Vous êtes sur la page 1sur 10

1.

------IND- 2012 0717 D-- FR- ------ 20130111 --- --- PROJET

Office fédéral des ponts et chaussées


(Bundesanstalt für Straßenwesen)

Conditions techniques contractuelles


supplémentaires et prescriptions pour les
ouvrages de génie civil

ZTV-ING

Partie 2
Travaux de fondation

Section 2
Fondations

«Les obligations résultant de la directive 98/34/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 juin 1998
prévoyant une procédure d’information dans le domaine des normes et réglementations techniques et
des règles relatives aux services de la société de l’information (JO L 204 du 21.7.1998, p. 37), modifiée

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations
en dernier lieu par la directive 2006/96/CE (JO L 363 du 20.12.2006, p. 81) ont été respectées.»

Version: Projet du 15 août 2007


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

Contenu Page

1 Généralités 3
2 Fondations à semelle continue 3
3 Fondations profondes3
3.1 Fondations sur pieux 3
3.1.1 Généralités 3
3.1.2 Pieux avec refoulement de sol 4
3.1.3 Pieux sécants 4
3.1.4 Micropieux 5
3.2 Fondations sur rideaux de palplanches 5
4 Fondations spécifiques 6
5 Remplacement du sol 6
5.1 Généralités 6
5.2 Remplacement du sol par un sol non lié 6
5.3 Remplacement du sol par du béton 6
5.4 Soutènements 7
6 Fondations sur terrain amélioré ou consolidé 7
6.1 Généralités 7
6.2 Compactage 7
6.2.1 Compactage superficiel 7
6.2.2 Compactage profond 7
6.3 Consolidation 8
6.3.1 Généralités 8
6.3.2 Consolidation à l’aide de liants 8
6.3.3 Consolidation par procédé de forage au jet 8
6.3.4 Consolidation et compactage par injection 8
7 Supervision des travaux / assurance qualité 8

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

1 Généralités incontestablement compétent et expérimenté dans


le domaine des travaux de fondation.
(1) La partie 2, section 2, s’applique uniquement
en lien avec la partie 1, Généralités. (12) Si des écarts incompatibles avec l’ouvrage
sont à prévoir entre des fondations, il faut planifier
(2) Les normes DIN EN 1997-1, DIN EN 1997- de réaliser un contrôle métrologique au sens de la
1/NA et DIN 1054, ainsi que DIN EN 1997-2, méthode d’observation. Des mesures sont à
DIN EN 1997-2/NA et DIN 4020 s’appliquent. prévoir le cas échéant.
(3) Sont également applicables les normes
DIN 4123 et DIN 4124, ainsi que les conditions
2 Fondations à semelle
techniques contractuelles supplémentaires et les continue
directives pour les travaux de terrassement dans le (1) Les normes applicables sont DIN EN 1991-2,
cadre de la construction de routes (ZTV E-StB) et DIN EN 1991-2/NA, DIN EN 1992-2 et
les recommandations du groupe de travail «fouilles DIN EN 1992-2/NA, ainsi que le rapport spécialisé
de construction» (EAB). DIN «Béton».
(4) Il revient au maître d’ouvrage de déterminer la (2) La date du contrôle de la semelle de fondation
catégorie géotechnique dans laquelle les doit être déterminée en temps voulu par le
fondations de l’ouvrage doivent être classées pour mandataire afin qu’un expert en géotechnique
le projet. puisse y participer. Le mandataire doit mettre les
(5) En cas de fondation de culées, il faut prendre dispositifs et la main-d’œuvre nécessaires à ce
en compte la fiche technique relative à la contrôle à disposition en coordination avec le
répercussion du remblai sur les ouvrages. maître d’ouvrage.

(6) Les propriétés du sol déterminantes pour la (3) Les dispositions nécessaires à ce contrôle
construction de l’ouvrage doivent être déterminées doivent être définies dans le cahier des charges.
par reconnaissance géotechnique conformément
aux normes DIN EN 1997-2, DIN EN 1997-2/NA et 3 Fondations profondes
DIN 4020. Les valeurs caractéristiques des
paramètres géotechniques doivent être fixées 3.1 Fondations sur pieux
conformément aux normes DIN EN 1997-1 et
DIN 1054 et exposées dans un rapport 3.1.1 Généralités
géotechnique conformément à la norme DIN 4020. (1) Les normes applicables sont DIN EN 1536, DIN
(7) Les données du rapport géotechnique qui sont SPEC 18140, DIN EN 12699, DIN SPEC 18538 et
mises à disposition par le maître d’ouvrage DIN EN 12794, ainsi que DIN EN 14199 et
concernant les fondations s’appliquent uniquement DIN SPEC 18539.
au projet de décret et seulement au type de (2) Il faut tenir compte des recommandations du
fondations et à la profondeur de fondations qui y groupe de travail «Pieux» (EA - pieux).
sont mentionnés. En cas de propositions de
modification ou de variantes larges, le mandataire (3) La distance entre les pieux doit être calculée à
doit prouver leur équivalence en faisant appel à un l’aide d’essais de charge de pieux ou d’essais de
expert en géotechnique. charge dans des conditions semblables. Il est
également possible de se servir de la valeur
(8) Avant le début des travaux de fondation, le obtenue par les essais des EA - pieux en présence
mandataire doit collecter les données relatives à de résultats fiables concernant les comportements
l’état du terrain en tenant compte du procédé de mécaniques du terrain. Le type d’essai de
construction qu’il a retenu. La section 1, point 2, portance doit être stipulé dans le cahier des
est applicable à cet effet. charges.
(9) Il faut convenir du mode de calcul et des (4) Les EA - pieux sont chargés des essais de
contraintes admissibles correspondantes d’un charge.
commun accord avec le maître d’ouvrage afin de
planifier l’exécution des travaux. (5) À l’exception des méthodes de construction
intégralement mises au point de cette manière, les
(10) En cas de travaux d’excavation sur le site pieux isolés et les files de pieux sous les culées ou
d’ouvrages, le cahier des charges doit préciser les poteaux avec supports longitudinaux ne sont
l’excavation (profondeur et étendue) pour laquelle pas autorisés.
le calcul doit être réalisé que la stabilité devant les
fondations existantes puisse être contrôlée. (6) Pour des raisons de conception, la saillie du
bord de la semelle sur pieux doit mesurer au
(11) L’expert en géotechnique doit être moins 30 cm en présence de pieux avec

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

refoulement de sol et de pieux sécants. La semelle conformément à la norme DIN SPEC 18140.
sur pieux doit mesurer 60 cm d’épaisseur
(3) Toute classe de résistance supérieure à C30/37
minimum.
ne doit pas être évaluée par voie de calcul.
(4) Les forages non tubés sont uniquement
3.1.2 Pieux avec refoulement de sol
autorisés dans la roche et seulement avec l’accord
(1) Il faut dimensionner l’emplacement et du maître d’ouvrage. La zone de dudgeonnage du
l’orientation réelle des pieux sur le terrain. pied du pieu en est cependant exclue.
(2) Pour dimensionner les pieux avec refoulement (5) Le dudgeonnage des pieds de pieux et des fûts
de sol, il faut prendre en compte les tolérances de de pieux doit être défini en coordination avec
fabrication autorisées conformément à la norme l’expert en géotechnique en tenant compte du
DIN EN 12699 indépendamment des écarts réels. dimensionnement et de la mise en œuvre des
pieux.
(3) Les têtes de pieu endommagées peuvent
uniquement être coupées et remplacées avec (6) Le mandataire doit prouver au maître d’ouvrage
l’autorisation du maître d’ouvrage. que les pieux mis en place sont conformes aux
prescriptions des méthodes de calcul et de
(4) Pour les pieux avec refoulement de sol
dimensionnement en prenant en considération les
préfabriqués, les armatures en acier des pieux
conditions rencontrées sur le terrain et/ou qu’ils
doivent être encastrées d’au moins 50 cm dans
sont conformes aux prescriptions du rapport
l’élément de construction suivant. Le béton sain du
géotechnique en présentant les plans du chantier
pieu doit être encastré d’au moins 5 cm dans la
conformément à la norme DIN EN 1536.
semelle sur pieux.
(7) Les pieux fabriqués à l’aide de béton coulé sur
(5) Les pieux avec refoulement de sol préfabriqués
place doivent être bétonnés d’au moins 50 cm au
en béton armé et en béton précontraint doivent
niveau de la base de la semelle sur pieux ou des
présenter une résistance minimale à la
poutres de couronnement. Cette saillie ne doit pas
compression équivalente à un béton C20/25 avant
dépasser 5 cm au niveau de la semelle sur pieux
le transport ou C30/37 avant enfoncement.
ou des poutres de couronnement une fois le site
(6) Les pieux avec refoulement de sol fabriqués à de fouille déblayé.
l’aide de béton coulé sur place doivent être
(8) L’armature longitudinale doit être répartie
bétonnés d’au moins 50 cm au niveau de la base
uniformément sur la superficie. Il faut tout au moins
de la semelle sur pieux ou des poutres de
respecter les mesures suivantes afin de garantir la
couronnement. Cette saillie ne doit pas dépasser
sûreté de l’enrobage des armatures et
de la base de la semelle sur pieux ou des poutres
l’emplacement de l’armature longitudinale:
de couronnement de plus de 5 cm une fois le site
de fouille déblayé. – Il faut poser deux bagues en feuillard d’acier
5/60 mm dans l’armature à 25 cm l’une de
(7) Le maître d’ouvrage doit remettre au
l’autre et à 2,50 m de distance maximum, et il
mandataire les rapports de fabrication à établir
faut souder les étriers correspondants d’un
conformément à la norme DIN EN SPEC 18538 au
diamètre de tige de 16 mm à ces bagues en
plus tard le jour ouvré suivant. Si les conditions
feuillard d’acier afin que cet écart soit maintenu.
fixées par les critères de limite convenus ne sont
Si la cage d’armature est fabriquée
pas respectées, le maître d’ouvrage doit en être
mécaniquement, les deux bagues en feuillard
informé et des mesures supplémentaires doivent
d’acier doivent être remplacées par un anneau
lui être proposées.
de la même rigidité et l’étrier doit être remplacé
par des barres d’espacement dont les
3.1.3 Pieux sécants extrémités sont courbées vers l’intérieur. La
base de la cage d’armature doit être fabriquée
(1) Contrairement à la norme DIN EN 1536, une
en feuillard de fonte d’affinage 5/60 mm à partir
excentricité maximale de 0,05 x D (D =diamètre de
d’une tôle en acier 200/200/5 mm.
pieux ) et un écart d’inclinaison maximal de
0,015 m par mètre de longueur de pieux sont – Dans la mesure où, pour des raisons
tolérées par rapport à la valeur exigée pour la techniques, il n’est pas possible d’empêcher
fabrication de pieux sécants. que la cage d’armature s’enfonce dans le sous-
sol ou que le tubage soit emporté lors de la
(2) Pour dimensionner les pieux sécants de sol, il
pose, il faut prévoir d’autres dispositifs afin de
faut prendre en compte les tolérances indiquées ci-
garantir la sûreté de l’emplacement.
dessus indépendamment des écarts réels. L’effet
de distribution de la charge des plateformes en (9) Lorsque la canalisation est posée jusqu’à la
grillage ou similaires doit être pris en compte surface du niveau de forage, les trous de forage

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

doivent être remblayés avec du gravier sablonneux l’encastrement du couronnement du rideau de


ou d’autres matériaux adaptés, ou être le cas palplanches dans l’élément porteur est
échéant compactés. suffisamment adhérent.
(10) Le maître d’ouvrage et/ou son expert en (3) Les rideaux de palplanches doivent être
géotechnique contrôlent le niveau de soulèvement exécutés conformément à la norme DIN EN 12063.
des pieux et la longueur d’encastrement requise Cependant, il faut utiliser des palplanches
dans le sol les supportant. métalliques conformément à la norme
DIN EN 10248.
(11) La date du contrôle du niveau de soulèvement
des pieux et de la longueur d’encastrement requise (4) Il faut seulement utiliser des palplanches
dans le sol les supportant doit être déterminée en fabriquées à partir d’acier des nuances S 320 GP,
temps voulu par le mandataire afin que l’expert en S 390 GP et S 430 GP si les agréments généraux
géotechnique puisse y participer. Le mandataire des services de surveillance de la construction ont
doit mettre les dispositifs et la main-d’œuvre été remis pour ces nuances d’acier.
nécessaires à ce contrôle à disposition en
(5) Les dimensions d’accrochage indiquées à la
coordination avec le maître d’ouvrage.
figure 2.2.1 portant modification de la norme
(12) Les dispositions nécessaires à ce contrôle DIN EN 10248-2, tableau 15, sont les dimensions
doivent être définies dans le cahier des charges. applicables.
(6) Les rideaux de palplanches doivent être posés
en tenant compte d’une éventuelle corrosion. La
partie 4, section 3, est applicable concernant la
sollicitation de la corrosion par l’air, le sol, les eaux
3.1.4 Micropieux souterraines et, le cas échéant, les cours d’eau.
Les mesures de protection contre la corrosion
(1) Il faut uniquement réaliser des micropieux
doivent être établies dans le cahier des charges.
injectés.
(7) Pour poser les palplanches, il faut choisir un
(2) Il faut présenter l’agrément général des
système de guidage approprié permettant d’éviter
services de surveillance de la construction
que les palplanches ne dévient lors de leur
permettant l’utilisation du système de pieux à venir
introduction. Les palplanches doivent être
au maître d’ouvrage.
fermement enfoncées dans le raccord. Des écarts
(3) Il faut déterminer le recours au futur système de perpendicularité de 0,5% maximum de la
de pieux dans le cadre de la réalisation des longueur du rideau de palplanches sont permis par
fondations, l’évaluation et le relevé d’éventuelles rapport à l’axe du rideau de palplanches. Si des
forces horizontales sur la base du rapport écarts importants apparaissent lors de la pose, les
géotechnique en coordination avec l’expert palplanches doivent être retirées, réorientées et
géotechnique. réinstallées.
(8) Les madriers doivent être encastrés dans une
3.2 Fondations sur rideaux de glissière sur une profondeur définitive.
palplanches (9) Il faut choisir les dispositifs d’installation en
(1) En cas de fondations sur rideaux de coordination avec le maître d’ouvrage.
palplanches, il faut prouver la tolérance des
(10) La pose des rideaux de palplanches doit être
éléments de construction en acier et en béton
constatée par procès-verbal de la même manière
armé aux contraintes et déformations au moyen
que les pieux avec refoulement de sol
d’un agrément général des services de
préfabriqués. Les procès-verbaux doivent être
surveillance de la construction ou d’un rapport
dressés à la manière de rapports de fabrication
d’essai statique.
détaillés, conformément à DIN SPEC 18538, et
(2) Un assemblage résistant à la compression, au remis au maître d’ouvrage au plus tard le jour
cisaillement et à la traction doit garantir que ouvré suivant.

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

Modèle 1 Modèle 2 Modèle 3


a = largeur du crochet a = largeur du crochet a = largeur du crochet
b = largeur du raccord b = largeur du raccord b = largeur du raccord
Verrouillage a1 - b2 ≥ 4 Verrouillage a - b ≥ 4 Verrouillage a1 - b2 ≥ 4
a2 - b1 ≥ 4 a2 - b1 ≥ 4

Modèle 4 Modèle 5 Modèle 6


a = hauteur du lobe a = largeur du crochet a = largeur de
b = largeur du raccord b = largeur du raccord mentonnet
Verrouillage a - b ≥ 4 Verrouillage a1 - b2 ≥ 6 b = largeur du raccord
a2 - b 1 ≥ 6 Verrouillage a1 - b2 ≥ 7
a2 - b 1 ≥ 7

Figure 2.2.1: Exemples de modèles de raccords de palplanches (dimensions en mm)

4 Fondations spécifiques en cas de remplacement du sol sous l’eau.

(1) L’association de fondations à semelle continue


et de fondations profondes, ainsi que de fondations 5.2 Remplacement du sol par un sol
réalisées à l’aide de caissons de fonçage, de non lié
caissons à air comprimé et de caissons flottants (1) Il est seulement permis de remplacer la couche
appartient à la catégorie géotechnique 3 superficielle d’un sol par un sol non lié. Le
conformément à la norme DIN EN 1997-1 et mandataire doit prouver qu’il convient de
DIN 1054. remplacer le sol par du sol non lié en prélevant au
(2) Pour le calcul, le dimensionnement et la moins un échantillon tous les 500 m3 entamés et
conception des structures, les normes applicables en cas de changement de la zone d’emprunt.
en plus du point 1 sont DIN EN 1991-2, (2) Le sol doit être remplacé sur la totalité de la
DIN EN 1991-2/NA, DIN EN 1992-2, DIN EN 1992- surface de fondation et une saillie doit y être
2/NA, DIN EN 1993-2 et DIN EN 1993-2/NA, ainsi formée. La saillie doit présenter la même épaisseur
que le rapport spécialisé DIN «Béton». que la couche de sol de remplacement.
(3) La mise en place du sol non lié doit s’effectuer
5 Remplacement du sol par couches.

5.1 Généralités (4) Les exigences applicables au remplacement du


sol en matière de compactage doivent être
(1) Le sol doit uniquement être remplacé avec indiquées dans le cahier des charges.
l’accord du maître d’ouvrage.
(2) Le mandataire doit prouver qu’il convient de 5.3 Remplacement du sol par
remplacer le sol. du béton
(1) Il est possible de remplacer un sol par du béton
(3) Il faut contrôler le fond du remblai avant
en surface, en profondeur (sous forme de
d’apporter le sol de remplacement afin de
tranchées) et de manière ciblée (sous forme de
s’assurer que les prescriptions des méthodes de
calcul et de dimensionnement et/ou les piliers).
prescriptions du rapport géotechnique sont (2) Le sol doit être remplacé par du béton dans les
respectées. Il faut prévoir des mesures adaptées dimensions du plan horizontal et les profondeurs

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

requises d’un point de vue statique. (6) Le mandataire doit présenter les certificats de
qualification du matériau du sol destiné à être
(3) Concernant les forces horizontales, il faut
compacté par vibrations avant le début des
observer la variation dans le temps des forces
travaux.
appliquées par les fondations du sol de
remplacement en béton au sous-sol et les (7) Le cahier des charges doit préciser un facteur
rapporter dans les rapports d’essai statique. d’amélioration du terrain. Ce facteur exprime le
résultat de l’amélioration du terrain, par exemple
en tenant compte du module de rigidité, de l’angle
5.4 Soutènements de frottement intérieur et d’autres paramètres du
La norme DIN 4123 est applicable. terrain d’origine et du terrain amélioré.
(8) Le mandataire doit établir un plan d’assurance
6 Fondations sur terrain qualité en coordination avec le maître d’ouvrage
amélioré ou consolidé avant le début des travaux afin de prouver le
facteur d’amélioration du terrain.
6.1 Généralités (9) Tous les paramètres importants en matière
Il faut prendre en compte la propagation de la d’ingénierie doivent faire l’objet d’un rapport
charge appliquée pour réaliser l’amélioration et la conformément au plan d’assurance qualité et être
consolidation d’un terrain. remis au maître d’ouvrage dans les meilleurs
délais.
6.2 Compactage (10) Il faut établir des zones d’essai appropriées
avant le début des travaux de construction. Ils
6.2.1 Compactage superficiel permettront de déterminer la distance entre les
(1) Le compactage superficiel du terrain en points de pervibrage, ainsi que les quantités du
suspens peut être réalisé à l’aide de rouleaux et matériau issu du sol qu’il faudra travailler dans le
de pervibrateurs différents afin de répondre aux cadre du compactage par vibrations, et d’atteindre
exigences de compactage imposées par le cahier ainsi le facteur d’amélioration du terrain requis.
des charges (taux de compactage, le cas échéant (11) En cas de compactage à l’aide de masses
le pourcentage d’air occlus). tombantes, le mandataire doit en principe réaliser
(2) Le mandataire doit prouver que le compactage des contrôles en constituant les zones d’essai des
est nécessaire. travaux de compactage prévus, et il doit s’adapter
aux différents comportements particuliers au
6.2.2 Compactage profond terrain.
(1) La portance du terrain peut être améliorée en
(12) Les répercussions du compactage à l’aide de
ayant recours à un pervibrage en profondeur ou à
masses tombantes sur l’environnement doivent
un compactage par vibrations. Pour avoir recours
s’accompagner de mesures dans le domaine
à cette méthode de compactage profond, il faut
métrologique et marquer le début de la collecte
suivre les instructions de la norme DIN EN 14731.
des données relatives à l’état du terrain et le début
Il est également possible de pervibrer en
de la conservation de preuves. La section 1,
profondeur en utilisant l’énergie fournie par des
point 2, est applicable concernant la collecte des
pervibrateurs plus importants.
données relatives à l’état du terrain et la
(2) La portance d’un terrain peut également être conservation de preuves.
améliorée par compactage à l’aide de masses
(13) Le niveau d’exécution des travaux doit se
tombantes.
situer au moins 50 cm au-dessus du niveau
(3) En cas de compactage profond, le mandataire prévu au plan pour les fondations de l’ouvrage et
doit décrire le déroulement du processus de au moins 50 cm au-dessus de la surface des eaux
compactage et le présenter au maître d’ouvrage souterraines.
avant le début des travaux.
(14) Le mandataire doit prouver que le
(4) Le mandataire doit établir un plan indiquant compactage est nécessaire.
l’emplacement et le nombre de points de
(15) Une fois le compactage profond terminé, il
pervibrage et le présenter au maître d’ouvrage.
faut prévoir un compactage superficiel.
(5) Le cahier des charges doit préciser les essais
nécessaires pour déterminer l’efficacité des
6.3 Consolidation
dispositifs pouvant potentiellement aider au
compactage en profondeur.
6.3.1 Généralités

Projet d'août 2012


ZTV-ING - Partie 2 Travaux de fondation - Section 2 Fondations

La consolidation du sol demeure au niveau des (2) En présence de pieux, il peut être nécessaire
fondations. Le sol est consolidé par l’ajout de liants de réaliser des essais d’intégrité en fonction des
hydrauliques ou par l’injection de substances conditions aux limites. Le type et le contenu des
chimiques appropriées. essais doivent être stipulés dans le cahier des
charges.
6.3.2 Consolidation à l’aide de liants
(3) La documentation relative à la fabrication des
(1) Il est interdit de consolider des sols à l’aide de pieux doit être présentée au maître d’ouvrage.
calcium en dessous de la semelle de fondation
(4) En cas de recours au procédé de forage au jet,
d’ouvrages de génie civil.
il peut être requis de collecter des données
(2) Il incombe au mandataire de prouver que la relatives à l’état du terrain et à la technique de
résistance a été améliorée en constituant des construction conformément à la section 1, point 2,
zones d’essai et en établissant des injections-tests. et de contrôler le niveau de soulèvement à des fins
de conservation des preuves.
6.3.3 Consolidation par procédé de forage au
jet
(1) La norme applicable pour la stabilisation de
sols en ayant recours au procédé de forage au jet
est DIN EN 12716.
(2) Il faut présenter les agréments généraux des
services de surveillance de la construction au
maître d’ouvrage concernant le procédé de forage
au jet.

6.3.4 Consolidation et compactage par


injection
(1) La norme applicable est DIN EN 12715.
(2) Le mandataire doit apporter la preuve de la
performance environnementale et des
caractéristiques mécaniques du matériau
d’injection conformément à la norme
DIN EN 12715.
(3) Un agrément général des services de
surveillance de la construction doit être fourni
concernant l’évaluation de la performance
environnementale de gels de silice.
(4) Le mandataire doit contrôler le résultat de
l’injection (par exemple la résistance, les volumes
consolidés) au moyen de reconnaissances isolées
(par exemple de forages).
(5) Le mandataire doit présenter un plan précisant
l’emplacement, l’espacement et la disposition des
points d’injection au maître d’ouvrage avant le
début des travaux.
(6) En cas d’injection de compactage, il faut
contrôler la pression et la quantité de mortier à
injecter en constituant des zones d’essai et fixer à
l’avance l’espacement des différents points
d’injection correspondants.

7 Supervision des travaux /


assurance qualité
(1) La section 1, point 2, est applicable concernant
les émissions et tout autre préjudice.

10 Projet d'août 2012