Vous êtes sur la page 1sur 16

Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.

-11 1

LʼÎle-Saint-Denis
et le remblai des bras
de Seine
au XIXème siècle

Christophe Rosé
Janvier 2011

Université Paris I
Archéologie Licence 3
Archéogéographie – Sandrine Robert
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 2

Préface

À l’heure où la place de la Libération (ancienne place du Javeau) est en plein


travaux de rénovation et où la rue principale de l’Île-Saint-Denis (la rue
Méchin) est éventrée dans le cadre des travaux de la prolongation de la ligne
1 du Tramway, que les deux ponts qui relient l’île - d’un côté au
département des Hauts-de-Seine et de l’autre à celui de Seine-Saint-Denis -
sont emballés, parés de grues et vidés de leurs briques d’origines pour être
consolidés et accueillir le passages des tramway; j’ai souhaité revenir sur
d’autres travaux. Revenir au XIXème siècle, qui a vu non seulement les
ponts (successifs) être construits mais surtout (et à cette fin) les îles qui
composaient cet « archipel » être reliées les unes aux autres, les bras de
Seine être remblayés et les rus se changer en rues.

Je vis à l’Île-Saint-Denis depuis 16 ans, si mon arrivée fut tout à fait fortuite,
j’y ai construit ma famille et ma vie. Cette « v’île », seule commune fluviale
dont 1/3 de la surface est représentée par « eaux territoriales », a été (et
est toujours aujourd’hui) dépendante de sa géographie.
Au cours des siècles, la vie fut rythmée par l’absence, puis la présence de
ponts. Aujourd’hui encore tout ce qui concerne les ponts provoque des
débats passionnés, que ce soit le projet d’en construire de supplémentaires
ou les travaux sur les ponts existants (problèmes de circulation ou choix de
sa future couleur).
En tant qu’habitant et conseiller municipal, son Histoire et son évolution
m’ont toujours intéressé, c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité étudier les
cartes de l’île et de les confronter à son histoire.
Comme dans chaque ville, je pouvais étudier le parcellaire, ses formes et sa
toponymie (notamment grâce au Cadastre Napoléonien). La forme de
certaines parcelles (courbées) et leurs noms (« Isle le Rey ») évoquent
(sans doute) les anciens contours de l’île.
Le fait même que cette ville soit une île (qui en fut plusieurs) située dans un
méandre de la Seine, dont les contours ont été modifiés au cours des siècles
jusqu'à la canalisation des berges (celles du « continent »), en font un sujet
d’étude intéressant.

Le cadastre Napoléonien de 1811 pose d’autres questions, comme par


exemple, les parcelles regroupées sous l’appellation « Le Saule Fleury » et
situées le long du grand bras de seine (rive concave), alors qu’aujourd’hui le
quai du Saule Fleuri est situé de l’autre côté le long du petit bras de seine
(rive convexe).

J’ai préféré m’intéresser à la formation de l’Île « unique » par le


rattachement des quatre îles d’origine et notamment, lors de la construction
des ponts au XIXème siècle, le remblaiement d’un bras de seine (le bras du
Bocage) et des traces laissés sur le paysage par cette intervention humaine
qui a largement modifié la vie, non seulement des Ilodionysiens mais
également des habitants des villes voisines et de tous ceux qui transitent
par l’Île-Saint-Denis.
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 3

Plan
Introduction

I – Le contexte
A- Historique

B- Géographique

II – Cartes compilées

III – Analyse des cartes compilées


A – Cadastre Napoléonien 1811

B – Carte Lefebvre de 1854

Photographie Aérienne, 2008, Interatlas Orthophoto, IAU IDF


Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 4

Introduction
Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux contextes historiques
et géographiques, rappels des raisons pour lesquelles ces îles ont été
rattachées entre elles au XIXème siècle.

Ensuite, nous présenterons les cartes compilées élaborées à partir de


plusieurs cartes. Nous tenterons de démontrer que le plan viaire actuel de
l’Île-Saint-Denis découle totalement de l’ancienne géographie et surtout
l’hydrographie de l’île.

I – Les contextes
A - Historique
1- Les quatre îles :

L’Île-Saint-Denis est composée jusqu’au XIXème siècle de quatre îles ou


îlots:
- l’île Saint-Denis : L’Isle Saint-Denis jusqu'à la Révolution Française où
elle prit pour quelques années le nom d’île Franciade.

- L’île des Vannes : qui fut rattachée à l’île du Chatelier entre 1840 et
1860, son nom existe encore et désigne la pointe sud de l’île, Saint-Ouen en
a réclamé l’annexion au XIX ème (1827), et achètera des terrains sur
lequels seront construits, en 1968, des installations sportives. Elle est
souvent mentionnée sur les cartes (ou les gravures) comme île-Saint-Ouen
(en opposition avec l’île Saint-Denis).

- l’île du Javeau : le javeau est le nom


que l’on donne à un îlot formé de sable
et de limon, on en trouve du côté
convexe des méandres. Le ru du Javeau
séparant l’île Saint-Denis à l’île du
Javeau est comblé en 1874.

"Le Petit Bras dans l'Ile-Saint-Denis" ;


vu du javeau de la Seine à L'Ile-Saint-Denis;
19e siècle.
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 5

- l’île du Chatelier : rattachée d’abord à l’île des Vannes puis à l’île Saint-
Denis par le remblaiement du bras de Seine, dit du Bocage.

La carte des Chasses du Roi (Feuille 3, levée en 1764, publiée en 1804 :


« l’Île » et non « l’Isle Saint-Denis ») laisse voir d’autres îlots (sans doute
des javeaux) situés dans le petit bras de Seine (convexe) qui disparaitront
(vie du Méandre et canalisation) . Un de ces petits ilots permettra d’installer
le Moulin de Cage (moulin sur pilotis entre l’Ile du Chatelier et Villeneuve).

« Carte des Chasses du Roi », publiée en 1764

2 –Les ponts de l’île-Saint-Denis:

Jusqu'au XIXème siècle, seules les barques permettent de se rendre sur ces
îles. Les « maisons de campagnes » (qui apparaissent dès le XVIIIème
siècles) sont surtout situées en face de Saint Denis et de la Maison de Seine
(Carte des Chasses du roi). Sur le cahier de doléances de la ville (dès 1789),
les Ilodionysiens se plaignent de vivre sur « une isle sans pont dont on ne
peut sortir qu’avec des bateaux ». Cependant cette insularité épargnera les
habitants lors du siège de Saint-Denis par les armées Prussiennes et
Anglaise en 1815 [ilesaintdenis.chez.com].

En 1836, le projet de construire une enceinte à la Vauban autour de Paris


est lancé. Une ceinture reliant la Seine à la Marne est projettée : le chemin
de grande communication n°6, deviendra la nationale 186 (la rue Méchin
actuelle), puis l’autoroute A86 (plus au sud).
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 6

Pour financer la construction de ces deux ponts, une concession de 60 ans


(ces ponts de l’Île-Saint-Denis seront les derniers ponts à péage du
département de la Seine) est attribuée (début 1843) aux frères Seguin. Le
bras du Bocage est remblayé (septembre 1843) sur le trajet entre les deux
ponts suspendus, qui sont inaugurés le 20 août 1844.

Pont Suspendu « Seguin » :


illustration et Carte Postale
(début XIXème)

La Gare de Saint-Denis (à 100 m du pont) est construite en 1846. Dès lors


le transit s’intensifie, jusqu'à 20.000 personnes peuvent passer le pont en
une journée (fête de l’Île en 1846). Voitures à cheval et troupeaux
traversent eux aussi quotidiennement.

Pendant la guerre de 1870, les ponts sont endommagés et des vices de


formes constatés. Dès 1874, le Conseil municipal fait remblayer le ru du
Javeau et commence celui du bras de seine, dit du Bocage (sur l’Atlas du
département de la Seine de 1895 subsiste encore un « appendice » du bras
de seine) et vote, chaque année, une demande de crédits au Conseil Général
de la Seine. Ce dernier fini par voter, en 1901, les crédits pour la
construction de deux nouveaux ponts pouvant résister au passage des
Tramways (ceux du XXème siècle, pas ceux d’aujourd’hui). Ces ponts ont
été inaugurés en 1903.

B- Géographique

L’Île-Saint-Denis est une commune française et Francilienne située dans


l’ouest du département de la Seine-Saint-Denis à la frontière avec les Hauts-
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 7

de-Seine. Ses coordonnées sont : Longitude : 02° 20' 15.8'' E Latitude : 48°
56' 17.0'' N.

Aujourd’hui « une », l’Île Saint-Denis (sans « - » ) est la composante unique


de l’Île-Saint-Denis (la commune). Elle est située dans le département de
Seine-Saint-Denis dans un méandre de la seine. En face sur la rive Concave
(externe) sont situés (du Nord au Sud) : Epinay-sur-Seine-Saint-Denis et
Saint-Ouen). Sur la Rive convexe (interne) sont situés (du Nord au Sud) :
Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne, Gennevilliers et un petit morceau
d’Asnières.

Par définition un méandre de plaine est mobile, les contours et la position de


l’île ont changé au cours des siècles.
Lorsque l’on étudie les cartes anciennes comme celles de Cassini, Trudaine
ou Delagrive et qu’on les appliquent sur une carte contemporaine (comme la
Top 25 IGN 2314OT), l’île y apparaît très déformée, plus convexe. Le site
geoportail (http://www.geoportail.fr/) permet d’afficher la carte de Cassini
et l’IGN en superposé mais le décalage est important (Saint-Denis ou
Gennevilliers ne correspondant pas) et ne permet pas d’établir des
correspondances.

Carte Compilée à partir de la carte IGN et de la carte de Cassini (Géoportail)

L’île-Saint-Denis est une vraie « pile de pont » sur la Seine, en tout 5 tracés
la traversent : 3 tracés routiers (donc 6 ponts), 1 tracé autoroutier qui passe
au dessus de l’île en s’y appuyant : l’A86 et une voie ferrée (l’actuel RER C)
qui elle aussi passe au dessus.
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 8

II – Cartes compilées :
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 9
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 10
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 11

III – Analyse des cartes compilées :

A – Cartes utilisées :

La méthode de fabrication des trois cartes compilées (qui dans un SIG ne


ferait plus qu’une) a été de mettre les quatre cartes utilisées au format
1/10.000ème, de calquer la partie qui nous intéresse sur une carte (en
l’occurrence le bras de Seine et le Ru) et d’appliquer cette carte sur le fond
de carte choisi. La carte obtenue est ensuite scannée dans Photoshop, la
légende y est ensuite apposée.

Le fond de carte des cartes compilées n°1 et n°2 est la carte IGN top 25 -
2314 OT (partie A6) originellement au 1/25000ème et agrandie au
1/10.000ème, son échelle d’origine étant trop petite pour que la compilation
laisse apparaître quoi que ce soit. De nombreuses cartes anciennes où l’Île-
Saint-Denis figure sont disponibles : la carte Delagrive, feuille 8, 1730 ; la
« carte de Cassini » publiée en 1756; l’Atlas de Trudaine (levée entre 1747
et 1776) ; la « carte topographique des environs de Versailles », dite carte
des Chasses du Roi. Feuille n°3, levée en 1764, la carte d’Etat Major
(1818/24) ; la "carte hydrologique du département de la Seine", 1862 ; les
plans directeurs de la région de Paris, feuille XXIII-14 n°2b, 1872-1879.

Pour créer les cartes compilées n°1 et n°2 nous avons choisi de prendre
deux cartes établies au XIXème siècle :

- Le Cadastre Napoléonien (1811), au 1/5.000ème établi avant la


construction de ponts, très proche des cartes des chasses du Roi mais qui
n’a nul besoin d’être redressé. Nous avons gardé comme référence son
échelle. Cette carte de l’Île-Saint-Denis tient sur deux pages , nous avons
utilisé la section A dite du village s.d. qui comporte l’intégralité du Bras du
bocage, l’île Saint-Denis, l’île du Javeau et le ru du Javeau.

- La seconde carte utilisée est plus tardive (1854), issue de l’Atlas communal
du département de la Seine. Arrondissement de Saint-Denis. Canton Saint-
Denis. Commune de l'Ile-Saint-Denis" (au 1/5.000ème). Cette carte à
comme particularité d’être située entre la construction des premiers ponts
(1844) et celle des premiers remblais (1874). On peut donc y voir un réseau
viaire nettement plus développé que celui du Cadastre Napoléonien, les
ponts ayant permis le développement de la commune. Cependant, un doute
subsiste dans la datation de cette carte : un point d’interrogation figure
derrière son inscription (manuscrite et établie au XXème siècle) et l’île des
Vannes (à la pointe Sud de l’île actuelle) n’y figure déjà plus.

Le fond de la carte compilée n°3 est aussi issu de l’Atlas départemental de la


Seine, feuille 13, mais celui de 1895 (au 1/5.000ème). Cette feuille 13 est la
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 12

carte de Saint Denis, l’Île-Saint-Denis N’y apparaît que dans sa partie


centrale (celle qui nous intéresse). Cette carte est très intéressante car elle
suit celle de 1854 (l’atlas de 1869 s’intercale entre les deux) mais le bras de
seine et le ru sont remblayés. L’autre carte qui compose la carte compilée
est l’Atlas communal du département de la Seine de 1854.

B – Remblai du Bras du Bocage et du Ru du Javeau :

Grace à la compilation des cartes, nous pouvons observer que le réseau


viaire actuel de l’Île-Saint-Denis s’assoit exactement sur les bras de seine
remblayés.

1- Le ru et l’île du Javeau :
En premier lieu l’île du Javeau et le ru du Javeau : ce dernier remblayé a été
transformé en rue, elle permet le rattachement entre le chemin du Bocage
(qui existe encore de nos jours) qui longe le bras du Bocage, et la limite de
parcellaire qui court au milieu de l’île Saint-Denis sur toute sa longueur et
qui deviendra une rue (d’abord Bocage puis Arnold Géraux). Suivant le tracé
du ru, une rue part vers la Seine : la Rue Armand et Paul Fumouze (non
nommées sur la carte de 1895).

La partie du Ru, plus large, qui borde la partie Est de l’île du javeau va
devenir une place : place du Javeau (puis place de la Libération).

Le bras de Seine passant (à l’Ouest) entre l’île du Javeau et l’autre petit


javeau devient une rue (prolongement de la rue de l’Abbaye). Elle se
nomme aujourd’hui rue du 19 mars 1962.
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 13

2- Le bras de Seine dit du Bocage :

Ce que nous montre la carte compilée N°3 est que le


remblai du bras de seine dit du Bocage (il côtoie la rue
du Bocage avant de passer sous la rue Méchin) n’a pas
été immédiatement transformé en voie. Si aujourd’hui
(comme nous le voyons sur les cartes N°1 et N°2)
l’Avenue Jean Jaurès suit bel et bien le tracé exact du
bras de seine (isocline et isotope), jusqu’à la rue de
l’Ortebout (Vicinal n°4 sur la carte N°3) en 1895, le
remblai n’est pas occupé (paléochenal).

Nous pouvons voir sur la carte compilée N°3 (et sur la


carte ci-contre [atlas départemental de la seine, 1895])
que le parcellaire s’arrète de chaque côté de la zone de
remblai, les contours sont ceux du bras de Seine.
L’Avenue Jean Jaurès empiètera sur certaines parcelles
en créant quelque unes (le long de la rue du Bocage), la
partie qui longe la rue de l’Ortebout sera également
transformé en parcelles.

Carte Postale datée de 1900 : vue des berges de la seine à St Denis, on peut voir l’île Saint-
Denis et, à gauche de l’église et des quelques habitations, le remblai du bras de seine du
Bocage.
Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 14

Conclusion
La compilation des cartes de différentes périodes du XIXème siècle et leur
comparaison montre que l’Île-Saint-Denis a beaucoup évolué au cours de ce
siècle. De la construction des premiers ponts, en 1844, à celle des Pont
actuels (fin du XIXème) la population est passée de 250 habitants (en 1841)
à 2874 (en 1901). La morphologie même de l’Île-Saint-Denis évolue : les
quatre îles sont réunies et le nom de la commune se confond avec celui de
l’île seul un " - " les différenciant.

Sur ces cartes compilées, nous pouvons lire dans les formes actives de la
ville aujourd’hui (le réseau viaire), les formes transmises et les formes
fossiles : bras de Seine, limite de parcellaire.

Ces cartes montrent combien le bras de seine dit du Bocage, l’île et le ru du


Javeau sont morphogènes et ont transmis au paysage d’aujourd’hui ses
formes d’hier.

Le Pont de l’Île-Saint-Denis, côté St Denis, 2008


Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 15

Cartographie :

- Carte IGN 2314 OT, Paris, Forêt de Meudon et de Fausses reposes, Echelle
1/25.000ème ; 2003.

- Cadastre Napoléonien ; Section A dite du Village S.D. ; Echelle


1/10.000ème ; Tableau d’assemblage 1811.

- Atlas du département de la Seine, feuille 13 ; Echelle 1/5.000ème ; 1895.


Localisation : IGN, Paris. Copyright : © IGN.

- Atlas communal du département de la Seine. Arrondissement de Saint-


Denis. Canton Saint-Denis. Commune de l'Ile-Saint-Denis"; Echelle
1/5.000ème ; 1854 ; Lefebvre. Localisation : IGN, Paris. Copyright : © IGN

- Carte géométrique de la France dite « Carte de Cassini » ; Echelle


1/86400 ; Levée entre 1749 et 1757 pour l’Ile de France ; publiée en 1756

- Carte compilée à partir de la Carte IGN et de la carte de Cassini réalisée


sur le site Géoportail ; Localisation : http://www.geoportail.fr/; Copyright :
© Geoportail.

Bibliographie :

- LEVEAU-FERNANDEZ Madeleine ; L’Ile-Saint-Denis au fil de l’histoire ;


Editions Messidor ; 1987

- Plan Local d’Urbanisme, Rapport de présentation ; Mairie de l’Île-Saint-


Denis; janvier 2008

Sites internet :

- Seine-Saint-Denis Tourisme ; http://www.tourisme93.com/, décembre


2010

- Wikipedia ; http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Île-Saint-Denis, janvier 2011.

- http://ilesaintdenis.chez.com/ , décembre 2010

- Atlas du Patrimoine 93 ; http://www.atlas-patrimoine93.fr/ ; décembre


2010

- Géoportail ; http://www.geoportail.fr/ ; décembre 2010

- IAU IDF ; http://www.iau-idf.fr/ ; décembre 2010

- EHESS carte de Cassini ; http://cassini.ehess.fr/ ; décembre 2010


Christophe Rosé – Archéogéographie L3 – lʼîle-Saint-Denis et le remblai des bras de Seine au XIXème - janv.-11 16

- http://cpailesaintdenis.centerblog.net/ ; janvier 2011

Illustration connues :

- "Le Petit Bras dans l'Ile-Saint-Denis" ; Taiée, A. ; gravure 19e siècle ;


Localisation : Archives départementales de la Seine-Saint-Denis,
Bobigny Cote : 2 Fi Ile-Saint-Denis 2 Copyright : © Département de la
Seine-Saint-Denis

- "Saint-Denis. - Le port et l'Ile", limite 19e siècle 20e siècle ; ca 1900.


Cachet postal du 9 février 1906 : ND Photos ; Localisation : Archives
départementales de Seine-Saint-Denis, Bobigny Cote : 2 Fi Saint-Denis
853 Copyright : © Département de la Seine-Saint-Denis

- "Place du Javeau, Île-Saint-Denis"; EM Photos ; Localisation :


cpailesaintdenis. centerblog.net

- "Rue Armand Fumouze, Île-Saint-Denis"; ND Photos ; Localisation :


cpailesaintdenis. centerblog.net

- "Le Pont de l’Ile-SAint-Denis, côté grand bras", 2008, Copyright :


© :Christophe Rosé

Ce dossier d’Archéogéographie est dédié à Jules Formigé (1876-1960)


Architecte des Ponts de l’île Saint-Denis inauguré en 1904 et archéologue, et
à ma femme et mes enfants qui m’ont soutenu lors de la conception de ce
dossier.