Vous êtes sur la page 1sur 3

LA CHIMIE DE LA PHOTOGRAPHIE

1. RAPPELS D'OXYDOREDUCTION:

Une réaction d'oxydoréduction est une réaction chimique au cours de laquelle il y a


simultanément une oxydation et une réduction.
Il n'y a pas si longtemps, une oxydation était définie comme une "fixation" d'oxygène sur
un atome ou une molécule et une réduction était le "départ" de ce même atome. Ce modèle ne
permettait pas d'expliquer beaucoup de situations.
La théorie, depuis, a été affinée et on associe désormais, à toute oxydation et à toute
réduction, un transfert d'électrons.

TP n°1
L'élaboration de presque tous les métaux passe par des réactions d'oxydoréduction.
Il en est de même pour la synthèse des produits de base comme HCl et sa solution aqueuse l'acide
chlorhydrique, l'acide sulfurique, l'hydroxyde de sodium...

La corrosion des métaux et l'électrolyse sont basés


sur l'oxydoréduction. Les piles et les accumulateurs
fonctionnent grâce à de telles réactions.

Tout simplement, des choses aussi naturelles que la


respiration ou la digestion des aliments sont des processus
d'oxydoréduction.

La plupart des métaux ( fer, cuivre..) et des alliages (


bronze, ..) réagissent avec le dioxygène de l’air, il y a alors
des réactions d’oxydoréductions . Le vert-de-gris ( voir
photo ) est un exemple de dégradation dû à l’oxydation du
bronze.

1.1. Oxydation et réduction

Une oxydation est une perte d'électrons Cu = Cu 2 + + 2 e –

2+
Une réduction est un gain d'électrons Cu + 2 e – = Cu

Un métal oxydé subit une oxydation alors qu'un métal réduit subit une réduction.

Rem :
- une réduction est un gain d'une charge négative (électron(s)).
- le fait de perdre ou de gagner des électrons se traduit par un
accroissement/diminution de charge.
- un métal oxydé voit sa charge augmenter (formation d'un ion positif) en perdant
des électrons.

www.physique-chimie-en-aa.fr 1
1.2. Oxydant et réducteur

Les deux réactions d'oxydoréduction possibles pour le cuivre Cu = Cu 2 + + 2 e –

caractérisent le couple Cu2+ / Cu. Cu 2 + + 2 e –


= Cu

L'ion Cu2+ est l'oxydant du couple Cu2+ / Cu.


Le métal Cu est le réducteur du couple Cu2+ / Cu.
D'une façon générale, un couple oxydant-réducteur est noté (Ox/Red).

Dans l'écriture des couples, l'oxydant est toujours à gauche et le réducteur à droite :
(Oxydant/Réducteur)
Exemple : ( Cu2+ / Cu ) ( Ag+ / Ag ) ( Cl- / Cl2 )

1.3. Réaction d'oxydoréduction


TP n°1
Une réaction d'oxydoréduction nécessite la présence de 2 couples oxydant-réducteur :

Ox1 / Red1 et Ox2 / Red2

L'oxydant d'un couple réagit avec le réducteur de l'autre couple.

La réaction d'oxydoréduction : Ox1 + Red2 = Ox2 + Red1

Ox1 subit une réduction.


oxydation
Red2 subit une oxydation.
réduction
La réduction a lieu de Ox1 vers Red1.

L'oxydation a lieu de Red2 vers Ox2.

Un couple réagit dans le sens de l'oxydation et l'autre dans celui de la réduction.


Exemple de réaction d'oxydoréduction : Cu 2 + + Zn = Cu + Zn 2 +
Le couple oxydant-réducteur Cu 2 + / Cu évolue dans le sens d'une réduction. L'ion Cu 2 + est un
oxydant.
Cu 2 + + 2 e – = Cu c’est une demi-équation électronique de réduction car Cu est un réducteur.
Le couple oxydant-réducteur Zn 2 + / Zn évolue dans le sens d'une oxydation. Le métal Zn est
un réducteur.
Zn = Zn 2 + + 2 e –c’est une demi-équation électronique d’oxydation car Zn 2 + est un oxydant.

1,4 Comment prévoir une réaction d'oxydoréduction?

Il suffit de placer les potentiels


d'oxydoréductions notés E° sur une échelle .
Les réducteurs les plus forts se trouvent en bas
à droite et les oxydants les plus forts se
trouvent en haut à gauche.

www.physique-chimie-en-aa.fr 2
Pour ce, on utilise la règle appelée règle du gamma qui consiste à

observer que la réaction naturelle est celle qui place les réactifs sur la
diagonale du haut vers la droite. On appelle cette règle " règle du gamma "
parce que les réactifs et les produits se placent sur deux branches de la
lettre grecque gamma et qu’en traçant la lettre de façon imaginaire sur
l’ échelle des couples, on peut voir apparaître la réaction qui sera possible :

Cette règle du gamma permet, dès lors que l’on dispose d’une échelle de
potentiels redox ,de prévoir qu'elle va être la réaction naturelle possible et
laquelle sera impossible.(1) Ainsi l'ion cuivre Cu2+ va réagir avec le métal
aluminium Al

1,5 Comment équilibrer une réaction d’oxydoréduction?

TP n°1 Exemple de la réaction entre l’oxydant du couple (MnO4- / Mn2+) et le réducteur du couple
(Fe3+/Fe2+)

1,isoler une première demi-équation électronique MnO4- = Mn2+


2, assurer la conservation de l'élément oxygène si nécessaire avec des molécules d'eau
MnO4- = Mn2+ + 4 H2O

TP n° 8 : Etude d'un filtre polarisant


3,assurer la conservation de l'élément hydrogène avec des protons solvatés
MnO4- + 8 H+ = Mn2+ + 4 H2O
4, assurer la conservation de la charge avec des électrons
MnO4- + 8 H+ + 5 e- = Mn2+ + 4 H2O
5, refaire les étapes ci-dessus pour l'autre demi-équation électronique
Fe2+ = Fe3+ + e-
6, réunir les deux demi-équations électroniques précédentes et en déduire l'équation-bilan
Le nombre d’électrons cédés par le réducteur doit être le même que le nombre d’électrons
captés par l’oxydant (On multiplie donc la première demi-équation par 5)

( Fe2+ = Fe3+ + e- ) ×5
- + - 2+
MnO4 + 8 H + 5 e = Mn + 4 H2O

5 Fe2+ + MnO4- + 8 H+ - = Mn2+ + 4 H2O + 5 Fe3+


2. LA COMPLEXATION:

Définition:
Un complexe est un édifice polyatomique constitué d’un atome ou d’un cation métallique
central auquel sont liés des molécules ou des ions appelés ligands ou coordinats.
D’une façon générale on aura :
A + nL = ALn
A :l’édifice accepteur ; D : est l’édifice donneur ; A/D couple donneur accepteur
Exemple :
Ag+ + 2 S2O32- = [Ag(S2O3)2]3-
TP n°1
TP n°1 L'accepteur est l'ion argent Ag+ , le ligand S2O32- et le complexe est [Ag(S2O3)2]3-

(1) Pour une réaction du type ox + ne- = red ,cette règle n'est pas toute à fait exacte . Il ne faut pas comparer les
potentiels standards mais plutôt les potentiels ( en tenant compte de la température, des activités des espèces : loi de
Nerst : E = E° + nF/RT ln [a(ox)/a(red)]). De plus, cette loi permet de prévoir qu'elle va être la réaction naturelle possible
thermodynamiquement mais il faut également étudier les courbes intensité-potentiel pour étudier la cinétique des
réactions.

www.physique-chimie-en-aa.fr 3