Vous êtes sur la page 1sur 18

1. Généralités.

1.1. Définition :
La géologie est la science qui a pour objet l’études des éléments constituants le globe
terrestre en ce qui concerne leur nature, leur aspect, leur disposition et les raisons qui
ont déterminé leur situation.
Elle étudie donc le globe terrestre dans sa constitution globale et dans son aspect
historique.

1.2. But :
Les études géologiques sont entreprises principalement afin de fournir à l’homme les
renseignements essentiels à la prospection et à l’exploitations des matériaux dont il a
besoin, et ce afin de déterminer les sites les plus propices à la construction
d’ouvrages d’art (barrages, ponts, tunnels, etc…).
Elles se limitent à l’observation de la couche supérieure du globe terrestre afin de
fournir des renseignements précieux quant à l’enchainement et à l’ampleur des
phénomènes qui ont permit l’évolution de la terre jusqu’au stade où nous en sommes de
nos jours de par les montagnes, les volcans, les reliefs, les roches, les déserts et les
matériaux divers.

1.3. Sciences spécialisées :


La géologie est un assemblage de plusieurs sciences spécialisées.

• La minéralogie : étudie les propriétés externes des minéraux (couleur, éclat,


transparence, dureté, …) ainsi que les propriétés internes grâce à des essais
chimiques.
Elle va ensuite établir un classement géologique.
• La pétrographie : étudie les roches de l’écorce terrestre d’un point de vue
minéralogique, chimique et de leur genèse.
Elle va ensuite classer les roches :
• Roches éruptives : provenant du refroidissement et de la cristallisation du
magma.

1
• Roches sédimentaires : provenant de de la superposition des débris de roches
ayant subi une érosion.
• Roches métamorphiques : provenant d’un mélange et de la transformation des
2 précédents et ce à cause d’une modification de leur environnement
(augmentation de la température et de la pression, actions physico-
chimiques).
• La stratigraphie : donne un âge aux doches sédimentaires en fonctions de
différents éléments.
• La tectonique : étudie la nature et les causes des déformations subies par les
plaques constituant la lithosphère au cours du temps.
• La paléontologie : étudies les fossiles présents dans les terrains sédimentaires,
dont l’analyse va permettre d’aider dans la recherche de l’âge de ces terrains.

2. Le globe terrestre.
2.1. Origine.
La Terre fait partie des 9 planètes qui gravitent autour de notre Soleil.
Le Soleil est une étoile parmi des millions d’autres.
➔ Le tout forme notre Galaxie.

Or, il existe des millions de galaxies, et l’ensembles forme notre UNIVERS.

Vu le même sens de rotation des planètes et leurs orbites respectives autour du Soleil, les
scientifiques en ont déterminé que tous ces éléments ont certainement une origine
commune.

Univers constitué : - 75% d’HYDROGENE

- 23% d’HELIUM

C’est la condensation et l’accumulation de ce gaz qui est à l’origine


de la formation des galaxies, étoiles, planètes, etc…

Selon certains astrophysiciens, le passage d’une étoile à proximité du Soleil a fait que ce
dernier a produit 1 ou 2 jets opposés de gaz qui se sont ensuite condensés pour former
les planètes.

Vu la proximité orbitale des planètes jumelles, celles-ci ont fini par entrer en collision et
c’est ce choc qui serait à l’origine des astéroïdes et des satellites.

Notre Terre quant à elle, proviendrait de la rencontre de 2 planètes jumelles qui étaient
certainement à l’état liquide au moment du choc.

2
2.2 Forme, dimension, …
Terre : forme ellipsoïde de révolution aplati suivant les lignes des pôles.

➔ Rayon polaire : 6539km


➔ Rayon équatorial : 6371km

• Masse de la Terre : 330 000 fois plus petite que la masse du Soleil.
• Densité de la Terre : 5,52 → La Terre fait partie des planètes denses !

C’est l’atmosphère (enveloppe gazeuse que la terre retient par gravitation), riche en
OZONE, qui permet la vie sur terre et la présence d’eau sous forme liquide.

2.3 Constitution :
• Masse de la Terre : 5,98 x 1024 kg
• Composée de : Fer, Oxygène, Silicium, Magnésium, Nickel, Souffre, Calcium,
Aluminium, …
• Cœur de la Terre (vu la gravité) : Fer, Nickel, Souffre, …
• La croute terrestre est essentiellement constituée :
• Oxygène sous forme d’OXYDES
• Silice sous forme de PYROXENOIDES
• La croute terrestre est constituée de différentes couches successives :
→ GEOSPERE
• Volume terrestre : - NOYAUX : 17%
• MANTEAU : 81%
• CROUTE : 12%

3
2.4 La Lithosphère :
La lithosphère a une épaisseur de ± 70km (+ épaisseur du manteau supérieur solide)
et porte des noms différents selon les zones terrestres.

• Croute continentale (3 zones) :


• SIAL : granite, roches endogènes, micaschistes, roches sédimentaires
• SALMINO : granite, roches endogènes, basalte, diorites, gabbros
• SIMA : basalte et peridotites

La température augmente de 1° tous les 32m de profondeur.


Cette chaleur provient de la chaleur résiduelle terrestre et de le désintégration
d’éléments radioactifs.

• Océans, rivières, lacs, … : HYDROSPHERE


Même niveau que le SIAL
• Zones de plaques de glace : CRYOSPHERE

4
2.5 L’Asthénosphère :
Sous la discontinuité de Mohorovicic et sous la lithosphère (± 150km), elle ne
comprend que le MANTEAU SUPERIEUR PLASTIQUE.

Elle est constituée de roches proches de celles du sima cristallin mais présentes sous
forme d’un liquide visqueux et surchauffé.

2.6 Le Noyau :
• Sous le manteau inférieur, il débute sous la discontinuité de GUTENBERG
(±2885 km)
➔ Noyau Externe sous forme LIQUIDE.

• Arrive ensuite la discontinuité de LEHMANN à ± 5155km.


➔ Noyau Interne sous forme SOLIDE.

La pression peut y atteindre 30 millions de N/cm².


La température varie de 10 000 à 12 000 °C.

2.6 L’Atmosphère :
Enveloppe gazeuse, au-dessus de la surface de la terre et divisée en 3 zones :

• TROPOSPHERE : - jusqu’à 12-13 km.


- zone d’air ± respirable.
- constituée d’Oxygène, d’Hydrogène, d’Hélium,
d’Azote et de Vapeur d’eau.

• STRATOSPHERE : - jusqu’à 80 km.


- raréfaction des gaz
- au dessus de 70km → Présence essentiellement
d’Azote.

• IONOSPHERE : - au-dessus de 80 km
- ne reste plus que de l’Hélium

5
3. Les roches.
3.1. Définition :
Une roche est un agrégat naturel constitué de : - MINERAUX
- FOSSILES
- ELEMENTS D’AUTRES ROCHES
roche description
Pétrographie : science de description et d’analyse des roches.
Pétrologie : science qui étudie les modifications et les transformations des roches.
roche étude

Nous étudions les roches de la croute continentale ( ± 30 km).


Il existe des roches MONOMINERALES et des roches POLYMINERALES.
Ex : marbre (cristaux de calcite) Ex : granite (cristaux de
feldspath, quartz et mica)
ATTENTION : Il ne faut pas confondre ROCHES et MINERAUX !
➔ Ce sont les minéraux qui constituent les roches !

• Les roches peuvent être divisées selon leur composition, leur origine et leur mode de
formation en 3 catégories :

- Les roches ERUPTIVES (ignées) : refroidissement et cristallisation du magma


➔ Ex : granite

- Les roches SEDIMENTAIRES : accumulation et consolidation des produits de


l’érosion.
➔ Ex : conglomérat

- Les roches METAMORPHIQUES : issues de la transformation des 2


précédentes, suite à la modification de leur environnement (augmentation de la
température et pression, et actions physico-chimiques).
➔ Ex : schiste

6
• Elles peuvent aussi être divisées en 3 selon leurs propriétés :
- Les roches MEUBLES : sable, argile
- Les roches FRIBLES : craie
- Les roches COHERENTES : granite

• Elles peuvent être divisées selon leur dureté :


- Les roches ± dures : talc, gypse
- Les roches très dures : corindon, diamant

• Elles peuvent être divisées selon leur homogénéité :


- Les roches à texture grenue (cristaux de même taille) : granite
- Les roches à texture porphyroïde (cristaux de tailles différentes)
- Les roches à texture microgrenue : batholite
- Les roches à texture vitreuse : basalte

 Les roches peuvent être :


- ± PERMEABLES (argile)
- ± DILATABLES
- ± POREUSES (roches réservoir : eau, gaz, pétrole)
- ± SOLUBLES

3.2 La genèse des roches éruptives :


Les roches ignées proviennent du refroidissement et de la cristallisation du magma
(masse silicatée).
C’est la composition et la façon dont le magma a refroidi qui va déterminée
respectivement la composition et le type de grain obtenu.

3.3 Origine du magma :


Plus on descend en profondeur dans l’écorce terrestre et plus :
-La pression augmente
- La température augmente.
Or, cette augmentation de pression va faire en sorte que la température
de fusion des roches présentes sera elle aussi plus élevée…
 Plus on se rapprochera du manteau supérieur et plus
on verra apparaitre une FUSION PARTIELLE des
roches présentes.

7
3.4 D’où vient cette chaleur qui fond les roches ?
Il reste au niveau du manteau une chaleur résiduelle provenant de la formation de la
Terre il y’a 4,6 Milliards d’années.

➔ Cette chaleur va alors remonter par CONDUCTION et par CONVECTION !

Il existe sur Terre des zones où l’on retrouve des colonnes étroites ascendantes au bout
desquelles nous retrouvons les volcans.

De plus, cette chaleur provient également de la décroissance de matériaux radioactifs au


sein de la croute terrestre.

3.5 La fusion est partielle.


Il est logique que plus la température sera élevée et plus la roche sera fusible.
Dans la majorité des cas, seule une partie de la roche va fondre.

➔ La composition du magma sera donc la même que les roches qui auront fondu !

En général, il existe 2 types de magma :

- Magma GRANITIQUE : - fusion partielle croute terrestre/océanique


- SILICE : 70%
- Température de fusion : 700-800°
- Faible teneur en éléments ferromagnésiens
➔ + VISQUEUX !

- Magma BASALTIQUE : - fusion partielle manteau supérieur


- SILICE : 50%
- Température de fusion : au-dessus de 1000°
- Forte teneur en éléments ferromagnésiens
➔ + LIQUIDE !

3.6 Qu’est-ce que le magma ?


Le magma est un liquide visqueux fait de : - Roches fondues

- Roches non fondues (cristaux)


- Gaz dissous.

Sa température est comprise entre 700 et 1400°.

8
3.6 Bis Qu’est-ce que la silice ?
L’OXYGENE et le SILICIUM sont les éléments les plus abondants au sein de la
lithosphère (SiO2).
Ils ont une très forte attirance l’un pour l’autre.

➔ La quasi-totalité des roches éruptives sont des SILICATES !

3.7 Le magma tend à monter.


I. Le magma, qui vient de se former est moins dense que les roches des parties
supérieures.
La conduction et la convection vont lui permettre de remonter tant que ce sera le cas.
II. Au fur et à mesure de son ascension, il va emporter des parties des différentes roches
qu’il va rencontrer (soit par fusion de celles-ci, soit par détachement).
➔ Ce qui va également modifier les propriétés chimiques du magma !

En effet, on voit apparaitre 2 types de magmas :

- Le magma GRANITIQUE : + VISQUEUX car plus riche en silice.


➔ Atteint rarement la surface !
➔ Donne les roches PLUTONIQUES INTRUSIVES.

- Le magma BASALTIQUE : + FLUIDE car moins riche en silice.


➔ Atteint plus facilement la surface !
➔ Donne les roches ERUPTIVES EXTRUSIVES.

III. Le magma arrivé à la surface donne les éruptions volcaniques.


La dégazéification va provoquer des explosions !
Suite à quoi, la lave va couler et refroidir rapidement pour former les ROCHES
VOLCANIQUES.
Les roches volcaniques les plus communes : BASALTES.
➔ Forment la Croute OCEANIQUE.

IV. Le magma plus visqueux va refroidir et cristalliser dans la croute terrestres et y créer
des poches ( les DYKES et les SILLS).
Il donne naissance aux ROCHES PLUTONIQUES.
Les roches éruptives les plus communes : GRANITES.
➔ Forment la Croute CONTINENTALE.

9
3.8 Le cycle des roches.
Le cycle des roches est une boucle fermée qui se répète sans cesse.
Il ne pourrait pas exister sans la tectonique des plaques en mouvement perpétuel !

Un cycle parfait :

Roche IGNEE Roche SEDIMENTAIRE

MAGMA Roche METAMORPHIQUE

Attention : Certains raccourcis peuvent être pris selon l’environnement où


se trouvent ces roches !

10
I. Le MAGMA va se former de la FUSION DE LA CROUTE OCEANIQUE.
Il va alors commencer son ascension grâce à 2 actions physiques :

- La température augmente et va le faire monter par conduction et convection.


- La pression des couches supérieures va le faire remonter (pompe à air).

II. Le magma, selon le type de roches en fusion qui le compose, va emprunter 2


chemins :

A. Le magma remonte et sa température DIMINUE :


➔ Il va se cristalliser en roches éruptives plutoniques.
➔ Il forme des poches dans la croute continentale : DYKES et SILLS.

B. Le magma arrive jusqu’à la surface via les fissures et forme les VOLCANS.
Et selon son degré de viscosité :
- Il explose (gaz) sous forme de CENDRES et de BOMBES
VOLCANIQUES pour former des ROCHES
PYROCLASTIQUES.
- Il coule et se cristallise en ROCHES ERUPTIVE
PLUTONIQUES.

III. Les roches volcaniques vont alors endurer les forces de la nature : EROSION ou
METEORISATION.

Les forces peuvent être :

- Physiques : eau, gel/dégel, vent, chaleur, racines plantes, etc…


- Chimiques : eau (dissolution) et acidité des plantes (hydrolyse).

IV. Les débris sont alors transportés par des agents de transport (eau et vent)
jusqu’aux zones formant l’HYDROSPHERE (océans, lacs, etc…).

➔ Formation de ROCHES SEDIMENTAIRES.

V. Les couches de sédiments vont venir se superposer pour former des couches de
plusieurs milliers de mètres !
Le poids va faire que les roches vont se LITHIFIER (compaction, déshydratation
et cimentation) par DIAGENESE.

VI. La pression, la température et les réactions chimiques font alors que les
sédiments vont se transformer sous forme liquide ou visqueuse en ROCHES
METAMORPHIQUES.

11
VII. Les roches métamorphiques vont continuer à descendre sous la pression.
La température et la pression continuent d’augmenter…
Au point où les roches ne peuvent plus résister et se mettent à fondre.

➔ Formation de MAGMA.

VIII. La boucle est bouclée et le cycle recommence !

3.9 Les grands types de destruction des roches.


L’EROSION ou METEORISATION, provoquées par les agents d’érosion,
représentent une succession de phénomènes physico-chimiques qui vont provoquer la
destruction des roches.

• Un agent d’érosion peut aussi remplir 3 rôles :


- Destruction
- Transport
- Dépôt.
A. Destruction MECANIQUE (physique) :

- Destructions dûes aux HAUTES TEMPERATURES. (→ Déserts)


- Destructions dûes à L’ALTERNANCE GEL/DEGEL, ce qui donne des
éclatements de la roche. (→ Régions froides en hautes altitudes)
- Destructions dûes à L’ALTERNANCE DE LA TENEUR EN EAU. (→ Zones
Tropicales)
- Destructions dûes aux SELS MARINS. (→ Zones littorales)
- Destructions dûes aux AGENTS DE TRANSPORT. (→ Frottements)
- Destructions dûes aux RACINES DES VEGETAUX. (→ Fissures)

B. Destruction CHIMIQUES :

L’eau peut avoir 2 actions :

- DISSOLUTION : les minéraux solubles contenus dans les roches.


- HYDROLYSE : acidité de l’eau due aux plantes.

12
4. La tectonique des plaques.
La tectonique des plaques est la partie de la géologie qui étudie la nature et les causes
de la déformation des couches de roches constituant la lithosphère.

Tous les scientifiques s’accordent sur le fait que ces déformations sont dûes aux forces
internes de la terre et que la lithosphère se divise en 12 plaques qui bougent les unes
par rapport aux autres et glissent sur l’asthénosphère.

Les mouvements définissent 3 types de frontières entre les plaques :

➢ Frontières DIVERGENTES : - les plaques s’éloignent les unes par rapport


Constructrices aux autres.
➔ Production de la CROUTE OCEANIQUE

➢ Frontières CONVERGENTES : - les plaques entrent en collision.


Destructrices

➢ Frontières DIVERGENTES : - les plaques glissent latéralement les unes contre


Conservatrices les autres.
- soit dans le même sens, soit en sens opposé.
➔ Explique les différentes vitesses de
déplacement entre les plaques !

4.1 Les frontières divergentes.


I. Il existe un flux de chaleur allant du centre vers l’extérieur de la Terre.
➔ Désintégration radioactive de certains éléments chimiques du manteau.
➔ Chaleur résiduelle provenant de la formation de la Terre il y’a 4,6 Milliards
d’années.

Certains matériaux de l’asthénosphère vont alors entrer en fusion et remonter.

➔ Remontée dûe à : - convection et conduction de la chaleur.


- dilatation du matériaux.

13
II. En surface, cette remontée va s’observer par un SOULEVEMENT correspondant à
la DORSALE OCEANIQUE.

III. Donc, s’en suit une fusion partielle du manteau et une production de MAGMA.
La remontée du magma va donner des forces de tension qui vont créer une
DIVERGENCE DES PLAQUES.

IV. Entre ces plaques qui divergent, va se créer une nouvelle CROUTE OCEANIQUE.

V. La divergence des plaques va créer un fossé appelé RIFT OCEANIQUE.

VI. La remontée du magma va créer :

- des roches éruptives plutoniques (dans la lithosphère).

- des roches éruptives volcaniques (création des volcans sous-marins).

→ Le magma basaltique va s’introduire dans les failles et fractures du rift.

VII. Le magma cristallisé va créer la nouvelle CROUTE OCEANIQUE.

DONC, (dans le cas continental)

1. La chaleur va provoquer un bombement de la lithosphère.


2. Apparait alors une divergence des plaques provenant de la tension créée par la chaleur.
3. Intrusion du magma par les fissures et failles pour former, par endroits, des volcans et
coulées de laves.
4. La lithosphère va continuer à s’étirer et les extrémités vont s’effondrer en escaliers.
➔ RIFT CONTINENTAL.
5. A force de s’étirer, le niveau du rift passera sous le niveau de la mer.
➔ Les eaux de mer envahissent le rift.
6. Plus les plaques s’éloignent et plus la croute océanique s’étend.
➔ Formation des OCEANS

REM : Une grosse partie de la chaleur terrestre s’échappe via la croute océanique !

14
4.2 Les frontières convergentes.
La surface terrestre est un ESPACE FINI.

➔ Si des plaques grandissent aux frontières divergentes, il faut donc qu’elles se


détruisent et disparaissent à d’autres frontières !
 Cette destruction se passe aux FRONTIERES CONVERGENTES.

Lors de la rencontre de 2 plaques lithosphériques, s’en suit un enfoncement d’une des


plaques lithosphériques sous l’autre.

➔ Destruction par ENFONCEMENT DANS L’ASTHENOSPHERE.

MAIS, le résultat dépend de type de plaques qui se rencontrent…

A. Convergence entre 2 PLAQUES OCEANIQUES.


La plaque la plus dense va passer sous l’autre.
➔ Création d’une zone de SUBDUCTION.

La destruction de la partie de la lithosphère qui pénètre dans l’asthénosphère va


créer du magma (fusion partielle).

➔ Remontée d’une partie du magma qui reste dans la lithosphère (dykes et sills).
➔ Remontée d’une autre partie du magma à la surface pour créer des
VOLCANS D’ARC INSULAIRES (îles) sur le plancher océanique.

B. Convergence de entre 1 PLAQUE CONTINENTALE et 1 PLAQUE OCEANIQUE.


La plaque océanique, plus dense, s’enfonce sous la plaque continentale.

Comme précédemment, la subduction va provoquer une remontée du magma.


➔ Une partie restera dans la lithosphère continentale.
➔ Une autre partie formera les VOLCANS CONTINENTAUX.

De plus, la couche sédimentaire, plus épaisse au bord des plaques continentales, va suivre le
mouvement de la plaque continentale et se concentrer dans la zone de subduction.

➔ PRISME D’ACCRETION.

15
C. Convergence entre 2 PLAQUES CONTINENTALES.
La convergence des plaques continentales fait que la concentration du prisme
d’accrétion augmente.
Lors de la rencontre de 2 plaques, le mécanisme se coince !
➔ La lithosphère est moins dense que l’asthénosphère.

 Le matériel sédimentaire est comprimé et se soulève. Ce qui forme les


MONTAGNES !
 Se fait alors une SOUDURE entre les 2 plaques continentales pour n’en former
qu’une seule !

4.3 Les frontières transformantes.


Ces frontières peuvent également porter le nom de FAILLES TRANSFORMANTES.

Le mouvement de frottement entre 2 plaques peut se faire : - dans le même sens

- dans un sens opposé.


➔ Tout ceci explique pourquoi les plaques se déplacent à des vitesses différentes.

DONC,

➢ MOTEUR : - flux de chaleur ascendant.


- gravité terrestre.

➢ EFFETS : - fusion partielle du manteau et expansion.


➔ Formation d’une DORSALE médio-océanique.
 La tension va créer une DIVERGENCE des plaques.
➔ Formation d’une nouvelles lithosphère océanique (les
océans grandissent).
- vu que le globe terrestre doit garder une surface constante, destruction
d’une partie de la lithosphère par SUBDUCTION.
- déplacement des plaques à des vitesses différentes à cause des
FAILLES TRANSFORMANTES. (→ frottements)

16
5. La carte et coupe géologique.
5.1 La carte géologique.
La carte géologique est la représentation de l’étendue, de l’allure et de l’âge des
roches et structures géologiques, présentes à l’affleurement ou en subsurface d’une
région.

Selon l’âge et la succession des terrains (stratigraphie), la carte va représenter l’espace


géographique en une diversité de zones classées par :

- COULEUR (âge)
- PENDAGE (direction et inclinaison)
- NIVEAU (altitude)
- LITHOLOGIE (types de roches)

Types de cartes :

- Petites échelles (1/250 000 et -) : CHRONOstratgraphiques


- Grandes échelles (1/50 000 et +) : LITHOstratigraphiques

Il y’a souvent une distinction entre les cartes montrant le SUBSTRAT ROCHEUX de
celles présentant les DEPOTS DE SURFACE.

5.2 La coupe géologique.


La coupe géologique, le plus souvent élaborée le long d’un trait de coupe sur la carte
géologique, permet d’apporter une vision tridimensionnelle de la géométrie des
terrains et des structures topographiques géologiques présentes.

5.3 Procédure (pour représenter une coupe géologique).

I. Tracer un trait de coupe perpendiculaire aux principales structures principales.


II. Réaliser le profil topographique :
➔ Déterminer les points les plus hauts et les plus bas afin de construire une
échelle horizontale aux extrémités du trait de coupe.
➔ Repérer les éléments importants : sommets, vallées, cours d’eau, etc…
III. Selon les courbes de niveau qui entrent en contact avec le trait de coupe, les
représenter sous forme de points et les relier.
➔ On obtient le profil topographique.

17
IV. Indiquer toutes les limites de couches.
V. Déterminer et tracer leur allure grâce aux degrés de pendage et leurs directions.
VI. Ajouter un habillage.
VII. Terminer en indiquant : - Echelle
- Titre
- Légendes
- Symboles

5.4 Direction et degré de pendage.


LA DIRECTION d’une structure est l’ORIENTATION de n’importe quelle ligne
imaginaire le long d’une strate (couche).
Elle n’a pas de position, juste une direction !
Elle est soit exprimée en azimut (ex : NE) ou en degré de 3 chiffres (ex : 045°).

LE PENDAGE est l’INCLINAISON MAX d’une couche.


Elle est exprimée en degré de 2 chiffres et est toujours perpendiculaire à la direction.

( 09°)

5.5 L’épaisseur réelle et apparente des couches.


L’EPPAISSEUR REELLE est la distance entre le sommet et la base d’une couche,
mesurée à angle droit.

L’EPAISSEUR APPARENTE sera toute autre distance plus grande d’une couche,
mesurée à angle différent.

DONC,

La coupe géologique, tirée d’une carte, permet de mettre en évidence les structures et
dater les différentes phases de déformation tectoniques qui nt modelé une zone
rocheuse.

L’étude des structures, de par leur disposition, âge et lithologie, permet de comprendre
les causes de ces déformations.

18