Vous êtes sur la page 1sur 98

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE M’HAMED BOUGARA-BOUMERDES

Faculté des Sciences de l’Ingénieur


Mémoire de Master
Présenté par :
Melle. Djami Schehrazed et Melle.Toulmout Chafia

En vue de l’obtention du diplôme de Master


en Génie Electrique
Option : signal et communication

Thème :

Contribution à l’optimisation d’un réseau


LTE : Adaptation du HANDOVER

Encadreur F.NAFAA M.C.B UMBB


Président KH.HARAR M.C.B UMBB
Examinateur B.SEMANI M.C.B UMBB
Examinateur H.MAHDI M.C.B UMBB

- Promotion Juin 2017-


-
-

REMERCIMENT
Avant tout, nous tenons particulièrement à remercier Allah le tout
puissant, ce mémoire n’aurait jamais été réalisé sans sa bénédiction.

Nous tenons à exprimer toutes nos gratitudes à Monsieur NAFA Fares, Maitre
de conférence à la Faculté des Sciences de l’Ingénieur de l’université M’Hamed
BougaraBoumerdes d’avoir accepté de nous encadrer dans notre travail. Nous tenons à
lui exprimer nos plus vifs remerciements pour sa disponibilité, son expérience dans la
matière et les conseils scientifiques qu’il nous a prodigués tout au long de ce travail.

Nous adressons nos remerciements à nos Co-Encadreurs Messieurs ALLAL


Ahmed, Arbi, GETTOUCH Amine, BEN AHMED Mehdi, .HIDOUCH Rabeh, AL
AFANDI Mohamed Monkid Ingénieurs de l’entreprise (MOBILIS) pour leur aide
consistante, leur conseils judicieux, et pour leur remarques objectives.

Nous remercions les membres du jury de l’UMBB de Boumerdes, d’avoir


l’amabilité d’accepter d’examiner notre travail.

Nous profitons de cette opportunité pour exprimer notre gratitude à tous les
enseignants qui ont contribué par leur collaboration, leur disponibilité et sympathie, à
notre formation.

Nous tenons à remercier nos familles de nous avoir soutenu, nous ne serons jamais
assez reconnaissants envers nos parents qui ont toujours tout mis en œuvre pour qu’on
s’épanouisse dans tout ce qu’on entreprend.

Nous exprimons notre reconnaisse à tous les ami(e)s avec qui nous avons pu
bénéficier de leurs aides.

Enfin, nous tenons à remercier toute personne qui nous a aidés de près ou de loin
durant notre travail et en particulier tous nos collègues de la promotion MGE15.
Dédicace

Ce mémoire est dédié à

Nos parents,

Nos familles,

Nos ami(e)s,

Tous ceux qui nous aiment et qu'on aime.

Djami Schehrazed &Toulmout Chafia


LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX_

CHAPITRE I

Figure 1.1 : Présentation générale sur le système LTE.....................................................................5

Figure 1.2 : Architecture du système LTE...................................................................................5

Figure I.3 : Architecture E-UTRAN..........................................................................................7

Figure I.4 : Architecture du réseau cœur EPC ...........................................................................7

Figure I.5: Illustration de l’espacement entre sous porteuse............................................................12

Figure I.6 : (a) Forme d’impulsion par sous porteuse et (b) Spectre de la transmission OFDM de
base. .................................................................................. .......................................................12

Figure I.7 : Chaine de transmission OFDM............................................................................ 13

Figure I.8 : Interprétation temps-fréquence d’un signal OFDM. ....................................................13

Figure I.9 : Schéma bloc du SC-FDMA......................................................................................14

Figure I.10 : Principe de la transmission SC-FDMA...................................................................14

figure I.11 : Structure de la trame du système lte.....................................................................15

Figure I.12 : Grille de ressources du système LTE..................................................................16

Figure I.13 : Structure de la trame LTE en mode TDD...........................................................16

CHAPITRE II

Figure II.1 : Les différents types de porteuse en QoS.............................................................21

Figure II.2 : Mécanisme d’extraction Des Kpis.......................................................................24

Figure II.3 : Point de mesure du taux de succès de RRc.........................................................28

Figure II.4: Porteur d'accès Radio...........................................................................................28

Figure II.5 : Exemple point de mesure de taux de succès de E-Rab.......................................29

Figure II.6: Les compteurs associer à S1SIG..........................................................................30

Figure II.7 : Les points de mesure du taux d’appel.................................................................31

Figure II.8: Intra-frequency handover success Rat. ...............................................................33

FigureII.9: Scenario a pour intraf HO....................................................................................34


LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX_

Figure II.10: Scenario b pour intraf HO..................................................................................34

Figure II.11: Intra-enodeB HO................................................................................................35

Figure II.12.1: Intra-eNodeB..................................................................................................36

Figure II.12.2: Intra-eNodeB..................................................................................................36

Figure II.13: Inter-RAT HO (LTE vers WCDMA) ...............................................................37

CHAPITRE III

Figure III.1 : Architectures SON pour les réseaux LTE.........................................................39

Figure III.2 : Processus d'accès initial.....................................................................................40

Figure III.3 : Emplacement des symboles de ressources dans un bloc de ressources pour un
symbole.....................................................................................................................................42

Figure III.4: La mobilité au sein du LTE................................................................................45

Figure III.5 : Décision et exécution du HANDOVER...........................................................47

Figure III.6:Les différentes phases du HO.............................................................................48

Figure III.7:L'événement A1 .................................................................................................50

Figure III.8: L'événement A2.................................................................................................51

Figure III.9: L'événement A5.................................................................................................52

CHAPITRE IV

Figure IV programme TTT constant.......................................................................................55

Figure IV organigramme du programme TTT en 3GPP......................................................56

Figure IV programme TTT variable avec condition sur RSRPs..........................................57

Figure IV organigramme programme TTT variable avec condition de seuil.......................58

Figure IV programme TTT variable avec condition sur la variation RSRPs/RSRPn..........59

Figure IV programme TTT variable avec condition sur la variation RSRPs/RSRPn....................60


LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX_

Figure IV le handover avec un TTT constant.......................................................................61

Figure IV Adaptation de TTT en fonctionde la variation du RSRP.....................................62

Figure IV Adaptation de TTT en fonctionde la variation de RSRP par rapport à un


seuil.........................................................................................................................................63

Tableau I.1 : caractéristique de LTE.......................................................................................17

Tableau II.1 : QCI standardisé du réseau LTE........................................................................22

Tableau II.2: Cell Average Throughput..................................................................................26

Tableau III.1 : Tableau des puissances du signale........................................................................42

Tableau III.2 : Qualité du signal..............................................................................................43

Tableau III.3 : puissance du signal reçu RSSI .....................................................................43

TableauIII.4: les différents types du Handover.......................................................................49


LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES_

Liste des abréviations et des acronymes

1G : 1ère Génération
2G : 2ème Génération
3G : 3ème Génération
4G : 4ème Génération
5G: 5ème Génération
3GPP: 3rd Generation Partnership Project

ADSL: Asymmetric Digital Subscriber Line

APN: Access Point Name

B
BSC: Base Station Controller.
BSS: Base Station Subsystem.
BTS: Base Transceiver Station.
BER: Bit Error Rate
BLER: Block Eror Rate.
BW: Band Width.
C

CDMA : Code Division Multiple Access accès.

C/I: carrier-to-interference

CS: Circuit Switch

CP: cyclique prefixe.

DFT: Discrete Fourier Transformation

DSCP: Differentiated Services Code Point

DL: Down link


LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES_

DwPTS: Downlink Pilot Time Slot

E-RAB: E-utran radio access bearer.

eNodeB: evolved NodeB.

EPS: Evolved Packet System.

EPC: Evolved Packet Core.

E-UTRA: Evolved-Universal Terrestrial Radio Access.

FDD: Frequency Division Duplex.

FFT: Fast Fourier Transformation

GBR: Great Bits Rate

GSM: Global systeme for mobile Communication.

GTB: Global Telecom Business

HARQ: Hybrid automatic repeat request

HSUPA: High Speed Uplink Packet Access.

HSDPA: High Speed Downlink Packet Access.


HSDPA+: High Speed Downlink Packet Access Evolution.
HSOPA: High Speed OFDM Packet Access.
HSPA: High Speed Packet Access.
HSS: Home Suscriber Service.
LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES_

ICI: Inter Cell Interference

IDFT: Inverse discrete Fourier transform

IFFT: Inverse Fast Fourier Transform

IP: Internet Protocol

IMS: International Mobile Subscriber

KPI: Key Performance Indicator.

LTE: Long Term Evolution

MME: Mobility Management Entity.

MIMO: Multi Input Multi Output.

MSC: Mobile services Switching Centre.


N

NMS: Network Management System

NAS: Non-Access Stratum

OFDM: Orthogonal Frequency Division Multiplexing.


OFDMA: Orthogonal Frequency Division Multiple Access.

PAPR: Peak-to-Average Power Ratio

PDP: Packet Data Protocol

PDN GW: Packet Data Network Gateway


LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES_

PI: Performance Indicators

PS: Paquet Switch.

PSK: Phase Shift Keying.

PCEF Policy Control Enforcement Function

PCRF: Policy Control Renforcement Function

PLMN: Public Land Mobile Network

QCI: Quality Class Identifier

QAM: Quadrature Amplitude Modulation

QoS: Quality of Service

RAT: Radio Accès Technologie

RF: Radio Failure.

RNC: Radio Network Controller

RRC: Radio Ressource Control

RSSI: Received-Signal Strength Indication

RSRP: Reference Signal Received Power

RSRQ: Reference Signal Received Quality

SAE: System Architecture Evolution

SC-FDMA: Single Carrier-Frequency Division Multiplexing Access

SGSN: Serving GPRS Support Node.

S-GW: Serving-Get Way


LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES_

SON: Self Organizing Network

TDD : Time Division Duplex.

UE: Terminal Mobile

UpPTS: uplink Pilot Time Slot

UL: Up link
UMTS: Universal Mobile Telecommunications System

VoIP: Voice on IP/Voice l'IP.

Wi-Fi: Wireless Fidelity


WIMAX: Worldwide Interoperability for Microwave Access
Sommaire

Résumé…………………………………………………………………………………………………………………………………………….….I
Table des matières ……………………………………………………………………………………………………………………………..II
Liste des figures …………………………………………………………………………………………………………………………..….…III
Liste des tableaux…………………………………………………………………………………………………………………………......IV
Liste d’abréviations ………………………………………………………………………………………………………………………...…V
Introduction général ………………………………………………………………………………………………………………………...1

Chapitre 1 : Aperçu général sur la 4g "LTE"


I.1.INTRODUCTION................................................................................................................................... 3
I.2.L’EVOLUSION DES RESEAUX MOBILS .................................................................................................. 3
I.3.La 4G LTE (long termevolution)........................................................................................................... 4
I.3.1.Architecture du réseau LTE .......................................................................................................... 5
I.3.2.Caractéristique du réseau EPS ..................................................................................................... 6
I.3.3.Entités du réseau EPS (Evolved paquet system) .......................................................................... 6
A.EquipmentUser (UE) ..................................................................................................................... 6
B.E-UTRAN ....................................................................................................................................... 6
C.EPC (Evolved PacketCore) ............................................................................................................. 7
I.3.4les interfaces ................................................................................................................................. 8
I.4.Les caractéristiques fondamentales de la 4 G..................................................................................... 9
I.4.1Débit sur l’interface radio ............................................................................................................. 9
I.4.2Latence ......................................................................................................................................... 9
A.Latence du plan de contrôle ......................................................................................................... 9
B. Latence du plan usager ................................................................................................................ 9
I.4.3L’agilité en fréquence ................................................................................................................. 10
I.4.4Mobilité ...................................................................................................................................... 10
I.4.5Codage et sécurité ...................................................................................................................... 10
I.4.6Multiplexage ............................................................................................................................... 10
I.5.Les types de transmission utilisée dans la 4 G .................................................................................. 11
I.5.1.OFDM ......................................................................................................................................... 11
I.5.1.1.Chaine de transmission OFDM ........................................................................................... 12
I.5.1.SC-FDMA .................................................................................................................................... 13
Sommaire
I.6.Structure des ressources de transmission du LTE ............................................................................. 14
I.6.1.Structure de la trame en mode FDD : ........................................................................................ 14
I.6.2.Structure de la trame en mode TDD .......................................................................................... 16
I.7.L’évolution de LTE vers LTE Advanced .............................................................................................. 17
I.8.La 4G dans le monde......................................................................................................................... 17
I.8.1.Europe ....................................................................................................................................... 17
I.8.2.États-Unis ................................................................................................................................... 18
I.8.3.Algérie ........................................................................................................................................ 18
I.9.Conclusion ........................................................................................................................................ 18

Chapitre II : LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G


II.1INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 19
II.2.Les objectifs de l’optimisation ............................................................................................................... 19
II.3.La Qualité de Service (QoS) .................................................................................................................... 20
II.4.Le but de la QoS ..................................................................................................................................... 20
II.4.1.Le porteur EPS ................................................................................................................................ 21
II.5.Les Indicateurs Clés de performance :KPIs (key performance indicators) ............................................. 22
II.5.1.Mesure statistique de la KPI ........................................................................................................... 23
II.5.2.Mesure de test sur site (ouDrive Test) KPI ...................................................................................... 23
II.5.3 Principe d'extraction des statistiques ............................................................................................. 24
II.5.3.1 Processus ................................................................................................................................. 24
II.5.3.2. Génération des rapports : ....................................................................................................... 24
II.5.4.Compteurs des KPI .......................................................................................................................... 25
II.5.4.1. Compteurs .............................................................................................................................. 25
II.5.4.2. Formule de calcul .................................................................................................................... 25
II.5.5.Accessibilité .................................................................................................................................... 26
Le taux de réussite de RRC : ............................................................................................................. 27
E-RAB Related: ................................................................................................................................. 28
Le taux de succès S1SIG ................................................................................................................... 29
II.5.6.Maintenabilité................................................................................................................................. 30
Le taux de coupure .............................................................................................................................. 31
Sommaire
I II.5.7.ntégrité ......................................................................................................................................... 32
Debit maximal cellulaire....................................................................................................................... 32
II.5.8.Mobilité........................................................................................................................................... 32
Intra-LTE Handover (Out) Success Rate ............................................................................................... 33
Intra-LTE Handover In Success Rate..................................................................................................... 35
Inter-RAT Handover Out Success Rat ................................................................................................... 36
II.6.Conclusion ............................................................................................................................................. 37

Chapitre III : Etude de la mobilité : le Handover


III.1 Introduction .......................................................................................................................................... 38
III.2.Architectures et fonctionnalités SON dans les réseaux LTE .................................................................. 38
III.2.1.L’objectif du réseau auto-organisateur .......................................................................................... 38
III.2.2.Architectures SON.......................................................................................................................... 38
III.2.2.1.Architecture SON centralisée .................................................................................................. 39
III.2.2.2.Architecture SON distribuée ................................................................................................... 39
III.2.2.3.Architecture SON hybride ....................................................................................................... 39
III.2.3.Fonctionnalités SON....................................................................................................................... 40
III.3.Procédure d'accès aléatoire.................................................................................................................. 40
III.3.1 Recherche de cellule ...................................................................................................................... 41
III.3.2 Le principe de la meilleure cellule .................................................................................................. 41
III.4.Les mesures radio en LTE ...................................................................................................................... 41
III.4.1 Puissance reçu de signal de référence (RSRP)................................................................................ 41
III.4.2 Qualité de réception du signal de référence (RSRQ) ...................................................................... 42
III.4.3 L’indicateur de l’intensité du signal reçu (RSSI) ............................................................................. 43
III.5.Procédure de connexion RRC................................................................................................................ 44
III.6.Procédure de connexion NAS ............................................................................................................... 44
III.7.Procédure E-RAB ................................................................................................................................... 45
III.8.Mobilité au sein de la LTE ..................................................................................................................... 45
III.8.1.Mode veille (Idle mode) ................................................................................................................. 45
III.8.1.1.Sélection PLMN ....................................................................................................................... 46
III.8.1.2.élection et re-sélection des cellules ........................................................................................ 46
III.8.2.Mode connecté (connected Mode) ............................................................................................... 47
Sommaire
III.8.2.1.Le Handover ............................................................................................................................ 47
III.8.2.2.LES PHASE DE HANDOVER ...................................................................................................... 48
III.8.2.3.Types de handover à l'intérieur de LTE ................................................................................... 49
III.8.2.4 Scénario de déclenchement de Handover .............................................................................. 49
III.8.2.5.Rapport déclenché par un événement ................................................................................... 50
III.9 Conclusion............................................................................................................................................. 53

Chapitre IV : Algorithme d’Adaptation de time to trigger


IV.1Introduction................................................................................................................................... 54
IV.2 Handover ...................................................................................................................................... 54
IV.2.1 Hystérèse ............................................................................................................................... 54
IV.2.2 Time-to-trigger (TTT)............................................................................................................. 55
IV.2 Adaptatif TTT basé sur le RSRP de la cellule de service ............................................................. 55
IV.2.1 Première simulation TTT constant ....................................................................................... 55
IV.2.2 Deuxième simulation TTT variable ....................................................................................... 57
IV.2.2.1 Algorithme d'adaptation du TTT en fonction de la variation du RSRP ........................ 57
IV.2.2.2 Adaptation de TTT par la variation du RSRPs et RSRPn ................................................ 57
IV.3 Simulation ..................................................................................................................................... 61
IV.3.1 Adaptation de TTT constant ................................................................................................. 61
IV.3.2 Adaptation de TTT par la variation du RSRP ........................................................................ 62
IV.3.3 Adaptation du TTT par un seuil (threshold) ......................................................................... 62
IV.4 Conclusion .................................................................................................................................... 64
Conclusion général ............................................................................................................................ 65
Bibliographié
Annexe
INTRODUCTION GENERALE

Introduction générale
Aujourd’hui, les systèmes de communication sans fil sont de plus en plus présents dans
notre vie quotidienne et ils tendent à remplacer l’utilisation excessive des câbles, Il a de ce fait
connu une évolution remarquable ces dernières années.
Toutefois la saturation des réseaux 2G et leurs limites en matière de débit et services, a
amené les acteurs du domaine des télécommunications à penser à une troisième génération
représenté par la norme UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) « 3G » en
profitant du progrès qu’a connu la technologie du traitement de signal. Ceci a apporté une
amélioration du débit permettant de supporter les nouveaux services avec une bonne qualité de
transmission de la voix et des données. Cependant, avec la demande croissante et l’augmentation
du nombre d’abonnés, cette technologie ne permet plus de répondre aux besoins. Il fallait donc
pousser le développement vers d’autres améliorations pour augmenter la capacité des réseaux, ce
qui a donné naissance à la quatrième génération LTE (Long Term Evolution) «4G» apportant
une amélioration du débit.
L'optimisation des réseaux d'accès radio devient, pour un opérateur, un enjeu fondamental
lui permettant de minimiser les investissements, réduire le nombre de sites à déployer, et de
garantir une bonne qualité de service aux utilisateurs. Une fois le réseau est opérationnel,
l’opérateur doit veiller à son bon fonctionnement.
Comme pour toutes les autres technologies, le haut débit mobile a ses propres défis,
même si des efforts ont été faits jusqu'à présent pour que cela se réalise. Cependant,
l'optimisation pour l'amélioration de la performance semble être inévitable à tout moment. Une
des préoccupations toujours présentes dans les services omniprésents dans les réseaux cellulaires
est l'aspect de la mobilité. Le service doit être maintenu lorsque l'utilisateur est remis d'une
cellule à une autre cellule.
Dans le cadre de notre projet de fin d'études, nous nous sommes particulièrement
intéressés à l’optimisation radio du réseau 4G LTE de la téléphonie mobile.
Pour cela nous avons structuré notre mémoire comme suit :
Dans le premier chapitre nous donnons un aperçus sur la 4G LTE, nous avons présenté
l'architecture du réseau LTE et ses différentes techniques.

1
INTRODUCTION GENERALE

Le deuxième chapitre sera consacré à l'étude des performances du réseau 4G LTE et les
principaux (KPI : Key Performance Indicators), les différents types de classifications KPI, où
nous avons identifié la notion des statistiques leurs utilisation, les méthodes d’analyse et
comment l’évalué dans le réseau.

Dans Le troisième chapitre nous avons étudié la mobilité dans le mode connecté et le
mode veille.
Le dernier chapitre sera consacré à la partie pratique dans laquelle nous avons créé un
algorithmes ajustant dynamiquement un des paramètres du Handover (HO) qui est le TTT(time to
trriger) pour permettre la diminution du taux de coupure d'appel qu' on a vue dans les cas étudiés
durant notre stage .
Une conclusion générale terminera notre mémoire.

2
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

I.1. INTRODUCTION
L’idée d’une nouvelle technologie mobile, plus performante que la 3G et ses évolutions, a
vu le jour au milieu des années 2000, au sein du groupe 3GPP, l’organisme de normalisation
des systèmes mobiles 3G UMTS. Poussé par les opérateurs qui pressentaient le besoin à venir
d’un système mobile conçu autour des services de donnée très haut débits, avec plus de
capacité plus de vitesse, plus facile à déployer et exploiter, le groupe 3GPP a commencé des
études sur ce qui a alors été appelé LTE (Long Term Evolution).
En effet, la fin des années 2000 et le début des années 2010 ont vu une véritable
révolution dans l’usage et la consommation de service de données depuis un téléphone
mobile. Cette révolution a été rendue possible par la conjonction de deux facteurs : d’une part
l’apparition et la généralisation de « téléphones intelligents », dans le sillage de la
commercialisation du premier modèle iPhone d’Appel et de son écosystème d’application ;
d’autre part le déploiement généralisé des évolutions de la norme UMTS sur les réseaux, dites
3G+ (ou HSPA pour High Speed Packet Access, puis HSPA+), entrainement une amélioration
significative de leur performance pour les transmissions de données. Ces deux progrès
simultanés ont mis en route un cercle vertueux de développement des usages clients, et de
développement d’applications, mise à disposition de ces client à travers les kiosques
d’applications (App shops), et leur permettant de nouveaux usages. Ces derniers augmentent à
leur tour l’attente des clients pour une meilleure qualité et une plus grande performance des
réseaux, que ce soit en termes de débits ou en termes de temps de réponse pour accéder aux
applications [1].

I.2. L’EVOLUSION DES RESEAUX MOBILS

Depuis plusieurs années le développement des réseaux mobiles n’a pas cessé d’accroitre,
plusieurs génération ont vues le jour (1G, 2G ,3G ,4G et prochainement la 5G) et connues une
évolution remarquable, en apportant un débit exceptionnel et qui ne cesse d’augmenter, une
bande passante de plus en plus large et un des avantage d’une telle bande passante est le
nombre d’utilisateur pouvant être supportés.
La 1ère génération des téléphones mobiles a débuté dans le début des années 80 en
offrant un service médiocre de communication mobile, médiocre mais très couteux. La 1G
avait beaucoup de défauts : Des normes incompatibles d'une région à une autre, une
transmission analogique non sécurisée (on pouvait écouter les appels), pas de roaming vers

3
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

l'international (roaming est la possibilité de conserver son numéro sur un réseau autre que
celui de son opérateur) [4].
Dans les années 90, le GSM est apparu. Il s'agit de la norme 2G, s'appuyant sur les
transmissions numériques permettant une sécurisation des données (avec cryptage). C’est une
norme mondiale, qui permet leroaming entre pays exploitant ce type de réseau. Le GSM
permettait aussi l'émission de SMS (limités à 80 caractères).
Le GSM a connu un énorme succès et a permis de susciter le besoin de téléphoner en tout lieu
avec la possibilité d'émettre des minimessages.
Devant ce succès, il a fallu proposer de nouvelles fréquences aux opérateurs pour
acheminer toutes les communications, et de nouveaux services sont aussi apparus, comme le
MMS. Le débit de 9.6 kbps proposé par le GSM était insuffisant, cela a poussé le
développement de nouvelles techniques de modulations et de codages et d'accroitre le débit et
les premières connexions IP (ex : l’apparition GPRS, EDGE).
Comme résultat de développement de la téléphonie mobile, la 3G a été impulsée par
les exigences de l'IMT-2000 pour permettre des applications vidéo sur le mobile(le minimum
requis pour une application vidéo est de 384 kbps. Outre l'augmentation de débit, un point
complexe à résoudre était de passer d'un service de téléphonie (à connexion circuit) vers un
service DATA (connexion paquets).Cette génération a commencé à s'introduire sur le marché
à partir de la version 3.5 (2005.c), celle-ci, nommée HSDPA a permis d'augmenter le débit
descendant. Puis est arrivé le HSUPA pour augmenter le débit montant et enfin le HSPA et
HSPA+.De ce fait, l'accès aux services de connexions à internet et surtout de messagerie s'est
peu à peu installé dans les habitudes des utilisateurs et les terminaux se sont améliorés
(Smartphone,..) permettant un usage plus confortable de la connexion haut débit.
Succédant à la 3G (l'expérience de ces 20 années de téléphonie) et aux évolutions de
cette norme (HSDPA, HSUPA, HSPA, HSPA+), le LTE apparait avant tout comme une
rupture technique par rapport aux générations précédentes [5] :
• Nouvelle Interface radio basée sur un multiplexage d'accès OFDMA
• Modification de l'Architecture réseau existant afin de fournir une connexion tout IP.

I.3. La 4G LTE (long ter evolution)


La technologie LTE (Long Term Evolution) ou la 4G s'appuie sur un réseau
de transport à commutation de paquet IP. Elle n’a pas prévu de mode d'acheminement
pour la voix, autre que la VoIP, contrairement à la 3G qui transporte la voix en mode
circuit.

4
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

Le LTE utilise des bandes de fréquences hertziennes d’une largeur pouvant varier de1,4
MHz à 20 MHz, permettant ainsi d'obtenir (pour une bande 20 MHz) un débit binaire
théorique de300 Mbit/s en « downlink », alors que la "vraie 4G" offre un débit descendant
atteignant 1 Gbit/s.
Comme technique de modulation, le multiplexage OFDMA (Orthogonal Frequency Division
Multiple Access) apporte une optimisation dans l’utilisation des fréquences en minimisant les
interférences. Le recours à des techniques d’antennes multiples (déjà utilisés pour le Wi-Fi ou
le WiMax) permet de multiplier les canaux de communication parallèles, ce qui augmente le
débit total et la portée [2].

Figure 1.1 : Présentation générale sur le système LTE

I.3.1 Architecture du réseau LTE


L’architecture générale du système LTE comme le montre la figure 1.2, est composé de
deux entités principales : le réseau d’accès radio terrestre universel évolué (E-UTRAN) qui
est le réseau d’accès radio pour l’EU(Equipment User) , et le cœur de paquets évolué (EPC)
qui est le cœur du réseau. L’architecture du réseau cœur est aussi désignée par l'évolution

Figure 1.2 : Architecture du système LTE

de l'architecture de service (SAE). En d’autre terme, la combinaison de l’E-UTRAN et de


l’EPC est aussi appelée système paquet évolué (EPS :Evolved Packet System) [2]. .

5
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

I.3.2 Caractéristique du réseau EPS


L’EPS représente l’ensemble du réseau, à savoir LTE et SAE. Il possède une architecture plat
est simplifiée comparée à celle hiérarchique de la 2G/3G puisque la fonction de contrôleur
d’antenne disparait. La seule entité présente dans l’accès est l’eNodeB qui peut être assimilé à
un node B+ RNC. Le nodeB représente en fait, une station de base(ou antenne-relais) dans un
réseau UMTS, basé sur la technologie W-CDMA, il est l’équivalent de la BTS dans le réseau
GSM. Quant au RNC, il représente l’élément du réseau UMTS qui contrôle les transmissions
radio des stations de base. Il gère la répartition de la ressource radio, le chiffrement des
données avant l’envoi au téléphone mobile, ainsi qu’une partie de localisation des abonnés.
Un RNC s’interface avec le SGSN pour la transmission des données, avec le MSC pour le
transfert de voix [3].

I.3.3 Entités du réseau EPS (Evolved paquet system)


Le réseau EPS est constitué des entités suivantes :
A. Utilisateure équipement (UE)
En LTE, l’UE communique avec l’E-UTRAN et l’EPC en utilisant les protocoles
appropriés la communication du plan utilisateur qui se termine au niveau de l’eNodeB et
supporte tous les protocoles affairant au plan utilisateur. De point de vu plan de contrôle,
l’UE communique avec l’eNodeB et le MME à travers les protocoles RRC et NAS
respectivement [4].

B. E-UTRAN
La partie radio du réseau, appelée « E-UTRAN » est simplifiée par rapport à celles des
réseaux 2G (BSS) et 3G (UTRAN) par l’intégration dans les stations de base «eNodeB » avec
des liaisons en fibres optiques et des liens IP reliant les eNodeB entre eux (liens X2) ainsi que
des fonctions de contrôle qui étaient auparavant implémentées dans les RNC (Radio Network
Controller) des réseaux 3G UMTS. Cette partie est responsable sur le management des
ressources radio, la porteuse, la compression, la sécurité, et la connectivité vers le réseau cœur
évolué [4].

6
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

Figure I.3 : Architecture E-UTRAN

 ENodeB
L’eNodeB est l’équivalent de la BTS dans le réseau GSM et NodeB dans l’UMTS, la
fonctionnalité de Hanover est plus robuste dans LTE. Ce sont des antennes qui relient les UE
avec le réseau cœur du LTE via les RF air interface. Ainsi qu'ils fournies la fonctionnalité du
contrôleur radio réside dans eNodeB, le résultat est plus efficace, et le réseau est moins latent,
par exemple la mobilité est déterminée par eNodeB à la place de BSC ou RNC [4].

C. EPC (Evolved Packet Core)


Le cœur de réseau appelé « EPC » (Evolved Packet Core) utilise des technologies «
full IP », c'est-à-dire basées sur les protocoles Internet pour la signalisation qui permet des
temps de latence réduits, le transport de la voix et des données. Ce cœur de réseau permet
l’interconnexion via des routeurs avec les autres eNodeB distants, les réseaux des autres
opérateurs mobiles, les réseaux de téléphonie fixe et le réseau Internet.
EPC Simplifie le réseau d’architecture à tout IP, comme il assure la mobilité entre les
systèmes à base 3GPP, et autre non basés sur la 3GPP par exemple WIMAX et CDMA200
[4].
Le réseau cœur EPC est constitué de plusieurs éléments comme la montre la figure
suivante :

Figure I.4 : Architecture du réseau cœur EPC

7
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

 MME (Mobility Management Entity (3GPP Release 8)


Le MME est le nœud de contrôle qui gère la signalisation entre l’UE et le réseau cœur. Il
a en charge la gestion de la connexion de signalisation et de sécurité entre le réseau et l’UE
Enfin, le MME maintient un contexte de l’UE tant que celui-ci est enregistré au réseau .ce
conteste contient notamment les paramètres de sécurité et les capacités radio et réseau de l’UE
[1].

 HSS (Home Subscribers Service)

Le HSS contient l’information de souscription de l’utilisateur tel que le profil de QoS


de l’abonné ou les restrictions d’accès en itinérance. Il contient également les informations
concernant les réseaux de données auxquels l’utilisateur peut se connecter. Ces informations
peuvent se retrouver sous la forme d’un nom de point d’accès (APN) ou sous forme d’une
adresse PDN [1].

 P-GW (Packet-Switch GetWay)

La P-GW a pour rôle d’allouer une adresse IP à l’UE. Elle permet également de mettre en
application la qualité de service. La P-GW alloue ainsi des paquets IP transférés au sein de
bearers de QoS différentes et joue ainsi un rôle déterminant dans le cadre de la gestion de la
qualité de service [1].

 PCRF (Policy and Charging Rules Function)

Le PCRF est un nœud optionnel au sein de l'architecture EPC. Toutefois, il permet d'appliquer
des règles de gestion évoluées sur le trafic et la facturation de l'utilisateur en fonction de son
offre, le PCRF peut communiquer au PCEF (policy control enforcement function) un ordre
afin que ce dernier diminue le débit de l'utilisateur. Le PCRF peut également indiquer lors de
l'établissement d'une session ou cours de session les caractéristiques de qualité de service
(QoS Class Identifier et débits) à appliquer par le PCEF sur les flux de données. Le PCRF
s'assure que le traitement appliqué est en accord avec le profil souscription de l'utilisateur[1].

 S-GW (Serving Gateway)

Tous les paquets IP à destination d'utilisateurs sont transférés à travers la S-Gw, qui sert de
point d'ancrage pour les bearers de données lorsque l'UE est en mobilité entre plusieurs
eNodeB. La S-GW conserve également contextes sur les bearers de l'UE lorsqu'il est en veille.
Si elle reçoit des données destinées à un UE en veille, la S-Gw contacte le MME pour notifier

8
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

l'UE et rétablir ainsi les bearers associés aux contextes. Par ailleurs, la S-GW gère quelques
fonctions annexes au sein du réseau visité dans le contexte d'itinérance. La S-GW sert
également de point d’ancrage pour l’interfonctionnement avec d’autres technologies d’accès
3GPP comme l’UMTS ou GPRS [1].

I.3.4 les interfaces


Le système LTE/SAE consiste en plusieurs interfaces internes et avec les autres
systèmes 2G/3G

a) Interface Uu
L’interface radio LTE-Uu est définie entre L’eNodeB et le UE [4].
b) Interface X2
L’interface X2 définie la connexion entre les éléments eNodeB. Il est destiné pour les
procédures de Handover inter-eNodeB, aussi bien que pour la gestion de la signalisation
des ressources radio inter-cellules et la signalisation de la gestion de l’interface [4].

c) Interface S1
L’interface S1 est divisée en S1-MME et S1-U. S1-MME. Elle connecte les éléments
eNodeB et MME, alors que S1-U est utilisée entre l’eNodeB et le S-GW. L’interface S1-
MME est conçue pour la signalisation du plan contrôle entre l’eNodeB et le MME, alors que
l’interface S1-U est conçue pour transporter les données du plan utilisateur entre l’eNodeB et
le S-GW. Les données sont transférées à travers le GTP [4].

I.4. Les caractéristiques fondamentales de la 4 G

I.4.1 Débit sur l’interface radio


L’interface radio E-UTRAN doit pouvoir supporter un débit maximum descendant
instantané(du réseau au terminal) de 100 Mbit/s en considérant une allocation de bande de
fréquence de 20 MHz pour le sens descendant et un débit maximum montant instantané (du
terminal au réseau) de 50 Mbit/s en considérant aussi une allocation de bande de fréquence de
20 MHz. Les technologies utilisées sont OFDMA (Orthogonal Frequency Division Multiple
Access) pour le sens descendant (efficacité du spectre de 5 bit/s/Hz) et SC-FDMA (Single
Carrier - Frequency Division Multiple Access) pour le sens montant (efficacité du spectre de
2.5 bit/s/Hz [3].

9
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

I.4.2 Latence

A. Latence du plan de contrôle


L’objectif fixé pour le LTE est d’améliorer la latence du plan de contrôle par rapport à
l’UMTS, via un temps de transition inférieur à 100 ms entre un état de veille de l’UE et un
état actif autorisant l’établissement du plan usager [4].

B. Latence du plan usager


La latence du plan usager est définie par le temps de transmission d’un paquet entre la
couche IP de l’UE et la couche IP d’un nœud du réseau d’accès ou inversement. En d’autres
termes, la latence du plan usager correspond au délai de transmission d’un paquet IP au sein
du réseau d’accès. Le LTE vise une latence du plan usager inférieure à 5 ms dans des
conditions de faible charge du réseau et pour des paquets IP de petite taille [4].

I.4.3 L’agilité en fréquence

Le LTE doit pouvoir opérer sur des porteuses de différentes largeurs afin de s’adapter
à des allocations spectrales variées. Les largeurs de bande initialement requises ont par la
suite été modifiées pour devenir les suivantes : 1,4 MHz, 3 MHz, 5 MHz, 10 MHz, 15 MHz et
20MHZ [4].

I.4.4 Mobilité
Assuré à des vitesses comprises entre 120 et 350 km/h. Le Handover pourra
s’effectuer (la LTE ne permet que le hard Handover et non pas le soft Handover) dans des
conditions où l’usager se déplace à grande vitesse [4].

I.4.5 Codage et sécurité


L’utilisation du codage OFDMA (Orthogonal Frequency Division Multiple Access)
est une technologie de codage radio de type « Accès multiple par répartition en fréquence »
(AMRF ou en anglais FDMA) pour la liaison descendante et du SC-FDMA (Le single-carrier
FDMA est une technologie de codage radio de type « Accès multiple par répartition en
fréquence» pour la liaison montante au lieu du W-CDMA en UMTS [4].

L'OFDMA et sa variante SC-FDMA sont dérivés du codage OFDM (utilisé par


exemple sur les liens ADSL et dans les réseaux Wi-Fi), mais contrairement à l'OFDM,
l'OFDMA est optimisé pour l’accès multiple, c’est-à-dire le partage simultané de la ressource

10
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

spectrale (bande de fréquence) entre plusieurs utilisateurs distants les uns des autres.
L’OFDMA est compatible avec la technique des antennes MIMO [4].

I.4.6 Multiplexage

Il existe deux modes de multiplexage de fréquences, multiplexage de fréquences


(FDD) et multiplexage temporel (TDD). En mode FDD (Frequency Division Duplexing),
l'émission et la réception se font à des fréquences différentes. En mode TDD, l'émission et la
réception transitent à une même fréquence, mais à des instants différents.

C’est le premier mode (FDD) qui fait l'objet de l'appel à candidatures en France. C'est aussi
celui qui est actuellement mis en œuvre dans les équipements télécoms et déployé dans la
plupart des premiers réseaux 4G LTE autorisés. Le deuxième mode (TDD) fonctionne sur des
bandes de fréquences distinctes qui feront l’objet d’attributions ultérieures [4].

I.5. Les types de transmission utilisée dans la 4 G

L’accès multiple pour la technologie LTE est différent de celui de WCDMA, en effet en lien
descendant, il est basé sur OFDMA (OrthogonalFrequency Division Multiple Acces) et dans
le sens montant, il est basé sur le SC-FDMA (Single Carrier Frequency Division
Multiple Acces) [2].
I.5.1 OFDM
Le LTE utilise l’OFDM (Orthogonal Frequency devision Modulation) dans le sens
descendant (DL), qui est la direction de l’eNodeB vers l’UE. Cette direction est parfois
appelée lien directe. L’OFDM est conforme aux exigences du système LTE au regard à la
flexibilité du spectre, et permet d’établir une base à coûts efficaces pour de larges bandes de
fréquence qui offrent des pics de débits de données très élevés. La ressource physique du LTE
peut être vue comme une grille de temps-fréquence. Dans le domaine fréquentiel,
l’espacement entre les sous-porteuses adjacentes est de 15 KHz.
L’OFDM consiste à fragmenter les flux de données pour qu’elles soient transmises sur
plusieurs sous porteuses, permettant d’augmenter la période du symbole. Vu que les
techniques de modulations à faibles débits sont plus robustes aux multi-trajets, il est plus
commode de transmettre plusieurs flux de données à bas débits en parallèle plutôt qu’un flux
de données à haut débits. Le but d’utiliser plusieurs sous porteuses est d’obtenir un canal qui
soit presque constant (plat) sur chaque sous bande donnée, ce qui rend l’égalisation plus

11
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

simple au niveau du récepteur. Finalement l’OFDM permet une utilisation flexible de la


bande de fréquence et peut réaliser des débits de données très élevés.
L’OFDM repose sur la fameuse technique de multiplexage à division de fréquence FDM
(Frequency Division Multiplexing). Dans la FDM, les différents flux d’informations sont
mappés à des canaux de fréquences séparés parallèles. L’OFDM diffère de la traditionnelle
FDM [2] :

 Le même flux d’informations est mappés à un grand nombre de sous porteuses


étroites ce qui induit une augmentation de la période du symbole en comparaison aux
techniques à un seul canal.
 Les sous porteuses sont orthogonales mutuellement en vue de réduire l’interférence
inter-porteuses (ICI). De plus, l’entrelacement entre les sous porteuses est toléré pour
réaliser une haute efficacité spectrale.
 Un intervalle de Garde, souvent appelée préfix cyclique (CP), est ajouté au début de
chaque symbole OFDM pour préserver l’orthogonalité entre les sous porteuse et
éliminer l’interférence inter-symbole (ISI) et l’ICI.

figure I.5Illustration de l’espacement entre sous porteuse

Figure I.6 : (a) Forme d’impulsion par sous porteuse et (b) Spectre de la transmission OFDM
de base.

12
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

I.5.1.1 Chaine de transmission OFDM

La figure I.7 représente un schéma bloc simplifié d’un système OFDM à une seule
entrée et une seule sortie (SISO). Sur le côté de l’émetteur, les symboles (QAM/PSK)
modulés sont mappés à N sous porteuses orthogonales. Ceci est effectué à l’aide d’une
opération de transformée de Fourier discrète inverse (IDFT). Souvent, l’IDFT est effectuée
avec un algorithme de transformée de Fourier rapide inverse (IFFT), qui est efficace du point
de vue calcul. Ensuite, le CP est inséré et une conversion parallèle-série est effectuée
préalablement à la transmission sur l’interface air [2].

Figure I.7 : Chaine de transmission OFDM

Au niveau du récepteur, les opérations inverses sont effectuées. Une fois le signal est
au niveau du récepteur, le CP, qui aurais subit des interférences de la part des symboles
OFDM précédents, est enlevé. Puis, une opération de transformé de Fourier rapide (FFT)
amène les données au domaine fréquentiel. De cette manière, l’estimation du canal et
l’égalisation est simplifiée [2].

Figure I.8 : Interprétation temps-fréquence d’un signal OFDM.

13
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

I.5.2 SC-FDMA
La technique d’accès multiple à division de fréquence et à canal unique (SC-FDMA)
est adoptée à la place de l’OFDMA pour la liaison montante du système LTE. Le principe de
base du SC-FDMA est identique à l’OFDMA à la différence qu’une DFT est appliquée avant
la modulation OFDM figure I.9, ce qui permet de disperser les symboles de données sur
l’ensemble de sous porteuses transportant l’information et permet ainsi de produire une
structure a une seule porteuse. Le SC-FDMA présente un PAPR réduit par apport à l’OFDM,
ce qu’il la rendue attractive pour la transmission en sens montant du fait que l’UE en
bénéficie en terme d’efficacité de la puissance transmise [2].

Figure I.9 : Schéma bloc du SC-FDMA

Figure I.10 : Principe de la transmission SC-FDMA

I.6. Structure des ressources de transmission du LTE


Le duplexage définit la manière dont sont séparées les transmissions sur la voie
descendante et sur la voie montante. La voie descendante, aussi appelée DownLink (DL),
correspond à la transmission de la station de base vers l’UE. La voie montante, aussi
appelée UpLink (UL), correspond à la transmission de l’UE vers la station de base. Il
existe deux principaux modes de duplexage, tous deux gérés par l’interface radio du LTE
[2] :

14
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

 le duplexage en fréquence ou Frequency Division Duplex (FDD) ;


 le duplexage en temps ou Time Division Duplex (TDD).
I.6.1 Structure de la trame en mode FDD
Le terme ressources de fréquences pour chaque port d’antennes sont divisées selon la
structure suivante : l’unité temporelle la plus large est la trame radio de 10 ms, qui est divisée
en dix sous trames de 1ms chacune, qui à son tour est divisée en en deux slots de 0.5ms
chacun. Chaque slot comprend septe symboles OFDM dans le cas du CP normal, ou six si le
CP étendu qui est configuré dans la cellule [2].

Figure I.11 : Structure de la trame du système LTE

Dans le domaine fréquentiel, les ressources sont groupées en unités de 12 sous


porteuses (ainsi elles occupent une bande totale de 180kHz). Une seule unité de 12 sous
porteuses d’une durée d’un slot est appelée block de ressources (RB).

L’unité élémentaire de ressources est appelée élément de ressource (RE) qui consiste
en une sous porteuse pour une durée d’un symbole OFDM. Un RB comprend alors 84 RE’s
dans le cas du CP normal, et 72 dans le cas du CP étendu [2].

15
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

Figure I.12 : Grille de ressources du système LTE

I.6.2 Structure de la trame en mode TDD

La structure de la trame radio en mode TDD est montrée dans la figure 2.14. Les sous
trames avec ‘D’ et ‘U’ sont réservées pour les transmissions dans les liaisons descendante et
ascendante, respectivement. Elles ont la même structure que leurs homologues en mode FDD.
Les sous trames avec ‘S’ sont spéciales et caractérisées par trois champs [2]:

• Le slot pilote de la liaison descendante (DwPTS)


• Période de garde (GP)
• Le slot pilote de la liaison ascendante (UpPTS)
Le DwPTS peut être considéré comme une sous porteuse descendante normale à longueur
réduite, alors le volume des données qui peuvent être transmises dans le DwPTS est moins
important. Le champ GP est utilisé pour prémunir contre le basculement de la liaison
descendante à celle ascendante. L’UpPTS a une durée très courte et n’est pas utilisé pour la
transmission ascendante. Il peut être utilisé pour sondage du canal, accès aléatoire ou une
période de garde supplémentaire entre les transmissions descendante et ascendante.

Figure I.13 : Structure de la trame LTE en mode TDD


La structure de la trame en mode TDD a sept configurations. Chaque configuration à
un arrangement différent entre sous trames montantes, descendantes et spéciales dans une
trame radio. Des configurations ont plus de sous trames pour les transmissions descendantes

16
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

alors que d’autres en ont plus pour les transmissions ascendantes. Le choix d’une
configuration donnée, par l’opérateur, obéit aux besoins de la charge du trafic dans les deux
sens [2].

Tableau I.1 : caractéristique de LTE

Largeur de bande en 1.4 3 5 10 15 20


(MHz)
Nombre de Blocs de 6 15 25 50 75 100
ressources
Nombre de sous porteuses 72 180 300 600 900 1200
Fréquence 1.92 3.84 7.68 15.36 23.04 30.72
d’échantillonnage (MHz)
Taille FFT 128 256 512 1024 1536 2048
Nombre de symboles 14/12 (selon la durée du CP)
OFDM par sous trame
Longueur CP normal 5.2 pour l=0 4.7 pour l=1.2

Longueur CP étendu 16.7

Espacement sous 15 15 15 15 15 15
porteuses (KHz)

I.7. L’évolution de LTE vers LTE Advanced

Ce nouveau standard est une évolution du LTE retenu par la plupart des opérateurs pour
la4G. Il permettrait d'atteindre un débit descendant maximal de 1 Gb/s en situation fixe, et
de100 Mb/s en mobilité. Cette nouvelle norme sera capable de mieux distribuer la charge sur
le réseau, et pourra supporter plus d'utilisateurs sur une même cellule La LTE-Advanced
utilisera :
 Principe de transmission multi-antennes MIMO.
 Agrégation du spectre
 Étalement de la bande 40 -100 MHZ
I.8. La 4G dans le monde
I.8.1 Europe

L'Europe à réserver les bandes de fréquence des 800 MHz et des 2 600 MHz pour les réseaux
mobiles 4G, mais dans beaucoup de pays les opérateurs ont aussi la possibilité de réutiliser la

17
CHAPI TRE I APERÇU GENERAL SUR LA 4G "LTE"

bande de fréquence des 1800 MHz initialement attribuée au GSM (2G) ; cette bande de
fréquence était la plus utilisée dans les réseaux 4G/LTE européens fin 2012.
La première commercialisation d'une offre mobile en 4G utilisant le standard LTE a été
lancée en Suède(Stockholm) et Norvège (Oslo) par l'opérateur téléphonique TeliaSonera en
décembre 2009. Ou Samsung a commercialisé le premier téléphone compatible 4G LTE sous
la référence SCH-R900, durant le second semestre 2010. Le déploiement a grande échelle de
la 4G LTE ont commencé en 2013 dans la plupart de pays européens [4].

I.8.2 États-Unis

Les États-Unis, ont fait le choix des bandes de fréquence duplex (FDD) 700 MHz et
1700-2 100 MHz (fréquences dites « AWS (en) »).Aux États-Unis, la société Verizon
Wireless a lancé une offre commerciale 4G LTE fin 2010 ; elle a déjà, en fin 2012, plus de 16
millions d'abonnés LTE8 ce qui en fait le leader mondial (par le nombre d'abonnés) devant le
japonais NTT DoCoMo et les opérateurs Coréens KT et SK Telecom. Le 2e opérateur
américain AT&T a lui aussi lancé une offre LTE mai 2011 [4].
I.8.3 Algérie

La 4G est officiellement lancée le26 septembre 2016, les opérateurs pourront commencer la
commercialisation de leur offres de téléphonie mobile de quatrième génération (4G) .les
décrets autorisant les trois opérateurs Djezzy, Mobilis et Ooredoo à exploiter les licences ont
été publiés le 25 septembre 2016 au journal officiel. L'Algérie a fait le choix de fréquence
1800 MHZ [4].

I.9. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté un aperçu des différents composants et


caractéristiques de la technologie LTE (quatrième génération).
L’architecture du système LTE présente plus de simplicité pour qu’elle soit la plus
plate (flat architecture) possible en omettant des éléments du réseau : le RNC pour la (3G) et
la BSC pour la (2G) ce qui en résulte une réduction considérable de la latence des données
transmises. De point de vu modulation et accès nous avons aussi vu les différences des
technologies d’accès, l’OFDMA et le SC-FDMA adoptées pour les liaisons descendante et
montante respectivement.
Dans le chapitre suivant, nous décrivons les différents points clés pour les mesures de
performances et de la qualité pour la technologie LTE.
18
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

II.1 INTRODUCTION
Ce chapitre a pour objectif de décrire les principes de l’optimisation d’un réseau radio
LTE il explique les différentes étapes ainsi que les outils utilisés dans le processus
d’optimisation. Après la phase de réglage (tuning) vient celle de l’optimisation qui identifie et
résout les problèmes du réseau on-Air principalement liés à l’augmentation du nombre
d’abonnés.
Le processus d’optimisation aboutit généralement à des changements de paramètres pour
les différentes fonctionnalités telles le contrôle de puissance, la gestion de la capacité et le
Handover.
Pour assurer une gestion efficace des performances d’un réseau cellulaire, il faut être capable de
naviguer dans les données rassemblées dans le réseau et déterminer les secteurs nécessitants des
améliorations.
En raison de la quantité énorme des données statistiques de performance qui sont
rassemblées par le réseau LTE, il s’avère judicieux d’extraire et de calculer des indicateurs clés
de performance lié directement à la qualité que de corréler toutes les données pour l’ensemble du
réseau pour construire une image cohérente de l’état du réseau. Les indicateurs clés de
performance sont des métriques formulées sur la base de mesures assez précises, connues sous le
nom de compteurs, récupérées à partir des différents composants du réseau.
Avant d’entamer les considérations des KPIs, un rappel sur les compteurs et leur relation
avec les KPI sera d’une grande utilité [4]
II.2 Les objectifs de l’optimisation
Les objectifs de l’optimisation sont résumés en les points suivant :
 L'amélioration de la qualité du service offert aux utilisateurs.
 Augmenter le volume du trafic transmis par le réseau avec les équipements existants.
 Trouver et corriger les problèmes existants après la mise en œuvre et l'intégration des
sites.
 Répondre aux critères de qualité du réseau convenu dans les contrats de service.
 Satisfaire la couverture des objectifs pour divers services
 Maximiser la capacité du réseau.
 Minimiser le coût lié à la mise en œuvre de la solution.

19
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

II.3 La Qualité de Service (QoS)


La QoS est définit comme étant l’effet global produit par la qualité de fonctionnement d’un
service qui détermine le degré de satisfaction de l’utilisateur du service. Elle doit considérer deux
aspects importants qui sont la capacité d'un réseau à fournir le service avec un niveau bien
déterminé, et comment satisfaire l’utilisateur final avec ce service, en termes d'usage,
d’accessibilité, de continuité et de son intégrité[10].
Selon les types du service à fournir, on peut lister les paramètres suivants pour définir la QoS :
 Le débit : principalement important dans le cas de téléchargement ou diffusion.
 Le délai de transit ou latence : C’est le délai de traversée du réseau, d’un bout à l’autre,
par un paquet. Les différentes applications présentes dans un réseau n’auront pas le même
degré d’exigence en fonction de leur nature. C’est le paramètre à tenir en compte pour la
téléphonie.
 La disponibilité : ce critère reste important surtout pour les accès aux services service
partagé (exemple : la gestion financière, la gestion des ressources humaines,
l’administration des ventes, les services informatiques)
 Le taux de pertes de paquets.
II.4 Le but de la QoS
La qualité de service (QoS) de la LTE est devenue une partie importante de la planification et
de la conception du réseau 4G / LTE pour les services de données et de voix. Il existe des
abonnés qui utilisent des services LTE pour les opérations critiques (par exemple, les appels
vocaux, les transactions bancaires, les opérations hospitalières), et il y a des abonnés qui
souhaitent simplement profiter d'une expérience supérieure sur Internet et applications. La LTE a
été conçu pour répondre à ces demandes accrues de données et d'applications avec des
connexions fiables et un faible coût de déploiement [9].
Le développement du réseau Internet et le nombre d’utilisateurs pouvant se connectés à ce
réseau impose le recours à des niveaux importants de la QoS. Dans cette perspective, plusieurs
groupes de travail ont vu le jour pour les réseaux 4G. Les nouveaux besoins en termes de
mobilité des utilisateurs et la croissance des réseaux permettant le nomadisme des utilisateurs ont
fait migrer le problème vers les structures réseaux [4].

20
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Ainsi, le but de la QoS est donc d’optimiser les ressources du réseau et de garantir de bonnes
performances aux applications. Cela permet d’offrir aux utilisateurs des débits et des temps de
réponse différenciés par application suivant les protocoles mis en œuvre au niveau de la couche
réseau et d’où la notion du porteur EPS( Evolved Paquet system bearer) [4].
II.4.1 Le porteur EPS
Le porteur EPS est un équivalent du contexte PDP en 2G/3G. Il représente un concept logique
établi entre le terminal et la PDN GW et qui agrège plusieurs flux de data transportés entre les
deux entités .Il permet d’identifier de manière unique des flux de trafic recevant la même QoS
entre le terminal et la PDN GW. Tous les flux associés à un porteur EPS reçoivent les mêmes
traitements en termes de forwarding (expédition des paquets) [4].

Il existe deux types de porteurs EPS :

• Le porteur par défaut, le premier porteur est établi lorsque le terminal se connecte à un PDN,
il reste actif durant toute la connexion.
• Les porteurs dédiés, tous les porteurs additionnels établis avec le même PDN

Figure II.1 : Les différentes TYPE DE PORTEUSE EN QOS [9]

Pour s'assurer que le trafic porteur dans les réseaux LTE est correctement traité, un
mécanisme est nécessaire pour classer les différents types de porteurs en différentes classes,
chaque classe ayant des paramètres QoS appropriés pour le type de trafic. Les exemples de
paramètres QoS incluent le taux de bits garanti (GBR) ou le débit non garanti (non-GBR), le
traitement prioritaire, le délai de paquet et le taux de perte d'erreur de paquet. Ce mécanisme
global s'appelle QCI.

Le concept QoS utilisé dans les réseaux LTE est basé sur les classes, où chaque type de
support reçoit un identifiant de classe QoS (QCI) par le réseau. Le QCI est un scalaire utilisé dans

21
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

l'accès réseau (à savoir eNodeB) en tant que référence aux paramètres spécifiques au nœud qui
contrôlent le traitement de transmission de paquets, par exemple le poids de l'ordonnancement,
les seuils d'admission et la configuration du protocole de la couche de liaison.

Il existe 9 QCI définis dans 3GPP, chacun de QCI a son exigence QoS et chaque E-RAB
aura l'attribut de QOS :
Tableau II.1 : QCI standardisé du réseau LTE [6]

II.5 Les Indicateurs Clés de performance KPIs (key performance indicators)

Les KPI sont formulés pour mesurer les performances du réseau en termes d'accessibilité,
d'intégrité, de mobilité, de conservation et de qualité perçue par l'abonné. Ils peuvent être définis
comme ensemble de résultats qui mesurent les performances durant les heures chargées ou les
heures normales sur le réseau entier. Le KPI est le résultat d'une formule qui est appliquée aux
indicateurs de performance (Performance Indicators, PIs). Le PIs peut être extrait d’un secteur,
une eNodeB, un TRX ou à un niveau d’une eNodeB adjacente. Des centaines de KPIs existent et
Ils emploient des compteurs d'une ou plusieurs mesures et peuvent être calculés à partir d’un
compteur ou d’une formule de plusieurs compteurs. La période de l'observation se rapporte à la
durée des échantillons rassemblés : heure, jour, semaine, mois, etc.
La qualité de la performance du réseau est principalement évaluée par la mesure des KPI.
En effet, on distingue deux méthodes de mesure des KPI : mesure statistiques et mesure de test
sur site

22
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

II.5.1 Mesure statistique de la KPI

La qualité du service dans les réseaux des télécommunications reflète le niveau de la


rentabilité et la fiabilité d'un réseau et de ses services.
La métrique est directement produite par le vrai trafic des abonnés. Chaque événement qui se
produit dans le réseau (initiation/terminaison d'appel, l'échec de Handover, etc.) est rapporté à
l’ingénieur radio. Ainsi les statistiques sont la manière la plus efficace pour surveiller les
performances du réseau. La surveillance du réseau est un élément principal pour atteindre la
meilleure qualité du service. La surveillance de QoS comporte l'observation, la qualification et
l'ajustement permanent de divers paramètres du réseau. L'objectif de cette partie est de présenter
et détailler tous les aspects liés à l'extraction, à la manipulation et à l'exploitation des statistiques.
Cette notion des statistiques dans les réseaux mobiles se rapporte à un ensemble général de
métrique qui aide l'opérateur dans trois directions principales :
 D'abord, évaluer les performances du réseau.
 Ensuite, analyser les défauts et vérifier les améliorations.
 En fin, dimensionner l’extension du réseau
Pour ce cas de figure, les KPI considérées sont celles dus au déclenchement des compteurs de
performances liées au fonctionnement du réseau lui-même. À titre d’exemple, on peut trouver le
taux de réussite de connexion et le taux de réussite de Handover. Généralement, ces KPI
proviennent statistiquement des eNodeB.

En utilisant les statistiques, deux éléments devraient être distingués :


 Des compteurs purs (indicateurs élémentaires de performance, ou PIs), qui sont des
valeurs incrémentales des événements, généralement sans pertinence significative si elles
sont manipulées individuellement. Ils fournissent des données sur un aspect spécifique
(nombre d'appels, par exemple) mais, pratiquement, il est difficile d'interpréter leurs
valeurs
 Les indicateurs de performance (KPI’s), qui sont des formules calculées en se basant sur
les PI’s, traduisent mieux l'expérience de l'abonné.
II.5.2 Mesure de test sur site (ou Drive Test) KPI

Certains KPI doivent être atteints par un test sur site, tel que les KPI de la latence. Les résultats
de mesure proviennent d'outils de test tels que Probes et Assistant [6].

23
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

II.5.3 Principe d'extraction des statistiques


II.5.3.1 Processus

Le mécanisme de collection des statistiques est décrit sur la figure ci-dessous. On commence
d’abord par le recueil des statistiques, et ensuite les tables des mesures des eNodeB devraient être
configurées et activées. Les tableaux sont organisés par des catégories pour permettre à
l'opérateur de réduire la charge et de télécharger seulement les mesures voulues (le trafic,
disponibilité de ressource, Handover, etc.). Les abonnés mobiles envoient les mesures à
l’eNodeB lors de la communication, les compteurs purs sont calculés dans des formules
prédéfinies. Les KPIs calculés sont alors groupés dans des rapports génériques qui peuvent être lu
sur l’OMC « Operation Mentenance Center » U2000. Autres outils sont généralement développés
pour l’usage interne à savoir pour archiver et visualiser les statistiques comme le « Business
Object » Les statistiques sont quotidiennement rapportées afin de permettre à l’opérateur de
surveiller le réseau d'une manière très réactive.
II.5.3.2 Génération des rapports :

Un KPI est le résultat d'une formule qui est appliquée aux compteurs (appelés les indicateurs

de performance).En utilisant un outil spécifique, les KPIs sont extraits dans des rapports de

format prédéfinis. Ces rapports sont adressés aux groupes cibles spécifiques qui peuvent les

employer pour différents buts. Ce mécanisme est illustré sur la figure ci-dessous

Figure II.2 : Mécanisme d’extraction des KPIs

24
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

II.5.4 Compteurs des KPI


II.5.4.1 Compteurs

Un compteur peut être défini comme une valeur incrémental d'un événement spécifique
répétitif. Dans la norme LTE, un événement peut correspondre à un message de signalisation. Par
exemple lors d’une communication téléphonique des milliers de messages et de signalisations
sont échangés entre le UE et le S-GW MME respectivement. La mise à jour des compteurs à un
certain point se fait via les messages échangés. Ce point est appelé le « point de déclenchement
».Et comme des milliers de messages de signalisation existent, de nombreux compteurs peuvent
également exister. Cependant, le nombre de compteurs utilisables dépend de la stratégie des
fournisseurs des équipements.

II.5.4.2 Formule de calcule

Une formule signifie une combinaison mathématique des compteurs qui a comme
conséquence un indicateur significatif. Définir une formule en utilisant plusieurs PIs aide pour
identifier un KPI. Comme susdit ; le KPI donne plus de flexibilité et de clarté à l’opérateur dans
l’interprétation du comportement du réseau. Les formules, une fois choisies, devraient rester sans
changement afin d'observer l'évolution des performances du réseau dans le temps. Dans un
environnement à plusieurs fournisseurs, l'opérateur place une stratégie de performance et définit
des formules pour chaque KPI. Alors chaque équipement déclenche ses propres compteurs, des
limites entre les formules sont tracées pour chaque fournisseur.

Ainsi, on distingue principalement classes de mesure des KPIs : Accessibilité, Retenabilité,


Mobilité, Latence et Intégrité. Le tableau ci-après résume les spécificités de chaque KPI. [10].

25
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Le tableau ci-après résume la description de chaque cas.

Tableau II.2- Les 5 classe de mesure de KPI de la LTE

LTE KPI Description des cas

• RRC Connection Establishment Success Rate


• Random Access Success Rate
• Initial E-RAB Establishment Success Rate
• RRC Connection Establishment Counters
Accessibilité
• Initial E-RAB Establishment Success Rate Counters
• Added E-RAB Establishment Success Rate Counters
• Added E-RAB Establishment Success Rate
• S1 Signaling Connection Establishment

• MME Initiated E-RAB & UE Context Release with counters


Description
• UE Session Time
Retainabilité
• RBS Initiated E-RAB & UE Context Release with counters Description
• MME & RBS Initiated UE Context Release Flow Chart
• MME & RBS Initiated E-RAB Release Flow Chart

• EUTRAN Throughput KPIs


Integrité • EUTRAN Latency KPIs
• EUTRAN Packet Loss KPIs

• X2 Based Handover Preparation & Execution


• Intra RBS Handover Preparation & Execution
• Intra Frequency Handover Preparation & Execution Counters
Mobilité • S1 Based Handover Preparation & Execution
• Intra-frequency intra-LTE S1 & X2 Handover Flowchart
• Inter Frequency Handover Preparation & Execution Counters
• Inter-frequency intra-LTE S1 & X2 Handover Flowchart

Disponibilité
• Partial cell availability (node restarts excluded)
(latence)

II.5.5 Accessibilité

Ces KPI mesurent la possibilité qu’un service soit obtenu à des tolérances prés et selon
d’autres conditions, quand l’utilisateur le demande. En d’autre terme, c’est la capacité de joindre

26
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

le réseau et l’opérateur doit surveiller le taux de succès d’établissement d’appel, le taux de succès
de procédure de paging et la probabilité de blocage …etc [11].
Elle se calcule dans le réseau sur deux étapes : RRC et E-RAB, et par rapport à différents
services.
Indicateurs d’accessibilité :
L’accessibilité RRC se calcule par le taux de succès d’établissement de connexions des
ressources de contrôle radio RRC qui est définie par rapport à deux type de service CS (Circuit
Switch) et PS (paquet switch).
L’accessibilité E-RAB se calcule par le taux de succès d’établissement de E-RAB (pour chaque
E-RAB CS et PS et pour chaque débit de données UL et DL).
L’Admission Control est l’option qui permet d’accepter ou de rejeter de nouvelles connexions
selon la vérification de certains critères :
 Grade of Service : constitué de plusieurs indicateurs qui reflète ce taux d’admission pour
chaque type de service.
 Rejet avant ou après Admission Control : il permet de différentier si les connexions
étaient rejetées avant ou après le contrôle d’admission.
 Cause de rejet par admission control : dû essentiellement à l’échec de l’établissement du
RAB à cause d’une insuffisance que ça soit au niveau de la puissance en DL, au niveau
des codes de canalisation et ou au niveau DL/UL
Le taux de réussite de RRC :

C’est le taux de réussite de la connexion à un service. La procédure d'établissement de


connexion RRC est déclenchée par différentes causes identifiées par le champ «
establishmentCause » dans le message RRCConnectionRequest, dans le message de demande de
connexion. On trouve

 𝐑𝐑𝐑𝐑𝐂𝐂− 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬 : Ce KPI évalue le taux de réussite de RRC avec les causes liées au
service dans une cellule [6].

𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓 𝐝𝐝𝐝𝐝 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬é𝐬𝐬 𝐝𝐝𝐝𝐝 𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜 𝐚𝐚𝐚𝐚 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬


𝐑𝐑𝐑𝐑𝐂𝐂− 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬 = ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓 𝐝𝐝𝐝𝐝 𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭𝐭 𝐝𝐝𝐝𝐝 𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜𝐜

27
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

 𝐑𝐑𝐑𝐑𝐂𝐂− 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬 : Ce KPI évalue le taux de réussite de RRC avec les causes liées au
signal dans une cellule.
𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓é𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬é𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞𝐞
𝐑𝐑𝐑𝐑𝐂𝐂− 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬 = ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐓𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝𝐝

Le ''RRC connectionrequest'' est le premier message de signalisation envoyé de UE versl'EnodeB

Figure II.3 : point de mesure du taux de succès de RRC

E-RAB Related:

L'E-RAB fait partie du porteur Evolved Packet Service (EPS). Selon le 3GPP, un E-RAB est un
ou plusieurs flux de données de service entre UE et un EPC.

Figure II.4: Porteur d'accès radio


L'E-RAB se compose à la fois du porteur radio E-RAB et du support S1 correspondant, E-RAB a
deux scenario :

28
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

 MME -initiated E-RAB Set Up.


 UE-Triggered E-RAB Set Up.

Un E-RAB est le support de la couche d'accès pour transporter les données de service des
utilisateurs. Le taux de réussite de la configuration E-RAB dans une cellule représente
directement la capacité de la cellule à fournir des configurations de connexion E-RAB pour les
utilisateurs [6].

 Le taux de succès de E-RAB


 Le taux de succès de E-RAB (VOIP)

Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de réussite de la configuration E-RAB du service
(serviceQCI1) dans la cellule [6].

𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕 𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒


VOIP_ERAB_SSR= 𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕𝐕 𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀
∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%

 le taux de succès de E-RAB (all):

Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de réussite de la configuration ERAB de tous les
Service y compris le service VOIP dans la cellule [6].

𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄
ERAB_SSR(ALL)= 𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄 ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%

Figure II.5 : exemple point de mesure de taux de Succès de E-RAB.

29
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Le taux de succès S1SIG

Le KPI S1SIG Connection Set UP Success Rate indique le taux de réussite de la connexion de
signalisation sur l'interface S1, ce KPI comprend le nombre de tentative de configuration des
connexions de signalisation S1 [6].

𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺
𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺_𝑺𝑺𝑺𝑺 = ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺

Figure II.6: les compteurs associer à S1SIG

Le nombre de signalisation deS1relier à UE est incrémenté par 1 à chaque fois que l’e-NodeB
envoie un message ''initial UE Message '' à MME. Ou reçoit un premier message de MME.

II.5.6 Maintenabilité

C’est la possibilité de maintenir l’appel jusqu’à ce qu’il soit terminé normalement sans être
déconnecté par le réseau sauf dans le cas d’épuisement du forfait. On distingue principalement le
Taux de coupure dont on peut tiré des informations sur l’interface radio et le taux total de
coupure d’appels détectés. En général, les causes de coupures de la voix sont diverse et il ya
plusieurs KPI permettant d’identifier les causes de coupures de la voix, tel que : la perte de
synchronisation UL, le manque de relation de voisinage, déconnexion due au Handover [6].

30
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Le taux de coupure
 Le taux de coupure (voip)

Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de coupure d'appel du service VOIP (QCI
1service) dans une cellule.la coupure d'appel survient lorsque le E NODEB initial active le
processus E-RAB par message ''E-RAB Release indication ''ou ''UE context Release Request''.
Avec la cause abnormal (autre que: normal release, detache, user inactivity, cs-fallbacktriggered,
UE not available for PS service, or inter rate redirection) [6].

VOIP − ERAB ABNORMALRELEASE


VOIP − CDR = ∗ 100%
VOIP − ERAB RELEASE

 Le taux de coupure d'appel (all)

Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de coupure d'appel de tous les services dans la
cellule y compris le service VOIP [6].

ERAB_ ABNORMALRELEASE
VOIP − CDR = ∗ 100%
ERAB − RELEASE

Figure II.7 : les points de mesure du taux d’appel

 Le taux de configuration d'appel complet

Ce KPI évaluera le taux de réussite au total pour les 4 phases La phase de configuration
RRC, S1 phase de rétablissement de la connexion de signalisation, phase de service E-RAB,
phase de service E-RAB release [6].

31
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

𝐑𝐑𝐑𝐑𝐑𝐑__𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄 ERAB_ ABNORMALRELEASE


CSTR (𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀𝐀) = ∗ ∗ 100%
𝐑𝐑𝐑𝐑𝐑𝐑__𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂𝐂 𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬𝐬 𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒𝐒 𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄𝐄 ERAB− RELEASE

II.5.7 Intégrité

Il s’agit d’une notion relative à la qualité de la voix. Les KPIs d'intégrité du service
indiquent les impacts d'EUTRAN sur la qualité du service fourni à l'utilisateur final. Les KPI
d'intégrité du service peuvent être calculés par cellule ou par cluster. Cependant, au niveau du
cluster, elles peuvent être calculées en regroupant tous les compteurs de cellules [7].

Debit maximal cellulaire


 Cell Downlink Maximum Throughput

Ce KPI évalue le débit maximal de liaison descendante de cellule lorsqu'il y a transfert de


données au niveau de la liaison descendante. Cela reflète la capacité de la cellule. Il est calculé en
fonction de la valeur maximale du volume de trafic de liaison descendante qui est transférés à
chaque seconde [8].

𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐕𝐕𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜ℎ𝑙𝑙𝑙𝑙(𝑏𝑏𝑏𝑏𝑏𝑏)
𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 =
1000(𝑚𝑚𝑚𝑚)
 Cell uplink Maximum Throughput
Il est calculé en fonction de la valeur maximale du volume de trafic de liaison
descendante qui est transféré à chaque seconde [8].
𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶V𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜ℎ𝑙𝑙𝑙𝑙(𝑏𝑏𝑏𝑏𝑏𝑏)
𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 =
1000(𝑚𝑚𝑚𝑚)

Tableau II.2: Cell Average Throughput

II.5.8 Mobilité

Il s’agit de résoudre les problèmes concernant la gestion de la mobilité ce qui constitue un


important défi technique à relever, afin d’empêcher la terminaison forcée de l'appel et permettre
l'exécution des applications d'une manière transparente à la mobilité.

32
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Les KPIs de mobilité sont utilisés pour évaluer les performances de la mobilité E-UTRAN,
qui est essentielle à l'expérience. Plusieurs catégories de KPI de mobilité sont définies en
fonction des types de Handover intra-fréquence, inter-fréquence et inter- radio accès technologie
(RAT) [7].
Intra-LTE Handover (Out) Success Rate
• Intra-frequency Handover Out Success Rate

Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le transfert intra-fréquenceTaux de réussite dans une
cellule ou un cluster.Le transfert intra-fréquence (HO) comprend à la fois les scénarios inter-
eNodeB et intra-eNodeB. Pour illustrer le calcul du KPI, nous discutons brièvement de la façon
dont le nombre afférent (nombre de tentatives de fréquence intra-fréquence et nombre de
tentatives de fréquence intra-fréquence réussies) est collecté

𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊_𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯
𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊_𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯_𝑺𝑺𝑺𝑺 = × 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊_𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯

Le scénario Intra-eNodeB HO est illustré à la figure II.13 .Le compteur de tentative Ho


est collecté au point B. Lorsque l'eNodeB envoie un message RRCConnectionReconfiguration à
l'UE, il décide d'exécuter un transfert. L'eNodeB compte le nombre de tentatives d'exécution de la
fréquence intra-eNodeB intra-fréquence HO dans la cellule source.Les compteurs HO successifs
sont collectés au point Le eNodeB compte le nombre d'intra-fréquence B intra-eNodeB dans la
cellule source lorsque l'eNodeB reçoit le message RRCConnectionReconfigurationComplete de
l'UE.

Figure II.8: Intra-frequency Handover success rat


Deux scénarios sont disponibles pour l'inter-eNodeB Ho, comme le montrent la Figure
II.14et la Figure II.15 Les tentatives Ho sont collectées au point B. Lorsque la Source-eNodeB(S-

33
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

eNodeB) envoie un message RRCConnectionReconfiguration à l'UE, il décide d'effectuer une


inter-eNodeB Ho. Dans ce KPI, les cellules source et cible du transfert sont à la même fréquence.
Le nombre de tentatives inter-eNodeB intra fréquence Ho est mesuré à la cellule source.
Le nombre de réussite inter-eNodeB en intra-fréquence est collecté au point C comme
indiqué sur la Figure II.9 et Figure II.10 Lors d'un transfert avec les cellules source et cible à la
même fréquence, le nombre de réussie inter-eNodeB intra-fréquence HO est mesurée dans la
cellule source lorsque le S-eNodeB reçoit un message de publication de contexte UE du message
Target-eNodeB (I-eNodeB) ou de l'UE Context Release Command du MME, indiquant que
l'accès de l'UE au T-eNodeB est réussi [7] .

FigureII.9 : scenario A pour intraF HO Figure II.10 :scenario B pour intraF HO

• Inter-frequency Handover Out Success Rate

Similaire à Handover intra fréquence sur le taux de réussite. La cible eNodeB et la source
eNodeB sont à différentes fréquence

Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de réussite de handover inter-fréquence dans
une cellule ou un cluster notez que les points de mesure pour les compteurs associés sont
identiques à ceux du scénario intra fréquences Ho

𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊_𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯
𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊_𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯_𝑺𝑺𝑺𝑺 = × 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊_𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕𝒕
La cellule LTE cible Opère à la fréquence différente de celle de la cellule LTE source, qui
est la seule différence. Comme le montre la figure II.9

34
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Si les cellules source et cible à différentes fréquences sont contrôlées par le même
eNodeB, l'eNodeB compte le nombre de tentatives intra-eNodeB inter-fréquence HO au point B
et l’intra-eNodeB l'inter-fréquence HOs au point C dans la cellule source. Comme le montre la
figure II.10, si la source de transfert et les cellules cibles sont à des fréquences différentes,
l'eNodeB compte le nombre de tentatives inter-fréquence Inter-eNodeB Ho au point B, l'inter-
fréquence intra-eNodeB réussie au point C dans La cellule source [7].

Intra-LTE Handover In Success Rate


Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le transfert en taux de réussite dans une cellule ou un
cluster L'HO comprend à la fois des scénarios inter eNodeB et intra-eNodeB. Pour illustrer le
calcul KPI, nous discutons brièvement comment les compteurs associés (nombre de tentatives Ho
et nombre d'Hos réussies) sont collectés.

𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯
𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯_𝑺𝑺𝑺𝑺 = × 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯𝑯

Le scénario intra-eNodeB HO est illustré à la Figure 5-4. Les compteurs de tentative HO


sont collectés au point B. Lorsque l'eNodeB envoie un message RRCConnectionReconfiguration
à l'UE, il décide d'effectuer un Ho. Le eNodeB compte le nombre de tentatives de transfert intra-
eNodeB de la cellule cible. Le compteur Ho de succès est collecté au point Le eNodeB compte le
nombre d'intra-eNodeBHossuceessful dans la cellule cible lorsque le récepteur eNodeB reçoit un
message RRCConnectionReconfigurationComplete provenant de l'UE.

FigureII.11 : intra-eNodeB HO
Deux scénarios sont disponibles pour l'inter-eNodeB Ho, comme le montrent la
Figure S-5 et la Figure 5-6. Les tentatives de HO sont collectées au point B dans la cellule cible

35
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

lorsque T-eNodeB envoie un message de confirmation de la demande de transfert au S-eNodeB


ou au MME. Le nombre d'inter-eNodeBHOs réussies est mesuré dans la cellule cible au point C
lorsque T-eNodeB reçoit un message RRCConnectionReconfigurationComplete de l'UE[7].

Figure II.12:1intra-eNodeBFigure II.12.2:intra-eNodeB


Inter-RAT Handover Out Success Rat
• LTE vers WCDMA
Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de réussite inter-RAT sortant dans une cellule
ou un cluster.

𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰_𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳_𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺𝑺
𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰_𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳_𝑺𝑺𝑺𝑺 = × 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏𝟏%
𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰𝑰_𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳_𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨𝑨

Comme le suggère le nom, ce KPI mesure la performance du transfert inter-RAT de LTE à


WCDMA. Pour illustrer le calcul KPI, nous Discute brièvement de la façon dont les compteurs
connexes (nombre de tentatives inter-RATH (de LTE à WCDMA) et nombre inter-RATHO
réussies) sont collectés [7] [8].

36
CHAPITRE II LES PERFORMANCES DE RESEAU 4G

Figure II.13:inter-RAT HO (LTE vers WCDMA)

• LTE vers GSM


Ce KPI peut être utilisé pour évaluer le taux de réussite inter-RAT dans une cellule ou un cluster.
Comme le suggère le nom, ce KPI mesure la performance du transfert inter-RAT de LTE à GSM.
Pour illustrer le calcul du KPI, nous discutons brièvement comment les compteurs connexes (Le
nombre de tentatives inter-RATHO (de LTE à GSM) et le nombre d'inter-RAT HO réussies sont
collectés [7].

II.6 Conclusion
La qualité de performance du réseau de la 4G est principalement évaluer par les différent KPI
que nous avons présentés dans ce chapitre. Pour cela on a défini les KPIs de l’accessibilité, la
retainabilité, l’intégrité et la mobilité ainsi que leurs formules et leurs compteurs utilisés. En effet,
nous avons identifié la notion des statistiques leurs utilisation les méthodes d’analyse et comment
l’évalué dans le réseau.
Dance ce qui suit-on s’intéressera à un paramètre essentiel pour l’évaluation de performance
de mobilité du réseau, notamment le Handover.

37
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.1 Introduction
Le Handover (HO) est la procédure clé pour s'assurer que les utilisateurs peuvent se
déplacer librement dans un réseau connecté à des services de haute qualité. Dans les réseaux
mobiles actuellement déployés, l'optimisation du transfert est effectuée manuellement sur une
longue période - jours ou semaines. Cette approche prend à la fois beaucoup de temps et ne peut
être effectuée aussi souvent que nécessaire. En introduisant un algorithme d'auto-optimisation en
ligne qui permet de régler les paramètres du processus HO, nous visons à améliorer les
performances globales du réseau et la QoS des utilisateurs. Les principaux objectifs sont de
réduire le nombre de HO qui sont initiées, mais pas réalisées jusqu'à l'achèvement (HO),
répétitions entre les deux stations de base («ping-pong») et les appels abandonnés.

L'une des directions les plus importantes de l'évolution de l'expertise LTE est la
compréhension de la fonctionnalité du réseau auto-organisateur (SON), ce dernier est défini
comme un ensemble de cas d'utilisation qui couvre l'ensemble du cycle de vie du réseau :
planification, déploiement, exploitation et optimisation

L'auto-optimisation des futurs réseaux d'accès radio est l'un des principaux sujets du
groupe de recherche MERA [19].

III.2 Architectures et fonctionnalités SON dans les réseaux LTE


III.2.1 L’objectif du réseau auto-organisateur

L'objectif du SON au moment de l'optimisation du réseau est de maintenir le niveau de


performance souhaitée sur la durée de vie du réseau au fur et à mesure que de nouveaux
équipements sont déployés, les changements de modes d'utilisation, etc. En particulier,
l'optimisation du SON devrait fournir une optimisation automatique du transfert, y compris des
KPI de surveillance (clé Indicateurs de performance) pour optimiser le transfert en ajustant le C/I
(carrier-to-interference) et RSSI (received-signal strength indication) [19].
III.2.2 Architectures SON

On distingue trois types d’architectures SON dans les réseaux radio cellulaires qui essayent,
chacune d’elle, de trouver un compromis entre stabilité et agilité [20].

38
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.2.2.1 Architecture SON centralisée


Dans l’architecture SON centralisée (Figure 1.a) les algorithmes sont exécutés au niveau
du système de gestion réseau (NMS). Le principal avantage de cette approche est que les
algorithmes SON peuvent recueillir des informations de la part de toutes les entités du réseau en
considération. Ceci signifie qu’il est possible d’optimiser conjointement les paramètres de toutes
les fonctions SON centralisées. La finalité étant de fournir une optimisation globale procurant
davantage de stabilité [20].
III.2.2.2 Architecture SON distribuée
Dans les architectures SON distribuées les algorithmes sont plutôt exécutés dans les
nœuds du réseau. Ainsi les échanges des messages SON peuvent s’effectuer directement entre les
E-NodeBs du réseau LTE. Contrairement à l’architecture centralisée, l’architecture D-SON
procure plus de dynamique pour les fonctionnalités SON et s’adapte plus rapidement aux
changements dans le réseau (agilité). Autre avantage de la solution D-SON est sa capacité de
passage à l’échelle [20].
III.2.2.3 Architecture SON hybride
L’architecture hybride (Figure 1.c) exécute les algorithmes SON aussi bien au niveau du
système de gestion du réseau qu’au niveau des éléments réseau. Ce type d’architecture essaye de
tirer les avantages des deux architectures précédentes sans en reconduire les inconvénients, ce qui
n’est pas toujours facile à définir [20].

Figure III.1 : Architectures SON pour les réseaux LTE

39
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.2.3 Fonctionnalités SON

Les Fonctionnalités SON dans LTE comprennent l’auto-configuration, l’autodiagnostic,


l’auto guérison et l’auto-optimisation. Les technologies SON ont pour objectif l’ajustement
automatique des paramètres réseau, en se basant sur des rapports de mesures des UEs et de
l’eNodeB, afin de garantir une meilleure qualité de service du réseau et de performer de
meilleures prestations de services pour l’UE [20].
III.3 Procédure d'accès aléatoire
L’UE a besoin d'accéder à la cellule pour établir une connexion RRC (hors cas du
Hanover), il doit en outre obtenir une partie des Informations Système de la cellule (NGB, SIB 1
et SIB2). Celles-celui indiquent notamment la largeur de bande de la cellule, la configuration
pour les acquittements d'HARQ en voie descendante, la puissance maximale sur la voie
montante, l'état de la cellule (interdite/barrée ou non) et sa nature {cellule ouverte ou CSG). Le
reste des Informations Système peut être décodé pendant ou après la procédure d'accès aléatoire
[1]

L'accès aléatoire est une procédure grâce à laquelle l’UE :

• se signale à l'eNodeB,
• et/ou se synchronise en voie montante avec l'eNodeB, notamment lors de son accès initial
ou en cas de perte de la synchronisation

Figure III.2 : Processus d'accès initial

40
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.3.1 Recherche de cellule

Les opérations nécessaires à la recherche de cellule sont basées sur des signaux
physiques appelés signaux de synchronisation. Il en existe deux types :

• le signal de synchronisation primaire (PrimarySynchronizarion Signal, PSS).


• le signal de synchronisation secondaire (SecondarySynchronizaTion Signal, SSS).

Ces signaux sont connus de l'UE et possèdent des propriétés temporelles et fréquentielles
optimisées pour permettre la synchronisation, qui s'effectue typiquement par des opérations de
corrélation [1].

III.3.2 Le principe de la meilleure cellule

L'UE se sert de ces mesures pour calculer l'indicateur de niveau du signal reçu RSRP,
utilisé en mode veille pour déterminer la meilleure cellule vue de l'UE. Ce principe fondamental
de meilleure cellule gouverne ainsi la mobilité du terminal en mode veille : celui-ci choisit la
cellule qu'il reçoit avec le meilleur signal, à l'aide de mesures régulières sur les cellules
environnantes. Les objectifs visés sont : d'assurer que l’utilisateur est joignable, c'est-à-dire que
l'UE pourra recevoir correctement les messages de notification envoyés sur la cellule (paging) ;
d'assurer les meilleures conditions radio lorsque l'UE passe en mode connecté (par exemple pour
établir un appel), ce qui minimise également sa consommation [1].

III.4 Les mesures radio en LTE


Les différents paramètres, tels que les paramètres de puissance et les paramètres inclus
dans les canaux de diffusions d'informations système, décident de la sélection de la cellule. Ils
sont responsables de la sélection de la cellule. Dans un réseau LTE, un UE mesure deux
paramètres sur le signal de référence (RS) : RSRP (Reference Signal Received Power) et RSRQ
(Reference Signal ReceivedQuality). Le signal de référence est similaire au signal pilote dans
l’UMTS ou WiMAX [13].

III.4.1 Puissance reçu de signal de référence (RSRP)

RSRP est la mesure la plus basique réalisée par la couche physique du UE, permettant
d’obtenir une valeur moyenne de la puissance reçue du signal de référence (RS) émise par la

41
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

station de base par RE (Resource Element). La mesure s’exprime en Watt ou en dBm. La valeur
est comprise entre -140 dBm à -44 dBm par pas de 1db [14]
TableauIII.1 : Tableau des puissances du signale
RSRP Puissance du signal
>-90dbm Excellent
-90dbm jusqu'a -105dbm Bien
-106dbm jusqu'a -120dbm Faible
<-120dbm Mauvais

Puisque le signal de référence RS n’est émis qu’à un instant donné sur une seule bande de
fréquence, la mesure n’est réalisée que dans cette bande de fréquence (correspondant à un RE :
Ressource Element). Sur la figure ci-dessous, on présente la position des signaux de référence
dans un RB (transmis sur les symboles 1 et 5 sur cette figure ou sur les symboles 0 et 4 selon la
numérotation du premier symbole) [14].

Figure III.3 : Emplacement des symboles de ressources dans un bloc de ressources pour un symbole
d'antenne

III.4.2 Qualité de réception du signal de référence (RSRQ)

Bien que le RSRP soit une mesure importante, il ne donne aucune information sur la
quantité de la transmission. Le LTE s’appuie alors sur l’indicateur RSRQ, défini comme le
rapport entre le RSRP et le RSSI (Received Signal Strength Indicator). Le RSSI représente la
puissance totale du signal reçu, cela englobe le signal transmis, le bruit et les interférences [14].
𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅
𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 = 10 ∗ log(𝑁𝑁 ∗ )
𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅
N étant le nombre de ressource block

42
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

Mesurer le RSRQ est intéressant particulièrement aux limites des cellules, positions pour
lesquelles des décisions doivent être prises pour accomplir des Handovers et changer de cellule
de références. Le RSRQ mesuré varie entre -19,5dB à -3dB par pas de 0.5dB. Le RSRQ n’est
utile uniquement lors des communications, c’est-à-dire lors de l’état connecté. La précision
absolue (Intra- et inter-fréquentiel) varie de ±2.5 à ±4 dB [14].

Tableau III.2 : Qualité de signal

RSRQ Qualité du signal


>-9 dB Excellent
-9 dB jusqu'à -12 dB Bien
<-13 dB Faible ou mauvais

III.4.3 L’indicateur de l’intensité du signal reçu (RSSI)

L’indicateur de l’intensité du signal reçu ou RSSI est une mesure de la puissance en


réception d'un signal reçu d'une antenne . Son utilité est de fournir une indication sur l'intensité
du signal reçu.

RSSI est l'énergie totale que l'UE observe sur l'ensemble de la bande. Ceci inclut le signal
principal et le signal de cellule non-service co-canal, les interférences de canal adjacentes et
même le bruit thermique dans la bande spécifiée. C'est la puissance du signal non démodulé,
donc UE peut mesurer cette puissance sans synchronisation et démodulation.

Le RSSI est utilisé dans les réseaux mobiles pour sélectionner une antenne relais parmi
plusieurs possibles ; c’est aussi un des critères utilisés pour préparer et décider
le Handover (changement de cellule radio pour un terminal qui se déplace) en comparant les
niveaux des signaux reçus de l’ancienne et de la nouvelle cellule radio. La mesure des RSSI
permet d’améliorer la géo localisation au sein d’un réseau mobile [15] [16]

Tableau III.3 : puissance du signal reçue RSSI

RSSI Puissance du signal


>-70 dbm Excellent
-70 dbm jusqu'a -85dbm Bon
-86 dbm jusqu'a -100dbm Faible
<-110 dBm Mauvais
-110 Pas de signal

43
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.5 Procédure de connexion RRC


L'établissement de connexion RRC permet de passer du mode RRC Idle au mode RRC
Connecté. L'UE doit effectuer la transition vers le mode RRC Connecté avant de transférer les
données de l'application ou de compléter les procédures de signalisation. L'établissement de
connexion RRC pour LTE est relativement simple par rapport à l'UMTS [23].

III.6 Procédure de connexion NAS


Les protocoles NAS assurent l'établissement d'une connexion sécurisée entre l'UE et le
réseau cœur et la gestion des appels de et vers l'UE.

Pour obtenir des services au niveau NAS (par exemple, la connectivité Internet) du
réseau, les nœuds NAS du réseau doivent connaître l'UE. Pour faciliter cela ; L'UE doit lancer la
Procédure de connexion, qui est obligatoire pour l'UE à la mise sous tension et aussi pendant
l'accès initial du réseau. Une fois que la procédure de connexion a réussi, un contexte est établi
pour l'UE dans le MME et un support par défaut est Établi entre l'UE et le PDN GW et une
adresse IP lui est attribuée.

Maintenant que le UE a une connectivité IP, il peut commencer à utiliser des services
Internet basés sur IP ou des services IMS si le réseau IMS est disponible et si l'UE a un
abonnement [21].

III.7 Procédure E-RAB


Un E-RAB est le support de la couche d'accès pour transporter les données de service des
utilisateurs. Le taux de réussite de la configuration E-RAB dans une cellule représente
directement la capacité de la cellule à fournir des configurations de connexion E-RAB pour les
utilisateurs.

L'unité de mesure E-RAB est le nombre de tentatives d'installation E-RAB et le nombre


de configurations E-RAB réussies pour chaque service avec un identificateur de classe QoS
différent (QCI) dans une cellule. Le nombre d’E-RAB est utilisé comme unité.

Ce principe est généralement aussi suivi en mode connecté, même si la mobilité peut être
déclenchée sur d'autres critères [23].

44
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.8 Mobilité au sein de la LTE


Le mode connecté fait référence à une situation où l'UE a une connexion de signalisation
active avec le réseau. La localisation de l'UE est connue avec la précision d'une cellule, et elle ne
doit pas être paginée pour être atteinte. La mobilité dans le mode connecté est gérée par un
processus de HANDOVER. Cette section commence par l'introduction des types généraux de
transfert. Le modèle de mesure utilisé pour fournir l'eNodeB avec les mesures est discuté ensuite.
Après les mesures, les processus de transfert des transferts X2 et S1 sont décrits avec des
diagrammes de signalisation complets [18].

La procédure de transfert S1 inter cellulaire est effectuée entre deux eNBs sans l'interface
X2. Le transfert X2 est utilisé lorsque la connectivité directe entre eNBs source et cible existe. Le
transfert X2 est plus rapide

Figure III.4 : La mobilité au sein du LTE


III.8.1 Mode veille (Idle mode)

Un UE qui est mis sous tension, mais n'a pas une connexion RRC au réseau radio, Est
défini comme étant en mode veille. Dans le cas de la gestion du mode veille, le eNodeB envoie
des Configurations par information du système de diffusion, et par conséquent, sélectionner des
cellules appropriées. La gestion du mode veille peut augmenter le taux de réussite de l'accès,

45
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

améliorer la qualité du service et veiller à ce que les campagnes UE sur les cellules avec une
bonne qualité de signal [17].

Rôle de l'UE

Le rôle de l 'UE dans la procédure de handover est crucial à deux égards :

• pour réaliser des mesures fiables sur son environnement et les remonter au contrôleur de
la station de base ;
• pour la bascule proprement dite sur la cellule cible.

La performance radio de l'UE (justesse et délai des mesures, délai pour basculer sur la cellule
cible) est donc un élément clé du succès de cette procédure. Pour l'opérateur, il est primordial de
s'assurer que les UE utilisés sur son réseau sont capables de réaliser cette procédure radio dans un
délai minimal, afin de limiter le temps d'interruption du service. Cet aspect de performance sera
traité à la section «Les performances de I' UE en handover » [1],

III.8.1.1 Sélection PLMN

La première chose que l'UE doit faire est de sélectionner un PLMN. Il analyse toutes les
fréquences porteuses E-UTRA qu'il est capable de recevoir et recherche la cellule la plus forte de
chacune d'elles. Il lit ensuite les informations système diffusées par ces cellules pour déterminer
l'identité PLMN des cellules. Sur la base de ces informations et des informations stockées sur la
carte du module d'identité d'abonné (SIM), l'UE sélectionne le meilleur PLMN. Il commence
alors la procédure de sélection de cellule afin de trouver la meilleure cellule sur le camp. Pour
hâter la sélection PLMN, l'UE peut également utiliser des informations historiques stockées des
fréquences porteuses utilisées précédemment [18].

III.8.1.2 Sélection et re-sélection des cellules

Après la sélection PLMN, l'UE doit décider à quelle fréquence de la cellule et du


transporteur sur laquelle il devrait s'accrocher. Ceci est réalisé avec la sélection des cellules.
Comme avec la sélection PLMN, l'UE peut utiliser des informations stockées des fréquences
porteuses utilisées précédemment pour accélérer la sélection de la cellule. Dans ce cas, le
processus s'appelle "Sélection de cellule d'information stockée". Si aucune information de ce
genre n'existe, l'UE analysera simplement toutes les fréquences porteuses possibles et recherchera

46
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

la cellule la plus forte dans le PLMN choisi. C'est ce qu'on appelle la "sélection de cellule
initiale"[18].

III.8.2 Mode connecté (connected Mode)


III.8.2.1 Le Handover

Le Handover est un mécanisme essentiel qui garantit la mobilité dans un réseau LTE et sa
principale fonction est de maintenir le flux de trafic lorsque l'UE se déplace le long du réseau.
L'idée derrière cela est simple : lorsqu'un UE perd la couverture radio d’eNodeB source alors
qu'elle s'approche d'une autre couverture radio eNodeB, une nouvelle connexion doit être établie
sur cette nouvelle station de base et la connexion avec l'ancien doit être annulée. Par conséquent,
le transfert se produit généralement lorsque le signal eNodeB de service se détériore, ce qui
provoque une mauvaise qualité de communication entre l'UE et le réseau.

En outre, un transfert peut être nécessaire pour favoriser l'équilibrage de la charge réseau
même si la puissance et la qualité du signal de la station de base actuelle sont bonnes. Autre
potentiel

Les raisons de déclencher un processus de transfert sont la nécessité de l'UE pour une
meilleure QoS, des coûts plus bas, plus de bande passante, etc., ce qui peut amener l'UE à
rechercher des stations de base offrant de meilleures conditions de service [22].

Cellule Source
Cellule cible

Figure III.5 : Décision et exécution du HANDOVER

47
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.8.2.2 Les phases de handover

Cette section présente les étapes de la réalisation d'un Handover de façon générale, c'est-
à-dire sans aborder les spécificités propres au système LTE. Celles-ci seront décrites à la section

« Le Handover au sein du système LTE »,

On peut distinguer trois phases dans la réalisation d'un Handover [4] :

• la phase de mesure sur la cellule serveuse et sur les cellules voisines, l'eNodeB utilise le
message de reconfiguration de connexion RRC pour fournir la configuration de mesure à
l'UE et attend un rapport de mesure de l'UE.
• la phase de préparation de la cellule cible, qui met en jeu des échanges entre les
contrôleurs de stations de base source et destination, ainsi qu'entre ces contrôleurs et le
réseau cœur, l'eNodeB vérifie les résultats de mesure signalés par l'UE et détermine s'il
faut lancer un transfert.
• la phase d'exécution, c'est-à-dire le basculement de l'UE et des flux de données, puis la
relâche des ressources dans la cellule d'origine, l'eNodeB contrôle la procédure de
transfert de l'UE vers la cellule cible en fonction de la décision, pour exécuter le transfert.

Le schéma suivant montre le séquencement de ces phases, les nœuds impliqués et les principales
actions réalisées.

Figure III.6 : Les différentes phases du HO

48
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

III.8.2.3 Types de HANDOVER à l'intérieur de LTE

Les transferts peuvent être classés par le système cible, la fréquence ou par la méthode
qu'ils exécutent. Les transferts Intra LTE incluent des transitions vers la même fréquence de
porteuse ou différente dans un système LTE. Ceux-ci peuvent en outre être classés dans les cas
suivants [18]:

• Le transfert intra-eNodeB se réfère à un cas où la cellule source et cible résident


dans le même eNodeB. Dans ce cas, aucune procédure X2 n'est requise pour
remettre.
• Le transfert Inter eNodeB représente une situation où les deux cellules cibles sont
Situées dans deux eNodeBs différents. Cette affaire suppose que MME ne
changera pas à la suite du transfert. S-GW peut ou non être relocalisé. X2 ou S1 le
processus de transfert doit être lancé.
• Transfert Inter eNodeB avec changement MME. Le processus de transfert X2 ne
peut pas gérer une relocalisation MME, donc la procédure S1 doit être utilisée à la
place
III.8.2.4 Scénario de déclenchement de Handover

Le tableau suivant montre les scénarios de déclenchement par rapport le type de Handover

Tableau III.4 : les différents types du Handover

Type de Handover Déclencheur de mesure

intra-fréquence La configuration de mesure est effectuée lorsque l'UE


Base établit un porteur radio, l'UE effectue une mesure intra-
de fréquence par défaut
couverture
inter-fréquence L’eNodeB délivre la configuration de mesure à l'UE
lorsque la qualité du signal dans la cellule de service est
inter-RAT
inférieure au seuil associé

Service inter-fréquence L’eNodeB déclenche les mesures après avoir constaté


que seul le service vocal fonctionne sur l'UE
inter-RAT

49
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

Qualité inter-fréquence L’eNodeB déclenche la mesure après avoir détecté une


puissance UL insuffisante à l'UE
de service UL inter-RAT

distance inter-fréquence Les mesures sont déclenchées par la distance si elles


dépassent le seuil spécifique
inter-RAT

III.8.2.5 Rapport déclenché par un événement


 Evénement A1

La qualité du signal dans la cellule source est supérieure à un seuil cible. L'eNodeB arrête les
mesures inter-fréquence ou inter-RAT.

Figure III.7 : L'événement A1.


 Condition d’enter

Ms – hys> seuil A1

 Condition de sortie

Ms + hys< seuil A1

 Evénement A2

50
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

La qualité du signal dans la source celluleest inférieure à un seuil, Le eNodeB démarre des
mesures inter-fréquences ou Inter-RAT

Figure III.8 :L'événement A2


 Condition d’enter

𝑀𝑀𝑀𝑀 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴2

 Condition de sortie

𝑀𝑀𝑀𝑀 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 > 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴2

 Evénement A3

La qualité du signal dans au moins un eNodeB inter fréquence ou intra fréquence voisine est
supérieure à source cellule. Source eNodeB envoie une demande de Handover intra fréquences
ou inter fréquences

 Condition d’enter A4

𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 > 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝐴𝐴3𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂


 Condition de sortie

𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝐴𝐴3𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂

51
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

Figure III.9 : L'événement A3


 Evénement A4

La qualité du signal est supérieure à un seuil spécifié dans au moins une cellule voisine intra
fréquence, Source eNodeB envoie une demande de Handover inter fréquences

 Condition d’enter A4

𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 > 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴4


 Condition de sortie

𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴4

 Evénement A5

La qualité du signal dans la source celluleest inférieure à un seuil, Le eNodeB démarre des
mesures inter-fréquences ou Inter-RAT et La qualité du signal est supérieure à un seuil spécifié
dans au moins une cellule voisine intra fréquence, Source enodeB envoie une demande de
Handover inter fréquences

 Condition d’entrer A5

𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 > 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴4 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑀𝑀𝑀𝑀 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴2

 Condition de sortie A5

𝑀𝑀𝑀𝑀 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 + 𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂𝑂 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴4 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑀𝑀𝑀𝑀 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦 > 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝐴𝐴2

52
CHAPITRE III Etude de la mobilité : le Handover

Figure III.10 : L'événement A5


III.9 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons parlé de la mobilité au sein de la technologie LTE , qui se
divise en mode veille et en mode connecté qui est le Handover , et aussi nous avons parlé du
Handover dans la technologie SON (self organizing network) ou nous avons pu présenter son
architecture et nous avons aussi décrit les mesures radio en LTE, les différentes procédures de
connexion .

Ainsi, nous avons opté pour l’étude et l’optimisation du critère de mobilité et


particulièrement la fonction du Handover qui est une tâche essentielle pour assurer la continuité
d'appel. Dans ce qui suit nous allons présenter notre contribution dans cette partie-là en
présentant une contribution pour l’optimisation du Handover.

53
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.1 Introduction

LTE (Long Term Evolution) est une nouvelle technologie de communication mobile avec
une capacité, une couverture et une expérience HANDOVER utilisateur améliorées grâce à des
débits de données plus élevés, une latence réduite, un déploiement et des coûts d'exploitation,
ainsi qu'une intégration transparente avec les systèmes existants. Le nombre d'utilisateurs mobiles
Est à la hausse. Une étude récente prévoyait un changement global vers l'utilisation de l'Internet
mobile. Le trafic de données mobiles augmentera. Pour cette raison, un est un sujet important
pour la mobilité des utilisateurs.

La mobilité élevée des utilisateurs de véhicules, éventuellement à une vitesse très élevée
dans la zone dans laquelle se chevauchent deux cellules, pourrait entraîner une réduction du taux
de réussite du transfert et, par conséquent, une augmentation de la défaillance de la liaison radio.
L'impact combiné de ces problèmes est l'interruption du service aux utilisateurs de véhicules.

Dans ce travail, nous présentons le système d'hystérésis de HANDOVER et time to


trigger adaptatif pour le réseau sans fil avec des nœuds de relais mobiles dans le scénario de
véhicules à grande vitesse. Plus précisément, notre système d'hystérésis adaptatif proposé repose
sur la vitesse du train et de voiture à grand vitesse

IV.2 Handover

Comme expliqué dans l'événement A3 dans le chapitre précédant, un HANDOVER


traditionnel est contrôlé par l'hystérésis et les paramètres TTT. La puissance du signal reçu d'une
cellule voisine est supérieure à la puissance du signal reçu de la cellule de service plus la valeur
d'hystérésis et cette condition doit être vérifiée pendant la durée du TTT.

Le TTT est ajusté par des algorithmes proposés. Les valeurs d'hystérésis et TTT sont des
paramètres spécifiés pour chaque cellule.

IV.2.1 Hystérèse

L'hystérésis est un paramètre utilisé dans les conditions d'entrée et de sortie dans le
processus du handover, Les valeurs réelles varient entre 0 et 30 par pas de 0.5dB.

54
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.2.2 Time-to-trigger (TTT)

Un TTT est le temps pendant lequel les critères spécifiques d'un événement doivent être
satisfaits afin de déclencher l'événement A3 pour le hand over afin de l'envoyer a la cellule par le
biais d’un rapport de mesure. Les valeurs sont 0, 40, 64, 80, 100, 128, 160, 256, 320, 480, 512,
640, 1024, 1280, 2560 et 5120 ms, la valeur du paramètre TTT recommandée par les opérateurs
est de 640ms.

IV.3 Adaptatif TTT basé sur le RSRP de la cellule de service


IV.3.1 Première simulation TTT constant
La norme 3GPP a déterminée les différents paramètres du réseau LTE. L'un de ces
paramètres les plus courants est le TTT, afin de permettre aux utilisateurs d'avoir une continuité
de service c'est à dire un handover plus sûr.
L'organisme 3GPP a mis en place des conditions sur les deux signaux reçus par le Ue,
Elle est applicable sur la cellule servante et la cellule voisine comme indiqué ci-dessous :
𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 N > 𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 S + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦 (1)
Le signal RSRP N est supérieur au signal RSRP S avec un hystérésis cela veut dire que la
cellule voisine (neighbor cell) est meilleur que la cellule servante (serving cell) l'utilisateur doit
envoyer un rapport de mesure incluant l'événement A3. Une fois l'événement envoyé, l'Ue attend
un intervalle d'une durée qui correspond à la valeur du TTT.
Le programme suivant illustre le mode de fonctionnement d'un time to trigger constant

// La cellule voisine devient meilleure que le La cellule de service

𝐼𝐼𝐼𝐼 ( 𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑛𝑛 > 𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 + 𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻 )

𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 = 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇3𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺𝐺

// Démarrage du HANDOVER

𝐼𝐼𝐼𝐼 (𝑙𝑙′é𝑣𝑣é𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛 𝐴𝐴3 && 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠)

𝐿𝐿𝐿𝐿 𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑜𝑜𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑

Figure IV.1 programme TTT constant

55
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

Connexion au réseau

Connexion à la Cellule

Rapport des mesures

RSRP

RSRPN> RSRPS+ Hys Faux

Vrai
TTT

Faux
L’événement A3

Vrai
HANDOVER

Connexion à la nouvelle
Cellule

Figure IV.2 organigramme du programme TTT en 3GPP

56
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.3.2 Deuxième simulation TTT variable

Nous proposons des nouvelles conditions pour le TTT. Elle permet d'ajuster le TTT selon
la variation du RSRP, l'UE change la durée du TTT en fonction des conditions sélectionner sur la
variation des signaux (RSRP) de la cellule servante ou bien servante et voisine ce qui permet
d'ajuster le temps d'exécution de Handover.

IV.3.2.1 Algorithme d'adaptation du TTT en fonction de la variation du RSRP

Tout d'abord, l'UE devrait déterminer son emplacement général en fonction du RSRP de la
cellule de service.

𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦 > 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡ℎ𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜 (2)

Cela signifie que si le niveau de signal de la cellule servante est supérieure a un seuil, on
augmente la durée du TTT afin d'avoir un mécanisme du handover plus difficile.

𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑡𝑡ℎ𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟ℎ𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜 (3)

En revanche, si le niveau de signal de la cellule servante est inferieure a un seuil on diminue la


durée du TTT afin d'avoir dans ce cas un mécanisme du handover plus facile.

// La cellule de service devient meilleure que le seuil

𝐼𝐼𝐼𝐼 (𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 − ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦é𝑟𝑟é𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 > 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠)

𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇;

𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸𝐸 (𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 + ℎ𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦𝑦 < 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 )

𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑;

// Démarrage du HANDOVER

𝐼𝐼𝐼𝐼 (𝑙𝑙′é𝑣𝑣é𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛𝑛 𝐴𝐴3 && 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑓𝑓𝑓𝑓𝑓𝑓𝑓𝑓)

𝐿𝐿𝐿𝐿 𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻𝐻 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 ;

Figure IV.3 programme TTT variable avec condition sur RSRPs

57
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

Connexion au réseau

Connexion à la Cellule

Rapport des mesures

RSRP

RSRP – hystérésis > seuil Faux

Vrai RSRP + hysteresis


<seuil
Faux
TTT increase

Vrai

TTT decrease

Faux
L’événement A3
Cn>Cs + hyst

Vrai
HANDOVER

Connexion à la nouvelle
Cellule

Figure IV.4 organigramme programme TTT variable avec condition de seuil

58
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.3.2.2 Adaptation de TTT par la variation du RSRPs et RSRPn

Cet algorithme permet d'ajuster la valeur du TTT en fonction de la dérivé de la différence


entre les deux signaux pour les cellules servante et voisine, on aura des intervalles de valeurs qui
correspondent à des TTT précis.

𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑(𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 − 𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅)𝑑𝑑𝑑𝑑

Pour chaque dérivé correspond à une valeur du TTT

𝑓𝑓𝑓𝑓𝑓𝑓 𝑖𝑖 = 1 𝑡𝑡𝑡𝑡 𝑥𝑥

𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 = 0, 40, 64, 80, 100, 128, 160, 256, 320, 480, 512, 640, 1024, 1280, 2560 , 5120

𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 = 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇(𝑖𝑖)

Figure IV.5 programme TTT variable avec condition sur la variation


RSRPs/RSRPn

59
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

Connexion au réseau

Connexion à la Cellule

Rapport des mesures

RSRPs / RSRPn

Dérivé

TTT = TTT(i) ; i = 1: 16

Faux
L’événement A3

Vrai
HANDOVER

Connexion à la nouvelle
Cellule

Figure IV.6 programme TTT variable avec condition sur la variation RSRPs/RSRPn

60
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.4 Simulation

Dans cette partie on présente les résultats d'implémentation obtenu du différent


algorithme qu'on a proposé et l’algorithme standard. Nos résultats sont comparés avec les
résultats obtenus par l’algorithme standard

Premièrement on génère des signaux RSRP qui correspond à deux cellules, la cellule
source et la cellule cible, ces deux signaux sont une représentation réels des signaux génères par
des eNodeBs LTE

IV.4.1 Adaptation de TTT constant

Ce modèle compare les valeurs du RSRP des deux cellules, servante et cible, ce
mécanisme permet de choisir une cellule cible pour faire le Handover avec un TTT constant

Figure IV.7 le handover avec un TTT constant

61
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

La figure ci-dessus montre la comparaison du RSRP de cellule servante et cible, le TTT


dans ce cas est un constant donc ce mécanisme n’ai pas basé sur le changement au niveau de
RSRP pour cela on trouve des problèmes au niveau de handover comme l’effet ping-pong

IV.4.2 Adaptation de TTT par la variation du RSRP

Ce modèle compare les valeurs du RSRP et sa vitesse de variation, le comportement des


deux signaux nous permet de choisir un time to trigger qui correspond à la variation de la
différence entre les deux signaux :

Figure IV.8 Adaptation de TTT en fonction de la variation du RSRP

La figure ci-dessus montre la variation du time to trigger par rapport à la vitesse de


variation du RSRP, Ce qu'il nous permet de contrôler le temps d’exécution du handover et ceci
nous permet de diminuer le taux de coupure d'appel.

62
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.4.3 Adaptation du TTT par un seuil (threshold)

Ce modèle compare la variation du RSRP avec un seuil, le comportement de cette


comparaison nous permet de choisir un time to trigger qui correspond à une instant définit par les
conditions de cette algorithme :

Figure IV.9 Adaptation de TTT en fonction de la variation de RSRP par rapport


à un seuil

La figure ci-dessus montre la variation du time to trigger par rapport à la comparaison de


la variation du RSRP avec un seuil, ce mécanisme d'équilibrage de charge (load balancing) nous
permet de contrôler le Handover inter fréquence pour améliorer l'efficacité et la qualité du service
en même temps

63
Chapitre-IV Algorithm Adaptation de time to trigger

IV.5 Conclusion

L'une des principales cibles de SON est l'auto-optimisation du handover (HO) qui réalise
la robustesse de la mobilité.

Les algorithmes d'optimisation HO permettent d'ajuster les paramètres HO entre les


cellules de service et les cellules cibles. Dans ce chapitre, nous proposons deux algorithmes pour
améliorer les performances de l'optimisation HO.

Dans le premier algorithme proposé, nous permet de contrôler le TTT par rapport de la
comparaison de RSRP et le seuil. Dans le deuxième algorithme, nous permet d’adapter le TTT à
travers la comparaison de vitesse de la variation du RSRP. Grâce à la simulation sous Matlab,
nous pouvons voir que le handover peut exécuter par rapport la variation de RSRP après un TTT
variable selon les conditions proposé

64
CONCLUSION GÉNÉRALE

CONCLUSION GENERALE
Ces dernières années, la radio mobile a été sans doute le secteur le plus dynamique et le
plus innovant de toute l’industrie des télécommunications. Avec l’essor rapide qu’elle connait, elle
s’impose de plus en plus comme le moyen le plus privilégié de communication et conquiert
d’avantage des parts du marché en ciblant tous les profils de consommateurs. Le développement
de nouvelles technologies a contribué à la création d’un environnement propice à la concurrence
incitant ainsi les opérateurs à se soucier de la qualité de leurs prestations et des performances de
fonctionnement de leurs réseaux.
L’objectif principale de notre projet est de procéder à une évaluation d'un réseau de
téléphonie mobile 4G dans le but de faire des propositions d’amélioration de ces performance est
cela en proposant de nouvel condition au niveau du Time To Trigger d'un transfert (Handover).

65
Bibliographié

[1] B .Yannick, H. Éric, W. François, "LTE et les réseaux 4G" ISBN : 978-2-212-12990-8,
Groupe Eyrolles, pages. 41-300, 2012.

[2] M. Mustapha, "Application de la technologie mimo a la 4g du mobile, " Projet fin d’études,
la Faculté de Technologie, Setif, 2014

[3] T. Meriem, “Evolution des technologies des télécommunications vers la 4ème génération,"
Rapport, 2012. [En ligne]. Disponible :
https://fr.scribd.com/document/85217167/Evolution-des-technologies-des-telecoms-vers-la-4G

[4] B. Hadjer, B.S. Riyad, "Etude des performances des réseaux 4G (LTE)," Projet fin d’études,
Faculté de technologie, Tlemcen, Algérie, 2013. [En ligne]. Disponible :
http://dspace.univtlemcen.dz/bitstream/112/5140/1/Memoire%20Master%20(Hadjer%20%26%2
0Riyad).pdf.

[5] http://4glte.over-blog.com/article-evolution-de-la-1g-vers-la-4g-82164235.html(consulté
le 3/3/02017)
[6] HUAWEI,’’LTE KPI INTRODUCTION,’’ student Book, HUAWEI technologie, china, 2015

[7] HUAWEI, ’’eNodeB V100R005C 00 KPI reference,’’ student Book, HUAWEI


technologies, china, 2012 [en ligne].
Disponible : https://fr.slideshare.net/abdeyehia3/huaweiltekpiref

[8] HUAWEI,’’ HUAWEI eRAN KPI introduction (eRAN 6.0),’’ student Book, HUAWEI
technologie, china, 2015.

[9] BEC, ’’Quality of Service (QoS) in LTE, ’’ BEC Technologies, 2015. [en ligne]
.disponible : https://fr.scribd.com/document/293026837/QoS-in-LTE

[10] http://www.teletopix.org/4g-lte/lte-kpi-measurement-methodology-and-acceptance-
procedure/ consulté le 3/42017)

[11] H. sami, S. Nesraddine, " Optimisation Radio de la 3eme Génération de laTéléphonie


Mobile," Projet fin d’études, Faculté d’ingénieure, Boumerdes, Algérie, 2016.
Bibliographié

[12] 4G Amiricas,’’ self-optimizing networks benefits of son in LTE, “juillet 2011 [En ligne].
Disponible : https://fr.scribd.com/document/63933761/Self-Optimizing-Networks-Benefits-of-
SON-in-LTE-July-2011

[13] SANIL FULANI, ”physical layer test trials and analysis of call drops and real time
throughput versus channel capacity of the long term evolution (4g) technology,” projet de fin
d’étude, université de Texas 2011 [En ligne]. Disponible :
https://utair.tdl.org/utair/bitstream/handle/10106/5856/Fulani_uta_2502M_11046.pdf?sequence=
1
[14] http://4glte.over-blog.com/tag/technique/ (consulté le 20/4/2017)

[15] http://aaronshi.blogspot.com/2015/03/rsrp-rssi-sinr-and-rsrq-in-
lte.html(consultéle24/4/2017)

[16] https://fr.wikipedia.org/wiki/Received_Signal_Strength_Indication(consulté le 26/4/2017)

[17] HUAWEI,’’ LTE radio interface procedure ’’ student Book, HUAWEI technologie, china,
2015.

[18] A. Helenius,” Performance of Handover in Long Term Evolution,” projet de fin d’etude,
université d’Aalto, 2011

[19] E .Victor,’’ Handover Parameter Optimisation in LTE,’’ MERA, Russia, [En ligne].
Disponible : https://fr.scribd.com/document/252141946/Handover-Parameter-Optimization-in-
LTE
[20] E .Mohamed, B. Abbes, “Modélisation et étude de performance de l’équilibrage de charge
LTE par ajustement dynamique des paramètres du handover, ‘‘ Tunis
[21] V. Srinivasa,’’ Protocol Signaling Procedures in LTE,’’ Livre blanc Radisys, September
2011
[22] E. João, C. Alves da Silva, ’’ A New Cell Selection and Handover Approach in
Heterogeneous LTE Networks,’’ University federal de Para, Belem, Brazil, 2015

[23] http://www.ltebullets.com/LTE%20in%20Bullets%20%20RRC%20Connection%20Establishment.p
(consulté le 5/5/2017)

[24] https://fr.scribd.com/document/215393846/LTE-Accessibility-KPIs (consulté le 5/5/2017)


Bibliographié

[25] Huawei, '' LTE eRAN8.1 Intra-RAT Handover Feature,'' Huawei Book, china, 2015
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

A.1 Les cas d’optimisation :


A.2.1 Cas 1 : Augmentation du rayon de la cellule.
Après extraction des kpi intra HOSR de l’outil d’optimisation U2000 datant du
05/04/2017, on a trouvé que le taux de réussite du handover intra frequence est très mauvais
sur la cellule 31670M.
Comme le montre le tableau ci-dessous
TableauA.1 : le taux de réussite du Handover

CELLULE CELLULE TAUX DE REUSSITE


DATE SERVANTE VOISINE DU HANDOVER(%)
05/04/2017 31670M 31702O 58.506
05/04/2017 31670M 31242N 94.117
05/04/2017 31670M 31702N 99.954
 Analyse

L'analyse est basée sur l'interface UU, La cellule cible ne reçoit probablement pas la
reconstruction complète du transfert nous avons donc vérifié le rayon des cellules et la
distance avec les cellules voisines, les deux cellules sont distante de 8km mais le rayon de la
cellule est a seulement 5Km ce qui a engendré un problème d’accès aléatoire dans la cellule
cible donc un problème de hand over.

Figure .A.1: Localisation des cellules et la distance entre elles


 Solution
Pour cela nous avons ajusté le rayon de la cellule cible (31702O) (Cell radius) de 5Km a
10km, l'action est faite le 05/04/2017.
 Résultat
Après la modification du rayon de la cellule nous avons constaté une amélioration de l'indice
de performance ''le taux de réussite du intra fréquence Handover''.
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Tableau A.2 : le taux de réussite de l’intra fréquence Handover

Période Nom de la Taux de réussite d'intra


Date (min) cellule fréquence handover (%)

05/04/2017 18:30:00 15 31702O 100

05/04/2017 18:30:00 15 31242N 100

05/04/2017 18:30:00 15 31264N 100

05/04/2017 18:45:00 15 31702O 100

05/04/2017 18:45:00 15 31242N 100

05/04/2017 18:45:00 15 31264N 100

05/04/2017 19:00:00 15 31702O 100

05/04/2017 19:00:00 15 31242N 100

05/04/2017 19:00:00 15 31264N 100

Figure A.2 Amélioration du taux de succès du Handover intra fréquency

A.2.2 Cas2 : Amélioration de l'accessibilité


Dans ce cas, Nous avons une cellule qui a un problème d'accessibilité (E-RAB success
rate, CS Full Back et incoming HO preparation).
Après la vérification des compteurs, on a trouvé que le problème n'est pas lié au
ressources radio (Ressources Block) mais le problème est lié à la limitation de la licence ;
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

C'est "RRC Connected User licence" qui fait bloquer tous les accès a la cellule quand le
nombre des utilisateurs (UE) dépasse la valeur de cette licence,
La License était fixé a 50, comme on peut le voir sur la figure ci-dessous :

FigureA.3 : RRC Connected USERS

 Solution

La solution était d'augmenter le nombre de licence de 50 jusqu'a 100 pour permettre


l'accès au plus grand nombre d'utilisateurs en même temps.

 Résultat

Après l'augmentation de la licence, nous avons trouvé une amélioration au niveau des
performances (KPI). Comme on peut le voir sue les figures ci-dessous:

Figure A.4 : Amélioration du taux de succès de CSFB


ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Figure A.5 : Amélioration du taux de succès de handover intra fréquence

Figure A.6 Amélioration de la phase préparation du Handover


A.2 Drive test
Est une méthode de mesure et d'évaluation de la couverture d'une région, la capacité et
la qualité de service (QoS) d'un réseau de téléphonie mobile. Les Drive Test sont sans doute
une partie essentielle pour optimiser de façon continue les performances d’un réseau mobile
afin de maintenir la satisfaction des abonnés, Dans notre cas nous avons effectué un drive test
sur la couverture de la 4G LTE dans la wilaya de Ourgla.
Nous avons eu l'occasion de manipuler l'outil GENEX ASSISTANT de HUAWEI.
Cette technique d'analyse permet la récupération d'une trace de mesures effectuées par le
mobile dans des différents moments.
Le scénario utilisé est de collecter les mesures en mode mobile (mouvement) et la
configuration de MS est DL (téléchargement).
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Figure A.7 : Allure de drive test

A.3.1 Exploitation des résultats


A.3.1.1 KPI:
Dans le tableau suivant nous avons les résultats du drive test effectué lors de notre simulation
et ceci en terme de Moyenne de débit DL, Moyenne RSRP, Moyenne SINR.
Indicateur de performances Résultat

Moyenne de débit DL (Mbps) 20.31

Moyenne RSRP (dBm) -91.98

Moyenne SINR (dB) 11.36

A.3.1.2 Distribution du niveau de signal (RSRP):


La figure ci-dessous montre la distribution du niveau de signal sur la zone de test.
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Figure A.8: la distribution du niveau de signal


Mise appart les zones encadrées, nous avons une bonne couverture (voir une analyse détaillée
par la suite).
A.3.1.3 Distribution du bruit d'interférence du signal (SINR):
La figure ci-dessous montre la distribution du bruit d'interférence du signal sur la zone
testé.

Figure A.9:la distribution du bruit d'interférence


Nous pouvons dire que le signal du bruit d'interférence est globalement bien sauf pour
quelque partie.
A.3.1.4 Distribution du débit descendent (DL-throughput)
La figure ci-dessous montre la distribution du débit descendant dans la zone de test
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

FigureA.10 : la distribution du débit descendant

A.3.2 Problème Numéro 1 (Manque de couverture)


Dans ce cas, il existe un problème de couverture sur le point mentionné dans la figure
ci-dessous dû à l'absence des sites LTE.

Figure A.11: Illustration d'un Problème de couverture

 Analyse :

D'après la figure ci-dessus globalement le niveau de signal est bon sauf pour les
zones encadrer ou la cellule 30678N ne peut pas faire une bonne couverture.
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

 Solution

Nous avons besoin de nouveaux sites dans cette zone. On donne un point nominal
ensuite en essaye de planifier un nouveau site, En attendant la planification de ce nouveau site
nous avons proposé des suggestions :

 Augmenter la puissance RS 30678N de (15,2, -3,1) à (18,2, -3,1) pour que la


propagation du signal augmente.

A.3.3 Problème Numéro2 (Zone a faible Débit)


Dans ce cas, il existe un problème de faible débit uniquement pour la zone 1 et la
zone2 par contre les autre zone le débit est globalement bien.

Figure A.11: illustration d'un Problème de zone a faible niveau de signal


ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Zone 1
Zone 2

Figure A.12: illustration d'un Problème de zone a faible Débit


 Analyse
D'après le drive test throughput (débit), on remarque des zones à faible débit dont la
zone 1 et la zone2 et cela est dû au manque de couverture et aux manque de ressources
respectivement.
 Solution
Pour la zone 1 Nous avons besoin de nouveaux sites pour assure la couverture, en attendent la
planification nous avons proposé :
 Augmenter la puissance RS des cellules de 15,2dBm à 18,2dBm pour que la
propagation du signal augment en attendant une implémentation de nouveau site.

 Pour la zone 2 nous avons proposé de tester le débit pendent les horaire ou la
communication est faible.
A.3.4 Problème Numéro 3 (voisines manquantes)
Dans ce cas, nous avons constaté une coupure d'appel apres investigation, cette
coupure est due au Handover failure (échec d'exécution du Handover) sur la cellule servante
30616N.
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Figure A.12 : les messages de signalisations échangées.

 Solution :

Nous avons vérifié la définition de voisinage entre la cellule servante 30616M et la


cellule candidate pour être cellule voisine, nous avons trouvé qu'elles ne sont pas définie
comme cellules voisine entre elles.
La solution est de faire définir cette relation de voisinage.

 Résultat :
Âpres la définition, nous avons trouvé une amélioration sur l'indicateur de
performance clé "Coupure d'appel"
ANNEXE A RESULTATS ET INTERPRETATIONS

Figure A.13 : Amélioration du taux de coupure d'appel


A.1.1 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons spécifié les différentes clés d’indication de performance
kpi (les indicateur clés de performance), d’accessibilité et de mobilité opérées par le service
d’optimisation de l’opérateur MOBILIS pendant notre période de stage. par le biais de ces
clés d’indication de performance (kpi) et avec l’aide de notre co-encadreur, nous avons étudié
des cas d’optimisation où nous avons résolu quelques problèmes d’optimisation qui existaient
au niveau du réseau de l’opérateur de téléphonique mobile MOBILIS.
ANNEXE B

1-Drive test
Est une méthode de mesure et d'évaluation de la couverture, la capacité et la qualité de
service (QOS) d'un réseau de téléphonie mobile. La technique consiste à utiliser un véhicule
automobile comportant un équipement de mesure d'interface radio du réseau de
radiocommunication mobile qui permet de détecter et d'enregistrer une grande variété de
paramètres physiques et virtuels de service de téléphonie mobile cellulaire dans une zone
géographique déterminée. En mesurant ce qu’un abonné de réseau sans fil éprouverait dans une
zone particulière, les transporteurs sans fil peuvent apporter des modifications à leurs réseaux qui
fournissent une meilleure couverture et service à leurs clients dirigé.

Ce test Drive donne des informations aux ingénieurs sur le niveau de qualité et le signal
réseau4G. Le testeur d'entraînement à réaliser ces actions:
 Court appel 4G pour vérifier l'accessibilité,
 4G à long appel pour vérifier la mobilité,
 appel court pour vérifier le transfert inte-rat ,
 Et obtenir les résultats.

.
Figure A.1 : Équipement du drive test
ANNEXE B

GENEX ASSISTANT

GENEX ASSISTANT est l'outil standard de l'industrie pour le dépannage, la vérification,


L'optimisation et la maintenance des réseaux sans fil, pour les mobiles, il est utilisé pour les réseaux
4G. GENEX supporte toutes les technologies majeures, ce qui en fait l'outil de test idéal à tous les
stades du cycle de vie du réseau.

GENEX ASSISTANT a été à l'origine haut de caractéristiques et fonctions drive-test . Elle


emploie une fonctionnalité intelligente et exclusive qui permet de résoudre des problèmes
spécifiques, favorise les processus de travail rentables, minimise les erreurs humaines et améliore
la productivité, permettant aux opérateurs de SE concentrer pour assurer la qualité du réseau, ainsi
que d'avoir un aperçu dans la perspective de l'abonné en effectuant des tests de service.
 présenter la carte de la zone de mesure.
 carte de niveau de qualité et le signal.
 Messages de signalisation.
 détails sur le point relatif.
ANNEXE B

GENEX ASSISTANT

GENEX ASSISTANT est l'outil standard de l'industrie pour le dépannage, la vérification,


L'optimisation et la maintenance des réseaux sans fil, pour les mobiles, il est utilisé pour les réseaux
4G. GENEX supporte toutes les technologies majeures, ce qui en fait l'outil de test idéal à tous les
stades du cycle de vie du réseau.

GENEX ASSISTANT a été à l'origine haut de caractéristiques et fonctions drive-test . Elle


emploie une fonctionnalité intelligente et exclusive qui permet de résoudre des problèmes
spécifiques, favorise les processus de travail rentables, minimise les erreurs humaines et améliore
la productivité, permettant aux opérateurs de SE concentrer pour assurer la qualité du réseau, ainsi
que d'avoir un aperçu dans la perspective de l'abonné en effectuant des tests de service.
 présenter la carte de la zone de mesure.
 carte de niveau de qualité et le signal.
 Messages de signalisation.
 détails sur le point relatif.
‫ﻣﻠﺨﺺ‬

‫ وﻣﻦ ﻧﺎﺣﯿﺔ ﻋﻤﻠﯿﺔ ﻧﺸﺮﻋﺪة أﺟﯿﺎل ﻣﺘﻌﺎﻗﺒﺔ ﻣﻦ‬.‫ﺷﺒﻜﺎت اﻟﻤﺤﻤﻮل ﻋﺮﻓﺖ ﺗﻄﻮر ﻏﯿﺮ ﻣﺴﺒﻮق ﻓﻲ اﻟﺴﻨﻮات اﻷﺧﯿﺮة‬
‫اﻟﺠﯿﻞ اﻟﺮاﺑﻊ ﻣﻦ‬, ‫ج‬3 ‫ ﺛﻢ ﺗﻮﺟﮫ اﻟﻰ اﻟﻮﺳﺎﺋﻂ اﻟﻤﺘﻌﺪدة‬2 ‫ﺷﺒﻜﺎت اﻻﺗﺼﺎل اﻟﺴﻠﻜﯿﺔ و اﻟﻼﺳﻠﻜﯿﺔ ﻣﺨﺼﺼﺔ أﺳﺎﺳﺎ ج‬
‫ﺷﺒﻜﺎت اﻟﻼﺳﻠﻜﯿﺔ ﯾﺠﻠﺐ زﯾﺎدة ﻓﻲ اﻟﺘﺪﻓﻖ وھﺬا ﻣﺎ ﯾﺴﻤﺢ ﺑﺎﻟﺘﺸﻐﯿﻞ اﻟﻤﺘﺪاﺧﻞ ﻣﻊ اﻟﺸﺒﻜﺎت‬
‫اﻷﺧﺮى‬

‫وﻋﻤﺪﻧﺎ اﻟﻰ ﺗﺤﻘﯿﻖ اﻟﺨﻮارزﻣﯿﺔ ﺗﺪاﺑﯿﺮ)ﺗﺘﺖ( ھﺬه اﻟﺨﻮارزﻣﯿﺔ ﻋﻦ طﺮﯾﻖ اﻟﺒﺮﻧﺎﻣﺞ اﻻﻟﻜﺘﺮوﻧﻰ ﻣﺎﺗﻼب‬

4G, LTE, simulation, QoS, matlab, étude des performances, indicateur :‫اﻟﻜﻠﻤﺔ اﻟﺮﺋﯿﺴﯿﺔ‬
de KPI…

Résumé
Les réseaux mobiles et sans fil ont connu un essor sans précédent ces dernières
années. Il s’agit d’une part du déploiement de plusieurs générations successives de
réseaux de télécommunications essentiellement dédiés à la téléphonie (2G), puis plus
orientés vers le multimédia (3G), la 4G de réseaux sans fil apporte une véritable
augmentation du débit et permet l’interopérabilité avec les autres réseaux.
Nous avons procédé à la réalisation un algorithme de mesures de temps de
déclanchement (time to triger) et simuler cet algorithme à l'aide de matlab
Mot clé : 4G, LTE, simulation, QoS, matlab, étude des performances, indicateur de
KPI, time to triger, handover

Abstract
The mobile and wireless networks knew an unprecedented development these last
years. It is on one hand about the deployment of several successive generations of
telecommunication networks essentially dedicated to the telephony (2G, then more
directed to the multimedia (3G, the 4G of wireless networks brings a real increase of the
debit (flow) and allows the interoperability with the other networks.

We have realized a time to trigger algorithm and simulate this algorithm using
matlab
Keyword : 4G, LTE, simulation, QoS, matlab, étude des performances, indicateur de
KPI, time to triger, handover