Vous êtes sur la page 1sur 3

TD : Spécial

I. Contexte économique et terminologie financière :

1. QUI EST LEWIS RANIERI ?


Lewis S. Ranieri (né en 1947) est un ancien courtier en obligations, associé fondateur et actuel président
de Ranieri Partners, une société immobilière. Il est considéré comme le «père» des titres adossés à des
créances hypothécaires, pour son rôle de pionnier dans leur émergence dans les années 1970, durant son
mandat chez Salomon Brothers, où il a accédé au poste de vice-président. Bien qu'il ait été nommé par
BusinessWeek en 2004 comme "l'un des plus grands innovateurs des 75 dernières années, il fut plus tard
fortement critiqué pour son rôle dans la crise des subprimes de 2007-09.
2. TITRISATION:

La titrisation est un montage financier qui consiste à émettre des titres adossés à un panier d'actifs, le
plus souvent des créances. Les actifs sous-jacents sont pour ainsi dire « transformés » en titres, d'où
l'expression « titrisation » (securitization en anglais). Les revenus versés au détenteur du titre sont issus
des produits des actifs sous-jacents, d'où le terme générique ABS, Asset-Backed Securities.

3. QU’EST-CE QU’UNE OBLIGATION HYPOTHECAIRE TITRISEE ?

4. QUE SIGNIFIE LE MOT « SWAP » EN FINANCE ?

Le swap est un contrat qui est établit entre deux parties afin d'échanger une valeur contre une autre
valeur. un swap est un produit dérivé financier. Il existe plusieurs types de swaps qui sont le swap de
taux qui se caractérise par l'échange d'un taux fixe contre un taux variable.
5. DÉFINISSEZ LES TERMES ANGLICISMES SUIVANTS : ABS (ASSET BACKED SECURITY); MBS (MORTGAGE-BACKED SECURITY) ;
CDO (COLLATERALISED DEBT OBLIGATION) ; CDS (CREDIT DEFAULT SWAP) ;

La terminologie liée aux ABS est assez foisonnante. Il se peut d'ailleurs qu'étant donné le tarissement actuel
des opérations de titrisation, certains de ces termes tombent rapidement dans l'oubli…

Tout d'abord le terme ABS lui-même est porteur d'une certaine ambiguïté : par commodité, il est utilisé pour
désigner l'ensemble des titres issus des titrisations, puisque après tout c'est bien ce que le nom veut dire.
Mais c'est un faux ami (comme les TCN) : en fait on devrait apparemment utiliser le terme d'ABS pour
tout ce qui n'est pas rattaché aux créances hypothécaires, ce qui donne 2 catégories (entre parenthèses la
nature des actifs sous-jacents) pour les titres à moyen-long terme, auxquelles s'ajoute une 3ème catégorie,
celle des titres à court terme:

MBS : Mortgage Backed Securities, titrisation de créances hypothécaires, dont :


ABS : titrisation de tout autre type d'actifs.
CBO : Collateralized Bond Obligation (obligations)
CLO : Collateralized Loan Obligation (prêts bancaires)
CDO : Collateralized Debt Obligation (actifs divers, généralement non hypothécaires) ; la particularité des
CDO est d'être structurés en « tranches » de niveau de risques croissant.

CDS sont des contrats de couverture des risques de défaut des crédits en portefeuille. Le principe de
fonctionnement est le suivant : l’acheteur de swap paie une prime périodique fixée d’avance et en contrepartie ,
le vendeur de swap paie l’encours du crédit en cas de sinistre .

II. Acteurs et pratiques de titrisation :


Trader : Le terme de "trader" vient de l'anglais "trade" qui veut dire "échange, commerce". Un trader est donc
un individu qui négocie des titres, au service d'une grande banque ou d'une société de Bourse. Son travail
consiste à acheter à bas prix des produits financiers (titres, devise, obligation, action) et à les revendre lorsqu'ils
sont au plus haut prix. Il doit donc anticiper la hausse et en acheter, et anticiper leur baisse et les revendre

Marché de titrisation :

Shorter : terme anglo-saxon désignant l'opération de vente à découvert. Cela consiste à vendre un titre que
l'on ne possède pas dans l'espoir de le racheter à un cours plus bas pour générer une plus-value. On détient
alors une position short ou courte. Cette position se doit d'être débouclée en achetant les titres qu'on a
précédemment vendus

Agence de notation financière : Les agences de notation (credit rating agencies) ont pour mission principale
de délivrer des informations sur le risque de défaut de paiement des entreprises ou des gouvernements, en
notant la qualité des titres qu’ils émettent.
La note AAA: Le sigle AAA ou également prononcé triple A est la note maximale qu'une entreprise ou un
pays puisse obtenir auprès des agences de notation. Il mesure la solvabilité d'un État, d'une entreprise et leurs
permet un taux d'intérêt moins élevé lorsqu'ils vont se financer sur le marché qu'un acteur économique moins
bien noté.

III. Essai de compréhension de la crise financière de 2007-


2008 :
Crise des subprimes : La crise des subprimes est une crise financière qui toucha les États-Unis à partir de
juillet 2007 et qui se diffusa dans le monde entier. Les subprimes sont des prêts immobiliers dont le taux
d'intérêt varie en fonction de la valeur du bien qu'ils ont permis d'acheter : plus celui-ci vaut cher, et plus les
intérêts que paie l'emprunteur sont bas. Quand le bien perd de la valeur, le taux d'intérêt augmente.

Les causes et les conséquences de la crise des subprimes : En 2006, les crédits subprimes représentaient 24%
des nouveaux crédits immobiliers octroyés aux Etats-Unis. Or, les conditions d'octroi de ces crédits faisaient
peser un risque de solvabilité sur des ménages à faible revenu. De fait, en 2007, près de trois millions de
foyers américains étaient en situation de défaut de paiement.

Les raisons de la “crise des subprimes" sont également liées à d’autres facteurs :

• les taux d'intérêt de ces crédits étaient variables et indexés sur le taux directeur de la banque centrale
américaine ; or, entre 2004 et 2007, la Réserve fédérale américaine ou FED a rehaussé son principal taux
d'intérêt directeur, qui est passé de 1% en 2004 à plus de 5% en 2007.

• les créanciers (banques et organismes de crédit spécialisés) ont titrisé une partie de ces créances ; cela
signifie qu’ils les ont transformées en titres émis sur les marchés financiers, notamment en obligations
appelées ABS et CDO qu’ils proposaient aux épargnants.