Vous êtes sur la page 1sur 36

IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP ELECTRONIQUE
Module MC4-1
1ère année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

SOMMAIRE

Consignes pour les compte-rendus page 3

Seances de TP EEA page 4

Calculs sur les montages à ampli op page 5

TP 1 page 6

TP 2 page 10

TP 3 page 14

TP 4 page 17

TP 5 page 22

TP 6 page 32
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

CONSIGNES POUR LES COMPTE-RENDUS


1 CR par binôme
Eviter que ce soit toujours le même rédacteur.

CONSIGNES GENERALES

Soigner la présentation et l’écriture.

Présenter le but du montage.

Dessiner les schémas des circuits réalisés.


Faire apparaître les appareils de mesure.

Expliquer les méthodes de mesures quand elles sont nouvelles ou peu souvent
utilisées.

Les résultats de mesure doivent apparaître clairement et être encadrés. Préciser


l’appareil utilisé et éventuellement les calibres.
Ne pas oublier les unités.

Les commentaires et conclusions demandés doivent être clairement formulés.

LES GRAPHIQUES

Les graphiques sont relevés sur papier millimétré ou ½ log.

Ils doivent être collés au bon endroit dans le compte rendu (éviter les annexes).

Nommer les abscisses et ordonnées.


Graduer régulièrement les axes, avec des échelles pratiques et lisibles.
Donner un titre au graphique.
Soigner le tracé des courbes.

Chronogrammes :
Les fronts des signaux doivent être dessinés (pas de discontinuité).
L’axe des ordonnées est tracé à gauche.
Vous pouvez éventuellement agrandir l’échelle, il ne s’agit pas d’une photo de
l’oscilloscope.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

SEANCES DE TP d’EEA
TRAVAIL EN BINOME

Les binômes peuvent être modifiés par les enseignants à tout


instant.

LES ETUDIANT DOIVENT :


Venir en TP en ayant préparé le sujet
Etre actifs pendant la séance
Rester à leur poste de travail
Signaler tout matériel détérioré
Solliciter les enseignants en cas de difficultés

CERTAINS TP NECESSITENT UNE PREPARATION ECRITE :

Elle doit être faite


Les excuses du type : « je ne sais pas faire …. » ne sont pas
admises.
Il est en effet toujours possible de trouver des aides (travail en
groupe, ouvrages en BU, enseignants …)

Les étudiants n’ayant pas travaillé la préparation


ne seront pas admis en salle de TP

NOMBRE DE SEANCES

3 séances, un examen, 3 séances, un examen.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

CALCULS SUR LES MONTAGES A AMPLI OP


Nommer et orienter les courants dans chaque branche
Faire apparaître les flèches tensions aux bornes des composants en respectant la
convention récepteur.

Ecrire les tensions sous formes de différences de potentiel :

Appliquer la loi d’Ohm à chaque courant de chaque branche : i = (vA – vB) / R

Choisir judicieusement le(s) nœud(s) ou il conviendra d’appliquer la loi des nœuds.

EXEMPLE :

La loi des nœuds au point A donne :

i1 + i2 + i3 = i4 + i5

(e1 – u ) / R1 + (e2 - u) / R2 + (e3 – u) / R3 = (u – s1) / R5 + (u – s2) / R4

Remarque : Isolez u dans un membre et vous obtenez le théorème de Millmann !


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP1 - AMPLI OP 1
MONTAGES DE BASE

I – PLATINE AMPLI OP UTILISEE

! ! "# $

+ ! !
% % % !

+
& ' (
)) *
&

I – AMPLI OP EN BOUCLE OUVERTE

ε,-
,-
,-

Réaliser le montage ci-dessus à l’aide de la platine.


Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps.
Relever la caractéristique de transfert en tension s(e) en plaçant l’oscilloscope en
mode XY. Adapter la fréquence du GBF pour que la caractéristique ne soit pas
dédoublée. (Attention s est en ordonnée et e en abscisse, permuter les deux voies si
ce n’est pas le cas).
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

Vous constatez que la tension de sortie de l’ampli op en boucle ouverte ne peut


prendre que deux valeurs possibles, nommées +Vsat et - Vsat
Mesurer ces deux valeurs à l’aide de l’oscilloscope.
A quelle condition sur ε(t), a t-on s(t) = + Vsat ?
A quelle condition sur ε(t), a t-on s(t) = - Vsat ?

Vous pouvez conclure que l’ampli op en boucle ouverte fonctionne en saturation. Il


constitue un comparateur.

II – AMPLI OP EN BOUCLE OUVERTE : COMPARATEUR

. /
" ,-
0 12 ,-
+

%
3

Réaliser le montage ci-dessus à l’aide de la platine.


Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps.
Relever la caractéristique de transfert en tension s(e) en plaçant l’oscilloscope en
mode XY (attention s est en ordonnée et e en abscisse, permuter les deux voies si
ce n’est pas le cas).

A quelle condition sur e(t), a t-on s(t) = + Vsat ?


A quelle condition sur e(t), a t-on s(t) = - Vsat ?
Vérifier avec la condition sur ε(t) trouvée au § I

III – AMPLI OP EN REGIME LINEAIRE : MONTAGE SUIVEUR

1°/ ETUDE EXPERIMENTALE

. / ,-
" ,-
0 12

Réaliser le montage ci-dessus à l’aide de la platine.


Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

Relever la caractéristique de transfert en tension s(e) en plaçant l’oscilloscope en


mode XY (attention s est en ordonnée et e en abscisse, permuter les deux voies si
ce n’est pas le cas).

Quelle relation reliant s(t) et e(t) pouvez-vous écrire ?


Quel est le mode de fonctionnement de ce montage ? (linéaire ou non-linéaire)
A quelle condition sur e(t), peut-on avoir s(t) = + Vsat ou – Vsat ?

2°/ INTERET DU MONTAGE

Pour montrer l’intérêt d’un tel montage, il faut comparer les tensions de sortie des
deux circuits proposés ci-dessous :

. /
% ,- % Ω
" ,- ,-

0 12
,-

Mesurer et comparer l’amplitude de la tension de sortie s(t) aux bornes de la


résistance de charge Rc dans les deux cas.
Expliquer le phénomène en prenant en compte le fait que le GBF n’est pas un
générateur de tension parfait (soit Rg sa résistance interne apparente).
Conclure sur l’utilité de ce montage.

IV – AMPLI INVERSEUR

56Ω
. /
4 56Ω
12
!

Réaliser le montage ci-dessus à l’aide de la platine.


Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

Relever la caractéristique de transfert en tension s(e) en plaçant l’oscilloscope en


mode XY (attention s est en ordonnée et e en abscisse, permuter les deux voies si
ce n’est pas le cas).

Quelle relation reliant s(t) et e(t) pouvez-vous écrire ?


Quel est le mode de fonctionnement de ce montage ?
A quelle condition sur e(t), peut-on avoir s(t) = + Vsat ou – Vsat ?

IV – AMPLI NON-INVERSEUR

56Ω

56Ω
. /
4
12
!

Réaliser le montage ci-dessus à l’aide de la platine.


Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps.
Relever la caractéristique de transfert en tension s(e) en plaçant l’oscilloscope en
mode XY (attention s est en ordonnée et e en abscisse, permuter les deux voies si
ce n’est pas le cas).

Quelle relation reliant s(t) et e(t) pouvez-vous écrire ?


Quel est le mode de fonctionnement de ce montage ?
A quelle condition sur e(t), peut-on avoir s(t) = + Vsat ou – Vsat ?
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP2 - AMPLI OP 2
SOMMATEUR, INTEGRATEUR, DERIVATEUR

1ère PARTIE : MELANGEUR SON


I – BUT DU TP

Deux sources sonores constituées par deux GBF sont mélangées selon le principe
suivant :

GBF 1 : signal sinusoïdal, 440 Hz, Amplitude 10 mV


GBF 2 : signal sinusoïdal, 880 Hz, Amplitude 10 mV
Ampli 1 : Résistance d' entrée 1 kΩ, amplification réglable de -100 à 0, construit
autour d'un amp-op TL081 monté en ampli inverseur.
Ampli 2 : idem Ampli 1.
Sommateur : Amplification globale de la somme sera réglable entre -2 et 0 grâce à
un potentiomètre de 200 kΩ. (montage sommateur inverseur)
Ampli de Puissance : Platine ampli de puissance
Charge : Haut-parleur

II – SCHEMA DU MONTAGE

Dessiner le schéma complet du montage, en faisant apparaître les valeurs des


composants.

III – CABLAGE

Câbler et tester le montage bloc par bloc (CF schéma de principe §1). Relever les
chronogrammes de e1(t), s1(t), e2(t), s2(t) et s(t) en concordance de temps.

IV – PHENOMENE DE BATTEMENT

On considère e1(t) = E cos ωt et e2(t) = E cos (ω+δω)t


Exprimer le signal somme sous la forme d’un produit de fonctions
trigonométriques. Commenter. (rappel cos p + cos q = 2 cos [(p+q)/2] . cos [(p-q)/2]
A partir du montage proposé, observer ce phénomène en visualisant s(t) à
l’aide de l’oscilloscope et par l’écoute du son émis par le HP. Certains musiciens
exploitent ce phénomène pour accorder leurs instruments.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

2ème PARTIE : TRANSFORMATION DE SIGNAUX

I – TRANSFORMATION RECTANGLE - TRIANGLE

Quelle est la fonction mathématique qui permet de transformer un signal


rectangulaire périodique de fréquence 500 Hz en un signal triangulaire périodique de
même fréquence ? Proposer un montage permettant de réaliser cette fonction,
calculer les valeurs des composants en prenant en compte les amplitudes
souhaitées et la fréquence proposée.

Câbler le montage et relever les chronogrammes obtenus.

II – TRANSFORMATION RECTANGLE IMPULSION

Concevoir un montage à ampli op transformant un signal rectangulaire périodique de


fréquence 500 Hz en un train d’impulsions périodique de même fréquence :

Relever les chronogrammes obtenus.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

ANNEXE TP 2 : Rappels des montages fondamentaux.

Ampli inverseur

7 7

Ampli non-inverseur

% )

7 7

Sommateur inverseur

,- ,7 - 8,7 - 8,7 -
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

Intégrateur

9 % ;

C
,- , 7 9- ,-

::
,- &
% ! %

Dérivateur

9 % ;
C

,- 9 ,-7
,- ,-
R’ << R permet d’éviter de
trop amplifier le bruit HF
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP3 – FILTRES PASSE BAS DU 1er ORDRE

6Ω
C
6Ω

9 /

<& ; "# $
,- ,-

I – PREPARATION

Le signal e(t) est sinusoïdal. On utilise donc la notion d’impédance complexe et la


notation complexe pour les signaux électriques.

1°/ R’ n’est pas connectée

Exprimer la fonction de transfert S/E du circuit sans R’.


Exprimer | S/E |
Exprimer arg (S/E)

2°/ R’ est connectée

Exprimer la fonction de transfert S/E du circuit avec R’ sous la forme :


A / [ 1 + j (ω/ωc ) ]
Exprimer | S/E |
Exprimer arg (S/E)
Etudier les cas limites ω -> 0 et ω -> infinie. Interpréter.

3°/ Comparaison

Montrer que si ω >> ωc alors les deux circuits sont équivalents.


Quelle est alors la fonction réalisée ? (Cf TP précédent ou relation temporelle).
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

II – ASPECT FREQUENTIEL

Le signal d’entrée délivré par le GBF est sinusoïdal, de fréquence réglable.


On fera varier la fréquence entre 100 Hz et 100 kHz.

Consulter l’annexe pour le rappel de l’utilisation du papier ½ log.


Consulter l’annexe pour le rappel de la méthode de mesure en vue d’un tracé de
courbes.

Relever la réponse en fréquence du gain en dB : G(log f) (sur une même feuille de


papier ½ log) du circuit avec R’.
Tracer sur cette même feuille la réponse en fréquence théorique du circuit sans R’.

Dans quel domaine de fréquence les deux circuits (avec ou sans R’) fonctionnent-ils
de la même façon ?

Relever la réponse en fréquence du déphasage ϕs/e : ϕ(log f) (sur une même feuille
de papier ½ log) du avec R’.
Tracer sur cette même feuille le déphasage théorique du circuit sans R’.

Dans quel domaine de fréquence les deux circuits (avec ou sans R’) apportent –ils
un déphasage comparable ?

Que peut-on alors dire de la fonction réalisée par le circuit avec R’ dans ce domaine
fréquentiel ?

Au vu de la courbe de réponse en fréquence complète du circuit avec R’, que peut-


on dire de la fonction qu’il réalise ?
Déterminer graphiquement la fréquence de coupure à –3 dB
Déterminer la pente de l’asymptote oblique en HF en dB/décade.
Déterminer le gain maximum dans la bande passante et le comparer à 20 log(R’/R).

III – ASPECT TEMPOREL

Le signal e(t) délivré par le GBF est rectangulaire périodique 0 –10 mV de fréquence
réglable.

Vérifier que sans R’, l’intégration de la valeur moyenne de e(t) engendre la saturation
de l’ampli op.

Placer R’ en parallèle sur le condensateur.

Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps pour différentes


fréquences de e(t) telles que :
1°/ f << fc = 1/(2πR’C) 2°/ f ~ fc 3°/ f >> fc

Conclure sur le type de fonctionnement du circuit dans chacun des cas.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

ANNEXE : UTILISATION DU PAPIER ½ log

$ $ $

On effectue des mesures aux points « 1, 2, 4, 8 » de chaque décades. Les points


sont ainsi régulièrement espacés.
Si la courbe présente une variation plus rapide (résonance) on resserre bien sûr les
points de mesure.

ANNEXE : METHODE DE MESURE EN VUE D’UN TRACE DE COUBES « A LA


MAIN »

Faire varier le paramètre permettant de balayer l’ensemble de l’étendue de mesure


(la fréquence)

Noter les extréma de la grandeur mesurée (la tension de sortie dont on déduit le
gain).
Choisir en conséquence la plus grande échelle restant lisible simplement.
Graduer l’axe des ordonnées en fonction de l’échelle choisie
Graduer l’axe des abscisses en fonction du domaine de variation du paramètre
(domaine de fréquence)

Faire les mesures en traçant directement le point sur le graphique, faire un tableau
de valeurs est inutile : on perd du temps et on ne détecte pas une éventuelle erreur
de mesure.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP 4 - TRIGGER ET ASTABLE A AMPLI OP

I – TRIGGER DE SCHMITT

1°/ PREPARATION à faire impérativement avant la séance de TP

a) L’ampli-op dont la sortie est bouclée sur l’entrée non inverseuse fonctionne en
saturation. On a donc s = +Vsat si v+ > v- ou s = - Vsat si v+ < v-.

Dans le cas où v+ > v-, Exprimer v+ en fonction de E et Vsat (cette tension sera
appelée vb2)

Même question si v+ < v- (cette tension sera appelée vb1).

b) On étudie maintenant l’influence de la variation de e(t) sur s(t).

Supposons e(t) << 0. Dans quel état est s(t) ?

On considère que e(t) augmente. Pour quelle valeur de e(t) obtient-on le


basculement de la tension de sortie s(t) ?

On considère maintenant que e(t) diminue. Pour quelle valeur de e(t) obtient-
on le basculement de la tension de sortie s(t) ?

Tracer la caractéristique de transfert en tension s(e).

c) Exprimer la moyenne (vb1 + vb2)/2 et la largeur du cycle : vb2-vb1 en fonction de


R1, R2 et E. Ces relations serviront à calculer les valeurs des composants du trigger.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

2°/ MANIPULATION

Mettre l’ampli op en saturation (ampli-op en boucle ouverte) et mesurer les


tensions de saturation +Vsat et –Vsat de votre ampli-op à l’aide d’un voltmètre.

On donne R1 = 1 kΩ. Calculer R2 et E pour que vb2 = 7 V et vb1 = 3 V, en


utilisant les résultats du § I -1°/ - c.

La tension e(t) est délivrée par un GBF : signal triangulaire 0-10 V, 100 Hz.

Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps. Vérifier


les tensions de basculement.

Relever la caractéristique de transfert en tension s(e) (s en ordonnées et e en


abscisses) en plaçant l’oscilloscope en position XY. (Attention au réglage du point
origine, et choisir correctement les gains des voies 1 et 2 de l’oscilloscope).

Vérifier le sens de parcours de cette caractéristique en abaissant la fréquence


du signal d’entrée à quelques Hz. Flécher ainsi la caractéristique tracée.

II – CIRCUIT RC
6Ω

9 5 /
9
u1(t) : GBF, rectangulaire
périodique, 0-10V, 10 kHz.

Relever les chronogrammes de u1(t) et u2(t) en concordance de temps.

Quelle est la fonction remplie par ce montage ?

Déterminer à l’aide de l’oscilloscope les valeurs de u2(t) aux instants correspondant


aux basculements de u1(t).
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

III – MONTAGE ASTABLE

Le montage astable (sans états stables) permet de générer un signal rectangulaire


périodique suivant ce principe :

" / ! 3

La mise en cascade et bouclage des deux montages précédents donne le schéma


suivant :

Câbler ce montage. Attention, il n’y a plus de GBF !!! C’est le montage lui-même
qui génère les signaux e(t) et s(t).

Relever les chronogrammes de e(t) et s(t) en concordance de temps. Vérifier les


tensions de basculement, mesurer la période des signaux, en déduire leur
fréquence. Vérifier la formule ci-dessous :

" 9 =, 3 8 -7, 3 8 ->


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

IV – AUTRE MONTAGE ASTABLE

"

S’il vous reste du temps, câbler et tester ce montage.

ATTENTION : Le trigger n’est plus le même ! les formules de vb1 et vb2 exprimées
au I 1°/ ne sont plus valables.

Les calculs donnent pour le trigger non inverseur :

Vb1 – vb2 = 2 R1 Vsat / R2 et (vb1 + vb2) / 2 = E ( R1+R2) / R2

1°/ REGLAGE DU TRIGGER

Pour R1 = 1 kΩ, ajuster R2 pour que la largeur du cycle soit de 8 V

Ajuster E pour que la position moyenne du cycle soit de 2 V .

2°/ REGLAGE DE LA PERIODE DE L’ASTABLE.

On donne C = 4,7 nF. Ajuster R pour que la fréquence du signal d’horloge soit de 2
kHz.

Relever les chronogrammes obtenus.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

ANNEXE : Calcul de la période des signaux

Cas du Circuit RC

< ; 7 79 79
3 # ;
,- ?!, 7 9-

# % ) ,- :
3

"7 # % ,- 3 :
3

< ; ,- , 3 8 - ?!, 7 9-

"7 ,- 3 %( ! ?! ! ;

,"7- 3 ,3 8 - ?!,"7 9-

: " 9 =, 3 8 -7, 3 8 ->

Cas de l’intégrateur parfait

3
< ,- , 7 9-

@ A ,- *7 9 3
3

"7

"7 ,- 3 %( ! ?! ! ;

,"7- 3 "7 9 3

: " 9 , 3 8 3 -7
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP5 - TRANSISTOR EN COMMUTATION

I – GENERATEUR D’IMPULSIONS

B! 8 ,3 -
B! 8 ,3 ) %-

! %C% D ,3 -
! %C% D ,3 ) %-

B! !

B!

)( % !

Procédure de réglage de la fréquence et de la durée (largeur) de l’impulsion :

a) Mettre le bouton width (largeur) sur la position (rap cycl 0,5)


b) Régler la fréquence (bouton fréquency) en mesurant la période à l’oscilloscope)
c) Tourner le bouton width sur la droite (gamme 0,2 µs) puis augmenter la durée pour
l’amener à la valeur voulue.

Attention :

Quand la led clignote, la durée de l’impulsion > période !! => mauvais réglage

Régler le générateur d’impulsion pour qu’il délivre le signal suivant :

Etat haut 5 V
Etat bas 0 V Définition :
Fréquence 2 kHz
Rapport cyclique : 0,1 (Sans dimension)

Relever le chronogramme obtenu.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

II – PRINCIPE DU HACHEUR

1 - MONTAGE ETUDIE
%%
" ; EF5
<4/+"9

! 0 G 0G
@
% Ω
. . 4
! ' D

Le transistor et la résistance Rg sont déjà montés sur la platine fournie.


Attention : Ne pas inverser la polarité de l’alimentation (destruction du
transistor)

Câbler le montage proposé ci-dessus.

2 – ANALYSE DU PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

a) Régler le générateur d’impulsions pour qu’il délivre le signal suivant :

Etat haut 5V
Etat bas 0V
Fréquence 10 Hz
Rapport cyclique 0,5

b) Observer l’ampoule et expliquez par écrit le phénomène en précisant l’état du


transistor dans chacune des phases observées.

c) Pour quelle valeur de fréquence du signal de commande, l’œil ne perçoit-il plus le


clignotement de l’ampoule ?

d) Observer la variation de l’intensité lumineuse émise par la l’ampoule et la tension


à ses bornes (voltmètre à aiguille en continu) en fonction du rapport cyclique.
Expliquez par écrit.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

III – APPLICATION : REGLAGE DE LA TEMPERATURE DANS UNE BOITE

%%

H
<H '

. . 4 I ! %
! !H

Rth est une thermistance : C’est une résistance variant avec la température de façon
significative.

Régler le générateur d’impulsion pour qu’il délivre le signal suivant :

Etat haut 5 V
Etat bas 0 V
Fréquence 2 kHz
Rapport cyclique : 0,1

Relever les courbes sur papier millimétré :


tension aux bornes de l’ampoule en fonction du rapport cyclique.
Résistance de la thermistance Rth (mesure à l’Ohmmètre) en fonction
du rapport cyclique.
Commenter par écrit les résultats obtenus.

Relever les chronogrammes de la tension de commande et de la tension VDS pour un


rapport cyclique de 0,3, en précisant l’état du transistor dans les différentes phases.
En déduire en concordance de temps le chronogramme de la tension aux bornes de
l’ampoule.

IV – CARACTERISTIQUE DE LA THERMISTANCE

La thermistance utilisée est une CTN (coefficient de température négatif) ayant les
caractéristiques suivantes (fournies par le fabricant):
R(T) = R0 exp[ B (1/T – 1/T0) ] la température est exprimée en Kelvin
avec R0 = 10 kΩ à 25 °C soit 298 K
avec B = 3977 K

Tracer, à partir de la loi R(T) donnée ci-dessus, la courbe de la température dans la


boîte en fonction du rapport cyclique.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

V – ETUDE DES COMMUTATIONS

1 – LECTURE DE DOCUMENTS TECHNIQUES

Répondre aux questions suivantes à partir de l’étude de la doc technique du


transistor BUZ71A jointe.

a) Quel est l’ordre de grandeur du temps de commutation du transistor ?


b) Ce transistor est-il censé commuter lentement ou rapidement ?
c) Relever le nom et les valeurs typiques des différents intervalles de temps
apparaissant dans les commutations. Quelles sont les conditions du test de
mesure réalisé par le fabricant ?
d) Retrouver et relever les graphiques permettant de définir ces différentes
durées.

2 – OBSERVATION ET MESURE DES TEMPS DE COMMUTATION

a) Régler le générateur d’impulsion pour qu’il délivre le signal suivant :

Etat haut 5 V
Etat bas 0 V
Fréquence 2 kHz
Rapport cyclique : 0,5

b) En déclenchant l’oscilloscope sur le front montant de la tension de commande,


observer et mesurer à l’oscilloscope tON. Relever le chronogramme.

c) En déclenchant l’oscilloscope sur le front descendant de la tension de


commande, observer et mesurer à l’oscilloscope tOFF. Relever le
chronogramme.

d) En déduire tON + tOFF . Quelle est la fréquence limite d’utilisation du dispositif,


vérifier expérimentalement.
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

TP6 - AMPLIFICATION DE PUISANCE

I – INTRODUCTION
1 – ROLE D’UN AMPLI

Un microphone est un capteur transformant une vibration sonore en un signal


électrique de faible amplitude. Ce signal ne peut être relié directement à un haut
parleur, il est nécessaire de l’amplifier.
%%
%H
! )%

%%

L’alimentation de l’amplificateur apporte la puissance nécessaire à la charge.

2 – AMPLIFICATION EN TENSION

Pour augmenter l’amplitude du signal délivré par le microphone, on pense utiliser un


montage amplificateur à ampli op.

Dessiner le schéma d’un ampli inverseur à ampli op.


On désire une amplification en tension de -100. Proposer des valeurs de résistances.
Câbler ce montage.
Observer la tension de sortie à vide et en charge (HP branché).
Relever le chronogramme dans les deux cas.
Que constatez-vous sur la forme du signal de sortie chargée par le Haut Parleur ?

!" #$ "% & ! "' (" % & ! # " )( * + , -

On conclue que :

Une charge de faible impédance ne peut être branchée directement


en sortie d’un ampli op.

Il est nécessaire d’utiliser un ampli de puissance.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

II – PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D’UN AMPLI DE PUISSANCE


CLASSE B ( Montage Push Pull)

1 – MONTAGE DE BASE
" ! ; "B& J9
" ! ! ; "B& 9 L’oscilloscope permet d’observer
%%
H Ω uniquement l’évolution temporelle
56Ω de tensions
% Ω
Ainsi, pour visualiser les courant
,- i1(t) et i2(t), on observe les
,- tensions aux bornes de
H résistances Rsh parcourues par
ces courants.
,-
,- % ,-
Le montage est déjà câblé sur la
platine fournie. Il vous reste
%% cependant quelques connexions à
faire …

. /
612

& E

Isoler la masse de l’oscilloscope de la terre.

Relever en concordance de temps les oscillogrammes de e(t) et s(t).


Puis relever la tension Rshi1(t) tout en observant –s(t) de façon à garantir la
concordance de temps avec le relevé précédent.
De la même façon relever - Rshi2(t).

Préciser l’état des transistors pendant les différentes phases observées.


IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

Pour quelle amplitude de la tension d’entrée, constate t-on l’entrée en conduction


des transistors ?

Pour une tension d’entrée d’amplitude 1 V, le signal de sortie a t-il une forme d’onde
correcte ?

E 3 ! ( !K ( ,- ,-*# ) ,-
% L ( % ,-*
@ % % ! *

La distorsion introduite par l’ampli sur le signal de sortie est-elle aussi sensible pour
de fortes amplitudes du signal d’entrée ?

L’amplitude de e(t) est maintenant réglée à 8 V. Mesurer l’amplitude de s(t). Le


montage réalise t-il une amplification de tension ?

2 – CORRECTION DE LA DISTORSION DE CROISEMENT PAR DIODES

%% " ! ; "B& J9
" ! ! ; "B& 9
H Ω
Rappels :
56Ω
% Ω Un transistor npn est passant
,- lorsque VBE > 0,7 V
,-
H Un transistor pnp est passant
lorsque VBE < - 0,7 V
,-
,- % ,-

%%

. /
612
$
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

Amplitude de e(t) de 1 V

Observer simultanément e(t) et vB1(t)


Mesurer l’écart e(t)- vB1(t). En déduire le rôle des diodes.

Amplitude de e(t) de 8 V

Relever en concordance de temps les oscillogrammes de e(t) et s(t).


Puis relever la tension Rshi1(t) tout en observant –s(t) de façon à garantir la
concordance de temps avec le relevé précédent.
De la même façon relever - Rshi2(t).

Préciser l’état des transistors (bloqué, passant, saturé) pendant les différentes
phases observées.

Analyser la distorsion du signal de sortie.

Régler l’amplitude de e(t) à une valeur évitant la saturation en sortie et mesurer


l’amplification en tension.

III – RENDEMENT DU PUSH PULL


1 - CALCUL THEORIQUE

a) Bilan des puissances


& < ;& & & &!

& MM &
!
& & ;η & 7,& & -

η ≈ & 7&
&!

Pu est la puissance utile, Pa la puissance fournie par l’alimentation. Pp la puissance


dissipée par le montage (échauffements). Pe est la puissance délivrée par le GBF,
elle est négligeable.

Pu = Seff2 / Rc Or Seff = Smax / √2 donc Pu = Smax / (2 Rc)

Pa = Vcc I1 moy + Vcc I2moy La symétrie du montage => Pa ≈ 2 Vcc I1moy

Le transistor T1 conduit pendant une demie période donc I1moy = Imax / π


Or Imax = Smax / Rc
donc Pa = 2 Smax Vcc / (π Rc)
IUT BELFORT MONTBELIARD – Dpt Mesures Physiques - TP Electronique 1ère Année

D’où le rendement : η π4 ? 7, %%-

b) Mesures

Mesurer Vcc au niveau du collecteur de T1.

Pour Smax compris entre 0 et Vcc, mesurer Smax et I1moy (ampèremètre en continu)

En déduire (Cf formules du § a) Pa et Pu. En déduire le rendement.

Tracer la courbe du rendement en fonction de Smax.

Quel est le rendement maximum obtenu ?


Quel est le rendement théorique maximum ?

IV – ENSEMBLE PREAMPLI - AMPLI DE PUISSANCE

Une charge de faible impédance ne peut être branchée directement


en sortie d’un ampli op. L’amplificateur de tension à ampli op constitue un
préamplificateur.

Il est nécessaire d’utiliser un ampli de puissance pour connecter le


haut parleur

%% %%
. / 612
& ! !
! %
%% %%

NB

Réaliser le montage dont le schéma de principe est donné ci-dessus.


Observer s(t) et comparer avec le chronogramme dessiné au § I