine», ont notamment scandé les manifestants, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. «Des commerces ont été fermés par solidarité. Des taxis se sont mobilisés gra- cieusement pour transpor- ter les manifestants et des

gra- cieusement pour transpor- ter les manifestants et des jeunes se sont portés volontaires pour organiser

jeunes se sont portés volontaires pour organiser la circulation», selon la même source, indiquant que «des chaînes humaines ont été mises en place pour garder les biens publics et privés. Venus de plusieurs vil- lages et villes de la province d’Al-Hoceima, mais aussi

d’autres provinces maro- caines, les manifestants se sont rassemblés dans un premier temps à la place Mohamed VI. Après un géant rassem- blement, la foule a sillonné plusieurs rues de la ville tout en marquant des sit-in devant les sièges de la pré- fecture de police, la cour

d’appel, le quartier provin- cial de la gendarmerie royale avant de retourner à la place Mohamed VI pour clôturer la protestation. «Des slogans anti- Makhzen, anti-Etat n’ont pas manqué à ce rendez- vous», soulignent des médias. Samedi, «des gens sont venus par milliers de toute la région. Beaucoup ont été amenés gratuitement par les taxis, le port était égale- ment en grève par solida- rité», a déclaré un respon- sable local de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), Faycal Haoussar, cité par l'AFP. «La marche s'est dérou- lée sans incident, avec de nombreux habitants, des militants des droits de l'homme. On attend tou- jours les résultats de l'en- quête», a souligné M. Haoussar.

MALI

Signature à Bamako d'un accord avec l'UE sur le retour de demandeurs d'asile

L'Union européenne a signé dimanche à Bamako un accord avec le Mali, le premier du genre, visant à lutter contre «les causes profondes de la migra- tion irrégulière» et à «favoriser le retour des migrants maliens depuis l'Europe», indique un communiqué du ministre néer- landais des Affaires étrangères qui a signé l'accord. L'accord UE-Mali comprend des initiatives pour aider les jeunes au travail, le renforce- ment des capacités des services de sécurité maliens et une meil- leure collaboration avec les pays voi- sins «pour lutter contre les réseaux de trafiquants d'êtres humains et amé- liorer le contrôle des frontières». Neuf projets d'un montant de 145,1 millions d'euros ont été adoptés en ce sens. Par ailleurs, «des fonctionnaires maliens se rendront dans les pays membres de l'UE pour aider à déter- miner l'identité des migrants, afin d'accélérer leur retour», a précisé le communiqué, évoquant leur «réad- mission et réintégration». Le nombre de demandeurs d'asile originaires de plusieurs pays

de demandeurs d'asile originaires de plusieurs pays d'Afrique, dont le Mali, le Nigeria et la Gambie,

d'Afrique, dont le Mali, le Nigeria et la Gambie, a connu une «hausse consi- dérable» en 2014, d'après les statis- tiques européennes. Originaires du Mali, ils étaient 12.945 en 2014 et 8.405 l'année suivante, selon Eurostat. Outre le Mali, l'UE cherche à négo- cier des accords de renforcement de la coopération économique en échange du retour des migrants avec l'Ethiopie, le Niger, le Nigeria et le Sénégal. Cet accord UE-Mali, qui sera pré- senté lundi à Bruxelles, est «néces- saire», selon le ministre néerlandais Bert Koenders, dont le pays assurait la

présidence de l'UE au début de l'année. «Car c'est seulement avec ce genre de collaborations que nous pouvons prendre le pro- blème de la migration à la racine», a-t-il déclaré, cité dans le communiqué. «Les jeunes Maliens peuvent tant contri- buer au futur de leur pays, a-t-il poursuivi. «C'est la première fois que l'UE établit des engagements aussi précis avec un pays afri- cain à propos du retour des demandeurs d'asile refusés», a ajouté le communiqué. Répondant à l'invitation de son homologue malien Abdoulaye Diop, cette visite menée, par le ministre néerlandais, au nom de la Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères Federica Mogherini s'inscrit dans le cadre du plan d'action adopté entre Etats euro- péens et africains au sommet de La Valette (Malte) sur l'immigration en novembre 2015, a-t-il rappelé. L'UE avait décidé à La Valette d'ai- der financièrement l'Afrique pour endiguer les flux de migrants, avec un fonds d'1,8 milliard d'euros.

PRÉSIDENTIELLE EN GAMBIE

d'1,8 milliard d'euros. PRÉSIDENTIELLE EN GAMBIE La communauté internationale a condamné ce revirement, le

La communauté internationale a condamné ce revirement, le Conseil de sécurité exhortant samedi M. Jammeh à «respecter le choix du peuple souverain de la Gambie et transférer, sans conditions ni retard injustifié, le pouvoir au président élu, Adama Barrow».

APS

Le président élu appelle Jammeh à céder le pouvoir

Le président gambien élu Adama Barrow a appelé lundi le président sortant Yahya Jammeh qui ne reconnait pas sa défaite au scrutin présidentiel du 1er novembre, à céder immédiatement le pou- voir, sans attendre le recours qu'il entend présenter à la justice. «Je pense qu'il devrait démissionner maintenant», a déclaré M. Barrow. «Il a perdu l'élection, nous ne voulons pas per- dre de temps», a-t-il ajouté. M. Jammeh qui est revenu sur la reconnaissance de sa défaite électorale, va contester les résultats devant la Cour suprême. Un porte-parole de la coalition de l'op- position, Mai Fatty, a affirmé lundi à la presse que tout recours présenté par M. Jammeh ou son parti serait «destiné à

ignorer les aspirations du peuple gambien et à saper le processus de transition». «Nous ne reconnaissons pas au prési- dent sortant le pouvoir constitutionnel, dans les derniers jours de sa présidence, de nommer des juges à la Cour suprême à la seule fin de recevoir son recours», a ajouté M. Fatty. La saisine de la Cour doit intervenir dans les dix jours suivant la pro- clamation des résultats, mais lundi étant férié, ce recours ne devrait être déposé que mardi, selon des juristes. Par ailleurs, la Cour suprême n'étant pas au complet, plu- sieurs juges devront être nommés avant qu'elle ne puisse statuer, ce qui risque de créer de nouveaux délais. Dans un brusque revirement, le prési- dent sortant, qui le 2 décembre avait

reconnu sa défaite, est revenu sur cette décision dans une déclaration télévisée vendredi soir, réclamant un nouveau vote. «Tout comme j'ai loyalement accepté les résultats, en croyant que la Commission électorale était indépen- dante, honnête et fiable, je les rejette dans leur totalité», a-t-il affirmé, dénonçant des «erreurs inacceptables» de la part des autorités électorales. Il a pointé une erreur de comptabilisa- tion reconnue par la Commission électo- rale, ramenant l'écart entre M. Barrow et lui à quelque 19.000 voix seulement, et fait état d'«enquêtes» sur l'abstention révélant selon lui que de nombreux électeurs n'ont pas pu voter ou en ont été dissuadés par des informations erronées.

Mardi 13 décembre 2016 MONDE DK NEWS 15
Mardi 13 décembre 2016
MONDE
DK NEWS
15

ATTENTAT D'ISTANBUL

Fermes condamnations au sein de la communauté internationale

L'attentat meurtrier ayant fait 44 morts, pour l'essentiel des policiers, et plus d'une centaine de blessés en Turquie a suscité lundi une vague de condamnation et d'indignation à travers le monde, rassurant Ankara du soutien de la communauté internationale dans cette épreuve douloureuse.

«C'est très douloureux d'avoir perdu 36 de nos poli- ciers et huit de nos civils dans une attaque sanglante», a déclaré le ministre Recep Akdag devant le Parlement à Ankara, selon l'agence de presse Dogan. Ce double atten- tat, qui a eu lieu près du stade de l'équipe de football de Besiktas, dans un quartier très fréquenté d'Istanbul, a été revendiqué par ce qui est appelé les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), un groupe radical kurde proche du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).Réagissant à cette attaque, l'Algérie a condamné avec la «plus grande vigueur» ce double attentat, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif. «Nous condamnons avec la plus grande vigueur le double attentat perpétré, hier samedi, au centre d'Istanbul», a- t-il indiqué. Pour sa part, le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné «dans les termes les plus vifs les odieux et lâches attentats terroristes» qui ont frappé la veille Istanbul. Ses 15 mem- bres ont réaffirmé dans un communi- qué que «le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations représente l'une des plus graves menaces à la paix et à la sécurité internationales». Ils insistent «sur le besoin de tra- duire en justice les auteurs, organisa- teurs, financiers et commanditaires des actes terroristes répréhensibles» demandant à tous les pays «de coopé- rer activement avec le gouvernement turc et toutes les autres autorités dans ce domaine». L'ambassade des Etats- Unis à Ankara a condamné sur Twitter une «attaque lâche» et assuré se tenir «aux côtés du peuple turc contre le terrorisme». Devant le risque d'attentats à Istanbul, les Etats- Unis avaient ordonné en octobre

à Istanbul, les Etats- Unis avaient ordonné en octobre l'évacuation des familles des employés de leur

l'évacuation des familles des employés de leur consulat dans la mégalopole turque. Quant à la France, elle a apporté «son plein sou- tien à la Turquie dans cette nouvelle épreuve», a déclaré son président François Hollande, tandis que le Royaume-Uni s'est dit, par l'intermé- diaire de son ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, «déter- miné à travailler avec la Turquie pour combattre le terrorisme». Ai sein de l'Otan, le secrétaire général de l'Organisation, Jens Stoltenberg, a condamné «les actes horribles de terrorisme», assurant que l'organisation se tenait aux côtés de «notre allié la Turquie» et restait «déterminée à combattre le terro- risme sous toutes ses formes». Plusieurs pays européens ont éga- lement condamné le double attentat de samedi: Berlin a exprimé ses «condoléances au président Erdogan et au peuple turc».

Représailles contre les rebelles kurdes

Plus de 100 membres du principal parti pro-kurde de Turquie ont été arrêtés après l'attentat d'Istanbul, revendiqué par un groupe radical turc, a rapporté l'agence de presse turque Anatolie. Les arrestations ont visé des membres du Parti démocra- tique des peuples (HDP) dans l'en- semble du pays. Parmi les personnes

arrêtées figurent notamment les chefs de section du HDP à Istanbul, Aysel Guzel, et à Ankara, Ibrahim Binici, ont précisé des médias turques. Les membres du HDP arrêtés sont soupçonnés d'appartenance au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit en Turquie), ou d'en relayer la propagande, a ajouté Anatolie. En outre, l'aviation turque a détruit dimanche soir le quartier général de la rébellion du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) dans la région de Zap (Nord de l'Irak), a annoncé l'état- major de l'armée turque (TSK). Lors de cette série de raids, les avions de chasse turcs ont pilonné à 24 reprises douze autres cibles de la guérilla qui ont été complètement détruits, selon la même source. Les «Faucons de la liberté du Kurdistan» (TAK), groupe dissident du mouve- ment rebelle, a revendiqué la respon- sabilité de ce double attentat. Il avait revendiqué trois autres attaques depuis le début de l'année dont la der- nière en juin, un attentat-suicide qui avait tué 11 personnes, sept policiers et quatre civils dans la mégapole stambouliote. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que la Turquie «luttera(it) jusqu'au bout contre le terrorisme». «Que ma nation et mon peuple en soient assurés: nous lutterons jusqu'au bout contre cette malédiction qu'est le terrorisme», a déclaré M. Erdogan lors d'un point presse à Istanbul. «Nous n'allons pas laisser (cet attentat) impuni. Ils paie- ront un lourd tribut», a poursuivi le chef de l'Etat turc. La Turquie a été la cible depuis l'an dernier de nom- breuses attaques attribuées aux rebelles kurdes ou au groupe terro- riste autoproclamé «Etat islamique» (Daech/EI), qui ont notamment frappé Istanbul et Ankara.

SYRIE

L'armée syrienne controle Alep, exode massive vers les zones pacifiées

L'étau se resserre autour des rebelles et du groupe auto- proclamé «Etat islamique» (EI/Daech) à Alep, après la reprise par l'armée syrienne lundi aux groupes armés un grand quartier du sud-est, imposant ainsi le contrôle de la totalité de la ville suite à de violents combats, provoquant l'exode massive des civils vers des zones pacifiées par les forces gouvernementales. Les forces de l'armée syrienne avec le soutien de l'avia- tion russe ont continué dans la nuit de dimanche à lundi à pilonner par les airs et l'artillerie lourde les derniers quar- tiers rebelles, et ont fini par reprendre le quartier Cheikh Said dans le sud-est d'Alep. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), «l'armée syrienne contrôle désormais 90% des quartiers est». «Des frappes aériennes ont touché les quartiers rebelles tout au long de la nuit, jusqu'à l'aube», a précisé l'OSDH. Seconde ville du pays et ex-capitale économique de la Syrie, Alep était coupée en deux depuis 2012, entre l'Est tenu par les rebelles et l'Ouest sous contrôle gouverne- mental. Au moins 413 civils ont été tués à Alep-Est depuis le début de l'offensive le 15 novembre, tandis qu'au moins 139 autres ont péri à cause de tirs de roquettes rebelles sur les quartiers Ouest, selon l'Observatoire.

80% des habitants de Palmyre évacués Au moment où les troupes gouvernementales étaient mobilisés dans une offensive foudroyante pour chasser les rebelles de l'essentiel du territoire qu'ils tenaient dans la cité d'Alep, les éléments de Daech ont envahi à nouveau la ville antique de Palmyre, dans le centre, après le retrait de l'armée, selon l'OSDH. Selon le gouverneur de la province de Homs, Talal al-Barazi, l'armée régulière syrienne a éva- cué 80% des habitants de la ville de Palmyre, prise par Daech jeudi lors d'une nouvelle offensive sur cette ville classée au patrimoine mondial de l'Humanité. «Les habitants de Palmyre ont été évacués et l'armée syrienne est toujours engagée dans des combat acharnés contre les terroristes nouvellement arrivés dans les ban- lieues de la cité antique», a indiqué le gouverneur.

Selon une information du Centre russe pour la réconci- liation des parties en conflit en Syrie, plus de 4.000 terro- ristes de Daech ont lancé une nouvelle offensive visant à s'emparer à nouveau de Palmyre. Des sources concordantes ont affirmé que les troupes syriennes menaient des combats défensifs à Palmyre, esti- mant que le contrôle sur la ville sera rétabli rapidement. L'EI avait pris le contrôle de Palmyre en mai 2015 et en avait été chassé en mars dernier par l'armée gouverne- mentale syrienne avec l'aide de la Russie.

Impuissance internationale et urgence humanitaire Une réunion internationale à Paris consacrée à la Syrie

et la situation à Alep s'est achevée samedi avec des appels à

mettre fin à la souffrance des civils et l'exhortation à trou- ver une solution politique.Face au carnage, les tractations diplomatiques se poursuivent même si la communauté internationale semble incapable de mettre fin aux vio- lences, néanmoins c'est l'urgence humanitaire qui a dominé la réunion (l'arrêt des combats et l'acheminement de l'aide humanitaire). Au total, environ 130.000 civils ont quitté les quartiers de l'opposition depuis le début de la vaste offensive dont Plus de 10.000 civils ont fui les quar- tiers rebelles d'Alep ces dernières 24 heures pour rejoin- dre des secteurs sous contrôle gouvernemental, selon l'OSDH. Le Fond des Nations unies pour l'enfance (Unicef )

a pour sa part dénombré un demi-million d'enfants à Alep

qui ont besoin d'un soutien psycho-social, et 100.000 parmi eux d'une assistance spéciale. «Il y a de sérieuses inquiétudes pour les civils restés dans les quartiers tenus par la rébellion, qui seraient plusieurs milliers», a indiqué

le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. La semaine dernière, la Russie affirmait que des négociations étaient en cours avec des responsables américains pour imposer un cessez-le-feu à Alep et obtenir le retrait des forces rebelles. Déclenché en mars 2011, le conflit syrien a fait plus de 300.000 morts et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population. APS

ADOPTÉE CONTRE L’AVIS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

Quel impact pour la taxe ‘’Youtube’’ ?

Cherbal E-M

Ainsi donc, Manuel Valls aura fini son man- dat de Premier Ministre sur un ultime ‘’dés- aveu’’ des parlementaires de son parti, parve- nus à faire adopter la fameuse loi dite ‘’taxe Youtube’’ à laquelle le gouvernement s’était toujours opposé. En effet, mardi dernier, des députés des deux bords politiques, gauche et droite, se sont ligués, dans une entreprise des- tinée à soumettre les grands acteurs du numé- rique aux régalements fiscaux français, pour faire adopter la ‘’taxe Youtube’’, une « taxe sur les revenus publicitaires des sites mettant à disposition des vidéos gratuites ou payantes sur Internet », explique le site de la radio fran- çaise europe1.fr, ajoutant que cela a été fait, « en dépit de l'avis défavorable du gouverne- ment selon qui le recouvrement sera complexe pour un revenu faible. » Beaucoup d’encre a coulé à propos de cette taxe, déjà retoquée par le parlement en octobre dernier, sous l’impul- sion du gouvernement et notamment Christian Eckert, le secrétaire d’Etat au bud- get, convaincu du peu d’intérêt d’une telle dis- position, dont l’impact est estimé à 1 million d’euros par an, et de la difficulté de sa mise en œuvre. C’était sans compter sur la détermina- tion d’un groupe de parlementaires conduit par le « député PS Marcel Rogemont appuyé par 27 socialistes tandis que, chez les Républicains, Michel Herbillon déposait un amendement identique», note le site lepoint.fr qui explique leur motivation par la convic- tion, selon eux, que «ceux qui tirent profit de la distribution des œuvres audiovisuelles doi- vent contribuer au financement de leur créa- tion. C'est le cœur de l'exception culturelle française.» Parmi les principaux points de discorde, la difficulté de faire la distinction dans les

œuvres diffusées sur Youtube, comme le pré- voit le nouveau dispositif qui accorde un rabat- tement important ; « pour tenir compte de la spécificité des contenus audiovisuels disponi- bles via ces services, pouvant comprendre une part importante de contenus amateurs, créés par des utilisateurs privés, il est prévu un abat- tement d'assiette de 66% au lieu de l'abatte- ment de 4% dans les autres cas", expliquent les auteurs de l’amendement adopté, cité par europe1.fr. Par ailleurs, la disposition exclut de son champ d’application les services utilisant les contenus vidéo pour des fonctions secon- daires, comme les sites d’information ou les sites de presse. Ce nouveau dispositif fiscal consacre par ailleurs une volonté des autorités françaises de soumettre les grands du net à une législation fiscale souvent contournée par le jeu de l’opti- misation fiscale. Même si le gouvernement de Manuel Valls a freiné des quatre fers, au nom d’un réalisme économique et du soutien à l’innovation, l’histoire des relations de la législation française avec les sociétés du monde numérique est jalonnée de disposi- tions destinées à préserver les œuvres cultu- relles et les créateurs français ; « Cette taxe vient compléter, en outre, le dispositif de taxa- tion progressivement mis en place en 1993 sur les DVD, en 2004 sur la VOD payante française

et en 2013 sur la VOD

payante étrangère (Netflix

(Orange, Canalplay

», fait remarquer

lepoint.fr. L’administration du budget explique que l’apport de cette taxe est infime, à peine 1 million d’euros par an, et que sa mise en application sera problématique, étant donné que les grandes entreprise de l’internet domicilient leur siège sociaux en dehors de la France. Une position défendue par des mem- bres du gouvernement de Manuel Valls ; la ministre de la culture et de la communication s’est par ailleurs distinguée par un silence sur la question que d’aucuns ont compris comme un geste de ‘’solidarité gouvernementale’’, même si au fond beaucoup la pensent favora- ble à cette taxation. Pour les partisans de la taxation, l’argument du siège ne tient pas la route, dans la mesure où l’administration fis- cale française s’est dotée d’une direction habi- litée à procéder à des recouvrements à l’étran- ger. Quant aux montants avancés par le gou- vernement, ils ne le contestent pas mais avan- cent ‘’une question de principe’’. CEM

)

)

16 DK NEWS

CULTURE

Mardi 13 décembre 2016

SEMAINE CULTURELLE ALGÉRIENNE À TÉHÉRAN :

M. Mihoubi salue le cinéma iranien et appelle à la coopération bilatérale dans les domaines technique et de formation

Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, s'est réjouit, dimanche à Téhéran du niveau du cinéma iranien et appelé à la coopération bilatérale dans les domaines technique et de formation.

bilatérale dans les domaines technique et de formation. Au terme de sa visite à la cité

Au terme de sa visite à la cité de cinéma

Ghazali, le ministre s'est dit admiratif de l'évolution du cinéma iranien qui se re- flète dans la qualité des créations des arti- sans et artistes en terme de décor, d'accessoires et de costumes. Lors de cette visite, qui s'inscrit dans le cadre de la semaine culturelle algérienne (12 au 16 décembre), M. Mihoubi a eu à voir les réalisations de l'industrie cinéma- tographique notamment les studios dans lesquels ont été tournés de grands films et feuilletons tels que «Youcef Essedik». Le ministre s'est rendu également dans les réserves de logistiques de l'industrie cinématographique (accessoires, décors, costumes

M. Mihoubi et la délégation l'accompa-

gnant se sont déplacés à travers les sites reconstitués dans la Cité de cinéma Gha- zali qui s'étend sur 34 hectares, dont des anciennes villes ayant abrité de grands évènements historiques, des sites archéo- logiques et autres villes modernes. La délégation a visité aussi les chantiers de réalisation de nouveaux studios, dont un décor de tournage d'un film de fiction. La visite du ministre a coïncidé avec le tournage d'un film documentaire de 45 mn sur la vie et l'oeuvre de l'érudit savant Abu Bakr Al-Razi. Le ministre de la culture a indiqué que cette Cité explique le succès du cinéma iranien, car l'oeuvre cinématographique est une création sous tendue par d'autres domaines importants de l'industrie du film. M. Mihoubi a exprimé, dans ce sens, la volonté de coopération entre l'Algérie et l'Iran dans ce domaine, notamment en matière de formation pour profiter de l'ex- périence du cinéma iranien. Le coup d'envoi de la semaine cultu- relle de l'Algérie à Téhéran sera donné lundi soir par les ministres de la Culture des deux pays. Plusieurs activités culturelles figurent au programme de cette manifestation qui sera inaugurée par une soirée animée par l'Ensemble national algérien de musique andalouse (ENAMA), dont des concerts, des conférences et des expositions artis- tiques et de produits de l'artisanat.

De nombreuses activités artistiques au menu La culture algérienne dans toute son expression (cinéma, chanson, arts plas- tiques, artisanat) sera présente à Téhéran (Iran) du 11 au 17 décembre dans le cadre de la semaine culturelle algérienne. La manifestation, dont le coup d'envoi sera donné par les ministres de la Culture des deux pays, débutera par un concert de l'Ensemble national algérien de musique andalouse. La Bibliothèque nationale de Téhéran abritera, tout au long de cette semaine cul- turelle, plusieurs manifestations artis-

tiques dont des expositions d'oeuvres ar- tisanales notamment l'habit traditionnel qui conserve encore son authenticité et ses spécificités. Seront exposées des te- nues traditionnelles conçues par des sty- listes talentueux qui ont su préserver la dimension ancestrale du produit tout en apportant une touche de modernité, dont la Djebba constantinoise, le Karakou algé- rois, la robe kabyle et la «Chedda» Tlem- cenienne classée patrimoine mondial par l'Unesco. Les bijoux se mettront aussi de la partie à travers les créations de Souad Bellouli, du créateur de bijoux kabyle Yahia Adad, et du bijoutier Touareg Aissa Ben Abdallah. Le tapis traditionnel et le tapis de prière algériens donneront une

autre caractéristique à l'exposition, révé- lant le haut niveau d'exécution de ce mé- tier antique. Au programme également les objets de céramique et de poterie de l'artisan Abde- laziz Bacha et les tableaux de la plasti- cienne Anissa Berkani choisis parmi sa dernière exposition en mars 2016 à Alger sous le titre «Dhikr Pictural», fruit de re- cherches sur l'interprétation du symbole des mathématiques cité dans le Coran. Cette semaine connaitra par ailleurs une dynamique littéraire et culturelle à travers la poésie algérienne contempo- raine déclamée par la poétesse May Ghoul et les poètes Ibrahim Seddiki et Bouzid Harzallah. Deux conférences sur l'histoire sont programmées à l'université iranienne la première intitulée «pages glorieuses de l'histoire moderne de l'Algérie» animée par le Dr. Nacer Eddine Saidouni et la se- conde «la résistance algérienne contre l'occupation française (1830-1962)» ani- mée par le Dr. Mohamed Arezki. Les dif- férents manuscrits et oeuvres inédites exposés à la bibliothèque nationale révé- leront la richesse des ouvrages historiques et religieux que possède l'Algérie et qui re- montent à plusieurs siècles. Le cinéma sera au menu avec la projec- tion de films anciens et récents. Le film légendaire «La bataille d'Alger» du réalisateur Gillo Pontecorvo, «Le puits» de Lotfi Bouchouchi, nominé pour les Os- cars et le documentaire «L'Algérie vue du ciel» du réalisateur Yann Arthus-Ber- trand. Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi s'était entretenu à Téhéran di- manche matin avec le président de la Ligue iranienne de la culture et des rela- tions islamiques Abou Dhir Ibrahimi sur les relations privilégiées entre les deux pays. M. Mihoubi a mis l'accent, lors de cette rencontre à laquelle a assisté l'am- bassadeur d'Algérie à Téhéran, l'impor- tance de renforcer la coopération dans les domaines du cinéma, des arts plastiques et de la restauration des manuscrits et de profiter de l'expérience iranienne en la matière.

SELON LE FILS DU MAÎTRE DU MALOUF, SALIM FERGANI :

Le violon de Hadj Mohamed Taher Fergani sera offert au musée national Cirta

Mohamed Taher Fergani sera offert au musée national Cirta Le violon de feu Hadj Mohamed Taher

Le violon de feu Hadj Mohamed Taher Fergani sera offert au musée national Cirta de Constantine «pour perpétuer sa mé- moire et l’histoire de la musique algé- rienne», a annoncé, le fils du maître du malouf, Salim Fergani dimanche soir lors d’une visite de la ministre de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, Mme Mounia Meslem à la maison du défunt pour présenter ses condoléances. «Le violon a accompagné le maître du malouf dans ses concerts depuis 1952 et est le préféré parmi les instruments musicaux que possédait El Hadj» a précisé Salim Fergani. Qualifiant de «grande perte» la mort du maître incontesté du malouf, Mme Meslem

a estimé que «la voix du maître, son coup

d’archet, ses £uvres et sa contribution dans

la préservation de la musique savante res-

teront à jamais gravés dans la mémoire col- lective». Mme Meslem s’est également rendue à l’établissement des personnes âgées de la commune de Hamma Bouziane, où elle a partagé un dîner avec les pension- naires de cet établissement, à l’occasion du Mawlid Ennabaoui. In situ, la ministre s’est enquise des conditions d’hébergement des pension- naires et a donné des instructions à l’effet de favoriser davantage la prise en charge, sur le plan psychologique, des résidents de cet établissement.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 31009592 du 13/12/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 31009592 du 13/12/2016

Mardi 13 décembre 2016

CULTURE

DK NEWS

17

MOSTAGANEM

Coup d’envoi de la 3 e édition du «prix Mohamed Khedda» des arts plastiques

La trosième édition du «prix Mohamed Khedda» des arts plastiques a débuté dimanche soir à la maison de la culture «Ould Abderrahane Kaki» de Mostaganem, avec la participa- tion de 28 artistes plasticiens de 23 wilayas du pays.

La cérémonie d’ouverture de cette édi- tion, dédiée cette année au plasticien Mohamed Oulhaci, fils de la ville de Mostaganem et initiée par la direction de la culture en collaboration avec la maison de la culture, a été marquée par un ver- nissage de 50 tableaux d’arts plastiques dans tous les styles (abstrait, impression- nisme, surréalisme, réalisme, expressio- nisme et moderne). Un jury composé de trois artistes éva- lue les £uvres artistiques proposées pour choisir les trois premiers lauréats, selon les organisateurs. Cette manifestation, marquée aussi par la présence d'élèves de l’école régio- nale des Beaux arts de Mostaganem et d'étudiants de la faculté des lettres et arts de l’université Mostaganem, prévoit des communications sur l’art abstrait, la pro- jection d’un film de dessins animées réa- lisé par Toufik Oulebcir et d'un reportage sur l’artiste Oulhaci Mohamed. Pour rappel, l’artiste plasticien Adel Dib de la wilaya de Tlemcen a obtenu le

plasticien Adel Dib de la wilaya de Tlemcen a obtenu le premier prix de la précédente

premier prix de la précédente édition, suivi des artistes Brahim Abdeldjebbar de Boussaada et de Abdelmoumen Mohamed de Mostaganem, respective- ment en 2ème et 3ème places. L’artiste Mohamed Khedda (1930-1991) fut l’un des fondateurs de l’école des arts plastiques en Algérie. Il a entamé son parcours en dessin à l’âge de 17 ans avant d’émigrer en France en 1953. Il a organisé plusieurs exposi- tions au pays et à l’étranger et contribua au mouvement culturel en assumant plu- sieurs responsabilités au sein du minis- tère de la Culture, au Haut conseil de la culture et à l’école supérieure des Beaux arts. Il créa en compagnie d’autres artistes la troupe «Loucham» dans les années 70 et publia deux ouvrages «Pour un nouvel art» et «feuilles éparses».

KHENCHELA

Ouverture de la 3 e édition des journées littéraires

Le coup d'envoi de la 3ème édition des journées littéraires de la ville de Khenchela, sous le slogan « Aurès, mémoire d’un lieu», a été donné, dimanche à la maison de la Culture du Chahid Ali Souaï, en présence de plu- sieurs poètes et écrivains . Cette manifestation culturelle de deux jours a été marquée par la participation des hommes de lettres venus des wilayas de Souk-Ahras, de Tébessa, d’Oum El- Bouaghi, de Batna et de Constantine, ainsi que de Sétif, de Biskra, d’El-Oued et de Djelfa. Il s’agit d’une occasion pour fêter la lit- térature et inciter ces poètes et écrivains à développer leur sensibilité artistique par le contact et, partant, enrichir leurs expé- riences, a déclaré M. Messaoud Abdessamed, directeur de la maison de la

culture lors de son intervention, préci- sant que des communications sur la litté- rature arabe et amazighe rehausseront ce rendez-vous culturel. Les organisateurs prévoient aussi, un hommage à une figure littéraire, le Dr, Ahcène Telllilani, qui sera l'invité d'hon- neur de cette 3ème édition de ces jour- nées, a-t-on fait savoir. Des ventes dédicaces des ouvrages du poète Djamel Remilli, du chercheur Mohamed Salah Ounissi, ainsi que du journaliste, Nedjemeddine Sidi-Athmene seront organisées au cours des ces jour- nées, a-t-on souligné. La poésie féminine est également à l’honneur aux journées littéraires de Khenchela à travers la participation de plusieurs poétesses venues notamment du Sud du pays, a-t-on ajouté.

CONSTANTINE

« Le voyage de Fahim et le computer » met l’accent sur l’utilisation de l’internet

La pièce pour enfants «Rihlat Fahim oua el hassoub» (Le voyage de Fahim et le computer) dont la générale a été présen- tée au théâtre régional de Constantine (TRC), est une invitation «pédagogique» à une utilisation réfléchie et positive de l’internet. La pièce, présentée samedi en fin d’après-midi, réconciliant l’enfant et le livre, raconte l’histoire du petit Fahim qui délaisse ses devoirs pour naviguer sur le web dont les images des divers sites youtube, facebook, google et autres virus et anti-virus ainsi que Donatello, figure du dessin animé Tortues ninja, le poursuivent dans ses rêves. Lorsque Fahim recourt pour résou- dre ses devoirs à ses compagnons vir- tuels, ces derniers se révèleront incapa- bles et lui conseillent de retourner au livre. Chose qu'il fera et parviendra à améliorer ses résultats scolaires. Le spectacle de 55 minutes tout en

abordant un sujet sérieux réussit à ins- taller dans la salle une ambiance d’hila- rité et de gaieté grâce au jeu corporel des six comédiens et une belle scénographie baignée dans une musique agréable. Un bon accueil a été réservé par les enfants venus en grands nombre à la pièce mise en scène par Salaheddine Milat et écrite par Soufiane Hocine dans un style direct alternant sans discor- dance arabe dialectale et classique. Approché à la fin du spectacle, Milat a indiqué être satisfait à la fois par le jeu des comédiens et l’accueil du public dans une pièce d’un seul acte qui, a-t-il noté, requiert «un long souffle et une grande performance physique». Le Théâtre régional de Constantine propose au jeune public du 24 au 31 décembre une série de spectacles à l’oc- casion des vacances d’hiver, a indiqué son directeur, Mohamed Zetili.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 437 030 du 13/12/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 437 030 du 13/12/2016

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Lundi 13 décembre 2016

Programme de la soirée

20:55DÉTENTE Lundi 13 décembre 2016 Programme de la soirée Person of Interest Créée par : Greg

Person of

Interest

Créée par : Greg Plageman Avec : Jim Caviezel, Kevin Chapman

par : Greg Plageman Avec : Jim Caviezel, Kevin Chapman Finch a infiltré un site gouvernemental

Finch a infiltré un site gouvernemental de haute sécurité pour inoculer un virus informatique à Sa- maritain. Mais la mission n'est pas sans risque pour la Machine et pour lui- même. Sur place, John Greer lui fait une proposi- tion inattendue qui se ré- vèle être en réalité un piège. Sans l'avertir, Reese et Shaw tentent de le re- joindre pour lui prêter main-forte en toute dis- crétion. Mais leur mission est plus difficile que prévu.

crétion. Mais leur mission est plus difficile que prévu. Jeux 21:00 19:55 21:00 Carol R éalisateur

Jeux

21:00Mais leur mission est plus difficile que prévu. Jeux 19:55 21:00 Carol R éalisateur : Todd

leur mission est plus difficile que prévu. Jeux 21:00 19:55 21:00 Carol R éalisateur : Todd

19:55leur mission est plus difficile que prévu. Jeux 21:00 21:00 Carol R éalisateur : Todd Haynes

mission est plus difficile que prévu. Jeux 21:00 19:55 21:00 Carol R éalisateur : Todd Haynes
mission est plus difficile que prévu. Jeux 21:00 19:55 21:00 Carol R éalisateur : Todd Haynes
mission est plus difficile que prévu. Jeux 21:00 19:55 21:00 Carol R éalisateur : Todd Haynes

21:00

Carol

Réalisateur : Todd Haynes Avec : Cate Blanchett, Rooney Mara Date de sortie : Mer. 13 janvier 2016

R ooney M ara D ate de sortie : M er. 13 janvier 20 16 En

En 1952, vendeuse dans un grand magasin, la jeune Therese conseille un jour Carol, une bourgeoise venue acheter un cadeau pour sa fille. Les deux femmes se revoient pour un déjeuner. Puis, Carol,

en instance de divorce, invite Therese à passer les fêtes de Noël en sa compagnie. La jeune femme accepte, au désarroi de son petit-ami,

et se rapproche de cette

dernière. Mais Harge,

l'époux de cette dernière,

21:00dernière. Mais Harge, l'époux de cette dernière, La France a un incroyable talent LA FI NALE

Mais Harge, l'époux de cette dernière, 21:00 La France a un incroyable talent LA FI NALE

La France a un incroyable talent

LA FINALE

dernière, 21:00 La France a un incroyable talent LA FI NALE Les douze finalistes de la

Les douze finalistes de la saison s'affrontent lors de cette der- nière soirée et pour la première fois en direct. Parmi eux, figu- rent Mickaël Dos Santos, Saulo Sarmiento, Jesse & Vivien et Léa, les quatre « Golden Buzzers

» qui avaient été directement

qualifiés par Hélène Ségara, Gilbert Rozon, Kamel Ouali et Eric Antoine lors des auditions. Mais ces derniers n'ont ce soir qu'un rôle consultatif puisque cette fois, seuls les téléspecta- teurs peuvent voter pour leur favori et ainsi désigner le grand vainqueur de la saison, qui

remporte un chèque de 100 000 euros ainsi qu'une participa-

tion au festival « Juste pour rire

qu'une participa- tion au festival « Juste pour rire » de Montréal. Tout le monde joue

» de Montréal.

Tout le monde joue

QUEL ANIMAL ÊTES-VOUS ?

Tout le monde joue QUEL A NIM AL ÊTE S-VOU S ? Pour ce numéro de

Pour ce numéro de décembre, le tandem Nagui/Laurent Baffie est aux commandes et invite les téléspectateurs à jouer en fa- mille pour découvrir leur part animale. L’émission est décou- pée en quatre manches : la vie de famille, le travail, l’alimen- tation et les amours. Comme dans un test de personnalité,

des questions très concrètes sont posées aux six invités sur le pla- teau et aux téléspectateurs. Ce quiz va permettre d'identifier leur profil animal : cigogne,

lion, serpent

l’occasion de découvrir des anecdotes originales sur les dauphins, les corbeaux, les cas-

C'est également

tors

maux, et de tordre le cou à cer-

taines idées reçues.

et plein d'autres ani-

à cer- taines idées reçues. et plein d'autres ani- M eurtres à La R ochelle TÉLÉ

Meurtres à La Rochelle

TÉLÉFILM POLICIER - France

(2015)

à La R ochelle TÉLÉ FIL M PO LICI ER - France ( 20 15 )

Un homme d'affaires est re- trouvé pendu dans la tour Saint-Nicolas, à La Rochelle. La lettre « A » a été écrite avec du sang sur son front. Ce meurtre rappelle celui de sept moines catholiques par des protestants au XVIIe siècle. L'enquête est confiée au capitaine Raphaël Weiss. Celui-ci est placé sous le commandement de sa fille, Jus- tine, avec laquelle il est en froid. Elle découvre alors cer- tains secrets de la vie de son

père.

a du mal à l'accepter.
a du mal à l'accepter.

“Pour avoir du talent, il faut être convaincu qu’on en possède.”

* Gustave Flaubert

Citation

Samouraï-Sudoku n°1458

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. M ots croisés n°1458 1. Etranglement

Mots croisés n°1458

1. Etranglement du gland de la verge par le prépuce

rieure

8.Interjection-Bourgeonsecondaire

2.Charrue-Airellecanneberge

situé sur le côté du bulbe de certaines plantes

9.Négation-Civière-Panorama

3.Ville de la République tchèque - Infinitif 4.Elémentsmincesdont latrancheest utilisée pourle revêtement d'unâtre 5.Dysprosium- Filet de pêche 6.A fait du tort à qqn - Chanceuse 7.Nom de deux pharaons de la XIXe dynastie - Chute de la paupière supé-

10.Travailler dur - Titre d'honneur chezlesBritanniques

11.Engendreqqch-Appuyer

12.Seditd'unmotquin'estpasnéces-

saire au sens de la phrase – Vieux

1.Ancien procédé de sépara- tion de l'argent et du plomb par liquéfaction 2.Imitation des premiers sons émis par un bébé - Rivière du Zaïre - Ancien 3.Caractère de ce qui est rapide - Théâtre national populaire 4.Cardinal français - Auteur- compositeur et chanteur belge 5.Intercède auprès de Dieu - Prêtre

6.Divinité lunaire, infernale et marine de la mythologie grecque - Casque 7.Poète tragique grec 8.Qui est à moi - Ville de Grèce - Rassemblement du peuple français 9.Enlève - Grand, gros 10.Qui est à lui - Oie mâle - Né 11. Dans le lieu où l'on se trouve - Actions inconsidérées 12.Débarrasses une culture de ses mauvaises herbes – Vitesse

le lieu où l'on se trouve - Actions inconsidérées 12.Débarrasses une culture de ses mauvaises herbes
le lieu où l'on se trouve - Actions inconsidérées 12.Débarrasses une culture de ses mauvaises herbes

Lundi 13 décembre 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Grille géante n°158

13 décembre 2016 DÉTENTE DK NEWS 19 Grille géante n°158 Solution Sudoku n°1457 M ots Croisés

Solution

Sudoku n°1457
Sudoku n°1457

Mots Croisés n°1457

SAINTLAURENT CISEAUXnBRAI LEONINES nETE EnDELERUEnAR ROY