Vous êtes sur la page 1sur 3

Centre pour la liberté de la presse et de la culture

Beyrouth, le 26 mars 2010

Communiqué de presse
Le roi Abdallah II appelle les responsables gouvernementaux à l’ouverture
aux médias et les journalistes au respect du professionnalisme

Amman – « Skeyes »
Le roi jordanien Abdallah II a appelé, lors d’un entretien accordé aux
rédacteurs en chef des quotidiens jordaniens et publié le 25 mars 2010, les
responsables gouvernementaux à s’ouvrir à la presse et aux médias et à leur
garantir le droit d’obtenir les informations nécessaires et de travailler
librement. En revanche, il a réitéré son appel aux journalistes de respecter le
professionnalisme et les valeurs de la profession. En réponse à la question de
savoir quelle est sa vision de la situation des libertés de la presse et des
médias en Jordanie, le roi répliqua « vous savez déjà ma position et vous
l’avez entendu plusieurs fois. Nous voulons une presse libre, professionnelle
et autonome qui assume ses fonctions et son rôle parfaitement, sans aucun
obstacle. Nous aspirons à une presse qui écrit et critique de façon libre et
professionnelle et contribue par suite à notre parcours de développement et
de modernisation. J’ai sollicité le gouvernement, par le biais de la lettre de
désignation, à entreprendre toutes les mesures et démarches qui garantissent
une presse libre et professionnelle qui contribue au développement de
l’industrie de médias ».
Et d’ajouter « au moment où les responsables gouvernementaux sont appelés
à s’ouvrir à la presse et aux médias, à leur fournir toutes les informations
nécessaires et à respecter le droit de la presse à obtenir l’information et à
travailler librement, je pense que vous conviendrez avec moi que la presse et
les médias sont tenus de respecter les valeurs et les normes
professionnelles ».
Le roi Abdallah II sollicite les journalistes à s’efforcer à mettre terme aux
exactions non professionnelles, en affirmant : « Vous avez, dans le milieu
médiatique, exprimé votre refus aux exactions non professionnelles et
immorales perpétrées par certaines fractions, et nuisant à la profession de
journalisme, à la société, à la patrie et aux citoyens. Vous, en tant que
journalistes, vous êtes tenus à protéger votre profession et à protéger les
citoyens du chantage exercé par la minorité qui nuit à la profession de
Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org
Centre pour la liberté de la presse et de la culture

journaliste, viole les droits des citoyens et tente de porter atteinte à la


réputation des citoyens sans tenir compte de la vérité ou des normes et
valeurs professionnelles ».
Et d’ajouter « le gouvernement a adopté un code de conduite pour gérer et
régulariser la relation avec la presse de façon à ce que vous assumez votre
rôle en toute liberté, où la loi stipule la non arrestation du journaliste. De
même, la loi a été amandée de façon à ce que les questions liées à la presse
et aux médias soient examinées devant le tribunal de première instance
seulement, en fonction de notre vision qui aspire à une atmosphère
législative claire et nette protégeant le travail journalistique et encourageant
les libertés de presse ». Il a également confirmé que « les exactions et
pratiques non professionnelles commises au sein de la presse ont cessé ». Il a
déclaré « honnêtement, dans le passé certaines pratiques inacceptables
étaient commises, tels que la négociation et le chantage, au détriment du
professionnalisme, de la patrie et des citoyens, cependant tout cela a cessé.
Le code de conduite oblige les responsables à respecter des normes
professionnelles, éthiques et légales claires et nettes dans leur relation avec
la presse. Le syndicat des journalistes et les institutions médiatiques sont
tenus à garantir le respect de tout journaliste et de tout professionnel de
médias au code de conduite adopté selon les critères et normes de la
profession ».
Le roi a insisté sur la nécessité de promulguer des législations garantissant le
droit de contentieux aux citoyens en cas de nuisance à leur réputation, en
notant que « la presse libre, autonome et professionnelle est fondamentale au
pays. En même temps, un mécanisme juridique transparent et conforme aux
critères internationaux de protection des droits et de la réputation de
l’Homme doit être adopté, de façon à garantir aux citoyens le droit de
contentieux contre toute accusation erronée ou allégation fausse nuisant à
leur réputation ».
Le centre « Skeyes » pour la liberté de la presse et de la culture salue les
positions du roi Abdallah II appuyant la liberté de presse et le droit des
médias d’obtenir toute information nécessaire et confirmant que la loi stipule
la non arrestation du journaliste. De même, les propos du roi sur l’arrêt des
pratiques non professionnelles, représentent une médaille pour tout
journaliste jordanien. A cet effet, le centre « Skeyes » demande aux
responsables du royaume hachémite de mettre en application les
Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org
Centre pour la liberté de la presse et de la culture

recommandations et directives du roi, d’annuler les procès et jugements


rendus à l’encontre des journalistes et écrivains sur la base de la liberté
d’expression et d’opinion, et de s’acharner à abandonner toute question ou
tout procès semblable quelle que soit les raisons et motifs.

Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org