Vous êtes sur la page 1sur 2

Revue de l'histoire des religions

Salo W. Baron. A Social and religious history of the Jews


Georges Vajda

Citer ce document / Cite this document :

Vajda Georges. Salo W. Baron. A Social and religious history of the Jews. In: Revue de l'histoire des religions, tome 159, n°1,
1961. p. 110;

https://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1961_num_159_1_7614

Fichier pdf généré le 11/04/2018


110 REVUE DE. L'HISTOIRE DES RELIGIONS

peuvent rester indifférents. Les relations entre l'islam et la chrétienté


(j'entends, par: là, les pays dits chrétiens) sont assez critiques pour
qu'on ne fasse pas un très bon accueil à un livre tel que celui-ci. Il
marque une date dans l'histoire de ces relations. Ne soyons pas trop
pessimistes : ne disons pas qu'il inaugure un dialogue; il l'engage, en
tous les cas, plus avant..
Jean-Paul Roux.

Salo W. В ARott. — A Social and Religous History, of the Jews.


Index to Volumes I-VIII, New York, Columbia University Press, I960,
in-8°, xi + 163 p. — Nous avons rendu compte ici des huit volumes
parus du monumental ouvrage de. M. Baron (voir RHR, CL, 1956,
p. 122; CLII, 1957, p.. 94-100; CLIV, 1958, p. 239; CLVII,.196O,
p. 247-250). L'index se compose d'une table chronologique, un peu
sommaire (rien pour Qumràn, Qirqisâni, Samuel ben Hofni, Joseph
:

al-Basïr, Bahya ■- Ibn Paquda, Joseph Ibn Çaddiq), . index combiné


des noms et des matières. P. x, lire Solomon b. Yehudah Ibn Gabirol.
G. Vajda.

Erwin I. J. .Rosenthal. — Griechisches Erbe in der jiidischen


Religionsphilosophie des; Mittelalters (Franz с Delitsch-Vorlesun-
gen, 1957), Stuttgart, W. Kohlhammer[1960], in-8°de 110 p. —
Ainsi que l'indique l'absence de l'article défini dans le titre du livre,
M. Rosenthal; n'a voulu étudier. qu'une des parties composantes de
l'héritage hellénique dans la théologie juive du : Moyen Age.
Dans ses travaux antérieurs, dont nous avons présenté ici-même
les deux principaux, l'auteur s'est particulièrement intéressé à
l'acclimatation des doctrines politiques de la philosophie grecque en
philosophie arabe et judéo-arabe. L'islam et le: judaïsme sont, en une
large mesure, des législations révélées. Il n'est donc pas étonnant que
la; réflexion rationnelle, exercée dans leurs cadres respectifs, ait
.

accueilli avec compréhension l'idée grecque d'une législation propre à


assurer le bonheur tout au moins temporel et la perfection morale au.
sein de la société humaine qui y serait soumise. Certes, des différences
radicales demeurent : la: loi religieuse est issue de la volonté d'un
Dieu personnel ignoré par la philosophie en tant que telle ; d'autre
part, les sanctions que cette loi comporte se situent en une dimension
ontologique dont les conceptions philosophiques de l'univers n'offrent
pas non plus un équivalent authentique. Malgré ces différences que
M. Rosenthal ne manque pas de mettre en lumière, bien des thèmes
constamment repris dans la pensée grecque depuis Platon étaient de
nature à féconder la réflexion du penseur monothéiste que les
circonstances historiques appelèrent à, confronter l'hellénisme avec sa
propre tradition religieuse. Ce fut notamment le cas des spéculations
de la philosophie grecque sur la loi et les formes d'organisation
politico-sociales, le rôle du législateur-philosophe et l'illumination
.