Vous êtes sur la page 1sur 9

Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

CHAPITRE II
La synthèse protéique
Introduction :
Chez les eucaryotes la molécule d’ADN porteuse de l’information génétique est toujours
enclavée à l’intérieur d’un organite (noyau), elle ne peut sous aucun cas se retrouver au niveau
du cytoplasme où elle risque une dégradation enzymatique sous l’action de nucléases
cytoplasmiques.
Pour cela, l’information génétique portée par les gènes, doit passer de l’ADN à un acide
nucléique capable de se déplacer hors de l’enveloppe nucléaire sans risque d’altération, l’ARN.
Le passage de l’ADN vers l’ARN est appelé la transcription.
Au niveau des procaryotes, la presque totalité de l’ADN est transcrit en ARN (forte densité
génique), alors qu’au niveau des eucaryotes, seul 3% du génome correspond à de l’ADN codant
(faible densité génique) et donc transcrit.
Selon le type d’ARN polymérase (enzyme responsable de la transcription) et le type d’ARN
produit, il existe 3 classes de gènes :
Les gènes de classe I : qui sont transcrits en ARNr par l’ARN polymérase I.
Les gènes de classe II : qui sont transcrits en ARNm par l’ARN polymérase II.
Les gènes de classe III : qui sont transcrits en ARNt par l’ARN polymérase III.
Rôle des différents ARN dans la synthèse protéique :
L’ARNr : joue le rôle de machinerie grâce à son association avec les protéines ribosomales
pour former les ribosomes, c’est à leur niveau que la chaine polypeptidique se forme.
L’ARNm : joue le rôle de matrice, c’est à leur niveau que le message (l’information génétique)
est véhiculé du noyau vers le cytoplasme et plus précisément au niveau des ribosomes.
L’ARNt : joue le rôle de transporteur et d’enzyme de synthèse des polypeptides, c’est à leur
niveau que les acides aminés (aa) sont véhiculés.
I- La transcription
C’est grâce à la transcription que l’information génétique passe du noyau vers le
cytoplasme. La transcription est une réaction de polymérisation de ribonucléotides à partir
d’une matrice, ( le brin 3’→5’ de l’ADN), sous l’action d’une enzyme spécifique l’ARN
polymérase, le sens de la transcription est toujours 5’→3’ donc la transcription est antiparallèle,
et les bases sont complémentaires, (Test remplacée par U).
D’une façon générale, la transcription nécessite un ensemble de processus qui débutent par
l’initiation, suivit par l’élongation et enfin arrêter par la terminaison.

1
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

- L’initiation : les 3 ARN polymérases exigent des séquences promotrices différentes


pour permettre l’initiation de la transcription et la localisation de ces séquences p/r au
site d’initiation est caractéristique pour chacune des enzymes.
De même, chaque enzyme exige des protéines accessoires, appelées facteurs de
transcription, se liant de façon spécifiques à ces séquences.
* La transcription par les ARN poly I et II dépend en partie de séquences situées dans
les 100 pb en amont de l’unité de transcription donc dans la région 5’ de la région
codante du gène.
* Pour l’ARN poly III, les facteurs de transcription se lient à des sites (promoteurs)
présents dans l’unité de transcription, ce qui implique que la région promotrice,
essentielle pour la transcription des gènes de classe III, est située dans la région codante
du gène.

Figure 1. Les facteurs de transcription reconnaissent les séquences promotrices qui leurs sont
spécifiques pour permettre à l’ARN polymérase de s’attacher à l’ADN et commencer la transcription des
gènes de classe I (a), de classe II (b) et de classe III (c).

2
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

L’initiation débute toujours par deux phénomènes essentiels :

 La décondensation de la chromatine

 L’ouverture de la double hélice pour former la boucle de transcription

Figure 2. Boucle de transcription où l’ADN (3’→5’) sert de matrice

- L’élongation : il s’agit d’un rajout systématique de ribonucléotides complémentaires


aux désoxyribonucléotides présents au niveau du gène. (T est remplacé par U : Uracile)

- La terminaison : les séquences qui déterminent les extrémités 3’ de chaque ARN


fonctionnel sont aussi particulières à chacune des ARN poly.
Seule la fin de la transcription des ARNt donne les extrémités 3’ de la molécule finale.
L’extrémité de l’ARNm est générée par l’ajout d’une queue poly A et l’extrémité 3’ de l’ARNr
est générée par un clivage exonucléasique.

Figure 3. L’instabilité de l’hybride ARN/ADN est nécessaire pour décrocher l’ARN de l’ADN

I.1- Les systèmes de transcriptions :


La structure et l’organisation des unités de transcription eucaryotes sont donc beaucoup plus
complexes que celles des procaryotes. Une partie de cette complexité résulte de l’utilisation de
3 systèmes de transcription nucléaires distincts en plus des systèmes de transcription du génome
mitochondriale et chloroplastique.

3
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

I.1.1- Le système de transcription des gènes de classe I :


Ces gènes sont transcrits par l’ARN polymérase I, leur nombre va d’une centaine à plusieurs
milliers selon l’espèce. Ils sont localisés sur une région chromosomique spécifique appelée
organisateurs nucléolaire (en interphase : nucléole), structure où les ARNr sont transcrits, les
pré-ARNr transformés et les sous-unités ribosomiques assemblés.
Dans toutes les espèces, chaque unité de transcription d’ARNr code pour les ARNr 18S ; 5.8S
et 28S, dans cette série l’ordre est toujours le même dans le sens 5’→3’.

Figure 4. Organisation des gènes d’ARNr


Les 3 séquences codantes sont à la fois flanquées et séparées par des segments transcrits qui
seront éliminés pendant la maturation de l’ARNr précurseur, ceux qui sont externes portent le
nom de 5’ETS et 3’ETS, ceux qui sont internes portent le nom de 5’ITS et 3’ITS.
La transcription par l’ARN poly I des groupes de gènes d’ARNr 18S ; 5.8S et 28S produit de
long transcrits (45S) contenant une séquence de chaque ARNr et les séquences d’espacements.
L’ARNr précurseur va subir des méthylations différentielles puis des clivages post-
transcriptionnelles par une endonucléase (coupe les ITS) et par une exonucléase (coupe les
ETS) pour produire les ARNr matures.

Figure 5. Maturation des ARNr

4
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

L’association de l’ARNr 18S avec des protéines ribosomales constitue la petite sous unité du
ribosome, alors que l’association des ARNr 5,8S et 28S (plus l’ARN5S) avec des protéines
ribosomales constitue la grosse sous unité du ribosome.
Les deux sous unités sortent séparément du noyau via les pores nucléaires et s’associent au
niveau du réticulum endoplasmique rugueux. Une fois assemblés les ribosomes ne peuvent plus
traverser l’enveloppe nucléaire.

I.1.2- Le système de transcription des gènes de classe II :


La transcription par l’ARN poly II des gènes d’ARNm produit de long transcrits contenant des
séquences qui seront traduites (exons) et des séquences qui seront éliminées (introns).
La maturation des ARNm se fait par l’ajout d’une coiffe en 5’, par l’épissage ou élimination
des introns et par le rajout d’une queue polyA en 3’.

Figure 6. Organisation des gènes d’ARNm et maturation des ARNm

5
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

I.1.3- Le système de transcription des gènes de classe III :


La transcription par l’ARN poly III des gènes d’ARNt (et d’autres ARN) produit de long
transcrits qui vont se repliés sur eux-mêmes pour former une structure en trèfle bien spécifique.
Le repliement du brin d’ARN va provoquer la formation de liaisons hydrogènes entre bases
complémentaires bien que la majorité de l’ARNt est sous forme monocaténaire. La structure
tridimensionnelle de l’ARNt met en avant deux sites spécifiques :
-Une boucle qui comprend 3 bases (anticodon),
- Et un site d’attachement de l’acide aminé au niveau de son extrémité 3’(CCA).

Figure 7. De gauche à droite : Structure tridimensionnelle d’un ARNt, Structure schématique d’un ARNt,
Structure schématique d’un aminoacyl-ARNt
II- La traduction ou synthèse protéique
La fonction des ribosomes est de synthétiser les protéines en décodant l'information
contenue dans les ARN messagers : c'est la traduction.
La petite sous-unité fixe l'ARN messager et la grande sous-unité fixe les ARN de transfert.
Quand la traduction est terminée, les deux sous-unités se dissocient.
Elle suit un ordre précis d’événements : initiation, élongation et terminaison.
La traduction est un processus cyclique au cours duquel la terminaison suit l'élongation qui
elle-même suit l'initiation et ainsi de suite.
Ces événements nécessitent un très grand nombre de protéines appelés facteurs de
traductions.
La synthèse peptidique s'effectue de l'extrémité N-ter → l'extrémité C-ter de la chaîne
polypeptidique. L'élongation s'effectue donc par l’addition séquentielle d'un acide aminé à
l'extrémité C-terminale de la chaîne polypeptidique liée au ribosome.
La synthèse peptidique s'effectue sur 3 étapes : Le décodage, la transpeptidation et la
translocation.

6
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

II.1- Le décodage :
Il est définit par un code spécifique appelé code génétique qui constitue à lire les bases
par trois => code de triplet pour chaque aa. Chaque triplet est nommé codon.
Exemples : AUG → Met
UCC → Ser
Il existe 64 combinaisons possibles et seulement 20 aa, certains aa sont codés par différentes
combinaisons de triplets.
Exemples : UCN, AGU et AGC → Ser où N=A, U, G ou C.
CUN, UUA et UUG → Leu où N=A, U, G ou C.
Seul 61 codons correspondent à des aa, il existe 3 codons qui ne correspondent à aucun aa, ils
sont appelés codon stop : UAA, UAG et UGA.

Figure 8. Le code génétique

7
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

La complémentarité du codon et anticodon est obligatoire pour permettre l’appariement des


ARNt aux ARNm.
La traduction a pour point de départ, le codon initiateur ou codon START, celui de la Met.
Dans la majorité des cas, les polypeptides perdent la Met à la fin de la traduction par clivage
enzymatique.

Figure 9. Complémentarité entre le codon Met (5’AUG3’) et l’anticodon (3’UAC5’)


II.2- La transpeptidation :
La transpeptidation ou formation de la liaison peptidique implique une attaque du
groupement aminé de l'acide aminé au site A du ribosome sur le groupement carbonyle de
l'acide aminé au site P du même ribosome.
Le site A ou Aminoacyl est le site « accepteur » occupé par l'aminoacyl-ARNt.
Le site P ou Peptidyl est le site occupé par le peptidyl-ARNt :
→ C’est-à-dire l'ARNt qui porte la chaîne polypeptidique en croissance.
Le site E ou Exit est le site ribosomique occupé par l'ARNt qui part du ribosome.

Figure 10. Association entre ARNr, ARNm et ARNt

8
Cours de génétique 2éme Année Tronc Commun Science de la Nature et de la Vie 2018/2019 BENMOSTEFA

II.3- La translocation :
Le ribosome déplace un codon vers l'avant sur l'ARNm.
Le codon suivant de l'ARNm est disponible pour l'interaction avec un nouveau aminaoacyl-
ARNt au site A.
Simultanément, l'ARNt "vide" est décalé du site P vers le site E et le peptidyl-ARNt est
transloqué du site A au site P.
II.4- Terminaison de la traduction :
Ces étapes sont répétées jusqu'à ce que le ribosome rencontre un codon STOP dans le
cadre de lecture : UAG, UAA ou UGA.
La traduction se termine lorsque l'un de ces codons occupe le site A.

Figure 11 : Récapitulatif de la traduction