Vous êtes sur la page 1sur 4

bios 1

Introduction

Le flashage d'un Bios. Opération à première vue simple et qui a plongé bon nombre d'entre nous
dans une angoisse terriblement longue. L'impression que les quelques secondes que cela prend
durent des heures. Et l'effroi lorsque celui-ci se passe mal ! Au vu des nombreux messages d'aide
sur le forum à ce sujet, nous avons décidé de vous expliquer ce qui pour nous est la dernière
chance de récupérer un mauvais flashage. La méthode du barbare ! :-)

Les bases d'un Bios

Procédure de tests matériels

Lorsque vous extirpez votre ordinateur de son sommeil, la toute première chose qui se produit est
la remise à zéro des crasses mémoire contenues dans le registre d'adresse du processeur. Cette
remise à zéro se fait via un conducteur spécial et la seule adresse écrite est celle constituant le
début du BIOS. Ensuite, il faut savoir qu'une foule d'opérations sont réalisées pendant les quelques
instants où vous n'entendez que le bruit des ventilateurs et autres périphériques tourner. Ce
passage n'en reste pas moins important, car c'est à ce moment là que tous les tests matériels sont
effectués pour savoir si la machine est « bootable ». Des tests seront effectués sur :

- Le processeur (est-ce que je fonctionne)


- Les connecteurs (AGP, PCI, série, parallèle, ...)
- La carte vidéo
- La RAM
- Clavier
- Disque Dur et lecteur de disquettes

Cette procédure est appelée le POST (Power on Self Test et en français test de soi-même à la mise
sous tension). Ce POST n'est utilisé que pour le démarrage à froid, c'est-à-dire ordinateur éteint.
Une procédure moins lourde est chargée en cas de redémarrage à chaud ou pour faire plus simple
un CTRL+ALT+DEL parce que mon pc a planté ! :-) Notez également que le Reset bien que
redémarrant également la machine à chaud, est considéré comme une mise sous tension. Il s'en
suivra donc que le POST sera chargé malgré tout. Bref, une fois le POST terminé, une comparaison
est faite avec la dernière copie du CMOS Setup. C'est en fait la partie du BIOS paramétrable par
l'utilisateur qui contient notamment la configuration de la machine. Si une différence est trouvée
(un ajout de disque dur par exemple), un message vous invitera à aller en modifier les options pour
se conformer aux tests matériels.
Procédure de boot

Une fois le POST terminé, le BIOS va charger le Bootstrap. Ce petit


programme va vérifier dans le Setup quels sont le ou les
périphériques de démarrage. Une fois identifié, il va tenter de charger
un Master Boot Record (Enregistrement du démarrage principal) sur
le support. Ce petit programme de 446octets va effectuer le
chargement du premier Boot record (enregistrement de démarrage) du support. Le Boot record est
un autre programme de 16octets qui va lui s'occuper de charger le système d'exploitation. Pourquoi
créer un Master Boot Record alors me direz-vous ? En fait, il ne sert que dans le cas d'un multi-
boot de plusieurs OS. Il sera créé alors pour chacun de ceux-ci un Boot Record qui lui est propre et
le Master Boot Record contiendra un logiciel de multi-boot tel Bootmagic par exemple. Si aucun
Master Boot Record n'est trouvé, il testera le périphérique suivant configuré dans le Setup et ainsi
de suite jusque l'affichage d'erreur si aucun n'est bootable. Une limitation existe tout de même
pour le nombre de Boot Record. Il ne peut y en avoir maximum que 4 par support. Vous pourrez
donc avoir 4 partitions principales pouvant booter un OS ou 3 principales et une étendue pouvant
elle en recevoir plus si l'espace vous le permet.

Le Setup

Maintenant qu'on y voit un peu plus clair dans le déroulement du démarrage


bios 2

d'un ordinateur, attardons-nous un peu sur l'importance de ce Setup. Comme on l'a vu plus haut, le
POST permet au Bios d'effectuer des tests matériels afin d'initialiser ceux-ci. Si celui-ci teste un
matériel inconnu pour lui, le Bios ne pourra le reconnaître non plus. C'est donc pour cela qu'il existe
le flashage du Bios. Cette technique permet de mettre à jour la liste des périphériques compatibles
avec un Bios. Cela peut aller d'un nouveau processeur à une génération de disque dur plus récente
par exemple. Pour cela, le Bios est une mémoire dite Eeprom. Eeprom veut dire en anglais
Electrical Erasable Programmable Read Only Memory. En français, cela donne une mémoire morte
électriquement effaçable et programmable. Le principe de programmation de cette mémoire est
d'effacer son contenu pour ensuite tout reprogrammer. C'est justement pour cela que l'opération de
flashage est délicate. Il ne s'agit pas ici de modifier seulement les données qui ont changé comme
on le ferait sur un disque dur par exemple. Il faut tout effacer avant de pouvoir mettre le nouveau
programme. Si celui-ci est mal implanté, la mémoire est INUTILISABLE puisque le pc ne pourra
plus booter faute de ne pouvoir lancer le POST.
Récupération d'un mauvais flashage

Préparation

Avant de tenter quoi que ce soit pour récupérer le Bios, il faut bien préparer les outils et
programmes nécessaires à tout cela. Dans un premier temps, voici le matériel nécessaire :

- Une carte mère IDENTIQUE à la votre (ou alors une série identique, comme par exemple une
KT7A version normale et une KT7A version RAID).
- Un (très) petit tournevis plat ou une petite cuillère à café (le manche est très pratique pour
enlever les puces)
- Tous les utilitaires de flashage ainsi qu'un Bios valide sur un Cd-Rom réinscriptible par exemple
(pas une disquette, car ce support n'est vraiment pas fiable pour cette opération).
- Une croix de Jésus, le Coran ou encore votre Bouddah :-) (cette dernière option n'est pas
obligatoire)

Ensuite, il faut régler le Bios de la carte mère identique pour qu'il fonctionne d'une certaine
manière. En effet, il faut savoir qu'il existe des options dans le Setup pour forcer la mise en cache
du Bios. Si cette option n'est pas activée, un plantage pourrait survenir lors de notre future
manipulation. Donc, rendez-vous dans le setup pour activer les options telles que :

- System Bios Cacheable


- Video ram Cacheable
- Video Bios Shadow Cacheable

Ces options sont généralement situées dans la partie Advanced Bios Features du Setup.

En dernier lieu, il faut savoir qu'il existe deux types de packaging des Bios. La méthode ne change
quasiment pas pour les deux puces, et une photo pour chaque type est disponible.
bios 3

Une fois tout cela réglé, il ne reste plus qu'à attaquer la bête. Nous allons tenter de récupérer le
BIOS !

Manipulation

Premièrement, je voulais vous faire savoir que j'ai tenté tout d'abord pour mon test de booter en
plaçant la puce saine dans la carte mère où le Bios était corrompu pour ensuite switcher les puces
et reprogrammer la défectueuse. Cela n'a jamais fonctionné pour une raison que malheureusement
j'ignore. Alors je me suis tourné sur l'autre solution. Celle de booter sur la carte mère saine,
d'enlever sa puce et y placer la corrompue pour la reflasher. Donc, voici ce que je préconise pour
une meilleure réussite.

Tout d'abord, bootez avec un Cd-Rom de démarrage genre celui de Windows98. Une fois sous DOS,
retirez la puce en faisant levier avec le tournevis. Les photos illustrent la manière avec les deux
types de puces rencontrées sur les cartes mères actuelles. Prenez garde à ne pas plier les pattes
de la puce et à ne pas les COURT-CICUITER (vous pouvez isoler votre outil avec de la bande
adhésive par exemple). Pour cela, je vous conseille de la laisser le plus possible horizontale à la
carte mère et de faire levier des deux côtés de celle-ci pour une meilleure répartition des forces
pour la grande puce. Pour la petite, introduisez le tournevis dans un des coins, puis dans celui
opposé en faisant levier. Une fois la puce retirée (rassurez-vous, cela ne comporte aucun risque si
vous ne la court-cicuitez pas), il faut procéder à la mise en place de la puce corrompue. Pour cela,
il faut tout d'abord faire attention au détrompeur et ensuite bien vérifier avant que les pattes soient
bien droites (uniquement pour la grande puce). Ensuite, placez correctement la puce et enfoncez-la
délicatement en poussant bien au milieu de celle-ci. Une fois placée, il vous suffit de lancer le
programme de flashage et de retenter la manoeuvre. Cependant, certaines cartes mère vous feront
encore des misères malgré cela. Je vous conseille alors AVANT de retirer la puce saine de lancer le
programme de flashage et de le fermer sans rien faire d'autre. Ensuite, recommencez la
manoeuvre décrite plus haut. Personnellement, j'ai pu, grâce à cette méthode, refaire fonctionner
deux cartes mère: une KT7 et une P5A. Toutefois, je ne vous garantis pas que cela fonctionnera
systématiquement sur toutes les cartes tant la méthode est tout de même floue.
bios 4

Je dénie également toute responsabilité si vous abîmez quoi que ce soit en exécutant cette
manoeuvre. Vous manipulez votre matériel à vos risques et périls.