Vous êtes sur la page 1sur 3

FIRE

MIDDLE EAST
NUMÉRO SPÉCIAL

LA MOUSSE EXTINCTRICE
Dans ce numéro, nous allons étudier en détail la mousse extinctrice.
Rédigé par Dave Pelton de Solberg

QU'EST-CE QUE LA MOUSSE EXTINCTRICE ? LA MOUSSE DE CLASSE A


La norme 11 de la National Fire Protection Association (NFPA), Développée au milieu des années 80, la mousse de classe A était
« Standard for Low, Medium and High Expansion Foam », définit principalement utilisée pour les feux de forêts puis sa popularité a
la mousse extinctrice comme «...un agrégat de bulles remplies d'air augmenté au cours des années 90 et elle a commencé à être utilisée pour
formées à partir d'une solution aqueuse et dont la densité est inférieure les incendies de bâtiments.
à celle des liquides inflammables. Elle est utilisée principalement pour Les feux de classe A incluent les matériaux combustibles ordinaires
former une couche flottante cohésive sur des liquides inflammables tels que le papier, le tissu, le bois et les plastiques. Ce type de
et combustibles et elle prévient ou éteint le feu en isolant l'air et combustibles requièrent l'effet d'absorption de chaleur (refroidissement)
en refroidissant le combustible. Elle permet également d'éviter la de l'eau ou de solutions contenant de l'eau. Il existe deux types de feux
réinflammation en empêchant la formation de vapeurs inflammables. de classe A : la combustion vive avec flammes impliquant des gaz qui
Elle possède la propriété d'adhérer aux surfaces, ce qui offre un degré de résultent de la décomposition thermique du combustible. Les feux
protection contre l'exposition aux feux adjacents. » en profondeur ou les braises incandescentes. Ce type représente la
Plus simplement, la mousse est utilisée pour la lutte active contre combustion à l'intérieur de la masse du combustible et a un taux lent de
l'incendie et peut éteindre les feux de liquides inflammables ou perte de chaleur et de réaction entre l'oxygène et le combustible.
combustibles de quatre façons différentes : n nettoyage du terrain (mop-up) : 0,25 %
n elle sépare les flammes de la surface du combustible n suppression initiale : 0,5 %
n elle retarde l'émission de vapeurs de la surface du combustible n effet coupe-feu : 0,75 %
n elle refroidit la surface du combustible et toute surface métallique n protection : 1,0 %
avoisinante Remarque : le taux minimum de mélange pour d'autres types de
n elle isole l'oxygène des vapeurs inflammables feux de classe A est de 0,1 %.
La mousse de classe A étant conçue à partie d'un émulseur
COMMENT LA MOUSSE EST-ELLE FABIRQUÉE ?
synthétique, elle s'applique à des concentrations faibles allant de 0,1 % à
La mousse dans son état final est un mélange d'émulseur, d'eau et
1,0 %. Les principaux mécanismes d'extinction sont le refroidissement
d'air. Lorsque ces trois composants sont réunis dans les proportions
et le mouillage. L'utilisation de mousse de classe A rend l'eau « plus
adéquates et mélangés, cela produit de la mousse. Pour être efficace, la
mouillée », ce qui, en moyenne, multiplie par dix son efficacité.
mousse doit contenir le bon mélange de caractéristiques physiques :
Ces taux d'application font de la mousse de classe A une solution
n Vitesse d'étouffement – ceci se réfère au temps nécessaire pour que
peu onéreuse puisque de plus petites quantités d'émulseur peuvent
la couche de mousse se répande sur la surface d'un combustible ou
être utilisées pour concevoir une mousse efficace. De plus, elle est
autour des obstacles afin d'obtenir une extinction complète
biodégradable et non toxique, donc respectueuse de l'environnement.
n Résistance à la chaleur – la mousse doit résister aux effets de la
La mousse de classe A peut être projetée via de nombreux équipements
chaleur de tout feu persistant provenant des vapeurs inflammables du
fixes et mobiles tels que les sacs à dos de pompiers, les appareils pour les
liquide ou d'objets chauds
feux de forêts ou encore les aéronefs à ailes fixes ou à voilure tournante.
n Résistance au combustible – une mousse efficace minimise le mélange
avec le combustible afin de ne pas être contaminée et de ne pas brûler
n Élimination des vapeurs – une couche étanche à la vapeur doit être
capable d'étouffer les vapeurs inflammables et de minimiser le risque
de réinflammation
n Résistance à l'alcool – les couches de mousse sont composées de plus
de 90 % d'eau. Ainsi, les couches de mousse non résistantes à l'alcool
de dureront pas très longtemps

CLASSES ET TYPES DE MOUSSES


Chaque type de mousse extinctrice a des applications différentes,
de la lutte contre les feux de forêts et de bâtiments aux applications
industrielles à haut risque dans les secteurs suivants : aviation,
chimie, défense, énergie, marine, exploitation minière, pétrole et gaz,
pétrochimie, pharmaceutique, pipelines, solvants et revêtements. Les
mousses extinctrices sont divisées en deux catégories : classe A et
classe B.
Des techniciens réalisent un essai de résistance à la réinflammation

62 FIRE MIDDLE EAST  |  DEC 2013/JAN 2014


Il faut donc faire attention à minimiser la tendance de la mousse à
s'immerger dans le combustible.

LES MOUSSES SYNTHÉTIQUES


Ce type d'émulseur est basé sur un mélange de tensioactifs et de solvants
qui contiennent ou ne contiennent pas de tensioactifs fluorés et de
polymères fluorés. Ces émulseurs peuvent ou non former un film ou une
membrane sur la surface du combustible, en fonction de l'émulseur et du
combustible à protéger.

LES MOUSSES FLUOROPROTÉINIQUES


Les mousses fluoroprotéiniques sont un dérivé des mousses
protéiniques. Elles contiennent des tensioactifs fluorés. Elles sont
destinées à être utilisées sur les hydrocarbures et certains combustibles
oxygénés. Elles doivent avoir une bonne aspiration et ne doivent pas être
utilisées avec des lances brouillard sans aspiration d'air.

POURQUOI UTILISER DE LA MOUSSE ?


Les feux de classe B incluent les gaz ou les liquides inflammables ou
combustibles. L'extinction se produit normalement par le biais de
l'isolation (l'élimination) de l'oxygène, ce qui interrompt la réaction
en chaîne de la combustion, ou par le fait que la mousse empêche la
Nettoyage de la mousse de classe A après un feu de forêt
libération des vapeurs combustibles. Les liquides de classe B sont soit
hydrosolubles (ils se mélangent à l'eau), comme les solvants polaires,
Dans un futur proche, l'utilisation et l'application de la mousse de
soit insolubles dans l'eau (ils ne se mélangent pas à l'eau), comme les
classe A connaîtront certainement des progrès technologiques. Pour citer
hydrocarbures. Pour les combustibles hydrosolubles, il est nécessaire
un exemple actuel, les dernières générations de systèmes d'induction avec
d'utiliser des émulseurs spécifiques résistants à l'alcool qui ne se
buse aspirante et de systèmes CAFS (mousse à air comprimé) sont plus
fiables que les modèles des générations précédentes. mélangent pas avec le combustible. De nombreux agents extincteurs
sont efficaces sur les liquides inflammables ou combustibles. Cependant,
LA MOUSSE DE CLASSE B la mousse est le seul agent extincteur capable d'éliminer les vapeurs et de
Il existe plusieurs type de mousses de classe B. Chaque émulseur est fournir une preuve visible de la rétention. Les raisons principales pour
conçu pour une application spécifique. Certaines mousses extinctrices utiliser de la mousse extinctrice sont les suivantes :
sont épaisses et forment un tapis lourd et résistant à la chaleur sur une n prévention contre l'incendie – application d'un tapis de mousse sur un
surface de liquide en flammes. D'autres mousses sont plus fines et se déversement non enflammé
répandent ainsi plus rapidement sur la surface du combustible. D'autres n élimination des vapeurs – empêche les vapeurs de trouver une source
mousses encore génèrent un film qui étouffe les vapeurs à la surface d'inflammation
du combustible. D'autres types encore, tels que les mousses à moyen n contrôle des odeurs – élimination des vapeurs dangereuses ou nocives
et haut foisonnement, peuvent être utilisés dans des applications qui n exposition du personnel – les pompiers et/ou le personnel de sauvetage
requièrent de grands volumes pour noyer des surfaces et remplir des sont protégés pendant les opérations d'intervention d'urgence
cavités dans la zone à risque. n protection des biens – sécurité dans la zone de risque jusqu'à la
maîtrise de l'incendie ou le retrait des biens
LES MOUSSES CHIMIQUES
La mousse de classe B n'est pas efficace sur tous les types de feux. Il
Ces mousses sont produites par la réaction chimique qui a lieu lorsque
est essentiel de connaître le type de feu et de combustible en question.
deux produits chimiques, le sulfate d'aluminium et le bicarbonate de
La mousse extinctrice n'est pas efficace dans les cas suivants : Les feux
sodium, sont mélangés. L'énergie nécessaire à la création des bulles de
impliquant des appareils électriques sous tension (classe C aux États-
mousse provient de la réaction entre ces deux produits chimiques. Ce
Unis, classe E en Europe) car l'eau est un conducteur d'électricité et la
type de mousse est obsolète.
mousse contient plus de 90 % d'eau. Les feux de classe C peuvent être
LES MOUSSES PROTÉINIQUES éteints en mettant les appareils hors tension ou en utilisant un autre agent
Les mousses protéiniques sont fabriquées avec des sources naturelles de extincteur tel que la poudre chimique, le dioxyde de carbone ou un agent
protéines telles que les sabots, la farine de corne ou la farine de plumes. propre ; Les gaz pressurisés – matériaux stockés comme des liquides mais
Elles sont destinées à être utilisées uniquement sur les hydrocarbures. qui sont gazeux à température ambiante et pression atmosphérique. La
En général, les mousses produites à partir d'émulseurs protéiniques pression de la vapeur pour ces types de combustibles est trop élevée pour
ont une bonne stabilité thermique et une bonne résistance à la que la mousse soit efficace ; Les incendies tri­dimensionnels – où le liquide
réinflammation. Elles doivent avoir une bonne aspiration et ne doivent inflammable s'écoule d'une source en hauteur, créant un feu de nappe sur
pas être utilisées avec des lances brouillard sans aspiration d'air. Ces une surface en contrebas ; Les feux de classe D – métaux combustibles
mousses ne sont généralement pas aussi mobiles ou fluides sur la surface tels que l'aluminium, le magnésium, le potassium, le sodium et les
du combustible que d'autres types de mousses bas foisonnement. Les alliages de titane. L'extinction des feux de métaux de classe D requiert
mousses protéiniques sont susceptibles de se mélanger au combustible. l'utilisation de poudres chimiques sèches spécifiques.

FIRE MIDDLE EAST  |  DEC 2013/JAN 2014 63


ÉVOLUTION DES MOUSSES EXTINCTRICES DE CLASSE B
Les mousses sont utilisées pour l'extinction des incendies depuis
presque cent ans, sous diverses formes, en commençant par les mousses
chimiques, et à chaque nouvelle étape au fil du temps, les performances
et la sécurité de ces agents ont été améliorées par rapport au type
d'émulseur précédent.

CHIMIQUES PROTÉINIQUES SYNTHÉTIQUES FLUOROPROTÉINIQUES MOUSSE ÉCOLOGIQUES


1915–1933 1933 1963 1965 2005

Au début des années 1900, Les mousses protéiniques, Les mousses synthétiques Les mousses fluoroproté- 2005-actualité : alors que les
les premières mousses lancées dans les années 30, (AFFF et AR-AFFF) ont fait iniques ont été lancées au réglementations environne-
extinctrices étaient des ont représenté un progrès leur arrivée sur le marché milieu des années 60 après mentales sur les émulseurs
mousses chimiques. Elles énorme. Chimiquement dans les années 1960. Elles les mousses synthétiques, synthétiques fluorés se dur-
fonctionnaient grâce à une stables et efficaces sur les s'épandent rapidement sur principalement en tant cissent dans le monde entier,
réaction chimique qui se feux de classe B, elles sont la surface des combustibles, que réponse commerciale une nouvelle génération
produisait lors du mélange rapidement devenues le elles sont multifonctions, aux fabricants de mousse d'émulseurs écologiques est
d'au moins deux produits standard du secteur. Leur elles peuvent être déversées protéinique. Le fait d'ajouter en train d'être développée.
chimiques au moment de inconvénient majeur était avec tous types de lances et des tensioactifs fluorés Ces émulseurs sont exempts
l'utilisation, ce qui créait leur durée de conservation leur durée de conservation aux mousses protéiniques de polymères fluorés et de
la mousse. Elles étaient limitée et un intervalle de est longue. Les mousses standard leur permettait de tensioactifs fluorés et sont
plus efficaces que l'eau, températures de stockage synthétiques fluorées sont s'épandre plus rapidement respectueux de l'environne-
mais difficiles à utiliser et restreint, des aspects qui le pilier du secteur de la sur la surface du combus- ment. Ils sont utilisés pour
à transporter. En outre, il sont encore problématiques protection incendie et elles tible. Ce progrès a placé les éteindre efficacement les
y avait toujours le risque pour les produits à base de sont remises en question performances des mousses feux de classe B sans dégra-
d'un mauvais mélange au protéines aujourd'hui. En dernièrement, non pour leurs protéiniques quelque part dation toxique. Ils utilisent
moment de l'utilisation. outre, les mousses proté- performances mais pour leur entre celles des mousses à une nouvelle technologie de
iniques fonctionnent mieux impact sur l'environnement. base de protéines seulement mousse conçue pour rem-
lorsqu'elles sont déversées Les mousses synthétiques et celles des mousses fluorées placer les émulseurs AFFF et
avec un équipement à peuvent éteindre les feux synthétiques. AR-AFFF traditionnels et les
aspiration d'air, qui crée un d'hydrocarbures et de anciennes mousses fluorées.
tapis de mousse épais, mais combustibles hydrosolubles
qui, selon le type d'équipe- et peuvent être déversées par
ment, peut affecter la plage des lances à aspiration d'air
de débit du déversement par et non aspirantes, ce qui rend
rapport aux équipements leur utilisation extrêmement
non aspirants. flexible.

RÉSUMÉ
Malgré l'importance et le besoin actuel de mousse extinctrice, les à évoluer en termes de composition chimique et de performances au
derniers progrès significatifs ont eu lieu dans les années 60 avec la feu, avec l'objectif d'atteindre des hautes performances sur les liquides
commercialisation des AFFF pour les mousses de classe B, et dans les inflammables et combustibles et d'offrir une meilleure résistance à
années 80 pour la mousse de classe A. la réinflammation pour la sécurité des pompiers ainsi qu'une durée
de conservation de plusieurs années supérieure à celle des mousses
QUE NOUS RÉSERVE L'AVENIR ?
protéiniques.
Les systèmes d'induction pour la mousse de classe A (et peut-être la
composition chimique des émulseurs) vont certainement continuer à Dave Pelton est Vice-président Marketing international de The
évoluer, comme ce fut le cas au cours de la dernière décennie. Quant
Solberg Company. Il a fait ses débuts dans le secteur de la protection
aux émulseurs de classe B, les efforts en matière de développement de
incendie en 1984 et a participé à plusieurs conseils d'administration
la composition chimique semblent s'être figés dans le temps en raison
d'associations professionnelles et comités techniques de ce
de la confiance accordée aux technologies de base existantes. Ce n'est
secteur au niveau local et international tels que la Fire Equipment
que depuis cinq ans environ, suite à l'introduction de réglementations
Manufacturers Association (FEMA), la Fire Suppression Systems
environnementales sur les AFFF contenant du fluor, que les fabricants
Association (FSSA), la National Fire Protection Association (NFPA),
de mousse extinctrice ont commencé à prendre au sérieux le défi du
et l'International Standards Organisation (ISO) où il est actuellement
développement.
membre du groupe U.S. TAG pour le TC21/SC6 – Fire Extinguishing
Ces produits sans fluor (certains issus d'une première génération et
Media Foam Concentrates and Systems Hardware.
d'autres d'une deuxième ou d'une troisième génération) continueront

64 FIRE MIDDLE EAST  |  DEC 2013/JAN 2014