Vous êtes sur la page 1sur 6

MODÉLISATION D’UN ÉCHANGEUR THERMIQUE

T.D. G.E.I.I.

L’échangeur représenté …gure 1 est alimenté en vapeur d’eau à la température a et avec un


débit volumique kS ( S section d’alimentation ) réglable par une vanne; l’eau pénètre, elle, à la
température de référence T e = 0ref …xe, avec un débit q constant. Les températures de sortie sont
v pour la vapeur, et s pour l’eau, mais cette dernière ne peut être mesurée qu’en m avec un retard
de tr secondes.

…gure 1

1. Déterminer les variables d’entrée et de sortie de ce système.

2. Ecrire les 3 lois physiques qui interviennent dans la description de son fonctionnement : transfert
de chaleur à travers une paroi, quantité de chaleur apportée par un ‡uide dans un réservoir
par unité de temps, bilan énergétique (variation de la quantité de chaleur par seconde).
On pose pour celà les notations suivantes :

R : résistance thermique

Pr. I. Zambettakis
C : capacité calori…que, en J / C
C = mc; c : capacité calori…que massique en J / kg et C
: masse volumique

remarque : C = cV si le volume varie; ici le réservoir est fermé donc les débits entrants sont
égaux aux débits sortants et il n’y a pas de variation de volume.

3. En déduire les équations d’évolution des températures de sortie pour la vapeur v et pour l’eau
s:

4. Linéariser ces équations et en déduire les équations di¤érentielles du système linéarisé tangeant
autour d’un point de fonctionnement ( S0 , v0; s0 ).

5. donner alors les transferts S ! s et S ! m entre la variation S = S S0 et les


variations s = s s0 ou m = m m0 .

6. Proposer alors un schéma fonctionnel de ce système où l’asservissement de la température


m à une température désirée d est assuré par un thermocouple (qui fournit une tension
proportionelle à l’écart d m ), suivi d’un moteur et d’un système bielle manivelle qui
permettent d’actionner la vanne (cet ensemble peut être assimilé à un gain K compte-tenu des
dynamiques du système); on s’inspirera pour celà de la démarche présentée à la …n du cours
sur la linéarisation.

SOLUTION
1. entrée : S section d’alimentation sorties : v (vapeur) et s (eau) mesurée par m )
système S.I.M.O.;
ou bien on considère seulement m ) système S.I.S.O..

(a) transfert de chaleur à travers une paroi :


1
( chaude f roide )
R
remarque : Ici R est la résistance moyenne de l’échangeur tout entier. Pour modéliser
plus …nement il faudrait exprimer le transfert vapeur $ eau localement; en toute rigueur
c’est : Z
1
( chaude f roide ) dl
tube R

où chaude et f roide sont les températures de la vapeur et de l’eau le long du tube.


(b) quantité de chaleur par unité de temps apportée par un ‡uide dans un réservoir (entrant
- sortant) :
c qin in c qout out

Pr. I. Zambettakis
(c) bilan énergétique :

dH d(C )
variation de la quantité de chaleur par seconde = = = gains - pertes
dt dt
(a) pour la vapeur : température de sortie v

d v 1
mv cv = kS v cv ( a v) ( v s) (1)
dt R
pour l’eau : température de sortie s mesurée par m

d s 1
me ce = q e ce (0 s) ( v s) (2)
dt R
2. Le terme non linéaire est S v dans l’équation d’évolution de v 1;l’équation 2 relative à s est
linéaire. le terme non linéaire étant un produit, le système est dit bilinéaire (c.a.d. à non
linéarités de type produit uniquement).
Autour du point de fonctionnement ( ouverture vanne S0 , v0; s0 ), la variation du terme S v
peut être approchée suivant l’approximation de Taylor au premier degré par :

@S v @S v
S v S0 v0 = (S S0 ) + ( v v0 ) = [ v ]0 (S S0 ) + [S]0 ( v v0 )
@S 0 @ v 0
= v0 S + S0 v:

La di¤érence membre à membre entre l’équation d’évolution de v1 et son écriture au point de


fonctionnement ( S0 , v0; s0 ) conduit alors à :

d v 1
mv cv = kS v cv a kS v cv v ( v s)
dt R
1
0 = kS0 v cv a kS0 v cv v0 ( v0 s0 )
R

d v 1
mv cv = k v cv a S k v cv [ v0 S + S0 v] ( v s)
dt R

d v0
ou encore, sachant que = 0 puisque v0 est une constante :
dt

d v 1
m v cv = k v cv ( a v0 ) S k v c v S0 v ( v s) : (3)
dt R

De même pour l’eau, l’équation 2 s’écrit, au point de fonctionnement :


1
0= q e ce s0 ( v0 s0 ) ; (4)
R

Pr. I. Zambettakis
et la di¤érence membre à membre de l’équation 2 avec 4 fournit pareillement l’équation au
variables d’écart correspondante :

d s 1
me ce = q e ce s ( v s) ; (5)
dt R

d s0
en utilisant ici aussi le fait que = 0 puisque s0 est une constante.
dt
Les deux équations 3 et 5 caractérisent le système linéaire tangent au système (1, 2) au point
de fonctionnement ( S0 , v0; s0 ); c’est un système de deux équations di¤érentielles linéaires
d’ordre 1 qui peut plus simplement s’écrire :
d v
= a S+b s c v (6)
dt
d s
= f s+g v
dt

les paramètres a; b; c; f et g s’exprimant, en fonction des paramètres donnés, par :


k v cv ( a v0 )
a = ;
mv cv
1
b = ;
Rmv cv
k v c v S0 R 1
c = ;
Rmv cv
Rq e ce + 1
f = ;
Rme ce
1
g = :
Rme ce

3. Le transfert S ! s s’obtient en éliminant v dans 6, ce qui nécessite de dériver une fois la


deuxième équation de 6 :

d2 s d s d v d s
= f +g = f + g [a S + b s c v]
dt2 dt dt dt
d s c d s
= f +g a S+b s +f s :
dt g dt

d
En posant = p, l’opérateur de dérivation, on obtient :
dt
ag
s = S
p2 + (f + c) p + (cf gb)

puis pour le transfert S ! m il faut traduire le fait que la mesure m de s est e¤ectuée par
un capteur qui présente uniquement un retard tr , soit :

m = s (t tr ) ;

Pr. I. Zambettakis
tr p
le retard s’exprimant en calcul opérationnel par l’opérateur de retard e ; il vient :
tr p
m = se
tr p
m = se

donc :
ag tr p
m = e m:
p2 + (f + c) p + (cf gb)

(a) Schéma fonctionnel du processus seul (en boucle ouverte) :

F (p)
S0 S0 S0 S0
? ? ? ?
S S S S m
- + - + - k - echangeur - + + - retard -

?
v
- retard - + - m

6
m0

(b) asservissement à l’aide d’un thermocouple et d’un système bielle-manivelle :

d " S s m
- + - thcple+moteur+BM - k - echangeur -capteur -

En assimilant le thermocouple et le système bielle-manivelle à un gain K; il vient succes-


sivement les schémas équivalents suivants :

F (p)

S0 S0 m0
? ? ?
d "0 + " S S m
- + - K - + - + -k - echangeur -capteur - + -

+
m
6
m0
Pr. I. Zambettakis
qui peut encore s’écrire, puisque K("0 + ") = K"0 + K "; avec "0 = d0 m0 :
F (p)

d0 S0 m0
? ? ?
d " S m
- + - + - K - + -k - echangeur -capteur - + -

+
m
6
m0
plus généralement, il en est de même si K est un régulateur linéaire.

Pr. I. Zambettakis