Vous êtes sur la page 1sur 20

Travaux pratiques matériaux de

construction
Fakher HAMROUNI

Institut Privé Polytechnique Des Sciences Avancées De Sfax (IPSAS)


Année Universitaire 2019 – 2020
Sommaire :

I. Introduction 3
II. Masse volumique : Méthode de l’éprouvette graduée 4
III. Détermination de l’équivalent de sable 5
IV. Analyse granulométrique 9
V. Essai d’usure : Micro-Deval 13
VI. Essai de résistance à l’abrasion : Los Angeles 16

IPSAS 2019 – 2020 2


I. Introduction

Les Travaux Pratiques de Matériaux de Construction est une des disciplines essentielles dans
la formation d’ingénieurs en Génie Civil. En effet, ce TP s'adresse en priorité aux étudiants de
première année. Ce document présente la description de quelques travaux pratiques des
matériaux de construction utilisés dans le domaine de génie civil. Le point a été fait sur la
réalité tunisienne avec l’analyse des caractéristiques des granulats dans deux grands domaines
du génie civil : les structures du bâtiment et les travaux publics avec leur prolongement
d’ouvrages d’art et infrastructures routières.
Ce document s’articule autour des manipulations, touchant principalement les différentes
caractéristiques des granulats :
- Masse volumique : Méthode de l’éprouvette graduée
- Détermination de l’équivalent de sable
- Analyse granulométrique
- Essai d’usure : Micro-Deval
- Essai de résistance à l’abrasion : Los Angeles

Ce document que j’espère enrichir la bibliothèque de l’IPSAS ; est utile pour les élèves
ingénieurs en génie civil des Ecoles Nationales d’Ingénieurs pour remettre en mémoire
quelques notions d’identifications et de contrôle, élémentaires et indispensables dans le
domaine de matériaux de construction.

IPSAS 2019 – 2020 3


II. Masse volumique : Méthode de l’éprouvette
graduée
1. OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION

Déterminer la masse volumique apparente et absolue d’un échantillon de sable et de gravier et


comparer les résultats obtenus par rapport aux valeurs théoriques.

2. DOCUMENT DE REFERENCE : NF EN 1097-6


3. FREQUENCE  :
4. MATERIEL :

 Eprouvette graduée
 Balance

5. DEFINITIONS :

 Masse volumique apparente = ρapp : est la masse de l’unité de volume apparent du corps
c’est à dire le volume constitué par la matière en tenir compte de vide qu’elle contient.
 Masse volumique absolue = ρabs : est la masse de l’unité de volume absolu du corps, c’est
à dire de la matière qui constitué le corps sans tenir compte du volume des vides.

6. MODE OPERATOIRE

6.1. MASSE VOLUMIQUE APPARENTE

a) Verser dans le récipient les granulats secs par couches successives et sans tassement et
déterminer le volume V.
b) Peser le récipient rempli et déterminer M.
c) Calculer alors la masse volumique apparente : ρapp = M/V.
d) Refaire la mesure trois fois.

6.2. MASSE VOLUMIQUE ABSOLUE

a) Remplir une éprouvette graduée avec un volume V1 d'eau.


b) Prélever une masse de matériaux (sable et gravier) M (environ 300 gr) et l’introduire dans
l'éprouvette en prenant soin d'éliminer toutes les bulles d'air.
c) Le liquide monte dans l'éprouvette. Lire le nouveau volume V2.
d) Le volume se lit en bas du ménisque formé par l'eau
e) La masse volumique est alors

IPSAS 2019 – 2020 4


f) Refaire l’essai trois fois

III. Détermination de l’équivalent de sable

Essai de l’équivalent de sable selon la norme NF EN 933-8


1. Domaine d’application  :

La présente norme européenne spécifie une méthode de détermination de l’équivalent de sable


dans la fraction 0/2 mm des sables et graviers. Elle s’applique également aux agrégats
naturels.
2. Définitions utiles :

Pour plus de précision on a besoin des définitions suivantes :


- Echantillon de laboratoire : échantillon destiné aux essais en laboratoire.
- Prise d’essai : échantillon utilisé intégralement pour un essai.
- Eprouvette : quand une méthode d’essai nécessite plus d’une mesure de la propriété,
échantillon utilisé pour une mesure.
- Fines : fractions granulométriques qui passe au tamis de 0,063 mm.
- Granulat élémentaire : partie d’un granulat passant à travers le plus grand de deux tamis et
retenue par le plus petit : la limite inférieure peut être zéro.
3. Principe :
Il s’agit de verser une prise d’essai de sable et une petite quantité de solution floculante dans
un cylindre graduée et agiter de façon à détacher les revêtements argileux des particules de
sable de la prise d’essai. Puis il faut irriguer le sable avec le reste de la solution floculante afin
de faire remonter les particules de fines en suspension au-dessus de sable. Après 20 minutes,
calculer l’équivalent de sable (sand équivalent) comme la hauteur de sédiments, exprimé en
pourcentage de la hauteur totale de matériaux floculé dans le cylindre.
4. Réactifs :
a) Solution concentrée  :

IPSAS 2019 – 2020 5


C’est une solution concentrée, composée des éléments suivants :
- Chlorure de calcium cristallin, CaCl2.6H2O ou chlorure de calcium anhydre CaCl2.
- Glycérine à 99 ٪ de glycérol, de qualité de réactif pour laboratoire.
- Formaldéhyde en solution, 40 ٪ de volume, de qualité de réactif pour laboratoire.
- Eau distillé ou déminéralisée.
Il faut dissoudre 219± 2 g de chlorure de calcium cristallin dans 350 ± 50 ml d’eau distillée ou
déminéralisée, laisser refroidir à la température ambiante et si nécessaire, filtrer à l’aide d’un
papier à filtrer à grosses ou moyennes mailles. Ajouter 480 ± 5 g de glycérine et 12,5 ± 0,5 g
de formaldéhyde en solution et diluer à 1l de solution avec de l’eau distillée ou déminéralisée.
Mélanger vigoureusement.
NB  : 219 g de CaCl2.6H2O est équivalent à 111 g de chlorure de calcium anhydre CaCl2.
NB  : Il est recommandé de stocker la solution concentrée à l’abri de la lumiere dans des
flacons en verre ou en plastique contenant 125 ± 1ml.
b) Solution lavante :
Elle est préparée en diluant 125 ± 1ml de la solution concentrée à 5 ± 0,01l de l’eau distillée
ou déminéralisée.
NB  : Lors de la préparation de la solution lavante, il convient tout d’abord d’agiter
vigoureusement la solution concentrée puis de rincer le récipient qui la contenait à plusieurs
reprises avec de l’eau distillée ou déminéralisée. En versant l’eau de rinçage dans le flacon de
5l avant de diluer le contenu de ce dernier à 5l.
NB  : La solution lavante ne doit pas être utilisée plus de 28 jours après sa préparation ou si
elle est trouble ou si un précipité ou de la moisissure apparaissent.
5- Appareillage :
 Deux cylindres gradués en verre ou en plastique transparent munis d’un bouchon en
caoutchouc et ayant les dimensions suivantes :

- épaisseur de paroi d’environ 3mm.


- diamètre intérieur de 32 ± 0,5 mm.
- hauteur de 430 ± 0,25mm.
Les deux positions suivantes doivent être clairement indiqués sur le cylindre :
- à 100 ± 0,25mm de base.
- à 380 ± 0,25mm de base.
La figure suivante présente mieux le cylindre déjà décrit :

IPSAS 2019 – 2020 6


6- Préparation des échantillons pour essai
a) Prélever entre 3 et 5 kg du stock de sable par quartage dans un état légèrement humide
pour ne pas perdre de fine.
b) En cas d’un sable mouillé sécher l’échantillon à l’air libre jusqu’à l’obtention d’une
teneur en eau entre 1 et 2 %.
c) Tamiser l’échantillon sur un tamis de 2 mm et recueillir toutes les particules dans la
fraction de 0/2 mm dans un récipient.
d) Prendre deux échantillons chacun de 120g de la fraction de 0/2 mm.

7 - Exécution de l’essai
e) Remplir l’éprouvette de solution lavante jusqu’au premier repère de 100 mm.
f) Verser la première prise d’essai à l’aide d’un entonnoir progressivement dans
l’éprouvette et frapper fortement à plusieurs reprises la base de l’éprouvette à la paume
de la main.
g) Laisser reposer 10 min±1min.
h) Boucher l’éprouvette à l’aide d’un bouchon de caoutchouc et l’agiter par 90 cycles de
20 cm de courses horizontales pendant 30 secondes à l’aide de la machine d’agitation.
i) Retirer le bouchon en caoutchouc le rincer par la solution lavante à l’aide du tube
laveur au-dessus de l’éprouvette, rincer les parois de l’éprouvette puis enfoncer le tube
jusqu’au fond de l’éprouvette.
j) Soumettre l’éprouvette à un lent mouvement de rotation, remonter lentement et
régulièrement le tube laveur. Lorsque le niveau du liquide atteint le trait repère
supérieur, remonter le tube laveur de façon à maintenir le liquide au niveau du trait
repère supérieur.
k) Arrêter l’écoulement dès la sortie du tube laveur.

IPSAS 2019 – 2020 7


l) Laisser reposer pendant 20 min±15 secondes.
m) Mesurer à l’aide du réglet la hauteur h1 du niveau supérieur du floculat par rapport au
fond de l’éprouvette.
n) Descendre doucement le piston dans l’éprouvette jusqu’à ce qu’il repose sur le
sédiment. Pendant cette opération le manchon coulissant prend appui sur l’éprouvette.
o) Bloquer le manchon coulissant sur la tige du piston
p) Introduire le réglet dans l’encoche du manchon, amener le zéro contre la face inférieure
de la tête du piston.
q) Lire la hauteur h2 du sédiment au niveau de la face supérieure du manchon.
r) Recommencer ces opérations avec le deuxième échantillon.

8- Calcul et expression des résultats


L’équivalent de sable SE exprimé en % est donné par la formule :
SE = (h2/h1) x100

IPSAS 2019 – 2020 8


Le résultat final est donné par la moyenne des deux valeurs obtenues par les deux
échantillons.

Equiv. Sable Nature et qualité du sable


Sable argileux : risque de retrait ou de gonflement. Sable à rejeter pour des
ES < 60%
bétons de qualité.
Sable légèrement argileux de propreté admissible pour les bétons de
60% ≤ ES < 70% qualité courante quand le retrait n’a pas de conséquence notable sur la
qualité du béton.
Sable propre à faible proportion de fines argileuses convenant parfaitement
70% ≤ ES < 80%
pour les bétons de haute qualité.
Sable très propre. L’absence presque totale de fines argileuses risque
ES ≥ 80% d’entraîner un défaut de plasticité du béton qu’il faudra compenser par une
augmentation du dosage en eau.

IV. Analyse granulométrique


1- But de l’essai :

IPSAS 2019 – 2020 9


Cet essai permet de déterminer la distribution dimensionnelle des grains ainsi que la teneur en
fine des granulats.
2- Références normatives :

NT 21. 30 (EN 12620) et NT 21.192 (EN 933-1).


3- Domaine D’application :

Cet essai s'applique aux granulats d'origine naturelle ou artificielle, y compris aux granulats
légers, allant jusqu'à une dimension nominale de 63 mm, mais à l'exclusion des fillers.
4- Principe de l’essai :

L'essai consiste à séparer, au moyen d'une série de tamis, un matériau en plusieurs classes
granulaires de dimensions décroissantes.
5- Déroulement de l’essai :

a. Principaux équipements :
- Balance de portée 5000 g et de précision de 1g.
- Four capable de maintenir une température de 110±5°C.
- Série de tamis d’ouvertures : 0,063mm-0,125mm-0,250mm-0,500mm- -2mm- 4mm-
6,3mm-8mm-10mm-12,5mm-14mm-16mm-20mm-31,5mm et un fond et couvercle adéquat.
b. Préparation des prises d’essai :
- La prise d’essai est pris conformément au tableau suivant :
D de la classe granulaire (maximum) en mm Masse de la prise d'essai (minimum)
en kg
63 40
32 10
16 2,6
8 0,6
≤4 0,2

- Sécher l'échantillon de gravillons à 110±5°C jusqu’à masse constante. La masse constante


est obtenue lorsque deux pesées successives séparées d’au moins de 1 heure ne diffèrent pas
de 0,1%. Laisser refroidir, peser et inscrire le résultat, soit M1.
c. Exécution de l'essai :
- Placer l'échantillon dans un récipient et ajouter l'eau nécessaire pour le recouvrir.
- Agiter l'échantillon vigoureusement pour obtenir une séparation complète et la mise en
suspension des fines.
- Laver sur un tamis de 63 µm, qui est protégé par un tamis de 1 mm, cette quantité jusqu’à ce
que l’eau de lavage soit claire et propre.

IPSAS 2019 – 2020 10


- Sécher de nouveau le refus sur le tamis 63 µm à 110±5°C jusqu’à masse constante, laisser
refroidir, peser et inscrire le résultat, soit M2.
- Emboîter les tamis (normalisés) les uns sur les autres dont les dimensions des ouvertures
sont décroissantes de haut vers le bas.
- Verser le matériau séché dans la colonne du tamis.
- Vibrer manuellement ou mécaniquement la série des tamis puis reprendre un à un les tamis
en commençant par celui qui présente la plus grande ouverture et agiter manuellement chaque
tamis en s'assurant qu'il n'y a pas de perte de matériaux, en utilisant un fond et un couvercle.
- Transvaser tout le matériau qui passe à travers chaque tamis sur le tamis suivant de la
colonne avant de poursuivre l'opération avec ce tamis.
- Peser sur la balance le refus au tamis ayant la dimension de maille la plus grande et noter sa
masse R1.
- Effectuer la même opération pour le tamis immédiatement en dessous, et noter la masse du
refus R2.
- Poursuivre la même opération pour tous les tamis qui sont dans la colonne, afin d'obtenir la
masse des différentes fractions de matériaux retenus et noter ces masses, R3, R4, Rn sur la
feuille d’essai.
- Peser le matériau tamisé, restant dans le fond le cas échéant, et inscrire la valeur de sa masse
soient P.
d. Calcul et expression des résultats :
- Calculer la masse des refus cumulés sur chaque tamis, exprimée en pourcentage de la masse
sèche d'origine M1. Le refus cumulé est obtenu en additionnant le refus sur le tamis considéré
à tous les refus sur les tamis d’ouvertures plus grandes.
- Calculer le pourcentage cumulé des différents tamisas de la masse sèche d'origine passant
jusqu'au tamis 63 µm. Le tamisât cumulé en % sur un tamis est égal à 100 moins le refus
cumulé en % sur ce tamis.
- Calculer le pourcentage de fines (F) passant à travers le dernier tamis conformément à
l'équation suivante :

F= ([(M1 – M2) + P] / M1) * 100

M1: est la masse séchée de la prise d'essai, en kilogrammes;


M2: est la masse séchée du refus au tamis de 63 µm, kilogrammes
P: est la masse du tamisas restant dans le fond, en kilogrammes
e. Validité des résultats :

IPSAS 2019 – 2020 11


- Il faut répéter l'essai lorsque la somme des masses Ri et P diffère de plus de 1% de la masse
M2.

Résultats de l’Essai sur le sable

Granularité – tamisage Laboratoire : ENIS


EN 933-1, NT 21.198
Identification de Sable Date :
l’échantillon : Opérateur : Groupe :.……..
Procédé utilisé : Lavage et tamisage

Masse sèche totale M1 =……… g.


Masse sèche après lavage M2 = ….…..g.
Masse sèche des fines retirées par lavage M1 – M2 =……… g.

Ouverture des tamis Masse de refus (Ri) Pourcentage de Pourcentages cumulés


(mm) (g) refus cumulés de tamisât
(Ri/M1) 100 100 – (Ri/M1 * 100)
(au nombre entier le plus
proche)
31
20
16
12,5
10
8
6,3(on a utilisé5mm)
4
2
1(on a utilisé 1,25mm)
0,5
0,25
0,125
0,063(on a utilisé
0,08mm)
Matériau resté au fond
P=

IPSAS 2019 – 2020 12


( M 1−M 2 ) + P
Le Pourcentage de tamisât de fines (f) sur le tamis de 63 mm = * 100
M1
=……….. ٪.
(À la première décimale la plus proche).

∑ Ri + P = Observations :
M 2−¿ ¿ ………………….

Résultats de l’Essai sur le Gravier

Granularité – tamisage Laboratoire : ENIS


EN 933-1, NT 21.198
Identification de Gravier Date :
l’échantillon : Opérateur : Groupe : ………
Procédé utilisé : Lavage et tamisage

Masse sèche totale M1 =……… g.


Masse sèche après lavage M2 = ………..g.
Masse sèche des fines retirées par lavage M1 – M2 =………..g.
Ouverture des tamis Masse de refus Pourcentage Pourcentages cumulés
(mm) (Ri) de refus de tamisât
(g) (Ri/M1) 100 100 – (Ri/M1 * 100)
(au nombre entier le plus
proche)
31,5
20
16
12,5
10
8
6,3(on a utilisé5mm)
4
2
1(on a utilisé 1,25mm)
0,5
0,25
0,125
0,063(on a utilisé
0,08mm)
Matériau resté au fond
P=

IPSAS 2019 – 2020 13


( M 1−M 2 ) + P
Le Pourcentage de tamisât de fines (f) sur le tamis de 63 mm = * 100 =
M1
……….. ٪.
(À la première décimale la plus proche).

∑ R i+ P = Observations :
M 2−¿ ¿ ……………….

V. Essai d’usure : Micro-Deval


NF EN 1097-1 (1996)
1- Objectif de l’essai

Détermination du coefficient d’usure par attrition (frottements mutuels) des granulats en


présence d’eau à l’aide de l’appareil MICRO DEVAL.
2- Equipement nécessaire
- L’appareil Micro Deval.
- Balance – tamis de 1.6 mm ; 8 mm ; 10 mm ; 12.5 mm et 14 mm
-Charge abrasive : billes sphériques de diamètre 10 mm ± 0.5 mm.

3- Conduite de l’essai

IPSAS 2019 – 2020 14


a) Prendre une masse minimale de 2 Kg pour les granulats de la classe entre 10 mm et 14
mm de façon que 60% à 70% des granulats passent au travers le tamis de 12.5 mm .
b) Tamiser l’échantillon sur les tamis de 10 mm ; 12.5 mm et 14 mm pour constituer des
fractions distinctes comprises entre 10 mm ; 12.5 mm et entre 12.5 mm et 14 mm , laver
les fractions séparément à l’étuve jusqu’à masse constante.
c) Laisser refroidir puis mélanger les deux fractions afin d’obtenir un échantillon de
laboratoire modifié d’une granularité comprise entre 10 mm et 14 mm
d) Faire l’essai sur deux épouvettes chacune contenat une masse de granulats M =500g ,
une charge de 5000 g avec 2.5 litres d’eau
e) Mettre la machine en marche pendant 12000tr (environ 2 h à vitesse de 100tr/mn)
f) Recueillir le granulat et la charge abrasive dans un bac.

IPSAS 2019 – 2020 15


g) Tamiser le matériau sur le tamis 1,6 mm, la Charge abrasive sera retenue sur un tamis de 8
mm.
h) Laver l’ensemble sous un jet d’eau et retirer la charge abrasive.
i) Sécher le refus à 1.6 mm à l'étuve à 105 °C, puis le peser soit m

MDE =100 x (500-m) / 500

Avec : - MDE : Micro Deval en présence d’eau.


- m : Refus au tamis 1.6 mm.

j) Faire le calcul nécessaire noter les résultats sur la feuille d’essai et interpréter les résultats.

IPSAS 2019 – 2020 16


FEUILLE D’ESSAI
Essai d’usure : Micro-Deval Laboratoire :
NF EN 1097-1 (1996)
Identification de l’échantillon : Date :
Classe granulaire : Opérateur :
Echantillon 1 Echantillon2
Masse sèche de l’échantillon M g g
Charge abrasive g g
Refus au tamis 1.6 mm m g g
Coefficient Micro-Deval MDE = 100 x (500-m) /500

Coefficient Micro-Deval moyen ………….±………

A lire et exploiter…
Le coefficient Micro Deval MDE en présence d’eau intéresse surtout les granulats pour les
techniques routières et les bétons hydrauliques.
 Spécifications pour bétons hydrauliques :
Catégorie Valeur spécifique supérieur
A 25
B et C 30
D 40
 Spécification pour les techniques routières :
Trafic (essieux de 13 t) Spécification Couche de liaison Couche de
roulement
T4( <25/j ) MDE ≤25 ≤20
T3( 25 à 150/j ) MDE ≤20 ≤15
T2( 150 à 300/j ) MDE ≤20 ≤15
T1( 300 à 750/j ) MDE ≤20 ≤15
T0( >750/j ) MDE ≤20 ≤15

Justification des essais LOS ANGELES ET MICRO DEVAL


Une fois en service, les granulats seront liés entre eux, soit par un liant hydraulique dans le cas des
bétons, soit un liant hydrocarboné dans le cas des bétons bitumineux, soit par des forces de
frottement dues à la compaction dans le cas des granulats routiers.
Les différents phénomènes d’usure par abrasion, attrition et de frottement lors de leur manutention et
de leur mise en place, produisent des particules fines modifiant la granulométrie du matériau et
certaines de ses propriétés qui en dépendent directement. C’est sûrement dans le cas des granulats
routiers que la détermination de cette résistance à l’usure se justifie le plus, en effet dans les assises
de chaussée non traitées avec un ciment ou un liant bitumineux, les différentes particules ne sont que
faiblement liées les uns aux autres par les forces de frottement, par conséquent elles peuvent subir
une certaine usure due aux sollicitations répétées de la circulation. Les phénomènes d’usures sont
toujours amplifiés par la présence d’eau, qui diminue les forces de frottements entre les particules et
augmente ainsi leur mobilité relative les unes vis à vis des autres, cela explique l’intérêt de l’essai
micro Deval en présence d’eau.

VI. Essai de résistance à l’abrasion : Los Angeles


NT 21-21 (1990) NF EN 1097-2(1998)
1- Objectif de l’essai
Déterminer la résistance à l’abrasion (fragmentation par chocs plus usure par frottements
réciproques) des granulats.
2- Equipement nécessaire
L’appareil Los Angeles.
Un bac –balance - tamis.
Des boulets sphériques de 47 mm ± 1 mm de diamètre et pesant 420 à 445 g.

3- Conduite de l’essai
a) Prendre une masse minimale de 15 Kg pour les granulats de la classe entre 10 mm et 14 mm
de façon que 60% à 70% des granulats passent au travers le tamis de 12.5 mm.
b) Tamiser l’échantillon sur la classe granulaire choisie
Classe granulaire (mm) Nombre de boulets Masse de la charge
de boulets g
4-8 8 3450 à 3540
6,3 - 10 9 3840 à 3980
8- 12.5 10 4260 à 4420
10-14 11 4700 à 4860
12.5-16 12 5120 à 5300

c) Laver le matériau tamisé et le sécher à l’étuve et prendre une masse 5000 g ± 5g.
d) Introduire la charge de boulets correspondant à la classe granulaire de l'échantillon.
e) Mettre la machine en marche durant le nombre 500 rotations à une vitesse de 30à 33tr/min
f) Recueillir le granulat dans un bac placé sous l’appareil.
g) Tamiser le matériau contenu dans le bac sur le tamis 1,6 mm, laver le refus au tamis, égoutter
et sécher à l'étuve à 105 °C, puis le peser, Soit m' le résultat de la pesée.

Le coefficient Los Angeles LA est déterminé par la formule suivante :

LA = 100 x (m/5000)
Avec : m = 5000 – m’

FEUILLE D’ESSAI
Essai de résistance à l’abrasion : Los Angeles Laboratoire :
NT 21-21 (1990) NF EN 1097-2(1998)
Identification de l’échantillon : Date :
Classe granulaire : Opérateur :
Nombre de boulets
Masse sèche de l’échantillon M g
Refus au tamis 1.6 mm m’ g
Tamisât au tamis 1.6 mm m = M - m’ g
Coefficient Los Angeles LA = 100 x (m/500) ………….±………

A lire et exploiter…
 Spécifications LA pour bétons hydrauliques :
Catégorie Valeur spécifique supérieur
A 30
B et C 40
D 50
 Spécification pour les techniques routières :
Trafic (essieux de 13 t) Spécification Couche de Couche de
liaison roulement
T4 ( <25/j ) LA ≤30 ≤25
T3 ( 25 à 150/j ) LA ≤25 ≤20
T2 ( 150 à300/j ) LA ≤25 ≤20
T1 ( 300à 750/j ) LA ≤25 ≤20
T0 ( >750/j ) LA ≤25 ≤20
Remarque
En cas de non disponibilité de la machine los Angeles on peut procéder à l’essai de
fragmentation dynamique comme suit ;
Classe granulaire (mm) Nombre de coup
4 - 6.3 16
6.3 - 10 22
10 - 14 28

Le coefficient de fragmentation dynamique FD est déterminé par la formule suivante :

FD =100 x (m/350)
Avec : m = 350 - m’.