Vous êtes sur la page 1sur 70

Faculté des Sciences et Techniques-

Errachidia

Cours d’électricité

Electrostatique &
Electrocinétique

Dr. BENAMI ABDELLAH http://tiny.cc/benami


Sciences et Ingénierie des Matériaux,
Nanotechnologie, Energie solaire et
Plasmonique
«Celui qui pose une question risque cinq
minutes d'avoir l'air bête, celui qui ne pose
pas de question restera bête toute sa vie»

Ne pas éteindre
data show

‫اﺛﻧﺎن ﻻ ﯾﺗﻌﻠﻣﺎن اﻟﻣﺳﺗﺣﻲ و اﻟﻣﺗﻛﺑر‬


«Deux personnes n'apprennent Parcours
Parcours MIP : Cours
MIP-S2 d’électricité,
: Cours Prof.Prof.
d’électricité, A. Benami
A. Benami
pas: Le timide et l´arrogant»
Qu’est-ce que la Nanotechnologie?
En 1959 Richard Feynman prix Nobel de physique 1965: Intitulée
“IL Y A BEAUCOUP DE PLACE AU FOND”. Cette vision d’avant-
garde s’est concrétisée avec l’apparition des nanotechnologies.
• Nano: est un préfixe grec (très petit) que indique une mesure
pas un objet et signifie une milliardième partie. (placé devant
une unité la divise par le facteur 10-9 )
• Nanotechnologie: Le terme nanotechnologie fut utilisé, la
première fois en 1974, par Norio Tanigushi et popularisé par
Eric Drexler dans les années 80. c’est l’étude, la fabrication, la
conception, la préparation, la caractérisation et l’application
des nanomatériaux ou nanoobjets.
• Nanomatériaux: ce sont des objets dont une ou plusieurs de
leurs dimensions comprises entre 1-100 nm (nanofils, couches
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
minces et les points quantiques).
Plasmonique: une nouvelle discipline en physique qui a été créée en 2000,
elle étudie l'interaction des ondes électromagnétiques avec les nanoparticules
métalliques d’Or, Argent et Cuivre. (Diagnostique et traitement de cancer)
109

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Applications: la nanotechnologie couvre presque tous les
champs que nous pouvons connaître (médicine, électronique,
Echelle
biologie, la construction, textile etc) nanométrique
Méthodes de la Nanotechnologie
 Top down: on part d’un matériau on le
découpe pour réduire le plus possible les
dimensions du composant que l’on veut
fabriquer. (fabrication des milliers d’objet
mais la technique et plus chère et des
limites en descendant vers l’échelle
nanométrique).
 Bottom up: on assemble la matière atome Descendante
Ascendante
par atome pour construire les objets afin
Les deux voies de fabrication de nanomatériaux.
d’obtenir les propriétés désirées.
(fabrication d’une grande quantité des
nanomatériaux se qui implique la réduction
des couts mais il est difficile de contrôler la
morphologie)
Epaisseur d'un cheveu humain est de
50000 nm
Epaisseur d'une feuille de papier
100000 nm Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Plan du cours

Carte créée par EdrawMax Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Quelques références bibliographiques:

 Cours électrostatique et magnétostatique; Jonathan Ferreira.


 Cours de physique de Berkeley, tome 2 : Électricité et magnétisme; Edward M.
Purcell.
 Cours de Physique : Electricité 2; J. Boutigny

Parcours
Parcours MIP-S2
MIP : Cours: d’électricité,
Cours d’électricité, Prof.
Prof. A. Benami
A. Benami
tiny.cc/courS

tiny.cc/phch

tiny.cc/mainfo

tiny.cc/bcgvt

tiny.cc/bibly
Parcours MIP :
Parcours MIP-S2 : Cours d’électricité, Prof. A. Benami Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Chapitre 1 : Electrostatique dans le vide
1-Introduction
Peu de domaine de la physique ont autant modifie le quotidien des
êtres humains comme l’a fait le domaine de l’électricité. Le terme
électricité vient du mot grec «elektron» qui signifie «ambre jaune» qui
est une résine d’arbre fossilisée. Selon l’histoire de la science les
grecs anciens avaient remarqué que l’ambre frotté avec un tissu
attirait la poussière ou des petits objets.
En effet aux alentours de 600 ans avant Jésus Christ,
Thalès de Milet savant et philosophe grec se préoccupa
le premier des phénomènes électriques.
Ce n’est cependant qu’ en 1600 qu’un médecin britannique
William Gilbert observa que d’autre substances ont
les mêmes propriétés d’électrisation que l’ambre.
Il fut le premier à faire la distinction entre attraction magnétique et
électrique, il inventa l’adjectif « électricité» et il construit aussi le
premier électroscope. La première machine électrique fonctionnant
grâce au frottement fut réalisée en 1663 par Otto van Guericke.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
1-1 Qu’ est-ce que l’électricité?

L’électricité est la colonne vertébrale de toutes les industries, de la croissance


économique et de la qualité de vie (le confort), grâce à elle on profite des avancées
technologiques. Pour se rendre compte de la place qu’elle a prise dans notre vie
quotidienne il suffit d’imaginer les conséquences d’une coupure générale d’électricité.
Sans électricité plus de lumière, eau potable, transport public (Train, tramway) feux de
circulation, moyens de communications (Tel, internet, Banque etc), de commerces et
d’usines, des hôpitaux. Sans électricité une ville est paralysée. Peut-on imaginer un
pays développé sans électricité? NON

1-2 Définition :
Lorsque on entend le mot électricité on pense aux ordinateurs aux lumières et aux
moteurs etc.
 L’électricité est une manifestation énergétique due au mouvement des charges
électriques dans la matière (conducteur ou semi-conducteur).

 L’électrostatique est la partie de l’électricité qui traite des phénomènes où des


charges immobiles agissent. Lorsque les charges sont en mouvement, on parle soit
d’électrocinétique ou d’électromagnétisme.
 L’ électron est une quantité d’ électricité invisible et minuscule présente dans toutes
substances.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A.
Benami
Application d’électrostatique
Les applications industrielles de l’électrostatique sont nombreuses a titre d’exemple:
La peinture électrostatique :application d’une différence de potentiel (d.d.p) entre le
Pistolet et corps à peindre permettant de recueillir toutes les gouttes émises avec une
répartition uniforme.
Les filtres électrostatiques servent á séparer de petites particules en suspensión dans
un gaz (particules nocives pour l’environnement)
Accélérateur des particules sert á doper les matériaux et les caractériser par les
techniques nucléaire.
La photocopieuse xérographie.
Les différents moyens de production de l’électricité
Pour produire de l’électricité plusieurs moyens existent. Chacun possède ses avantages et ses
inconvénients. Au Maroc, les centrales hydrauliques et thermiques à flamme assurent l’essentiel
de la production. Les autres moyens de production, à partir des énergies renouvelables, se
développent en utilisant des ressources locales (soleil, vent).
17% de l'électricité consommée au Maroc provient des importations d'Espagne.
Pour réduire la consommation d’électricité et la facture énergétique le Maroc est lancé dans une
révolution verte. En 2020, les énergies renouvelables assureront 42 % de la puissance électrique
Installée.
Trois générations des panneaux solaire:
1er Jonction pn silicium pure
2eme couches minces silicium amorphe.
3eme des couches polycristallines
4eme en utilisant la perovskite et la plasmonique.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Installation Photovoltaïque

solaire-centrale_08.swf

Résumé:
Les quatre étapes de fonctionnement d’une installation PV
1- Arrivé des rayons de soleil sur les panneaux et absorption des photons par les
cellules qui les compose.
2- Création de paires électron-trou, et la production d’ électricité continu par le
transport des électron à travers un conducteur.
3- Transformation du courant continu en courant alternatif à l’ aide d’un onduleur.
4- La consommation ou bien l’utilisation de l’électricité par les appareils, sinon
l’électricité
15:41 produite peut être injecter dans le réseau ou stocker dans les batteries
pour son utilisation postérieur. Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2. Phénomènes d’électrisation par frottement:
Pour mettre en évidence ces phénomènes d’électrisation partons le plus simplement
des expériences suivantes

a- Electrisation á distance:
1ère expérience

Verre

Boule de liège Ou

Ambre
Dans l’expérience schématisée ci-dessus, on approche une baguette de verre ou
d’ambre neutre d’une boule de liège aussi neutre suspendue á un fil. On remarque
que rien ne se passe.
Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A.
Benami
Electrisation á distance:
2ème expérience

Verre

Boule de liège +++++++++

Ou Frottée préalablement

-------------

Ambre

Dans la deuxième expérience schématisée ci-dessus, lorsqu’ on place une baguette de


verre ou d’ambre frottée préalablement (c’est á dire chargée) prés d’une petite boule de
liège neutre suspendue á un fil, on constate que la boule subit une attraction.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Electrisation á distance:
3ème expérience

Verre

Boule de liège +++++++++

Et Frottée
préalablement
-------------

Ambre

Par contre, si on approche de la boule simultanément les deux baguettes, on observe


au lieu d’une attraction plus forte une attraction plus faible ou même pas d’attraction
de tout.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Conclusions:

► A l’aide de la deuxième expérience on conclue que lorsqu’on


frotte le verre et l’ambre avec le morceau de tissu on donne
naissance à un phénomène d’électrisation.
►Ces expériences indiquent que, bien que les deux baguettes
attirent la boule de liège, elle le font par des processus
physique opposés.
► Quand les deux baguettes sont présentes simultanément,
elles se neutralisent, produisant un effet plus petit ou nul.
► Il existe deux types d’électricité de natures opposées l’une
positif et l’autre négatif.
► Cette électricité est capable d’agir à distance.

“La vie est toujours faite d’ évènements positifs et négatifs”


Richard Feynman
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
b-Electrisation par contact:

Verre Verre

++++ ++++ ++ ++

Supposons maintenant qu’on touche les deux boules de lièges avec une baguette de
verre électrisé, les deux boules deviennent également chargées positivement. Si on
rapproche les deux boules, on note qu’elles se repoussent.

Le même résultat se produit si on touche les deux boules avec une baguette d’ambre
électrisé de sorte qu’elles acquièrent un état électrique négatif.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A.


Benami
Verre Ambre

++++ ------ ++ --

- Par contre si on en touche une avec une baguette de verre et l’autre avec une
baguette d’ambre de sorte que l’une soit électrisée +vement et l’autre - vement, on
constate qu’une fois relâchées, les deux boules ont tendance à se rapprochées l’une
de l’autre.
- Lorsque les deux boules entrent en contact, elles se neutralisent et par conséquent
elles retournent à la position d’équilibre sous l’effet de leur poids.
Conclusions :

 On montre, à l’aide de cette même série d’expérience, que cette électricité est
capable, non seulement d’agir à distance mais également de se déplacer d’un
corps à un autre.
 On conclue à l’aide de cette série d’expérience que deux corps portant une
électricité de même nature (soit positive, soit négative) se repoussent, tandis qu’ils
s’attirent s’ils portent des électricités contraires.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
C- Electrisation par influence:
Si on approche un bâton en ambre chargé d’une boule de liège neutre suspendu á un
fil, cette dernière va subir alors une redistribution des charges á sa surface. Une
charge positive se condense sur sa face avant alors que la même quantité de charge
mais de signe opposé se développe sur sa face arrière(elle est polarisée). Cette
redistribution de charge constitue un exemple d’électrisation par influence. Lorsque les
deux entrent en contact les électrons en excès passent sur la boule l’ensemble est
chargé négativement. Enfin une répulsion se produit due á des charges de même
signe.
 On parle de « Polarisation par influence » dont les phénomènes sont bases sur la
propriété selon laquelle les charges de même signe se repoussent et de signe
contraire s’attirent.

Corps neutre: est un corps


qui possède autant de
charge positive que
négative.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami 20


Chat électrostatique

Un chat rempli de polystyrène

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


3. Notion de charge électrique :
Les études expérimentales faites sur la matière à la fin du siècle dernier et au début de
siècle ont poussé leurs auteurs à considérer la matière comme étant constituée de
particules plus ou moins grosses regroupées de façon ordonnée dans des entités
appelées atomes. On peut identifies trois types de particules: les électrons qui forment
un nuage autour de noyau, les protons et les neutrons qui forment le noyau de l’atome.
En 1909 Robert A. Millikan a vérifié expérimentalement pour la
première fois, le fait que la charge électrique Q est quantifiée,
c’est à dire qu’elle ne peut exister que sous forme de multiples
entier d’une charge élémentaire sa valeur est e =1,6x10-19 C :
Q = ±Ne

Les valeurs des charges électriques et des masses des constituants atomiques
dans le Système International sont données dans le tableau suivant:

Electron
Proton
Neutron

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


 Que se passet-il lors du frottement d’un corps sur un autre ?
Réponse : Lorsqu’on frotte par exemple une baguette de verre avec un drap on
arrache des électrons au verre. Le verre devient par conséquent chargé positivement
alors que le tissu, avec son excès d’électron est chargé négativement. Dans le cas de
l’ambre (ou plastique) c’est ce dernier qui gagne des électrons il se charge par
conséquent négativement alors que le tissu se charge positivement (Signalant toutefois
que seul les électrons ont le pouvoir de ce déplacer).

Conclusion: Le frottement d’un corps sur un autre fait apparaitre des charges
électriques négatives sur l’un des corps, et des charges négatives sur l’autre qui
restent en place une fois les corps séparés.

Remarque: Il est important de remarquer que la charge électrique ne peut être ni


créée, ni détruite . Les corps s’électrisent uniquement par transfert d’électrons.
La charge électrique est conservée lors de l’électrisation des corps.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


 Pourquoi une boule métallique frottée n’attire pas les corps légers lorsqu’elle
est tenue á la main?
Réponse : En effet, les électrons en excès de la boule métallique se seraient
répandus, non seulement sur la surface du conducteur, mais aussi à travers le corps
humain qui est un bon conducteur pour rejoindre la terre.

Définition conducteur et isolant:


Un conducteur est un matériau dans lequel des particules chargées peuvent se
déplacer librement (ex: métaux Agent, Or et Cuivre, le corps humain).
Un isolant est une matière qui ne permet pas aux charges de se déplacer (ex: verre,
bois, ébonite, plastique)

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Définition conducteur et isolant:
Il existe deux classes de matériaux qui se distinguent du point de vue de la conductivité
électrique et de transport de la charge électrique: conducteurs et isolants. La densité
des porteurs de charge est élevée dans les conducteurs et pratiquement nulle dans les
isolants. D’un point de vue pratique une autre classification parmi les isolants avec une
densité de charge intermédiaire et qui conduisent de l’électricité à des températures plus
élevées ce sont les semi-conducteurs. Ces derniers sont des matériaux importants pour
la nanotechnologie. Le comportement des matériaux est explique à l’aide de la théorie
des bandes. On distingue trois bandes: la bande de valence, la bande de conduction et
la bande interdite.
Energie de la bande interdite « Gap »:
o Supérieur à 9 eV isolant.
o Inferieur à 2eV Semi-conducteur.
o Pas de gap càd superposition des deux bande
conducteur.

Un conducteur est un matériau dans lequel des particules chargées peuvent se


déplacer librement (ex: métaux Agent, Or et Cuivre, le corps humain).
Un isolant est une matière qui ne permet pas aux charges de se déplacer (ex: verre,
bois, ébonite, plastique) Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
L’électroscope:
Un appareil simple et sensible qu’on utilise pour observer et mesurer l’électrisation d’un
corps. Il existe deux modèles: à feuilles métalliques et à aiguilles métalliques.
Un électroscope à feuilles est constitué d’une tige métallique à sa partie supérieure une
boule également métallique, et à sa partie inferieure sont suspendues deux feuilles d’or
très minces. Les feuilles divergent dés que l’on approche ou on met au contact de la
boule un corps électrisé. L’appareil permet de déceler les électrisations les plus faibles.
Dans un électroscope à aiguilles les feuilles sont remplacées par une aiguille
d’aluminium très légère pivotant sur un axe et surmonté d’un plateau circulaire. Le tout
est isolé du sol par un morceau de plastique (figure ci-contre).
Lorsqu’on approche du plateau un corps chargé, l’aiguille monte. Si on éloigne le corps,
elle redescend.
Si on touche plusieurs fois le plateau avec un corps chargé, l’aiguille monte
progressivement de plus en plus haut.
Le dispositif étant très sensible, si la charge à mesurer est suffisamment forte, le contact
n'est pas alors nécessaire.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


L’électroscope:
Un appareil simple et sensible qu’on utilise pour observer et mesurer l’électrisation d’un
corps. Il existe deux modèles: à feuilles métalliques et à aiguilles métalliques.
Un électroscope à feuilles est constitué d’une tige métallique à sa partie supérieure une
boule également métallique, et à sa partie inferieure sont suspendues deux feuilles d’or
très minces. Les feuilles divergent dés que l’on approche ou on met au contact de la
boule un corps électrisé. L’appareil permet de déceler les électrisations les plus faibles.
Dans un électroscope à aiguilles les feuilles sont remplacées par une aiguille
d’aluminium très légère pivotant sur un axe et surmonté d’un plateau circulaire. Le tout
est isolé du sol par un morceau de plastique (figure ci-dessous).
Lorsqu’on approche du plateau un corps chargé, l’aiguille monte. Si on éloigne le corps,
elle redescend.
Si on touche plusieurs fois le plateau avec un corps chargé, l’aiguille monte
progressivement de plus en plus haut.
Le dispositif étant très sensible, si la charge à mesurer est suffisamment forte, le contact
n'est pas alors nécessaire.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


4. Loi de Coulomb : Force électrostatique :
Le prix Nobel Richard Feynman présente les forces électriques comme des forces
incroyables « Imaginons une force analogue à la gravitation qui varie comme l’inverse
du carré de la distance (c-á-d en 1/r2) mais qui soit environ un milliard de milliard de
milliard de milliard de fois plus intense. Une telle force existe: c’est la force
électrique ».
a- Loi de Coulomb
- Force électrostatique :
Deux charges électriques ponctuelles q1 et q2 immobiles et situées dans le vide a
une distance r l’une de l’autre, exercent entre elles une force électrostatique
radiale (portée par la direction qui joigne les deux charges) directement
proportionnelle au produit de ces charges et inversement proportionnelle au carré
de leur distance. Soit alors son expression:
 q1q2 
F12  k 2 e12
r12
La constante k a pour valeur approximative : k  9, 0  10 9 N  m 2 /C 2
1
On retrouve souvent cette constante k sous la forme : k 
4  0
où ε0, qui représente la constante de permittivité du vide et a pour valeur :

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


0  8,85 1012 C2 /N  m 2
 
F1
-Si F 1/ 2 est la force électrostatique qu’exerce la charge q1 sur la charge q2 alors
est la force électrostatique qu’exerce la charge q2 sur la charge q1 d’où d’après le
principe d’action et de la réaction (Newton) on a :

La force électrostatique est un vecteur dont la direction est celle de la droite 


joignant les charges considérées et dont le sens dépend des signes des charges: F
-Si q1 et q2 sont de même signe, la force électrostatique est répulsive.
-Si q1 et q2 ont des signes opposés, la force électrostatique est attractive.

   
F 2/1 q1 q2 F 1/ 2 q1 F 2/1 F 1/ 2 q2

r12 r12
q1q2 >0 q1q2 <0
Attraction et répulsion de deux charges électriques
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Remarque :

- Une charge est dite ponctuelle lorsque ses dimensions sont négligeables par rapport aux
distances aux quelles on se place pour l’étudier (pour d > 10-12 m).
- La loi de Coulomb ne s’applique qu’à des charges immobiles ou en mouvement
relativement lent (sinon il y’a apparition de force magnétique).
- les forces de gravitation sont en général négligeables devant les forces électrostatiques.
Fe
 4.1042
Fg
b- Principe de superposition :

Si on considère un ensemble de charges ponctuelles, l’interaction de deux charges


quelconques d’entre elles est la même que si ces deux charges étaient seules. Par
conséquent la force électrostatique exercée par un ensemble de ces charges sur
l’une d’entre elles est la somme vectorielle des forces électrostatiques exercées
par chacune de ces chargés. Elle s’exprime comme suit :

 n   1 q.qi 
F res   F i avec
Fi  ui
i 1 4 0 r i
2

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


b- Principe de superposition : 29/9/2011

Si on considère un ensemble de charges ponctuelles, l’interaction de deux charges


quelconques d’entre elles est la même que si ces deux charges étaient seules. Par
conséquent la force électrostatique exercée par un ensemble de ces charges sur
l’une d’entre elles est la somme vectorielle des forces électrostatiques exercées
par chacune de ces chargés. Elle s’exprime comme suit :

 n   1 q.qi 
F res   F i avec
Fi  ui
i 1 4 0 r i
2

Exemple de principe de superposition : Force électrostatique exercée par deux


charges ponctuelles q1, q2 sur une troisième charge q3.

  
F3  F 1/3  F 2/3
Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami
5-champ électrostatique (électrique) et ligne de champ:
a- Définition
Nous avons vu que deux charges ponctuelles q1 et q2 exercent une influence l’une
sue l’autre (loi de Coulomb). La force qui s’exerce sur q2 due à q1 est:
 1 q1q2 
F1/ 2  e
4 0 r12 2 12

Cette expression peut être mise sous une forme un peu différente:
 1 q1 
F1/2  q ( e )
4 0 r12 2 12
2


F1/ 2 1 q1 
Si on divise par la charge q2 l’ équation précédente 
on obtient une e12
q2 4 0 r12 2
nouvelle expression vectorielle qui ne dépend que de la charge q1 et de la distance r
du point M à O. Cette nouvelle fonction vectorielle, définie en tout point sauf au point
O est appelée champ électrostatique crée par la charge q1 au point M de l’espace.
Son expression dans le cas général est donnée par :
 q  1 q 
E (M )  k 2 u  u (V/m)
4 o r
2
r

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami



D’une autre façon la présence d’une charge ponctuelle q au point O modifie
électrostatique
les propriétés de l’ espace et y crée en M un champ  E (M ) .
Si on place une charge Q en M elle subit la force F  Q E ( M )

Le champ électrostatique est porté par la direction joignant la charge et le point


où est calculé ce champ (par ex point M) on dit alors qu’il est radial.

Fig. 5


Le champ est dirigé vers l’ extérieur Fig5. (a) (c-a-d il a le même sens que OM
) si q>0, si q <0 le champ a bien sur le sens contraire (dirige vers la charge)
Fig5. (b).

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


b- Les lignes de champ :

On appelle ligne de champ, les courbes qui sont en tout point tangentes au champ
électrostatique et orientées dans le sens du champ.
Sur la Fig.6 les lignes de champ créées par une charge
Ponctuelle positive.
Pour une charge négative les lignes de champ sont identique
mais orientées dans l’ autre sens.

Figure 6

Dans le cas de deux charge ponctuelles les lignes de champ sont représentées Fig.7

Figure 7

Conclusion: on remarque que les lignes de champ vont toujours de charges positives
vers les charges négatives. Elles ne se coupent jamais.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
C- Champ créé par une distribution de charges:

Considérons maintenant les cas de plusieurs charges ponctuelles fixes qi situées


au points Pi et cherchons l’ expression de champ total exercée par l’ ensemble de
ces charges en un point M de l’ espace (voir Fig. 8).

Figure 8
Pour calculer le champ total on applique le principe de superposition aux champs
électrostatiques. Le champ total E(M) est la somme vectorielle de toute les
contributions dues á chacune des charges au point M. Son expression est:

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


D- Distribution continue de charges:
En pratique l’ expression l’ expression précédente de champ total (sommation) est
rarement utilisable étant donne qu’ on a généralement amenés a considérer des
matériaux constitués d’ un nombre gigantesque de particules. De ce fait nous
sommes ramené à travailler sur des distributions de charges continues.

Considérons le cas général d’un conducteur avec une charge élémentaire dq


située en un point P quelconque de ce conducteur (Fig 9).

Figure 9
Le champ électrostatique total créé en un point M par l’ensemble du conducteur
considéré est donné par :
   1 dq 
ETot ( M )   dE ( M )..avec.dE ( M ) 
4 o r
2
u
étant le champ élémentaire crée par dq
ensemble

centré en P.
Mathématiquement, Il s’agit évidemment d’une approximation, permettant de
remplacer une somme ∑ presque infinie par une intégrale ∫.
Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami
i. Cas de charges distribuées sur une longueur :
On définit dans ce cas une densité linéique de charges donnée par :
dq
  (unité est cm-1)
dl
Le champ électrostatique relatif à une telle distribution s’obtient par intégration
simple sur toute la longueur de la distribution. On obtient alors :
 1  
E (M )  
Longueur
4 o r 2
dlu

ii- Cas de charges distribuées sur un surface :


On définit dans ce cas une densité surfacique de charges donnée par :
dq (unité est cm-2).

dS

Le champ électrostatique relatif à une telle distribution s’obtient par intégration


double sur toute la surface de la distribution. On obtient alors :
 1  
E(M )   4 o r 2
Surface
dSu

iii- Cas de charges distribuées sur un volume :


dq
On définit dans ce cas une densité volumique de charges donnée par :  
(unité est cm-3) d

Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Le champ électrostatique relatif à une telle distribution s’obtient par intégration triple
sur tout le volume de la distribution. On obtient alors :

 1  
E (M )  
volume
4 o r 2
dvu

E- Propriétés de symétrie du champ électrostatique


Principe de Curie : « Si les causes d'un phénomène possèdent des éléments de
symétrie ou d’invariance, alors ces éléments de symétries se retrouvent dans les
effets qu’elles causent »

Les propriétés de symétries et d’invariance d’un système sont fondamentales car


leur connaissance permet de simplifier considérablement le calcul du champ
électrostatique.
a-Plan de symétrie et d’antisymétrie d’un système
Considérons une distribution de charges quelconque, un plan π et un point M de la
distribution de charges.
Soit un point M et son symétrique M’ par rapport au plan π auxquels on associe
respectivement les charge q et q’.
- Π est un plan de symétrie pour la distribution de charges si pour tout couple de
points symétriques (M,M’), on a .
-π est un plan d'antisymétrie pour la distribution de charges si, pour tout couple de
points symétriques (M,M’), on a .
Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Dans une espace homogène et isotrope, si l’on fait subir une transformation
géométrique à un système physique (ex : ensemble de particules, distribution de
charges) susceptible de créer certains effets (forces, champs), alors ces effets
subissent les mêmes transformations.
Si un système physique S possède un certain degré de symétrie, on pourra alors
déduire les effets créés par ce système en un point à partir des effets en un autre
point.
b-Transformations géométriques d’un vecteur
Lors d’une transformation géométrique d’un vecteur quelconque, celui-ci est transformé en
son symétrique.

Soit A′(M′) le vecteur obtenu par symétrie par rapport à un plan S à partir de A(M).
D’après la figure ci-dessus, on voit que
1. A′(M′) = A(M) si A(M) est engendré par les mêmes vecteurs de base que S ;
2. A′(M′) = −A(M) si A(M) est perpendiculaire à S.
Ces deux règles de transformation vont nous permettre de déterminer des règles de
symétrie
utiles. Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami
C-Règles de symétrie

- Lorsqu’un système de charge possède un ou plusieurs plans de symétrie


alors le champ électrostatique crée par ce système est porté par ce plan ou
par l’intersection des plans de symétrie.

- Lorsqu’un système de charge possède un plan de antisymétrie alors le


champ électrostatique crée par ce système est perpendiculaire à ce plan de
antisymétrie.

- Lorsqu’un système de charge possède un axe de symétrie alors le champ


électrostatique crée par ce système est porté par cet axe de symétrie.

- Lorsqu’un système de charge possède un centre de symétrie alors le champ


électrostatique crée par ce système est nul en ce centre de symétrie.

- Lorsqu’un système de charge est invariant pour toute translation ou


rotation par rapport à un axe alors le champ électrostatique crée par ce
système ne dépend pas de cet axe.

Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami


A retenir
Méthodes de calcul du Champ Électrostatique

On peut distinguer trois méthodes

BENAMI
Parcours MIP-S2 : Cours
Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami d’électricité, Prof. A. Benami
Parcours MIP: Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2-Électrocinétique

Particules chargées fixes Électrostatique.


Particules chargées en mouvement
Électrocinétique.

Dans cette partie (électrocinétique) on définit les


notions fondamentales comme le courant, la tension
et les lois générales de l’électricité dans le cadre de
régime permanent (quasi-stationnaire).
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2-Électrocinétique
2.1- Le courant électrique et ses caractéristiques
a)-Notion de courant électrique:
On appelle courant électrique tout déplacement ordonné
de charges électriques dans un conducteur.
b)- Sens conventionnel du courant
Par convention le sens du courant est le sens suivant
lequel se déplacent les charges positives (sens oppose
au déplacement des électrons) c’ est á dire le sens des
potentiels décroissants.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


c)- Régime permanent, courant continue
Soient A et B deux conducteurs reliés par un fil métallique.

A B

VA VB
Lorsque la déférence de potentiel (ddp) VA-VB est permanente
(ne change pas avec le temps) ceci entraine un écoulement
permanent de charges á travers le fil de liaison cet écoulement
permanent est appelé « Courant Continu CC ou DC » on dit que
on a un régime permanent.
d)- Intensité et densité de courant
Intensité I: Soit dq la quantité d’électricité qui pendant un temps dt
travers une surface S dans un sens donné. On appelle intensité du
courant la grandeur:
Unité Ampère (noté A)
I représente la charge qui traverse S par unité de temps.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A.
Dans le cas de régime permanent Q=It. Benami
Densité de courant: soit un conducteur dans lequel se déplace un ensemble
de porteur de charge ayant une vitesse . Soit dS un élément de surface du
conducteur d’orientation quelconque. Le nombre moyenne de charge par unité
de temps qui traverse dS est:
avec dq = ρ dv
Et ρ = n q
ρ: densité de charge par unité de volume
dv: élément de volume.
n: nombre de porteurs de charge par unité de volume
q: la charge d’un porteur

Or d’oú

Ou est la densité de courant (A/m2)

Le courant qui traverse une section (S) du conducteur est donc:

L’intensité á travers une surface (S) est le flux du vecteur densité de courant á
travers S. Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2.2- Loi d’Ohm, Résistance
2.2.1-Loi d’Ohm locale
Dans les conducteurs, le champ électrostatique
responsable du mouvement des charges est lié á la densité de courant par la
loi d’ohm locale:

Où le coefficient de proportionnalité σ est appelé la conductivité du milieu, son


inverse est la résistivité . σ dépend du conducteur et de la température
elle s’exprime en Ω-1m-1
2.2.2- Résistance
Considérons maintenant un élément d’un conducteur filiforme de section S et
de longueur L parcouru par un courant I, on définit sa résistance par:

la résistivité du conducteur, R résistance en ohm (Ω). L’ inverse de la


résistance est la conductance . La différence de potentiel U=VA-VB aux bornes
d’une résistance R est liée au courant I par la loi d’ohm:
Enoncé de la loi d’Ohm: A température constante, le rapport de la différence de
potentiel U entre les extrémités d’un conducteur par l’intensité du courant électrique I
est constant. Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
• Associations de résistances
a-Résistance en série
Considérons deux conducteurs ohmiques de résistance
R1 et R2 montés en série dans un circuit électrique
parcouru par un courant d’intensité I.

On a:
VA – VB = R1I+R2I= (R1+R2)I
Résistance équivalente: R= R1+R2
Dans le cas de n résistances en série la résistance
équivalente s’écrit:

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


b- Résistance en parallèle
Considérons les deux résistances montées en parallèle, ils
seront soumis á la même différence de potentiel. On a
VA – VB = R1I1 = R2I2
Si R est la résistance équivalente du conducteur on a aussi:
VA – VB = RI= R(I1+I2)
Par conséquent: :

D’où :
Dans le cas de n résistances montées en parallèle la
résistance équivalente s’écrit:

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


2.2.3- Dissipation d’énergie au passage d’un courant: Loi de
joule.
Pour déplacer une charge q dans un champ électrostatique
avec une vitesse dans l’ intervalle de temps dt il faut
fournir l’énergie:

La puissance pour une charge

Or

Et pendant un intervalle de temps τ la vitesse

Donc la puissance
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Soit n le nombre de charge mobile par unité de volume. Le
nombre totale de charges mobiles dans un élément d’un
conducteur de longueur L et de section S est: n L S
I

S S
VA VB

L
Et la puissance pour plusieurs charges
Nombre
de charges

car avec

donc: la loi de Joule (P en watt)


C’est l’énergie dépensée dans une résistance.
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2.2.4- Générateurs - Récepteurs
a- Générateurs: est un dispositif qui transforme une énergie
quelconque en énergie électrique.
Le générateur impose une dpp au bornes d’un circuit. On appelle
cette dpp la force électromotrice (fem) du générateur.
le sens de I E E
+ -
A B A - + B
VA – VB = E VA – VB = -E

b- Récepteurs: Un récepteur électrique est un dispositif qui


consomme de l’énergie sous deux formes: L’une par effet Joule
l’autre sous forme mécanique, chimique optique etc…
Un récepteur peut être un moteur électrique et pour que le
récepteur puisse fonctionner le circuit doit imposer á ses bornes
une dpp on appelle cette dpp force contre électromotrice (fcem)
du récepteur
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Ce type de récepteur est dit polarisable car la borne + est
toujours la borne d’ entrée du courant.
e e
+ - - +
A B A B
I I
VA – VB = -e
VA – VB = e
c- Résistance interne d’un générateur ou d’un récepteur.
Si un générateur (ou récepteur) possède une résistance interne
on traitera le problème en incorporant en série avec l’ appareil
la dite résistance.
E,r E r
Exemple: + - + -
B
A B A
I I
VA – VB = E- rI, E = VA – VB +rI

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


2.2.5- Loi d’Ohm généralisée- Loi de Pouillet
Soit AB un élément d’un conducteur, le courant entre par A
e,r
est sort par B
E,r -
A R B +
A B
A B
I I
I
VA – VB =RI VA – VB = rI- E VA – VB = rI + e
On peut regrouper les trois relations en une algébrique unique: désignons
par E aussi bien la fem d’un générateur que la fcem d’un récepteur, E est
algébrique E>0 pour un générateur et E<0 pour un récepteur. R désigne
la résistance totale de l’élément AB. On a alors dans tous les cas:
VA – VB =RI - E
Dans le cas de plusieurs appareils en série on peut écrire:
V –V = −
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A.
Benami

∑R: Somme sur toutes les résistances entre A et B


∑E: la somme des fem (positives) et des fcem (négatives).
Cas particulier point A est relié au point B on a VA-VB=0 et ∑RI=∑E
2.3- Etudes des réseaux de conducteurs
2.3.1- Définitions
a- Réseau électrique: on appelle réseau un circuit électrique
constitué d’un ensemble d’ appareils (générateurs, récepteurs ,
résistances, transistors) reliés entre eux par des conducteur
filiforme.
b- Dipôle: c’est un élément électrique capable ou non de
fournir de l’énergie, communiquant avec l’extérieur
seulement par deux bornes.
c- Nœud: un nœud est un point de jonction (connexion) d’où
moins trois conducteurs

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


d- Branche: une branche est une portion de circuit limitée
par deux nœud qui en sont les extrémités.
e- Maille: on appelle maille toute boucle fermée de
branches.
Exemple:

Réseaux électrique

Nœud: les points A, B, N, P, O


Branche: Joignant deux nœuds AB, BN, PO, PM
Maille: BNPMB (4 branches), ABMA (3 branches)
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2.3.2- Lois de Kirchhoff
a- Loi des nœuds
La somme des intensités des courants qui convergents
vers un nœud est égal á la somme des intensités des
courants qui en partent.
∑ Ientrant =∑ Isortant
Exemple:

i1 + i5 = i2 +i3 +i4 +i6

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


b- Loi des mailles
La somme des différence de potentiel (ddp) aux bornes des
différents appareils rencontrés lorsqu’on parcourant une maille
dans le sens choisi est nulle.
Soit une maille ABCD d’un réseaux quelconque. La loi de maille
permet d’ écrire:
(VA –VB)+(VB –VC)+(VC –VD)+(VD –VA)= VA – VA = 0
Dans le cas d’une maille contenant des générateurs de récepteurs
et des résistances on peut écrire: ∑RI=∑E
Avec les conventions de signes suivantes:
1. on adapte d’une façon arbitraire un sens de parcours sur la
maille
2. les intensités sont prises avec signe + pour les courant qui
circulent dans le sens de parcours et avec – dans le cas
contraire.
3. les fem et les fcem sont affectées du signe du pole rencontré
le dernier dans le sens de parcours. Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
Exemple:

I1=I3=-I2=-I4

E4 – R4I4 – E1 + R1I1 + E2 – R2I2 – E3 + R3I3 = 0


Si on avait choisi l’ autre sens comme sens positif de
parcours on obtient: Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami

-E4 + R4I4 + E1 - R1I1 - E2 + R2I2 + E3 - R3I3 = 0


2.3.3- Théorème de Thèvenin
Soit un réseau constitué de générateur et de résistances et
soit E = VA –VB la ddp entres deux points A et B du réseau.
Introduisons entre A et B une résistance r. le théorème de
Thevenin permet de calculer l’ intensité I qui circule á
travers cette résistance r.
Théorème: Lorsqu’on branche une résistance supplémentaire
r entre deux point A et B d’ un réseau, l’ intensité du courant
passant par r est égale á celle de débitée dans r par un
générateur de fem E, égale á la ddp existant primitivement
entre A et B et de résistance interne égale á celle du réseau
primitif entre A et B. Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof.
A. Benami

A I? - + A
Eth = VA – VB en absence
Générateur + r Eth de I (circuit ouvert)
I r
résistance Req I Req résistance équivalente
B du circuit sans r
B
Exemple: Méthode de calcul, Calculer I2?

Avec I’= -I2


Ce circuit est équivalent à:

Théorème de Thévnin
Calcul de Eth Eth= VA-VB quand I2=0 càd circuit ouvert
Eth=(VA-Vc)+(VC-VB)= -E2+R3i
E2−E1 E2−E1
Or –R1i-E1-R3i+E2=0 E2-E1=(R1+R3)i
( )
R1+R3 et R1+R3
R1+R3
Donc
R2+Req Calcul de Req on court circuits les générateurs

RR
Req=R1//R3=R 1+R3
1 3
Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2.3.4- Théorème de Norton (moins utilisé que celui de Thevn
Tout réseau linéaire actif placé entre A et B peut être remplacé
par une source de courant débitant l’intensité IN en parallèle
avec une résistance RN.
Exemple:

Le courant IN est le courant obtenu en court-circuitant la


résistance R2.
La résistance RN est obtenue en passivant la source de tension
E. Il suffit de remplacer la source E par un court-circuit.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


• Dualité Thévnin-Norton
Les schémas de Thévenin et de Norton sont des schémas
équivalents, les deux dipôles présentent :
• la même tension à vide,
• le même courant de court-circuit,
• la même résistance interne

Rth = RN et Eth = RthIth = RthIN


Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2.3.5- Théorème de Millman
Il permet de calculer la différence de potentiel entre un nœud et le nœud de
référence de potentiel.
Exemple: calcul du potentiel V0 sur le circuit

Utilisant les équations aux bronches qui sont (la loi d’ohm):
V1 - V0 = R1.i1 et V2 - V0 = R2.i2 et en fin V3 - V0 = R3.i3
i1 =( V1-V0 ) / R1 et i2 =( V2-V0 ) / R2 et i3 =( V3-V0 ) / R3
D’après la loi des nœuds on a: i1+i2 +i3 = 0
i1+i2+i3 = ( V1-V0 )/R1+( V2-V0 )/R2 +( V3-V0 )/R3= 0
En mettant V0 en facteur on obtient:

On arrive à la relation: en général

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


2.3.6- Transformation triangle étoile: Théorème de Kennelly
Soit le triangle ABC on montre qu’il est équivalente á
l’étoile ABC (Valable pour circuit de résistance)

Montrer que:

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


2.3.7- Méthode des courants de Maxwell ou courants de maille
Cette méthode consiste a faire un changement de variables, ce
qui permet parfois de simplifier la résolution des équations de
Kirchhoff. Pour cela on fait les étapes suivantes:
- On suppose que les mailles constituent des circuits
indépendants parcourus par des courants fictifs qu’on
appelle courants de mailles.
- On écrit que les courants réels Ik sont les sommes
algébriques des courants de mailles
- On écrit les équations aux mailles en remplaçant les
courants réels Ik en fonction des courants fictifs.
Ceci nous donne un système d’équations dont les inconnus
sont les courants fictifs.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Exemple: I3?
Les courants de Maxwell i1 et i2 sont liés aux courants réels I1, I2 et I3
par les relations:
i1 = I1 (Branche fab)
i1 – i2 = I3 (Branche be)
i2 =I2 (Branche bcd)

Équations des mailles:


Maille fabef: E1=R1i1+R3(i1-i2)= (R1+R3)i1-R3i2 (1)
Maille bcdeb: -E2 = R3(i2-i1) + R2i2 = -R3i1+ (R2+R3)i2 (2)
On peut écrire les équations (1) et (2) sous forme matricielle

Application numérique (AN): R1=5Ω, R2=2Ω, R3=10Ω, E1=20V et


E2=8V.
i1= 2A, i2= 1A et I3=1A Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami
2.2.8- Théorème de superposition
Enfin, mentionnons une dernière méthode permettant de
résoudre les circuits basée également sur les lois de
Kirchhoff.
Ce théorème est une conséquence du caractère linéaire en I et
V des équations de Kirchhoff.
D’ après ce théorème le courant circulant dans une branche
quelconque de circuit est égal á la somme algébrique des
courants qui seraient produits dans cette branche par chacune
des sources agissant seule, les autres sources étant remplacées
par des court-circuits (résistance interne).
Même théorème concernant la somme algébrique des tensions
en un point de circuit.

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Exemple:
Soit le circuit électrique ci-contre,
on se propose de déterminer le courant I

On peut alors imaginer deux circuits indépendants tel que :


I1 correspond au courant qui circule dans un circuit (1),
I2 correspond au courant qui circule dans un circuit (2),

I=I1-I2

Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami


Parcours MIP : Cours d’électricité, Prof. A. Benami