Vous êtes sur la page 1sur 2

Qu'est-ce que la Vérité

Grand Évangile de Jean

Tome 8

Chapitre 176

De l'essence de la vérité

Jacob Lorber

1. L'aubergiste, ainsi que son fils, Me rendit grâce une fois de plus pour cet enseignement, mais reprit

cependant : « Que l'homme ne puisse être délivré de l'illusion et du mensonge que par la vérité, c'est déjà à coup sûr en soi une grande vérité sacrée ; mais, chez tous les peuples que nous connaissons, des sages fort nombreux n'ont cessé de s'interroger sur la vérité et l'ont cherchée avec ardeur sans pouvoir la trouver, et aucun n'a encore jamais pu expliquer aux hommes clairement et d'une manière définitive ce qu'elle était. C'est pourquoi j'aimerais beaucoup que tu me dises, cher seigneur et maître, ce que c'est au fond que la vérité ; car tu dois pouvoir nous en dire plus que quiconque là-dessus. Et c'est seulement quand l'homme sait ce qu'est la vérité et comment la trouver qu'il peut la prendre comme ligne de conduite et, grâce à elle, se libérer de l'illusion et du mensonge. Qu'est-ce donc que la parfaite vérité, où et comment pouvons-nous la trouver ? »

2. Je lui dis d'un air aimable : « Regarde-Moi, et écoute bien ce que Je vais te dire : c'est Dieu, l'unique

et le seul vrai, qui est la vérité. Qui trouve l'unique vrai Dieu trouve la vérité qui le libérera et lui donnera la vie. Or, si l'homme qui a trouvé Dieu reconnaît Sa volonté fidèlement révélée et s'y conforme dans sa vie, il devient lui-même vérité ; lorsqu'il l'est devenu, il est libre et a quitté la mort du monde et de sa matière pour entrer dans la vie divine.

3. Je vois en toi une autre question à laquelle il ne sera pas aussi facile de répondre qu'à la précédente,

mais Je trouverai bien une réponse compréhensible par tous à cette question encore informulée.

4. Voici cette question : "Fort bien, Dieu est donc la seule vérité, et celui qui trouve Dieu trouve la vérité

qui peut le libérer ; mais où est Dieu ? Qui est-Il , quelle est Sa volonté tout à fait authentique, et enfin,

comment Le trouver et reconnaître que c'est vraiment Lui ?"

5. En vérité, Mon cher ami, il ne M'est certes pas difficile de répondre clairement à une telle question,

mais il le sera sans doute pour toi de comprendre aussi clairement la réponse que Je te ferai ! Essayons pourtant.

6. Vois-tu, Dieu est un esprit éternel très pur. Cet esprit éternel est l'amour le plus pur, donc la vie

éternelle même. Quant à l'amour, c'est un feu, une lumière enflammée, et c'est tout cela qui est la vérité.

7. Dieu étant l'origine éternelle de toute existence, Il est aussi la conscience de soi la plus parfaite,

l'intelligence, la sagesse et la force suprêmes, et s'il n'était pas cela, il n'y aurait jamais eu de Création ;

car ce qui n'est rien en soi ne deviendra jamais quelque chose.

8. En Dieu, l'intelligence suprême et la conscience de soi la plus claire sont donc éternellement présentes

et agissantes. S'il n'en était pas ainsi, qui aurait pu donner l'intelligence aux anges et aux hommes, et

avec elle la conscience de soi ? Peut-on donner une chose qu'on ne possède pas soi-même ? Une force brutale et stupide peut-elle donner la perfection de la vie ?

9. Au cours de ta vie, tu as dû voir bien souvent des forces aveugles déchaîner leur violence sans but ;

mais as-tu jamais vu un ouragan, même au plus fort de sa fureur, faire tournoyer la plus petite bergerie, la plus misérable porcherie ? La foudre, en tombant des nuages, a-t-elle jamais causé autre chose que les destructions les plus désordonnées ?

10. Considère toutes les forces et les puissances aveugles, et tu ne trouveras jamais, dans leur action

brutale, la plus petite parcelle d'intelligence ou de raison ! Un observateur avisé découvrira sans doute dans les actes les plus brutaux de ces forces aveugles un certain ordre et un sage dessein ; mais ce n'est pas là une propriété de ces forces aveugles, mais seulement de Dieu, qui, par la puissance de Sa volonté infiniment sage, utilise ces forces pour atteindre quelque but utile en tel ou tel point de la Terre.

11. Si tu observes les plantes, les animaux et surtout l'homme, tu trouveras partout un très grand ordre,

un plan sagement conçu servi par les moyens les plus adéquats, toutes choses que ces êtres vivants n'eussent jamais pu se donner eux-mêmes, parce qu'ils n'auraient pu exister par eux-mêmes avant d'être créés ! Mais puisqu'ils existent et que leur existence montre assurément la très grande sagesse de leur auteur, il est clair que Lui seul a pu, par Son intelligence suprême, Sa puissance et Sa parfaite conscience de soi, tirer de Lui-même ces êtres dans toute leur diversité.

12. Déjà, dans son état de pure nature encore peu évolué spirituellement, l'homme possède une

intelligence fort claire et d'une grande portée, d'où est née, comme un arbre d'une graine, l'intelligence

raisonnable grâce à laquelle il est bientôt devenu capable de créer des œuvres remarquables et fort bien ordonnées.

13. Qui, si ce n'est Dieu, a pu donner à l'homme, dont le corps est déjà une machine vivante faite avec

tant d'art et si savamment organisée, l'intelligence, la conscience de soi, la raison, l'entendement, l'amour, le libre arbitre et la force de volonté correspondante, puis maintenir ces qualités et les parachever ?! Ami, si tu réfléchis avec un peu de lucidité aux choses que Je viens de te décrire si brièvement, tu y découvriras sans peine par quelle voie très naturelle l'homme, pour peu qu'il le veuille vraiment, peut trouver Dieu, et avec Lui la vérité éternelle. S'il entre dans cette voie plein d'amour pour Celui qu'il cherche, il Le trouvera, et, quand il L'aura trouvé, Celui qu'il aura trouvé lui fera aussitôt part de Sa volonté.

14. Si l'homme se conforme alors à cette volonté, une lumière toujours plus grande régnera dans son

âme, qui, par amour pour ce Dieu qu'elle aura trouvé et reconnu, s'unira toujours plus avec l'esprit divin.

15. Et quand l'homme en arrive là, il devient lui-même vérité, ayant trouvé la vérité en lui ; tu

comprends donc sans doute maintenant ce qu'est la vérité, comment il faut la chercher et comment on

est assuré de la trouver.

16. Quand tu auras ainsi trouvé la vérité et qu'elle t'aura libéré et purifié, tout ce qui t'entoure deviendra

par là même vérité, pureté et liberté ; car tout est vérité à l'homme véridique, au pur, tout est pur, et tout est liberté à celui qui est libre. Voilà tout ce que tu as besoin de savoir pour le moment. Mais interroge- toi, et dis-Moi si tu as bien compris tout ce que Je viens de t'expliquer. »